AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


[RP Équipage] Nuit rouge

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
avatar
Nakajima D. Aoi
La Reine Rouge

♦ Localisation : Les Précieuses
♦ Équipage : Les Ombres du Chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 7301
Popularité: -962
Intégrité: -768

Dim 15 Déc 2013 - 19:06



INFORMATIONS HORS RPS


Rappel des couleurs des dialogues

Côté journalistes:
Tintin, le reporter. Goldenrod
Carole, la camerawoman. Lightcoral

Côté chasseurs de primes:
Kuro Tekana, le responsable sécurité de la B.N.A. Black
Johnny, chasseur de primes 01. Darkolivegreen
Willy, chasseur de primes 02. Olive
Michelle-Angela Di Buonarroti, chasseur de primes 03. Darkseagreen
Maria "Sœur Carnage", des Black Templars. Olive
Klife "Jet", des Black Templars. Cyan
Julia Himlong "L’ensorceleuse", des Black Templars. Navy
Sbire de Kuro 01. Indigo
Personnes lambda. Rien

Côté Ombres du Chaos:
Aoi D. Nakajima, Capitaine. Darkred
Natacha O. Boréas, navigatrice. Palevioletred
Marianne D. Méria, cuisinière. Deeppink
Kusanagi, sabreur. Red
Shiro, compagnon de Kusanagi. Crimson
Porco, Maître-charpentier. Brown
Ulcky Yuan, charpentier. Blue
Léténa D. Vilkas, naturaliste. Royalblue
Léténa D. Vilkas possédée par la Malédiction Kitetsu. Royalblue
Zarechi Ozuka, médecin. Darkgreen

Côté civils:
Musashi, Maître sabreur. Orange

Côté pirates solitaires:
Galowyr Dyrian, loup solitaire. Red

Côté Écumeurs des Mers:
Marshall John, Capitaine. Saddlebrown
Ariel, seconde. Chocolate

Carte de Whiskey Peak


Dernière édition par Aoi D. Nakajima le Sam 22 Fév 2014 - 12:57, édité 35 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t4364-la-reine-des-masques-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t4495-les-loges-de-la-reine-des-
avatar
Nakajima D. Aoi
La Reine Rouge

♦ Localisation : Les Précieuses
♦ Équipage : Les Ombres du Chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 7301
Popularité: -962
Intégrité: -768

Dim 15 Déc 2013 - 20:08


Point de vue narratif:
 
Sur la rive droite, du côté des journalistes

Il est tard. Il fait bon dehors. La pleine lune illumine une ville tranquille. Quelques habitants profitent de leur temps dans les bars et les saloons encore ouverts. Deux trois soûlards terminent leur soirée dans une poubelle ou un carton. D'autres personnes positionnées sur les maisons hautes se relayent pour surveiller la mer. Et sur le toit d'une de ces bâtisses, deux journalistes arrivés depuis quelques heures sur l'île attendent que leur Log Pose se recharge. Une poignée de chasseurs de prime sont juste à côté et discutent entre eux. Installé sur un bureau, l'un des reporters termine de rédiger un article. Sortant sur la terrasse, sa camerawoman vient le voir, un peu ennuyée de voir son collègue sur sa feuille depuis son arrivée.

Tintin, il est 2h du matin. Tu ne veux pas aller te coucher et continuer ça plus tard? Ce n'est pas urgent, la rédaction peut attendre, tu sais.

L'homme avale un café. Embêté d'être dérangé au milieu de son texte, il se retourne vers la femme et dit.

Je sais Carole. Mais je préfère qu'on reparte une fois le Log rechargé. On pourra dormir sur le navire.

L'un des chasseurs qui scrutent l'horizon pose sa clope au milieu des canettes de bières vides et s'adresse au journaliste.

Vous n'aimez pas Whiskey Peak? Restez un peu, il y a de quoi s'amuser ici. Prenez du bon temps. La mer c'est pas rigolo. Il faut profiter d'être sur une île.
Merci. Mais, je voulais juste terminer ma petite quête sur le capitaine pirate Drogo. Il est inutile de reste plus longtemps.

Le CdP comprend. Il n'a pas la même mentalité, il le sait. Les gens de l'île préfèrent passer du bon temps à jouer et à se saouler. C'est vraiment un autre univers pour des personnes qui ont un vrai métier. Ce n'est pas la même ambiance. Quelque part, les habitants vivent un peu comme des pirates. Soudain, un camarade du chasseur interrompt la conversation.

Eh Johnny. Regarde dans la longue vue.

Intrigué par la demande de son compagnon, Johnny prend la lunette et observe. Il s'attend à voir un animal particulier ou une autre connerie dans ce genre pendant que son compagnon lui indique où regarder.

Un navire pirate. On dirait celui des Titans des Mers. Que viennent-ils faire ici?
Regarde leur pavillon. Bizarre, non?

Tintin et Carole débouchent leurs oreilles histoire d'avoir bien compris qui sont les forbans. Ils sont tout de suite intéressés par ce qu'il se passe. Ils ont même peurs, complètement intrigués. D'habitude, en tant que reporters sans frontière, ils enquêtent sur des petits pirates. Les Titans des Mers sont de gros gibiers pour eux.

Excusez-moi, vous avez dit les Titans des Mers? Ils ont la réputation de tuer tout le monde, ils ne laissent aucun survivant. Ce serait même un jeu pour eux.
On ne sait pas, en fait. Le drapeau sur le mât est celui des Ombres du Chaos. Ce qui est étrange.

Carole reste perplexe. Elle sait généralement toutes les affaires sur les pirates. En tant que journaliste spécialisé sur l'enquête de pirates, elle connait les histoires.

Si je peux me permettre, les Ombres du Chaos ont été capturé par la Team Rocket. Il n'y a pas de doute, ils sont en route pour une prison sur Grand Line. Il s'agit sûrement d'une farce.
De toute façon, Titans ou Ombres, vous feriez mieux de partir. Ça risque d'être dangereux.
J'espère que vous rigolez. Nous sommes des journalistes qui ont l'habitude du danger. On est là pour obtenir des scoops. Et si vous les capturiez, vous aurez les honneurs. Puis, notre Log n'est pas rechargé.

Le navire vogue lentement dans le bras de mer. Silencieusement. Telle une ombre, il se glisse doucement. Il est presque au niveau de la ville. Curieux de savoir qui est à bord du bâtiment noir, Johnny remet sa longue vue sur les yeux et cherche une quelconque activité. Des personnes mettent deux barques à flot de part et d'autre du vaisseau. On dirait que ces chaloupes vont servir à accoster les deux rives en même temps. Nulle ne semble monter dedans. Ils retournent même dans l'entrepont. Il se passe quelque chose. Le chasseur de prime le sait. Finalement, positionnée sur le pont supérieur, l'observateur voit Aoi D. Nakajima prêt à dicter les dernières instructions à ses nakamas. Inquiète, Carole demande qui sont les pirates. La tension semble être à son comble.

Alors?
Willy, sonne l'alerte tout de suite! Les Ombres du Chaos sont de retour, je reconnais leur capitaine.

De leur côté, les journalistes s'activent aussi. Finalement, la nuit va être plus longue que prévue. Tintin oublie son texte. Il le range dans ses affaires à la va-vite. Il demande à Carole de réveiller leur perchman. Cette dernière prend alors son Den Den Vidéo et son Visio Dial. Elle entre dans la maison. Elle explique rapidement la raison d'un réveil brusque à son collègue. Celui-ci ramasse alors son Audio Dial. Soudain, un bruit de canon retentit. Puis un second. Et un autre. Encore et encore, jusqu'à ce que la première slave soit terminée. Sans sommation, les boulets volent alors en direction des habitations diverses. L'attaque des pirates est lancée.

~~ Page 1 ~~
D'après les testaments de la Reine des Masques, dit Hathor.
©odage by Hathor



Dernière édition par Aoi D. Nakajima le Lun 3 Fév 2014 - 11:14, édité 11 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t4364-la-reine-des-masques-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t4495-les-loges-de-la-reine-des-
avatar
Kusanagi

♦ Équipage : Les ombres du chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 5173
Popularité: -332
Intégrité: -319

Lun 16 Déc 2013 - 17:06

Ahh ! Cette pleine lune n'était-elle pas donc magnifique ? Elle illuminait de sa grace l'île tandis que les quelques grillions qui squattaient les lieux, s'occupaient de gérer tant bien que mal l'animation un peu mou de la zone. C'était en quelques sortes une nuit comme les autres à Whiskey Peak, me diriez vous. Cependant, la touche personnelle que les ombres du chaos s'apprêtait à ajouter au tableau, allait sans aucun doute tout bouleverser.

En effet, tous réunis sur le pont de l'ex navire des titans des mers, notre navire empruntait doucement le bras de mer qui s'enfonçait dans l'île avec de part et d'autre les habitations de la ville. Le capitaine, debout sur le pont supérieur, fit son speech de battante qui nous reboosta niveau courage en nous voyant faire tous en même temps un cri de guerre à la fin de son discours. Ce soir, les ombres signaient leurs retours dans le monde de la piraterie et envoyaient en même temps un message au gouvernement mondial. Ce soir, les événements qui allaient suivre... allaient être encrés dans l'histoire pour toujours.

BOOOUM ! BAAAAM ! BOOOUM ! BADABOOOUM !


Les hostilités commencèrent. Des tirs de canon pleuvaient un peu partout sur la ville, détruisant au passage plusieurs habitations dont certaines ne manquèrent pas de s'écrouler comme de vulgaire châteaux de cartes, provoquant ainsi la mort de quelques personnes qui croyaient être en sécurité chez eux. Quelques-uns parmi les chasseurs de primes essayèrent tant bien que mal d'évacuer les civils tandis que d'autres se préparaient à lancer une contre attaque.
Ainsi donc, le paysage se transformait lentement en un champ de ruine et la panique ne tarda pas à gagner le coeur des habitants qui s'étaient réveillés en sursaut. D'ailleurs certains d'entre eux, couraient dans les rues en criant à l'aide.

Yosh ! Après avoir donné le ton à travers les tirs de canon, le capitaine donna les directives à ses hommes sur le pont. Le plan était simple, nous devions nous séparés en deux groupes afin de mieux couvrir la zone tandis que 6 individus restaient dans le navire pour continuer les tirs de canon et le défendre. Le 1er groupe était composé d'Ulcky, Shiro, Zarechi et son toutou géant et de moi-même. Nous fîmes descendre une de nos barques sur l'eau dans le but de rejoindre la rive du côté gauche.

- J'espère que tu es chanceux Zarechi, parce que tu vas en avoir besoin une fois sur la terre ferme, compte tenu de tes aptitudes à chier au combat... Cam'rade. héhé !

Dis-je avec un petit air de moquerie à l'égard du nouveau venu dans la bande histoire de le taquiner quand soudain je remarquais au loin une chose assez troublante. Ooh ? Mais qu'est-ce que... ?

En effet. Positionnés sur la rive, deux chasseurs de primes armés chacun d'un mini canon portatif, visaient notre barque dans le but d'arrêter notre petit groupe avant même que l'on ne puisse fouler la terre. " BoouM ! BoouM ! " Ils tirèrent chacun à leur tour vers notre direction.

Bougre de faux jetons à la sauce tartare. Les projectiles nous manquèrent de peu, faisant bouger par le biais des secousses, la barque de gauche à droite comme si elle allait se renverser. Pffioou ! Heureusement que ces trou du uc avaient manqué leur cible sinon je ne donnerais pas cher de ma peau, vu que je suis un utilisateur du fruit du démon. Et d'ailleurs nous étions loin d'être sorti de l'auberge compte tenu qu'ils rechargeaient leur arme afin de tirer à nouveau sur nous.

Vite ! Je dégainai rapidement mon meïtou pour découper en deux l'un des boulet tandis que l'autre fut devié de sa trajectoire à l'aide de Shiro. Nos adversaires du moment se mirent encore une fois à charger pour tenter une autre tentative. Mais cette fois-ci, il était hors de question de les laisser avoir une autre chance, car nos propres vies y dépendaient.

Vu que quelques mètres nous séparaient de la rive, la bête géante de Zarechi fit un grand bon vers les deux canonniers avant de dégager l'un avec un coup de patte arrière et de " WRaaaM ! WraaaM ! " Massacrer l'autre à coup de crocs par terre.

L'instant d'après nous arrivâmes à destination. Nous pouvions à présent passer à la deuxième étape du plan qui était de semer la mort partout où nous devions passer..


- TREMBLEZ MISERABLES, CAR LE CHAOS EST A VOTRE PORTE. BWAHAHAHHHAAH !

Dis-je sur un ton vraiment diabolique et malsains pendant que je charcutais deux ou trois personnes à ma portée comme l'avait si bien ordonné le capitaine.


Dernière édition par Kusanagi le Mar 17 Déc 2013 - 14:41, édité 2 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t4836-kusanagi-les-tenebres-en-personnehttp://www.onepiece-requiem.net/t4889-fiche-de-kusanagi
avatar
Zarechi Ozuka

♦ Localisation : Là où tu viendras pas me chercher !
♦ Équipage : Ombres Du Chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 3820
Popularité: -232
Intégrité: -140

Lun 16 Déc 2013 - 20:50

Ouh bordel, ouh bordel, ouh bordel ! Les Ombres Du Chaos étaient bien plus agressifs que les Bloody Sorrow, ça c'était sûr ! C'est donc tout excité que je montais sur le dos de Tsukogami, sabres en main, tandis que la capitaine faisait son discours. À la fin de celui-ci, tout le monde poussa un cri bestial, y compris mon nouveau camarade bestiale qui rugissait à en faire trembler toute l'île. Suite à cela, Tsuko et moi sur son dos, embarquâmes les premiers sur la chaloupe, manquant de la faire couler, suivi par mes nouveaux nakamas. À ce moment, Kusanagi me fit la réflexion :

- J'espère que tu es chanceux Zarechi, parce que tu vas en avoir besoin une fois sur la terre ferme, compte tenu de tes aptitudes à chier au combat... Cam'rade. héhé !

-La chance n'a rien à voir là-dedans, mon grand, eheh ! On appelle ça du savoir-faire ! Disais-je en regardant la rive se rapprocher.

Lorsque deux mètres séparèrent le rive de notre embarcation, je donnais deux petites tapes sur le dos de mon gros matou. Il comprit immédiatement et ...

-Bye !

S'envola en direction de la rive. Je sentais durant le vol, atterrissant quelques mètres plus loin tandis que Tsukogami s'occupait des deux chasseurs de primes nous tirant dessus.




Il en écrasa un avec ses pattes et chiqua l'autre. Moi, je m'occupais du « menu fretin » en tuant les pauvres civils, courant de part et d'autre. Je devenais un véritable pirate. Plus exactement ... Je découvrais ce qu'être pirate engendrait ! Je n'avais jamais vendu de violence gratuite jusqu'ici ! D'après la cap'taine, s'était pour prouver que les Ombres Du Chaos étaient de retour dans le milieu. Et bien allons-y ! Les gens étaient dans les vaps, tirés de leur sommeil. Je remontais sur le dos de Tsukogami et endommageais les murs d'une maison, tandis que celui-ci fonçait dedans pour les achever. Une fois à l'intérieur, je laissais mon chat bestial s'occuper de ravager l'appartement tandis que moi, je m'occupais des fuyards que partaient par la fenêtre de l'étage. Tsuko ressort, plein de poussière, la maison sur le point de s'écrouler. Je l'admire en rigolant et tapote la tête de mon familier avant de remonter sur son dos vers une nouvelle cible ! Je vis au loin un groupe de civil en train de mettre un radeau à l'eau. Je me levais sur la tête de mon animal et sauta avant de couper net les cordes reliant la barque au quai. Je les regardais en faisant « non » avec le doigt. Puis, avec mon pouce, je leur montrais ma jolie bébête, qui avait les dents toutes dehors. Ils se mirent à courir ... Normal ! Avant de partir, je coupais la coque de noix en deux, pour être sûr que d'autres n'auront pas l'idée de partir. Puis j'entendis un léger vacarme, plus bas. On pouvait distinguer des voix.


