AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


 Le Tournoi d'Ordealia.
avatar
Howard Prince

♦ Localisation : Dans ton Coeur...
♦ Équipage : Pirates de Prince

Feuille de personnage
Dorikis: 6025
Popularité: -372
Intégrité: -212

Mer 26 Fév 2014 - 13:34

Cela faisait déjà plusieurs dizaines de minutes que les quatre pirates progressaient dans cette jungle luxuriante, à l'intérieur de laquelle de gigantesques arbres et autres plantes, laissaient exprimer toute leur splendeur. Observant cette richesse végétale, cette magnificence qui semblait tout droit sortir d'un rêve, Howard Prince, guidé par le piaillement, le brouhaha d'innombrables oiseaux invisibles, pu contempler certaines étrangetés véritablement incroyables : des racines d'arbres aussi grosses que le Garuda, qui sortaient de terre ici, pour replonger un peu plus loin, ou encore cette grande plante rougeâtre, qui en un clin d'oeil, venait de gober ce qui ressemblait à un petit mammifère... Cette dernière ayant d'ailleurs provoqué un léger frisson dans le dos du capitaine pirate, qui, après une légère grimace, su que cet environnement pouvait être fatal à n'importe quel individu. Néanmoins, ce qui interpella l'homme aux yeux émeraudes fut tout autre : à plusieurs endroits, Prince avait remarqué des espèces de formes blanches, ici et là. S'approchant de l'une d'elle, il s'accroupit pour voir ça de plus près, arrêtant ainsi sa progression... Cette chose ressemblait à un...

« Un nuage mon cher Howard Prince Shoshosho... *prout*. Oops, je vous prie de bien vouloir m'excuser... »

Le moine qui les avait accueilli était debout, à côté de lui. Ce dernier, chauve, était habillé d'une longue toge sombre et était chaussé de simples sandales. Les mains derrières le dos, il semblait regarder le pirate, avec des yeux qui, paradoxalement, ne paraissait absolument pas ouverts... Enfin, une barbe blanche de plusieurs dizaines de centimètres précédait un visage touché par le temps, mais rayonnant de sympathie. Cependant, ce qui perturba Prince fut tout autre : dans le dos du vieil homme, deux petites ailes blanches étaient présentes, à l'image de celles que possédait Izya, l'ancienne forgeronne des Shinoryuu et surtout, à l'image... d'un ange.

« Un... nuage ? Vous voulez dire que toutes ces choses sont... des nuages ? Comment diable cela est-il possible vieil homme ? »

« Eh bien vous êtes simplement ici sur Ordealia, l'île céleste ! »

« Ordealia ? Une île... »

« Une île céleste oui mon cher Howard ! Là-haut, la mer est loin d'être comme ici... Au-dessus des nuages, l'océan représente une immensité blanche, appelée la mer aqueuse ! Shoshosho... *prout*. Oops, je vous prie de bien vouloir m'excuser... »

« Pourriez-vous arrêtez ça... »

« Oh vous savez à mon âge... Shoshosho... *prout*. Oops, je vous prie de bien vouloir m'excuser... »

Il ferma les yeux un instant, agacé, tout en serrant les dents intérieurement :

« Satané vieillard... »

Prince regarda ses compagnons, laissant planer un léger silence... Tous semblait troublé par cette histoire d'île céleste, dans les nuages, sur laquelle l'océan serait blanc... Tout cela était-il une farce ? Un piège dans lequel ils seraient tombé bêtement ? Non... Ses pensées allèrent ailleurs, dans le passé : il se souvint que quelqu'un lui avait déjà parlé de cette histoire d'île, de véritables terres flottantes, à l'intérieur desquelles vivaient des anges et où sommeillaient des trésors merveilleux... Ou était-ce peut-être quelque chose qu'il avait lu dans un bouquin ? Il n'arrivait pas à se souvenir, mais il savait que cette histoire n'était pas qu'un tissu de mensonges... Il suffisait d'ailleurs de se rappeler des quelques paroles d'Izya concernant cela pour que l'incertitude se dissipe...

« Vous croyez à cette histoire d'île au-delà des nuages vous ? »

Yukisame prit la parole. Il semblait un peu troublé, mais avait prit tout cela avec beaucoup de sérieux :

« Et ben... Si on part du principe que les hommes-poissons existent et qu'ils vivent sous la mer... J'me dis que vivre dans les nuages, ça serait pas si aberrant. Bon... Peut-être un petit peu, mais il me semble qu'Izya avait déjà parlé de ce genre de trucs, quand elle était encore avec nous... Mais je me souviens plus bien... Faut voir. »

« Dites, vieil homme... »

« Oh, Chasaraiah... Je suis le prêtre Chasaraiah ! Pour vous servir mon cher ! Shoshosho... *prout*. Oops, je vous prie de bien vouloir m'excuser... »

« Hum... Chasaraiah... Parlez-moi un peu de cette île sur laquelle nous nous trouvons... Ordealia. Nous avons vu cette dernière tomber tout à l'heure. Comment cela est-il possible ? »

« Ah oui hum... Eh bien vous serez tout ça bien assez tôt, mais pour le moment, hâtons-nous de rejoindre les autres ! Shoshosho... *prout*. Oops, je vous prie de bien vouloir m'excuser... »

« Les autres... ? »

Ils continuèrent de marcher pendant un bon quart d'heure. Malgré l'ombre des feuillages qui laissait traverser quelques rayons du soleil, il régnait dans cet endroit une chaleur humide et étouffante vraiment désagréable... Sur son torse nu, où traversait une ceinture équipée de deux pistolets à silex et sur lequel il avait déposé son long manteau noir, Prince savourait chacune des brises comme une délivrance éphémère... Enfin, ils arrivèrent dans un endroit complètement dégagé, ressemblant vaguement à une plaine entourée par la roche et la végétation. De là, ils purent observer les ombres, au loin, se profilant toujours un peu plus clairement, alors que les quatre pirates, accompagnés par les prêtres, s'approchaient :

« Nous sommes enfin arrivés messieurs, dames ! Voici les autres concurrents ! Shoshosho... *prout*. Oops, je vous prie de bien vouloir m'excuser... »

Prince regarda les hommes et femmes devant lui, observant chaque individu gravement et en gardant un visage impassible : sans compter les autres prêtres présents sur le lieu, ils devaient être au moins quinze, tous de tailles et d'aspect différents, certains même montant des créatures bien curieuses... Il reconnut même Senkei, ainsi que les deux types qui avaient percuté le Garuda, dont celui qui s'était fait passer pour Valdean... Il regarda d'ailleurs longuement ce dernier. A quelques mètres d'eux, une autre surprise capta l'attention du pirate au tricorne : plusieurs Escargophones géants avaient été disposés sur le sol et projetaient ce qui semblait être des images de lieu.

« Qu'est-ce que cela, Chasaraiah ? »

« Oh ceci ? Eh bien ce sont des Escaméras avec projecteur d'images intégré ! Ces derniers nous permettent de surveiller les concurrents durant les étapes et... »

Une voix grave résonna un peu plus loin, coupant Chasaraiah dans son explication :

« Eh bien si je m'attendais à cela Zéhahaha... Howard Prince ! L'ancien compagnon de Sutero est toujours en vie et va participer au tournoi d'Ordealia ! En voilà une surprise intéressante ! »

Il dévisagea l'homme qui s'approchait de lui : plutôt grand, l'individu semblait disposer d'une puissante musculature. Cependant, ce dernier, dont les cheveux longs et noirs descendaient jusqu'au torse, avait ce qui semblait être deux cornes au niveau du front... Il s'arrêta à un petit mètre seulement de son vis-à-vis, toisant ce dernier avec un sourire prétentieux et malsain :

« Je vois que certains faits ont précédé notre venue ici... Permet moi néanmoins de te dire que ta tête m'est absolument inconnue... Hum... à qui ai-je l'honneur ? »

« Zéhahahaha... Voilà un type bien méprisant... Je suis Faran Vognar ! Capitaine des Furious Pirates et laisse-moi te dire une chose petit-maître : seul les véritables guerriers ont une place dans ce tournoi... Tu n'es qu'un gamin qui aurait dû mourir comme tes autres compagnons, sur Hungeria ! Zéahahaha... Toi et les autres nouveaux capitaines ne connaissez rien à cette mer... Vous n'êtes rien d'autre qu'une bande d'insectes arrogants ! »

La tension était forte et tandis qu'un silence s'était installé, Prince sourit légèrement, ne sachant pas vraiment pourquoi ce type en avait de la sorte après lui :

« Eh bien me voilà aujourd'hui, bien vivant et assurément capable de te tuer dans la seconde... Peut-être que je suis moins faible que tu le penses, cher Vognar. »

« Je me demande ce qui m'empêche de t'écraser tout de suite et avant même que cette connerie de tournoi ne commence... »

Brusquement, les deux hommes sortirent leurs armes, deux pistolets à silex à canon long, qu'il pointèrent à quelques centimètres de la tête de chacun d'eux. Deux cliquetis métalliques résonnèrent au moment où les pirates armèrent leurs armes, prêts à faire feu :

« J'ai bien l'impression que nous sommes dans une impasse, cher Vognar... »

« Zéahahaha... »

« Messieurs ! S'il vous plait ! Arrêtez ! *prout*. Oops, je vous prie de bien vouloir m'excuser... »

Avant même le début des épreuves...


Dernière édition par Howard Prince le Jeu 27 Fév 2014 - 13:28, édité 2 fois
avatar
Senkei

♦ Localisation : Alabasta
♦ Équipage : C'est compliqué

Feuille de personnage
Dorikis: 3760
Popularité: -109
Intégrité: -82

Mer 26 Fév 2014 - 23:31

Je n’avais d’abord pas fait attention à l’arrivée d’Howard Prince, concentré sur le chef de ces types à capuche, sur une petite estrade qui semblait se préparer à nous parler. Mais toutes les têtes se retournèrent vers lui quand l’altercation entre lui et ce cornu éclata. Un autre de ces moines vint alors s’interposer alors qu’un cercle des participants s’était formé autour d’eux, persuadé d’assister à la première bataille du tournoi. Cependant, ils furent interrompus dans leur élan par cet étrange type et celui sur l’estrade prit enfin la parole.
« Messieurs, si les esprits peuvent se calmer quelques minutes, nous allons commencer. D’abord bienvenue à tous au Grand Tournoi D’Ordealia. Merci à tous les invités qui se sont déplacés et à tous ceux qui ont vu l’île et qui méritaient de participer d’être venus. Le tournoi va se dérouler en deux phases. En premier lieu, la phase de qualification. Pendant plusieurs heures vous allez librement explorer l’île. De nombreuses épreuves vous attendent. Les règles et le nombre de participants seront indiqués sur ces écrans Escargovisions. Ils nous permettent de superviser le bon déroulement du tournoi et à vous communiquer des informations utiles comme le classement général ou le temps restant dans une épreuve entre autres choses. 

Chaque épreuve étant différente tant en termes de difficulté, qu’en termes de durée, elles ne rapportent pas toutes le même nombre de points. Les participants sont libres de participer à autant d’épreuves qu’ils le souhaitent. Certaines épreuves sont parfois limitées à un nombre maximum de candidats… enfin bon, lisez les écrans et il n’y aura pas de problèmes. Concernant le déroulement des épreuves en lui-même, si rien indique le contraire sur l’écran à l’entrée de l’épreuve, c’est que la règle qui s’applique à l’intérieur de l’épreuve est « tous les coups sont permis ». Sinon, quand vous arriverez vers l’un de ces écrans, placez-vous devant et nous vous enregistrerons pour l’épreuve.

À la fin de cette première phase, les deux participants avec le plus grand nombre de points rejoindra la place centrale de l’île, le temple que vous voyez là-bas et après une dernière épreuve se verront remettre une énorme récompense. Un fruit du démon. Avez-vous des questions ? »
Les participants s’échangeaient des regards interrogatifs, avait-il vraiment parlé d’un fruit du démon à l’instant ? La récompense était dans ce cas inestimable. Le seul qui avait l’air sur de lui était ce cornu qui avait failli en venir aux mains avec Prince, que je vis exécuter un signe en direction du groupe montrant que le fruit était pour lui.
« Bien, si il n’y a pas de questions… J’annonce le tournoi d’Ordealia ouvert ! »
Les écrans s’allumèrent, affichant un classement général vierge de tous points et trois immenses rochers furent déplacés par les prêtres, libérant l’accès à une multitude de chemins différents à suivre pour parcourir l’île. La vingtaine de participants s’y engouffra précipitamment et c’est là que je vis, accompagnant le groupe de Prince et de cet infâme Kazumi, une petite blondinette qui me sembla familière. Je tentai de la suivre mais plusieurs personnes s’engouffrèrent dans le même chemin et je la perdis de vue. J’empruntai alors un autre chemin, décidé à gagner ce fruit du démon, non pas dans le but de le manger, mais certainement de le vendre à un autre pirate, me constituant ainsi de bonnes ressources pour continuer à naviguer sur Grand Line. Peut-être même acheter un navire et constituer mon propre équipage.

