AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Qui domine aux dominos?

Willy Walker

♦ Localisation : East Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 1550
Popularité: -43
Intégrité: -33

Sam 9 Aoû 2014 - 18:23

[HRP: Chronologiquement, ce RP commence juste après mon FB sur "Les Poupées Rusent", d'où l'introduction.]

Ah décidément, notre jeune protagoniste n'avait aucun talent pour la navigation. Alors qu'il souhaitait rentrer simplement dans son "chez lui", à Fuschia sur l'île de Dawn, il ne prit visiblement pas la bonne direction puisqu'il atterrit malencontreusement sur Shell Town. Il faut dire que dormir sur une barque et aller là où les vents lui menaient... ne mènait qu'à des endroits che-lous, logique. Quoi qu'il en soit, il avait retrouvé le sourire après cette mésaventure sur Logue Town. Faut dire que se défouler sur des types, ça lui avait remonté le moral.

Quoi qu'il en soit, Willy se sentait bien, trop bien... Tellement bien qu'il n'hésita absolument pas à se rendre à un nouveau bar qui organisait une compétition. Les rues étaient bombardé d'enfants qui faisaient la propagande de ce nouveau bar. "M'ouais pourquoi pas" se dit alors le jeune homme aux yeux d'ébène. A peine entré, il ne put que constater la masse de personnes assises autour d'une table en particulier. Il se posa alors contre le bar et posa une question au barman tout en pointant du doigt les types devant lui :

Willy ▬ Yô, qu'est-ce qu'il s'passe dans l'espace?
Barman ▬ Ça? C'est une compétition de domino, j'te conseille d'y participer, avec une p'tite somme tu peux te faire des couilles en or.
Willy ▬ ... C'est possible d'faire des couilles en or? Putain ça m'intéresse.
Barman ▬  ... C'était une façon d'parler. En gros tu peux gagner beaucoup d'argent, si tu préfères.
Willy ▬ Ah, c'moins cool du coup... Mais j'vais quand-même y participer, t'sais pourquoi ? Parce que j'recule d'vant rien, et ouais vieux, j'suis comme ça moi, j'vends du rêve. Héhé.
Barman ▬ *... C'est quel genre de connard ça! Enfin bon, il va perdre toutes ses thunes celui-là.*

Willy se leva, sourire aux lèvres, poussa ceux qui étaient devant lui pour pouvoir faire la queue. D'ailleurs, alors qu'il faisait la queue avec un autre groupe de joueur, des employés du bar sont venus demander une première somme à miser, et Willy lui donna tout ce qu'il avait sur lui, se sentant particulièrement confiant même s'il n'avait pratiquement jamais joué au Domino de toute sa vie. Willy et ses futures adversaires s'installèrent quelques minutes après la demande de mise. Les dominos firent retournés puis éparpillés avant d'être distribué aux différents joueurs. Notre protagoniste, très étrangement, avait un super jeu et gagna la première partie sans trop de difficultés. C'était facile, beaucoup trop facile. Mais notre héros ne voyait pas grand-chose... Il venait de gagner une partie et il était déjà obnubilé par l'une des plus grandes attractions de l'homme : l'argent.

Alors, il gagna une deuxième partie puis une troisième partie tout en consommant dans le bar avec l'argent qu'il gagnait. Il ne consommait pas d'alcool du coup, le barman le prenait pour un crevard avec tout l'argent qu'il venait de gagner. Mais, sans s'en rendre compte, ça lui permettait également de pouvoir rester le maître de lui-même et de pouvoir jouer à 100% plutôt que de tout perdre comme ceux qui sont passés avant lui. Eux ont perdu, car ils n'étaient tout simplement plus en mesure de jouer vu le taux d'alcool qu'ils avaient dans l'sang.

Après ces trois victoires consécutives, notre héros se sentit en confiance, "la chance est de mon côté" se disait-il. Cet excès de confiance lui poussa à jouer l'argent qu'il venait de gagner, mais aussi l'argent qu'il gardait de côté. Une coquette somme venait donc d'être pariée. De nouveaux types vinrent alors s'installer à la table. Tous en noir avec des lunettes. Les dominos furent retournées avant d'être éparpillés. Ils furent ensuite ramassé pour être distribué. Chaque joueur eut le même nombre de pièce bien évidemment et Willy semblait être plutôt content. Le hasard semblait avoir bien fait les choses. Après plusieurs tours, il était sûr de gagner mais, on va dire que ça ne se passa pas comme prévu.

En effet, dans les tours qui suivirent, Willy piochait un domino à chaque fois, comme si les autres personnes autour de lui connaissaient son jeu. En quelques tours à peine, une personne n'avait plus de dominos en main... Cette personne venait gagner tout l'argent de Willy. Le bambin n'en croyait pas ses yeux... Cette personne qui venait de gagner riait jaune, notre héros n'avait rien vu venir. Il se leva et attrapa ce type par le col :

Willy ▬ OH, t'as triché! C'est pas possible putain, vous êtes tous de mèche !
Vainqueur ▬ OH calme-toi! T'as perdu ton oseille, t'avais pas qu'à jouer, ça reste un jeu de chance ! krkr...
Willy ▬ Et en plus, tu oses te moquer de moi ? P'tain de merde !

Le brun souleva son adversaire avec sa main et un crochet du droit propulsa son adversaire contre la table derrière lui. Les gens autour de notre protagoniste essayèrent de l'calmer mais Willy avait remarqué que quelque chose clochait, il était certes dupe, mais pas à ce point-là, il venait de remarquer qu'il s'était fait arnaquer. Et il ne pensait plus qu'à une chose : récupérer son argent par tous les moyens. Les arnaqueurs étaient de mèche avec les possesseurs du bar. C'est pourquoi ils dégainèrent leurs armes et se dressèrent contre notre protagoniste. Les clients partirent en fuyant aussitôt qu'ils virent les armes. Heureusement pour Willy, ce n'était que des armes blanches. Le brun sourit alors, un nouveau challenge pour lui.

Willy ▬ THIS IS SPARTAAAAAAAAAAAAA !

Ce cri de guerre, le ténébreux l'adorait. Un premier adversaire arriva élancé avec son arme. Willy para son coup puis le saisit par le bras et effectua un mouvement contre son articulation pour lui casser le bras. Un deuxième arriva plus lentement, Willy évita plusieurs coups avant de le mettre à terre mais un troisième l'attaqua par derrière. Quand notre protagoniste s'en rendit compte il était trop tard. Il venait de le toucher au bras, Willy avait réussi à esquiver une partie de l'attaque, ce qui faisait qu'un point vital n'était pas touché. Lorsqu'il vit que du sang commençait à apparaître, il s'énerva et cette baston tourna en freestyle. Il prit des coups, mais il en mettait aussi, et ses quelques équipements en titane lui permettait de tenir tête à ses adversaires armés. Dix minutes plus tard, c'était terminé. Notre héros sortit en courant, certes en sang mais sourire aux lèvres car il avait récupéré son oseille.


Dernière édition par Willy Walker le Lun 11 Aoû 2014 - 5:17, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t11119-willy-walkerhttp://www.onepiece-requiem.net/t11202-willy-walker-fiche-techni
avatar
Gura

♦ Localisation : Lille

Feuille de personnage
Dorikis: 4115
Popularité: 190
Intégrité: -75

Dim 10 Aoû 2014 - 11:51

Shell Town. Que dire sur cette ville ? Il y avait bien cette légende qui racontait que des centaines d'années auparavant, le coin s'appelait La Mermy Shell... allez savoir pourquoi ? Plusieurs rumeurs insinuaient évidemment une histoire de sirène, mais qu'au fil des âges, ça ne se résumait plus qu'à du coquillage. Sans doute parce lorsque la coquine des eaux mourut, on ne retrouva plus grand chose sur son cadavre squelettique. En gros, il ne restait justement plus que les coquillages clipsés sur ses nénés, mouhahaha.
Enfin, les récits allaient bon train, pour pas changer une équipe qui gagne, hein. Il fallait ameuter toujours plus de touristes d'une manière ou d'une autre. Vendre des bouquins et compagnie. Et devinez quoi ? Cet abruti de Gura ne vit pas d'inconvénients à croire à cette vérité. Allant même jusqu'à refiler quelques piécettes au vieux conteur rabougri qui lui faisait face, ce jour-là.

