AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Le Bunker de l'horloge.

Yukikurai
Yukikurai
No-Body
♠ Cavalier de la révolution ♠

♦ Localisation : Clock Work

Feuille de personnage
Dorikis: 5464
Popularité: 465
Intégrité: -280

Mer 6 Aoû 2014 - 20:33

Après les aventures ou les mésaventures survenues sur la deuxième ile, Yuki et la plupart des membres de l’équipage étaient contents de retrouver le calme du Divergence. Enfin, ils savouraient le calme avant la tempête qu’ils risquaient de rencontrer sur la mer de tous les périls. L’équipage avait semble-t-il acquis suffisamment d’expérience dans la navigation pour ne plus se perdre constamment. En effet, ils venaient d’essuyer une tempête et pour la première fois depuis qu’ils étaient sur grand line sans véritable navigateur, ils avaient réussi à maintenir le cap. C’était réellement un exploit quand l’on sait le temps qu’ils avaient mis pour atteindre l’ile des animaux.

Quel ne fut pas la surprise de Yukikurai lorsque le lendemain de la tempête, la cloche de la vigie retentit. Cela annonçait terre en vue. C’est excité, mais à la fois anxieux  de se rendre compte qu’ils avaient tourné en rond, qu’il sortit sur le pont. Rigolez pas, ils en sont tout à fait capables.

« Alors, ça donne quoi ? »
- Ben terre en vue à 2h.

« C’est pas possible. Il est déjà 15h, elle ne peut pas être à 14h. Huhuh. Mais aïe, ça fait mal. »
« T’as qu’à pas être aussi lourd, Mr Boulet. »
« Décris-nous ce que tu en vois. »

- Ben, il y a l’air d’y avoir beaucoup de récif, certains sont tellement haut que je n’arrive pas bien à distinguer l’ile.
« Ok ! »
« Ok tout le monde, on va se préparer à réduire la voilure dès qu’on distingue les premiers récifs. Allez tout le monde à son poste. »


Les ordres étaient pour une fois correcte et exécuté comme il faut. Le navire perdit donc de la vitesse à l’approche des amas rocheux. Quel ne fut pas la surprise de Yuki qui s’était posté à la proue du bateau, de se rendre compte qu’il n’y avait pour ainsi dire que des cailloux qui sortaient de l’eau. Il lui semblait pourtant qu’on lui avait dit que cette ile était habitée.

Ne voyant pas de chemin navigable, Yuki intima au navire de virer de bord. Ce que le navigateur avait déjà commencé à faire. L’équipage avait compris que bien souvent, les ordres du capitaine arrivait un peu tard et ils avaient appris à prendre les décisions de survie aux même.

Le Divergence continua de voguer ainsi lentement en contournant l’ile en se dirigeant vers le sud, en tournant anti-horlogiquement. Le vent ne soufflant pas très fort et la voilure étant faible, le bateau mit une heure pour effectuer un quart du tour de l’ile. Ils auraient été bien plus vite en s’éloignant des côtes et de faire le tour à pleine vitesse, mais bon, les choix de l’équipage et du capitaine n’étaient pas encore parfait.

Bakasaru commençant à perdre patience et espoir, il quitta son poste d’observation et alla voir le navigateur. Enfin, celui qui a le log pose au poignet.
« Alors, tu es sûr que c’est la bonne ile ? Parce qu’avec la chance qu’on a je suis étonné qu’on l’ait atteinte aussi vite. Puis, il n’y a que des cailloux. »
- Je suis d’accord avec toi, capichef. Mais l’aiguille du log pose ne cesse de pointer vers le centre de cette impénétrable mer d’aiguille. Vous n'avez qu’à rester à côté de moi pendant qu’on avance. Vous verrez ça pointe toujours vers la gauche du navire.

C’est ce que le capitaine fit. Il observa l’aiguille et les rochers et en effet, le log pose était catégorique, il tournait belle et bien autour de la troisième ile. Quand la mer d’aiguille rocheuse prit fin, Yuki ressortit sur le pont. S’étendait à présent des bas-fonds qui obligeait le navire à poursuivre sa rotation. Le sol sous-marin était des plus étranges, mais avec le miroitement de l’eau et les vagues impossible de voir autre chose qu’une masse sombre. En suivant le bas-fond, le regard du jeune homme remarqua que celui-ci semblait remonter jusqu’au gros ilot qu’ils apercevaient à présent.

Ce qui ressemblait d’abord à un rocher comme un-autre, s’avéra être en fait une place forte avec des canon pointé dans tous les sens. Une belle petite muraille et de grande porte en acier. Quand ils arrivèrent au niveau du bunker, ils aperçurent des mats de bateau plus au nord. D’un commun accord, ils continuèrent jusqu’à un port de fortune installer à l’abri des marrées entre trois pics. Il y avait des pontons en bois qui permettaient d’amarrer les bateaux. A part les trois navires lourdement armé pour des bateaux civils, il n’y avait âme qui vive dans le port. Le Divergence accosta sans trop de problème et s’amarra fermement à un des poteaux encastrés dans le roc.

Yuki partit en éclaireur avec Bouly et un petit groupe, pour voir si ce bunker était habité. Pour ce faire, ils durent emprunter un pont suspendu prenant appuis sur plusieurs éperons rocheux. Enfin, Yuki apercevait la porte d’acier droit devant lui.