Je suivis mon chemin jusqu’à arriver à un de ces petits écrans à l’entrée d’un petit tunnel de pierre devant lequel trois personnes attendaient. Je reconnu Howard Prince. Il était menotté à un énorme type en armure. A côté de lui, un autre type attendait visiblement que quelqu’un ne vienne se menotter à lui tout en construisant un château de cartes. Je décidai de tenter ma chance et marcha jusqu’à l’écran. L’écran annonça mon nom, Lloyd Barrel, puis me demanda de me menotter à Faustus. Je fis un bref signe de tête à l’empileur de cartes qui me confirma être Faustus. J’attrapai le bracelet libre et le passai autour de mon poignet gauche. L’écran annonça que nous étions en attente d’encore un couple pour commencer l’épreuve. Ils arrivèrent à quelques secondes d’intervalles, plusieurs minutes après que je sois moi-même arrivé. Mon doute sur l'identité de la blondinette aperçu plus tôt s’envola quand je vis arriver Meirin, suivi d’un autre type en armure. Nos retrouvailles furent toutefois de courte durée. La porte du passage en pierre s’ouvrit une fois qu’ils furent menottés, nous invitant à entrer dans le labyrinthe. Peu importe l’amitié que je peux avoir pour elle, pour les minutes qui viennent nous sommes concurrents. Encore plus si elle a rejoins l'équipage de Prince. On parlera plus tard.
http://www.onepiece-requiem.net/t9692-senkei http://www.onepiece-requiem.net/t9784-senkei
avatar
Lion

♦ Équipage : Shinoryuu

Feuille de personnage
Dorikis: 4620
Popularité: -227
Intégrité: -207

Jeu 27 Fév 2014 - 3:58

A peine arrivée que la tension est au rendez-vous. En tout cas je l’ai à l’œil celui-là. Le mec nous annonce donc les règles du tournoi et surtout, la récompense à la clé. Je me demande bien de quel fruit il s’agit… En tout cas, les gens ont l’air motivés ! Pas mal de participants se sont précipités sur les chemins et j’avoue qu’un tournoi de la sorte est une bonne opportunité de s’amuser un peu. Enfin bon, je ferais mieux de rester méfiant avec tout ce que j’ai vécu jusqu’à aujourd’hui sur ces mers…

Bref nous décidons de prendre tous ensemble un des chemins et arrivons devant le première écran. Prince s’engage avec Meirin dans une épreuve de labyrinthe. Nous décidons donc Yukisame et moi d’aller gagner des points ailleurs. Le capitaine nous conseille d’ailleurs lui aussi de faire attention et de ne pas nous séparer. C’est bien compris…

- Aller Yuki, allons voir ce que cette île nous réserve comme épreuve !

Trottinant pour ne pas trop s’essouffler, nous avançons et arrivons au bout de quelques minutes devant un autre écran où se trouve une femme portant elle aussi des ailes. Les cheveux orange mi- longs, une espèce d’armure légère accompagnée d’une petite cape et des tatouages un peu tribaux. Hmmm, une habitante locale à priori ou plutôt, une guerrière à en croire sa posture. Elle a l’air bien équipé en plus…

Mon ami cuisinier me propose de nous inscrire à ce qui est apparemment une épreuve de chasse. Et bien pourquoi pas ! Voyons voir les règles ? Alors…

Funny Hunting

Règles : Dans une zone délimitée, vous devez chasser le plus d’animaux possible. Pour chaque animal vous gagnerez 1 point, sauf animaux spéciaux (voir plus bas). Le chasse groupé est autorisée et attribue les points à chaque personne du même groupe.

Délai : 2h

Animaux spéciaux :

5 points


10 points


15 points



J’acquiesce et nous nous avançons tout deux devant l’écran. Arrive alors à nos côtés un type… C’est celui qui était sur notre navire tout à l’heure. Celui que j’ai sonné avec mon poing. Comment réagir ? Comment lui va réagir ? Hmmm, jouons-là plutôt tranquille pour le moment, je pense qu’il a compris qu’il faut réfléchir à deux fois avant de tenter quoi que ce soit contre nous. Bon, il s’inscrit à son tour, ce qui fait un total de quatre participants. Personne d’autres ? Tant mieux, l’épreuve est lancée d’après l’écran.

Sur notre droite, un passage à travers des buissons nous mène dans la zone de chasse. Yuki et moi restons donc groupé, lui armé de son sabre, moi avec quelques bons clous de charpentier comme à mon habitude. Les deux autres se sont déjà enfoncés dans la jungle.

Au bout de quelques minutes, nous croisons de petits animaux que nous attrapons sans problème. Trois prises en une dizaine de minutes, c’est déjà pas mal… Ce qui nous fait 3 points chacun. Soudain, Yukisame me demande ne plus bouger car il vient de remarquer une autre bête au loin. Plus grosse celle-là, il s’agit d’un puma. Nous nous approchons doucement de ce dernier quand tout à coup des coups de feu retentissent au loin. Alerté, le félin s’enfui et il est déjà trop tard pour le rattraper.

- Merde ! Elle me fait déjà chier celle-là avec ses canons !

Nous repartons aussitôt chasser et à notre plus grande surprise retrouvons le puma de tout à l’heure allongé par terre… Enfin, pas dans sa totalité. Il ne reste plus que sa peau. Avant même que je ne comprenne ce qu’il s’est passé, un bruit suspect arrive au-dessus de nos têtes. C’est une plante carnivore qui nous fonce dessus la gueule grande ouverte. Bondissant chacun d’un côté, nous évitons Yuki et moi de nous faire manger à notre tour. A peine le temps de se redresser qu’une autre nous attaque, puis encore une autre… Merde, mais y’en a combien là-dedans ?

Assez perdu de temps, les autres doivent surement avoir plein d’animaux. J’esquive une attaque et frappe sur la tige à l’arrière de la tête de cette plante-monstre. Un craquement se fait entendre et cette dernière reste couchée à terre, la langue ressortant de sa bouche… KO !
Yukisame intervient juste derrière moi pour trancher une autre qui m’attaquait. Il en reste plus qu’une seule que nous abattons également avant de reprendre d’où nous nous sommes arrêté.

Les coups de feu continuent d’éclater, elle a l’air déchainée la rouquine ! Si chaque coup tue une bête, elle doit bien avoir récolté au moins 8 points à l’heure actuelle. Cherchant le moindre mouvement dans cette jungle, nous continuons de chasser et avons réussi à arriver jusqu’à dix. Cela fait bien un bon moment que nous sommes là-dedans mais n’avons encore croisé aucun des deux autres concurrents. Je me demande bien à combien ils en sont… Qu’est-ce que…

- Yuki !

A une quarantaine de mètres plus loin, une énorme forme envoie la guerrière aux cheveux orange contre un arbre. Elle a l’air d’être en difficulté… Elle a beau être une concurrente, elle reste une femme en danger. Je cours donc à toute vitesse clou en main à la rescousse de l’ange en difficulté. Arrivant à une dizaine de mètres de cette dernière, je remarque le deuxième monstre spécial l’eau à la bouche et prêt à dévorer sa victime. C’est alors que  je lance de toutes mes forces mes deux grands clous qui vont se planter sur cette bête. Un cri surpuissant en direction du ciel fait vibrer tous les feuillages des arbres. Sans arrêter ma course, je bondi sur ce dernier et lui assène un énorme coup de pied qui le fait bouger de quelques mètres.

Sa taille fait trois fois la mienne alors abattre un monstre pareil ne va pas être chose facile. Yukisame me rejoins lui aussi et attaque à son tour mais son coup est esquivé. Bouche bée, j’essaye de comprendre comment ce mastodonte a réussi à esquiver aussi rapidement. Il riposte d’ailleurs à son tour avec un coup de tête que Yuki esquive à son tour.  Je vois, il se sert de sa queue pour se propulser en avant. C’est donc de là qu’il puise sa puissance.

- C’est la queue qu’il faut viser Yuki !
- J’ai bien compris oui, mais viens m’aider aussi !

Il n’a pas tort… M’élançant à mon tour, j’attaque de côté le monstre rose qui encaisse mon coup de genou mais qui aussitôt me charge d’un coup de boule… Coup de boule que j’arrive à peine à bloquer de mes deux bras croisés. Mon compagnon essaye de lui trancher la queue, mais n’y parvient pas. Il reçoit plutôt un bon coup de cette dernière et vole sur quelques mètres. Putain de sale bête ! J’attrape une de ses espèces d’oreilles et saute pour passer sur son dos. J’atterrie avec un bon coup de genou qui lui brise quelques os, mais ce n’ai pas suffisant. Elle se débat et m’envoie pas loin de Yuki à mon tour.

Me relevant, je fixe la bête et propose à Yukisame une attaque groupée. Le sang coule sur sa peau épaisse, là où mes clous sont bien enfoncés depuis tout à l’heure. Il gémi mais n’est pas au bout de ses peines… Enfin prêt, nous chargeons chacun d’un côté et j’arrive à attirer suffisamment l’attention du monstre sur la gauche pour que Yuki puisse s’occuper de son derrière. Je feinte et le trompe en faisant comme si j’allais le frapper de en bas. Il saute et c’est alors qu’avec un salto arrière je lui envoie un puissant coup de pied le scotchant à terre. Yuki arrive pile au bon moment pour abattre son épée et sépare l’animal de sa queue.  

Un cri horrible… Tellement que je dois me boucher les oreilles. Il gigote comme un poisson hors de l’eau, maintenant impuissant face à nous. Mon ami fini par apaiser ses souffrances et redonner à cet endroit son calme. Je me retourne vers la guerrière qui maintenant que le danger est écarter, se relève doucement, tenant son épaule gauche et tirant une grimace.

- Tout va bien ?

Désabusé et comme si toute la honte du monde lui était tombé dessus, l’ange s’éclipse à toute vitesse avec des espèces de propulseurs aux pieds. Je ne comprends pas pourquoi elle réagit de la sorte, mais si j’ai bien compris, elle n’a pas appréciée l’aide… Peut-être qu’elle préférait mourir ?

- Laisse, ce sont les femmes… Cassandre est pareille ! C’est leur façon de dire « merci » !
- Ouais… Bon, celui-ci vaut 10 points si je me souviens bien… Ce qui nous fait donc 20 points chacun ! Tu crois que la viande de ce truc est bonne à cuisiner ?
- J’en sais rien, on pourrait essayer tiens…

Le temps passe et nous réussissons à avoir encore 5 petites bêtes avant que le gong vienne annoncer la fin de l’épreuve. Nous ressortons donc avec 25 points à notre compte, ce qui n’est pas négligeable !
http://www.onepiece-requiem.net/t2877-fiche-du-lion
avatar
Senkei

♦ Localisation : Alabasta
♦ Équipage : C'est compliqué

Feuille de personnage
Dorikis: 3760
Popularité: -109
Intégrité: -82

Sam 1 Mar 2014 - 0:06

Lancés dans le labyrinthe, Faustus et moi avons rapidement perdu de vue les autres concurrents, toutes les équipes ayant emprunté un chemin différent dès le point de départ. Je me laissais guider dans les obscurs et étroits couloirs par mon silencieux coéquipier. Je pense que tous les participants avaient rapidement compris que dans une épreuve où on était associé avec un inconnu, il valait mieux éviter de se lier d’amitié. Toute information divulguée, sur ses pouvoirs par exemple, pourrait être retournée contre celui qui en disait trop. Il fallait alors observer les autres concurrents agir, tout en restant prêt à intervenir au moment opportun. J’avais noté par exemple que l’ordre d’arrivée des concurrents sur l’épreuve me permettait de bénéficier d’un avantage face aux autres équipes engagées dans cette épreuve. Mon compagnon et celui de Prince avait eu une courte conversation avant le départ, parlant de leur capitaine qu’ils avaient visiblement en commun. Meirin dans la troisième équipe avait-elle rejoins l’équipage de Prince. Ce qui rendait techniquement impossible ou très difficile les combats entre les équipes. Chaque équipe avait des raisons de défendre une équipe adverse pour éviter d’handicaper un allié avec un cadavre à transporter au bout de sa paire de menotte. Prince ignorait également que Meirin et moi nous connaissions et je pensais également pouvoir tirer parti de cela. Après tout même si il m’avait vu la saluer, l’écran de l’épreuve nous pressa d’entrer dans le dédale de pierre si promptement que nous n’avions pu discuter et Prince pouvait l’avoir interprété comme un simple salut cordial. D’ailleurs si j’avais eu le temps de lui parler, je lui aurais certainement demandé pourquoi avoir fait une telle erreur qu’est celle de rejoindre un équipage aussi minable. Je gardais toutes mes questions sur la soudaine apparition de Meirin, qui avait forcément eu lieu après qu’Edhan, Siegfried et moi ayons quitté le Garuda pour me reconcentrer sur l’épreuve. Mon partenaire avait besoin de moi.
Nous étions arrivés dans une petite salle carrée, ornée de quelques décorations représentant des animaux mythiques sur les murs, et faisions face à une étrange créature. Un immense ours pourvu d’ailes, nous faisait face. Ses grognements et le filet de bave le long de sa joue nous indiquait très clairement ce qu’il comptait faire de nous. Je dégainai mes épées et jetai un œil vers mon camarade qui battait tranquillement son jeu de cartes.
« On est que trois, pour la belote, c’est raté. Tu veux pas ranger tes cartes et sortir tes armes ? »
Il eut un petit sourire narquois et ne répondit pas. L’ours commença à charger en notre direction.
« A trois on esquive sur la droite… UN … DEUX… TROIS !!! »
Je plongeai sur le côté droit de l’ours mais fût retenu dans mon élan par la menotte. Mon coéquipier n’avait pas bougé le petit doigt et je me retrouvais les fesses par terre. L’ours arrivant droit sur nous, je fermai les yeux et tendis mes rapières vers l’avant, tentant d’embrocher l’animal céleste. Je comptai jusqu’à trois dans ma tête avant de rouvrir les yeux, surpris de n’avoir reçu, ni coups ni n’avoir senti la bête s’embrocher dans mes armes, quand une petite détonation se fit entendre. Une carte de Faustus était au sol, au milieu de ce qui semblait être les restes d’un ours qui se serait décomposé en une centaine de morceaux différents.
« L’explosif… c’est toujours l’explosif dans ces situations… »
De quoi parlait-il ? Ce sont ses cartes qui ont provoqués l’explosion ? Il fallait que je me méfie de lui, son pouvoir me paraissait plutôt fort maintenant. Un panneau glissa au fond de la pièce, nous dévoilant un écran et deux portes.
« Vous avez vaincu l’ours céleste. Vous avez deux choix. Retarder vos adversaires et sortir par la porte de gauche qui est un chemin normal, ou ouvrir la porte de droite qui est un raccourci. »
Choix facile. J’annonçais que nous souhaitions retarder nos adversaires. Deux coups résonnèrent à quelques secondes d’intervalle et j’imaginais très bien que deux murs venaient de tomber devant chacune des deux équipes, bloquant le chemin qu’ils étaient en train d’emprunter. La porte de gauche s’ouvrit, mes épées toujours en main, je tranchai la pierre de la porte de droite, nous ouvrant l’accès au raccourci en plus d’avoir eu l’avantage de retarder nos adversaires. Après tout, comme je le murmurai à Faustus en franchissant la porte de droite…