_ Et vous savez quoi de ses mensurations ? Avait-il osé questionner, une fois les sous-sous lâchés.

Le doyen avait alors failli s'étouffer, pris au dépourvu. Que les étrangers soient cons ou naïfs, d'accord. Mais de là à s'imaginer que certains iraient jusqu'à vouloir découvrir la moindre intimité, il y avait des limites !

Le Sumo attendit évidemment sa réponse, qui ne vint pas. Pour la peine, il lui chourava un prospectus sur son stand, puis traça la route sans merci ni au revoir. Le gros aurait dû payer, comme à peu près tout ce qui nous appartient pas. Cependant, dès que le crouton tenta de l'ouvrir, Gura l'insulta d'égoïste.
Namého ! On payait un type pour le laisser déballer sa science infuse, en échange de quoi ? Garder les détails les plus croustillants pour soi ? C'est pas juste, bouh !

Gura continua de flâner dans les rues, tout en lisant ce nouveau papelard. Oh bah ça alors ! Encore une autre rumeur ? Ou c'était pour de vrai, cette fois ?

_ Après avoir fugué de chez sa mère... lit-il à haute voix, sans se soucier de la foule autour de lui. Un gosse de dix ans aurait réussi à attraper un animal... avec une pomme ? elle aurait ensuite absorbé la bête, créant ainsi un Fruit du Démon Zoan, qui ne restait plus qu'à croquer pour étancher sa faim.

Délire ! Mais où s'arrêteront-ils ?

Les gens le dévisagèrent, primo pour sa connerie, deuzio pour son gabarit. Quant à lui, Gura s'en contrefichait. On l'avait pourtant bien entubé pour la journée déjà, mais l'excitation l'ayant hypnotisé, il n'était pas près de s'en défaire du tac-o-tac. À moins que...?
À moins que s'il pensait à relever le nez dans les prochaines secondes, il s'apercevrait qu'à l'autre bout du chemin, un début de ramdam se profilait dans l'horizon. Pas moyen de décrypter encore si le boucan allait se propager toujours plus fort, et tant qu'à faire dans sa direction... mais quoi qu'il en soit, on pouvait tout de même deviner une certaine violente dispute là-bas.

Pour l'instant, ce fut une sorte de vendeur à la sauvette qui perturba les rêves du catcheur. Le mec accostait un peu tout le monde dans les environs, et prétendait pouvoir rassasier le ventre des passants. Sa tenue de pauvre n'aidait pourtant pas à lui donner de la crédibilité, quand bien même il vantait de tout son coeur ses talents de cuistot.

_ Monsieur ? Une part de pizza vous appelle, l'entendez-vous ? Je suis sûr que votre estomac, lui, si. Ça vous dirait de goûter à ma spécialité ?

Gura secoua d'abord un non de la tête. Néanmoins, l'autre enflure insista en affirmant que sa Domino's Pizza était incontournable, et qu'il fallait donc la goûter au moins une fois dans sa vie. Obligé, oualalaradime !

Mais phoquillou ! Pas question de se laisser marcher dessus davantage. Alors, pour ouvrir le bal, le gros enfourna sa paperasse dans la bouche de ce petit trublion, puis carrément la tête de la victime entre les bourrelets humides du bidon, puis le propulsa au loin.

/hrp: vala pour mon intro, huhu. ^^ que je suis drôle, mouarf ! Very Happy
http://www.onepiece-requiem.net/t10051-gurahttp://www.onepiece-requiem.net/t10092-gura
Willy Walker

♦ Localisation : East Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 1550
Popularité: -43
Intégrité: -33

Lun 11 Aoû 2014 - 5:02

Sourire aux lèvres, température agréable, bonne humeur, vent faisant voler ses cheveux courts... Ah notre protagoniste préféré semblait aller si bien... Il ne ressentait plus la douleur des plaies sur son corps en reniflant l'odeur du cash. Que pouvait-il bien faire du coup pour dépenser l'argent qu'il avait gagné à la sueur de son front? Cet argent il l'avait mérité comme un marchand, et il était trop bête pour considérer ça comme de l'argent facile comme les gens qui ont une morale. Du coup, comme tous les bons connards, il est parti dépenser cet argent sale pour de la bouffe... Enfin, c'est ce qu'il comptait faire, sauf que comme d'habitude, ça n'allait pas se passer comme il le désirait.

En effet, alors qu'il était en train de marcher librement comme un lapin qui gambade dans les champs, il entendit un bruit, avant de voir, ou plutôt sentir une balle passer devant lui. Il se retourna, leva la tête pour apercevoir qui ça pouvait bien être. Le soleil étant à son zénith, il dut cacher ses yeux de fragiles pour éviter de se faire mal bêtement. Lorsqu'il put voir la silhouette de la personne correctement, il se rendit rapidement compte que c'était une des personnes qui était présente dans le bar lors de l'accrochage. Putain, il fallait être drôlement con pour voler de l'argent à des gens et de partir en marchant dans la rue principale tranquillement...

Il remarqua également la présence d'autres personnes, présentes sur plusieurs toits. Il se mit alors à courir dans tous les sens pour essayer de les esquiver. Ce n'était pas évident vu les différentes blessures que le brun avait déjà. Mais il se débrouilla du mieux qu'il peut en passant par les ruelles étroites, histoire de quitter le champ de vision des différents "snipers" présent sur les toits. De plus, la technologie de l'époque ne permettant pas de pouvoir tirer plusieurs balles en quelques secondes, ça permettait à notre personnage de pouvoir souffler, ne serait-ce que quelques secondes.

Quoi qu'il en soit, la traque a durée pas mal de temps et le nombre de personnes qui travaillait pour ce bar était impressionnant. Notre héros était d'ailleurs surpris de voir qu'autant de monde le prenait pour cible. Tellement de monde qu'une propagande fut lancée dans l'île et les habitants commençaient à crier "oh voleur! oh voleur!". P'tain, le racisme de merde. Sous prétexte que Willy était plus basané que la plupart des autres habitants du coin, on le prenait pour cible. Il n'avait pourtant rien volé, il a juste récupéré son dû ! Tout le monde aurait fait la même chose !

Du coup, à force de se faire insulter de voleur par les habitants de l'île, le Walker s'est très vite fait arrêter par plusieurs types costauds. Des types torses nus tellement balèzes que tu commences à te douter de leurs orientations sexuelles, tu vois la plane? 'fin bon, on est pas là pour parler de ça. Tout le monde fait sa vie. Willy, même s'il était bien amoché, était le genre de type qui ne pouvait pas refuser un challenge... et un nouveau challenge semblait se présenter à lui. Il craqua les doigts de ses deux mains, cracha sur ses mains, regarda le ciel, sourit, et bondit sur son premier adversaire comme une bête. Le type étant pris de vitesse, ne put rien faire. Willy le renversa par terre, s'assit sur son ventre et lui asséna deux punchs tellement puissantes que même le meilleur des rappeurs ne pourrait pas la convertir en punchline.

Il se releva et vit que deux adversaires attaquèrent de positions opposées. Tellement opposée, qu'on les aurait pris pour des ennemis qui attaquaient en même temps si Willy n'était pas là. Du coup, ce dernier se rebaissa pour permettre à ses ennemis de s'empaler à l'aide de leurs armes blanches. Cette fois-ci, il se releva pour de bon et constata que du renfort venait d'arriver... Non, il n'avait pas assez de force pour tous les combattre mais osa quand même. En quelques secondes, l'issue du combat venait de changer. Les adversaires étaient trop nombreux pour un Willy épuisé et blessé. Il encaissa plusieurs coups avant de revenir à lui-même et de faire la chose la plus raisonnable pour un type qui souhaitait rester en vie : fuir. Il prit ses jambes à son cou, décida de courir dans tous les sens afin de trouver un plan pour les semer. Il ne chercha pas très longtemps, il vit en face de son chemin un gros lard à terre avec un énorme bide. "Un sumoka?" se dit alors notre jeune homme, assez rare d'en croiser en ce moment, surtout qu'ils prenaient chères, niveau vannes en ce moment.

