AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


[FB 1624] Kurumu fait un pari avec Aoko

avatar
Aoko Longshot
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : Dans le cimetière

Feuille de personnage
Dorikis: 2321
Popularité: +154
Intégrité: 132

Lun 6 Jan 2014 - 0:38

Un jour de congé n'était pas de refus après tout ce qu'elle avait enduré. N'empêche que c'était toute une aventure avec ce qu'elle avait vécue. Prendre du temps seule était vraiment excellent et reposant pour ses neurones. Aller à Shell Town était une décision sage pour son bon air en plein milieu de la mer ainsi que sa tranquillité grâce à la proximité de la marine. L'île était petite et regorgeait de sécurité circulant à droite et à gauche. Ne portant pas son uniforme, Aoko passait inaperçue, juste comme une belle gazelle dans un champ d'homme imparfait. Ses habits étaient très simple, un top faisant apparaître ses formes parfaite, des lunettes de soleil pour paraître cool, sa cicatrice toujours présente pour montrer sa férocité, un pantalon simple qui semble vraiment parfait pour cacher ses belles jambes. Elle ne voulait pas les présenter pour le moment. Elle avait d'autre chat à fouetter. Installée à une terrasse d'un restaurant, elle allait commander.

« Bonjour, puis je prendre votre commande mademoiselle? »

« Ah oui oui, hum... je commencerais par une soupe en entrée, puis en plat principal je prendrais une entrecôte bien saignante accompagné par une sauce aux champignon et le dessert... hmm... je déciderais après avoir fini le plat principale »

« Bien, je prends note, merci de votre commande, ça arrivera d'ici quinze à vingt minutes. »

En attendant que son entrée arrive, elle sirotait son cocktail de différent alcool léger. La jeune commandante ne voulait pas finir au fin fond d'un trou sans se rappeler quoi que ce soit de ce qu'elle avait fait pendant la journée. Elle supportait l'alcool, mais sans exagération. Elle en sirotait surtout pour le goût.

Plusieurs marine passèrent devant le restaurant pressé par quelque chose, ils commencèrent à gueuler dans tous les sens en cherchant quelqu'un.


« Elle est où cette gamine bon sang... HEY TOI! »

Il gueula vers Aoko en se rapprochant dangereusement. Il eut ensuite l'audace de trop s'approcher pour lui poser la question en ayant un ton un peu trop élever et en spittant sur ses belles lunettes. Heureusement pour lui, Aoko avait bien commencé sa journée, mais sentait qu'elle allait mal la finir.

« T'AURAIT PAS VU UNE GAMINE PASSER PAR ICI QUI COURAIT COMME UNE CINGLÉE? »

Aoko leva tranquillement ses lunettes de soleil, relevant ses beaux yeux couleurs jaune soleils brillant de mille cieux, pour les poser sur la table. Ensuite, elle déboucha ses oreilles y ayant un petit sifflement. Cette belle journée était maintenant gâchée par ce sergent des marines ayant les nerfs en bloc. Un gars normal, musclé comme pas possible, ayant des troubles à trouver une petite fille ayant sûrement juste voler juste du pain pour se nourrir. Ce n'était pas rare d'avoir des gens sans argent sur cette Blue. Le gouvernement s'amusait souvent à taxer tout ce qu'il pouvait. Ne faisant plus attendre le sergent, qui allait reprendre la parole, elle sortit son portefeuille et lui montra son identité ainsi que son rang dans la marine. Il se recula sur le coup et se mit au garde à vous blanc comme neige après avoir gueuler sur une supérieur, sans le savoir.

« Écoutez sergent, je ne veux pas vous causer de problème ni faire un rapport sur la façon dont vous m'avez adresser la parole. Repartez faire vos affaires dans votre coin et laissez moi profiter de mon jour de congé. Compris? »

Elle avait maintenant ses yeux pointé vers lui avec un certain sérieux qui émanait telle une menace planant au dessus de la tête du sergent. Il repartit, sans rien dire, dans la direction de ces soldats recommençant à gueuler dessus. Apparemment, ils avaient perdu la trace de la personne qu'ils recherchaient.

En attendant, avec tout ce qui se passait, ainsi que la paire de lunette de soleil qui semblait être maintenant accroché au top d'Aoko, après qu'elle l'ait essuyée,  la jeune commandante reçu sa soupe. Elle sentait si bon que la jeune personne se jeta dessus sans attendre avec sa cuillère en mangeant quand même correctement et sans éclaboussure.

Tout d'un coup, une jeune fille apparu au bout de la rue, avec ses yeux stressé en regardant dans tous les sens. Elle ne tenait rien dans ses mains, mais ça pouvait être la jeune voleuse qu'ils recherchaient. D'un coup certain coup de sifflet venant de derrière arrivèrent rapidement ainsi qu'une dizaine de marine. Elle fut prise par surprise et enchaînée rapidement par l’unité. La pauvre n'eut aucune chance et dût se rendre.

Aoko se leva de son siège, elle ne pouvait pas laisser ça passer. La maltraitance de population était assez mauvais dans la réputation de la marine. Ça devait cesser.


« Lâcher cette jeune fille, sergent. »

Dit-elle en avançant vers la jeune fille et les marines en présentant sa plaque de commandante. Le soldat avait déjà retirer les chaînes qui la retenait. Aoko se mit devant la jeune fille. La cachant de la vue des soldats.

« J'en prends la responsabilité, retournez à votre patrouille. Je ferais moi-même un rapport à votre supérieur direct.»

Ceux-ci obéirent sans en demander de plus vu son grade, mais en se retournant, la fille avait... «disparu!»
http://www.onepiece-requiem.net/t6664-aoko-longshothttp://www.onepiece-requiem.net/t6717-aoko-longshot
avatar
Kurumu Miyazawa


Feuille de personnage
Dorikis: 3011
Popularité: -193
Intégrité: -158

Jeu 9 Jan 2014 - 22:56

Les vacances scolaires approchaient à grand pas, sauf pour Kurumu qui devait encore réviser. Elle avait arrêté les cours en 1620, à cause de ce fâcheux incident dont elle en voulait plus entendre parler, mais sa mère lui payait des professeurs pour que sa fille ne soit pas à la traîne, et qu'elle puisse faire le métier de ses rêves. Seulement, la demoiselle n'en pouvait plus. Son dernier enseignant lui avait donné dix pages d'exercices sur le système digestif et respiratoire. En prime, il y avait des mathématiques. Et ça, ça ne la faisait pas rire. Pour cela, elle s'était levée tôt le matin, vers les cinq heures et s'était mise à la physiologie, chose qui l'intéressait énormément. Kurumu avait fini vers les sept heures, mais quand elle s'aperçut que les maths étaient des probabilités, elle partit de sa chambre, pour aller dans son salon, se reposer les neurones.