« Tous les coups sont permis, non ? »
http://www.onepiece-requiem.net/t9692-senkei http://www.onepiece-requiem.net/t9784-senkei
avatar
Howard Prince

♦ Localisation : Dans ton Coeur...
♦ Équipage : Pirates de Prince

Feuille de personnage
Dorikis: 6025
Popularité: -372
Intégrité: -212

Sam 1 Mar 2014 - 21:27

Le Labyrinthe de Luor.

« Non petit homme ! Je ne te dirais absolument rien ! »

*soupir* « C'est la troisième fois que je te dis que je ne t'ai rien demandé... »

« Je suis sûr que tu veux savoir ! »

« Je m'en moque, à vrai dire... »

« Non ! Je le sais ! Tu veux savoir ! Pose moi une question ! »

« Pourquoi je suis tombé avec toi pour cette épreuve... Sérieusement... Si je reste bloqué ici, j'aurais au moins aimé que ça soit avec quelqu'un de plus intéressant qu'un type qui ne pense qu'à jouer à "devine quel animal j'ai dans la tête "... »

« Bwahahaha... Tu es drôle petit homme, mais je suis tout de même sûr que tu veux savoir ! »

« Pas vraiment... »

L'épreuve du "Labyrinthe de Luor" avait débuté de la pire façon possible pour le capitaine au tricorne, qui regrettait déjà sa présence à l'intérieur de ce lieu... En effet, alors que cette course vers la sortie obligeait chaque participant à être enchaîné à un autre pour former une sorte d'équipe, Prince avait touché le gros lot en obtenant probablement le pire associé possible : Gorn Runar, "La Tour", des Checkmates Pirates, un des trois équipages présents pour remporter le tournoi d'Ordealia... Pensant au départ être tombé sur un coéquipier sur lequel il aurait pu compter pour remporter l'épreuve, Prince s'était vite rendu compte que ce colosse un peu balourd incapable de rester concentrer plus de quelques secondes, allait rapidement apparaître comme un boulet accroché à sa cheville... N'écoutant plus ce que racontait Runar depuis un moment et tentant de passer outre l'incroyable fracas que faisait l'armure de ce dernier à chacun de ses pas, Prince réfléchissait, cherchant le meilleur moyen pour arriver à la fin de cette épreuve. Le chemin qu'ils avaient emprunté au départ n'avait, pour le moment, été qu'une ligne droite, avec quelques virages à certains moments. Rien de bien méchant, la seule difficulté étant de rester calme à l'intérieur de ces murs boisés et enveloppés d'une sombre végétation, avec un tel partenaire...

Cependant, les deux pirates arrivèrent devant une statue représentant un grand aigle, derrière laquelle le chemin se coupait en trois. S'arrêtant pour réfléchir à la direction à prendre, une légère brise bougea les buissons derrières les guerriers : se retournant brusquement tout en sortant son pistolet à silex, Prince braqua son arme vers le néant... Il était pourtant certain que quelque chose, une présence avait bougé derrière eux :

« Bah alors ?! Pourquoi tu gigotes comme ça d'un coup ? Tu as trouvé un indice sur l'animal auquel j'ai pensé ? »

« Non... j'ai cru... Laisse tomber, continuons... Prenons le chemin de... »

« Allez viens on va à gauche ! »


« Oh... Hey !!! »

Avant même d'avoir pu dire quoique ce soit, Prince fut tiré par le colosse vers le chemin de gauche. Jurant tout bas, il maudit une nouvelle fois cette première épreuve... Rapidement, ils tombèrent sur un cul-de-sac, mais Gorn fut interpellé par une luminosité, sur le sol, qui attira son attention : ne pensant pas une seule seconde que cela pouvait être un piège, le pirate en armure attira une nouvelle fois Prince jusqu'à la lumière et ne fit pas attention à l'étrange dalle qui ressortait du sol. Marchant dessus, il déclencha un piège, ouvrant le sol sous les deux participants, qui tombèrent vers une funeste mort. In extremis, Prince attrapa le bord du trou avec sa main gauche : luttant pour ne pas lâcher, Prince serra les dents, le poids de Runar exerçant une pression douloureuse sur son autre bras :

« Re...Remonte-nous ! Vite !!! Il y a toute une série de pics qui ne demandent qu'à nous embrocher vivants en bas !!! »

« Dis... dis-toi bien que je fais mon.. mon possible ! Mais tu es... tu es trop lourd ! Gorn ! Lâche ton bouclier et ton.. ton gourdin ! »

« Mon bouclier ? Jamais ! Jamais je ne laisserais mon "Eligran" tomber ! Ce bouclier est ma fierté ! Si je dois mourir, c'est avec lui ! D'ailleurs, as-tu trouvé pour l'animal ? »

« Mau... Maudit sois-tu ! »

Gorn lâcha néanmoins son gourdin en argent, chose qui permit à Prince, avec beaucoup de difficulté, de les remonter tous les deux... Haletant, les deux hommes restèrent assis un moment, Howard se demandant si ses Nakamas s'en sortaient un peu mieux que lui... Après s'être relevé, Runar resta un instant immobile, avant de se mettre à genou devant Prince et remercier ce dernier.

« Tu aurais simplement du jeter ton bouclier... »

« Non ! Tu verras qu'Eligran pourra nous être très utile ! »

« Si nous mourrons, je doute qu'il nous sera très utile... En tout cas, je pense que d'autres surprises de la sorte nous attendent... Reste sur tes gardes. »

Ils retournèrent donc sur leurs pas pour prendre, cette fois-ci, le chemin de droite : là, ils arrivèrent dans une salle assez grande et circulaire, au centre de laquelle trônait une sorte de trou entouré de pierres, parfaitement placées. A l'extrémité de la pièce, une porte était également présente et c'est naturellement vers cette dernière que les pirates s'aventurèrent. Alors qu'ils n'étaient plus qu'à quelques mètres de l'accès, Prince entendit un coup sourd, tout proche de lui, puis, plusieurs secondes plus tard, un autre bien plus loin, sans qu'il n'arrive à déterminer où exactement. C'était comme si quelque chose s'était déclenché : il discerna alors le bruit d'un frottement rocailleux et caverneux. Il sentit ses pieds trembler légèrement... Un tremblement de terre ? L'inquiétude se plaqua rapidement sur son visage et, presque instinctivement, son regard fixa le cercle, au milieu de la salle :

« Alors, tu ne sais toujours pas quel animal j'ai dans la tête ? »

« Phacochère !!! »

« Non ! perdu ! Bwahahaha je savais bien que tu finirais par te prendre à ce jeu de... »

« Non !!! Phacochère derrière nous !!! »

Sortit du cercle de pierre, un immense phacochère au poil sombre et menaçant venait d’apparaître, frappant le sol frénétiquement, tout en regardant les deux pirates avec des yeux dans lesquels il était possible de percevoir une véritable rage... Dévoilant des cicatrices sur tout son corps, ce qui impressionnait le plus avec ce monstre était probablement sa taille : il devait faire, au bas mot, deux, ou peut-être trois mètres au garrot et disposait non pas de deux, mais de quatre défenses, pointées en avant telles des lances.

« Par tous les dieux ! Mais cette bête est énorme ! »

« Et elle n'a pas l'air très contente de nous voir... Je vais m'occuper de ça rapidement. »

Il sortit son arme à distance et visa la créature : respirant profondément, il attendit que cette dernière charge pour faire feu. ... Un coup, deux, puis un troisième :

« Qu'est-ce que ?! »

Alors qu'il avait bondit vers eux, le phacochère se prit deux balles : une dans la mâchoire, l'autre dans l'épaule, la troisième frôlant le haut de son crâne. Cependant, sa charge ne perdit en rien de sa puissance et, au contraire, la bête semblait même davantage en colère... Gorn plaça sa large main droite sur l'épaule du capitaine pirate, l'invitant à se reculer :

« Laisse-moi m'occuper de ça ! Je vais te montrer la force de ce bouclier ! »

Prince recula légèrement, tout sortant Yubashiri, tandis que Runar, lui, plaça une jambe en avant, prêt à agir : la bête rugit et accéléra alors qu'il ne lui restait que deux mètres pour frapper les pirates, moment que choisit le colosse pour placer son bouclier fermement devant lui : le Phacochère frappa puissamment l'objet et tituba, complètement sonné, tandis que "La Tour" n'avait pas bougé d'un pouce.

« Bwahahaha, je t'avais dit que mon fidèle Eligran nous serait utile ! Je te laisse en finir avec ce traître de phacochère ! »

Prince avait été tout bonnement impressionné par la puissance défensive dont venait de faire preuve "La Tour". Finalement, son jugement avait peut-être été hâtif et ce type pourrait sans doute être plus utile que ce qu'il avait pensé... Un léger sourire se forma sur son visage au moment où son poing se resserra sur la poigne de son Meitou : profitant que la créature soit toujours assommée, l'homme au tricorne frappa en avant, lançant une puissante lame d'air sur le monstre, qui fut éjecté jusqu'à la porte, détruisant cette dernière et soulevant un épais nuage de poussière grisâtre... Les deux hommes pouvaient désormais continuer leur chemin. Cependant, avant de pouvoir sortir de la salle circulaire, un prêtre fit soudainement son apparition :

« Pénalité ! »

« Pénalité ? »

« Oui ! Il est interdit de détruire les portes du labyrinthe délibérément ! »

« Mais ce n'est pas... »

« Vous aurez deux points retirés sur votre score final ! En tout cas bien joué : vous avez vaincu ce brave Piggy ! Nous avions ramené cette bête d'une petite île de la mer bleue, il y a quelques années Hihi. Grâce à cet exploit, un "cadeau" sera envoyé à chacune des deux autres équipes ! Bonne continuation dans le Labyrinthe de Luor Hihi. »

C'est donc avec une pénalité que Prince et Runar allaient continuer l'épreuve du Labyrinthe de Luor... Progressant sur quelques mètres dans cette nouvelle zone, les coéquipiers s'arrêtèrent, au moment où deux silhouettes, deux ombres, firent brusquement leur apparition, projetés sur le mur d'un couloir, qui tournait vers la droite... Des cliquetis métalliques de menottes étaient parfaitement perceptibles... Restait à savoir de quel groupe il s'agissait.
avatar
Edhan Royard

♦ Localisation : Bulgemore

Feuille de personnage
Dorikis: 3222
Popularité: -139
Intégrité: -86

Lun 3 Mar 2014 - 2:26

Tout ceci est louche. Les choses vont trop vite, on dirait que ces 'prêtres', ou peu importe ce qu'ils sont, tentent de boucler ce tournois le plus vite possible. La preuve, on ne nous laisse même pas le temps de nous reposer, ou même de faire du tourisme, si tant est qu'il y ait quoi que ce soit à voir ici à part la jungle. D'ailleurs, c'est presque comme si l'île entière existe dans le seul but d'être le lieu où se déroulera le tournois en question ; rien de ce que j'ai vu ne laisse penser qu'un peuple vit ici. Autre chose qui me chiffonne... pourquoi organiser un tournois ? Et une telle récompense ? En quoi cela leur est-il bénéfique ? Je n'arrive pas à comprendre, il n'y a pas de frais de participation et ils ne nous encouragent même pas à consommer - je doute qu'il y ait quelque chose à consommer dans le coin - alors ce n'est évidemment pas une raison financière. Qu'est-ce qui pourrait motiver ces gens à part l'argent... le savoir ? Le pouvoir ?


"J’annonce le tournoi d’Ordealia ouvert !"