-Sus aux Titans des Mers, les gars ! Aujourd'hui est le jour où nous allons devenir riches !

*Eheh ... De la mise en bouche ! S'ils savaient que nous étions ... Me disais-je en plaçant mes sabres de part et d'autres de mon bassin*

Cela dit, plus ils approchaient et plus le brouhaha devenait intense et surtout ... Plus le nombre d'armes brillant à la clarté de la lune apparaissaient des ruelles.


-Euh ...

Ils étaient encore loin, une centaine de mètre. Je commençais à réfléchir à une possible évasion, mais vu à la vitesse où ils arrivaient, c'était cramé pour la fuite à pied.

-Euh ... Minou minou ... Le chat ? ... TSUKO !!

Il se retourna avec un civil dans la bouche et se mit à pousser un cri de terreur en faisant un bond de 3 mètres dans les airs. Et il parti ... Seul ... Sans moi ...


-Attends-moi ! Chat indigne ! Aaaaah ! Disais-je en sautant et en m'accrochant à l'une de ses queues.

Je réussissais à prendre de la distance grâce aux compétences athlétiques impressionnantes de mon matou. Au passage, je croisais mes nakamas, à qui je dis sans paniquer et secoué dans tous les sens :

-CASSEZ-VOUS ! (J'vais vomir ...) CHASSEURS PIRATES ! GROS CACA ! ZIGOUILLER NOUS ! AAAAH !!


Dernière édition par Zarechi Ozuka le Mar 17 Déc 2013 - 20:26, édité 4 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t2867-zarechi-ozuka-prez-100-manque-validationshttp://www.onepiece-requiem.net/t4378-fiche-de-zarechi-ozuka
avatar
Ulcky Yuan

♦ Équipage : Les Ombres du Chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 3372
Popularité: -225
Intégrité: -170

Mar 17 Déc 2013 - 15:28

Porco : Moi je reste là !

Ulcky : Poule mouillé !

Porco : Tu me remercieras quand tu auras besoin de moi et de la navigation de ce rafiot !

Ulcky : C’est quand même celui d’un équipage bien plus dangereux que nous…

Porco : En attendant tes deux découpeurs de viandes se font la malle sans toi…

Ulcky : Hein…

Quand on se dit qu’il y a quelques une ses deux-là étaient encore les pires ennemis du monde et qu’ils sont maintenant dans une même barque à voguer pour découper du chasseur de prime… Mais tellement pris dans le feu de l’action, ils en avaient oubliés que je devais partir avec eux. Le temps que j’arrive au bord du navire, leur barque était quasiment déjà arrivé à terre… Quoique ce qu’il en restait… Bon de l’autre côté, les nanas partaient aussi et je ne me voyais pas rester sur la bateau à rien faire pour une fois… Surtout que mes deux zouaves étaient assez balèzes pour me protéger en cas de problème et que je ne faisais pas encore assez confiance au contrôle du pouvoir de la patronne.

Bon, l’idée était de rejoindre ma team au plus vite et quoi de plus rapide que la vitesse d’un boulet de canon. L’un de ceux du navire était encore non tiré. J’ai coupé une partie du filet à grosse corde pour l’entourer autour de l’orifice du canon. J’ai allumé la mèche et j’ai attendu… Durant les quelques secondes où la mèche brûlait j’ai commencé à réfléchir à ma connerie… Car oui s’en était une… Mais trop tard pour relâcher la pression que mes mains exerçaient sur le filet qui fut projeté avec le boulet lorsque le canon explosa.

Je volais littéralement, mais impossible pour moi de diriger quoique ce soit et c’est dans une maison que mon envole s’arrêta. La maison s’écroula sous l’impact, car la destruction était trop importante. Complément chamboulé, je me suis retrouvé coincé dans ce qui semblait être une ancienne armoire à linge qui m’aida à ne pas subir de traumatisme. Soudain une main vin m’aider à me sortir de là.

CDP (Chasseur de prime) : Vien l’ami ! Tu as du avoir peur après cette attaque de fourbe !

Ulcky : Quoi ? Bah j’ai eu peur pour ma vie oui… J’ai été grave de prendre ce boulet comme moyen de locomotion… Merci l’ami tu es ?

CDP : Moi ? Je suis … Comment ça le boulet comme moyen de locomotion ? Tu viens de …

Ulcky : Bah du bateau ! Je cherche mes deux potes là et …


Ca tête changea radicalement et sa main se posa directement sur son sabre. Le brandissant dans ma direction il me hurla dessus en tentant de me découper.

CDP : Tu vas périr pirate ! Tu crois que nous n’avons pas saisi qui vous étiez ? Les ombres du Chaos n’iront pas plus loin que notre île !

Un autre homme arriva derrière les décombre avec plusieurs avis de recherche dans les mains.

CDP 2 : C’est Ulcky Yuan vu sa trogne ! Un p’tit loup des mers bleu à 12 mille ! Ca va le faire à plusieurs ! On a de la chance que ce ne soit pas leur capitaine ou le sabreur Kusanagi !

Ulcky yuan : Comment ça, ça va le faire ?


Agacé par le manque de crédibilité dont je faisais preuve, j’ai commencé à m’énervé… En plus, si j’avais eu une tête mise à prix à plus haute échelle, ces cons auraient eu plus peur et j’aurais été tranquille… Moralité, si j’étais plus connu et plus craint, j’allais avoir une paix mérité. Donc pour moi, la meilleur des solutions c’était de les calmer, sans les tuer. J’ai attrapé le sabre de mon adversaire et par un tour de clef de bras j’ai découpé l’un de ses membres le laissant hurler de douleur.

L’autre chasseur ne semblait pas plus me craindre pour autant et cela ne faisait que m’agacer encore plus… Il sortit un revolver et me tira dessus… J’ai esquivé le tire en lançant une projection de mon axe dial. J’avais plus de maitrise depuis quelques jours et j’avais coupé en deux le projectile, mais ma lame d’aire alla plus loin et commença a trancher l’arme et le bras qui la tenait. Littéralement scindé en deux, la peur pris le dessus et il partit en hurlant également laissant son compagnons sur place…
Je me suis ensuite approché de premier homme en lui portant ses quelques mots…

Ulcky : Prends garde aux ombres et à celle d’Ulcky Yuan….

Je me suis retourné pour partir satisfait de mon exploit. Trois seconde après une vingtaine d’homme débarqua. Je les ai regardé, ils m’ont regardé…

Groupe de CDP : C’est l’un d’eux !

Je suis partit en courant… Coup de chance dans ce bordel, un gros chat c’est facile à voir, même dans le noir. Surtout quand la lune est pleine. Alors j’ai couru en direction de Zarechi pour rattraper mon groupe qui galopait aussi…
http://www.onepiece-requiem.net/t5567-ulcky-yuanhttp://www.onepiece-requiem.net/t5632-ulcky-yuan#67959
Invité
Invité


Mar 17 Déc 2013 - 17:51


    Pendant ce temps, de l'autre côté, du point de vue d'une Louve...


    Le Capitaine avait ordonné le bombardement immédiat des deux rives. Les canons avaient craché le feu pendant quelques minutes détruisant maisons et autres bâtiments abritant ces fameux chasseurs de primes. Je n'étais pas très enthousiaste à l'idée d'une telle pratique, mais s'il devait en être ainsi pour secourir les enfants d'Aoi. Les différents groupes organisés, j'avais pris place dans la chaloupe en compagnie de la capitaine, de la navigatrice et de la cuisinière. Cette dernière m'avait rapidement apprivoisé grâce à ses talents culinaires, notamment à sa façon de préparer la viande. Pour la navigatrice c'était autre chose : le premier contact avait été froid. Disposant de quelques connaissances en hydrologie, j'avais proposé mon aide pour la manœuvre d'entrée dans le bras de mer de l'île, une zone de courants forts particulièrement sournois. Je m'étais ensuite enfuie à toute jambe sous la menace d'aller bientôt observer directement lesdits courants. Concernant notre capitaine, Aoi, nous n'avions pas eu vraiment l'occasion de nous entretenir pendant la traversée. Elle avait beaucoup changé au cours de cette aventure. La perte de ses enfants et de quelques-uns de ses compagnons, la découverte de son nouveau pouvoir, autant d'évènements qui avaient pu perturber significativement la jeune femme. Je l'avais aperçu de nombreuses fois sur le pont la nuit, les yeux tournés vers le ciel, songeuse... 

    Pour ma part, je m'étais remise de mes émotions et de mes blessures. Mes petits soins avaient fait merveille chez tous les membres de l'équipage, bien que quelques-uns se soient montrés réticent concernant le suivi de mes traitements. Si les Ombres étaient de retour, il me plaisait à penser que c'était un peu grâce à moi.

    Dès les premiers mètres, nous essuyâmes les tirs de canons mobiles. Les Chasseurs de primes s'étaient rapidement mis en place. Nous avancions rapidement, Marianne et Natacha maniant efficacement les avirons. A couvert, je risquais de temps à autre un œil au-dessus de l'embarcation. Quant à notre capitaine, elle se dressait fièrement au centre de la chaloupe, semblant défier les balles et les boulets de canons. Prise pour cible, elle absorbait littéralement tous les projectiles qui fusaient dans sa direction. La chaloupe était sans cesse secouée par les tirs de canons qui aboutissaient dans l'eau, sans jamais déstabiliser notre capitaine, fière, impressionnante, majestueuse. Cependant, un boulet de canon s'écrasa un peu plus près que les précédents occasionnant chez moi un brusque mouvement de recul. M'écroulant lamentablement dans la chaloupe, je fis tanguer l'embarcation. Emportée par mon élan, j'aperçus le ciel une seconde avant de passer par-dessus bord. L'eau glaciale me mordit jusqu'aux os. Consciente de ma situation, je ne perdis pas de temps. Je remontais jusqu'à la surface, puis jusqu'à la berge, la chaloupe ayant prise beaucoup trop d'avance. En arrivant sur la terre ferme, je m’aperçus que j'étais entourée de chasseurs de primes, armes aux poings.

    - C'est ça les Ombres du Chaos ? Des chiens mouillés oui !
    - Ils recrutent des gamines maintenant ?
    - Rends-toi bien gentiment !


    Arrivant enfin sur la berge, je me redressais lentement pour faire face à nos assaillants. Mon regard vira au rouge. J'étais encore mouillée... encore mouillée.... encore...

    "Gyaaaaaa !!!"#

    Une seconde plus tard, je me retrouvais derrière les chasseurs, rengainant lentement mon katana. La seconde d'après sept chasseurs de primes s'écroulaient, une grande entaille rouge sur le torse. Toute l'assistance fut saisie par la surprise. Personne ne s'était attendu à voir une petite gamine portant une peau de loup trancher aussi violemment, qui plus est à l'aide d'un meitou à la sinistre réputation. Tournant la tête vers ladite assistance, je lâchais d'un ton froid et menaçant:

    "Lesquelles d'entre vous se sont offert le privilège de se faire massacrer par mon Sandai Kitetsu ? Vos sabres, vos balles, vos os, tous se briseront sur le tranchant de ma lame."


Spoiler:
 
avatar
Nakajima D. Aoi
La Reine Rouge

♦ Localisation : Les Précieuses
♦ Équipage : Les Ombres du Chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 7301
Popularité: -962
Intégrité: -768

Jeu 19 Déc 2013 - 1:38


Sur la rive droite, du côté des Ombres du Chaos

Arrivant enfin sur la rive, c'est Léténa qui ouvre le bal. Je n'ai pas rêvé. Elle a tranché net des adversaires avant même que l'une d'entre nous agisse.

C'est bien Léténa. Maintenant, voyons voir ça dans un autre contexte. Valentina, cherche-moi un gamin de 14 ans. Tu lui présenteras à elle. Maintenant qu'elle fait partie de l'équipage, il faut qu'elle se salisse un peu plus les mains. Pourquoi être pirate si ce n'est pas pour se comporter comme tel?
Natacha. Tu te trompes toujours de prénom depuis qu'on a quitté l'île Vulcania. Essaie de garder les idées claires dans ton esprit. Je te sens toute chamboulée encore.
...
Je te conseil de rester avec Marianne, Léténa. Tu sais que notre capitaine n'est plus fréquentable à cause de son Fruit, ahahahah.

Ainsi, le groupe se remet en route. Aoi part en tête. Elle demande aux chasseurs de primes qu'elle croise où se trouve la prison bien qu'il n'y en a pas. Elle tue alors ceux qui se dressent contre elle ou contre ceux qui refusent de coopérer dans sa requête. Les Ombres sont de retour!

Sur la rive droite, du côté des chasseurs

Johnny est un jeune homme de 28 ans intelligent, pertinent et réfléchi. Il aime la vie et il fait toujours tout pour protéger son entourage proche, tout comme les simples habitants. Attention de ne pas le négliger. Il est habile au combat. En effet, il use des compétences larges et variés. Il s'adapte relativement bien et rapidement, ce qui fait de lui un chasseur respectable. Il n'est pas aussi brillant qu'un sabreur de profession, qu'un tireur d'élite qui excelle cet art depuis sa jeunesse ou qu'un boxeur inné, mais ses aptitudes sont remarquables et ont fait ses preuves depuis pas mal de temps.

Willy, le petit frère de Johnny, quant à lui, a toujours admiré son aîné. Il cherche à marcher dans ses pas pendant des années. Il est encore jeune dans le métier et manque d'expériences. Toutefois, son dada à lui au niveau combat, c'est utiliser la Rope Action. C'est assez pratique pour capturer un criminel ou pour le pendre. Les possibilités sont nombreuses. Qui a pensé à une certaine pratique malsaine qui consiste à attacher son partenaire dans le cadre d'une relation...? Je vais m'arrêter là.

Les chasseurs de primes sont légèrement désorganisés sur la rive où a débarqué l'équipe d'Aoi. Des pseudo-groupes se forment déjà. Certains y vont en solo. D'autres bandes tentent de sauver les malheureux dans les décombres. Quant à Johnny, il rassemble ce qu'il peut avec lui pour établir une meilleure stratégie de contre-attaque. Il demande à Willy de reprendre le relais pendant qu'il téléphone à Kuro Tekana.

Sur la rive droite, du côté des journalistes

S'aventurant au milieu des décombres, les journalistes restent à bonne distance des pirates, mais suffisamment assez près pour filmer correctement le massacre et surtout, pouvoir le commenter. Ils ne se préoccupent pas des malheureux victimes, ils savent que des habitants s'en chargent déjà. Les gens de Whiskey Peak savent se serrer les coudes. Carole porte son Den Den Caméra et tourne. Le perchman est juste à côté d'elle et tend son Audio Dial pour que Tintin puisse parler face à sa camerawoman.

Depuis plus de 100 ans, jamais Whiskey Peak n'a été attaqué par des pirates. Normalement, la logique voudrait qu'ils se fassent petits en arrivant sur cette île. Et pourtant, nous sommes en présence, en ce moment-même, de terribles forbans. Ces derniers viennent de débarquer et massacrent déjà la population, juste après avoir bombardé sans sommation les habitations. Il est plus de 2h du matin et la ville commence déjà à ressembler à un champ de ruine. Derrière-moi, la capitaine des Ombres du Chaos attaque férocement les chasseurs de primes qui se sont rués immédiatement vers elle pour la stopper. On dirait qu'elle revient en force depuis un autre monde, le monde de l'oublie. Nous ignorons ce qu'il y a bien pu se produire entre maintenant et le Cap des Jumeaux, mais elle semble bien déterminer à raser l'île. On va essayer de se rapprocher pour en savoir un peu plus sur ses agissements mortuaires.

