AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


The end of one chapter is just the beginning for another. [1626]

avatar
Rei Yanagiba

♦ Localisation : Armada.

Feuille de personnage
Dorikis: 4700
Popularité: -525
Intégrité: -424

Sam 3 Oct 2015 - 17:21

Il s’est passé beaucoup de choses, aussi entre Water Seven et cette destination. Le Léviathan aura vu beaucoup de gens, certains sont restés, d'autre partie et certains nous ont quittés fauchés par les batailles. J'ai vu ce monstre de technologie, de bois et d'acier passer Reverse mountain et maintenant, il approche doucement de la limite séparant Grand-line et le Nouveau Monde. Cela fait littéralement des années que je fais partie de cet équipage, en fait c'est mon tout premier et son état actuel ne m'invite pas à être optimiste quant à sa survie. Le nombre de ses officiers s’est réduit comme peau de chagrin et les différentes batailles ont peu à peu érodé son esprit.

Néanmoins, je tiens bon. Par respect de toutes les valeurs que véhiculent la marine et notre équipage, mais aussi en gardant en mémoire tous ces êtres exceptionnels qui sont passés dans cet équipage et pour qui je nourris encore une grande estime, peu importe leurs choix. Même Ketsuno a perdu l'envie de me crier dessus ou de se faire mal toute seul en me frappant. C'est à la fois un épisode triste et nécessaire, celui qui marque la fin.

Je regarde l'horizon, debout sur la passerelle de ce prestigieux bâtiment de la marine. À la fois fatiguée et fière de tout ce que l'on a accompli. Ce fut tout de même une grande aventure qui m'aura forgé, tout comme les marins qui on foulée son pont ou ses entrailles. Avant de retourner à mes piles de documents à lire, remplir et signer la paperasserie semble presque proportionnel à la taille du vaisseau et celui-ci est particulièrement imposant. Mais je mets du cœur à l'ouvrage tout de même, pas pour noyer mes sentiments dans une mer de papier, mais simplement, car, je m'en voudrais de rater cet évènement.

Comme un coup de pouce, ou un signe de sa part, j'ai même le droit à une tasse de thé bien chaude de celle qui fut la secrétaire de plusieurs capitaines tellement différents et uniques. J'avoue que je me suis demandé un instant s'il n'y avait pas un piège, avant de simplement l'accepter et continuer. C'est d'autant plus étrange quand on sait qu'elle a un grade plus grand que le mien. Une fois tout ceci mis en ordre. Je me relève et en l'interrogeant tout autant du regard.

"Quels sont vos ordres Lieutenant-Colonel ?"

De toute évidence, elle n'est pas d'humeur à jouer la chef, je le comprends bien vite et n'insiste pas. Je m'occupe alors de la plus grande partie des tâches nécessaire à l'amarrage de ce mastodonte à sa place. Je comprends tout à fait ce qu'elle récent, quoi que peut-être pas forcement, je n'ai pas perdu de personne aussi proche de moi. Enfin soit, c'est une autre histoire. Une fois tout le nécessaire mis en place je me tourne de nouveau vers elle.

"Avec votre autorisation..."

Pas plus de réactions, je me contente de la saluer et de me rendre sur le pont. Une bonne partie du personnel est rassemblée. C'est un cap a passé, pas forcement ce que je préfère faire, mais je ne peux me résoudre à ce que tout cela se règle dans ce silence morne. Ils ont besoin d'une voix pour les aiguiller, pour marquer la fin. Je les observe un instant et reçois peu à peu de plus en plus de regards. Je place mes mains sur le garde-fou, au-dessus d'eux sans pour autant les regarder de haut. Essayant de contenir l'émotion qui pourtant m'envahit.

"Messieux, mesdames, membres de la marine et des Rhinos Storm. Nous arrivons au port principal de Marie-Joie. Certains d'entre vous sont la depuis des années, d'autre ne sont arrivés que récemment, mais peu importe. Nous sommes une famille, un équipage, soudé les uns avec les autres par l'expérience, une bannière et nos rêves de paix et de justice. Voyez ce que nous avons accompli. Le Léviathan a beaucoup donné et a beaucoup pris aussi, comme un juste retour des choses. Néanmoins, la fin d'un chapitre est juste le début d'un autre.