La voix de l'homme encapuchonné me tire de ma profonde réflexion. Je note mentalement qu'il faudra 'enquêter' là dessus, au moins pour me débarrasser de ce mauvais pressentiment si mes peurs sont infondées ou... de m'éviter une mauvaise surprise dans le cas contraire. Pour ça, il va falloir progresser dans le tournois, sans oublier la promesse que j'ai faite à Sigfried de l'aider à le remporter.


"Les gars, on reste ens..."


A ma droite, Senkeï a disparu... Ça commence bien, hein. Heureusement Sigfried est... Bordel, les mecs ! Et je n'ai aucune idée d'où sont partis ces deux idiots ! Je remarque que je suis l'un des seuls encore présents, hormis quelques groupes d'alliés qui tentent d'élaborer une stratégie de dernière minute. Par ailleurs, les hôtes du tournois bloquent l'accès à certains passages, parce que le nombre de participants requis pour l'épreuve a été atteint, j'en déduis. Bon ben...


"Ça... ne... se...ra... pas... toi !"


Rien ne vaut les bonnes vieilles méthodes. J'emprunte le passage que dame fortune m'a désignée en espérant y revoir, avec un peu de chance, l'un de mes deux coéquipiers. Mais bien sûr, le destin et moi sommes fâchés... pour ça que je me retrouve dans un groupe composé de deux membres de l'équipage de Prince dont le blondinet qui a faillit me déboîter la mâchoire il y a peu... L'autre est l'un des membres qui étaient présents sur le pont lors de mon assaut, je n'en sais pas plus. Heureusement, ils semblent m'ignorer, ce qui m'arrange à vrai dire.

La dernière participante est une ange à en juger les deux ailes à son dos. Exactement comme feu ma mère... Je ne vois pas grand chose d'autre, si ce n'est une silhouette élégante et des cheveux rouge-orange parsemés de blanc. Pas moyen de voir son visage, étant donné qu'elle me tourne le dos. Je prends note néanmoins des armes, que dis-je, de l’arsenal qu'elle porte sur elle... Vaudrait mieux pas la foutre en rogne celle là...

Je m'avance et voit "Yskino Haynell", mon nouveau pseudonyme, s'afficher dans la liste des participants - où je capte le nom de l'ange et des deux autres d'ailleurs. Liste rapidement remplacée par les règles de l'épreuve : Funny Hunting. De la chasse, on dirait que la chance me sourit enfin ! Je réajuste le holster de mon fusil à lunette ; j'ai enfin trouvé une occasion pour l'utiliser en situation réelle. Nous deux adeptes des armes à distance avons un certain avantage dans cette épreuve, même si rien n'est sûr.

Je me retourne à temps pour remarquer le regard de Telia - et son visage... charmante ! - sur moi, mais elle se détourne rapidement et disparaît à tout vitesse dans la jungle, propulsée par je ne sais quoi à ses pieds... faudra que je lui demande ce que c'est, ça à l'air cool ! Les deux autres se mettent en mouvement eux aussi, il est temps pour moi d'en faire de même. J'hésite un instant, puis me décide à imiter ma consœur et à m'enfoncer dans la jungle en évitant les sentiers : les animaux ça se trouve moins facilement sur le bord des chemins.

Le premier animal que je croise est un lapin... était, avant qu'une balle ne lui ôte la vie. Bah quoi ? Au moins ma méthode est sans douleur ! Je le laisse là, histoire que sa mort serve au moins aux carnivores du coin, avant de reprendre mon chemin en quête d'un endroit propice à la chasse. Chose que je trouve après plus de vingt minutes pendant lesquelles je n'ai récupéré que deux points supplémentaires. Mais je vais rapidement rentabiliser ce temps grâce à cette clairière remplie d'herbivores que j'ai fini par trouver. Je monte à un arbre, pas trop haut mais suffisamment pour avoir une vue sur toute la clairière tout en étant assez bas pour descendre rapidement si besoin, et me met en position, fusil braqué sur mes cibles, un œil les observant à l'aide de la lunette, et des munitions à portée.

Deux minutes après m'être assuré que les bruits de tirs de Telia n’interféreront pas avec ma propre séance de chasse, je me décide enfin à commencer. La tête d'un animal à corne se trouve pile dans ma ligne de mire... *BAM* Un point et *BAM* un deuxième. Je ne sais pas où l'ancien propriétaire de ce fusil s'est procuré une telle beauté, mais ce système de rechargement est ingénieux ; que dis-je, absolument génial ! Les balles en silex ne s'insèrent pas par la méthode classique, à savoir par le canon, chose qui prend un temps monstre, mais par un compartiment sur le haut du canon. Il suffit de mettre la balle dans le compartiment, de recharger l'arme, et de tirer. Le seul problème est qu'il y aie plus de chance de se retrouver avec un soucis mécanique, qui est de toute façon facilement arrangeable.  Après un peu d’entraînement, j'ai appris à tirer plusieurs fois d'affilée avec la bonne méthode.

D'ailleurs, je tire encore une fois, m'apportant un troisième point et, en sautant au sol au moment où l'un des animaux passait en dessous dans l'espoir de s'enfuir et de survivre, j'en récolte un quatrième grâce à une balle tirée de Phobos. Je recharge mes armes et les range dans leurs holsters respectifs. Quatre proies avant qu'elles ne parviennent toutes à sa sauver, c'est un bon score je pense. Mais pas suffisant, je dois trouver un autre endroit...


Krriiik Kriiik

… J'en suis pas très sûr, mais il faut généralement se méfier des animaux qui font ce genre de bruit, non ? Je me retourne lentement en direction de ce qui a bien pu faire ce bruit pour voir... l'un des trois animaux bizarres... ou spéciaux comme vous voulez. Je n'ai jamais rien vu de tel, et je n'aurais jamais cru voir quoi que ce soit de semblable. Je l'aurais admirer un peu plus longtemps, mais son regard m'indique clairement qu'il n'est pas là pour jouer le modèle... Bon, on va faire ça doucement, peut-être qu'il n'est là que pour les cadavres des animaux que je viens de chasser. Je fais un pas en arrière, il en fait un avant. J'en fait un deuxième, il me suit. J'en fait un troisième, trébuche sur la carcasse de tout à l'heure, et il me saute dessus...


"Merde !"


Heureusement il est petit, et relativement léger, aussi j'arrive à attraper ses pattes et d'un coup de genou bien placé, je le fait voltiger au dessus de moi avant que ses crocs acérés ne m'arrachent la jugulaire. Je me relève rapidement en même temps que lui, cela dit il semble tout à coup bien énervé, et moi bien intimidé... Sa queue fouette le sol avec une telle puissance qu'il soulève un nuage de poussière derrière lui. Je note, les crocs ET la queue sont à éviter, je prescris un 'SAUVE QUI PEUT' ! Je sors mes flingues au moment où il entame sa course. Je tire deux fois, et touche une fois sa patte avant droite... sans effet, ses muscles sont tellement puissants qu'ils ont arrêté la balle avant qu'elle n'atteigne l'os ou l'artère. Génial...

Je me met à courir moi aussi, en essayant de slalomer entre les arbres dans une tentative désespérer de le perturber, mais c'est inutile. Je regarde derrière moi pour le voir bondir à nouveau, ouvrir la bouche et atteindre mon mollet... Putain, perdre l'usage d'une jambe ici, juste après avoir retrouvé Prince... Le destin est une pute.

Je ferme les yeux et attends la douleur... rien, juste un claquement de dent sinistre et tellement puissant qu'il résonne et fait s'envoler des dizaines d'oiseaux perchés dans les arbres autour. Mon mollet est toujours là, qu'est-ce qu'il vient de se passer ?!


"Eh, réveille toi et vient me filer un coup de main !"


J'observe la scène bouche bée, Telia qui lutte contre la bête, esquivant des coups de queue dévastateurs et des claquements de mâchoire fatals tout en rendant sa part de coups de pied et de crosse d'une immense arme dont je n'ai aucune idée de l'utilité. Mais difficile de tenir bien longtemps contre une bête pareille, sa queue touche l'immense arme qu'elle tient à deux mains et l'envoie valdinguer un peu plus loin malgré le poids de l'engin. Déstabilisée, elle ne parvient pas à esquiver la bête violette qui la renverse en arrière et se retrouve au dessus d'elle en position de force, et sur le point de savourer son plat tant attendu, si ce n'est la tentative désespérée de Telia pour la tenir à distance.

Fuck, faut que je fasse quelque chose ! Je tire mon fusil de son holster, avance vers la bête qui ne me remarque pas tout de suite, et braque le canon sur sa tête. Pas de muscle sur la tête, et quand bien même elle aurait un moyen de se défendre contre les balles de mes flingues, un tir de mon fusil à bout portant est une autre histoire. Le tir résonne comme un point d’exclamation qui met fin à cette lutte. Elle jette la bête sur le côté et attrape ma main pour se relever.


"Tu as pris ton temps, j'ai vraiment cru y passer !"

"Désolé, j'ai été un peu dépassé par les événements. Et... merci, tu m'as sauvé la vie."

"Ne me remercie pas, tu restes mon adversaire... et ce point est à moi, je le mérite bien. J'y retourne, et tu devrais faire de même..."

"Attends ! Ce point est à toi si tu le veux, mais... pourquoi on ne ferait pas équipe ?"


Son expression trahi son doute et sa méfiance. Elle essaye de lire en moi, mais elle semble moins douée à ce petit jeu que moi. Cela dit, je n'ai aucune mauvaise intention, je sais que les deux autres font équipe, et que faire équipe aussi de notre côté nous serait bénéfique à tous les deux. Mais je vais devoir l'en convaincre...

"Écoute, je connais ces deux autres gars. Ce sont des pirates, et ils font partie du même équipage. Ils font équipe sans le moindre doute, et ça nous désavantage clairement. Cela dit, si on fait équipe, nous aussi, on aura bien plus de chances de gagner, surtout en rassemblant les points qu'on a déjà gagnés."

"... Et qui me dit que tu ne va pas essayer de me poignarder dans le dos au dernier moment pour récupérer tous les points et te débarrasser d'un adversaire ? Pire, qui me dit que tu n'es pas avec eux toi aussi ?"

"A vrai dire, j'ai déjà eu quelques soucis avec eux, alors tu n'as pas à t'inquiéter pour ça. Et puis, si ça te rassure, je peux rester devant, et si je fais le moindre geste suspect, tu n'auras qu'à me finir."


Presque, elle hésite encore mais elle est sur le point d'accepter... Il faut que je trouve un dernier argument, n'importe quoi pour faire pencher la balance en ma faveur...


"Voit ça comme une alliance entre deux confrères des îles célestes... Je suis un ange moi aussi, même si mon père est un ange sans ailes, ce qui explique..."


D'un geste du pouce, je désigne mon dos, et la laisse faire le lien. Je la vois froncer les yeux dans une dernière tentative de déceler le moindre mensonge dans mon expression, mais il semblerait qu'elle n'aie rien trouvé, et son visage s'adoucit enfin, pour mon plus grand plaisir.


"Très bien, mais seulement pour cette épreuve... Et le moindre faux geste et je fini le boulot de cette sale bête."


Elle désigne la créature violette à ses pieds et je comprends rapidement ce qu'elle veut dire.


"J'ai huit points."

"Sept pour moi, et avec celui-ci... ça nous fait vingt points. Je ne sais pas si c'est beaucoup, mais des points supplémentaires ne nous feront pas de mal.


Un dernier sourire amical, et je me mets en route, elle me suivant de très près...

-----------

Rien de particulier ne s'est passé le reste du temps, si ce n'est quelques points supplémentaires qui ne nous ont fait monter à 23 points. On n'a pas parlé beaucoup mais j'ai pu en apprendre un peu plus sur ses armes - c'est la seule chose à laquelle elle a daigné répondre. Je ne sais pas combien de temps s'est écoulé depuis le début de l'épreuve, mais il doit nous rester entre quarante-cinq minutes et une demi-heure... Du moins, c'est ce que je croyais, avant qu'un gong ne retentisse.


"Quoi ?! Je suis sûre que les deux heures ne sont pas encore écoulées !"

"Shh ! Là, regarde..."


Un peu en contre-bas, nos deux adversaires marchent le long d'un chemin de terre. Le signal sonore semble avoir mis fin à une conversation entre les deux gaillards. Pas que ce qu'ils se disaient m’intéresse de toute façon.


"Je suis en train de me demander si vingt-trois points est suffisant... ils ont l'air plutôt détendus..."

"Ils m'ont défendu plus tôt contre la deuxième créature spéciale... Et en sont venus à bout. Donc ils ont au moins dix points."

"Qu- Tu pouvais pas me dire ça plus tôt ?! Si c'est vrai, ça leur faire un sacré avantage... Et le gong vient de sonner, on n'aura pas le temps de-"


Grrrr...


Oh bordel, dites moi que c'est une blague... Pas le temps de me retourner pour voir ce qu'il y a derrière moi, Telia me pousse en avant, me laissant dévaler la pente qui mène au chemin de terre... en roulant. Super entrée, classe... Je me relève rapidement et lève les yeux vers Kan Kazumi et Yukisame - je crois que c'était ça dans la liste - pour les voir dégainer leurs armes. Mais ils ne me regardent pas, ils regardent quelque chose derrière moi, et vu comme ils doivent lèver les yeux, cette chose doit être énorme...

