AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Les tensions commencent [Feat Waylon]

Invité
Invité


Mer 6 Mai 2015 - 0:39





«Encore un putain de bled paumé... mon dieu...»


On retrouve donc notre héros à Shell Town, qu'est-ce qu'il foutait là ? Ne me posez même pas la question je n'en ai aucune idée, tout ce que je sais, c'est qu'il était en rogne. Des pirates lui avaient échappé lors d'une course poursuite et c'était pour lui, un fait qui le mettait dans une colère plus ou moins impressionnante. Il regardait la ville d'un air fatigué, c'était un coin tranquille qui ne transpirait pas vraiment la piraterie ou la criminalité. C'était un village, donc un coin bien paumé avec un tas de civils assez niais qui ne pensaient qu'à vivre leur vie tranquillement, rien ne disait que notre héros allait, en ce jour, affronter un pirate, quel sera le résultat de ce combat ? Je vous laisse deviner, je n'aimerais pas vous gâcher le plaisir de cette aventure... à vrai dire ça aussi je ne le sais pas, mais faisons mine de rien, laissons planer le mystère ! Kyoukou c'était fait un petit nom sur East Blue, ne vous enflammez pas, en vérité il n'était pas du tout connu, mais les gens disaient souvent des trucs comme : «On a vu un espèce de Punk arrêter des pirates, c'était qui ?» bref vous l'aurez compris, même s'il n'était pas vraiment célèbre, il était tout de même en pleine évolution.


«Bon... c'est pas tout ça mais il serait peut-être temps de se ravitailler avant de repartir»


Il commença ses courses, achetant de la nourriture ou encore des objets dont il avait besoin lors de ses voyages, il profita de ce moment pour visiter les lieux, malgré le fait qu'il râlait à chaque occasion il y a une seule chose qu'on pouvait dire : c'était un lieu bien agréable. Sans vous divulguer sa partie sensible, ce lieu lui rappeler son ancienne vie, son village qui semblait tout aussi tranquille, ça lui faisait du bien de se ressourcer dans des endroits aussi éloignés de la vie cruelle qu'offrait ce monde. Quand on est dans ce genre d'endroit on a souvent envie d'y rester, de se faire une petite vie et de ne pas connaître ce qui se passe dans les autres îles, mais Kyoukou n'était pas comme ça, c'était un homme de la marine, il vouait sa vie à la justice, il se devait d'aller assurer l'ordre sur toutes les îles. Vous comprenez, il ne pouvait pas se permettre de s'arrêter aux îles du début sans visiter GrandLine, la partie la plus terrible de ce monde. On racontait plusieurs légendes sur GrandLine, une route totalement impraticable, des pirates aux pouvoirs étranges, des villages aux portes de la ruine, c'était dur à entendre et c'était peut-être pour ça qu'il voulait progresser.


«Bon et bien... un petit verre avant de partir»



Rentrant dans un bar, tout le monde avait l'air heureux, Kyoukou s’assit, buvant un verre d'alcool tout en se remémorant son parcourt, il avait hâte de connaître ses prochaines aventures, allait-il se faire des alliés ? Il avait un mauvais caractère, il n'était pas du genre à se faire beaucoup d'amis, mais pourquoi pas ? Allait-il alors se faire des ennemis ? Ça c'était une question assez simple, vu sa volonté à vouloir détruire du pirate c'était une évidence qu'il allait détruire des vies mais aussi créer des tensions. Sortant du bar, Kyoukou marchait dans les rues de Shell Town, regardant une nouvelle fois le ciel, petite habitude qu'il avait pris depuis bien longtemps, une chose vint interrompre sa belle journée, qu'était-ce ? Un bandit ? Un fan ? Tout ce que je peux vous dire, c'est que l'intrigue commence dés maintenant.


Dernière édition par Don Kyoukou le Sam 9 Mai 2015 - 17:58, édité 1 fois
avatar
Waylon A. Rendão

♦ Localisation : East Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 1550
Popularité: -30
Intégrité: -29

Mer 6 Mai 2015 - 17:11

1625

Le soleil est radieux aujourd'hui. Pas ou peu de nuages dans le ciel, c'est une belle journée qui s'annonce sur cette partie d'East blue. Les vagues de cette mer calme clapotent contre une barque non loin d'une île, sur cette barque un jeune homme qui a l'air pensif.

Alalala...East Blue ! Mon océan de naissance, si j'ose dire. Reconnaissable grâce à ses îles verdoyantes et son océan, reflet du ciel. Les magnifiques vaguelettes couplés au soleil rayonnant d'aujourd'hui font d'East Blue une belle mer scintillante ! Ces mêmes vaguelettes qui viennent se choquer contre ma barque. Je me croirais au paradis ! East Blue est vraiment la plus belle des mers !...Bon, après je n'ai pas visité tellement de mer jusqu'à maintenant aussi, mais ce n'est pas grave... Ça ne saurait tarder ! C'est pas tout, mais j'ai autre choses à faire que de m'émerveiller devant le premier rayon de soleil ou la première vague. Ce soleil aveuglant, qui me fait presque mal au yeux... J'ai donc autre choses à faire, comme par exemple compter mon butin de pirate ! Ça c'est bien un truc de flibustier ! Alors, où est-ce que j'ai mis mon sac à butin ? ... Tient, il est là ! Alors, combien me reste-t-il de mes aventures précédentes ?
QUOIIIIII ? Plus que 3 berrys ? Mais comment cela se fait-il ? ...Ah oui, j'ai presque tout dépensé dans la nourriture et de nouvelles grenades fumigènes. Il va tout même falloir renflouer les caisses. Je sors ma carte maritime, afin de voir un peu près où est-ce que je me situe, en vain hélas. Tient, une île au loin! Il y'a une sorte de montagne ou de...fort ? A vrai dire, je ne sais pas trop vu que le soleil m'éblouit. Une chose est sûre, je ne suis jamais venus ici. C'est donc décidé, je vais me refaire là bas ! Cap sur l'île Ou-je-ne-suis-jamais-allé !


