AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Pax Blattam

avatar
Joe Biutag
Le Cafard

♦ Localisation : Juicy Berry
♦ Équipage : Les Blattards

Feuille de personnage
Dorikis: 8855
Popularité: -875
Intégrité: -10

Mer 6 Avr 2016 - 5:45

Suite des événements joués ici.



***



Grite, petit tigre ayant suivi Joe depuis qu'ils s'étaient rencontré sur l'Île maléfique, avait fui l'esclave synthétique ayant l'apparence du forban après que l'original ait été assimilé par l'immonde végétal.

Recherchant où était la version originale du cafard, ce n'est qu'après plus d'une heure d'enquête qu'il vînt fureter sa truffe jusqu'au bord d'un gigantesque cratère qui avait été jadis créé à coup de dynamite. Au fond de cette sinistre crevasse aux pierres noires, une dizaine d'hommes erraient tels des pantins sans volonté autour d'une plante étrange, possédant un sourire carnassier et des dents tranchantes.

Bien que la dite plante se trouvait loin de lui et ne pouvait l'atteindre, Grite estima prudent de s'éloigner de ce cratère. S'apprêtant à rebrousser chemin, une silhouette en particulier attira son attention. Au sein même du végétal aux airs maléfique, on pouvait distinguer la forme d'un des corps qu'elle avait ingurgité. Pas de toute possible, ce visage hargneux, bien que rendu paisible du fait de son état d'inconscience, c'était Joe.
Peu de temps après son arrivée sur l'île, des scientifiques l'avaient jeté en pâture à la plante. Cette dernière l'avait assimilé,et reproduit un clone étant sous son contrôle. Possédant ainsi une version esclavagie du forban, la plante en profita pour activer les Ventio Dials à la ceinture pour le faire s'échapper du profond cratère afin de créer du chaos plus loin en ville.

Grite considérait Joe comme sa mère. Depuis le début de sa courte existence, il n'avait quasiment connu que lui et l'avait suivi partout où il allait. Voir "sa mère" ainsi captive de l'immonde végétal constituait un choc sévère pour la boule de poil. Sans doute aurait-il mieux valu pour lui continuer sa vie de son côté, et chercher à survivre dans la jungle malgré son jeune âge.
Mais Joe était son seul repère en ce bas monde, il le pouvait pas vivre sans lui. Du fait de sa nature animale, il était bien moins conscient du danger qui l'attendait et s'en alla descendre la bordure raide du cratère.

Bravant le combat qui l'attendait, le petit tigre, peu combatif car habitué à dévorer les restes de ceux que Joe avait massacré, se sentait prêt à attaquer de front une gigantesque plante aux dents acérées. Celle-ci, concentrée car étant en train de manipuler la réplique synthétique de Joe qu'elle avait mobilisée à l'autre bout de l'île, ne vît arriver l'attaque qui lui déchira un long cri de douleur. Grite avait entaillé de ses mâchoires et de ses griffes, l'enveloppe végétale qui recouvrait le corps du forban piégé à l'intérieur même de la plante.

Alors, la tête de la sordide plante fondit sur l'animal, comptant bien le déchiqueter d'un bon coup de crocs. Miaulant timidement, la petite bête se savait condamnée.

- Infâme chiasserie putassière...

Ce vocabulaire qui fleurait bon le juron acerbe, cette intonation hautaine et nasillarde. Le cafard était de retour, et comme à l'accoutumée, il était d'humeur à génocider tout ce qui le contrariait. Aussi, un bras surgit de l'intérieur même de la plante, perçant à travers les entailles profondes qu'avait occasionné le petit tigre. Au bout de ce bras, un mousquet alla s'enfoncer au fond de la bouche de la plante devenue soudain docile après avoir été perforée de l'intérieur.

S'extirpant de sa prison végétale tout en maintenant l'immondice en joue, Joe ressortit tout gluant mais plus pimpant que jamais. Sans un remerciement pour la bête qui l'avait sauvé, car coutumier de l'ingratitude, un sourire plus carnassier encore que celui de la plante se dessina sur son visage dégoulinant de liquide verdâtre.

- Ne t'inquiète pas saloperie, je viens en paix hinhin !

