AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


[FB 1623] Et ça commence...

avatar
Pandore
•• Lieutenant d'élite ••


Feuille de personnage
Dorikis: 2619
Popularité: +140
Intégrité: 125

Mer 18 Nov 2015 - 15:26






Entrainement


Quelques semaines s'étaient déjà égrénnées depuis la rencontre avec cette fameuse personne qu'elle appelait désormais "maitre". Celui-ci était égoïste, malsain et ne pouvait s’empêcher de se porter comme un goujat lorsqu'on posait un regard sur lui. Pandore n'aimait pas cette facette de lui qu'elle allait jusqu'à trouver répugnante, en agissant de la sorte, il ne faisait aucunement honneur à son grade et ternissait davantage le visage de la marine à chacun de ses actes. Cependant, lorsque la situation le demandait, Pandore était contrainte d'admettre qu'il arborait une prestance remarquable. Malheureusement, cette prestance avait tendance à très vite s'effriter une fois la tension retombait au grand damne de l'adolescente qui subissait les caprices de son supérieur depuis plusieurs jours.

Alors qu’elle aurait du se faire entrainer régulièrement par lui, la réalité était tout autre. C'était comme jouer au loto avec une chance misérable de gagner facilement. Dans le cas contraire, bien souvent elle devait traverser toute l'ile pour espérer mettre la main sur le malandrin ou bien attendre que celui-ci veuille sortir de sa cachette pour au final, ne lui tripoter que le postérieur et remettre ça au lendemain. Pandore ressentait une émotion bien supérieur à l'agacement, alors qu'elle aurait du être plus forte suite à ces diverses journées, elle avait l'impression de ne pas avoir bougé de la case départ. Pire, à force de chercher encore et encore l'objet de son désir, elle avait drastiquement diminué le temps qu'elle passait à s'entrainer par elle même si bien qu'elle ne dormait plus pour espérer rattraper son retard.

Cependant, cette recherche interminable avait eu une sorte d'effet bénéfique que Pandore était incapable de percevoir. Forcée de se renseigner auprès des divers membres de la base pour espérer retrouver son supérieur, elle avait en quelque sorte noué un rapprochement indirect avec eux. Ce n'était pas encore l'amitié folle comme l'idéal l'espérait cependant, les gens autour d'elle eurent rapidement la sensation qu'ils étaient capables de communiquer avec elle. Qu'au final, malgré son attitude étrange et associable, elle n'était pas pour autant inaccessible. Il fallait juste ne pas avoir peur de se prendre son légendaire levé de sourcil qui commençait à être fameux dans toute la base.

Néanmoins, en cet instant, il n'y avait aucune galère, elle se tenait sur le terrain d’entrainement en face de son maitre en attendant de se recevoir une direction de sa part. Cette fois-ci, elle ne lui avait laissé aucune échappatoire, si bien qu'elle avait dormi devant ses appartements pour ne pas qu'il puisse imaginer se soustraire à sa nouvelle fonction. Elle s'était engagée en même temps que lui, et c'était désormais à lui de respecter la part de son contrat. Elle espérait au moins que ses efforts de ses derniers temps n'allaient pas être vains bien qu'elle était à un point où cela ne l'aurait même plus surpris.

- Je vous écoute, entrainez moi s'il vous plait.





http://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandorehttp://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
avatar
Alheïri S. Fenyang
Modérateur
••• Vice Amiral •••

♦ Localisation : Un peu partout.
♦ Équipage : Jaegers.

Feuille de personnage
Dorikis: 11945
Popularité: +1200
Intégrité: 1170

Dim 22 Nov 2015 - 16:49


- « ‘Tain… On ne t’arrête pas quand tu sais ce que tu veux, toi… »

Elle m’avait chopé comme un bleu, sérieux. Mais j’aurai jamais cru qu’elle serait allée jusqu’à dormir devant mes appart’. Du coup, elle avait dû entendre les différents râles de plaisir de la meuf que je m’étais tapé avec plaisir. Halala… Déjà qu’elle ne me saquait pas (Pas besoin d’être devin pour le comprendre) je n’osais pas imaginer à ce qu’elle pensait de moi. Par contre, elle avait fait preuve d’une patience à toute épreuve, tant elle souhaitait évoluer au plus vite. Beaucoup auraient certainement lâché l’affaire depuis un bail, là où elle avait persévéré comme jamais. Dépasser le caractère ignoble d’une personne pour collaborer avec elle… Juste remarque ! Son professionnalisme assez précoce était à saluer. Après, elle n’avait pas le choix, mais mentalement, je la félicitais quand même.

- « Enfin bon, je suppose que j’ai pas le choix, hein ? »

Le truc qui me faisait assez chier aujourd’hui, c’est que j’avais prévu de rendre visite à l’une de mes maitresses, histoire qu’elle me chouchoute quoi. J’avais même pas la tête à me battre ni à enseigner quoique ce soit à qui que ce soit. J’étais légèrement amorphe, les yeux encore rougis par le sommeil et la chevelure complètement sens dessus dessous. Pas évident hein. Je me mis à bailler, avant de gratter ma nuque d’un air ennuyé. Là tout de suite, je ne savais même pas quoi lui donner comme exercice à faire. Je pouvais toujours lui faire faire des besognes en prétextant que ça allait la booster, mais c’était pas vraiment une bonne idée. La situation était un ennuyante, mais c’était bel et bien moi qui lui avait proposé ce petit coup de pouce, et il était de mon devoir de tenir parole jusqu’au bout…

- « Bon, attrape ça ! »


C’est avec nonchalance que je lui avais balancé mon meitou. Elle en aurait plus besoin que moi. En balayant le large terrain d’entrainement sur lequel nous étions, je ne vis rien qui puisse me servir d’arme pour l’affronter. Bon… Pas grave ! Que m’étais-je finalement dit. Je pouvais toujours me battre sans lame. D’ailleurs, j’allais aussi le faire sans mes bras, que je croisai dans mon dos. Il n’y avait plus que mes pieds, et dans le pire des cas, ma chevelure. « Attaque-moi avec la volonté de me tuer… » Ma voix fut impérieuse et mon air on ne peut plus sérieux. On pourrait croire que je rigolais, mais non. Cependant, même avec tous mes handicaps, il n’était pas dit qu’elle réussisse à me toucher ne serait-ce qu’une seule fois. C’était peut-être brusque, mais c’était la seule manière d’y aller plus rapidement :

La faire combattre contre un monstre. Et ce monstre, c’était moi.

- « T’as une dent contre moi, je crois bien. Après t’avoir tripoté comme une vulgaire putain pendant des jours, c’est l’occasion rêvée, non… ? Si je sens que tu te retiens, j’vais te défoncer… Et tu passeras dans mon lit.  »

Et là, je jetais de l’huile sur le feu. Il fallait qu’elle y aille franco.
http://www.onepiece-requiem.net/t13084-ft-de-salem
avatar
Pandore
•• Lieutenant d'élite ••


Feuille de personnage
Dorikis: 2619
Popularité: +140
Intégrité: 125

Dim 22 Nov 2015 - 17:22






Entrainement


Il lui jeta sa précieuse lame dans les mains, comme si elle n'était qu'un vulgaire bout de métal sans intéret. Pandore fixa quelques secondes ce chef d’œuvre qu'elle avait la chance d'utiliser pour la seconde fois. C'était le rêve de tout épéiste d'un jour se battre avec un meitou et Pandore l'avait réalisé si facilement qu'elle avait encore du mal à comprendre les opportunités de progression que lui offrait son supérieur. Puis, son entraineur passa ses mains derrière le dos comme dans une volonté de s'handicaper volontairement face à ce qui allait suivre. Songeuse, elle analysa la scène pour essayer de comprendre ce qu'était cette manigance.

Puis, affichant un visage au summum de l'arrogance et du détestable, avec un ton provocateur, il l'invita à engager une valse mortelle avec lui. Elle devait simplement l'attaquer comme si sa vie en dépendait. Profiter de ces handicaps afin de le mettre à mal le plus possible. Légèrement frustrée, Pandore pensait en cet instant qu'il ne la prenait pas au sérieux. Était-elle à ce point si faible pour qu'on veuille se battre avec elle uniquement dans ces conditions. Cependant, avant de s'embarquer dans un torrent de conclusion hâtive, elle revint bien vite à la réalité et se souvint de sa réelle place dans cette scène. Elle n'était qu'une marine qui se trouvait dans la position de l'apprentie. Il n'y avait aucun intérêt pour lui comme pour elle qu'il se batte de toutes ses forces si ce n'était pour la blesser volontairement.