Je suis sur le point d'amarrer, quand un soldat de la Marine me fais signe pour que je me rapproche. Heureusement que j'ai rangé mon pavillon noir dans mon sac, avant de venir. C'est bien ma vaine, moi, Waylon Andal Rendão dit War, le grand seigneur des 4 mers, avec ma prime de près de cent mille milliards de berrys, il compte m'embarquer et m'envoyer en prison. J'aurais tellement aimer élire un successeur... Mais qu'est-ce que je raconte moi ? Je suis sûrement resté trop longtemps seul en mer. Peut-être que je devrais songer à rejoindre un équipa...Brrr ! Rien que le début de la phrase me fait frissonner tellement ça me répugne. Pendant que je fais mon monologue intérieur, le marine s'est avancé jusqu'à moi et me demande mon nom. Naturellement, je lui sors un faux nom : Huckle Hinterland. Coïncidence ? Il a le même nom de famille. Pensant d'abord que je me fous de lui, il essaye de me mettre la pression, en me disant qu'il va m'envoyer dans les geôle de la ville. Après cette tentative ratée, je lui dis qu'on a seulement le même patronyme. Et ça suffit à le calmer. Il m'a même dispenser de la taxe d'amarrage, en me disant que les Hinterland ne devraient pas payer les taxes. J'ai vraiment eu de la chance sur ce coup là ! J'ai vraiment eu beaucoup de chances de tomber sur un abruti aussi naïf !


Après cet événement je ne suis pas allé par quatre chemins : Je me suis mis en quête d'une personne à voler, mais il y'a des Marines partout ici ! Ça va être dure de me refaire sur cette île. Je suis obligé de tenter le vol à l'arraché. Après avoir un marché sur les pavés la ville, je vois une jeune femme, plutôt bien habillé, style aisée, avec un sac à main. Mon cerveau n'a pas cherché à comprendre, j'ai couru vers elle avant de lui arracher son sac et de partir le plus loin possible le plus rapidement possible.  Ho ho ho ! Un sac en cuir ! Ça doit valoir quelques berrys ! Et ce qu'il y'a dedans encore plus ! En me retournant, j'ai vu qu'elle a demandé de l'aide à quelqu'un, au lieu de me courir après, cette faiblarde de femme !
http://www.onepiece-requiem.net/t13593-oh-come-my-wayhttp://www.onepiece-requiem.net/t13716-waylon-andal-rendao
Invité
Invité


Mer 6 Mai 2015 - 20:06





«Aidez-moi, un voleur m'a dérobé mes affaires !»


Un cri vint interrompre cette douce journée, le regard de notre jeune héros s'intensifia, comme si soudainement la colère le transcendait, qui était l'abruti qui avait osé créer le chaos dans une si petite île ? Kyoukou vu un homme courir comme un dératé, d'un ton froid et sec il commenta : «Hé bah... en voilà un de courageux... un bandit lâche qui s'attaque à une femme sans défense, bravo, tu as réussi à me mettre en rogne !» Le lâche se retourna regardant bêtement la dame ainsi que le défenseur de la veuve et l'orphelin. Notre héros de la marine le fixa, avançant vers lui d'un pas déterminé, son regard de braise en faisait frissonner plus d'un, de sa voix portante on pouvait entendre un : «C'est ça que je déteste chez vous, incapable de vivre sans faire de mal aux autres... incapable de vivre sans détruire... incapable de prendre le même chemin que les gens normaux...» Les gens s'écartaient, ne voulant pas être impliqué dans la course poursuite, se rapprochant de plus en plus de sa cible on pouvait apercevoir des veines sur son front, ce genre de délit avait le don de l'énerver fortement.


«Tu es tombé sur le mauvais marine à faire chier...»


Se rapprochant alors rapidement vers lui, il était à présent à quelques pas, le défiant du regard il se mit à faire une proposition : «Très bien gamin, je te laisse le choix, tu vas gentiment rendre les affaires de cette femme, tu apprendras que l'on doit mériter ce que l'on gagne» fixant l'individu il ne semblait pas dégager une dangerosité si impressionnante que ça, mais vous connaissez notre bon Kyoukou, il n'était pas du genre à sous-estimer quelqu'un à cause de l'apparence, le criminel pouvait être un enfant, une femme ou un vieillard ça ne faisait aucune importance, il finirait par payer ses crimes. Il n'était pas du genre à sous-estimer mais en plus de ça il n'était pas du genre à être indulgent face à quelqu'un qui avait clairement fauté : «Mais je me doute que tu ne te rendras pas si facilement donc...»