Carole ne se réjouit pas à l'idée de voir de plus près. Elle trouve qu'ils sont déjà à bonne distance. Deux chasseurs de primes passant à proximité leur font même signe de ne pas rester ici, car c'est trop dangereux. Et pour cause, Marianne aperçoit dans la foulée les deux hommes. Un échange de coup feu. Elle et les deux types se planquent derrière un mur aussitôt. Personne chez les Ombres ont vu les journalistes. Les reporters se faufilent dans les ruines comme ils peuvent. Soudain, la camerawoman interpelle son compagnon.

Tintin. Regarde là-bas.

Aussitôt, le reporter regarde dans la direction indiquée. Ses yeux grossissent. Il a comme une sueur froide lui parcourant le dos, il est angoissé, presque figé. Certes, en filmant des pirates redoutables, il attendait de voir des atrocités, mais pas aussi cruelles que ce qu'il venait de voir. D'habitude, Tintin ne fait des articles que sur de simples pirates primés à 25M de Berrys. Il a cru obtenir un scoop avec une attaque venant d'un équipage telle que les Ombres du Chaos. En effet, tout le monde les croit ce moment-même en prison ou en route pour y aller. C'est donc une terrible révélation pour le Monde si les chasseurs de prime ne sont pas à la hauteur pour les arrêter! Et il semble que les pirates sont bien parti pour gagner...

Complètement impuissants, le trio voient avec horreur Aoi soulever un type en ayant sa main dans son ventre. Son membre de magma rentre comme dans du beurre. Son avant-bras est entièrement à l'intérieur. Les boyaux du malheureux brûlent. Ce n'est qu'une question de secondes avant qu'il ne meurt. La capitaine n'aime pas perdre patience. Elle s'exprime avec un ton autoritaire.

Pour la dernière fois, où sont les prisonniers?

Le pauvre a du mal à parler. Il parvient tout de même à dire que les chasseurs ne livrent que des gens morts, ou mourant à la rigueur. La femme pirate laisse alors sa colère monter en elle. On peut ressentir son aura d'ici. Elle jet alors sa prise sur le côté sous les yeux effrayés de tous. L'équipe de journalistes reprennent alors leur travail. Tintin continue de commenter ce qu'il voit. Il est bouleversé.

C'est juste horrible... Un homme vient de mourir sous mes yeux dans d'atroces souffrances. Visiblement, la capitaine des Ombres du Chaos cherche à libérer des captifs sur l'île. Attendez. Mais... Que fait-elle? On dirait. C'est incroyable! Cette femme est une utilisatrice de Fruit du Démon...
Red Hell!

Le carnage annonce la couleur. Aoi sera donc sans pitié, tant qu'elle n'obtiendra pas ce qu'elle souhaite. Tintin tente de garder son calme. Il ne sait que dire.

La capitaine des Ombres du Chaos est en train de faire une flaque de magma tout autour d'elle. Ses nakamas sont même obligés de s'écarter. Cinq personnes qui ont été trop proches n'ont pas eu de chance. Ils fondent sur place! C'est un spectacle funèbre... Le magma continue de couler le long de son corps et semble alimenter la marre rouge. La flaque s'étend encore et encore. Les membres de son équipage empêchent comme ils peuvent les chasseurs de tirer sur Aoi, car ces derniers chercher à stopper ce massacre toute de suite. C'est horrible. Personne ne peut faire quelque chose... Ses victimes s'écroulent sur place. Ils tombent en posant leur main sur un sol de lave. Ils flambent... C'est une mort cruelle.

Tout le monde prend ses précautions. Ils ne s'approchent plus, ils ont compris la leçon. Il faut se battre à distance. Il est trop tard pour sauver de l'Enfer les victimes d'Aoi. Cette dernière sourit. Elle est pleine d'assurance. Elle s'avance alors lentement comme si elle allait quitter la marre de magma, mais elle continue à l'alimenter formant alors une étendue ovale. Elle menace encore ses adversaires.

Bande d'imbéciles. Pourquoi persistez-vous à ne pas me répondre? C'est pourtant simple, non? Mais puisque vous refusez de coopérer, préparez-vous au pire. Cette nuit sera la plus longue de votre pitoyable existence, ahahahahahahaha!!!
Jamais on ne s'avouera vaincu, pirates. Vous vous attaquez à plus forts que vous. Nous sommes des chasseurs de primes! Votre acte de guerre vous emmènera tout droit à votre perte, sachez-le.

Johnny se tient sur la terrasse d'une maison encore debout. Sans attendre, il envoie un boulet de canon sur Aoi. Il sait que ce qu'il fait ne sert à rien sur un Logia, mais son but n'est pas de tuer la capitaine. Il cherche à la retarder en attendant l'arrivée de Kuro! Il ordonne alors à ses pairs d'éliminer les nakamas de la pirate. Ce qui devrait être plus facile pour eux.

~~ Page 2 ~~
Techniques:
 
D'après les testaments de la Reine des Masques, dit Hathor.
©odage by Hathor



Dernière édition par Aoi D. Nakajima le Mer 5 Fév 2014 - 15:42, édité 7 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t4364-la-reine-des-masques-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t4495-les-loges-de-la-reine-des-
avatar
Kusanagi

♦ Équipage : Les ombres du chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 5173
Popularité: -332
Intégrité: -319

Ven 20 Déc 2013 - 16:11

Plus les minutes passaient et plus le sang giclait et que la terreur régnait dans l'île. Après que nous (Shiro & moi) ayons pris chacun les canons portatifs des Cdp qui nous canardaient un peu plus tôt, nous progressions dans la ville, déterminés à tout détruire. Quelques pas plus tard, je remarquai un groupe de civils, environ une bonne vingtaine, qui se ruaient dans un petit restaurant, aidé par le propriétaire et ses employés afin de sauver le plus de personnes possible et de s'y cacher en attendant que les choses puissent se calmer. Ainsi donc, ils verrouillèrent la porte et s'entassèrent au sein de l'établissement, terrifiés par l'horreur qui se passaient dehors.

Malheureusement pour eux, ils avaient été repérés. Je m'approchais un peu plus du restaurant en question puis " Booum " je tirai un boulet de canon à travers la porte. Celui-ci fit éclater la porte en mile morceaux avant de s'écraser et d'exploser au fond de la pièce en tuant 11 personnes et en blessant la plupart des survivants. Le feu se déclara par la suite dans l'enceinte du restaurant tandis que les quelques survivants qui restaient, criaient de peur.

Après avoir lâcher le canon portatif, je me mis aussitôt devant l'entrée du restaurant avant de dire les propos suivants sur un ton de psychopathe :


- TOC TOC.... DEVINEZ QUI EST LAAAAAAAAAAAA ?

A peine avais-je terminé ma p'tite blague pourrie que je m'aventurais dans l'établissement dans le but de massacrer toutes les personnes qui avaient été épargnés par le boulet tandis que Shiro restait en retrait au niveau de l'entrée et l'unique sortie du restaurant pour tuer n'importe qui, qui venait à le franchir.

Au bout de quelques instants, ils avaient tous succombé au tranchant de mon meïtou et je sortis ainsi du restaurant qui était petit à petit, la proie des flammes.

Bougre de faux jetons à la sauce tartare, quelle était donc cette sensation ? J'étais couvert de sang, que ça soit sur mes vêtements, sur mon visage ou encore sur mon meïtou où ce liquide rougeâtre coulait tout au long de la lame. Mes mains tremblaient tandis qu'un sourire pervers se dessina sur mon visage à la vue de tout ce sang. Je me sentais puissant et le seul fait de savoir que j'avais le pouvoir de décider qui parmi tout ces gens pouvaient vivre ou non, ne faisait que satisfaire mon égo surdimensionné et tordu. Bordel de merde, était-je vraiment normal ?
Plouf ! Soudain, Une chose en particulier vint me tirer brusquement de mes longues réflexions.

- Heiin ? Qu'est-ce que... ?

En effet, cela n'était rien d'autre que Zarechi qui passa tel une fusée à côté de nous en débitant des insanités comme à son habitude avant d'être suivi d'Ulcky qui courait comme un chien assoiffé vers notre direction. Mais qu'est-ce qu'ils foutent encore ces simili martiens à la graisse de cabestan ? Pensais-je avant de remarquer le groupe de Cdp qui pourchassait le pauvre pirate.

- Shiro !! Bombarde tout de suite ces chasseurs de primes qui viennent vers nous... Vite, bordel de merde.

m'écriais-je à l'égard de Shiro qui s'exécuta tout de suite en tirant avec son canon portatif le dernier boulet vers le groupe de Cdp. " Booum ! " Cela réussit à diminuer leurs nombres et à un peu équilibrer la balance au niveau des deux camps. Cependant, alors que l'on croyait pouvoir s'occuper de ces chasseurs de primes, les doigts dans le nez, quelque chose d'autre vint bouleverser nos espérances. En effet, d'autres chasseurs de primes qui surgirent des ruelles, des toits, de gauche, de droite, de n'importe quel côté, s'amenèrent dans la zone et en l'espace de quelques secondes, nous fûment encerclés par l'ennemi.

Nous nous rassemblions tous au milieu (Ulcky, Shiro & moi), debout l'un contre l'autre histoire de se couvrir mutuellement les arrières.

- Punaise, alors là on est dans la merde jusqu'au cou. Et quand je pense que ce con de Zarechi a réussit à se faire la malle avec son matou. Smshhhh! C'est vraiment po juste.

- Espérons juste qu'il va revenir pour nous donner un coup de main sinon je crains le pire, les gars.

- Il a intérêt ouais,cet espèce de chouette mal empaillé. Et puis, Ulcky... Rapelle moi plus tard de vous botter les fesses à vous deux pour avoir attirer vers nous cette foule de Chasseur de prime.

****

Quelque part non loin de la position du groupe de Kusanagi, dans une auberge, un homme venait de se réveiller en sursaut à cause d'un boulet de canon qui passa à travers le mur de sa chambre. Il saisit aussitôt les 3 sabres qui étaient posés près du lit puis il s'empressa d'aller vers la brèche qu'avait causé le boulet de canon pour assister, du haut du 2ème étage où il était, à la scène apocalyptique qui se passait sur toute l'île. Qui était-ce ? Hé bien, cet homme n'était personne d'autre que le célèbre maitre Musashi de l'école des trois sabres de l'île de Shimotsuki.
Spoiler:
 
Que pouvait-il bien faire dans un lieu aussi éloigné de son île natal ? Pensez vous probablement.

En faite, depuis un mois et quelques semaines une rumeur selon laquelle Musashi aurait abandonné son école afin de s'enrôler dans une vendetta dont l'unique but était de tuer le pirate Kusanagi qui avait ôté la vie du petit frère du maitre juste sous ses yeux impuissants, circulait un peu partout dans le monde. Une rumeur qui évidemment était fondé compte tenu de la présence du maitre dans cette île. D'ailleurs, il y était venu afin d'essayer d'avoir des informations sur Kusanagi auprès des chasseurs de primes avant d'être finalement au courant qu'il avait été capturé par la Team Rocket et qu'il était en chemin avec son équipage pour la potence. Il comptait donc passait une dernière nuit sur cette île avant de reprendre sa route et aller regarder de ses propres yeux cette fameuse exécution des ombres. Voilà la raison de sa présence sur cette île et dans cette auberge.

Bref, Musashi descendit rapidement les escaliers pour rejoindre le hall d'entrée avant de rencontrer le responsable des lieux qui était en train de barricader la porte et les fenêtres. Musashi lui posa la question suivante :

- Bon sang, qu'est-ce qui se passe dehors ?

- Nous sommes attaqués par les ombres du chaos. Ces enfoirés sont en train de mettre toute la ville en feu et en sang, personne n'est épargné... Priez pour que dieu nous vienne en aide, mon ami.

- Les ombres du chaos vous avez dit ? Comment est-ce possible ? Je croyais qu'ils avaient été arrêtés par cet équipage de chasseur de prime.. Heu.. Comment s'appellent-ils déjà ?... La Team Rocket ?

- C'est ce que nous pensions tous, jeune homme. Mais comme vous pouvez le constater par les cris, les flammes et les explosions dehors... nous avions tous tort.


L'expression de maitre Musashi changea subitement, on pouvait y lire la rage qui était à cet instant en train de posséder tout son être.

- Les ombres du chaos..... Kusanagi..... GRrrrrrrr !!!.... KUSANAGIIIIIIIIIIIIIIIIIIII !!!!!!

S'écria-t-il à travers une colère vraiment intimidante avant de sortir de l'auberge à travers une démarche hostile, malgré les avertissements du responsable de l'établissement. Il était déterminé à retrouver et à buter celui qui lui avait enlevé la seule famille qui lui restait dans ce monde.
Les représailles s'annonçaient explosives.
http://www.onepiece-requiem.net/t4836-kusanagi-les-tenebres-en-personnehttp://www.onepiece-requiem.net/t4889-fiche-de-kusanagi
avatar
Zarechi Ozuka

♦ Localisation : Là où tu viendras pas me chercher !
♦ Équipage : Ombres Du Chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 3820
Popularité: -232
Intégrité: -140

Dim 22 Déc 2013 - 14:04

Bordel, ces deux imbéciles se sont fait avoir ! Je devais les aider ! Mais … Je devais tout d’abord calmer Tsukogami et remonter sur son dos pour pouvoir aller les aider. Je pris donc une grande inspiration et cria :

-Un poisson gigantesque se bat contre Ulcky et Kusanagi !!

Il appartenait bien à la race des félins … Ni une, ni deux, le gros matou se retourna et fit valser son regard sur la zone ensanglantée. Je remontais entre temps sur son dos.

-Désolé, mon gros … C’était juste pour te faire arrêter … Mais je te promet que si nous nous en sortons vivant, je te l’offrirais, ton gros poisson !

Il me fit un large sourire.

-Bon allez ! J’en connais deux qui ont besoin de notre aide !

-Aaaaaah !

-Hein ?

Boum … Coup de pattoune … Chasseur de prime volant.

-Bon … En avant !

Tsuko se mit à courir en direction de l’attroupement que faisaient les chasseurs à toute allure ! Puis, il grimpa sur un toit pas très haut afin d’avoir une vu d’ensemble du combat.

-Projette-moi assez haut, s’il te plait.

Il prit un gros appui et sauta aussi haut qu’il le pus. Une fois à l’apogée de son saut, se fut à mon tour de sauter. Plus j’avais de hauteur, plus l’attaquer allait faire mal. Je finis donc mon ascension et fis pointer mes sabres vers le bas, bras croisés et jambes pliées. Dès que je recommençais à descendre, je dépliais les bras et commençais à tourner sur moi-même, jusqu’au moment où je touchais sol et où une dizaine de chasseurs volèrent dans les airs, leur corps tranché d’un nette entaille.

-Et Zarechi est arrivéééé ! ♫

Suivi de mon gros matou, nous étions en train de faire pas mal de place dans cette ruelle, faisant sa rencontrer chaires, sang, os et métal ! La scène devint très vite extrêmement sanglante, à tel point que le pelage et les dents de Tsukogami avaient perdu de leur couleur naturelle. Il en était de même pour moi ! Devant une telle charpie, il était impossible de dissocier le sang des victimes de mien ! Car oui, j'ai beau avoir des kilomètres dans les jambes et des litres de sang dans le métal, je n'en restais pas moins intouchable ! De temps à autres, un sabre, une balle, un coup venait à l'encontre de mon corps, venu d'on ne sais où dans cette foule enragée. Par pur hasard, j'en vins à me retrouver dos à dos avec Ulcky.