Seulement, sa mère ne le voyait pas de cet oeil, et lui fit la remarque.
-"Dit donc jeune fille, qu'est ce que tu fais ici ?"
-"Je me repose, ça ne se voit pas peut-être..."
-"Je t'interdis de me répondre ! Là, s'en est trop. File dans ta chambre et fini tes devoirs !"
-"Nan, c'est mort ! J'ai suffisamment bossé, comparé aux autres."
Sa mère l'attrapa par le poignet, et la tira jusque devant les escaliers, mais la jeune fille entêtée parvint à s'échapper de l'étreinte faîte par sa mère.
-"Putain ! Mais tu vas me lâcher ! Tu sais quoi ? Je me barre. Toi et tes règles à la con, j'en peux plus."
-"Kurumu ! Revient immédiatement. Tu dois écouter ta mère. Et ton père saura pour ton comportement, crois moi !"
-"De toutes façons, il va pas revenir avant longtemps, et si ça se trouve, t'es même pas ma mère d'abord."

Ces derniers mots firent de la peine à la maman de Kurumu, qui s'en alla dans sa chambre. La jeune fille qui était maintenant seule, prit sa veste, et s'en alla, en claquant porte. Elle voulait se vider la tête, et aller loin, car les mots qu'elle venait d'adresser à sa mère étaient douloureux, aussi bien pour celle-ci que pour elle. Pour oublier, rien de mieux que de visiter une autre île, et la môme se rendit au quai, en espérant trouver un navire express, pour une quelconque île. Elle repensa au fait qu'elle n'avait pas d'argent, où très peu, et que par conséquent, elle n'allait pas pouvoir manger. En marchant le log du quai, Kurumu surprit une conversation , qui stipulait qu'un navigateur pouvait emmener des personnes seulement si ils étaient au minimum quatre pour rentabiliser le voyage. Actuellement, ils leur manquaient une seule personne, et l'adolescente en profita pour surgir de nulle part.
-"Je prends la place... Enfin si ça ne dérange pas."

Visiblement tout le monde avait le sourire et tous montèrent à bord du navire. Derechef, il quitta Ptyx, pour une île encore inconnue. Pendant la traversée, la fillette entendit la destination finale, qui n'était autre que Shell Town en East Blue, île dont elle ne connaissait rien. Elle n'avait également aucune raisons de s'y rendre, mais pour le moment, elle ne voulait pas revoir sa mère. Le bateau se déplaçait rapidement sur les Blues, et il ne lui fallut pas moins de cinq à six heures pour arriver sur l'île. Au loin, et surplombant l'île, un quartier général de la marine. Il va alors falloir que la demoiselle se tienne à carreau, pour ne pas avoir de problèmes.

De toutes façons, elle n'allait pas faire des choses interdites par la loi. Si Kurumu était ici, c'était pour oublier ce qu'elle avait dit à sa mère. Elle marcha donc tranquillement, en regardant le ciel bleu, avec les quelques nuages le parcourant. Elle tourna la tête à gauche puis à droite, et vit quelque chose d'incroyable : une peluche Gekota. La demoiselle se pressa pour aller voir le voir et vit le prix. Cette chose poilue coûtait près de deux milles berrys, argent qu'elle n'avait pas.
*Et merde... Attend voir... Je l'ai ou pas ? Est ce que j'ai celui avec un noeud papillon rose ? Je crois que j'ai le noeud en noir. Et celui là, il a un haut-de-forme. Il me semble que je n'en ai pas avec des chapeaux de ce genre. Mais bon, il me faut de l'argent...*

En regardant derrière soi, Kurumu vit un pickpocket, qui venait de réussir son coup. En un mouvement rapide et efficace, il avait une petite liasse de billet. L'ado vit en ces vols en série, un moyen efficace pour avoir l'argent nécessaire pour se procurer l'objet tant désiré. Elle en oublia même la présence importante des marines. Le demoiselle commença alors son plan, et marcha près des personnes qui se promenaient, et attendit de belles proies. Et hop, ni vu, ni connu, elle avait en sa possession un premier porte feuille, qu'elle ouvrit au beau milieu de la foule. Cent berrys, pas plus, pas moins. Elle jeta le porte monnaie au sol, et continua. La fillette amassa les berrys, et était toute contente. Le problème était qu'il lui fallait un moyen de défense. Même si la marine surveillait les coins et recoins de Shell Town, elle ne pouvait pas compter sur eux, car après tout, c'était des fonctionnaires.

La fillette s'aventura dans l'île à la recherche d'un magasin d'arme, magasin qu'elle trouva, mais où elle ne pouvait pas mettre les pieds. Soit disant, elle était trop petite. Elle partit donc en quête d'une personne qui pouvait être son papa de substitution, le temps de quelques minutes. Kurumu chercha une personne bien habillé, et non un pauvre clochard, qui se ferait éjecter de la boutique. Mais pour que ça marche, il fallait qu'elle sourît.
-"Dîtes Monsieur, pourriez vous m'accompagner dans cette boutique s'il vous plaît ? Je me sens en insécurité, j'ai l'impression d'être suivie, et j'ai affreusement peur" dit-elle d'un air innocent.
Sous les yeux doux de la demoiselle, l'homme, dans une grande bonté, accepta et entra avec Kurumu dans le magasin, qui put choisir son arme. Elle ne voulait pas de couteau, sabre, katana, et arme à feu, ainsi que des armes trop visible et barbare. La gamine tourna autour des vitrines, et trouva l'objet idéal : un taser. Cependant, il lui manquait encore pas mal d'argent, malgré le fait qu'elle ait fait les poches des gens durant un petit moment. Le seul choix pour elle, était de faire un caprice, chose qu'elle fit devant tout le monde. C'était de la comédie pure, puisque Kurumu n'arrivait pas à avoir de larmes. Elle s'accrocha au riche homme, et la suppliait d'une triste voix. Gêné, il s'en alla, sans regarder dans ses poches. La petite voleuse avait son porte-monnaie et tout l'argent nécessaire pour s'offrir cette merveille.
-"Papa ! Tu m'attends dehors hein ?" affirma-t-elle de sa douce voix.

