AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Prendre le pose c'est parfois long

Toji Arashibourei
Toji Arashibourei
Thunder F.

♦ Localisation : GL
♦ Équipage : Ex-Sea Wolf

Feuille de personnage
Dorikis: 11 400
Popularité: -1200
Intégrité: -750

Dim 6 Juil 2014 - 10:54


Une pyramide…
Nan mais sans déc’ une pyramide quoi. Jusque là une fois l’cul posé à Alabasta, trouver une pyramide semble du genre prévisible et assez logique à priori, sauf que… Pas une pyramide maya quoi. Nan sans rire quel est le sinistre abruti qui a pu avoir une idée aussi foiro-songrenesque que celle-là ? Et le pire c’est que ça marche en plus, car v’là trois jours que j’trimballe mes tong et ma fausse barbe entre les vole-berry de cet antre du bon goût. Ca clignote, ça fait du bruit… et moi comme une bonne grosse vieille pie qui ressort tout juste des océans me v’là attiré tel un papillon d’vant la veilleuse du lance flamme. Tam-Tam-Casino.

Ma main tire une énième fois sur le levier, presque machinalement, sans conviction ni espérance d’un futur différent que les mille-six-cents-treize dernière fois… Nouveau bruit d’casseroles qui commence légèrement à m’titiler les esgourdes… et une vilaine cerise qui jure une fois d’plus avec l’étoile et la face de couillon qui m’sourit. Perdu. Sans même tiquer, ma main repart dans le mini-tam-tam rempli d’jetons, avant d’une nouvelle fois reprendre le chemin du néant monétaire.


-Tout va comme vous voulez mon bon seigneur ?
-Naooon !...

C’est parti tout seul, sans regret cela-dit, puis vite suivi par le regard noir dont se voit attribué en général celui sur qui va s’focaliser une mauvaise humeur couvée. Le gérant du casino n’lachera pas pour autant son sourire de faux cul, freinant juste un poil le bruissement de ses mains qui se frottent l’une à l’autre au rythme d’mes berries qui s’échappent.

-La chance ne vous a toujours pas souri ? Comme c’est dommaaaaage… vous m’en voyez navré.
-Grrrr
-Voulez vous essayer la chasse aux aigrettes peut être ?
-Déjà fait.
-Et ?
-C’est naze.
-Ah. Le "bêchage surprise" de champs de papyrus ?
-Aussi.
-Et donc ?
-C’est naze aussi.
-Ah. Et le */…
-Naze tout pareil.

Sasse Tomoa me regarde d’un œil aiguisé, comprenant vite qu’une baleine échouée devient rapidement peu rentable. Et une baleine qui est capable –comme moi- de claquer 500 000 berries dans sa chambre chaque nuit et au moins autant en pertes diverses une fois le soleil levé, ça s’conserve ; et ceci à n’importe quel prix. Ou presque.

-Peut être votre seigneurie voudrait se divertir devant une pièce de théâtre ?
-Naoooon...
-Il y a justement en ville une troupe très conn/*... Quoiiii ! Vous voyez pas que j’suis occupé là !


Sasse Tomoa se retourne excéder et perdant de sa superbe, me laissant alors voir une ridicule petit bout d’homme accroché d’une main à un pan de sa tunique, visiblement inquiet et navré d’avoir à le déranger. Un larbin sans aucun doute.

-Patron ? Qu’est ce qui vous arrive encore ?

Son patron ? LUI ?

-Navré de t’interrompre mon bon Sasse, mais…
-*Soupire faussement poli* Mais ?
-J’ai un petit souci, tu sais là haut ; et j’aimerai que tu y jettes un œil. Oh trois fois rien juste…
-*Soupire* J’y vais…
-C’est à propos de ces dons qu’on devait faire pour la reconstruction du port tu sais.
-Oui nan mais on verra ça là haut, pas devant les…
-Suite aux terribles événements de Monsieur Jenkins.
-D’accord mais plutôt là h*/…
-Tu sais à quel point je souhaite participer au bien être des plus nombreux et à notre image.
-Je vous ai dit mille fois que c’était juste une perte d’argent inut*/…
-Il semblerait que par mégarde j’ai donné plus que prévu.
-Que ?... Combien ?
-Cent millions
-COMBIEN ?!
-Une bête erreur de zéros, que j’ai bien du mal à effacer…

Le temps d’sentir la poussière soulevée effleurer mon visage, de Sasse nulle trace, seul le bruit d’une paire de sandalettes s’éloignant entre les machines et faisant écho au sourire gêné du directeur Hatath qui après un temps protocolaire d’immobilité s’enfuira lui aussi de ma vue.

Bande de pinpins… Ma main repart machinalement vers l’affreux mange-fric multicolore.



Mais attends… le doute s’instaure tandis qu’mon esprit n’a rien d’mieux à faire. Trois jours que j’suis là à glandouiller comme un con. Encore dix-sept à attendre que le log pose daigne enfin m’indiquer Jaya et que j’puisse reprendre ma route en espérant rattraper la Rachel et la bande de zigoto qu’elle semble s’être dégotée. Sauf que… les mots du p’tit gros font écho à tout c’que j’ai entendu jusque là et qui déjà m’titiller un peu la fibre impatiente : les Rhinos et cette fameuse Jacob sont passés par là y a pas si longtemps, et vu l’merdier qu’ils foutent et la vitesse à laquelle ils sont capable de l’faire… et ben il est fort probable que Jaya soit d’jà à feu et à sang tandis que moi j’sirote encore mes cocktails au lait d’coco. Et qu’un truc soit à feu et à sang sans moi alors que j’suis dans la région, ça j’peux pas l’permettre, simple question d’principe. Sans compter qu’la piste de Jaya est l’seul moyen qu’j’ai encore l’heure actuelle de retrouver ma nakama, alors j’voudrais pas rater l’rendez-vous.

Moralité, c’est l’heure de prendre ses clics et ses clacs, histoire d’aller en mettre ailleurs de ses fameuses claques.



Sans plus attendre et avec la détermination du mec qui sort enfin d’la léthargie, me v’là donc qui jaillis du casino à grandes enjambées, direction le port ou j’espère bien trouver un moyen d’passer outre la règle des vingt jours d’emmerde. Voler un log pose ? L’échanger de force avec le mien  à la limite ? Nan, au fil de mes pas j’me rends compte qu’il vaut pt’être mieux la jouer plus subtil ; et un nom m’vient alors en tête en lettres grasses : la Translinéenne. Et si j’dois arriver à Jaya par la voie des touristes et sur le dos d’une langouste géante, ben langouste il y aura ! D’autant qu’on m’a dit qu’elle était très bien cette langouste, très polie tout ça tout ça. Et puis j’ai vu pire faut pas se l’cacher.

J’range donc mes envies d’vol et d’violence pour sortir les biftons à la place, bien décidé à arriver à Jaya à temps et si possible toujours incognito. Quitte à affréter toute l’crustacé pour ma seule trombine tiens.




Alabasta, j’suis loin d’en avoir fini avec toi et tes dynasties en d’venir, mais pour l’moment j’suis pressé alors faudra attendre monsieur Ange del Flo.


- Attends moi Rachoupinette, j’arrive !
http://www.onepiece-requiem.net/t115-marine-toji-arashiboureihttp://www.onepiece-requiem.net/t154-fiche-de-toji
Page 1 sur 1