Serrant la garde de l'épée, sa volonté de donner son maximum semblait toujours présente bien que son feu intérieur s'était estompé. Bien entendu, les provocations fusèrent dans les oreilles de l'adolescente. Il voulait l'enrager, l'énerver pour la forcer à se battre. Mais qu'importe, Pandore avait depuis plusieurs jours déjà comprit que ces médisances n'étaient que des bruits de fonds. Que perdre son calme aussi facilement était la plus grande preuve de faiblesse.

S'affirmant dans une position offensive, elle fixa le corps de l'homme en espérant trouver une quelconque faille. Bien qu'il semblait dépourvu de tout moyen de contre attaquer, Pandore savait pertinemment qu'elle n'était pas au bout de ses surprises. Elle se jeta alors vers sa direction, le meitou brandit vers lui. Sa première attaque ne trancha que le vide, alors qu'elle pensait avoir touché, elle se retrouvait à brasser inutilement de l'air. Reprenant alors rapidement contrôle de la situation, elle tenta d'attaquer dans le flanc sans grand succès non plus.

S'en suivit alors un grand nombre de coup plus ou moins ample en tentant d'avoir cet homme dont la lame semblait glisser sur sa peau sans jamais l'érafler. Baissant les yeux, elle vit un moyen de tromper son adversaire suffisamment de temps pour le toucher. Feignant un coup verticale, elle releva son épée plantée dans le sol violemment afin d'asperger les yeux de son opposant de poussière. Alors qu'un léger nuage de poussière se levait au même instant, elle se projeta en avant en assénant un coup pour au final se retrouver derrière son maitre. L'avait elle touché ? Dans tous les cas, quelque chose lui indiquait qu'elle n'était pas au bout de ses peines.




http://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandorehttp://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
avatar
Alheïri S. Fenyang
Modérateur
••• Vice Amiral •••

♦ Localisation : Un peu partout.
♦ Équipage : Jaegers.

Feuille de personnage
Dorikis: 11945
Popularité: +1200
Intégrité: 1170

Lun 23 Nov 2015 - 15:27


- « Trop lente… »

Je ne comptais plus le nombre de pirates ou de voyous qui avaient voulu me faire le coup. Du sable en pleine tronche et un coup de pute ensuite. Il ne m’avait suffi que d’un vulgaire mouvement de la tête pour éviter le jet de sable et un pivotement sur moi-même pour qu’elle se retrouve derrière moi sans avoir pu me frôler. Pov’ gamine comme qui dirait l’autre. C’était peut-être malin, mais c’était insuffisant pour m’avoir. On n’apprenait au vieux singe à faire des grimaces ; même si je n’avais pour habitude, en tant que vieux singe, d’effectuer ce genre de mimiques. Pas mon genre.

A la vitesse de l’éclair et sans qu’elle ne puisse esquisser le moindre pas ou bouger le moindre muscle, je fis tout d’un coup mon apparition à ses côtés. Sans hésiter une seule seconde, je lui fis un croc-en-jambe bien placée si bien qu’elle tomba piteusement sur son gros derche qui dut faire office d’amortisseur. Cependant, un autre coup de pied vint enflammer sa poitrine pour qu’elle soit complètement étalée en sol. L’affaire s’était résumée en deux coups d’une précision chirurgicale. Par la suite, j’écrasai complètement sa main qui tenait le meitou à l’aide de mon talon gauche…

- « Je suis déçu… »

En effet, ma mine présentait non pas de la suffisance -L’écart de niveau était de toute façon trop important entre nous pour que je fasse preuve vanité- mais d’une déception qui frisait presque le dégout. Je l’écœurais avec mes manières de rustre ? On pouvait maintenant dire que c’était réciproque avec ce qu’elle venait de me montrer. Peut-être avais-je trop placé mes attentes en elle ? « C’est à la fois très intelligent et très stupide, ce coup de bluff, tu sais. » Alors que je me tus, je me mis volontairement à lui écraser les doigts, comme si j’avais pour objectif de les broyer complètement…

- « Réfléchis un peu, gamine : Face à un adversaire expérimenté, tu penses que le sable peut-être vraiment une gêne ? Un bleu de ton genre, j’aurai pas dit, mais, un vieux d’la vieille… Quand même… C’est pas parce que je t’ai dit que j’vais te queuter qu’il va falloir me prendre au pied de la lettre et faire n’importe quoi. Tu veux que je fasse quoi de la virginité d’une morveuse ? Par contre et sans mauvais jeu de mots, je risque bel et bien de te défoncer si tu réussis pas à me toucher, tu sais… Je suis bien plus doux que les mecs de l’élite. Considère cet entrainement comme un avant-gout de ce que tu vas apprendre au BAN… »

Mon ton fut las à mesure que je débitais mes phrases. Phrases qui ne devaient être que du verbiage pour la gamine vu qu’elle n’était pas totalement fan de moi et qu’elle n’embrassait pas forcément ma manière de faire les choses : « Et puis, si tu commences aussi tôt à user de ce genre de subterfuges, qu’est-ce qui me prouve pas que tu feras plus grave à l’avenir ? Genre, sacrifier des vies pour mener à bien tes missions sous prétexte du bien du plus grand nombre… » En effet, beaucoup de marines usaient de ce genre de procédés et salissaient, à mes yeux, la noblesse de notre faction.

- « Je ne t’ai pas donné ce meitou pour rien. J’aurai pu me limiter à un sabre standard ou même à un sabre en bois. Mais ce lègue provisoire a une signification gamine. Si tu es une épéiste, tiens t’en à ta lame et progresse vers l’avant. L’épée n’est pas une arme banale, un simple moyen de remporter une victoire… »


C’est le prolongement de soi, tout simplement. Et c’est sur cette pensée que je retirai mon pied de ses doigts, avant de faire trois grands bonds en arrière pour creuser l’écart encore une fois. L’escrime était une discipline avec laquelle je ne badinais pas malgré mon côté nonchalant et mes manières de cochon. De plus, en dépit de mon rang de colonel, peu de personnes dans la marine avaient mon niveau. Sur les blues, Pandore ne pouvait pas trouver meilleur maitre que moi, actuellement. En ce sens, il était donc normal qu’elle subisse mes petits caprices, mais qu’elle dépasse mes attentes.

- « Debout, gamine. Montre-moi un autre visage. Mais si tu n’as plus de détermination, tu es libre de t’en aller. Je ne te forcerai pas. »


Voilà qui était clair.
http://www.onepiece-requiem.net/t13084-ft-de-salem
avatar
Pandore
•• Lieutenant d'élite ••


Feuille de personnage
Dorikis: 2619
Popularité: +140
Intégrité: 125

Lun 23 Nov 2015 - 18:16






Entrainement


La jeune femme passait un très mauvais moment, étalée sur le sol comme un vulgaire chiffon en prise à une douleur croissante dans sa main droite. Sa tentative avait lamentablement échouée, elle aurait du savoir par avance que cela ne pouvait être autrement et se préparer à recevoir une contre attaque de la sorte. Cependant, l'écart de niveau était-elle qu'il lui échappa facilement des yeux si bien qu'elle était déjà à terre avant de comprendre ce qu'il se passait.

De son air le plus écœuré qu'elle avait pu voir jusqu'alors, il lui fit un discours semblable à un sermon, reprochant alors sa naïveté et sa fourberie indigne d'un épéiste. Tous cela accompagné d'un écrasement de sa main qui se faisait de plus en plus douloureux. Pandore ne regrettait aucunement son acte, son action faisait parti d'un tout qui consistait à renverser légèrement la tendance dans cet écart écrasant de puissance. Bien qu'elle n'avait pas prévu ce contre coup si violent, son plan se passait comme prévu à quelques remontrances près.

Il en vint même à l'accuser d'atrocités qu'elle pourrait éventuellement commettre dans l'avenir. Alors que Pandore découvrait un nouveau visage de cet homme qu'elle ne pensait pas posséder un code de l'honneur. Elle apprit aussi que celui-ci ne la conaissait pas encore assez, c'était peut être la raison pour laquelle la relation ne passait que très peu entre les deux individus. Alors qu'elle lâchait un râle de douleur suite au dernier accoue avant de la libérer, elle dirigea sa main endolorie vers la garde de son épée en voyant son adversaire reculer.