J'aimerais dire que vous n'allez pas me manquer, mais je n'ai pas l'habitude de mentir. Ce fut un très grand honneur de servir à vos côtés, de vivre l'aventure Rhino Storm dans ce foyer qui m'a accueilli à bras ouvert. Vous êtes et serez toujours dans ma mémoire et mon esprit, comme ceux qui nous ont quittés trop tôt.

Faisons résonner l'air, vibrer la mer aussi loin que nos cœurs le peuvent. Que les pirates prennent peur et que les citoyens reprennent courage, car nous sommes là pour veiller sur eux. Avec moi mes frères et sœurs ! RHINOS STORM !"


Quelques instants plus tard, la vie reprend son cours, les manœuvres s'engagent pour freiner et faire entrer ce monstre à bon port. J'imagine que ce n'est pas la peine d'espérer y voir Lilou au vu des évènements relatés dans les journaux. Je caresse un peu le bois ciré de ce qui fut ces dernières années ma maison avant de faire ce qui sera certainement mes derniers pas sur ce pont après m'être assurée que mon uniforme d'apparat est parfaitement ajusté.
http://www.onepiece-requiem.net/t2480-presentation-de-rei-l-armurierehttp://www.onepiece-requiem.net/t2578-fiche-de-rei-yanagiba
avatar
Rei Yanagiba

♦ Localisation : Armada.

Feuille de personnage
Dorikis: 4700
Popularité: -525
Intégrité: -424

Jeu 8 Oct 2015 - 22:12

Finalement je m'avance, puis petit à petit je me rends compte d'une chose étrange alors qu'au loin je vois les préparatifs pour la commémoration de l'arrivée du Léviathan. Pas de Sebastian, pas de Ketsuno... Je le sens mal, c'est alors que je reçois deux messages de deux marins différents qui ne savent pas trop où se mettre. Mavim à eu une affectation urgente de dernière minute avec l'Hypérion et Ketsuno se fait porter pâle, autrement dit, on me refile le bébé. Géniale, je vais avoir le droit à tout le protocole, la paperasserie et les serrages de main hypocrite finaux.

Enfin, c'est mon devoir de commandante et d'officier subalterne des Rhino Storms. Je m'assure donc d'être impeccable surement pour la sixième ou septième fois, inspire un bon coup et m'avance pour entrer dans la fosse au lion. Je ne saurais dire si cette arrivé est pas un peu trop intimiste au vu de l'événement quand même, dans un autre sens j'imagine que le haut commandement a autre chose à faire que de venir saluer l'arriver de tous les navires qui passes, aussi gros soit-il. À moins que cela ne soit prévu que pour la suite allez savoir ce qui passe dans la tête du haut de la pyramide.

Il y a une sorte de tension, de malaise étrange qui règne sur place. Pourtant, je vois bien le grand et majestueux Sentomaru Kenpach, que je regarde avec un immense respect qui est mérité... Mais tout autour il y a ce petit quelque chose qui titillant on instinct de marin. Maintenant, je commence à comprendre de mieux en mieux pourquoi la Lieutenants Colonels Fenyang n'est pas venue elle-même, Sebastian lui a surement été éloigné exprès, à moins que ce soit une heureuse coïncidence. Je ne sais pas ce qu'elle fait en ce moment, mais cela ne me regarde pas. Je sens l'inquiétude monter parmi ce qui reste de l'équipage de ce bâtiment. Je me tourne vers eux avec un ton ne laissant pas la moindre place à la contestation.

"Rhino Storms, quoiqu'il arrive gardez votre calme. Il n'est pas question de faire quoi que ce soit de stupide, suis-je bien claire ?"

Petit à petit, les esprits s'éclairent, tous les gradés de l'équipage ont trahi la marine pour ceux qui ne sont pas morts. Je vais certainement être interrogée au mieux, ou alors je vais être mise aux arrêts. J'ai foi en la justice que je sers, une fois qu'ils auront éclairci ce qui doit l'être, je serais libérée. Moi-même, j'aurais des soupçons à leurs places, c'est quand même un puissant navire et nous sommes au cœur du royaume, si nous venions à trahir les dégâts pourrait être considérable.