S'agenouillant et forçant sur sa jambe gauche, Kyoukou se préparait au combat, ce n'est pas comme s'il n'avait pas l'intention de se battre puisqu'il avait envie de se défouler. Bref vous l'aurez deviné tout aurai pu se passer calmement si les deux ne s'étaient pas croisés dans ce petit village, comme quoi, le destin forme parfois des choses qu'on ne peut pas expliquer, après tout ce jeune pirate aurait pu voler sans réel problème et retourner à ses aventures sans fracas, notre héros de la marine aurait pu lui aussi reprendre sa vie, mais malheureusement pour l'un des deux, deux points de vues allaient se confronter en ce jour, qui remportera cet affrontement, bien que d'abord psychologique, le guerrier intolérant de la marine ou bien le jeune voleur ?


HS : Désolés, petite panne d'inspi, j'aime pas les débuts de RP, ça sera mieux quand on rentrera dans le sujet même du topic x)
avatar
Waylon A. Rendão

♦ Localisation : East Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 1550
Popularité: -30
Intégrité: -29

Mer 6 Mai 2015 - 22:45

Je cours le plus vite possible pour rejoindre le port, mais quelque chose, ou plutôt quelqu'un est en train de m'intriguer. En effet, alors que je me retourne pour voir avec qui la femme discute qu'est-ce que je vois ? Un homme avec un uniforme de la Marine, un Marine. Oui, vous avez bien entendu un putain de marine ! C'est pas possible ! Mes jambes réfléchissent à ma place sur le coup, j'ai le réflexe de tout de suite me retourner pour partir loin. Je ne peux pas prendre le risque de me battre avec la marine, surtout ici, ou j'ai rencontré des marines plusieurs fois ! Rien qu'en me promenant ! Et si jamais il appelle des renforts ? Ça aurait été moins dangereux si il aurait été tout seul.

Je suis sur le point de m'enfuir, quand j'entend le marine en question me crier dessus. Je ne comprend pas trop ce qu'il dit, mais tout ce que je comprend c'est : "Bandit" "Lâche" "incapable" Je crois même qu'il m'a traité de fils de pute. Alors qu'il m'insulte, la femme vante déjà les mérites de son hypothétique sauveur. Le ciel commence à s'assombrir aussi. En tout cas, ce qui est sûr, c'est que les mots qu'il a prononcé m'ont réellement énervé ! Non...Non mais ! Il...Il a osé me traiter de bandits ?! Moi, Waylon Rendão, un fier pirate ? Ça ne va pas se passer comme ça ! Je vais lui répondre en conséquence, à ce sale chien de la marine !...Je devrais peut-être pas m'énerver pour si peu, c'est un marine, un représentant de la loi qui...Non il va voir ce crétin ! Il va voir ce qu'il en coûte d'insulter un pirate !


Mais tout d'abord, je vais devoir cacher mon visage. Si jamais on voit mon visage, je risque d'être primé, et je ne risque pas de faire long feu sur les blues, surtout si je suis tout seul... Mais en même temps, rejoindre un équipage ne me botte pas trop. Je saisis donc mon drapeau de pirate, que j'ai mis dans mon sac avant d'accoster, j'arrache furtivement un bout noir et l'enroule autour de mon visage. Je sers le tout avec force et détermination. Un homme avec une cicatrice, ça ne s'oublie pas facilement hélas, surtout si il vous l'avez vu voler. Les habitants ne pourront pas faire un portait robot. Ceci fait, je me retourne vers monsieur le Marine, qui s'avance rapidement vers moi. Je vérifie quand même si il est bien Marine, j'avais quelques petits doutes tout à l'heure, mais l'uniforme ne trompe pas. Il me demande les trucs habituels de marine que j'ai déjà entendu partout comme : "Rend lui son argent" "Rend lui son pistolet" "Arrête, tu fais quoi avec ce sabre ?". Bon, il a pas vraiment dit ça, mais en gros c'est ça.

Je n'y prête pas vraiment attention, il répond lui même à sa supposition en plus. Il sait très bien que je ne vais pas me rendre. Environ une dizaine de personnes nous regardent dans la rue. Le Marine commence à s'étirer les jambes, il se croit dans une course ou bien ? Je ne digère toujours pas le fait qu'il me traite de bandit. Je sors lentement mon sabre, ce qui a l'air d'effrayer certains civils, qui partent sans broncher. Cela dit j'aurais pu en prendre un en otage... Ce n'est pas grave, il en reste tout de même quelques uns. Je lance le sac en cuir à environ 10 mètres derrière moi, pour être sûre de l'avoir à portée. Il m'a trop énervé cet imbécile de marine, je vais me le faire et m'en aller illico-presto de cette foutue île, les renforts n'auront même pas le temps d'arriver. Mon sabre étant sortis, je me met en garde.


Si tu me veux, viens me chercher ! Sale chien de marine !
http://www.onepiece-requiem.net/t13593-oh-come-my-wayhttp://www.onepiece-requiem.net/t13716-waylon-andal-rendao
Invité
Invité


Jeu 7 Mai 2015 - 0:20


«Me faire traiter de chien par un insecte... le comble...»