Dernière édition par Yukikurai le Mer 10 Sep 2014 - 17:27, édité 6 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
Yukikurai
Yukikurai
No-Body
♠ Cavalier de la révolution ♠

♦ Localisation : Clock Work

Feuille de personnage
Dorikis: 5464
Popularité: 465
Intégrité: -280

Mer 20 Aoû 2014 - 20:43

« Vous avez vu cette merveille ? »
« Non, de quelle merveille tu parles ? Je ne vois aucun canon, ni joli fille. »
« Je parle de ces portes en acier. Déjà à cette distance je peux vous dire que c’est du bon travail. Et vu avez vu, ils l’ont recouvert de je ne sais pas quoi. A mon avis ça la protège des agressions des vents salins. Il n’y a pas la moindre trace de corrosion. »
« Mais tu es vraiment un gros malade, on dirait que l’acier c’est tout ta vie. »
« Ben  oui ! Et je ne vois pas ce que ça a de choquant pour un forgeron. Tu ne t’es jamais entendu parler de tes canons et de tes boulets. Tu es bien pire que moi. Je ne fais que des constatations. »
« Oui, qui n’intéresse personne. Puis, c’est faux je ne suis pas ainsi. Dis moi quand, je t’ai parlé ainsi d’un canon ? Vas-y ! »
« C’est facile. Pas plus loin que lorsqu’on était sur l’ile précédente et que tu m’expliquais en quoi avoir un gros canon sur le navire était primordiale. »
« Ok, mais moi c’est d’utilité publique. Tu seras content de l’avoir mon canon quand on rencontrera un cuirassé de la marine. »
« Et toi tu seras content que ton beau canon, il ne rouille pas. Donc découvrir ce qu’ils ont mis sur la porte est important aussi. »
-  Les enfants !
« Touche moi cette porte, on dirait qu’elle est chromée. La classe. »
– Bordel chef, on va rester là à regarder cette porte encore longtemps ?
« Ha oui, euh. Bouly, tu parles, comme ça moi je peux passer inaperçu. On ne sait jamais qu’ils n’aiment pas les gens qui ont une prime sur leur tête. »

Passer inaperçu, tu parles. Car pendant ce temps de l’autre côté du mur de protection, deux sentinelles observent l’arrivée de nos héros depuis que ceux-ci ont commencé leur manœuvre d’amarrage. Voyons ce qu’il s’est passé de l’autre côté en suivant les commentaires, j’espère savoureux de José et Carlos.
Le Bunker de l'horloge. Statle10
« Et Carlos, vient voir. »
« Quoi José ? Quoi ? »
« Tu vois le navire sans étendard ? »
« Oui, celui qui est en train de faire le tour de l’ile au ralentit et dans le mauvais sens pour trouver le port. »
« Oui. Ben avec une perte de temps d’à peu près une heure, facile, ces petits comiques ont enfin trouvé l’ouverture du port. »
« Ok, à ta longue vue mon gros José. On va observer leur organisation pour estimer à quoi on a affaire, mais vu le temps qu’il leur a fallu, à mon avis on risque pas grand-chose. »
« On fait comme d’hab quoi. Une chose est sûr, c’est pas des marines. Tu as vu ça leur manœuvre ressemble à rien. »
« C’est à se demander comment ils ont fait pour arriver jusqu’ici. »

« Hohoho ! Ça y est, un groupe quitte le navire et dirige droit vers nous. Heureusement qu’ils ont fini, cinq minutes de plus et je mourais de rire, moi. »
« Et héhé, moi donc Carlos. Et moi donc. »
« Je te parie que ce sont des pirates qui ont pas encore de drapeau ou qui sont pas assez couillu pour l’afficher clairement. »
« Mais, non ! Tu vois plus claire mon vieux. C’est des civils utopiques qui veulent découvrir le monde. »
« Qui tu traites de vieux, je n’ai que dix jours de plus que toi papy. »

« Oui, oui. Mais… Mais putin, qu’est-ce qu’il fait celui-là ? »
« Il est tombé amoureux de notre porte ou quoi ? »
« Regard ça il la caresse, maintenant. »

BOOM, boom, boom !
« OYE, OYE! Il y a quelqu’un ? On souhaiterait pouvoir entrer.»

« Je regard vite fais dans les avis de recherche. Toi tu fais ton rapport au garde des portes. »
« Ça roule. »
Gotchac ! « La porte ici pépé, heu José. Les gens à la porte vous pouvez les laisser rentrer, ce sont des clampins. »

« Je confirme et pas de tête primée. C’est bon. »

IIIIIIIIIIIIIIIiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Porte qui s’ouvre.
- Bienvenu sur l’ilot de l’horloge. C’est petit, mais vous trouverez une auberge ou l’autre pour attendre que votre log pose soit rechargé.
« Ok, merci bien. »
« Dite votre porte, elle est chromée ? »
-  Oui pourquoi ?
« Simple curiosité. Merci. »

Le petit groupe attendit d’être hors de vue des deux montagnes de muscle qui gardaient l’entrée et ils se séparèrent.

« Tu vois, du chrome trop classe. »
« Rappel moi pourquoi je devais parler ? »
« Ben pour que je me fonde dans le groupe au cas où. »
« Et demander si c’est du chrome c’est discret ? »
« Ho, c’est bon. Il avait l’air gentil. »
« Oui et surtout armé et entrainé. »
« Oui ! Bon, on se reprend. Rendez-vous dans une heure. On cherche, l’auberge, les boutiques et à savoir pourquoi l’ile est aussi refermée sur elle-même. A dans une heure. »


Dernière édition par Yukikurai le Mer 10 Sep 2014 - 17:32, édité 3 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
Yukikurai
Yukikurai
No-Body
♠ Cavalier de la révolution ♠

♦ Localisation : Clock Work

Feuille de personnage
Dorikis: 5464
Popularité: 465
Intégrité: -280

Jeu 21 Aoû 2014 - 18:23

*Bon, ben moi, je vais me boire une bonne bière. Les autres feront bien ce que j’ai demandé.*

C’est bien connu, faites ce que je dis, pas ce que je fais. Yukikurai parti donc à la recherche d’un bar où il pourrait assouvir son envie d’une bonne bière bien fraiche. Le garde à l’entrée n’avait pas menti en leur disant bien venue sur l’ilot de l’horloge. En marchant tout droit cinq minutes à peine, il arriva de nouveau au mur d’enceinte. Il lui avait semblé prendre une rue principale, mais il ne vit pas de magasin, d’auberge et encore moins de bistrot. Il fit demi-tour et fit le chemin inverse en prêtant plus attention à ce qui l’entourait. Il aperçut finalement l’enseigne d’un bar à cinq mètres de là où ils s’étaient séparés. S’il n’avait pas fait semblant de rien au début, il ne l’aurait pas raté.

Il entra finalement dans le bar où pendait l’enseigne : Au fut de chêne. Un bar comme beaucoup d’autre, pas plus miteux, pas plus classe que bon nombre de bar dans lequel le jeune homme était déjà entré. Classique et propre. Yuki se dirigea au bar où il y avait quelques clients. Le bar n’était ni vide, ni rempli, un bar quoi. Par contre le barman n’avait pas l’air le plus chaleureux du monde. Mais au taquet en tout cas.

