AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


L'inspecteur entre en scène.

Invité
Invité


Ven 4 Juil 2014 - 11:56

Je ne suis pas esclave messieurs. Lâchez-moi je vous pris. On m'a kidnappé. Vous  aurez de gros ennuis avec la marine c'est moi qui vous le dit.

Garde: Et moi j'te dis de la fermer sinon on te coupe ta foutue langue qui nous casse les pieds depuis des heures.

Les gardes tapent les barreaux et ouvrent une cellule.

Garde: Hamza, on te ramène deux nouveaux amis. Cette fois, fait en sorte de pas les endommager.

Un jeune garçon est jeté dans la pièce. Environ seize ans. Le teint pale, et une corpulence normal, voire frêle. Il n'a rien à faire ici, c'est sur. Mais ne jugeons pas les gens par leur apparence, c'est peut être un redoutable guerrier. Qui aurait cru qu'une petite crevette comme Kobby deviendrait un marine de premier ordre?

Le deuxième est l'opposé de ce garçon. Plutôt bronzée, une taille avoisinant les deux mètres cinquante. Une montagne de muscle. Mais ce dernier est assez calme. Se penchant pour entrer dans la cellule. De nombreuses marques de coups son encore visible. Ce grand gaillard n'est sans doute pas si sage que cela…

Au fond de la salle on retrouve Hamza qui est assis par terre, adossez contre le mur et toujours cet air ténébreux et le regard dur. Observant les moindres mouvements des inconnus comme si une attaque aller surgir.

Moi c'est Aldric. Je prends le lit du haut les gars. P'tain. J'aurais jamais cru que je finirais dans ce genre d'endroit avec une mort certaine. On m'a kidnappé dans une ruelle sombre… Et vous ça c'est passé comment?


Bien évidemment, ce n'est pas avec Hamza qu'on peut espérer avoir une réponse. Le grand brun pose son fessier sur le lit du bas et met son visage dans ses mains. On peut entendre des sanglots venus de cet être. Ce dernier se lève et se dirige vers le lavabo pour se rincer le visage.

Vous savez. Les gens disent que j'suis bavard, mais j'pense que le dialogue c'est ce qui fait de nous ce que nous sommes. C'est un remède. Je vois bien que vous avez vécu des choses dures. Solitaire, ne voulant pas dévoiler sa vie. Mais on se sent mieux après avoir parlé, j'vous assure. L'être humain n'est pas fait pour vivre isoler.


Il parle, et ne s'arrête pas. Finalement  le costaud brise la glace en se présentant.

Inspecteur Rodrigo Ranio.

Le seul mot qui précède le nom attise la curiosité d'Hamza. Un inspecteur dans ces lieux. C'est l'étincelle d'espoir qui réanime la flamme de la volonté du gladiateur. Les yeux écarquillés pour ne pas loupé une miette de ce que va raconter ce grand gaillard.

Sans doute comme vous… Je n'ai rien à faire ici..


La plupart des esclaves qui se trouvent sur Draf-Land sont d'ancien criminel. Quelle est la probabilité que les rares personnes victimes de complot partagent la même cellule? En réalité, Rodrigo est le seul ici qui a subi la foudre de Kartoug. Les deux autres sont devenus esclaves avant de rejoindre ce lieu. Autant vous dire que le chef de l'ile n'a aucun souci à se faire… Comme toujours d'ailleurs.

Déçu par ces quelques paroles. Hamza espérait entendre des mots tel que: "J'enquête sur Kartoug et j'suis sur le point de l'envoyer derrière les barreaux." Mais bon… La liberté ce n'est sans doute pas pour tout de suite.
Invité
Invité


Ven 4 Juil 2014 - 12:44

Légèrement déçu, Hamza baisse son regard et ne voit pas Rodrigo arrivait. Ce dernier place ça grande main sur le gladiateur.

Je connais ce visag…

Pas le temps de finir ça phrase que l'homme aux yeux bleus réagit. Il saisit la main qui lui attrape l'épaule et la tire vers lui avec l'autre il lance un coup de poing que se prend Rodrigo en pleine poire. Ce dernier n'a pas l'intention de se laisser faire et lance un énorme coup de poing dans les côtes.

WOUAAAA ! Les gars calmez-vous !