Se relevant non sans difficulté, alors que beaucoup de monde aurait abandonné après cette remontrance, Pandore senti une légère vague d'excitation en elle.  En quelque sorte, pour l'instant elle ne s'en sortait pas si mal. Elle avait faussé ne serait-ce qu'un peu le jugement de cet homme qui ne la conaissait pas assez pour se méfier se donnant alors un avantage tactique non négligeable.

De plus, c'était maintenant que Pandore allait montrer son véritable talent. Lâchant un léger sourire, elle allait lui montrer sa plus grande capacité : sa mémoire.

Se jetant sur lui, elle vint porter un coup vers sa tête. Semblable aux autres à première vue, la différence était pourtant crucial, son coup bien qu'insuffisant pour toucher s'était nettement rapproché de sa cible. Le second se rapprocha encore de quelques millimètres et mit moins de temps avant d'être asséné. Plus l'assaut se déroulait plus sa précision et sa rapidité d’exécution augmentait petit à petit.

Pandore a qui on avait diagnostiqué une mémoire absolue avait réussi à apprivoiser ce don envahissant pour l'utiliser à des fins offensives. Chaque mot, chaque action, chaque choix fait par son maitre  depuis leur rencontre furent mémorisés si bien qu'elle arrivait à se faire un portrait de plus en plus précis de celui-ci, ainsi elle commençait à discerner ses mouvements à l'avance. Ce n'était pas de l'anticipation mais de la simple analyse. Cette réflexion prenait ainsi une plus grande part avec le temps dans les actions de Pandore qui peaufinait ses coups à chaque tentative. Bien sur, cela ne tenait que s'il ne changeait pas les règles du jeu au dernier moment et qu'il ne dévoilait pas davantage sa force.

A ce train, si les conditions ne changeaient pas subitement, malgré l'endurance encore faible de la jeune épéiste, elle allait finir par le toucher. Plusieurs minutes s'écoulèrent tandis que ses attaques n'avaient plus rien en commun aux premières. Sa capacité adaptation était étonnante mais encore insuffisante jusqu'au moment où elle trouva l'opportunité parfaite.

Portant un coup d'estoc en face d'elle, elle dévia sa trajectoire au dernier moment en prévision de l'esquive de son adversaire. Cette fois-ci, elle visa directement son cœur. Son coup était parfait et c'était avec toute ces forces qu'elle tenta de l'abattre comme il l'avait demandé.




http://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandorehttp://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
avatar
Alheïri S. Fenyang
Modérateur
••• Vice Amiral •••

♦ Localisation : Un peu partout.
♦ Équipage : Jaegers.

Feuille de personnage
Dorikis: 11945
Popularité: +1200
Intégrité: 1170

Mer 25 Nov 2015 - 18:04


- « Presque. Tu y étais presque, nfufufu ! »

Alors que l’arme était à deux doigts de transpercer ma poitrine, j’avais réussi à faire pousser ma chevelure de sorte à ce que les mèches, semblables à des lianes vicieuses, s’enroulèrent puis immobilisent fermement les bras de la bretteuse en herbe. J’avais un sourire dégueu aux lèvres. Si elle avait sa mémoire infaillible, j’avais en retour une capacité toute aussi intéressante et pratique en plein combats : Le retour à la vie. J’avais peut-être dit que je n’utiliserais pas mes paluches, mais ça s’arrêtait là. Pauvre gosse qui devait être surprise. Vrai que je n’avais pas encore utilisé cette technique, plutôt bizarre devant elle. La voilà encore une fois à ma merci. Ceci dit, j’avais noté qu’elle avait légèrement progressé au niveau de la vitesse. Mes esquives la poussaient à se surpasser. Bien, bien, bien…

- « Qu’est-ce que je devrais te faire là ? »

A vrai dire, je n’en avais aucune idée. Dans cette situation, elle avait l’air d’une souris entre les griffes d’un chat dubitatif. Si je la tapais trop, je risquais de lui faire de gros bobos, comme broyer ses os par exemple. Si je la laissais indemne, elle risquait de ne pas rentrer les p’tites leçons que je lui apprenais dans sa caboche. L’idée de lui foutre une fessée m’effleura l’esprit, au point que j’eus un petit sourire, mais je chassai très vite cette idée de ma tête pour reprendre un peu de contenance. J’avais affaire à un prodige du combat. Le choix de faire partie de l’élite n’était pas si con, finalement ; même si je l’avais un peu mauvaise : Presque tous mes élèves notables rejoignaient l’élite. Rachel, Yamamoto et maintenant cette gosse… Mais tous, ou presque faisaient ma fierté. Pandore avait encore du chemin à parcourir.

- « Ta vitesse est bonne. Ta lecture des mouvements aussi. Par contre, tu vas devoir te muscler. L’escrime n’est pas que technique. Tu as aussi besoin de force et pas qu’un peu. »


Je ne lui demandais pas de se bodybuilder (Ce qui serait dommage vu son corps de rêve), mais d’acquérir un tant soit peu de force et de tonus dans les muscles. Là, elle était trop frêle, trop molle. Je n’avais même pas forcé avec mes nombreuses mèches pour la stopper. D’ailleurs et contre toute attente, mes « tentacules capillaires » libérèrent ses bras et ses mains, avant que je ne fasse une fois de plus quelques bonds en arrière pour mieux m’éloigner d’elle. Je n’avais pas directement répliqué, mais cela ne saurait tarder : « Fais gaffe, ma petite. Les choses sérieuses commencent… » Ayant promis de ne pas utiliser mes mains, je levai cependant l’un de mes pieds, avant d’effectuer un shoot dans le vide. Le mouvement généra subitement une lame de vent qui fila droit vers la gamine armée et sans doute parée.

- « Danse, Pandore, danse ! »


Fourrant mes mains dans les poches de mon jeans, je me mis à enchainer la même technique plusieurs fois de suite. On aurait presque dit un Cipher Pol utilisant un rankyaku. Ceci dit, j’étais la preuve vivante qu’un épéiste n’avait pas vraiment besoin d’épées pour générer des lames d’air. Il avait des combattants à mains nues qui excellaient dans la matière d’ailleurs. Mais là n’était pas le plus important pour le moment. Le plus urgent, c’est que la gamine se retrouvait assaillie par des vagues tranchantes de toutes parts. Elles n’étaient pas aussi bien faites que celle d’un CP aguerri (Elles étaient difformes pour être plus exact) mais ces attaques n’en étaient pas moins dangereuses. Face à ces déferlantes, je mettais quelque peu la vie de la gamine en jeu, ou plutôt ses vêtements. Mais l’idée était simple :

Voir si elle avait également des bases en défense.
http://www.onepiece-requiem.net/t13084-ft-de-salem
avatar
Pandore
•• Lieutenant d'élite ••


Feuille de personnage
Dorikis: 2619
Popularité: +140
Intégrité: 125

Jeu 26 Nov 2015 - 22:24






Entrainement


Cet entrainement qui se voulait être un combat n'avait rien d'un combat. Pandore était plus comparable à une petite souris fébrile entrain de se débattre face au gros chat grassouillet en face d'elle. Une montagne infranchissable dans son état actuel malgré ses talents innés. Elle n'était qu'un petit grain de sable tentant de faire face à un océan s'étendant jusqu'à perte de vue. Ce qui avait semblé être sa plus belle action durant ce combat avait échoué de plus belle face aux tours de son maitre qui n'avaient pas de limite.

Cela ne faisait aucun doute qu'il s'amusait d'elle, qu'il adorait la voir se déchainer pour lui. C'était ce que pensait Pandore en cet instant alors qu'elle arrivait enfin à se soustraire de cette étreinte capillotractée. Son corps commençait déjà à être endolori par les actions successives qu'elle avait mené. Bien que son mental était encore concentré dans sa tâche, son corps peinait de plus en plus à suivre avec le temps. Seul le pire des idiots pouvait espérer encore gagner un combat comme celui-ci. Néanmoins, il était hors de question pour l'adolescente de lâcher prise maintenant, quitte à finir sur les rotules en fin de journée, elle devait au moins l'effleurer.

Reprenant une position offensive en face de sa cible, sa surprise fut totale lorsqu'elle vit la première attaque se diriger vers elle. Depuis quand avait-il décidé de contre attaquer ? Les règles changeant de nouveau à l'imprévu, Pandore essaya tant bien que mal de se défendre de cette première déferlante non sans mal. Tout son rythme avait été perturbé par cette simple attaque pourtant monstrueuse à ses yeux.