Cette mise en scène, n'est là que pour rassurer et garder une illusion, j'accepte tout cela et je ne serais pas celle qui met le feu aux poudres. Deux précautions valent mieux qu'une.

"Que tout le personnel du Léviathan quitte celui-ci dans le calme et désarmé. C'est un ordre."

Le sous-officier à mes côtés reste calme, mais on peut lire une certaine appréhension sur son visage, il fait suivre l'ordre qui petit à petit se repend. Je peux voir tous ces visages sortir au grand jour, certains travaillant dans les entrailles de la bête, cette petite ville dans le monstre de bois et d'acier. Approche donc des séries de marins en formations, au garde a vous arme contre l'épaule, tout cela est à la fois lent et peut-être trop rapide, c'est difficile à dire. J'observe tout en marchant l'amiral en chef, je distingue comme une lueur dans son unique œil. Autour les esprits semblent s'apaiser, j'ai montré clairement que nous ne montrerons aucune résistance, je ne saurais dire si cela a un effet ou non, mais je préfère nettement éviter tout incident fâcheux le jour où nous accomplissons l'ultime mission de notre équipage.

L'état-major rayonne d'une aura de puissance et de sérénité, je n'ai pas peur pour mon avenir. Peut-être que c'est naïf, mais je me dis que quelle que soit la suite, alors je l'accepterai pour le bien du drapeau sous lequel je sers. Sans un regard vers un autre point de la petite foule, sans réellement savoir qui dans ce tas de couleurs divers est ou n'est pas présent. J'approche de l'estrade qui aurait dû accueillir une cérémonie des plus somptueuses et peut-être même pompeuse. Même si je ne ressens aucune crainte, je suis tout de même écrasée par cette aura qui entoure le haut commandement de la Marine, m'invitant à faire très attention à mes paroles et à mes gestes. Suivi du reste des sous-officiers de notre équipage qui ne disent rien comme le veut le protocole. Comme un seul homme, nous saluons.

"Nous avons amené le Léviathan à bon port, comme nos ordres nous le stipulaient."

On nous invite à nous mettre au repos, on obtempère immédiatement. Je suis triste de rencontrer cet homme dans de telles circonstances. Cela n'en reste pas moins un jour extraordinaire qui restera gravé dans ma mémoire. Son regard me transperce, c'est comme s'il lisait en moi comme dans un livre ouvert. Aucun mot de plus ne peut sortir quitter mes lèvres, comme mon corps est paralysé. Pourtant, il n'y a pas une once d'agressivité sur son visage. Ces mots résonnent à mon esprit, avant que la suite logique n'arrive. Même si je n'ai pas de fer aux poignées, c'est presque comme si c'était le cas, alors que je suis escortée pour quitter les lieux.
http://www.onepiece-requiem.net/t2480-presentation-de-rei-l-armurierehttp://www.onepiece-requiem.net/t2578-fiche-de-rei-yanagiba
avatar
Rei Yanagiba

♦ Localisation : Armada.

Feuille de personnage
Dorikis: 4700
Popularité: -525
Intégrité: -424

Ven 9 Oct 2015 - 0:56

J'ai bien envie de me fumer un cigare. De toute manière, même si j'en avais un, je n'aurais pas l'autorisation de le consommer. Le silence est pesant, coupé que par le bruit des soldats qui marchent au pas par habitude. Je n'ai jamais voulu d'un retour trop festif qui aurait selon moi détruit ce moment important, celui où notre équipage aura enfin fini sa grande mission qui aura fait couler tant de sueur et de sang. Mais tout de même, cette surprise m’a laissé un goût amer dans la bouche.

Sous une solide escorte, j'avance vers le Saint des Saints de la marine. Ma première venue à G-0 est des plus singulière. Si j'avais su que la première chose que je verrai de Marie-Joie est ses cellules, un bureau et peut-être sa cour martiale... Cela n'aurait absolument rien changé, j'accomplis mon devoir et rien ne saurait m'en détourner. J'ai toute la latitude pour observer le décor. À aucun moment, je ne fais signe de vouloir me rebeller, ou même de désobéir à la moindre directive qui m'est donnée. Ils restent vigilants tout de même par précaution.

