AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Grammy Music Awards !

avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Mer 28 Jan - 17:22



[Lien vers les PNJs : Ici]

-



Salle noire. Depuis les coulisses, on peut entendre le brouhaha du public impatient que le show commence. Toutes les places sont prises, et certains sont forcés de rester debout au fond. Cette année plus que toutes les autres, le concours a attiré une extraordinaire masse de spectateurs.

Mais en coulisse, ça commence à paniquer…

- Qu’est-ce qu’il fout Ikos ?
- J’sais pas, on va envoyer, là !
- Dans trente secondes, merde !

Depuis les loges arrive un homme en costard noir, chemise blanche en dessous, l’habit typique du présentateur.

- J’suis là j’suis là !
- Eh beh, où t’étais passé ? Qu’est-ce que t’as sur la figure ? T’es tout rouge !
- Ouais ouais rien, j’étais à ma séance d’UV t’en fais pas… Bon, quand ?
- Maintenant ! Go !

Et ils le poussent vers la scène.



- Bonsoir mesdames, mesdemoiselles, messieurs ! Chers spectateurs, je suis heureux de vous accueillir à cette nouvelle édition des Grammy Music Awards !

- Avant de continuer, je vous demande d’accueillir sous un tonnerre d’applaudissements le fabuleux Abdoulay Bakari, notre virtuose inégalé car inégalable, aussi aveugle que talentueux !

Juste devant l’immense scène s’illumine un grand fauteuil rouge sur lequel est assis le premier juge, qui salue la foule par des grands mouvements de bras.

- Merci d’accueillir le magistral Lucius Stenforde, le juge dont l’oreille entraînée saura débusquer n’importe lequel des écarts de nos candidats !

Nouveau fauteuil éclairé, mais aucune salutation. L’esprit droit, l’œil ferme, Lucius Stenforde ne bouge pas devant le peu d’applaudissements qui lui sont destinés. Un homme froid, mais pas moins doué.

- Ensuite, je vous prie d’applaudir Jean-Claude Van Danne, aussi complexe que célèbre pour ses tournures spectaculaires !

Troisième fauteuil, dont s’extrait un type baraqué comme c’est pas permis, qui se retourne pour saluer le public.

- Et enfin, celle que vous attendez tous, je vous demande une ovation sans précédent pour la sublime, la magnifique, la resplendissante, l’étincelante Anna Archemenbeau !

Une femme d’une beauté sans pareille se dresse sur son fauteuil pour goûter le doux sont des cris des spectateurs, des « je t’aime » qui s’envolent de partout, et des hurlements divers et variés qui proviennent de toute la salle.

- Merci à tous ! Maintenant, je vous demande d’accueillir les candidats !

Sous de nouveaux applaudissements et une musique de fond, les trente sélectionnés pour concourir aux Grammy Music Awards de cette année font leur entrée, en file indienne, sur scène. Chacun savoure à sa manière les cris de la foule, certains stressent, d’autres suent, d’autres sourient, d’autres tremblent, et d’autres encore mélangent un peu tout ça. Ils se placent en ligne en fond de scène, comme prévu lors des répétitions préalables.

- Haha, les voilà ! En forme, imperturbables – pour la plupart – plein de confiance, si beaux !

- Maintenant, écoutons un bref rappel des règles par notre ami Jean-Claude !

Le type baraqué empoigne son micro et se lève, face aux candidats et dos aux spectateurs.

- Bon, tu vois, c’est pas compliqué. Les Grammy Music Awards c’est pas seulement un concours, c’est un art, un spectacle tu vois ? C’est en même temps quelque chose qu’on peut toucher tu vois, là je me touche, le corps, les muscles, les épaules et les pecs’, je touche mon fauteuil mon micro tu vois, on peut toucher ce concours, on peut toucher ce spectacle ! Mais faut bien que tu comprennes quelque chose, c’est qu’en même temps on peut pas le toucher, c’est de la musique, des notes, des sons, du bruit, comment tu veux toucher du bruit ? Tu vois ça me rappelle cette fois où j’ai essayé de toucher un son, bah c’est pas possible. Mais en même temps si t’as l’impression que tu peux pas toucher un son, bah parfois tu peux, tu me suis ? Parce que si tu fous une enceinte super fort à côté de tes oreilles et que tu envoies dedans un signal électro-machin-chose qui te lance du gros son, bah toi à côté tu seras sonné, comme si t’avais été heurté par du son, tu vois ? Bah le son c’est ça, tangible et intangible. C’est un peu comme l’air en fait ! Tu vois l’air que tu respire, bah tu peux pas vraiment le toucher alors que tu le touche tout le temps, l’air s’il y en avait pas les oiseaux voleraient pas et toi tu mourrais. Mais il y a de l’air, et pourtant on le voit pas ! Bah l’air, le son, ce spectacle et ce concours, c’est pareil en fait, c’est tangible et intangible, tu peux le toucher et le voir mais en fait non, et inversement, et le contraire de l’opposé de la différence inverse. C’est comme ça tu vois, tu suis, tu piges ?