Le gérant du magasin ne dit rien, et laissa l'enfant prendre le taser, tant qu'elle avait le moyen de payer. Elle sortit, l'arme en poche, et avait laisser le reste du porte feuille au vendeur qui fut ravi. La môme reprit son activité illicite. Cette fois ci, elle mit sa main dans la poche d'un individu qui ne bougeait pas, mais qui discutait avec quelqu'un. Seulement, l'homme la sentit et lui attrapa le poignet.
-"Alors comme ça on essaie de faire les poches des honnêtes civils ? Pas de chance ma petite, marine nationale, et tu es en état d'arrestation."
Kurumu n'en revenait pas, ce gars s'était déguisé en civil pour mieux piéger les gens. Il appela du renfort, et cinq marines arrivèrent de tous les côtés. La môme était en stress, et utilisa son nouveau jouet, puis prit la fuite. L'homme tomba comme une mouche.
*Putain... Pourquoi n'y ai-je pas pensé plus tôt. Maintenant, je suis dans la merde, je n'ai plus qu'à les semer... En tout cas, ce taser marche du tonnerre de Zeus.*

Elle courut à travers la ville, en privilégiant les petites ruelles afin de les distancer, mais les coups de sifflets retentirent dans la zone hurbaine. Kurumu était en panique. Elle rangea son taser, et parvint à se cacher derrière des poubelles, qui se trouvaient dans un cul de sac. Les marines passèrent devant, sans chercher à regarder à leur droite. L'adolescente souffla et sortit de sa cachette. Le mieux pour elle, était de se la couler douce, jusqu'au quai et de s'en aller. La demoiselle marcha en regardant de partout, jusqu'à arriver à une terrasse qui sentait la nourriture. Ça faisait maintenant quelques heures que la môme n'avait pas manger et se laissa distraire. Son ventre ressentait la faim, et aimerais bien manger un petit plat.

Il était trop tard quand elle entendit les coups de sifflets. Deux personnes lui avaient déjà sauté dessus et mirent les menottes à la jeune fille. La pauvre était dégoûtée, et venait de cumuler. En  moins d'une demi journée, elle avait répondu à sa mère, voler des citoyens, et allait finir en maison de redressement. Soudain, une femme apparut et s'interposa. Elle était jeune, mais plus vieille que Kurumu, qui remarqua son énorme poitrine.
*A tous les coups, se sont des faux.*
Elle remarqua aussi les les long cheveux blancs et une cicatrice à l'oeil. Un marine s'approcha et lui défit les menottes. Cette femme était donc également une marine assez gradée, pour avoir de l'autorité sur ces soldats. Seulement Kurumu s'en alla sans même dire merci à la jeune marine, qui pour le coup, à fait une belle bourde. Maintenant, elle pouvait se la couler douce, puisqu'elle connaissait une personne ayant de l'autorité. Il suffira de dire qu'elle va appeler une femme aux cheveux blancs avec une cicatrices. Et ça, c'était génial.

Quand elle y repensait, elle ne pouvait pas repartir sans avoir acquis le Gekota. Il fallait que la jeune fille reste sur île, dans la possibilité de se faire attraper par des marines, malgré le fait qu'elle ait rencontré une personne qui semblait importante. C'était d'un pas hésitant qu'elle se rendit dans le magasin. Soit elle les électrocutait tous, ou alors, elle pouvait toujours le dérober. Kurumu hésita et entra en faisant croire qu'elle était en ces lieux pour acheter. La demoiselle fit semblant de choisir des jeux de société, puis se rapprocha du rayon peluche. Le fait qu'elle ne soit collector la rassura et en choisit une, avant de se rendre à l'entrée. Près des portes, il y avait un rayons où était exposé des petits soldats en plastique.
*Bon je n'ai qu'à mettre un de ces jouets dans le sac d'une personne, comme ça l'alarme se déclenche et je pars en douce, ni vu, ni connu.*

Son plan s’exécuta aussitôt, une vieille dame, qui était surement en visite, s'apprêtait à sortir du magasin. L'alarme sonna, la dame se fit encercler par les vigiles, et Kurumu passa tranquillement. Enfin presque, puisque l'un d'eux demanda à la fillette de s'arrêter et de montrer son ticket. A la place du bout de papier, elle sortit le taser et l'utilisa sur l'homme qui devait faire un mètre quatre vingt pour quatre vingt dix kilogrammes. Une fois le mal fait, elle prit ses jambes à son cou, jusqu'à atteindre le quai. C'était sûr, elle avait fait sa dose de sport. Ce qui était bien, c'était le fait que les vigiles étaient trop occupés à fouiller les autres personnes du magasins, qui auraient pu voler leurs produits.


Dernière édition par Sound L. Kurumu le Mar 4 Mar 2014 - 21:55, édité 3 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t8573-sound-l-kurumuhttp://www.onepiece-requiem.net/t8665-cv-sound-l-kurumu
avatar
Aoko Longshot
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : Dans le cimetière

Feuille de personnage
Dorikis: 2321
Popularité: +154
Intégrité: 132

Lun 13 Jan 2014 - 0:16

Elle était partie sans dire mot ni quoi que ce soit. Cette fille devait être sûrement une petite peste de la pire espèce, mais Aoko ne pouvait la juger sans savoir pourquoi elle avait fait tout ça. Une petite discussion commença alors entre Aoko et les marines en face d'elle. Bien sûr, ce fut aussi un gros facepalm in the face.

