AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Crusaders.

avatar
Fantine
PNJ

♦ Équipage : Fantine et les garçons

Feuille de personnage
Dorikis: 5015
Popularité: -351
Intégrité: -293

Lun 21 Sep 2015 - 15:12

Le Jolly River était en mer depuis plusieurs jours maintenant et n'entendait pas retourner vers les cotes avant quelques temps. Sur celui-ci se trouvait ce qui pouvait à un équipage de pirates ou ce qui y ressemblait, et à défaut de mieux, un équipage qui se qualifiait surtout de mercenaires. Des personnes pour la plupart travaillées par les coups et le temps, l'âge moyen était d'une trentaine d'année, et Fantine pouvait bien se vanter d'être ici la plus jeune du lot.

Ils étaient une vingtaine, à tout casser. Une vingtaine d'hommes et de femmes qui s'étaient trouvés, irrémédiablement attirer les uns vers les autres pour ce qu'ils se faisaient de pire. Le capitaine, Gus, était un gars qui pesait plus de cent kilos de muscles, une balafre immense lui mangeant l'oeil droit, et les chicots limés en pointe. Un type qui n'inspirait pas confiance, mais qui réussissait à faire s'accorder des personnalités très différentes, toutes égocentrées et parfaitement égoïstes. L'anarchie qui aurait du résulter de ces alliances avait été dompté par cet homme à la main de fer dans un gant d'acier... Et Fantine ne pouvait s'empêcher de le trouver fascinant, à sa manière. Il avait le profil de ces tyrans, de ces conquérants, capables de mettre des royaumes à ses pieds. Et évidemment, ce qui la fascinait le plus dans ces histoires, c'était la chute, toujours plus impressionnante lorsque l'on montait trop haut.
Gus avait toujours une femme, pendue à son bras. Sa Femme, Lima. Le teint hâlé, la mine sévère, les sourcils tellement froncés que Fantine avait parfois l'impression qu'ils pourraient sauter à tout moment comme des ressorts sous pression.

Et le couple était entouré de tous ces gens, tous plus atypiques et notables qu'elle au milieu de ce monde. C'était à croire que le chaos avait sa propre polarité. Et en se balançant sur la proue du navire, Fantine n'était pas loin d'imaginer que faire partie de ce genre d'équipe pouvait avoir ses avantages.
Sauf qu'elle était loin d'être ce genre de personnages à pouvoir évoluer très longtemps au milieu d'un groupe. Pas sans perdre une partie de ce qu'elle était au passage, et surtout de ce qu'elle voulait. Elle était son propre groupe, pour assurer sa propre survie, et surtout sa réussite. C'était tout ce qui comptait vraiment.

Ces gens lui avaient mis la main dessus, quelques mois plus tôt, en l’appâtant avec les gains qu'il y avait à se faire. Lorsqu'il s'agissait d'argent, la jeune fille était loin de savoir comment dire non, et elle devait bien admettre qu'ici, elle touchait une part plus que généreuse pour le travail qu'elle effectuait.

Les vols avaient commencé un mois avant qu'elle ne se fasse embauché à la sauvette, sur une île malfamée. Leur tout premier coup avait eu un certain retentissement, puisque ces mercenaires avaient coulé un navire marchant pour en retirer toutes les marchandises et l’argent qu'il y avait, avant de revendre ce qu'ils ne voulaient pas garder. Le butin s'élevait presque à cinq millions, et tout y était passé. Surtout les vies humaines qui avaient été prises pour cible.

« La cible est à l'heure, capitaiiine ! »

Lima désigna un bâtiment immense à l'horizon, toutes voiles tendues, gagnant en vitesse. La métisse esquissa un grand sourire en se tournant vers son époux, quand celui-ci s'adressa finalement à sa mauvaise troupe de mercenaires :

« Fort bien ! Vous savez ce que ça veut dire les gars ?! »

Il y eut un rire général et gras sur le pont, tandis qu'on ordonnait de tendre les voiles pour prendre le vent, et la direction de la cible en question. Le navire se mit en mouvement rapidement, avalant la distance jusqu'à l'autre, et les canons furent de sortis pour l'occasion.