-Hhh hhh ... Pas trop fatigué ?

-Tu parles ... Hhh hhh ... Je ne fais que m'échauffer !

-C'est pas ce que ton corps laisse dire ! Fais gaffe à toi, y'en a qui sont plus balèzes qu'ils n'en ont l'air !

-Comment ça ?

En effet, devant moi, un demi-géant, du moins une personne surplombant tout le monde de deux têtes, traçait son chemin dans la foule en écartant les gens d'un coup de poing bien placé. Ami ou ennemi ? À en juger par le regard qu'il me lançait : ennemi ! Je restais bouche bée face à cet être colossal, jonché de cicatrices et aux muscles impressionnants ! Il portait en sa main gauche un marteau de guerre et en sa main droite, une hache des plus imposantes ! Voyant que je n'osais pas bouger devant cet être immonde, Tsuko s'élança à corps perdu et mordu le bras droit de l'homme, le faisant valser quelques mètres plus loin. Cela dit, cela lui fut l'effet d'une piqure de moustique ! Aucune expression faciale ! Il était au sol, écraser par mon familier, mais ne le resta pas longtemps ! En effet, il usa de son bras libre pour donner un énorme coup de marteau dans les côtes de Tsuko, qui en resta sonné.

-TSUKO !! Espèce d'enfoiré !

*Colère ! Haha ! Colèèèère ! Disait Strong Hate d'un ton débile et tout excité*

Cela dit, mon nouvel allié était plus robuste qu'il n'y paraissait et se releva. J'étais soulagé ...

*Maieeeeuh ...*

-Reste en arrière, Tsuko ... Il est trop puissant pour toi ! Va donc plutôt aider Ulcky. On dirait qu'il peine un peu ... Lui disais-je sans lui accorder de regard, juste en pointant le monstre de mon sabre droit imbibé de sang ... À nous deux, atrocité !


Dernière édition par Zarechi Ozuka le Lun 23 Déc 2013 - 12:31, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t2867-zarechi-ozuka-prez-100-manque-validationshttp://www.onepiece-requiem.net/t4378-fiche-de-zarechi-ozuka
avatar
Ulcky Yuan

♦ Équipage : Les Ombres du Chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 3372
Popularité: -225
Intégrité: -170

Lun 23 Déc 2013 - 10:32

Etre aux prises d’une bande de mecs armées jusqu’aux dents c’était un peu notre récompense vis-à-vis de notre arrivé quelque peu… Indiscrète. Et mon trophée ? C’était d’être avec les cinglés du sabre… Sans oublié Shiro et le matou…

Tiens en parlant de lui, je me retrouvais dos à lui pour combattre. Enfin dos à lui, plutôt dire tête à cul, car vue la hauteur du chat et le fait qu’il se balade à quatre pattes… Bref, j’ai toujours le beau rôle… La bête semblait assez réactive à ce que Zarechi lui disait, alors j’ai fait de même.

Ulcky : Aller le chat, tu obéi et attaque tous ceux qui pourrait me vouloir du mal jusqu’à ta mort compris ?

Il me répondu d’une griffe d’honneur démontrant deux choses… L’une c’est qu’il comprenait et l’autre que je pouvais aller me faire mettre…

Ulcky : Aller !!! Arrête ton char le chat ! Zarechi a parlé d’un gros poisson qui allait me venir dessus. On le choppe et on le mange ok ?

Comment dire… Oui je pensais vraiment qu’il y avait un énorme poisson quelques parts qui allaient me venir dessus. Pourquoi ? Et bien d’une Zarechi l’avait crié et de deux, j’étais trop loin pour l’entendre dire à Tsuko que c’était qu’un leurre… On a donc combattu et moi en pensant trouver un trésor de monstruosité comme on en trouve que sur cette route de tous les périls.

Pour la suite, on se laissa vite dépasser par les événements. Nous avions beau avoir de gros muscles, il y avait un nombre important de chasseur. En plus, Usant de trop de mes dials, j’en oubliais que leurs utilisations étaient limités. A deux reprises je me suis retrouvé comme un imbécile à lancer un « pouf » d’air ou de flamme dans le vide.

Avec mes adversaires armées de sabre, je pouvais toujours réutiliser mon axe Dial. Ça c‘était la bonne nouvelle. La mauvaise c’était toujours cet attroupement qui grossissais a vu d’œil. On ne pouvait pas rester là, soit on allait de l’avant sans s’occuper de nos occupants, soit on décimait tout, mais ce schéma semblait impossible.

J’ai crié à de nombreuse reprise à mes compères de quitter la zone, mais pris dans leurs combats… C’est comme si je parlais au chat…

Je ne voyais qu’une solution pour aller de l’avant c’était d’attirer les chasseurs de prime ailleurs, le temps que mes deux zouaves finissent leur combat. J’ai chopé Shiro pour lui expliquer mon point de vue qu’il acquiesça assez rapidement à ma grande surprise. Nous avons donc détruit chacun un bâtiment pour attirer l’attention et nous avons pris la fuite dans les ruelles de la ville….

Enfin… Shiro et le chat oui… Moi, j’ai pris le soin de me cacher en route… Fourbe jusqu’au bout, il fallait bien un groupe de monstre pour les gros morceaux, un groupe de diversion et un solo investigateur… Et ça je voulais que ce soit mon rôle ! Et puis entre Kusa qui voulait m’en mettre une, le chat aussi… Bref, autant que je me mette tout le monde a dos. Sortie des poubelles et coiffé d’une peau de banane, j’ai commencé mon investigation. J’ai attrapé un forban dans le coin d’une ruelle afin de l’interroger…

Ulcky : Bon, je vais te la faire rapide, il y a deux manière de faire pour que ça aille vite, la mort ou la mienne. Et la mienne peut te conduire à la mort. Alors réponds… La prison où-est-elle ?

CDP : La caserne de la marine ! La-bas ! Plus loin … Pitié…

Ulcky : Bon... Et autre question... Un gros poisson qui doit marcher ? Ca te dis quelques choses ?

CDP : Euh... Non...


Là il me regardait d'un aire débile ne comprenant pas ma question ou tout du moins son but.

Ulcky : C’est bon… T’es obéissant… Mais tu vas devenir estropié…

Les yeux grands ouverts, son pied se détacha de sa jambe. Un coup d’axe le fit voler à ma hauteur et c’est naturellement que j’ai laissé le membre à terre encore en train de bouger… Et j’ai couru en direction de cette caserne.

Sur la route, j’ai laissé volontairement des traces de mon passage pour que les autres me retrouvent facilement. Mais je ne savais pas encore que ce Chasseur m’avait dupé et envoyé vers une prison qui n’existait pas…
http://www.onepiece-requiem.net/t5567-ulcky-yuanhttp://www.onepiece-requiem.net/t5632-ulcky-yuan#67959
Invité
Invité


Sam 28 Déc 2013 - 3:59

    La capitaine se déchainait. Son magma engloutissait les chasseurs de primes qui se trouvaient sur sa route. Ces derniers se regroupèrent afin de mettre en place une ligne de feu, afin de ralentir Aoi. Natacha s'élança vers la petite troupe et débuta une danse macabre. Devant moi derrière un mur en ruine se trouvait un tout jeune garçon tremblotant. Marianne était restée sur place afin de vérifier le bon déroulement de mon "baptême du feu". Pourtant, je ne pouvais me résoudre à tuer froidement cet enfant. Il était désarmé, faible, terrorisé. Je n'étais pas une meurtrière... Plus depuis ce fameux jour où des bandits et des villageois étaient tombés sous la lame de mon Sandai. Non, je ne voulais pas réitérer cette folie. Marianne sembla s'impatienter et s'avança sabre à la main.

    "Que t'arrive-t-il Léténa ? Nous devons rejoindre Aoi. Dépêche toi de le tuer.

    A ces mots, le jeune garçon émis un gémissement apeuré. Sans hésiter, je fondais sur lui. Trainant la pointe de mon meitou sur le sol, un petit nuage de poussière s'éleva pour me dissimuler un instant. Arrivant à sa hauteur, je lui glissais tout bas :

    "Ne bouge pas. Je viens de te tuer."

    Essuyant ma lame suintant de sang sur son torse, je le poussais à terre. Le nuage de poussière dissipé, le jeune garçon gisait à terre un entaille sanglante sur le torse. Rengainant mon meitou, je me retournais vers Marianne, le regard impassible.

    "Allons-y."

    Abandonnant là le jeune garçon, nous rejoignîmes notre capitaine. L'enfant ne se fit pas prier pour fuir à toutes jambes après notre départ. Cela devait être la première fois qu'un pirate lui avait sauvé la vie.

    La Capitaine essuyait toujours un feu nourrit. Natacha avait tranché de nombreux chasseur de prime, mais ces derniers arrivaient toujours plus nombreux. Nous dûmes nous mettre à couvert lorsqu'un nouveau groupe armé arriva. Les balles fusèrent et je fus séparée de Marianne.

    Après avoir manqué d'être transformée en passoire, je décidais de poursuivre par ce chemin avoir de contourner les chasseurs de prime. Marchant lentement, je traversais les ruines provoquées par les canons. Passant à côté d'un petit groupe de trois personnes sans m'en rendre compte, je m'apprêtais à poursuivre ma route lorsque je perçus la voix de l'un d'eux.

    "Un de chasseurs de primes se dresse devant la capitaine des Ombres. L'affrontement semble imminent."

    M'approchant du petit groupe silencieusement, je m'interrogeais sur leur présence ici et surtout sur leur profession. C'est alors que je remarquais le Den Den Caméra portée par une jeune femme et un petit coquillage porté par un homme. Étant donné le discours que le dernier des trois tenait, il devait s'agir de journalistes. Un petit groupe semblable était passé par notre village après sa sanglante attaque par des bandits. Curieuse, je m'avançais encore jusqu'à me retrouver derrière la camérawoman. Lorsque le journaliste se retourna pour faire face à la caméra, il s’immobilisa en laissant sa dernière syllabe en suspens. Les deux autres journalistes semblèrent hésiter un instant, puis se retournèrent pour me faire face lentement. Leur visage exprimait la surprise et la peur. Avec mon sang sur le visage et ma fourrure de loup, je ressemblais plus à une jeune fille perdue au milieu d'un champ de bataille qu'à une pirate. Néanmoins, la présence de mon meitou recouvert d'hémoglobine levait le doute sur ma véritable identité. Un ange passa, puis deux, puis trois. Avant que le quatrième ne profite du silence pour rejoindre ses semblables, je brisais le malaise.

    "Vous êtes des journalistes ?"

    "Ou...Oui. Et vous ?"

    "Léténa. Léténa D. Vilkas. Je fais partie de l'équipage des Ombres. Enchantée. "

    Des cris s’élevèrent tout proche. Aoi devait encore une fois se servir de son magma. Je me retournais pour repartir.

    "Bon et bien... bonne journée."

    J'eus à peine le temps de finir ma phrase qu'un chasseur de prime sortit de nulle part dans le but évident de m’occire. Parant sans difficultés sans sabre, je repris l'initiative en le repoussant avant de me jeter vers lui.

    "Le souffle du Loup"#

    Son sabre vola en éclat sans un bruit.

    "La Patte du Loup"#

    Le chasseur s'écroula dans un râle avec cinq lacérations sur le torse. Gratifiant les journalistes d'un petit signe de la main, je repris ma route. Arrivant finalement derrière le groupe qui m'avait prise pour cible quelques minutes plus tôt, j'engageais le combat.

    "La Danse du Loup"#

    Les chasseurs de primes tombèrent avant d'avoir pu réagir. Je fis signe à Marianne et Natacha afin de leur signifier que la route était dégagée. C'est alors qu'une corde m'entoura la taille et me tira violemment en arrière. Je percutai un bâtiment en ruine en lâchant un hurlement de douleur. Je m'écroulais sur le sol. Je me relevais difficilement en m'appuyant sur mon meitou. Natacha et Marianne se précipitèrent vers moi. C'est à ce moment que mon agresseur daigna sortir de sa cachette.

    "Vous ne passerez pas, pirates !"

    Un garçon pas beaucoup plus jeune que moi nous fit face. Des cordes autour de son torse, il enroulait autour de son bras celle qu'il avait sans doute utilisé contre moi. Pouffant, Natacha se dirigea vers le jeune avec la vive intention de le hacher menu.

    "Natacha ! Celui-ci est à moi ! Je vais lui apprendre à brutaliser une louve."

    Natacha soupira et haussa les épaules. Elle continua son chemin avec Marianne, me laissant là face à mon adversaire.

    " Tu es bien jeune. Je suppose que tu as l'intention de me barrer la route, de me capturer et même de me tuer. Je ne me laisserais pas faire. Nous avons quelque-chose à faire ici et rien ne doit nous barrer la route."

    Pour toute réponse, le jeune homme lança une de ses cordes sur moi. Elle faillit s'enrouler autour de ma cheville avant je ne n'esquive d'un bond. Le combat venait de débuter.


Spoiler:
 
avatar
Galowyr Dyrian
Le Sable Rugueux
Mousse

♦ Équipage : Fantine et les garçons

Feuille de personnage
Dorikis: 6910
Popularité: -462
Intégrité: -278

Lun 30 Déc 2013 - 1:28

Les pouvoirs du fruit du sable avait permis au borgne d’échapper avec une facilité presque déconcertante aux chasseurs de prime. Comme quoi ne pas pouvoir foudroyer ses adversaires et se déplacer à la vitesse de la lumière ça pouvait presque avoir du bon. Fatigué et n’ayant pas l’envie d’élaborer un plan ce soir-là, il s’endormit sur le toit d’un immeuble quelconque. Personne ne viendrait le chercher là. Enfin s’endormit … Il essaya.

Impossible de trouver le sommeil cette nuit-là. Dormir sur les toits. Il ne l’avait pas fait depuis Goa. Autant dire un lustre mon petit père. Il était en quelque sorte revenu au point de départ. Non pas tout à fait, il était là dans un but précis. Tirer Drogo des griffes des chasseurs de primes. Et il ne reculerait devant rien pour y parvenir. La silhouette du chevalier noir toujours dans son esprit se mêlait dans d’obscures pensées aux bons moments passés avec Drogo. Son jeune capitaine avait toujours su quoi faire. Toujours su quoi dire. Le borgne ne pouvait pas en dire autant. Il était totalement perdu. Depuis la dissolution des Bloody Sorrow, il n’était plus rien. L’ombre de ce qu’il avait été, un chien errant, une âme perdue dans les méandres d’un monde trop brutal. Il enviait ces chasseurs de primes. Il lui rappelait la brute épaisse assoiffée par l’argent qu’il avait pu être. Cette carcasse vide qui trouvait un semblant de bonheur dans l’argent et l’alcool. Toujours aussi vide mais l’alcool n’avait plus tout à fait la même saveur.

Soudain un éclair déchira la nuit et ses pensées. Un éclair ? Pourquoi pas une pluie de météorite ? N’importe quel type avec des oreilles aurait reconnu ce son. La douce mélodie d’un canon crachant son projectile. Cette mélodie se mua en une symphonie assourdissante. Le coup de canon devint une canonnade. Les bronzes hurlaient à toute l’île, un message simple et limpide : On vous attaque.