Malheureusement pour la demoiselle, le calvaire ne s’arrêta pas en si bon chemin. Il continua encore et encore à faucher l'air en direction de Pandore qui vit sa garder de plus en plus trembler entre ses mains faiblissante. Elle n'avait pas pour habitude de prendre une position défensive, n'ayant jamais eut de partenaire de combat d'une force aussi écrasante, le besoin ne s'était jamais fait sentir. Si elle avait pu parler, elle aurait probablement maudit ce triste coup du destin cependant, son corps était bien trop malmené dans tous les sens pour râler de la sorte.

Rapidement, elle reprit ses moyens en prenant une posture lui permettant d'encaisser davantage sans que son corps n'en souffre. Elle était brillante en soit, elle était capable de s'adapter alors qu'elle n'avait rien à son avantage. Mais, finalement, la réalité rattrapa très vite la jeune fille qui ne pouvait plus supporter les divers afflux d'airs sur elle brisant ainsi sa garde sur le coup de trop. Son corps valdingua sur une courte distance et Pandore mangea le sol comme jamais. Diverses coupures avaient fait leurs apparitions sur sa peau et ses vêtements tandis qu'elle cherchait encore à reprendre ses esprits.

Elle entreprit alors de se relever bien que difficilement, tentant alors de s'aider en s'appuyant sur la garde du meitou. Il fallait être aveugle pour ne pas remarquer qu'elle avait déjà atteint ses limites. La fatigue avait déjà rongé son corps cependant, elle fixa avec volonté sa cible en face. Déterminée à devenir plus forte, elle n'allait pas arrêter pour quelques coupures.

- Continuons s'il vous plait.





http://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandorehttp://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
avatar
Alheïri S. Fenyang
Modérateur
••• Vice Amiral •••

♦ Localisation : Un peu partout.
♦ Équipage : Jaegers.

Feuille de personnage
Dorikis: 11945
Popularité: +1200
Intégrité: 1170

Sam 28 Nov 2015 - 14:39


- « Fais dodo… »

En un clin d’œil, j’étais derrière elle. La seconde d’après, je lui avais enflammé la nuque du plat de ma main droite. Pandore tomba aussitôt dans les vapes, avant que je ne soupire. Je n’y étais pas allé de mains mortes, en tout cas. Elle était bien mal foutue. J’aurai du finalement me cantonner à la défense, même si je n’avais pas du tout précisé ma position. La seule consigne que je lui avais donnée était de m’attaquer de toutes ses forces, après tout. En cela, je ne lui avais pas fait de coups de putes. J’avais d’ailleurs répliqué bien avant. M’enfin bon… Je comprenais la pauvre gamine. Elle ne s’attendait pas à des attaques d’une telle ampleur. Une lame de vent, aussi faible soit-elle, reste quand même une attaque au potentiel destructeur. Elle s’était plutôt pas mal débrouillée pour une gamine, d’ailleurs. De quoi forcer mon respect. Elle avait définitivement un indéniable talent. Mon rôle était de le faire émerger, de le mettre au grand jour, comme un mineur trouvant une pierre précieuse. Et cette pierre précieuse-là, seul le BAN était apte à la polir. Je m’en serai bien occupé si elle voulait rester dans la régulière, mais bon…

- « Vous devez la ménager, colonel. »

- « Tu trouves ? Je pense plutôt le contraire… Autant forcer son talent à éclore rapidement, fufufu ! »

- « Si vous le dites… »


Marone qui avait assisté à la séance de loin, s’était rapproché de nous, avant de soulever la jeune femme dans ses bras. Il me lança un regard réprobateur après notre échange, avant de s’éloigner de la scène. Je haussai mes épaules, puis le suivis paresseusement jusqu’à l’infirmerie où on hospitalisa la gamine. Je posai le Kashuu à côté de son lit, avant de me barrer quelques minutes plus tard. Sa vie n’était pas en danger et elle serait sur pieds dans à peine deux jours. Bonne nouvelle. Ketsuno qui apprit ce qui s’était passé, voulut me réprimander, mais je fis vite de calmer ses ardeurs, avant de me barrer de la base. Il pouvait m’arriver de déserter les lieux pendant une bonne semaine. Soit entrain de lover avec l’une de mes nombreuses maitresses (ce qui arrivait très souvent) soit en train de passer mon temps à pêcher ou à m’entrainer à la plage peu fréquenté à la face nord de l’île. Il suffisait de traverser un petit bois où il y avait quelques animaux plus ou moins dangereux, avant d’arriver dans ce coin de paradis où je me retranchais parfois… Ceux qui me connaissaient bien, savaient où me trouver dans ce genre de cas…



Deux jours plus tard…



Il était peut-être huit heures, mais il pleuvait des cordes et pas qu’un peu. Une tempête s’abattait sur Shell-Town. A cause de ce temps chaotique, il n’y avait pas âme qui vive dehors. Tous les habitants de l’île s’étaient terrés chez eux, sauf une seule personne : Moi. Je n’étais retourné à la base depuis et je n’en éprouvais pas vraiment l’envie. En fait, c’était même le temps idéal pour s’entrainer. Plus les conditions étaient difficiles et plus l’entrainement produisait ses fruits. Il fallait s’adapter à tous types de situations. Un combat pouvait survenir n’ importe où, n’importe quand et n’importe quel moment. Torse nu donc, j’étais au bord de la plage, armé d’un sabre quelconque que je maniais avec dextérité. Après une série de katas effectués avec l’arme, je balançais de gigantesques lames d’air qui fendaient la mer devant moi sur une longue et profonde distance. Les rafales de vent et la pluie assez drue semblaient ne pas m’affecter. J’allais certainement me payer un rhume après tout ça, mais peu importe. J’étais peut-être déjà assez fort, mais pas assez. Pas assez pour atteindre les hautes strates de l’amirauté. Mon but ultime.
http://www.onepiece-requiem.net/t13084-ft-de-salem
avatar
Pandore
•• Lieutenant d'élite ••


Feuille de personnage
Dorikis: 2619
Popularité: +140
Intégrité: 125

Dim 29 Nov 2015 - 16:03






Entrainement


Lorsqu'elle se réveilla, se fut d'abord un grand vide dans sa tête. Puis, vint très vite la douleur au niveau de sa nuque et des diverses blessures qui parsemaient son corps. Son esprit était encore embrumé, plongeant son regard vers la fenêtre située près d'elle, elle ne vit qu'une profonde obscurité. Combien de temps était-elle restée dans les vapes ? Plusieurs heures à en juger par l'avancement de la nuit. Grinçant légèrement des dents, elle s'en voulait de ne pas avoir eu la force de continuer à se battre. Elle s'était fait lamentablement rétamer par un monstre d'une puissance inconcevable.

Serrant son draps d'un poing ferme et frustré, si son corps n'était pas encore endolori par le précédent événement, elle se serait probablement levée pour retrouver son maitre afin de s'entrainer encore et encore. La jeune femme était dotée d'une grande maturité, mais sa fougue reprenait parfois les droits sur son esprit, si bien que dans ces moments, elle ne valait pas mieux que le premier troufion. Reprenant cependant rapidement son calme, la vision de son incroyable faiblesse perturbait grandement ses pensées. Elle avait passé la première partie de sa vie à endurcir son esprit pour devenir plus forte. Désormais, c'était en tant que marin qu'elle essayait de se forger un corps solide mais ses tentatives semblaient vaines.

- Fait chier...

Elle pesta dans son coin et fourra sa tête dans son oreiller pour ne plus à affronter le monde pour ce soir. Tentant alors de se recoucher afin de se préserver pour le lendemain, Morphée vint très vite la quérir auprès de ses bras. Malheureusement, comme chaque nuit, Pandore allait être en proie à ses plus grands démons prenant forme en des cauchemars atroces.

Deux jours passèrent, Pandore avait repris du service tant bien que mal mais, elle n'avait pas le cœur à embêter son supérieur pour une autre séance d’entrainement à sens unique. Le temps était par ailleurs plus que mitigé, il n'y avait pas moyen que l'on envoi des soldats faire leurs rondes avec une météo pareille. Profitant de ce mince repos, elle quitta la base en direction de la plage. La pluie et le vent ne la gênaient pas plus que cela, elle tenait simplement à se ressourcer dans la solitude la plus totale.

