AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


La danse des limaces

avatar
Stan Walker

♦ Localisation : En mer.
♦ Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Dorikis: 830
Popularité: 0
Intégrité: 0

Ven 21 Mar 2014 - 19:47

Une aube qui se lève.

Il est tôt et le bateau pose les volontaires à l'intégration de la marine d'élite sur la plage. Ils sont une centaine sur cette "promotion". Et apparemment, il ne pourrait bien rester que 10% d'entre eux à la fin de l'entrainement. Pourquoi? Et c'est à ce moment là que Tobio s'était mis à rire en lui annonçant qu'il verrait de ses propres yeux. Et maintenant il comprenait où il se trouvait. La plupart des types avec qui il se retrouvait avaient l'air de baroudeurs aguerris. Certains avaient même des airs de repris de justice mais bon, mieux valait ne pas se fier aux apparences. Aucun d'entre eux n'avait un air mauvais. Ils semblaient tous calmes, très sereins. En majorité du moins car d'autres semblaient masquer leur nervosité avec des rires nerveux et des convulsions spontanées. Des Tic ou des Toc. M'enfin bon rien de bien grave. Voilà qu'ils se retrouvaient tous sur la plage d'une île tropicale, en sueur et très légèrement entamés par le voyage. Jusqu'à ce que le Den Den Haut-parleur se mette à beugler des instructions. Il fallait qu'ils rejoignent le centre de l'île par leurs propres moyens en essayant de ne pas se faire piéger. Un exercice plutôt simple apparemment. Quelques gars s'étaient déjà mis en direction de la plage et s'apprêtaient à entrer dans le premier bois venu quand un projectile partit en direction des trois hommes et éclata dans en une grande flaque rouge. L'un d'entre eux fut touché par la peinture sur tout le torse alors que les deux autres évitèrent.

"Ah. J'oubliais de préciser. Ce jeu est une sorte de simulation de combat. Chaque tâche de peinture vous vaudra l'exclusion de l'entrainement mesdames et messieurs. Vous avez 4 heures."

Un paintball géant? C'était ça la première épreuve d'admission dans la marine d'élite? Stan sourit à l'idée de faire de cette épreuve d'admission une sorte de jeu ludique. Mais cela risquait d'être bien plus risqué que prévu car ils n'avaient pas d'armes. Et que ce qui les attendait présentait probablement de nombreuses capacités pour lancer de la peinture sur leurs corps en sueur. Des groupes se formaient déjà et Stan se posta près des gens avec qui il avait discuté dans le navire. Trois personnes en réalité. Le premier s'appelait Sion Eforongagn. C'était un bucheron d'une île quelconque des Blues qui avait décidé d'intégrer la marine d'élite pour pourchasser un criminel réputé de sa région. De loin, on sentait émaner une grande puissance de cet homme. Pourtant il s'efforçait de rester discret malgré ses deux mètres dix et son quintal. Venaient ensuite Loreleï et Declan Becker, un frère et une soeur désireux d'intégrer les rangs de l'Elite pour satisfaire leur soif de justice. Le quatuor était à peine formé qu'ils semblaient s'entendre plutôt bien. Enfin très bien en réalité. Declan avait pris la tête du quatuor de manière innée. Il était fait pour commander. Il proposait de rester en groupe avec un éclaireur, deux individus sur les flancs et un homme pour l'arrière-garde. Cela convenait à tout le monde et Loreleï eût par la suite une idée brillante. Se laver s'ils étaient touchés. Pour vérifier cela, elle emmena le gars repeint sur le torse dans l'eau et vit la peinture partir petit à petit. La peinture n'était donc pas une contrainte. Seul le temps importait. Alors ils partirent et Stan servit d'éclaireur. Il se trouvait une dizaine de mètres devant le groupe et avançait à pas de loups quand soudain jaillit du sol un homme torse nu lui aussi et armé de ce qui semblait être un pistolet. Quelques balles sifflèrent dans sa direction et d'un signe de main il fit reculer son groupe en esquivant la salve. Les balles éclatèrent dans une nuée rouge peinture. Ce gars-là savait tirer. Stan avait juste eu de la chance. Où venait de passer le tireur? Aucune idée. Il venait de disparaître. Et une voix sortit d'un haut parleur à nouveau. Ils avaient le droit de neutraliser eux aussi tout élément projetant de la peinture. Soit... La partie allait être longue.