C’était la chance que le borgne attendait. Qu’elle soit venue aussi vite le surprenait. Le type là-haut s’était-il donc décider à arrêter de lui en mettre plein la gueule ? Rien de moins sûr. Mais en tout cas, ça valait le coup de voir qui était ces assaillants. L’ennemi de mon ennemi est mon ami disait le poète. Enfin c’était des conneries, parce que des fois l’ennemi de mon ennemi a la fâcheuse tendance de devenir son ami pour me taper dessus. Le borgne se releva et visa de nouveau son capuchon sur la tête. Puis sautant de toit en toit, il s’élança vers l’origine du tumulte qui ébranlait la nuit paisible des chasseurs de primes. Son petit doigt lui disait que ça n’allait pas tarder d’être le bordel. Et quand il pense à un bordel le Galo, il ne pense pas à un lieu de perdition. Il pense minimum à un Buster Call voir pire.

Il ne lui fallut pas longtemps pour trouver l’origine du problème. Une gonzesse. Et bien ça pour une surprise, s’en était une grosse. Il s’attendait à une brute sanguinaire dopée aux hormones de croissance. Et qu'est-ce qu’on lui refilait ? Un tas d’œstrogène un peu trop vindicatif. Amusant. Le manchot s’alluma une cigarette, bien décidé à observer un temps. Cette femme éveillait sa curiosité. Il ne fut pas déçu. La pirate était encore plus que ça. C’était une consœur. Une utilisatrice de logia. Et là où lui avait tiré la sobriété et la solitude du désert, elle semblait avoir des gouts beaucoup plus ostentatoires. Du magma qu’elle produisait la bougresse ! Et là on n’est plus dans le sobre et dans le propre. La seule chose qui venait à l’esprit du borgne c’était le mot destructeur. Une flaque de magma l’entourait, faisant fondre tout ce qui était autour d’elle. Réduire des chasseurs de primes à l’état de flaque. Il plaignait presque ces pauvres chasseurs de prime. Tirant sur sa cigarette, il se demanda ce qu’il aurait fait à leur place. Prendre la poudre d’escampette sans doute. Peu importait le salaire, si on n’était pas vivant pour le toucher ça ne servait à rien. Encore plus lorsqu’on n’est plus qu’un petit tas de chaire fondue. La conclusion simple à laquelle il arrivait, c’était que soit ces types étaient du genre totalement inconscient, soit ils ne doutaient pas une seconde de leur chance de victoire. Le visage de Kuro se rappela à son bon souvenir. Ce type, à quel point pouvait-il être fort ?

Il observa un petit moment, la dame et ses nakamas combattre les chasseurs de primes. Le doute n’était plus véritablement possible. Autant la femme-magma lui sembla redoutable, autant les autres bonnes femmes auraient mieux fait de poursuivre leur carrière d’infirmière ou de tenancière de taverne. Fallait voir la gamine qui jouait avec son sabre … S’il y a bien une chose que le borgne n’appréciait pas c’était la violence gratuite. D’une part parce que sa main en moins en était une cruelle conséquence d’autre part parce que cela constituait une part de marché perdue. Cependant pas le choix. Ces donzelles n’étaient assurément pas là pour conter fleurette aux chasseurs de prime et il avait besoin de bras pour affronter Kuro. Pas uniquement parce qu’il était manchot. Cependant comme tout loup solitaire volant au secours d’une demoiselle, il voulait soigner son entrée.

Il se transforma de nouveau intégralement en sable.  

Et alors qu’un artilleur s’apprêtait à faire feu de son canon portatif sur l’assaillante, une immense lame de sable le trancha. Et là devant les yeux étonnés des combattants des deux camps, le sable prit peu à peu forme humaine pour devenir une silhouette encapuchonnée avec une cigarette au bec. D’un geste désinvolte, il retira son capuchon dévoilant son visage balafré. La lueur rougeâtre qui émanait du magma lui donnait un air mauvais que son sourire goguenard accentuait.

Elle n’était pas si mal de près. Pas mal du tout même. Plus toute jeune par contre, enfin ça faisait qu’accentuer son mérite. Une femme qui reste appréciable en vieillissant ça tient plus du miracle que de la réalité.

Et bien et bien … On m’avait raconté que les dames se calment avec le temps c’est semble-t-il pas vraiment ton cas. Que vient donc faire une si bouillante et charmante créature à Whiskey Peak ? Le plaisir de détruire ? Le tourisme ? Ou peut-être pour le plaisir de ma compagnie ?
http://www.onepiece-requiem.net/t2897-galowyr-le-balafre-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t3000-fiche-galowyr
avatar
Nakajima D. Aoi
La Reine Rouge

♦ Localisation : Les Précieuses
♦ Équipage : Les Ombres du Chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 7301
Popularité: -962
Intégrité: -768

Lun 30 Déc 2013 - 20:41


Rappel des techniques du Color Trap:
 
Sur la rive droite, du côté des Ombres du Chaos

Léténa semble être aussi dans la danse, en fin de compte. Je n'ai malheureusement pas vu si elle avait tué le gamin que je lui avais demandé de descendre. Je l'aperçois vaguement se mesurer contre un adolescent plutôt curieux. Je suis trop occupée à chasser ces chasseurs. Le comble. Je ne vois donc pas tout précisément. Visiblement, l'adversaire de ma nouvelle nakama est un utilisateur de Fruit du Démon. Il use à tout-va des cordes qui sortent de lui. Tant mieux pour ma jeune recrue. Elle aura enfin de quoi faire pour me montrer sa véritable valeur. Elle peut se défendre seule, j'en suis sûre. J'espère juste que son Meitou ne va pas l'entailler encore une fois comme à Vulcania...

Quant à Natacha, elle se confronte au dénommé Johnny à ma place. Je croyais que c'était le chef de Whiskey Peak, mais il faut croire que je m'étais trompée. Je ne sais toujours pas où il est. Il pourrait venir me surprendre à tous moments. Marianne, de son côté, elle cherche comme elle peut l'endroit où sont retenus les prisonniers tout en massacrant les méchants chasseurs de primes. Évidemment. J'ai confiance en Kusanagi et Zarechi. Ils sont forts. Et Ulcky est un grand débrouillard.

Soudain, alors qu'un grand imbécile s'apprête à tirer avec son gros calibre, j'ai senti quelque chose. Il y a comme de la poussière autour de nous. Non, plutôt comme des grains de sab...

Wouahh!!

Galowyr Dyrian VS un artilleur
Quelque chose a sabrlé mon adversaire en le coupant en deux. Net. Le bout du haut vole alors dans l'air pendant que une forme se matérialise entre le mort et moi. Un homme se tient alors face à moi, un peu arrogant et fumant une cigarette de mauvais goût.

Hmm, logia...
Sans perdre un instant, le nouvel arrivant m'adresse la parole sans se préoccuper des autres personnes autour de nous. Qui peut-il bien être pour être aussi assuré face à la multitude de CdPs? Il n'a même pas peur de moi... C'est dire. Pourtant, mon magma coule encore le long de ma peau. On dirait que je ne suis même pas une menace pour cet inconnu. Autour de lui, les hommes sont entre l’affolement et le courage. Certains crient le nom du mort. Pleurent aussi. En colère. Intimidés. D'autres, se contentent de reprendre le dessus sur leur émotion et se préparent à nouveau à me/nous mener à bout. J'entends même quelques-uns révéler le nom de mon interlocuteur. Pour ma part, il faut dire que je reste assez pantois.

Il n'y a pas de doute! C'est Galowyr Dyrian!! Sa tête est mise à prix pour 13M de Berrys!
Charlie, ce n'est pas possible. Comment un pirate avec un pouvoir aussi puissant peut avoir une prime aussi ridicule? Pareil pour Nakajima, elle est trop puissante!! Il faut absolument que Kuro vienne nous sauver, sinon on est perdu!

Je ne fais pas attention à mes cibles. Je réponds juste tranquillement à l'inconnu qui a fait une entrée remarquable et spectaculaire. Il faut dire qu'il a du style. Toutefois, je reste de marbre devant-lui. Je n'aime pas trop qu'on me vole mes victimes.

Quel beau parleur. Sais-tu seulement à qui tu t'adresses, Galowyr? Mes affaires ne te concernent pas. Je te retourne alors ta question. Cela dit, je tiens à te féliciter. Tu as su m'impressionner. Ton pouvoir est un Fruit du Démon de type logia, n'est-ce pas?

Sur la rive droite, du côté des journalistes

Pendant que Galowyr et Aoi s'entretiennent, les journalistes arrêtent temporairement de filmer. Tintin s'adresse à ses compagnons.

C'est lui, je le reconnais. Il était dans l'équipage des Bloody Sorrow. Il vient sûrement chercher son capitaine, Drogo. Si c'est pour cette raison qu'il est sur l'île, on est vraiment dans la merde. Vous avez vu comme il a découpé ce malheureux?!
Oui, on l'a tous vu. Et je n'aimerais pas finir comme ça. On a déjà enregistré beaucoup de choses. On ferait mieux de se cacher en attendant que le Log se recharge.
Je ne crois pas que ces pirates nous veulent du mal. Il n'y a qu'à voir l'attitude de la gamine. Hmm, Léténa D. Vilkas...

Un événement perturbe d'un coup les reporters. Des boulets de canons viennent trouer les deux utilisateurs de logia. Aussitôt, deux substances jaunâtres viennent tacher sous forme d'un symbole particulier le dos des deux pirates depuis la foule.

Warai no Kiiro!!

Sous les yeux de tous, les deux forbans rient à se pisser dessus. Ils semblent même être dans un délire total. Les chasseurs de primes ne sont pas surpris. Ils savent pourquoi leurs adversaires sont tout d'un coup dans cet état. C'est l'œuvre d'une personne de leur camp. Tintin se retourne alors rapidement face à la scène inimaginable pour commenter.

Incroyable! Alors qu'on croyait la victoire loin et impensable, la capitaine des Ombres du Chaos, Aoi D. Nakajima et l'ancien membre des Bloody Sorrow, Galowyr Dyrian sont complètement hors d'état. L'hilarité incontrôlée et soudaine empêche ces deux criminels de faire quoique ce soit. Ils sont comme prisonniers par un seul sentiment. Ils ne cessent de rire.

À ce moment-là, sortant des rangs, une femme fière et pleine d'assurance, fait un pas en avant. Ses compagnons l'acclament et la félicitent. En effet, c'est grâce à son plan qu'elle a pu maîtriser les deux pirates. Elle a profité que ses adversaires se recomposent pour leur jouer un tour. La chasseresse tient en main un pinceau et une palette de peintures! Il s'agit d'une excellente peintre. La meilleure de Whiskey Peak. Elle s'adresse à ses victimes.


Michelle-Angela Di Buonarroti - 2000 Dorikis
Yé bien, Nakajima, t'es pét-être la plous forte parmi nious, mais t'es certainement pas la plous rousée! Même s'il faut payer lé prix du sang, ton équipage sera complètement décimé et ta carcasse livrée au GM. Regarde, on arrive toujiours à te tenir tête! Et c'est valable pour toi aussi, Dyrian.

Les deux confrères rient encore et sont complètement ailleurs. Michelle-Angela parle dans le vent. Les chasseurs de primes sont contents. Aoi peut maintenant mourir sagement. La capitaine est tellement morte de rire qu'elle tombe mains en avant dans sa flaque. Son magma a cessé de couler. Elle se roule parterre, les larmes aux yeux. Sans le savoir, elle se délivre de son enchantement. Sa marque sur son dos est complètement effacé à force de gesticuler partout dans la marre de lave. Elle reprend alors ses esprits.

Qu'est-ce que... NON! J'ai crié victoire trop tôt. Aoi D. Nakajima se relève. Son expression est froide. Son visage est crispé et exprime la colère. Une soif de vengeance. Je... Je crois qu'elle va... Je perds mes mots tellement que je ne sais plus trop quoi penser. Cette femme est vraiment invincible. Il faudrait un miracle pour sauver l'île de ses griffes diaboliques!! Oh! Attendez. On dirait qu'elle prépare quelque chose...

Aoi est hors de sa flaque de magma, maintenant. Elle se dirige vers la peintre. Elle réalise sa technique Titanic hit avec chic à son niveau. Pour cela, elle fait grossir son bras droit. Il prend du volume, ce qui lui fait gagner en force et en surface de frappe. La brutalité à l'état pur, en somme. Cependant, la formation est lente. Elle a encore besoin de ses nakamas pour "la protéger". Du moins, pour éviter qu'on la déstabilise encore et encore. Seulement, cette fois-ci, elle est seule. Galowyr se marre encore, sûrement. Bien sûr, alors qu'elle s'apprêtait à frapper de son poing colossal, Michelle-Angela ordonne à ses compagnons de tirer avec leurs minis canon-portatifs sur le membre titanesque. Ce qui a pour effet de l'exploser. Quant à elle, elle rejoue de sa peinture illico grâce à sa technique Tōgyū no Aka. La main -normale- d'Aoi s'abat alors sur une marque rouge au niveau du sol, près de ses pieds. Rapidement, les boulets canardent à nouveau la capitaine. Encore. Elle s'éclate. Elle se décompose. Des trous se forment. Elle dégouline de lave. Elle est énervée. Elle ne supporte pas qu'on stoppe son attaque aussi facilement. Alors, dans un mouvement brusque, elle laisse monter sa colère davantage. Son courroux sort de son corps, comme une puissante aura sombre. Elle dégaine furtivement son sabre. La seconde d'après, alors qu'elle allait faire sa lame d'air, deux boules d'acier la déséquilibrent à moitié. Alors, sans le vouloir, sa lame d'air est partie en biais en direction de ses ennemis. Michelle-Angela n'a pas eu le temps d'enchaîner sur une autre capacité. Elle se baisse pour éviter le coup fatal.

Sufure... netsuretsuna!!

Tintin tient toujours bon. Il continue de commenter malgré toutes les atrocités qui se déroulent devant le Den Den caméra. Maintenant, il se demande si c'est bien une bonne idée de filmer ce qu'il voit. «Si seulement le Log était rechargé, jamais j'aurais été témoin de cette hécatombe!» se dit-il. Mais ce n'est pas le cas. Malheureusement, il n'a pas le choix. Il va terminer son article sur les Ombres du Chaos et accessoirement celui sur Drogo.

Telle une vague sinistre projetée en avant, la lame d'air fuse vers les adversaires d'Aoi D. Nakajima. Elle tranche comme un rien les malheureuses victimes sur sa trajectoire. J'arrive à ressentir la rage que cette femme pirate éprouve dans sa contre-attaque. C'est inimaginable! Elle est énervée, ça se voit. Et comme si le massacre n'est pas assez pour cette sanguinaire sans pitié, cinq-six maisons à proximité sont également découpés aussi nettement que du beurre! Elle est vraiment très forte. La foule, incapable de la battre, courbe l'échine. C'est juste horrible. C'est une véritable boucherie! Cette femme cruelle semble n'avoir aucun sentiment à l'égard de ses cibles. Entre la lame d'air et les capacités de son Fruit du Démon, les chasseurs de primes vivent un véritable Enfer. Désormais, mesdames et messieurs, je crains vraiment le pire...

En découpant une maison, Aoi a fait sans le savoir une ouverture pour un captif. Il se trouve qu'un autre équipage pirate est prisonniers sauf leur capitaine. Ce dernier ne tardera pas à solliciter son aide, d'ailleurs. Devant la capitaine des Ombres, c'est le massacre. Il n'y a pas de mot pour décrire l'atrocité. Aoi s'adresse à Galowyr.

Hé, toi! L'homme des sables, on poursuit un même but. Je te propose qu'on unisse nos forces.

