AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


L'Ultimatum

avatar
Satoshi Noriyaki
PNJ
Greed
♠♠ Capitaine Corsaire ♠♠

♦ Localisation : Juicy Berry
♦ Équipage : Les Truands

Feuille de personnage
Dorikis: XxxX
Popularité: 800
Intégrité: 10

Jeu 5 Mar 2015 - 14:30




Face à Satoshi et au petit navire emprunté sur Juicy Berry, l'immensité de Red Line fait mouche. L'imposante masse rocheuse semble dominer terres et mers. Plus impressionnante que Reverse Mountain car s'étalant sur une superficie bien plus grande, elle cause bien des dérives chez les marins présent sur la petite frégate. Ils oublient bien vite leurs tâches au profit de discutions diverses et variées sur les légendes entourant Red Line. Parmi elles, beaucoup peuvent sembles assez plausibles pour attiser la curiosité du nouveau Monayeur de Grand Line. La première et de loin la meilleure semble réunir tous les événements étant arrivés lors du « siècle perdu ». Si Satoshi n'a d'intérêt que l'argent, l'histoire peut être un très bon moyen de prévoir les événements à venir, et ainsi se ranger du bon côté lorsqu'un grand renversement aura lieu. Et il aura lieu, il en est persuadé. Il écoute donc ses nouveaux sous-fifres discuter de ce la rumeur pouvant remuer ciel et terre. Celle qui pourrait donner légitimité à la révolution, celle qui pourrait renverser une fois pour toute le Gouvernement Mondial.

A l'origine, la piraterie existait bel et bien. Et il y avait cet équipage qui voulait renverser un royaume. Le dit royaume tenta de se défendre, utilisant d'anciennes armes. Des armes antiques, puissantes. Toutefois, les pirates aussi possédaient d'anciennes armes et parvinrent à prendre le royaume. Utilisant les armes qui étaient leurs, ils séparèrent l'océan qui était autour de ce royaume. Cette tentative coupa le royaume en six parties. Les mers bleues, Grand Line et Red Line. Le nom de cet équipage pirates aux ambitions plus que sans limite était « Le Gouvernement Mondial. » D'où leur drapeau. Les cinq étoiles sont les doyens, représentant les cinq capitaines des cinq flottes du Gouvernement Mondial. L'ancien royaume grava les événements de ce siècle dans des pierres antiques que l'on nomme poneglyphes. Mais le seul poneglyphe relatant les événements de cette guerre se nomme le Rio Poneglyphe.

Des centaines d'années plus tard, le seigneur des pirates Gold Roger trouva le Rio Poneglyphe à la « fin » de Grand Line. Il découvrit que lui-même et les personnes portant un D. dans leur nom étaient des Descendants de l'ancien royaume. Les survivants de la grande guerre se mirent à insérer un D dans leur nom pour rappeler au monde qu'un jour, ils Détrôneront le Gouvernement Mondial. Mais il n'était pas assez fort, et il pensait que c'était trop tôt pour cela. Il se sacrifia donc en place publique, criant à tous que le One Piece existait, son trésor. Ce dans le seul but qu'un jour, un pirate sortant du lot découvre Rough Tell, découvrant la véritable histoire et remplissant la Volonté du D.

L'utilisation des armes antiques chamboulerait l'ordre du monde, rassemblant Red Line et toutes les îles éparpillées dans le monde. Se faisant, la mer autour du royaume réunifié se nommerait All Blue.


Satoshi ne le montre pas, il est bien trop fier pour le montrer, mais il est stupéfait. Il ne peut pas être stupéfait devant des subordonnés. Un sentiment de contrôle sur lui naîtrait en eux. Sentiment menant inexorablement à de l'amitié. Le Truand ne peut pas être ami avec eux. Ce n'est pas possible. Souvenez vous, lorsque le faiseur d'or avait encore des amis. C'était l'année dernière, pendant la période précédent les événements tragiques qui ont eu lieu au Royaume de Sakura. Il s'était fait lâchement abandonné par son équipage, mené par Ange Del Flo. La rumeur dit que son ancien second se trouve sur Alabasta et vient d'acheter sa liberté en échange du payement de sa prime. Ceci sera sans doute son prochain grand voyage, si contre-temps il n'y a pas.