- Donc les Grammy Music Awards mon gars, et désolé je sais qu’il y a aussi des femmes mais je dis mon gars hein tu te vexes pas ma petite ? Ouais je sais, pardon, allez, j’te ferai un bisou. Donc tu vois, je disais… J’en étais où ? Ah oui, tu suis ? C’est bien ! Super, je t’aime bien toi là-bas ! Qui ? J’sais pas mec, j’ai juste préparé un texte ! Héhé, ça se voit que c’est préparé hein, tu vois pour une fois c’est cohérent, tu vois ? Ouais donc. Ah oui ! Les Grammy Music Awards mon gars, c’est un show de malade ! Et pas de malade genre t’es au fond de ton lit, nan nan ! D’ailleurs la maladie, c’est comme l’air, le son, ce concours et ce spectacle, tu peux pas vraiment la toucher mais toi ça te touche au fond de toi. C’est comme l’amour tu piges ? Tu le touche pas l’amour, et pourtant ça te heurte genre violemment, ça te prend aux tripes et tu peux plus rien faire, ça te rend limite malade ! Tu vois, tout est lié, amour, maladie, air, son, concours et spectacle. Eh bien c’est ça que je veux te transmettre, les Grammy Music Awards, c’est ça ! Un mélange de tout ça, et j’ai pas fini ! Je pourrais te parler d’autres trucs mais t’en as rien à carrer, alors je vais continuer sur les règles, tu vois ?

- Donc vous êtes trente participants, tu vois ? Regardez-vous dans l’blanc des yeux, parce qu’à la fin du concours il y en aura plus qu’un ! Facile non ? Un seul gagnant ! Tu vois ? Bon, si tu piges bien, ça veut dire qu’il va y avoir vingt-neuf éliminés. Cette année on va faire différemment des autres fois, parce qu’on innove, tu suis ? L’innovation ! Encore quelque chose d’intangible, et pourtant ça nous marque à fond ! Innovation, amour, maladie, air, son, concours, spectacle, tout est lié, tu vois ? C’est ça que je veux transmettre, les Grammy Music Awards c’est un mélange de tout ça, c’est des émotions puissantes ! Et d’ailleurs, les émotions, pareil ! Tu peux pas les toucher, sauf peut-être si tu te penches sur l’aspect hormonal du truc, mais sinon non, tu touches pas aux émotions, et pourtant on peut être « émotionnellement sensible », ça veut dire que t’es fortement touché par les émotions, donc les émotions te touchent, donc toi tu peux pas, mais elles si ! Et si elles te touchent, ça veut dire qu’elles sont tangibles ! En bref, émotions, innovation, amour, maladie, air, son, concours, spectacle, c’est les Grammy Awards.

- Donc comment tu seras éliminé ? Alors je disais c’est différent de l’année dernière, pourquoi ? Regarde. Là on est quatre juges, vous êtes trente. Vous allez chacun nous présenter votre préparation, et on va vous regarder, vous écouter, vous décortiquer, vous juger, bref, vous admirer. L’admiration, tu vois ? Pareil que tout le reste ! L’admiration va toucher à nos émotions, donc tangible et intangible, comme le reste ! Admiration, émotions, innovation, amour, maladie, air, son, concours, spectacle ! Bon et donc au fur et à mesure, chacun de nous va pouvoir choisir deux candidats pour les « prendre avec lui ». Et que deux candidats chacun ! Donc tu vois à ce moment vous serez huit personnes ! Eh ouais mon grand, je sais compter, t’es surpris hein ! D’ailleurs la surprise ! Ouaaais, tu vois où je veux en venir maintenant hein ? Pareil que le reste, quand t’es surpris tu prends un sacré coup, donc ça te touche, alors que tu peux pas toucher la surprise ! Surprise, admiration, émotions, innovation, amour, maladie, air, son, concours, spectacle !

