AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Amnésie ludique

avatar
Zéro
Brigade Scientifique
•• Ingénieur en chef ••

♦ Localisation : Origine
♦ Équipage : Nombres réels

Feuille de personnage
Dorikis: 2685
Popularité: 117
Intégrité: 88

Dim 3 Avr 2016 - 23:36

Un port lambda, courant 1621, dans les docks.
Le genre de trou humide où de drôles de coups se fomentent.


Pourquoi. Les génies qui tiennent les clés du progrès sont relégués au placard. Taxés de fous. De dangers. Parfois d'imbéciles. Pourquoi. Pourquoi m'ont-ils refusé un simple test. Des semaines durant à m'extraire de la pénibilité d'une routine imposée à mes tristes neurones. Trop. Créatifs. Impossibles à coincer dans un carcan. L'imagination explose et ravage la prison dans laquelle ils l'ont insouciamment enfermé.

***

Vous étiez mutés dans l'atelier de dissection des fruits du démon, Romanov, et je vous retrouve là, à me présenter...
Un p-projet.
Un projet, qui n'a rien à voir avec les fruits du démon...
Étudierai les f-fruits du d-d-démon en temps voulu. D'abord mon p-projet.
Vous vous êtes permis d'éluder les ordres pour vous consacrer à un projet personnel avec les financements du gouvernement...
Pas p-personnel. Mondial. Révolutionnaire.
Romanov. Vous êtes aux arrêts.
C-comment...
Deux semaines. Estimez-vous heureux que je fasse confiance en votre père pour vous recadrer rapidement. Vous êtes une bonne graine mais poussez n'importe comment.
Vous ne voulez même pas sa-savoir...
Non, je m'en contrefiche. Dehors ! Comment pouvez-vous vous farder d'autant de culot ?!
Parce que je suis p-plus intelligent que v-vous.

***

Il n'avait vraiment pas apprécié cette dernière remarque pourtant d'une justesse sans nuance. Directeur coincé dans une camisole d'ego déplacé. Papa sait pas. Lui ai pas dis. Doit être au courant maintenant, sans savoir où j'ai détalé. Peu importe les problèmes que mon échappée vont lui causer, les résultats que j'obtiendrai ramasseront toute sa satisfaction. Il a beaucoup travaillé à mon épanouissement. Du mérite lui reviendra. A lui et aux livres, aux auteurs des livres. Très bons tuteurs. Quoique Papa un peu moins efficace que les livres. Mettait trop d'émotions dans ses enseignements. Le savoir doit rester pur. Pollué par les sentiments il s'éloigne de l'essentiel.

Prouver à Papa que je suis apte à cultiver et cueillir moi-même mon Savoir, mon propre Savoir.

J'avais dressé une liste en prévision. Des conditions à réunir en cas de refus pour mener tout de même mes tests.
1/ Mise aux arrêts. Permet d'obtenir tout le temps libre dont j'ai besoin pour l'organisation. Oui.
2/ Moyen de transport. Petite corvette individuelle peu chère et peu sûre, mais je m'en fiche car j'ai des branchies. Oui.
3/ Lieu isolé. Amerzone. Oui.
4/ Cobayes anonymes qui ne figurent sur aucun registre. Ça pullulera probablement dans le coin. Oui.
5/ Mercenaire(s) compétent(s) pour superviser ma protection.

Le plus difficile. Trouver mercenaire fiable et expérimenté. Mais abordable dans ses exigances financières. Et qui saura saisir les enjeux de mon projet. Et qui ne se retournera pas contre moi pour raisons bassement morales. Alors j'ai passé des annonces. Je suis allé m'humilier dans des tavernes. Subi brimades. Quelques coups anodins ailleurs que dans la tête. Ont essayé de voler la bonbonne qui renferme mon précieux gaz. Toujours, toujours en public. Jamais d'occasions de déployer mon expérience en conditions optimales.

J'ai nagé dans la fange des ignorants. Des imbéciles. Imbéciles violents. Ils voyaient mon faciès d'homme-poisson avant mon fabuleux QI. Voyaient ma petite taille avant mon terrifiant potentiel. Écoutaient mes bégaiements avant le riche contenu de mes mots. Une, deux, trois tavernes, des auberges, des bars. Souvent des ricanements. Parfois des brimades. Toujours l'ignorance. Rarement un soupçon de considération à l'égard. Le peu de ces spécimens qui ont daigné m'écouter l'ont fait par pitié. Puis finalement apeurés par la dimension de mon projet. Ils fuyaient.

J'ai failli ressentir de la colère et du désespoir. Sentiments dangereux qui conduisent aux erreurs. Pas de place pour ces parasites dans le plan.

C'est comme ça que. Lui me voit. Bariolé de coquards et de bleus. Mais les muscles faciaux entièrement relaxés. Pas une once d'émotion se permettant d'obscurcir ni mon jugement ni mes protocoles. Lui semble prêt à m'écouter. Cinquantenaire à l'allure intéressante qui a du assister à une de mes apparitions en public et qui m'a suivi jusque dans cette ruelle envahie de bennes odorantes. Humain aux traits ridés et creusés. Gage d'expérience ? Mon équation va trouver son inconnue ? Bien. Très bien. C'est sous des odeurs de macération nauséabonde que mon projet dévale sur ma voix monotone.

Mon p-prototype d'arme chimique, dans cette bonb-bonne. Memory Hack. C'est ce que je v-veux tester. Lorsqu'inhalé, il engendre un é-état de confusion profond qui débouche sur amnésie superficielle. Plus le t-temps d'exposition est long, plus loins les sou-souvenirs s'effacent. Théoriquement, ça p-peut creuser jusqu'aux savoirs vitaux. Faire oublier comment Marcher. Ou Respirer. Je co-connais pas les limites exactes. On va cap-capturer des pirates et voir. Mon but est d'annihiler les s-souvenirs des criminels. Pour les reconfigurer. Les reset. Et en f-faire des citoyens ordinaires d-dotés de souvenirs typiques construisant un individu p-productif, régulier et convenable.

