AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


I-Pacifista

avatar
Zéro
Brigade Scientifique
•• Ingénieur en chef ••

♦ Localisation : Origine
♦ Équipage : Nombres réels

Feuille de personnage
Dorikis: 2685
Popularité: 117
Intégrité: 88

Mer 27 Avr 2016 - 20:44

Pacifista dysfonctionnel relâché dans la nature.

Environ 284 250 058,42 berrys lâchés hors des sécuritaires hangars de la brigade scientifique. Supérieurs crissent fortement des dents = symptôme d'anxiété et de colère. Malheureusement ont eu très mauvais réflexe : au lieu de tout de suite partir à sa recherche, ils ont tenté de désigner des responsables de leur gros doigt boudiné de bureaucrates.

Éléments défaillants qui privilégient égoïstement leur carrière à la productivité et la sécurité de l'ensemble de la fourmilière. C'est aussi ce que je fais. Mais. Moi = génie = égocentrisme légitime. Dénué de désir de jouer à chat + souris avec robot capricieux, je préférerais fournir à avenir science de pointe. Ex : armes chimiques originales / médicaments mutagènes / contrôle de foule par extraction et remplacement de souvenirs / nouveaux éléments récréatifs dans tableau périodique. Avenir radieux.

Robots souffriraient aussi de parasitage émotionnel. Théorie émise par Docteur Ulrich, qui estime possible le développement d'une conscience chez Pacifista défaillant. Conscience aurait corrompu son programme comme virus. Et l'aurait conduit à planifier son évasion. Peut-être Première dans Histoire de l'intelligence artificielle. Et il conviendrait que ça soit la Dernière : car ce qu'on attend d'un robot, c'est servitude et fidélité d'acier. Pas qu'il comporte les mêmes défaillances comportementales qu'un humain.

Car sinon autant prendre humain. Ils sont moins cher.

Ça s'est passé durant une phase de maint'nance, quelques tech' se sont un peu torchés l'cul avec les protocoles de sécurité, et ça a amené la situation qui nous tracasse là. Un putain de pacifista rebelle qui s'promène à Luvneel. Faut qu'on l'retrouve pis qu'on l'neutralise avant qu'il n'tombe entre de mauvaises paluches, c'qui s'fait bien vite à Luvneel.

Et...
Et on s'ra pas bienv'nus.


Luvneel politique médiocre d'éloignement de la superpuissance gouvernementale = tentative creuse de bâtir par soi-même ce qui existe déjà depuis des siècles partout ailleurs dans les blues. Une économie. Je suis pas économiste mais les sciences répondent très bien à problématiques de ce type. Les organismes qui survivent le plus longtemps sont ceux qui élaborent stratégie collective et se rallient par magnétisme social à chef de meute le plus capable d'assurer leur subsistance sur très long terme.

Luvneel = organisme autonome envoyant virulents anticorps sur tout corps étrangers. Compte tenu des résultats de précédentes interactions Marine/Luvneel, petite estimation personnelle à 96% de risques de nous heurter à mur sourd et aveugle de réfractaires.

Luv-vneel = organ-nisme aut-tonome ?
Chais pas si on peut dire qu'ils ont poussé l'vice jusqu'à tenter l'autarcie, mais... j'me doute que c'seront pas les collègues les plus coopératifs d'ma carrière. On aura intérêts à s'faire petits.
Intercep-p-ption p-pacifista discrète ? D-Domaine du peu envisageable.
Tu l'as dit bouffi, gnéhéhéhé ! On f'ra ce qu'on peut. Les bureaucrates là-haut comptent sur nous. Et les p'tits soldats marines aussi. Y veulent pas finir en hachis broyés par leur propre camp, ghein ?

Certes. Marines =/= Cobayes. Sauf en circonstances exceptionnelles.
Bien que j'aie connu soldats qui auraient probablement été plus productifs en servant d'échantillons qu'à paresser en caserne.

Le Docteur Ulrich est superviseur de mission. Connaissances approfondies en robotique et en psychologie du cyborg indissociable du succès de la récupération. Moi adjoint. Car moi QI extrêmement vaste aux usages multiples pour missions denses et risquées.