- Alors qu’est-ce que je lui sers au Monsieur ? demanda le barman avant même que Yuki n’ait le temps de s’assoir sur un tabouret du bar.
« Une bonne bière, s’il vous plait. »
- Cela fera 250 Berry.
« Waou, c’est pas donné ça. J’espère qu’elle est bonne.  Voici. »
- Et voilà votre bière.

. . .

* Il est pas loquace, le barman. Il aurait dû me répondre que c’est la meilleure de cette voie. C’est pas lui qui va m’en apprendre plus sur cette ile. Enfin, qui ne tente rien n’a rien.*
« Ça fait longtemps que vous vivez ici ? Moi, je viens d’arriver. »

- Ça se voit.

. . .

« Les murs, ils protègent des tempêtes ? »
- Entre autre.

. . .

* Purée, il me les broute celui-là. Dernière question, puis j’abandonne.*
« Elle est petite votre ile, pour une ile de Grand Line, vous vous en sortez pour la nourriture ? »

- On s’en sort.
*J’abandonne !*

Yuki but sa bière tranquillement. Ce n’était pas la meilleur qu’il n’ait jamais bue, mais elle lui fit plaisir, car sur l’ile des animaux, impossible de se procurer de la bière. Il regarda l’heure et repris une bière qu’il sirota en attendant l’heure du rendez-vous fixez avec les autres. Après son deuxième verre, il sortit du bar et attendit les autres au point de rendez-vous. Tout le monde arriva à l’heure, sauf Bouly qui se faisait attendre. Ils commencèrent le débriefing sans l’attendre.

- Moi, j’ai trouvé une auberge. Elle n’est pas exceptionnelle, mais on pourra s’y reposer si l’on veut. Par contre, c’est super chère. Enfin, il me semble.
- Même chose pour moi, je suis rentré dans un petit magasin, les prix affichés sont exorbitants. En plus le vendeur n’avait pas l’air chaud pour vendre de grosse quantité qui permettrait de refaire notre stock.
« Oui, moi aussi j’ai trouvé que leur bière était super chère. »
« Quoi ? J’ai essayé d’en apprendre plus sur cet ilot, mais j’ai déjà eu des conversations plus passionnantes avec un singe. »

« Qu’est-ce qu’il fout ce Boulet ? »

« Wow WoW ! Lâchez-moi. J’ai rien fait. »
PAF !

« Je crois qu’on vient de retrouver Bouly. »


Dernière édition par Yukikurai le Mer 10 Sep 2014 - 17:37, édité 3 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
Yukikurai
Yukikurai
No-Body
♠ Cavalier de la révolution ♠

♦ Localisation : Clock Work

Feuille de personnage
Dorikis: 5464
Popularité: 465
Intégrité: -280

Lun 25 Aoû 2014 - 21:58

« Bon ! On ne panique pas. Je m’occupe de les suivre et de récupérer cet étourdi. Vous, vous allez acheter de quoi manger et retourner sur le navire comme si de rien n’était. Je la sens pas cette ile, mais on reste calme et on fait profil bas. »

Le petit groupe qui accompagnait Yuki semblait sous le choc, mais il savait qu’ils allaient se ressaisir. Ils étaient tous intelligent et en récupérant leur calme, ils comprendraient que les ordres de leur capitaine étaient judicieux. Pour l’instant il ne devait pas se faire de soucis pour eux, mais plutôt pour Bouly. Cette ville était faussement accueillante. Il y a des signes qui ne trompent pas. Le fait que la ville ressemble plus à un bunker qu’à une ville, les gardes armés à l’entrée de la ville. Les marchands pas très causant. L’instinct du révolutionnaire aux cheveux bleu lui disait que ça sentait le despote. Lorsqu’il était sur les Blue, il avait eu l’occasion de se rendre sur des iles ou il y avait un despote, un tyran et souvent l’ambiance ressemblait à cela.

Le forgeron commença sa filature et bien vite les automatismes revinrent, malgré qu’il y ait longtemps qu’il n’en ait plus faite. Il faut croire que c’est comme le vélo, que ça ne s’oublie pas. Il n’eut aucun mal à les suivre dans la rue principale, mais bientôt les gardes s’approchaient du mur d’enceinte. Ce qu’il craignait, arriva, ils entrèrent dans une maison accolée au mur. Yuki était obligé d’attendre dehors. Il continua son chemin pour jeter un œil à l’intérieur de la maison, mais il y avait des brises vue qui l’empêchait de voir clairement à l’intérieur. Il décida donc de se poster en planque un peu plus loin en vue de la porte. Il dut entendre une bonne heure avant de voir ressortir les deux gardes qu’il avait vu entrer. Cette maison était-elle une prison ? Voilà la question que se posait Yuki. Si c’était une prison, cela était étrange qu’il n’y ait aucun barreau apparent. Pour en avoir le cœur net, il décida d’aller jeter un œil depuis les toits.

Une ruelle, il lui fallait une ruelle pour atteindre les toits en doute discrétion. Il pénétra dans la première ruelle sombre qu’il trouva, il jeta un rapide coup d’œil devant, derrière et en deux bonds se retrouva accroché à une gouttière. Une traction plus tard, il était sur un toit. Il se rendit vite compte qu’il devrait faire attention, car la muraille était un peu plus haute que les toits et il voyait des silhouettes qui s’y baladaient. Il eut peur de devoir attendre l’obscurité pour pouvoir se déplacer facilement sur les hauteurs, mais les gardes étant très routinier, ils laissaient des temps mort pour se déplacer.