Marchant calmement à travers l'averse, elle vit de loin un homme s'entrainer. Qu'elle ne fut pas sa surprise lorsqu'elle se rapprocha en apercevant l'objet de ses doutes. Décidément, elle avait passé sa semaine à le traquer inlassablement et c'était quand elle avait le moins envie de le rencontrer qu'il apparaissait en face d'elle. Hésitant à faire demi-tour, son regard fut néanmoins absorbé par les attaques d'airs monstrueuses qu'ils dirigeaient vers l'océan. A coté de ça, les petites rafales qu'avaient reçu Pandore paraissaient être des douces caresses. Renforçant alors son idée d'impuissance totale, elle avança tout de même sans pour autant le gêner dans sa concentration.

Prenant position non loin de lui, elle le regarda pendant plusieurs minutes avant de profiter d'un moment de répit pour lui parler.

- Pourquoi l'écart entre vous et moi est si conséquent ? Qu'est-ce qui vous rend si inatteignable à mes yeux ?


Tant de réponse dont l'adolescente cherchait désespérément des réponses. Elle qui n'avait encore rien vu de la véritable vie était tourmentée par son incroyable faiblesse. Pour autant, sa motivation d'imposer une justice absolue et équitable sur ce monde n'était aucunement ébranlée. Cependant, elle espérait y arriver le plus tôt possible quitte à se sacrifier pleinement à cette cause.

- Il semblerait que j'ai de la chance de ne pas avoir été cet océan. Vous m'auriez probablement déchiqueté comme un simple fétu de paille.


Disait-elle avec un ton amer.




http://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandorehttp://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
avatar
Alheïri S. Fenyang
Modérateur
••• Vice Amiral •••

♦ Localisation : Un peu partout.
♦ Équipage : Jaegers.

Feuille de personnage
Dorikis: 11945
Popularité: +1200
Intégrité: 1170

Sam 5 Déc 2015 - 22:34


- « Si tu voyais ta gueule, hahahaha ! T’es parfois marrante, gamine ! Jolis loloches d’ailleurs ! »

Je m’étais retourné vers elle et j’avais fixé mon regard sur sa poitrine naissante bien moulé par ses vêtements mouillés par la pluie. Comment m’avait-elle trouvé ? J’en savais foutrement rien. Qu’est-ce qu’elle faisait là à part s’apitoyer sur son sort ? Là encore, mystère. Toujours est-il que je me foutais ouvertement de sa gueule. On n’avait pas idée de pleurer sur sa faiblesse après seulement quelques jours d’entrainement, sérieux… J’aurai tout vu avec ce genre de gamine. Voilà qui mettait en exergue son manque de discernement, son manque de maturité et aussi son empressement à gravir les échelons. Etre ambitieux, c’est bien, mais savoir faire preuve d’humilité et de patience et de persévérance, c’est parfois mieux…

- « A ton avis, idiote, combien de temps ai-je pris pour devenir ce monstre sous tes yeux ? J’ai trente-six piges pour info. Faut pas croire que j’en ai que vingt-deux. »


En voilà une question, qui devait lui donner matière à réfléchir. On ne devenait pas un monstre du jour au lendemain même en bouffant un fruit du démon démentiel. La seule exception était Kiyori, l’une des quatre empereurs qui avait bluffé le monde entier par son talent et sa dangerosité. Mais mis à part cette gamine, je ne voyais personne d’autres. « Après, je comprends ta frustration. Aussi marrant que cela puisse paraitre. Tu dois bien connaitre le vice-amiral Fenyang, non ? Il me faisait le même effet. » Mon père n’avait jamais été strict ou méchant avec moi, mais si j’éprouvai pour cet homme de l’admiration, son niveau que je pensais inatteignable m’avait frustré pendant longtemps. Cependant, à force de travail…

- « T’as qu’à juste bosser, si tu ne veux pas finir comme ces vagues, comme tu dis… »


Que faire, maintenant ? Continuer l’entrainement ? Ouais, non. Elle me déconcentrait, là. Elle avait même un peu brisé mon élan avec. Alors que je réfléchissais, un typhon se forma à une centaine de mètres. A une vitesse assez incroyable d’ailleurs. N’importe qui aurait été apeuré devant cette calamité, qui comme par hasard, se dirigeait droit sur l’île. Sans hésitation, j’avais adopté une position de combat en tenant fermement mon arme à l’horizontale, non pas frontalement, mais à ma gauche. Ce n’était pas mon meitou, mais peu importait. Alors que je secouai imperceptiblement la lame, l’air autour de nous se compacta progressivement autour de et forma un gigantesque rhinocéros contondant.

- « Go ! »


En relâchant le rhino d’air, celui-ci fendit l’eau dans sa course, et quelques secondes plus tard, alla s’abattre sur l’ouragan qui menaçait l’île. L’impact provoqua une gigantesque explosion de vent, pour ne pas dire une rafale qui occasionna un énorme tsunami. Mais là encore, j’avais déjà brandi mon arme au-dessus de la tête, avant de fendre l’air d’un coup de lame dans le vide devant moi. L’attaque occasionna cette fois une gigantesque onde tranchante qui se désagrégea en plusieurs petites lames de vent qui bloquèrent et annihilèrent l’avancée de la vague, telle un gigantesque rempart dont la solidité n’avait d’égal. Une fois que toute menace fut éradiquée, je me tournai vers Pandore, en pointant ma lame vers son torse :

- « Dégaine le meitou et affronte-moi. Tu n’auras aucune pause jusqu’à ce qu’il se fasse tard ou que tu tombes dans les pommes encore ! »


La dernière phrase était un brin moqueuse, mais mon ton était sérieux et mon visage ferme : C’était un ordre. Elle n’avait même pas le choix.
http://www.onepiece-requiem.net/t13084-ft-de-salem
avatar
Pandore
•• Lieutenant d'élite ••


Feuille de personnage
Dorikis: 2619
Popularité: +140
Intégrité: 125

Mar 8 Déc 2015 - 14:21






Entrainement


Encore une fois, la petite avait la démonstration flagrante de la puissance écrasante de son supérieur. Il vivait dans un autre monde comparait à elle, il respirait un air qu'elle n'était même pas capable de s'imaginer respirer. Mais, tandis qu'il se battait face aux caprices de la nature et que celle-ci se faisait allégrement martyriser par cet homme monstrueusement puissant, Pandore réfléchissait à ses derniers mots. Un fait qu'elle n'avait jamais relevé était la différence d'âge entre elle et lui. Il avait bien plus que deux fois son vécu, en soit, c'était plus que logique qu'il l'écrase encore et encore. Elle n'avait que 17 ans, l'équivalent en expérience d'une jeune pousse affrontant ses premières bourrasques de la vie.

Quant à lui, il prenait davantage l'apparence d'un chêne centenaire, fort et immuable. Cela pouvait aussi expliquer son attitude déplorable et sa tête de gland lorsqu'il tentait de laisser place à ses pulsions perverses. Haussant les épaules, elle fut bien vite interrompue lorsqu'il lui ordonna de se mettre en garde afin de réitérer une session d’entrainement. Pandore avait l'esprit embrumé, sa motivation était au plus bas et pourtant, son corps se déplaça calmement afin de faire face à cet homme.

Le Meitou qu'elle tenait en face d'elle n'avait plus le même effet qu'au départ. Alors que dans son premier affrontement, il lui donnait une sensation de force comme elle n'en avait jamais ressenti auparavant, désormais, il paraissait plus comme une bouée sans qui Pandore coulerait face à ce tsunami inarrêtable. Le poing fermement serré sur la garde, elle n'aimait pas agir comme une fille immature. C'était de son âge après tout, malgré son calme et sa capacité à réfléchir du quotidien, il fallait bien que sa crise d'adolescence trouve sa place quelque part.

Néanmoins, elle se jeta sur cet individu malgré la défaite cuisante qu'elle avait déjà pris auparavant. Tranchant bien plus l'air qu'elle n'effleurait sa chaire, cette fois-ci, il était hors de question qu'elle le laisse s'échapper sans même l’érafler ne serait-ce qu'une seule fois. Plus que de la fierté, il était essentiel pour elle de se prouver qu'elle pouvait progresser malgré tout. La défaite n'était rien si elle permettait de rendre plus forte celui qui la subissait.

Puis, elle avait maintenant l'avantage de connaitre les préférences de son opposant. Son esprit d'analyse lui permettant de nouveau de rendre ses frappes de plus en plus précises à chaque assaut. La tempête faisant rage, elle camouflait les cris de hargne que lâchait Pandore en assénant chacun de ses coups. S'il fallait qu'elle se batte comme cela pendant plusieurs heures avant de le toucher, alors elle allait tenir plusieurs heures. Sa résistance allant de paire avec sa motivation, il allait falloir bien plus qu'un coup sur la tempe pour l’empêcher de le frapper de nouveau.




http://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandorehttp://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
avatar
Alheïri S. Fenyang
Modérateur
••• Vice Amiral •••

♦ Localisation : Un peu partout.
♦ Équipage : Jaegers.