- Donc ça c’était pour le premier round, vous serez plus que huit ! Et là, chaque duo devra faire son show, ensemble, en coopération. Et pour chaque duo tu vois, tu suis, tu piges ? Pour chaque duo, nous les juges on va vous juger, vu que c’est notre boulot de vous juger, avec notre jugement. D’ailleurs jugement… Notre jugement il va impacter ta vie, ton futur, ta réussite ! Et ce jugement tu vois, il va te toucher au plus profond de toi ! Mais toi tu pourras pas le toucher directement, en tout cas pas physiquement. Tu pourras que le toucher avec ton son, donc intangible mais tangible ! Jugement, surprise, admiration, émotions, innovation, amour, maladie, air, son, concours, spectacle ! Et donc ces duos, pour chaque duo, on va juger et en garder qu’un seul. Donc vous serez quatre ! Et là vous passerez tous ensemble sur un show de groupe, à quatre, et à la fin on en gardera qu’un seul des quatre !

- Bon, j’espère que t’as bien retenu tout ça ! Je veux que mon jugement soit surpris, que mon admiration s’emplisse d’émotions, que ce que vous faites soit plein d’innovations, d’amour à me rendre malade, que vous vous mettiez à remuer tout cet air autour de vous en envoyant du son pendant ce concours, et que vous en fassiez un spectacle ! Allez, sur ce, bon courage à tous !!!

Et sur ces belles paroles, le public applaudit progressivement, comment sortant de sa torpeur. Le présentateur, Ikos, reprend comme il peut.

- Euh merci Jean-Claude… Bon, si vous le voulez bien chers candidats, présentez-vous chacun votre tour !

avatar
Ivan De Cimitiero
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : Grand Line

Feuille de personnage
Dorikis: 5422
Popularité: -548
Intégrité: 181

Mer 28 Jan - 21:43

Faire partie des grands de la musique ce n'était pas un objectif de départ. Mais maintenant qu'il est lancé, pourquoi ne pas y aller à fond. Ivan peut faire quelque chose. Il est encore novice dans le domaine de la musique, mais il a franchi le cap des éliminations et ce n'est pas rien. Ils sont trente et lui est plus visible que jamais. Sur sa chaise roulante, il attire pas mal de regard. Toujours sous son tissu pour se dissimuler, il crée rapidement des dialogues dans le public. Des personnes se questionnent et c'est bien normal. Pourquoi cache-t-il son visage? Après tout, c'est un rêve pour beaucoup de mondes de devenir une star ! C'est illogique..

Sur la scène l'ange est en sixième position. Ils sont dans l'ordre de passage et lui est prêt à faire son show. Pas du tout stresser. Il est plutôt excité et à hâte de commencer. Voir ce qu'il vaut réellement. Les critiques risquent d'être dur mais juste. Il en a bien besoin pour avancer et devenir le pianiste qui apaisera les cœurs. C'est la première fois de sa vie qu'il participe à un concours et c'est aussi la première fois qu'il va tenter des mélodies de son invention. Il ne sait absolument pas ce que ça va donner. L'handicapé les a travaillé en cachette et espère faire une belle surprise. Bien évidemment qu'il peut jouer des belles partitions que lui a montré Dimmers mais il n'aurait pas de mérite.

Abdoulay est au rendez-vous comme prévu. Même s'il est aveugle, Ivan a l'impression qu'il l'observe. L'ange l'a épaté sur las camp. Un coup de chance provoqué par son patron Dimmers. Ce dernier lui avait filé une partition extraordinaire. Est-il capable de réaliser un nouvel exploit ? Nous parlons, nous parlons, mais c'est à son tour de se présenter. Il s'avance sur un petit mètre et avec sa douce voix d'ange il dit.

-Bonjour. Je me nomme Ivan De Cimitiero. Je suis pianiste depuis quelques mois. J'espère que mes mélodies vous plairont.

Puis il recule. Il ne savait pas trop quoi dire. Certains monopolisent la parole mais ça... Chacun son style. C'est vrai qu'Ivan est assez bavard habituellement mais que voulez-vous. Parler pour parler ne l'intéresse pas. S'il n'a rien à dire, il ne dit rien. Les trente sont tous si différent. On sent que chacun a son style et ça va être intéressant d'entendre tout ce qui se passera.

[...]