Est-ce que je vais avoir un procès ? À moins qu'ils ne souhaitent seulement me questionner sur le comportement et les actions de mes anciens supérieurs ? Je ne sais pas réellement, je suis perdu au milieu de tout ceci est me contente de suivre les évènements en attendant que cela devienne plus clair. Je suis alors conduit dans un bâtiment plus ou moins somptueux une fois entrée dans le G-0 où je suis installée devant un bureau vide et attends la suite. Je ne saurais dire combien de temps il aura fallu avant qu'une personne finisse par arriver. Finalement, des bruits de pas, je me lève juste avant qu'un homme entre :

C'est un homme d'âge mûr, de petite taille et de carrure robuste. Sa tête ovoïde est ornée de deux yeux au vert pétillant d'intelligence et de malice et a une moustache... Particulière ? En croc soigneusement ciré en tout cas. Je remarque tout de suite qu'il est impeccablement vêtu et parfaitement propre sur lui, un parfum à la fois subtil et mystérieux flotte autour de lui alors qu'il marche à l'aide d'une canne noire avec un pommeau en argent de fort bon goût. Tout comme sa moustache, ces souliers sont cirés avec une attention toute particulière et sa paire de gants accordée avec application a sa tenue. Il retire son couvre-chef laissant apparaitre sa calvitie naissante et une chevelure lisse plaquée sur son crâne, le tout pour me saluer avec une politesse que j'ai rarement vue, encore moins loin de la noblesse. Un marin l'accompagnant pose une boite contenant plusieurs piles de dossiers sur le meuble et repart ensuite.

"Sir Hercule Leek, j'espère ne pas vous avoir trop fait attendre mademoiselle."
"Aucunement."
"Installez-vous, nous avons fort à faire."

Je ne comprends pas réellement, mais fais tout de même comme il la dit. Il s'assoit derrière le bureau et garde une attitude se voulant bienveillante. Il ouvre le premier dossier, semble le lire en diagonale pour se rafraîchir la mémoire et le pose délicatement. Il m'observe un instant où règne un certain silence avant que cela ne commence réellement.

"Mademoiselle Yanagiba, parlez-moi de vos rapports avec Lilou B. Jacob, je vous prie."

Je reste perplexe, mais rapidement, il me fait comprendre que je n'ai pas le choix, je dois coopérer. Il est un agent de Cipher Pol et son enquête va désigner quel sera mon avenir. Ainsi, commence la plus longue discussion que je n'ai jamais eue avec un agent du gouvernement. Cela passera par mes états de service, jusqu'à aller sur ma vie privée et principalement mes rapports avec les divers officiers ayant travaillé sur le Léviathan. Beaucoup de choses à dire, d'ailleurs cela se coupera sur plusieurs jours pour diverses raisons...


Dernière édition par Rei Yanagiba le Ven 9 Oct 2015 - 2:55, édité 2 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t2480-presentation-de-rei-l-armurierehttp://www.onepiece-requiem.net/t2578-fiche-de-rei-yanagiba
avatar
Rei Yanagiba

♦ Localisation : Armada.

Feuille de personnage
Dorikis: 4700
Popularité: -525
Intégrité: -424

Ven 9 Oct 2015 - 2:54

Si l'on exclut les repas, j'ai l'impression de passer mes journées, soit à attendre Sir Leek où à devoir répondre à un nombre impressionnant de questions de sa part. Cela rend les journées particulièrement longues et ennuyeuses même pour moi. Au final, je ne comprends toujours pas ce qu'il souhaite réellement. Je me demande même s'il ne cherche pas à gagner du temps parfois, mais le regard qu'il arbore semble dans un autre temps démontré qu'il a un but bien précis en tête. J'ai l'impression qu'il essaye d'une manière où d'une autre de récurer le fond des tiroirs pour trouver la moindre information qui lui permettrait de mettre à jour une information dont il est persuadé de la véracité.

Le problème, c'est que ne comprenant pas ce qu'il souhaite, je vais avoir bien du mal à lui donner ce qu'il veut. Néanmoins, je ne sais pas si la conclusion de ce cheminement ne risque pas de me déplaire au final. En tout cas aujourd'hui, il semble avoir un air plus guilleret, comme s'il avait enfin les pièces du puzzle et qu'il allait commencer à les agencer entre elles. Comme d'habitude, je m'installe en face de lui, je ne porte plus mon uniforme d'apparat depuis le premier jour, j'ai un simple uniforme de sous-officier de la marine ce qui est tout de même plus confortable, il faut l'avouer.

