AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Celui que je n'ai pas égalé

avatar
Loth Reich
Administrateur
Moine Hérétique

♦ Localisation : Blues
♦ Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Dorikis: 5227
Popularité: +728
Intégrité: 710

Sam 2 Jan 2016 - 17:40


________________________________________

Blackstone Island

Située tout près de Calm Belt, Blackstone avait été pendant longtemps la possession d'un des plus farouches ennemis du Gila. Vaincu en 1624 à la suite d'une magouille de Loth sur ordre du Reptile, l'île était depuis inhabitée. Uniquement connue de Loth, du Gila et de ses hommes qui avaient participé à la magouille. Blackstone était un amas compacté de rochers que l'eau de mer avait rongé et transformé en gruyères. L'île abritait une dizaine de criques, ce qui en faisait un excellent garage pour des péniches. En 1626, elle servit de quartier général à la flottille des quinze navires des Autres engagée par Loth pour l'opération Victoire à Tout Prix.

- [...] Cette île peut être prise par ses trois canaux grâce auxquels South Blue s’immisce jusqu'à son cœur, acheva Loth après une heure d'exposé.

- Et ces renseignements, vous les tenez de ?

- J'ai un espion dans leurs rangs. N'oubliez pas que les Autres ont failli me faire la peau à Boréa. Depuis, j'ai réussi à faire infiltrer un espion dans leur compagnie qui a élu ses quartiers sur les Blues. Je ne sais pas où est le reste de leur flotte mais je tiens pour certain que celle-là est la responsable des actes de piratages des cargaisons de bois ayant eu lieu le mois passé et conduit à la faillite de la Goliath. Vous dirigez désormais la 19e et détenez sa puissance navale. Nous pouvons les frapper forts et les éliminer d'un coup de filet. Selon mon interne chez eux, cette flottille serait commandée par Mölnira, un notoire mercenaire de Grand Line primé à trente-cinq millions de Berry.

- C'est une chance à ne pas rater Orbea, appuya le prince Régent.

Godric Orbea n'avait certes pas la science déductive d'Arsène Dickson mais de là à le prendre pour un imbécile... Les "infos" de Loth tombaient trop à pic et même un bourrin comme lui ne put que remarquer qu'il était utilisé dans un scénario contrôlé à l'avance. Et ce qui lui donnait cette certitude était la nature des produits piratés par les Autres. Du bois non raffiné, provenant directement de la forêt. Qui diable volait ce genre de chose ? Et pourtant, ces détournements avaient conduit à la faillite de la plus importante entreprise de construction de navires de luxe de Bliss, du pain béni pour la famille royale qui avait ensuite racheté le tout. Sans parler de l'effondrement du fonds d'investissement qui soutenait la dite entreprise... Quelque chose ne tournait pas rond, le Bouclier de Bliss en était convaincu et s'il était aussi certain d'une chose, c'était qu'il ne voulait pas fourrer son nez dedans. En tant qu'ancien garde royal, il déifiait la famille royale guerrière de Bliss et ne tenait pas à se mêler de leurs affaires.
Même la Marine utilisait des criminels pour parvenir à ses fins. Les Shishibukai en étaient la preuve vivante.

- Je monte l'opération alors.

Deux jours plus tard, une flotte de plusieurs cuirassés et d'une dizaine de croiseurs s'ébranla de Portgentil, direction les abords de Calm Belt. Émeline avait été prévenue, Avada aussi. Pendant un mois, elle avait copiné avec les Autres mais aujourd'hui, elle leur dirait adieu. Connaissant le fin mot de toute cette histoire un mois à l'avance, l'androgyne tueuse à gage s'était chargée de miner les principaux points névralgiques de l'île dans l'attente de ce coup de filet.
Les Autres étaient des mercenaires surentrainés mais Loth espérait que la destruction de l'armurerie qu'ils avaient installée sur Blackstone ainsi de la crique qui abritait leur port allait les rendre plus vulnérables pour la 54e. Bien sûr, le prince Régent, désirant devenir le Héros de Bliss fit partie de l'attaque.

C'était une soirée de pleine lune. Ils comptaient sur la pénombre pour camoufler leur approche mais c'était raté.

- Hé ! On dirait... Ce sont des explosions ?

- Non, impossible, elles devaient attendre mon signal. Et merde ! jura-t-il quand une puissante déflagration d'un orange intense illumina la nuit, ne laissant aucun doute face à ce qui se déroulait sur l'île. Qu'est-ce qu’elles foutent ?