Mais ça ne marchera pas au premier essai. Pas eu suffisamment de liberté pour assurer un suivi adapté de l'invention.

On irait sur l'Amerz-zone. T-Trouver des hors-la-lois. L'idéal serait que les co-cobayes ne décèdent pas. Au moins le temps que toutes les données soient collectées.

J'estime que le produit sous sa forme alpha a 85% de risque d'être mortel. C'est pas rien.
Il faudra prendre garde au sens du vent. Prendre garde aux incidents fâcheux sous le coup de la frénésie excitante créee par l'expérimentation scientifique.

P-Puis évidemment tu d-dois me protéger. Mes neurones s-sont très précieux. Je d-dois surtout pas être frappé à la tête. Ça pourrait détériorer mes facultés cognitives. Ce serait une perte inestimable.

Inconvénient d'avoir un vaste intellect = Frayeur constante de le perdre. Mon existence a une très grande valeur mais est aussi cruellement fragile. Un accident est trop vite arrivé.

Voilà le p-prototype. Memory Hack. L'arme chi-chimique que je veux tester. Lorsqu'inhalé, il...
Quoi. Déjà dis ?

Oui. Mémoire à court terme rembobinée. Handicap bénin hérité de quelques uns de mes gènes ridicules de poisson rouge.

J'en ét-étais où ?
Ah. Il faut p-parler de ta p-paie.
Je m'en fiche. Tu veux c-combien ? Ton p-prix sera le mien.
Tu acceptes en f-fait ?
http://www.onepiece-requiem.net/t14864-zeke-romanov-uchttp://www.onepiece-requiem.net/t14958-zero
avatar
Julius Ledger
Modérateur


Feuille de personnage
Dorikis: 4975
Popularité: +278
Intégrité: 262

Mar 5 Avr 2016 - 1:11

Bon, j’ai dû manger un truc pas frais et m’rajouter trop d’alcool. J’dois être bigleux ou quelque chose dans l’genre. Je pourrais même casser la gueule du barman, j’ai pas d’mandé à halluciner. De la poiscaille sur pattes, j’en ai déjà vu. Sauf que là, c’est un cas rare, je pige nib à c’qu’il raconte.

Lui semble attendre une réponse. Tout l’monde le regarde les yeux ronds.

« Ah, mais t’es réel ? »

Je pose ma patte sur son épaule. Mauvaise idée. Il est humide comme une gonzesse en chaleur. Bon, c’est un peu con d’ma part aussi. Et puis, ça s’essuie facilement contre un crétin qui ricane.

« Te vexe pas. Défoncer du pirate, je peux. Le pognon, on s’arrangera plus tard. Mais t’es qui, en fait ? »

Le p’tit gars me fait un topo. Il parle trop vite, trébuche et empêche à peine ses phrases de s’casser la gueule. Il fait partie de la marine, c’est déjà ça. S’il cherche un type à payer, c’est qu’il doit pas faire dans l’officiel. Bon, s’il veut péter du pirate et me filer du blé pour, j’vais pas cracher dessus.

« On part sur une petite douzaine de mecs, pas trop abîmés ? »

Le mec m’a l’air pété de thunes et gaulé comme une crevette. C’est pas lui qui va m’baiser. Feu vert.

À Amerzone, les pirates, ça s’trouve facilement. Tu jettes un caillou dans l’eau, il en sort dix. Alors, pour en choper douze, c’est pas plus compliqué. Le temps d’aller et de revenir, je lui ai ramené ses douze couillons. J’ai un peu menti sur la fraîcheur des types, notamment un qui a toute la moitié gauche qui marche pas. Pour ma défense, il avait pas l’air bien propre avant que je l’éclate.

Les trouver sur un dock n’a pas été difficile. Leur casser la gueule sans les tuer a été un cauchemar. Y en a quatre qui ont clamsé trop vite. Il a fallu en retrouver. Les ramener aussi a été bien chiant. Trimballer les douze troufions m’a laissé en sueurs.

« Bon, voici tes mecs attachés, à peu près en forme. J’ai fait ma part du marché. Note qu’il est possible que d’autres gus viennent les sauver. Ceux-là, j’vous garantis pas de les garder en vie. Mais ça vous coûtera encore plus cher. »

Il a quand même intérêt à s’magner l’trou, la poiscaille. J’ai une cuite sur le feu à fignoler.


Dernière édition par Julius Ledger le Sam 9 Avr 2016 - 11:26, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t6089-julius-raconte-fiche-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t17103-truc-administratif
avatar
Zéro
Brigade Scientifique
•• Ingénieur en chef ••

♦ Localisation : Origine
♦ Équipage : Nombres réels

Feuille de personnage
Dorikis: 2685
Popularité: 117
Intégrité: 88

Mar 5 Avr 2016 - 23:55

Amerzone idéale. Je l'avais déduis. Satisfait d'avoir justement compris quels territoires regorgeaient le plus de spécimens exploitables malgré mon manque de connaissances du monde extérieur. Un fort esprit de déduction remplace aisément l'expérience de terrain. C'est ce qui fait que je suis chimiste ingénieur junior et lui simple mercenaire.

Une première expertise visuelle des échantillons m'informe que quelques uns sont un peu endommagés. Quelques uns assommés. D'autres éveillés. Braillent insultes et menaces. Mes tympans reçoivent ces informations sonores mais mon cerveau ne daigne pas les traiter. Bruits parasites. Allons à l'essentiel.