Il fila sur les tuiles avec une vitesse et une souplesse qu’il ne se connaissait pas. Il n’y a pas à dire, il n’y avait pas que mentalement où il avait fait du chemin depuis son départ d’Inu Town. Comme un véritable fantôme planant au-dessus des maisons, Yuki arriva sur la bâtisse voisine de celle où Bouly devait se trouver. Le forgeron se cacha derrière la cheminée et observa le lieu de détention. Il lui semblait de plus en plus bizarre. On ne voyait aucun barreau, aucun garde et une des fenêtres à l’étage était ouverte. Il attendit donc que les sentinelles rentrent à nouveau dans leur tour. Puis, il s’élança et plongea pour passer au travers de la fenêtre ouverte. Il se réceptionna avec un cumulet, puis observa la pièce. Elle ressemblait à une chambre tout à fait normale. Yuki explora rapidement l’étage et pas âme qui vive. Il descendit et en effet, son intuition était bonne, ce n’était pas une prison. Il ne rencontra personne avant dans rentrer dans la pièce arrière. Là deux homme était assis à jouer aux cartes. Avant qu’il n’ait le temps de bouger, Yuki assomma celui qui lui tournait le dos d’un coup de coude. Il agrippa ensuite le cou de l’autre.

« Où est passé le type au cheveux orange qui est rentré ici tout à l’heure? »

L’homme lui pointa la porte qui était à moitié caché à côté d’une armoire, d’un doigt tremblant. Yuki serra un peu plus fort qu’il s’évanouisse, puis il le replaça sur sa chaise. Il emprunta ensuite la porte qu’il lui avait désignée. La porte était verrouillée, mais les clés étaient sur la serrure. Il se retrouva alors dans un petit couloir qui traversait la muraille au vu de la fraicheur qui y régnait. Il descendit quelques marches, puis se retrouva devant une porte, fermée elle aussi. La clé ne semblait pas être là, mais un judas permettait de voir de l’autre côté. Et de l’autre côté c’était la mer, mais si on levait un peu le regard, on avait une vue directe sur un autre ilot tout aussi grand que celui-ci.

La porte étant fermée, Yuki fit demi-tour pour être repartis avant que les deux hommes en uniformes ne se réveillent. Il ressortit par la même fenêtre et refit le chemin à l’envers. Il se laissa retombé sur le plancher des vaches et reparti pour le bateau. Il fallait qu’il fasse le point.


Dernière édition par Yukikurai le Mer 10 Sep 2014 - 17:46, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
Yukikurai
Yukikurai
No-Body
♠ Cavalier de la révolution ♠

♦ Localisation : Clock Work

Feuille de personnage
Dorikis: 5464
Popularité: 465
Intégrité: -280

Jeu 28 Aoû 2014 - 17:32

Lorsque Yuki arriva sur le navire, il constata que les autres membres de l’expédition étaient bien rentré et qu’ils avaient acheté de quoi faire un bon petit repas. Yuki expliqua la situation au reste de l’équipage pendant le repas. Puis, lorsqu’il fut rassasié, il sortit sur le pont pour prendre l’air. Il observa la mer, les rochers et le bunker en repensant à ce qu’il savait. Et bien, il ne savait pas grand-chose. La ville était fortifiée pour une quelconque raison. Les gens semblaient agir bizarrement envers les étrangers. Il devrait y a avoir une explication à tout ça. Surtout où avait-il emmené Angelo et pourquoi ?

Alors qu’il commençait à faire sombre, une explosion lumineuse attira le regard de Yuki. Une fusée de détresse, comme celle qu’ils avaient utilisé sur l’ile des animaux venait d’explosé au-dessus d’un autre éperon rocheux. Le message de Bouly avait été bien vu par ces compagnons, mais pas que par eux. Sur le rempart et même sous l’eau ont avait vu le flash lumineux vert. En plus d’attirer ses amis, il risque d’avoir attiré également des petits curieux.

« Les gars venez voir-ça ! C’est une de nos fusées de détresse ça. Il n’y a que Bouly pour se balader en permanence avec ça. »
- Pour sûr chef. Il s’est même fait son stock personnel. Parait que c’est comme un mini canon.
« Larguez la chaloupe, il me faut deux personnes avec moi. On va là d’où vient le signal. »

Pendant qu’une partie de l’équipage descendait la barque, un homme rattrapa le capitaine qui allait chercher ses affaires pour l’expédition.
- Chef, Chef !
Maintenant que vous avez expliqué la situation. Je comprends mieux ce que j’ai cru voir tantôt.
« Et qu’est-ce que tu as vu ? »
- Ben une barque qui semblait provenir du bunker et se diriger vers l’ilot là-bas. J’ai cru que c’était des pécheurs, mais ça devait sans doute être ceux qui ont déposé Bouly là-bas.

Déterminé Bakasaru revint sur le pont du navire et sauta dans la chaloupe où l’attendait déjà deux gaillards bien musclés. Ils se relayèrent pour ramer et mirent moins d’une demi-heure pour atteindre l’autre ilot. La mer intérieure était vraiment calme grâce à tous les obstacles rocheux qui formaient l’archipel.

Ils arrivèrent sur une pente douce ce qui leur permit de remonter leur embarcation hors de l’eau. Ils vérifièrent qu’elle était bien coincée puis partirent à la recherche de Bouly. Cet ilot avait l’air tout aussi grand que celui sur lequel ils venaient de passer. Il semblait même plus grand, sans doute à cause des murs qui enfermaient l’autre rocher. Le paysage était assez spécial pour nos héros. Ils avaient devant eux les restes d’une ville après un cataclysme. Les maisons effondrées côtoyaient les toits envolés, les façades défoncées. Si on leur disait que c’était le résultat d’un Buster Call, ils l’auraient cru sans mal.

A voir la désolation qui régnait là, ils comprenaient un peu mieux la situation de l’autre côté.

En avançant, ils arrivèrent dans une zone où les maisons avaient commencé à être réparer, des planches bouchait les brèches et les toits étaient complets. Tout en avançant, ils regardaient systématiquement dans chaque ouverture. Soudain dans l’une d’elle ils virent quelque chose bouger.
« Bouly ! Bouly ! Ca va ? On est venu te chercher. »

Dans l’ombre du bâtiment et de la nuit qui s’annonçait, ils ne voyaient qu’une silhouette. Lorsque leurs yeux s’habituèrent à l’obscurité, ils se rendirent vite compte qu’il ne s’agissait pas de Bouly. En effet, l’homme qui se trouvait dans cette habitation était bien plus grand et plus imposant que lui. De plus ces cheveux étaient mauves.

L’homme se releva difficilement sur les coudes et toussa bruyamment, ce qui lui tira des grimaces de douleurs. Il n’avait pas l’air en bonne état du tout. Le pauvre avait tout juste la force de parler.

