AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Pas Habituels Suspects

Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Eustache Ier

♦ Localisation : Reverse M.
♦ Équipage : none

Feuille de personnage
Dorikis: 1725
Popularité: 15
Intégrité: -5

Mar 7 Oct 2014 - 19:51

" ... c'est quand même dingue, la vie, pas vrai ?  

Parce que, voyez, hier, moi, j'me disais, tiens j'm'emmerde. Comme ça, là, c'est arrivé d'nulle part sans prévenir. Ça vous arrive à vous aussi parfois ? Non ? Moi, j'étais posé l'cul dans un canap' grand confort, limite un peu trop pour t'inciter à te remuer le derche, m'enfin, avec la bonne assise quoi; et les dossiers qui font plaiz' parce que tu peux t'endormir addossé à eux aussi, en travers. J'voyais Shurik'n en train de répéter son tout nouveau numéro de rock accrobatique, et moi j'envoyais un sample en beat-box pour lui permettre d'enchainer ses mouvements. Poom, Tsih' Poom, Tsih' Poom-a poom-poom. Un truc qui t'agrippe et te donne envie de hocher la tête pour rien. Juste la rythmique, simple, efficace.  Poom, Tsih' Poom, Tsih' Poom-a poom-poom. C'est prenant, pas vrai ? Bref, j'balançais la cadence et c'était fun, je ne le nie pas, d'admirer l'ancêtre envoyer du déhanché et s'farcir du porté de bac de bière à bout d'bras en guise de partenaire comme s'il avait encore vingt piges. Scène qui exsudait de bonnes vibrations. Mais, y'a que j'm'emmerdais quand même. Alors, sur le mille cent cinquante septième Tsih', j'me suis arrêté, et j'ai demandé au grand Sachem planqué dans ma pipe à eau de me filer l'adresse du prochain truc flex à faire.

Quand j'dis pipe à eau, je veux dire, cigarette en chocoflex, hein, tu t'doutes bien qu'j'avouerais jamais consommer d'la drogue.

Après les quatorze inhalations de bonheur que j'me suis envoyées dans l'buffet, ça allait déjà mieux, et j'me suis senti d'attaque pour m'extirper de cet océan moelleux qui aspirait toute ma bonne énergie depuis la veille. J'suis sorti de la piaule qu'on avait louée avec Shurik'n et j'suis tombé sur l'unique garçon d'étage de l'auberge auquel j'ai demandé si c'était normal qu'on l'appelle garçon d'étage alors qu'il n'y avait qu'un rez-de-chaussée dans leur établissement. Le zigue était un peu coi - il tirait un peu la même tronche que vous en fait - et le temps qu'il réfléchisse à que m'répondre, son attention s'était déjà focalisée sur l'fait qu'j'avais une pupille qui disait merde à l'autre - allergie au chocolat, voyez ? - et la gueule vaguement pâteuse, alors y m'a répondu quelque chose comme " Vous voulez un verre d'eau monsieur ? " qui m'a laissé sans voix. J'ai dit à ce sale sobre de dégager de ma vue, qu'il allait ruiner mes bonnes intentions et ma motivation fragilement déployée en ce fier seize heures du mat', alors il a pas insisté.

Bref, arrivé dans l'équivalent du salon, j'suis tombé sur une affiche accrochée là et qui m'paraissait particulièrement croustillante, le choix des couleurs phosphorescentes entremêlées me paraissant parfaitement justifié pour inciter les familles à aller découvrir le Zoo de l'île. Pour les petits et les grands, de 8 à 88 ans que ça disait. J'trouvais ça un peu vachard pour les vraiments jeunes, alors j'ai rajouté au crayon un 0 virgule, devant le huit. Mais après minutieuse vérification, j'avais mis ça devant le 88, ce qui de fait restreignait vachement la tranche d'âge autorisée au Zoo. Tant pis, on peut pas accomplir un exploit à chaque tentative. Le succès, s'il était si facile à embrasser, y'aurait plus aucun prestige à le choper. Et j'dois dire que la métaphore filée comparant le succès à une fille facile m'a fait passer pas loin de toute la demi-heure suivante. Et st'ainsi, que devisant gaiement avec les nuages et les papillons, j'me suis r'trouvé devant l'entrée du Zoo.

Terrible quoi, j'y avais jamais  mis les pieds, dans ce zoo et j'sentais que c'était exactement c'qu'il me fallait pour lancer ma matinée. Ça et un une clope au tabac et rien qu'au tabac. Alors voilà, tige au bec, suis entré malgré les remontrances du garçon d'entrée qui prévenait que les visites se finissaient dans une heure. Et comme j'fumais, il m'a pourchassé et il m'a collé un PV. C'est là qu'il m'a demandé mon nom. Et c'est pour ça que je vous racontais cette anecdote. Moi, mon blaze, c'est Eustache Placide Zaïtsev Ier. Mais comme y'avait pas assez de place sur le coupon amende, je lui ai dit de m'appeler Hubert, que ce serait plus court. Vous pourrez lui d'mander, j'crois que j'l'ai vu dans votre boutique en me réveillant.

... Hm ? Pourquoi je suis... affublé d'un uniforme d'employé du Zoo ? Ha beh ça, c'est une autre histoire. Mais là, vu que vous m'demandiez simplement mon nom, j'me concentre à répondre aux questions moi, voyez ?

Dites, pour un si petit incident, vous trouvez pas qu'vous en faites un peu beaucoup non ? C'est pas parce qu'un colibri s'est tiré de sa cage qu'il faut nécessair... hm ? Le Zoo est ... ? Parti en fumée ? Ah oui. Oui... c'est fâcheux.

Bah écoutez, moi, j'ai sauvé l'uniforme. C'est d'jà pas mal non ? Z'avez d'autres questions ou j'peux r'tourner m'asseoir avec les autres ? "



Non parce que en vrai, j'me tiens la migraine du siècle. Là, j'reste soft parce que j'cause à quelqu'un qui r'présente la loi mais... C'était Java Intégrale dans la citadelle hier nuit, et des vagues flashs qui m'reviennent parfois... c'était pas du tout public. J'espère que l'koala va bien.  Y doit toujours me rendre la carte au trésor que j'lui ai confiée. S'ils savaient ce que c'est le trésor en plus, y'en a d'autres qui seraient impatients d'y mettre la main dessus.

Quelle éclate n'empêche.


Dernière édition par Eustache Ier le Mar 7 Oct 2014 - 21:25, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t10498-eustache-placide-zaitsev-ierhttp://www.onepiece-requiem.net/t10896-not-like-everybody-else
avatar
Danzel

♦ Équipage : La loi c'est moi

Feuille de personnage
Dorikis: 1210
Popularité: -2
Intégrité: -2

Mar 7 Oct 2014 - 21:13


« … vous n’me croirez pas, ‘fin peut-être que si, un peu.

Je n’suis pas du genre à m’souvenir de ce je fais la veille, parce que ça rythme un peu métro boulot dodo. Vous devez bien connaître ça, les questions bateau qui s’enchaînent jour après jour. Vous voyez, m’sieur l’agent. J’me demande même si quand vous rentrez chez vous le soir, si vous demandez à votre épouse « Hey chérie, racontes-moi ce que t’as fais hier. » Ouais j’sais pas pourquoi cette question m’a foudroyé l’esprit mais ce que je sais, c’est que l’éclair de génie d’hier, bah il est du genre à pas être passé. Parce que je te l’accorde, j’n’ai pas la tête à déblatérer des conneries. Mais pour ce cas là, j’crois que la connerie relève de la réalité. Ouais bon, admettons. J’ai l’sang qui monte à la gueule, le cerveau un peu trop imbibé.

Dans les faits, parce que j’ai décidé d’utiliser votre jargon. Je disais donc, dans les faits. Donc là déjà il faut cogiter, parce que des faits c’est peut-être des faits divers comme des faits d’hiver, 'voyez la chose ? Mais après c’est souvent les deux, vu que là, hier il faisait froid.

J’décide donc de me réchauffer en ce mois de neige, l’genre de neige qui n’tient pas trois minutes sur la chaussée. J’m’en vais crécher dans un bâtiment qui m’sert de logis, l’genre d’immeuble dégueu’ à un seul étage. Là j’continue mon chemin avec mes grandes paluches d’homme poisson pour arriver à deux hauteurs du réceptionniste. T’sais quoi, il à l’air tellement blasé à ce moment précis que j’me demande ce qu’il est advenu de lui. J’pense qu’il a finit croque-mort, ça lui collerai bien ça. J’disais donc, j’réserve ma chambre pour une après-midi. Après ça il inscrit une petite barre en guise de nom, sympa. Dans l’genre loque au stade cadavérique, on n’fait pas pire.

C’est là qu’avec tout l’entrain qui anime ma poisse –  parce que ouais, hier j’avais un contrat sur une tête – que je me rends jusqu’à ma piaule pour faire un somme. A ce moment là, j’suis plus du genre à m’raisonner qu’à procrastiner, du coup ça fait un mélange plutôt malsain. « Flemme, j’lui démembrerai sa tête de con demain, ça me laissera le temps d’aborder le démembrement de différentes façon. » Là, les termes sont un peu violents parce que j’en rajoute. Dans l’état actuel des choses, je suis plutôt doux. Après c’est sûr qu’à la vue de mes incisives, vous penserez le contraire.

J’rejoins donc le pays des rêves à plusieurs reprises avant d’me faire réveiller à nouveau par des « psscht, pooom, tshit. » plus ou moins étouffés. J’sais pas ce qu’il y avait à côté, mais l’ambiance y était. L’gars devait être carrément dans le groove, pour avoir fréquenté pas mal de bars, rare sont ceux qui savent mettre le moove. Tac, j’me lève de mon pieu en peau de vache et un, deux, trois, quatre, j’tape quelques pas de danse avec notre fan de percussion. N’vous moquez pas, hein. Vous promettez de n’pas le dire, c’est confidentiel, hein. L’truc à cet instant, c’est que je me laisse tellement transcender par cet air musical que j’continue à mettre le feu au plancher, même si la musique s’est arrêtée depuis une vingtaine de minutes. Tchak, tchak.
– dis-je en remuant frénétiquement les pieds sous la table d’interrogatoire.

Ouais donc, j’continue. Après ce moment intense en émotion, j’me suis décidé à leur rendre une petite visite. Même avec la gueule de super-vilain, j’ai de quoi émouvoir quelques types. J’ouvre donc ma porte, fatigué. Là, un garçon d’étage avec des auréoles sous les bras. L’expression faciale en panique, j’me demande s’il a vu l’enfer. Alors j’m’approche, j’lui fais un « Salut gamin » mais il n’était pas prêt à recevoir un « Salut gamin » d’un homme-piranha. Il prend ses pattes à son cou, me laissant la voie libre jusqu’à la chambre des musiciens du dimanche.

Une fumée s’émane de la pièce, personne à l’intérieur. C’est là que j’me dis, merde, un incendie. J’me précipite donc à reculons pour vérifier cette pensée. C’est un vrai studio aménagé, des câbles partout. Je n’comprends pas trop l’délire, vu qu’il n’y a pas de feu. Puis pas de gens, par la même occasion. C’est après avoir respirer l’air frais de cette piaule qu’le couloir qui sépare nos chambres s’est transformé en tapis mouvants et compagnie…

… D’ailleurs, vous n’savez pas où j’peux trouver l’affiche de ma cible d’hier, j’pensais l’avoir dans mes poches, mais quedal.

Quoi que.
- J’extirpe un vieux chiffon de ma poche, l’genre de bout d’papier usé par les intempéries.

Ah ouais, pas mal. Non mais ce n’était pas le zoo ma cible, c’est juste une affiche comme ça à laquelle j’ai rajouté WANTED, parce qu’il y avait 8088 berrys à la clé. Ouais ouais, j’déconne pas. C’était pour la blague, il y en a partout des poster de ce genre. Mmh… ? Ah, il n’y a plus de zoo. Non, j’savais pas. »

Gueule de pierre de la veille, j’ai l’cerveau qui s’cogne sur toutes les parois du crâne. Teh, j’me demande si la girafe avec laquelle j’ai fais quelques tours de toboggan est toujours de ce monde. Ouais, j’me suis pris d’affection pour elle. Pas de la à lui faire des bébés, hein. ‘Paraît que j’la promenais dans tout l’parc.

Il y a pas à dire, ouais, c’était l’éclate.
http://www.onepiece-requiem.net/t11990-danzelhttp://www.onepiece-requiem.net/t12128-danzeeeel
avatar
Baron Brixius

♦ Équipage : Héritiers

Feuille de personnage
Dorikis: 3669
Popularité: -297
Intégrité: -141

Mar 7 Oct 2014 - 22:46

Le BARON Balthazar Blake Brixius. Apostillez en toutes lettres mon blason, je vous en conjure, ou je ne saurais collaborer à votre frivole investigation...

Quoi, comment ça ? J'essaye de vous embrumer avec mes tournures alambiquées ? Mais c'est mon langage, rustre ! C'est ainsi que chante la noblesse ! Je...

Bien. Ne nous faites pas perdre plus de temps.
Allons, si vous me pardonnez cette expression grivoise, "droit au but". Voyez ? Je suis prêt à m'abaisser à votre niveau le temps d'une poignée de minutes.

Nous étions, moi et Mère, -qui est morte et réduite à l'état d'esprit errant, voici pourquoi vous ne la percevez pas- de sortie ensemble pour la traque, car cela est mon hobby, d'un boucanier sans nom primé à 8088 berries. Somme modique, mais dans le contexte de régression actuel où toutes les castes, même les plus aisées, voient leurs moyens bridées par les caprices d'une bourgeoisie cajolée par notre bien piètre gouvernement qui en oublie ses valeurs d'antan et

NON. JE N'AI AUCUN SOUCI FINANCIER.

JE SUIS BARON. VOUS COMPRENEZ ? FOUTU GUEUX ! MANQUE MOI UNE NOUVELLE FOIS DE RESPECT ET JE FERAI MIEN TOUTE TA DESCENDANCE JUSQU'A CE QUE TES BÊTES D'ARRIÈRE-ARRIÈRE-ARRIÈRE PETITES FILLES EN SOIENT FATIGUÉES DE PROLIFÉRER !


Ne jouez pas au cloporte vexé, mon ami ! Et écoutez ce que j'ai à vous dire...

Le KOALA. Avait quelque chose de FORMIDABLEMENT ATTRAYANT entre ses sales pattes. Mère, ici présente, pourra confirmer. Je vous l'ai dis, Mère est un spectre. Je suis seul habilité à communiquer avec elle. Mais elle confirme.

Des hallucinogènes ? Enflure. Un petit fonctionnaire minable m'insulte de junkie ? Vous ramperez à mes pieds demain. Vous me lécherez les bottes et me supplierez de vous rendre votre poste, larbin des larbins. Vous...