Reste de l'équipe = 15 chercheurs / 4 agents de CP5 + 1 chef d'équipe / 1 agent du CP1 / 30 soldats marins (= Chair à canon en cas d'échec critique).
Effectifs très réduits pour mission de cette ampleur. Pacifistas irrationnels capables d'engendrer désastres. Mais marine non bienvenue en cité de Luvneel. Donc. Port d'habits civils seront de rigueur si uniforme à mouette non compatible avec caprices locaux.

Navire au large de Luvneel : approximativement à 1239 mètres du port. Bientôt on se heurtera à farouches Luvneelois.

Va m'chercher Stephano. C'notre négociateur.
Oui. Besoin d'un portrait.
L'grand blond avec des godasses noires...
Oui.
C'lui qui va tenter d'nous ouvrir l'passage, les patrons comptent pas sur moi, hinhin.

Oui. Docteur Ulrich emploie vocabulaire globalement grossier et peu adapté à diplomatie. Mais sait dire choses dignes d'intérêt. Strict contraire des nécessités actuelles. Besoin urgent d'un palabreur. Stephano apte à remplir le rôle d'anesthésiant. Il endormira peut-être responsables du port pour nous laisser accoster. Stephano issu du CP1. Sorti de ce placard insalubre pour circonstances exceptionnelles. Agents du CP1 = tous dépressifs oisifs ? Stephano semblait l'être jusqu'à ce que Docteur Ulrich lui apporte mission. Alors son regard a commencé à pétiller.

Le mal par le mal. Le chipotage par le chipotage. Objectif secondaire : trouver Stephano diplomate. Je quitte mon confortable poste dans le centre de contrôle du vaisseau pour m'aventurer dans le froid stagnant sur le pont du navire. Thermorécepteurs produisent frissons ennuyeux à travers mon corps. Rencontre sur chemin visages déplaisants. De collègues prétentieux qu'apprécient pas ma présence. Ma brillance les aveugle. Leur arrogance les empêche d'accepter que je. Sois meilleur qu'e

Ah. Saute de mémoire. Un fusible a disjoncté. Que faisais-je ?

Que f-faisais-je ?

Je demande à collègue aléatoire n°1.

Tu te fous de moi ? Va jouer ailleurs, sale môme !

J'enchaîne sur collègue aléatoire n°2.

Q-Que faisais-je ?
Bah...

Aucun résultat. J'enchaîne sans attendre sa réponse que je devine d'avance superflue. Interroge marin aléatoire n°1.

Que fais-sais-je ?
Toi j'sais pas mais moi j'essaye de manoeuvrer c'rafiot, alors si tu pouvais éviter de rester dans mes pattes !

Bon. Tentative sur Stephano (diplomate aléatoire n°1)

Que faisai...
AH, STEPHANO ! Merci, Zeke !
Nécessité de r-rappeler raisons du rem-merciement.
Hm ?
Ouais ouais laisse tomber. Stephano, on va prendre contact avec Luvneel. J'vais avoir besoin de toi pour nous négocier une bonne p'tite place de choix dans leur port. 500 m², plein sud, avec hôtel et plage à proximité.
Je... Je crains que ça ne soit pas possible, monsieur, mes affectations ne me...
GNAHA ! C'était une blague, Steph !

Oui. Blague. Second degré. Je l'avais détecté celle-ci. Mon niveau en sarcasmes a augmenté ces dernières années.

On veut juste une place, peu importe laquelle. En fait, c'mieux qu'elle soit l'plus p'tite et paumée possible. Discrétion.
Très bien. Laissez les professionnels dompter la bête.
J'demande qu'à voir.
Le CP1 n'est pas encore mort !

Il adopte pose pseudo-héroïque type, poing serré contre sa poitrine. Ses pupilles pétillent à nouveau comme si elles étaient emplies de CO² et ses muscles se contractent grossièrement comme ceux d'un cadavre.

Par c-contre den den va décéder si vous le serrez aussi f-fort.
Oups ! Allôôô ? Aaaaaamis gardes-côtes ?
http://www.onepiece-requiem.net/t14864-zeke-romanov-uchttp://www.onepiece-requiem.net/t14958-zero
avatar
Sigurd Dogaku
Le Boulimique

♦ Localisation : ^ Déconnez pas, vous étiez tous à hurler de rire.
♦ Équipage : Seul et triste

Feuille de personnage
Dorikis: 5018
Popularité: 750
Intégrité: 185

Lun 2 Mai 2016 - 23:52

Une mauvaise histoire qui s'annonce. Je n'aime absolument pas ça.