Notre énergumène préféré commença à imaginer des trucs improbables... Ce bide, il était parfait selon lui pour jouer le rôle d'un trampoline. Il n'avait aucune idée de pourquoi ce type était à terre, il en avait rien à foutre pour ne pas vous cacher la vérité. Mais comme il semblait galérer à se retourner pour se lever, le bambin en profita. Il avait pris extrêmement d'élan vu la course qu'il venait de faire. Il sauta, il sauta haut, très haut. Pour tomber juste à côté du gros lard... Ce fail était si énorme qu'il méritait de rentrer dans le guinessbook des ringards.

Il se releva, ramassa les pièces qu'il avait fait tombé. Il recula ensuite et sauta une nouvelle fois sur le bide du sumoka pour pouvoir atterrir sur le toit juste en face et prendre la fuite par les airs. Sauf qu'une fois de plus, il venait d'effectuer une erreur. En fait, cette fois-ci ce n'était pas de sa faute. En effet, au lieu d'utiliser le bide de ce phénomène de la nature comme trampoline, il s'enfonça dans son bide comme un sable mouvant et donc, il ne put atterrir sur le toit. Mais, ce gros lard allait en fait être utile à notre héros, puisqu'il était inondé d'une transpiration che-lou, une transpiration collante qui lui permit de marcher... sur le mur ! C'était énorme, on aurait dit un type qui aurait mangé un fruit bizarre, le fruit de la marche par exemple. Il courut donc pour atteindre le toit et sourit tout en regardant dans les yeux le gros qui venait de l'aider, héhé.

Willy ▬ Putain c'est énorme cette transpiration ! Même si ça pue on dirait la mozzarella dans les pizzas. Mec faut que tu penses à devenir pizzaiolo ! Tu parfumes tes pizzas et t'arnaques tout le monde ! Héhé !  
http://www.onepiece-requiem.net/t11119-willy-walkerhttp://www.onepiece-requiem.net/t11202-willy-walker-fiche-techni
avatar
Gura

♦ Localisation : Lille

Feuille de personnage
Dorikis: 4115
Popularité: 190
Intégrité: -75

Lun 11 Aoû 2014 - 17:03

Une fois ce prétendu commerçant parti embrasser fougueusement un mur, des spectateurs en arrière-plan se mirent à caqueter. Ça parlait tellement fort à propos d'un larcin, qu'au début Gura le prit pour lui. Il n'avait pourtant rien subtiliser à ce blaireau de cuistot, alors vu la combine, il opta pour une mise en scène. Genre, la famille du gars se tenait à divers endroits dans la rue, ce qui permettait de répandre la mauvaise nouvelle à tout le monde, en le criant sur tous les toits.

_ Mais c'est pas moi, bordel ! N'avait pu s'empêcher de beugler le Sumo, pour sa défense.

Sauf qu'en se retournant pour constater le numéro, il n'y en avait justement pas à son sujet. On aurait pu alors aussi penser que ça provenait de ce mytho diseur de bonne aventure précédent. Mais même pas !

Bien au contraire, ça paniquait ici et là, pas mal éparpillé, quoi... jusqu'à ce qu'un coup de feu, puis deux et ainsi de suite grondent dans les hauteurs. p*tain, quelle journée ! Gura ne savait plus trop où donner de la tête, à part vers le ciel évidemment.
Là-haut, des types s'y battaient, dirait-on. À moins que ce soit juste une partie de chasse un chouïa musclée. Toujours est-il qu'un fuyard ramenait doucement mais sûrement son boule dans la direction du catcheur.

Au même moment, les faibles passants en profitèrent pour se faire la malle. Il ne resta donc bientôt plus que Gura au milieu de la rue. Lui, et d'autres renforts à pied venus sans aucun doute pour mettre la main sur le voyou à l'étage. La fine équipe au sol piaillèrent même illico au gros, l'ordre de se pousser sur le côté, au risque de finir blessé sinon. La fameuse excuse pour se dégager de toute responsabilité, quoi.

_ Non attendez ! Refusa-t-il, trop concentré. Je regarde comment ce plouc va se faire coincer, héhé.

Mais torse trop bombé, menton trop relevé et colonne vertébrale trop cambrée, le Sumo tomba bêtement sur les fesses. Pour la peine, un saligaud lui plongea dessus... ou pas... enfin, peut-être que si... mais pas comme on aurait pu l'envisager.
Résultat, premier essai râté du cascadeur étranger. Puis seconde tentative réussie... ou pas... enfin, peut-être que si... mais vous connaissez la chanson, hein ?

_ Pas de bol, mec ! Mon gros bidon, on n'y rentre pas comme dans un moulin, héhé !

Cependant, une fois que le fautif crut pouvoir y faire son nid, les bourrelets du Sumo eurent tôt fait de l'envoyer paître fissa. Et spouik ! Vas-y qu'il... euh... marche sur un mur ? Ok, pas la perfection d'un Spider-man, mais laule quand même !

Gura éclata de rire, tandis que le comité d'accueil rejoignait enfin la fin du spectacle, furax. Le mastodonte ruisselant venait d'aider l'autre voleur à s'échapper, là, non ? En tout cas, pour eux, ça ne faisait aucun doute.
Bah oui ! Qui serait assez con pour trainer dans la rue, alors qu'une violente zizanie faisait rage ? Et qui serait assez con pour penser qu'une grosse baleine viendrait se poster là, pile poil, comme par hasard, juste pour de la figuration insolite et innocente ?

_ Wow, wow ! Calmos, les gars ! J'suis pas avec lui, moi.

Mais rien à faire. Son public ne voulut rien entendre. Et pire ! Il y avait ce Willy qui pataugeait pépère, tout proche, et on ne s'en souciait déjà plus. Bravo ! Tu m'étonnes qu'il avait quasiment réussi à les semer, le bougre !

Conclusion, après avoir collectionné autant de soucis d'affilée, le Sumo eut de quoi fumer des oreilles. Du coup, rien de tel qu'un bon petit Kamik'Ass des familles pour atomiser la zone et ses convives. Et hop, badaboum ! Secousse sismique dans leurs tronches. Fissures en veux-tu, en voilà... le sol et même les murs alentour tremblèrent. Pourquoi pas même aussi, ce petit sauvageon perché en subit les frais.

_ Bon, à qui le tour maintenant ? Demanda le gros tas, en se tournant vers le véritable enfoiré de toute cette histoire.

Le basané avait apparemment gagné au super tirage du loto, soi-dit en passant.
http://www.onepiece-requiem.net/t10051-gurahttp://www.onepiece-requiem.net/t10092-gura
Willy Walker

♦ Localisation : East Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 1550
Popularité: -43
Intégrité: -33

Mar 12 Aoû 2014 - 1:58

Notre héros profita de ce "raccourci" qu'il venait de se créer pour fuir. Enfin, du moins, il allait fuir lorsqu'il entendit parler les types qui le traquaient. Ces derniers pensèrent que le gros qui venait d'aider inconsciemment Willy était de mèche avec ce dernier. Ce qui était bien sûr totalement faux. Du coup, le bambin se retourna, sauta sur un autre toit (sans se faire remarquer par ses adversaires qui étaient trop bien occupé à faire une baston de regard avec le sumo) et observa la scène. Il était prêt à intervenir à n'importe quel moment. Sauf que comme on dit, et comme l'avait oublié le brun : "l'habit ne fait pas le moine". En effet, ce tas de graisse prouva à notre jeune protagoniste qu'il n'était pas n'importe qui. En bougeant sa fulgurante graisse à l'aide de son cul, il mit les différents brigands dans un état improbable en un seul mouvement. Il se retourna ensuite vers la direction de notre protagoniste pour lui dire qu'ils n'allaient pas devenir copain-copain même s'il ne le voyait pas encore.