La notion de paix chez un flibustier aussi immoral et sanguinaire que le cafard ne signifiait pas vraiment la même chose que chez le commun des mortel. Cependant, cela traduisait une volonté d'alliance pour nuire à un ennemi commun. Soyez prudents pirates et scientifiques des environs, la "pax blattam" ne tarderai pas à être de rigueur sur l'île.


Dernière édition par Joe Biutag le Mer 6 Avr 2016 - 18:49, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t16405-presentation-joe-biutaghttp://www.onepiece-requiem.net/t16440-fiche-technique-joe-biuta
avatar
Joe Biutag
Le Cafard

♦ Localisation : Juicy Berry
♦ Équipage : Les Blattards

Feuille de personnage
Dorikis: 8855
Popularité: -875
Intégrité: -10

Mer 6 Avr 2016 - 5:50

Drôle d'expérience que celle qui consiste à être ingéré par un végétal pour que ce dernier fasse naître une réplique docile de soi. Il paraîtrait que ça arrive plus souvent qu'on ne le croit. Sur cette île en tout cas. Humant à pleins poumons l'air libre qui s'offrait à lui, Joe expulsa quelques muqueuses verdâtres que la plante avait inséré dans ses poumons pour le faire respirer artificiellement tandis qu'elle l'hébergeait en son sein. Toussant comme un beau diable, le cafard ne manquait pas de conserver son mousquet bien droit, tenant toujours en joue la plante, qui, fragile, aurait vite fait d'être éradiquée au moindre mouvement suspect.

- Eurk Eurk Eurk ! Bordel à foutre ! Ça c'est pas de la bronchite de fiotasse !

Non, il n'avait pas compris que ce qu'il venait de cracher depuis ses poumons n'étaient pas des glaires, mais un fluide aux propriétés insoupçonnées qu'il ne chercha pas à étudier une seule seconde. Car tout ce qui était vert ne l'intéressait pas le moins du monde, excepté lorsqu'il s'agissait d'un vert brillant et luisant. Paniqué, il fouilla soudain dans la poche de son anorak mais fut rassuré. Dans le tumulte, l'énorme émeraude qu'il avait ramené de l'île maléfique était toujours là. Si la plante était cruelle, elle n'était pas vénale. Même les créatures les plus infâmes de la terre ne pouvaient cumuler tous les vices, Joe ne dérogeait d'ailleurs pas à la règle. Si ce n'est la colère, la cupidité, la gourmandise, l'envie et la fierté qui le caractérisaient, il savait être raisonnable.

Toutefois, l'instant présent ne prêtait pas au concours du plus immoral dans le cratère. Tenant en respect l'immonde végétal, le forban, pourtant d'un naturel particulièrement rancunier n'avait pas actionné la gâchette de son arme, et cela n'était pas dû à un quelconque syndrome de Stockholm. Vicieux qu'il était, il était capable d'oublier les pires atrocités qu'on puisse commettre à son encontre du moment que cela allait dans le sens de ses intérêts.

- On va dire que par graditu... tratidu.... grutitu... bref, on dira que parce que je suis un type bien, j'ai décidé de te laisser en vie pour m'avoir soigné.

Même le simple fait de prononcer la mot "gratitude" lui aurait écorché la gueule. Cependant, il y avait du vrai dans ce qu'il disait. Lorsque la plante l'avait cueilli pour l'assimiler, elle l'avait soigné du poison mortel dans son corps de par les propriétés curatives de ses fluides végétaux afin de le maintenir en vie. Un mal pour un bien en somme.
Cependant c'était mal connaître le cafard que de croire qu'il puisse faire preuve de la moindre reconnaissance. Cette monstrueuse plante aurait pu le soigner par charité qu'il l'aurait butée si elle n'avait eu aucun autre intérêt à ses yeux.

- Tu sais pendant que j'étais prisonnier dans la sève, j'ai pu voir ce que faisait la réplique que tu as faite de moi.

Être absorbé par la plante, c'est être une part de son être, c'est ressentir ce qu'elle ressent. Son hostilité, ses désirs. Tel le diable, Joe comptait bien profiter des désirs des autres afin de leurs faire miroiter monts et merveilles pour son salut propre.

- Cette envie de t'enraciner dans la terre que tu avais.... Je peux t'aider à réaliser ça héhé.