-Et pourquoi n'avoir fait venir que moi?
-Eh bien... monsieur Dogaku a une certaine tendance à être...
-Assez tranché dans ses négociations, oui.
-Exactement. Alors que vous, par contre...
-Et vous vous êtes trompé. Sigurd va directement là où il faut et désamorce les problèmes en enfonçant les solutions dans leurs gosiers. Et je ne sais pas faire ça.
-Nous n'avons pas besoin d'aide pour négocier. C'est notre travail, merci. Nous avons simplement besoin... de quelques arguments de poids... dans notre sacoche.
-Je dois donc faire office de gros bras?

Cet homme perdait des points à un rythme alarmant. Mieux valait couper court et passer à ce qui poserait vraiment problème. Pas besoin de se vexer à cause de...

-Vous avez une excellente réputation, partout dans le monde, esquiva le lieutenant de la milice. Pas seulement en tant que Sorcière, madame. Et nous comptons... comptions... comptons sur vous.
-Et je suis bien venue, concluais-je d'un ton beaucoup plus chaleureux.

Mince. Je ne devrais pas sourire ou être flattée ou trouver ça... jouissif... mais comment voulez vous rester de marbre quand on vous reconnaît à si beau titre?

-Bref. Je comprends bien à quoi vous voulez en venir. Mais vous vous êtes trompé. C'est typiquement le genre de cas où Sigurd sait y faire. Je vous demande de lui faire confiance la prochaine fois. S'il vous plait. Vraiment.
-Euh... d'accord.
-Merci. Ce sera bien plus facile comme ça.

Bon. Nous nous en tiendrons là. Pas besoin d'en faire plus.

Une demie-heure plutôt, j'étais tout simplement chez moi. Douillettement installée entre une théière en porcelaine d'étherre et une poignée d'amies venues en fin de matinée. Jusqu'à ce que le denden sonne, et qu'il s'agisse du rouge ; celui que la commune ne délivrait qu'à ceux qu'elle voulait joindre en ligne directe.

Et forcément, j'ai décroché.

Imaginez que ce soit une attaque de pirates, ou autre chose du genre. Ce serait fou de laisser faire.

Sauf qu'aujourd'hui, ce ne serait pas une histoire de pirates. Il s'agissait de marines. Ce qui était peut être pire. Les cipher pol, c'était une chose. Ils étaient invisibles, censés ne pas exister. Ce qui limitait énormément leur marge de manoeuvre dès lors que l'on savait qu'ils étaient là. Ce qui était le cas.

Les mouettes, par contre... suivaient des règles bien moins faciles à exploiter. La force brute un point c'est tout. Des militaires. Ils n'avaient rien de bon à apporter ici. On ne voulait pas d'eux. On ne pouvait pas non plus les refouler si brutalement. Probablement.

-Si vous voulez bien me suivre... oh, tant que j'y pense. Je vous sers quelque chose?
-Whisky?
-...
-Toujours pas?
-Nous ne buvons jamais pendant le service, et ce serait une tentation d'avoir...
-Vous voulez dire que seul le capitaine a les clés de l'armoire à grands crus?
-Aussi, oui.

-Combien de personnes dans la salle?
-Nous serons une dizaine... et les marines sont huit.
-Ils sont déjà ici?
-Pour entendre ce qu'ils ont à dire, le mieux est déjà de les faire entrer.
-Mmmh. Je vais nous faire du thé. Allez vous installer, je vous rejoins bientôt.

Il ne protesta pas. C'était même tout le contraire. En ce qui me concerne, aucun besoin qu'il ne me guide pour que je trouve le coin-cuisine de cette section de la caserne du port. On pouvait presque dire que j'avais mes habitudes, ici.

De la même manière, les officiers de ce bâtiment savaient maintenant que les infusions d'une native des Highlands n'avaient aucune comparaison dans le pays. Chez moi, c'était plus qu'une institution.

