AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


[Mission 01 - Solo] Arc Gavin/Zarek - Ferraille et Retrouvaille

avatar
Baal Z. Aran
•• Lieutenant d'élite ••
Le Briseur de Rêves

♦ Localisation : Alvel, Grand Line

Feuille de personnage
Dorikis: 5042
Popularité: +226
Intégrité: 216

Mar 5 Aoû 2014 - 20:30

Ω Et voilà, je suis en route sur la petite île aux Jaguars. C'est ma première mission depuis que je suis Sergent d'Élite. Une vraie, enfin. Grosso merdo, je dois capturer Gavin Alphens, un dangereux criminel échappé il y a un an d'une prison. Son dada, c'est trouver de la marchandise de valeur pour le revendre au marché noire ou à des hommes encore plus menaçants que lui. Et il sait dégoter des produits rares et improbables aux bonnes personnes. La rumeur raconte qu'il aurait trouvé justement la version 3.4 des Pacifistas. L'Hespéride. Le plus coriace et le plus efficace des cyborgs que possède le Gouvernement Mondial pour traquer les utilisateurs de Fruit du Démon étant du mauvais côté de la loi. Évidemment, la Marine ne peut tolérer qu'un maudit malfrat puisse bidouiller et/ou refourguer une telle arme de guerre à un pirate. Alors on m'envoie moi. Le seul mec encore vivant qui connaît bien Gavin.

L'île où se refuge Gavin Alphens est peuplée exclusivement de faune tropicale dont l'espèce dominant est le jaguar. Pratique pour un homme recherché ayant mangé le Fruit du Félin modèle jaguar qui veut se la couler douce. Le hic, c'est que les habitants du coin chassent cette créature féroce en particulier. Sa peau est revendue à bon prix aux commerçants qui passent sur l'île. Mais les villageois traquent cet animal surtout parce qu'il fait des ravages dans les élevages et s'attaque parfois aux hommes. Alors, pas question de se cacher indéfiniment dans la flore locale. Et connaissant Gavin, il doit sûrement se planquer dans un dépôt abandonné à l'abri de tous regards indiscrets.

Heureusement pour moi, l'île aux Jaguars n'est pas très grande et possède que deux villages. Un portuaire un peu plus grand et un autre plus à l'intérieur de l'île. Les recherches seront rapides quand on sait où mettre son nez.

Il se fait tard. Les villageois rentrent chez eux après une bonne journée de chasse aux félins, de cueillette de fruits, de labourage de terre, de pêche et de commerce. Les derniers garde-ports terminent d'emballer leur marchandise sur les docks. Les habitants ont pas l'habitude de recevoir des voyageurs ou des Marines, ça peut surprendre. Généralement, il n'y a qu'un navire qui fait la liaison entre ce coin paumé et l'île civilisée la plus proche. Et le bateau qui assure la livraison de biens et qui achète les peaux de jaguars vient de partir.

Pour mener ma mission à bien, mon supérieur m'a donné une petite caravelle minable, trente soldats d'Élite et trois caporaux. Je pense pas vraiment me servir de mes hommes à la base, mais puisqu'ils sont là, autant les utiliser. J'aime pas trop m'encombrer de gus que je juge de tire au cul. Ils meurent plus facilement et savent pas survire dans les épreuves, même s'ils peuvent être efficaces sur le terrain pour casser du pirate. Moi, je suis plus performant en solitaire. Enfin bref!

Avant que ma caravelle s'amarre sur l'unique quai, je fais une piqûre de rappel à mes hommes. Tout le monde est au garde-à-vous.

Bon, comme vous le savez, Gavin est un sacré malin et un criminel sans scrupule. Et étant un ancien mafieux dans le genre discret, il est capable de vous tuer sans laisser la moindre trace. Donc, si vous parvenez à le localiser, agissez pas sous la précipitation et attendez mes nouvelles instructions.

Agir sous la panique est une erreur qu'on peut pas se permettre. Y'a des civils à protéger mine de rien, quoi que moi ce n'est pas mon problème majeur. Je dis juste ça par précaution. Gavin a certainement prévu notre arrivée depuis longtemps. Il est bien du genre à assurer ses arrières par n'importe quel moyen comme du chantage, se faire des otages, etc...

Je veux un caporal et dix hommes sur le navire prêts à tirer une canonnade ou exécuter n'importe quel changement de programme. Il serait pas étonnant de voir notre cible prendre la tangente si ça va mal pour lui.

Pendant que je fais mon discours, mes yeux sont rivés sur les berges qui approchent vites. J'observe attentivement les alentours du port et du rivage. Je suis pas du genre à perdre du temps, moi. Continuant mon inspection, je termine mes instructions.

Les autres, vous vous dispersez dans le premier village pour fouiller toutes les planques possibles. S'il est pas dans ce bled, poursuivez la mission dans le patelin suivant. Je vous rejoins après.
À vos ordres, Sergent!

Sans plus attendre, tous les soldats descendent de mon bâtiment et se déploient dans la localité au pas de course sans se préoccuper des derniers garde-ports. Quant à moi, je saute sur le quai, pile devant un des garde-ports. Voyant le débarquement et mon grade, le mec se demande ce qu'il se passe. Il me questionne alors.

Euh... Bonsoir. Que se passe t-il? Nous ne sommes pas habitués à recevoir des Marines ici, vous savez? J'imagine que si vous êtes là, c'est que c'est grave?
N'ayez crainte, monsieur. Je suis le Sergent Aran Z. Baal, envoyé en mission pour capturer un fugitif qui se cache sur votre île. Laissez-nous faire notre devoir sans vous inquiétez plutôt et tout ira bien.

Le gars doit avoir la trentaine à vue de nez. Ses cheveux sont bruns et il a une barbe mal rasé. Assez bien bâti, il est parfait pour jouer le gros bras. Il a même la tête du troufion qui obéit à un criminel. Avec quelques questions supplémentaires, je pourrais peut-être savoir qui il est vraiment, car les apparences sont souvent trompeuses.

Le garde-port charge sur ses épaules deux gros sacs et cale un coffre sous son autre bras. Voulant terminer mon enquête avec lui et inspecter les entrepôts, je prends alors d'une seule main une caisse.

Ça vous gêne pas si je vous aide à fourguer votre marchandise? J'ai encore deux ou trois questions à vous poser. Et je compte bien fouiller les dépôts à la recherche d'éventuel criminel. Non pas que je vous fait pas confiance, mais connaissant ma cible, il a certainement pu se cacher là sans que vous soyez au courant. Il est du genre très discret.
Pas de problème. Je vous écoute.

Il fait un signe de remerciement avec sa tête pour l'aide que je lui apporte et ouvre le chemin en direction du hangar. Je le suis pendant que d'autres garde-ports terminent leur chargement.

Vous savez si un homme est venu s'installer sur l'île y'a quelques semaines? Vue la taille de l'île, les nouvelles têtes se remarquent facilement.
Hmm, pas à ma connaissance. Les commerçants de passage livrent leurs produits et nous achètent les peaux de jaguars, mais jamais ils ne s'arrêtent. Les seuls qui font halte dans les villages sont des parents, des frères ou des cousins qui rendent visite à leur famille. Ils repartent toujours le soir. Et le dernier navire commerçant vient juste de quitter le port.

Le mec m'a répondu pratiquement sur le vif. Il a pas vraiment cherché longtemps pour ce que je lui demande. Quelques semaines, c'est déjà pas mal pour se creuser les méninges. Je garde un œil sur mon interlocuteur, car maintenant, je le soupçonne de me cacher la vérité.

Hmm, et vous savez si un jaguar se comporte différemment ces derniers temps dans le coin? Une bête plus féroce qu'ordinaire qui s'attaque qu'à ses congénères ou qui malmène vos chasseurs, ça vous dit rien?
Dur à dire, Sergent. Tout ce qui concerne la traque contre les jaguars, faut voir avec les braconniers. Ils pourront mieux vous expliquer que moi ou mes collègues. Moi, je m'aventure pas dans la jungle et je me contente de charger leur peau aux marchands.
Ok. Y'a jamais eu de vol de signalé depuis deux semaines? Même pas une petite bricole sans importance?