Ok, ce gars n'était pas n'importe qui, mais Willy n'allait pas se laisser faire. Non, il ne fallait pas qu'il réponde à une provocation en faisant une connerie, mais qu'il réussisse à "amadouer la bête". Ses capacités semblaient considérables, il fallait que le jeunot en profite pour attaquer ce bar, le détruire à l'aide de ce monstre car autant de personnes qui travaillaient pour un seul et même bistrot, c'était à la fois louche, et ça signifiait à la fois que Willy ne serait tranquille que s'il mettait un terme à tout cela. Alors, malgré sa blessure, il sauta en face de gros lard pour essayer de lui faire comprendre qu'il n'était pas une mauvaise personne. Il tenta de l'impressionner en créant à son tour une fissure au sol à l'aide de sa jambe qu'il martela deux fois contre le sol. Elle n'était ni trop grande, ni trop petite. Il n'y mit pas toute sa puissance pour ne pas qu'il "remarque" la limite de la force du ténébreux. Après cette scène tellement ridicule, on assista à l'histoire d'un con qui essaye d'en convaincre un autre... On était vraisemblablement devant une scène culte :

Willy ▬ Oh ! Calme-toi, c'est pas ce que tu crois ! J'y suis absolument pour rien! J'ai été mené en bateau par des enflures qui m'ont proposé de jouer aux dominos, puis j'ai perdu. J'pouvais aps me le permettre tahu, du coup j'ai fait comme l'aurait fait n'importe quelle pecnot, j'me suis servi.

Pour l'instant, dans ses paroles, rien de choquant. Le bourrelet n'a même pas le temps de dire quoi que ce soit que Willy reprend tout en pensant à un plan diabolique. Il n'était pas très fut-fut mais il savait visiblement jouer le rôle d'un intelligent. Du coup, pour commencer, il lui dit qu'il n'avait pas beaucoup d'argent sur lui (il voulait éviter que ce dernier se retourne contre lui):

Willy ▬ Ces types... Ils me coursent pour pas beaucoup d'argent, juste pour de quoi vivre sereinement pendant une semaine. Il doit y avoir une autre raison derri-
???? ▬ AHHHHHHHHHHHHHHH !

Ah oui, pendant que le jeune homme parlait, un sbear qui venait d'arriver - sur ce qu'on peut appeler dorénavant un "champ de bataille" - l'attaqua. Willy n'avait rien vu venir mais son cri qui précédait son attaque permit à l'ancien civil d'anticiper une attaque avec une arme. Notre héros para donc ce coup, l'épée se bloqua contre une paroi en bois. Le ténébreux en profita pour ramasser rapidement un petit bâton dans le sol et l'enfoncer juste au-dessous du bras de ce sbear. Une fois que le type fut coincé contre cette paroi, Willy cracha une nouvelle fois contre sa main droite, la serra de toutes ses forces et donna un coup de poing dévastateur à son adversaire qui fut doublement touché à cause du "contre-poids" présent (ici le bâton en bois qui le gênait). Bien sûr à un moment donné, la chemise du sbear se déchira, du coup les dégâts furent moindre mais notre héros évitait de transformer des humains en handicapés, même si ces derniers voulaient le tuer. Quoi qu'il en soit, le Walker reprit :

Willy ▬ Donc, comme je te disais, il doit y avoir un truc derrière tout ça. A la base, on te met bien avec des boissons alcoolisées t'as vu, on te propose de jouer aux dominos, et on te fait gagner les premières parties pour t'inciter indirectement à miser toutes tes thunes vu qu'inconsciemment, tu rentres en confiance. Et à la fin tu perds tout. Ces gars sont pas réglos et ça, ça m'gêne. Du coup tu m'suis ou tu vas laisser un gars en sang faire le travail tout seul sans gagner de récompense à la fin. J'ai vu qu'il y avait une sorbetière, ça pourrait éventuellement t'intéresser j'imagine.

L'"amadouer", maître-mot. Mi-bâtard, mi-futé, mais pas un Mifune, notre héros attendait impatiemment la réponse de, peut-être, son nouveau coéquipier, juste le temps d'un instant. Ah... et je ne vous ai pas parlé du plan auquel pensait Willy lorsqu'il tentait de convaincre le gros porcin. Il voulait surtout aller là-bas pour se remplir encore plus les poches, mais ça, bien sûr, il ne faut pas le dire, ça reste entre nous. Bah, oui qu'est-ce qu'il en avait à foutre que certains gars soient réglos ou pas... Maintenant, il fallait voir si un con pouvait tomber dans la connerie d'un autre. Si oui, alors on allait insister à l'un des plus grands cocktails Molotov du monde en rassemblant deux idiots de compétitions.
http://www.onepiece-requiem.net/t11119-willy-walkerhttp://www.onepiece-requiem.net/t11202-willy-walker-fiche-techni
avatar
Gura

♦ Localisation : Lille

Feuille de personnage
Dorikis: 4115
Popularité: 190
Intégrité: -75

Mar 12 Aoû 2014 - 15:24

Mouarf ! L'alpiniste de bas étage avait cru qu'il pouvait rivaliser avec le Sumo. De toute façon, ce n'était pas comparable. Le gars avait réussi à fendre la terre du pied, ok... mais à armes égales, il se serait certainement éclater le coccyx.
Gura en profita ensuite pour le dévisager, une fois face à face. Du haut de ses deux mètres vingt, c'était trop facile. Un faux pas de l'avorton, et sa large bedaine l'avalait tout cru. Mais pas de bagarre imminente à signaler. Juste place à de la parlotte, où l'autre s'excusa à sa façon.

* Comment ça, c'est pas de ta faute ? S'interrogea le gros, dans son for intérieur. Alors, toi quand tu perds, tu piques dans la caisse ? Et en plus, tu trouves ça normal ! Dis plutôt que tu connaissais pas les règles du jeu, mouhahaha ! *

C'est vrai que raconté comme ça, et encore sur le coup de la colère, Gura ne pigea pas tout de suite où son interlocuteur voulait en venir. Comme dirait l'autre : c'est le jeu, ma pov' Lucette !

Cependant, son speech tourna court au moment où un des losers, supposé déglingué plus tôt, tenta un dernier assaut. Pour l'honneur, probablement. Bref, ce fut vain. Monsieur Je-rafle-tout s'en chargea aussitôt. Voilà ce qui arrive quand on interromptait quelqu'un d'aussi impulsif, on va dire.

_ Je ne sais pas ce que tu appelles "pas beaucoup d'argent", mais c'est clair que ces mongoliens ont l'air de ne pas t'aimer dutout-dutout.

Gura se mit au garde-à-vous, tout en croisant les bras sèchement. Résultat, après plusieurs "bouing bouing" des bourrelets, on eut droit à un largage de gouttelettes de sueur aux pieds des deux protagonistes. Boarf, c'est pas comme si le p'tit Willy n'y avait pas déjà eu droit, hein ? Ça ne devrait donc pas le répugner tant que ça, avec un peu de chance.

Puis le jeunot récita enfin tous les détails de cette affaire. De quoi se faire une meilleure opinion. Et qui sait ? Peut-être que ce mec n'était pas le plus méchant de tous, en fin de compte. Seulement lésé, en fait.

_ Bizarre, bizarre, ouaip. Trop beau pour être vrai, quoi... Bon, c'est décidé alors. Je vais leur montrer qu'on ne rigole pas avec les dominos ! T'auras qu'à me filer ton argent pour les mises, et j'vais tout récupérer. Fais-moi confiance. J'ai travaillé dans un cirque, alors leurs tours de passe-passe n'auront aucun secret pour moi !

L'obèse de service leva brusquement les bras en l'air, réjoui par ce nouveau tandem naissant. Puis oups ! Tiens, prends encore un peu de transpiration des aisselles dans la teuté, va !

_ Gura, pour vous servir ! Ajouta-t-il, façon prince charmant.

Ahem ahem. Pour une meilleure compréhension de la situation, il faudrait donc repasser. Néanmoins, si ça permettait de faire entrer un gros boeuf dans l'arène, hein... Sorbetière, attends-moi !