Feuille de personnage
Dorikis: 11945
Popularité: +1200
Intégrité: 1170

Mer 9 Déc 2015 - 8:58


Sauf qu’elle ne put me toucher. Une fois encore. Le temps ne fut pas commode pour se battre. En tout cas pour elle. Du reste, elle ne venait qu’à peine de se rétablir et j’étais également armé pour pouvoir contrer ses attaques. Autant de facteurs qui avaient rendu sa tâche ardue. Pour autant effectivement, Pandore sembla ne pas vouloir baisser les bras, si bien que nous finassâmes l’entrainement quelques heures plus tard, à la tombée de la nuit. La voir dans les pommes devant moi avec des habits qui lui collaient à la peau donnerait des idées tordues à n’importe qui, mais j’ignorai tout cela. S’il m’arrivait effectivement de la p’loter et de la flatter à ma manière, il n’en demeurait pas moins qu’elle restait une gamine. Encore innocence. Inexpérimentée. Le fruit n’était pas encore mûr pour être consommé. De la patience ? Plutôt du désintérêt. Laissons ce popotin aux plus jeunes. Ils en feront bon usage, tiens !


*** Période hivernale, 1622-1623 ***


- « Ne faiblis pas ! Plus que 1000 coups et tu complèteras les 10000 shômen ! Continue ! »

L’an 1623 avait marqué mon explosion sur la scène internationale, si je peux le dire ainsi. Malgré ma position sur les Blues, je me faisais un nom même sur Grand Line suite à mes exploits retentissants. Avec moi sur Shell, la ville était réputée comme étant imprenable. Pirates et révolutionnaires se cassaient toujours la gueule face à moi. Cependant, toutes ces péripéties ne m’empêchaient pas de superviser l’entrainement de la gamine. Et il faut dire que je n’y allais pas de mains mortes. Je la poussais jusqu’à ses extrêmes limites, comme le prouvait cet entrainement, dans la neige, où je l’obligeais à exécuter des coups d’estoc dans le vide plus de 10000. La visée était à la fois physique et mentale. L’idée était de la faire grandir et de la faire évoluer sur tous les plans. Ce qui se dessinait petit à petit. Un joyau, cette gamine. Aucun gosse de sa promotion n’arrivait à faire pareil. Sauf ce petit con de Yamamoto…


*** Période printanière, 1623 ***


- « Oh, bien joué… Pour une future marine d’élite ! »

En guise de récompenses, une claque sur le cul ! Impressionnante, cette gamine. Elle venait de me bluffer une fois encore et même Ketsuno, debout dans un coin de mon bureau, n’en revenait pas. De quel entrainement s’agissait-il tout simple ? Simple. De stratégies en tant de crise, de guerre. J’avais estimé qu’il lui fallait aussi des cours au niveau de la commanderie et de la stratégie. Même sur le terrain, il fallait parfois utiliser son cerveau en plus des muscles. Je l’avais donc initié à la stratégie militaire sur des maquettes et force était de constater qu’elle était plutôt intelligente. Promise à un bel avenir ! Colonel d’élite, peut-être ? Prêtons-nous au rêve. Elle pouvait me surpasser que je n’en éprouverais que de la joie et rien que cela. J’étais un maitre après tout. Un instructeur. Et mon rôle était de faire émerger les jeunes talents. Rachel, Yamamoto, elle… J’en dénichais des vrais, et je n’en étais pas peu fier, clairement.


*** Période estivale, 1623 ***


- « Ah ? C’est difficile ? Et qu’est-ce que j’en ai à foutre ? Tu crois que tu peux toujours manier des épées avec un corps aussi frêle ? Ouais ouais, vas-y, lance-moi ton putain de regard, mais lève-moi ton gros cul et continue ton boulot ! »

Assis sur un rocher et couvert de bandes qui couvraient bien mes blessures -Les aléas des missions et combats dantesque-, je regardais la jeune femme soulever des charges lourdes et les trainer jusqu’à un point donné. L’idée était non seulement de tonifier ses muscles de sorte à ce qu’elle acquiert une force physique notable, mais aussi de démultiplier son endurance. Alors, je poussais fort. Je lui faisais faire le tour de l’île 300 fois, lui faisait faire des pompes et de la musculation à n’en plus finir, jusqu’à ce qu’elle tombe d’épuisement comme d’habitude. Ce genre d’entrainements portait ses fruits, puisque ses coups d’épées avaient plus de « poids » et qu’elle arrivait à me suivre sans trop de problèmes. Ceci étant, je m’arrangeais toujours pour sortir sans la moindre égratignure. Presque une année sans pouvoir me toucher. Abusé ? Pas vraiment. Il y avait encore un fossé entre elle et moi. Un gouffre encore un peu trop énorme. Sauf que…


*** Période automnale, 1623, vers la fin de la même année ***


- « Que… ? Hein… ? »

Franchement, j’étais surpris. Ce n’était pas comme si j’avais relâché ma garde ou que je n’étais pas sérieux dans nos entrainements, mais là, j’étais sur le cul. Après presque un an… Pandore avait fini par m’avoir. Un coup de meitou bien placé, qui, malgré ma garde plutôt parfaite, m’avait barré le torse de façon oblique. Et profonde, en plus. Pas une mince affaire. Je regardai mon sang couler, toujours sur le cul, avant de casser ma position de combat et ranger mon épée, sourire aux lèvres. Une petite entaille aurait été un coup de chance. Mais une aussi grande et profonde blessure indiquait que son attaque n’était pas due au hasard. Elle s’était habituée à mes mouvements, avait calculé son coup de fort belle manière, avant de me la mettre à l’envers, carrément. Bluffant ! Effrayant aussi. Rachel avait mis des années pour réussir ça. Je n’imaginais pas ce qu’elle donnerait dans cinq ans. Elle deviendrait un monstre de puissance.

- « Tu vas trouver ça exagéré, mais t’as le niveau d’un lieutenant-colonel, là. Eh… Dire qu’elle n’était pas plus forte qu’un sergent au tout début… Cette blague, nfufufufu ! Bah, faut croire que j’ai plus rien à t’apprendre, gamine. T’as toutes les bases d’une bonne épéiste. A partir de maintenant, c’est à toi de tracer ton chemin, à définir ton propre style de combat. Deux épées ? Trois ? Neuf ? T’as l’embarras du choix… Ah… Et rends-moi mon meitou. Tu vas devoir en trouver un par toi-même ! Ouais, la dure vie hein ! Et puis… J’te l’avais pas dit, mais l’amiral Kenpachi veut que je bouge avec le Léviathan dans quelques mois sur Grand Line. Je m’inquiétais de savoir si un jour tu réussirais à me prouver ta valeur, mais maintenant que c’est chose faite, je pense que je peux dormir tranquille. T’inquiète pas, je ferai en sorte que tu sois transféré dans un bon endroit. Ou même au Ban. On verra bien ce que la paperasse donnera. »

Et sur ce, je récupérai mon meitou dans ses bras et lui tourner le dos pour m’en aller en chantonnant, n’attendant même pas sa réponse ou une quelconque réaction.