Souvent, on néglige les petites choses qu'on trouve inutiles. Et soustraire un petit truc à droite un autre à gauche ça fait du cumule mine de rien. Je suis sûr que des objets sont manquants. Que ce soit dans un entrepôt ou ailleurs, ça me donnera la certitude que Gavin se cache bel et bien sur cette île.

On est à deux pas du premier dépôt. Y'a aucune surveillance, juste une barrière qui fait le tour facile à traverser. N'importe quel imbécile serait capable de dérober n'importe quoi. Le garde-port se tourne vers moi tout en déposant sa caisse au sol, parce qu'elle est trop lourde et qu'elle glisse. Il la reprend et termine l'interrogatoire avant d'entrer dans le bâtiment en bois.

Je ne saurais pas trop vous réponde là. Laissez-moi un peu de temps et je vous dis ça.
Parfait.

Je dépose à mon tour la caisse parterre et je pénètre dans le hangar. Pendant qu'il décharge sa marchandise avec d'autres, je mène mon enquête. Visiblement, ça ressemble pas à une cache pour criminel ici. J'observe scrupuleusement chaque détail. Quand on fait pas attention, on remarque pas la trace de poussière laissée par un outil sur son établi par exemple. J'ai terminé mon petit tour. Je retourne voir le garde-port.

Alors?
D'après mes collègues, il ne manque rien.
Et d'après l'inventaire?

Je préfère être prudent. Immédiatement, il me passe la liste qui répertoire tout. Je feuillette rapidement, mais attentivement les dates et les signatures. Tout semble normal.

~~ Page 1 ~~
D'après un enregistrement en mémoire d'Aran Z. Baal, au bras d'acier
©odage by Hathor


Dernière édition par Aran Z. Baal le Mer 27 Aoû 2014 - 0:29, édité 5 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t7678-ce-titre-n-est-pas-original#94602http://www.onepiece-requiem.net/t7801-je-m-en-contrefiche
avatar
Baal Z. Aran
•• Lieutenant d'élite ••
Le Briseur de Rêves

♦ Localisation : Alvel, Grand Line

Feuille de personnage
Dorikis: 5042
Popularité: +226
Intégrité: 216

Dim 17 Aoû 2014 - 15:51

ω Un villageois s'approche du Caporal Wagner qui mène ses hommes dans la localité. Le gradé s'adresse à lui en le voyant, il pense le reconnaître.

Ah, bonjour. C'est vous qui avez fait appel à la Marine?
Oui, bonjour.
Vous avez lancé une rumeur comme quoi une machine appartenant au Gouvernement Mondial se trouvait sur votre île. Vous pouvez m'en dire plus? A priori, une technologie dans votre village ça se remarque.
Oui, en effet. J'ai pensé que c'était mon devoir de vous en informer quand je l'ai vu.

L'homme qui a prévenu les militaires est un vieux pêcheur, vivant tranquillement de ses poissons. Il a travaillé autrefois dans la Marine comme soldat. Vers la fin de sa carrière, il a perdu l'un de ses membres inférieurs qu'il a remplacé par une jambe de bois. Au départ, même si le vieillard était un fier combattant à l'époque, le G.M. n'a pas cru ses dires, mais il n'arrêtait pas de répéter ce qu'il avait vu à ses collègues et aux commerçants de passage. La rumeur s'est alors vite rependue autour de l'île. C'est pour ça que Baal est là. Si la rumeur est vraie, il doit récupérer impérativement l'Hespéride et capturer Gavin une bonne fois pour toutes.

Après avoir réfléchi quelques instants, le caporal continue son questionnement, totalement confiant à ce que raconte son interlocuteur.

Vous pouvez me décrire ce que vous avez vu exactement?
Oui, bien sûr. C'était un Pacifista.
Vraiment?
Je vous assure. J'en mettrais ma deuxième jambe à couper.
Et où l'avez-vous vu exactement?
De l'autre côté de l'île, il y a un îlot. On ne peut pas y accéder à cause des récifs. Aucun de mes collègues ne s'aventure là-bas à cause de la mer qui est trop dangereuse, mais moi j'y vais sans crainte pour y pêcher les meilleurs prises.
Hmm, et vous avez vu un homme transporter le cyborg là-bas, vous dites. Pouvez-vous me redire à quoi il ressemblait?

L'ancien soldat redonne sans problème la description qu'il avait faite il y a quelques jours à la Marine. Elle correspond exactement à Gavin. En se fiant aux paroles du vieux, le Caporal pense que lui et ses camarades sont sur la bonne piste. Reste à savoir où se cache le criminel, il pose alors sa dernière question.

Il est impossible de naviguer là-bas, mais vous pensez que quelqu'un ait pu se réfugier sur l'îlot?
Oh non, Caporal. Malgré la mer trop agitée dans le coin, l'îlot est trop petit et trop dangereux pour y établir un quelconque refuge.
Hmm, je vois. Je vous remercie.

Le Caporal n'arrive pas à imaginer que Gavin se cache dans les maisons, comme le pense son supérieur Baal. D'après ce que lui a dit le pêcheur, il y a de forte probabilité pour que le criminel se refuge à l'extérieur des deux villages, à l'abri de tout regard. La jungle serait le meilleur endroit.

Les soldats d'Élite ont terminé de fouiller la localité. Il n'y a rien qui laisse croire qu'un individu se planque ici. Alors, il est temps de passer au suivant. Les militaires se regroupent vers la périphérie du bled et attendent que Baal les rejoigne. Après avoir inspecté le dernier entrepôt et la capitainerie, le Sergent d'Élite se dépêche de venir voir ses hommes pour poursuivre la mission.

~~ Page 2 ~~
D'après un enregistrement en mémoire d'Aran Z. Baal, au bras d'acier
©odage by Hathor


Dernière édition par Aran Z. Baal le Mer 27 Aoû 2014 - 0:52, édité 7 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t7678-ce-titre-n-est-pas-original#94602http://www.onepiece-requiem.net/t7801-je-m-en-contrefiche
avatar
Baal Z. Aran
•• Lieutenant d'élite ••
Le Briseur de Rêves

♦ Localisation : Alvel, Grand Line

Feuille de personnage
Dorikis: 5042
Popularité: +226
Intégrité: 216

Dim 17 Aoû 2014 - 15:53

ϕ Situé sur le toit d'une maison aux abords de la jungle, près de la route qui mène à l'autre village, une ombre se glisse sur les tuiles pour écouter attentivement la discussion des militaires. Discret, l'individu mystérieux observe calmement le groupe de Marines. L'inconnu reconnaît immédiatement le meneur de la troupe. Silencieusement, il souffle un mot malgré lui.

Lui...

Autrefois, l'homme perché sur le toit et Baal s'étaient battus à cause de leur envie trop divergente. L'un souhaitait intégrer un équipage pirate en formation, l'autre ne voulait pas que cela n'arrive. En effet, le jeune Marine trouvait idiot qu'un gamin de 16 ans puisse désirer ardemment naviguer sous un pavillon noir, surtout quand l'équipage est formé d'adolescents insouciants jouant les pirates au milieu de forbans plus abominables qu'eux. Non seulement c'est stupide de se mettre du mauvais côté de la loi sous prétexte de s'amuser, mais en plus c'est risquer sa vie face à de terribles flibustiers.

Mais l'heure n'est pas à la vengeance, aujourd'hui est un jour particulier. L'homme sur le toit a d'autres projets en tête. Chercher à punir celui qui l'a empêché de joindre ses amis à l'époque risquerait d'entraver son objectif immédiat. Il réfléchit alors quelques instants tout en comptant le nombre de Marines présents. Les soldats ne sont pas une menace pour lui, seul Baal reste un véritable danger. L'homme mystérieux pense qu'il vaut mieux l'avoir de son côté pour remplir son but.