Je pense que je vais leur préparer quelques théières supplémentaires. Ils le méritent vraiment, avec tout ce qu'ils font.
http://www.onepiece-requiem.net/t9504-sighttp://www.onepiece-requiem.net/t9650-sig-peluche
avatar
Sigurd Dogaku
Le Boulimique

♦ Localisation : ^ Déconnez pas, vous étiez tous à hurler de rire.
♦ Équipage : Seul et triste

Feuille de personnage
Dorikis: 5018
Popularité: 750
Intégrité: 185

Jeu 5 Mai 2016 - 11:28

Ils étaient bien huit. Lorsqu'elle arriva en compagnie d'un assistant pour déposer le service à thé, Evangeline les reconnu tout de suite. Quatre soldats faisant probablement office de gardes, encadrant tous un représentant du gouvernement qui semblait être à la tête du groupe. Ou à tout le moins son porte parole ; lui possédait l'emblème des cinq étoiles à hauteur de poitrine, mais rien qui ne le rattachait à la mouette. L'homme n'avait pourtant rien de particulièrement avenant. Des cheveux en broussaille, d'un genre qui refusait catégoriquement de se laisser discipliner. Et une peau étonnamment sèche pour la trentaine d'année que semblait avoir l'homme. Son uniforme légèrement trop grand, sa cravate froissée et ses chaussures mal entretenues achevèrent de dresser les à prioris négatifs d'Haylor sur le personnage.

D'un autre coté...

Elle n'avait jamais vu des yeux comme ça. Turquoises. Comme la couleur d'un lagon de rêve dans un atoll paradisiaque. On avait juste envie de plonger dedans. Et elle resta longuement, même à distance, à le regarder fixement. Le milicien qui l'avait accompagné se chargea de servir ses compagnons ; elle en profita donc pour s'occuper de ses invités. Toujours sans lâcher l'autre du regard. Ils étaient vraiment beaux.

À part peut être... l'odeur... de sel... de mer... encore que non... mais de poisson, ou bien...

-Oups. Pardon.

Haylor grinça spontanément, et son visage trahit le dégoût qu'elle avait pour l'homme poisson qui venait de la percuter par mégarde. Trop doucement pour qu'ils ne renversent quoi que ce soit. Mais le contact huileux de son avant-bras avec les écailles spongieuses de Zéro lui avait fait le pire effet. Si ça avait été sa robe, elle serait bonne à la poubelle. Ou à une bonne lessive vraiment dorikisée.

-Eeeeeck. Eumh... non... ce n'est rien.

Cette fois-ci, elle détailla la créature, qui ne correspondait pas vraiment à ses classiques physionomiques. Un homme poisson. Elle ne s'y connaissait pas en poisson, elle préférait la viande. Mais celui-ci n'avait pas fière allure. Entre ses yeux trop grands et globuleux, sa bouche qui dépassait des largeurs habituelles, son corps chétif, anormalement proportionné et son allure ratatinée...

-Tenez, déclara-t-elle en prenant soin de ne surtout toucher ses doigts.

Elle s'en retourna alors aux autres, pour finalement en arriver à leur représentant, l'homme au regard infini. Et profita longuement de ce prétexte pour le fixer droit dans les yeux. Des yeux si beaux, c'était quelque chose dont on entendait parler sans jamais y croire - jusqu'à ce qu'on voit.

En s'en retournant de son coté de la salle, elle remarqua d'ailleurs qu'elle n'était pas la seule à être fascinée par ces yeux de lagune. Les trois quarts des Luvneelois avaient le même comportement.

-Merci pour les ravitaillements, commenta le capitaine de la caserne. Si je peux me permettre de faire les présentations...
-Evangeline Haylor. D'HSBC des chevaliers de Nowel, la sorcière du pays. C'est difficile de se renseigner sur le pays sans entendre parler de vous ou de votre partenaire, expliqua le diplomate.
-Mmh. Enchantée.

Elle eut beau s'en mordre les lèvres pour résister, le plaisir d'une phrase pareille lui arrachèrent un grand sourire de contentement. C'était toujours aussi plaisant. Et ils n'avaient encore rien vu.

-Evangeline a l'habitude de nous aider en cas de problème ou de situation inhabituelle... telle que celle-ci. Je vous assure que vous pouvez compter sur elle pour faire preuve de discrétion sur tout ce qui se dira ici.
-Je n'en doute pas du tout. Aucun problème. Surtout avec un thé pareil.

En tout cas, il ne voyait pas pourquoi elle ferait preuve de plus ou de moins de discrétion que n'importe quel autre Luvneelois présent dans cette salle. Si les locaux tenaient à avoir une de leurs mascottes sur place pour être rassurés et se sentir en force, autant les laisser faire.