Soudain, la plante qui jusque là était tendue et avait fait coulisser une de ses lianes derrière Joe arrêta sa tentative de meurtre. Pour le coup, le forban avait su l'intéresser. Sinistre personnage que le cafard, capable de se sortir des pires situations en balançant des marchés à tout va. Cette manie mercantile était garante de sa pérennité, il en usait et abusait.
Baissant légèrement le canon de son arme, il put observer que sa nouvelle amie n'avait pas l'air particulièrement hostile après avoir entendu ses propos. Confiant, le cafard alla même jusqu'à rengainer.

- Pendant que tu faisais mumuse avec ma copie, j'ai pu remarquer de par sa perspective, qu'il y avait des explosifs dans l'armurerie dévalisée. Laisse moi m'en charger, et dans une heure ou deux, tu seras libre.

Libre. La plante frétilla à ce mot. Laissant à Joe le soin de mettre en oeuvre son plan, il lui suffirait de le re-capturer une fois qu'elle aurait repris ses droits sur toute l'île. Si le cafard avait eu une idée si "lumineuse", c'est qu'il y avait de la perfidie derrière en guise de motivation. Ces scientifiques qui avaient tenté de se débarrasser de lui dès son arrivée sur l'île, il comptait bien les voir se faire dévorer à leur tour par la plante. Et cette fois, il n'y aurait pas de Grite pour les en sortir.


Dernière édition par Joe Biutag le Mer 6 Avr 2016 - 18:53, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t16405-presentation-joe-biutaghttp://www.onepiece-requiem.net/t16440-fiche-technique-joe-biuta
avatar
Joe Biutag
Le Cafard

♦ Localisation : Juicy Berry
♦ Équipage : Les Blattards

Feuille de personnage
Dorikis: 8855
Popularité: -875
Intégrité: -10

Mer 6 Avr 2016 - 5:52

N'était pas acrobate qui veut. Si la plante, après quelques minutes avait fini par découvrir un usage insoupçonné de la ceinture de Ventio Dials du forban, ce dernier peinait à mettre en oeuvre la technique. C'était pourtant simple, il s'agissait d'un bête saut à effectuer, et, profitant de l'ascension, activer les Ventio Dials en l'air pour se propulser bien plus haut durant un court instant.

- Rhaaaa ! La chiasserie de sa race de babouin ! Mais pourquoi je n'y arrive pas ?

Ne parvenant pas à faire son saut de dix mètre pour sortir du cratère, Joe s'impatientait. Qui plus est, Grite avait la fâcheuse tendance à s'agripper à lui chaque fois qu'il atterrissait après avoir échoué dans son saut.
Ni une ni deux, le cafard se saisit de la boule de poil par la peau du coup, et d'un geste violent, la projeta en l'air. Décollage réussi puisque ce faisant, il parvînt à sortir l'animal du cratère.

- Bordel, moi qui espérait qu'il s'écrase...

Sur le rebord du cratère, le regardant de haut, le petit tigre miaula. Paranoïaque et agressif de nature, Joe prit ça comme une forme de provocation qui le motiva davantage dans ses tentatives de saut propulsé par Ventio Dial. Bondissant, il appuya sur les Ventio Dials équipés à sa ceinture sous sa parka pour gagner quelques mètres d'envolée et réussit à s'accrocher du bout des doigts au bord du cratère dont il cherchait à s'extraire depuis dix minutes.

- V... Victoire.

Ne jamais crier victoire trop tôt, surtout quand un imbécile de tigre miniature venait vous chatouiller les doigts à coups de langue. Se hissant le plus rapidement possible pour ne pas retomber, la première mesure que pris Joe une fois remonté fut d'étrangler la bête qui pourtant n'avait cherché qu'à se montrer attentionnée à son égard.

- Je m'en vais t'apprendre à essayer de me faire tomber putain de zèbre orangé !

Toutefois, la strangulation sur animal sans défense ne dura pas bien longtemps. En effet, le cafard s'était engagé à aider la plante à s'évader. Un plan simple comme il les aimait. Trouver des explosifs. Prendre les explosifs. Allumer les explosifs. Et alea jacta est. L'idée étant de détruire un rebord du cratère afin que celui-ci soit en pente et permette à l'épais végétal de pouvoir l'escalader.