Dernière édition par Stan Walker le Lun 19 Mai 2014 - 9:00, édité 2 fois
avatar
Stan Walker

♦ Localisation : En mer.
♦ Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Dorikis: 830
Popularité: 0
Intégrité: 0

Mer 23 Avr 2014 - 19:08

3h39 après le début de l'épreuve.

29 pièges. 12 embuscades. 5 asperseurs de peinture. 8 tireurs. 237 billes de peinture. Voilà tout ce qu'ils avaient évité en 3h39. Ils étaient retourné se laver deux fois. Une fois lors d'une première embuscade où deux gars les avaient pris depuis des arbres. Erreur de placement. Et une fois quand un asperseur savamment dissimulé avait surgi du sol à 1 mètre d'eux. Mais leur groupe était désormais au point. Leur réactivité était bonne et ils avaient réussi à subtiliser des pistolets à peinture et assez de billes pour repeindre un cuirassé de guerre de la marine. Comment? Ils avaient tendu une embuscade à deux marines d'élite chargés de les repeindre. Cela leur avait pris une heure mais désormais ils pouvaient se défendre. Et contre-attaquer. Leur progression était désormais rapide. Très rapide. Ils avançaient comme une équipe de soldats aguerris malgré leur totale inexpérience. Et voilà qu'ils arrivaient au milieu de l'île. La Ferme. Quelques bâtiments et des tentes ça et là. Ils débarquaient au milieu de soldats de la Marine d'Elite en train de s'entraîner en uniforme alors qu'eux ne ressemblaient pas à grand chose. Ils venaient de vivre un petit aperçu de ce qui leur arriverait durant leur formation. Un chemin fléché leur indiquait une tente dans laquelle ils retrouvèrent une fraction des gars qui avaient débarqué le matin même. Ils étaient à peine une quinzaine sur cette session. Tous éreintés, tous armés d'armes à peinture. Ils ne savaient pas quoi faire. Ils venaient pourtant de réussir leur première épreuve en tant qu'apprenti de la Marine d'Elite. Et ce n'était pas rien. Du moins pour le moment. Ils attendaient. Jusqu'à ce qu'une grenade ne roule dans la tente, dégoupillée. La plupart des individus restants se jetèrent tous sur le côté tandis que Sion s'écroula de tout son long sur celle-ci. Qu'est-ce que? Ils se faisaient attaquer dans une base de la Marine? Un bruit sourd suivi d'une longue giclée de peinture qui retapissa le ventre de Sion de peinture suivirent.