Je sors mes deux flingues et me retourne, pour voir la troisième bête, à quinze points, et sans aucun doute la plus puissante et dangereuse des trois : une sorte de lézard dont la croissance est, de façon évidente, très anormale... Le fait que nous quatre adversaires nous tournons ensemble vers le même ennemi aurait pu me tirer un rire si ce n'est pour la bête menaçante qui lorgne sur ses encats, à savoir nous... Le gong ne signifie pas la fin de l'épreuve, juste qu'ils ont relâché la bête la plus dangereuse, et vu les points qu'elle donne, l'équipe qui la finira sera surement déclarée vainqueur...


Dernière édition par Edhan Royard le Mar 11 Mar 2014 - 5:33, édité 2 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t8623-edhan-royard http://www.onepiece-requiem.net/t8699-ft-edhan-royard
avatar
Lion

♦ Équipage : Shinoryuu

Feuille de personnage
Dorikis: 4620
Popularité: -227
Intégrité: -207

Mar 4 Mar 2014 - 15:25

Ces deux heures sont passé trop vite. Yuki a l’air de pensé la même chose, mais bon, le gong a sonné alors nous marchons vers la sortie. Soudain, un bruit venant du haut de la pente à notre gauche vient nous alerter. C’est ce type… Hmmm Say Val-machin… Celui que j’ai recroisé tout à l’heure. Il descend en courant, mais ce qui nous interpelle le plus mon ami et moi, c’est la tête qui dépasse en haut. Quel genre de lézard peut être aussi gros ? Je pensais qu’elle serait beaucoup moins grande, mais là… Jamais je n’ai vu telle bête !

Je sors mes clous par réflexe et Yukisame son épée. Si nous ne la chassons pas, c’est elle qui va le faire alors autant être prêt. La guerrière est là elle aussi et descend à son tour poursuivie par ce colosse. Un cri horrible… Voilà ce que nous entendons tous dans cette jungle qui s’agite un peu partout maintenant que son roi est apparu. Ouais, c’est pas mal ça… Le roi de la jungle contre le roi de la savane. Bon aller, fini de raconter de la merde, passons plutôt aux choses sérieuses.

Je passe en mode encre liquide et m’élance en direction de ce lézard géant, mais m’arrête aussitôt voyant que ce dernier saute la pente pour nous retomber dessus. Les autres se décalent, mais moi, je reste planté sur là, pour voir quelle sensation ça va me faire d’être écrasé sous forme liquide.

- KAAAN ! Vite, il va t’écras…

*SPLOUICHHHH*



Ouahhhh, c’est génial ! Je suis complètement décomposé et pourtant, je me sens tellement bien ! Mes parties sont éparpillées à droite à gauche et je peux les sentir sans problème, les bouger sans problème. Elles sont là, sous forme de flaque ou de tâches et je commence déjà à les regrouper afin de me reconstituer. Voilà une propriété que je vais devoir exploiter plus tard.

Les autres sont plutôt dans la merde en fait maintenant que j’y pense. Yukisame est d’ailleurs la cible choisie par le lézard. Comme un chat qui court après une souris, une course poursuite en chaîne commence. Tout devant : Yukisame, derrière lui : Le lézard, derrière lui : Moi. Les autres sont plantés là, à nous regarder faire, ce qui m’agace un peu d’ailleurs. On a beau être concurrents, un peu d’aide ne serait pas négligeable.

- ET QU’EST-CE QUE VOUS ATTENDEZ ?! ALLLEZZZZ, ON NE PEUT PAS FAIRE ÇA QU’A DEUX !

Yukisame crie "à l’aide", le monstre crie "à manger" et je crie "au points" ! Nous traversons ainsi des rivières, des chemins plus ou moins boueux, slalomons entre les arbres à la queue-leu-leu… Yuki m’engueule car je suis mort de rire à la voir courir comme ça… Ce qui me fait encore plus rire ! On dirait un voleur de poulet qui se fait courser par le fermier ! Bref, assez rigolé comme ça, ça a beau être marrant, ça reste tout aussi dangereux pour mon ami qui pourrait trébuch… Merde, il vient réellement de trébucher ! Accélérant le mouvement, je prépare mes jambes en y rassemblant le maximum de puissance pendant ma course. Le géant vert saute sur mon ami, la gueule grande ouverte, sur le point de gober sa proie… J’arrive in-extrémis à dévier sa tête d’un énorme coup de pied dans la mâchoire qui envoie sa tête contre le sol à quelques mètres à côté de Yukisame. Je lui tends la main et l’aide à se relever avant de reprendre ma garde.

Le monstre se relève, apparemment très agacé par ce qu’il vient de se passer et se mets à nous hurler dessus tellement fort que nos cheveux, nos yeux, nos vêtements subissent une rafale d’air impur, soufflés vers l’arrière…

*BOOM*

Une explosion dans la gueule de la bête vient arrêter ce qu’il se passait. Tournant ma tête sur la droite, je remarque la guerrière relever son canon encore fumant pour le recharger. Secoué, le lézard remue la tête et décide d’attaquer tout de suite, sans crier cette fois-ci. Nous reculons rapidement, mais l’attaque touche l'épée de Yukisame l’envoyant se planter contre un arbre plus loin. Une seconde attaque sur nous deux qu’on évite à nouveau et des coups de feux venant des deux plus loin vient perturber le monstre qui, ayant encaissé les balles décide d’attaquer ces derniers.

Je profite de cet instant pour lui bondir dessus sous ma forme liquide et m’attacher à lui telle une tâche qui ne part pas. Me faufilant sur son dos pour remonter jusqu’à son crâne, je recouvre ses yeux de noir le rendant aveugle. Oui je sais… Diaboliquement bonne comme idée ! Il se débat et percute un arbre, se relève, secoue la tête, essaye de trouver une solution mais n’y arrive pas. Des coups de feux éclatent à nouveau, Yuki essaye attaque aussi… Nous allons y arriver... Nous les aurons tous ces 15 points !


Dernière édition par Lion le Mer 5 Mar 2014 - 14:25, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t2877-fiche-du-lion
avatar
Meirin Glasya-Labolas


Feuille de personnage
Dorikis: 1400
Popularité: 5
Intégrité: -5

Mar 4 Mar 2014 - 23:58

Meirin haletait. Entraînée vers l'avant par son compagnon forcé, elle n'avait jusqu'alors pas pu se reposer. Mais leur pas s'étant arrêté au fond d'un cul de sac, elle profitait de la réflexion de l'autre pour reprendre sa respiration et remettre ces idées en place. Rejoindre l'équipage du Prince s'était révélé plus aventureux encore qu'il n'y paraissait. A peine avait elle accepté la proposition de son second – comme si elle pouvait refuser –  qu'ils avaient aussitôt forcé l'allure vers l'île mystérieuse.

La suite s'était passé bien vite et voilà qu'elle se retrouvait embarquée dans un espèce de tournoi. En soit, ce n'était pas gênant, elle pourrait faire ses preuves comme on lui demandait mais... Encore faudrait il pour cela qu'elle soit au coté de son nouvel équipage... Mais le sort en avait décidé autrement, jouant contre elle, la menant à devoir travailler avec un espèce de cyborg taciturne...
Elle ferma les yeux un instant, laissant l'autre à ses réflexions sur comment gagner – ce dont elle se moquait éperdument, consciente que ses chances étaient inexistantes – pour repenser à tout cela.

Au delà de l'étrangeté de l'île et de ses habitants – des emplumés sur une île venue du ciel, ce n'était pas illogique, il s'était passé trop de chose aussi surprenante qu’inquiétante. Entre l'altercation entre Prince et ce dénommé Vognar – qui ne lui inspirait rien qui vaille – et … Non, ce ne pouvait pas être monsieur Senkei, le tableau l'appelait Lloyd Barrel... D'accord il ressemblait à l'image qu'elle s'en faisait mais trop d'années s'étaient écoulés pour qu'elle soit sûre. Quoi qu'il en soit, il n'était pas dans son camps et elle devrait donc s'en méfier...
De façon générale, elle devrait se méfier de tout le monde, non ? Cette idée ne lui plaisait pas mais qu'importe.

Elle n'eut pas l'occasion de se questionner davantage. Son compagnon se décidant à reprendre sa marche forcée, il tira sur la chaîne des menottes qui les reliait, l’entraînant à sa suite. Ils n'eurent cependant pas fait trois pas qu'un cliquetis discret attira leur attention, les stoppant dans leur élan. L'homme tourna vers elle un regard qui devait certainement être réprobateur mais elle se contenta de lui répondre par la négative.
A l'entrée du labyrinthe, il l'avait prévenu : ne jamais poser les pieds ailleurs que dans ses traces, se taire et toujours le laisser passer devant. La seule est unique phrase qu'il avait prononcé d'ailleurs, se murant dans son silence pour la suite, communiquant uniquement par des tractions soudaine sur la chaîne et des signes de la main pour les faire s’arrêter.  

De toute évidence, il ne voulait pas attirer l'attention d'un quelconque ennemi... Qui qu'il soit, il en savait long sur l'île et ses méthodes car jusqu'à présent, il avait su repérer chaque piège et l'éviter.
Mais toutes les bonnes choses ont une fin... Son regard coula le long de sa propre jambe et il grimaça, formant sur ses lèvres un juron qu'il se garda de prononcer à haute voix. Sous son pied droit, la terre s'était enfoncée. Confiant, il avait marché dessus, persuadé de tous les avoir repéré. Il n'eut pas besoin de lui faire signe de courir dès qu'il le releva, elle tenait assez à sa vie pour en être consciente.

Au dessus d'eux, le ciel de feuillage se fendit, libérant son lot de pierre tandis que les nuages, qui les retenaient, s'écartaient. L'une d'entre elle heurta le cyborg dans sa chute, le déstabilisant. Meirin lui passa devant sans s'en rendre compte, jusqu'à ce que la chaîne ne la retienne. Il n'allait pas assez vite, une pierre chuta vers lui, elle ne réfléchit pas, elle tira.
L'élan ajouté à la course – maladroite mais réelle – de l'homme suffire à les jeter au sol tout les deux, hors de portée du piège meurtrier. Rapidement, il se redressa, comme si de rien n'était, l’entraînant avec lui vers le haut.

« Kobuki. »
La jeune fille leva des grand yeux vers lui avant de lui répondre rapidement :
« Meirin ! »
Il hocha la tête sans rien ajouter et elle risqua de suite :

« J'ai droit à un mot quand je fait un truc bien, c'est ça ? »
Pour tout réponse, il lui posa le doigt sur le lèvre et reprit la marche. De toute évidence, elle allait devoir se contenter d'un nom qu'elle connaissait déjà... Soit.
C'est dans la monotonie du silence et de la prudence qu'ils avancèrent au milieu de couloir mêlant végétaux et construction humaine. Par deux fois, un mur vint leur barrer le passage et la jeune fille commençait sérieusement à se demander s'il était seulement possible de quitter ce labyrinthe quand ils atteignirent un énième cul de sac.

Cependant, contrairement aux autres, celui-ci n'était ni désert, ni piégé. Quel besoin de poser un piège lorsqu'on fait garder l'endroit ? D'autant que la bestiole risquait de tomber dedans. Ses ailes ne lui permettait pas de voler, et encore heureux. Les serpents sont déjà assez dangereux au sol comme cela... Le reptile tourna ses yeux froid vers eux et Meirin tressaillit, son compagnon n'en fit pas autant. Alors qu'elle se glissait derrière lui, il dégaina son arme et se prépara à l'attaquer. Mais la jeune fille gêner ses mouvements...

Sans un avertissement, il la souleva pour la placer sur ses épaules, certains qu'ainsi, elle suivrait ses mouvements. Elle s'y cramponna avec un petit cri lorsqu'il chargea vers la bête. Le serpent siffla et sa queue battit l'air vers eux. Mais le danger venait de ses crocs
Kobuki ne s'y trompa pas, il ignora le membre en sautant par dessus et atterrit tout près de la tête de l'animal.

Déstabilisée par ce bond, Meirin chuta directement vers le crane du serpent qui trop occupé par son assaillant armé se la reçu avec violence. Elle n'était pas bien lourde mais assez pour assommer l'animal malgré sa taille trop imposante pour un membre de son espèce. Le cyborg en profita pour trancher dans le vif.
Endolorie, Mei' se releva comme il la tirait vers le haut. La jambe de son partenaire semblait endommagé mais pas assez humaine pour avoir été atteinte par le poison. Tant mieux.