J'y pensais pendant que le chasseur partait collecter des proies.
Si le test présente résultats concluants je pourrais purger sa mémoire des souvenirs me concernant. Ce serait bien plus prudent que de laisser un mercenaire alcoolique errer dans la nature, contenant beaucoup trop d'informations sensibles pour ne pas risquer mon poste, mon avenir ou ma vie et indirectement le potentiel de ce monde lié à mes réalisations. Je vais donc probablement devoir le neutraliser pour sauver le monde. Peut-être que quelque part en son subconscient subsistera la satisfaction d'avoir aidé science, mais j'en doute. Mercenaires = peu de hautes valeurs.

Je vais mûrir ce projet en parallèle des tests pour l'exécuter de la manière la plus efficace et sécuritaire possible.

Les douze échantillons s'étalent à mes pieds, fermement ligotés dans une toile de chaînes d'acier régulières. Précaution non superflue. Les sujets sont tous en état de confusion tangentes à la panique ou à la colère. Bien qu'ils soient tous maculés de blessures rendant leur évasion peu probable, un intense stress pousse les organismes vivants à repousser leurs limites prévisibles. Vérifiable sur tous les cobayes que j'ai pu traiter. Une réaction ennuyeuse et aucun sédatif à portée de palme pour la canaliser. Si ce ne sont les poings du mercenaire. Sédatif à risque létal.

Q-Qualité convenable à vue de nez. Aucune mutilation apparente. Ni de décès. Travail con-convenable. J'espère qu'aucun d'ent-tre eux viendra à d-décéder inopinément.

Seront chacun exposés à un volume plus ou moins important de MK alpha. Je ne suis guère sûr que ça soit la quantité inhalée qui compte. Parierais plutôt sur le temps d'exposition qui est seul facteur aggravant des symptômes. Mais seul le test pourra apporter réponses définitives. Apporter degré précis de satisfaction. Et envisager protocoles d'utilisation pour déployer l'arme à plein potentiel sur champ de bataille aux paramètres plus nombreux et compliqués.

J'aim-merais bien créer des s-simulations pour expérimenter en c-conditions réelles mais ils s-sont trop abab-baba-sourdis pour se révéler convaincants en sit-situation de combat et y a rien de plus c-contre-productif qu'une simu-mulation peu convaincante. Alors je me contenterai d'év-valuer degré de manipulation possible sur les s-sujets affectés.

Deux yeux noirs creux et un haussement d'épaule. Je suppose que mes critères de sélection étaient trop stricts. Mercenaire efficace et rapide et fiable. Suffisant. Requis prioritaires. M'importe peu qu'il se sente aussi peu concerné par mes ambitions. Voire qu'il ne les comprenne même pas. Le contraire m'aurait davantage étonné. Cette classe de personnel/outil se caractérise par un égoïsme très prononcé et mon lot avait peu de chances de sortir de l'ordinaire.

Je s-sais pas si leurs facultés cognitives sont intactes. T-Tu les as cognés à la tête ?
Certains.
C-Certains. Tu dois désigner l-lesquels.
Sûrement ceux qui saignent de la tête.

J'en repère un qui laisse s'échapper un filet de bave de la partie droite de sa mâchoire, détendue comme une lamelle de caoutchouc. Accroupi à son niveau. J'enchaîne sur sa joue une série de stimulis en le piquant généreusement avec un crayon. Aucune réaction. A probablement essuyé un traumatisme cérébral important : griffonne sur mon calepin pour ne pas oublier approfondir cas particulier.

Citation :
sujet 12 insensibilité partielle perte de contrôle partie droite penser lobotomie

Transformer cobaye abîmé en opportunité : je peux éprouver les effets de mon gaz sur un panel un peu plus varié de sujets, comprenant victimes de traumatismes crâniens : fréquents en conditions réelles. En conditions réelles les spécimens arriveront bien souvent endommagés de toute façon. Sentant mes défaillances de mémoire chroniques bientôt surgir, j'ajoute à la suite de la page mes dernières réflexions en guise de repère. Afin de permettre à ma nouvelle conscience post-amnésie de reprendre le flambeau sans heurts, pertes de temps ni omissions.

Citation :
servira éventuellement d'échantillon témoin pour déficients menta

...
J'écrivais quoi.
Oui.
Non.
Je sais plus. Peu importe.

Préparatifs achevés. Temps de passer à la phase qui échauffe ma curiosité. Je m'empare de la bonbonne de MK alpha. J'extirpe mon masque à gaz de mon sac à dos et l'emboîte sur mon visage après en avoir contrôlé le filtre. Filtre singulier de ma composition. Occasion de l'expérimenter lui aussi. En tant à la fois que scientifique et sujet de test. Périlleux en théorie. Mais en pratique j'ai pas pu faire d'erreurs. Car je suis brillant.

Mercenaire. Se tient là tout droit. Visage fermé. Il devrait être plus expressif s'il veut coopérer avec moi. Esprit trop opaque. L'idéal serait qu'il m'écrive un rapport en temps réel de chacune de ses pensées afin que je m'assure que nous soyons sur des longueurs d'ondes approximativement égales. D'un autre côté je n'aurais pas que ça à faire que de lire son rapport. Divagation. Je me recentre.

Éloignes toi de d-dix pas. G-Gaz opaque blanchâtre, à la f-façon d'un brouillard. Si tu le v-vois arriver vers toi retiens ta r-respiration le t-temps qu'il se disperse.

Je partage les consignes de sécurité bien qu'à première vue ce soit un gaspillage de temps, de salive et de joules. Si je veux extraire tout à l'heure les souvenirs gênants que le mercenaire enregistre actuellement, il sera exposé tôt ou tard au MK alpha dans toute sa potentielle dangerosité. Mais je pourrais avoir besoin de lui en cas de rébellion d'un cobaye ou d'événement extérieur compromettant. Ne pas jeter les outils avant de s'être assuré qu'ils ne seraient plus utiles.

De toute façon il n'écoute pas vraiment. Exécute un unique pas nonchalant en arrière et observe mon entreprise avec un embryon mort-né de curiosité. Mercenaire. Cinquantaine. Supposé suffisamment puissant pour enchaîner au moins douze bagarres en un temps réduit sans se blesser ni montrer signes de fatigue. Il est vrai qu'il ferait un excellent sujet de test.