~~ Page 3 ~~
Techniques:
 
D'après les testaments de la Reine des Masques, dit Hathor.
©odage by Hathor



Dernière édition par Aoi D. Nakajima le Mer 5 Fév 2014 - 15:43, édité 6 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t4364-la-reine-des-masques-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t4495-les-loges-de-la-reine-des-
avatar
Zarechi Ozuka

♦ Localisation : Là où tu viendras pas me chercher !
♦ Équipage : Ombres Du Chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 3820
Popularité: -232
Intégrité: -140

Sam 4 Jan 2014 - 15:32

Bordel, est-ce que cette horreur était au moins humaine ? Avant de commencer le combat, je pus focaliser mon attention sur les traits faciaux de mon ennemi. Peau tellement pâle que la seule lueur des flammes dans la nuit obscure suffisaient à lui donner une couleur orange éblouissante, multiples cicatrice au visage, yeux aux pupilles vertes exprimant une puissante envie de chaos, ... Mais ce n'était pas la pire ! Cet homme, s'il en était un, avait taillé une à une ses dents et ses oreilles de manière à ressembler à une créature carnivore, le laissant passer aucune occasion d'avoir un morceau de chair fraiche entre les dents ... Pas un mot ne sortait de sa bouche, uniquement un souffle bestial continu !


Il engagea le combat, levant son énorme masse et l'abattant face à moi d'un geste lourd, lent et maladroit, pour ensuite enchaîner d'un coup horizontal de sa hache de guerre. Il était effrayant, mais ne semblait pas très dangereux. Certes, il possédait une force et une puissante incomparable, mais étant donné la répétitivité de ses coups, cette créature semblait dénuée de toute cervelle. Il frappait, frappait et frappait encore ! Moi, je me contentais uniquement d'esquiver, sachant que toute parade était impossible étant donné le poids des armes et la force mise en elles. Cela dit, je m'étais peut-être un peu trop relâché ! En effet, à force de reculer, on finit forcement par toucher quelque chose ! En l'occurrence, un mur ! Un rictus se dessina sur les lèvres déchirées de mon adversaire, qui abattit ses deux armes sur le pauvre freluquet coincé que j'étais. Elles s'abattirent, le mur explosa dans une nuit de poussière et de débris, teinté d'un liquide rouge bordeaux qu'était mon sang. Je me suis retrouvé, quelques mètres derrière mon adversaire, la main sur l'épaule droite. L'avantage face à un grand ennemi, c'est qu'on peut passer entre ses jambes facilement ! Ma blessures était bénigne, heureusement. Car une telle hache pourrait vous arracher un membre en deux secondes si son utilisateur le voulait !

Je me suis donc relevé et, profitant de la lenteur de marche de mon ennemi, fit chauffer ma lame dans une flamme afin de cautériser ma plaie. Oui, se fut douloureux et cela m'arracha un léger cri, mais au moins, cette blessure ne me fera pas chier plus longtemps, car la nuit promet d'être longue ! Il ne fallait donc pas trainer ! Je décidais donc de prendre les dessus et d'aller à l'assaut. Je fis quelques sauts pieds joints sur place pour me donner du courage et fonça dans le tas en hurlant comme un dératé ! Une fois à quelques mètres de l'atrocité, je sautais par-dessus lui en tournant sur moi-même et ainsi donner de l'impulsion à mes sabres. Le défiguré eu tout juste le temps de monter son marteau pour parer mes sabres. Du moins, il ne les para pas longtemps ! Car avec la puissance donnée, mes lames passèrent facilement de part et d'autre de cette puissante arme de guerre, la réduisant juste à un vulgaire bâton en ferraille. Il me regarda de ses yeux meurtriers et prit sa hache à deux mains. Quelque chose me dis que ça ne va pas être la même chanson ... Et j'en avais marre d'avoir raison !

Sa vitesse d'attaque et sa puissance avaient changés ! En effet, passer de deux armes lourdes à une main, à une à deux mains, ça changeait toute la donne ! Il lança un puissant coup vertical, qui je réussis à esquiver, mais qui passa dans les dalles du sol comme dans du beurre ! Et pour la retirer ? Un puissant coup vers le haut, pas de problème ! Si je n'en finissais pas maintenant, ça allait se gâter ! Et c'était le cas, je pouvais voir une espèce d'aura se former autour de lui. Non, non, pas le genre d'onde noire ou orange comme dans tout Shonen qui se respecte, mais plutôt un aura de chaleur, comme on peut trouver au-dessus d'un objet brulant, qui se dégageait de son corps. Cela dit, son corps n'avait pas l'air de chauffer ! Sa peau restait d'un blanc immaculé et sa respiration ne bougeait pas ... Tout symptôme indiquant un minimum de fièvre était absent ! Cela dit, j'avais vu tellement de choses inexplicable tout au long de ma vie que je n'y faisais même plus attention ! Il fonçait sur moi, épaule en avant et hache en arrière avant de donner un puissant coup bas-haut que je pus parer in-extremis avec mes sabres, mais qui m'avait envoyé au dans les airs.


-Grossière erreur de ta part ! Je ne suis toujours pas suffisamment connu pour que cela ne marche plus ? Ahah !

Je plaçais mes sabres, bras croisés, pointes vers le bas, genoux pliés et fonça droit sur mon adversaire, que je déchiquetais aisément.

-... Vampire Attack ... Disais-je avec un large sourire sadique.
http://www.onepiece-requiem.net/t2867-zarechi-ozuka-prez-100-manque-validationshttp://www.onepiece-requiem.net/t4378-fiche-de-zarechi-ozuka
avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Dim 5 Jan 2014 - 18:38

La veille au soir, Bureau de la marine.

C'est entouré de sa garde rapprochée que le chevalier noir a attendu les informations avec patience. Il ne faisait nul doute que son agresseur, quelques heures auparavant, l'avait explicitement visé. C'était étonnant. Mais encore plus étonnant encore, il n'était pas connu de l'ile. Un nouveau. Certes, il y a toujours des nouveaux à Whisky Peak, mais généralement, le BNA est au courant de tout. Il ne faut pas longtemps pour en déduire que la présence de l'individu sur l'ile n'a rien d'officiel. Et sur une ile de chasseur de primes, rares sont les gens qui n'ont rien à se reprocher et qui s'infiltrent discrètement sur une ile. L'autre étrangeté, c'est qu'il a disparu. Tout simplement. Et quand une autre force de la BNA est d'avoir des yeux partout, c'est un événement qui fait hausser le sourcil à Kuro Tekana et déglutir les incapables qui l'ont perdu.

Heureusement, Le BNA étant ce qu'il est, ce n'est qu'une question de temps avant que l'on puisse identifier l'individu. On a entraperçu son visage et la présence du crochet ; ce sont des informations utiles. Alors que le soleil se couche, l'information tombe.

Galowyr Dyrian, ancien membre des Bloody Sorrow. Une prime de treize millions. Un pirate pas très connu. Son ex-capitaine a été attrapé, il y a pas longtemps.

Une vengeance... ?
Aucune idée, chef.
Je te parle pas.

Debout, face à la fenêtre, la main sur son sabre, Kuro Tekana semble légèrement mécontent. Il se retourne vers ses subordonnées, encadrées par quelques Rasoirs aux mines patibulaires.

Autre chose ?
Ça reste à confirmer... mais …
De quoi ?
Il aurait affronté Mizukawa Sutero, il y a peu. Il aurait été défait.
Logique.
Mais il aurait montré des pouvoirs liés au sable...

Kuro se fixe, l'oeil perçant.

Un logia ?
Probable, chef.
Manquait plus que ça.
On fait quoi, chef ?
Vous la fermer.

Dociles, les hommes se taisent, laissant au gamin tout loisir pour réfléchir. Enfin, le fruit de sa réflexion arrive.

Si vous avez deux sous de jugeote, vous savez que ce genre de logia, ça peut se contrer avec du liquide. Alors, faites en sorte d'en avoir toujours sur vous. Et faites passer le mot. J'veux qu'on double la garde cette nuit. Et allez voir Maria pour que Julia y passe la nuit.
Mais les Black Templars n’obéissent qu'à Midas...
Je les emmerde autant que le gros. C'est mon ile, ils obéissent. Démerdez-vous.

Et la journée se termine ainsi.


Peu de temps après l'attaque des Ombres, Planque de Kuro.

Le chef des chasseurs de primes fraîchement réveillé par un boulet ayant traversé son salon apparaît dans ledit salon maintenant rempli par ses hommes de main et les Razoirs. Sur le pas de la porte, Maria agite sa matraque tout en lorgnant Kuro. Un larbin anonyme s'approche pour faire un rapport complet de la situation, mais son chef est impatient.

Qui ?
D'après les contacts par escargophone...
QUI ?
Les Ombres du Chaos.
Quoi ? Eux ?
Et ils sont venus à bord du navire des Titans des Mers
QUOI ?

C'est une totale surprise. Si les Ombres du Chaos sont arrivées sur le bateau des Titans, c'est qu'ils sont soit alliés, soit ils les ont battues. Les autres explications leur semblent impossibles à concevoir.

Et les Titans ?
On a vu personne.
Les Ombres sont seules alors. Et ils ont dû se débarrasser des Titans...

Un temps de silence. Ça cogite. Le sous-fifre semble vouloir dire quelque chose sans l'oser tellement Kuro l'a mauvaise.

Autre chose ?
Euh... oui ! Il semblerait qu'Hathor maitrise un fruit du démon … Elle vient d'en faire la démonstration.
Lequel ?
Un logia...
PUTAIN !
MAIS ILS SE SONT DONNÉ LE MOT !

Le magma, vraisemblablement.
MAIS OUI ! AUTANT FAIRE LES CHOSES EN GRAND !

Kuro est visiblement très énervé. Et pour cause, rares sont ceux à pouvoir s'opposer à des logias. La présence d'Aoi et de Galowyr est un gros problème qui ne peut être résolu si facilement. Déjà, un plan s'élabore dans l'esprit de Kuro. Pas dans celui des autres. C'est lui le boss. Et il n'aimerait pas qu'on l'emmerde en pareil moment. Il lève soudainement son regard vers Maria. Elle lui sourit.

Je te laisse les logias.
Ouais, c'est ça. Dégage. On a pas besoin de toi.
Il paraît qu'il y a Kusanagi et d'autres larbins à Hathor dans le troisième quartier. On va aller s'en occuper.

Maria s'éloigne tandis que Klife et Julia sortent de l'ombre pour la suivre. Kuro ne les regarde même pas s'en aller. Il est déjà sur son plan.

Comment se passe la défense ?
C'est désespéré. La plupart des hommes tentent de s'opposer, mais ils ne sont pas de tailles. On a trois rasoirs sur place qui fournissent en même temps des informations. Il y a juste Angela qui peut faire du dégât là-bas.
Angela ? La peintre ?
Oui.
Contactez là et ramenez là. On en aura besoin. Pour les autres, dites-leur qu'on leur envoie du renfort.
On envoie qui ?
Personne.
Mais ? Midas n'acceptera jamais !
ON S'EN FOUT DE CE GROS CON !

Et en parlant du Porc, ramenez-moi son cadeau de South, on en aura besoin.

Deux rasoirs s’exécutent. Kuro s'approche d'une table où on a mis une carte grossière de Whisky Peak.

Réunissez une troupe de types qui savent se battre. Je vais les attendre avec les Rasoirs. Ils s'occuperont de les canarder. Que tous les types inutiles s'occupent de les retarder. Donnez-leur des filets. Si on peut capturer des membres d'équipages, on pourra les mettre sous pression. Canarder au boulet aussi, mais qu'ils évitent de les perdre bêtement. S'ils peuvent les séparer, séparez-les.

Puis il fixe ses subordonnées.

Vous savez ce qu'il vous reste à faire ?
Alors au boulot !


Les intéressés s'exécutent et sortent. Kuro avise son informateur en titre.

Toi.
File moi un Denden. J'ai un mot à passer pour les bleus.
avatar
Ulcky Yuan

♦ Équipage : Les Ombres du Chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 3372
Popularité: -225
Intégrité: -170

Lun 6 Jan 2014 - 14:45

Je courais sans faire attention à mes compagnons. Ils avaient chacun du monde sur le dos et personnellement, ça m’allait bien de chercher une prison qui ne devait plus vraiment avoir de garde. Je n’avais pas oublié de laisser des signes discrets de mon passage pour que l’on puisse se retrouver.

«  Ulcky Ici !!! » Ecrit avec des coups de points tranchant sur des murs.

Un message simple, d’une personne simple, pour des alliés simplets… Oui simplet ! Bon, de toute façon, avec le baroufle que l’on faisait, dire exactement où j’étais n’était pas la pire des choses, vu que cela semblait évidant.

De temps à autre, je tombais sur des petits groupes de chasseur sans grande valeur guerrière. En même temps je faisais en sorte de ne pas être trop vu. Je n’avais pas envie de me faire avoir encore une fois. Pour laisser la peur les envahir et accroitre ma notoriété, je faisais en sorte de les laisser tous en vie, mais avec un sérieux handicap…

Après plusieurs longues minutes, j’arrivais enfin devant un bâtiment de faible envergure. Pas très haut, pas extra large, quelques fenêtres et une porte principale. S’il n’y avait pas écrit « QG de la marine » je n’y aurais pas cru… Et penser qu’il y avait une prison ici… Moué… J’ai dû être pris pour un jambon… Mais avant d’aller faire des conclusions hâtives, j’ai voulu défoncer la porte… Puis j’ai réfléchis…

Ulcky : Bon, il me reste deux doses de pyro et la même chose pour mon axe… Et je n’ai plus mes deux sabreurs favoris pour recharger… A l’ancienne à présent ! Comme la moutarde !

J’ai choppé un vieux bâton de bois pour défoncer la porte principale. J’ai ensuite lancé cette dernière pour entendre des coups de feu retentir de l’intérieur. A coup sûr, il y avait un comité d’accueil dedans. J’ai donc pris la direction de la fenêtre ! Effet de surprise garantie ! Les genoux en avant, il y avait un garde pile dans ma direction et celles de mes rotules qui lui ont éclaté la mâchoire. J’ai juste eu le temps de l’attraper pour m’en servir de bouclier devant deux autres marines fusils à la main.

Ulcky : Et bien alors ? On n’a pas les couilles de tirer ?

Tapant au sol pour attraper son fusil, je pointais l’un des deux agents de l’ordre.

Ulcky : Aller ! Du nerf ! Et… Bah pourquoi du te fais dessus….

Celui que j’avais pointé comme incontinent regarda son entre-jambe pendant que l’autre chercha à voir la preuve de sa peur. J’ai profité de cet instant pour tirer sur la main de l’un en envoyant mon otage sur l’autre. Après quelques coups bien placés, ils étaient tous maîtrisés.

Ulcky : Bon à présent ou est la prison ?

Marine : La quoi ? Ah ah ah ! T’es bien renseigné toi…


Blam ! Un coup bien placé dans l’entrejambe afin de montrer que je n’étais pas qu’un rigolo.

Ulcky : Bon suivant, la prison donc ?

Marine 2 : Mais, mais, il n’y en a pas ici ! On est juste là pour montrer qu’on et là et les chasseurs de prime font le reste avec la BNA.

Ulcky : Hein ? Quoi la NBA… les chasseurs… Raaaaaa ! Bon chaque chose en son temps… Prison ou être ?

Marine 2 : Pas de prison, ni ici ni ailleurs…

Ulcky : Les prisonniers vous les mettez ou ?

Marine 2 : On ne s’en occupe pas nous c’est la BNA !


Il commençait à s’énerver à me voir rien comprendre.

Ulcky : Oh tu te calme ! Tu prends un peu trop d’aise vu ta situation… Bon, donc les basketteurs sont ceux qui gèrent les prisonniers. Et ils sont où alors ?

Marine 2 : Nulle part !!!!!!!!!!!!!!!!

Blim ! Même sentences pour lui… Il fallait que j’y aille mollo à présent.