« Ainsi Oro est tombée ! Passez donc votre chemin par la gauche et vous ennuierait peut être vos ennemis ou soyez assez lâche pour prendre le raccourci ! »
Sans hésitation, Kobuki s'orienta à gauche mais celle à qui il était reliée ne semblait pas de cette avis. Le fixant d'un regard larmoyant, elle tirait avec toute sa maigre force vers la droite. Il donna un accoue, elle tint bon. Elle voulait sortir d'ici au plus vite et lui réclamait tant de pitié qu'il finit par céder sur une phrase :

« C'est moi la lâche ! Pas toi mais sortons d'ici ! »

Maugréa dans la barbe qu'il n'avait pas, il se laissa entraîner par la porte de faible.
avatar
Senkei

♦ Localisation : Alabasta
♦ Équipage : C'est compliqué

Feuille de personnage
Dorikis: 3760
Popularité: -109
Intégrité: -82

Ven 7 Mar 2014 - 2:09

« Tous les coups sont permis, non ? »
 Je commençais à marcher dans le couloir du raccourci quand un escargovision s’alluma à proximité.
« Pénalité ! Il est interdit de casser les murs et portes du labyrinthe volontairement. »
« Quoi ? »
« Deux points seront retirés à votre équipe au classement général. Premier avertissement. »
« Mais… c’est une règle spéciale ? »
« Oui.»
 « Les règles spéciales ne doivent-elle pas être notés sur ces écrans, aux entrées des épreuves ? »
« Si.»
« ALORS POURQUOI C’ETAIT PAS LE CAS !!!! ESPECE DE VIEUX ******** !!!  »
Je sortis mon épée et coupai l’écran en deux. Un autre écran s’alluma un peu plus loin.
« Dix points seront retirés à votre total personnel, quatre pour détérioration de matériel et 6 pour insultes à arbitre officiel du tournoi d’Ordealia. Deuxième avertissement. »
Alors que je m’apprêtais à tailler cet écran en deux, Faustus arrêta ma lame à l’aide d’une carte aux propriétés visiblement bien proches d’une épée, avant de me désigner le classement général en vigueur à ce moment. Vognar, le capitaine qui avait failli en venir aux mains avec le Prince avait déjà cinquante points, Keitha Scotfield et Vinus Acyldan, indiqués sur l’écran comme faisant partie de son équipage avaient vingt points chacun. Ils avaient certainement dû enchainer plusieurs épreuves sans se séparer et en laissant leur capitaine gagner. Les autres participants étaient à zéro point, à l’exception de Prince, Gorn Runar et Faustus crédités d’un bilan négatif de deux points chacun et de moi, crédité de douze points négatifs. Douze points qui étaient le nombre promis à chaque membre de l’équipe qui sortirait la première de ce foutu dédale. Il me fallait maintenant gagner pour pouvoir repartir à zéro. L’écran confirma ce que je craignais depuis que je l’avais vu en leur compagnie. Meirin était bien inscrite au tournoi en tant que pirate de l’équipage de Prince.
Faustus me tira par le bras et m’emmena dans le couloir de gauche, la sortie normale que l’on avait ouverte en acceptant le deal plus tôt. Nous avions repris l’exploration du labyrinthe depuis une dizaine de minutes quand un écran s’alluma à proximité.
« Une équipe a réussi un challenge. Voici votre cadeau. »
Le sol se mit à vibrer, puis à se déplacer. Une immense pente se forma sous nos pieds, un toboggan qui provoqua une chute brutale de nos deux corps reliés par ce morceau de métal. Une fois en bas, je me redressai rapidement, me disant que la chute n’avait pas été si terrible que ça, mais je vis que j’étais tombé sur mon compagnon qui avait amorti ma chute. Je tentais de le réveiller lorsqu’un grondement se fît entendre. Je regardai en haut de la pente que nous avions dévalée pour y découvrir une énorme pierre sphérique qui suivait notre chemin.
« C’est pas le moment de dormir enfoiré ! »
Je balançais à mon coéquipier une tartine d’os en travers du visage, mais voyant que ça n’eut pas d’effet, je décidai de charger sur son corps inanimé sur mon dos avant de commencer à courir à toute vitesse dans le couloir. La boule gagnait en vitesse, et moi, transportant ainsi le corps de mon partenaire, je fatiguais rapidement. La pierre me rattrapait. Je commençais à regarder autour de moi, à la recherche d’un recoin dans lequel je pourrais me cacher, le temps de laisser la pierre passer devant nous. Mais il n’y avait rien, le couloir de pierre dans lequel je courais était parfaitement lisse. Je ne vis que tardivement alors que le rocher était sur mes talons que quelques poutres étaient apparentes au plafond. Je tentais de rassembler mes derniers forces et dans un ultime souffle, prit trois pas d’élan et sautai pour m’accrocher à l’une des poutres à laquelle je me suspendis dans la position dite du cochon pendu. La pierre passa sous moi, heurtant toutefois la tête Faustus, encore inanimé. Une fois la boule passée, je jetai son corps vers le sol, oubliant que j’étais encore menotté à lui. Il m’entraina dans sa chute mais me permit à nouveau d’amortir la chute. Ce choc le réveilla enfin.
« Haha ! C’était marrant ce toboggan ! »
Je me relevai en silence et il en fit de même. Une douleur lacinante traversa mon bras et je constatai que ma blessure s’était rouverte. Faustus s’écria :
« Tu es blessé ? Laisse-moi m’occuper de toi ! Carte de soin ! »
Il déposa sur mon bras une carte de son jeu qui fusionna avec ma peau fermant ma coupure. Nous repartîmes dans le dédale de pierre, après avoir taillé le rocher qui nous bloquait le passage. C’est un long escalier de trois-cent marches qui nous attendait derrière nous permettant d’accéder au niveau supérieur que nous avions quitté lors de notre grande chute. En haut des escaliers, Faustus tendit le bras devant moi pour me faire signe de m’arrêter. Tapis dans l’ombre, Nous vîmes apparaître dans la lumière vacillante d’une torche les silhouettes de Prince et de son coéquipier, membre de l’équipage de mon propre coéquipier. Ils regardèrent dans notre direction, ils nous avaient repérés. Faustus et son nakama se saluèrent, Prince avait la main sur le fourreau de son épée. Je me préparai moi aussi à dégainer, mais persuadé que la présence de deux membres du même équipage dans deux équipes opposées nous éviterait d’en venir à la baston.
Les deux compagnons décidèrent de faire route ensemble, et malgré nos protestations, nous voilà à arpenter les couloirs à quatre. Après de longues minutes de marche et s’être plusieurs fois trompés de chemin, nous arrivions enfin dans une salle.
« Messieurs, voici la dernière salle du labyrinthe. Mais pour accéder à la sortie, il faudra survivre à la dernière épreuve. »
Une porte s’ouvrit au fond de la salle. Je me précipitai vers la sortie mais fût retenu dans mon élan par mon coéquipier qui ne bougea pas.
« Il y a une épreuve, je ne pense pas que ce soit une bonne idée de courir. »
Le binôme de Prince s’était lui mis à courir et il était hors de question de leur laisser de l’avance. Je me remis à courir, tirant cette fois-ci suffisamment fort sur les menottes pour forcer mon coéquipier à me suivre. Nous n’avions pas fait dix mètres qu’un immense souffle nous projeta contre le mur du fond. L’autre équipe nous y rejoignit rapidement. De massifs murs de dials étaient descendus recouvrant la quasi-totalité de la surface de la pièce. Du vent, du feu, de l’eau, de la foudre, … voilà ce qui était notre dernier obstacle. J’observais la réaction de mes concurrents, apparemment ils n’avaient jamais rencontré de dials. J’attendis quelques secondes de voir l’autre binôme s’engager dans l’un des corridors pour me mettre en action. J’avais déjà rencontré ce genre d’appareil auparavant et je savais que pour les actionner il fallait appuyer sur le bouton au sommet du coquillage. Les murs et sols devaient être piégés et il faudrait faire très attention à ce que nous toucherons pour n’actionner aucun mécanisme. Notre progression fût rapide à travers le dédale, ne nous faisant piéger qu’en de rares occasions par les dials. Ma connaissance des dials et les capacités de Faustus s’additionnaient plutôt bien. Je désactivais le plus de dial possibles et il se servait de ses cartes pour contrer les autres. J’en compris plus sur son pouvoir. Chaque carte était en fait constituée de différentes couches de matériaux, de la plante médicinale à la poudre à canon en passant par des lamelles de métal. Chaque carte différente avait donc une propriété spécifique, comme celle de soin qu’il avait déposé sur mon bras plus tôt, l’explosive avec laquelle il avait battu l’ours, la lame d’appoint avec laquelle il avait contré mon épée, mais aussi des mini-boucliers capables de renvoyer les projectiles, des collantes, des miroirs, et surement d’autres qu’il n’eut l’occasion de se servir dans cette épreuve. On avançait rapidement, ce qui ne semblait pas être le cas des autres équipes. Meirin et son compagnon nous avait apparemment rejoint dans cette salle, il m’avait semblé entendre sa voix. Une voix qui se faisait clairement entendre était celle d’Howard Prince, qui avait l’air de passer un très mauvais moment avec son coéquipier.
Finalement nous finîmes par atteindre la sortie, la lumière du soleil rayonnait dans l’ultime couloir et mes yeux mirent longtemps à s’habituer à tant de clarté. C’est donc sans le voir que je pris connaissance de mon classement à la fin de cette épreuve.
« Lloyd Barrel et Faustus, premiers. 12 points chacun messieurs. Ce qui porte vos totaux respectifs à dix points pour Faustus et Zéro pour Lloyd Barrel »

J’étais revenu à zéro. Il me fallait maintenant me dépêcher d’enchaîner d’autres épreuves si je voulais rattraper mon score. Le tournoi ne faisait que commencer.  
http://www.onepiece-requiem.net/t9692-senkei http://www.onepiece-requiem.net/t9784-senkei
avatar
Howard Prince

♦ Localisation : Dans ton Coeur...
♦ Équipage : Pirates de Prince

Feuille de personnage
Dorikis: 6025
Popularité: -372
Intégrité: -212

Sam 8 Mar 2014 - 11:23

À l'abri de la rafale qui les avait projeté au loin quelques secondes plus tôt, Prince continuait de progresser dans l'ultime épreuve, marchant dans les pas de Runnar, qui, bouclier en avant, tentait de se frayer un chemin. Le colosse, malgré sa protection et son poids, avait énormément de difficultés à marcher et plusieurs fois, ce dernier fut même repoussé en arrière... Quelle machinerie avait donc pu être mis en place pour créer tel courant, capable même de faire reculer un type comme "La Tour" ? Soudainement, Prince distingua ce rusé de Senkei qui, avec le compagnon d'équipage de Runnar, semblait se frayer un chemin dans la salle, se déplaçant avec une agilité et une assurance déconcertante. Comment pouvait-il faire cela avec autant d'aisance ? C'était comme s'il connaissait le bon chemin à prendre, ou qu'il savait à l'avance lequel de ces maudits pièges allait s'activer...

« Non... Justement... Il les désactive ! »

« Quoi ? Qu'est-ce que tu dis, petit homme ? Tu veux rejouer à "devine quel animal j'ai dans la tête" ??? »

« Rien, je parlais tout seul... »

Alors que la rafale s'était arrêté, les deux coéquipiers accélèrent leur allure, le capitaine pirate tentant d'observer la manière de faire de Senkei, sans pour autant arriver à véritablement analyser sa méthode... Plusieurs fois, ils esquivèrent des arcs électriques qui, à plusieurs reprises, frappèrent horizontalement dans leur direction, avant qu'un souffle de feu ne jaillisse du plafond, pour les réduire en cendre... Leur salut vint de l'homme au tricorne qui, instinctivement et sachant pertinemment qu'il ne pourrait rouler sur le côté à cause de la lourdeur de son partenaire, commanda à ce dernier de placer son bouclier vers le plafond, afin de les protéger : les flammes frappèrent Eligran, avant de se propager sur les côtés, à quelques centimètres des deux pirates... Ces derniers bataillaient, les dents serrés, sentant la caresse des flammes, cette chaleur infernal, qui ne demandait qu'à embraser leurs corps. Une dizaine de secondes plus tard, le feu cessa et brusquement, Prince sortit de son couvert et tira avec son pistolet sur ces objets qui, sans qu'il ne sache comment, arrivaient à produire ces pièges élémentaires et incroyablement mortels : ces derniers, qui ressemblait à des coquillages circulaires et colorés, éclatèrent en morceaux, laissant ainsi le champ libre aux deux hommes... Néanmoins, un prêtre sortit de terre, comme une taupe, délivrant son nouveau message, avant de redisparaître aussitôt :

« Détérioration de matériel-ips ! 1 point de pénalité pour vous messieurs-ips hihi. »

Une nouvelle fois, Prince jura intérieurement, avant de se remettre en route vers la sortie : pendant plusieurs minutes, les deux guerriers travaillèrent ensemble pour sortir de cet enfer, Prince marchant derrière Gorn et ordonnant à ce dernier de les protéger par tel ou tel côté... Cependant, un cri transperça l'atmosphère de la salle, derrière eux : les coéquipiers se retournèrent et l'homme aux yeux émeraudes discerna clairement Meirin, enchaînée à ce grand type masqué et armé d'une longue épée que Prince avait vu au départ de l'épreuve. Sur les écrans Den Den, il se souvint alors avoir vu le nom de Meirin, s'associer à celui d'un certain Kobuki, formant ainsi la troisième équipe à l'intérieur du labyrinthe.