« Qu'on va encore s'en mettre plein les poches ! Harharhar ! »

Une première salve fut tirée pour surprendre l'adversaire, en même temps qu'un hurlement grave venant de tous les hommes à bord. La jeune fille éclata de rire, en se mettant en équilibre sur la rambarde. Il y eut une riposte, bien maigre comparée à la première offensive, mais qui signifiait que leur proie n'allait pas se laisser couler sans se défendre. Tant mieux !

« Fantine ! Tu sais quoi faire !
Ay ay ! »

Elle était la première. Sur les trois derniers pillages, elle était celle qui bondissait dans la masse pour y mettre déjà le désordre. Agile, fluide, rapide, elle ne se faisait jamais attraper, et semer la confusion dans les rangs, laissant le temps aux autres d'aborder à leur tour. Mais cette fois, elle était prête à ne pas y aller seule. Ses yeux rosés et malicieux se posèrent sur la petite dernière embauchée dans l'équipe. Une jeune femme, peut-être un peu plus âgée qu'elle, qui avait encore tout à prouver. Et Fantine avait très envie de voir si elle valait le coup de survivre à cette première rencontre, ou si se débarrasser d'elle pour ne pas avoir à partager une part supplémentaire était envisageable :

« Tu veux venir avec moooi ? On va bien s'amuser ! »

La jeune fille se saisit d'une corde, prête à la tendre à sa voisine, en attendant le top départ de Gus.
http://www.onepiece-requiem.net/t14014-knock-knock-who-s-there-me-i-kill-youhttp://www.onepiece-requiem.net/t14689-fantine-ft
avatar
Alcéa
••• Agent Amaryllis •••


Feuille de personnage
Dorikis: 1805
Popularité: 10
Intégrité: 28

Lun 21 Sep 2015 - 20:40




Oh oui ! Ça a l’air trop cool !

Pathétique. Comme si piller d’honnête marchant pouvait être amusant. Non, clairement, ça n’a rien de drôle.

Par contre, s’infiltrer dans ce navire de mercenaire sur ordre du Gouvernement Mondial pour tous les anéantir, ça c’est drôle. Je n’ai qu’à regarder leur tête, à tous qui me voient, tous qui me jugent et qui le font mal, pour m’amuser. Et oui, s’ils savaient vraiment ce qui les attend…

Comme cette fille, là, qui me tends la corde que j’accepte avant qu’elle ne se lance joyeusement sur le navire d’à côté. Elle rigole maintenant, elle le fera moins quand son tour viendra. Car malgré mon rôle et mon rang, je dois me rendre à l’évidence… Je ne peux décemment pas tous les tuer d’un coup.
C’est pourquoi je suis ici, sur ce navire, tenant cette corde et d’un bond, me balançant à son bout pour atterrir souplement au milieu des quelques marchands armés du navire, les autres étant sans doute planqués dans une cabine, espérant que leurs copains qu’ils ont du engager spécialement pour leur compétence de combat leur sauvent la mise.

Comme si des mercenaires pouvaient avoir la moindre chance contre un agent d’élite du gouvernement… Bien que ce ne soit pas mon rôle, je suis bien obligée d’user des pieds et des mains pour les malmener afin de convaincre cet équipage que je dois démanteler que ça vaut vraiment le coup de me garder. J’ai déjà eu suffisamment de mal à les convaincre de me prendre… Mais le fait qu’il avait déjà cette folle aux cheveux bleus dans leur équipage m’a vraiment facilité la tâche. Après tout, malgré le fait que je vais devoir la tuer, je dois dire qu’elle est plutôt efficace dans ce qu’elle fait.

Tellement que c’en est presque provoquant. Faisant naître dans ma tête une simple idée que je n’apprécie guère… L’idée que le reste de cet équipage insignifiant la trouve meilleure que moi… Après tout, mis à part la femme du capitaine, nous sommes les deux seules femmes à bords et de ce fait, ils m’ont mise en formation sous « ses ordres ».
Comme si j’avais besoin d’une formation.