Bon. Sujet 1. Humain caucasien jeune. Dossier médical inconnu. Commençons par faible exposition.

Allons-y. D-Dans la j-joie. Et l'humeur j-joviale. Ainsi que dans la joie.

Je dirige le tuyau vers son système respiratoire et ouvre la vanne, délivrant une dose modérée sur son nez et sa bouche.

Il tousse. Le gaz blanc stagne autour de son visage. Il tente de s'en extraire mais entravé, ne parvient pas à dégager son appareil respiratoire du nuage de MK Alpha. Il pousse des cris, pose des questions absurdes de type "C'est quoi ça" ou "Qu'est-ce que tu m'as fais". La panique génère une hyperventilation, accélérant son inhalation du gaz. Très bien.

Sujet 2. Augmentons les doses petit à petit. Puis nous étudierons les résultats.
http://www.onepiece-requiem.net/t14864-zeke-romanov-uchttp://www.onepiece-requiem.net/t14958-zero
avatar
Julius Ledger
Modérateur


Feuille de personnage
Dorikis: 4975
Popularité: +278
Intégrité: 262

Sam 9 Avr 2016 - 12:38

Des potes. Même les pires des abrutis en ont. Ceux que j’ai pu casser en petits groupes ont manqué à quelqu’un visiblement. C’était pas gagné d’avance vu leur métier, mais faut croire qu’il y a des gens que ça amuse, la solidarité.

Mater la poiscaille gazer des types ne m’intéresse pas plus que ça. Il marmonne dans ses branchies et prend des notes. Vu sa jactance, il vaudrait mieux qu’il se contente de gratter du papier. Mais ça, cela ne nous, regarde pas.

Ce qui m’regarde, par contre, ce sont une vingtaine de gus, armés et pas contents. L’aspect de leurs potos en cage les fait moyennement rigoler. Évidemment, le Filet de Sole n’en a strictement rien à péter de nos invités et se concentre sur sa science. Et les nouveaux venus préfèrent largement neutraliser ma gueule que le morceau d’anchois.

Pas d’bol.

Grosso merdo, la compagnie de péquenauds venue nous faire chier est composée d’une vingtaine d’hommes, à défaut d’autres mots. À leur tête, visiblement le capitaine d’un équipage pirate. Un gros barbu bien dégueulasse, à l’ancienne, armé d’une belle épée. Le reste des troufions s’est équipé du premier truc qui leur est tombé sous la patte. Y en a même un qui tient un grand saucisson.

Je m’sens déjà découragé à l’idée de leur casser la gueule. Mais bon, une compagnie de clodos, comme ça, ça risque pas de représenter un défi. Par contre, là où ils ont été excellents, c’est le choix du nom de leur équipage. J’vous laisse le suspens.

« Pour les Pédestres ! »

C’est concept, la piraterie sur guiboles. J’m’en vais les dézinguer. Sauf que Sushi est pas d’accord pour gâcher son échantillonnage, qu’il dit. Il veut étoffer son groupe témoin avec un effectif comparable à la population testée. C’est dire si c’est sérieux. J’espère qu’il va me filer de quoi enchaîner les murges pendant au moins un mois.

Les Pédestres, menés par un général particulièrement fourbe tentent une stratégie élaborée. On charge tout droit, on réfléchit après. Et donc, c’est trois mecs qui gueulent à s’en cracher les poumons qui m’tombent dessus avec des tuyaux en plombs. Je les dégage vite fait avec le plat de mon épée en faisant gaffe à pas leur toucher le museau. Ne fâchons pas l’employeur.

Là y en a cinq qui m’encerclent. Trop fiers. En un pas, je m’lance vers l’un de ces gus et le jette sur celui d’en face. Je m’retrouve face à face avec Barbe Brune.

« Ha ha ha ! Ton heure est venue, chien d’impérialiste ! »

Je m’dis que, quelque part, y en a bien un capable de me mettre en danger. Ne serait-ce que pour mériter mon salaire. Si j’avais une sorte de conscience professionnelle, ce serait important.

« Jette ton arme ! Sinon, ton pote crève ! »

Merde. Il m’a pas encore payé ce con. C’est pour ça que je m’dis qu’il faut toujours mettre le fric dans la pogne en avance. Là, je m’retourne et j’le vois.

« - Sérieux, mec ? Il te menace avec un saucisson.
- M-m-menace sur c-c-capital neural. Il faut m-m-me protéger à t-tout prix.
- Si y a qu’ça. »

La Saucisse fait moins la maligne avec un couteau entre les globuleux. Le patron pirate s’est barré. J’prends Sardine sous le bras et je m’casse. J’peux pas m’permettre de le laisser crever juste pour qu’il fasse mumuse. Il proteste un peu, mais il est vivant, j’peux pas faire mieux.
http://www.onepiece-requiem.net/t6089-julius-raconte-fiche-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t17103-truc-administratif
avatar
Zéro
Brigade Scientifique
•• Ingénieur en chef ••

♦ Localisation : Origine
♦ Équipage : Nombres réels

Feuille de personnage
Dorikis: 2685
Popularité: 117
Intégrité: 88

Dim 10 Avr 2016 - 11:06

D-Débordement du cadre de la m-mission. Tu interfères.

Il ignore mes invectives. Et se contente de courir en me transportant sous son aisselle.

Si c'est un p-problème de méthode je t'autorise à administrer un décès à un ou d-deux sujets. Un.

Je trouve son arrogance déconcertante. Mes ordres lui ricochent sur les tympans. Comme de malheureuses radiations sur un écran de plomb. Déconcertant. Ennuyeux. Très ennuyeux. Les cobayes sont livrés à eux-mêmes et je ne vais pas pouvoir observer la chronologie de leur intoxication. Un élément ennuyeux et important à coucher sur le papier. Par chance, j'ai gardé mon carnet et mon crayon rivés dans les palmes.