L'épieur sait beaucoup de choses et devine d'autres facilement. Il est au courant que Gavin se cache sur l'île et qu'il possède un Hespéride. Il est évident que la Marine n'est pas là pour lui, ce qui le laisse croire qu'il est sur la bonne piste. Il se décide alors de se dévoiler pour avoir plus de chances de son côté et d'éviter que les hommes de la justice lui tombent sur le dos pendant qu'il réalise son objectif.

Sortant de l'ombre, l'individu se redresse sur ses jambes pour présenter sans crainte sa silhouette aux Marines. Son apparence est celle d'un jeune homme âgé entre 25 et 30 ans. Bien bâti, on voit que l'homme jusque-là mystérieux dégage une aura sereine et pleine de vitalité. Ses cheveux sont bruns et il porte sur lui un cornet de marrons chauds qu'il déguste avec délice. La lune éclaire son visage aussi clairement que le jour. Après avoir reconnu l'homme sur le toit, les soldats braquent immédiatement leur fusil.

Sergent, un pirate là-haut. Qu'est-ce qu'on fait?

Baal ne dit rien. Lui aussi il le reconnaît et pas avec joie. Il le dévisage encore comme pour s'imprégner de quelque-chose. Le silence est vite rompu par le pirate. Mâchouillant ses marrons, il s'adresse à Baal sans gêne.

Tiens, tiens. Que vois-je? Aran Z. Baal, "Le Briseur de Rêves". Je présume que tu es là pour Gavin?

Baal veut en placer une, mais le jeune homme continue son petit monologue sans la moindre peine et tout en suçant un à un ses doigts encore sales.

Moi qui voulais le battre avant que la Marine n'arrive, c'est raté...
Tu m'as l'air un peu trop informé, Brown John "aux marrons"... Au lieu de parler de tes envies, dis-moi ce que tu veux plutôt.
On veut tous les deux la peau de Gavin, n'est-ce pas? Alors, je te propose mon aide. En échange des informations que je vais te donner, je veux que tu me promettes de ne rien faire pour m'arrêter. Et je veux combattre Gavin seul à seul. Tu n'as rien à perdre si c'est moi qui pars l'affronter. Tu n'auras qu'à le cueillir quand il sera dans les pommes.
Et qu'est-ce que tu as à nous offrir?
Je sais précisément où notre cible se planque. Même si on s'est déjà collé quelques marrons tous les deux par le passé, je sais que tu peux être sympa et qu'on peut s'entendre. Alors t'en dis quoi?

Le Caporal Wagner n'est pas du genre à faire des pactes avec les ennemis du Gouvernement Mondial. Sans scrupule, il s'adresse à son supérieur.

Monsieur, ne l'écoutez pas. Il essaie de vous tromper. Les pirates sont tous les mêmes. Laissez-nous lui régler son compte.
Non. Même à vous tous, vous n'y arriverez pas.
Alors, réglez-lui son compte.
Non.

Baal sait que tous les pirates ne suivent pas le même chemin de la barbarie et de la cruauté comme les Ombres du Chaos. Certains suivent les voies de l'aventure et de la liberté.

John est de ceux qui ont choisi de vivre selon leur désir, même si cela va à l'encontre du Gouvernement Mondial. Il faut le voir comme un petit garnement capricieux qui préfère faire l'interdit et pousser les limites jusqu'au bout, juste parce que ça l'amuse. Avec son esprit bagarreur, John a combattu à plusieurs reprises des officiers de la Marine, des chasseurs de primes, des civils, des Révolutionnaires et des pirates ayant mangé un Fruit du Démon. Se fichant pleinement de l'identité et du rang de son adversaire, le jeune homme aime traquer les utilisateurs de Fruit et les défier. C'est son nouveau hobby. Il veut prouver au Monde qu'on peut remporter des victoires sans être maudit.

Baal réfléchit devant cette proposition. Avoir John avec lui peut être un atout bénéfique. Il peut lui faire confiance, car le pirate n'est pas du genre à faire des coups fourrés. Le jeune homme est juste un peu bagarreur, rien de plus. S'il meurt face à Gavin, c'est toujours mieux que si c'était un Marine. Dans le pire des cas, l'officier l'arrêtera à lui seul s'il le faut. Le Sergent d'Élite ordonne alors à ses soldats de ranger leur arme.

Tu peux descendre sans crainte, John.

Obéissant immédiatement, le jeune pirate saute de son toit et atterri pieds joints au milieu des Marines. Les soldats reculent un peu et rangent leur fusil à contre cœur. Aussitôt, John se met à charger en fonçant tête baissée sur Baal. Tous les soldats reprennent alors leur arme à feu en un instant. Le jeune homme saute sur le Sergent d'Élite et lui fait un câlin à la grande surprise de tout le monde.

Bordel! Mais qu'est-ce que tu fais? Lâche-moi!

John desserre son étreint.

Je voulais te remercier à ma façon. J'ai découverts une nouvelle passion grâce à toi. Si tu ne m'avais pas empêché de rejoindre les Arc-en-ciel Pirates dans ma jeunesse, j'aurais certainement perdu du temps avec des imbéciles.

Baal recule de deux pas par précaution. Concentré dans sa mission, il demande au pirate de le guider.

Mouais, si tu le dis. Conduis-nous à son repère plutôt et illico.
Ok, ok. Suivez-moi. C'est par ici.

Le groupe sort du village portuaire et commence à marcher en direction du deuxième patelin. Trop anxieux, le Caporal Wagner demande à son supérieur s'ils peuvent vraiment faire confiance au pirate.

~~ Page 3 ~~
D'après un enregistrement en mémoire d'Aran Z. Baal, au bras d'acier
©odage by Hathor


Dernière édition par Aran Z. Baal le Mer 27 Aoû 2014 - 1:08, édité 6 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t7678-ce-titre-n-est-pas-original#94602http://www.onepiece-requiem.net/t7801-je-m-en-contrefiche
avatar
Baal Z. Aran
•• Lieutenant d'élite ••
Le Briseur de Rêves

♦ Localisation : Alvel, Grand Line

Feuille de personnage
Dorikis: 5042
Popularité: +226
Intégrité: 216

Lun 25 Aoû 2014 - 18:49

Ω Elle est bien belle la Marine... Pirate et Marine qui traquent un criminel, du jamais vu. Je sens que tous mes hommes sont pas chauds de faire la mission en compagnie d'un forban, surtout le caporal Wagner.

On a un peu moins d'un kilomètre à faire avant de joindre le prochain bled. Le chemin parcourt la jungle et à cette heure-ci, les créatures sont plus hostiles que d'habitude. Heureusement que nous sommes de l'Élite et que mes hommes ont pas peur. De toute façon, on a pas le choix pour aller à l'extrémité de l'île, il faut la traverser de part en part. Et tant qu'on passe par le deuxième village, je préfère vérifier que Gavin soit pas là avant qu'on s'enfonce dans la jungle inutilement.

John est a côté de moi à quelques mètres. Il tient ses distances, car je peux toujours lui faire obstacle si je veux. Je le surveille d'un œil au cas où il ferait l'idiot, mais je sais que ça n'arrivera jamais. C'est juste par précaution, il reste pirate. Histoire de passer le temps comme mes soldats qui se parlent entre eux, je m'adresse à lui.

Le Briseur de Rêves, hein?
Bah quoi, tu n'aimes pas ton petit nom? C'est pourtant ce que tu as fait aux Arc-en-ciel Pirates. Et certainement à d'autres...
Mouais.

On est pas si ennemi que ça. Moi, je l'aime bien. On peut parler sans se déclarer la guerre. C'est le genre de personne qui irait cent fois mieux dans mon équipe, car c'est un homme plein de ressources et qui n'a pas froid aux yeux. Et face à un adversaire, il cogne sans hésiter. Du moins, il en demandait encore lorsqu'on s'est bastonné à l'époque. Je continue mon dialogue pour faire plus connaissance vu qu'il a changé maintenant.

Hé, John.
Hmm?
Pourquoi tu veux taper les utilisateurs de Fruit du Démon? De base, ils t'ont rien fait.
Tu m'as cassé mon rêve initial. J'avais besoin de trouver une autre occupation et un autre but avant que l'ennui et la déprime me rongent.
Je veux pas te faire la moral, mais tu sais qu'il y a mieux comme vie, non?
Bah quoi, c'est une vie comme une autre. Je suis prêt à mourir pour poursuivre mon rêve. Je veux être libre.

Ça me rappelle Zarek qui me parlait de choix, de liberté et de responsabilité à l'époque où je l'avais rencontré. John est jeune et limite insouciant du danger qu'il risque de rencontrer en poursuivant la voie qu'il a choisi. Je sens une nette différence entre John et Zarek.

Mouais. Tu pourrais réaliser ton rêve plus facilement si tu étais du bon côté de la loi.

John glousse un rire. Il n'a pas l'air de croire à ce que je dis. Ce n'est pas parce qu'on a été pirate une fois et avec une prime qu'on peut pas devenir Marine. Il suffit de voir Old Crow ou même les Capitaines Corsaires.

Tu veux me faire rentrer dans la Marine? Ahahah! Laisse-moi rire. Tu me vois vraiment en uniforme, prêts à obéir aux ordres du premier con?
Hé, mec. La Marine régulière, c'est de la merde. Moi, je te parle de l'Élite. La meilleure!
Ça reste la même chose pour moi.
Détrompe-toi, John. On a moins de papiers, moins de problèmes de protocoles et on est surtout plus libres. Par exemple, je m'en bâts les couilles de sauver l'île si les villageois étaient tous menacés par Gavin. Car ma mission et de le capturer et par tous les moyens. Tu vois le genre?
Je vois.
Disons que je trouve idiot qu'un gamin pleine de vie comme toi choisisses la voie de la piraterie. Estimes-toi heureux que je sois pas comme beaucoup de Marines plus à cheval sur la politique du Gouvernement Mondial. Si je détecte un gars comme toi, je vais essayer de le raisonner plutôt que de le tuer ou de le capturer.

John se rappelle du discours que je tenais à l'époque où je voulais l'empêcher de rentrer dans l'équipage des Arc-en-ciel Pirate. Il sait que je suis parfaitement intègre et que j'ai toujours eu ces principes. Il me regarde quelques instants avec une certaine admiration et un certain respect. Il reste récalcitrant.

C'est trop tard de toutes façon. La Marine ne voudra pas d'un gars indocile comme moi. Puis, quel officier accepterait de me prendre dans ses rangs, hein?

Je le regarde à mon tour dans les yeux. Je me veux être sincère dans mes paroles.

Et moi je suis quoi?
Tu es vraiment sérieux? Ahahah! Tu peux oublier alors. Je te l'ai dit, il est trop tard maintenant.
Il est jamais trop tard. Réfléchis.

Il est jamais trop tard pour celui qui accepte la rédemption. Jamais.

~~ Page 4 ~~
D'après un enregistrement en mémoire d'Aran Z. Baal, au bras d'acier
©odage by Hathor


Dernière édition par Aran Z. Baal le Mer 27 Aoû 2014 - 1:16, édité 3 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t7678-ce-titre-n-est-pas-original#94602http://www.onepiece-requiem.net/t7801-je-m-en-contrefiche
avatar
Baal Z. Aran
•• Lieutenant d'élite ••
Le Briseur de Rêves

♦ Localisation : Alvel, Grand Line

Feuille de personnage
Dorikis: 5042
Popularité: +226
Intégrité: 216

Lun 25 Aoû 2014 - 18:50

ϕ Gavin est bien présent sur l'île. Il a terminé son œuvre ici en réparant du mieux qu'il a pu le fameux Hespéride que la rumeur parle. L'ex-mafieux voit une aubaine unique de revendre le cyborg à un certain pirate solitaire adepte des appareils complexes. Ce forban veut avant tout le scanner du robot 3.4, mais il préfère avoir la machine de guerre au complet pour l'étudier plus facilement. L'homme-jaguar attend que son client vienne chercher le Pacifista pour pouvoir partir de l'île et empocher son argent. Gavin est un peu anxieux, car son acheteur est en retard et ça ne lui ressemble pas.

Soudain, le Den Den Mushi de Gavin sonne. Nonchalant, l'ex-mafieux décroche l'escargophone. Il espère entendre la voix de son acquéreur, mais c'est celle de son sbire qui se fait entendre à la place. Il s'agit d'un garde-port autre que celui qui a parlé avec Baal qui le prévient si un danger imminent arrive sur l'île. Le criminel s'attend à une mauvaise nouvelle, son visage devient froid et son ton est sévère.

Patron?
Qu'il y a t-il?
Des Marines sont à votre recherche. Il y a une trentaine d'hommes et à leur tête un Sergent d'Élite.

C'est un Commandant d'Élite qui a capturé autrefois Gavin. Le criminel estime qu'un homme avec un grade en dessous ne sera pas un problème sans compté qu'il a tué l'officier qui l'a mis aux fers immédiatement après être sorti de prison. Toutefois, il garde rancune pour une seule et unique personne qu'il juge responsable de son malheur: Aran Z. Baal. Le cyborg est le dernier Marine encore en vie qui connaît bien Gavin et qui est surtout capable de l'arrêter.

Qui mène les soldats?
Le Sergent Aran Z. Baal, patron.
Très bien. Et il sait où se trouve ma planque?
On dirait bien, patron.

Gavin ne s'attendait pas à revoir de sitôt Baal. C'est plutôt une bonne surprise finalement. De son temps libre, Gavin mettait au point une machine pour capturer Baal et préparait un plan diabolique pour le faire tomber dans un piège. Il sourie de toutes ses dents à l'idée de pouvoir tuer une bonne fois pour toutes l'homme qui l'a plongé dans le malheur.

Tu peux partir, maintenant. Je n'ai plus besoin de toi.

Gavin raccroche l'escargophone. Depuis qu'il s'est installé sur l'île, il s'est toujours attendu à recevoir des Marines. Même si son client peut se débarrasser facilement des soldats et de Baal, l'homme-jaguar préfère faire le nettoyage avant qu'il n'arrive, ça ne fait pas sérieux. Puis, c'est une question personnelle.

Gavin se tourne en direction de la seule entrée possible. Il branche un appareil fixé sur la paroi rocheuse de la grotte qui constitue son repère. Une fois cela fait, il vérifie encore une fois que l'Hespéride est prêt à attaquer tous les Marines. Le criminel ne prépare rien de plus. Normalement, tout devrait fonctionner selon son plan. L'homme-jaguar se tourne ensuite vers son bureau, là où se trouve une personne enchaînée et bâillonnée.

Finalement, tu vas peut-être servir à quelque-chose...

Désormais, Gavin attend son heure de gloire. Il est impatient de voir Baal dans ses griffes comme dans l'ancien temps.

~~ Page 5 ~~
D'après un enregistrement en mémoire d'Aran Z. Baal, au bras d'acier
©odage by Hathor
http://www.onepiece-requiem.net/t7678-ce-titre-n-est-pas-original#94602http://www.onepiece-requiem.net/t7801-je-m-en-contrefiche
avatar
Baal Z. Aran
•• Lieutenant d'élite ••
Le Briseur de Rêves

♦ Localisation : Alvel, Grand Line

Feuille de personnage
Dorikis: 5042
Popularité: +226
Intégrité: 216

Mer 27 Aoû 2014 - 14:08

ω Les Marines se dispersent maintenant partout dans la localité. Baal et John s'avancent ensemble jusqu'au centre de la place principale. Les habitants se demandent ce qu'il se passe. Certains sortent sur le seuil de leur maison pour voir ou pour répondre aux questions des soldats, d'autres observent scrupuleusement devant leur fenêtre. Les militaires expliquent aux villageois qu'un criminel se cache sur leur île et commence à fouiller les bâtisses.

Un braconnier s'approche du Sergent d'Élite et du pirate à grands pas. John n'est pas un forban très connu et aucun villageois ne le reconnait. Par contre, assuré de voir un Marine, l'homme s'adresse à Baal volontiers. Il pense que les militaires sont là pour l'aider.

Ah, bonjour. Je me présente, je m'appelle Wallace. J'ai fait appel à la Marine il y a quelques jours au sujet de la disparition de mon fils. Je commençais à croire que la Marine avait refusé de nous aider à chercher mon fils.
Navré d'être directe, mon gars. Mais on est pas là pour votre garçon. Je suis de l'Élite, pas de la régulière. Notre boulot et nettement différent. On est là pour casser du pirate et non pour jouer à cache-cache avec des civils.
Que... Comment ça?
Ouah! T'es vachement directe, Baal.

John se détourne ensuite de l'officier pour parler à l'habitant.

Ce que veut dire le Sergent d'Élite, monsieur, c'est qu'ils sont là pour capturer un fugitif qui se planque sur votre île.
Un fugitif, vous dites? J'ignorais qu'un type se cachait chez nous... Il est dangereux?
Oh oui qu'il l'est. Bon, maintenant, restez calme et sortez pas de votre village pour votre sécurité. On s'occupe du reste.

Le braconnier est sans voix. Baal prend sans plus attendre John par l'épaule et l'emmène à l'écart pour lui parler intimement.

Ça signifie qu'une chose, Gavin est bien là et il n'hésitera pas à se servir de son otage.
Tu vas faire quoi pour son fils?
On verra ça une fois sur place. Je te l'ai dit, je suis de l'Élite et c'est pas ma priorité. Ça fait chier, mais c'est comme ça.
P'tain, mais en fait t'es un vrai salaud, Baal, hein?
Je déteste laisser des victimes innocentes derrière-moi, mais il faut y aller de l'avant. Toujours. Tu comprendras ça quand tu auras un peu plus de kilomètres au compteur... Bon, maintenant allons-y.

Baal regroupe ses hommes en ignorant le regard accusateur et empli de tristesse de John. Le pirate ne l'imaginait moins indifférent envers son prochain, surtout s'il est Marine. Le Sergent d'Élite commence à donner ses ordres.

Inutile de rester plus longtemps ici, les gars. Allons faire la peau au Jaguar et traînons pas!

Les soldats abandonnent le village et s'enfoncent dans la jungle noire. Baal se demande quel genre de piège Gavin a prévu pour les accueillir et réfléchit silencieusement comment il va faire pour éviter les dégâts collatéraux. Le cyborg ne le dit à personne, mais c'est un homme pris de remords et de peine. Il y a tant de vie qu'il aurait pu sauver et qu'il a échoué. Il se renferme dans son entêtement en croyant dur comme fer que seuls les plus vigoureux peuvent s'en sortir, quelque soit la manière. Ne jamais compter sur personne et foncer.

Le pirate remarche volontiers à côté de Baal pendant que les soldats ouvrent le chemin au travers de la forêt luxuriante. Tout est étrangement calme et le Sergent d'Élite ne s'en rend même pas compte tellement il est plongé dans ses pensées. John voit tout comme le Caporal Wagner que le cyborg est ailleurs.

Baal? Ça va, mec?
Laisse-le tranquille, pirate. Je t'interdis de t'approcher de lui. Tu le déranges pour rien.

Soudain, sortant d'une fougère, un jaguar saute sur le sous-officier au niveau de la gorge, mais John, concentré sur les alentours plutôt que sur les remarques du gradé, intercepte l'animal à temps. Il donne un magnifique coup au ventre, ce qui propulse l'animal loin derrière. Bientôt, toute une horde de jaguars apparaît. Ne se laissant pas intimidé par la contre-attaque de John, les créatures féroces se lancent les unes derrière les autres pour semer la pagaille dans le groupe. Les Marines répliquent avec leur fusil ou avec leurs poings. Baal aussi se jette sur les félins sans hésiter, tout comme John.

Courage, les gars! Ce sont que des bêtes de rien de tout ça.

Les Marines luttent pour leur survie avec acharnement pendant que pour John et Baal c'est de la rigolade. Chacun de son côté, ils tabassent les jaguars un à un. Au bout du compte, ils ont abattu plus de félins que les soldats. Les créatures commencent alors à fuir comme des chiens dans une seule direction.

Dépêchez-vous les gars! M'étonnerait pas que ces bestioles soient envoyés par Gavin pour nous arrêter. Suivons-les, ils nous mèneront sûrement à son repère.
Sergent, avec tout le respect que je vous dois, est-ce vraiment prudent? C'est peut-être pour nous attirer dans un piège...
Justement, Gavin va croire qu'on va droit dans son piège, alors on se bouge! Capiche?

Tout le monde s'active pour suivre les jaguars dans la jungle. Il n'y a eut aucun blessé, tout semble aller pour le mieux. Dans la précipitation, le Caporal Wagner se retrouve près de John malgré lui. C'est avec dégoût qu'il remercie John de l'avoir sauvé. Pendant que les Marines s'avancent de plus en plus vers leur objectif, le Den Den Mushi de Baal sonne. C'est le Caporal à bord de la caravelle qui parle.

Sergent?
Ouais?
On est à l'endroit que vous nous avez indiqué. La mer est trop agité par ici, mais on a repéré une crique en face d'un îlot. Je pense que Gavin s'est installé là-bas.
D'accord. Normalement, tu devrais bientôt nous voir approcher. On va bientôt sortir de la jungle. Surveille bien l'entrée de la crique. Il ne faut pas qu'il s'échappe!

Et comme prévu, les Marines débouchent d'un instant à l'autre au bord de la falaise. Baal voit son navire au loin. Les jaguars ont disparus.

Ça y est, je vous vois. La crique est à votre gauche.
Merci. Bon, on va faire un petit bonjour, ça ne devrait pas prendre trop temps. Terminé.
Gotcha.

~~ Page 6 ~~
D'après un enregistrement en mémoire d'Aran Z. Baal, au bras d'acier
©odage by Hathor
http://www.onepiece-requiem.net/t7678-ce-titre-n-est-pas-original#94602http://www.onepiece-requiem.net/t7801-je-m-en-contrefiche
avatar
Baal Z. Aran
•• Lieutenant d'élite ••
Le Briseur de Rêves

♦ Localisation : Alvel, Grand Line

Feuille de personnage
Dorikis: 5042
Popularité: +226
Intégrité: 216

Mer 27 Aoû 2014 - 19:42

Ω Mes hommes descendent la falaise et s'aventurent doucement dans la crique. La roche est glissante à cause de l'humidité ambiante. Je suis juste derrière eux. John est à côté de moi. Normalement, si tout se passe bien, on devrait trouver une grotte. On arrive enfin au bout de quelques minutes. D'un premier regard, on voit personne, juste l'Hespéride au milieu de la cavité. La machine de guerre est affreusement abîmée, mais elle tient encore parfaitement debout comme un soldat de fer gardant l'entrée. Pendant que mes hommes s'entassent pas loin de moi, j'analyse la situation. Je cherche où est le piège. Je vois sur le côté un appareil qui m'est inconnu et du matos pour le parfait mécano' et un bureau. Soudain, sortant de l'ombre, une silhouette s'approche et s'arrête à droite du Pacifista. Mes braves soldats braquent immédiatement leur fusil sur lui. Gavin commence alors à parler en faisant un signe de la main pour dire stop.

Olah, Marines! Ne vous approchez plus ou je vous expédie tous en Enfer. Je ne rigole pas, j'ai de quoi vous tuer en un clic.

En un clic? Il parle de l'Hespéride? Sachant pas les intentions de Gavin, je prends ses paroles très au sérieux. Il est bien capable de tout. J'ordonne à mes compagnons de rien faire et d'attendre mes instructions, mais de le garder en joue. J'attends de voir ce que le criminel veut, car il aurait largement pu partir avant notre arrivée. Il doit sûrement attendre une personne. J'aime pas ça!

T'es pas en position de nous menacer, Gavin.
Vraiment? Tu es toujours aussi têtu, Baal.

Bluff ou non, il est temps d'en finir rapidement. J'ai pas fait tout ce chemin pour parler comme si de rien n'était. J'ordonne à mes soldats de faire feu tout de suite, mais Gavin se place rapidement derrière le Pacifista et appuis sur une sorte de manette. Aussitôt, toutes les armes sont éjectées sur le côté et... moi aussi. C'est tout mon corps, et plus particulièrement, mon bras mécanique qui est aspiré vers l'appareil que j'ai vu tout à l'heure. Ma carcasse métallique, tout comme les fusils et les sabres se cognent violemment contre une paroi lisse. Maudite machine, j'aurai pas du te négliger. Le champ magnétique me bloque, je peux rien faire. Je constate avec effroi qu'on va passer un sale quart d'heure. Je crie de toutes mes forces.

Repliez-vous! Cherchez pas à le battre, vous y arriverez pas.

Trop tard, le criminel active l'Hespéride, la machine se lance illico contre mes hommes. Un tire de laser vient faucher une bonne moitié en un seul coup. John, le Caporal Wagner et les autres ont esquivé à temps. Tout le monde fui comme je l'ai demandé, sauf John. Il se tient face au Pacifista pour montrer qu'il a des couilles et pour protéger mes gars. Il saute sans hésiter vers le robot et balance tout ce qu'il a avec ses poings en visant la tête et le torse. L'androïde encaisse, mais il attrape le jeune pirate d'une pince et vient le plaquer au sol sans chercher à le tuer, comme s'il s'en foutait complètement. Le cyborg poursuit alors les Marines avec acharnement, telle est sa nouvelle programmation.

Gavin veut pas voir un gamin mettre hors service le Pacifista. Il faut dire qu'il est vachement endommagé et le moindre coup en trop pourrait l'arrêter temporairement ou pour de bon. Je sais pas où il l'a choppé et comment il a su le réparer, mais l'Hespéride conserve encore la force pour se battre. Est-ce celui qui a participé à la bataille pour protéger la basse Nasse? Qu'importe, ce robot est beaucoup trop puissant pour tout le monde, même en étant sacrément cabossé. L'homme-jaguar s'adresse alors à John avant d'entamer un duel contre lui.

J'ignore qui tu es, mais tu n'es certainement pas un Marine, gamin. Qui es-tu? Tu vas vivement le regretter de t'en prendre à moi si tu continues.
Je suis celui qui va te mettre la raclée de ta vie!
Ahahaha. Baal tenait le même discours lors de notre première rencontre. Regarde-le, il ne peut rien faire. Je vais te faire qu'une bouchée!

La situation devient extrêmement critique. John affronte sans aucune chance Gavin, mes hommes sont aux prises avec une arme du Gouvernement censé tuer les utilisateurs de Fruit du Démon étant du mauvais côté de la loi et moi, je suis incapable de bouger. Je me doutais qu'il y aurait un piège, mais de là à se faire massacrer en deux deux, je me suis mis le doigt dans l'œil jusqu'à l'omoplate. Et bien profond. Je sais pas quoi faire pour sauver mes hommes. J'imagine que Gavin me garde encore envie pour qu'il me tue de ses propres mains, histoire de se venger.

Si seulement je pouvais reprogrammer l'Hespéride... Il s'attaque au Caporal Wagner à coup de bras et de pied. Mon homme se prend un méchant coup et vient voler dans un coin, complètement séché. Le reste arrive pas à dégager de la grotte, le cyborg leur coupe la route à temps et balaye trois de mes soldats d'un seul coup de bras. Je suis énervé de voir mon impuissance. Je hurle de rage.

Gavin frappe son adversaire sous forme mi-humain, mi-animal. Ses gros bras de jaguar développent des muscles puissants capables de pourfendre l'acier. La force de Gavin est un atout important, mais John se déplace trop rapidement et gesticule dans tous les sens pour éviter de se manger des coups. Il reste sur la défensif pour l'instant. Je me demande s'il va pouvoir contre-attaquer un jour. Le jeune pirate fait un bond en arrière pour prendre de la distance et attire sa cible vers lui, exactement comme il a prévu.

Marron 5!!

Aussitôt, John balance avec une précision impressionnante cinq marrons sur sa cible. Deux sur les pectoraux, deux autres sur les épaules et un sur le front. Le plus remarquable, c'est que Gavin hurle de douleur. En tout cas, on peut dire qu'il s'est pris des marrons! La force des tires est telle que l'homme-jaguar recule malgré lui. Il a pas dirigé cette contre-attaque, il se propulse à quatre pattes à la manière d'un félin et se rue sur John. Le jeune pirate fait des sauts en arrière et réfléchit à ce qu'il peut faire pour l'intercepter dans son élan. Moi, je peux que crier de rage contre Gavin.

Raaahh!! Gavin, arrête ça tout de suite! C'est moi ton adversaire!

Bien sûr, il répond pas, il est beaucoup trop occupé à malmener John qui bouge dans tous les sens. Une vraie plie électrique celui-là. En parlant d'électricité, j'ai peut-être une idée pour couper l'alimentation de l'appareil qui me retient. Soit j'aggrave mon cas, soit je me libère pour de bon. Sombracier, mon bras droit, est à l'horizontal par rapport au sol, pointé exactement là où il faut.

Electro Shot!!

Je décharge un tire électrique sur le générateur de la machine qui produit le champ magnétique. Ça surchauffe d'un coup, puis, ça explose. Aussitôt, je tombe sur mes pieds au milieu des armes qui raisonnent bruyamment. Gavin a sûrement oublié que mon canon peut balancer des éclairs. Maintenant, je peux participer au combat. Le criminel saute à la gorge de John, il cherche à la déchiqueter sauvagement. Le pauvre pirate se débat comme il peut. J'envoie mon harpon qui vient transpercer les côtes du félin et je le tire d'un coup vers moi. John est mobilisé au sol pendant un temps, tellement la douleur est insupportable. Il perd pas mal de sang.

Attaque-toi à quelqu'un de ta taille, Gavin. Et viens prendre ta raclée.

Gavin peut rien faire, il se mange le bout de Sombracier en plein dans sa face. Il tombe à la renverse. Je vais pour le taper encore, mais il bloque mon poing et coupe d'un coup de griffe le fil de mon harpon. J'enchaîne alors quelques frappes, histoire de m'échauffer un peu. Maintenant, j'espère que John va s'occuper de l'Hespéride, même s'il veut absolument finir son travail.

Il reste bientôt plus beaucoup de monde de valide, juste un soldat et John. Le Pacifista utilise à nouveau son laser. Il le charge, mais le jeune pirate dévie le tire en frappant dans son bras. L'explosion nous frôle, moi et Gavin. Bordel, il se fiche que je sois à côté de cet raclure de criminel pour le tuer ou quoi? Je le voyais pas comme ça, le John. Le cyborg propulse en arrière le pirate pour pouvoir accomplir son boulot et s'attaque à mon dernier homme. Seulement, John revient à la charge assène un puissant coup sur la nuque. Le robot baisse la tête et cesse de fonctionner subitement. Sans plus attendre, le gamin bidouille le colosse de fer et retire de son corps un scanner. Abandonnant son désir de tabasser Gavin, il court rapidement vers la sortie avec une main sur sa blessure, me laissant seul face au criminel.

À plus, les loosers. Je  viendrais te faire une visite de courtoisie en prison un de ses quatre, Gavin, ahahaha.

Je laisse filer John, car je suis pas là pour lui. Ça fait quand même chier de le voir prendre la tangente avec le scanner en main. Heureusement que c'est pas précisé que l'Hespéride doit être complet et en état. Et que c'est facultatif. D'un autre côté, je dois bien remercier John, il l'a mis hors d'usage pour moi. Maintenant, je peux me concentrer davantage sur Gavin, ça me facilite la tâche.