Sans se soucier des dégâts que cela allait occasionner sur l'île, le forban n'avait pas la moindre idée de l'étendue de l'hégémonie de la plante. Une fois ses racines en terre, celles-ci croîtraient à une vitesse hallucinante jusqu'à ce qu'elles aient le contrôle de l'intégralité de l'île.
Aurait-il été au courant de la possibilité d'un tel désastre qu'il n'en aurait été que plus motivé. Maintenant qu'il était sorti du sordide cratère où il était entouré de roches noires, il s'éloigna des rebords du volcan où il se trouvait et s'enfonça dans la jungle en compagnie de Grite qui ne le lâchait pas d'une semelle.

Lorsqu'il fut assimilé par la plante, il voyait la même chose qu'elle, aussi, il avait encore en mémoire le chemin qu'avait pris sa réplique pour aller semer le chaos dans la ville portuaire de l'Île en fête. Avec le quasi génocide qu'il y avait eu là bas, rares seraient les individus présents pour se mettre sur son chemin et l'empêcher de se saisir des explosifs de l'armurerie. Un petit vol peinard l'attendait. Car c'était bien connu, les pirates, surtout ceux au service de Jack, étaient très conciliants quand une vermine venait sur leurs terres voler leur matériel.

C'est en sifflotant gaiement que Joe, l'original cette fois, pénétra dans la ville dévastée par les explosions occasionnées par sa réplique quelques heures plus tôt.


Technique utilisée:
 


Dernière édition par Joe Biutag le Mer 6 Avr 2016 - 19:08, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t16405-presentation-joe-biutaghttp://www.onepiece-requiem.net/t16440-fiche-technique-joe-biuta
avatar
Joe Biutag
Le Cafard

♦ Localisation : Juicy Berry
♦ Équipage : Les Blattards

Feuille de personnage
Dorikis: 8855
Popularité: -875
Intégrité: -10

Mer 6 Avr 2016 - 5:59

- T'es sûr de toi Vali ? Tu devrais pas être encore convalescent ?

Bousculant son camarade qui s'inquiétait pour lui afin de démontrer à quel point il était solide, Vali répondit avec la prestance qui le caractérisait.

- Un pirate qui bosse pour Jack, il est soit actif, soit mort, j'ai l'air crevé à tes yeux ?! Non ! Alors ferme-là et aide moi à les transporter.

Le colosse au teint mat et au crâne rasé avait échappé à une mort certaine lorsque la réplique du cafard créée par la plante s'était promenée dans les environs armes à la main. Afin de l'immobiliser, Vali avait essuyé les tirs de dix billes de plomb dans l'estomac, le condamnant ainsi à une mort certaine. Pourtant, une fois au laboratoire de l'île monté pour étudier les propriétés du fluide de la plante, les scientifiques usèrent de leur seul exemplaire de sérum expérimental, soignant toutes ses blessures en un clin d'oeil.

C'était un Vali en pleine forme qui, accompagné de deux camarades, remplissait une charrette des cadavres de ses frères tombés au combat suite à l'assaut de la marionnette de la plante monstrueuse. Après une bonne demi heure à ramasser les cadavres, certains en plusieurs morceaux, la charrette était presque pleine. Tournant la tête interpellé par quelque chose qui avait attiré son attention dans cette ville vidée de ses habitants réfugiés aux quais, un des pirates accompagnant Vali devînt soudainement pâle.

- La plante a envoyé une nouvelle réplique de Biutag !

Vali et ses compères eurent à peine le temps de tourner la tête que celui qui venait de sonner l'alerte, pris au dépourvu, fut abattu d'une balle en pleine gorge, agonisant un long moment avant de prononcer son dernier soupire.

- C'est capitaine Biutag pour vous mesdemoiselles hinhin !

Quelle aubaine pour Joe, seuls trois pirates étaient amassés ici, soit un par barillet de son mousquet amélioré. Tirant successivement les deux balles qui lui restaient, le second accompagnateur de Vali reçu le projectile entre les deux yeux, tandis que le chauve évita sans peine ce qui s'amenait à lui.

-Eh bien eh bien ! Je te reconnais toi ! Il me semblait que ma copie végétale t'avait mis une branlée. Faut croire que les petites bites ont la vie dure héhé !

Ricanant avec lui de bon coeur, Vali se contenta d'une réplique cinglante en guise de réponse.

- Je présume que tu en sais quelque chose hein "Cafard" ? Haha.

