AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  

-35%
Le deal à ne pas rater :
[Ventre flash] Xbox One S All Digital + 3 jeux + 1 mois au Xbox Live ...
149.99 € 229.99 €
Voir le deal

Smoke & Mirrors

Wade
Wade

♦ Localisation : Whiperia

Feuille de personnage
Dorikis: 2300
Popularité: -93
Intégrité: -86

Sam 23 Jan 2016 - 22:44

Abords de Lavallière, steppes. 1626. Crépuscule.

Il est de coutume de dire ici bas que les peuplades boréales ont au coin du cœur le soleil qu'ils n'ont pas au dehors. La chaleur de Lavallière est à l'aune de la réputation qu'on m'en a dressé. La belle du nord jouit d'une flamme bénigne qui frémit, bienveillante et altruiste, inaltérable comme les neiges éternelles des sommets de Boréa mais surtout indéfectible, incorruptible en dépit de tout ce que les gens d'ici ont pu essuyer. Du sang des nôtres qui gorgent les nervures du plancher gelé de Boréa, des opérations punitives évidemment sanglantes menées par Earl Grey & Morneplume qui se sont abrogés du moindre spectre de morale pour poursuivre une chimère, du Teiko et des pérégrinations de Kalterhsaft et de Loth Reich, ce nouvel opportuniste érigé en héros national après l'arrestation du tristement célèbre "Réplicateur " et de ses attentats.  

Briquet. Bouffées. Je tire sur cette tige comme si c'était la dernière en observant le panorama somptueux des lumières de Lavallière qui s'engouffrent dans la pénombre naissante. J'y lorgne la baie et ses abords populeux, les dockers qui s'affairent sur les embarcadères avec cordages et vivres qui se préparent à amarrer le Brick qui vient de pénétrer à l'horizon dans le rade, les fanions qui ondulent au gré de la bise clémente, les lampions dessinant les contours des pontons, des échoppes et des commerces du port, chahutés docilement par les borées. Bientôt une chaloupe sillonne l'onde avec à son bord une petite dizaine de marins chevronnés qui se chargeront de mener le navire à bon port dans l'anse. Oui, l'âme de l'île vibre entre leurs murs de Lavallière et de ses environs. Car les gens d'ici savent plus que tout autre, qu'on est seulement vraiment libres que lorsqu'on a tout perdu.

Le genre de vérité que se plaît à nous rappeler le numéro de la gazette locale en première de couverture. La feuille du tabloïd se plisse, l'encre se dépose sur mes phalanges humectés par la bruine latente de ce mois de mai 1626 et bientôt les moues se froncent à la lecture de l'insolente nouvelle, le journal titre et les longs doigts noueux de Curtis se crispent de concert.



Gazette Borélienne:
 


Dernière latte, la tige s'illumine lentement une dernière fois, se consumant dans un ultime crépitement avant que les dernières volutes qui s'en dégagent sonnent le glas de ces brefs instants de répit et que le mégot ne finisse écrasé sous ma semelle caoutchouteuse.  

" L'exécution de Baby Doll."
"Elle avait bonne mine encore là-dessus. Même 30 ans après. "
"Le point d'orgue de toute cette sombre affaire."
" Elle s'est poilé jusqu'à la fin au moins. "

Une quinzaine déjà que Curtis, Flynn, Clyde et moi avons posé pied à Lavallière, une quinzaine qu'on en arpentait le pavé pour y passer en revue les caches, les planques et autres rares refuges acquis à la cause pour en faire l'état des lieux à l'armée révolutionnaire. Une mission cocasse que celle du croque-mort et de son nez crochu, de son monocle plaqué sur son œil éraillé, chaînette qu'il sous-pèse de ses phalanges émaciés, haut de forme juché sur une calvitie naissante et queue de pie ou presque, charognards de circonstances malgré nous, on pouvait presque flairer les relents d'eau de Cologne mêlés à la caféine insipide qu'auraient laissé les Cipher Pol dans le sillage de nos planques.

Une quinzaine aussi que nous étions pourtant témoins du même tableau effroyable, de ce spectacle de pièces méticuleusement fouillées et totalement délabrées, de ces lieux systématiquement burinés et calcinés par les corbeaux du gouvernement, tel un chemin de croix vers le bourreau autoproclamé de la sanglante Boréa: Morneplume. Précision chirurgicale sur fond de purge méthodique, de la fabrique de Mâchefer au bar de Willy Grant, du comptoir de pêche de John Mills jusqu'aux conserveries d'Horace Omeyer. Le gouvernement et tout son eugénisme maquillé derrière un simulacre de vertus que ses plus fieffés prosélytes professent sans en respecter le moindre trait, Morneplume en tête de pont.  Rafles sur razzias sur nos ramifications, tous les nôtres comprirent après l'exécution de Danton en place de grève que toutes nos positions furent menacés par les serres crochues du vieux bonze.  Qu'avait t'il promis à Danton pour qu'il livre ses plus fidèles comparses ? Vendu, floué et décapité, l'homme qui se prénommait Fidel écopa d'un traitement à l'aune de sa traîtrise toute singulière. Ils avaient déferlé encore et encore, menant tantôt des perquises simultanées sur plusieurs positions, tantôt des raids plus feutrés que leurs tablettes scrupuleuses ne doivent pas reporter, de ces incursions officieuses soldés dans la torture toute licite des tortionnaires, dans la disparition des nécessaires tourmentés, et plus souvent les deux. Les plus fins d'entre nous ont flairé le pot-aux-roses et réussirent à se mettre à l'ombre,à couper court avec les cellules le temps de retrouver une accalmie dans l'ouragan. Ils sont rares mais il en existe encore, de ces agents dormants, de ces justes infrangibles, veilleurs et figures d'une révolution qui sommeille dans le terreau ingrat des frimas de Boréa.  

Et le prochain, Willie John Fargo, est justement dans une cahute de trappeur à quelques lieues de notre position sur les berges du canal.

http://www.onepiece-requiem.net/t12861-wade
Page 1 sur 1