« De… de l’eau. S’il….il… v…ous p’lait à boire. »

L’un des compagnons de Yuki sortit une gourde et entreprit de faire boire de petites gorgées l’assoiffé. Cela lui fit le plus grand bien. A chaque gorgée, ses yeux semblaient reprendre de plus en plus de vie. A la fin de l’opération, l’homme avait au moins assez de force pour parler.

« Merci, je m’appelle Victor. Victor Steam. Que faites-vous sur cette ile ? Personnes n’y vient de son plein gré. »
« Je m’appelle Yukikurai, Bakasaru Yukikurai et nous sommes à la recherche d’un ami qui s’est retrouvé ici. »
« Alors vous ne faites pas partie des hommes de Monsieur Dominic. Très bien, pouvez-vous m’aider à quitter cet endroit. »
« Avec plaisir, cela fait partie de nos habitudes d’aider ceux qui nous demande de l’aide. Surtout que vous avez l’air de pouvoir nous éclairer sur ce qui se passe ….. »


BOooOM



«…ici. »


Dernière édition par Yukikurai le Mer 10 Sep 2014 - 17:51, édité 2 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
Yukikurai
Yukikurai
No-Body
♠ Cavalier de la révolution ♠

♦ Localisation : Clock Work

Feuille de personnage
Dorikis: 5464
Popularité: 465
Intégrité: -280

Lun 1 Sep 2014 - 16:23

Revenons un peu en arrière et allons du côté Bouly. Reprenons au moment où il se réveille avec un mal de crâne dans un endroit qu’il ne connait pas.

L’air hagard le canonnier se releva et regarda autour de lui. Son crâne douloureux lui expliquait sa perte de conscience. Cela ne lui disait par contre pas où il se trouvait bon sang de bonsoir. Il se trouvait au beau milieu de ruine et avait une belle vue sur la mer, sans être sur la côte. Chose qui aurait été impossible s’il était encore dans le bunker. Son corps et son cerveau se mirent à faire la même chose pour essayer de tirer des conclusions. Il tourna en rond ainsi pendant un petit temps.

Il allait partir aléatoirement pour explorer l’ile quand il remarqua des traces au sol. Il décida de les suivre. Bien lui en pris, car en moins de cinq minutes il arriva près de la mer. Il aperçut alors au loin, le rocher imposant et son bunker. Il sut donc qu’il n’était pas bien loin et que son chef le retrouverait.

Il dut cependant attendre un peu pour mettre son plan à exécution. Il explora donc un peu l’ile. Puis lorsqu’il jugea qu’il faisait assez sombre, alluma une fusée de détresse. Dans le soleil couchant, personne ne pourrait la rater. Et Dieu sait qu’il a raison.

Peu de temps après, il entendit des voix et entreprit d’aller à leur rencontre. Pensant que c’était ses compagnons qui avaient fait vachement vite, il avançait la fleur au fusil. Quel ne fut pas sa désillusion, lorsque qu’au détour d’un mur, il tomba face à face avec trois hommes poissons.

- Olla, la vermine ! Qu’est-ce que tu fais ici ? Cette ile est sur le territoire de Krak.
« Hein ? Quoi ? »
- Fait pas le mariole, le mariole.
« Mais, je ne sais même pas comment je suis arrivé ici. »
- Oui ! C’est ce qu’ils disent tous.
- Si on passait directement à la raclée, les gars ?
- Ouais ! Ici, c’est chez les hommes poissons et tu feras passer le message en servant d’exemple.
- Ouais !

Bouly ne demanda pas son reste et pris la poudre d’escampette. Il partit en direction opposé à ses trois assaillants. Il traça tout droit en espérant pouvoir les semer. Lorsqu’il comprit que les homme-poissons étaient plus rapide que lui, il commença à farfouiller dans ses poches. Soudain, l’un d’eux lui coupa le chemin en souriant. Angelo s’arrêta lui aussi. Il pointa un petit cylindre sur celui qui lui barrait le chemin et alluma la mèche courte.

« Ça va faire mal ! »
- Hein ? Qu’est-ce qu’il raconte ce con.
 
BOooOM


Bouly ferma les yeux au moment où la fusée de détresse explosait en plein dans la tronche de son opposant. Alors que celui qui avait été touché s’effondrait et que les deux autres étaient aveuglés, Angelo reprit sa course.

Repartons de l’autre côté.

Quand Yuki avait entendu l’explosion, il était sorti laissant leur nouvel ami au soin de ses compagnons. Arrivé dehors, il put voire la fin du panache lumineux orange. Sans perdre une seconde, il partit dans cette direction. Très vite, il vit arriver Bouly droit vers lui. Derrière lui deux silhouettes qui lui hurlait des insanités. Yuki ne réfléchit pas, mit sa main sur son wakizashi et bondit sur les assaillants. Dégainant rapidement son arme, il frappa ses deux opposants et fini sa course derrière eux. Tenshi Kage. Les deux hommes poissons tombèrent inconscient face contre terre.

 « Mais, c’est des hommes poissons ça !?! Qu’est-ce qu’ils foutent là ? »
« J’en sais rien. Mais ils m’ont dit que j’étais sur leur territoire, enfin celui d’un certains Krak. »
 « Suis-moi ! On récupère les autres et on rentre au navire. Le blessé va en avoir des choses à expliquer. »
« Le blessé ? Quel blessé ? »
 « Tu verras, on la trouvé en te cherchant. Je t’expliquerai en chemin. »


Dernière édition par Yukikurai le Mer 10 Sep 2014 - 17:58, édité 4 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
Yukikurai
Yukikurai
No-Body
♠ Cavalier de la révolution ♠

♦ Localisation : Clock Work

Feuille de personnage
Dorikis: 5464
Popularité: 465
Intégrité: -280

Mar 2 Sep 2014 - 19:28

Lorsqu’ils remontèrent sur le Divergence, ils firent appeler le médecin de bord. Mais avant d’examiné le géant aux cheveux mauves, ils l’emmenèrent manger un bout. De toute façon Bouly avait la dalle également. Victor était vraiment amaigri et mal en point, mais le fait de manger lui fit du bien. Yuki avait tant de questions qu’il aurait aimé pouvoir les poser tout de suite. Il dut cependant attendre le lendemain, car le patient s’endormit pendant qu’il se faisait ausculter. De toute façon, les scientifiques mirent tellement de temps que Yukikurai alla se coucher également avant qu’ils n’aient finis.