Le koala, je parlais de cette infecte bestiole tropicale. Pleine de virus d'une autre époque, j'en suis certain. On se soigne bien mal dans ce genre de pays. Tropicale, oui, ne me reprenez pas ! Ces horribles choses pullulent du côté de South Blue, et je me ferai une joie de les traquer jusqu'à l'extinction une fois sorti d'ici. Le koala, disais-je -INFECTE BESTIOLE !- semblait trouver ça opportun de profiter du chaos pour partir renifler du gaz. Du GAZ. SALE BÊTE ! Du gaz, ou je ne sais quoi d'inflammable. Il y en avait partout, en tout cas. Mais je ne sais PAS ce que c'était, BON SANG ! Ai-je le crâne dégarni d'un chimiste ? Ses hideuses lunettes, sa blouse de bas goût ? Non, je ne suis pas chimiste. Notez que je ne suis pas non plus pyromane. C'est l'un de ces saltimbanques, là, j'en suis certain. J'étais témoin. Tous pyromanes, tous de la mauvaise graine. Oui, des PYROMANES ! BANDE DE SALES PYROMANES ! RAH ! M'est avis, officier, que vous devriez tous au moins leur couper les doigts pour les empêcher de nuire à nouveau.

Où en étais-je ? Oh. Du feu, oui. Beaucoup de feu. Le feu a quelque chose de fascinant, il faut l'avouer. Je suis resté là, quelques instants, à admirer les flammes se nourrir des piteuses constructions des hommes. Fascinant !

Bref. Un gardien, un autre besogneux, m'aborda. Probablement pour demander l'aumône. Dans ma grande miséricorde, je ne lui donne pas un sous mais un conseil : qu'il vende ces sales bêtes au lieu de les garder là, comme ça, sans raison. Il se plaignait de la fumée, voyez vous ça ! J'invoquai quelques uns de mes privilèges pour lui fermer sa boîte à fromage -huhuhu, quelle délicate expression !-.

C'est à ce moment, je crois, que les visiteurs ont commencé à crier comme des déments et que l'endroit est clairement devenu infréquentable pour Quelqu'un de mon sang. J'ai donc laissé le geôlier -le gardien, suivez !- à ses alligators et me suis mis en quête d'un lieu moins exposé où finir mon travail...

Aliéné ? MOI ? Les mots vous échappent, marine. QUI n'a pas su prendre en main ce débordement tandis que... VOUS LA FERMEZ ! C'est FAUX ! Mon statut est gage de vérité, mais vous vous obstinez à prêter plus foi aux délires d'un... d'une... engeance hybride venu des abysses et d'un... pseudo-illuminé camé jusqu'aux os autant lucide qu'un révolutionnaire ?

Vous me le payerez CHER ! Je ferai FERMER ce zoo, vous m'enten... Démoli ? Il a été rasé ? TANT MIEUX, hinhinhin ! Vous entendez ? TANT MIEUX ! Nid à pourritures. La plèbe n'a pas à disposer de ces nobles animaux comme nous autres nous disposons de... eh bien... hum... de la plèbe.

Et il n'est pas question ici de manquer de vocabulaire. Le mot "Plèbe" a de nombreux synonymes, hum hum... J'ai fini.


Ils n'ont pas eu à t'asséner de coups de matraques pour te reposter sur le banc des autres losers enfermés par nos serviles fonctionnaires, Balty... Bon signe, très bon signe. Malgré ta fumeuse instabilité, on jurerait que tu t'intègres parfaitement au décor. Tu fais corps avec ton rôle de suspect dans une affaire de destruction de biens publics. Tu as le profil, Balty ! Peu importe ces quelques meurtres, l'objet de ta colère a été ravagé. Le zoo. Insupportables, ces animaux enchaînés. Autant de preuves que le peuple pense détenir le droit de voler des existences alors que c'est typiquement, n'est-ce pas, l'un des plaisirs de notre caste. Admettons-le, perdre quelques indigents, c'est comme percer les points noirs de la crasseuse peau de notre monde...

Finalement, aucune prime, aucun trésor. Déçu, Balty ? Tu rendras ces pistolets et ces sabres que tu as volé et enterré dans les ruines du parc, sale chien ! Il n'est pas question de "cadeau de consolation" ou je-ne-sais-quelle sottise bien dans tes manières !
http://www.onepiece-requiem.net/t11172-le-baron-balthazar-b-brixius-et-sa-mamanhttp://www.onepiece-requiem.net/t11506-fiche-du-baron
avatar
Alric Rinwald
••• Agent du CP5 •••

♦ Localisation : Marie-Joie

Feuille de personnage
Dorikis: 7000
Popularité: 0
Intégrité: 689

Mar 7 Oct 2014 - 23:22


« - C’est bon ? Vous m’écoutez ? J’peux avoir du café, moi aussi ? Nan ? ‘Tain, c’est qu’ça tape dur, là-haut, j’me souviens pas trop de c’qui s’est passé. Ptet que le kawa m’aidera à m’rappeler ? Votre pogne ? Ah, ouais, non, j’vais passer mon tour pour la tarte aux phalanges, j’ai pas trop faim, là. Rapport à hier soir, que c’est flou et tout.
Comme j’disais, c’est assez vague, mais ptet que si j’raconte un bout, l’reste me reviendra. On sait jamais, des fois, ça fait ça. L’histoire ? Ouais, ouais, calmez-vous, et gueulez pas quoi, j’me sens pas bien…

Beurp !

Ah putain, ça va mieux, un peu d’air qu’est parti. Bon, j’ai débarqué sur l’île y’a trois jours. J’suis consultant pour une autre boîte d’East Blue. Les noms ? Sûr que j’les connais, les noms. J’bosse pour l’Oriental Consulting Department of Economy, l’OCDE. Connaissez pas ? M’étonne pas. On perce, comme qui dirait. J’bosse dans l’amélioration des processus comptables, fiscaux, le reporting, la mise en place de tableaux de bords. Là, j’étais détaché pour une rencontre avec un client sur le terrain. Le type s’est déjà tiré, d’ailleurs, c’était la misère pour l’attraper. Son blaze, à lui, c’était Joey D. Donnel. Le JDD, qu’on le surnomme, hahaha.

Ca a pas trop l’air de vous faire rire, hein. Moi non plus, du coup. Bref, j’devais rester en attendant une navette de la boîte pour rentrer. J’ai cherché un coin où pioncer. C’était chaud, le patron est un vrai radin, il rembourse pas les notes de frais au-delà d’un certain montant, le salaud. Du coup, j’trouve une piaule, un truc un peu naze mais vraiment pas cher. D’un côté, heureusement que c’était pas cher, hein ? Hahaha…

Z’êtes pas rigolo, comme type, vous, heh ? J’vous assure que sourir… La tarte aux phalanges, compris, chef !

Bref, j’étais dans cette chambre pendant deux jours, à glander, j’me suis pas trop baladé, j’avais un chouette bouquin et surtout j’étais claqué. Le bouquin, c’était… Mais z’en foutez, hein ? Au bout d’un moment, j’me suis fait jeter, le proprio m’avait grillé à cloper alors que c’était interdit. Ce connard. On paye un truc, on peut même pas s’en griller quelques-unes dedans…
D’ailleurs, en parlant de ça, j’vais m’en fumer une. Z’en voulez ? Quoi ? Pas l’droit de fumer ici non plus ? Putain, mais pétez un coup, les ga… Ouais nan, oubliez, super, votre taf, j’admire votre droiture. Pas fumer. N’empêche que c’est souverain contre les pertes de mémoire et…

SBAM !

Bon, j’avoue, j’l’ai pas volée, celle-là, mais j’propose qu’on s’arrête ici, okay ? Pas mon histoire, la pédagogie manuelle.

Après m’être fait jeter, j’ai cherché un nouveau coin où dormir pour ma dernière nuit de vacances avant d’être réassigné quelque part. Y nous fait trimer comme des larbins, l’patron, j’vous jure que… Bref, j’trouve cette piaule, ouais, j’me souviens plus trop où c’était. J’commence à m’poser dans ma chambre, sans fumer cette fois, pasque dormir sous un pont pour une clope, c’est putain d’ballot, pas vrai ?
J’ressors mon bouquin, du coup, j’m’apprête à le savourer comme la pute que j’peux pas m’payer quand, après à peine dix minutes, y’a des enculés qui s’mettent à piétiner, à taper du pied et à faire des bruits genre bizarres, v’voyez ? Enfin, un genre de percu vraiment naze mais putain d’bruyant. J’ai hésité à aller leur demander de faire moins de bruit, mais vu la tronche de l’hôtel, j’me suis dit qu’les types dedans seraient patibulaires et violents.
J’ai préféré aller faire une balade dehors, pour pas m’faire emmerder. En plus, j’avais plus de clopes. Ouais, finalement, j’avais fumé quand même. Comme qui dirait pris dans l’feu d’l’action des pages. Me r’gardez pas comme ça ! J’lutte fort contre l’addiction.

Là, ça devient franchement flou. J’suis allé au troquet, mais j’ai pas tellement bu. Par contre, j’ai croisé ce type bizarre, j’voulais lui taxer une clope, ‘savez ? Les nantis, les riches, les grands seigneurs, parfois, ils veulent bien m’en filer une ou deux à griller, ça leur fait leur B.A.. J’veux bien être leur B.A., moi, aucun souci.
‘Ttendez, cognez pas encore ! J’abrège, promis !

Elles étaient bizarres, ces clopes. J’me suis retrouvé dans l’zoo, à regarder toutes les bestioles de près, tout près. Ouais, j’me souviens avoir eu le nez collé au grillage plusieurs fois. J’me rappelle aussi, à un moment, il faisait méga chaud, et super lumineux, un peu comme si on s’était vachement rapprochés du soleil. J’avoue, j’ai bien kiffé ça. Déjà pasque j’me les gelais, mais pasque c’était magnifique. Tout le monde s’est mis à crier de joie et à danser.
Rétrospectivement, ouais, les gens devaient flipper à mort, en fait.

Puis y’avait ce koala. J’l’avais vu vers l’début du zoo, j’crois ? Puis j’l’ai recroisé plus tard. Il se baladait, pas bien vite, mais il se promenait, c’t’animal. Enfin, au début, il était tout tranquillou, tout mimi, j’lui ai taillé la discute. Il m’rappelait un pote libraire, j’sais pas pourquoi. Puis il s'est mis à courir quand y'a d'autres trucs plus... carnivores qui lui ont débarqué sur le coin du museau, qu'avaient les crocs, v'voyez, au sens propre et figuré.

Puis après, ben, là, j’ai rien qui m’revient. Par contre, j’ai loupé mon bateau et j’vais m’faire engueuler par l’patron et du coup j’voudrais savoir si…
SBAM !
Ok, ok, j’attends tranquillou, et j’vous dis si quelque chose me r’vient, promis ! »

Ouais, sale histoire. V’la que j’file un type pour le compte du Cipher Pol et j’me retrouve pris dans ce chaos de merde. Et pour pas cramer ma couverture, j’suis obligé de jouer les suspects. J’ai une putain d’envie de faire jouer la hiérarchie, mais ça la foutrait mal, le bonhomme que j'surveille a été pris dans l’coup d’filet général de coupables potentiels.
Du coup, je brode, je brode… J’aurais bien joué l’alcool, mais j’refoule pas assez pour ça. Alors que la clope, c’est passé tout seul. En plus, avec mon style d'employé en rade, ces Marines vont y voir que du feu. Pas pour rien que l'CP est là pour réfléchir à leur place.

Par contre, ce koala tenait vraiment un truc, mais j’ai pas vu ce que c’était avant que les bêtes du zoo le prennent en chasse. Pas qu'j'en ai grand-chose à foutre, mais j'aime bien tout expliquer. Ca fait propre sur l'compte-rendu.
http://www.onepiece-requiem.net/t12168-alric-rinwaldhttp://www.onepiece-requiem.net/t12258-alric-rinwald
avatar
Yamamoto Kogaku
••• Commandant d'élite •••

♦ Équipage : The Dawn Swift

Feuille de personnage
Dorikis: 7693
Popularité: +809
Intégrité: 813

Jeu 9 Oct 2014 - 22:30

-L'est bien, votre barbe...hé non, j’essaye pas de vous flattez monsieur...vous faites comment ? moi ça pousses pas c'est chiant...Hé arrêtez de parler si fort...

Mais si regardez c'est tout doux...quoi vous voulez pas ?

Allez quoi...j'ai rien fais moi et j'étais pas bourré...on avait juste un peu bu, sinon vous auriez pas vu mes amis, j'l'ai ai plus vu depuis que je suis ici...mais si, y avait même une fille volante verte.
Quoi tout raconter...mais c'est crevant, vraiment tous...si ça vous amuse...

Je suis donc né, le 13 mai 1207 par une belle après mi--
Comment, ça je dois pas jouer le malin, j'tombes pas dans le ravin moi. Hein, ce qui s'est passé ici...aaah je comprends. Bah oui, bah il est tôt et je suis mal réveillé en plus j'ai mal à la tête...Quoi, on est pas le matin...merde j'ai raté le p'tit dèj' et le show du gusse marrant à la radio...allez quoi, moi quand je serai marin je serai gentil avec les gens et j'leur donnerai des croissants.

Mais arrêtez de crier, j'suis pas un enfant, j'suis adulte...Si si, j'ai 14 ans...PAS LA PEINE DE... aie je me suis fais tout seul mal aux oreilles...oui de crier voila. Bah je suis arrivé dans le patelin,...y'a quelque jours avec Walter...qui est Walter, bah mon paternel...bah non je l'appelle pas papa, car c'est pas mon père. Mais non, j'me fout pas de votre gueule, c'est mon père adoptif donc je l'appelle pas papa...comment ça c'est pas logique ?

Comment ça je suis censé être à l'école...bah, j'y vais pas mon paternel m'enseigne tout ce qui y'a à savoir et si, si je fais les examens tout ça, tout çà...vous voulez voir les résultats, j'l'ai ai pas sur moi mais ils sont bon..dans les 90% partout...sauf la où y'a de la paperasse à remplir l'a j'ai moins..dans les 30 environs...pourquoi ?...ah oui je continue ?

On arrive dans un hôtel minable, oui Walter est radin, t’avait un mec qui faisait des claquettes dans la chambre d'a coté...C'est pas important ? Mais si, mais si, c'est pour que vous comprenez l'ambiance tout ça, tout ça... Puis y'a mon paternel qui part s'occuper d'une commande...et...Oui, il m'a laissé seul....un problème ?

Beh, voila je me faisais chier alors je vais au p'tit salon et j'ai croisé pas mal de gars sympa la, y'avait même une affiche pour un zoo pour les gens de 8 à moins d'un an...c'était marrant. Puis l'a j'ai rencontré d'autres types sympa, certains avaient mon age et d'autre pas alors on s'est dis qu'on allait se boire un truc et...