*** Le soir même ***


- « C’est inadmissible ! Avec toute la surveillance autour du Léviathan ! Il est pourtant presque achevé ! Et qui peut bien faire ça ?! »

Réunion de « crise » dans mon bureau. Tous les officiers de la base présents avaient la mine grave. Ils avaient l’air de ne pas comprendre ce qui se passait. Depuis plus d’une semaine, le chantier du Lev’ était saboté par on ne sait qui. Mais les criminels ne se limitaient pas seulement à vandaliser le navire. Ils volaient également des fournitures nécessaires à son achèvement. Bois d’adam, granit marin, poutres métalliques, fer… Bref, tout ce qui était nécessaire à la construction ou à la réparation d’un navire. L’histoire aurait pu s’arrêter là, sauf qu’ils avaient réussi à neutraliser Marone qui, cet après-midi-là, supervisait les travaux et surveillait de près l’endroit. D’ailleurs, ce dernier était assis près de moi, torse nu, avec un bandage qui entourait son torse. Il avait frôlé la cata comme on dit. Et il était formel ! L’auteur de ces crimes n’était autre qu’un bretteur. C’était évident vu la nature de sa blessure. Un bretteur, hein…

- « Salem, laisse-moi gérer ça ! Je vais en fin- »

- « Non. »

- « Mais… »


La stupeur se lut sur tous les visages des officiers qui me faisaient face. Ils pensaient que j’allais me dévouer… « J’ai besoin de toi ici pour certaines choses Ketsuno et tu le sais. Pareil pour vous tous. » Le silence fut. Silence pendant lequel je m’étais lentement tourné derrière moi, pour regarder Pandore, à qui j’avais donné l’autorisation de participer à cette réunion. Ce moment de « crise » comme ils l’appelaient tombaient à pic pour moi. « Tu t’occupes de ce problème, Pandore. Dorénavant, c’est toi qui t’occuperas de la surveillance du chantier, de jour comme de nuit et tous les soldats qui sont sur place seront sous ton commandement. L’imbécile qui fait tout ça est fort, donc prends mon meitou. Je veux des résultats dans moins d’une semaine. T’as pas intérêt à me décevoir... » Toute l’assistance fut stupéfaite. Il eut même des protestations. Mais je fis sortir tout le monde. L’ordre était donné. Il n’y avait plus à discuter.
http://www.onepiece-requiem.net/t13084-ft-de-salem
avatar
Pandore
•• Lieutenant d'élite ••


Feuille de personnage
Dorikis: 2619
Popularité: +140
Intégrité: 125

Jeu 24 Déc 2015 - 0:35






Mission ?


Quasiment une année s'était écoulée depuis la première rencontre entre Pandore et Salem. Une année, c'était ce qu'il avait fallu à Pandore pour progresser énormément non sans l'aide prodigieuse de son professeur. Sa montée en puissance venait pas ailleurs davantage de lui que d'elle, cela faisait plusieurs mois qu'elle s'accordait à dire qu'elle n'aurait pas pu avoir un meilleur maitre que lui en terme d’apprentissage. C'était sans compter ces divers travers qui avaient valu à la demoiselle énormément de problème mais bon... c'était le prix à payer pour s'endurcir. Puis, à force, Pandore commençait à avoir de la bouteille pour gérer le comportement de son mentor, si bien qu'elle ne tombait plus aussi facilement dans ses provocations futiles.

Dans tous les cas, au cour de cette année, Pandore avait drastiquement changé. Sa sociabilité était toujours au poids mort mais, elle n'avait plus rien à voir avec l'adolescente du départ. Moins impulsive, plus réfléchie, c'était en soit la continuité logique de ce petit bout de femme qui avait d'ailleurs encore gagné en forme réjouissant les yeux de son maitre.

Néanmoins, sa préoccupation du moment était tout autre. Le chantier était en proie à du vandalisme et personne n'était capable de mettre un terme à cela. Cela avait commencé par quelques vols de plus en plus fréquents pour finir par l'attaque de Ketsuno qui était en piteux état. Alors que la situation semblait déboucher sur un cul de sac, cela était sans compter sur l'esprit désaxer de Salem qui eut rapidement fait de voir là un moyen d’embêter encore plus Pandore songeuse.

Ainsi, sa nouvelle mission fut rapidement décidée aux grand damnes de tous qui refusaient de croire en une jeune recrue. Pourtant, elle avait déjà quelques années de services derrière elle mais, ce qui gênait le plus les autres étaient qu'elle avait carte blanche pour démasquer le coupable. Tous le monde pensait qu'elle était bien trop incompétente pour régler ce soucis qui avait causé déjà un blessé.

Elle hocha la tête sans rechigner, c'était une occasion pour elle de s'expérimenter davantage bien qu'elle aurait voulu ne pas avoir à faire face à tant de jugement. Salem lui fit un rapide sourire et la laissa rapidement bien seule. Elle avait une petite semaine pour régler ce soucis, seulement une semaine.

Songeuse, bien qu'il faisait tard, elle décida néanmoins d'étudier son sujet davantage et fouilla dans les archives du chantier. La carte blanche lui permettait bien des choses dont elle n'aurait aucun droit en temps normal. Ketsuno n'avait pas eu l'occasion de mettre un visage sur son agresseur ce qui mettait encore plus de difficulté dans cette quête impossible. Enfin... Impossible n'est pas Pandore.

(La suite arrive)



http://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandorehttp://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
avatar
Pandore
•• Lieutenant d'élite ••


Feuille de personnage
Dorikis: 2619
Popularité: +140
Intégrité: 125

Jeu 24 Déc 2015 - 0:56






Mission ?


La nuit était tombée depuis bien longtemps maintenant tandis que Pandore avait éparpillé un peu partout les dossiers du chantier dans ses appartements. Vérifiant la liste des effectifs présents pour chaque jour de la semaine, elle avait le droit à une liste de nom accompagné d'une myriade de photo et d’horaire en tout genre. La solution à ce problème se trouvait dans cette liste truffée d'informations, le chantier ne pouvait pas être attaqué de l'extérieure. C'était la solution qu'avait très vite choisi Pandore en tentant de se mettre dans la peau du brigand.

Le chantier était bien trop gardé, il fallait avoir un alibi en béton pour pouvoir accéder à la réserve et à s'en sortir ni vu ni connu. La cible ne pouvait venir que de l'intérieure, pour pouvoir emporter et transporter les divers matériaux loin du chantier. Ainsi, c'était rapidement que Pandore avait creusé son sujet en scrutant la liste de fond en comble. Son esprit analytique était prodigieux pour ce genre de tâche, tel un ordinateur elle mémorisait chaque information pour les classer une à une et donner un tout cohérent.

Très vite, elle commençait à éliminer divers candidat à la course pour la trahison. Il y avait une vérification des fournitures chaque matin quelques heures après l'aube et chaque soir. Ainsi, tous les vols avaient été recensé en fin de journée permettant à Pandore de rétrécir le créneau horaire de ses recherches. Un individu travaillant sur le chantier mais n'ayant rien à faire dessus dans l'heure serait passé très vite suspect aux yeux des marines qui étaient déjà plus qu'aux aguets avec les divers événements. Ainsi, il ne restait plus qu'à Pandore une centaine de noms à éplucher un à un.

Décidant de ne pas dormir afin de résoudre ce soucis au plus vite, elle alla récupérer les dossiers de chacune des personnes afin de les analyser correctement. C'était ainsi que procédait Pandore, sans aucune précipitation, elle ne laissait place qu'à la précision et balayait tout hasard dans ses jugements. Si ses raisonnements étaient bons, alors le malandrin n'avait qu'à bien se tenir.

Ainsi, défila de longues heures dans lesquelles la jeune femme ne se reposa pas une seule seconde. La blessure de Ketsuno avait été une véritable aubaine aux yeux de Pandore qui avait rapidement déduit que le bretteur était gaucher. L'angle et la trajectoire de la blessure permettait de rapidement faire l'amalgame pour une épéiste comme Pandore. De plus, les quantités de marchandises volés chaque jour pesaient bien plus qu'une dizaine de kilos. Seul un homme particulièrement musclé pouvait espérer faire passer ça sans se faire remarquer et avec une aisance certain.

Alors que le soleil vint frapper la jeune fille de plein fouet à travers la fenêtre, elle reprit rapidement l'uniforme et alla se positionner dans un endroit stratégique, là où elle avait une vision presque entière des travaux. Elle n'avait seulement que cinq visages à repérer et s'est ce qu'elle fit avec une grande ardeur dans la tâche. Elle n'avait que très peu espoir de trouver le coupable dès le premier jour, un homme doté de bon sens n'irait pas récidiver alors qu'il venait de blesser le plus proche ami du gérant de ces lieux. Enfin... Encore fallait-il qu'il soit doté de bon sens.

(La suite arrive ! )




http://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandorehttp://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
avatar
Pandore
•• Lieutenant d'élite ••


Feuille de personnage
Dorikis: 2619
Popularité: +140
Intégrité: 125

Jeu 24 Déc 2015 - 1:22






Mission ?


Trois jours venaient de s'écouler et la situation commençait à se stagner. Pandore avait rapidement filtré pour ne laisser place qu'à deux prétendants aux titres. L'un était un colosse bossant en tant que charpentier tandis que l'autre bossait plutôt dans le domaine de la sidérurgie. L'orgueil de Pandore la poussait à ne pas les suspendre tout les deux afin de s'assurer de capturer le bon dans le lot. Elle voulait choper le coupable avec brio sans que personne ne puisse rien redire sur elle. Par ailleurs, elle avait fait en sorte de s'isoler un maximum et de rendre compte à un minimum de personne. Pas même Salem ne connaissait l'avancement dans son enquête. La discrétion était de mise et fallait l'avouer, Pandore n'avait aucunement envie d'être parasité par des avis externes.