Mais ce n'est pas les seules vengeances qu'il doit régler. Il y en a une plus importante encore. Celle sur Timuthé N. Tempiesta. Cette enflu-.

Capitaine ! Droit devant !


Oui, droit devant, là-bas. Il regarde, qu'est ce qu'il y a ? Là-bas, sous ce nuage de fumée noir. L'objet bouge. C'est un navire. Et il y a du mouvement sur le pont. On peut y voir deux personnes qui dominent toutes les autres. Qui sont elles ?

La longue vue.

Merde...
http://www.onepiece-requiem.net/t100-termine-satoshi-noriyakihttp://www.onepiece-requiem.net/t109-greed#772
avatar
Satoshi Noriyaki
PNJ
Greed
♠♠ Capitaine Corsaire ♠♠

♦ Localisation : Juicy Berry
♦ Équipage : Les Truands

Feuille de personnage
Dorikis: XxxX
Popularité: 800
Intégrité: 10

Sam 28 Mar 2015 - 4:23

D'abord l'ensemble.

Le navire, donc. Ou l'usine chimique. Dire que c'est l'un serait omettre le fait qu'il a pour fonction l'autre. Alors quel consensus faire dans ce cas là ? Déjà, vous devez comprendre le pourquoi du postulat de base. La fumée noire s'échappant de la flopée de cheminées qui parsèment l'arrière du bâtiment laisse penser sans trop se forcer que des expériences qui ne devraient pas être légales prennent place dans les entrailles du tas de ferraille. Toutefois, les caractéristiques de bases d'un navire lambda sont là : Un pont, un système de roue pour faire avancer le tout, des canons de parts et d'autres.

Ensuite l'équipage.

Si l'on s'attarde sur l'élément qui revient le plus, on remarquera alors la multitude d'hurluberlu représentant le matelot moyen. Sauf qu'ils ne sont pas banals. Tous revêtent le même accoutrement qui nous fait demander pourquoi les scientifiques n'ont pas changé le design de leur bleu de travail depuis des siècles et des siècles. En gros, ils portent une blouse blanche assez longue qui généralement altère le charisme de son porteur - sauf dans de rares cas. Sans doute que chez Vegapunk, ça le faisait. Mais là, non.
Remarquez, c'est peut être leurs têtes. Surtout au dessus. Les cheveux en bataille. Mais pas une petite. Une bataille genre Marineford il y a cent ans. Une bataille qui a fait des ravages dans les deux camps. Une bataille qui a chamboulé le monde. Le genre de coiffure que tu as le dimanche matin, après avoir dormi la joue contre le carrelage sans te souvenir ni pourquoi ni comment. La dernière chose dont tu te souviens, c'est de cette pinte de trop. Eux, c'est pareil. Tout plat d'un côté, et un tsunami pour le reste.

Mais ce qui compte vraiment, ce sont ces deux colosses qui surplombent le tout.

L'un porte la blouse. Mais il porte la blouse de façon charismatique. A l'amirale. Juste posée sur ses épaules, elle surplombe sa morphologie corpulente comme un condom surplombe le magnum de Bradstone. Le bidon bien plein, tout son corps est penché vers l'arrière, pour équilibré. Ses dents pourries, il les affiche pleinement à travers un rictus presque constant. Sur son nez de cochon trône une paire de lunette ronde, à la "celui qui a survécu".
Mais son physique n'est rien comparé à cette aura qu'il dégage. Quand on croise son regard, on a cette sorte de... On ne sait pas ce que c'est, mais ça vient, ça vous prend dans tout le corps, ça vous prend au trips. Vous déglutissez et vous n'avez qu'une envie : faire demi-tour. A travers son regard inquisiteur et assoiffé de connaissances, on ne peut deviner quelles sont ses intentions. En tout cas, on peut savoir qu'elles sont mauvaises. Et c'est cette ignorance couplé à cette vilenie qui vous dit de partir. Parce que, la seconde qui suit, vous vous demandez si vous n'allez pas vous réveiller sur une table par un rire strident et diabolique, avec trois organes en moins.