« Bon, euh... je vais m'occuper de ce problème, retournez à vos rondes. »

Ils claquèrent des talons avant de retourner à leur ronde, mais Aoko, en partant, se retourna vers eux ayant oublié de leur demander d'avantage d'information concernant la jeune fille. Elle pouvait la reconnaître avec son œil de lynx, mais elle ne savait pas pourquoi on l'avait poursuivie à travers la moitié de la ville. Ce qui faisait que maintenant l'information était utile en tout point pour savoir sur quoi elle allait devoir la gronder comme une grande sœur sur sa petite sœur qui lui donnait des conseils à suivre concernant ses méfaits.

« Dites euh... es-ce que vous pourriez me donner en détails ce pourquoi elle était poursuivie? »

Les marine se regardèrent puis une personne en civil sortit de la bande des marines et s'approcha d'Aoko pour lui expliquer. Il se mit au garde à vous montrant son badge d'appartenance à section spécial dédier à la sécurité de l'île contre les voleurs.

« Adjudant Sergomanof au rapport commandante. »

Il lâcha le garde à vous après avoir qu'Aoko lui ait donné l'autorisation de se mettre au repos.

« Cette jeune fille comme vous dites est étonnamment rapide, mais possède aussi un équipement contre les gens, une taser je crois. J'ai pas bien vu et la personne avec laquelle je discutais m'a juste vu tomber dans les pommes après avoir entendu un bruit électrique. J'en ais encore une brûlure au niveau de la fesse gauche. Saloperie, si je pouvais l'attraper et la faire souffrir je le ferais... »

« Je ne veux pas être méchant Adjudant Sergo... euh, c'est juste une petite fille. Plus une adolescente en pleine puberté, mais faut la comprendre. Dans un monde comme le nôtre il faut pouvoir se protéger de qui ou quoi que ce soit. Le faite qu'elle vous ait taser n'est pas excusable, mais rien que de vous entendre, je ne vous laisserais pas approcher d'elle. Bon, maintenant qu'on en est là, je vais aller dans la ville pour voir si j'arrive à la retrouver. Merci pour ces informations. Rompez! »

L'adjudant voulu quand même rajouter quelque chose, mais une certaine colère résidait dans ses yeux. La patrouille de marine disparu au loin après quelques rues. En y revenant, Aoko n'avait pas fini son plat ni sa soupe qui avait refroidit. Le plat principal venait d'arriver sur sa table. En le regardant, la jeune commandante eu de la bave qui sortait de sa bouche, elle se jeta dessus comme-ci il n'y avait pas de lendemain.

Elle prit du temps, mais elle finit par terminer son repas et son dessert. Maintenant, elle devait retrouver cette peste qui c'était enfuit dans les rues de la ville de l'île, heureusement qu'elle n'était pas grande. En premier, Aoko devait s'informer auprès des habitants si ils avaient vu une petite personne ressemblant à la jeune fille qu'elle avait vu plus tôt. Plusieurs réponses de non et non par-ci et par-là faisait en sorte qu'Aoko semblait perdre de plus en plus la trace de la jeune adolescente, mais la chance lui sourit à nouveau, une vieille dame ainsi que d'autre personne avait été arrêté à la sortie d'une boutique et on les fouillait sans rien trouver, c'était suspect. Au premier abord, Aoko pouvait suspecter quelque chose de normal, mais étant donné la situation elle se devait d'aller vérifier sur place. Elle entra donc dans le magasin en question.

À l'intérieur, plusieurs personnes s'obstiner à dire qu'ils n'avaient rien voler du tout même après une fouille approfondie. C'était peu être le système qui était défectueux, mais on sait jamais qu'une petite gamine puisse passer inaperçu au travers de tout ce monde. La jeune commandante observa la scène puis s'adressa à l'un des gardes à l'entrée.


« Bonjour auriez-vous vu une fille ressemblant à passé dans le coin? »

« hmm, il me semble avoir vu une gamine y a pas dix minutes passer dans le magasin, mais elle est vite repartie en achetant rien. D'ailleurs, je crois qu'elle a du faire un peu de mal à l'un de nos gars. »

« okay, merci bien et au faite, laissez ces gens partir, je ne pense pas que ce soit eux qui ait voler quoi que ce soit. »

« sous quel autorité? »

« la mienne, Commandante Aoko Longshot » fit-elle en montrant son badge appartenant à la marine.

« d'accord, mais c'est sous votre responsabilité »

« merci de me l'avoir rappeler, au revoir »

Elle partit sans plus attendre en cherchant d'autre gens proche n'ayant pas beaucoup bougé. Au fut et à mesure, elle semblait s'approcher de la jeune demoiselle. Le port, c'était les quais qu'elle voyait là et également une jeune fille qui ressemblait de plus en plus à ce qu'elle cherchait ainsi que quelque chose se trouvait dans sa poche. En s'approchant, ça devenait clair, le taser devait se trouver là. Aoko s'approchait petit à petit en faisant le moins de bruit possible. Elle utilisait aussi l'occupation des quais pour arriver enfin à côté de la jeune demoiselle. Elle tenait maintenant la gamine par le bras.

« Tss tss tss, pas bien de taser tout ces gens. Ce n'est pas bien du tout de voler surtout, si tu veux quelque chose faut travailler pour l'avoir. Ne t'inquiète pas, je ne te ferais pas de mal, si tu m'obéis »

Qu'allait-il se passer maintenant? Es-ce que la vilaine gamine allait frapper la gentille commandante venue l'aider à s'en sortir? Vous le saurez une prochaine fois.
http://www.onepiece-requiem.net/t6664-aoko-longshothttp://www.onepiece-requiem.net/t6717-aoko-longshot
avatar
Kurumu Miyazawa


Feuille de personnage
Dorikis: 3011
Popularité: -193
Intégrité: -158

Mar 14 Jan 2014 - 22:19

La petite voleuse, qui avait acquit la peluche Gekota, arriva aux quais, épuisée et essoufflée. Parcourir la moitié de l'île n'était pas quelque chose que la môme faisait tous les jours. Elle faisait un peu de sport avec ses amies, comme par exemple, le tour du petit village de Ptyx, ou encore, le tour du marché qui avait lieu trois fois par semaine. Seulement, la différence majeure était la distance effectuée. Maintenant que Kurumu avait ce qu'elle voulait, elle devait quitter Shell Town, pour éviter d'avoir d'autres ennuies. Marchant tranquillement, elle trouva et demanda en premier lieu à la personne qui l'avait emmené de la ramener sur South Blue. Ce dernier lui répondit qu'elle allait devoir attendre le retour des trois jeunes gens, et qu'il ne partirait pas tant que les quatre habitants de Ptyx ne s'étaient pas montrés.