PULUPULUPULUPULUPULUPULU !


- Hé, Émeline, qu'est-ce qui se passe ?

- Hein ? Vous avez attaqué l'île sans nous le dire ?! On a déclenché les bombes !

- Quoi ? Nous sommes encore 10 miles ! Ce n'est pas nous !

- Quoi ? Quelqu'un  attaque l'île en tout cas. Oh putain ! fit-elle alors qu'en fond sonore, Loth entendit une rafale de mitraillette.

- Quelqu'un ? Une seule personne ? Et Avada ?

- C'est ce qu'il gueule ! Je l'ignore, elle est partie je-ne-sais-où.

- Sors de là, trouves-toi un abri, nous arrivons !

La conversation se déroula à l'abri des oreilles de Godric Orbea trop occupé à diriger la flotte. La Marine encercla l'île comme prévu. Blackstone était sans dessus-dessous, des sources intenses de flammes brulaient en de différents lieux, les mercenaires ne savaient plus où donner de la tête. Les balles crépitaient, fusaient, les bombes explosaient. Et nulle part, un signe visible d'un quelconque ennemi. Une seule personne pouvait-elle causer cette scène de chaos ?

De chaos, les Marines y ajoutèrent les leurs. Passant à l'attaque, ils prirent par surprise des mercenaires déjà désemparés, incapables de fuir par la mer à cause de leur flotte en feu dans une des criques. Les pièges incendiaires d’Avada avaient marché. Malgré tout, le combat dura près de trente minutes. Jay-jay se jeta à cœur joie dans la mêlée et Loth constata une nouvelle fois que les légendes sur les rois guerriers de Bliss n'étaient pas de la poudre aux yeux. Il utilisait une des techniques du Poing Divin connu sous le nom de Poing Tranchant. Ses mains muées en de véritables lames tailladaient les chairs, tranchaient les obus de canon, arrachaient les cœurs.  

Une demi-heure plus tard, Blackstone était entièrement aux Marines. Les péniches de bois étaient saufs et les lieutenants de la flottille, éliminés. Par contre, ils ne virent pas de trace du fameux Mölnira, jusqu'à ce qu'ils repérassent sa tente loin du camp principal de son armée. Ils s'y engouffrèrent le découvrirent, mort. Il avait opposé une certaine résistance à celui qui l'avait attaqué puis succombé à sa puissance supérieure. Couché sur le dos, son torse était balafré en diagonal par une immense entaille. Aucun indice sur son assaillant à part...

- C'est un champignon ? demanda Jay en pointa de l'index la boule noire qui se trouvait non loin du corps.

- Pas n'importe quel champignon... C'est une truffe...

________________________________________

Quelques heures plus tôt...

D'horribles cauchemars l'assaillaient. Couché en position fœtal, il tremblait sous la couverture qui le protégeait du froid de South Blue.
Il se revoyait enfant, dans la guerre civile. L'orphelinat, sa famille, les miliciens. Des cadavres, des os, tous. Depuis combien d'années n'y avait-il plus pensé ? Non... ce n'était pas la véritable question. Quand diable a-t-il jamais cessé d'y penser ? Ces cadavres, des sourires aujourd'hui disparues, tous ces gens qui avaient cru en lui et qu'il avait précipité dans une mort certaine...
Combien de fois avait-il prié pour qu'ils viennent le chercher, lui infliger la sentence qu'il méritait tant ? Jamais il n'aurait dû vivre aussi longtemps, aussi joyeux. D'ailleurs, l'avait-il déjà été ?

Soudain se matérialisa une forme dans la pénombre qui l'entourait. Une forme fantomatique qui se déplaçait en oscillant de gauche à droite. Sa voix, une sorte de râpage.

- LÂCHE ! avait-elle hurlé. TROP LÂCHE !

Elle disparut et le laissa seul avec ses tourments. Lâche, oui, il avait été trop lâche pour se prendre la vie. Trop lâche pour appliquer de lui-même cette sentence qu'il croyait tant mériter ! Était-ce pour ça qu'il s'était engagé dans la Marine ? Faire un peu le bien en ce monde ? Convaincu que chaque personne sauvée pourrait en quelque sorte diluer tout ce mal qu'il avait fait ? Lâche et idéaliste, Gaiden Grantz II avait raison. Quand avait-il jamais regardé son passé en face ? Pourquoi se réfugiait-il derrière ce concept abstrait d' "Ordre" ? L'ordre comme remède au chaos. Le chaos engendrée par la guerre dans laquelle il avait vu le jour. Le chaos qui provoquait des décisions lourdes de sens comme celle qu'il avait prise, celle qui avait conduit à la mort de tous ces gens...