Tout en poursuivant son petit rictus vicieux, mais en riant jaune cette fois, Joe s'empressa de recharger son mousquet à triple canons. L'envie de faire fumer la poudre lui tenait soudain très à coeur.
Cependant, Vali n'était pas vraiment du genre à se laisser flinguer gentiment. Bien plus rapide que ce que le cafard n'aurait put s'imaginer, l'intrépide pirate au service de Jack rétrécit la distance de vingt mètres qui les séparait en à peine trois seconde, et d'une malheureuse petite tape sur la main du forban, fit tomber son arme, le rendant particulièrement blême.

- C'est drôle, t'es beaucoup moins bavard maintenant que je suis face à toi.

Plein de ressources, Joe brandit sa main gauche prêt à utiliser le Flash Dial qui se trouvait au creux de sa paume.

- Baudr....

Sans même avoir le temps de hurler le nom de sa technique, le forban essuya un violent direct à l'estomac de la part de son adversaire, le propulsant dix mètres en arrière, l'envoyant s'écraser dans les décombres de la ville sinistrée. Allongé dans une position peu confortable sur les débris de bâtiments, tout en reprenant son souffle, le cafard était loin de la fin de son calvaire. Vindicatif, et surtout en colère après Joe, Vali se saisit d'un immense pan d'immeuble en béton qu'il souleva de sa force n'ayant rien à envier à un homme poisson en terme de puissance.
Balançant l'immense mur qu'il venait de ramasser, il le balança droit sur le cafard afin d'en terminer définitivement avec lui. Ce dernier n'ayant pas le temps de fuir, à peine redressé eut tout juste le temps de placer ses bras en croix devant lui pour se protéger.

- Se défendre face à un truc de trois cent kilos jeté à pleine vitesse en pleine poire, c'est efficace quand on a de la force merdeux. Toi, tu vas casquer plein tarif.

Et pourtant non. Comme rebondissant contre le forban, le mur s'étala droit devant lui juste après être entré en contact avec ses avant-bras. Pour le coup, Vali fut particulièrement surpris. De ce qu'on lui avait rapporté concernant le pirate Biutag, ce dernier n'était doté d'aucune force extraordinaire.

- Comment diable as-tu pu.....

Se dépoussiérant avec désinvolture, Joe l'interrompit.

- M'enfin bonhomme, un coup pareil, je suis immunisé hinhin !


Technique utilisée:
 


Dernière édition par Joe Biutag le Mer 6 Avr 2016 - 19:23, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t16405-presentation-joe-biutaghttp://www.onepiece-requiem.net/t16440-fiche-technique-joe-biuta
avatar
Joe Biutag
Le Cafard

♦ Localisation : Juicy Berry
♦ Équipage : Les Blattards

Feuille de personnage
Dorikis: 8855
Popularité: -875
Intégrité: -10

Mer 6 Avr 2016 - 6:05

Cette fois, Vali allait passer aux choses sérieuses. C'eut été une sérieuse entorse à son code pirate que d'appeler des renforts pour éliminer une vermine aussi faible que Joe. Pour autant, sa résistance hors du commun au projectile de plusieurs quintaux qu'il lui avait envoyé avait de quoi rendre perplexe.
Rien de bien sorcier pourtant. Joe, dans la doublure des manches de son anorak, avait équipé quatre Impact Dials afin d'amortir les coups puissants qui viendraient s'abattre sur lui.
Cette assurance vie constituait un coup de bluff inespéré le faisant passer pour invulnérable.

- Ça n'a pas de sens...

Sans être particulièrement brillant quand il s'agissait de réfléchir, Vali se demandait pourquoi son coup de poing avait pu être aussi efficace contre son adversaire tandis qu'un mur entier projeté à grande vitesse ne lui avait pas infligé le moindre dégât.

- Peu importe. De toutes manières, si tu avais de la force dans les bras, tu ne t'en remettrais pas à des armes aussi minables pour te battre.

Il avait soulevé un point intéressant. D'autant plus que Joe n'avait pas eu le temps de ramasser son mousquet à triple canons avant d'être expédié dans les débris de bâtiments. De par le fait, il ne lui restait qu'une arme offensive sur lui : son canon portatif à une main.
Quelque peu vexé de ne pas avoir fait autant impression qu'il l'eut espéré en bloquant le mur de manière magistrale, le cafard n'avait plus qu'un seul atout à faire falloir pour contre attaquer, et sans continuer le suspense, sortit sa deuxième arme de sa parka.

- Comme de juste héhé !

À peine l'arme sortie, Vali bondit à nouveau sur le forban. Il savait que si il allait au corps à corps, Joe ne pourrait utiliser son arme du fait du recul occasionné par l'explosion du projectile qui en sortirait.

- Si tu me tires dessus, tu sautes avec moi ! Si tu ne tires pas, je te broies ! Fais ton choix camarade !

Bondissant pour attaquer le cafard en lui plongeant dessus, le pirate au crâne rasé fronça les sourcils intrigué. Sans être sûr de ce qu'il venait de voir, il lui avait semblé avoir vu son adversaire sortir un objet de l'intérieur de sa manche et l'insérer dans le canon de son arme, normalement faite pour tirer des petits boulets.

- Tu es fait !

Alors que son poing approchait dangereusement du visage de Joe, ce dernier, on ne peut plus calme et sûr de lui, brandit brusquement son arme et la pointa sur Vali à bout touchant.

- Qui t'as dit que je comptais tirer un boulet, petite bite ?!

Pressant la gâchette, il n'y eut en effet aucune explosion. Pour autant, après qu'un bruit d'ossements brisés se soit fait entendre, Vali fut propulsé trente mètres en arrière avant de s'écraser sur le dos à même le sol. Sa cage thoracique était en miette, il sentait certaines de ses côtes s'enfoncer dans ses poumons. C'en était fait de lui.
Se redressant fébrilement avec le reste des forces qu'il lui restait, il observa Joe qui, tranquillement, ramassait le projectile qu'il avait utilisé pour le mettre dans cet état.

- Bleuurgl, eurk eurk ! Un... kof ! Un coquillage ?!

Il fallait croire que Vali n'avait jamais vu de Dial de sa vie. En effet, le cafard avait mis au point une nouvelle utilisation de son canon portatif au cours d'un combat sur l'Île maléfique. Insérant un Impact Dial chargé avec un coup, c'est à dire, avec celui qui avait encaissé l'impact du mur tout à l'heure, le forban s'était servi du Dial comme projectile, n'ayant ainsi pas à subir le contrecoup de l'impact qui lui aurait arraché le bras compte tenu de sa faible constitution.

Après avoir été récupérer son mousquet, le cafard put enfin le recharger, prenant bien son temps tandis que son ennemi agonisait à même le sol quelques dizaines de mètres plus loin. Puis, s'avançant vers le blessé grave, il alla se percher au dessus de lui, certain de sa victoire.

- Alors, ça te fait quoi d'avoir affronté l'original ?

Tout en sachant que ce qu'il allait dire constituerait ses derniers mots, le fier pirate au service de Jack lui répondit avec le panache qui était le sien :

- Je préférais la réplique, au moins, elle savait fermer sa gueule haha.

Tout joyeux, un sourire carnassier étendu le long de ses joues, Joe se mit à rire de concert avec Vali une fois encore.

- HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAH !

Ce rire de dément fut interrompu par trois coups de feu qu'il venait de tirer à bout portant dans la tête du pirate à terre. Pas d'honneur chez les pirates, pas de cadeaux ni pour les condamnés, ni pour les hommes à terre. Quand on se retrouvait en fâcheuse position, mieux valait le faire loin du cafard.

Se frottant la joue qui avait plus tôt encaissé le coup de Vali, Joe soupira et, comme si rien ne s'était passé, se frotta le menton interrogateur tandis que Grite, qui s'était planqué tout le long du combat, revenait à lui.

- L'armurerie, c'est par où déjà ?


Technique utilisée:
 


Dernière édition par Joe Biutag le Mer 6 Avr 2016 - 19:34, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t16405-presentation-joe-biutaghttp://www.onepiece-requiem.net/t16440-fiche-technique-joe-biuta
avatar
Joe Biutag
Le Cafard

♦ Localisation : Juicy Berry
♦ Équipage : Les Blattards

Feuille de personnage
Dorikis: 8855
Popularité: -875
Intégrité: -10

Mer 6 Avr 2016 - 6:11

- Voiiiilà ! Je crois que j'ai tout chargé.

Après avoir vidé la charrette des trois pirates de tous les cadavres qu'ils avaient entreposés, Joe y installa les explosifs qu'il avait trouvé dans les restes de l'armurerie. Il y en avait à pour vingt kilos de dynamite. Étant plus aguerri à l'usage des armes à feu que des explosifs, le forban ne voyait aucun inconvénient à s'improviser artificier pour un jour. Manier des substances potentiellement mortelles et hautement destructrices devait bien évidemment être à porté de tous.

Comme un tireur de pousse pousse, le cafard s'en retourna au cratère. Manoeuvrer avec la charrette au milieu de la jungle ne fut pas une chose aisée, mais, en sueur et exténué, il parvint jusqu'à sa destination sans trop d'encombre, si ce n'est bien sûr Grite qui se mettait trop souvent dans ses pattes et qu'il devait frapper à coup de botte tous les cents mètres. À un moment donné, il lui avait même semblé avoir roulé sur sa queue avec la charrette, mais ça ne l'avait pas inquiété tant que ça.

- Coucou plante d'amouuuur !

Quand Joe parlait amour avec des yeux remplis de veines rouges, c'est que la suite des événements promettait d'être passionnel. Et en effet, entassant les caisses de dynamites une à une sur le rebord du cratère, cela promettait même d'être sulfureux.
Se planquant à l'extrême opposé du cratère, la plante se recouvra de ses lianes qui ondulaient autour d'elle tels des serpents constricteurs.

Restait maintenant à Joe la tâche de réfléchir à la distance qu'il devrait mettre entre lui et le paquet d'explosif. Ce n'était pas la première fois qu'il s'apprêtait à allumer des substances nitriques d'un tir de mousquet, plusieurs mois auparavant, à Rokade, il avait déjà fait la même chose, mais dans une grotte remplie de monde. Son ouïe avait mis une semaine avant de revenir totalement, et il avait surtout manqué d'y passer.
Mais il n'était pas de ceux qui apprenaient de ses erreurs. Après tout, l'expérience à Rokade fut assez concluante malgré ses blessures, aussi il ne voyait pas d'inconvénients à ce que les choses ne se passent pas bien cette fois.

Reculant pas à pas, mettant tantôt dix mètres, puis vingt, et enfin cinquante entre les explosifs et lui, le cafard restait particulièrement prudent. Pointant son mousquet, il ferma un oeil en tirant la langue entre ses dents, visant au mieux les vingts kilos de T.N.T qui allaient promettre un joli feu d'artifice.

- Mon cher Grite, j'espère que tu tiens pas trop à tes oreilles, parce que je te garantis qu'elles vont bientôt se mettre à siffler.

Entamant le décompte dans sa tête, il en était presque arrivé à zéro quand on hurla derrière lui.

- Mais qu'est-ce que tu es en train de faire abruti ?

Conservant la pose, bras tendu, mousquet parfaitement pointé sur la cible, Joe tourna la tête. Derrière lui, l'un des deux scientifiques qui l'avaient amené jusqu'à la plante pour qu'il se fasse dévorer lors de son arrivée sur l'île. Le biologiste s'était amené afin de savoir pourquoi l'une des répliques qu'avait envoyé la plante s'était désagrégé devant ses yeux. Il avait sa réponse devant lui, le cafard était libre.

- Bah ça se voit non ? Je m'essaie au tricot. Y'a de ces gens avec des questions cons je vous jure...

Reportant à nouveau son attention sur sa cible, ignorant le scientifique, le forban reprit son décompte.

- Si tu fais ça on est tous morts ?

Intrigué, Joe tourna à nouveau la tête en direction de celui qui cherchait à le tempérer.

- Ah ouais ? C'est bon à savoir ça héhé !

Un regard déterminé inscrit sur son visage, il n'était cette fois plus question de décompte. Fixant attentivement les caisses de dynamite, il déclara dans une tirade se voulant le prélude de l'apocalypse sur l'île :

- T'inquiète pas pour moi, je suis pas du genre à crever.... Que la fête commence !

Un coup de feu retentit alors, très vite une déflagration monstrueuse illumina les environs suivie d'un bruit sourd seulement une seconde après. Projetés en arrière par le souffle de l'explosion, Joe, le biologiste et Grite voltigèrent à vitesse grand V. La suite des événements promettait d'être encore plus chaotique que cet instant malheureux.
http://www.onepiece-requiem.net/t16405-presentation-joe-biutaghttp://www.onepiece-requiem.net/t16440-fiche-technique-joe-biuta
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1