« C'est pas vrai... J'avais presque oublié qu'elle était là également... »

« Qui sont donc cette gamine et cet homme inquiétant ? »

« Pour l'homme je ne sais pas, mais cette gamine est ma nouvelle recrue et ça m'embêterait qu'elle ne survive pas à la première épreuve de ce tournoi... »

« Bwahahaha... C'est drôle, malgré le sérieux de tes propos, je sens un véritable esprit protecteur, Howard... »

« Je me moque de ce que tu penses Gorn... Je dois néanmoins retourner en arrière. Je ne peux pas la laisser comme ça. »

Prince sortit Yubashiri de son fourreau et regarda son coéquipier, avant de sourire à ce dernier :

« Rien n'a été mentionné sur le fait de continuer l'épreuve seul, il me semble... On s'est bien amusé en tout cas ! J'espère que ce que je vais faire ne va pas trop nous pénaliser... »

Il leva son Meitou, prêt à pourfendre les chaînes... Un tintement métallique résonna alors, au moment où la lame frappa Eligran, évitant ainsi aux anneaux d'acier de se rompre :

« Qu'est-ce que tu fais ? »

« J'aime ton esprit Howard ! Et en tant que pirate des Checkmates, cela serait une honte que d'abandonner quelqu'un avec autant de dignité, d'honneur... »

« Ne me ralentis pas... »

Bataillant une nouvelle fois pour revenir sur leurs pas, Prince et Runnar arrivèrent finalement au niveau de la troisième équipe. Un large mur de flamme les séparaient, mais Prince put distinctement observer l'homme masqué obliger Meirin à poursuivre et cela, malgré la peur qui semblait avoir pris possession d'elle : soudainement, la lame de Yubashiri traversa le mur des enfers, avant d'être accueillie par celle du mystérieux coéquipier de la jeune fille aux oreilles étranges... Un "Clign" métallique traversa la salle et le mur de flamme disparut brusquement, laissant apparaître Prince et Runnar... L'expression du visage du capitaine était froide et son seul regard aurait pu déstabiliser un homme normal :

« Kobuki. »

« Howard Prince. »

« Je sais. »

« Tu ne sais néanmoins pas que ce que tu as d'enchaîné avec toi est ma Nakama... »

« Je m'en moque. »

« Pas moi... »

Le Prince !!!
avatar
Meirin Glasya-Labolas


Feuille de personnage
Dorikis: 1400
Popularité: 5
Intégrité: -5

Dim 9 Mar 2014 - 18:17

Au long loin du long couloir... Kobuki s'était renfrogné. Il tirait sur la chaîne le relia à la gamine avec bien plus de brusquerie qu'auparavant, avançant à grand pas le long des murs rectiligne et ennuyeux du chemin de la facilité. Si jusqu'alors il s'était soucié de la voir le suivre, il lui en voulait assez à présent pour ne pas la ménager. Prendre la voix des lâches était dégradant et il regrettait amèrement de ne pas le lui avoir refuser. Mais il n'avait plus le temps à présent de faire demi-tour, pas s'il voulait gagner.
Il retrouva pourtant bientôt le sourire, un sourire mauvais, lorsqu'il atteignirent ce qui semblait être la dernière salle. Mais ce n'était pas tant l'idée d'être proche de la fin que ce qu'elle contenait qui l'intéresser. Des Dials couvraient les murs et ils savaient faire avec mais mieux encore : ces concurrents s'y trouvaient encore !

Cela signifiait ils qu'ils avaient encore une chance de l'emporter ? Pas vraiment. Un duo s'approchaient dangereusement de l'extrémité. Saquant sur la chaîne, il accéléra le pas, se glissant vers un chemin. Il devait les rattraper et l'emporter ! Il ne pouvait pas perdre face à de vulgaire pirate !
Une tension derrière lui lui indiqua que ce ne serait pas chose facile. La gamine venait de voir les coquillage à l'œuvre et elle n'appréciait pas. Ses pas se ralentir, elle avançait prudemment.
Mais il n'avait pas de temps à perdre ! Qu'elle finisse morte ou blessée ne l'importait plus. Pas si près du but. Un fardeau sur cent mètre ne l'empêcherais pas de l'emporter sur ses adversaire... Par contre, si elle continuait à refuser d'avancer...

Il tira sèchement et elle bascula en avant avec un cri. Son pied heurta un mécanisme et elle retira vivement sa jambe tandis qu'un mur de flamme s'élevait à leur coté. Elle sentit la peau de son bras chauffer et le replia vers elle avant que la brûlure ne soit trop marquée. Kobuki ne sourcilla même pas, se contentant de la forcer à se relever, près à traverser ce champs de pièges sans se soucier de sa survie.
Mais il n'en eut pas l'occasion.

L'attaque faillit le surprendre, traversant le feu, la lame fonça vers lui et il la para de justesse. Meirin sursauta avec une seconde de retard. Les flammes se rétractèrent dévoilant son nouveau capitaine et son allié temporaire. Ils échangèrent quelques mots et elle se mordit la lèvre sans vraiment s'en rendre compte. Il n'était tout de même pas... revenu sur ses pas... pour elle ?
Son cœur s'emballa. Grand, classe, fort et protecteur. Elle rosit rapidement avant de se remettre dans le contexte. Il y avait plus urgent ! Sortir d'ici. Et faire gagner monsieur Prince.
Cela signifiait faire perdre Kobuki vu qu'elle ne voyait plus le Lloyd Barrel ressemblant étrangement à Senkei. Mais comment ? Ordonner à son capitaine de courir vers la sortie était aussi inutile que stupide.

La confrontation semblait difficile à éviter de toute manière. Chacun la victoire et... la meilleure façon de l'obtenir consistait à empêcher l'autre de continuer maintenant qu'ils étaient si proche. Là, elle pouvait peut être faire quelques chose !
Se baissant brusquement, elle entraina le bras de Kobuki avec elle, faisant ripper son épée. Le cyborg, déstabilisait par ce qui s'apparentait à une trahison ne vit pas venir le coup qui lui faucha la jambe. Mei' ne savait pas vraiment se battre mais elle avait bonne mémoire, elle violemment du pied là où le serpent avait attaqué la protection.
Il bascula légèrement et voulu riposter mais la jeune fille disposait d'une salle entière pour arme. Elle cogna contre un coquillage et une décharge violente mais non mortelle les parcouru tout les deux.

Assommée, elle espéra que cela suffise à faire gagner son Prince.
avatar
Edhan Royard

♦ Localisation : Bulgemore

Feuille de personnage
Dorikis: 3222
Popularité: -139
Intégrité: -86

Mar 11 Mar 2014 - 7:19

Un logia... Je n'aurais jamais cru en voir un, vu la rareté de la chose, mais en voilà un, juste devant moi, l'un des compagnons de Prince qui plus est... Alors voilà la petite équipe que tu as rassemblé, un équipage puissant pour un capitaine puissant. Mais alors pourquoi j'ai si peu entendu parler de toi ces dernières années ? Si tous les membres de ton nouvel équipage sont si puissants, tu aurais pu faire face au monde entier pour retrouver tes anciens amis et nakamas... Ou aurais-tu même oublié que tu faisais partie de l'équipage de cet homme que vous avez tous juré de suivre jusqu'à la fin ? Ou peut-être que tu as tout simplement abandonné l'idée de les retrouver, te complaisant dans ta nouvelle vie de puissant capitaine pirate, entouré de ces gars qui te regardent comme toi tu regardais Sayle auparavant. Crois-moi, après ce tournois on a des choses à se dire.


Mais revenons-en à nos moutons, ou à nos lézards vu les circonstances. Je continue de lui tirer dessus, salve après salve de mes fidèles flingues Phobos et Deimos, mais c'est sans effet. Contrairement au monstre violet de tout à l'heure, les balles n'arrivent même pas à pénétrer ses écailles, peu importe où je tire : ventre, tête, dos, pattes, le résultat est le même. Telia semble aussi déconcertée que moi, et c'est compréhensible quand même son immense arme qui envoie des explosions - lance rocket qu'elle l'a appelée - n'a d'autre effet que de lui noircir un peu les écailles. Saleté de bête...


Heureusement les deux autres tiennent tête à ce monstre principalement grâce à la puissance de Kan Kazumi, ce qui me laisse enfin le temps de respirer et de réfléchir une minute. Jusqu'à maintenant, les seules tentatives qui ont eu un minimum d'effet sont les coups de sabre de Whitey - je l'appelerai comme ça maintenant, pour ses cheveux blancs - et le tir hasardeux de Telia dans la bouche même du monstre. Dans les deux cas, c'est loin d'être suffisant, les entailles du gringalet le font à peine saigner et l'explosion a sûrement eu pour seul effet que de lui arracher une dent cariée et de lui faire un peu mal dans le procédé. Non, il faudrait une explosion bien plus puissante que ça... Ou plusieurs explosions petites explosions !


"Telia !"

"Quoi ?!"

"Je t'emprunte ça !"


J'arrache sa ceinture de munitions contenant encore assez de rockets pour mettre mon plan à bien et cours vers l'animal, ignorant ses complaintes et ses insultes. Une fois assez près, j'inspire, et espère que la bête saura m'entendre à travers le vacarme qu'elle fait d'elle même.


"Eh mon grand ! Je suis là !"


Les expressions de mes alliés de circonstance traduisent un "Mais il est taré ?!". Sûrement oui... mais qui ne tente rien n'a rien, et de toutes façons nos options sont limitées. Heureusement l'animal aux 15 points m'entend, arrête ses rugissements ce qui laisse planer un silence l'espace de deux secondes, tourne subitement sa gueule vers moi et entame un rugissement qui fait dresser mes cheveux sur ma nuque. Mauvaise idée, tu n'apprendras donc jamais ?


"Mère-grand, que tu as de grande dents ! Je suis pas comestible, mais j'espère que tu aimes la bouffe épicée ! Prends ça, saloperie !"


Je rassemble mon courage et bouge enfin pour lui balancer la ceinture de munition dans la gueule, le plus profond possible, avant de lever mes flingues et tirer deux fois sur les rockets de l'ange. Je tente de faire un pas en arrière mais c'est trop tard, une chaîne d'explosion suivie de projectiles partant dans tous les sens et venant mes blesser à l'épaule, sans parler de la déflagration qui vient me roussir mes beaux cheveux blonds. Je réagis juste à temps et me jette sous la bête pour m'éviter une mort certaine, causée par ma propre témérité... ou idiotie, au choix. Les choses se calment enfin, et je prie pour que ça aie au moins été efficace.


*Rrrr...*


Dîtes moi que c'est une blague... Je n'ai plus aucune idée, et j'ai sacrifié toutes les munitions de mon équipière pour un plan inutile... Je lui jette un regard, espérant qu'elle voit le regret sur mon visage, mais c'est ce que je vois sur le sien qui me surprend. Un grand sourire, mêlé à de la surprise ? L'instant d'après, le lézard s'affale, inerte et sans vie, sur le côté - m'évitant de me faire écraser sous son poids de peu.


Je me relève lentement, une main sur mon épaule blessée, et rejoint mes trois concurrent et alliés, tous les trois en train d'observer la bête morte devant eux, chacuns avec leur propre expression. Je me retourne aussi, pour voir mon œuvre, entourée de crocs arrachés et de bouts de langues éparpillés autour de la carcasse encore fumante.


"Tu es un grand malade, tu le sais ?"


Je me contente d'un petit rire en guise de réponse, puis je m’assois, ou plutôt tombe sur le sol, suivi de l'ange à mes côtés qui tente tant bien que mal de traiter ma plaie sans me demander quoi que ce soit. A peine eut-elle fini que deux prêtres encapuchonnés font leur entrée, comme si de rien n'était.


"Joli spectacle, tout en son et lumières ! Mais toutes les bonnes choses ont une fin, n'est-ce pas frérot ?"

"Et il est temps de compter les points, chers participants. Cela dit, vous me rendez la tâche difficile, avec vos alliances... Yskino Haynell et Telia Amörith, vous vous êtes alliés, n'est-ce pas ? Désirez-vous mettre vos points en commun ?"


Je me tourne vers elle, elle vers moi, puis on se tourne vers eux et acquiesce ensemble.


"Très bien. Quant à vous, Kan Kazumi, Yukisame, la question ne se pose pas étant donné votre appartenance à l'équipage de Prince. Dans ce cas, comptons les points, cher frère."

"Pour le duo Yskino-Telia : dix-huit animaux chassés... ainsi que la première bête spéciale, ce qui vous fait vint-trois points. Mmh, peut mieux faire !"

" Quant à Yukisame-Kan : quinze animaux chassés, plus dix points pour la deuxième bête spéciale, pour un total de vingt-cinq points."

"Mais il y a encore la bête la plus puissante, que vous avez vaincus à quatre... Que faire que faire ? Mmh..."

"Les points reviendront aux deux groupes, ce qui ne change rien au résultat final."


Fuck, on a perdu... Et de deux points seulement, comme c'est rageant !


"J'annonce donc que le duo vainqueur gagne dix points chacun sur cette épreuve. Le duo perdant repartira avec seulement cinq points."

"Tout le monde gagne ? Tu es sûr frérot ? Je ne sais pas si les autres seront d'accords..."

"NOUS supervisons cette épreuve, NOUS avons tous les droits ici. Bien, félicitations à nos participants. A présent je vous invite à retourner au lieu de rassemblement... nous nous occuperont des blessés là-bas."