Tout le monde semblait sous le choc. Declan et Loreleï regardèrent Sion avec le même regard que la plupart des individus qui étaient avec eux. Si une vraie grenade avait été lancée, tous auraient péri. Sion avait eu une attitude héroïque. Dès ce jour, Stan sentit que cet homme allait être son ami, tout comme le frère et la soeur qui regardaient maintenant Sion se nettoyer comme si rien ne s'était passé. Quoi qu'il se passe par la suite, ce gars venait de gagner une place d'honneur dans sa promotion. Jamais sa loyauté ne serait mise en cause. Même si tous les types de cette salle venaient à ne pas être reçus ou partaient Dieu ne sait où, ils se rappelleraient toujours de ce fameux type qui s'était jeté sans réfléchir sur une grenade. D'ailleurs, la tente venait de s'ouvrir.
"Que les gros débiles pas foutus d'se protéger d'la grenade à peinture sortent de la tente!"
Un test? Tout cela n'avait été qu'un test? Ils ne comprenaient pas trop ce qui se passait. Le doute était total. Sion inspira et sortit, suivi de Declan, Loreleï et Stan, tous trois tout de même légèrement recouverts de peinture malgré le sacrifice de leur ami. Un type seul les attendait. Il semblait surpris de ne voir que quatre personnes sortir de la tente. Très surpris. Il fît même sortir les autres types de la tente pour le coup.
"BWAHAHAHA! Si c'est pas beau d'voir ça? On vous a engagé en tant que peintres? J'suis JORRY MCKCLEAN, commandant en second du BAN. Et vous vous serez la promotion Hurricane. Vous dîtes oui vous dîtes non j'en ai rien à foutre de votre avis. Si vous êtes là c'est pour devenir des soldats de la Marine d'Elite c'est compris?"
Ils se mirent tous au garde à vous pour répondre par l'affirmative.
Un chef oui chef s'ensuivit. Ce qui provoqua une gueulante de la part du commandant en second. Son surnom n'était définitivement pas usurpé. Il gueulait plus qu'il ne parlait. Et puis ses métaphores n'étaient pas des plus propres.
"Bande de sales déchets des mers! J'viens d'vous dire que j'étais COMMANDANT EN SECOND! COMPRIS? ALORS SI VOUS VOULEZ RESTER EN UN UNIQUE BLOC DE CHAIR VOUS LA FERMEZ MAINTENANT! ET CE JUSQU'A CE QUE JE VOUS DISE DE REJOINDRE LE SERGENT COOPER LA-BAS! ALLEZ LE REJOINDRE!"

Ils obéirent aveuglement avec celui qu'ils croyaient être le plus gros tyran de la base. Mais ils n'avaient pas encore vu un millième de ce que leur réservait leur formation. Ils étaient fatigués, las et stressés. Et la journée ne faisait que commencer. Cela allait être long, très long.

Une fois la promotion Hurricane éloignée, un homme vint se poster à côté du commandant en second Jorry. Kaiser, le commandant en chef du BAN. Il était d'humeur encline à la discussion. Enfin, il prenait juste des nouvelles sur la promotion qui venait d'arriver. Histoire de voir s'ils étaient dans la moyenne haute ou basse. Ou dans la moyenne. Un simple alors suffit à faire parler le commandant en second.
"Dix-neuf reçus sur cent-douze débarqués. La promotion Raptor est déjà en train de botter le cul aux perdants et les remonte dans les bateaux."

"Et la grenade?"

"Quatre seulement ont été touché dont trois plus que légèrement. Le gars s'appelle Sion. Il a fait comme Mâchefer, il s'est jeté sur la grenade sans réfléchir pour protéger les autres. Pourtant j'ai vérifié, il n'en connaissait aucun avant d'arriver ici."

"Intéressant. Des bouts de héros? On va voir ce qu'ils donnent par la suite."

avatar
Stan Walker

♦ Localisation : En mer.
♦ Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Dorikis: 830
Popularité: 0
Intégrité: 0