Après les présentations, le concourt allé commencer. Tout le monde se retire sous les applaudissements et le numéro un se prépare pendant cinq minutes avant d'ouvrir le bal. La foule est chaude et malheurs à celui qui la refroidira. Dans les coulisses, pas mal de candidats s'inquiètent. Il semblerait qu'il y a du lourd. Le niveau est tellement bon que certains doutes de leur talent. Mais ils se reproduiront tous avec une seule volonté. Donner le meilleur d'eux même.

Des coulisses ils peuvent voir ce qui se trame sur la scène et croyez le ou non, un individu joue du rock avec un violoncelle ! C'est énorme et super originale. Dire que c'est le premier candidat. Ivan a un peu honte de son niveau et n'hésite pas à le faire savoir à ceux qui sont dans le même bateau.

-Je ne sais pas vous messieurs dames. Mais je suis loin d'avoir un tel niveau.

La peur de se ridiculiser le gagne un peu. C'est vrai qu'il n'y a pas de vie en jeu aujourd'hui mais bon. Heureusement que les concourants ne sont pas des loups. Ils le réconfortent comme ils peuvent. Surtout que les suivants sont tout aussi mauvais que le premier... Ce n'est pas plus mal pour Ivan. Il n'a rien à prouver. C'est un novice qui va tenter de faire plaisir à tous ceux qui vont entendre sa partition.

Son tour arrive et sur scène il devient le centre du monde. Le projecteur sur sa personne et le beau piano qui lui fait face. Un piano de très bonne qualité. Il ne reste plus qu'à se lancer. L'ange descend de sa chaise et s'installe sur le banc prévu. Une bonne inspiration et il place ses doigts pour les premières notes.


Cette fois ça ne va pas aller très vite. Une musique assez douce de son invention. Le piano est parfaitement réglé et chaque touche sort une jolie note. Il commence avec une main puis ajoute l'autre. Une mélodie qui tente d'être agréable et de toucher le public. On est encore loin du niveau de sa mère mais c'est un début. Il est lancé dans la cour des grands et même s'il ne parvient pas à passer le premier tour, il aura fait ce qu'il pouvait.

La musique avance, les notes s'enchainent. Les changements de rythme son peu nombreux et on entend même une fausse note qui ne semble pas avoir échappé à l'un des juges. Ivan ne s'en doute même pas. Ce n'est pas un génie de la musique et la note en trop qui fait fausse, il ne la remarque pas. Seule une personne confirmée peut lui conseiller de retirer une note ou dans ajouter une autre. Les spectateurs se sont-ils rendu compte ?

Ivan continue sa prestation et est fier de ce qu'il réalise. Calme, entrainer par le rythme, on sent qu'il vit ce qu'il fait. Comme si la musique le pénétrait. Elle est en lui à cette instant précis. Lorsqu'il balance les dernières notes il réalise que le moment le plus sympathique vient de se terminer. S'il pouvait faire une autre. Mais il n'en a pas le droit.

Vous connaissez ce genre de spectateur? Il ne leur en faut pas grand-chose pour s’émoustiller. Un tonnerre d'applaudissements pour l'homme en chaise roulante. Ce dernier se réinstalle sur sa chaise et fait face au public. Voir tout ce monde l’applaudir lui fait chaud au cœur. Comme s'il venait de faire une grande action pour la société. Il s'incline comme il peut et va pouvoir recevoir les critiques de professionnelle. Il n'espère pas de la sympathie. Il veut que leurs critiques soit justes même si elles peuvent faire mal.
http://www.onepiece-requiem.net/t10966-ivan-fiche
avatar
Ti-Khuan

♦ Localisation : Là où y'a du blé

Feuille de personnage
Dorikis: 495
Popularité: 0
Intégrité: 0

Lun 2 Fév - 13:59

J'suis le boss. C'est moi qui vais gagné. Point finale. On peut arrêter le concours ici. T'as cru que j'rigolais? Non mais regarde moi ce ramassis de gens. Y'en a aucun qu'est fait comme TITI. Titi c'est moi en cas. Mais franchement, même celui qui explique les règles et dépassé. J'ai pas fait d'étude mais j'sais mieux communiqué que lui. Même un enfant de trois ans on comprend ce qu'il veut dire. La le mec il a un problème. J'crois qu'il est pas tout seul dans sa tête. Doit bien y avoir une dizaine de personne dans son cerveau et chacun veux lancer une phrase. Tu mélanges et ça nous donne ça. On appelle ça d'la merde fraiche.

On est sur scène et j'suis le quinzième. Au centre comme par hasard. Tout le monde veux me voir moi. Alors pourquoi ils regardent l'handicapé. J'suis sur qu'il fait expré pour me voler la vedette. Genre regardez moi je suis un pauvre petit qui a une vie difficile laissez moi gagner. Le blé c'est pour moi alors pas touche sale estropié. C'est déjà a moi d'me présenter. J'fais un pas en avant et j'laisse mon charme naturelle faire le reste. Je lance des regards de voyou et tente de faire fondre tout le monde.

-Vous pouvez vous présenez s'il vous plait.

Il me prend pour quoi le mec. C'est bon y'a pas le feu.

-Wesh les gens. Moi c'est Ti-Khuan, alias TITI. Aujourd'hui j'vais vous montré qui est le mec le plus top du coin. J'vais gagner c'est sur.

J'me grille une clope et continue

-Y'a deux type de personnes aujourd'hui. Les perdants et le gagnant. Moi j'vais tout faire pour gagné. Mais j'suis pas un batard, j'sais que ça fait mal de payer l'entré alors j'vais vous faire un show de malade. Des phrases venu d'une nouvelle galaxie.

Un mec qui travail ici vient me murmurer dans l'oreille que j'ai pas le droit de fumer et que j'dois arrêter de monopoliser la parole.

-C'est bon wesh. J'répond aux questions. A la base j'suis un mec de quartier comme tout le monde. Oh et puis j'dois lacher la parole aux autres.

En vrai j'me suis trouvé une belle excuse. J'avais la flemme de continuer de parler. Pt'in ça ma fatigué toute cette parlotte. Heureusement j'suis pas premier. Vais me faire une sieste dans un coin au calme. Lorsqu'on quitte tous la scène j'me trouve un endroit et m'allonge. Impossible de dormiiir ! Y'a trop de bruit. J'avais envie d'leur dire de faire silence mais j'peux pas. J'attends j'attends. J'vais tout déchirer. C'est enfin mon tour.

J'entre sur scène et retire ma capuche. On voit pas mes cheveux parce que j'ai mon bandana. T'as cru que j'allais montrer mon crâne ou quoi. Mais laisse faire l'artiste. J'suis plutôt serein et confiant. J'vais rapper et me faire du blé. J'me fatigue pas et me fait du blé. Après je devient une star et me fait du blé. Depuis tout à l'heure je rêvasse et on me demande de commencer. Les gens sont si impatient de me voir c'est pour ça ! J'suis si top. Allez c'est partit !

Yeah Yeah YEAH !
C'est du rap alors laissé moi faire !
J'veux voir tout l'public d'ici levez les mains en l'air ! Oh yeah
C'est du rap alors laissé moi faire !
J'veux voir tout l'public d'ici levez les mains en l'air !

Aujourd'hui c'est finit j'viens faire couler du mascara.
Désoler mesdemoiselles je suis parfois exécrable.
Dans ma rue y'a pas un chien, il y'a que des chattes.
Et que des chiens sans muselière, prêt à l'attaque.
Si tu pars avec des séquelles c'est qu'on c'est quitté en bon terme.
T'as vie n'a pas de thème tu sais pas ce que veux dire je t'aime.
Tu passe ta vie devant un gloss repoudrage.
Après démaquillage on voit la vrai mocheté de ton visage.
T'es occupation c'est d'faire les trottoirs.
Histoire de voir qui peut te la mettre un d'ces soir !
J'ai espérer que tu sois plus intelligente que tes copines.
Mais j'ai trop rêver t'étais juste la plus coquine.
Devant une fille comme toi je n'ai plus de coeur.
Toute tes belles phrases on les connait par coeur.
S'il y aurait une école de catin tu aurait bac+10.
Tu prend n'importe lequel blanc black jaune métisse.
C'est des genres de mec qui kiff quand sa glisse.
Tous les boloss de ton île on squattait ton soutif.

Moi c'est TITI et j'vous demande de faire du bruit !!!

Yeah yeah ! Trop la classe. J'sais qu'ils ont kiffé. J'suis une bête de scène. Je met l'ambiance avec mon bras et sur scène j'bouge comme un rappeur. J'enlève mon haut et reste torse nu. Un petit bonhomme musclé vous kiffé. Rooaa !
http://www.onepiece-requiem.net/t13112-c-est-100-000b-pour-cliquer-icihttp://www.onepiece-requiem.net/t13180-encore-dans-le-mille
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1