Il a un tout autre dossier aujourd'hui, composé d'autre regroupée comme s'il avait trié le tout dans le but de ne garder que le nécessaire. Il me regarde et passe deux doigts sur sa moustache, comme pour lui redonner une forme parfaitement symétrique avec l'autre côté. Aujourd'hui, il n'a pas le même faux air enjoué, la fin approche ?

"Mademoiselle Yanagiba, j'ai ici un témoignage de l'un des membres du Léviathan lors de votre toute première embarcation. Je cite : Une étrange robe en velours rouge, ayant de la fourrure blanche et portant avec une paire de hautes cuissardes en cuir noir bien cirée. Le tout avec une ceinture en cuir portant une épaisse boucle métallique. Ce témoignage est-il correct ?"

J'acquiesce, ne comprenant toujours pas une fois encore où il veut en venir. Est-ce que finalement, il se contente encore une fois de suivre une piste sans que celle-ci n'ait réellement de but final ?

"J'ai également un autre écrit faisant état d'un uniforme renforcé que vous utilisiez à vos débuts dans la marine."

Il me tend un papier, je lis la description et réponds une fois par l'affirmative. Je hausse aussi un sourcil, il me répond d'un sourire légèrement carnassier, comme s'il avait enfin trouvé ce qu'il voulait.

"Donc, le fait que vous ayez un tatouage bien particulier sur l'épaule est tout aussi exact. Comme la stipule, un autre document."

Il y est bien. Il s'agit d'une tête de chien (doberman) montrant son profil gauche, les oreilles dressées et grognant alors qu'il a la gueule obstruée par une muselière formée par un bandage blanc. Celui-ci a au niveau des oreilles le nombre quatre cent vingt-deux et est au-dessus d'un blason blanc avec une rayure noire partant du haut droit pour terminer en bas à gauche derrière la tête de chien. C'est aussi est surtout l'emblème de l'unité où j'ai travaillé quand j'étais encore sur Boréa, mon île natale.

"Certe, mais où voulez-vous en venir ?"
"Patience mademoiselle, Leek à besoin de temps pour mettre en place son dénouement."
"Et donc ?"
"Vous êtes originaire de Boréa, est-ce bien le cas."
"Oui."
"Nous y reviendrons, mais d'abord, un autre rapport : lors de la traversée, il semblerait que vous ayez eu une discutions avec vous-même."
"L'angoisse et la fatigue. Cela ne m'a pas empêché de faire mon travail."
"Plus important, c'est le contenue de cette discutions, je cite : tu sais que j'ai eu raison de le faire, tu sais que tu dois le faire et je cite une fois encore : "que diraient tes supérieurs, s'ils savaient que tu as quitté ton île, exilée, pour avoir participé à une révolution perdue d'avance ? Tu es exactement ce que tu combats, tu ne fais que vivre avec une épée de justice au-dessus de la tête. Le couperet tombera forcement un jour Rei, tu es pitoyable." ."
"Non... Enfin ci, mais je parlais à un bouton rouge... Red."
"Si j'ai raison et Leek a toujours raison, vous relatiez la tentative de coup d'État de l'an 1622 de Boréa. Un autre rapport d'incident, fait état d'un chalutage dans la cantine de l'Hypérion où suite à une remarque tout à fait déplacée, vous auriez répondu : pour votre gouverne, c'était sur un lit et non un canapé."
"Oui, et cette histoire n'a rien à voir avec la situation actuelle"
"Bien sûr que ci, elle a tout à voir ! Même votre entrée dans la marine est totalement irrégulière !"
"Mais..."
"Un premier pas dans l'ombre ! Ensuite, aucun document ne fait mention de votre départ de cette île, mais plus important, de votre affectation en 1622"
"..."
"Vous vous êtes servis de vos charmes pour entrer de manière détournée dans la marine, puis presque immédiatement, vous êtes affectés alors que vous êtes novice a l'un de ses plus prestigieux navires. Vous avez déjà participé à un acte révolutionnaire, ensuite, on vous entend parler dans un de vos délires à un pirate qui par la suite libère des esclaves à Shabondy. Ces esclaves étant les membres de cette dite révolution la coïncidence est tout de même troublante."
"Je..."
"Avouez ! Les preuves s'accumulent, vous n'êtes pas moins une traitresse et une révolutionnaire que vos anciens camarades qui ont déjà montré leurs vrais visages."