Au déjeuner, ils vinrent lui expliquer qu’il y avait plusieurs choses étranges avec le corps de Victor, comme s’il lui manquait certains organes. Encore une question de plus pour le chef d’équipage.

Dès qu’il eut fini de manger, il alla le voir avec une foule de questions en tête.

 « Bonjour, comment allez-vous aujourd’hui ? »
 « Bonjour. Où suis-je ? Je ne me souviens plus bien de ce qu’il s’est passé hier ? »
 « Vous êtes sur le Divergence, mon navire. Je suis Yukikurai et on vous trouvé hier en allant secourir notre camarade Angelo. Depuis combien de temps étiez-vous là ? Vous êtes déshydraté et affamé. »
 « Depuis une semaine je crois…
… Puis-je vous demander de m’aider plus que ce que vous n’avez déjà fait ? »

 « Nous serrons ravis de vous aider tant que cela ne desserre pas le peuple. J’ai également pas mal de question à vous poser. Nous ne connaissons rien de cette ile et n’arrivons pas à comprendre ce qu’il s’y passe. »
 « Je pourrai vous faire un historique de le l’ile et de ce que je sais. Mais avant passons à ma requête.
Comme vos médecins l’ont sans doute remarqué, je suis un peu particulier. Je suis un cyborg. Le problème est que je ne sais pas me réparer moi-même. Ce qui m’oblige à retourner voir mon médecin traitant quand j’ai un problème. Cependant, ce dernier habite sur Bulgemore qui se situe sur la voie voisine à celle-ci. Je possède un Eternal pose pour y aller. Malheureusement, il est resté chez moi quand ils m’ont embarqué là-bas. Il faudrait m’aider à le récupérer et puis faire le trajet jusque Bulgemore. Ça serait bénéfique pour vous, car vous aurez du mal à vous ravitailler ici. »


 « Euh… Oui, bon. Si vous m’expliquiez plus ça m’aiderait à comprendre. Qui vous en veut par exemple ? C’est quoi leur problème avec nous ? »
 « Kof, kof. Je suis désolé, il faut que je me repose. Parler me fatigue pas mal. »
 « Ok, je comprends. »

Yuki sortit de la pièce et alla à la rencontre de Bouly.

 « Putain, il est fort lui. T’y crois-toi ? »
« Quoi ? »
 « Tu me croiras pas.  Je vais t’expliquer ce que le type me demande. Je veux bien que nous révo, on aide le peuple, mais là… »
« Atta, attend ! Cheveux mauve. Cyborg. Le type qui peut le retaper habite Bulgemore. Dit c’est quoi son nom ? »
 « Victor Steam, pourquoi ? »
« Ho, putain ! Je le connais. Quel boulet, je ne l’avais pas reconnu. Faut dire qu’il est mal en point. Puis ses cheveux étaient plus cours. Et il n’était pas beaucoup plus grand que moi à l’époque. Ho le boulet. Trop fort… »
 « Calme-toi, Angelo. Dit-moi d’abord ce qu’est un cyborg ? C’est pas censé être un robot, ça ? Il est humain pourtant. »
« Pfff, tu te fous de moi, tu connais pas la différence. Ho le… »
 « …boulet. Oui, ça je sais. »
« Hihi. Un cyborg, il est humain, mais certaines parties de son corps son cybernétisée. Les plus connus sont Franky et Kuma. »
 « Et pour quoi, ils veulent infliger ça à leur corps ? Ça doit être douloureux et pas pratiques ? »
« Victor, il a pas eu le choix. Petit, il est tombé malade et la cybernétisation la sauvé. Il venait souvent sur l’ile pour l’entretien. Il restait une bonne semaine, alors il jouait avec les autres. C’est comme ça que je le connais.
Il faut l’aider. Puis ça me ferait plaisir de passer chez moi.»

 « Ok, mais faudra plus d’info avant de retourner là-bas. Viens on va lui poser quelques questions. »

« Au faite qu’est-ce que tu as encore foutu pour te faire attraper et assommer, puis conduire là-bas ? »

« Bo, pas grand-chose. Je trouvais juste que l’ile était vachement petite pour le nombre de gens que je voyais. Du coup j’ai observé le flot des gens. En suivant des gens je suis arrivé devant un bâtiment qui n’était pas un magasin ou un bar. Pourtant en restant un peu devant, j’ai vu plein de gens y rentrer et en sortir. C’était curieux. Alors j’ai suivi deux personnes qui y pénétraient. J’ai  été jusque dans la cave en les suivant. De là, j’ai vu comme un couloir de verre qui semblait s’enfoncer sous l’eau. C’est là qu’on m’est tombé dessus. Puis tu connais la suite. »
 « J’espère vraiment que ton pote pourra nous éclairer parce que là je comprends rien. »


Dernière édition par Yukikurai le Mer 10 Sep 2014 - 18:03, édité 3 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
Yukikurai
Yukikurai
No-Body
♠ Cavalier de la révolution ♠

♦ Localisation : Clock Work

Feuille de personnage
Dorikis: 5464
Popularité: 465
Intégrité: -280

Ven 5 Sep 2014 - 23:46

Après avoir l’avoir laissé se reposer tout la matinée Yukikurai et Angelo retournèrent voir Victor pour en apprendre un peu plus.