Toujours à genou accumulant assez de force sur une de ses jambes pour préparer son saut, le regard de notre héros s'intensifia encore plus, soudainement, alors que l'ambiance se refroidissait à vue d'oeil on pu entendre un simple : «Tiger Kick», notre jeune Kyoukou se jeta tout d'un coup sur le bandit avec une vitesse plus ou moins remarquable, visant l'estomac, Kyoukou se mit à crier un simple : «Sale insecte ! Ne te permets même pas de critiquer ou insulter la justice, le seul chien que je vois ici c'est le misérable voleur qui tente de dérober une simple femme ?!», il était enragé, dans cet état plus personne ne pouvait l'arrêter, je dirais même plus : il semblait comme possédé, en réalité, il lui arrivait souvent d'être fou de rage, repensant à ce qu'il s'était passé dans sa vie, il avait un réel problème avec les délits, les malfrats, bref, les insectes comme il aimait bien les appeler. Il poussa comme un grognement bestial, cherchant nerveusement son adversaire il hurla un :  «Ne me sous-estime pas, déchet ?!!» puis s'élança vers son adversaire, qu'il ait évité l'attaque précédente ou qu'il l'ait encaissé ne posait aucun problème :


«Vient par ici !!! Monkey Punch ! »


Sautant alors sur son adversaire, notre marine balança une rafale de coups de poings dans la direction de cet opposant, ses coups étaient tout aussi bestiaux, et sa rage ne faisait que d'apparaître. Ah au fait, je n'ai pas eu le temps de vous avoir décrit ce qui se passait avant cet assaut, comme vous l'avez remarqué, le jeune voleur s'était enroulé la tête, voulait-il cacher son identité ? Nous n'avions pas pu remarquer ce point puisque j'étais concentré à vous parler de la rage de notre héros, mais maintenant que je le vois c'est une action assez étrange. Bref, revenons au combat, les citoyens de Shell Town étaient sur le port, ils étaient comme médusés par ce qui se passait dans leur petit village. Nous pouvions entendre des bruits d'impact, de fracas, bref, pas de doute sur le fait que le combat était d'une violence assez rare. Que dire de plus ? Kyoukou était une bête enragée, ce n'était pas un hasard si toutes les attaques de ce dernier avaient le champs lexical des animaux, quand il saute dans une bataille il se fiche d'être blessé, tout ce qu'il veut c'est détruire son adversaire.


«Tchh... ne me sous-estime pas gamin...»


Le combat venait de commencer, qui allait remporter ce combat ? C'était une question qui était encore compliquée, tout ce que je sais, c'est que l'affrontement sera violent et que notre chevalier blanc du nom de Kyoukou ne sera d'aucune indulgence.
avatar
Waylon A. Rendão

♦ Localisation : East Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 1550
Popularité: -30
Intégrité: -29

Jeu 7 Mai 2015 - 13:10

Ça y'est, c'est parti ! Alors que mon adversaire s'étire toujours pour je ne sais quelle raison, il bondit subitement vers moi, le pied droit en avant, en hurlant. Il ne sait donc pas se tenir ? Depuis quand on crie comme ça dans la rue, dans un combat... C'est pas comme si ça allait changer la donne hein. La Marine n'est pas sensé dresser les chiens qu'elle engendre ? Donc, le sale clébard de marine bondit dans ma direction, avec la ferme intention de me mettre un coup de pied. Je saisis mon sabre avec force et fermeté, et je pare son attaque avec ! Un son énorme émane de nos coups, un fracas gargantuesque se fait ressentir. On entends même un éclair gronder dans le ciel au même moment.

Je ne sais pas qu'il est, mais il est plutôt fort en tout cas. Son attaque fait même trembler mon sabre et me fait glisser de quelques décimètres en arrière. Comme il est juste devant moi, j'ai le temps de mieux le regarder, il est plutôt musclé et il est plus grand que moi. Puis, il me sort de nouveaux les phrases habituelles de Marines, que j'ai entendu des trillions de fois par le passé, je n'y fais pas trop attention. Soudain, cet espèce d'enfoiré profite du fait que j'ai dû baisser mon arme pour contrer son kick, et m'enchaîne de coups de poings. J'arrive à en esquiver quelques uns mais il m'en met pas mal. C'est pas bon, ça. Mon masque artisanale commence à tomber. Par réflexe, je fais un petit bond en arrière suivis d'un autre un peu plus grand. Il m'a fait mal...

Je remet correctement mon masque avec ma main gauche, et je tiens mon sabre avec la main droite. Le sac en cuir est juste derrière moi. Ce clébard n'est pas mauvais du tout, c'est un sacré combattant, il m'a fait baisser ma garde pour mieux m'enchaîner après. Mon prof' de combat m'a toujours dit de faire attention à ma garde...J'ai des mauvais souvenirs qui remontent à la surface tout à coup. Mais je ne vais pas fuir, je suis un pirate ! Un épéiste ! Je vais lui montrer de quoi je suis capable. Je vais devoir passer à la vitesse supérieur, si je veux avoir une chance de le battre. Alors qu'il continue de me dire des trucs dont je n'ai strictement rien à foutre, je prend mon sabre à deux mains, toujours aussi fermement.

Mon regarde s'intensifie, je sais que quand je saisis mon sabre de cette manière, ce qu'il y'a devant moi va finir en cake tranché. Je contracte également mes bras et mes jambes, pour préparer ma technique suivante, au cas celle-ci ne marcherait pas. Je fais un premier pas furtif en avant, tel un puma en chasse, un second pas encore plus furtif toujours en avant, tel un lynx, et je me met à courir très vite vers mon ennemis. Je saute en l'air, prend de l'élan avec mon sabre, que je met en arrière, avant de lui faire mon : POWER SLASH, une attaque verticale avec mon sabre, très puissante.


-Prend ça ! Espèce de vieux clébard !


Dernière édition par Waylon A. Rendão le Mer 20 Mai 2015 - 22:58, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t13593-oh-come-my-wayhttp://www.onepiece-requiem.net/t13716-waylon-andal-rendao
Invité
Invité


Jeu 7 Mai 2015 - 14:46





Que dire ? L'affrontement était violent, les deux adversaires devaient avoir un niveau proche, pour l'instant seul notre héros arrivait à placer ses coups, à vrai dire il l'avait harcelé dés les premières minutes de combats, ne laissant au jeune homme aucune pause. Ce qu'on peut dire, c'est qu'il lui en avait mis plein la tête, Kyoukou le fixait d'un air tout aussi agressif que depuis le début de leur rencontre. Il croisa les bras analysant la situation dans le but d'anticiper ce qui pouvait se passer, bien, il avait un sabre, c'était sûrement un épéiste. Il fallait faire attention, avec des armes aussi dangereuses un combat pouvait très vite dégénéré, mais ça n'impressionnait pas notre héros, il n'avait pas peur d'être blessé, encore moins par un gamin ne sachant même pas se débrouiller sans voler, se frottant alors le menton il marmonna :  «Bah Bah Bah... on laisse donc vraiment la liberté à tout le monde de porter des armes aussi dangereuses... bien ! Ça fait longtemps que je ne m'étais pas frotté à un sabreur !» il décroisa les bras, souriant d'un air provocateur face à un adversaire qui semblait vouloir contre attaquer, le combat s'accélérait, non, il n'allait pas se terminer, mais dans quelques instants il ne fait aucun doute sur le fait que quelqu'un allait être blessé.


«Tu veux me planter hein ? Très bien, allons-y !»


Il prit une position de combat «Ouh !» le combat allait vraiment devenir sérieux, le jeune homme se mit donc à contracter ses muscles, puis d'un seul coup, ce dernier sauta vers la position de notre héros de la marine. La situation était claire, Kyoukou devait-il esquiver l'attaque ? À vrai dire, il aurait pu, mais le problème c'était que son adversaire pouvait enchaîner une deuxième attaque, être déstabilisé ou surpris pourrait être considérablement fatal. Non non non, c'était une mauvaise idée, mais que fallait-il faire alors ? Contrer la lame ? Ça aussi c'était bien risqué, puis bon, contrer une lame avec quoi ? À main nue ? C'était impossible. Kyoukou eu une idée plus simple, mais tout aussi risqué. L'esquive n'était pas une si bonne idée que ça, contrer était impossible, pourquoi ne pas allier les deux, en fait, le mot allier était un peu fort, mais l'esprit sanguin de Kyoukou avait pensé à encaisser l'attaque tout en essayant d'éviter la catastrophe dans le but d'avoir accès au jeune épéiste et de lui infliger de très lourd dégât.


«Bien, c'est parti...»


Il recula d'un pas, observant attentivement la lame de son adversaire, malheureusement, le recul ne fut pas assez nécessaire pour éviter un maximum de dégâts, heureusement, l'entaille de la lame n'avait pas été trop profonde :  «Ugh !» grimaça le jeune marine, saisissant l'occasion il n'hésita pas une seconde avant de lancer un : «Attack Reindeer !» Kyoukou balança un coup de coude puissant en direction de la gorge de son adversaire, sans attendre et surtout à cause de sa blessure qui commençait à l'handicaper, Kyoukou déplia son bras avec lequel il avait tapé l'épéiste, le ramenant vers lui, il rassembla ses poings pour crier un : «Roaring of the lion» il attaqua violemment son adversaire avec une attaque latérale puissante qui visait la tête.


«*Essoufflement* Merde, j'aurais peut-être dû esquiver l'attaque finalement... je vais peut-être devoir rester quelques jours sur l'île, histoire de soigner cette blessure...»



Kyoukou cracha le sang qu'il avait dans sa bouche, regardant devant lui, il ne savait pas si son adversaire était toujours prêt pour l'affrontement, comment le combat aller évoluer ?
«Rends-lui son sac... déchet...»

avatar
Waylon A. Rendão

♦ Localisation : East Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 1550
Popularité: -30
Intégrité: -29

Jeu 7 Mai 2015 - 21:01

Je dirige donc mon Power Slash dans sa direction quand, tout à coup, le marine recule d'un pas. Il recule sûrement pour tenter d'esquiver, mais il n'a pas assez reculé ce crétin ! En fait, c'est plutôt étrange, on dirait qu'il hésite entre encaisser et esquiver, si il veut encaisser, il va être servi ! Je lui assène mon Power Slash, mais comme il a reculé d'un pas, la technique n'a pas l'effet escompté. En effet, le Power Slash est une technique qui a pour but de planter le sabre de manière verticale sur l'adversaire, que ce soit la tête ou les épaules. Le gros point faible de cette technique est que l'ennemi doit être proche de moi quand je saute.

Donc si il recule ne serait-ce que d'un pas, l'effet ne sera pas le même que si il ne bouge pas. Le bout de mon sabre l'a donc entaillé au niveau du torse, je termine le mouvement de mon sabre sur le sol en face de moi, qui se fend en deux. Le mouvement est réalisé de manière vif et uniforme. C'est donc le point fort de cette technique, si elle est bien réalisé, l'adversaire est coupé en deux comme le sol que je viens de fendre. Le Marine lâche un gémissement et du sang commence à jaillir de sa blessure. Je lâche un petit sourire machiavélique, le sang qui jaillit me fait comprendre que j'ai gagné ! Je vais pouvoir lui mettre le coup de grâce !

Je suis sur le point de me remettre en garde avec le sabre quand, soudain, le marine commence à hurler et me met un putain de coup de coude dans le cou. Celui-là, je peux dire que je ne l'ai pas senti arriver. Y'a trois secondes, j'étais sûr de pouvoir gagner... Son coup m'a fait extrêmement mal, je n'arrive plus à reprendre mon souffle pendant deux secondes. Je sens même une goutte de sang couler depuis ma bouche, le long de mon menton caché par mon bout de tissu. Mon sabre n'est toujours pas en garde, l'autre en profite pour ramener son poing et préparer une autre attaque. Celle-là, je la vois venir. Mon cou me fait toujours très mal, mais je me reconcentre sur le combat.  

Il crie le nom de son attaque et se prépare à m'attaquer rapidement. J'ai le réflexe de rapidement jeter mon sabre derrière moi, et de vite positionner mes bras en croix devant moi. Je sens un énorme choc sur mes bras, son attaque brise presque ma garde et me fait glisser d'environ un mètre en arrière. J'ai des douleurs au bras, au cou, et je saigne à cause de cet enfoiré. Mon cou me fait plus particulièrement mal, j'ai encore un peu de mal à respirer. Il m'a mit dans une colère noire, je sers mes dents tellement fort que je pourrais croquer un caillou. Mes sourcils se froncent, je prend mon sabre que j'ai jeté au sol juste avant, et le range dans son fourreau.

Je contracte mes muscles au maximum, et je hurle de tout mes poumons : SEQUENCE K.O ! Je cours vers lui , je suis dans une colère noire, avec une once de peur au ventre, la peur de la mort sans doute. Je l'enchaîne avec une grande vivacité, je suis tellement hors de moi que je ne voit même pas ce que mon ennemi fait. Je pratique ma technique tel un robot, tout est automatique. Sequence K.O : Elbow ! Je met un puissant coup de coude vers le ventre de mon ennemis,Double Punch ! J'enchaîne avec un double coup de poing vers le torse, Storm Kick et je termine avec un coup de pied latéral retourné, vers la tête. Je me réceptionne sur le genou droit, avec le pied gauche en avant.


Dernière édition par Waylon A. Rendão le Mer 20 Mai 2015 - 23:04, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t13593-oh-come-my-wayhttp://www.onepiece-requiem.net/t13716-waylon-andal-rendao
Invité
Invité


Jeu 7 Mai 2015 - 23:45


Mauvais choix stratégique ? Notre bon vieux marine c'était peut-être trop précipité dans son attaque, il avait touché son adversaire, mais ce dernier avait pu encaisser les quelques coups qui auraient dû le mettre dans un état un peu plus critique. La chance du débutant ? L'aide même de Dieu ? Je n'étais certain de rien. La blessure qu'avait encaissé Kyoukou était tout de même importante, il devait terminer le combat, s'il ne le faisait pas il serait de toute façon obligé d'en finir ici. Le jeune homme contre qui il était confronté semblait bien énervé, il voulait sûrement contre-attaquer : «Tss... ce type semble avoir bien encaissé mes attaques, ça en deviendrait presque humiliant à ce point...» il mettait sa main sur sa blessure, grimaçant péniblement, cette blessure était un véritable handicape, il perdait même beaucoup trop de sang mais avait balancé déjà pas mal de grosses techniques qui s'étaient avérés être des semi-défaites : «On dirait que la chance est avec toi aujourd'hui...comme quoi même le mal absolu obtient la grâce du destin...»


Le voleur se mit à foncer vers notre héros, lui assenant premièrement un coup de coude en plein torse, Kyoukou ne pu que grimacer lâchant un terrible :  «Merde ?!», notre héros se ressaisit, observant ce qui allait se passer autour de lui, il ne comptait pas abandonner aussi facilement, il ne pouvait pas, il devait même honorer le nom de la justice. L'homme qui se trouvait être son ennemi commença donc à balancer deux coups de poing, heureusement Kyoukou pu contrer l'attaque avec son Monkey Punch tapant ainsi dans ses poings : «Ne me touche pas enflure...», puis sans prendre de pause, son assaillant enchaîna avec un coup de pied bien puissant qui se retrouvait en direction de la tête de Kyoukou, bien évidemment, notre marine se protégea avec son bras, malheureusement le coup était bien trop puissant lui faisant grincer des dents. Son bras avait pris cher mais le justicier n'avait pas le temps, il ne devait pas rêvasser : «Je n'ai pas le choix, ça sera au moins ça de fait tu me diras...»


Qu'avait-il donc en tête ? Pensait-il qu'il pouvait gagner cet affrontement ? Était-il aussi niais ? Non, il avait forcément un plan. Alors que le voleur était en train de se réceptionner, Kyoukou s'agenouilla simultanément, forçant sur sa jambe gauche pour préparer une de ses techniques, souriant, il avait trouvé une solution. Il ne pouvait pas gagner, ayant reçu un coup qu'il aurait dû esquiver au lieu d'encaisser, ça faisait partie d'une de ses faiblesses qu'il devait combler, il était beaucoup trop impatient et beaucoup trop extrême. Cependant, il n'allait pas renoncer à la mission qu'on lui avait donnée plus tôt, une femme venait de se faire détrousser. L'homme qui se trouvait en face de lui avait jeté le sac à 10 mètres de lui en tout début de combat, 10 mètres ? À peine ? La colère et la peur du jeune voleur lui avait sans doute fait oublier la présence du sac, s'attendant sûrement à une contre attaque de la part du marine il n'allait sûrement pas s'attendre à un coup comme ça. Le combat les avait fait avancer de quelques petits mètres, facilitant l'action qu'il allait tenter d'exécuter : «Tiger Kick» s'élançant très rapidement comme pour le premier coup du combat, il y eut un fait dérangeant, alors qu'on pouvait croire qu'il allait l'attaquer, Kyoukou frôla le voleur et alors qu'il passait à côté de lui il lui dit : «Tu as peut-être gagné ce combat... mais n'oublie pas une chose, la justice gagnera toujours...». La blessure le faisait encore plus souffrir, alors qu'en temps normal notre jeune marine aurait pu se réceptionner sans problème, cette fois-ci il se roula par terre, atterrissant prêt du sac il profita de l'occasion pour l'empoigner et le lancer avec le plus de force possible vers les civils, mettant les affaires de la jeune hors d'atteinte du voleur :


«Tch... j'ai vraiment fait le con à vouloir encaisser des coups de sabre... Uh...»


Il avait la tête qui tournait, ayant perdu beaucoup de sang il se mit à sourire face au pirate : «Ne mêles pas des gens qui n'ont rien à voir dans ton aventure avec tes conneries ... déchet...» Titubant mais réussissant finalement à se relever, il fixa son adversaire : «Ne comptes pas sur moi pour laisser des insectes dans ton genre déranger le peuple sous mes yeux !»


avatar
Waylon A. Rendão

♦ Localisation : East Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 1550
Popularité: -30
Intégrité: -29

Sam 9 Mai 2015 - 16:08

Gouuh...! L'enfoiré, il a bloqué deux coups sur les trois coups de ma technique ! Ma gorge commence à me faire de plus en plus mal, je sens une autre goutte de sang couler de ma bouche. Son coup m'a presque été fatale. Mais je dois coûte que coûte continuer le combat, abandonner et me faire emprisonner serait le comble de la honte. Je regarde mon adversaire et le dévisage. Il a l'air mal en point, tout comme moi. Je serre les poings et les dents, j'ai faillit m'évanouir après son coup, et je commence à voir flou. Le ciel s'est vachement assombrie depuis mon arrivé...Mais il faut absolument que je continue le combat, sinon c'est direction la prison, j'ai volé un sac et agressé un marine.

Soudain, le marine commence à s'étirer les jambes comme tout à l'heure. C'est mauvais signe, il prépare une attaque puissante ! Je me met rapidement en garde, il est trop rapide, je n'arrive pas à anticiper ses mouvements, il s'avance vers moi avec une grande vivacité. Par réflexe, je met un coup de poing droit devant moi, mais quelque chose ne va pas. Il est passé derrière moi cet enfoiré, je me retourne et je le vois se vautrer lamentablement au sol. Quelle merde celui-là ! Il me dit que j'ai gagné le combat, ce perdant. Il prend le sac et le jette super fort vers les habitants ! L'enfoiré, il m'a bien eu ! J'étais tellement concentré sur le combat que j'ai oublié le sac...

Qu'est-ce qu je dois faire ? Si j'attaque les habitants, il pourra me prendre à revers et m'achever. Tandis que si je l'attaque, les habitants auront le temps de se barrer, avec tout l'argent potentiel qu'ils ont sur eux. Mais comme l'autre chien de marine a l'air plutôt mal en point, je n'ai qu'à l'aveugler avec une de mes bombe fumigènes ! Je prend mon briquet avec une main, sort une bombe fumigène de mon sac quand tout à coup, j'entend de l'agitation dans la foule. Je jette un regard vers les civils, et je vois des dizaines de soldats de la marine, en train de bousculer les habitants pour nous atteindre ! Le Marine avec qui je viens de me battre est devant moi étant donné que je me suis retourné après qu'il soit passé derrière moi, les civils et les Marines sont à sa gauche et il y'a un petit chemin étroit derrière moi, il n'y pas beaucoup de gens.

Pas besoin de me le répéter davantage, j'allume très rapidement ma grenade fumigène que je lance vers la foule. Je cours le plus vite possible, je bouscule des gens, pousse des poubelles. Je n'ai clairement pas le luxe de me retourner pour voir si ils me suivent ou pas. Il me reste un pot d'huile et un briquet, si jamais ils me suivent, ils iront cramer en enfer ! Pour l'instant je dois vite me diriger vers le port, et m'en aller le plus vite possible de cette foutue île. Je ne dois surtout pas me faire rattraper, je suis trop jeune pour la prison, et en plus je suis blessé ! Ils ont bien choisit leurs moments pour arriver ceux-là ! Et en plus je repars les mains vide ! Mon foulard fait maison est couvert de sang, si il aurait été blanc, tout le monde aurait vu à quel point les attaques du marine sont puissante, et je n'aurais pas pu gagner le combat sur ce coup de poker. Je le resserre furtivement. C'est quoi cet putain d'île ?!
http://www.onepiece-requiem.net/t13593-oh-come-my-wayhttp://www.onepiece-requiem.net/t13716-waylon-andal-rendao
Invité
Invité


Sam 9 Mai 2015 - 17:53


Mission accomplie ? Le pirate était à présent entouré de pas mal de marines, la jeune femme avait sûrement dû récupérer son sac et on pouvait voir un sourire inhabituel sur le visage de notre marine, l'autre voleur s'enfuit, laissant Kyoukou tituber, heureusement pour ce dernier des marines vinrent le rejoindre pour l'appuyer : «Sergent d'élite Kyoukou ! Vous-allez bien ?» Allait-il bien ? C'était quoi cette question ?! Bien sûr que non, il était à deux pas de tomber dans le coma, on le ramena très vite à l'hopital, lui procurant les premiers soins les blessures étaient plus ou moins graves, mais pas assez pour mettre sa vie en danger, il lui fallut une journée entière pour se réveiller, entouré de bandage comme une momie, une jeune femme vint le voir pour lui dire : «Merci ! Merci infiniment mais vous n'auriez pas dû prendre tous ces risques juste pour mon sac ! C'était beaucoup trop dangereux.»


Kyoukou la regardait d'un air surpris, il n'avait pas considéré les risques, il avait juste agit par pur instinct, après tout il assumait complètement son métier. Riant en entendant ce commentaire il lui répondu une chose comme : «Bah... disons que la prochaine fois je veillerais à être assez fort pour lui briser les jambes dés le moment ou un voleur aurait l'idée d'aller dérober des objets à de simples civils...» Se levant alors avec quelques difficultés, Kyoukou était bien trop blessé pour se déplacer, mais il ne comptait pas rester et profiter de l'hospitalité, il était trop solitaire pour ça, même, il n'était pas fan de ce genre d'ambiance, cela lui rappelant trop son passé.


«Hmm... je sais pas qui tu es, mais en tout cas j'espère pour toi que nos routes ne se croiseront pas...»


Quels genres d'aventures allait vivre notre héros ? Peut-être des histoires moins violentes ?



avatar
Waylon A. Rendão

♦ Localisation : East Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 1550
Popularité: -30
Intégrité: -29

Sam 9 Mai 2015 - 18:59

Je cours comme un dératé sur les pavés, une petite route étroite. J'entend derrière moi :"Reviens ici !" Je me retourne tout en courant, et je vois quelques marines en train de me courir après. Pourquoi est-ce qu'ils ne sont que quatre ? Il étaient bien plus que ça tout à l'heure. Peut-être qu'ils se sont séparé pour me retrouver, ou alors ils sont trop occupé à soigner ce Marine dont j'ignore toujours le nom. Ils sont à environ une dizaine de mètres de moi, je regarde dans mon sac et je vois qu'il me reste un pot d'huile. Je ne réfléchis pas plus que ça, je sais déjà à quoi m'en tenir. Je me retourne,tout en courant, regarde ces quatre zigotos, et je balance le pot d'huile à leurs pieds, qui se brise en plusieurs morceaux.

Ils tombent comme des mouches ces incompétents ! J'en profite pour taper un sprint et bousculer tout ceux qui me barrent la route. Après cinq minutes de course interminable, j'arrive enfin au port. Le Marine de tout à l'heure qui croit être de ma famille vient vers moi, les bras ouvert, tout souriant. Je suis sur le quai, et je n'ai clairement pas le temps de lui parler. Je le pousse dans la flotte et saute illico presto dans mon embarcation et m'en vais de cette foutue île. Alors que je suis à environ cinquante mètres du port, les marines arrivent et tentent de me canarder au fusil, sans grand succès. Je suis enfin en sécurité. Je dessers mon bout de tissus et me tiens la gorge, qui me fait toujours mal. Je me demande si il reste un truc à manger. Peu importe qui était ce Marine surpuissant mais j'aimerais bien qu'on se rebatte ensemble un jour, j'ai bien aimé notre combat finalement.

Alors que le jeune homme cherche de quoi se nourrir sur son embarcation, le bâtiment de la marine le regarde, tel un majestueux faucon sur une musaraigne.
http://www.onepiece-requiem.net/t13593-oh-come-my-wayhttp://www.onepiece-requiem.net/t13716-waylon-andal-rendao
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1