Il a un sourire triomphant, je perds mes moyens. Le souffle court, je sens de plus en plus les effets de manque puisque je n'ai plus ces cigares spéciaux. La douleur fantôme revient aussi, je sue à grosse goutte sans savoir comment réagir a cette tournure à la fois aussi inattendue que ridicule et sombre finalement tout est noir, tout est flou. Je ne tombe pas inconsciente, mais mon esprit est tout autant embrumé et aussi peu réactif que si je l'étais. Je ne comprends plus rien, je crois qu'on me tire, mais sans savoir où je vais. Ce n'est pas un cauchemar, c'est trop réel pour l'être et j'ai peur de ce que je vais découvrir à mon réveil.
http://www.onepiece-requiem.net/t2480-presentation-de-rei-l-armurierehttp://www.onepiece-requiem.net/t2578-fiche-de-rei-yanagiba
avatar
Rei Yanagiba

♦ Localisation : Armada.

Feuille de personnage
Dorikis: 4700
Popularité: -525
Intégrité: -424

Ven 9 Oct 2015 - 14:56

"Vous avez compris vos rôles marins ?"
"Oui monsieur."
"N'oubliez pas qu'il est vital pour cette opération que vous suiviez mes instructions. Ce plan sera ainsi parfait, les plans de Leek le sont toujours."
"Je vais nourrir là... Prisonnière."

Je n'ai pas compris ce qui est arrivé, semi-conscient, je suis certaine qu'il a pris cela pour de la culpabilité. Je suis encore dans une sorte de brouillard, j'ai des trous de mémoire depuis mon passage à Marie-Joie. Je m'observe dans un miroir, je n'arrive pas à bouger mes bras, c'est comme s'ils étaient paralysés, mais cela ne les a pas empêché par précaution de les attacher. De temps en temps, un marin vient me nourrir ou m'aider à faire ma toilette et tout ce que la nature m'ordonne.

Est-ce un hôpital ? Une prison ? Je ne sais pas, mais j'ai la vague impression que ce lieu tangue un peu. Est-ce réel ça aussi ? Ces aplats de couleurs que je vois ne me semblent pas forcement aussi consistent qu'ils le devraient. Je tourne et vire dans ce qui semble bien être une cage, qui en a les barreaux en tout cas. Ici et là, j'écoute des mots, certains sanglots ou menace de mort diverse sur la marine. Un transfère de prisonnier ? Mais vers où alors ? Vu la taille et le relatif confort de ce qui sert de cage, cela doit être des prisonniers de valeur et j'en fais partie.

Je suis ici sans passer par la case tribunal ? À moins que j'aie déjà oublié la cour martiale... J'ai mal un peu partout, même au visage. Finalement, un membre de l'équipe médical m'approche. Je reconnais ce genre d'uniforme, je suis bien sur un navire de la marine donc.

"Où suis-je ?"
"Je ne suis pas autorisée à parler avec les prisonniers."

Donc il y en a bien plusieurs prisonniers. Qu'est-ce qu'il a bien pu se passer ? J'ai l'impression de ne pas être totalement maitresse de mon corps, pas seulement à cause des chaînes et cette impression est tenace. Et pendant ce temps-là, ce que je ne sais pas, c'est qu'officiellement, je suis en mission pour le gouvernement. Des ficelles tirées ici et là par l'agent Leek qui fais passer cela pour une collaboration entre Cipher Pol et la marine dans le but de créer une infiltration crédible. Une mission pour le gouvernement mondial, c'est ce qui sera noté dans mon dossier, dont le but est de chasser une proie bien trop puissante pour n'importe qui. Ce transfère de prisonnier est un piège monté de toute pièce avec un important soin du détail... Le tout destiné à faire tomber une seule et unique personne, le traitre et puissant pirate Red.
http://www.onepiece-requiem.net/t2480-presentation-de-rei-l-armurierehttp://www.onepiece-requiem.net/t2578-fiche-de-rei-yanagiba
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1