Et puis, c'est vrai que ce thé était...

-Je m'attendais aussi à voir monsieur Dogaku, en fait.
-Peut être plus tard, compléta la miss. Il n'a pas pu se libérer.
-Eh bien... Stephano Da Costa, se présenta le diplomate.

Il hésita un instant, puis se reprit ; il était temps d'en finir avec ces digressions. On pouvait voir à son expression, à son regard, dans lequel tout le monde était éperdument plongé, qu'il comptait mettre les pieds dans le plat.

-La raison de notre présence ici... serait pour une mission... de récupération. Il s'agit de matériel de grande valeur appartenant à la marine, et que nous ne pouvons pas laisser traîner dans la nature.
-Quel genre de matériel?, demanda le capitaine.
-Dans le genre... marine scientifique.
-Gadget high-tech?
-Pas vraiment... encore que oui, peut être.
-Un prototype?
-Pas vraiment ça...
-Est-ce qu'il porte des lunettes?
-Ce n'est pas un "Qui est-ce".

-Alors dîtes nous ce que c'est.
-Quelque chose de confidentiel.
-Nous avons besoin de savoir, pour pouvoir vous...
-Je sais. Et non, vous pouvez nous aider sans savoir ce que c'est. Nous sommes venus vous demander l'autorisation de laisser notre équipe intervenir sur Luvneel et mener sa mission.
-Et ça ne dépend pas de moi. Mais je serai celui qui en réfèrera à quelqu'un qui pourrait délivrer cette autorisation. Ou opter pour une autre solution.
-Et je dois vous convaincre... oui. Posez moi vos questions.
-De quoi s'agit-il?
-Une autre question.
-Est-ce que c'est sur Luvneel?, questionna un lieutenant.

L'officier sembla regretter d'avoir prononcé ces mots avant même de terminer sa phrase. Il jetta un regard en biais, pour confirmer l'agacement de son supérieur. Stephano Da Costa, au contraire, enchaîna tranquillement.

-Oui, d'où notre présence ici.
-Et comment le savez vous?
-Nous avons nos...
-Un peu plus de détail?
-... sources.
-Cf ci-dessus.
-Ainsi qu'un appareil qui nous indique les coordonnées de notre matériel de façon très grossière.
-Grossière à quel point?
-Quelque part entre ici et la capitale.

Une déclaration qui ne fit pas grande impression chez les résidents. Avec ces précisions, cela donnait trois provinces à parcourir pour les recherches. Ça ne serait pas facile.

-Vous n'aurez aucune chance de le retrouver sans nous, remarqua le capitaine.
-Je pense au contraire que ce sera plus facile. Nous avons une équipe de spécialistes qui ont l'habitude de travailler en équipe et d'appuyer leurs compétences sur celles de leurs collègues. Plusieurs agents du Cipher Pol.
-Vous...
-Peut être qu'il a raison, intervint Evangeline. Les Cipher Pol sont particulièrement...

Elle ne termina pas sa phrase. Un regard lancé au capitaine lui indiqua qu'il n'aimait pas qu'on prenne la parole à sa place, et encore moins pour aller dans le sens de leurs invités indésirables. Mais au delà de ça, c'était tout simplement ce qu'elle avait failli dire qui la dérangeait le plus. Les Cipher Pol, particulièrement compétents dans leurs domaines? Elle était convaincue qu'ils étaient davantage des rats opportunistes, sournois et trop sûrs d'eux, et tout particulièrement de leur rokushiki qu'elle prenait grand plaisir à exploiter. Ils ne rataient jamais une occasion de se servir de leurs atouts. Ce qui lui fit penser...

Des hommes ici appartenaient-ils au Cipher Pol? Peut être les marines... ou l'homme poisson. Ou les deux autres, dont elle ne savait rien. Elle essaya de les observer. Difficilement. Elle ne parvenait pas à se concentrer sur eux. Son regard revenait toujours sur Da Costa. Et elle peinait à réfléchir et écouter ce qu'il disait...

Elle devait être fatiguée. C'était comme si elle s'ennuyait. Peut être qu'une gorgée de thé lui ferait du bien.

Ou bien alors...

-Au fait... j'ai seulement une question. Stephano?
-Madame?
-Est-ce que vous avez déjà vu... quelqu'un... faire usage de l'hypnose?