Et tandis que Fantine court partout sur le pont en semant la zizanie, moi, je décide de faire une action de plus grosse envergure. Mettant deux coups dans le crane du type qui me fait face afin de l’enlever de mon chemin, je me faufile souplement jusqu’au grand mât et grimpe rapidement le long du cordage. Hissée déjà à plus d’un mètre cinquante du sol, soit près d’une Fantine… Cette fille est vraiment miniature…, une main attrape ma cheville et me tire en arrière, manquant presque de me déséquilibrer. Mais seulement presque. Et d’un revers de la longueur de mon talon aiguille, je lui écrase le nez et laisse une grosse marque rouge au centre de son visage, lui faisant lâcher prise sous le choc et me permettant ainsi de reprendre mon ascension de plus belle.

En quelques secondes à peine, je me retrouve au niveau de la grande voile et commence à en découper les cordes pour la désolidariser du grand mât. Et alors que je tranche le dernier lien avec une des dagues que j’ai acheté exprès pour cette mission, l’un des marchands combattant me rejoint sur mon perchoir et me menace de son épée.

Bande de gros débiles ! Barrez vous de ce navire avant qu’ils ne vous trucident tous !
- Cela n’arrivera pas.

Et ce fou me lance un coup d’estoc que j’esquive en me baissant avant de me glisser d’un simple mouvement de la jambe à moins de dix centimètres de lui et de me relever brutalement, la paume vers le ciel tapant son menton et l’envoyant voler jusque sur le pont du navire. Dommage pour lui, je l’ai prévenu pourtant. Sa chute attire l’attention sur moi et en attire d’autre le long du mât.
Heureusement, les types de « mon » équipage ne sont pas totalement abruti et pensent à tirer dans le mât à ce moment même, en envoyant valser plus de trois et me forçant à m’agripper sur une corde pour descendre rapidement vers le pont en décrivant une large courbe dans le ciel. Et durant mon simili vol, je lâche une partie de la voile, la faisant recouvrir ce champ de chaos.

Le mât tombe sur le pont. Moi j’atterrie souplement, l’extrémité de la grande voile toujours dans ma main. Et de nouveau les pieds posés sur une surface dure, je cours jusqu’à l’autre extrémité, la récupérant avant de courir à l’opposer de la voile, la faisant ainsi se tendre sur elle-même, coincée à la base du reste du grand mât, et piégeant tel un filet tous les marchands sur son passage. Puis je fais un nœud et le resserre rapidement afin de fermer ce sac improvisé.

L’effectif de leur combattant ainsi drastiquement réduit, les marchands réalisent enfin que c’est peine perdu et commence pour la plupart à évacuer le navire, que ce soit en tentant de grimper dans les chaloupes ou bien en sautant directement par-dessus bord tandis que l’effectif de « notre » équipage prend rapidement le dessus sur le leur.

Avec tout ça, j’espère que j’ai été assez convaincante sur mon efficacité à leur bord… Et avec la fête qu’on risque de faire grâce à cette victoire, il est tout à fait possible qu’un type bourré se tue bêtement en loupant une marche…
Car il ne faut jamais sous estimer les marches. Surtout lorsqu’un agent du Cipher Pol est dans le coin.
http://www.onepiece-requiem.net/t11379-http://www.onepiece-requiem.net/t11490-les-secrets-de-l-agent-am
avatar
Fantine
PNJ

♦ Équipage : Fantine et les garçons

Feuille de personnage
Dorikis: 5015
Popularité: -351
Intégrité: -293

Lun 21 Sep 2015 - 23:21

L'offensive avait été rapidement expédié, c'était sans doute pour le mieux. Le navire de mercenaires s'était emparé de sa cible sans aucun soucis, ne laissant derrière qu'une épave vidée, qui coula à pique. Il n'y eut pas de survivants, mais quelques évadés qui réussirent, selon les bruits qui courraient encore, à regagner la terre et à colporter la rumeur de l'attaque. Et Gus de son côté, ne semblait pas vraiment dérangé par ça. Sa femme encore moins, qui goûtait à la célébrité, qui devenait une sorte de star mais pas celle pour les petites filles.

Fantine, de son côté, s'en moquait bien. Tout ce qui importait à ses yeux, c'était le gain. Et pour l'occasion, le pactole avait été conséquent. En rabattant la cargaison sur leur navire, tous avaient eu le temps de voir qu'ils s'en étaient mis plein les fouilles, et le soir, quand ils célébrèrent avec du rhum volé et le repas venant d'un frigo qui n'était pas le leur, l'ambiance était clairement au beau fixe. La jeune fille chantait avec ses compagnons de chant de pirates qu'elle connaissait sur le bout de doigts, pour avoir grandi dans cet univers.
Et elle ne manquait pas de l'apprendre à Camélia. Oui, Camélia, qu'elle aimait presque bien. Elles avaient eu le temps de discuter toutes les deux, avant que le repas ne commence, et la jeune femme lui avait expliqué que son nom venait d'une fleur, et Fantine avait fait semblant d'écouter avant de partir vers d'autres sujets bien plus intéressants.

La nuit tomba, la soirée s'éternisa, le rhum continua à couler jusqu'à tard le soir, plus tard encore, jusqu'à ce que certains ne regagnent leurs couches, et finissent par se disperser. Vers les trois heures du matin, Fantine gagne la vigie, où elle s'emmitoufla dans une couverture en regardant l'horizon. Elle s'endormit d'un œil seulement, jusqu'à ce que, quatre heures plus tard, une main mal avisée ne sonne la cloche du pont, en courant dans tous les sens.

« Boss, putain, boss ! avait hurlé Jimmy ce matin-là en réveillant tout le monde avec une sacrée gueule de bois : On a un problème ! »

Il y avait eu des insultes, ce matin-là. Des insultes, puis une ambiance pesante quand tous les membres de l'équipage retrouvèrent le pont pour essayer de comprendre ce qu'il se tramait. Tout le monde ? Non. Jimmy, Lima et Gus s'étaient éclipsés pour gagner l'intérieur des cabines, et à faire le tour, Fantine compta qu'il ne manquait pas une personne, comme elle s'y attendait, mais deux autres.

« … Deux morts, marmonna Gus en grognant lorsqu'il revint quelques minutes plus tard devant ses hommes. »

Deux ?

Comment ça « deux » ? Elle n'en avait eu qu'un seul pourtant !
La surprise qu'afficha Fantine devant ses compagnons d'armes étaient loin d'être feinte. Pour la première fois depuis très longtemps, quelqu'un pouvant se vanter d'avoir réussi à la surprendre, s'il s'agissait bien de l'oeuvre d'une personne. Car avec l'alcool qu'ils avaient tous englouti, une mort débile à s'étouffer dans son propre vomi pouvait tout à fait advenir. Mais Gus avait les mains couvertes de sang, et Fantine était à peu près sûre de ne pas s'être débarrasser de John l'édenté d'une manière sanglante.

Non... Bien au contraire. Elle avait attendu qu'il pique du nez sur sa table pour l'étrangler avec une chaîne en or ramassée lors d'un ancien casse. Et elle avait laissé l'arme du crime pour qu'on ne puisse pas penser que c'était elle. Même si, en soi, cette chaîne, elle l'aurait bien mise autour de son cou pour s'en parer.

Le second mort, c'était Adam. Un gringalet d'une vingtaine d'années qui ne courrait qu'après l'argent. Adam avait ce regard très désagréable qu'il portait sur les femmes en temps normal. Lima avait eu l'occasion de le remettre plus d'une fois à sa place, et jamais il n'avait osé s'en prendre à Fantine, sans doute parce qu'il y avait quelque chose dans ses yeux roses qu'il n'arrivait pas à recadrer. Mais Camélia, elle, n'était pas à l'abri de ses avances. La jeune fille, repassant ses tresses bleus dans son dos, adressa un sourire à sa voisine, et quand un brouhaha indicible reprit sur le pont, elle lui souffla avec une malice dans la pupille qu'on aurait su dire bonne ou mauvaise :

« Lui, au moins, ça t'arrange qu'il soit mort ! »

Elle n'accusait pas. Fantine était très loin d'être du genre à chercher qui avait pu faire ça. Elle s'en moquait. C'était même une aubaine : deux parts en moins à devoir partager. Plus pour elle. Viendrait un moment où elle rencontrerait forcément l'autre, et où elle s'en débarrasserait pour avoir la totalité. Alors... Elle n'était absolument pas pressée. Le dicton disait « tout vient à point qui sait attendre ».

A ce genre de jeu, elle préférait tirer parti un maximum avant de suriner subtilement qui de droit.
http://www.onepiece-requiem.net/t14014-knock-knock-who-s-there-me-i-kill-youhttp://www.onepiece-requiem.net/t14689-fantine-ft
avatar
Alcéa
••• Agent Amaryllis •••


Feuille de personnage
Dorikis: 1805
Popularité: 10
Intégrité: 28

Ven 9 Oct 2015 - 20:34


Alors ça, c’est fort. Qu’un idiot ait réussi à se tuer tout seul sans même attendre mon aide, c’est vraiment très fort. Un simple coup du destin ? Possible. Et que ce soit cela ou pas, cela ne m’importe peu. Car plus vite tous mourront et plus vite je pourrais considérer cette mission comme accomplie.

Et tandis que l’ambiance de l’équipage s’alourdit, que des suspicions commencent à naitre, Fantine se glisse vers moi et me parle. Restant stoïque, je ne relève qu’à peine sa réplique bien que cela ne soit pas faux. Je savais bien que j’aurai du attendre avant de le tuer lui, mais l’occasion était trop bonne. Le pauvre titubait complètement dans les escaliers qui mènent aux cuisines quand je l’ai croisé alors que j’étais à la recherche d’une première victime. Et alors qu’il a trébuché tout seul dans les escaliers en me voyant et tentant d’accélérer le pas pour me rejoindre, il est tombé et je n’ai eu qu’à lui fracasser la tête d’un coup sec contre la marche où il venant de se cogner.

Tu ne devrais pas te moquer ainsi de la perte d’un compagnon d’arme, Fantine. Avec lui, c’est une partie de l’âme de cet équipage qui s’en va. Et il en va de même pour Buck.

Je change la couleur de mes iris en un gris pâle, triste, révélant ainsi à qui veut bien le voir cette capacité que j’ai et insistant sur la soit-disante tristesse qui m’envahit.

Mais le réel souci que pose cette double mort, c’est que la théorie de l’accident risque d’être rapidement exclue. Et qu’une enquête risque d’être menée. Et étant la dernière personne recrutée, il est logique que la majorité des soupçons se tournent vers moi. Il est donc très important que je les devance…

Ceux qui ont fait ça doivent payer…
Quoi ? Qu’est ce que tu dis ?!
Ce sont des meurtres. C’est évident.

Personne ne dit rien durant quelques secondes, le temps que l’idée s’imprègne bien dans tous les esprits. Oui, nous avons un tueur à bord, et c’est moi. Mais ça, je me garderai bien de leur dire.

Très bien. Dans ce cas, je laisse au coupable le loisir de ce dénoncer ici et maintenant ! S’il le fait, je me contenterai de le passer par la planche ! S’il persiste à se taire, je jure de le trouver et lorsque ce sera fait, je le ferai une joie de lui couper toutes ses articulations, une à une en commençant par celle du bout des doigts et ce jusqu’à ce qu’il soit SAIGNER COMME UN GROS P./
Là, là, du calme mon chéri, du calme.

Son sabre levé vers le ciel, Gus nous dévisage tous un a un, son visage ayant viré à l’écarlate et sa respiration imitant à merveille celle d’un buffle essoufflé. Lima lui tapote gentiment le dos tout en lui serrant le bras. Son geste à l’air de l’atteindre et petit à petit, le capitaine retrouve ses couleurs d’origines.

Et durant deux longues minutes, un silence de mort règne sur le vaisseau, jusqu’à ce que Fantine, sans doute lassée de tout ce calme, annonce un navire visible au large. Bien qu’hésitant durant encore quelques longues secondes, le capitaine donne tout de même l’ordre de l’attaquer tout en réitérant une nouvelle menace.

Et bien que tous les membres d’équipages se mettent en mouvement, une sombre atmosphère continue de régner à bord… Une atmosphère de mort…
Après tout, les abordages, c’est dangereux aussi…
http://www.onepiece-requiem.net/t11379-http://www.onepiece-requiem.net/t11490-les-secrets-de-l-agent-am
avatar
Fantine
PNJ

♦ Équipage : Fantine et les garçons

Feuille de personnage
Dorikis: 5015
Popularité: -351
Intégrité: -293

Ven 23 Oct 2015 - 11:49

Il ne fallait pas en rire, c'était grave ? La mort d'un des membres mettait à mal l'identité de l'équipage ? Son âme même ? Fantine retint avec toutes les peines du monde un fou rire qui lui secouait néanmoins les épaules. Cette nana n'avait pas seulement un nom de fleur, elle avait aussi une mentalité de grosse nunuche qui écrit des poèmes avec son sang les soirs de pleine lune. Bordel, mais qu'est-ce qu'elle faisait là ?

Fantine n'eut pas le temps de se marrer plus longtemps, puisque d'une part, la jeune femme avait changé la couleur de ses yeux et ça avait coupé la chique à la pirate, et d'autre part, Gus avait décidé de réclamer vengeance. Le sang devait couler pour venger la mort de ses hommes, même si ça n'avait aucun sens de faire ça. De faire, elle avait fait comme d'habitude, s'était préparée à arriver la première sur l'embarcation des marchands.

Et les choses s'étaient passées exactement comme d'habitude.
Ou presque.

*

L'offensive avait été rapidement expédié. A peine lancé que l'affaire était déjà plié. Gus avait une théorie à ce propos, qui disait que l'issu d'un affrontement se lisait dans les premières secondes d'échange. L'ascendant de base se posait donc dès l'instant où les regards se croisaient. C'était pour ça que Gus envoyait toujours Fantine en premier : pour bénéficier de l'effet de surprise et du chaos qu'elle arrivait à mettre par sa simple présence.

Ça avait encore donné l'avantage aux mercenaires, qui n'avaient fait qu'une bouchée des petits commerçants.

Sauf pour l'un d'entre eux, par contre.

« On l'a pas retrouvé, chef... »

Fantine ravala son sourire, croisant les bras sur sa poitrine. Le cul posé sur la rambarde, elle contemplait le petit attroupement et les maigres vivres qu'ils avaient réussi à piller. L'effort fournit ne leur avait valu pas grand chose, et la frustration se lisait sur le visage de la majorité des hommes présents sur le pont. Mais surtout, surtout, P'tit Paul n'était pas revenu. Son nom était à l'image de l'homme : un petit homme trapus qui s'appelait Paul. Mais il avait disparu lors de l'affrontement.

« T'inquiète pas mon poussin, c'est des choses qui arrivent en mer. On prend des risques, et on est pas toujours récompensé par ça, fit Lima en tentant de calmer son époux »

C'était ça le plus étrange. Paul n'avait jamais été un homme à se faire surprendre, et surtout, il savait nager. Lorsqu'on ne l'avait pas vu revenir, l'idée qu'un des marchands ait pu l'avoir avait traversé la tête de tous les membres en présence.

« Trois morts, en moins de douze heures, rumina Gus entre ses dents, une veine battant à sa tempe. »

En réalité, il n'en était rien. Fantine avait juste profité de la confusion avant de le lester d'un boulet et de l'envoyer à la flotte rapidement. Furtive, rapide, efficace. En quelques secondes, sa vie avait été placé entre les mains de Davy Jones par les bons soins de cette infernale gamine. Et les dés jetés aussi rapidement : la mort. Chouette. Un de moins, plus pour elle.

« Gardons notre calme, c'est sans doute un hasard. Une mauvaise surprise, mais un hasard quand même. »

Essayait-elle de s'en convaincre ? Fantine joua avec le bout de l'une de ses tresses en gardant son petit sourire en coin. Ses yeux brillaient d'une malice mauvaise, alors que Gus se relevait en soupirant d'agacement. A voir sa tête, il avait d'en pendre quelques uns pour tenter d'arrêter cette folie qui se déchaînait sur eux. Mais lesquels ? Enfin... Lequel ? Ça devait être extrêmement désagréable d'avoir une cible dans le dos, et pas assez d'yeux pour voir dans tous les sens.

« Très bien. On met les voiles, on trouve une crique pour passer la nuit ! 
Oui chef ! »
http://www.onepiece-requiem.net/t14014-knock-knock-who-s-there-me-i-kill-youhttp://www.onepiece-requiem.net/t14689-fantine-ft
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1