Lun 19 Mai 2014 - 10:20

Garry Cooper. Voilà probablement le plus gros tortionnaire auquel la promotion Hurricane allait être soumise. Il semblait être plus à même de beugler que de parler. Comparé à lui, le commandant en second ne faisait office que de pâle imitation. Il venait de faire un retourné-sauté au premier gars qui était arrivé sous le prétexte qu'il chahutait un peu. Un silence de plomb s'était installé. Il était là pourquoi? Physique, discipline et cohésion. D'ailleurs, il avait félicité Sion de son héroïsme tout à l'heure et encouragé tout le monde à le prendre en exemple. Enfin, c'était juste avant de lui demander de s'avancer dans le cercle de combat. Hahahahaha! Tout le monde avait ricané quand l'instructeur lui avait demandé de se battre avec lui. Sion avait même été surpris mais s'était plié à son exigence. Il allait démolir l'instructeur. Ce gars était une force de la nature. Malgré l'entrainement de l'instructeur, ce dernier ne pouvait que se faire broyer. Des gars en riaient presque. Sion se mît donc à la tâche et entreprît de coller un direct à Garry. Enfin un direct... UNE PATATE QUOI! Stan n'avait jamais vu de frappe aussi lourde de toute sa vie. Il en était impressionné. L'instructeur dévoila un sourire carnassier et dévia le coup en pliant l'avant-bras de Sion d'un coup de coude avant de l'attirer à lui et de le balayer comme un vulgaire fétu de paille. Instructeur 1. Recrues 0. D'ailleurs, l'instructeur esquissa un mouvement pour frapper Sion au sol, celui-ci se remettant mal de sa rencontre inopinée avec le sol. Comme un seul homme, Stan, Loreleï et Declan réagirent à la vitesse de l'éclair. Declan intercepta le coup de pied pendant que Loreleï sautait sur l'instructeur. Celui-ci bloqua très rapidement et pût amortir les paumes de Stan qui fondaient sur lui. Il recula de quelques pas et éclata d'un rire gras.
"BIEN! COHESION DE GROUPE TRES BIEN CA! Mais est-ce que je vous ai sommé une seconde de défendre ce gars? Alors maintenant vous dégagez sur le champ! J'ai pas fini."

Les trois recrues firent l'erreur de le croire. Une fraction de seconde. Il ne lui fallut qu'une fraction de seconde pour les ridiculiser. Il faucha Loreleï d'un simple coup de genou, frappa Stan au niveau du bas ventre et attira Declan à lui pour l'envoyer sur Sion, à peine remis de son envolée. Ils étaient tous les quatre à terre, soumis à un silence de mort. Stan ne comprenait pas le but de cet entrainement. Qu'était-il venu faire ici? Il se remémora le rire de Tobio. Apparemment, il comprendrait plus tard la raison de sa venue ici.
"Tas de fientes velues de bounty! COHESION DE GROUPE PUIS DISCIPLINE. LE PHYSIQUE SAUPOUDRE TOUT CA. Comment voulez-vous parvenir à être disciplinés si votre groupe n'a aucune cohésion? Ca en fait rire certains d'entre vous? QUAND UNE GRENADE ROULERA A VOS PIEDS, J'ESPERE POUR VOUS QUE VOUS AUREZ LE COURAGE DE VOUS DEVOUER POUR LES AUTRES! Maintenant on passe à la partie Physique HAHAHAHA. Vous suivez le chemin fléché. Si vous n'arrivez pas au bout de ça en 30 minutes JE VOUS BOTTE LE CUL PERSONNELLEMENT! COMPRIS? EXECUTION!"

Ils se mirent tous à courir comme des dératés. Stan ne comprenait pas le but de la formation. Vraiment pas. Jamais il n'avait été confronté à un cadre si hostile. Ils se relevèrent tous les quatre et partirent à la suite des autres, déjà fatigués. Leurs jambes étaient déjà nouées et cernées par la fatigue. Ils n'avançaient pas vraiment très vite. Malgré cela, quelques gars de la promo' vinrent leur parler et tous se présentèrent un par un. Jackson, Dalmyr, Peter, Quent, Hobrey, Anastasia, Inder, Gunth, Perry, Creep et bien d'autres. Voilà tous ceux qui allaient l'accompagner dans cette folle aventure. La promotion Hurricane comptait bien s'inscrire dans le grand Livre d'Or de la Marine d'Elite. Ces gens-là avaient soif de justice. Tous. Un dénommé Barnes se foula la cheville au kilomètre six du parcours d'entrainement. Sion et deux autres gars, Luis et Rek, le prirent sur leurs épaules. La solidarité était de mise. Tout le groupe s'était soudé à la suite de cet évènement. Ils n'avançaient pas très vite mais bouclèrent le parcours en 29 minutes et 21 secondes, au grand désarroi du caporal d'élite Cooper qui aurait volontiers cassé la gueule à quelques recrues avant le repas. Mais non. Ils avaient finalement droit à une pause de 30 minutes. Rations de combat et repos sous la tente avant la reprise de l'apprentissage l'après-midi même.
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1