Citation :
première session inte

Ah.

At-tends. Mon crayon est t-tombé.

Pourquoi doit-il produire autant de secousses en galopant ? Je ne suis pas formé à prendre des notes en contexte de séisme de magnitude 8. Pas encore. Remarque condition physique exceptionnelle pour un humain de son âge. Les statistiques voudraient que sa machine organique soit trop rouillée pour offrir performances adéquates. Je voudrais prendre mesures et prélévements. Je profite que son poignet soit à portée pour commencer à calculer son pouls.
Mais cette fois-ci le mercenaire freine. Probablement parce que les sujets de test ont cessé de nous poursuivre. Hypothèse : pris à la libération des autres sujets de test. Réengageront poursuite une fois libération achevé. Intéressant. Une occasion en nickel de vérifier si les symptômes du MK alpha sont contagieux.

... Mais où est bonbonne.
A force de laisser une jungle d'idées pertinentes s'étendre sous le soleil de mon esprit je perds de vue l'essentiel et ma bonbonne. Oubli impardonnable.

Ma bonb-bonne est r-restée là-bas. On va y re-retourner.

Expose gestuelle de la réticence. J'avance un argument logique.

Je te p-paye donc tu me s-suis.

Détecte léger soupir affilié à une forme d'exaspération. Mercenaire de mauvaise volonté. Peu importe tant qu'il finit par se plier à mes directives. Il aura très probablement oublié tout ce qui me concerne avant la fin de la journée dans tous les cas. Pourquoi n'a-t-il pas pris la bonbonne sous son autre bras plutôt que de le laisser ballant ? Sa négligence se joint à mes sautes de mémoire pour saboter cette expérience qui s'annonçait encourageante. Déception en gestation mais tout n'est pas perdu si j'agis aussi vite que mon cerveau ne tourne. 12% de chances de conclusion constructive compte tenu de la lenteur de mon corps.

Plus v-vite.
Je vais déjà plus vite que toi.
Argument invalide. P-Plus vite.

Réaction contradictoire : cesse tout mouvement puis recule à mon niveau. M'attrape par le col et me pose sur son épaule. Puis reprend sa course en multipliant sa vitesse par environ 1,2.

J'ai p-pas ramassé mon c-crayon.

J'estime mon degré de satisfaction actuel à 48%. Mercenaire pourrait grandement gagner en performance s'il était doté de mon sens des priorités.
J'éprouverai pas de regrets à réinitialiser notre relation. Cette collaboration s'agence bien trop à sens unique. Argent prévu pour lui sera investi en tétramégilanium de synthèse sur marché noir pour expériences récréatives du week-end.

Ballotté, secousses subies par mon organisme équivalentes à un séisme mineur. Estomac mal accroché menace de renvoyer les calories ingérées durant repas du midi. Gâchis méprisable de ressources que ce serait : je censure ses gargouillements. M'efforce de les ignorer. Ne parviens à ne relâcher que maigres rôts.

Finalement tout mouvement interrompu, décélération si brusque qu'elle remet en cause principes connus de la cinétique. J'interroge Mercenaire du regard.

Raison(s) d-de l'arrêt ?
Eh ben, regarde, et planque ta tête aussi.

Rassemblement d'humains qui délivrent mes sujets de test en contrebas. Certains spécimens secouent ma bonbonne. Du MK Alpha en stagnation plane sous forme de nuages denses à quelques mètres du sol. Très bien. Gaz lourd relativement statique difficile à disperser. Réussite. J'attrape mon carnet puis recule ramasser mon crayon, espérant que son graphite n'ait pas été trop pollué par la nature boueuse du terrain.

Citation :
déploiement du gaz : ok

Crayon baveux. Écriture grasse qui endommage le papier. Mon instrument de prise de notes sévèrement détérioré : mauvais. Le support papier est le seul qui survivra à ma mémoire défaillante. Si je ne peux plus m'en servir, d'importantes observations risquent d'échapper à mes conclusions. Pas le choix : il faut poursuivre expérimentations avec cet outil dangereux. A commencer par identifier les humains qui envahissent l'aire d'essai. Avant que je ne puisse étudier la nature de ces intrus, Mercenaire me plaque au sol bouche contre terre. Initiative compréhensible du au besoin de furtivité. Mais provoque le contact de mon carnet avec la gadoue.

Rreg-grettable.

Qui sont intrus ?

Qui sont-ils ?
Les mêmes pirates, en plus nombreux.
Quels p-p-pirates ?

Ennuyeuses purges de ma mémoire. Je ne suis même plus le scénario.

Ah. Tu veux p-parler sujets de t-t-test comp-plémentaires ?

S'il y en a plus qu'auparavant il va falloir commencer à sélectionner les plus pertinents.

T-T-Trente-six sujets v-visibles. Quatre aux p-présences suggérées par les omb-bres derrière les arb-bres.
Je v-veux que tu m'en c-captures 20%. P-Pas plus p-pas moins. En laissant sujets originels en v-vie bien sûr.
...


Ah. Affrontements déclenchés en contrebas. Sujets de test originels agressent nouveaux sujets de test.

P-Peut-être symptôme du MK Alpha. T-Très intéressant.

Aussi un peu inquiétant. S'ils déduisent du contexte et de leur situation que ma bonbonne y est pour quelque chose, risque de la détruire = perte intolérable de une semaine d'études théoriques et de réalisation de la mise en bouteille. Il est vrai qu'une semaine de mon existence est plus productive que la totalité des vies de ces "pirates". Ils n'oseraient pas y porter atteinte. J'ose espérer.
http://www.onepiece-requiem.net/t14864-zeke-romanov-uchttp://www.onepiece-requiem.net/t14958-zero
avatar
Julius Ledger
Modérateur


Feuille de personnage
Dorikis: 4975
Popularité: +278
Intégrité: 262

Sam 16 Avr 2016 - 20:19

Il en a des exigences le petit gars. Il paye donc je le suis. D’un autre côté, si je le surine et que je ramasse son fric et son arme, il l’aura pas volé.