Beh non, on a bu on était pas bourré, faut pas se jeter aux conclusion comme ça...non mais...donc bon, on passe dans une épicerie du coin et on trouve un truc sympa appelé « fée verte »....si si,  une bouteille verte...pourquoi on a pris celle la ?...bah ça semblait un alcool pas fort, ça à un nom tout gentil c'est pas comme si c'était « pirate rouge » ou « chauve-souris noire »...bah si on a vu que les degrés étaient élevée mais bon, faut juste faire attention de pas se brûler...comment ça y'a aucun rapport entre les deux ?...bah si mon pãdre, il parle parfois d'alcool, d’ailleurs il dit toujours ... « hm à brûle pourpoint j'ai envie de boire du rhum »...donc ça brûle t'es d'accord ?

Comment ça, ça veux dire « la, maintenant, tout de suite », bah...à oui, je continue donc, à trois on finit la bouteille, bon on était juste bien quoi. Après y'a une fille qui s'est ramenée elle était marrante elle était verte et elle se baladait avec une baguette et elle avait une gueule de mec en plus elle volait, suis sur que c'était une fille poisson volant vert.
Après j'sais plus, on est passé au zoo pour gosse, ça semblait marrant

Si si, celui pour 8 à 0,88 ans, c'était marrant, les copains ils tenaient pas droit, après même qu'on a parlé à un gorille...bon lui il parlait pas, mais il ressemblait à tante Berte...puis sais plus. Alors, on s'est encore baladé, pis la, ils ont décidé d'organiser un barbuc géant, sauf qu'on était pas invité bon on était un peu triste, le rhino rôtit ça devait être sympa...après je me suis réveillé ici, sais plus ce qui s'est passé après. Y'avait juste des gens qui criaient car ils pouvaient pas aller au barbuc.

Voila, c'est tout...


C'est marrant, mon rêve est comme devenu vérité.Je suis interrogé par un marin, sûrement qu'il veux voir si je suis assez bon pour être marin !
Donc, je lui ai tout dis pour montrer que je suis un bon gars, comme ça il va me recruter et je serai marin et ce sera génial. Walter sera content quand je lui raconterai l'histoire.

Je serai l'amiral des marins !


Dernière édition par Yamamoto Kogaku le Ven 10 Oct 2014 - 6:03, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t2499-yamamoto-kogaku-dit-lame-fini-test-rp-finihttp://www.onepiece-requiem.net/t2619-fiche-de-yama
avatar
Tajic Virlimo

♦ Localisation : Partout où il y a du mystère
♦ Équipage : aucun

Feuille de personnage
Dorikis: 1420
Popularité: 9
Intégrité: 4

Jeu 9 Oct 2014 - 23:51

Quoi ? Que que que je m’avance ?! No non non ! Ça ira ! Ma ma mais par co contrree si po po posiible vo vo votre collèguegue  peu peut soortir s’il vou vous plait ? Pour pourquoi ?! Mais c’e est juste ca car elle me met mal al l’aise. Mer mer merci. Mon no nom ?! Ta ta ta taj taj taj Tajic Vir virl virli virlim Virlimo ! Je su suis ju just juste un cher…

AAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHH !!!!!!!!!
PAS TAPER PAS TAPER PAS TAPER, ESSENTIEL ?! PROMIS ! PAS TAPER ! J’AI PEUR STOOOOOPPPPPPP !!!!

D’ac d’ac, ben en fff fai fait  je e e suis ar arrivé là il y a a de deux jours !  

AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHHHHHH !!!!!!!!
PAS TAPER PAS TAPER ! TABLE PAS TENIR ! PLUS VITE ?! PROMIS !!!!!

L’hotel… AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHH !!!!!

HOTEL, MUSIQUE, DANSE, HOMME POISSON FAIT PEUR ! FUITE ! ZOO ! AGE DE 8 A 0.88 ! BIZARRE DONC SUIS ALLER VOIR !  PAS TAPER PAS TAPER !

KOALA TRUC BIZARRE ! POURSUIVIT ANIMAUX ! FEU ! KOALA DONNER CARTE ! FUITE ! ODEUR DE GRLLADE ! FAIM D’UN COUP ! CURIEUX ! COURSE ! CARTE TOMBE !

PAS TAPER PAS TAPER !!!!!!!!!!!

INCENDIE ! FUITE ! UN COUP SUR LA TÊTE !  NOIR ! REVEILLE !  PAS SAVOIR OU ! LUMIERE ! VOUS APPARAISSEZ !

PAS TAPER PAS TAPER PAS TAPER !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Que quoi ? Cal… calme, oui, tout di dit dit monsieur agent ! Co co connais pa pa pas plus ! Vous vous av avez fi fini ?


Mais comment je me suis retrouvé dans cette galère ? Hein ? En plus Pecker a disparu, impossible de le trouver, et c’était quoi cette carte ? Je l’ai perdu aussi ainsi que mon armure et j’ai cet uniforme de gardien, et j’ai… OH MERDE, l’odeur qui arrive me laisse savoir ce qui m’a échappé durant mon monologue.

Mon monsi monsieur l’a a agent ? Je pe peux av avoi avoir des nou nouveaux vête vêtements ?  Ce ceux l la sont ta tachés, di disons beau beaucoup. Désoooooooléééééé !!!!!!!!!!!


Je m'effondre en pleurant, comme jamais autant de peur que de gène et de peur. Pourquoi tout cela m'arrive ? HEIN ? POURQUOIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII ?????
http://www.onepiece-requiem.net/t11418-tajic-virlimohttp://www.onepiece-requiem.net/t11466-fiche-technique-tajic-vir
avatar
Joseph Patchett
Crack Joe

♦ Localisation : Armada
♦ Équipage : Saigneurs du Crack

Feuille de personnage
Dorikis: 5670
Popularité: -617
Intégrité: -428

Sam 11 Oct 2014 - 13:25

"... J'suppose que si j'vous dis que j'suis innocent de tout c'dont on m'accuse et que j'sais rien de rien, vous me croirez pas ?

Vrai, vous m'avez encore accusé de rien, vous marquez un point là. C'est que z'êtes un malin vous. Déjà pensé à postuler au Cipher Pol ? Pas intéressé ? Z'êtes sûr ? Comment ça corruption ? Mais pas du tout ! C'était une simple proposition d'un représentant de la loi à un autre représentant de la loi. Rien de répréhensible là dedans.

Ce que je faisais au zoo hier soir ? Bah... C'est que j'suis en vacances moi là, voyez ? J'reviens d'une terrible mission pour le compte du Cipher Pol sur une île dont je ne peux vous communiquer le nom et où j'ai participé à la mise hors d'état de nuire d'une cellule révolutionnaire. Je vous donnerais bien le nom de son chef mais... Ah bah comment vous avez deviné ? Oui, je ne peux pas vous communiquer son nom non plus. Secret Défense vous savez ce que c'est...

Mes vacances ? Ah oui. Bah je suis arrivé sur l'île y'a deux jours. Pourquoi Shell Town ? Bah j'voudrais vous y voir vous, avec une paye d'agent de seconde classe y'a pas moyen de se payer des vacances sur Holiday Island ou un safari sur l'île Maléfique. Tout ce que vous pouvez vous offrir, c'est un hôtel miteux dans une île de seconde zone comme celle-ci. Parlons en de l'hôtel ! Des types qui dansent jusqu'à pas d'heure, des ivrognes qui chantent sans se soucier du sommeil de leurs voisins. Comment ça vous vous en fichez ? Non mais c'est vous qui m'avez demandé de parler de mes vacances, il faut savoir aussi ! Ok, ok, je baisse d'un ton... Pas besoin de se montrer méchant, on est du même bord pas vrai ?

Pourquoi j'étais au zoo ? Bah, vous connaissez beaucoup d'autres attractions sur cette île vous ? Hein ? Alors bon, merde quoi. En à peine 48h j'ai déjà eu le temps de faire le tour de la moitié des rades de l'île, alors pour une fois que j'voulais aller voir des animaux... Bah ouais, passer d'vant les cages, les saluer, les r'garder quoi.

Mais non je n'avais pas rendez vous avec un "contact" là bas comme vous dites. Je suis pas en mission vous savez. J'me demande bien d'où vous sortez cette idée tordue. Hein ? Comment ça un Koala ? Mais non, je connais aucun Koala moi. Un homme ayant mangé le fruit du Koala ? Non plus. Et puis, ce serait pas étrange qu'il se fasse enfermer et exhiber si c'était le cas ? Franchement, vous pensez vraiment que le coup a été fait par un Koala ? Oui, oui, pardon, c'est vous qui posez les questions...

Si j'ai libéré les animaux ? Mais pourquoi j'aurais fait ça ? Jamais de la vie ! J'suis un grand ami de la nature moi ! Je donne chaque mois pour l'AAA (Association des Amis des Animaux). Oui, l'AAA. Avec trois A comme dans Abruti. Mais non faut pas l'prendre pour vous. Jamais j'oserais, vous vous doutez bien... Comment ça c'est un mobile ? Mais non c'est pas un mobile...

Bon, p'tet bien que j'ai un mobile, p'tet même aussi que j'ai l'opportunité vu que j'étais au Zoo. Mais vous avez pas l'arme du crime ! Ah, ah ! Ca vous la coupe hein ? Pas la moindre idée de qui a mis le feu ni comment ? Héhé. Laissez donc l'agent du CP5 que je suis vous filer un tuyau. A vous, j'peux bien le dire, j'ai vu un type en uniforme de gardien avec un air sacrément louche. Il était incapable de s'approcher des clientes. Si, si, j'vous jure ! Comment l'était ? A part sa timidité maladive vous voulez dire ? Hum... Petit, des yeux de fouine, le genre de mec qui n'aime pas les animaux et qui rêve de les voir tous rôtir ! Ouais, aucun rapport avec moi comme vous dites. Simple coïncidence que j'sois là. Si j'étais vous, j'chercherais un jeune anarchiste. L'genre plein d'idées douteuses sur la Justice v'voyez ? V'savez comment c'est, les révolutionnaires, ils s'repèrent à l'odeur. Ouais, y sentent le fumier, tout juste ! D'ailleurs m'fait penser que l'gardien y sentait p'tet pas la rose mais il sentait plutôt l'herbe, si v'voyez c'que j'veux dire..."



Fiou. Il s'en était plutôt bien sorti. Qui aurait pu deviner que la Marine était aussi perspicace sur cette île et que son rendez vous tournerait à ce point en eau de boudin. L'agent Patchett avait en effet participé au démantèlement d'une cellule révolutionnaire pour le compte du Gouvernement Mondial. Ce qu'il n'avait pas précisé c'était qu'il avait dérobé une liste des membres de la cellule, y compris de ceux n'ayant pas été arrêtés, et qu'il avait prévu de la revendre à la révolution. Le rendez vous aurait dû avoir lieu la veille au soir, liste contre billets de banque mais allez savoir pourquoi, son contact s'était trouvé être un Koala. Un Koala qui était derrière les barreaux qui plus est. Et en avant pour la grande évasion des animaux pour lui fournir une occasion de sortir ! Il ne pouvait pas deviner que les carnivores essaieraient de croquer le Koala... Cela dit ça ne présentait aucune importance puisque ce sale bouffeur d'eucalyptus l'avait doublé. Il l'avait assommé et s'était tiré avec la liste. Le pire c'était le zoo qui flambait à son réveil, ça risquait de faire tâche sur son dossier s'il en était accusé.


Dernière édition par Joseph Patchett le Mar 14 Oct 2014 - 11:47, édité 3 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t6519-joseph-patchett-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t6586-crack-crack#80645
avatar
Eriko


Feuille de personnage
Dorikis: 2461
Popularité: 66
Intégrité: 28

Sam 11 Oct 2014 - 18:24

" Vous pensez vraiment qu’un petit garçon comme moi puisse être suspect dans cette affaire messieurs ? Ah ? Pour témoigner ? Je préfère ça hé hé. C’vrai qu’avec mon gabarit je risque pas de pouvoir faire grand-chose. C’est à peine si j’ai pas besoin de m’appuyer sur les bords des barrières pour pouvoir voir les mignonnes petites bêbetes ! Et pis, pas comme les autres, moi j’fais partie de la clientèle à qui s’adresse le Zoo. Après tout, j’ai pile 8 ans ! Ce qui confirme bien que je n’ai rien à voir avec les autres, ça me vexerait qu’on me range dans cette catégorie hé hé. Faut dire qu’ils sont plutôt louches à parler de manière compliquée, rester dans le vague, parler de tout et de choses qui ne nous intéressent pas dans cette affaire.

S’ils n’avaient rien à cacher ils en viendraient à l’essentiel moi j’dis. Surtout l’autre pleurnichard, il stresse trop, la culpabilité j’pense. Et puis ces manières nonchalantes, comportements grossiers et agressivité qu’ils ont tous, on voit bien que ce ne sont pas des gens qui ont reçus une éducation digne de ce nom. L’autre là qui voit les morts, vous auriez deviné qu’il était noble ? Faisant moi-même partie de la haute lignée j’avais bien entendu parlé  de sa famille, triste chose de le voir maintenant ruiné et à moitié fou non ? Et puis l’autre il est… Hm ? Revenir sur ma journée ? Oh je me serais presque égaré. Hé hé.

Voyons voir, avec mes parents, nous sommes venus profiter de quelques jours de vacances, pas ici bien sûr, vous avez-vu l’endroit ? Non, il s’agit juste d’une petite escale. M’enfin bref, ayant du temps à passer ici je voulais au moins rentabiliser ce temps en allant voir quelques animaux, justement, je devais me trouver un nouveau fauve à dresser. Mes parents ? Ils sont allés voir s’il y avait quoi que ce soit de valeur sur cette île, j’en doute mais bon… Donc, au zoo, entre les lions, les tigres et autres bestioles, c’est la panthère vers laquelle je me suis tourné. J’ai donc demandé à mes gardes du corps d’entrer dans la cage pour m’attraper l’animal. Oui ? Ah non, ne vous inquiétez pas, bien sûr, je l’ai acheté en toute légalité, les gérants sont durs en affaire ici, il a fallu que je monte à trois reprise sur la somme initiale que je leur avais proposé. Je ne savais pas que les gens ici étaient si pauvres qu’ils avaient besoin de monter les prix comme ça absolument pour une misérable bestiole.

Je disais donc, mes gardes entrant dans la cage, ils m’avaient attrapé le bébé et… Hm ? Bah oui le bébé, qu’est-ce que je ferais d’une panthère adulte ? Ces bébêtes là faut les dresser tout petit. Et le fait que la mère se mette dans un état hystérique n’a fait que confirmer mes doutes. A cause d’elle, j’ai perdu trois gardes du corps direct à l’hôpital. Si le zoo n’avait pas été détruit ma famille aurait demandé à versé quelques dommages et intérêts. Bon en même temps, je vous avouerais que pour s’être fait avoir de la sorte, ils ne devaient pas être bien compétents.