L'autre à côté fait enfant de chœur. Enfin, Satoshi sait bien que cela n'est pas vrai. Il est loin de l'être. Cette brute épaisse qui se veut loyale mais rancunière est dotée d'une puissance de destruction affolante. Si quelqu'un peut chambouler le monde entier d'un tour de bras, c'est bien lui. Et malheureusement, cela ne va pas avec sa personnalité instable et son caractère impulsif. Il a ravagé des îles, bordel. Il a tué des gosses, des femmes, des pères. En le voyant là, maintenant, ici, le Truand réalise que sa plus grosse erreur de capitaine a été de recruter cet homme, et sa plus grande réussite de l'avoir oublié dans la forteresse des Cohen, aux prises avec le Kraken. Yukiji Alucard. L'homme aux yeux rouges. Le ravageur.

Noriyaki abaisse la longue vue et reste dubitatif et surtout inquiet. Est il en état pour subir la colère d'un Alucard à pleine puissance ? La réponse est évidente. Presque aussi claire que le rouge de cette roche. Non, il ne ferait pas le poids, là.
Quoique, si il parvenait à réutiliser ce "Haki"... Non, même, c'est impossible. Il ne pourra pas le défaire. Pourtant, la confrontation semble évidente. Même si tous trois sont là pour la même raison, il est difficile de faire autrement. Ce sont des initialement des pirates, leur animosité ne s'estompera pas grâce à une lettre de marque. Mais tant pis. Le but pour Satoshi est de bien faire comprendre aux deux autres partis qu'un combat dans l'enceinte de la ville sainte pourrait mener à une rixe avec les amiraux. Autant ne pas mourir aujourd'hui. Ce sera son argument. Ouais, ça ne passera pas. Mais il espère. C'est bien d'espérer.

Avancez jusqu'à eux. Ils sont avec nous. Je crois...
J'espère...
http://www.onepiece-requiem.net/t100-termine-satoshi-noriyakihttp://www.onepiece-requiem.net/t109-greed#772
avatar
Satoshi Noriyaki
PNJ
Greed
♠♠ Capitaine Corsaire ♠♠

♦ Localisation : Juicy Berry
♦ Équipage : Les Truands

Feuille de personnage
Dorikis: XxxX
Popularité: 800
Intégrité: 10

Jeu 21 Mai 2015 - 22:16


La frégate fend l'océan à vitesse de croisière en direction de l'usine-navire du légendaire corsaire Gluttonny. Sur l'embarcation, seul Satoshi demeure humble. Extérieurement tout du moins. Il en est tout autre dans sa tête. A l'image de l'activité sur le voilier, ça part dans tous les sens. Une fusillade de "et si" menant à chaque fois à une conclusion sombre et à un destin funeste. Quand on a besoin de l'aide d'un corsaire dérangé, d'un scientifique fou aux expériences plus que douteuse, c'est toujours de mauvaise augure. Mais quand on a besoin de cette personne là et d'un pirate timbré qui prend plaisir à commettre gratuitement des génocides, qui en plus a en sa possession ce qui semble être le plus puissant paramecia jamais mangé... La capacité de créer des séismes, des turbulences, de "briser" l'air. Un pouvoir bien démesuré pour un homme aussi instable. Homme qui aura sûrement la volonté de provoquer Satoshi jusqu'au combat. Si il massacre des peuples sans raison, que fera-t-il a quelqu'un qui l'a abandonné aux mains d'une famille ancestrale aux visages rongés par les mycoses et les excroissances ?

La mâchoire du Capitaine Pirate se serre tandis qu'il revient à la réalité. Devant lui, ses hommes transpirent. Pas d'effort. De stresse. Croulant sous la prestance des deux hommes qui leurs feront bientôt face, leur respiration est irrégulière, leurs yeux ne clignent plus et leurs vêtements seront bientôt complètement imbibé par la sueur dégoulinant de leurs pores comme si chacun d'entre eux était une fontaine.

En face, sous l'épaisse fumée noire générée par cette sorte de centrale ambulante, l'ambiance est bien plus détendue. Glutonny sirote son cocktail de kiwi épais tandis que ses yeux agrandis par ses lunettes loupe fixent la petite embarcation au loin. Grand sourire, presque machiavélique, on sent qu'il a quelque chose derrière la tête. Ou est ce la satisfaction d'un plan diabolique se mettant peu à peu à exécution ?

A ses côtés, Alucard est totalement différent. *ALUCAAAAAARD ! SMAAAAAASH !* C'est plutôt ça, sa mentalité. Actuellement, tout ce qu'il veut, c'est attraper la tête de Satoshi et l'enfoncer si profondément dans son cul qu'il baignera dans ce qu'il a mangé ce midi. Sans même que ça ait été digéré.

Autour d'eux, c'est agité mais calme. Ils font ce qu'ils ont à faire et ce qu'ils l'habitude de faire. Enterré dans leur train train, ils ne se soucient pas qu'un navire approche. Les sbires de Glutonny en ont vu d'autres. Par contre, ceux de Satoshi, ils n'ont jamais eu l'occasion de tomber nez à nez avec un corsaire.

On arrive, m'sieur...
Gardez vos mains proches de vos armes. On n'a aucune idée de leurs intentions.

Il dit ça, mais de toute façon, si ils veulent engager le combat, ils peuvent... et si ils le font, ça signifie finir au fond de l'océan... Ici, ce sont ses couilles qui sont entre ses doigts boudinés.

Plus que quelques mètres... Mais de là où ils sont, ils peuvent l'entendre...

Shishishi...

Ce rire démonique, glauque, macabre et lugubre. Ce rire qui n'augure rien de bon, juste la fin. La fin de tout. Ou le début de quelque chose. Des engrenages d'un plan qui s'enclenchent. Menant des événements à d'autres, le tout faisant parti d'un plan qui est sien. Et si le Gouvernement avait envoyé une fausse lettre ? Le menant tout droit à son exécuteur ?

Shishishishi...

Cela ne se peut. Ils n'oseraient pas. Jamais.

Pourtant, ils auraient très bien pu se servir de la rage qui anime Alucard et la mêlée à la rancœur qu'il éprouve envers Satoshi... Cela aurait du sens... Ils auraient Juicy Berry à leur portée et un Pirate particulièrement dangereux en moins... Si ils pensent sur le court terme, ils n'hésiteraient pas. Mais ce n'est pas leur genre. Peut être celui de gradés isolés qui ont dû proposer cette idée. Mais pas celui de l'amiral en chef. Non.

Vos matelots, quelle utilité en avez vous ?

Le cœur de tous les pirates à bord s'arrête de battre. Leurs membres sont figés et leur sang est glacé. Une seconde passe et c'est la tachycardie. Certains tombent dans les pommes, d'autres décident sans raison de se jeter par-dessus bord... Le Capitaine doit faire quelque chose...

Cela suffit, Léonov.

Oh, parce que nous sommes déjà si proches ? Shishishi...

Ne me pousse pas. Nous sommes ici pour les mêmes raisons, d'après la lettre. Mène la voie et nous suivront.

Non non non. Vous montez sur notre navire. Je ne veux pas que vous tentiez quelque chose de stupide. Et puis, ton équipage et moi pourront apprendre à mieux nous connaître. Shishishishi.


Satoshi est sans voix. Il ne peut se permettre de risquer d’embarrasser ou de contrarier Glutonny. Ou Alucard, d'ailleurs, qui lui se fait plutôt silencieux compte tenu des circonstances. Bavard non, mais très expressif. Ses poings serrés font saigner ses paumes, sa mâchoire grince. Son envie de sauter à la gorge de Noriyaki se fait sentir sur l'autre navire. Mais mieux vaut Alucard tout seul qu'allié à Kutrosh.

C'est d'accord.
http://www.onepiece-requiem.net/t100-termine-satoshi-noriyakihttp://www.onepiece-requiem.net/t109-greed#772
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1