AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  

Tu es moi et je suis toi ?

Pandore
Pandore
•• Lieutenant d'élite ••


Feuille de personnage
Dorikis: 2619
Popularité: +140
Intégrité: 125

Sam 30 Mai 2015 - 17:37






Une journée particulière.


Pandore pesta mentalement, elle n'aimait pas l'endroit dans lequel on l'avait refourgué et dans la condition qu'elle était contrainte de supporter. En vérité, ce n'était pas réellement son jour aujourd'hui, elle avait passé une très mauvaise nuit et tout était fait de sorte qu'elle ne retire aucune satisfaction de sa journée. Ainsi, voilà qu'elle se retrouvait dans une île qu'elle n'appréciait pas réellement à faire une vulgaire patrouille plutôt que d'être sur les mers à se battre au nom de la justice. Comme d'habitude, elle ne s'était pas montrée récalcitrante aux ordres, même si elle les méprisait, elle ne pouvait pas se permettre de montrer ne serait-ce qu'un signe de frustration face à cela.

Ainsi, elle arpentait la terre de Manshon avec une conviction frisant le zéro absolu. Son esprit était affuté comme à son habitude mais, elle n'avait réellement pas le cœur à vivre cette journée. Le pire dans tous cela, c'était qu'on l'avait affublé d'une partenaire en opposé total avec la jeune Pandore. Une vraie pile collante à qui on avait accroché une énorme perruque de cheveux blonds incoiffables. Pourquoi avait on fait cela ? Simple vengeance du karma probablement, dans tous les cas, Pandore qui était une combattante solitaire se retrouvait à jouer le rôle d'un patrouilleur travaillant en duo.  

- Toi, tu t’appelles Charlie c'est ça ? As-tu une idée par où commencer ?

Son nom lui suffisait, Pandore ne voulait pas vraiment s'étendre sur les présentations. Elle n'allait bosser qu'une journée ensemble voir deux suivant la longueur de la mission, rien ne servait qu'elles se connaissent davantage. La marine n'était pas du genre à se faire des amis et ceux, depuis son plus jeune âge, son cœur était aussi imperméable qu'une forteresses face à l'envahisseur. Tous ceux qui avaient tenté de le franchir regrettèrent amèrement leurs gestes. Ici, il n'y avait aucune raison que cela en soit autrement, si cette blonde tentait de s'approcher d'elle, Pandore n'allait pas mettre longtemps avant de montrer les crocs.

- Mesdames ! Venez voir ma marchandise, elle vous ravira !

Pandore intriguée vit le visage d'un borgne dont la vieillesse faisait pitié à voir. Celui-ci agitait péniblement la main en tentant d'acquérir l'attention des deux jeunes femmes. C'était probablement un charlatan comme il y en avait des centaines dans cette île. Pandore fronça les sourcils, sa colère n'allait pas dépasser ses gestes mais, elle n'était clairement pas d'humeur à perdre son temps avec ses inepties sans nom.

- Un charlatan, ignorons le et partons.

Elle avait dit cela avec une voix grave et ferme comme à son habitude. Cependant, elle fut coupée net en voyant que sa partenaire d'un jour paraissait intriguée par ce vieux. Décidément, cette journée allait se présenter vraiment mal et sa mauvaise humeur allait en être que décuplée.






http://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandorehttp://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
Charlie Boyington
Charlie Boyington
•• Lieutenant ••

♦ Localisation : les blues

Feuille de personnage
Dorikis: 500
Popularité: 0
Intégrité: 0

Lun 1 Juin 2015 - 22:47


P comme patrouille ou comme Pandore....


Spoiler:
 


La journée commençait bien. Il fait beau , le soleil brille, la mission était simple et les sept familles de Manshon ne se font pas remarque (tant mieux parce que moi et la mafia)...

Aujourd'hui je devait patrouiller dans la ville en tandem avec un autre soldat, enfin une autre. On m'a mise avec une fille a l'uniforme impeccable, aux cheveux noirs parfaitement coiffés qui lui arrivent aux hanches et au regard dur comme l'acier. pandore qu'elle s'appelait.

Cela ne me posait pas de problème de travailler à deux, même si elle à l'air plutôt coincée, je suis très sociable. j'aurait aimé le connaître un peu mieux mais bizarrement elle n'a pas arrêté de me faire la gueule, malgré toutes tentative de ma part de détendre l'atmosphère.
J'ai fait quelque chose qui fallait pas ?

M'enfin alors qu'on commençait notre tournée elle me demanda :

- Toi, tu t’appelles Charlie c'est ça ? As-tu une idée par où commencer ?


avant que je ne puisse lui répondre ; une voix capta notre attention :

- Mesdames ! Venez voir ma marchandise, elle vous ravira !

cela venait d'un vieillard borgne qui nous haranguait à grands renforts de gestes gestes. Non mais sérieusement, je veux bien être cool, mais il ne voit pas qu'on est en service ? Il donne le bâton pour se faire battre ma parole ! C'est clairement un charlatan ; il tient tant que ça à ce qu'on vérifie sa marchandise ? Note qu'avec l'efficacité et surtout l’intégrité de la marine locale, ce serait pas surprenant que les soldats fassent quelques écarts en services ; ça doit être normal pour lui ... Visiblement cela agaçait aussi ma partenaire (youpi un point commun !) qui me dit :


- Un charlatan, ignorons le et partons.

je me dirige néanmoins vers lui vers lui ce qui l'agaça d'autant plus. Je lui dis :

-Justement on va vérifier sa marchandise, ça lui fera les pieds...histoire de rappeler aux gens que la marine n'est pas payée à rien foutre contrairement à ce qu'on l'air de penser les locaux, soldats compris...

J'avais remarqué que toi non plus tu n'es pas d'ici alors ça ne devrait pas poser de problèmes pour toi d'emmerder un peu la mafia locale...Si toutefois ce gars y est relié.



© Truth.


Dernière édition par Charlie Boyington le Ven 5 Juin 2015 - 1:43, édité 2 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t14299-la-justice-ca-se-construithttp://www.onepiece-requiem.net/t14461-charlie-boyington-les-poi
Pandore
Pandore
•• Lieutenant d'élite ••


Feuille de personnage
Dorikis: 2619
Popularité: +140
Intégrité: 125

Lun 1 Juin 2015 - 23:22






Une journée particulière.


- Justement on va vérifier sa marchandise, ça lui fera les pieds...histoire de rappeler aux gens que la marine n'est pas payée à rien foutre contrairement à ce qu'on l'air de penser les locaux, soldats compris...

Pandore arqua un sourcil, c'était un peu comme la goutte d'eau qui venait faire éclater le vase. Déjà que son tempérament était d'humeur sordide et surtout colérique en cette belle journée ensoleillée, elle n'avait pas besoin qu'une dissidente avec pour coiffure une botte de paille la dérange dans sa patrouille. Une simple patrouille, il n'y avait rien de compliqué à ça, juste cette petite mission qui semblait futile et ensuite, les deux allaient repartir dans leurs coins, combattre des pirates enfin si cette Charlie faisait réellement son boulot de marine. Mais non, il fallait qu'elle vienne pimenter davantage cette journée déjà bien assez épicée en mauvaises péripéties.

Bref, elle s'approcha du vieillard qui faisait mauvaise mine avec sa maudite partenaire qu'elle aurait étranglé si l'occasion s'était présentée. Celui-ci se mit alors à parler avec une voix étrangement calme et langoureuse. Ce n'était pas une façon de parler commune pour un homme de son âge et pourtant, Pandore se surprit à penser qu'elle était plaisante à l’ouïe.

- Mesdames, vous avez l'air de ne pas très bien vous entendre dites moi à voir vos visages si contrastés.


Il avait beau être appréciable à l'écoute, Pandore ne voulait réellement pas perdre son temps avec lui. Et pourtant, la curiosité qu'elle voyait naitre chez sa partenaire journalière l’empêchait de partir. Elle ne pouvait pas la laisser là avec un illustre inconnu. Elle aurait été capable de le blesser vu son âge avancé.

- Bien ! Je peux vous aider à vous comprendre un peu mieux ! Il suffit juste de me regarder attentivement et d'écouter ma voix encore et encore...


Pandore ne posa qu'un œil sur ces mouvements et pourtant, elle ne pouvait plus s'extraire de cette emprise visuelle. De cela se mêla sa voix qui semblait désormais lestait tout son être. Ce type était-il un hypnotiseur ? Probablement, et doué en plus. Pandore pesta, elle savait que c'était trop tard, elle allait être en proie à ses actes si elle n'arrivait pas à résister. Mais alors qu'elle tentait de résister, elle s'effondra venant alors s'adosser contre un mur très proche, comme prise par une fatigue extrême. Elle entendait toujours la voix du vieux qui semblait prononcer des inepties sans nom. Trop tard, son esprit s'embruma et ce fut la fin.





http://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandorehttp://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
Charlie Boyington
Charlie Boyington
•• Lieutenant ••

♦ Localisation : les blues

Feuille de personnage
Dorikis: 500
Popularité: 0
Intégrité: 0

Ven 5 Juin 2015 - 1:35


WHAT DA FUCK ?!







Spoiler:
 

Tiens, quel magnifique ciel bleu...Dommage que le soleil me pète les yeux j'aurais bien aimé continuer à regarder les nuages...Y'en a un en forme de chameau c'est bizarre...D'ailleurs pourquoi les passants me regardent comme ça ? Sûrement parce que je dormais à même le sol...

Wait What ?!

D'un coup je me relève et je m’époussette, gênée. Je tente de me remémorer ce qui s'est passé


- Bien ! Je peux vous aider à vous comprendre un peu mieux ! Il suffit juste de me regarder attentivement et d'écouter ma voix encore et encore...

Meeeerde ! pourquoi je l'ai écouté, non mais quel conne ! Je vérifie que l'autre pépé m'a rien volé pendant mon sommeil...heuuu, y'a un truc qui cloche....Pourquoi j'ai un sabre ? attend, mais je portes les affaires de l'autre là ?!

MAIS IL NOUS A FAIT QUOI PENDANT NOTRE SOMMEIL CE VIEUX PERVERS !!!!!

j'envisage le pire dé scénario...déshabillées, violées puis rhabillées en se trompant de fringues...Un frisson de dégoût parcours mon corps...Faut que je retrouve ma partenaire...Je le cherche des yeux et là...



Le programme Charlie Boyington a planté ; veuillez patienter...

...

...

Le programme va redémarrer, voulez-vous envoyer un rapport d'erreur ?

-MAIS C'EST QUOI CE BORDEEEEEL !!!

Pourquoi je suis allongée sur le sol à roupiller ? Je veut dire , mon corps est là ! même cheveux blonds ! Même vêtements ! Mêmes tekkôs ! Un tour de l'autre mec ? En tout cas une fois le mindfuck  (un peu) passé ; je me sentis rassurée...
On ne nous a (peut-être) pas touchées...

En même temps si c'était le cas je le sentirait non ? Et pourquoi nous avoir rhabillées ? En fait je crois savoir ce qu'il c'est passé . Mais bon ça se peut pas pas vrai ? C'est trop dingue...ou alors je rêve...Enfin cela expliquerait mes fringues...Et ma nouvelle voix ?!

En tout cas je veux en avoir le cœur net. Et pour cela y fallait "me" réveiller.
Je secouais donc mon corps (celui qui roupille) avec délicatesse.

Et la belle au bois dormant se réveille.

Elle me regarde...

Je la regarde...

Elle me regarde....

Je la regarde...

je me regarde...Dans ses (mes) yeux rouge...apparemment j'avait vu juste mais mon cerveau semble faire une saturation de what da fuck, aussi je n'ai même plus la force d'être surprise et me contente d'accepter les faits. J'y aurais vu un éléphants a pois que j'aurait réagit pareil.

Et elle...Mais...C'est qu'elle se recouche cette cruche !

Oh, c'est pas un rêve !!!...enfin je crois...



La-dessus elle me regarde...

Je la regarde...c'est bientôt fini ce petit jeu ?

Ben non...elle regarde les passants...

Qui nous regardent...

Puis elle se tourne vers moi et me regarde...
.
Je la regarde...

Puis elle percute...Dans tout les sens du terme.

En fait c'est plus un chat ce nuage....Aïe...J'ai volé...

Je sais que t'est choquée mais fait un peu attention en  te relevant !


bon en même temps, elle m'a appris autre chose...

C'était pas un rêve. On a pas mal dans les rêves.



© Truth.
http://www.onepiece-requiem.net/t14299-la-justice-ca-se-construithttp://www.onepiece-requiem.net/t14461-charlie-boyington-les-poi
Pandore
Pandore
•• Lieutenant d'élite ••


Feuille de personnage
Dorikis: 2619
Popularité: +140
Intégrité: 125

Ven 2 Oct 2015 - 20:47






Complication


Un mal de tête horrible... C'était probablement le meilleur moyen de décrire ce que ressentait Pandore en cet instant. Plus que la perturbation sensorielle qui commençait peu à peu à faire surface, la douleur était actrice omniprésente de ce spectacle en somme atypique. Il lui fallut quelques temps pour s'en remettre, peu à peu, son ouïe éveilla. A coté d'elle, elle pouvait percevoir la blonde énergumène qui lui servait de collègue. Étrangement, sa voix était différente, sa présence aussi, comme si l'on avait changé son aura physique en l'espace de quelques instants.

Puis, elle tourna enfin la tête pour se voir à coté d'elle... Elle ne percuta pas tout de suite devant l'étrangeté de sa réflexion. Son esprit était encore très embrouillé et sa mémoire récente ne commençait qu'à refaire surface. Cependant, la pression dans son corps monta d'une manière exponentielle, il n'en fallait pas beaucoup pour céder à la panique lorsque l'on voyait son corps s'animer en face de soit sans pourtant y faire partie.

A l'approche de son corps, elle ne put s’empêcher de lui donner un coup défensif, par instinct. Un instinct bien trop bourrin pour les manières habituelles de la jeune femme. C'était d'ailleurs suite à ce coup qu'elle put remarquer ses mains plus rugueuses qu'à l'habituelle. Alors qu'elle n'avait rien remarqué jusque là, sa longue et épaisse chevelure blonde lui sauta alors aux yeux. Ce n'était pas la sienne, du moins, cela n'aurait pas du être ainsi !

S'en suivit alors un mince enchainement de réflexion, Pandore récupérant tant bien que mal son sang froid et son discernement. Alors désormais, elle était Charlie et Charlie semblait être elle. Rien que le fait d'en arriver à cette conclusion la faisait douter de sa propre stabilité mentale. C'était une histoire de fou, mais la réalité était bien là et il n'y avait aucun doute.

- Qu'est-ce que tu as fais !

Sa voix était d'une autre gamme. Forcément, elle se retrouvait désormais à parler avec une voix similaire à celle de Charlie. Agaçante à souhait, déjà que Pandore ne parlait que rarement, cela n'allait pas l'encourager à changer. Tout de suite, après avoir accusé la blondinette désormais brune d'avoir causé tous ce bazar, elle inspecta les alentours à la recherche de l'homme qu'elle avait rencontré juste avant.

- Il faut retrouver ce type !

Suite à ses mots, elle se releva avec difficulté. Ses habits lui étaient déplaisants et sa poitrine était bien plus lourde qu'à son habitude. Par réflexe, elle se mit à poser les mains sur ce nouveau corps, sans se préoccuper de l'intimité de sa collègue. Après tout, désormais elle était Charlie, elle fallait qu'elle s'en accommode pendant les quelques minutes où elle allait l'être.

D'ailleurs, lorsqu'elle regarda en direction de Charlie dans son corps, elle ne put cacher son intérêt à la vue de celui-ci. Se voir d'un œil nouveau était plaisant pour Pandore. Par ailleurs, elle alla jusqu'à même se trouver agréable l'espace d'un instant. Malheureusement pour elle, le visage de Charlie était bien plus expressif que celui de son corps, ainsi, elle se rattrapa bien vite lorsqu'elle se rendit compte de cela.

- Il ne faut pas perdre de temps.





http://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandorehttp://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
Pandore
Pandore
•• Lieutenant d'élite ••


Feuille de personnage
Dorikis: 2619
Popularité: +140
Intégrité: 125

Ven 12 Fév 2016 - 22:06






Complication


Combien de temps s'était il écoulé depuis l’événement malencontreux qui avait frappé les deux larons ? Quelques heures, pas plus de deux pensait Pandore. Le soleil n'avait pas décampé de sa position, toujours aussi frappant et tonitruant. Pandore ressentait une gène extrème, une certes de rejet de l'âme vis à vis de son corps, des nausées la frappait de temps à autre, une migraine persistante la châtiait à chaque pensée. Bien qu'elle n'en avait jamais eut auparavant, elle avait clairement l'impression de subir une gueule de bois extrème. Sa coéquipière ne tirait franchement pas une meilleur mine, alors que les deux étaient à la recherche du vieux désespérément à travers la ville bruyante et grouillante, Pandore pestait intérieurement.

Elle n'avait pas signé pour ça lorsqu'elle s'était engagée, une mort sur un champ de bataille aurait été préférable à cet affront aussi bien physique que moral. L'amusement des passants étaient total, il n'y avait pas besoin d'être perspicace pour se rendre compte du ridicule de ses femmes qui n'avaient de cesse de se trémousser dans tous les sens. Leurs corps étaient trop étroits, une véritable complication pour ses deux marines qui étaient pourtant bien en mission. Si ce vieux était capable de ça, alors il était capable de bien plus et il pouvait s'avérer être un véritable danger publique. Bien qu'en réalité, Pandore avait une toute autre idée derrière la tête. Celui de récupérer ses biens charnels par exemple.

Enfin, cela aurait pu être pire... Ou pas à vrai dire, Pandore bouillonnait réellement et la chaleur ambiante ne faisait qu'amplifier ce sentiment. Heureusement que son calme était presque comparable à celui d'un stoïcien, car quiconque aurait enragé sur le champ. Ce qui, apparemment ne manqua pas de frapper Charlie. Malheureusement, ce n'était pas l'heure de calmer ses états d'âme, plus le temps passer, plus la possibilité que le vieux s'échappe était préoccupante.

Pandore décida de se séparer de partenaire afin de couvrir plus de terrain. Si l'une des deux mettait la main sur le gros lot, il lui suffisait de la ramener à endroit précis à une heure toute aussi précise afin de procéder à l'échange inverse. Avec un peu de chance, ce plan allait se dérouler sans accroc, enfin, à la vue de la journée, le terme était quelque peu dépassé depuis bien longtemps. La marine espérait clairement qu'elle rencontre ce type en première, pour soulager sa peine, elle avait imaginé un bon nombre de situation où elle lui ferait cracher ses excuses. Pandore n'était pas dans l'exaltation de la violence, moins elle montrait de sentiment de tout bord mieux s'était pour elle néanmoins, elle était contrainte d'avouer qu'enfoncer son poing dans ses dents moisies par le temps allait être un profond soulagement.

Ainsi, elles se séparèrent, Charlie patrouillant dans le Sud de la ville tandis que Pandore alla sévir au Nord. Sur le chemin, elle eut clairement le temps de comprendre comme Charlie se battait. Des gants renforcés contre qui on avait placé deux plaques de métal souples mais suffisantes. Ce corps était celui d'une véritable pugiliste, bien loin de la finesse et de la propreté qu'était l'escrime, le combat à main nu n'était qu'une résultante de toute la violence qui germait dans l'être d'une personne. Mais bon, à défaut d'avoir une épée, elle allait devoir faire de même. Cette fille était beaucoup plus musclée qu'elle, elle pouvait le sentir, c'était inutile de tenter d'utiliser une épée avec un corps aucunement habitué.





http://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandorehttp://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
Pandore
Pandore
•• Lieutenant d'élite ••


Feuille de personnage
Dorikis: 2619
Popularité: +140
Intégrité: 125

Ven 12 Fév 2016 - 22:28






Complication


Pour le coup, ce ne fut pas quelques heures qui s'écoulèrent avant qu'elle ne trouve le Graal qui prenait l’effigie d'un vieillard décrépit. Celui-ci avait juste bougé son stand de babiole à l’extrême opposé de la ville en espérant ne jamais recroiser les deux jeunes femmes. Idiot ? Culotté plutôt, de toute manière, avec l'aisance qu'il avait eut pour les mettre en déroute, une éventuelle deuxième fois ne lui posait pas trop de soucis. Enfin, ça c'était sans compter qu'il s'en était pris à Pandore. Elle n'était pas douée pour combattre, s'était engagée dans la marine depuis peu et franchement, elle n'avait pas été préparé pour faire face à ce genre de situation. Mais c'était Pandore, et elle avait le don pour ne jamais refaire une même erreur deux fois. On pouvait la ruser une fois mais jamais récidiver, là était la force de la demoiselle.

En espérant que cette force suffise, elle s'engagea vers le vieil homme en le contournant par derrière. Le chopant alors par le col, elle le plaqua contre un mur sans aucune once de douceur. Dans cette position, s'était à peine s'il pouvait mouvoir ses bras. Il lâcha même pas surprise le bijou qu'il avait utilisé pour les piéger. Sans cette arme, il n'était probablement incapable de retenter sa manipulation d'autrefois.

- Avant que ça ne dégénère, vous avez dix minutes pour annuler ce que vous avez fait. Vous allez me suivre, sans aucune forme de protestation où je risquerais de casser vos os déjà fébriles.


Sa voix ne collait pas avec son ton mais la pression qu'elle exerçait sur le corps de sa victime était suffisante pour qu'elle paraisse plus que sérieuse. On voyait clairement une certaine gène au coin de son visage m'enfin, n'importe qui se retrouvant dans le corps d'une blonde idiote et demeurée aurait probablement cette même gène. L'homme ne refusa pas, il n'avait probablement pas le choix, afin d'éviter tout entourloupe, Pandore le tenait fermement un bras bloqué derrière son dos. Un simple geste louche et l'étau allait se refermer considérablement et la douleur allait probablement suivre de concert. Pour le coup, Pandore ne laissait aucunement place à l'erreur, elle avait déjà eut son compte pour aujourd'hui. Vivement son retour à la tranquillité.

Pandore arriva finalement dans le lieu qu'elle avait situé auparavant et attendit. Elle avait menti sur les dix minutes, cela allait durer plus longtemps, mais elle avait toute la patience du monde si cela lui permettait de retrouver son corps. Faisant s'assoir son prisonnier, elle sortie le bijou de sa poche et se mit à le fixer, curieuse de son fonctionnement. L'homme se mit à rire avant d'être reçue par un coup dans le tibia, elle avait déjà plus qu'assez de présence, si en plus il se mettait à la narguer.

- Si vous tentez encore quoi que ce soit lorsque vous devrez nous rendre notre corps, je vous jure qu'il faudra déplacer son stand bien plus loin pour m'échapper.

Il déglutit suite à cette menace, au moins, il avait comprit. Charlie ne tarda pas à revenir, au départ le visage miné par sa récolte malheureuse, elle afficha un grand sourire lorsqu'elle revit le vieux tenu en laisse par Pandore. Pandore quant à elle pesta, elle voulait la frapper pour avoir fait un aussi grand sourire sur son visage ! Elle qui détestait afficher ses émotions, c'était un spectacle affreux de se voir sourire en face de soi. Grinçant des dents, le vieux fit ses préparatifs avant de mettre en oeuvre son spectacle.

La même noirceur frappa la jeune femme, le même son sourd qui faisait vibrer ses tympans. En se réveillant, plus aucune trace du malandrin, il en avait encore profiter pour fuir. Néanmoins, cette fois-ci, elle avait bien retrouvé son corps. Ses mains, ses jambes, son visage, tout lui avait été rendu sans aucun problème. Elle aurait voulu trainer ce type en prison mais à défaut, elle n'était plus emprisonnée dans cette prison de chaire qu'était le corps de Charlie. D'ailleurs, le soleil avait fini par commencer à se coucher et la fin de journée commençait à pointer son nez. Qu'allait elle mettre dans son rapport ? Bien qu'elle n'était pas fan du mensonge, il valait probablement mieux mettre que rien n'avait été à signaler.





http://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandorehttp://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1