Tout le monde la considéra étrangement. C'était une phrase hors de propos.

-Uuuuhm... non. Pourquoi?
-Oh. Simple question. Excusez-moi. Je venais de penser... mais... probablement pas.

Haylor se réfugia dans sa tasse de thé pour s'épargner davantage de questions. Ainsi que des réponses. Elle en était presque certaine, le diplomate n'était pas innocent. Le fait qu'il ait cessé ce délicat, imperceptible hochement de tête continu lui suffisait. Maintenant, le capitaine semblait plus détendu. Peut être même que les autres Luvneelois cesseraient d'intervenir n'importe comment.

Stephano avait réellement des yeux splendides. Tout le monde les regardait spontanément. Ce qui en faisait un point d'ancrage exceptionnel pour ce genre de tours.

Eva sourit une nouvelle fois. Il y avait du niveau. Un jour, elle s'essaierait sûrement aux illusions, elle aussi. Ce serait dommage de ne pas le faire.
http://www.onepiece-requiem.net/t9504-sighttp://www.onepiece-requiem.net/t9650-sig-peluche
avatar
Zéro
Brigade Scientifique
•• Ingénieur en chef ••

♦ Localisation : Origine
♦ Équipage : Nombres réels

Feuille de personnage
Dorikis: 2685
Popularité: 117
Intégrité: 88

Ven 6 Mai 2016 - 13:55

Bon. Entrevue finie. Bilan maussade. Rien de constructif a été apporté à mission. Risque d'avortement des objectifs principaux si aucune alternative est envisagée. Retour au navire dépouillé de tout résultat si ce n'est déception profonde. Sorcière (?) était diabolique négociatrice. Quand elle a perçu machinerie hypnotique derrière surnaturelle teinte pure des yeux de Stephano. La crédibilité de l'équipe était enterré.

Retour sur navire. Stephano penaud au milieu de horde d'agents inquisiteurs. Docteur Ulrich pensif un temps ouvre la réplique. S'adresse à grand blond au regard oppressant (même pour moi). Chef d'équipe de CP5.

Agent... Agent ?
Jupiter.
Ouais, Jupiter. Z'avez vu, on y arrivera pas d'façon conventionnelle.
J'ai vu.

Échec critique dû à incompétence du CP1. Plutôt frustrant. Au lieu de tirer ficelles par lui-même. Il déléguait à machinerie d'hypnose ? Digne de magicien de foire dont les tours se dissèquent du premier coup d'oeil. Sauf que lui payé et mandaté par gouvernement pour échouer dans son esbroufe. Gâchis de ressources qui aurait pu être investie dans recherches scientifiques en moyen fiable de piloter esprit humain. Exemple = les miens.

Terme utilisé par Docteur Ulrich : "Repartir bredouille". Nouvel élément d'argot ajouté à banque de données Vocabulaire. C'est toujours ça.

Départ d'émotions dans cerveau profond. Confirmés comme occurrences frustration + déception. Aussitôt verrouillées et détruites par oubli. Sentiments m'arrivent de plus en plus fréquemment ces temps-ci : courbe en hausse à raison de 2 à 3 fois/semaine contre une moyenne de 1/mois autrefois. Inquiétante recrudescence. Il faudra suivre autotraitement inhibiteur. Au cas où. Ma productivité pourrait finir par en pâtir légèrement.
.
On s'doutait que ça s'rait pas de la tarte de toute façon. Les gars, on reprend tout à zéro. On a un mur dans notre passage. On fait quoi dans c'cas là ?

-On l'infiltre ? disent CP5.
-On le démolit ? disent marine.
-On le perce ? disent chercheurs.

On c-contourne.

C'est c'que j'pensais. Hem. Merci Zeke.
Donc vous proposez d'intervenir sur Luvneel sans mandat officiel. Sans autorisation. Sans légitimité.
Ouaip.
C'est absurde ! Luvneel s'en chargera. Ils ont les moyens.
Vous déléguez la sécurisation d'un robot de guerre gouvernemental à un royaume indépendant qui pourrait très bien en profiter pour piocher quelques astuces dans sa conception, Stephano ?
Eh bien. Eh.
C'est dans nos cordes, alors nous allons y aller, et extraire le pacifista sans un bruit.
Vos supérieurs seront d'accords ?
Au diable les bureaucrates. C'est une question de sécurité gouvernementale. Cette escouade a les plein pouvoirs pour s'assurer que ce pacifista ne tombe pas entre les mains de factions dangereuses.