A une autre époque, je n’aurais pas hésité. Mais là, faut croire que j’ai arrêté les conneries et me suis calmé. Un scientifique de la marine qui fait mumuse avec la tête de quelques racailles, ça partait pour être inoffensif. Limite, marrant.

Actuellement, ça devient complexe. Les gars sont nombreux, très. Y en a un bon paquet et ils sont en train de se mettre sur la gueule. Je ne sais pas si la poiscaille a prévu que ça se produise.

Bon, pour en faire de bons citoyens, va falloir tenter autre chose parce que là, ils sont enragés.

« - Je ne pense pas que ton gaz marche très bien pour pacifier des gens, là ? Et puis, malin comme tu es, tu n’as pas tout emporté avec toi en perdant la recette, si ?
- Soup-soupçons injustifiés. Tiens à récup-p-pérer bonbonne pour vérifier altération gaz. Si gaz intact, formule à revoir. Sinon, modifier c-c-conditions de transport. Ré-récupère-le.
- Bon, si ça peut te faire plaisir. Mais cette fois, on tente un nouveau truc. Tu restes pas dans mes pattes, d’accord ? Allez, on va dire que t’es d’accord. »

Grosso merdo, la problématique que la poiscaille me pose est de récupérer quelques gars dans le lot sans les abîmer, sauver son échantillon de gaz et ce, sans qu’il soit en danger. Pour le coup, le mettre à distance de la scène va m’aider à le garder en vie. Ce serait dommage qu’il ramasse un coup de pelle sur le coin de la gueule et qu’il soit encore moins compréhensible.

Pour la peine, rentrer dans le lard d’une quarantaine de mecs qui se défoncent la gueule me fait moyennement plaisir. J’ai pas prévu de me prendre une raclée par des pirates pédestres. Je peux pas me le permettre. J’ai encore un peu de dignité à préserver.

Je vais attendre qu’il y en ait moins et ramasser ce qu’il en reste. Et puis, il fera ce qu’il pourra. J’ai pas bien entendu combien il voulait. Ça tombe bien, j’en ai rien à battre.

Le capitaine de ces pirates a perdu son épée et a ramassé la saucisse. Pour le coup, il se démerde pas trop mal avec. Ou alors, ils sont encore plus nuls que je l’croyais. Il n’y en a plus qu’une dizaine. J’estime que je peux y aller.

J’vais quand même essayer de pas trop les péter. Il en a encore besoin. Et puis, il n’a pas tort. C’est lui qui paie. Autant lui faire plaisir.

Allez pas dire que je suis un mauvais gars.

J’débarque devant les ploucs. Il me mire avec des yeux de bêtes sauvages. J’ai pas bien vu tout à l’heure, mais ils ont tous la mâchoire coincée, ouverte en biais. Et puis, ils me sautent dessus en se battant entre eux. Le capitaine va le plus vite. Il a son bide qui le précède d’un bon mètre et quand je lui fous mon épée dedans, j’arrive plus à la retirer.

Mais comme y a des gars qui le suivent, j’attrape le sauciflard et je commence à distribuer des pains pour aller avec. Finalement, ils sont tous maîtrisés, ficelés et je lui offre même le saucisson en prime.

Le cœur sur la main.
http://www.onepiece-requiem.net/t6089-julius-raconte-fiche-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t17103-truc-administratif
avatar
Zéro
Brigade Scientifique
•• Ingénieur en chef ••

♦ Localisation : Origine
♦ Équipage : Nombres réels

Feuille de personnage
Dorikis: 2685
Popularité: 117
Intégrité: 88

Dim 17 Avr 2016 - 23:00

Moisson acceptable. Peu de dommages à déplorer. Me demande d'où il sort toutes ces décamètres de ficelle dont il ligote les sujets. Mercenaire viole les lois de conservation de masse.
Je m'approche d'un échantillon pour lui poser question très simple.

P-P-Pourquoi frapp-pais-tu tes compagnons ?
Eh ?! C'est eux qui nous reconnaissaient plus et qu'ont paniqué comme des dingues quand on a voulu les amener !
C-Concluant.

Très. La phase de suppression semble au point. Je peux pas l'affirmer de manière certaine puisque j'ai littéralement sauté toutes les étapes de progression de l'intoxication. Compte tenu des dires du sujet et du simple fait que les victimes de mon gaz n'aient pas prématurément décéder d'asphyxie, je m'autorise première satisfaction. Il me faut la confirmer par interrogatoire d'une victime du MK Alpha. Le gaz stagne toujours au ras du sol, plongeant le système respiratoire des sujets assis à une exposition sans interruption depuis maintenant une vingtaine de minutes.

Sujet 3. C-Comment t-te sens-tu ?
G... Bah... T-Tu...
Articulation d-défaillante. P-Possibles d-dommages cérébraux.
Euh... Eh ! AH !

Oui. Il geint nerveusement comme macaque sous cocaïne. Impression qu'il essaye de répondre. Mais qu'il n'y arrive juste pas.

T'as fais quoi à mes gars, poiscaille ?!
P-Processus de réflexion. Req-quiert silence. M-Mercenaire, f-fais Silence.
J't'en foutrai p'tit con deCRACK RAAAAH !
Oups. Mais bon, s'il crie, c'est qu'il est pas mort.

Ou bien à la manière des souris gazées en laboratoire. Les sujets humains voient aussi leurs mémoires rongées jusqu'à niveau où ils perdent capacité à bâtir syntaxe correcte. Nécessiterait batterie de tests cognitifs + dissection + lobotomie pour approfondir question. Ça me gênerait pas de me livrer à tout ça ici. La survie du sujet étant facultative je peux aisément me permettre conditions d'hygiène déplorables pour chirurgie neurale. Je m'en fiche.