Ulcky : Bon… Pas de prison ni de prisonnier alors ?

Marine 3 : Non monsieur.

Ulcky : Et tu sais rien apparemment.

Marine 3 : Non monsieur.

Ulcky : Et l’équipe de sport pourra me dire des choses eux ?

Marine 3 : Oui monsieur.


En gros, j’avais fait que tourner en rond… Un peu énervé je n’avais pas oublié de dire à mon dernier garde conscient qu’il fallait qu’il raconte toute l’horreur qu’il avait vécue ici… Mais surtout, que si je retrouvais l’autre estropié, il finirait homme tronc ! C’était garanti !

Je n’avais pas d’autre choix que de retourner vers mes compères afin de donner les maigres infos que j’avais pu récolter. Je repartais donc vers la guerre ouverte...
http://www.onepiece-requiem.net/t5567-ulcky-yuanhttp://www.onepiece-requiem.net/t5632-ulcky-yuan#67959
avatar
Kusanagi

♦ Équipage : Les ombres du chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 5173
Popularité: -332
Intégrité: -319

Jeu 9 Jan 2014 - 17:22

Bougre de faux jetons à la sauce tartare, il y avait beaucoup trop d’ennemis. Peu importe à quel point je maitrisais bien le sabre, peu importe à quel point j’étais puissant, je n’allais jamais pouvoir couvrir tous les champs d’attaques. Et d’ailleurs c’est à cause de cela que lorsque la foule de CDP nous chargèrent, je reçus 2 à 3 coups de lame sur le dos et une sur l’épaule provocant ainsi des blessures peu profonde.

*Punaise, il me fallait vite utiliser une autre stratégie. *


Pensais-je en me défendant bec et ongle contre une bonne partie des CDP qui m’avaient pris comme cible compte tenu que j’étais le plus dangereux du groupe. J’étais parvenu à abattre 8 d’entre eux, mais c’était pas suffisant si on prenait en compte le nombre de personnes qui m’encerclaient. Il me fallait changer de tactique et j’avais peut être une idée qui pourrait m’aider à y arriver.

Cinq personnes parmi les Cdp qui m’encerclaient, firent un bond vers moi en criant comme des malades, prêt à me couper à deux. Ils m’attaquèrent en même temps afin de donner au moins à l’un d’entre eux une ouverture, vu que je ne pouvais couvrir tous les champs d’attaques. Ils pensaient m’avoir mis au pied du mur, mais j’étais loin d’avoir dis mon dernier mot.


-Mind Trick !

M’écriais-je avant d’être aussitôt atteint par les sabres de mes adversaires. Oh ! Mais... Wait a minute ? Qu'est-ce qui s'était passé ?

Les cinq chasseurs de primes venaient en effet de m’atteindre avec leurs sabres, mais ces derniers [/color]avaient comme par magie traversé ce qui était soudainement devenu une illusion d’optique de ma personne. Cela fut possible grâce à la technique que je venais d’effectuer qui permettait de faire usage d’une vitesse presque identique à celle des agents du Cp et qui laissait une illusion d’optique de moi à ma position maintenant précédente.

Les chasseurs de primes n’eurent même le temps de comprendre la situation que 13 d’entre eux (Les cinq Cdp qui m’avaient attaqué simultanément y compris) s’affalèrent soudainement sur le sol avec une blessure profonde au niveau du ventre et que je me trouvais désormais à l’autre côté des ennemis qui restaient, le sang dégoulinant sur mon meïtou. Qu’est-ce qui s’était passé ? Hé bien lors de ma vitesse spontanée, j’avais fait en sorte de toucher les adversaires près de ma position avant de traverser 3 rangées du groupe de Cdp en tranchant tout sur mon passage.

Les adversaires du jour, la bouche et les yeux grandement écarquillé, furent décidément ébahis par ce petit tour qui avait pour le coup réduit leur nombre.

-OOH ? REGARDEZ ! IL EST EN TRAIN DE SE BARRER L’ENFOIRE… VITE, RATTRAPONS LE !

En effet, à peine avaient-ils le temps de cligner des yeux que j’avais pris la poudre d’escampette. Pourquoi ? Hé bien, si je voulais que la bataille soit un peu plus loyal, il me fallait trouver une zone qui n’était pas aussi dégagé afin de pouvoir couvrir le maximum de champ d’attaque. Après quelques secondes de course poursuite, je m’introduisais dans un vieux bâtiment abandonné de 6 étages avant d’être suivit par mes adversaires. L’intérieur de ce bâtiment était moisi et était squatté par des rats et des cafards.

Bref, j’empruntai donc les escaliers, suivi de près par une vingtaine de chasseurs de prime qui déblatéraient des insultes à mon égard et juraient de me séparer la tête des épaules. C’était vraiment chaud, mais encore une fois de plus, j’avais une idée sournoise derrière la tête.
Quelques instants plus tard, j’arrivai au 4ème étage et à présent je m’apprêtais à emprunter encore les escaliers pour aller à l’étage au-dessus. Garder le distance face à mes poursuivants ne fut pas facile, mais jusqu’ici, je m’en sortais plutôt pas mal.

Ainsi donc je montai les escaliers avec mes poursuivants qui étaient genre à 5 pas de moi quand soudain, je m’arrêtai à la fin des marches avant de me retourner pour leur faire face. Ils s’étaient entassés dans le couloir étroit des escaliers et c’était ce que j’attendais pour passer à l’offensif.
« BaaM » Un coup de pied sur la poitrine de celui qui était devant le groupe le propulsa sur ces collègues entrainant ainsi la chute d’une bonne partie de ceux qui étaient derrière lui. Le problème était que vu qu’ils étaient entassés dans le couloir des escaliers, ils ne pouvaient manier librement leurs sabres sans blesser leurs compagnons à côté et donc du coup j’avais l’avantage. Banzaiiii ! Je les chargeai aussitôt, embrochant avec ma lame ce qui étaient tombés et en échangeant ce qui étaient encore debout devant le groupe tandis qu’ils reculaient tous. « Claang » Je parai à deux reprises le sabre de l’un d’eux avant de bloquer sa lame contre le mur à l’aide mon meitou et de « biim ! » lui asséné un violent coup avec le tranchant de ma main au niveau de la gorge. Il lâcha sur le coup son sabre que je pris et je lui rentrai aussitôt dedans en lui transperçant le ventre avec mon meïtou avant de le pousser vers l’arrière en courant afin de faire perdre l’équilibre aux autres derrière.

Ils résistèrent et reculèrent aussi vite que possible tandis que l’un d’eux me poignarder l’épaule afin de me faire lâcher prise, mais en vain. L’instant d’après, ils s’écroulèrent tous comme de vulgaire château de carte en roulant sur les marches. Certains furent assommés tandis que les autres étaient seulement étourdis. Je m’empressai vite de les faire gouter au tranchant des deux lames à ma possession.

Et ainsi au bout de 1minute et 12 secondes, les Cdp à ma poursuites trouvèrent tous la mort au bout de ma lame, laissant ainsi une vingtaine de cadavres qui jonchaient sur les escaliers du 4ème étage de ce bâtiment abandonnée. Je sortis des lieux essoufflé avant de m’adosser contre le mur extérieur afin de me reposer un peu histoire de reprendre des forces quand j’aperçu un personnage familier courir vers ma direction. Ce n’était personne d’autre que cet abruti d’Ulcky. Bon sang, mais d’où venait-il comme ça ? J’espérais bien qu’ils n’avaient des ennemis à sa trousse parce que là j’étais pas du tout prêt pour accueillir un autre groupe de chasseurs de prime.

Je me décalai un peu du mur en me mettant sur mes gardes, les yeux braqués vers Ulcky qui, après une fraction de seconde après m’avoir vu, commença à me faire des signes auxquels je n’y comprenais rien. Et vu la façon dont il faisait ces signes, il avait l’air affolé le bougre.
Attendez une seconde ? C’était comme-ci… Mais oui, pas de doute. On dirait bien qu’il me disait de regarder derrière moi. OOh ? Derrière moi… Mais que pouvait-il bien avoir derrière moi ?
« Booum ! » A peine avais-je tourné la tête qu’un puissant coup de poing me fit traverser le mur du bâtiment abandonné.

Bougre de faux jetons à la sauce tartare, qui était-ce donc ? « Koff ! Koff ! » Je me relevai de ce coup dévastateur en toussant du sang avant de lever la tête lentement pour contempler mon agresseur qui resta là, debout devant l’énorme trou au mur qu’il avait causé. Je remarquai en premier lieu qu’il avait 3 sabres à sa ceinture et l’un d’eux était sans aucun doute, l’un des 21 grands sabres : Le Wado ichimonji. Comment le savais-je ? hé bien, j’avais combattu autrefois à Shimotsuki un homme qui était en sa possession et qui d’ailleurs avait perdu son unique frère et famille par le biais de ma lame.

Ooh ooh ? Wait a minute… ? Shimotsuki ?... Wado Ichimonji ?... Etais-ce vraiment celui que je pensais ?

Merde, je levai rapidement la tête pour voir son visage et « surprise »… c’était vraiment lui : Le maitre Musashi.
Bordel de merde, l’hasard faisait décidément mal les choses.

-Impossible… TOI, ICI ?!?


Spoiler:
 
http://www.onepiece-requiem.net/t4836-kusanagi-les-tenebres-en-personnehttp://www.onepiece-requiem.net/t4889-fiche-de-kusanagi
avatar
Nakajima D. Aoi
La Reine Rouge

♦ Localisation : Les Précieuses
♦ Équipage : Les Ombres du Chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 7301
Popularité: -962
Intégrité: -768

Jeu 9 Jan 2014 - 18:52


Absence de chasseurs de primes:
 
Délire de confusion d'Ulcky:
 
Faire parler les autres PJs à leur place:
 
Sur la rive droite, du côté des Ombres du Chaos

Galowyr reste non loin d'Aoi, sans toutefois trop communiquer avec elle. Il faut dire que la femme fait le travail toute seule. Alors, elle l'oublie un peu pour l'instant. Elle est trop occupée à savourer son moment de "pré-gloire" de toute façon. En effet, Michelle-Angela a tout d'un coup disparu des rangs, laissant alors ses compagnons à eux-mêmes. La peur remonte ainsi rapidement dans les esprits des faibles chasseurs. Ils deviennent terrorisés. Complètement intimidés. Ils sont seuls face à la puissance d'un volcan, d'une furie de la nature. Ils ne peuvent rien faire. Ils le savent. La mort est proche. Les habitants de l'île ne comprennent pas pourquoi la peintre s'est fait la malle alors qu'elle pouvait encore maîtriser la capitaine des Ombres. Quant à Aoi, elle devine qu'un piège se prépare. C'est pourquoi, elle se dépêche d'éliminer ses adversaires. Une fois tranquille, elle pourra continuer ses recherches.

Personne n'est de taille. Aoi est libre de faire ce qu'elle désire. Elle ne soucie pas pour sa vie. Elle est sereine, le sourire aux lèvres. D'une attitude très posée, les mains dans les poches, la tête légèrement inclinée sur le côté, la capitaine des Ombres s'adresse à la foule de peureux.

Hé bien, peuple de Whiskey Peak, qu'attendez-vous pour fuir? La peste d'artiste s'est fait la malle et elle a raison, car je suis plus puissante que n'importe qui ici. Vous devriez en faire autant. AHAHAHAHAHAH!!!!!

Aoi prend vraiment plaisir. Elle se réjouit déjà de voir le sort qu'elle leur réserve s'accomplir. Elle étend ses bras en avant formant un angle d'au moins 60° pour créer un mur de lave de part en part de ses ennemis. Les parois progressent alors en avant, encadrant peu à peu les chasseurs de primes. Certains habitants sont figés, complètement paralysés par la peur. Certains encore, plus courageux ou fous, osent tirer avec leur gros calibre pour détruire les murailles qui se dressent autour d'eux. Ils font des trous, mais les surfaces se cicatrisent aussitôt. C'est en vain qu'ils agissent. D'autres, enfin, ont une montée d'adrénaline soudaine qui leur offre la possibilité de battre le record du monde du 100m. Les CdPs sont encerclés par Aoi et deux murs. Il y a juste un espace libre à l'opposé de la capitaine et cela semble être le seul accès possible pour la survie de tous.

Prend ça, salle pétasse!! YAAAAhhh!!
Charlie!! Arrête ça, c'est inutile!

Des hommes et des femmes trébuchent. On trouve encore de l'humanité dans quelques personnes. Ils les aident à se relever. D'autres, les chargent sur leur épaule. Aoi, continue d'étendre au maximum ses deux murs.

Courage, petit. Je vais t'aider.
Ne vous retournez pas et courrez du mieux que vous pouvez!

Des chasseurs dépassent les murailles. Ils sont peu nombreux, mais ils sont sauvés.

Ahahaahah!!!! Vous êtes pathétiques. Vos espoirs sont vains.
Splash!!

Brusquement, comme pour applaudir de ses deux mains, Aoi fait rencontrer les deux façades de magma l'une contre l'autre, de sorte que les fuyards qui se trouvent au centre n'ont aucune échappatoire. Ils sont écrasés/fondus instantanément. C'est un spectacle funèbre. Devant la capitaine des Ombres, il n'y a plus qu'un mur magmatique qui se dresse dans la rue. Caché dans les décombres d'une bâtisse, Tintin est choqué. Il vomit. Carole parvient à faire bouger le trio pour qu'ils puissent quitter l'île. Le silence s'installe alors sous la lumière de la lune. La nuit est d'un rouge éclatant. Une ambiance d'Enfer. C'est le calme avant la tempête et Aoi le sait. Elle s'empresse de fouiller les maisons encore debout dans le coin. Tout en marchant, elle parle à Galowyr qui fume toujours sa cigarette.

Hé, toi. Pourquoi es-tu sur Whiskey Peak?
Je viens chercher quelqu'un.
Hm. Que représente cette personne pour toi au point d'aller risquer ta vie pour lui?
Un frère.
Je vois. Je te propose qu'on s'aide l'un l'autre, car je cherche aussi des membres qui me sont chers. Qu'en penses-tu?

Galowyr rigole. Son rire est plus pour montrer une satisfaction. Il fait alors un grand sourire et il répond.

Vendu, princesse.
Parfait. Que sais-tu des habitants de cette île. Sais-tu où ils enferment leurs prisonniers?
Je sais qu'une chose sur ce patelin. C'est qu'il est dirigé par celui qu'ils surnomment le chevalier noir.
Bien, je vais appeler mon nakama qui se situe sur l'autre rive alors pour savoir s'il sait un peu plus.

L'homme des sables se contente de hocher la tête afin d'approuver les propos d'Aoi. La capitaine est dans une maison abandonnée. Elle ne trouve personne. Elle prend alors son Den Den Mushi et appelle.

Ulcky? Où en êtes-vous tous les trois? Aoi croit que ses nakamas sont toujours ensemble.
Putain! Ça marche comment ce truc... Bordel... Oui? Ah... Comment te dire... Kusa' s'occupe d'un étrange gus à trois sabres et le nouveau d'une grosse brute... Donc on s'occupe. Hi hi!

Aoi met deux secondes avant de comprendre que le nouveau est Zarechi. Elle reste relativement perplexe en entendant le mot "Brute". Mais, visiblement, tout va bien de leur côté. Elle est soulagée.

Mh. Avez-vous trouvé des membres de notre équipage? Avez-vous vu Tao, Nakano ou mes enfants sur votre rive?
Euh... Je sors du bâtiment contrôlé par la Marine et il n'y a pas de prison. Apparemment, c'est la NBA qui dirige les prisonniers. Donc, il faut les trouver... Normalement...
Bien. Rappelez-moi si vous trouvez quelque-chose. De notre côté, on cherche encore.
Eh Ulcky? Faites attention. Nos adversaires sont plus coriaces que je le pensais.
Plus coriaces? T'es sérieuse? Vraiment... Je vais encore devoir les diriger vers mes deux bouchers, alors...
Très bien. Terminé.
Gotcha!