Peut-être déjà fait. Le temps qu'ils perdent à débattre = sidérant.

Vous prendrez les responsabilités si l'incursion foire hein.
Nous sommes du cipher pol, toi et moi, Titan. Nous sommes adultes et nous prenons nos responsabilités. Est-ce que j'y vais seul ou est-ce qu'on attend que la révolution, la mafia, des pirates ou je ne sais quel parasite renvoie ce pacifista reprogrammé sur le QG demain ? Je vais pas laisser la chaman locale me dicter ses lois.
Je pourrais...
Tu pourras quoi, Stephano ? T'es fini, vieux, retournes à tes archives. Si ça finit mal, tu auras intérêt à bien te planquer derrière tes étagères poussiéreuses. Tsss.

CP5-Jupiter se tourne vers nous. Visage creusé de rides du à brutales contractions musculaires. Probablement stress. Ait travaillé avec beaucoup d'agents du CP. Sont armes chargées de gouvernement qui n'a qu'à presser la détente quand ça lui chante. Quand arme s'enraye, conséquences peuvent être désastreuses.

Détecte manque anormal de sang-froid dans ce chef d'équipe. Peut se révéler facteur d'aggravation d'échec apparent. Intéressant. Suite va être intéressante.

Ulrich, vous restez là, vous guiderez les équipes depuis le vaisseau. On va se séparer en trois groupes de quatre. Quatre ciphers, et une grosse tête un minimum dégourdie pour nous aiguiller sur le terrain. Quel est votre meilleur élément ?
Zéro. L'est là.
Le poisson rouge ?
Ouais.
Il est scientifique lui ?
Il viendra avec moi. Titan, Io, Ganymède, vous aussi. On perd pas de temps, vous avez deux minutes pour enfiler des fringues civils, ensuite on prend un canot et on fonce. Vous autres êtes assez compétents pour constituer les autres équipes seuls, j'espère.

Ayant anticipé ordre dès implication de mon nom. Je suis déjà sur pallier des vestiaires du navire.

***
Ait rapidement attrapé uniforme de mousse à ponpons classique qui traînait dans carton empli de fripes. Agents m'ont suivi et se sont appliqués à dénicher des vêtements qui n'ont pas encore de trop servi de banquet aux mites.

Qui a prévu ce bordel ? Y en a pour tout les goûts, ouah.
Moi. En prévision de la mission, je suis descendu sur une brocante de Marie-Joie et ait investi 100 berrys de mon salaire là-dedans. Me le faites pas regretter.
Eh bah chef. On remercie votre clairvoyance.
C'était couru d'avance que la diplomatie ne nous donnerait pas de passeport. Il va falloir se bricoler nos chances nous-mêmes.

Rapide tour d'effectifs de l'équipe.

Agent Jupiter. Cerveau de l'escouade. Tempérament intransigeant. Semble aussi exigeant envers les autres qu'il l'est envers lui-même. Orgueilleux. Supporte pas qu'on lui donne tort. Supporte encore moins qu'on lui apporte preuves qu'il a tort. Chef de meute typique = présente caractéristiques communes avec commandants de marine d'élite = Fierté + Susceptibilité + Sens d'initiative + Amour du travail en solitaire. Probablement l'une de ses premières occurrences de lead d'équipe = peut-être étape nécessaire avant propulsion à grade supérieur recherché (CP9 ?). Borné mais capable. Fier mais conscient. Ambitieux mais compétent. On peut raisonnablement penser qu'il est de taille pour superviser mission.

Jupiter:
 

Agent Ganymède. Seconde Jupiter. Complètement occulté par son ombre. Durant la traversée, était perpétuellement dans ses parages. Derrière lui. Ou à ses côtés. Suggère personnalité discrète typique de sous-fifres bien programmés pour servir cause GM sans déborder par individualisme. Ait eu une interaction sociale avec lui dans l'objectif de connaître emplacement de machine à café. A indiqué très sobrement emplacement avant de revenir dans ombre de Jupiter. Puis n'a jamais reparlé jusqu'à tout de suite si bien que ma mémoire avait supprimé souvenir s'y rapportant. Tant effacé que ma mémoire peine à en contenir l'image : pouvoir spécifique, simple symptôme de sa personnalité, ou défaillance propre à ma mémoire à court terme ?