Au final je n’ai même pas pu avoir mon animal de compagnie, le fait est que mon personnel étant incompétent, ces idiots n’avaient pas fermés la cage à clé, du coup elle s’était enfui dehors en emportant sa progéniture. Hein ? Comment ça je suis responsable ? Pas du tout, v’voyez, à peine sorti de son enclos qu’elle avait vu le Koala dont tout le monde ici est obsédé avant de la poursuivre. Ce qui veut dire qu’il y avait déjà d’autres animaux en liberté à ce moment, j’ai d’ailleurs vu ma panthère en plein match avec le tigre du coin, je pense qu’il n’en fallait pas beaucoup pour de nouveau rendre folle la bête noire.

Ensuite ? Hmm… Voyons, y avait bien un type louche en uniforme… Nan, je dirais même qu’ils étaient deux… J’les ai vus que de loin mais me semblait bien qu’il y avait une bête qui les suivaient derrière, j’ai pu pas bien voir ce que c’était car entre temps y avait un éléphant qui s’était mis sur mon champs de vision, et comme j y prêtais pas spécialement attention… Chuis parti, incendie, gens en panique, c’était pas le coin où rester.

Mais je vous accorde le fait que la panthère soit bien de notre responsabilité. Aussi vous pouvez arrêter mes gardes du corps si vous le souhaitez, après tout ce sont eux qui étaient sûrs de pouvoir maîtriser la bête sans prendre de mesure de sécurité, je n’ai été que simple spectateur. Ca m’enlèvera une épine du pied hé hé. Comment ? Je parle bien pour mon âge ? Eh oui, certaines personnes ont simplement une prédisposition à être génies, cela touche davantage les nobles bien entendu.

Voilà tout me concernant. Je peux partir ? Pas encore ? Pour quelle raison cette-fois ? Vous savez, ma famille est de très grande renommée, nous avons facilement de bons contacts chez des marines plus haut gradé que vous, vous voulez vraiment vous risquez à des conséquences fâcheuses en retenant leur seul et unique héritier sachant pertinemment qu’il est innocent ? Tss… Bon, je vais vous faire profiter de ma noble présence pour vous faire avancer dans cette histoire. J’ai quelques doutes concernant vos compétences messieurs. Oh, et je vous demanderais de rester calme, lever la voix et la main sur un adorable petit garçon d’à peine 8 ans comme moi, quelle image montrerez vous à la population hi hi.

Vous savez, on pourrait rapidement clore le chapitre, ils sont tous suspects, l’air pas nette, hormis l’autre gamin ici présent, ils me paraissent franchement pas réglo. On devrait tous les enfermer dans le doute, on rendrait service à la population, même à l’humanité je dirais, y a déjà assez de pourris dans ce monde… Et puis, ils sont pauvres quoi… Vous ne pouvez pas ? Dommage, la justice devrait revoir ses fondamentaux.

Mais maintenant que je les vois de plus près, je pense avoir déjà vu quelques têtes lorsque j’étais moi-même dans le zoo au moment des faits, ptet que dans le tas, y en a qui font partie des gens louches que j’ai pu voir. Laissez-moi juste du temps pour me remémorer les visages des coupables. Il faut que je repense à chacun de leurs version des faits et… Hein ? Il y a encore d’autres suspects ? Mais qu’attendez-vous ?! Allez, faites les venir. C’est que ça avance pas chez vous hein ? Vous savez quoi ? Vous m’attristez à vous démener sans trouver de réelles pistes, donc je vais rester ici à vos côtés pour vous aider à faire avancer les choses. Non non, pas de mais, estimez-vous chanceux qu’une personne telle que moi se mêle à des ordinaires comme vous. Laissez-moi agir où ma famille sera sûr de faire de votre vie un véritable enfer."


Le manque de compétences chez les gens de classe moyenne était juste affligeant, quitte à rester coincé ici, autant faire avancer les choses sinon je risquais d y passer la nuit. Un ou deux faux témoignages pour inculper, c’était simple, et quoi s’il manque des preuves ? On peut toujours en inventer. D’ailleurs à ce propos, on passera sur le fait que j’ai retouché quelque peu mon témoignage… Baah, pas de preuves, pas de témoin, aucun moyen qu’ils sachent.
avatar
Kurogane Shinobu


Feuille de personnage
Dorikis: 1660
Popularité: -88
Intégrité: -80

Dim 12 Oct 2014 - 13:09



"Bonjour! Dites, il fait drôl'ment sombre ici! Z'avez une pane de lumière? Z'aves pô payé la facture? Comment ça c'est vous qui posez les questions? Pas d'accord! Kuro n'est pas d'accord! Kuro n'a rien signé! Kuro pose des questions si Kuro veut, namého! Hé, mais... non! Stop! On tape pas Kuro! Au secours! A l'aide! Mais que fait la police? ... Quoi? C'est vous la police? Fallait le dire plutôt!"

"Vous soulez une histoire? Kuro connait celle du Corsaire, de l'Empereur et de l'Amiral qui sont au bar. Ha, vous vous en fichez? Vous la connaissez déjà? Woooo, Kuro a jamais vu quelqu'un froncer les sourcils comme ça. Vos parents le savent? Et c'est rigolo la petite veine qui palpite sur le coté de ta tête."

"L’histoire d'hier. Elle n'est pas très rigolote. C'est celle là que vous vouliez entendre? Fallait le dire de suiiiite! Ben vi, faut être spécialiste dans sa demande! On dit spécifique? C'est exactement ce que Kuro a dit! Mais avant, y'a pas moyen d'avoir de l'eau? Parce que Kuro à soif. Les incendies, ça rend tout sec. Comme les raisins. Yup. Mais pas de l'eau du robinet. De l'eau de source, ou minérale. En bouteille. Et pas une entamée siouplaît! Ce serait adorable, mici!"

"Ah, ça fait du bien! Ha, oui, l'histoire d'hier. Hum, Kuro s'est levée, Kuro s'est lavée les dents deux fois. Puis Kuro s'est douchée. Oui, deux fois aussi. Comment vous le savez? Z'étiez là? Pervers! Quoi l'après midi? Le matin vous vous en fichez. Boooon... ben Kuro joue de la musique au bar. Yup! C'est le boulot à Kuro! Pourquoi Kuro a des armes pour jouer de la musique? Parske! Mais si c'est une réponse! Comment ça Kuro n'a pas le droit d'avoir des armes! Biens sûr que si! Kuro n'est pas une enfant! Kuro est adulte! Mais si! C'est marqué sur le papier. Oui, une carte d'identité! Yup c'est une vraie! Ben vi Kuro a vingt sept ans!"

"Faut que Kuro continue? Oki. Mais c'est vous qu'arrêtez pas d'interrompre Kuro! En plus c'est malpoli! Exactement! Humn, Kuro prenait une douche. Oui Kuro se douche matin, midi et soir! Deux fois à chaque fois! C'est pas SI difficile à comprendre! Y'avait des gens qui jouait de la musique, mais c'était pas Kuro, alors Kuro a eu envie de danser. Et Kuro a dansé. Le groove était bon, mais Kuro a sué. Donc c'était indicatif que Kuro se lave. On dit impératif? C'est exactement ce que Kuro a dit! Bref... après, Kuro a eu envie de fumer. Ben vi Kuro fume! Kuro est grande, Kuro a le droit! Mais pas dans le dedans de l'hôtel. Le patron veut pas. Donc Kuro fumait dehors quand Kuro a vu un mec chelou passer. Mais avant ça faut que Kuro fasse pipi. Ben vi! Dans les toilettes! Kuro a bu, donc Kuro doit faire pipi! Maintenant! Ben non! Kuro peut pas se retenir! Kuro se retenait avant! Mais avant, c'est pas maintenant! Et maintenant, Kuro veut faire pipi!"

"Ah, on est mieux après! En plus Kuro s'est lavé les mains! Deux fois! Yup! Vous voulez que Kuro vous parle du type chelou? Ben, il était chelou. Rien de plus. Ben vi, il était loin et il faisait sombre. Et comme Kuro n'est pas une salope, Kuro n'y voit rien la nuit. On dit nyctalope. Oki. Kuro est donc pas nyctalope, ni une salope, compris? Par contre, le monsieur, il fumait. Comme Kuro et pas comme Kuro à la fois. Comment ça, c'est vident pourtant! Kuro fume des cigarette mentholées pour avoir toujours une haleine fraîche. Et m'sieur, lui, il fumait des clopes à l'eucalyptus."

"Oui, ensuite y'a eu le feu. Le feu, ça brûle. Alors Kuro est allée dans le zoo pour sauver les animals! On dit animaux? Étrange... Hé vi! Kuro a libéré les anima..os. Ben, sinon, ils allaient mourir! Quelle question! Vous n'êtes pas très malin, vous. C'est pour ça que vous êtes dans la police au lieu de faire un vrai métier? Faut pas être vexé pour si peu! Non! Stop! On ne tape pas Kuro!"

"Ha... vous, vous tapez aussi fort que vous êtes b... intelligent! Kuro a libéré tous les animals.. ou mos... enfin pas tous. Pas les oiseaux. Pourquoi? Vous ne savez pas? Les oiseaux sont maléfiques! Tout le monde le sait! Kuro le sait! Non, Kuro n'est pas folle, c'est celui qui dit qui est d'abord! Non, Kuro n'a pas vu de koala, Kuro ne sait même pas ce que c'est! Comment ça, 'virez-moi ça'! Hé, non... lâchez Kuro avec vos mains pleines de doigts!"


Le témoignage de Kuro n'avait sans doute pas servi à grand chose, hormis peut-être donner un terrible mal de crâne aux enquêteurs!

http://www.onepiece-requiem.net/t9849-kuro-confusion-savonhttp://www.onepiece-requiem.net/t15540-les-kuronneries
avatar
Henry Morgan


Feuille de personnage
Dorikis: 3055
Popularité: -180
Intégrité: -155

Mar 14 Oct 2014 - 19:54


-Putainnnnn…. Mais vous pigez rien ou quoi ?! Vous avez la cafetière ensablée et les rouages qui grippent au moindre p’tit coup d’piston ! Vous avez très bien compris essayez pas d’jouer sur l’fait que je suis nul en métaphores ! C’que j’vous répète depuis tout à l’heure c’est que j’suis totalement innocent ! Enfin dans cette histoire d’zoo qui crame en tout cas… J’suis blanc comme sable ! … … … Vous dîtes ça parc’que j’suis black ? Allez quoi, soyez cool, c’est quand même pas tous les jours que j’ai rien à m’reprocher ! Toute façon, j’connais mes droits et j’dirais rien tant qu’mon avocat commis d’office sera pas là. JE NE DIRAIS RIEN !!!! Combien ?!! Euh… Commis d’office, ça veut pas dire gratuit ? Ha… Bon, ba je vais parler, ça m’reviendra moins cher. C’est pas que j’ai des oursins dans mes poches mais j’suis pas Cradus non plus !

Tout a commencé c’matin alors que j’cherchais une proie qui s’revendrait bien. Ouais, j’suis vendeur d’esclave. Hey ! C’est pas l’sujet là ! Vous voulez bien vous concentrer sur l’affaire en cours, vous s’rez mignon !? J’venais d’quitter un hôtel minable qui avait réussi l’exploit incroyable de vous choquer les cinq sens à la fois. Les chambres étaient moches, les draps grattaient terriblement, la bouffe était déguelasse, ça sentait l’herbe de provence à tout l’étage, on entendait des connards faire du beat-box et taper des pieds dans les chambres voisines. Un vrai calvaire. C’est pour ça que j’me suis barré sans payer après avoir explosé la gueule du patron. Qui sème le gant récolte un pain dans la tête, hein ? Quoi du vol avec agression ? On parle du zoo, bordel ! Hey ?! On pourrait m’envoyer des vrais professionnels s’iouplait ? C’est vous les pros ? Ben merde, j’espère que vous êtes là pour faire joli et que vous êtes pas responsable de quoi qu’ce soit… Quoique… Faites un sourire pour voir ? Ouais, nan, j’espère que vous êtes pas là pour faire joli…

Enfin bref, j’me balladais dans la rue quand j’ai vu l’môme là, celui qui s’prend pour un noble alors qu’il a même pas encore un poil de zboub dans l’calbute. Vous pouvez pas imaginer l’effet que ça m’a fait ! Avec son p’tit sourire et sa peau toute lisse, j’aurais pu en retirer une vraie fortune. Y a des tonnes d’pervers qui lâcheraient des dizaines de millions de berrys pour l’avoir. Ba pour jouer à la marelle, bien sûr ! Ouais, j’sais, c’est dingue, hahaha ! Mais attendez, attendez ! Le meilleur est à venir ! C’est un gosse de riche celui-là ! J’vous fais pas un crobard, hein ? Non ?! Mais si ! Attendez, j’vous explique ! Mon plan était simple mais génial ! Attention, vous dev’nez tout rouge. L’excitation c’est ça ? Ouais, j’comprends mais attendez, l’meilleur est à venir ! L’idée c’était que j’le capture et j’demande une rançon gigantesque à ces friqués d’parents, genre vingt millions d’berrys ! Nan, c’est rien pour eux ! Cent millions d’berrys ! Et une fois qu’ils ont payé, j’refilerai l’gamin au pervers pour vingt millions d’berrys ! BWAHAHAHA !! Trop fort ! Tape m’en cinq ! Ahem, pardon, je m’égare.

Hey. J’vais pas m’répéter. Le zoo. Focus.

Donc je l’ai suivi jusqu’à ce fameux zoo. Qu’est c’que c’est chiant ce truc ! On s’ballade et on regarde des bestioles à travers des barreaux. Et les animaux regardent des humains à travers des barreaux avec à peu près autant de vivacité dans l’regard qu’eux. Et puis tout est allé super vite ! Y a une panthère qui s’est faite la sacoche ! Quoi la malle ? J’peux causer ?!?! Merci !! Bref, elle s’est barrée et j’ai perdu l’gosse de vue. J’ai commencé à courir partout et j’ai vu un beau bordel ! Un des gardiens était recroquevillé dans un coin avec une belle tâche de pisse au niveau de l’entrejambe. Un autre courait après un koala qui venait de défoncer un visiteur. Je m’souviens, il a tiré une grosse taffe et a jeté son mégot allumé dans les buissons pour courir plus facilement. J’dis ça… j’dis rien… J’vise personne…  Y avait des types bourrés qui titubaient en rigolant. Ils renversaient du rhum un peu partout. A tel point qu’on aurait cru qu’ils faisaient exprès de renverser du liquide inflammable. Le gus de quatorze piges et l’autre là avec sa cravate.  Celui-là il fumait aussi en plus. Enfin. J’dis ça… j’dis rien… J’vise personne… Le piranha ? Non, j’me souviens pas. Y avait tellement d’bestioles en liberté que j’ai pu l’confondre. Ha si, lui il était en train d’bouffer un gnou quand je l’ai vu. M’enfin je l’ai pas vu longtemps, allez savoir ce qu’un psychopate sanguinaire fait de son temps libre. Enfin j’dis ça… j’dis rien… j’vise personne…

Donc quelques instants plus tard, il y a un putain d’incendie qui s’est déclaré genre flammes de l’enfer. Et y avait l’autre bourge qui pète plus haut que son cul. Il regardait les flammes d’un air émerveillé sans la moindre peur. Comme si le feu, ça le FASCINAIT ! J’dis ça... j’dis rien... J’vise personne… Dans la panique j’ai revu le type qui s’était fait éclater par le koala. Il courrait partout en hurlant comme un malade. Sûr qu’il était dans une rage folle ! Ce genre de colères noires où on s'contrôle plus du tout et où on fait des choses insensées sans avoir la moindre notion du danger. Enfin j’dis ça… j’dis rien… j’vise personne… Donc j’ai continué à chercher un peu partout à la recherche du gosse bourgeois. Mais impossible de remettre la main dessus. Il devait sûrement être en train de faire un gros caprice pour pas avoir eu son joujou à fourrure. Vous savez, les gosses quand ils sont trop gâtés, ils deviennent déséquilibrés et ne supportent pas la moindre contrariété. Ils savent qu’ils ne seront jamais punis pour leurs bêtises d'toute façon. Haha ! Ca vous pouvez être certains qu’il devait être très en colère contre ce zoo qui avait pas été foutu de lui fournir sa panthère. Enfin, j’dis ça… j’dis rien… j’vise personne…

Enfin bref, je m’suis rabattu sur une petite fille qui pleurait en cherchant une sortie. J’en ai tiré bien moins que si j’avais pu trouver l’autre mais bon c’est déjà ça. Mais comment ça «  Où elle est ? » ? En quoi savoir où cette gosse s'trouve aiderait à comprendre ce qui est arrivé au zoo ? Donc bref, je suis retourné à l’entrée du zoo dans l’espoir que l'petit richou en sorte. C’est là que vous m’êtes tombé dessus. Vous voyez ? Je suis innocent ! J’vous l’avais dit. Ha ! Et au fait, il y avait une grosse mongole qui libérait les animaux pendant le tumulte. Y a pas à dire, cet incendie est tombé à pic pour elle. Enfin, j’dis ça…
http://www.onepiece-requiem.net/t11208-je-m-presente-je-m-appelle-morganhttp://www.onepiece-requiem.net/t11306-j-ai-plus-d-appetit-qu-un
avatar
Jäak Hadži
• Sergent d'élite •

♦ Localisation : North Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 2350
Popularité: 80
Intégrité: 57

Jeu 23 Oct 2014 - 12:28


Vous la fermez et vous m’écoutez, maintenant. J’ai pas envie de savoir ce que vous faisiez hier, ni comment vos mamans s’appellent. Sept jours entiers de post, et c’est à peine si on a avancé. Et comme vous avez l’air de vous foutre pas mal de la gueule des PNJs qui sont censés vous interroger, je viens foutre de l’ordre.

Bon, plus de quatre fois qu’on m’informe qu’un de vous est un pro –ouais, je demande à voir- du beatbox : m’en tape. De vos vies : m’en tape. Des blagues sur le JDD ou je ne sais quoi : m’en tape. Ce dont je ne me fous pas c’est que si l'affaire n'est pas bouclé aujourd’hui : quand tu penses que c’est fini, y en a encore ! Et j’ai des trucs à mater sur le câble. Ouais, la WBGT. Ah, vous aussi ? Alors on va pas s’éterniser.

De plus, si vous avez pas envie que vos jolies p’tits culs –fin j’dis ça, j’en sais rien- fripent comme la queue de vos vieux, pardon Kuro, z’avez intérêt à arrêter de tourner autour du pot.

Psst, écoutez, vous vous connaissez pas, si ? Alors, moi je dis qu’une information sur l’un ou sur l’autre ça vaut bien un petit billet ? Ouais, ouais, j’ai vraiment envie de rentrer chez moi. Attendez, on appelle.

- Ouais ?
- Putain Jäak, on a un problème.
- Quoi ?
- Le Koala dont il parlait tous…
- Hn ?
- Il a du sang royal…
- Hein ?!
- Le chef est furax, faut vraiment qu’ils vendent la mèche ou il va nous sucrer trois mois de salaire.
- Oh putain… J’m’occupe de ça.

Ahem… BON ECOUTEZ MOI BIEN BANDE D’ABRUTIS : OU EST CE PUTAIN DE KOALA ? Mais je m’en fiche de la panthère ou je ne sais quoi ! Si le koala est mort, vous l’êtes tous avec moi ! On prendra un coupable au hasard, tiens le robot ou le pauvre baron consanguin, ils sont bizarres, puis vous autres serez tous accusés d'être complices d’homicide ! J’suis sûr que vous voulez éviter ça. Vous ne prendrez pas loin de la prison à vie. Ouais, toi aussi Kuro. Bah hé, t’aurais pas dû nous donner ton âge, on t’aurait laissé partir…

Mais les gars, moi j’vais vous dire c’que j’ai compris : j’pense que vous êtes tous dans le coup. Le fait est que le Cowboy Beebop a abandonné sa carte au trésor au Koala Royal, d’une manière ou d’une autre, un d’vous s’est rendu compte de la valeur de ce trésor, peut-être le pauvre baron consanguin parce qu’il est vraiment étrange, et là il a décidé voyant comment l’animal était agile ! de lui faire renifler du gaz. Coupable ! Mais ce n’est pas tout, apparemment comme vous avez l’air d’être vraiment stupide, vous avez pensé, toi l’homme-poisson que c’était le ZOO qui était recherché par le gouvernement 8088 berrys et donc bien content d’avoir une cible facile tu l’as crié au monde ! Coupable ! C’est là que le mec au sabre et le boxeur pas net apparaissent, en chien de thune : vous décidez de vous attaquer au ZOO ! Coupables !

Toi, la p’tite fille, t’as une tronche à aimer les animaux. J’pense que t’avais pas de mauvaises intentions, dans le fond. Mais j’crois que ce mec aux gros bras a raison. T’essayais de libérer les animaux ! Mais tu as vu ce que l’abominable baron faisait au Koala Royal, tu as essayé de le sauver, c’est ça ? Sauf que le Koala s’est barré vers le mec à la clope à l’eucalyptus, appâté par l’odeur ! Toi et le baron timbré vous avez essayé de toutes vos forces de le ramener mais pouf, ils avaient déjà disparu. VOUS VOUS ETES CERTAINEMENT DIT : Oh mais le meilleur moyen de les retrouver c'est d'ouvrir les cages et de foutre le feu ! SI, SI C'EST LOGIQUE !

Ce qui nous fait comme coupable numéro 1 –mais vous inquiétez pas, coupables, vous l’êtes tous- : le mec à la clope ! Parce que ce serait le dernier à avoir vu le Koala Royal !  

Toc, toc.

- Hey Jäak, désolé mec, y avait pas que du café dans ton café…
- Non t’inquiète c’est cool. Je suis cool.

C’est le moment de vous balancer les gars. Et plus aucun mensonge. Parce que respectivement je vous tiens respectivement pour beatboxing ennuyant sur la voie publique (ou privée, on s'en tape), falsification d'affiche de Zoo, tirer sur une clope à l'eucalyptus, ouais c'est interdit dans un zoo, consommation de stupéfiants, être un homme-poisson qui fait peur,  libération d'animaux DANGEREUX, et surtout...surtout, et c'est valable pour vous tous : prendre des hommes de la Justice pour des cons !



Dernière édition par Jäak Hadži le Jeu 23 Oct 2014 - 22:06, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t11786-http://www.onepiece-requiem.net/t11910-
avatar
Alric Rinwald
••• Agent du CP5 •••

♦ Localisation : Marie-Joie

Feuille de personnage
Dorikis: 7000
Popularité: 0
Intégrité: 689

Jeu 23 Oct 2014 - 21:19

Tout s’passait comme prévu. Ma cible se doutait de rien, savait pas que j’l’avais suivie jusqu’au zoo. J’m’étais fondu dans la masse. Mais ce groupe de gens pas tout à fait clean, ils s’étaient refilés le bébé de la culpabilité. En toute honnêteté, j’étais là, j’étais sobre. Et pourtant, j’ai pas la moindre idée de qui a fait l’coup.
Puis l’autre marine est arrivé, celui qu’a cinquante piges, qu’est carrément nerveux et qui compte nous faire un joli tarif de groupe. Aller simple vers la taule. Sauf qu’on a quand même des prix personnalisés, parce qu’il nous aime bien. Même que j’écope du plus cher, celui pour lequel ma carrière risque d’en prendre un coup dans les roustons.

Sale histoire. Putain.

Du coup, faut que j’goupille mon histoire pour refiler la patate chaude à un autre connard. Mais faut pas que ça soit sur mon bonhomme que ça retombe non plus. Sinon, ça va être la misère ensuite de l’refaire passer sous la bonne juridiction, et même de l’pincer convenablement. Ca serait bien que j’boucle cette affaire incessament sous peu.
J’note quand même les surnoms que le marine a gueulés : Samuraï Champloo, la môme, le baron consanguin, l’homme-poisson, le boxeur pas net, le gros balaise. Vu que j’suis celui qu’a été mis en avant comme le suspect numéro un, c’est logique que j’passe à table le premier. C’est la stratégie du type, mais ça m’gêne pas d’y aller en courant.

Mais d’un autre côté, si j’suis accusé le premier, pour m’faire parler, ça doit être que j’suis considéré comme un des types les plus fiables et réglos. Ouais. J’dois déjà même plus être sur la liste des suspects. J’espère.

« Hé, m’sieur, c’est toujours valable, cette histoire de biffetons ? C’est pas l’plus important, mais ça fait plaisir, v’voyez ? Bon, z’avez entendu les histoires, mais, si j’peux m’permettre, m’sieur l’agent, v’s avez oublié un p’tit détail. Les deux gars déguisés en gardiens du zoo !
Et ouais ! Vous croyez que c’est une coïncidence ? Entre l’un qui a franchement pas l’air net, le genre artiste, vous savez ? Et les artistes, c’est tous des junkies, c’est bien connu. J’pense que y’a un certain lien à creuser avec le baron sociopathe, d’ailleurs. Ouais, deux camés qui coopèrent pour le koala. En plus, le gros black balaise, là, il a bien dit qu’ils couraient après le koala.

Maintenant que j’y pense, ça doit être le baron bizarre qui m’a filé cette clope dégueulasse à l’eucalyptus. M’semblait bien que c’était un gars style bien seigneur. Mais si ! Relisez ma déposition ! Et du coup, s’il était blindé de came à l’eucalyptus, l’koala a dû aller vers lui, c’est obligé. Logique.

Moi, la bestiole, j’l’ai perdue d’vue au bout d’un moment. J’pense pas que ça soit leur cas, vu comme ils étaient derrière. Enfin, surtout l’artiste. Il a dû prendre le costume pour avoir la voie libre au sein du zoo, pouvoir circuler incognito, v’voyez ? D’ailleurs, j’me demande s’il a pas contribué au feu. L’autre camé jouait avec le gaz, pas vrai ? Un autre témoin l’a vu. Il devait vouloir sniffer l’air pour s’envoyer loin. Suffit que l’mégot soit tombé dans l’coin pour que tout crame.

Le gars déguisé en gardien, l’autre, celui qui schlingue encore la pisse. Il a l’air de rien, comme ça, pas vrai ? J’l’ai vu agresser un type qui lui avait rien fait. Une femme lui a trébuché dessus, il l’a repoussée par terre, violemment, hein ! Genre ‘’Me touche pas, catin !’’ et il a fait volte-face et renversé un type. S’est pas excusé. Lui a limite marché dessus pour fuir les lieux du crime plus vite.

L’homme-poisson, il a l’air méchant, comme ça, s’vrai. Mais il était plutôt clean, surtout par rapport aux autres. Bon, il a ptet tapé dans la bidoche de quelques bestioles, c’est vrai. Mais n’empêche qu’il a aussi bouffé des trucs carnivores qu’allaient croquer votre précieux koala. J’avoue qu’il a ptet fait des trucs pas bien pendant que j’matais pas. J’peux pas avoir les yeux partout, aussi, j’vous c’qui revient maintenant que l’mal de crâne se tasse.

D’ailleurs, j’peux en griller une ? Toujours pas ? Put… Pu tard, alors, hein ?

Et le boxeur, là. J’suis à peu près sûr qu’il a libéré le koala de sa cage. A peu près. Encore un peu flou ! Après, j’l’ai plus trop vu, j’avoue… Vous croyez qu’il a mis un costume de gardien aussi ? A se demander où ils les trouvent. Probablement en tabassant les vrais employés, vous croyez pas ?

Oh, et maintenant que j’y pense. Le gros black, vous avez entendu ce qu’il a raconté ? Non mais franchement, si le gars est pas suspect ici, il doit quand même tomber pour d’autres chefs d’accusation, c’est pas possible, quoi…

Mais j’voudrais pas avoir l’air de faire votre taf pour vous, hein. Juste, que j’voudrais pas être victime d’une malheureuse erreur judiciaire, v’voyez ? »
http://www.onepiece-requiem.net/t12168-alric-rinwaldhttp://www.onepiece-requiem.net/t12258-alric-rinwald
avatar
Eustache Ier

♦ Localisation : Reverse M.
♦ Équipage : none

Feuille de personnage
Dorikis: 1725
Popularité: 15
Intégrité: -5

Lun 27 Oct 2014 - 22:29

Vache, t'es accroc à la caféine Sergent, un peu non ? Hm. Ou pas, hein, j'm'avance peut-être trop en disant ça. En tout cas, t'as du peps à revendre et aujourd'hui j's'rais bien preneur, cette longue procession de dépositions va finir par m'achever. 'plus, les murs, c'est du papier à cigarette - arf, fumer - et on entend tout c'qu'y disent, les autres. Même le moutard là, et ç'lui-ci qui accuse à tour de bras. On accuse quand on veut reporter l'attention sur les autres, j'en dis. Mais moi, j'suis pas au courant d'grand chose alors j'vais pas faire semblant que juste pour que. Que quoi ? Ah bah, tu m'poses une colle là tiens...

En tout cas, y'a un truc de sûr. Hm, non deux. Enfin... non en fait y'en a plein mais y'en a que deux qui nous intéressent niveau enquête là, les autres on en a rien à foutre. Le premier c'est qu'si t'es pas du genre à t'envoyer du kawa dans les circuits, ne commence sous aucun prétexte; ça n'amènera rien de bon, tu gesticules assez comme ça. Le deuxième, c'est qu'effectivement, m'est avis que ton pote a raison, dans ta tasse, y s'tramait autre chose que du sucre Gandhi, tu vois. Parce que là, t'es pas en mode pacifique. Oh mais attends, ça veut donc dire que tu bois du café. J'avais raison. Une affaire de résolue. S'mieux que rien non ? Faut procéder par étapes, c'est là qu'est la clef.

Moi t'vois, j'suis d'avis que j'm'en tamponne pas mal de tout c'qui se raconte. C'est vrai, ça va pas révolutionner ma vie, maais ça aiguise ma curiosité. D'habitude, j'trouve d'autres hum... addictions... pour la développer, mais là, au poste, j'sens qu'on va tirer une tronche pas hyper-emballée si j'dévoile du matos pas régulier. Genre tisane coupée à la gentiane et autre. Encore que. Après le coup de la tasse...

Bref, moi j'vois un problème épineux, c'est qu'on sait pas après quoi qu'on court ? Hm, oui, j'laisse tomber le "on" t'as raison, c'est votre bordel, la résolution du problème, les investigations... Mais n'empêche, s'quoi la carotte ici ? La carte au trésor ? Le Koala ? Le pyromane ? Parce que, admettons. J'y connais rien hein, l'aspect judiciaire, respect des lois et veiller à leur application... tout ça, c'est pas mon rayon mais; il me semble quand même moins grave d'accidentellement déclencher un incendie - par exemple hein - incendie de rien du tout en plus, que c'est même le gaz après qui a fait office d'allumette, héhé allumette-incendie on tient une thématique là hu-hum... bref, s'moins grave que... je sais pas moi euh... de kidnapper une innocente enfant et s'avouer esclavagiste, que d'agresser un malheureux qui vous a rien fait vêtu de frusques que c'est pas les  vôtres - et affublé d'une auréole de pisse sur le calbut' de surcroit, que de mettre sciemment en danger autrui en ouvrant la cage d'un fauve qu'on se sait incapable de maîtriser ou autre. Non ?

Parce que, comme je vois les choses, c'est l'aspect humain qu'il convient de garder bien en vue. Nous sommes des hommes, avec nos qualités, nos défauts, nos charmes, notre unicité, nos forces et nos faiblesses. Et nos petites manies. Comme la fumette. Hein. Au hasard. Et ce qui fait de nous des hommes, ben, c'est notre conscience de nos actes, et notre libre arbitre. Exemple : y'a celui qui se plie à un code de bonne conduite parce que la loi l'impose, et celui qui le respecte parce qu'il sait moralement que c'est la bonne chose à faire. Forcément l'idéal, selon l'uniforme, c'est de faire les deux, mais rien ne permet de déterminer si l'entité judiciaire admise comme à suivre est elle-même digne du statut qui lui est conféré. Qui pour juger d'un crime ? Qui condamnera l'erreur et passera sous silence la faute parce qu'elle ne contrevient à aucun texte de loi imperméable aux sentiments. Et c'est là, justement, que nous, animés de notre cœur, véritable faisceau de sensations et de ressentis, et motivés par le bon-sens qui supporte et protège la passion dont on peut faire preuve, on fait intervenir des valeurs qui sont propres à l'Humain. Accorder la confiance, pardonner, secourir, excuser, passer l'éponge... comme quand on dit euh... " Oh ben, faute à demi-avouée, ben pardonnée ! ", ce genre de choses... Quel... quel est le rapport ? Ben j'sais pas moi, mettons qu'on fasse flamber accidentellement un truc, c'est moins grave que de délibérément attenter à la vie des autres, que je sache. Non ?

J'veux dire, tu vas pas condamner ton voisin à perpette parce qu'il a fait cramer une crêpe. En revanche, s'il cherche à te noyer dans la pâte, y'a déjà plus malaise quoi. J'ai pas raison ? Non ?

Ça dépend de... c'que j'ai à dire ? Hm. Moui... Ooh, non, mais moi, j'solliloquions gaiement là, rien d'plus, j'vous assure. Impossible de faire passer ça pour une confession ou des aveux par exemple. De toute façon, j'suis pas une balance, j'vais pas m'dénoncer. Question d'logique. Et puis, j'peux bien vous raconter c'que j'veux là, moi, j'ai pas un souvenir clair de hier soir.

Pourquoi ? Ben, y f'sait nuit.

Tout c'que j'sais, c'est que c'est un fumeur qu'a déclenché l'incendie. Mais qu'il l'a pas fait exprès. Et que l'incendie, il a juste servi de diversion à une personne mal-intentionnée qui venait pour tout autre chose.

J'vais même vous dire : j'serais vous, j'perdrais pas mon temps avec cette malencontreuse histoire secondaire qui vous détourne du vrai problème. Retrouvez Jimbo, le plan du... Jimbo ? Ben, le Koala. Donc, le retrouver lui, retrouver le plan du z... pourquoi je ... ? Ben parce qu'il s'appelle Jimbo. Il vous a dit qu'il s'appelait autrement ? Bon, beh alors. Bref, voilà, une fois que vous aurez trouvé son plan du zoo, vous aurez vos réponses.

Pourquoi le plan du zoo ? Beh, c'est ça, sa carte au trésor. Parait qu'c'est vachement important, Jimbo a planqué en douce un stock d'eucalyptus mastard comme tout mais impossible de remettre le moment où j'l'ai égaré. Dire qu'il me l'avait confié parce que des gars bizarres en avaient après son trésor. Bref. Vous retrouvez le plan, vous retrouvez la bestiole.

Hé Sergent, souvenez-vous... soyez sympa avec le gaffeur qui a lancé l'incendie. Après tout... on ne dénombre aucune victime.
http://www.onepiece-requiem.net/t10498-eustache-placide-zaitsev-ierhttp://www.onepiece-requiem.net/t10896-not-like-everybody-else
avatar
Danzel

♦ Équipage : La loi c'est moi

Feuille de personnage
Dorikis: 1210
Popularité: -2
Intégrité: -2

Mar 28 Oct 2014 - 17:21

« Comment ça que j’fais des entourloupes ? Non, j’déments m’sieur l’sergent. Laissez-moi l’temps de reposer mon p’tit cul cinq minutes sur cette chaise de fakir, s’il vous plait. Oui la politesse est importante, j’suis respectueux, je sais. Vous voyez, même avec mes deux bouts de chairs qui épousent la forme du tabouret, j’me demande à partir de quelles conclusions vous vous permettez de m’accuser – à tord – d’arnaqueur. Parce que quoi ? Parce que je suis le seul à n’pas avoir parlé du zoo ? Rappelez-vous, c’est votre incompétent de collègue qui m’a renvoyé sur l’banc des accusés quand il a aperçu la tronche d’ahuri du sieur château des mots royaux. Bah ouais, après ça retombe sur moi. On peut même en revenir au sujet, si vous l’voulez. Evidemment que vous l’voulez, hein. C’était quoi l’sujet d’ailleurs ?

Pardon ?

Oui, l’affiche ? Oui. J’vous ai déjà tout dis. Ce n’est pas une blague, non. Ton poing ? Attends, attends, j’ai quelques images. C’est un peu flou, un peu net, un peu tout. J’vois, je vois. J’vais vous raconter l’voyage de cette affiche, vous avez raison, ce mystère doit être élucidé. J’vous prie juste de bien vouloir lâcher cette tasse qui bouge violemment entre vos doigts, ça perturbe un peu ma concentration. Vous n’pouvez pas ? Ah non, ce n’est pas moi qui choisis, d’accord.

J’disais donc, j’me rappelle l’avoir récupéré à l’un de vos suspects. Un genre de type bien lourd, l’genre de gars un peu louche qui est là pour t’arracher ton sourire du matin. Dans l’moment, il déblatère plus qu’il ne pense. A propos de quoi ? A propos de plein de choses, laissez-moi réfléchir. Sur la parité homme-poisson-femme, si les dents des tigres sont brossées chaque soir, avec quel genre d’arme peut-on foutre le feu à un si joli paysage ; vous voyez un peu ? Un détail vous interpelle ? Laissez-moi deviner, les dents ! Non ? Ah le feu, oui les flammes. Oh, oh, attendez un instant. Maintenant que vous m’le dites, c’est bel et bien cette blatte aux manies de noble qui s’émerveillait devant son acte de bienveillance. Comment ? Si j’ai une preuve ? Bien sûr que non. Mis à part ça, c’est après un long et fastidieux discours sur les courgettes qu’il m’a livré ce bout de papier. A mon avis, vous devriez le surveiller. Pourquoi il me l’a donné ? J’vous l’ai dit, les courgettes ! Il était tellement sur ces dernières qu’il me conseillait de m’faire un bon petit plat avec l’argent du contrat. Que c’était une aubaine pour la sous-race que j’étais. Ce qu’il ne savait pas en revanche, c’est que la propagande s’est transformée en avis de recherche par ma main. J’m’en excuse platement d’ailleurs, la faute à l’eucalyptus.

Voilà.

La suite ? Comment ça, la suite ? J’vous ai dit où je l’ai eu cette putain d’affiche, m’emmerdez pas avec vos autres questions. Pardon ? Calme, oui. C’est les vapeurs de votre café ça m’sieur, ça doit envahir jusqu’à la case des prises de décisions. D’ailleurs, si vous m’permettez… Mmh, ma gueule ? Qu’est-ce qu’elle a ma gueule ? Je la ferme, je vais tenter. J’comprends, j’comprends. Vous voulez la version qui complète celle que j’viens d’vous donner, c'est-à-dire, le chemin que j’ai parcouru pour arriver au paysan aux allures de roi ? Vous voyez qu’on n’a pas besoin d’en arriver aux mains.

Alors quoi, j’vous la fait dans l’feu de l’action. J’arrive dans l’zoo, comme ça là. Les bras dans le vent et les yeux vitreux, c’est plutôt délirant. Vous devriez essayer, rien qu’une fois… Hé ! Arrêtez d’me faire flipper avec vos sursauts là, bordel. La cuillère là, touillez un peu. J’reprends. J’visite donc les enclos, du cochon jongleur de cailloux au roi des macaques, le pro’ de la breakdance. C’est comme ça dans mon esprit à ce moment là, oui. Alors c’est l’éclate, franchement. J’essaie même d’imiter le singe avant d’embrasser le sol sur une tentative d’équilibre. Ça a carrément foutu la panique, tout l’monde gueulait. Pas pour ça évidemment, dans l’attroupement j’ai entendu « attentat, animaux et liberté ». Ça sonnait comme un coup de la révolution, j’pense. Bref comme vous pouvez l’constater, j’suis déjà loin de cette affaire. Après réflexion, j’continue ma route. Là soudainement, en m’approchant de l’aquarium des requins, j’me fais jeter à l’eau. Comme ça, d’un coup de vent. Je n’sais pas si c’est mes jambes qui m’ont ordonné de faire un bond ou si c’est l’un de vos suspects qui m’a propulsé dedans, mais ce que je sais, c’est que j’me suis battu contre un requin. A mains nues, qui plus est. Alors j’lui ai mis quelques pêches, ‘faut bien l’avouer. Sur l’pif parce qu’il me narguait d’avoir des dents plus affûtées. Comment ça il parlait ? Simple formalité. Vous n’pouvez pas comprendre, j’entendais tout. J’reprends, mandales sur mandales, j’le fais saigner.
– raconte-je en mimant les coups d’un boxeur aquatique. Eloignez votre palais de ma gueule, ça m’attaque sérieusement. Trêves de plaisanteries, j’lui refais sa mâchoire à proprement parlé avant de m’sortir de cette eau dégueulasse. Et devinez quoi, j’tombe sur votre déséquilibré mental.

Pourtant quoi ? Pourtant j’ai du sang sur les lèvres ? C’est les blessures de guerre ça, m’sieur. C’est juste pour faire peur, comme les cure-dents qui m’servent d’arrache-chair. Vous n’connaissez pas ma réputation de chasseur de prime ? Celle d’un homme aux allures de prédateur qui élimine ses victimes par la plus fine des subtilités ? Si, vous en avez assez entendu ? Sanguinaire ? Ah bah ouais, peut-être en fait. Responsable de la disparition de plusieurs animaux ? Moi ? Non. Ce n’est pas ce que dis le rapport de dépositions ? Ce n’est pas ma faute.


BAM, bleurp.

Pas la peine de cogner la table, j’ai compris. Vous êtes un peu speed, là. Votre café l’est aussi, il bouillonne comme une source volcanique. Ça m’retourne l’estomac, vous l’savez ça ? Je l’avoue, j’ai dû croquer des morceaux de viande avant de m’enfuir de l’incendie ambulant. Pour ma défense, comme je vous ai déjà dit, la plupart d’entre eux me narguaient. « Hé l’hybride, nous on est des purs races. » « Oh, regardez ses dents, elles n’ont même pas fait un quart de ce qu’on a fait. » Vous voyez, la provocation. Ça devrait être ces animaux que vous devriez être en train de condamner, là, tout de suite. M’enfin, vous avez raison, j’ai déjà rendu justice. Ça sentait le sang si fortement, que j’prêtais plus attention à vos gusses. Juste peut-être les deux gars bizarres qui couraient après une girafe. Qui eux-mêmes étaient coursés par une dizaine de taureaux. Qui ces derniers étaient talonnés par mon appétit devenu insatiable. Votre grain moulu en revanche, il empeste sur mon système nasal. Une gorgée pour une phrase, ça prend l’dessus sur la fraîcheur de l’air expiré…

BLEEEUARP. »

Là, j’dégueule. Remontée gastrique, j’relâche une flopée de chair animale au stade de digestion sur la table. Mais pas que, comme une cerise que l’on met sur un gâteau, un bout de la carte du zoo se retrouve collée à la rotule du morceau de viande. Paniqué par le regard surpris du sergent, j’me reprends dans la seconde d’après.

« Ça me revient ! La girafe s’enfuyait avec un bout de papier dans les pattes ! Pour couronner l’tout, les deux abrutis derrière hurlaient au trésor. Vous savez qu’on est tous appâté par l’appât du gain, mais allez savoir pourquoi, j’ai voulu en savoir plus. Curiosité, vous savez. Je n’suis pas avide, non. L’problème, c’est qu’à un moment, elle nous a paumés. Mais j’l’ai retrouvée, ouais. Elle était perchée en haut d’un chapiteau qui se débattait contre les rafales de vent. Les rafales incendiaires, au passage ; la pauvre bête était encerclée par le feu et n’avait que d’autres choix de sauter dans ma direction. Sans m’y attendre, la girafe a bondit au dessus de moi, esquivant ma poigne ; j’lui ai juste arraché ce bout de papier avec cette dernière. Ma main ? Non ma poigne dentaire, m’sieur. Sinon j’l’ai pas touchée, non j’réfute. Parce qu’elle est royale ? Non, j’vous l’jure. Regardez les morceaux qui accompagnent votre tasse de café, ça ressemble plus à du koala qu’à une girafe. Puis entre vous et moi, par la suite, je l'ai repérée en compagnie d'un colosse plus ou moins métallisé en train de porter un cageot de feuilles d'eucalyptus à bout d'bras. J'ai abandonné après m'être émerveillé devant un cerf qui planait en direction de la ville, voilà tout.»
http://www.onepiece-requiem.net/t11990-danzelhttp://www.onepiece-requiem.net/t12128-danzeeeel
avatar
Baron Brixius

♦ Équipage : Héritiers

Feuille de personnage
Dorikis: 3669
Popularité: -297
Intégrité: -141

Jeu 30 Oct 2014 - 15:34

Tu fulmines, tu bous, tu craches des flammes et du venin. Ne prends pas les injures de ce gueux trop personnellement, Balty, tu risques de finir les quatre fers en l'air dans une cage pour le reste de cette bien trop longue nuit. Quand le fonctionnaire t'adresse un signe d'un index agacé, tu aimerais lui répondre par ton majeur indigné. Mais tu restes, impassible puits de rage, à marmonner des atrocités dans ta barbe inexistante. Oh d'ailleurs, pourquoi n'adopterais-tu pas une pilosité plus virile, à l'avenir ? Tant qu'on y est, tu pourrais aussi extraire de ta tignasse ces grappes de crasse, ma mignonne petite boule de méchanceté !

Ferme-là, Maman ! Ferme-là !

Quoi, quoi ? Comment ? Mais je vous l'ai dis, abruti ! Deux fois ! Ma mère, fantôme ! Je jure devant elle que je vous précipiterai dans un enfer que votre rachitique esprit de cul-terreux ne pourra jamais s'imaginer ! Une agonie lente, un feu purificateur, tout ce à quoi vous avez jamais tenu réduit en cendres et OUCH


Hinhin. Tu l'as méritée, celle-là, Balty. Tu gonfles et tu rougis, te transforme en citrouille. Tête de citrouille va.

Vous-vous avez levé la main sur moi ?

Si j'avais encore de la peau sur la paume, je te l'aurai volontiers envoyée à travers la figure, moi aussi, Balty.

Tais toi ! Tais toi ! Non, pas vous, elle ! Mais vous aussi ! Ça ne va pas du tout ! Ces offenses ! Ces accusations ! L'humiliation, l'atteinte à mon intégrité physique ! J'ai la joue qui brûle, qui brûle ! Elle est souillée, c'est ça ? Je sens la fétidité de ce rat odieux me ronger jusqu'aux gencives ! J'ai envie de hurler !

Je t'en prie.

AAAAAAAAAAAAAAAAAAARRG !

Tu vas mieux ?

Mon indulgence a des limites, minable, vous effritez sévèrement ma compréhension envers la grossièreté de votre caste. Vous m'accusez d'une kyrielle de crimes de bas étage. Je ne crois pas que vous puissiez imaginer à quel point il est vexant, pour quelqu'un d'aussi éduqué que moi, d'être pris pour une stupide crapule cupide nihiliste !

Seulement quatre mots. Tu t'es résumé en quatre mots ! Un record d'introspection.

AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAARG !

Attention, tes cris rameutent les comparses du pouilleux.

Puisque ma première explication semble avoir davantage enténébré vos esprits étriqués, je m'en vais donc reprendre, avec toute la patience qui me caractérise, le récit des événements depuis le début. La délation, la délation. Vous voulez donc faire dans la délation ? Soit ! Voici la liste des coupables. Servie sur un PLATEAU. D'argent. D'OR.

Effectivement, quelques huluberlus s'amusaient à libérer les bêtes que feu-le zoo retenait prisonnier. Le noble de crèche, comme il est surprenant que son propre égo ne l'écrase pas ! La gamine attardée, ne devrait-on pas enfermer ces gens-là, que fait la marine ? Et l'artiste dépravé, mauvaise graine, celui-là même qui voulait voler mon-le-votre koala ! "Artiste", hinhin. Existe-t-il un art plus noble que la politique ? Qu'il bringuebale son ukélélé aux ordures, le hippie, et qu'il tente de faire danser la plèbe au son de ses promesses ! Là, seulement là, il pourra se prétendre artiste, ou magicien, illusionniste, je ne sais quoi.

Une écoeurante brochette d'aliénés.

Le koala. Royal ? Laissez moi rire ! ... HA HA HA ! Une simple pièce de viande montée sur pattes. Si vous ne l'avez pas retrouvée, c'est certainement, tout simplement, car elle a été charcutée par cette brute à longues dents, cet homme-POISSON qui ne tient de l'humain qu'un maigre verbal. Assurez-vous qu'il ne s'approche pas de moi, je ne voudrais pas attraper quelques forme de rage aquatique... Je suis certain que ça existe.

Un cannibale en liberté.

Oui, oui, j'étais à la poursuite de cette infecte bestiole. Je ne l'ai jamais nié. Ce qu'il avait entre ses grasses pattes était... vous savez ? Une carte au trésor. Je n'étais pas seul à sa poursuite, non non non. Nous étions au moins trois. Oui, trois, je suis catégorique. Et c'est ce sournois animal qui a rendu tout ce chaos possible, ah ça ! Je suis intimement convaincu qu'il avait tout prémédité ! Quand le feu s'est déclaré, je l'ai perdu de vue. L'air était si chaud ! Si apaisante tiédeur ! Une caresse en plein hiver sur mon noble cuir. A y repenser, j'en frissonne de plaisir ♥ !

Je vous interdits de...
...
Bref.

Un échantillon de tout les abcès de ce monde, voilà ce qui est répandu sur le banc des suspects ! Prenez le représentant de Pyromane et compagnie, là ! Oh, la délation, monsieur connaît ! Fouillez donc son passé, à monsieur Parfait ! Le genre à couver de bien honteux secrets ! Et le boxeur, le cruel boxeur, il a sauvagement brutalisé un humble gardien qui ne faisait que son travail ! Oh, il y avait beaucoup de fumée, mais sa silhouette m'a profondément marqué. Je la reconnaîtrais entre mille ! J'ai été choqué. Quelques uns de ces félons me reprocheront probablement de m'être penché sur le corps pour vérifier s'il respirait encore. Moi, le BARON BRIXIUS, un dépouilleur de cadavre ? Hinhin. Il n'avait que ses papiers sur lui, pas le moindre sou. Je n'ai rien pris, pensez-vous. Le pauvre homme !

Ceci dit, tout vos suspects se fondaient à merveille parmi les autres bestioles du zoo, par le comportement de charognard qu'ils affichaient.

Bref. Ce koala, qu'il aille au diable, s'il n'y est pas déjà, hinhin. Je ne prête pas attention à tout les insectes que j'écrase, je ne... Quoi ? Je sais que nous parlons d'un koala, qu'est-ce que... Un marsupial, pas un insecte. Bien sûr ! C'était une métaphore ! Comment ? Je m'enfile mes métaphores dans le... Oooh... avec... ? Et je fais aussi de la place pour... avec les... Absurde. Mon noble postérieur n'est pas assez vaste pour contenir tout cela, j'ai... Je ne comprends rien ? Bon sang. Il est vrai que j'ai tardé à admettre que vous et vos collègues êtes irrécupérables. Très bien, restons-en là. Je vous ai exposé les faits tels qu'ils étaient, libre à vous de vous les insérer dans la raie des fesses, si vous me permettez de raffiner cette hideuse expression que vous avez eu l'audace de... hum hum...

Vous n'oublierez pas de me rendre mes coutelas avant mon départ. Coulants de sang frais ? C'est le mien, je me suis coupé avec. Vous n'avez pas à savoir pourquoi. Tâtez en donc la texture si vous ne me croyez point. Le sang de noble se reconnaîtrait entre milles de roturiers par son exceptionnelle fluidité. Ainsi que par ses propriétés phoso... phosforer... poso... Ainsi que par sa capacité à briller dans le noir. Visqueux et sombre ? Par la sanglante gorge ! Je ne vous permets pas de remettre en cause mon ascendance ! Foutu gourd !

Bien. Il me semble que j'ai rétabli la vérité ? Vous voici remis à votre place. Je vous interdis de m'adresser à nouveau la parole. Je vous souhaite une nuit atroce, misérables. Et je m'en vais comme un prince... Je retourne sur le banc ! Baissez votre arme ! Du calme ! Restons courtois !


http://www.onepiece-requiem.net/t11172-le-baron-balthazar-b-brixius-et-sa-mamanhttp://www.onepiece-requiem.net/t11506-fiche-du-baron
avatar
Kurogane Shinobu


Feuille de personnage
Dorikis: 1660
Popularité: -88
Intégrité: -80

Lun 3 Nov 2014 - 18:06



"Re bonjour! C'est quoi un koala? Un marsupial? Toi même! Non, Kuro n'a pas été grossière. Alors n'insulte pas Kuro, sac à poils! Non, on tape pas Kuro! Stop! Namého! Hé, non, Kuro ne vous prends pas pour des cons? Z'êtes pas intelligents, c'est tout! Aie! Spèce de brute! Pourquoi y'a que sur Kuro que vous tapez? Non, l'autre fou aussi vous le tapez... hé, pourquoi tu ris? Gaaaaaardes, le garde et devenu fou... faut le sortir de là, c'est pas sérieux."

"Dites, vous le connaissez le barbu? Oui, le fou au café. Pourquoi il semble dire que Kuro a libéré des animals dangereux? Ben non, un tigre, c'est juste un gros chat. C'est pas méchant. Quoi, il a mangé des gens? Ses parents le savent? Comment ça de la faute à Kuro? Absolument pas! Kuro a juste libéré les animals! Pourquoi? Ben, ils z'allaient mourir dans les flammes! Les autres? Quels autres? Kuro a tout fait toute seule! Absolument! Comme une grande!"

"Qui pourrait être le coupable? Ben, z'en avez des bonnes vous! C'est vous les enquiquineurs. On dit enquêteurs? C'est exactement ce que Kuro a dit! Bon, ben on a le coupable. C'est l'homme-poisson. C'est toujours l'homme-poisson! Évidemment! Comment on peut être un homme et un poisson à la fois? Vous ne vous l'êtes jamais demandé? Un gros poisson, une femme de petite vertu peu regardante sur ses partenaires et paf! Ça fait des homme-poissons! Comment ça, Kuro est raciste! Absolument pas! Ils sentent mauvais et n'ont pas de manières. On devrait juste tous les tuer."

"Les autres? Quels autres? Ha, ben y'a le fou. Oui, il parle à quelqu'un qu'est pas là. Il est pas bien dedans sa tête. Il ferait un bon coupable. En plus Kuro n'aime pas le fous, ils font peur avec leurs habits colorés. Des clowns? Oui, Kuro a peur des clowns! Des mixeurs aussi. Et des clowns dans un mixeur. Quoi? Si ça peut arriver! Les fous sont flippants. Les gamins aussi d'ailleurs! Le petit, il ferait un bon coupable. En plus il parle le zarbi en seconde langue ou quoi. Comme le fou. Yup, ils sont ptêt de mèche! Qui sait! D'ailleurs, y'a beaucoup de gens en costumes. Trois! C'est assez pour faire un gang! Vous devriez creuser ça! Yup, avec une pelle, évidemment! avec quoi on creuse... sérieux..."

"En fait, ils sont tous chelous! Sauf Kuro!"




http://www.onepiece-requiem.net/t9849-kuro-confusion-savonhttp://www.onepiece-requiem.net/t15540-les-kuronneries
avatar
Tajic Virlimo

♦ Localisation : Partout où il y a du mystère
♦ Équipage : aucun

Feuille de personnage
Dorikis: 1420
Popularité: 9
Intégrité: 4

Mer 5 Nov 2014 - 20:38

Mer merci po pour les ve vête vêtements. Quoi ? Qu… Qu… Quoi ? Mais attendez mon… Mon monsieurs l’age agent. Je je doi doi doi PAS TAPER PAS TAPER !!!!!!!!!!!!!!!!!! PAS COUPABLE !! PAS COUPABLE !! PEUR DES FEMMES !!

Mon monsieur l’a l’agent, je je vou vous je ju jure, j’ai pe peur des fem femmes, po pour ça que que je l’ai ai repou repoussé. Je je ju jure que j’e l’ai pa pa pas insult insulté ! Que que dit vo vo collègue ? Co comment des dé détails su sur cette fe fe femme ? Ben elle ét était blon bru bru… AAAAAHHH CRIEZ PAS CRIEZ PAS !!! JE VAIS PARLER !!!

ROUSSE !!! Voilà, oui oui oui . Rousse ! gran grade aussi, pe peau blan blanche. Trè trop bel belle. Qu que vou voulait elle ? LE KOALA oui je je me rap rappelle elle cher cherchais le ko koala…. Et euh ben je je je cr crois que….

AAAAAAIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIEEEEEEEEEEEEEE ! MAL !!! FRAPPEZ TROP FORT !! BOBO ! PAS RECOMMENCER PITIE !! JE PARLE ! JE PARLE J’AVOUE !

KOALA AVAIT VOLE UN TRUC A LA DAME ! PAS LA CARTE, AUTRE CHOSE ! JE SAIS PAS QUOI !!!! ME TAPEZ PAAAAAAAAASSSSSSSS !!!!! D’AILLEURS C’EST ELLE, SA FAUTE ! OUI LA PETITE LA, CELLE QUI PARLE BIZARRE ET AUSSI LE GOSSE DE RICHE !!!! PAS MOI, TAPEEEEZZZZZ PAAAAAAAAAAASSSS !

Je je jure qu que je les ai ai vus ens ensemble ils ils par parlaient des destruc destruction ! Je vou vous ju jure ! Le le go go gosse pa pa….

AAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHH !!!!!!!!!!!!!!!!!!! NON PITIE PAS TAPER PAS TAPER !!!!!!!!!!!! GAMIN ET LA FILLE PARLE BIZARRE !! ENERVER !! ENTENDU DESTRUCTION ! ILS M’ONT VU ! LES COLOSSES M’ONT POURSUIVIT !! ASSOMER ! PERDU ARMURE ET OISEAU !!!!

Qu Quoi ? Vou vou avez re retro retrouvé mon ar arm armure ? Je pe peux la ré récup récupé … Non ? Pou pourq pourquoi ? Une per pers perso perso perso perso perso ….. UNE PERSONNE DEDANS ?????!!!!!!!!!!!!!!!!!!! ET QUI QUI QUI ???????? !!!! La fi fille qu que j’ai pou poussé ? Ma mais vi vi vivante ? Oui ? Et l’ar l’armure ? Juste la fi fi fille ? Ri rien d’au d’autre ? Euh no non, il y av avait riAAAAAAAAAAHHH !!! PAS TAPER PAS TAPER !!!!!!! J’AVOUE JE PARLE, JE PARLE !
PREMIERE RENCONTRE AVEC LA FEMME !!!!! ELLE LAISSE TOMBER UN LIVRE !!!!! JE LE MET DANS MON ARMURE !!! TITRE : ELEVER SON KOALA ROYAL !!! TRUC LOUCHE !!!!! LIVRE IMPORTANT !!!! SÛR DE MOI !!!!! PAS TAPER !!!!!
Je ju jure mon monsieur l’a l’agent, la nana dans mo mon arm armure, ell elle est pa pas net nette. De devri devrier la sur surveiller ! Co Comment ça des plu plumes de par partout au autour ? Pe Pecker ét était là ? C’est mo mon per perro perroquet à tê tête de sin singe.

PAS TAPER !!!! C’EST PAS MOI QUI VOUS PREND POUR DES IDIOTS !!!! C’EST PAS PAS MOI QUI FUME DE L’EUCALYPTUS !!!! JE VOUS JURE !!!! J’AI VU LEUR TRAFIC !!! OUI ! QUATRE PERSONNES ICI FONT DU TRAFIC !!! TAPEZ PAAAAAS PITIE JE VAIS PARLER !!!!!!!