« Yo ! Comment tu te sens ?
Dis tu me reconnais ? »

 « Putain Bouly qu’est-ce que tu fou là ? Tu n’étais pas parti à la Gueule de Requin pour devenir révolution et jouer avec leur gros canon ? »
« Ben si, mais tu as surement entendu que la marine en avait repris le contrôle. Si j’ai pu m’en sortir c’est grâce à Yuki. C’est long, je t’expliquerai ça une autre fois. »
 « Donc, je suis sûr un navire appartenant à la révolution ? Merde ! Bo, vaut mieux ça tout compte fait. »
 « Pourquoi ça ? »
 « Avant que je vous explique, est-ce qu’il y a un grand navire avec un poisson comme figure proue dans le port? »
« Heu, non il n’y est pas. Pourquoi ? »
 « Cool, ça vaut dire que l’on a au moins 24h pour se préparer à rentrer. J’ai chipoté pour améliorer un peu mon système interne, mais je n’aurais pas dû. J’ai une perte de puissance. Je ne peux pas faire des choses qui demandent de l’énergie longtemps. Ou alors, il faut que j’en stock ne faisant rien pour avoir de quoi tenir quelques temps. Au fait, vous ne m’avez pas dit si vous acceptiez de m’aider ? »
« Oui, t’inquiète. On ne laisse pas les amis dans la merde. »

 « Il faut bien commencer par quelque chose. Pourquoi ce navire est important ? »
 « C’est le navire de Papet Pointu. C’est le meilleur pêcheur de l’ile. Il part en mer avec son navire et ramène plein de nourritures pour tout le monde. Ce qui en fait la deuxième personne influente de l’ile. Sauf que lui, il est cool. Enfin, plus ou moins. Tant qu’on va dans son sens.

L’arrivée de son bateau va me permettre de rentrer sur l’ile discrètement. Ce qui n’est pas facile vu ma taille, vous l’avouerez. On se glissera dans le va et vient de caisses et autres poissons géants qui sortent de son navire. C’est toujours la meilleure diversion. »


 « Ok, on sait comment on rentre et ce qu’on va chercher, mais c’est quoi le problème avec cette ile ? Elle ne correspond pas aux rumeurs que j’avais entendues sur North Blue. »
 « Ça, s’est un peu long à expliquer, mais je vous fais un résumé parce que tout ce foutoir provient de là.

Tout ça va bientôt dater d’un an. Avant cela, notre ile trônait au sommet d’une tour, comme flottant dans le ciel. Nous étions libres et l’ile était habitée par plein de chercheur. On était plutôt pros gouvernement. Puis, il y a un an les terribles Saigneur sont arrivés. Les choses ont mal tournée et suite à une explosion l’ile est tombée et s’est écrasée dans la mer. Seules certaines parties sont restées à la surface, le reste se trouve sous l’eau. Moi heureusement, j’étais sur Bulgemore quand ça s’est passé.

A la suite de cet incident, les choses se sont enchainées. Alors qu’on essayait de reconstruire des homme-poissons sont venu s’installer dans les ruines sous-marine. Du côté des habitants de l’ile deux personnes ont pris le dessus. Dans un premier temps, Papet Pointu avec sa capacité de pécher a permis de nourrir et de protéger les gens. Lui tout ce qu’il veut s’est aider les gens et les protéger. Mais le deuxième à avoir tirer avantage de l’incident, c’est Monsieur Dominic. C’est un des seuls scientifiques à avoir survécu. Je ne sais pas trop bien comment ça marche, mais d’après ce que mes parents m’avaient dit une fois, c’est le gouvernement mondiale qui subsidiait à achetait nos recherches. Du coup, il s’est retrouvé riche et influent. Certes il a financé la reconstruction et aidé à mettre au point les techniques qui ont permis faire un complexe habitable sous l’eau. Mais, il est devenu parano et n’aime pas que les gens contestent son autorité.

Vous suivez toujours ? »


 « Heu, oui. Donc cette situation est nouvelle ? Il y a vraiment des gens qui vivent sous l’eau ? »
 « Oui, ça va avoir un an. Au départ, on était sur tous les ilots. Puis on en a fortifié un, car via la cave de certaines maisons on avait accès à l’eau. De là, partent des tunnels qui donnent dans la ville sous-marine. L’incident avec les Saigneur et la présence de Krak le chef des homme-poissons a fait que l’ile est bien plus fortifiée qu’avant. Maintenant la surface habitable sous-l’eau est plus grande que celle dans le bunker. »
« Donc, c’est bien un couloir qui mène sous l’eau que j'ai vu dans cette cave. »
 « Oui et c’est pour ça qu’ils t’ont conduit sur la pointe perdue. Mr Dominic ne tolère pas que les étrangers viennent mettre leur nez dans son complexe sous-marin. Il s’est payé une milice dont, je crois, une partie était des pirates. La milice fait régner l’ordre, mais ils commencent à faire un peu beaucoup de zèle. Ils conduisent ceux qui leurs sont défavorable sur la pointe perdue, car comme son nom l’indique, on l’a perdue. Elle appartient à Krak. Quand vous êtes là-bas, vous passez un sale quart d’heure et si vous arrivez à rentrer, vous restez dans le rang après. Bien souvent s’est Papet qui passe par là et qui ramène les survivants. »
 « Vous êtes en guerre avec les homme-poissons ? »
 « Une espèce de guerre froide. Il n’y a plus eu d’affrontement depuis un certain temps. Je suis pourtant sûr que Mr Dominic n’est pas prêt à laisser une partie de son ile à des péchons. »

« Et toi qu’est-ce que tu as fait Victor pour que Mr Dominic t’en veuille ? »
 « Il prétend que comme s’est lui qui finance toutes les explorations sous-marine, tout ce qu’on retrouve lui appartient. Au début, il a chassé les chasseurs de trésors par la force ou en les achetant. Maintenant, tous travail pour lui. Moi, je veux récupérer ce sur quoi je travaillais. Cela a créé les premières tensions qui m’ont valu un voyage où vous savez. C’est comme ça que je sais que Papet ramène les gens. Ensuite, j’ai commencé à voir sa folie des grandeurs et qu’il nous entrainait dans une guerre sans fin avec Krak. Lorsque j’ai fait connaitre mon point de vue, je devenu un traitre et un paria qui n’est plus le bien venu sur son ile. »
« Pourquoi veux-tu revenir sur l’ile après avoir été soigné sur Bulgemore, si tu n’es plus à ta place ici ? »
 « Parce que mon laboratoire se situe en plein milieux du territoire des poissons et que j’ai mis du temps pour arriver à mon prototype. Le métal utilisé n’est pas facile à se procurer. Puis, j’aimerais arriver à faire chuter Mr Dominic, car tout cet argent et se pouvoir lui on fait perdre la tête. »
 « Comme on doit quand même attendre que notre Log Pose se recharge, je suis partant pour t’aider à essayer de ramener la paix. C’est notre mission à nous révo d’aider les peuples. Enfin, si l’aide de révolutionnaire ne te gêne pas. »
 « Puisque je veux révolutionner le pouvoir ici, je crois que je suis autant révolutionnaire que vous. Je crois que vous comprenez un peu mieux la situation ici. Je vais maintenant essayer de stocker un maximum d’énergie pour pouvoir vous guider jusqu’à mon Eternal Pose. »