Kurumu soupira. L'île était infestée de marines, et le navigateur ne pouvait pas la ramener chez elle. De toutes façons, l'adolescente n'avait pas le choix. Elle devait partir le plus rapidement possible. Se fut ainsi qu'elle demanda à tous les navigateurs du quai si ils pouvaient l'emmener sur South Blue, et après elle se débrouillerait toute seule pour rentrer sur son île natale. Les réponses qu'elle récolta étaient un refus catégorique. L'un d'entre eux voulut savoir pourquoi il ferait ça, et surtout, pour une fille qui n'a pas les moyens de payer. La demoiselle ne chercha pas à lui répondre, et s'en alla.

A ce moment, elle ne savait plus quoi faire, et arpentait le quai à la recherche d'une personne sympathique. Dans le pire des cas, elle pouvait utiliser son arme, mais la navigation n'était pas le point fort de Kurumu, surtout quand elle devait changer de mer. Mais en soi, elle savait se rendre d'île en île. La demoiselle marcha, toujours dans le même but, mais sentit une pression sur son bras. Elle se retourna, et fut stupéfait. C'était la soldate à la forte poitrine, et aux cheveux gris. La môme commençait à avoir peur. Cette personne avait de l'autorité sur une grande partie de la marine. La jeune fille prit sur elle, oublia rapidement cette sensation, et garda son sang-froid.
*Comment a-t-elle fait pour me retrouver ? Comment est ce possible ?*
-"Mais de quoi je me mêle ?"
La fillette fit un geste brusque, et se défit de l'étreinte de la femme.
-"T’obéir ? Moi t'obéir ? C'est mort. D'abord, tu n'as pas de preuves d'un quelconque vol. De deux, t'es pas ma mère... Quoi que tu n'es pas assez vieille pour l'être... Tu n'es pas ma soeur ! Maintenant, laisse moi ! J'ai d'autres choses à faire."dit-elle d'un air arrogant.

L'adolescente, qui n'avait pas froid aux yeux, ne pouvait pas dire qu'Aoko n'avait pas de preuve à propos du taser, puisqu'elle aurait pu la fouiller. La môme allait se rendre en ville, pour réfléchir à un plan, et passa juste aux côtés de la commandante.
-"Pff... Être déguisé en civil c'est bien, mais faut-il encore savoir s'y prendre."
Elle s'en alla la tête haute, toujours sans montrer un éventuel sourire, et quitta le quai.

Quand elle arriva dans la ville, Kurumu ne savait pas quoi faire. Elle avait la peluche sous son bras gauche et une arme dans sa poche, au cas où elle se ferait agresser. Elle s'assit sur un banc, et regarda le ciel bleu quelque peu nuageux.
*Je vais surement me retrouver dans des embrouilles, comme d'habitude...*
-"Meow... Meow"
Un petit félin interrompit la môme, qui était en plein dans ses pensées, et il se frotta à son mollet.
-"Dégage sale chat. Je ne fais pas dans le social."

Elle se leva et s'en alla, en espérant que le petit animal ne la suive pas. C'était peine perdue. En plus de rester à ses côtés, il ne cessait pas de miauler, chose que Kurumu ne pouvait plus supporter.
*'Tain, il doit essayer de me dire quelque chose...*
-"Bon écoute ! Je ne comprends pas ce que tu essaies de me dire ! Je ne parle pas aux chats. Qu'est ce que tu veux ? Un ami ? Dormir ? Manger ? Euh..."
Quand elle parla de nourriture, le chat se frotta aux chevilles de la môme et ronronna. Elle savait ce qu'elle allait devoir faire : trouver un endroit où acheter de la viande. Elle partit donc à la recherche de ce type de magasin, et en trouva un après avoir marché une bonne dizaine de minute. Elle resta aux aguets, et attendit.
-"Bon, je sais pas si tu me comprends, mais quand je vais courir, tu me suivras."

Sa réponse fut un miaulement. Le plan de Kurumu était simple : voler la première personne qui sortirait avec de la charcuterie. Le mieux serait que la victime soit assez âgée, pour ne pas pouvoir se défendre. Des passants entraient puis sortaient, mais aucun n'étaient âgés. Un peu plus tard, le moment idéal apparut enfin. Un petit vieux, avec une canne, sortit de la boucherie. La fillette regarda le chat, et s'élança sur la personne âgée. D'un rapide et précis coup, elle déroba le sac et s'en alla comme une flèche. Elle jeta un coup d'oeil sur le chat, et sur le vieux, qui grommelait. Une fois dans une ruelle peu éclairée par le soleil, la demoiselle se posa contre un mur, et récupéra son souffle. Elle sortit la viande du sac et le posa par terre, avant de s'en aller. Le chat voulait la suivre, mais Kurumu se retourna, pour lui annoncer une mauvaise nouvelle.
-"Je peux pas te prendre avec moi, puisque ma vieille ne veux pas d'animaux à la maison. Et je ne fais toujours pas dans le social."

S'éloignant petit à petit du chat, elle repensait à ce qu'elle pouvait bien faire, mais elle tomba par hasard sur une personne qu'elle avait déjà rencontré. C'était le marine qui s'était fait électrocuter par l'arme de la fillette. Dès qu'il la vit, et ce, avec l'aide de ses deux potes, ils s’élancèrent sur cette dernière. Kurumu avait eu le bon reflex et fit demi tour, mais elle se cogna contre quelque chose qui la stoppa net dans sa lancée.
http://www.onepiece-requiem.net/t8573-sound-l-kurumuhttp://www.onepiece-requiem.net/t8665-cv-sound-l-kurumu
avatar
Aoko Longshot
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : Dans le cimetière

Feuille de personnage
Dorikis: 2321
Popularité: +154
Intégrité: 132

Lun 3 Mar 2014 - 20:50

Elle ne répondit pas à la gamine et la laissa partir pour un moment avant de la suivre tranquillement. Elle n'était pas assez grande pour pouvoir s'enfuir trop loin et ses pas ne mener à pas grand chose d'intéressant pour le moment. Au détour de certaine ruelle, Aoko put observer certaine chose sur cette île. Non seulement la marine était très présente, mais de faite, elle était aussi très fainéante et maltraitait parfois les passants qui ne demandaient rien ou qui n'avaient rien fait.