Déçue, la capitaine des Ombres se retourne alors vers son partenaire du moment et lui demande s'il connait la NBA. Elle est un peu exaspérée de ne rien encore trouver. Son visage reste froid, malgré la chaleur des environs. L'énorme mur de magma et les flaques çà et là, génèrent des calories. On pourrait presque sortir torse-nu dehors, malgré la nuit rouge.

La NBA, ça te parle? C'est le groupe que contrôle le chevalier noir?
Oui, c'est exactement ça. Et c'est la BNA, pas la NBA...

Natacha vient d'arriver. Elle sort du combat contre le chasseur de primes Johnny. Elle aussi a un visage sévère. Elle explique la situation.

C'est qui, lui? Pirate? Nos adversaires préparent quelque-chose. L'imbécile avec qui je me battais a tout d'un coup arrêté le duel et a disparu. Vu le peu de chasseur de primes qui se trouvent ici, la BNA opère dans notre dos un piège. Et magma ou non, il va falloir que tu fasses plus attention.
Je le sens aussi et je suis d'accord avec toi. C'est pourquoi il va falloir qu'on s'active pour trouver nos nakamas. Ces maudits chasseurs ne font que repousser leur sentence.

Ils se mettent alors en route. Aoi présente alors son nouveau compagnon à sa seconde.

Voici Galowyr Dyrian. Un pirate primé à 13M de Berrys. Il a mangé le Fruit du Sable!

Sur la rive droite, du côté des Écumeurs des Mers

Les Écumeurs des Mers sont des pirates faisant parti d'un équipage d'une quinzaine de membres. Bien avant l'arrivée des Ombres du Chaos ou de Galowyr Dyrian, l'équipe entière sauf le capitaine fut capturée. Les forbans furent alors enfermés dans un bâtiment bien gardé et sans doute proche de Kuro. Leur chef, Marshall John, est lui aussi sur l'île. Camouflé. L'attaque des Ombres l'a quelque peu réveillé son instinct. Il sait qu'il va pouvoir libérer ses amis des griffes de la BNA. Et il se trouve que ce dernier est non loin du groupe d'Aoi. En entendant parler les pirates, il comprend les raisons de ce remue-ménage. Il arrive alors à leur rencontre.


Marshall John - 2500 Dorikis
Halte! Ne bouge pas! Tu ne sembles pas être du coin. Qui es-tu?
Ne tirez pas. Je suis pirate, tout comme vous. Je suis le capitaine des Écumeurs des Mers. Mon nom est Marshall John. Tous les membres de mon équipage ont été capturé. Je suis sur cette île pour les délivrer.
Tes nakamas sont donc prisonniers... Tu ne sais rien sur les Ombres? Tao Song, ça te parle? Nakano?

Le capitaine ne sait pas. Cela embarrasse fortement Aoi. Elle pourrait le tuer sous le coup de la colère, mais elle ne le fait pas. Elle réfléchit. Un capitaine, ce n'est pas rien. Elle s'adresse alors à Natacha.

Les Écumeurs?
Marshall John, capitaine primé à 80M de Berrys et leur seconde à 40M. Je ne sais pas grand-choses de plus.

Aoi se retourne alors et s'adresse au nouveau type.

Vu qu'on est dans la même galère, je te propose qu'on fasse équipe. Tu veux sauver ton équipage, n'est-ce pas? Eh bien moi aussi. Il se trouve que j'ai des hommes emprisonnés, ici. Et savoir qu'ils sont toujours à la merci d'une bande de chasseurs de primes m'horrifie.

John aurait bien accepté, mais il est face à une personne cruelle. Il a entendu le bruit du combat tout à l'heure et vu les atrocités d'Aoi. Il sait qu'elle est responsable du massacre dehors. Entre les corps inertes et les marres de magma, il y a de quoi s'affoler! Galowyr engage alors la conversation pour le convaincre.

~~ Page 4 ~~
Techniques:
 
D'après les testaments de la Reine des Masques, dit Hathor.
©odage by Hathor



Dernière édition par Aoi D. Nakajima le Lun 10 Fév 2014 - 10:10, édité 12 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t4364-la-reine-des-masques-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t4495-les-loges-de-la-reine-des-
avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Ven 10 Jan 2014 - 15:35

Putain! Ça marche comment ce truc... Bordel... Oui? Ah... Comment te dire... Kusa' s'occupe d'un étrange gus à trois sabres et le nouveau d'une grosse brute... Donc on s'occupe. Hi hi!

Dans ce coin de Whisky Peak, le silence est dérangeant. Et cette voix qui brise ce silence est tout de suite entendue par des oreilles indiscrètes. Faisant siennes les ombres de la nuit et fuyant la clarté des lampes et des flammes, trois individus s'approchent sournoisement de la source de la voix, bondissant et courant sur les toits. Les pas sont agiles et malgré la lourdeur de l'un des membres du trio, ils progressent vite, s'aidant mutuellement. Bientôt, la cible est en vue. Et alors que non loin résonne le bruit d'un combat de sabreur, le bruyant personnage met un terme à sa conversation. Par des chuchotements très discrets, les trois ombres discutent.

Ils cherchent donc la prison. Des prisonniers, sans doute.
Je le communique tout de suite à Kuro.
Bien. Passons à l'action.

Gotcha!

Et tandis qu'Ulcky range son escargophone, une forme se découpe dans la lumière, sur sa droite, se réceptionnant après un bon impressionnant. Sa matraque en main, Maria dévisage le pirate. De l'autre côté d'Ulcky, c'est une Julia furtive qui sort des ténèbres, dévoilant ses lames acérées. Enfin, avec un peu de retard, une masse imposante atterrit lourdement derrière le pirate. Klife, rangeant son escargophone, écarte les bras, paumes ouvertes, prêt à engager.

On s'occupe. Nous aussi.
Tiens-toi tranquille. Tu nous es utile vivant. Mais pas forcément en entier.


***

Cela fait bien longtemps que Musashi n'a pas frappé quelqu'un de sa main. Ce n'est pas un coup pour faire mal. Oh non. C'est seulement une déclaration de guerre. L'annonce d'un duel à mort. Droit et fier, le maitre de Shimotsuki n'a que haine et colère envers son adversaire. Dans son esprit surgissent les souvenirs de ce qu'il s'est passé, des années plus tôt. La cruauté de Kusanagi. Ou non. Kusanagi. Tout simplement. Tout son être n'est que cruauté. Un démon à l'apparence humaine qui a d'autant plus le culot des techniques ancestrales des maitres sabreurs de Shimotsuki. Impardonnable.

Ce coup de poing l'a totalement pris par surprise. Et Musashi aurait pu user d'un coup de sabre. Il lui aurait tranché la tête. Tout simplement. Il aurait gagné avant même que ça ne commence. Avant même que Kusanagi ne se rende compte de son adversaire. Mais ce n'est pas ce que veut Musashi. Il veut le voir, droit dans les yeux. Il veut voir la mort de Kusanagi se dessiner dans ses pupilles lorsque son sabre séparera la tête de ses épaules. Il veut qu'il puisse sentir le désespoir l'envahir.

Comme lui auparavant.

Ce coup de poing est de plus une attaque psychologique. Le maitre est en train de lui dire très clairement « j'aurais pu te tuer, mais tu es bien trop faible pour pouvoir me vaincre, alors je peux me permettre de jouer de tes passes d'armes minables ». En quelque sorte. Le duel de sabre n'est pas que technique. Il est aussi psychologique. Le plus fort gagne.

Kusanagi. Souviens toi ! Et repens toi !

Des deux pieds, il bondit en avant, couvant en un instant la distance les séparant. Tout près de Kusanagi, il dégaine l'un de ses sabres, le moins bon, comme s'il lui dit qu'il ne mérite pas de mourir du tranchant du Wado Ichimonji. Le coup est simple. Rapide. Le bras se tend, tranchant à l'horizontale, visant le cou et échouant. Qu'importe. Musashi ne laisse pas de répit et vient remettre son sabre à la verticale, la pointe vers le bas, dans son dos. À nouveau, il avale la distance les séparant, remontant son sabre au-dessus de lui pour s'abattre sur l'épaule droite. Mais ce n'est qu'un leurre. Le maitre sabreur recule d'un pas, retirant soudainement la lame de la trajectoire. Puis il s'avance cette fois-ci d'un pas dans une attaque de face, la lame visant clairement les yeux.


***

Du côté des quartiers de Kuro, l'ambiance est assez tendue. La maison de Kuro et le QG du BNA ont été transformés en bastion avec un mur de bric et de broc entre les deux pour couvrir les tireurs embusqués. Non loin, les vagues de magmas laissent peu de doute quant à l'imminence de l'arrivée d'Hathor et de ses sbires. Les Rasoirs ont miné le terrain dégagé devant la ligne de front. Entre les trous de Regalec et les sceaux de couleurs de Michelle-Angela, il ne va pas être aisé de traverser la zone sans s'en prendre quelques-uns.

Alors que les hommes attendent, Kuro fait son apparition. Ses seconds s'approchent rapidement, cherchant à avoir des nouvelles et des ordres.

Bon. La marine viendra. Je veux qu'il y ait quelqu'un en haut des collines pour me prévenir dès leur arrivée. J'espère qu'ils seront pas trop rancuniers.
Hein ?
Oublie.
Et les ordres ?
Vous avez ce que j'ai demandé ?
Ouais.

Ce qui a été demandé, c'est une dizaine d'armes plutôt banales, rangées soigneusement sur une table et solidement surveiller.

Bien. Voilà ce que vous allez faire. Dès qu'ils apparaitront, vous les canarderez avec tout ce que vous avez : balle, filets et boulets. Comme d'hab', tout passera au travers de ces enfoirés de logias. Mais parmi les artilleurs, je veux le meilleur tireur pour ces petits joujoux. Des filets de granit marin. Et quelques balles recouvertes aussi. C'est artisanal, mais ça peut faire mal. Cacher les tirs au milieu des autres. Notre meilleure arme, c'est la confiance qu'ils ont dans leur pouvoir. Quand ils se prendront leur dixième filet sans esquiver, ils regretteront qu'ils soient en granit marin.

Au fait, Regalec ?
Je te fais confiance pour les séparer un maximum. Si déjà les deux logias pouvaient éviter d'être ensemble, ça m'aiderait.


L'intéressé acquiesce avant de plonger dans le sol, formant une galerie qu'il bouche après lui. Les armes sont distribuées tandis que le matériel en granit marin est réservé à l'élite. Le combat est tout proche.
avatar
Ulcky Yuan

♦ Équipage : Les Ombres du Chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 3372
Popularité: -225
Intégrité: -170

Lun 13 Jan 2014 - 13:17

Dans ces moments-là, certains disent que ça sent le sapin… Connerie, au mieux ça sentais les six planches qui allaient me servir de cercueil ! Mais moi j’ai plutôt à dire…

Ulcky : Ça pue la merde comme situation…

Devant moi il y avait deux nanas, l’une semblait avoir l’âge de la patronne. Au début, je trouvais assez cool tout son attirail, d’arme légère et d’arme. Mais après avoir reçu son regard en pleine tronche, j’ai changé d’avis… Et ce n’est pas sa jolie camarade qui changea mon sentiment, et puis ses lames... Merde, pourquoi je n’ai pas mes deux bouchers ici même. L’un d’eux aurait pu y trouver son bonheur.

En fait, j’ai senti la merde dans laquelle je me trouvais quand le dernier gus barra ma dernière échappatoire. Un rapide coup d’œil à travers mon bandeau me fit comprendre que ça devait être la brute du groupe vue son armure lourde. Elle brillait de mille feux… Et tout bon pirate qui se respecte sait reconnaitre de l’or quand il en voit ! Et là ! Ça sentait moins mauvais… Comme quoi certaines douceurs pouvaient vous faire accepter d’avaler n’importe quelle saloperie.

Au début, j’ai failli avoir mon reflexe préféré, à savoir fuir, mais vu leur formation, l’impossibilité de fuir et le fait de ne pas les avoirs sentit venir… A vu d’œil, je pouvais m’occuper d’un des trois, mais pas du groupe…  Ils devaient être hyper coordonnés à trois, j’étais sûr d’y rester en y allant de front…

Ulcky : Ooooook ! Bon on va se calmer dans un premier temps, car d’une j’ai besoin de mes membres et de deux… C’est pénible de nettoyer donc pensez un peu à vous les gars…

Ma seule solution c’était de trouver un moyen pour en prendre qu’un à la fois. Le temps qu’un miracle opère ou que mes deux amis aient fini leur bagarre… J’ai mis mes mains sur ma tête en cachant mes Dials dans le peu de chevelure que j’avais. Je me suis ensuite retourné vers la grosse brute.

Ulcky : Mais vous êtes qui vous ?

Kliff : Quoi ? Tu ne connais pas les célébrissimes Black Templars, les meilleurs chasseurs de …

Ulcky : Pwa tait-toi en fait je m’en fou en fait…


Kliff laissa son visage se fermer comme ses deux collaboratrices. Apparemment, lui avoir parlé ainsi l’avait clairement déplu.

Ulcky : encore du chasseur de prime quoi … Donc moi c’est 12 millions parait-il ! Mais derrière moi et les lesbiennes il y en deux autres plus sympa niveau prime !

Kliff : Ne t’en fait pas, nous allons nous en occuper aussi.


Bon là, c’était clair qu’ils voulaient tout le pactole et ne rien laisser. J’ai légèrement décroisé mes doigts pour préparer mon attaque. Ce que j’ignorais, c’était que Shiro se trouvait non loin en embuscade. Sans doute avait-il compris plusieurs chose lui aussi, donc l’une était qu’il ne devait pas agir pour le moment et le second qu’il devait attendre que je j’effectue l’une de mes roublardises afin d’agir…

J’ai laissé mon doigt faire partir un flot de feu vers les deux dames. Quasiment au même instant, la plus ancienne des deux cria que j’étais un possesseur de dials. A peine une seconde après, j’ai envoyé une lame d’air dans cette même direction. Le feu devait brouiller la vue, pendant que l’autre attaque devait, je l’espère, en toucher une des deux.

La force commença à me pousser en avant et d’un bon je suis arrivé au niveau de Kliff qui avait un visage enjoué lorsqu’il découvrit mes dials, puis surpris quand je suis arrivé à sa hauteur. Profitant de l’effet de surprise, j’ai envoyé un grand coup de poing dans le menton de mon ennemi… Cela l’avait sonné, mais pas assez pour le surprendre encore plus. Il attrapa mon bras encore en l’air et me souleva comme une brindille pour reposer mon corps violement contre le sol.

Kliff : Je ferais le ménage, t’inquiète pas…

Ulcky : Super…


Pendant ce temps du côté des deux femmes, Maria avait facilement évité mon piège et se cacha pour éviter les flammes. Julia, elle, avait eu le même reflexe, mais sentit l’attaque d’une lame vers elle. Mon attaque avait pris sa direction et elle dû prendre les devants en parant par pure reflexe guerrière. A cause de ça, elle subit quelques brulures légères, sa gêne venait plus de ses yeux qui avaient été asséché par la chaleur la rendant momentanément très malvoyante.

Shiro sortit de sa cachette à cet instant pour attaquer l’une ou l’autre des deux guerrières…
http://www.onepiece-requiem.net/t5567-ulcky-yuanhttp://www.onepiece-requiem.net/t5632-ulcky-yuan#67959
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant