AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


 Robb, seul.
avatar
Robb Lochon

♦ Localisation : En route vers Drum.
♦ Équipage : L.I.O.N

Feuille de personnage
Dorikis: 2780
Popularité: 205
Intégrité: -71

Mar 1 Sep 2015 - 14:12

Suite d'ici.
Dans un univers où vous pouvez vous réveillez un matin et découvrir votre ville assiégée par le sixième équipage pirate du mois et sagement retourner au lit en attendant que les choses se tassent et que le QG Marine à proximité face son boulot après son premier café, il est de bon ton d'apprendre à apprécier les voyages. Cassant la routine morne et absurde, beaucoup vous diront que les moyens de voyager dans le monde de One Piece sont seulement au nombre de deux : le bateau et le ballon. Cependant, si vous cessez d'être un touriste pour véritablement devenir un voyageur, vous découvrirez en grattant un peu que vous pouvez en trouver de nombreux autres.

« AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !

Ainsi, ne peut-on pas considérer le sous-marin comme un tout nouveau moyen de locomotion ? Et qu'en-est-il des wavers de Skypiea, ces sortes de mini-bateaux à dials ? Les plus patients pourraient même vous parler de la marche en profondeur grâce à un bon scaphandre !

AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !

Le véritable voyageur, casse-cou, saura toujours trouver de nouveaux moyens de déplacements, rendant le chemin vers sa destination certainement plus périlleux et amusant. On dit ainsi qu'un coup de patte de Bartholomew Kuma -et à présent d'Anaha Douri- vous ferait voler dans les airs pendant trois jours et trois nuits et si l'on est assez fou, sauter d'une île céleste, utiliser le Knock-Up Stream ou surfer sur l'Aqua Laguna de Water Seven est un moyen comme un autre de se déplacer.

AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !

Un ancien membre d'un des Cipher Pol aurait même été réputé autrefois pour aller là où il voulait via des lancers d'arbres (et l'on ne peut oublier les fameux Amiral Kizaru et Capitaine Foxy qui pouvaient se déplacer sur un boulet de canon). Qu'en était-il de Robb et des L.I.O.N alors ? Habitués aux plus grandes extravagances, rompus aux méthodes les plus épiques, l'équipage avait la bravoure symbolique de l'animal dont il tenait l'acronyme. Et si on pouvait d'une soufflette géante voler et faire des courses au-delà de Reverse Mountain, la science des catapultes de Brih Demau se renforçait de jour en jour et avait fait son petit bambin d'chemin dans le cœur du Papa.

AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !

Tout fier des prouesses technologiques de son fiston, à l'heure d'une de ses plus grandes peines et du moment du départ pour son propre voyage, le Père n'avait pas hésité un seul instant à faire appel à lui. Laissant la Chance et le Hasard guidait ses pas en bon father-trotter qu'il était, lui qui arpenta les Blues pendant quatre ans avant de rencontrer ses marmots, l'appel de l'air déjà expérimentée avait saisi son cœur par sa simplicité et sa rectitude.

AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !

Cependant si dans ce même univers où les lois maritimes semblent avoir été écrites par un cinglé bipolaire le voyage en bateau est source d'inévitables aventures et dangers, les champs magnétiques innombrables étant le cauchemar de tout navigateur, les divers voies de GrandLine étaient plus ou moins juxtaposés comme des séries de points et de lignes sur un tableau abstrait. De là Robb avait choisi ce qui pour lui était la voie la plus directe et la méthode la plus directe ; et maintenant il tombait, voyageur solitaire hurlant dans le vent.

Et si l'on tombe toujours sur le cul quand on s'émerveille seul, Robb, lui, tomba sur la gueule.



Robb, seul.
Pour sa propre quête.
http://www.onepiece-requiem.net/t4389-presentation-de-robb-lochon http://www.onepiece-requiem.net/t4674-attention-papa-va-te-montr
avatar
Robb Lochon

♦ Localisation : En route vers Drum.
♦ Équipage : L.I.O.N

Feuille de personnage
Dorikis: 2780
Popularité: 205
Intégrité: -71

Lun 21 Sep 2015 - 1:47


Les types de voyages sont multiples. Ainsi, si Robb se déplaçait d'un point Armada à un point Drum -du moins l'espérait-il, le fait de n'avoir pas de carte et d'être parti grâce à une catapulte diminuait ses chances d'arriver à l'endroit voulu- ce n'était pas par désir de voir le monde comme autrefois. Parfois, un voyage est nécessaire lors de nouveaux départs, de temps de résolutions difficiles et de décisions contraignantes. Savoir faire fi du vieux nous-même pour avancer et saisir notre quête à bras-le-corps (ou ici, à bras-la-tête) pour arriver là où l'on ne voulait pas cheminer.

Et littéralement comme métaphoriquement pour le Papa, sortir la tête de l'eau.


« Je suis... seul, hein ?

Il regarda la mer qu'il avait tant adoré. Si terne.

Ma tête est vide. Mon cœur est roche. Pas pierre. Pas base de montagne. Pas base d'acier. Rien. Et le vent ne me fait plus sourire...

Je suis seul à nouveau. Pas de L.I.O.N, pas de compagnons, pas de Lilou, plus rien. »

Baissa son front qui gouttait sur le bois du bateau sur lequel il avait atterri ; et chaque goutte était une nouvelle pensée sombre qui se déversait hors de lui ; et le flot d'eau qui rentrait, frénétiques à-coups par le trou qu'il avait fait, de nouvelles images tristes. Inexorablement, saccadé par l'ampleur de ce qu'il venait de faire, de ce qu'il avait décidé de faire, sa poitrine se soulevait et s'abaissait fortement, en même temps que l'embarcation se noyait par une dépression croissante et paisible.

Le monde était redevenu étranger comme à ses premiers pas hors de Drum en 1621. Et pourtant, Robb se mit à sourire, rempli d'une étrange sérénité, tout comme l'eau qui glougloutait en montant doucement vers lui... de semelles en hauts de bottes... de hauts de bottes en genoux...

Quand on a plus rien, on a plus de soucis, non ? Et quand on est vide, il y a d'nouveau de la place pour remplir le cœur. Une langueur s'imprimait en lui, tandis que des petits cris apeurés commençaient à surgir au milieu du bruit des glouglous. Une langueur qui n'était pas lui. Mais aussi quelque chose d'autre, comme un embryon d'espoir à naître.

« On repart à zéro. C't'une nostalgie dont j'me serais bien passé... Enfin si j'meure pas ici, au beau milieu du rien bleu. »

Son regard blasé balaya l'horizon immuable d'une mer sans cesse changeante. GrandLine dans toute son éternelle dangerosité. Au loin des nuages plus que noirs grondant l'horreur fendante et tueuse de marins, là bas un vent chaud et ici, dans ses bottes et s'engouffrant par un trou prêt de sa rotule, dans son pantalon, l'eau toujours plus vive.

Il fallait écoper et vite, sinon son périple s'achèverait avant même d'avoir débuté. Son peuple se battrait sans lui et le cairn de sa sœur serait foulé aux pieds par les Citadins.

Une pensée qui le rendit plus sombre encore, mais raffermit sa détermination. Plongeant sa tête dans le trou et tenant de ses deux mains ses affaires, le Montagnard expira profondément, puis aspira le plus d'eau possible de toutes ses forces avant de se tourner vers la fin de la barque et de caler son râtelier en position moteur.

Robb allait inventer le hors-bord et le monde n'avait qu'à bien se tenir ! Soufflant de tous ses poumons, la barque s'élança à quelques centimètres de la surface de l'eau, avant de ricocher plusieurs fois et de glisser rapidement sur l'onde, toute la flotte s'écumant autour du cou massif du Papa qui se contractait au rythme de ses inspiration-expirations.  

« Ouuuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ! Pihihihihi ! »

Il fit virevolter entre ses doigts sa pelle qui se défaisait des bandes qui l'enserrait et se frayant un chemin dans son sac avec son autre main tomba enfin sur les plus gros bandages qu'il possédait ainsi qu'une pâte pour guérir les pustules. Lentement, tout en continuant à souffler et inspirer du mieux qu'il pouvait, il prépara tout son corps à la démarche qu'il allait entreprendre. Les voyages regorgent d'épreuves dont le voyageur doit faire fi pour parcourir sa voie. A ce moment-là, tous se souviennent des conseils de leur père ou de l'oncle chelou, eux qui invoquaient avec force l'Esprit du Système D.

La mer s'agitait. Le vent se levait. Les nuages noircissaient.

Chaque profonde respiration qu'il prenait pour alimenter muscles et détermination étaient autant de moyens pour se rappeler. Entre l'eau bouillonnante, tous les regrets s'accumulaient. Les gens qu'il n'avait pas pu sauver. Il inspira ; la petite voix exulta. Ceux qu'il n'avait pas défait. Il expira ; elle eut un sourire jusqu'aux oreilles.

« Pihihihihi ! »

Les promesses non tenues, les oublis, les erreurs qui auraient dû être faciles à éviter. Larmes dans la pluie, cris dans l'orage, halètements dans l'eau. Et l'espoir qui enfle, qui grossit, qui naît à nouveau.

Une silhouette tourna mollement la tête vers eux au sein des abysses.

Et une autre s'approcha au gré du roulis, contemplant son dos nu, s'émerveillant du Tatouage.

« Pihihihihi !
- Bwo ho ho ! »


Tous les deux rirent dans la tempête. Elle d'amusement, lui de joie. Le bonheur d'être seul, il l'avait oublié. L'allégresse de lutter contre soi et de triompher, petit à petit. De s'examiner, nu, entre les rochers qu'on dresse une bonne fois et de se comprendre de nouveau. De son dos à son cœur, une chaleur qui ne faiblissait plus.

Les voyages amènent l'aventure, l'imprévu. Robb banda tous ses muscles ; elle vit le dos et le sigle se contractait et elle fit confiance, se tenant aussi fermement qu'elle le pouvait.

Le monstre marin grandissait, grandissait sous eux.

Le Père tournoya sur lui-même.

Il bascula du bleu des abysses au marron de la barque dans laquelle il avait atterri.
Son regard se figea ensuite sur le bout'chou qu'il n'avait pas vu jusqu'ici, trop empêtré en lui-même qu'il était.
Il réagit instinctivement.
La pelle fusa dans le trou, la pâte splatché avec elle, les bandages aussi.
Et tournoyait Robb à chaque fois, et courrait l'égaré, et tournoyait le pater.
Un sourire plus grand encore à chaque vrille. Une chaleur plus forte l'irradiant.
Le Docteur raffermit les bandages autour de l'embarcation, cracha l'eau qui restait et si surpris de voir la fillette avec lui faire de même, lui décochant un sourire de connivence faillit boire la tasse.


***


Il s'arrêtèrent, plus ou moins sauvés pour l'instant, ne connaissant pas la menace qui venait des fonds marins.

L'égaré releva enfin la tête vers la voix. Vers elle. La regarda pour la première fois véritablement.
Bouche bée, car il comprenait enfin l'incroyable chance qu'il avait de tomber sur une barque.
Une barque habitée en plus.
Bouche bée, parce qu'elle avait vu un faux albinos percer sa barque et crut mourir ; et il l'avait sauvé.
Il commença à transpirer beaucoup tout en se rapprochant d'elle.
Éberlué, fasciné, extatique, plus seul, plein d'eau, tout con ; referma la bouche silencieusement.




Elle était le premier vrai enfant qu'il voyait depuis le Cimetière.
Il était le premier vrai adulte qu'elle voyait depuis son papi.

Presque nez à nez, leurs deux museaux finirent par se toucher de surprise et, toujours groggys de joie de ne plus être seuls au monde, les deux voyageurs sourirent.

Et toute sa détresse fut balayé en un instant. Chassant les images du passé et les ombres d'un futur angoissant.

Comment garder votre tristesse devant un tel soleil ?


« Pihihi, on peut recommencer monsieur s'il te plaît ? »
Si tout le monde voyage différemment, tous s'accordent à dire cependant que "celui qui voyage sans rencontrer l'autre ne voyage pas, il se déplace".

« Gamine, désolé de m'être crashé dans ton bateau. C'était très méchant d'ma part ! Tu m'en veux pas, dis ?
- C'pas grave, c'pas grave, c'tait drôle pihihi !
- Tu t'appelles comment ?
- Je suis Perinne !
- J'suis Robb, ton nouveau papa. Enchantée p'tiote bwo ho ho ! »

Merci l'Destin. Merci le Hasard. Merci. Merci merci merci merci !

Robb, seul ?
Il brilla à la lueur d'un éclair soudain, illuminant le drapeau des L.I.O.N dans son dos.
Se gaussant de sa bêtise et de l'air totalement inconscient de la petite.
Jamais vraiment.
http://www.onepiece-requiem.net/t4389-presentation-de-robb-lochon http://www.onepiece-requiem.net/t4674-attention-papa-va-te-montr
avatar
Robb Lochon

♦ Localisation : En route vers Drum.
♦ Équipage : L.I.O.N

Feuille de personnage
Dorikis: 2780
Popularité: 205
Intégrité: -71

Lun 2 Nov 2015 - 8:49


A lui de faire en sorte qu'ils ne sombrent pas. Qu'il ne sombre pas. Quand toujours à l'ombre des autres il se mettait à réfléchir à sa vie, la Grande Vague essayait toujours de le noyer. C'était une bataille éternelle pour rester sur le rivage avec les autres, ceux qui étaient heureux. Qui ne ressassaient pas autant que lui. Lui qui d'un éclair pouvait rire et d'un autre pleurer...

Mais à chaque fois qu'il sombrait, ancre-tristesse accroché à la patte, il les voyait.

Leurs lumières.

Et Robb remontait pour eux.
***
Les deux solitaires, leurs yeux grand ouverts, s'examinaient en silence.
Passé la joie de l'instant et la candeur de leur rencontre, ils s'étaient emmurés dans une curiosité gênée et le temps, de même, semblait se calmer de plus en plus sans perdre ses couleurs de noyade.

Qui était-elle ?
D'où venait-il ?
Pourquoi était-il si grand ?
Comment faisait-elle pour être si mimi ?
C'est normal les ch'veux blancs d'où il vient ?
Et elle, elle si petite, que faisait-elle toute seule au milieu de GrandLine ? Et où était-il ?

Où était Drum ?

Et pourquoi...
Il la vit se lever, faire volte-face et dos à lui commencer à chantonner sur l'air d'un certain super-héros.

« Mon nom est... Periiinne ! ♫

Pourquoi... Ils étaient en pleine mer et elle rayonnait.

Au-plus-profond-des-a-bysses ♪

Est-elle... Se retournant agilement d'un petit bond, pimpante.

Je-suis-la-pire-des-reines-des-mers ! ♫

SI MIGNOOOOOONNE ?! Serait-ce l'une des membres de ce groupe légendaire que tous les papas redoutent...

Et-je-croque-tous-les-méchants-lu-lu-lala-lu ! ♪

Les Sept Capitaines de la Mignonnerie...

Mes dents sont si acéréééées... seek-ed ! ♫

LES CHOUPIBUKAI !
Spoiler:
 

Que-l'granit-marin-n'a-qu'à-décéder ! AND DESTROOOOOOOY ! ♪

Le rythme cardiaque du papa s'accéléra. Tous ses organes se mirent à imploser devant toute cette Mignonnerie et il se courba bientôt pour cracher un filet de sang. GbUurg, chais pas si j'vais survivre assez longtemps pour m'pointer à la guerre moi.

Et-que-les-amiraux-vont-me-respeeheeeecteeeer ! ♫

La réplique le cloua sur place et un filament de morve fusa hors de son nez tandis qu'il pleurait à chaudes larmes. Réjiste Robb. Réjiste fache à cha bouille schtrrrruuuuuiiirf !

Lululu-lulu-lala ! ♪

Il vit du coin de l'œil sa pelle frémir et les bandages commençaient à se détacher.

Vous-devriez-fuiiiir ! Yeah ! ♫

Une ombre commençait à grandir sous la barque. Et l'eau commençait de nouveau à glouglouter, mais malgré tout ça, Robb restait globalement calme (en accusant le coup du Haki Cutie) et finalement son regard resta fixé sur la petite fille face à lui.

ROOOOO-AAAAAARR-RRRRH-AAAAAAH ! ♪

Elle avait un sourire jusqu'aux oreilles, les joues rouges de l'effort de chanter de tout son p'tit cœur et la joie secrète qui n'appartient qu'aux enfants.

Et Robb se souvint pourquoi il les aimait tant.

Le petit manège de la gamine avait ravivé des souvenirs vers lesquels il se tournait peu. Des souvenirs de lui-même. A toujours écoper ses regrets et trop peu regarder miroiter ses succès, Robb buvait souvent la tasse. Il remontait pourtant à chaque fois. Pour eux disait-il. Chaque cicatrice, loin de l'arrêter, le rendait plus fort encore. Mais par-delà la fin, son cœur et son corps étaient éternellement marqués. Puis le Père reprenait sa route, après avoir sauvé, après avoir soigné, après avoir battu, son sourire en tant que bouclier. Et à présent, elle était là... Chantante et dansante, tout comme lui...

Chantant et dansant, lui qui essayait au plus profond du désespoir et au sommet du bonheur de toujours sourire et de faire sourire les autres. Qu'importe l'ancre fiché dans le sien, de cœur. Qu'importe les abysses qui l'étreignaient après son passage, de ce qu'il avait dû faire pour des étrangers qui n'avaient rien de Citadin pour une minute, une heure, un jour ou des mois. Une famille qui s'agrandissait exponentiellement à ses yeux.
Et toujours de se demander pourquoi il l'avait fait... et...

Et... et il revoyait son sourire, si semblable au sien. Si semblable aux leurs. Si semblable aux siens.

La petite essayait de le rassurer. De ses manières qu'ont les enfants de s'inquiéter des adultes. De la manière qu'un père maladroit tenterait au plus clair de l'horreur de conforter quelqu'un.

Merci Perinne...

« Merci fillette.
- Moi c'pas fillette, c'Perinne d'abord !
- Bwo ho ho, t'es définitivement un des miens...




La petite ouvrit grand les yeux et la bouche prête à crier ; les bandages coulèrent, l'eau se jeta à nouveau dans l'embarcation et Robb se dressa entre elle et la créature, sa pelle brandie. Sans quitter des yeux le Chacalot, il recula et la cala sur ses épaules, la barque coulant de plus en plus. Toujours confiant, Robb n'avait pas fléchi.

Et tant pis si le reste du monde est pas d'accord. Ou trouve ça niais ! C'est panpan cucul pour tout l'monde bwo ho ! »

Ni bien réfléchit.

Il agrippa plus fermement la gamine et ses affaires, gonfla ses joues. Le monstre leva une patte joueuse.

Perinne aussi.

Et la barque chavira.
http://www.onepiece-requiem.net/t4389-presentation-de-robb-lochon http://www.onepiece-requiem.net/t4674-attention-papa-va-te-montr
avatar
Robb Lochon

♦ Localisation : En route vers Drum.
♦ Équipage : L.I.O.N

Feuille de personnage
Dorikis: 2780
Popularité: 205
Intégrité: -71

Mar 17 Nov 2015 - 20:47


Quelques jours plus tard.

Perinne sourit sournoisement dans l'ombre du mât, observant le va-et-vient des marins sur le navire de pêche qui les avait recueillis. Le jeu était d'arriver à espionner tout le monde le plus longtemps possible sans être repéré et d'en apprendre le plus sur tout et n'importe quoi pour ensuite les épater plus tard. Pihihi, j'aurai les félicitations et les friandises ! Les yeux chafouins, la petite entreprit de se tordre pour correspondre à la forme des cordages, puis, de se déplacer accroupie d'ombre en ombre de membre d'équipage le plus silencieusement possible pour se rapprocher de sa cible favorite.

Robb était entrain de tordre ses vêtements pour en sortir l'eau de mer depuis un petit moment, quand le Capitaine du navire, Dios Xoïs de son petit nom, vint l'inviter à sa table pour discuter.

« Bonne pêche ? Demanda un homme trapu, avec un grand sourire mangé par une barbe épaisse.
- J'ai eu quelques poissons. C'tait des... comment a-dit l'p'tiot-en-second... euh... des tilapias ! Perinne manqua de pouffer devant l'expression ravie de Robb quand il présenta avec ses bras leur taille.
- Ahaha ! Merci, on mangera bien ce soir grâce à vous ! Le rire du capitaine Xios était franc et si communicatif que toute sa physionomie s'enflammait avec lui et c'est avec de grands gestes qu'il invita le Montagnard à le suivre dans sa cabine.
- Bwo ho ho, c'plutôt nous qu'on devrait t'remercier, sans l'équipage du Chanceux, on aurait été mal en point. La tristesse des jours d'avant semblait s'être consumé petit à petit et maintenant ne restait que la bonhomie de celui qui va partager un repas en bonne compagnie.
- Les Chacalots font peur vu leur taille, mais ils ne sont pas vraiment méchants. Je suis content que vous ne les ayez pas attaqués. La petite se laissa glisser sur le sol pour se rapprocher de la porte qui fermait et la bloqua d'une petite mimine.
- Bah j'avais entendu dire que y avait une espèce de roi des mers qu'était sacré chez vous et j'me suis dit que c'tait ça. Par l’entrebâillement de la porte, le popotin encore mouillé de Robb s'asseyait sur une chaise à dossier rouge.
- Vous connaissiez l'existence des Chacalots ? Des couverts se levèrent.
- Oui-oui, j'ai toujours aimé les livres sur les animaux. Comme j'ai toujours voulu voyager, j'me disais que 'valait mieux connait' deux-trois trucs. Robb regardait avec méfiance le couscous dans son assiette.
- Et vous voyagez souvent en volant dans les airs ? Avec un sourire, le Capitaine portait de l'eau à ses lèvres.
- Oh, t'sais ce qu'on dit jamais deux sans trois ! J'suis curieux d'avance pour l'prochain vol. Le Montagnard piqua plutôt dans ce qu'il reconnaissait être de la viande sous forme de boule.
- Elle... elle était sérieuse ? Je pensais qu'elle blaguait, moi. Le sourire en coin flancha pour l'étonnement.
- La catapulte géante ça blague pas bwo ho, c'tait sensass' même si l'atterrissage manquait d'finesse. J'en toucherai un mot à Brih. Avalant goulûment sa viande, il décida finalement de tester le reste du plat.
- Brie ? Nous n'avons que du halloumi j'en ai bien peur. Dit-il en montrant une assiette de fromages locaux qui fit aussitôt saliver l'espionne.

Salive qui finit vraisemblablement par créer une petite rivière jusqu'aux pieds des deux adultes, explosant ainsi la couverture de Perinne. Ravalant un euuurg comme tous les papas savent le faire face à la crasse enfantine, Robb se tourna simplement vers la petite et l'invita à s'asseoir sur ses genoux pour manger dans son assiette. Un rapide regard vers le Capitaine Xoïs pour son approbation - au grand dam de Robb qui marmonnait que tous deux marmots, ce n'était que de sa permission dont elle avait besoin - et la petite fille montait sur les genoux du L.I.O.N.

- Bien installée ? Lui demanda-t-il le visage baissé vers elle.
- Pihihihi, tu es le meilleur fauteuil que j'ai jamais eu ! Elle leva son petit museau pour lui répondre.
- Bwo ho ho, c'est un honneur mademoiselle. J'ai voyagé sur les sept mers uniquement pour être d'un cuir capable d'accueillir votre popotin. Le rire qui secoua le corps de Robb fit tressauter la petite qui engouffra avec gaieté une cuillère de couscous.
- Vous avez de la chance qu'elle soit là, vous savez.
- Hmm ? Pourquoi ? Il avait repris sa cuillère pour enfourner à son tour une bouchée couscoussienne.
- Elle vous a sauvé la vie.
- Hein ? C'était plutôt l'inverse. La papatte, la barque explosée, le Robb qui l'a prend sur sa tête et tout, là, hoy.
- Si-si je vous assure. On avait prévu de chercher Perinne comme d'habitude et-
- Comme d'habitude ?
- Oui, je connais sa grand-mère et donc on vous a trouvé. Vous ne pensiez pas que quelqu'un aurait laissé une gamine se balader toute seule sur GrandLine si elle n'était pas loin de l'île, non ? Si elle n'avait pas beuglé du mieux qu'elle pouvait et user de toutes ses forces pour vous maintenir le nez hors de l'eau vous vous seriez définitivement noyé.
- Oh merci petite, il semble que j'te dois la vie.
- Enfaite techniquement, vous étiez bel et bien mort. Vous vous êtes pris un de ces morceaux de barque dans la tronche.
- Pihihi, je t'-

Robb se leva brusquement, faisant tomber la petite qui arriva à limiter la casse en se tenant à la table.

- Je suis... je suis mort. Je. C'était ça ?

Des bribes. Il. Non ?

- Je suis mort. Il retomba doucement sur sa chaise, les yeux flous de larmes qui ne voulaient pas sortir. J'étais mort.

Son regard croisa le regard inquiet du Capitaine et celui bouleversé de la petite.

- Chez... Chez moi, c'est très important la Mort. J'ai fauté auprès de la Déesse. Oooo rolera, oooooh merde. Une semi-mort de paille, ça peut être de bon comme de mauvais augure.

Il se rapprocha de la table et pria Perinne de revenir sur ses genoux. Elle n'obtempéra qu'au bout de quelques minutes de réflexion, les yeux mi-clos et la moue soupçonneuse de celle qui s'attend à être trahie une seconde fois.  

- ça va ?
- Ouais bichon t'inquiètes. C'est juste... compliqué. M'enfin, vu comment j'vais en chier de retour chez moi, c'est p'têt' un signe. Bwo ho ho, j'ai qu'à faire avec. Par cont', 'faut m'expliquer un truc. Qu'est-ce que tu fichais en barque Perinne ? Okay t'étais proche d'Alabasta, mais tout d'même.
- Pihihi, c'normal, quand je serais grande je veux être une exploratrice ! Donc faut bien que j'm'entraine. Monsieur Xoïs i'm'aide en m'amenant un peu loin pour que je puisse m'exercer et en me donnant un de ses canots. Sauf que j'avais pas vu que je m'étais éloignée.

Et de finir sa tirade par six nouvelles bouchées éhontés dans son assiette.

- C'est une chance que vous vous soyez trouvés en fin de compte. Sans vous, je ne sais pas si elle aurait pu survivre avec les vagues.
- Oui, enfin j'ai quand même bousillé votre canot.
- ... mais vous avez quand même bousillé mon canot. Disons que si vous pouviez me pêcher plus de tilapias pour pouvoir en racheter un, je ne dirais pas non.
- No problemo mon p'tit marmot !
- CAPITAINE !
- OUI, EKS ?
- TERRE EN VUE CAPITAINE !
- Bwo ho ho, comme Ging.
- Ah, je crois qu'il vaudrait mieux qu'on finisse.
- J'ai déjà rempli cette mission, chef. répondit avec l'air satisfaite la gamine qui venait de finir en loucedé les deux assiettes.
- HEY ! MON COUSCOUS ! »

Eks Buto et Mashina Métélis, le vigie et la seconde accueillirent l'air dépité du Capitaine avec un grand sourire. Le vol de nourriture dans l'assiette était une des pitreries favorites de Perinne. En vue, l'escale de Robb vers chez lui se dressait avec son sable, ses créatures diverses et marrantes et... sa chaleur insupportable.

Alabasta dans toute sa splendifique horreur, maintenant qu'il y pensait deux secondes.




Le Montagnard inspira puis sourit, prenant avec gratitude les vêtements locaux que lui tendait la belle jeune femme au teint mâte s'étant présentant comme la seconde il y a peu.

Il n'avait pas à s'en faire après tout, il trouverait bien quelque chose pour le rafraîchir là bas... et puis...

Ce n'était pas comme s'il était connu par la Marine avec ces pauvres 14 millions, non ?

Le Commodore Jean-Poil Belmondo raffermit sa prise sur son manteau à cause du vent du désert. Si son pouvoir ne mentait pas, ils se retrouveraient enfin de nouveau face à face.

Où qu'il y est des Chasseurs de Primes précisément à Alabasta le genre où il y était ? Et si désespérés de surcroît qu'ils seraient prêt à le poursuivre ?

Le chef de l'équipe des Rings Of Fire posa la journal devant lui. Whiskey Peak dévasté. La B.N.A déchue et eux, l'une des dernières équipes de Chasseurs de Primes sur GrandLine. Il regarda les trois autres membres de leur groupe -une femme appelée Velours, un Homme-Poisson prénommé Naga Azuralgue et Archibald, un colosse souriant en toutes circonstances. Y compris celle-ci. Tant qu'il les avait avec lui, Tanuki Bob savait qu'ils pourraient triompher.

Et s'il fallait pour reconstruire la B.N.A s'attaquer à du menu fretin qui se promenait tout seul sur GrandLine, tant pis pour lui.

Non, ce ne serait qu'une plaisante et courte escale.

Robb, seul ?
Oh, si seulement...
http://www.onepiece-requiem.net/t4389-presentation-de-robb-lochon http://www.onepiece-requiem.net/t4674-attention-papa-va-te-montr
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1