Ne pouvant directement agir ni se mêler de ce qui se passait par ici, à part pour la jeune fille qu'elle poursuivait, Aoko continua sa piste sur la jeune demoiselle. Elle l'aperçut non loin dans des petites ruelles à discuter avec un chaton. C'était trop mignon à voir et sa pourrait aussi lui donner la possibilité d'apprendre la responsabilité. Puis d'un coup, elle senti une lèche dans son coup. Sa panthère venait de la rejoindre. Elle gratta sa tète et joua un petit temps avec... Le temps de perdre la jeune fille de vue pour le moment.


« Bah, je la retrouverais sans problème, de toute façon c'est une délinquante en avenir. Elle saura pas résister au goût de continuer à voler les gens autour d'elle et piller pour survivre. »

Une future pirate se disait donc Aoko tout en pensant. Il y avait encore peu être la possibilité de la ramener vers le droit chemin et seulement si elle acceptait. Ce qui était malheureusement mal barré pour le moment au vu de ce qu'elle avait eu comme contact avec la jeune. Il restait encore le problème à régler avec l'adjudant qui s'était fait avoir contre son grès en essayant de l'attraper. Non que ce soit sans se défendre et en attrapant une jeune fille qui manquait un peu d'espoir sur le coup, mais sur le coup il fallait quand même l'arrêter pour qu'elle recommençait pas.

Tout en réfléchissant, Aoko avait perdu encore pas mal de temps et si ça continuait, des gens allait la voir sur le toit d'une maison sans d'autre raison pour être là. Elle descendit rapidement ne voyant plus sa panthère. Elle siffla après une première fois, pas de réponse. Une deuxième fois, toujours pas de réponse et finalement, tout en voyageant dans un coin de la ville, une troisième fois et la panthère réapparu avec quelque chose dans sa gueule. Le petit chaton que la jeune fille avait croisé. La panthère le déposa dans les mains d'Aoko qui le prit sans tarder comme un petit enfant dans ses bras et joua avec. Elle le regarda droit dans les yeux puis lui demanda.


« Veux tu retrouver la jeune fille qui t'a sauvé? Dans ce cas cherche et tu aura droit à du lait! »

Le petit chaton ne cherchant pas plus loin sauta des bras d'Aoko pour courir de ruelle en ruelle. Au final, la jeune fille n'était pas si loin que ça. Elle eut juste le malheur de revoir son ennemi juré, l'adjudant. En voulant s'échapper, elle tomba face à face avec la panthère contre laquelle elle se cogna. La panthère de son côté grogna un peu en se rapprochant puis...

« Il suffit Rasor, vient ici »

elle fit demi-tour pour rejoindre sa maîtresse et posa son cul par terre en regardant dans le vide pour le moment appréciant de se faire grattouiller la tête.

« Ainsi on se retrouve jeune fille »

La phrase fut accompagné par un petit miaou dans les jambes de la dite jeune demoiselle. Ce chaton était vraiment heureux de revoir sa maîtresse, mais de l'autre côté l'adjudant se rapprocha pour l'attraper par le col.

« Tu va filer en prison sale gamine, vingt-quatre heures t’apprendront à vivre l'enfer »

« Hola, stop adjudant, je m'en occupe, je suis sûr que vous avez un compte à régler avec la demoiselle, mais je préfère que vous ne fassiez rien. »

l'Adjudant voulait absolument la frapper, la mettre à mort, la punir jusqu'à ce qu'elle suppliait de pouvoir s'en aller. Des rêves entier disparu. Dire qu'il allait devoir retourner à ça monotonie alors qu'il voulait s'amuser avec une mineur. Ce qui n'était bien sûr pas bien dans la loi, mais il s'en foutait royalement au vu qu'il avait souffert terriblement du coup électrique sur sa jambe. Il fit demi-tour puis se retourna une dernière fois.

« T'a eu de la chance gamine, prochaine fois si la commandante est pas là, tu iras en prison et je peu te garantir que c'est la mort la-bas »

Il s'en alla au loin et disparu après quelque rue.

« je crains pour son avenir si il continue comme ça, bon maintenant à toi »

Aoko se retourna vers la jeune fille, affichant un sourire et un visage accueillant, mais dans le ton de sa voix, il y avait du sérieux.

« j'ai déjà eu le rapport de l'adjudant et je sais ce que tu as essayé de lui faire, en plus de ça voler n'est pas bien et tu risque la prison même en tant que mineur. Je ne veux pas te faire ça, alors je te propose une chose, tu me révèle tout ce que tu as dit et je te laisse partir de l'île, sinon... il va falloir trouver autre chose, mais tu as intérêt à être sincère. »
http://www.onepiece-requiem.net/t6664-aoko-longshothttp://www.onepiece-requiem.net/t6717-aoko-longshot
avatar
Kurumu Miyazawa


Feuille de personnage
Dorikis: 3011
Popularité: -193
Intégrité: -158

Jeu 20 Mar 2014 - 20:26

La jeune fille se retrouva à quatre pattes devant la commandante. Elle était étonnée de la revoir ici, mais surtout qu'elle ait pu la retrouver. Kurumu se demanda comment Aoko avait bien pu faire, mais ce n'était pas son principale problème. L'angoisse était la panthère noire qui lui montrait ses crocs. La demoiselle recula de quelques pas, toujours en restant au sol, mais vit l'adjudant qui se rapprochait dangereusement. Coincée, elle entendit les miaulement du chaton noir, avec trois tâches blanches : la première sur le cou, la seconde au début du ventre, et la dernière au bas du ventre. Les deux félins avaient la même pupille, mais la jeune fille préférait le chaton inoffensif, que Bagherra la sauvage, pouvant la croquer en moins de temps qu'il n'en fallait.
*Alors c'est le matou qui lui a montré le chemin... Dingue ça, je ne croyais pas un chat si intelligent.*

La situation de la brunette tournait au désastre. Derrière une personne qui voulait la voir morte, et devant une femme qui semblait la protéger pour une raison obscure. Grâce à cette commandante, la môme était sauvée, mais pour combien de temps. Kurumu n'avait pas envie de finir en prison, porter un ensemble orange rayé de noir, avec un boulet à la cheville, en train de casser des cailloux. En plus, ces endroits étaient dangereux, tout pouvait s'y passer. L'adolescente eut quelques frissons rien qu'à l'idée d'y penser.

Kurumu ne savait pas quoi faire après les explications d'Aoko. Elle était perdue dans ses pensées.
*Qu'est ce que je fais ? Je veux pas aller en prison. Je ne veux pas non plus mentir. Je n'ai jamais menti de ma vie, pourquoi je le ferais maintenant, alors qu'elle peut enquêter sur moi. Et si elle tombe sur mon papa et le prévient, alors je suis fichue. Je vais terminer à la rue, Jaz n'est plus sur Ptyx, mon amie d'enfance ne pourra jamais m'héberger toute sa vie. Qu'est ce que je peux bien faire ? Le mieux serait de lui dire la vérité, comme ça, mon honneur ne sera pas bafoué, et mon papa n'en sera rien.*

Elle était prête à tout avouer, quand elle se rappela des derniers mots de la commandante. Elle se mordilla le pouce.
*Aoko m'a dit que je pouvais trouver autre chose... Il suffit que je joue sur ce terrain. Mais il me faudrait quelque chose qui puisse l'intéresser... Mais pourquoi risquer de faire un pari avec elle, pari que je peux perdre, alors qu'il me suffit de tout lui déballer... Ça n'a pas de sens...*

La jeune fille mit ses mains dans ses cheveux et frotta énergétiquement afin de trouver la meilleure solution. La femme était une représentante de la marine, et par son statut, la brunette ne pouvait pas jouer les petites prétentieuses bourgeoises. Finalement elle jeta un regard au chaton. Ça lui bottait bien de l'adopter même si sa mère refuserait catégoriquement, mais son père, accepterait surement.
*Peut-être que faire le pari est une bonne idée finalement. Après tout je suis encore jeune, et ce type de jeu pourrait m'amuser, et me rappeler les bons moments que j'ai passée avec mes amies. En plus de ça, elle m'a l'air sympathique, puisqu'elle me sourit, et est prête à me pardonner de mes actes. Au fond, c'est peut-être une bonne personne. Je ne dois pas louper cette chance. Peut-être qu'elle voudrait bien devenir...*

Kurumu se leva et s'avança vers la commandante qui devait surement s'impatienter.
-"Attends, pas la prison s'il te plaît. J'ai fait des choses pas jolies, je l'avoue. Mais tu m'as l'air gentille et tu as été protectrice envers ma personne, et ça, je ne peux que te remercier. Tu sais, j'ai eu pas mal de problèmes par le passé, plutôt durant mon enfance. Absence d'un père et maltraitance durant ma scolarité. Malgré cela, je me suis faite des amies, mais ça ne suffit pas. Quand je suis seule, j'y repense, et pour pallier à ces deux poids, je joue la méchante fille."

Elle en avait les larmes aux yeux. C'était l'une des premières fois que la demoiselle parlait d'elle, mais surtout de son passé. Peut-être qu'elle avait confiance en cette personne. Malgré sa tristesse, Kurumu n'avait pas encore adressé un sourire.
-"Pourquoi ne pas faire un pari ? Ou un jeu pour s'amuser ? Par exemple, le perdant fait tout ce que demande le gagnant. Ça pourrait me permettre d'oublier ce fardeau que je porte depuis quatre ans. Dès que le gagnant en a marre, où alors veut en garder pour un autre moment, on relance une partie. Par contre, pas de panthère autorisée, sinon c'est plus du jeu, et aussi, je ne touche pas aux armes à feu. Alors t'en pense quoi ?"

En attendant la réponse d'Aoko, la jeune fille s'accroupit et regarda le chaton tout en lui cherchant un nom.
*Hmm, même si tu lui as permis de me retrouver, il te faut un nom...*
-"Tu miaules si tu es d'accord ? Ça marche ? Donc... Kaioken ? Trente pour cent ? Jean-Sheba ? Burne ? Euh... Jean-Chat ? Pistache ? Roxy ? Foxy ? Nésia ? Myrtille ? Toujours pas ? Alors... Félindra ? Barta ? Zoulette ? Flamby ?"
Il miaula à ce dernier prénom. L'ado qui venait de retrouver ses esprits, se releva avec la peluche la peluche sous le bras et la tendit à la commandante.
-"Tient, tu peux la reprendre... Finalement, il me semble que je l'ai déjà chez moi. Alors t'en dit quoi ?"
http://www.onepiece-requiem.net/t8573-sound-l-kurumuhttp://www.onepiece-requiem.net/t8665-cv-sound-l-kurumu
avatar
Aoko Longshot
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : Dans le cimetière

Feuille de personnage
Dorikis: 2321
Popularité: +154
Intégrité: 132

Dim 22 Juin 2014 - 16:52

Il était question d'intégrité par rapport à ce qui se passait directement devant les yeux d'Aoko. La jeune fille – qu'elle venait de sauver des griffes d'un marine qui voulait la torturer – rendait la peluche qui avait été volé plus tôt dans la journée. D'ailleurs, cette journée commençait à arriver au niveau du milieu d'après midi et du repos on en avait besoin de temps en temps surtout après avoir mangé. La jeune commandante mit son index sous son menton tout en laissant ses beau yeux parler pour elle. Un sourire s'afficha l'espace d'une seconde juste avant qu'elle ne prenne la parole pour s'adresser directement à la petite fille qui tendait la peluche avec son air d'innocente et les yeux presque en larme.