~~ Page 7 ~~
D'après un enregistrement en mémoire d'Aran Z. Baal, au bras d'acier
©odage by Hathor
http://www.onepiece-requiem.net/t7678-ce-titre-n-est-pas-original#94602http://www.onepiece-requiem.net/t7801-je-m-en-contrefiche
avatar
Baal Z. Aran
•• Lieutenant d'élite ••
Le Briseur de Rêves

♦ Localisation : Alvel, Grand Line

Feuille de personnage
Dorikis: 5042
Popularité: +226
Intégrité: 216

Jeu 28 Aoû 2014 - 0:25

ϕ Il y a quelque-chose que personne ne sait pas, c'est que Gavin Alphens travaille pour le redoutable Ral Zarek "le Voleur de Foudres". Si l'homme-jaguar a réparé le Pacifista, c'était pour le lui donner. Cela dit, ce qui intéresse plus que tout le Supernova, c'est surtout le scanner poussé de l'Hespéride. De cette manière, il pourra tuer les utilisateurs de Fruit de Démon et de revendre leur Fruit pour financer ses recherches.

Zarek est en approche de l'île avec son parapente et fonce dangereusement sur la caravelle. Les Marines à bord le remarquent tardivement et commencent à tirer dessus avec leur fusil, mais le pirate envoie la foudre s'abattre sur le pont. Avec sa machine complexe, le Supernova est capable de capturer les éclairs et de le libérer sur ses adversaires. Tous les soldats sont grillés/paralysés/tués sur place en un éclair. Zarek débarque dans la foulée sur le navire en repliant son parapente. Il plonge ensuite dans l'eau sans vérifier si d'autres militaires étaient présents. Après quelques brasses dans la mer agitée, il parvient à entrer dans la grotte. John s'apprête à sortir. Zarek est bien d'humeur à le laisser partir, mais il tient en main un objet qui l'appartient, alors il envoie une décharge précise. John lâche sous le coup intense de la projection le scanner que Zarek récupère au vol. D'un air amical, le pirate s'exclame.

Je te remercie, l'ami.

Baal voit avec stupeur la silhouette de son ancien ami et reconnaît aussitôt la voix. La peur le saisit. Inconsciemment, il baisse sa garde. Il souffle malgré lui.

Zarek... Encore lui...

Baal et Zarek se sont beaucoup croisés au cours de leur vie, surtout ces dernières années. Et la plupart du temps, le pirate repart toujours en laissant pour mort le Sergent d'Élite. Le Marine ne sait jamais comment prendre "le Voleur de Foudres" au point de ne plus savoir s'il faut le haïr ou l'admirer. Le forban solitaire semble être contant de revoir son ami cyborg et s'adresse à lui avec sérénité.

Moi aussi je suis heureux de te revoir, Baal. Je vois que tu as encore survécu à nôtre dernière rencontre. T'es vraiment un dur à cuir, héhéhé.

Profitant du manque de vigilance de Baal, Gavin donne un puissant coup sur Sombracier et enchaîne d'autres frappes sur le corps du cyborg. Le Marine ne peut pas répliquer et recule pour éviter les griffes de son adversaire. Il peine à suivre le duel, il préfère prendre un peu plus de recule pour pouvoir contre-attaquer.

Zarek s'apprête à remercier Gavin pour son travail en s'approchant de l'Hespéride inerte. Seulement, l'androïde se remet à s'activer avec des intentions incertaines, voir complètement imprévisibles. Le robot charge et tire un laser en direction de Zarek, ce qui n'était pas dans le contrat. L'automate est maintenant incontrôlable et s'en prend à n'importe qui. Et ironie du sort, c'est que le pirate solitaire croit qu'il n'a pas été programmé du tout pour tuer les Marines et que le robot est à sa puissance maximale. Zarek pense que son ennemi métallique est bien trop puissant et équipé pour pouvoir le battre. Alors, vu qu'il a déjà le scanner, qu'il n'a pas vraiment besoin du Pacifista pour ses projets et qu'il peut toujours continuer ses recherche sans l'aide de Gavin, il n'a donc plus rien à faire ici. Il décide de partir. Avant de tourner les talons, il exprime une dernière parole pour son vieille ami, entièrement persuadé que Baal n'arrivera à rien à cause de l'Hespéride.

Bonne chance, Baal. À une prochaine, je suis sûr que tu vas t'en sortir.

L'encouragement de Zarek énerve encore plus Baal qu'autre chose. Il aurait voulu avoir une conversation avec lui plutôt qu'un échange furtif. Malheureusement pour le Marine, le Supernova préfère agir sagement en ne restant plus une minute de plus à cause du danger que représente le Pacifista fou. Il sait quand on peut se battre et quand il faut éviter. Après avoir raté son tire sur Baal, l'Hespéride s'en prend à nouveau au "Voleur de Foudres" qui esquive facilement. Le pirate solitaire plonge alors dans l'eau qui s'engouffre dans la grotte et entre dans le sous-marin monoplace de Gavin. L'homme-jaguar n'est pas contant, car son seul moyen de quitter l'île vient de partir sous son nez. Il est trop tard pour arrêter Zarek de fuir...

Pendant que Baal contre-attaque, John se remet doucement de son choc. Le Pacifista le détecte et charge vers sa nouvelle cible. Le jeune pirate ne le voit pas venir et se prend le coup qui l'éjecte au loin. Le pauvre John se relève tant bien que mal. Sa blessure à la gorge est très sévère, il aimerait bien prendre la tangente lui aussi. Mais s'il tente de plonger, il risque de mourir à cause de ses efforts pour nager, ce qui ouvrirait davantage la plaie.

~~ Page 8 ~~
D'après un enregistrement en mémoire d'Aran Z. Baal, au bras d'acier
©odage by Hathor
http://www.onepiece-requiem.net/t7678-ce-titre-n-est-pas-original#94602http://www.onepiece-requiem.net/t7801-je-m-en-contrefiche
avatar
Baal Z. Aran
•• Lieutenant d'élite ••
Le Briseur de Rêves

♦ Localisation : Alvel, Grand Line

Feuille de personnage
Dorikis: 5042
Popularité: +226
Intégrité: 216

Jeu 28 Aoû 2014 - 1:39

Ω Bordel, tout devient pénible. J'aurais Zarek un autre jour, mais je pige pas pourquoi il a filé alors qu'il aurait pu me mettre la raclée. L'Hespéride commence vraiment à me les briser, je me sens désespérément seul face à mon adversaire. Cela dit, je me sens beaucoup plus fort que notre dernière rencontre et Gavin le sait également. Je crois même qu'il redoute sérieusement mes capacités. Il faut juste que je trouve un moyen pour que le Pacifista cesse de nous prendre pour cible. Même s'il vise tantôt le criminel, ça me gêne pour pouvoir le battre pleinement. Maintenant qu'on est arrivé à ce stade, il est temps que je termine mon devoir.

Soudain, le cyborg nous départage et attaque Gavin à coup de pince, il parvient à le chopper à la gorge. C'est une aubaine pour asséner mon plus grand coup. Je place mon poing en arrière et je charge de toutes mes forces le bout de mon canon dans le ventre de l'ex-mafieux. Son corps est redevenu humain à cause du Granit Marin, il va avoir du mal à encaisser celle-là.

Electro Punch!!

Je décharge l'électricité dans tout son corps, ça bloque temporairement ses muscles. Autrefois, il endurait mieux que ça. Je trouve que Gavin s'est beaucoup ramollie depuis qu'il s'est évadé de prison. Il hurle de douleur tellement le choc est puissant. Je dois bien remercie l'androïde qui m'a aidé pour ce coup-là, mais je dois le mettre hors d'usage avant qu'il m'attaque. Je cherche à le déconnecter, mais il me repousse en relâchant sa prise sur moi. Dans la foulée, il saute dans ma direction en m'assénant un poing tellement puissant qui me fait vaciller.