Dernière édition par Yukikurai le Mer 10 Sep 2014 - 18:15, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
Yukikurai
Yukikurai
No-Body
♠ Cavalier de la révolution ♠

♦ Localisation : Clock Work

Feuille de personnage
Dorikis: 5464
Popularité: 465
Intégrité: -280

Sam 6 Sep 2014 - 16:50

Comme l’avait prédit Victor, le lendemain matin un navire avec un poisson en guise de proue vint accoster dans le port. Tout de suite après l’effervescence régna autour de Papet et son navire pointu. Yuki alla tirer Victor de ce qui ressemblait à un état de transe.

 « Le navire est là! C’est l’heure. Tu es prêt ? »
 « Oui, ça devrait aller. J’ai réussi à me faire une réserve pour au mieux une heure et au pire une demi-heure. Tes hommes sont prêts ? »
 « On y va qu’à deux. On ira plus vite ainsi. »

 « Ha et c’est moi qui te suis sinon on va avoir des problèmes. En plus c’est toi qui sais où on va. »
 « Heu, ok. »

Les deux hommes sortirent du Divergence et se dirigèrent vers le navire de pêche. Se mêlant à la foule, ils prirent chacun une caisse et suivirent le flot. La tête dissimulée derrière sa caisse le géant mauve passa la porte sans aucun souci. Une fois à l’intérieur Victor commença à jeter des coups œil derrière lui pour voir si Yuki suivait bien. Il avait l’affreuse sensation d’avoir perdu sa trace depuis qu’ils étaient rentrés dans la cohue.

Victor bifurqua et entra dans une ruelle où il posa sa caisse par terre. La fatigue semblait déjà faire son retour. Il ne faudrait pas trainer.

 « Ho, purin. Tu es là depuis combien de temps ? Je pensais que je t’avais perdu ! »
 « J’étais toujours juste un peu derrière. C’est pour ça que je t’ai dit que c’est moi qui te suivais. J’ai la fâcheuse tendance à passer inaperçu dans la foule. Ça va toi ? Tu as l’air de perdre tes forces à vue d’œil. »
 « Oui, ça va, mais la caisse était plus lourde que ce que je ne pensais. Il ne faut pas trainer. »
 « Ok, alors va jusque chez toi. Te soucie pas de moi, sinon on va perdre du temps, alors que je ne serai qu’à deux pas de toi. Vas-y. »

Comme la ville supérieure n’était pas très grande et que Victor habitait à la surface, il ne fallut pas cinq minutes aux deux hommes pour arriver à destination. Ils entrèrent en tout hâte, sans voir qu’une sentinelle passait par là.

Ils montèrent à l’étage. Dans sa chambre, Victor récupéra deux, trois bricoles et sortit son Eternal Pose d’une petite boite cadenassée. Yuki, lui, pendant ce temps jetait un coup d’œil dehors et vit arriver un petit groupe armé.

 « Dépêche-toi ! On a de la compagnie. Si tu as tout, on file ! »

Victor lui  répondit d’un signe de tête. Yuki s’engouffra dans l’escalier et atteint la porte rapidement. Il entendit derrière lui, le pas lourd et le souffle cour de son nouvel ami. Il attendit qu’il soit bien derrière lui pour ouvrir la porte. A la tête de quatre gars armés, se tenait devant euxPistol Pete, un des membres fondateurs de la milice. Mais surtout la gâchette la plus facile de l’ile.

« On t’avait pourtant dis de plus revenir. Feu, les gars. »

Yuki commençant à avoir l’habitude de se retrouver dans la merde, était prêt à réagir. Il attrapa son sabre par la floche et se mis à le faire tournoyer à toute vitesse. Les balles sifflait de tous les côté, mais le bouclier formé par la rotation du sabre bloquait, déviait et tranchait les projectiles. Yuki ressentait les impacts des nombreuses balles, mais parvint à maintenir l’écran en place. Yuki Onna ! Épuisé et désespéré par sa faiblesse actuelle, Victor s’était laissé tomber à genoux derrière Yuki. Ce qui lui offrait une bonne protection.

Ce qui est bien avec les armes à feu, c’est que les chargeurs ont une fin. Le chef semblait en avoir bien plus, mais l’ouverture se présenterait tôt ou tard. Une dernière balle siffla, puis le petit groupe s’attela à recharger. Sans perde une seconde Yuki fit un mouvement d’avant en arrière. Un cône  tranchant se forma. Yuki le projeta sur ses ennemis. Yuki Onna, Taille 3! Le tourbillon tranchant souffla la bande au sol en leur occasionnant de faible lacération.

Profitant de l’ouverture, Yuki se retourna pour prendre la main de Victor et le tirer hors de là. Mais au vu de son état, il mit plutôt son acolyte sur son épaule et prit la fuite. Il n’est pas facile de courir avec quelqu’un plus grand et plus lourd que vous en sac à patate sur votre épaule. Yuki dut mettre les bouchées doubles pour être le plus loin possible quand ils se relèveraient.

Bakasaru et Steam avaient une petite avance quand ils commencèrent à entendre la poursuite s’organiser et les jurons voler. Ils allaient être à portée de tire quand ils rejoignirent le flot qui s’occupait de décharger le Pointu. Sur le chemin menant aux bateaux, impossible de dépasser sans envoyer quelqu’un à l’eau. Yuki ralentit donc l’allure, tout en faisant fi des regards des autres.

Lorsqu’il arriva enfin sur le Divergence, il déposa Victor, empli ses paumons d’air et donna des ordres.

  « Allez les gars ! On s’arrache d’ici. Relevez l’ancre ! Baissez la voilure ! Fin vous savez que vous devez faire. On part avant que les ennuis n’arrivent jusqu’ici. »


« Direction le large, puis Bulgemore ! »
http://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1