Tajic s’effondre en larme au milieu, de l’assemblée.
http://www.onepiece-requiem.net/t11418-tajic-virlimohttp://www.onepiece-requiem.net/t11466-fiche-technique-tajic-vir
avatar
Eriko


Feuille de personnage
Dorikis: 2461
Popularité: 66
Intégrité: 28

Dim 9 Nov 2014 - 1:17

« Vous, faites taire le pleurnichard, il m’insupporte. Quoi ? Il crie de pas le taper ? Bah frapper le donc plus fort jusqu’à ce qu’il se taise bon sang, s’il n’a plus de mâchoire il pourra plus parler, c’logique pourtant ! Ne commencez pas à vous sentir coupable, la seule chose dont vous devriez ressentir du regret est de m’avoir fait perdre, à moi, du temps.

Tss… En tout cas, je souhaite vous dire bravo monsieur l’agent, enfin quelqu’un ici qui sait comment s’imposer, à peine que vous vous soyez dévoilé qu’ils ont tous avoués, plus ou moins. Je dois bien avouer que c’est ce dont la marine a besoin, une poigne de fer. Je vous admire véritablement, j’espère qu’un jour je serais aussi brillant que vous. Oh, et ce n’est pas de la flatterie gratuite, je n’oserais pas mentir à mon allié du jour hé hé. Vous comme moi sommes dans le même camp, nous sommes ici pour mettre les nuisibles de ce monde en prison, voir en cage à la place de ces animaux, je suis sûr qu’ils seraient tout aussi divertissant à essayer de tous s’entretuer. Oh excusez-moi je divague hé hé. Oui je sais, je suis bien poli, c’est cela l’éducation d’un noble, on ne citera pas le nom du chaman qui s’autoproclame comme tel bien entendu.

Mais revenons-en au sujet du jour, j’avoue que leurs manières de s’exprimer aussi longuement tout en tournant autour du pot est particulièrement agaçant. Alors je pense que maintenant est le moment opportun pour procéder aux arrestations. Alors, le premier à se faire arrêter sera le bonhomme tout noir là, on retiendra sa couleur de peau comme une première raison, suivi de tentative de séquestration, séquestration et trafic d’esclaves. Allez vous deux, procédez à l’arrestation, menottes tout ça tout ça. Voilaaa. Et un de moins.

Deuxième coupable l’autre amnésique décoiffé, visiblement, il est la cause de l’incendie, destruction de biens matériels, la charge financière risque d’être lourde. Tout semble croire que ce soit accidentel malheureusement, la peine sera moins lourde… Maiiis on va rajouter sur la liste des crimes : possessions et consommations de substances illicites, graffiti sur un panneau du zoo et vol d’uniformes. De quoi alourdir la sentence du m’sieur. De rien.

Suivaaant ! Oh, ah oui, l’homme poisson, l’erreur de la nature… Ahem. Quelle monstruosité, c’est donc à ça que ressemble un homme-poisson… C’que c’est laid… Coupable de nuire au bien être de la vision d’autrui, de gâcher le paysage et tout simplement d’exister. Oh, à côté de ça on notera homicide cannibale d’animaux du zoo dont votre précieux Koala Royal, ça vaut bien la plus grosse des sentences non ? Votre superbe prime. Ca me fait autant de peine qu’à vous.

Ensuite l’autre hystérique autiste est coupable d’avoir libéré les animaux… Sincèrement… Elle ne vaut même pas la peine que je parle d’elle, arrêtez-là, tout simplement. Et… Oh ce cher Baron, il semblerait bien qu’il n’ait rien à voir avec toute cette affaire… Mais allez-vous vraiment le laissez partir après qu’il se soit permis de vous traiter de, je cite : « Petit fonctionnaire minable », « Misérables », « larbins des larbins », « esprit de cul-terreux », « minables », et « d’irrécupérables ». Oui, énervant hein ? On remerciera votre dial enregistreur. Et ce, sans compter les multiples offenses qu’il vous a faîtes. Comment appelle t-on cela déjà ? Ah oui, diffamation. Je suis ravi que vous soyez d’accord avec moi, j’ai peut-être été trop dur avec vous au début, hé hé, les enfants parlent parfois trop vite. Non, vous êtes vraiment l’élite de la marine, des grands, des… Hmm ? J’en fais trop ? Hi hi, c’pas grave, vous me pardonnerez parce que chuis mignon hein ?

Alors on en a combien maintenant ? 4 ? Y a encore de la place en cellule ? Tant mieux, car c’est pas fini. La prison n’est peut-être pas assez pour eux, on va leur donner une agréable compagnie pour leur faire souffrir durablement leurs tympans, vous êtes d’accord avec moi m’sieur le pleurnichard ? Tut tut, pas plus de cris, économisez-vous quand vous serez enfermé avec vos autres compagnons. Figurez-vous que la demoiselle rousse a déjà été interrogée, elle fait partie du personnel du zoo, pas étonnant qu’elle dispose de ce genre de livre, après tout, s’occuper des animaux est une grande tâche. Et vous sans comprendre, vous l’avez agressé, vous êtes tout simplement dangereux pour autrui, l’instabilité mentale, je suis sûr que ça se soigne, on tentera… Hm… Plutôt, ils tenteront de vous trouver un asile adéquat.

N’oubliez pas de rajouter sur la liste mon personnel, j’ai les noms des gardes du corps qui ont libérés la panthère sans prendre garde à leur entourage… Vous imaginez s’il m’était arrivé quelque chose ? C’est tout simplement impardonnable. L’hôpital Sainte Shell, n’attendez pas qu’ils se remettent de leurs blessures, ce sont des criminels eux aussi après tout.

Et pour finir… Il nous reste trois gugusses… Mais plus aucuns coupables. L’un est trop jeune et semble juste n’être qu’un malheureux témoin, juste un autre gosse du petit peuple sans éducation.
Quant au témoignage de la balance… Il semble tenir la route… Tsk…
Et vient notre boxeur à tête de serpillière… Lui, chuis persuadé qu’il risque de devenir un serial killer, z’avez vu sa tête ? On devrait l’arrêter en anticipation… Mais vu comment vous avez réagi au mot « CP » je sais pas trop quoi penser… J’ai aucune idée de ce que ça veut dire mais vu comment les ptits bleus se sont mis à murmurer, m’est avis que c’un truc interne. Donc je vais laisser ça de côté.

Voilà, au final, on les aurait tous arrêtés que ça revenait au même monsieur l’agent. Et j’ai bien perdu mon temps à cause de ça. Vous êtes trop gentils avec vos subordonnées, il faut être plus dur avec eux, je veux dire… Ils ont quand même échoués là ou un petit garçon a réussi. Bon, c’est vrai que je suis exceptionnel et qu’ils n’avaient aucune chance, mais tout de même. Alors, vous êtes d’accord avec moi monsieur le sergent ? Il reste certes le mystère de la carte à résoudre mais ça, vous aurez tout le temps pour la retrouver et compenser la perte du Koala.

On a fini ? Je peux partir ? A moins que certains aient quelques choses à redire ? Bien que je doute pouvoir écoutez toutes réclamations de la part du petit peuple fu fu. Oh, je ne parle pas de vous monsieur le sergent. Vous m’êtes respectable. »


Décidément, si j'étais Marines je serais vraiment doué. En même temps, y a t-il quelque chose à laquelle je n'excelle pas ? En tout cas, voilà un travail bien fait, je devrais peut-être juste éviter de préciser que j'ai trouvé leur fameuse carte. Toute manière, ce n'était pas un crime en soi.
avatar
Yamamoto Kogaku
••• Commandant d'élite •••

♦ Équipage : The Dawn Swift

Feuille de personnage
Dorikis: 7693
Popularité: +809
Intégrité: 813

Ven 28 Nov 2014 - 21:02


Oh re coucou, monsieur, Oh a manger...dites vous n'auriez pas du sel ? Non, non c'est bon ne pleurez pas ça ira comme ça... Sinon il se passe quoi ici pourquoi y'a des gens qu'on tape ?
Ah c'est rien, juste des gens un peu cinglé, ah je comprends alors. Donc, je peux partir maintenant ?
Non ? Je dois essayer de me rappeler ce qui s’est passé au zoo ...d'accord, mais après je peux y aller promis ?
Donc, oui je suis allé dans le zoo et la j'ai croisé un monsieur qui semblait très malade. Bah il était vert et il avait les dents qui sortait...non non pas la fille en vert avec une gueule de mec mais bien un mec qui avait une gueule de poisson. Hein, c’est un homme-poisson...je comprends. Qu'es ce qu'il faisait ? Bah il se promenait regardait les animaux et il avait l'air heureux, il souriait beaucoup le monsieur.

Les autres ?...bah lesquels, y avait plein de gens et j'ai pas fais des masses attention...y'avait des animaux, une fille verte et des animaux ! Un monsieur noir, peut ètre je...du sel vous en avez ? Vous savez moi je suis pas magicien, le cadeau ne me rendent pas la mémoire ! Bah, y'avait bien un monsieur comme ca mais, il était mignon maintenant que je me rappelle il suivait quelqu'un et il avait peur d'aller lui parler on dirait, vu comment il le regardait il voulait devenir son ami c'est sur !
L'autre, il était marrant, il parlait tout seul aux koalas...je sais pas il sentait mauvais le koala je l'ia par regardé...

Quoi d'autre de marrant ? Il y avait un garçon avec ses papas qui on été joué avec un tigre après, je me souviens qu'il y a eu le barbecue et ils semblaient avoir une carte du zoo alors on les a suivi pour tenter de savoir où était le barbuc puis on les a perdus...comment je sais que c'est la carte du zoo ? Bah c’est un animal qui leur a donné...Ils sont bruyant à coté, c'est une technique secrète de marin pour que l'on entende les autres et dise un autre truc qui vous intéresse ?

Si on a vue une fille marrante, bah...ah non pas la fille verte ? Bah il y avait une madame qui arrêtait pas de dire Kuro ceci Kuro cela, on s'est dis que c'était une conteuse mais elle racontait de strucs pas intéressants. Vous avez vu, je me rappelle de tout j'étais pas bourré !

Ca vous étonne, vous savez j'ai l'habitude Walter quand je suis blessé me donne des bandages et du rhum ! C'est comme ca qu'on guérit les hommes, il dit ! ...ah non pour boire ! Un problème, monsieur.

Vous allez confondre les suspects, mais c'est un peu bête, comme vous ferez pour dire qui est le méchant si vous les confondez...mais pleurez pas monsieur !

Vous avez appelé une amie, ah non une assistante sociale...vos êtes sûr que c'est pas une de vos amies vous la regarder bizarrement...et pis on dit pas assistante sociétale ?
http://www.onepiece-requiem.net/t2499-yamamoto-kogaku-dit-lame-fini-test-rp-finihttp://www.onepiece-requiem.net/t2619-fiche-de-yama
avatar
Joseph Patchett
Crack Joe

♦ Localisation : Armada
♦ Équipage : Saigneurs du Crack

Feuille de personnage
Dorikis: 5670
Popularité: -617
Intégrité: -428

Sam 29 Nov 2014 - 12:26

"Moi ? Assomer un gardien pour lui piquer son uniforme ? Mais pourquoi diable aurais je fait ça ? C'est cet excès de caféine qui vous monte à la tête c'est ça ? Mais non j'me fous pas de votre gueule. J'dis juste que des gens mal intentionnés pourraient vous avoir mis des idées bizarres dans la tête, c'tout. Du style que le Koala était de sang royal ou j'sais pas quoi. Sans déconner, ça existe ça une famille royale de Koala ? Ouais, pardon, je m'écarte du sujet. Mais n'empêche, ça me choque !"

"Puis bon, franchement... Depuis quand c'est un gosse qui joue les flics ? J'veux bien que Shell Town soit éloignée de tout, mais quand même, de là à recruter des mineurs pour mener des interrogatoires... Franchement... En plus vous avez vu la faune à laquelle vous l'exposer ? Un homme-poisson cannibale qui ne nie même pas s'être baffré la veille, un esclavagiste qui avoue ses méfaits sans complexe, un taré qui devrait être à l'asile qui se balade avec des couteaux plein de sang, j'en passe et des meilleurs ! C'la dit, le môme a quand même raison sur un point. J'ai rien à voir dans tout ce foutoir ! Il a assez d'intelligence pour reconnaître de fausses accusations quand il en voit. Vous avez rien à m'reprocher et vous l'savez. Si j'avais été dans le coup, vous vous doutez bien que ça s'rait passé différemment. Foutre le feu à un zoo et libérer des animaux sauvages ça figure pas dans le MPPA. Ce que c'est que le MPPA ? Oh c'est le Manuel du Parfait Petit Agent. Tous les agents en formation en reçoivent un. C'est LE livre qui doit guider la vie d'un véritable agent du Cipher Pol et surtout sa façon d'opérer."

"Sans déconner, vous allez encore me garder longtemps ? Non parce que bon, les congés payés au Cipher Pol, on en a pas tant que ça. Les passer sur Shell Town c'est déjà pas la joie mais alors dans une salle d'interrogatoire, c'est franchement la loose. J'aimerais bien profiter de mes vacances peinard... Comment ça j'avais prévu de braquer le zoo avec le sabreur ? Mais j'le connais même pas celui là ! J'suis là que depuis deux jours et j'irais pas monter un casse ! Pourquoi ? Mais parce que je suis dans le camp des gentils, vous vous rappelez ? Gouvernement Mondial ! L'Oncle Genji paye suffisamment bien pour que j'ai pas à m'abaisser à commettre de tels actes."

"Vous dites que vous avez des témoins qui m'ont vu tabasser un gardien pour lui piquer son uniforme ? Euuuh... Dites moi si j'me trompe mais des gardiens tabassés qui se sont fait piquer leurs uniformes, y'en a que deux non ? Et m'semble que vous tenez déjà les deux qui se sont fait passer pour des agents du zoo vu qu'ils ont déjà avoué. Le pleureur et le junkie. S'ils bossaient ensemble ? Possible, dur à dire vu que je les connais pas. Mais j'trouve la coïncidence un peu grosse des deux types qui sans se concerter vont agresser un homme pour lui piquer son uniforme. Donc bon... Manque deux uniformes, pas trois. Donc moi, j'serais vous, j'me retournerais vers ceux qui vous ont dit que j'ai fait un truc pareil, histoire de savoir pourquoi y se foutent de vot' gueule. Ah mais non, j'essaye pas de vous dire comment faire vot' job. J'donne juste mon avis, c'tout. D'un professionnel à un autre. Ouaip, entre serviteurs de la Loi et de l'Ordre, voilà, vous avez tout pigé. On vous a déjà dit que vous étiez un malin Sergent ?"
http://www.onepiece-requiem.net/t6519-joseph-patchett-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t6586-crack-crack#80645
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant