AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


L'incontro della lucertola

avatar
Gallena Scorone
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : En mer

Feuille de personnage
Dorikis: 6096
Popularité: +553
Intégrité: 475

Jeu 26 Fév 2015 - 18:58

Au même moment sur la même île, il se passe des choses ici Opération ramasse-miette puis ici Chemin de croix.

___________


La mer et les embruns et les mouettes dans les airs et les mouettes sur l'eau et les mouettes sur les bateaux. Non, les marines sur les bateaux. C'est pareil. Ça fait un joli décor, pour mes aventures passionnantes. Bien sûr qu'elles sont passionnantes mes aventures. Je suis dedans, non ?
Moi, Gallena Scorone, caporal d'élite de la marine et future héroïne reconnue partout dans le monde et encore plus loin, j'étais en route pour l'île de Dawn.
Et il faisait vachement beau aujourd'hui sur East Blue.

Après une mission échouée sur l'île d'Orange, qui n'avait que des pommes, où le pirate que je devais capturer avec l'aide de trois autres marines dont deux qui ont eu les chocottes et se sont enfuis quand j'avais le dos tourné et dont le troisième, le caporal Brinjolf, n'était vraiment pas utile.
En plus, il avait l'air louche. Pas tout à fait l'air d'un élite, quoi.
Fin, il était pas très intéressant de toute façon. Je suis bien plus intéressante moi bien sûr. La question ne se pose même pas. D'ailleurs pourquoi je pense à lui, là ? Est-ce qu'on pense à l'évidence ? Est-ce que ça se fait ? Et puis si on ...

Je m'ennuiiiiiiee.


Je repose le livre que je feuilletais et le range dans mon sac. La suite pour plus tard.
Je monte sur le pont du navire qui m'emporte pour Dawn. Le vaisseau n'est pas bien grand et l'équipage a une sale gueule, mais ils m'ont assuré qu'ils n'étaient pas des pirates mais des marchands. En tout cas pour le moment, ils n'ont pas essayé de me voler mes affaires. Et tant pis pour les balafres et la jambe en bois du second qui fait toc toc quand il marche.
Moi qui croyait que c'était des indices assurés pour reconnaître les pirates. Pas que tous les pirates aient cette tête, mais je croyais qu'avoir cette tête était la preuve qu'on était un pirate. Et là, j'ai tout un équipage de tête de pirates, mais ce sont pas des pirates.
C'est dingue.

La terre est en vue, normalement c'est la bonne, cette fois. Tant mieux, la nuit sera bientôt là. Je ne vais pas débarquer en pleine nuit quand même, ça ne se fait pas.
Je devrais monter sur la proue du navire, ça serait plus cool, quand même.
Allez, je le fais !


Dawn Island, tiens-toi prête, car j'arrive, tu ne me fais pas peur !!
http://www.onepiece-requiem.net/t13186-gallena-scoronehttp://www.onepiece-requiem.net/t13291-maitrises-de-gallena-scor
avatar
Gallena Scorone
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : En mer

Feuille de personnage
Dorikis: 6096
Popularité: +553
Intégrité: 475

Jeu 26 Fév 2015 - 18:58

Le vaisseau lance ses amarres au quai et s'arrête dans un grincement de cordes. Deux matelots débarquent la planche pour rejoindre la terre ferme. Je suis la première à passer, mon sac sur le dos.

Je dois avoir l'air tellement héroïque, avec ma cape dans mon dos qui flotte quand je bouge, me servant de manteau quand il pleut. Même si c'est en fait un manteau que j'ai transformé en cape. Mes boucles d'oreilles sont accrochées à mes oreilles, comme toujours. J'ai mes gants aux poings. Tout va bien.
Et je n'ai pas oublié de m'habiller en me levant, donc tout va bien.
Je dévale la planche sans me soucier des passants et met le pied sur le pavé. Ça fait plaisir d'avoir atteint le plancher des vaches. Même s'il n'est pas en bois et que je ne vois pas beaucoup de vaches dans la ville.

En fait, je vois surtout des réparations, pas tellement récentes. Me demande si la ville a été attaquée par des pirates.
Ça serait étrange quand même, on est en plein East Blue. Les pirates sont pas censés être très dangereux, normalement.

Enfin, moi qui vient d'Inu Town, je sais bien que des fois les pirates ne font pas ce pour quoi on les attend. Et ça, c'est vraiment pas civil.

Je marche tranquillement en direction du poste de marine local. Comme je ne sais pas où il se trouve, je pars au hasard dans une rue. J'arriverais bien là où je dois être, après tout. Ma destinée guide mes pas vers l'aventure et la gloire.
Elle est censée en tout cas. Parce que là, je me cogne surtout le pied sur une caisse qui traîne sur mon chemin.
Ouille ouille ouille. Je sautille, j'ai mal au pied, j'ai une idée géniale, je m'assieds sur la caisse. Et je commence à frotter mes doigts de pieds blessés. Une vengeance convenable contre cette vilaine caisse qui entrave la marche de la justice, car je représente la justice, faut pas l'oublier.

Finalement, j'ai plus trop mal. Je repose mon pied au sol et je me lève. C'est alors que je remarque un petit détail.
Enfin, un gros détail.
Une mégacatastrophe énorme !!

- Mes bottes !!!

J'avais oublié mes chousses sur le bateau !!
http://www.onepiece-requiem.net/t13186-gallena-scoronehttp://www.onepiece-requiem.net/t13291-maitrises-de-gallena-scor
avatar
Gallena Scorone
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : En mer

Feuille de personnage
Dorikis: 6096
Popularité: +553
Intégrité: 475

Jeu 26 Fév 2015 - 19:00

Et voilà que je cours à travers les rues, que je cours sans m'arrêter. Quand on court on s'arrête pas de toute façon, mais là je m'arrête vraiment pas, même pas pour laisser une grand-mère traverser ou quoi que ce soit du tout. Je suis pressée, moi !

Je crois que j'ai affolé un bœuf à un carrefour, mais je ne reste pas pour m'en assurer. Il se peut que je bouscule quelques passants, mais ils n'avaient qu'à passer ailleurs ces bêtas.
Et puis c'est pas comme si je suis difficile à voir après tout.
Tiens, ce type qui tient des tartes, lui il réagit bien, il me voit et il m'évite. Dommage qu'il lâche ses pâtisseries dans la manœuvre, c'est triste de voir de si bonnes tartes tomber par terre. Ben, je suppose que ce sont de bonnes tartes. Il va pas les vendre si elles sont mauvaises. Mais ça expliquerait pourquoi il les laisse tomber.
Ça doit être ça, en m’apercevant il a réalisé que ses tartes étaient trop pourries et il les a laissées tombées par terre de honte. Tout est clair !

Bon, c'est pas tout ça, mais il est où ce fichu port ? C'est à droite ou à gauche ou ...
Tout droit avec les mâts de bateau qui se balancent ? Oui, peut-être. J'ai rien à perdre à vérifier.
J'y cours.


Je débarque sur les quais pour la seconde fois de l'heure. Je vois le bateau qui m'a emmené un peu plus loin et me dépêche de le rejoindre. Il faudrait pas qu'ils mettent les voiles alors que je suis presque arrivée.

La passerelle est toujours en place alors je l'escalade rapidement, faisant attention à ne pas tomber à l'eau tout de même. Ni à me mettre une écharde dans les pieds, après ça fait mal et c'est compliqué à retirer. Même si j'ai le bout des doigts à l'air, avec mes mitaines de bagarre.

Sur le pont, il n'y a plus grand monde. Deux hommes d'équipages, un ptit gros brun et un gros grand blond, peut-être des frères, ils sont habillés pareil.
Je les rejoins et lève le bras pour les saluer. Vu que je ne vois personne d'autre, ils doivent être restés pour garder le bateau pendant que les autres font la fête en ville, ou font des trucs de marchands.

- Ohé du navire !
- Ohé de la terre !
- Je cherche ...
- Inutile de le dire, laissez-moi deviner. Vous cherchez ... un tapis fait main pas cher !
- Euh en fait ...
- Un canard en bois pour le bain !
- C'est pas ...
- Attendez attendez attendez, je sais ! Un pot de fleur en bronze.
- Je ... non mais pas maintenant là je suis ...
- Un dromadaire ?
- C'est quoi ça ?
- Ce que vous cherchez !
- Sûrement pas ! Sauf si c'est un mot pour dire ...
- Un calendrier des chasseurs de primes. Non non, mieux, ce que vous voulez c'est un ...
- La ferme !!!
- Voui madame.
- Je cherche mes bottes, je les ai oubliées dans ma cabine. Elles doivent toujours y être, donc j'y vais.
- En fait ...
- Quoi ?!
- Non non, rien madame.

Le ptit marin se tait et je commence à me tourner pour partir vers ma cabine quand l'autre qui n'a toujours pas parlé me montre son doigt.
Correction, me montre une direction avec son doigt. Je regarde là et oh joie, mes bottes sont là au bout de son doigt !! De la direction montrée avec son doigt, je veux dire. C'est trop mégagénial cool, j'aurais pas à aller les chercher !

- En fait c'est ça que je voulais dire. On les a trouvées et on les a posées là pour si vous reveniez.
- Ben pourquoi vous ne l'avez pas dit plus tôt ?
- On peut bien rigoler.
- Non on peut pas ! Mes bottes, c'est mes bottes !
- Voui madame.
- Et d'ailleurs je suis pas assez vieille pour être une madame, ça se voit non ?
- Bien sûr madame.

Sérieux ? Sérieux ?
Il a de la chance que je sois ultramagna ... magma ... super magnanigme ... fin que je sois pas rancunière. Il a de la chance lui. Et aussi je représente la justice et l'ordre et je suis pas censée frapper les marchands qui respectent la loi. Même s'ils disent des bêtises. Appeler un représentant de l'ordre madame au lieu de mademoiselle, même si c'est pourtant évident, c'est pas interdit par la loi.
Si j'arrive au pouvoir un jour, faudra que je fasse quelque chose à ce sujet.
Bon, j'aurais sûrement oublié, mais si j'arrive au pouvoir et que je m'en rappelle, je ferais quelque chose à ce sujet.

J'suis sûre qu'on me remerciera.


Et zut, avec tout ça j'allais repartir sans mes bottes. Une fois mais pas deux ni trois. Je m'appuie contre la balustrade et les met. J'enfile d'abord la droite, ensuite la botte de gauche et puis crrr ....

Crrr ?

Crr.

Crrr et je me sens partir en arrière, la balustrade m'accompagne. Ou j'accompagne la balustrade, je suis pas sûre.
Plouf et je me sens vachement mouillée. Je remonte à la surface en m'agitant comme un phoque. Un gros phoque qui a trop bouffé de viande. Même si je sais pas s'ils mangent de la viande. Évidemment maintenant que j'ai mes bottes et mes gants, c'est encore plus facile de nager. Puis je suis alourdie, avec mon mantocape et le reste de mes habits et j'avais pas prévu de nager dans un port tout sale moi. Je parie qu'il y a plein de gens qui pissent dans ce port et qui y jettent leurs ordures et tout ça. Je vais attraper des maladies et tout.
Clairement, c'est nul, nul, archinul.

- Ça va en bas ?!

On m'appelle. Ou alors on appelle quelqu'un d'autre en bas et celui qu'appelle est au-dessus de moi. Donc ça doit être moi qu'on appelle.
J'essaye d'ouvrir les yeux pour voir, mais ils sont encore trop mouillés pour que j'puisse voir. En plus, j'ai des yeux dans le visage et je suis sûre qu'ils vont me gêner quand je les rouvrirais, mes yeux.

- On vous envoie une corde, attrapez-la !

Je sais pas si j'ai vraiment envie de remonter sur ce bateau, il est dangereux. Il casse de partout et évidemment c'est qui qui tombe à l'eau ? Moi. A croire que c'est fait exprès, je ...

Splaff. Aïe. La corde. Bien visé, je la prends en pleine tête. Bêta.

- Eh, faites attention !!
- Désolé ! Bon, vous la tenez bien ? On vous remonte.

Et effectivement, ils me remontent, moi et mes bottes pleines d'eau et mes habits tout humides et mon mantocape trempé et va falloir que je nettoie mes cestes et mes boucles d'oreilles avant que ça rouille et ...

Quelle journée pourrie .... et je suis ici depuis moins d'une heure.
Il aurait pu me prévenir le lieutenant d'élite Ishumi, que ça portait la poisse de venir à Dawn.

- Atchi.

La totale.
http://www.onepiece-requiem.net/t13186-gallena-scoronehttp://www.onepiece-requiem.net/t13291-maitrises-de-gallena-scor
avatar
Gallena Scorone
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : En mer

Feuille de personnage
Dorikis: 6096
Popularité: +553
Intégrité: 475

Jeu 26 Fév 2015 - 19:02

Je suis Gallena Scorone, caporal d'élite de la marine. Je suis sur l'île de Dawn depuis une grosse heure. Je suis géniale et évidemment modeste, débrouillarde et tout et tout. Surtout, je suis trempée, mes habits sont trempés et en plus j'ai attrapé froid.

Si j'écris ma biographie un jour, je pense que je vais laisser ce passage de côté. Ça fait pas très glorieux. Mais c'est pas très honnête de pas dire les choses pas glorieuses qui sont arrivées. Et puis ça parait bizarre quand tout est trop génial dans l'histoire de quelqu'un, c'est pas vraiment réel quand il lui arrive jamais de problème mais c'est quand même bien pourri ce qui m'est arrivé aujourd'hui.

Oh et puis zut, je me poserais la question le moment venu.


Le grand marin mutique qui parle pas m'apporte une couverture et des serviettes dans ma cabine. Enfin la cabine dans laquelle j'étais pendant le voyage. Je me repose un peu à l'abri des regards. C'est que j'ai pas trop envie qu'on me voie dans cet état pitoyable.

Y a que mon sac qui est pas passé à la baille, il est resté sur le pont lui. Le veinard.
Mais même si j'ai des sous-vêtements propres dedans je vais pas trop pouvoir les mettre. Pas avec des habits mouillés par-dessus. Je vais devoir les essorer puis les remettre pour aller jusqu'à un magasin de fringues. Donc autant remettre mes sous-vêtements qui sont dans le même état plutôt que de foutre de l'eau sur ceux qui sont secs.
Est-ce qu'ils ont des boutiques au moins sur cette île ? A part pour vendre des tartes. Ou alors si ça se trouve les tartes c'est que sur commande ?
J'ai pas fait attention s'il y avait des vendeurs tout à l'heure, j'avais autre chose en tête. Si j'avais su ...
Si j'avais su, déjà, j'aurais pas oublié mes bottes. Comme ça, j'aurais pas tapé cette fichue caisse et je serais pas tombée à l'eau. Ils ont pas intérêt à vouloir me faire payer la réparation de leur bateau tout pourri, sinon je les jette à l'eau, le petit et son dromadaire.

Et puis c'est quoi un dromadaire au final ?

La porte s'ouvre, c'est de nouveau le grand marin. Enfin, c'est son bras. Il est assez sympa pour penser à pas passer la tête, surtout que je suis en train de me sécher avec les serviettes là. Donc je suis pas habillée.
Il me jette un ... truc avant de refermer la porte sans dire un mot.
Je lui dis quand même merci avant qu'il soit trop loin. Lui au moins il est gentil, pas comme le gros. Le petit, je veux dire. Ils sont gros tous les deux après tout.

C'est un énorme pull-over. Avec des motifs pleins de couleurs. Bon eh ben, là ... je pourrais aller faire les boutiques sans avoir à remettre mes habits mouillés. C'est déjà ça.
http://www.onepiece-requiem.net/t13186-gallena-scoronehttp://www.onepiece-requiem.net/t13291-maitrises-de-gallena-scor
avatar
Gallena Scorone
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : En mer

Feuille de personnage
Dorikis: 6096
Popularité: +553
Intégrité: 475

Jeu 26 Fév 2015 - 19:02

- Caporal d’Élite Gallena Scorone, venue au rapport mon lieutenant !
- C'est pas trop tôt ... qu'est-ce que c'est que cette tenue caporal ? C'est ainsi qu'on se présente devant son supérieur ?
- Oui je sais le vert de cette robe ne va pas du tout avec mes cheveux ou mes yeux, mais c'est tout ce que j'ai trouvé parce que je voulais faire vite et que j'ai eu besoin de changer puisque mes habits habituels sont trempés car je suis tombée à l'eau dans le port lorsque la barrière du bateau a cassé après que ...
- Stop, stop. Je ne demandais pas l'histoire de votre vie.
- Mais vous avez ...
- Taisez-vous. Vous êtes vraiment passée par le BAN ? On ne vous a pas appris à respecter vos supérieurs, à se taire quand ils ne vous posent pas de question et à se présenter rapidement et dans une tenue réglementaire ? Vous sortez d'où ma fille ?
- D'Inu Town mo ...
- Taisez-vous. Taisez-vous ou vous êtes de corvée de chiotte pour la semaine. Et si la section n'en n'a pas encore, je vous les ferais creuser.

Holala, il est vraiment pas commode ce lieutenant Ishumi. Est-ce que c'était ma faute à moi si les bateaux s'effondrent autour de moi et si la seule boutique encore ouverte à cette heure tardive n'avait qu'une robe pas assortie à mes couleurs à ma taille et si lui le lieutenant de l’Élite il a qu'une tente pour bureau dans ce terrain vague brûlé et carbonisé et vachement cramé et pas bien beau à voir ?
Non, c'est pas ma faute !
Mais lui il s'en fiche et il me menace de choses pas propres. C'est pas honnête de sa part, clairement. En plus il pose des questions et il crie quand j'y réponds. Comment je peux deviner auxquelles il veut que je réponde et auxquelles il veut que j'n'y réponde pas ?
Sérieusement, c'est trop pas juste. Il se permet de me critiquer alors qu'il ne me connaît même pas et c'est d'autant plus injuste que moi j'accueille à bras ouverts tout les peuples et leurs coutumes. Même si je suis pas toute à fait sûre de ce que ça veut dire en tout cas la formule elle est jolie et c'est ce qui compte.
Pas l'humeur mauvaise de ce vilain lieutenant.
En plus il est moche, avec ses cheveux marron rasés super courts et ses sales yeux. Et l'est bien trop maigre.

- Passons. Vous allez rejoindre le reste de la section. Nous partons demain pour les montagnes pour achever de traquer les révolutionnaires qui s'y cachent. Vous avez intérêt à être en tenue correcte et à l'heure si vous savez ce qui est bon pour votre carrière.
Après tout, vous avez déjà manqué la première journée de ces festivités.


Il s'apprête à me laisser partir, je crois, mais il change d'avis et appelle quelqu'un à la place. Une femme se présente, une belle brune avec une tenue qui doit être très réglementaire puisque je ne vois presque pas de différence avec celle de la régulière. Elle est un peu plus petite que moi, mais c'est normal. Y a plein de filles qui sont plus petites que moi. En plus elle est clairement plus âgée que moi, elle doit bien avoir vingt-sept ans, au minimum.
Je me demande juste ce qu'elle fait dans la marine. Une femme comme elle devrait pas avoir de problème pour avoir les gars qu'elle désire. Donc c'est pas une question d'argent, c'est clair. Pt-être qu'elle fait ça pour devenir plus forte, comme moi. Ou alors elle a un idéal ou quelque chose du genre.
C'est ses affaires au final.

- Vous avez appelé lieutenant ?
- C'est exact sergent. J'ai appelé. Veuillez amener le caporal Scorone à sa tente, qu'elle ne se perde pas en route.
- Bien sûr. Allez caporal, suivez-moi.

Qu'elle me mène à ma tente, c'est tout ce que je demande de toute façon. Une fois-là je pose mes sacs, celui du sec et celui du mouillé, je mets le mouillé à sécher je vais manger parce qu'il se fait tard et puis je dors. Et demain, je vais leur montrer à que je suis la plus forte de tous.
Et puis de toute façon, j'ai pas besoin de le montrer, c'est déjà évident. Ou ça devrait.

Je suis la plus forte, un point c'est tout. Et si ce n'est pas encore le cas, je ferais ce que je dois pour la devenir.

On commence à sortir de la tente du lieutenant, mais il nous arrête et ajoute encore des mots à ses paroles inutiles.
- Et si vous vous étiez réellement dépêchée et que vous étiez réellement tombée à la mer, vous n'auriez pas perdu votre temps à acheter ces ridicules cerceaux qui pendent  à vos oreilles, Scorone.
Ne vous avisez plus de me mentir.


Il ose me traiter de menteuse. Moi, Gallena, il me traite de menteuse. Et puis quoi encore ? Je le traite de vilain pas beau moi ? Est-ce que je fais ça ? Non ! Et il le mérite pourtant. J'ai bien envie de me planter devant lui et lui montrer mon mantocape détrempé dans mon sac, pour lui prouver que j'ai raison et pas lui.
Mais le sergent est déjà repartie avant que je me sois décidée à agir. Alors je me dépêche de la rattraper avant de la perdre de vue.

En plus, Ishumi a insulté mes boucles d'oreilles.

Il est vraiment pas gentil.

- Atchi.
http://www.onepiece-requiem.net/t13186-gallena-scoronehttp://www.onepiece-requiem.net/t13291-maitrises-de-gallena-scor
avatar
Gallena Scorone
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : En mer

Feuille de personnage
Dorikis: 6096
Popularité: +553
Intégrité: 475

Jeu 26 Fév 2015 - 19:03

- Tous présents ? Bien. Allons-y.

C'est avec ces mots que le lieutenant d’Élite Ishumi donne le départ. On est une quarantaine de marines d'élite, en comptant les sous-officiers. J'en fais partie moi aussi, mais on m'a confié aucun soldat. Ils ont pas donné d'explications, mais de toute façon je m'en fiche. Je saurais pas quoi en faire, si on me disait "Maintenant tu diriges ces cinq-là". Peut-être en envoyer un faire les courses pour moi ?
Ah ! Non ! Pas le moment Gallena, pas le moment !
Je viens de manger, je peux tenir longtemps, je n'ai pas faim. Donc c'est pas le moment de penser à la nourriture.
Mon rhume semble être parti. J'ai remis mes habits normaux, maintenant qu'ils ont pu sécher. Ils ont une petite odeur de fumée, mais j'avais pas de meilleure idée que de les mettre au-dessus d'un feu pour faire partir toute l'eau. Puis c'est pas grave, ça partira à la prochaine lessive. Une vraie cette fois, pas une dans un port.

Je quitte la plaine brûlée pour m'enfoncer dans la forêt, accompagnée de tout le groupe d'Ishumi. On part chasser des révolutionnaires. C'est génial, ça change des pirates ça. Les pirates c'est pas très malin, ça se fait taper, ça perd. Ou alors ça s'enfuit et ça meurt sans explication explicable.
Clairement, c'est nul les pirates. Mais c'est marrant.

Me demande comment c'est les révolutionnaires. Parait qu'ils sont super méchants, nombreux et bien organisés. Donc rien à voir avec des pirates.
Je verrais bien.

En attendant, je sais pas où on va trop. C'est joli comme coin, mais y a pas beaucoup d'animaux dans la forêt. Y a juste quelques oiseaux, mais ils partent quand on s'approche trop. C'est trop donul. Moi j'aime bien les oiseaux. Et le poulet rôti aussi, même si c'est plus trop un oiseau.
D'ailleurs c'est un oiseau le poulet ? J'en ai jamais vu voler. En fait, je crois que j'en ai jamais vu. Me demande si c'est le mâle de la poule, le poulet. Ah non, c'est le coq ça. Mais alors ?


A un moment, on passe dans une crevasse pleine de rochers. Je sais pas pourquoi, les autres ont l'air plutôt méfiants. Ils ont peur que les rochers nous attaquent ou quoi ? N'importe quoi, ça attaque pas les rochers.
Et puis on est loin du campement de révolutionnaires qu'on cherche. Donc ils peuvent pas être ici puisqu'ils sont là-bas. Et puis ils savent même pas qu'on vient, je parie.
Je le ferais bien remarquer aux autres, mais après je parie qu'Ishumi va encore râler. Et puis c'est lui qui dirige, il a qu'à avoir de bonnes idées comme moi parce que je vais pas lui donner les miennes. Zut à lui. Il avait qu'à pas insulter mes boucles d'oreilles.

Évidemment, ce qui ne devait pas arriver arriva. Ils avaient pas reçu la partition ces révolutionnaires ou quoi ? Voilà que des bords du défilé, ils sortent avec des fusils et nous tirent dessus depuis là-haut. Je crois que les marines se cachent derrière des rochers avant de commencer à riposter. Ils sont trouillards quand même. Oui d'accord les fusils c'est dangereux, mais il suffit de pas se faire toucher hein.
Oui bon je suis derrière un rocher aussi, mais c'est juste pour me donner le temps de réfléchir.

Ayé, j'ai réfléchi. Pas trop non plus, faudrait pas me fatiguer avant la bagarre. Je pose mon sac par terre, pour pas me ralentir. Un coup d'oeil à l'extérieur, la voie n'est pas vraiment libre. Bah, ça fera l'affaire.
Je vais leur montrer moi.

Voyons voir, les murs sont un peu trop raides et si j'essaye d'escalader sur la pente à droite je me fais attaquer par la gauche, enfin derrière. Et si j'escalade à gauche, c'est ceux à droite qui me tirent dessus. Sauf qu'ils seront derrière moi.
Pfff, c'est trop lourd, j'vais faire plus simple. La sortie de la crevasse est plus trop loin. J'vais y courir, puis je pourrais taper les révolutionnaires d'un côté. Allez, j'y vais !!

Je cours, je cours, je cours, je cours et je cours. Je sais, c'est un peu répétitif, mais je fais que ça, bondir entre les rochers et courir jusqu'au sommet. J'suis tellement trop forte et rapide qu'ils arrivent pas à me tirer dessus. Ou alors ils essayent même pas.
En tout cas je m'arrête pas pour regarder, faut faire vite. Ces vilains bonhommes révolutionnaires ont blessé des gens quand ils ont ouvert le feu. D'accord c'est des marines et ils savent que le métier est dangereux, mais là c'était carrément une embuscade. C'est vachement malhonnête, les embuscades. Au moins autant que les pièges.

Me voilà en haut, mais j'y suis pas seule. Y a aussi des fusils, en haut. Trois, avec des gens derrière une petite barricade. Qui me regardent. Zut.
Les méchants ouvrent le feu et je me jette en arrière. Ahah, vous ne m'aurez pas vivante ! ... Ni morte !
Plutôt que recharger, les révovilains préfèrent prendre d'autres armes pour me tuer. Eh, c'est pas du jeu, moi je suis à terre et vous vous êtes trois avec des épées et une lance.
Je me relève avant qu'ils arrivent sur moi et leur fait comprendre leur erreur.

- Je suis Gallena Scorone. Rendez-vous, vous n'avez aucune chance de vous en sortir !!

Et comme je suis plus intelligente que j'en ai l'air, je pars en courant vers la droite. Non mais j'allais pas rester me battre contre des vilains avec des armes plus longues que mes bras.
Ahah, je suis sûre qu'ils sont surpris. D'ailleurs je les entends qui me courent après. J'suis trop forte.

Direction les arbres voisins, là ils pourront plus s'en prendre aussi facilement à moi. Enfin c'est le plan que j'ai. Il m'ennuie.
Déjà parce que c'est un plan et que j'aime pas avoir de plan. La meilleure stratégie est de ne jamais avoir de plan préparé à l'avance, comme ça on a pas besoin de le modifier. Et en plus, je perds du temps pour sauver les autres coincés dans le défilé.

Mais c'est pas vraiment ma faute de toute façon. Non mais.

Inutile de dire qu'une fois dans les arbres, leur nombre et leurs grandes armes devenus moins utiles, je leur latte la tronche. Je les éclate de plein de façons différentes, je fais des attaques trop classes et géniales, bref, je gagne.
Si, y a besoin de dire ? Bon ben ... alors comme les arbres sont un peu comme des boucliers qui bougent pas, je me protège derrière un jeune bouleau, je profite que le révolutionnaire ait coincé son épée dedans pour foutre un coup de poing dans son épée, puis j’enchaîne directement avec un coup de l'autre poing dans son menton. Il est sonné et sa lame cassée. J'en profite pour le pousser vers ses deux copains qui arrivent. Ils écartent leurs armes pour pas faire mal à leur pote et moi j'en profite. Je bondis et défonce la face de l'autre épeiste. Poum poum poum, sont pas bien costauds ces révolutionnaires. Reste juste celui avec sa lance, mais une lance ça sert à rien quand je suis juste à côté de lui.
Je frappe.

Et de trois à terre.
Finalement les révovilains, c'est dangereux que quand c'est nombreux. Sinon ça vaut pas mieux que des pirates.


Je retourne au défilé de l'embuscade, mais quand je débarque de sous les arbres je vois plus de méchants en train de tirer. Y en a par terre qui ont l'air morts, mais la plupart ont l'air de s'être enfuis. Mais y a pas mal de marines qui ont l'air morts ou blessés. Surtout des blessés et pas trop de morts, heureusement.
Ishumi est en parfait état lui, un fusil dans chaque main. J'ai même pas l'impression qu'il se soit sali le pantalon. Il était là pendant la bagarre, au moins ?
Zut, il m'a vu. Il vient vers moi. Non non non, pars, pars je te dis, vas t-en.

- Scorone, arrêtez d'agiter vos bras stupidement et regardez-moi.

Regardez-moi dans les yeux.

Mieux.
Je pourrais vous infliger un blâme pour vos actions irréfléchies. Vous auriez dû rester avec le reste de la troupe et répondre aux attaques à distance, au lieu de prendre la fuite.

- Je n'ai pas de fus ...
- Ne m'interrompez pas.
Puisque j'ai trouvé trois carabines abandonnées au sol avant que les éléments séditieux n'aient commencé à s'enfuir, j'en déduis que vous en avez sans le vouloir distrait certains de leur tâche visant à bloquer le haut du goulet. Puisque vous êtes encore vivante, j'en déduis que vous les avez éliminés. Est-ce que je me trompe ?

- Euh, ben. Non, vous vous trompez pas. Je les ai assommé tous les trois et ils doivent encore dormir dans la forêt, quoi. C'est pas loin, si vous voulez les interroger. Mais c'était exprès que j'ai fait ça.
- Peu importe. Guidez-moi.

Et les autres ? Je vois qu'ils sont occupés à se mettre des bandages et à empiler les cadavres. Du coup ils nous suivent pas ? D'accord. De toute façon si les méchants se sont enfuis le lieutenant et moi on devrait être bien assez grands pour nous débrouiller tous seuls.
Mais je dois bien dire que je le sens pas trop, de me retrouver seule avec Ishumi. Il va encore dire des âneries.
http://www.onepiece-requiem.net/t13186-gallena-scoronehttp://www.onepiece-requiem.net/t13291-maitrises-de-gallena-scor
avatar
Gallena Scorone
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : En mer

Feuille de personnage
Dorikis: 6096
Popularité: +553
Intégrité: 475

Jeu 26 Fév 2015 - 19:04

- Les voilà mon lieutenant, ils n'ont pas bougé.
- Allons plus près.

Si on est venu jusqu'ici, c'est évident qu'on va pas rester à les regarder de loin. Fin s'il veut dire des évidences c'est son affaire.

On s'approche des prisonniers que j'ai fait, les trois sont à terre immobiles. J'ai bien cogné, ils dorment toujours. Je regarde Ishumi, il fait une tête bizarre quand il les observe. Il en a peut-être déjà croisé un ?
Est-ce que je devrais lui demander ?

*Pan*

- Eh mais ...

*Pan*

- Vous faites quoi là ?

*Pan*

- J'ai éliminé une menace. Vous avez une objection, caporal ?
- Ben ... oui, un peu que j'en ai des objections. Ils sont assommés, à terre et peuvent pas se défendre, on pouvait facilement les faire prisonnier, mais vous vous les tuez à la place, de sang-froid ? C'est ... c'est ... ça se fait pas.

Il ne répond pas tout de suite, il se contente de me regarder de ses yeux froids. Spèce de lézard. Lieutenant lézard, voilà comment j'vais l'appeler maintenant.

- Il n'y a pas de pitié à accorder aux ennemis de l'ordre, Scorone. Souvenez-vous en bien.
Rejoignons le reste de la troupe maintenant.


Et voilà qu'il repart, comme ça, sans questions. Je dis pas que j'ai ... enfin ... mais ... voilà quoi, on tue pas comme ça des gens qui peuvent pas se défendre ! Ça se fait pas. Surtout qu'ils étaient déjà vaincus par moi. Vilain Ishumilézard.
Je le suis même si je suis vexée. Je veux pas rester toute seule dans cette forêt moi.
http://www.onepiece-requiem.net/t13186-gallena-scoronehttp://www.onepiece-requiem.net/t13291-maitrises-de-gallena-scor
avatar
Gallena Scorone
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : En mer

Feuille de personnage
Dorikis: 6096
Popularité: +553
Intégrité: 475

Jeu 26 Fév 2015 - 19:05

Quand on sort de sous les arbres, c'est la sergent de l'autre fois qui nous accueille. Elle a pas l'air contente, à voir comme elle regarde le lieutenant.

- Vous voilà lieutenant. Quels sont vos ordres ? Devons-nous continuer la mission ?
- Combien de pertes ?
- Six morts et huit blessés. Trois d'entre eux peuvent encore porter les armes.
- Risquent-ils de nous ralentir ?
- Si on allège leur charge en abandonnant le matériel inutile et en faisant porter le reste à d'autres marines, ça devrait aller.
- Dites-moi, je ne vois pas le sergent Embster.
- Il est mort.
- Oh ? Dommage pour lui.
Répartissez les sacs à dos comme vous l'avez suggéré et repartons.

- Tout de suite lieutenant.

Et on repartires. Repartimes. On s'est barrés quoi.
Toujours plus haut, toujours plus dans la forêt, toujours plus vers le midi. Non, je veux dire que je commençais à avoir faim. J'espère qu'on va bientôt atteindre notre destination ou qu'on va manger. Sinon on sera pas en état pour se battre, évidemment.
Je le fais remarquer au lieutenant. Mais lui ne trouve rien de mieux à dire que "quand j'aurais besoin de vos conseils, Scorone, je vous le ferais savoir."
Beuh. Lui tirerais bien la langue, mais ça serait gamin.

N'empêche qu'on s'arrête pas longtemps après pour bivouaquer. Alors, c'est qui la plus forte ?
Bien sûr que c'est moi, je suis Gallena.


Évidemment, je me retrouve parmi ceux qui surveillent les alentours. C'nul.
Mais de toute façon, j'ai pas l'impression que ça soit trop la fête pour les autres. Ils font tous un peu la tête. Faut pas, on les a vaincus ces révoverdeterres, faut pas faire la tête comme ça.
M'enfin.

Finalement je peux aussi manger et puis on reprend la promenade rapidement. Dommage que c'était pas cuit. Je veux dire, c'était cuit, mais c'était froid. Donc ça aurait dû être réchauffé et ça l'a pas été. Donc c'est nul, clairement.

Puis on marche, encore une heure. Non, deux heures. Non, un siècle. Peut-être un peu plus.

Finalement, on arrive.
http://www.onepiece-requiem.net/t13186-gallena-scoronehttp://www.onepiece-requiem.net/t13291-maitrises-de-gallena-scor
avatar
Gallena Scorone
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : En mer

Feuille de personnage
Dorikis: 6096
Popularité: +553
Intégrité: 475

Jeu 26 Fév 2015 - 19:05

Arrivés, presque arrivés, nan ça y est on est juste à côté. Personne ne parle, tout le monde a son fusil en main. Sauf les quelques comme moi qui n'en n'ont pas et Ishumi qui en a deux.

On cherche même pas à entourer leur camp et à les prendre par surprise d'un tour d'encerclement incroyable. Non, ça se fera tout seul sans doute. On se sépare juste en deux groupes et on charge chacun sur un côté du camp des révolutionnaires tandis que les blessés restent par ici pour ... bah, tirer avec leurs fusils quoi. Du coup ça fait trois groupes.
On traine pas, on attaque à peine arrivés sur les lieux ou presque. A nous l'effet de surprise cette fois !!

...

Surprise !!

..

Ah ben non. Bon, j'explique en gros à quoi ressemble le coin, que ça soit clair. Donc c'est dans la forêt, y a un torrent qui coule à droite, une dizaine de cabanes reliées par des barricades qu'ils doivent pas avoir construit il y a longtemps. Les barricades. Les cabanes ça doit faire plusieurs mois qu'elles sont là au moins, pt-être même plus.
Alors que les barricades, je pense qu'ils les ont faites ce matin ou hier. Je sais pas, mais y en avait partout. Pas génial pour y vivre comme coin, s'ils vivent au milieu des barricades après faut les enjamber et tout et tout.

Mais je m'égare. Et de ça, pas question. Je suis Gallena Scorone, je suis géniale, alors je ne m'égare pas. Je ne suis jamais perdue. Juste parfois je m'embrouille un peu quand je réfléchis et ...
Mais c'est pas la question de toute façon.

Surprise donc, je disais. Sauf que non, pas surprise. On retrouve tous nos potes révolutionnés du ravin. Du coup on se planque derrière des arbres, des souches, sous des buissons ou dans des plis du sol. Et on tire sur eux et eux tirent sur nous.
C'est la fête !!!

Ah, non. Des gens vont mourir. Ou être blessés. Par balles sûrement. Les armes à distance, c'est quand même sacrément lâche. Enfin pas lâche puisqu'il y a des marines aussi qui s'en servent pour défendre les gens contre les pirates les voleurs les méchants ... et puis eux les vilains se privent pas d'en utiliser alors faut bien y répondre ...
Mais d'un autre côté ... Et puis c'est pas la question.

Oh et puis en fait c'est lâche les fusils. Ishumi il en a deux, donc il est deux fois plus lâche que tous les autres. Na !

Bien heureuse d'avoir pu aussi facilement démontré la lâcheté du lieutenant.


Bref, y a tout le monde qui se tire dessus, moi je m'ennuie un peu. Là, ceux qui comme moi n'ont pas d'armes, j'crois qu'ils ont copié ma technique. On est plaqués au sol ou derrière des abris comme les autres, mais on est en avant des fusiliers, au cas où l'ennemi voudrait les attaquer en force. Pour l'instant, on attend.
Et je m'ennuiiiie. Gravement.

Oui, au BAN ils nous ont formés, on met les bourrins en avant de la ligne de feu. Je suis une bourrin moi, je n'suis pas une faible.
Hihi.

Pam ! Pam ! Les ennemis se font tirer dessus comme de pauvres petits lapins. ... C'est quand même pas très gentil, mais je suppose qu'ils l'avaient cherché après tout.
Ils sont encerclés, nous on tire de tous côtés. Puis on est de l'Elite quand même, eux c'est juste des types mal formés. Alors évidemment, quand ils n'ont plus d'avantages comme dans le ravin, c'est nous qui gagnons. Si c'est pas la preuve que c'est nous les gentils, ça.
Ben oui, les gentils gagnent toujours après tout.
Sauf quand ils perdent, mais dans ce cas c'est pour gagner après.
http://www.onepiece-requiem.net/t13186-gallena-scoronehttp://www.onepiece-requiem.net/t13291-maitrises-de-gallena-scor
avatar
Gallena Scorone
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : En mer

Feuille de personnage
Dorikis: 6096
Popularité: +553
Intégrité: 475

Jeu 26 Fév 2015 - 19:05

Les révolutionnaires n'en peuvent plus, attaqués de tous les côtés qu'ils sont maintenant. Alors ils ne demandent pas la paix, de toute façon je crois pas qu'Ishumi leur aurait accordé. Mais je peux me tromper. Mais je crois pas quand même.
A la place, ils se regroupent rapidement sous les tirs, se concentrent, non, se concertent et chargent. J'ai de la chance, si on peut dire, ils viennent de mon côté.

Évidemment, ça signifie qu'on est trois, avec une dizaine de fusiliers éparpillés, pour bloquer la fuite des méchants. Mais ça n'a rien d'insurmontable après tout.
Pas le temps de les compter, mais ils sont clairement plus nombreux que nous quand ils passent leur barricade pour nous attaquer.
L'avantage, c'est que le temps qu'ils viennent à notre niveau, ils se font tirer dessus. Et les Elites de l'autre côté du village passent les barricades de l'autre côté, même si ça, je le vois pas sur le moment.

Puis on se relève et ils sont sur nous. Paf ! Pouf ! Pif ! Ouille ma joue. Prends ça monstre ! Oser s'en prendre à une jeune fille. Oui, même si je vous cogne, ça se fait pas. Non, restes à terre et t'avises pas de te relever toi. Range ce couteau, j'ai dit range ce couteau ! Ah mais, tu vas m'écouter oui ? Voilà, pour la peine maintenant tu te tortilles à terre.
Ils sont nombreux, on est vite submergés par la masse des révolutionnaires, même si la plupart pensent surtout à fuir.
Moi, ennemie du peuple et de la liberté ? Mais il est pas bien celui-là ? Quelques baffes dans la face lui remettent les idées en place. Enfin, le mettent surtout par terre.

Les marines de mon côté arrêtent de tirer, certains sortent des épées pour venir nous aider alors que d'autres se replacent pour bloquer les fuyards.

Je vois qu'il y a moins de combattants à la file pour venir me voir. Soit c'est bientôt la fin, soit je leur fais peur.
Probablement que je leur fais peur.

Coup de poing par-ci, coup de poing par là, coup de genou à cet endroit, clairement ils sont pas costauds ces révolutionnaires. Ou alors c'est moi qui suis devenue plus costaude. J'en ai mis un paquet au sol, même s'ils veulent parfois se relever. En général, que ça vienne de moi ou d'un autre, quelques coups dans la tête les calment.

Voyez, je l'avais dit que la justice ne pouvait que triompher du désordre. Ah, je l'ai pas dit ? Tant pis. Double coup de poing dans ta face quand même !!

Soudainement, poc.
http://www.onepiece-requiem.net/t13186-gallena-scoronehttp://www.onepiece-requiem.net/t13291-maitrises-de-gallena-scor
avatar
Gallena Scorone
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : En mer

Feuille de personnage
Dorikis: 6096
Popularité: +553
Intégrité: 475

Jeu 26 Fév 2015 - 19:06

Une fois de plus. Encore une fois. C'est absolument dégueulasse. Y en a qui n'ont vraiment aucun respect. Je suis en train de me battre comme quelqu'un et soudainement un idiot fini qui vient et m'assomme par derrière. Je suis pas d'accord moi !!
Mais bon, on me demande pas souvent mon avis, dans ce genre de cas. Le gros bêta qui l'a fait cette fois, il a clairement été impoli.

Mais bon, apparemment ils sont trop occupés pour prendre le temps de s'acharner sur une pauvre petite moi sans défense. Sauf qu'à cause de ça, je suis hors jeu moi.

En plus, c'est dangereux.
http://www.onepiece-requiem.net/t13186-gallena-scoronehttp://www.onepiece-requiem.net/t13291-maitrises-de-gallena-scor
avatar
Gallena Scorone
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : En mer

Feuille de personnage
Dorikis: 6096
Popularité: +553
Intégrité: 475

Jeu 26 Fév 2015 - 19:06

Enfin je me réveille. Finalement. C'est pas trop tôt. Le récit a failli s'ennuyer.
Non, pas vraiment. Enfin, on va s'ennuyer, c'est fini quand je me réveille, il n'y a plus personne à taper. Sauf Ishumilézard à la rigueur, mais je ne le vois pas en me relevant. Le fourbe vilain qui se dissimule pour ...
Oui bon, je reconnais qu'il m'arrive d'un peu exagéré à son sujet. Mais il est vraiment pas gentil avec moi, alors pourquoi je serais honnête à son sujet ? De toute façon il est même pas là pour écouter ce que j'ai à dire. Pas que ça l'intéresse de toute façon.

Je me relève, je suis déjà dans le campement. Y a un certain nombre de corps à terre, surtout des révolutionnaires. Il y a quelques marines, aussi. Ils ont pas eu de chance eux. Mais je suppose que c'est normal après tout.
Je veux dire, bien sûr ce n'est pas bien, c'est triste, ils avaient sans doute une famille et tout, mais s'ils sont entrés dans la marine ils devaient bien avoir en tête le fait que ça comporte des risques, non ?
Puis bon, si tous les révolutionnaires sont morts ou capturés maintenant, je crois qu'on a gagné même sur le nombre. Donc c'est bien, en quelque sorte.

Et puis de toute façon on s'en fiche. Je suis vivante et pas blessée, on a apparemment gagné, c'est ce qui compte.
http://www.onepiece-requiem.net/t13186-gallena-scoronehttp://www.onepiece-requiem.net/t13291-maitrises-de-gallena-scor
avatar
Gallena Scorone
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : En mer

Feuille de personnage
Dorikis: 6096
Popularité: +553
Intégrité: 475

Jeu 26 Fév 2015 - 19:08

Un marine, qui s'occupait d'un blessé jusque là, finit de jouer avec son patient et vient me voir quand je me lève. Il a l'air plutôt sympa, souriant comme il est. Pas trop moche, même plutôt propre malgré la bataille.
Il s'approche, plein de sollicitude et de ... moui, enfin il me parle plus gentiment qu'Ishumi quoi.

- Ah, réveillée ?
- Euh ... oui. Je crois bien.
- Ça va ?
- Oui, j'ai mal à la tête. Mais ça va. S'est passé quoi ?
- Tu as reçu un coup à la tête et t'es évanouie.
- Oui mais, après ?
- On t'a amené ici en attendant que tu te réveilles, avec les blessés.
- Ça j'ai vu, mais les révovil... lutionnaires, il leur est arrivé quoi ?
- Certains se sont échappés.
- Oh ...
- Mais le sergent Taki est à leur poursuite.
- Qui ?
- Takishigawa. La femme brune qui accompagne toujours avec le lieutenant.
- Oh, elle.

Seule ?!

- Elle se débrouillera bien, ils n'étaient que trois ou quatre à avoir brisé l'encerclement. Il y en a bien eu quelques autres, mais ils sont morts avant qu'on les perde de vue sous les arbres. Bien blessés.
- Oh ...
Ils sont tous morts ?

- Presque. Le lieutenant en a juste laissé deux en vie, pour les ramener comme prisonnier à Goa.
- Je vois. Merci.
- Bah, de rien. Ah, au fait, vu l'heure, je crois bien qu'on va passer la nuit ici et qu'on retournera en ville demain. Histoire qu'il n'y ait pas de surprise.
- Hein ? Ah. Oui d'accord, j'ai compris. Merci pour les renseignements.
- De rien. Allez, j'ai encore du travail. Reposes-toi, après ce que t'as fait on t'en voudras pas si tu participes pas au nettoyage avec nous.
- Je vais pas attendre qu'on me le redise.
- Eheh, c'est comme ça qu'il faut le prendre.

Il s'en va. Je le regarde un moment, passer d'un blessé à l'autre, il a l'air fatigué. Mais il semble content que tout ça soit fini.
Est-ce que c'est fini ? On va quand même passer la nuit chez les méchants. Je serais pas étonnée qu'on ait des fantômes pendant la nuit ou quelque chose de terrible.


Comme ce marine me l'a dit, le sergent Taki revint après que la nuit soit tombée. Elle ne dit rien à nous autres, mais je l'ai entendu expliquer à Ishumi que "c'était fait".

Un peu après, je me suis retrouvée à monter la garde quelques heures. J'étais pas seule à faire la sentinelle, mais les autres étaient à d'autres barricades.
Et c'était long, et je m'ennuiiiiiiiee.
En plus c'est la nuit et je suis fatiguée et je suis gravement blessée à la tête en plus j'ai fait plein de trucs pour pouvoir punir ces méchants révolutionnés et voilà comment on me remercie et ...
Au final à force de ressasser et de râler dans ma tête, je l'ai passée sans m'endormir, cette garde. Je crois que je veux râler plutôt longtemps, quand j'ai rien pour m'en distraire.

Hihi ... Je vais pas m'en plaindre, c'est clair et net.
http://www.onepiece-requiem.net/t13186-gallena-scoronehttp://www.onepiece-requiem.net/t13291-maitrises-de-gallena-scor
avatar
Gallena Scorone
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : En mer

Feuille de personnage
Dorikis: 6096
Popularité: +553
Intégrité: 475

Jeu 26 Fév 2015 - 19:09

Et puis je suis rentrée à Gao, avec les autres.
Ishumilézard m'a donné l'ordre de ne pas quitter l'île dans les jours qui suivaient, alors j'ai pas eu trop le choix autre que celui de rester. Je désobéis pas aux ordres moi, même quand ils viennent de  ce buffle de lieutenant.

Il est sur une chaise à me tourner le dos, impoli comme d'habitude. En face assise sur une chaise également le sergent Taki se penche et tire une carte.
Et moi je suis debout, un peu droite, au garde-à-vous quoi.

- Vous avez demandé à me voir lieutenant ?

Il tire une carte et ne répond pas tout de suite. Il préfère faire traîner, tester ma patience. Je m'en fiche, j'ai mangé avant de venir. Je peux attendre.

- Oui.

Oui et ? Quoi ?

On est dans sa tente.

La plupart des marines du groupe sont partis pour faire d'autres choses. Ils ont eu d'autres ordres. Ceux qui ont survécu en tout cas.

Je m'ennuie.

Moi je suis coincée dans cette ville depuis plusieurs jours à attendre.

Tout ça parce qu'il me l'a ordonné.

Je m'ennuie toujours.

Elle pioche et jette une carte.
Il fait de même.
Ils repiochent.

En plus c'est long.
Je vais pas pouvoir tenir bien longtemps.

- Nous allons bientôt quitter Goa, les opérations baissent d'intensité et n'ont plus besoin de nous.

Super, une bonne nouvelle.

- Vous venez avec nous.

Super une ... quoi ?!!
Mais ..
Mais non.
Je veux pas moi.
Non non non non non non non. Non. Et non.

Mais non-euh.
Je veux pas.
Mais les ordres sont sacrés, hein. On peut pas les contester.

- Très bien.

Je vois très bien dans son jeu, moi. Il a des cartes en man, mais moi je les vois. Vu que je suis juste dans son dos.
Je suis sûre qu'il fait ça pour m'embêter. Il a vu que je l'aimais pas et il fait ça pour m'ennuyer beaucoup beaucoup. Le vil bonhomme.

Il s'adresse au sergent, m'ignorant maintenant.

- Rien de bon. Et vous ?
- Pas mieux.
- J'ai une paire d'as. As de cœur, as de trèfle.
- Triplé d'as. As de carreau, as de trèfle, as de trèfle.
- Taki ... Vous êtes sûre ?
- Oui lieutenant.
- Je crois que nous n'avons plus qu'à recommencer cette partie.

C'était étrange, je crois. Je connais pas les règles de leur jeu, mais je ne me souviens pas qu'il y a cinq as dans un jeu de carte.
Mais bon, puisqu'ils ont recommencé c'est qu'ils ont vu qu'il y avait un problème. Ishumi fait un paquet avec toutes leurs cartes et les bat avant de recommencer leur partie.

- Ah oui, j'oubliais. Vous pouvez disposer, caporal. Nous quitterons l'île demain matin. Si vous avez d'autres boucles d'oreilles à acheter au cas où vous perdriez vos cerceaux, faites-le aujourd'hui.
- Bien, lieutenant.

Je l'aime pas je l'aime pas je l'aime pas.
Mais alors pas. Du. Tout.

Vilain lézard.
http://www.onepiece-requiem.net/t13186-gallena-scoronehttp://www.onepiece-requiem.net/t13291-maitrises-de-gallena-scor
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1