Gavin reprend sa forme animal après avoir soufflé quelques secondes. On dirait qu'il a vu la mort de très près. Il charge sur le robot pour se venger, le cyborg est propulsé au loin, complètement inerte. Il est maintenant et définitivement hors d'usage. Le criminel a bien l'attention d'en finir avec moi et il a plutôt intérêt s'il veut pouvoir quitter l'île en toute sécurité. On profite de cet instant pour retrouver notre esprit et notre force. Il s'exprime d'un ton sévère et pleine de rage.

C'est la dernière fois que tu viens entraver mes travaux, Baal.
Exact, car je vais te foutre en taule après t'avoir fait mordre la poussière!

Sans plus attendre, il me charge tête baissée. Il me donne une série de coups que je bloque avec mes bras. Il parvient à créer une ouverture dans ma défense et me frappe de toutes ses forces. Je vois le poing venir. Je repenses alors à l'enseignement de mon supérieur. Il faut que mon corps soit de l'acier pur et dur, un véritable roc inébranlable. Je durcis du mieux que je peux mes muscles.

Tekkaï!!

Le poing s'encaisse sur mon torse, je sens ses os se fracturer sous l'impact, mais je sens aussi mon Tekkaï se briser. Je manque encore de pratique, car ça a fait que retarder la douleur. Je flanche légèrement, mais je tiens toujours bon. Gavin recule par précaution et réplique.

Tu me surprends, mais ce n'est pas assez pour me battre. Tu es peut-être devenu plus fort avec le temps, mais rien n'égale la force que procure mon Fruit. Tu vas mourir!
J'ai rien à foutre de tes menaces. Je te l'ai dit, tu vas morfler.

Je me lance illico pour éviter qu'il fasse de même. Je tire une succession de boulets avec mon canon, il fait des bonds pile à l'endroit que je veux. Je saute alors dans sa direction et je frappe de tout ce que j'ai via la duplication de forces de Sombracier.

Punch Impact!!

Gavin se prend mon poing en pleine poire, il en perd même une dent et crache du sang. Il titube et recule d'un pas comme si je lui faisais peur. Il est épuisé. Il se déplace lentement vers son bureau, je continue de marcher vers lui sans crainte. Il prépare quelque-chose, mais il perd son temps.

Tu ferais mieux de te rendre, Gavin. C'est terminé.
Ne crie pas victoire prématurément. Regarde, un pas de plus et j'égorge l'adolescent.

Gavin place un otage qu'il a gardé depuis tout ce temps devant lui avec une patte sous le cou. Je me doutais bien que je devrais avoir affaire à ce genre de situation et ça m'énerve. Intérieurement, ça me chagrine, mais extérieurement, ça me fait ni chaud ni froid. C'est ce que je veux lui montrer. Il faut toujours gagner du temps pour éviter que l'otage meurt.

Et que vas-tu après si tu tues ton prisonnier, hein? Tu as réfléchi à ça au moins?

Pendant que je le discret avec des paroles, j'envoie mon grappin sur la jambe de l'adolescent pour le ramener en sécurité vers moi et charger. Il tombe à la renverse sous la tension de mon câble et Gavin a le temps que de couper une mèche de cheveux. Je percute d'un coup d'épaule mon adversaire. Il vient d'user sa dernière carte pour rien. Je bouscule alors le criminel qui tombe en arrière. Je donne alors un bon nombre de poings sur son visage déjà amoché et sur son torse. Il bloque quelques coups, mais il est vite dépassé. Il a perdu. K.O.

~~ Page 9 ~~
D'après un enregistrement en mémoire d'Aran Z. Baal, au bras d'acier
©odage by Hathor
http://www.onepiece-requiem.net/t7678-ce-titre-n-est-pas-original#94602http://www.onepiece-requiem.net/t7801-je-m-en-contrefiche
avatar
Baal Z. Aran
•• Lieutenant d'élite ••
Le Briseur de Rêves

♦ Localisation : Alvel, Grand Line

Feuille de personnage
Dorikis: 5042
Popularité: +226
Intégrité: 216

Jeu 28 Aoû 2014 - 15:32

Ω Il est l'heure de ramasser les blessés et de compter les morts. J'ose à peine regarder autour de moi. Ça va faire sale dans mon rapport, je le sens. Je commence par enchaîner Gavin avec le nécessaire et libérer l'otage qui s'est pissé dessus.

Hé, du calme, petit. Y'a plus de danger, tu es enfin libre.

L'ado' est encore sous le choc, tout s'est passé vite. Je le laisse se remettre de ses émotions pendant que je rassemble mes hommes. Je réveille le toubib et les valides. Lentement, mes soldats qui peuvent bouger et aider se lèvent tant bien que mal. Le médecin commence son travail dans un silence de mort. Je lui ai dit de pas s'occuper de moi et du gamin. Le plus mal au point c'est John. Le doc' lui fait le nécessaire pour arrêter l'hémorragie. Mes Marines peuvent encore tenir un peu.

Sergent, on fait quoi de ce pirate. On l'embarque avec nous aussi?
Non. Laissez-le. Je lui ai donné ma parole que je ferai rien pour le capturer. On l'aura un autre jour.
Mais, c'est un pirate...
Écoute, soldat. J'ai dit, non, c'est non. Capiche?
Euh à vos ordres, mon Sergent.

Je suis pas d'humeur à crier. Mes hommes ont presque fini d'être soigné pour les plus mal au point. On va pouvoir rentrer bientôt. Je me tourne vers le Caporal Wagner pour lui donner mes nouvelles instructions.

Caporal Wagner.
Oui, Sergent?
Prend avec toi le reste de l'équipage et l'Hespéride et charge Gavin en cale. Faites le tour jusqu'au port et attendez mon retour.
Sergent?
Caporal?
Vous ne venez pas avec nous?
Non. J'irai plus vite en retraversant la jungle. J'ai une personne à remettre au village.
Très bien. À vos ordres.

Le Caporal Wagner se retourne après avoir fait le salut militaire.

Bon, vous avez entendu le Sergent? On se bouge! Et plus vite que ça!

Je fais signe à l'ado' de venir avec moi en lui demandant s'il peut marcher. Pas si timide que ça, il s'approche de moi et commence l'escalade avec moi. Arrivée en premier au bord de la falaise, je lui tends la main pour l'aider à monter. On entre ensuite dans la jungle par le chemin que j'ai tracé tout à l'heure. Je rassure le petit en lui affirmant qu'il y a plus de jaguars dans les parages. Rassuré, il me suit à côté de moi. Au bout d'un moment, il me parle enfin.

Je... Je vous remercie infiniment, monsieur. Je croyais que c'était fini pour moi.
Ni pense plus, mon gars. C'est de l'histoire ancienne. Pense à ton avenir et ça ira mieux. Crois-en mon expérience.

Au bout de quelques minutes, on arrive au village central. En me revoyant arriver avec le fiston, le braconnier court en direction de son môme et le serre dans ses bras. Il jubile comme pas permis, un truc de dingue. Il galère à parler tellement il est en extase. Je quitte la scène sans demander mon reste, mais le père me rattrape.

Merci, merci beaucoup, monsieur. Je ne sais pas comment vous remercier.
Pas de quoi, c'est mon boulot. Maintenant, si vous le voulez bien, je dois y aller.
Vous ne voulez pas rester ce soir? Au moins pour fêter ça?
Désolé, monsieur. Je suis en service. Au revoir.
Au... Au revoir et merci encore.

Je rejoins rapidement le port. Je saute sur ma caravelle. Aussitôt sur le pont, mon équipage s'active pour mettre les voiles et quitter enfin cette île pourrie. Il est temps de remettre l'Hespéride à la division scientifique et Gavin en prison. Mine de rien, je suis quand même heureux d'avoir pu être utile dans la Marine d'Élite. Je fais enfin quelque-chose de concret. Depuis le temps...

~~ Page 10 ~~
D'après un enregistrement en mémoire d'Aran Z. Baal, au bras d'acier
©odage by Hathor
http://www.onepiece-requiem.net/t7678-ce-titre-n-est-pas-original#94602http://www.onepiece-requiem.net/t7801-je-m-en-contrefiche
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1