Sur ce, en avant toute ! Le but consisterait désormais à suivre le guide jusqu'au bar, sans se faire remarquer par des foutus snipers restants et autres fouines enquiquineuses sur le trajet. Mission pas encore trop difficile si on savait comment s'y prendre pour passer inaperçu avec classe. D'ailleurs, quel était le plus judicieux artifice pour se la jouer incognito jusque là-bas ? Une cape sur la tête évidemment ! Ou une sorte de foulard, quoi. C'est selon.
http://www.onepiece-requiem.net/t10051-gurahttp://www.onepiece-requiem.net/t10092-gura
Willy Walker

♦ Localisation : East Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 1550
Popularité: -43
Intégrité: -33

Mer 13 Aoû 2014 - 2:00

Le bougre attendait la réponse de son congénère. Il semblait avoir réussi à le convaincre, il regarda donc vers le vide du ciel pour penser à tout l'argent qu'il pourrait éventuellement se faire. Effrayé par la taille de son nouveau coéquipier ? Non même pas. Il le trouvait juste étrange. Logique quoi... Un géant de 2 mètres 20 qui traîne avec un slip et qui produit de la transpiration qui colle, ça n'se trouve pas à tous les coins de rues, des gens comme ça. Ce dernier se présenta d'ailleurs à notre protagoniste préféré, Gura qu'il s'appelait selon ses dires. Ajouter à ces paroles de la transpiration bien collante, et vous voyez quel genre de type est ce Gura.

Quoi qu'il en soit, le basané ne fit rien pour éviter de se fâcher contre son coéquipier. C'est pourquoi il ne fit rien lorsque Gura lui transmit sa transpiration bien dégueulasse. Bah ouais, un peu de logique encore une fois. Soit une embrouille contre un type balèze, soit l'argent et la paix à se partager... tout seul puisque l'autre ne voyait rien venir.
En effet le choix était vite fait. Il fallait maintenant trouver un plan pour pouvoir entrer dans ce bistrot une nouvelle fois sans se faire cramer. Heureusement pour les deux héros, les deux protagonistes trouvèrent un magasin de déguisement encore ouvert malgré la pagaille provoqué par Willy. L'un attacha un foulard sur sa tête, un peu comme Roronoa Zorro, étant donné qu'il ne pouvait rien mettre d'autres, tandis que l'autre mit une fausse moustache et enfila une cape pour cacher ses divers équipements. Ah et bien sûr, ils payèrent que dalle !  Pendant que l'un attirait la présence du propriétaire, l'autre en profitait pour voler - dans le dos du propriétaire - des trucs passables quoi...

Après avoir enfilé ces quelques bouts de tissus, ils marchèrent vers le bistrot où ils arrivèrent en quelques minutes. Ils se tenaient devant le bistrot, comme deux gars qui préparaient quelque chose quoi... Willy venait de remarquer que le décor avait changé... 'Fin je veux dire qu'ils avaient déjà repris du service en débarrassant tous les corps et toutes les tâches de sang qui traînaient dans le bistrot et en accueillant de nouveaux pigeons. Plus aucune preuve de ce qui venait de se passer il y a quelques minutes, même pas un simple indice... C'était vraisemblablement des pros. Mafiosos ? Secte ? Dieu sait ce genre de choses mieux que nous... Avant d'entrer dans le bar, Willy se présenta également à Gura :

Willy ▬ Bon, t'as t'nu sans fuir. T'as l'air d'avoir des cojones puisque t'es prêt à me suivre et ça, ça me plait garçon. J'm'appelle Willy, Willy Walker. Enchanté Gura. Maintenant, on fait comme on a dit ok ? Je te passe ma thune et tu f-

Une nouvelle fois, le garçon aux yeux sombres n'eut même pas le temps de finir sa phrase qu'un élément perturbateur fit son apparition. Ce dernier lui lança une chaise qui fit tomber Willy contre le mur derrière lui.

??? ▬ Enfoiré, vous êtes pas cramé avec vos déguisements minables. On sait que vous êtes deux, un gros porc énorme comme le cul de la Mermy Shell, et un maigrichon avec des longs bras.
Willy ▬ Ok *souffle, puis se relève en se tenant le dos*. Écoute, j'suis là pour vous rendre votre fric.  
??? ▬ Ça ne change rien, tu ne mérites que la mort après avoir osé nous défier, nous... AHHHHHHH !
Willy ▬ Y a aucun moyen de vous faire changer d'avis hein ? Ok... En plus il a dit que j'étais maigre...

Le jeunot se leva précipitamment, promptement en utilisant la force de ses bras et fonça sur son adversaire. Cette remarque sur son corps semblait l'avoir vexé. Pendant ce temps, Gura semblait déjà être entré à l'intérieur vu que Willy ne le voyait plus. Il commença à s'inquiéter, et s'il avait fuit ? "Nan pas possible" se dit alors le ténébreux. Mais il s'imagina un truc d'encore plus barré. "Et s'il avait été poignardé une dizaine de fois avec un couteau de boucher, s'était fait retirer les yeux avec des fourchettes avant de se faire violer par des chiens affamés? Putain, je vais avoir une mort dégueulasse sur la conscience. Nan, j'dois arrêter de penser à ça, c'est pas le moment". Effectivement, ce n'était pas le moment puisqu'une nouvelle vague d'ennemis venait d'apparaître devant le pecnot.

Il vit une poutrelle en bois à sa droite sur un chantier. Il courut et arracha une partie d'un pilier porteur en bois. Ouais... Il s'était dit qu'il fallait le faire à l'ancienne. En mode "fessée". Il vérifia bien sûr préalablement la solidité de ce morceau de bois en le frappant plusieurs fois contre sa main tout en évitant de se faire mal. Juste pour voir si cette poutrelle résistait à un contre-poids. Et il fonça en même temps que ses adversaires pour dissimuler tout signe de peur. Alors, à partir de ce moment-là c'est parti en freestyle à base de dents cassées, de nez refait et ainsi de suite, jusqu'à ce qu'il n'en reste plus qu'un sur le terrain, qu'un survivant dans ce champ de bataille. Et bien sûr je vous fais pas de dessin (c'est un flashback, soyez lucides), Willy était le dernier à tenir debout. Une fois qu'cette baston prit fin, il rentra dans le bar en courant pour voir si Gura était toujours en vie, pour vérifier s'il n'avait pas fui et pour vérifier s'il ne s'était pas fait planter une dizaine de fois avant de se faire arracher les yeux à l'aide de fourchettes démoniaques pour ensuite se faire violer par des chiens affamés. Ouais, il avait une imagination débordante... Un cadeau de Dieu ça, tout comme sa connerie infinie.
http://www.onepiece-requiem.net/t11119-willy-walkerhttp://www.onepiece-requiem.net/t11202-willy-walker-fiche-techni
avatar
Gura

♦ Localisation : Lille

Feuille de personnage
Dorikis: 4115
Popularité: 190
Intégrité: -75

Mer 13 Aoû 2014 - 15:03

À peine risible, Gura avait passé son temps à jouer avec les lacets de sa drôle de capuche. Il faut dire que le grand gaillard ne se mettait pas souvent sur son trente-et-un, alors pour une fois qu'un semblant de chapeau lui allait comme un gant, il en était devenu pratiquement tout fou. Ça lui donnait un petit côté Chaperon Rouge qui se rendait chez Mère-Grand, ou quelque chose dans ce style. Bon d'accord, à condition de n'avoir plus qu'un dixième à chaque oeil, cela va de soi !

Les deux compères arrivèrent donc sans encombres jusqu'à ce fameux bar décrit plus tôt par Willy. Et même une fois stationnés devant, l'établissement paraissait charmant et accueillant. Résultat, le beau brun fit les yeux ronds tout à coup. On aurait dit qu'il trouvait ça louche que l'entrée du bar ne soit pas plus amochée que ça, après son dernier passage. Était-ce sa façon de signaler qu'il s'était tout bonnement gourré d'enseigne ? Qu'il avait eu une hallucination depuis le départ ? Ou que tous les tarés à ses trousses n'avaient pas pour autant perdu toutes leurs cases ?

_ Vas-y, dis ! Glissa le gros, pour remonter le moral de son conjoint. Comment tu me trouves ?

Mais le collègue resta sérieux. Et même qu'il se présenta dans la foulée. Avec une éloge ou deux, et un bonus sur une histoire de balloches bien présentes... ou pesantes ? Ce à quoi ne put s'empêcher de répondre le naturiste volumineux :

_ Bah merci, ça m'touche beaucoup. Mais vois-tu... euh... depuis que j'ai pris un peu des kilos supplémentaires, j'ai beaucoup de mal à aller regarder où-tu-sais... alors, j'te crois, je suppose.