« Tu va me trouver peu être stupide, mais je vais te proposer un pari que tu va devoir tenir jusqu'au bout sous peine d'une grosse punition. Dans le cas où tu ne saurais le tenir, je serai obligée de me voir dans l'obligation d'exiger quelque chose de toi que tu n'apprécierais pas. De l'autre côté, en gagnant, tu auras deux choses, l'une, s'amuser à deux avec ce que tu préfère et l'autre repartir librement chez toi. »

Elle n'avait pas encore fini l'explication qu'elle prit une bonne bouffée d'air pour expliquer le restant tout en repoussant la peluche pour la rendre à la demoiselle. Intérieurement, c'était mieux de la garder pour qu'elle occupe pendant tout le temps qu'elle allait devoir rester sur l'île, surtout que ça allait prendre du courage à Aoko pour la surveiller. Non seulement ça serait inimaginable de l'avoir au côté d'elle, mais en plus de ça, elle allait faire plaisir à la jeune fille en partageant les commodités de l'hôtel ainsi que de lui payer de la nourriture.

Comme quoi la belle vie parfois se menait assez difficilement. Après avoir bien repoussé la peluche, Aoko expliqua ce qu'elle avait en tête comme pari.


« Voilà le pari, tu reste sage et tu ne fais aucune bêtise durant tout le restant de la journée et au soir tu pourra partir librement et profiter pleinement de ce que je sais faire dans le respect de la loi. Es-ce que tu accepte? Non que ce soit réellement une question vu que je ne te laisse pas réellement le choix avec tout ce que tu as fait. »

La jeune commandante attendait la réponse en mettant ses mains sur ses hanche et en penchant la tête avec un petit sourire amicale. Elle prit déjà la peine de faire demi-tour et de se diriger vers son hôtel en invitant la jeune fille à la suivre.

Tout en marchant, elle parla à voix égale en s'adressant à la jeune fille qui suivait juste derrière sous peine de se retrouver en prison si elle n'obéissait pas. La justice de la marine était en priorité, mais ça se voyait dans le comportement de la jeune commandante qu'elle outrepassait ses droits pour donner du bon temps à la petite demoiselle.


« Bien sûr, pendant tout ce temps tu pourras profiter de la bonne nourriture de l'hôtel ainsi que de sa piscine. J'ai pas encore pu plonger dans celle-là depuis le début de la journée grâce à toi. Tu me tiendras compagnie, sans problème et tranquillement. »

Elle tourna la tête par derrière pour faire un clin d’œil, sur la route on croisait plusieurs marine, mais elle n'en fit rien et continua sa marche tout en surveillant parfois sa cible.
http://www.onepiece-requiem.net/t6664-aoko-longshothttp://www.onepiece-requiem.net/t6717-aoko-longshot
avatar
Aoko Longshot
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : Dans le cimetière

Feuille de personnage
Dorikis: 2321
Popularité: +154
Intégrité: 132

Lun 29 Sep 2014 - 23:03

Ce ne fut pas facile de la surveiller, Kurumu. C’était une peste comme ce qu’elle avait pu voir dans la ville, mais au moins elle se dépensait totalement dans la piscine sans demander son reste et parfois venait chercher à boire ou à manger auprès d’Aoko. Bien sûr, toute autorisation passait par elle en priorité, mais jusqu’à aller à la toilette, non ce n’était pas obligatoire.

Aoko de son côté s’occupait de Rasor et lui caressait le poil tout en lui donnant une bonne part de viande pleine de vitamine et d’énergie. Ensuite, un bon gros bol d’eau pour la satisfaire et elle ronronnait tout en étant caressée par sa maîtresse.

Personne n’osait trop s’approcher de peur de se faire bouffer par une créature si belle et puissante, mais si effrayante. La journée passa tranquillement avec un superbe soleil. La peau d’Aoko bronza un tout petit peu. Plusieurs hommes avaient tenté leur chance, mais un seul avait juste réussi à s’installer à côté et lui payer un verre. Elle faisait toujours des beaux sourires sans montrer les dents. Elle vérifia ensuite l’heure et se leva de sa chaise, laissant son numéro à l’homme à côté d’elle tout en partant avec sa serviette de bain. La panthère resta près de sa maîtresse, mais prit quand même le temps de s’étendre avant de partir de sa position de repos.

Aoko rejoignit Kurumu pour lui dire de venir avec elle sans discuter. Après un moment et s’être rhabillé, la jeune commandante prit Kurumu avec elle vers le port tout en évitant les quelques patrouilles de la marine. Des problèmes s’étaient installé dans la ville et on recherchait maintenant la commandante. Son séjour allait être raccourci. C’était pour ça qu’elle avait également prit sa valise pour partir.

Ses vacances se finissaient plus tôt et elle ne voulait pas avoir le colonel de ce trou perdu pour touriste sur le dos. Même si c’était censé être une base de la marine, ça n’y ressemblait pas trop et de loin. Il y avait plein de marine bien sûr, mais ce n’était pas ça qui faisait d’un endroit une base.

En revenant à nos moutons, une patrouille de marine croisa la rue et s’enfonça dans une autre tout en marchant normalement. Il ne semblait pas trop chercher et se doutait qu’elle ne devait peu être plus être là. En tout cas, sa réservation à l’hôtel venait d’être annulée alors c’était une chose en moins.

Elles arrivèrent sur les quais. Le marchand d’où venait Kurumu allait bientôt partir en finissant d’embarquer les dernières marchandises. Aoko la laissa filer et la vit monter à bord pour partir sur d’autre aventure.

Pour elle par contre, il allait falloir partir en douce et son navire ne partait que dans une heure, le temps de d’embarquer tout ce qui était nécessaire pour le voyage. Après quelque autres quais et environ 10 minute de marche, Aoko arriva devant son navire. Deux marines étaient posté devant le passerelle pour monter à bord et il semblait être une dizaine d’autre dessus. Il surveillait celui-ci en particulier parce qu’il savait qu’Aoko retournait sur north blue au niveau du quartier général de la marine. Après quelque temps, quand le navire s’en alla. Les marines partirent du quai et il semblait qu’une forme s’accrochait sur le côté du navire portant une sorte de sac avec une deuxième ombre faisant pareil, mais ayant plus de facilité.

Elle se montra ensuite au capitaine sans broncher et le rassura sur le faite qu’elle recevrait sa punition sur north blue, mais que lui n’aurait rien. Elle reçu quand même la cabine qu’elle avait dans son ticket aller-retour et se laissa aller en arrière pendant le voyage pour prendre un bon gros somme, les vacances étaient fini.
http://www.onepiece-requiem.net/t6664-aoko-longshothttp://www.onepiece-requiem.net/t6717-aoko-longshot
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1