Hamza est projeté sur les barreaux avec une violence inouïe. Une fois au sol, il tend son bras en avant pour demander l'arrêt de cela. Son autre main tient ses côtes. Cet inspecteur est un sacré client. Mais le grand n'a pas l'intention de se faire marcher dessus. Avec toute la haine qui l'a emmagasiné, ce défoulé à la moindre provocation comme un enfant ne le gêne pas. Alors il attrape Hamza à la gorge, le soulève et le plaque contre le mur.

Tout cela n'a pas de sens… En réalité la première attaque qui à déclencher la bagarre n'est pas volontaire. Hamza prend ses distances avec les gens car il a de mauvais réflexes. Une certaine tendance à frapper violemment une personne qui s'approche soudainement, ou une personne qu'il n'a pas vue. Ses reflexes de survie continuent donc. Des images passent dans sa tête. Le nombre de fois où des personnes ont tenté de l'étrangler. Il lève les coudes et donne un coup vertical sur les avant bras du gaillard qui lâche prise. Suite à cela, un coup de pied est porté au niveau du ventre durant sa chute. Mais cela ne fait même pas reculer l'adversaire d'un pouce.

GARDE ! GARDE !

L'inspecteur donne de nouveau un coup de poing. Cette fois, le receveur tente de se protéger avec le bras, mais malgré cela, il est projeté sur un mur avec violence. Des gardes arrivent, l'un ouvre la cellule et c'est parti pour une raclée collective. Les trois en prennent pleins la poire. Même le pauvre Aldric qui n'a absolument rien fait. Une chose assez surprenante, Hamza est maitrisé assez facilement. Les coups qu'il a pris ne sont pas de vulgaire pichenette. Une fois les trois esclaves allongées au sol, ventre à terre, attaché et maitrisé. C'est avec un petit rire moqueur qu'on leur annonce la suite de leur journée.

Garde: Ça fait même pas cinq minutes que vous êtes ensemble et c'est déjà le bordel. Et ben, ça promet hé hé hé. Tu connais le règlement non? Les bagarres sont interdites. Alors vous aurez l'honneur de servir de punching ball cet après-midi. Vous saurez ce que ça fait de prendre des coups.


Hamza la connait cette punition. C'est même devenu une coqueluche du stand. Certaines personnes jouent juste parce que c'est marrant de lui mettre une beigne. Un jeu simple. Pour quelque berry, on peut coller un bon coup aux esclaves qui ne peuvent se défendre. Qui n'a pas rêvé de frapper fort une personne sans rien risqué? Après tout, les esclaves sont normalement d'ancien criminel. Raison de plus pour se défouler !
Invité
Invité


Lun 7 Juil 2014 - 21:27

Quatre poteaux sur une place remplie de stands. Nos trois esclaves sont attachés et un quatrième complète le tout. Ce dernier semble avoir une vie totalement différente de nos antagonistes. Une petite cicatrice sur la tempe. Des cheveux en pagailles. Une bonne barbe de loup de mer. Un cracha régulier. Cet homme n'est rien d'autre qu'un ancien pirate.

Détaché moi !

Arrête de hurler, tu nous casse les oreilles depuis tout à l'heure. Tu peux pas t'arrêter un peu? La seule chose qu'on risque avec des hurlements c'est de recevoir d'autre punition. Donc pour ton bien, arrêtes-toi.

Je préfère encore hurler que de t'écouter morveux. On va se faire exécuter. Des personnes attachées comme nous se font exécuter.

La probabilité de se faire exécuter est nulle. On est des esclaves. Les gardes souhaitent nous dresser comme de gentil toutou. C'est évident.

L'animateur s'approche d'eux et leur murmures quelques sympathiques.

Le premier qui se prend cinquante baffes serra libre. Les compteurs retombent à zéro à chaque fois qu'une personne  gagne. Tous les moyens sont bons pour se prendre une raclée. Passé une bonne après midi.

L'homme vêtu d'un costume ainsi qu'un beau petit couvre chef tel abraham lincool. Pour terminer un beau petit bâton avec lequel il frappe sur le comptoir.

Messieurs préparés les punching-balls.

Des maquilleurs sorte de nulle part et c'est parti pour Hamza c'est le petit chapeau rouge avec le costume qui va avec. Une cigarette dans le bec, deux trois coups de font de teint. La magie opère avec ces professionnels. Avec ce regard meurtrier, on ne peut pas faire mieux.
Pour le grand Rodrigo, c'est de la bonne peinture jaunâtre sur le visage et le corps. Des bandages sur les bras, des petites marques semblables à des bronchites. Un vrai petit homme poisson. Une petite perruque blonde pour finir . Ce grand corps représente bien ce terrifiant criminel.
Le troisième qui n'est autre qu'Aldric a le droit à une longue perruque rousse. Avec ce teint palo, il n'y a pas tellement de travail à faire. Un petit bouc ainsi qu'une longue veste noire. Que manque-t-il? Deux trois marques sur le visage qui ressemble à un tatouage. Voilà finito.
Pour le dernier… Caché ces cheveux en pagaille est compliqué. Alors une petite teinture blanche ainsi qu'une bonne grosse moustache d'une couleur similaire. Plus que la touche vestimentaire…

Les hommes font un excellent travail et ce stand ouvre enfin ses portes.

Approchez approche ! Qui d'entre vous n'a jamais rêvé de flanquer une bonne raclée à un criminel? Qui n'a jamais voulu frapper un homme sans rien risqué en retour? Voici vos hommes et ce ne sont pas n'importe qui! Aujourd'hui vous avez le choix

Je vous présente l'homme qui retourne sa veste à la vitesse de la lumière. Capable de tuer ses amis, ses alliés pour protéger ses propre intérets. Plus obscure que cet homme, nous ne connaissons pas. Toujours vêtu de son précieux rouge qui lui rapelle le sang de ses victimes, j'ai nommé le traitre Red

Le suivant a bien formé le précédent. L'homme poisson qui à oser sortir de l'eau. Cette bête hideuse qui nous prouve encore une fois que les hommes poissons n'ont rien à faire sur terre. Celui qui a abusé de la confiance des hommes, j'ai nommé Thunder F, plus connus sous le nom de Toji Arashibourei

On continue la descente aux enfers avec un niveau plus élevée, bien que ces derniers n'aient pas trahis la marine. Voici le rouquin capable de créer la guerre sur n'importe quelle île. Le monstre sanguinaire qui n'hésite pas à détruire tout sur son passage. Le révolutionnaire qui représente bien son groupe. J'ai nommé Mandrake l'apocalipse.

Et pour finir. Sur le quatrième poteau se trouve un visage bien connu. Ce n'est autre que l'un des empereurs. Ce dernier n'hésite pas à faire sa propre loi et à endoctriner de pauvre innocent. Le plus vicieux des pirates qui arrive à se faire aimer des simplets. Vladimir Toreshky "le Seigneur d'Ivoire" !

La réaction des passants ne se fait pas attendre. Les hommes font la queue. Pour quelques berry, foutre une bonne beigne à un de ces quatre est un rêve. Même si tout le monde sait que ce ne sont pas les vrais, ça fait toujours plaisir.
Invité
Invité


Ven 11 Juil 2014 - 0:25

C'est un déluge de baffe, coup de pied, coup de poing qui a lieu. Les quatre en prennent pleins la poire. Seul celui déguisé en empereur provoque les passants et se coltine davantage de coup. Comme s'il allait réellement être relâché en atteignant les cinquante baffes. Dans une atmosphère assez plaisante pour les civils qui s'amuse, le reste des esclaves discutent doucement et de façon assez sérieuse.

Désolé de t'avoir interrompu, mais tu disais connaitre mon … ?

Un simple lèvement de sourcil de la part de l'inspecteur qui le rabaisse assez rapidement suite à une droite dans l'estomac suivi d'un crocher au visage. En tout cas, c'est l'incompréhension totale. Des hypothèses titillent ses méninges, mais rien ne laisse croire qu'Hamza a de bonnes intentions. Tout cela change avec un simple coup d'œil de la part du grand homme. Un simple regard.

Tu l'as encore. Le visage de la culpabilité.


Encore un lèvement de sourcil pour Rodrigo qui sent que la communication avec Hamza risque d'être difficile. C'est lui qui décide de faire le premier pas. De commencer son enquête sur Kartoug en douceur. Tandis que les coups continuent de pleuvoir et le pauvre Aldric est déjà à bout. Il ne tient debout que grâce aux cordes qui le ligotent fermement au poteau. Assez fragile contrairement aux trois autres. L'inspecteur qui a l'habitude d'aider les citoyens décide de faire la seule chose qui peut aider le pauvre garçon. Le prochain frappeur s'avance sur l'estrade, se met face à Mandrake et reçois un cracha. L'individu offusqué réclame dédommagement auprès de l'organisateur. Suite à un petit dialogue, le civil revient et enchaine l'être déguisé en Toji. De nombreux coups qu'on ne compte même plus. Un déchainement jusqu'à satisfaction du joueur. Lorsque ce dernier essoufflé recule, c'est un ricanement qui émane du corps rempli d'hématome.

Hoy ! C'est un rêve d'être ici. On est gentiment câliné contrairement en prison. J'vous aime tout le monde.

Psss. A quoi tu joues? C'est moi qui vais gagner.

Pour Hamza c'est l'incompréhension. Depuis quand un esclave souhaite encaisser à la place d'un autre. Normalement c'est l'inverse. Puis dans l'arène, notre gladiateur est le premier à sacrifier autrui pour se sauver les niches. Notre homme observe le reste de l'après-midi Rodrigo et l'autre criminel se prendre la plupart des coups en provoquant les joueurs…


Invité
Invité


Ven 11 Juil 2014 - 0:40

Dans la tête d'Hamza: Première partie


Protéger plus faible? A quoi bon. Seul le maitre décide qui vit, qui meurt. Ça n'a jamais apporté de résultat de jouer au protecteur.

Si je le sauve aujourd'hui, mais demain, sa faiblesse l'emportera. L'arène est intraitable. Lui laisser de l'espoir est malsain.

Non, il n'y a plus d'espoir.

Mettre son honneur de côté et obéir sagement.

Plaire au maitre.

Ecouter le maitre.

Si le maitre est satisfait, alors il te ménagera. Voilà comment ça marche.

Espérer un acte de bonté.

Un jour il m'affranchira peut-être.
Invité
Invité


Ven 11 Juil 2014 - 0:56

Dans la tête d'Hamza: Deuxième partie

Puis le maitre m'apportera de la barbe-à-papa aussi.

Comme le maitre est tout gentil et que c'est tellement plaisant de faire affaire avec lui, alors il nous donnera peut-être un salaire si on se débrouille bien.

Pourquoi ne pas devenir son garde du corps?

Le meilleur entre les gladiateurs devient son garde du corps.

En échange, ben … Avec tout le pouvoir qu'il a. Le gros peut bien donner tout est n'importe quoi.

Les "puissants esclaves" qui protègent les commerces de Kartoug après avoir gagné le tournoi de promotion ont la belle vie.

Oui, je vais participer au tournoi et devenir le gentil gladiateur à son maitre. Cette année, la promotion est pour moi!
Invité
Invité


Ven 11 Juil 2014 - 1:09

Dans la tête d'Hamza: Troisième partie.

Je vais gagner enfin cette promotion. Puis je gagnerais la suivante pour passer "esclave supérieur" qui est le titre des meilleurs et qui donne la possibilité d'approcher Kartoug.

Une fois proche…

Quelle est la phrase déjà?

Garde tes amis à côté de toi et tes ennemies encore plus proches.

Oui, KARTOUG MON AMI.

Hum…

Une fois proche, je payerais enfin ma dette.

Cette dette qui me ronge depuis sept ans.

Mais je compte te la rendre dignement.

Je te donnerais la mort lorsque j'aurais acquis tous tes biens.

Je regarderais ton visage grassouillet pleurer. Implorant mon pardon. Regrettant le testament écrit précédemment dans lequel Hamza est l'unique héritier.

Comme j'ai hâte.
Invité
Invité


Ven 11 Juil 2014 - 1:38

Dans la cellule, les trois esclaves sont allongées tranquillement. Le nombre de lits est le même que le nombre de personnes ici. Ils sont superposées et nous retrouvons en haut, bien qu'amochée, le jeune Aldric qui dort tout parlant. Décidément, il ne s'arrête jamais.

J'ai encore gagner HA HA. zzZZZzzz

Ho les filles, ne vous battez pas pour moi. J'ai un bras pour…

GNIAA LE DIEU GROS PORC ! Rends-moi mes copines !

Au milieu nous retrouvons Hamza perdu dans ses pensées. Ce dernier cherche désespérément une solution diplomatique pour réduire le nombre de morts. Réduire le nombre de meurtres. Pour finir, nous avons l'inspecteur qui est arrivé plus tard que les autres. Ce dernier est passé par l'infirmerie.

Rodrigo ? Dors-tu?

Avec tout le vacarme que fait Aldric…

Comment faire pour réduire le nombre de morts dans l'arène?

Hum? On peut dire que t'es direct… Tu ne t'es toujours pas présenté mais bon.. Ben… Suffit de mettre K.O les adversaires et ne pas les tuer.

Les tuer est plus simple, plus rapide, plus efficace.

Si faire le bien était si simple, tout le monde le ferrait non?



Hum… C'est souvent dans la difficulté qu'on trouve de la satisfaction. La satisfaction est dans l'effort et non dans la réussite. N'oublie jamais ça.
Un jour aurais-je le droit de connaitre ton histoire? … Je pense que ce n'est pas pour ce soir. Bonne nuit.

C'est donc ce qu'Hamza doit faire. Retrousser ses manches et faire l'effort de mettre K.O. ses adversaires. Une tâche qui risque d'être compliqué pour un homme qui a pris l'habitude de combattre en frappant les points vitaux et en cherchant la mort à chaque attaque. Loin de tous ces ennuis, nous retrouvons Aldric qui est très très loin au pays des rêves.

Sentomaru Kenpachi, je vous jure que je ne suis pas Mandrake, s'il vous plait lâché moi !
Invité
Invité


Ven 11 Juil 2014 - 15:51

Le lendemain matin à la surprise générale Hamza prend son petit déjeuner avec de la compagnie. Ce n'est pas comme s'il leur a demandé leur avis. Mais Rodrigo a l'habitude des durs à cuire, des criminels. D'après sa petite enquête effectuée en posant des questions à droite à gauche. Hamza n'a rien d'un criminel. Ce n'est même pas un loup solitaire. La perte de son frère la envoyé dans la solitude. Cette solitude la transformée en individu insociable. Les seuls contacts qu'il a avec autrui sont les combats. C'est pour cela que ses réflexes sons si violents.

Dans la cour encerclée de mur, sur la table du coin se trouve nos trois hommes. Du pain et du lait comme nourriture. Puis Rodrigo pose sur la table délicatement un papier. Sur celui-ci sont écrites les modalités d'inscription pour le tournoi de promotion. Cela permet au vainqueur d'obtenir une certaine récompense de son choix. Pour l'inspecteur à peine arrivé, c'est enfin un sourire du destin. La chance de retrouver sa fille. Pour lui, si Hamza est craint alors que ce dernier ne lui a posé aucun problème dans le léger combat de chambre, les chances de victoire sont élevées.

Ton regard m'inquiète, tu comptes participer à ce tournoi?

Pas besoin d'être malin pour le savoir. Tout le monde souhaite participer au tournoi. Seul ceux qui sont sûrs de perdre ne s'inscrivent pas. Comme moi quoi.

Je ne connais pas tes motivations, mais moi je fais ça pour retrouver ma fille. Je vous ai raconté mon histoire ce matin. Vous savez que j'ai besoin de cette promotion. Je pourrais enquêter plus facilement sur Kartoug.
Les premiers mots de la journée de la part d'Hamza sont simples, rapides, efficaces.

Kartoug est pour moi.

Hors de question. Il a fait tuer ma femme sous mes yeux et enlevé ma fille. Si t'as de meilleur argument que ça, j'te laisse volontiers le droit de le tuer.

Les gars, c'est bien beau de vouloir le buter, mais j'vous rappelle qu'on est des esclaves. Si c'était si simple, Kartoug serrait déjà mort. A mon avis, si ta fille est vivante c'est juste comme otage. Soit tu reste gentiment ici, soit il te tue et la petite par la même occasion.

Unissons nos forces.

J'vous rappelle que mes chances de survie dans l'arène sont bien moins importantes que les vôtres. En vie j'peux sans doute vous aider. Mais mort…

Sans promotion, mes chances d'obtenir des informations compromettantes sur notre ennemie sont nulles. Si vous avez un plan…

Si Hamza peut me donner des informations intéressantes, je suis sur que je peux monter un plan qui tient la route.

Un tournoi sur Grand Line bientôt. Plus dangereux, mais il y a une grande récompense.

Hum… Suffit de devenir les stars d'ici pour qu'on parte pour Grand Line. Une fois là-bas, on espère que la révolution qui est bien active ses derniers temps fasse un coup là-bas. Ou que des pirates sème la pagaille pour avoir la récompense. Alors?

J'en dis qu'on va devoir t'entrainer pour que tu deviennes une star.



Garde: Allez bande de fenian retourner dans vos cellules.

Les choses semblent se dérouler si bien entre ces trois là. On espère seulement que ça va durer. Un inconvéniant est si vite arrivé...
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1