Les heures s'écoulèrent tandis que l'un des travailleurs se dirigea vers la réserve alors que celle-ci n'était plus gardée depuis quelques minutes déjà. Il n'était aucunement suspect mais Pandore voulait s'assurer que son instinct la trompait et qu'il n'y avait aucune raison de s'inquiéter. Sa logique était parfaitement huilée, il n'y avait pas moyen qu'il soit le coupable qu'elle espérait.

Quittant ses positions, elle pénétra dans la réserve avec un pas néanmoins prudent. Essayant de se faire discrète, elle pouvait entendre un léger bruit provenant du fond, là ou était rangé tous les divers outils nécessaires à la construction du projet. Le meitou auprès d'elle, elle s'approcha et vit rapidement que l'individu était entrain de remplir un sac épais de tous ce qui lui venait par la main. Il fut surprit en voyant Pandore tout autant qu'elle en se rendant qu'elle s'était fourvoyée ! Brandissant son Meitou, elle le fixa de son regard méprisant.

- Rends toi !

Celui-ci se leva avant de dégainer un canif situé à l'arrière de son pantalon. Affichant un sourire mesquin, la reddition sans violence semblait inenvisageable. Pour autant, ce qui perturba le plus Pandore était la meilleur que son opposant avait de tenir son arme. Celui-ci était clairement droitier !

- Mais si tu n'es pas l'attaquant de Ketsuno, qui...

Elle n'eut pas le temps de terminer sa phrase qu'elle sentit la pointe d'une épée au creux de son dos. Détournant le regard, elle vit le charpentier affichant un sourire plus que malsain, comptant d'avoir trompé sa proie ! Qu'elle idiote elle avait été ! Durant tout ce temps, elle n'avait même pas envisagé la possibilité que le voleur puisse être des voleurs. Pestant intérieurement, elle ne paniqua pas et se contenta de lever les mains afin de montrer sa soumission.

Les deux s'esclaffèrent lourdement et baissèrent leurs gardes pendant quelques infimes instants. Il n'y avait que Salem pour comprendre que Pandore ne se rendait jamais à l'ennemi qu'importe la situation. Profitant pour dégainer rapidement son meitou, c'est le bras gauche du bretteur qui passa un mauvais quart d'heure, se décrochant rapidement du reste du corps.

Tandis que l'un cria de douleur, l'autre se jeta sur Pandore pour tenter de la planter. C'était sans compter son genou qui vint s'ancrer dans son abdomen lui coupant le souffle par la même occasion. Utilisant son meitou à bon escient, elle fit une profonde entaille dans le corps de l'autre malandrin avant de se retourner pour faire face à celui qui n'avait désormais plus qu'un bras.

Fou de rage, son esprit submergé par la douleur, il se lança sur Pandore en tentant de l'écraser de toute sa force. Esquivant habilement, celui-ci était d'une lenteur extrème comparé aux mouvements vifs de Salem. A en croire que cet entrainement lui avait accordé une force prodigieuse. Attaquant violemment la nuque de son adversaire à l'aide de la paume de son épée, celui-ci dont le sang giclait encore abondamment vint trébucher sur son collègue et perdit conscience.

Les soldats rameutés par les cris et les divers échanges de coup virent une Pandore n'ayant pas lésiné sur les moyens pour neutraliser ses adversaires. Les deux étaient encore vivants, fébriles mais vivants. Ils allaient pouvoir déballer absolument tout leurs méfaits une fois le rétablissement établit...


-------------------------------

Quelques heures plus tard, après une douche méritée et un rapport rudement rédigé, Pandore vint toquer au bureau de Salem. Lorsqu'elle entendit l'approbation de celui-ci pour qu'elle puisse entrer, elle pénétra dans les lieux et vit par la même occasion Ketsuno aux cotés de son maitre. Toujours avec une rigueur martiale, Pandore présenta son rapport recensant alors les activités de ses trois derniers jours et prit position en attendant une réaction de son chef.





http://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandorehttp://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
avatar
Alheïri S. Fenyang
Modérateur
••• Vice Amiral •••

♦ Localisation : Un peu partout.
♦ Équipage : Jaegers.

Feuille de personnage
Dorikis: 11945
Popularité: +1200
Intégrité: 1170

Sam 26 Déc 2015 - 14:47


- « Bon boulot gamine, nfufufufu ! »

J’eus un sourire aux lèvres. Cette petite était une pépite ! Mon flair d’instructeur ne m’avait pas du tout trompé et mes efforts ainsi que les siens, durant toute cette année, avaient porté leurs fruits. Mais il était temps pour elle de se faire un nom elle-même au sein même de la marine. Aussi m’étais-je gaillardement levé de mon siège pour contourner mon bureau et me tenir devant elle. Tranquillement, je récupérai mon meitou qu’elle avait eu le loisir de manier pour la dernière fois, avant de le jeter derrière moi, dans un coin du bureau. Je fis signe à Ketsuno de sortir comme nous l’avions convenu et lorsque ce fut fait, je me mis à caresser la tête de la gamine. Sauf qu’une poignée de secondes plus tard, je l’avais soulevé façon sac à patates, avant de la poser sur l’une de mes fortes épaules et non sans claquer son gros derche pour le fun de la chose, on s’entend. Elle n’allait jamais l’oublier ce jour si particulier !

- « Allez, t’as plus rien à faire dans cette base, j’te raccompagne jusqu’à la sortie, hahaha ! »


Sans attendre plus longtemps, je sortis avec Pandore. Si plaintes il y avait, je ne les écoutais même pas. Et vu ma force écrasante, je ne me rendais pas compte de ses coups ou autres tentatives, si là encore il y en avait. En fait, je l’ignorais partiellement, tout en la tenant fermement et en baffant ses fesses de temps à autres. Elle allait me haïr, c’était clair, mais le tout était amusant en tout cas. Je pris tout mon temps avec la pauvre fille sur mon épaule. Je descendais tranquillement les escaliers et je faisais des grands détours en prenant soin de bien l’exhiber à la vue de tous ; tant et si bien que toute la base ou presque nous vit. Personne n’osait demander ce qui se passait, même si la nature de mes actions poussait certains à se questionner vu que Pandore avait réussi la petite mission que je lui avais confié. Je me pavanai comme ça avec elle pendant plus de dix minutes, avant que nous arrivions à l’entrée principale des lieux :

- « M’en veux pas gamine ! J’te faisais faire tes adieux à tout le monde ! »


Sans ménagements, je lui administrai une dernière fessée, avant de la jeter carrément au sol, sur ses fesses, au seuil d’entrée, gros sourire pervers aux lèvres. Même pas le temps de reprendre ses esprits que Ketsuno était apparue vers elle pour lui jeter un sac de bagages qui contenait toutes ses affaires qu’elle avait rangé dedans, à la hâte. « Oui, je sais, je suis détestable, mais vu que tu ne m’as jamais vraiment aimé, qu’est-ce que ça change, hein ? Nfufufu ! » Ketsuno soupira, avant d’aller poser une épée de bonne facture dans les bras de la gamine, tandis que pour ma part, je fis sortir une très grosse enveloppe bien fournie que je balançai sur ses boobs, sans aucune gêne. Les gardes prêts de la porte ne comprenaient pas au vu de leurs mines ahuries, mais ce n’était pas comme s’ils avaient besoin de saisir quoi que ce soit. Je finis par donner dos à la jeune fille, tout en lui faisait un au revoir de la main.

- « La prochaine fois qu’on se verra, ce sera certainement sur Grand Line. Je le raconte pas souvent, mais j’ai pour ambition de faire partir de l’amirauté et de grimper les échelons, encore et encore et ce jusqu’au sommet ! De ce fait, je ne compte pas revenir sur les Blues avant longtemps, donc t’as intérêt à progresser et à venir me montrer le fruit de ton travail ! Ah et… Tu laisses personne toucher ton gros cul avant moi. Je veux être le premier, nfufufu ! »

Suite à ces paroles, je disparus derrière les grandes et lourdes portes de l’entrée principale, suivie de près par Ketsuno qui me réprimandait déjà.

Dans l’enveloppe, il y avait la bagatelle de trois millions de berrys…

Et plus important encore, une recommandation pour le BAN écrite et signée par mes soins.

L’avenir s’ouvrait à elle.
http://www.onepiece-requiem.net/t13084-ft-de-salem
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1