D'ailleurs, n'était-ce pas eux là dans l'ombre ? Qui revenaient réclamer le dû qui leur échappait depuis si longtemps ? Doucement, ils l’encerclèrent et l'acculèrent. Il n'opposa guère de résistance. Cette faucheuse, il l'avait attendue depuis trop longtemps. Les ombres se rapprochèrent et leurs innombrables mains se resserrèrent autour de cet homme qui désirait mourir depuis tellement d'années qu'il accueillit cette perspective avec sourire. Mais tout d'un coup, plus rien. Les ombres se retirèrent progressivement, fusionnèrent pour créer une entité géante qui le surplombait de sa hauteur.

- TROP FACILE ! VIVRE, TU VAS VIVRE, SOUFFRIR DE TA VIE, COURIR SANS SUCCÈS APRÈS LE PARDON. TA SOUFFRANCE, ARSÈNE, NOTRE BONHEUR ! TU VIVRAS, PENDANT ENCORE LONGTEMPS ! ET LA SOLITUDE, TU TESTERAS !

- Un rêve, juste un mauvais rêve ! fit-il en se réveillant en sursaut.

Sans hésiter, il plongea la tête par-delà le bastingage et accueillit la fraicheur procurée par South Blue avec félicité. Des jours que ces rêves récurrents venaient le hanter. Cette affaire de Prometheus avait réellement fini par déteindre sur lui. Elle avait mis fin à une carrière qu'il pensait clôturer depuis un moment. N'avait-il pas juste saisi la balle au vol ? Et tous ses officiers et sous-officiers qu'il avait abandonné sans un mot ? Moralès, Cocorico et consort ?
A cette pensée, une boule de chagrin se forma dans son cœur. Pourquoi fallait-il considérer les autres dans une décision qui ne concernait que lui et lui seul ?

Enfin, soit. Il ne savait pas où ce nouvel avenir allait le mener, mais il était savait ce qu'il allait faire maintenant. Loth Reich avait bien manœuvré et réussit à lui cacher la première moitié de son opération en coalition avec le prince régent. Mais il connaissait la suite, il savait qu'ils allaient se retourner contre ceux qui les avaient aidés pour faire amende honorable. Employer des mercenaires puis se retourner contre eux... Était-ce ça la Justice Absolue selon Gaiden Grantz II ?

Soit, il allait appliquer la Justice selon Arsène Dickson. Les Autres... Loth était plutôt bon, pensa-t-il, mais il croyait trop en l’absoluité de certaines de ses informations. Comme par exemple croire qu'il était le seul au courant de l’existence de Blackstone Island... Ou qu'un excellent limier ne pouvait deviner la direction probable d'un convoi en se basant sur des informations comme la taille du navire, sa vitesse, son tirant d'eau, le vent, la météo et cetera...

Il avait encore beaucoup à apprendre et à perfectionner avant de rejoindre cette Organisation. Le Chef avait voulu qu'il, Arsène Dickson, lui propose de les rejoindre mais, il l'avait jugé encore trop immature. Kindaichi Doyle aussi avait été de cet avis après l'affaire du Réplicateur de Boréa.
Le temps viendra où Loth Reich sera à même de les rejoindre, se dit Dickson montrant son tatouage à l'épaule au clair de lune mais pour l'instant, ce n'était encore qu'un Limier débutant. Incapable de voir qu'en réalité, depuis le début de cette affaire "Ashura", on le mettait à l'épreuve.

http://www.onepiece-requiem.net/t10961-loth-reich-le-marchand-heretiquehttp://www.onepiece-requiem.net/t12978-fiche-technique-de-loth
avatar
Loth Reich
Administrateur
Moine Hérétique

♦ Localisation : Blues
♦ Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Dorikis: 5227
Popularité: +728
Intégrité: 710

http://www.onepiece-requiem.net/t10961-loth-reich-le-marchand-heretiquehttp://www.onepiece-requiem.net/t12978-fiche-technique-de-loth
Page 1 sur 1