Puis ils disparurent, nous laissant là encore un peu secoués par les événements. Puis nous nous relevons et nous mettons tous en route, ensemble comme si nous n'avions jamais été concurrents. Kan semble vouloir me dire quelque chose, et moi aussi à vrai dire, mais finalement nous restons silencieux tout le long du chemin. Nous aurons tout le temps de parler par la suite, en présence ou non de Prince...
http://www.onepiece-requiem.net/t8623-edhan-royard http://www.onepiece-requiem.net/t8699-ft-edhan-royard
avatar
Lion

♦ Équipage : Shinoryuu

Feuille de personnage
Dorikis: 4620
Popularité: -227
Intégrité: -207

Mar 11 Mar 2014 - 15:22

Qu’est-ce que c’était ? Ça me travaille depuis tout à l’heure. Les deux moines se disputaient à propos des points à attribuer. Si je comprends bien, ils nous ont attribués des points qu’on ne devrait pas avoir ? Mais pourquoi ? On a le droit de chasser à plusieurs d’après les règles… Je ne comprends pas trop, c’est louche. Comme si… Comme s’ils ne voulaient pas qu’on gagne trop de points. Si c’est le cas, pourquoi ?

Autre chose qui m’a interpellé… Ce mec qui marche avec nous et qui nous a aidés à tuer le grand lézard. Lorsque nous étions sur le navire et qu’on lui a demandé son nom, il nous a répondu qu’il était Sel Van Lead ou un truc dans le genre. Mais là, le moine l’a appelé Yskino et il a approuvé. Qui est donc ce type ? Pourquoi joue-t-il sur son identité ? Pourquoi est-ce que Prince est resté figé sur le pont lorsqu’il lui a donné son nom ? A mon avis, Sel Van Lead n’est pas son vrai nom, mais il savait que ce nom allait interpeller Howard Prince… Qui est-il bordel ? Il nous connait, mais nous non !

- Attendez ! Je ne suis pas venu ici pour faire qu’une seule épreuve… Merci pour votre aide, mais je vais devoir retourner gagner d’autres points. Il me faut la récompense…

Nous nous regardons tous, mais aucun ne lui réponds. Sans attendre plus longtemps, elle s’éclipse à l’aide de ses propulseurs aux pieds et disparait au loin. Je profite de ce moment pour m’incruster sur le corps de monsieur X sous ma forme liquide et l’immobilise sur place.  Ses bras sont bloqués par mes jambes, nos têtes sont collées. Une de mes mains tient son col, l’autre un clou dont la pointe est prête à transpercer son cou à la moindre pression. Yuki qui ne comprends pas tout de suite ce qu’il se passe dégaine son arme et se mets en garde.

- Reste tranquille, tu n’arriveras pas à te libérer !

Comprenant que se défaire d’un logia tel que le miens n'est pas possible, il attend de voir ce que je lui veux.

- Qu’est-ce que tu fais Kan ?
- Dis-moi qui tu es vraiment et comment tu nous connais, nous les pirate de Prince ! PARLE !

Je ne blague pas et il l’a bien compris. Alors s’il tient à sa vie, il va me raconter la vérité.
http://www.onepiece-requiem.net/t2877-fiche-du-lion
avatar
Howard Prince

♦ Localisation : Dans ton Coeur...
♦ Équipage : Pirates de Prince

Feuille de personnage
Dorikis: 6025
Popularité: -372
Intégrité: -212

Jeu 13 Mar 2014 - 22:41

La lame du chasseur de prime frappait avec force, rage et rapidité vers son adversaire au tricorne, qui, petit à petit, reculait avec son coéquipier... Malgré la décharge électrique qu'il avait précédemment reçu et qui avait littéralement fait défaillir Meirin, ce dernier s'était relevé, haletant et le corps fumant, mais toujours apte à combattre... Alors qu'il avait une première fois bondit vers le capitaine pirate, avec son équipière inconsciente et pendante à son bras, Kobuki, "l'Ombre de l'Est", n'avait eu besoin que de quelques secondes pour comprendre que Le Prince était véritablement dans l'impasse : en effet et bien que sa technique à l'épée semblait bien supérieur à celle de son vis-à-vis, il était impossible pour lui d'attaquer sans prendre le risque de toucher la petite blondinette... Un risque qu'il ne pouvait se permettre de prendre et ça, le cyborg ne l'avait que trop bien compris, profitant au maximum de cette situation, pour prendre l'avantage sur les deux pirates qui restaient sur la défensive. Jurant intérieurement, Prince maudit la situation dans laquelle il se trouvait et qui le contraignait à seulement parer et esquiver les assauts du chasseur de prime... Alternant avec son coéquipier les mouvements de parades, Prince réfléchissait toujours à un moyen de renverser la situation... Néanmoins, Kobuki ne leur laissait aucun répit et lorsqu'il leur permettait enfin de respirer un instant, ils devaient prendre garde aux différents pièges qui lançaient toujours divers souffles mortels.

« On ne peut pas rester comme ça à attendre, Howard ! »

« Je le sais bien, figure-toi... »

Le chasseur de prime attendit qu'un nouveau mur de flamme disparaisse pour frapper de nouveau vers Prince : sa lame s'abattit sur le pirate, tombant du ciel comme une faux prête à arracher une nouvelle âme de cette terre, pour l'envoyer sombrer dans le royaume infernal de l'enfer. Cette dernière fut cependant repoussée, lorsqu'elle percuta le bouclier de Gorn Runar. C'était le moment opportun : armé de Yubashiri, Prince s'élança en avant, mais son bras fut tout de suite bloqué par "La Tour" qui lui, n'avait pas suivi le mouvement.

« Bordel... Impossible de bouger convenablement avec toi ! »

« Ah euh désolé ! Je... »

« Disparaissez ! »

Un nouveau duel d'épée débuta dans la dernière salle du Labyrinthe de Luor, les guerriers frappant tout en esquivant les rafales des Dials avec difficulté : après une série de parade, Prince poussa sur ses jambes afin de faire un salto aérien, envoyant ainsi son pied dans le menton de Kobuki, avant de retomber sur le sol. "l'Ombre de l'Est" tituba, mais resta debout et au moment où la lame de Yubashiri fondit en direction de sa tête, ce dernier attrapa Meirin, qu'il plaça devant lui, comme bouclier, obligeant Prince à arrêter son attaque... Profitant de sa déconcentration, Kobuki lâcha Meirin qui retomba sur le sol, et, attrapant la poignée de son épée à deux mains, envoya la lame en avant, avec une incroyable rapidité. Le capitaine pirate s'apprêta à parer une nouvelle fois, mais alors qu'il avait positionné son sabre, un flash aveuglant rouge, qui était soudainement sortit du masque du cyborg, l'obligea à fermer les yeux...

« HOWARD ! »

« Meurt ! »

Malgré l'intervention de Runnar qui dévia la lame avec son bouclier, cette dernière mangea l'extérieur du bras gauche de Prince qui gémit, tout en rouvrant les yeux. Kobuki, lui, garda un visage froid, sans expression, mais lorsqu'il tenta de bondir en arrière, il resta bloqué : troublé, il se crispa légèrement lorsqu'il aperçut l'imposant Eligran, lourdement posé sur la chaîne qui le retenait à Meirin, protégeant ainsi la jeune fille derrière son imposante et élégante protection d'argent.

« Hum ? »

Aucune phrase ne sortit de sa bouche lorsqu'il vit arriver sur lui les deux lueurs vertes, qui plongèrent à l'intérieur de son masque, tels deux rapaces fondant sur une proie... Son corps robotique et pourtant glaciale sentit alors cette sensation désagréable capable d'emprisonner l'homme simple à l'intérieur de barreaux invisibles... Cette sensation communément appelée "peur" et qui, à ce moment précis, brouilla son esprit, l'empêchant d'agir convenablement... Il envoya maladroitement son arme en avant, celle-ci ne transperçant que le vent. Une seconde plus tard Prince était sur lui et sans un mot, le pirate déposa son poing sur sa poitrine. Kobuki crut un instant que rien ne s'était passé. Néanmoins, il avait tort : tout avait été au contraire trop vite et ça, il ne le comprit que lorsqu'une incroyable pression foudroya son torse. La douleur se propagea, montant en une fraction de seconde. La chaîne le retenant à Meirin explosa et ce dernier fut éjecté à une dizaine de mètres de sa position par un coup de poing dévastateur.

« Pour avoir rompu leurs chaînes, l'équipe de Kobuki et Meirin est éliminée de l'épreuve ! Hihi. »

Quelques minutes plus tard, Prince sortit finalement de la dernière salle, toujours lié à Runnar, mais avec Meirin sur son épaule. Son regard passa autour de lui : l'obscurité du labyrinthe avait laissé place à une partie de jungle moins dense, à l'intérieur de laquelle le soleil déversait de larges rayons. Deux prêtres arrivèrent et ôtèrent les bracelets de fer deux pirates, leur indiquant ainsi la fin de l'épreuve. Déposant la jeune fille sur le sol, il tenta de trouver les autres participants, mais aucune silhouette n'était présente.

« Bwahahahaha ! Tiens, regarde ça Howard ! »

Un écran Den Den affichait le score final de l'épreuve :

______________________________

Épreuve - Le Labyrinthe de Luor :

1st - Faustus/Lloyd Barrel

2nd - Howard Prince/Gorn Runnar

3rd - Meirin/Kobuki (éliminés)


______________________________

Se massant l'avant du poignet, Prince observa longuement l'écran, avant qu'un léger sourire ne s'affiche sur son visage :

« Ça aurait pu être pire, n'est-ce pas ? »

Le pirate n'avait cependant pas encore vu le tableau général du tournoi...
avatar
Edhan Royard

♦ Localisation : Bulgemore

Feuille de personnage
Dorikis: 3222
Popularité: -139
Intégrité: -86

Dim 16 Mar 2014 - 20:49

C'était prévisible, maintenant que Telia n'est plus là, ils sont deux contre un, et face à un logia je n'ai de toute façon aucune chance. Ils veulent des réponses, et ils les veulent maintenant. Pourtant, malgré ma situation très délicate, mon visage reste on ne peut plus neutre. Je ne risque rien, je le sais. Ils ne me feront aucun mal tant qu'ils n'auront pas leur réponse, et de toute façon m'éliminer ne leur servirait à rien. Je pousse un soupire et me décide enfin à parler.


"Pas besoin d'être aussi agressif, on sait tous les trois que je n'ai aucune chance de m'enfuir...  Et si tu pouvais reculer un peu, je suis pas du genre à aimer les hommes. Allez lâche moi un moment que je me grille une clope..."


Son expression veut sûrement dire non, ce qui me tire un autre soupire.


"D'accord, je vais parler... J'ai pas vraiment le choix de toutes façons...
Commençons par la base, mon vrai nom est Edhan. Yskino Haynell est le nom d'un pirate primé, c'était l'idée de Senkeï - tu sais votre ex-prisonnier - de nous faire passer pour de puissants pirates, histoire de pouvoir participer au tournois.
Quant à Sayle Valdean... Prince sait de qui il s'agit, nous savons tous les deux. Mais à moins de connaître son passé..."



Au fur et à mesure que je parle, je vois son expression changer. C'est extrêmement subtile, il tente de cacher ce qu'il pense vraiment, mais j'arrive à lire sur son visage. Il se demande vraisemblablement comment je pourrais savoir quoi que ce soit du passé de Prince, quand lui n'en a probablement jamais entendu parler. C'est compréhensible, le passé reste le passé, ce qui importe c'est le présent, et qu'importe si cet homme que vous suivez a été un criminel ou un héros.


"Je ne t'en dirai pas plus là dessus, si tu veux vraiment le savoir, tu demanderas à Prince lui même. Maintenant tu te demandes pourquoi je vous ai attaqué... non, pourquoi je l'ai attaqué lui, tout à l'heure ? Haha, tu vas rire, mais au début je croyais que c'était un imposteur, hahaha !"


C'est marrant, tout ceci à cause d'un simple malentendu... Mais apparemment cet explication ne le satisfait pas, il fronce les sourcils et me réponds enfin d'une voix emprunte d'hostilité.


"Un imposteur ? Tu te fous de moi ?!"

"Pas du tout, hehe. Comprends moi, ça fait quoi... presque douze ans maintenant ? Les gens changent en douze ans, n'est-ce pas ? Bref, maintenant que j'ai la confirmation que votre Prince est le Prince que j'ai connu... il n'y a plus de raisons de se considérer ennemis. Si tu veux j'irai même m'excuser, ça te va comme ça ?"


Son regard se plonge dans le miens, tentant de déceler le moindre mensonge, la moindre expression suspecte, et ce pendant presque une minute entière. Finalement, il s'éloigne de moi et reprend une forme humaine, ravivant mon intérêt pour ce pouvoir étrange. Son expression affiche encore du doute, je sais qu'il ne me fait pas encore confiance, mais il n'a pas d'autre choix que de faire semblant de me croire pour l'instant. A vrai dire, il a beau être un allié/ami de Prince, je ne lui fait confiance non plus, pas le moins du monde.


"Crois moi, si je découvre que tu m'as menti, tu le regretteras amèrement. Allez en route, et souviens toi que je t'ai à l’œil."

"Très bien, mon bon monsieur."


Un rictus sur le visage, je sors une clope et l'allume, doucement, sentant encore la douleur à mon épaule. La douleur se dissipe un peu sous l'effet de la nicotine, mais le sang commence à imbiber le bandage de fortune que Telia m'a fait, il va falloir traiter ça rapidement... parce que le tournois continue, et je n'ai pas l'intention de m'arrêter là.
http://www.onepiece-requiem.net/t8623-edhan-royard http://www.onepiece-requiem.net/t8699-ft-edhan-royard
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1