Manque de bol, c'est toujours dans de pareils moments de soutien et de réconfort que l'ennemi prenait un malin plaisir pour venir mettre le dawa, grrr ! Et paf ! La guéguerre se déclara officiellement, la seconde d'après.

Le Sumo grogna une première fois car la discussion tourna court, puis, rebelote lorsqu'une chaise balaya son interlocuteur de son champ de vision. Gura, croyant vraiment pouvoir jouer aux dominos, se mit alors à bouder. Et comme si ça ne suffisait pas, l'agresseur laissa même sous-entendre que leurs déguisements étaient pitoyables. Han ! Y'a vraiment plus de respect, sa mère !
Il n'en fallut alors pas plus à Gura pour pénétrer dans le bar et partir dans une croisade en solitaire, tandis que Willy n'avait qu'à se démerder avec ses propres problèmes.

_ Toupie Booblade ! Lâcha-t-il cash, dès que la première proie fut à portée de téton.

S'ensuivit alors une longue valse expéditive dans toute la pièce. En long, en large, et en travers. Tout finit par s'envoler tôt ou tard dans un tourbillon incontrôlable. Tables et chaises réduites à néant. Croupiers, vigiles, serveurs et compagnie également. Il y avait même eu ce type qui s'empiffra de dominos, à un moment donné... allez savoir pourquoi !

À vrai dire, la salle de jeu n'était pas aussi grande. Le bar venait d'ouvrir, à ce qu'il paraît. Néanmoins, pour qu'autant de sbires travaillent dans cette taverne, le témoignage de Willy se confirmait encore un peu plus, à présent : impossible de payer, de façon légale, un salaire à tous ces glandus !
Quoi qu'il en soit, lorsque le Sumo eut fini sa mission d'éradication, il ne restait étrangement plus qu'un seul survivant, tout sourire derrière le comptoir. Il avait dû bien sûr se protéger efficacement derrière, en plus d'être en retrait.

_ Toi non plus, j'imagine que tu n'aimes pas mon beau foulard ? Plaisanta Gura, tout en se débarrassant du déguisement concerné.

Le catcheur pensa aussi à jeter un coup d'oeil par-dessus son épaule, histoire de savoir si son partenaire avait survécu. Mais aussitôt revenu sur le barman, l'ambiance changea.

Primo, le mec semblait plus balaise que les autres troufions de ce rade. De la gueule, du muscle, du charisme, une tenue très design. Et deuzio, il ne tremblait tout simplement pas... un peu comme si ce n'était pas son premier jour, quoi. Et donc, expérience powa, ça devait vouloir dire !
À ce propos, il se mit bientôt à mijoter un cocktail ? Une bouteille d'alcool par-ci, des glaçons par-là, une paille, de la boisson fruitée, toussa toussa... on se serait presque cru dans du court programme TV, où on avait le chic de nous vanter telle ou telle petite recette facile à préparer, et bla bla bla...

Puis pour conclure son petit numéro, il but son verre cul-sec... sans oublier de tout recracher à la suite, aussi puissamment qu'une lance à incendie de pompiers ! Pssshhhtt ! Gura fut alors arrosé et carrément repoussé vers la sortie du bar.
Bah m*rde alors ! Depuis quand on pouvait éjecter une montagne de deux cent cinquante kilos, comme une vulgaire feuille de papier ?
http://www.onepiece-requiem.net/t10051-gurahttp://www.onepiece-requiem.net/t10092-gura
Willy Walker

♦ Localisation : East Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 1550
Popularité: -43
Intégrité: -33

Jeu 14 Aoû 2014 - 3:37

Même pas le temps de respirer dans ce monde de brute. En effet, alors que le basané voulait vérifier si Gura était à l'intérieur, il fut surpris par ce dernier qui fut "propulsé" vers sa position. D'un réflexe instinctif, il réussit à éviter de se manger le corps de son coéquipier en plein dans la gueule. Prendre de plein fouet la masse d'un type avec un gabarit aussi conséquent élancé à cette vitesse, cela aurait pu sûrement provoquer sa mort. Alors que l'adversaire venait de lancer une attaque de pyromane, Willy avait réussi à éviter cette technique en se couchant devant un obstacle entre la gigantesque flamme et lui-même.

Il prit le temps de souffler avant de faire quelque chose. Il n'allait pas rester les bras croisés pendant que Gura était sorti du "ring". Il n'avait pas le temps de préparer un plan, l'adversaire l'avait sûrement vu... "Rah et merde !" se dit-il. Le brun se leva avant de constater avec surprise que la personne responsable de cette attaque n'était autre que le barman. Étrange... Il n'avait pas la dégaine d'un combattant, et pourtant il ne tremblait pas devant nos deux protagonistes. "Si Gura a été surpris, cela signifie que je dois être vigilant et ne pas foncer tête baissée"... Bon raisonnement, sauf qu'il ne l'a pas suivi. Voilà à quoi ça sert de ne pas avoir suivi des entraînements à certains arts martiaux, mais d'avoir été obligé d'apprendre sur le tas. Il se précipita alors sur le barman avec le même bâton que tout-à-l'heure. Cette course lui permit de prendre de l'élan pour pouvoir sauter sur son adversaire.

Mais, comme d'habitude, je ne vous fais plus de dessin, ça ne se passa pas comme Willy l'avait désiré. Il pensait atteindre sa cible avec sa vitesse d'exécution mais ce dernier utilisa une table en tant qu'obstacle pour parer l'attaque de Willy. Du coup, le jeune homme tapa dans le vide pendant que le barman en profita pour attaquer à son tour. Il pris deux rondelles de citron qu'il lança dans les yeux de Willy pendant que ce dernier essayait de retirer son bâton qu'il venait de planter dans le sol. Ouais erreur de calcul dans l'attaque, trop fort. Alors il se pris les rondelles dans les yeux et sursauta.

Willy ▬ PUTAIN ÇA PIQUEEEEEEEEEEEEEE !

Le barman en profita alors pour prendre une paille en guise de sarbacane, placer des glaçons au bout de la paille et les souffler sur Willy. Le choc thermique avec la température actuelle de son corps se fit automatiquement ressentir lorsque les glaçons tapèrent la peau de notre héros. Et il en cria une nouvelle fois... Quel genre de situation improbable et débile. Lorsque le barman n'avait plus de glaçons, Willy retira les rondelles de ses yeux qui tournèrent pratiquement au rouge à cause de l'acidité de l'élément en question, à savoir le citron. "Enfoiré!" se dit alors le bambin. Il fallait que son adversaire paye, alors même plus besoin de prendre le bâton, il voulait en finir avec ses poings. Il projeta à son tour une table sur son adversaire pour lui masquer la vue et lui permettre de l'attaquer. Le barman ne put éviter la table, mais pensait que Willy allait sûrement attaquer par le haut vu que c'était la seule solution plausible, sachant que derrière lui, il y avait un mur.

Cependant, Willy a toujours été imprévisible, et il le prouva une nouvelle fois sur ce coup-ci. Il ne sauta pas, non, il avait remarqué que son adversaire n'était pas n'importe qui. Il anticipa donc l'anticipation de l'adversaire pour être clair. Après avoir projeté cette table, il se précipita sur celle-ci et asséna un coup de poing dévastateur sur cette même table. Il transperça la table et par la même occasion, son adversaire s'était pris ce poing dans la gueule, puis avec l'effet de surprise, la douleur n'en fut que multiplié. Willy resta immobile pendant un moment. Son poing était en sang, tout comme son visage. Son regard, on ne le voyait plus à cause de sa touffe de cheveux qui la recouvrait. Mais on pouvait clairement ressentir qu'il pouvait tuer via l'attitude qu'il avait, et ce, même s'il n'était encore qu'un simple civil à l'époque.