Mais il reste montagne de données à recueillir. Et aucun calepin ne pourra les contenir. Car le papier de mon calepin dysfonctionne. Tartiné de boue, il ne protégerait plus correctement informations.

Problématique soulevée. Moi qui envisage habituellement les éventails de situations sur plusieurs dizaines de milliers de scénarios superposés, j'ai omis que mon calepin puisse se retrouver endommagé par un mercenaire trop rustre dans ses initiatives. Impardonnable. Sans y croire réellement. Je m'adresse à Mercenaire qui tient peut-être mon salut.

As-t-tu bonne mémoire ?
Euh...
Pourrais-tu r-retenir onze séries de nomb-b-bres. Comp-p-posés de un à d-douze chiffres. P-Puis les restit-tuer sans erreurs ?
Non.
Ah.

Oui. Bien sûr. Capacités mémorielles en option. Et je suppose que lui promettre davantage de récompenses ne débloquera pas surface supplémentaire de stockage pour mes données dans son cerveau. Simple paresse intellectuelle. Je collectionne déceptions à son égard.

Nouvelle m-mission.
Génial.
Tu d-dois trouver substitut de c-calepin pour que je p-puisse stocker d-données. T-T-Tu as vingt second-d-des.

Et encore je vise large. Mes souvenirs peuvent m'échapper d'une seconde à l'autre. Et je peux prévoir que très approximativement lesquels m'abandonneront. Si les résultats de mes observations liminaires s'en vont, tout sera à recommencer. Mercenaire me contemple d'un air béat un instant, brûlant du précieux temps. Corps vif mais esprit mou. Gâchis de ressources élémentaires.

Je te p-paye donc...
Ça va, ça va. Ben prends ce truc.
Erreur.
Va falloir te démerder avec ça génie, sauf si tu sais bricoler du papier avec de la boue.

Saucisson. Support rugueux et friable. Inapte à toute forme de transmission d'information mis à part gravure. Mais il reste neuf secondes. Tente tout pour le tout. Je crypte mentalement mes observations récentes. Comptant sur l'étendue de mes facultés de déduction pour restituer sans encombres mon propre code malgré les sévices de l'amnésie.

Citation :
so 1à9 c u 20/80
1 30
2 80
3 190
4 ?
suppr : ok recon : ?
pas eff sec / nec test c dis lob

Juste à temps.
Ahah. Énigme enfantine gravée sur saucisson. Simple mais accessible qu'à esprit initié et configuré comme le mien. Très intelligent de la part de ma conscience pré-amnésie. Je me reconnais bien là.

Je crois que expérience touche à sa fin. Données collectées. Saucisson bloc-notes stocké dans sac à dos. Bonbonne récupérée. Succès confirmé.
Reste Mercenaire à extraire de l'équation. Ultime vérification du masque à gaz = ok. Contrôle du flux d'adrénaline = modéré. Stress déclaré dans mes nerfs : contractions musculaires indésirées et légère transpiration. M'approche de Mercenaire en enclenchant air innocent (muscles faciaux décontractés/bras ballants/amorçage de sourire) tirant ma bonbonne derrière moi.

M-Missions achevées avec succ-ccès. Estime t-t-ton t-taux de réussite à 56% pour l'ensemb-ble des objectifs p-principaux et sec-condaires. Corresp-pond à un salaire d'envir-ron 15 874 562,52 berrys. Veux-tu d-détail de l'algorithme utilisé ?
Non, ça ira.
Bien.

1/ Simule recherche d'argent dans sac à dos avec main droite
2/ Vaporise environ 0,9 m­³ de Mk Alpha dans son visage avec main gauche
Soit dix fois la dose administrée aux précédents sujets. Prudence.
http://www.onepiece-requiem.net/t14864-zeke-romanov-uchttp://www.onepiece-requiem.net/t14958-zero
avatar
Julius Ledger
Modérateur


Feuille de personnage
Dorikis: 4975
Popularité: +278
Intégrité: 262

Sam 23 Avr 2016 - 20:57

Pour un cador de la bibine comme moi, c’est un grand classique d’ouvrir ses mirettes et pas avoir une foutue idée de l’endroit où je m’trouve. C’est comme si j’venais me réveiller, sauf que j’suis debout, dans la boue et devant moi y a une poiscaille sur pattes. Un lundi banal.

On n’a peut-être pas la même tronche ni la même race. Et espérons-le, pas la même odeur. Par contre, cette gueule me semble familière. Comme un arrière-goût de pisse dans l’atmosphère.

Quelque chose en moi gueule que c’est mon fiston. Et puis, une sirène qui te saute sur le râble et tu lui fous la bonbonne. À le voir, difficile à croire que ce truc est de moi et d’une sirène. Sauf s’il est passé au hachoir avant.

Bon, si on met de côté le visage, la constitution, l’hygiène, l’éloquence et la stature, il pourrait presque être le mien. Il y a dû se passer pas mal d’accidents pour en arriver là. D’ailleurs, je ne m’souviens plus de rien du tout quant à sa conception.

D’un autre côté, je m’souviens rarement aussi loin des meufs que je tamponne. J’arrive pas à dire son âge, mais il doit être au moins à l’adolescence. Ça se voit à son côté con et prétentieux. Pour le coup, mon portrait craché.

« - Papa, ils m’ont f-f-f-fait du mal. Ils v-veulent me tuer, ces pirates
- T’es le père de ce truc ? »

Tuer mon fiston ? Devant ma gueule ? Il n’en reste pas beaucoup, mais il va vite plus en avoir de ces cons. Je sors une épée et j’la fous dans la gueule du premier trouduc qui m’croise. Après, c’est la débandade, ça commence à fuir dans tous les sens. Il a fallu les finir aux couteaux de lancer. Pas foutus d’opposer la moindre résistance. Pas même foutus de s’casser proprement.

Le temps de les finir, je m’retrouve pas mal nauséeux. Un truc avec cette foutue fumée dans les parages. Et puis, fiston a l’air de s’faire la malle.

Hum.

Autre point de ressemblance avec ma descendance. J’commence à me convaincre que c’est possible qu’il soit le mien.

Juste le temps idéal pour gerber. À croire que j’ai pas mal abusé sur la gnôle la veille. Le vent vient dissiper la fumée autour de moi. Y a pas mal de cadavres dans l’coin. Rien de surprenant. Mais y a un détail qui m’fais chier.

Parmi tous les crades de la zone, y a une bonbonne en blanc pur. Un truc parfaitement classe, trop net. Un truc qui m’dit quelque chose. Mais surtout, ça n’a rien à foutre dans l’coin.

« Hé, fiston, reviens ici. »

Il trotte doucement pour s’éloigner. Me faut pas longtemps pour le rattraper.

« - M’oblige pas à te cogner. C’est quoi ce truc ?
- Papa, je s-s-s-sais pas »

Dans l’doute, j’vais quand même lui casser la gueule. Il a beau être mon fils, il a l’air d’en avoir besoin. Et puis, une bonne torgnole fait tourner le sang.

Une gifle plus tard, ma nausée s’arrête. Et avec elle, un petit doute commence à m’animer. Le petit gars se relève péniblement. Le regard méfiant.

« J’ai comme l’impression que tu t’es foutu d’ma gueule. T’es pas du tout mon rejeton. J’aime autant te prévenir que tu vas pas aimer c’qui va s’produire. »

Je radine vers le morceau d’anchois et le fous à terre d’un coup d’épaule. Puis, je le chope par la cheville et lui cogne la tête deux fois contre ce putain de saucisson géant qu’il trimballe. Je m’souviens de presque tout. Il m’a gazé cet enfoiré de fils de pute. Faut croire que je sais les choisir.

Il est plein de liasses, le gars. Je lui fais les poches après l’avoir ligoté avec les liens ramassés sur les pirates qu’il m’a fait casser. Puis, je le plante jusqu’au cou dans la boue. Il n’a aucune force physique c’est comme taper dans un ballon de baudruche. Pas une once de résistance.

Il proteste, mais je l’écoute pas.
Je m’demande c’que j’ai pu faire pour ramasser un gamin pareil.
Il est de moi, oui ou merde ?
Dans l'doute, autant finir ma cuite de la veille.


Dernière édition par Julius Ledger le Mar 26 Avr 2016 - 1:27, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t6089-julius-raconte-fiche-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t17103-truc-administratif
avatar
Zéro
Brigade Scientifique
•• Ingénieur en chef ••

♦ Localisation : Origine
♦ Équipage : Nombres réels

Feuille de personnage
Dorikis: 2685
Popularité: 117
Intégrité: 88

Lun 25 Avr 2016 - 22:17

Perte estimée à 2115 neurones compte tenu de la région cérébrale sur laquelle il a accentué les coups. Peu mais non négligeable. Impacts délivrant grand nombre de joules à travers aires sensibles du cortex. Ajouté à ça grande confusion et vertige dû à chimie d'adrénaline et de sang. Je devrai. M'auto-test pour m'assurer que facultés cognitives ont pas été bridées par le traumatisme physique.

Étranges astres tournoyant devant mes yeux, espèce de maquette du système solaire. Illusion d'optique dû à afflux de sang dans globes occulaires et incapacité temporaire du cerveau à traiter convenablement renseignements visuels. Astres ennuyeux tournoyants. Tournoyants.

Et un absolu creux béant dans ma mémoire à court terme, qui découle pas de ses poings. Seuls subsistent souvenirs de sa brutalité car antisèche gravée dans ma joue boursouflée et saignante. Difficile à oublier. Même pour moi.

Muscles enlisés non-suffisants à assurer libération de volume de terre qui m'encercle. Probabilité de rester bloqué et de décéder dans la semaine par manque de nutriments estimée à 90% si aucun insecte dodu de s'approche de mon appareil buccal. Possibilité de consommer eau stagnante dans stries de boue pour prolonger survie au-delà du raisonnable.

- Corps peu graisseux = Réserves minimales
- Possibilité de consommer l'intérieur de joues + lèvres pour prolonger un petit peu survie
- Métabolisme habitué à fonctionner sur batteries faibles / Nuits blanches peu nocives pour facultés intellectuelles.

Oui. Pas de raison sensée d'inquiétude. C'est question de temps. Temps précieux. Temps gâché = Prise de retard sur planning d'idées que je dois façonner avant de décéder de mort naturelle (prévision :  pour pouvoir accomplir ensemble des projets actuels + avenirs je ne devrai pas décéder avant 192 ans, penser à inventer systèmes pour repousser date de péremption de mon corps estimée à 1675 si mode de vie reste constant)

Piètre sort pour destin aussi riche que le mien. Le monde a laisser Mercenaire jeter le plus grand Esprit de l'ère parmi les carcasses recyclables de sujets de test. Irrespect de mon potentiel. Frustration pesante défilant en filigrane parmi multiples peurs qui assiègent mon cerveau.

Sang-froid annihilé. Il ne reste que anxiété croissante. Elle gonfle et étouffe les réflexions utiles qui pourraient me sortir d'ici. Bah. J'aurai le temps de reprendre mes esprits et de me déloger avant de décéder de faim.

Résultats globalement positifs. MK Alpha a de grands jours devant lui. Progression lente mais assurée vers le bon citoyen théorique.

Même en catimini. Même égaré dans l'illégalité. Même cloué dans la terre par Mercenaire marteau.
Je reste toujours le meilleur.

Bon.
...
Je suis où déjà ?
http://www.onepiece-requiem.net/t14864-zeke-romanov-uchttp://www.onepiece-requiem.net/t14958-zero
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1