AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


[Fiche d'île] Vertbrume

avatar
Game Master
Fondateur
Juge arbitre


Feuille de personnage
Dorikis: 0
Popularité: 0
Intégrité: 0

Dim 1 Nov 2015 - 10:25

Vertbrume
Nouveau Monde


Population & Particularités


Vertbrume n'est pas vraiment une île. Il s'agirait plutôt d'un archipel. Un étrange archipel formé de blocs rocheux verticaux qu'on dirait littéralement jaillis de la mer. Au point qu'en voyant leurs sommets couronnés de verdure, on les prend souvent pour de gigantesques arbres, semblable à ceux de Shabondy. Mais quand on s'approche on s'aperçoit  qu'il s'agit bien d’îles. Tout comme on constate rapidement que les courants et les récifs rendent une traversée de l'archipel plutôt dangereuse. Quand on rajoute à cela que tout débarquement semble problématique, et que les logs se rechargent ici a une vitesse anormalement rapide, on comprend que rare sont ceux a être resté suffisamment longtemps dans le coin pour comprendre que l'endroit abrite bien d'autres choses, pour peu qu'on lève les yeux vers la canopée.

  • La Légion perdu de Pizarro :
    Il y a quelques siècles, a l'époque ou le royaume Luvnel était le phare de l'exploration des blues, des centaines d'explorateurs partirent dans toutes les directions. L'un d'eux s’appelait Pizarro. Et il avait fait le serment de ramener au roi un de ses mythiques vestiges des temps oubliés. Un Ponéglyphe. Muni de textes censés indiquer les positions des ponéglyphes, Pizarro se fit successivement repousser d'Alabasta et de l’île des hommes poissons, et ne réussit jamais à trouver la pierre de Jaya. Ayant perdu la moitié de sa flotte, miné par le scorbut, la fièvre et une terrible infection, Pizarro finit par s'échouer dans le coin, siège d'un autre ponéglyphe, et sur son lit de mort il fit promettre a ses hommes qu'ils ne quitteraient jamais le coin sans ramener la pierre avec eux. Puis il mourut. Et pour être sur de tenir leur promesse et n’être pas tenté d'abandonner, ses hommes sabordèrent les bateaux et partirent en quête du Ponéglyphe.

  • Le Fort de la Légion :
    Mais au lieu de l'ile déserte qu'ils s'attendaient à trouver, les hommes de la Légion constatèrent rapidement que l'archipel était habité. Loin au dessus de la mer, un peuple local avait patiemment colonisé les sommets de l’île, et s'opposait obstinément a ce que les hommes de la Légion aillent se promener dans leur lieu sacré au cœur de l'archipel. Déterminé à respecter leur promesse, les hommes de La légion s'intallérent donc pour durer. Bâtissant un fort massive sur deux îlots isolés a proximité de l'archipel avant de déclarer la guerre aux locaux.
    Aujourd'hui le fort tient plus de la ville, et les rescapés de la Légion forment une communauté tout a fait prospère qui a appris a exploiter les richesses de la Canopée, et qui n'a de cesse de perpétuer ses traditions en vantant a ses enfants les milles merveilles du royaume de Luvnel, et la nécessité pour y retourner de massacrer tout ses sauvages de l’île.

  • La Canopée :
    Car si vu du sol l'archipel parait parfaitement impropre à la survie. Quand on prend de l'altitude, on découvre tout autre chose. La haut, dans les forêts qui grignotent les sommets des piliers de pierre, un peuple a su s'installer et prospérer, parsemant les cimes d'une multitudes de villages à la légèreté aérienne.

  • Le peuple Sylvestre:
    Ceux qui se nomment les Canopéens se prétendent les descendants d'un peuple venu du ciel sur un grand oiseau de feu, contraint de se poser ici car pourchassés par de puissants ennemis. Ce qui explique le coté inaccessible de l'ile choisie. Bien qu'il soit difficile de déterminer avec précision d'ou venait "l'oiseau de feu" et qui le pourchassait, il est aisé de relier ce genre de légendes au flou qui entoure le siécle oublié. Ce qui permet d’expliquer facilement la source de l'étonnante technologie dont dispose ceux que la légion traite de simples sauvages.

  • Les villages flottants :
    Habitant des lieux depuis toujours, le peuple Sylvestre est parfaitement adapté à la vie dans les espaces étroits que lui laisse l'archipel. Ses villages sont posés au dessus des sommets forestiers, suspendues a des ballons gonflés du gaz d'une plante locale, et reliés entre eux par de long ponts de lianes eux aussi suspendus, poue épargner au maximum la fragile végétation des sommets.

  • Les maîtres des insectes :
    Au fil de leur rayonnement sur l'archipel, les canopéens ont rencontrés et se sont liés avec les autres habitants de l'archipel, domestiquant la plupart des insectes géants pour pallier aux manque de capacité utiles des humains. Ils ont fait des sauterelles volantes des montures, des araignées tisseuses leur fabricantes de cordes, et une douzaine d'autres espèces les assistent dans leur vie quotidienne.

  • Les maîtres des airs:
    Adaptant la technologie des ballons de soutien de leurs villages, les Canopéens ont aussi créés des navires volants pour rallier les îlots trop éloignés pour les simples ponts de lianes. Navires qui permettent aussi de transporter des charges nettement plus importantes que les insectes volants.  

  • L'épave et le Ponéglyphe :
    Au centre de l'archipel se trouverait une antique épave, dernier vestige du navire volant de l'ancien temps qui aurait amené les canopéens sur l'ile. Une épave qui d’après les notes de Pizarro, contiendrait un des légendaires Ponéglyphe.
    Légende difficile à vérifier, les locaux considérant ce lieu comme hautement sacré, et interdisant à tout le monde de s'en approcher.


Forces de l'ordre et respect de la loi


Dans le fort de la Légion règne depuis des siècles une discipline toute militaire. Ici on est soldats de père en fils, et femme de soldats de mère en fille. La loi est donc stricte, et les étrangers qui séjournent dans le coin ont globalement l'impression de passer des vacances en caserne. Une caserne de types complètement oublieux du reste du monde a part le paradis promis d'un royaume de luvnell dont ils ne savent plus grand chose et la guerre totale qu'ils livrent sans trêves aux sauvages du dessus.

Coté Canopée c'est nettement plus diffus. Les étrangers n'y sont pas mal accueillis mais plutôt globalement ignorés. Après tout, l'environnement limite assez vite les mouvements de ceux qui ne sont pas d'ici. Les lois sont celles d'une société humaine plutôt calme et tournée vers une symbiose importante avec la nature. Un calme qui ne veut pas dire pacifisme, les guerriers locaux sont féroces, leurs armes efficaces et leurs poisons violents. Et les rares pirates a venir si haut comme en terrain conquis s'en aperçoivent trés vite.

Historique & Évènements récents




Personnalités importantes



Temps de recharge du Log
1 heure


Page 1 sur 1