Il retira son poing après quelques secondes, poussa la table entre lui et son adversaire en donnant un coup avec sa jambe sur l'un des pieds de table de cette dernière. Il saisit ensuite son adversaire par le col, le monta, avant de donner une nouvelle fois un coup de poing alors que ce dernier n'avait plus les jambes à terre. Il le projeta ensuite de l'autre côté de la pièce après s'être bien défoulé sur son visage en pensant que ce dernier allait être K.O.

Mais c'était loin d'être le cas. En effet, ce dernier se releva difficilement pendant que Willy ne pouvait plus rien faire. En effet, il restait humain et la fatigue avait pris le dessus... Il s'était trop battu, il avait trop saigné, il avait visiblement atteint ses limites. Cela dit, son adversaire également était mal en point. Mais il pouvait toujours bouger lui, malgré son visage déformé. Il profita de la fatigue de Willy pour boire un nouveau verre avant de tout cracher vers notre héros en prenant bien soin d'alimenter ce liquide par la légère flamme d'une allumette. Et ce n'était pas fini, il fabriqua d'autres cocktails Molotov pendant que Willy parvint, via un dernier effort à esquiver cette attaque et les lança partout sur la pièce.

Barman ▬ Vous ne sortirez jamais vivant de cet endroit krkrhahahahahaha.

Willy avait du mal à reprendre son souffle. Alors qu'allait-il se passer ? Les minutes de nos protagonistes étaient-elles comptées ? A suivre...  
http://www.onepiece-requiem.net/t11119-willy-walkerhttp://www.onepiece-requiem.net/t11202-willy-walker-fiche-techni
avatar
Gura

♦ Localisation : Lille

Feuille de personnage
Dorikis: 4115
Popularité: 190
Intégrité: -75

Jeu 14 Aoû 2014 - 15:52

D'abord sonné, Gura devait donc se remettre de ses émotions. Décidément, son adversaire avait un certain potentiel, et donc il ne faudrait plus le sous-estimer ni même le laisser concocter ses potions de druide. Enfin, dans la mesure du possible. Et puis, derrière son comptoir, il avait de quoi faire son fiérot. Avec toutes ces étagères et autres placards remplis à ras bord. Tout comme ses bouteilles, d'ailleurs !
Le Sumo mit du temps ensuite à se redresser sur ses deux quilles, mais après avoir trouvé comment rebondir sur son amas de rondeurs, il pouvait enfin espérer revenir dans la course, et ainsi envisager une victoire à l'horizon. En effet, pas question de perdre contre un trouduc de barman, spécialisé visiblement dans les cocktails explosifs.
Le gros portait un slip, quasiment prêt pour aller siroter à la plage sous les cocotiers, de toute manière ! Alors si c'était déjà pour se faire recaler la boisson dès le départ, les chances de pouvoir ensuite lézarder dans un transat s'amenuisaient !

_ Vengeance ! S'écria-t-il, poing levé et de retour dans l'entrée du bistrot.

Là par contre, il y avait eu du sacré changement. Était-ce coquinou de Willy qui avait dézingué un peu plus l'endroit ? Ou l'autre employé de la maison ? Quoi qu'il en soit, la salle n'allait pas tarder à ressembler à un feu de forêt.

_ Qu'est-ce que j'ai râté ? Trouva-t-il encore à formuler, plaisantin. P*tain de m*rde, nan ! Le déguisement, tout mais pas ça ! Noooon ! Pas la moustache, fais gaffe à la moustache, Willy !

Bah quoi ? Qu'est-ce qu'on en avait à battre de sauver le complice en lui-même, tout désigné pour griller comme une brochette, hein ? Gura ferait de toute façon un prix de groupe. Tout à l'heure, son foulard ne valait pas une cacahuète... et maintenant, ça !

_ Home Sweat Home ! Invoqua-t-il, en faisant pleuvoir des mares de transpiration.

Apparemment, les proprios d'ici devaient avoir pigé qu'il était inutile de persister à faire fortune dans les parages, donc c'est clair qu'avec un barbecue pareil, ils souhaitaient effacer leurs traces de magouilles.

Le feu qui encerclait le jeune rebelle finit alors par s'évaporer. Et euh, ahem... la cible au centre aussi. Bouh qu'il est tout mignon, le Willy ! Embaumé dans cette gélatine visqueuse, épaisse, ruisselante. Le pov' pitit garçon semblait avoir bien bossé entre temps. Mais exténué par tout ce sport, il ne bronchait presque plus. Et maintenant qu'il collerait, il bougerait sûrement encore moins, mouarf !
Dans son coin, le barman aussi paraissait avoir morflé un peu. Il avait dû sortir de sa planque, à vue de nez. Et justement, si c'était ça la solution ? L'extirper de son poste de défense ! Sans ses précieuses compositions, il serait foutu rien, en fait.

_ T'es sûr que t'es barman, mec ? Relança ensuite Gura. Et pas plutôt... pyromane ?

_ Tu peux parler, la baleine ! Toi, tu chercherais pas à inonder la salle, par hasard ?

Hin hin hin, qu'il est drôle ! En tout cas, ça ne le priva pas de récidiver avec ses pratiques incendiaires, la seconde d'après. De quoi ne pas laisser au Bibendum, le temps de souffler entre deux salves... probablement pour qu'on suffoque plus vite.

_ J'vais te faire la peau, comme avec ton pote ! Gueula-t-il une dernière fois, avant un souffle du dragon, version whisky au napalm.

Il avait raison, n'empêche ! Avec un catcheur pratiquement apwal, ce n'était pas l'épiderme à découvert qui manquait. Si ce n'est que devant lui, en guise de bouclier, campait toujours un dénommé Willy enseveli, détrempé et qui tournait au ralenti dans la colle.
Alors quand l'autre guignol de chimiste balança la sauce, qui serait le premier à être rogné jusqu'à l'os ?

Gura se protégea tant bien que mal derrière le cucul de son coéquipier, qui, lui, disparut dans la fournaise. À tout jamais ? Pas le temps de pleurnicher tout de suite, à vrai dire. Si le gros tas ne voulait pas être le suivant à servir de Kébab, il devait à tout prix opter pour un assaut de la dernière chance : attirer Mister Crématorium hors de sa tanière avant que ça n'empire sévère !
Résultat, ceinture virée de ses hanches, il l'utilisa comme un grappin jusqu'à sa proie, une fois hors de portée du feu. Par chance, il y avait assez de longueur. Puis lorsque le tissu mouillé et gluant empoigna le barman à la gorge, le Sumo tira violemment vers lui... quitte à déchirer le comptoir en deux, lors du rembobinage.

_ Mon s*laud, fais tes prières ! Conclut Gura, en insérant son ôtage entre ses bourrelets abdominaux. Hot Dog !

Tandis que l'autre énergumène de la boisson alcoolisée résistait à l'écrabouillement, le Sumo pivota vers son ex-compagnon.

_ Repose en paix, Willy. Ton sacrifice n'aura pas été vain.

Laule.
http://www.onepiece-requiem.net/t10051-gurahttp://www.onepiece-requiem.net/t10092-gura
Willy Walker

♦ Localisation : East Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 1550
Popularité: -43
Intégrité: -33

Jeu 14 Aoû 2014 - 16:59

Le jeune homme ne pouvait plus rien faire. Il était totalement immobilisé. Son corps commencer à s'engourdir. Ses jambes devenaient de plus en plus lourdes, tandis qu'il ne sentait pratiquement plus le sang qui sortait des différents ports de sa peau. Il pensait que s'en était fini pour lui, déjà... Avec ces flammes qui l'encerclaient, il allait sûrement finir en brochette. Heureusement pour lui, il lui restait un dernier espoir. Son coéquipier, qui venait de réapparaître sur le champ de bataille et qui fit une remarque sur la belle fausse moustache de Willy. Trop fatigué pour répondre, notre brun préféré sourit et lui fit juste un signe de la main, pouce levé avant de cracher du sang.

Gura ne chôma pas et exécuta une technique, bien propre à lui en arrosant tout le coin de cette transpiration inhumain. Ce liquide éteignit rapidement les différents feux présent aux quatre coins de la pièce. Seule inconvénient, il arrosa également (inconsciemment ou pas) le Walker de cette transpiration épaisse et gluante. Résultat, Willy qui avait déjà du mal à bouger... ne pouvait dorénavant plus du tout à cause de cette sueur qui l'immobilisait.

De cet avantage, l'adversaire en profita pour attaquer une nouvelle fois Willy après avoir prit la parole. Son coéquipier se cacha derrière son corps pendant que Willy encaissait l'attaque... Gura ensuite, pris de colère se chargea de s'occuper de l'ennemi. En quelques mouvements, il l'attrapa et le coinça contre ses graisses abdominales. Il dit ensuite que le brun n'était pas mort en vain... sauf que :

Willy ▬ Hé Gura... J'peux pas mourir maintenant héhé... kof, kof.

Il était toujours en vie ! Comment était-ce possible ? En fait, tout ça n'était en fait dû qu'à la transpiration de son compère qui devint un voile entre le feu et le corps de notre protagoniste. Cette pâte permit de faire dissoudre la flamme tout en disparaissant elle-même petit à petit! Comme quoi, la vie de Willy s'est joué à un surplus de sueur...

Quoi qu'il en soit, le basané l'avait au travers de la gorge. Furieux contre le barman, il s'approcha -lentement mais sûrement- près de Gura, saisit le barman et lui mit plusieurs coups de genou en plein dans le ventre.

Willy ▬ Enfoiré... kof... kof... Gura, tu m'excuseras pour la moustache qui a totalement brûlée... Hé hé...

Il s'écroula ensuite de fatigue, tombant sur ses jambes... Il mit ses bras contre le sol, ne bougea pas quelques instant, mais se releva parce qu'il n'en avait pas fini encore. Il n'avait pas oublié pourquoi il était venu ici à la base. Certes pour leur casser la gueule mais aussi pour une autre raison : l'argent. Il s'approcha donc de la caisse du bistrot tout en prenant appuie sur le comptoir pour pouvoir continuer à marcher. Une fois devant, il n'avait pas que ça à faire que de chercher un code pour l'ouvrir, avec les forces qui lui restaient, il arracha une partie de la caisse, mais il n'y avait pratiquement pas d'argent...

Alors il regarda autour de lui, et vit à côté de lui qu'il y avait une porte réservée au personnel. Il cassa la porte, rien de particulier ici, mais il y avait encore une autre porte au bout de celle-ci. Leur bureau privé ? En effet... Il cassa également cette porte et trouva ce qu'il était venu chercher. Il mit autant d'argent qu'il put sur lui, les cacha un peu partout, jusque dans son slip. Puis il sortit... sourire aux lèvres, une nouvelle fois, avec un jeu de dominos à la main qu'il donna au bourrelet en guise de remerciement.

Willy ▬ Tiens... tu voulais jouer aux dominos... Kof kof... J'étais parti te chercher ça... Bref, faut qu'on bouge vite d'ici, les marines ne devraient pas tarder à arriver vu tout le boucan qu'on a provoqué. C'est un miracle d'ailleurs qu'ils ne soient pas déjà là. On devrait se séparer pour éviter de se faire cramer plus facilement. Je te remercie, en espérant qu'on puisse un jour se recroiser... Qui sait... la Terre est ronde apparemment.

Une rencontre assez particulière, mais plutôt cool dans le fond avec un type qui sort du commun. Notre héros partit donc lentement, mais sûrement en espérant un jour recroiser ce personnage dantesque avec qui il venait de vivre une aventure remplit d'adrénaline. Ah et bien sûr, il n'avait rien dit du tout à Gura concernant l'argent qu'il venait de voler. Héhé!
http://www.onepiece-requiem.net/t11119-willy-walkerhttp://www.onepiece-requiem.net/t11202-willy-walker-fiche-techni
avatar
Gura

♦ Localisation : Lille

Feuille de personnage
Dorikis: 4115
Popularité: 190
Intégrité: -75

Ven 15 Aoû 2014 - 8:32

Hein ? Willy Walker avait ressuscité ? Meuh nan, c'était forcément une hallucination ou son fantôme, n'est-ce pas ? À moins que...

Ah oups, la faute à toute cette fumée opaque et toxique qui avait embrumé la vue de Gura, lorsqu'il s'était retourné, en vérité. Bon, tant mieux alors si le basané n'avait pas fini incinéré, en fin de compte. Il y avait bien eu assez de dégâts pour aujourd'hui, de toute façon.

_ Bah ça alors ! T'es un vrai dur, toi.

Pendant ce temps, des "hmm mmm hmpf" en sourdine vibraient dans le ventre du Sumo, un peu comme de la trop forte musique résonnant au travers d'un mur. Le genre de zik pour sales djeunz avec plein de basses, quoi.
C'était bien sûr le barman, toujours coincé dans les mises en pli du gros.

Gura ne cherchait plus à broyer le crâne de sa victime, en apprenant que son collègue avait survécu... miraculeusement ? Puis, il finit par comprendre que le ténébreux, enduit plus tôt à la sueur, avait en quelque sorte été protégé des flammes. Délire ! Combinaison ignifugée powa ! Et maintenant que tout s'était évaporé, le survivant de l'enfer ne serait plus dérangé par tout ce liquide super adhérant. Et dégueulasse, faut pas déconner !

_ J'adore les histoires qui finissent bien. Dans mes bras, mec !

Évidemment, le catcheur jouait la comédie, hein. La fin de toute cette aventure laissait place à l'euphorie. Quoique...

Il y avait apparemment encore une dernière touche à tamponner, telle une signature à la fin d'une lettre. Willy l'avait encore mauvaise envers ce maudit barman si impressionnant. Du coup, sans plus de fioritures, il récupéra le colis dans les entrailles de l'obèse et se chargea de lui marteler le foie. Ceci fait, le jeunot se laissa choir sur le plancher. Il avait besoin de décompresser un bon coup, après autant de blessures encaissées.

_ Bon bah j'ai bien mérité un p'tit verre, finit par lâcher Gura, après avoir lui aussi pris du repos.

Willy s'était alors relevé à ce moment-là, d'ailleurs. Il partit soudain fouiller ici et là, et principalement autour du comptoir. Enfin, ce qu'il en restait. Et après avoir défoncé une machine, il disparut une minute ou deux à peine dans un local secret ou privé, tout au fond.
En tout cas, ce n'était pas le genre de porte qui menait vers les toilettes. Et puisqu'elle ne s'offrait pas ouvertement au client, on y gardait donc logiquement des affaires plus personnelles. Peut-être la paperasse de leur comptabilité, etc...

Le Sumo ne bougea pas de sa place, si ce n'est pour tapoter du pied le barman amoché et inconscient au sol. Un passe-temps comme un autre, quoi. Gura allait ensuite s'apprêter à appeler son allié du jour, au moins pour lui demander ce qu'il espérait trouver... mais pas la peine ! Willy sortit bien assez vite, au final.
Rien n'avait changé à son retour, à part peut-être la boîte qu'il avait entre les mains. Un cadeau souvenir ou d'adieu ? Oh c'est trognon ! Gura mima le mec sur le point de chialer (mais qui retient ses larmes), puis accepta l'offrande avec joie. Comme quoi, même après la brutalité, il avait du coeur, ce beau brun !

_ Eh bah écoute, comment dire ? C'est euh... enfin, merci...

Le catcheur ému ne savait plus prononcer une phrase correctement, et ce qui suivit n'allait pas arranger son blocage. En effet, cette île était également connue pour y avoir planté une base de la Marine. Alors si les deux hommes préféraient prendre racine au beau milieu de tout ce bordel, ils finiraient à coup sûr avec les menottes aux poignets, direction la case prison.

Tout s'enchaîna alors très vite. Pas le temps de se faire la bise, de s'échanger leur zéro-six, et autre intimité du même registre. Il fallait donc se dire adieu illico, et se tailler prompto ! Donc après un dernier au revoir viril et classique, chacun tira sa révérence de son côté.
En plus, vu le niveau de course du catcheur, ça aurait été une erreur de lui emboîter le pas. Sur ce, au petit bonheur la chance, autant s'enfuir en solitaire et advienne que pourra pour l'un ou pour l'autre !
http://www.onepiece-requiem.net/t10051-gurahttp://www.onepiece-requiem.net/t10092-gura
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1