Ganymède:
 

Agent Io. Agent de classe I. Seul élément femelle du groupe. Important à notifier car peut-être qu'autres agents sont pas totalement débarrassés de réflexes primaires instinctifs sexuels, même inconscients. Pourrait provoquer déséquilibre. Elle m'est la plus mystérieuse. Trouvé son dossier dans bureau d'Ulrich : il était barbouillé et raturé de long en large. Dispose de passif d'agent d'exécution dans brigade scientifique = suggère connaissance des protocoles sécurité qui sont propres à mon service. Elle pourrait faire gagner beaucoup de temps comme en faire perdre beaucoup. Je sais pas.

Io:
 

Agent Titan. Agent de classe I. Obsédé par sa carrière. Durant traversée, parlait sans cesse de projets d'avenir et de vacances au calme avec sa famille. Commet imprudences graves pour agent du cipher pol en mission. Crainte générale de toute forme d'initiative : préfère donner responsabilités à ses supérieurs afin de se disculper en cas d'erreur. Qualifications pour travail sur terrain encore inconnues. Mais bilan à première vue mauvais. Ne semble ni foncièrement intelligent. Ni habile. Ni physique. Peut-être élément pistonné à la porte du CP5. A surveiller : car ne semble pas 100% apte à exercice d'aussi délicate mission.

Titan:
 

Messieurs, tout est prêt.
Ganymède, canot paré ?
Ouais.
Alors on embarque. Io aux rames. Tu connais bien Luvneel. Fais nous accoster là où personne ne nous verra venir.
Très bien.
On réfléchira durant le trajet sur où commencer.

***
Océan plat. Agent Io rame calmement tandis que Jupiter épluche classeur. Me contente pour l'instant d'observer réactions/projets/réflexions des agents pour affiner mes estimations de réussite de la mission.

J'ai le dossier d'un certain Sigurd Dogaku.
Ah ! Stephano semblait avoir eu vent de lui.
J'ai eu vent de ses penchants révolutionnaires.
Il en a ?
Probablement. Restez sur vos gardes, comme d'habitude. On ne néglige aucune piste. Ce type était déjà surveillé par nos services et dispose d'une immense influence sur Luvneel. Pas impossible qu'il soit la clé de tout.
On commence par Dogaku donc.
On commence par le début. Zéro.
O-Oui.
Vos spécialités dans la scientifique ?
Chimie. Physique. Méd-decine. Rob-botique. M-Mécanique.
Ah...
Vous avez des doctorats dans tout ça ? Mais t'as quel âge ?
Pas dip-plômes officiels mais j'ai niv-veau.
Wow, c'est monstrueux. Surtout pour un poiscaille.
Hâte de voir ce que ça va donner sur le terrain.
Dommage qu'il ait pas l'élocution. C'est vendu avec, le bégaiement ?

Jupiter personnalité jalouse + ambitieuse + fière. Prévisible. Tensions sociales amplifieront dangers de la mission. Je mise sur absence de réponse pour désamorcer tensions.

Ganymède ? T'es où ?
Juste là.
Jamais vu un type qu'on arrivait à perdre de vue sur une barque ! Comment tu fais ça ?
C'est passif.

Comme si existence d'agent Ganymède se dissolvait petit à petit avec le temps jusqu'à disparition presque complète. Je mettais ça sur compte de mes amnésies chroniques mais ça semble le faire à tout le monde. Effet mémétique fascinant. Hypnose ? Il a dit passif. Aura ?

Restez concentrés.
http://www.onepiece-requiem.net/t14864-zeke-romanov-uchttp://www.onepiece-requiem.net/t14958-zero
avatar
Sigurd Dogaku
Le Boulimique

♦ Localisation : ^ Déconnez pas, vous étiez tous à hurler de rire.
♦ Équipage : Seul et triste

Feuille de personnage
Dorikis: 5018
Popularité: 750
Intégrité: 185

Lun 9 Mai 2016 - 19:47

Oups. Les choses ne s’étaient pas vraiment déroulées comme je l’avais voulu.

Que ce crétin commette l’imprudence de se servir de son talent d’hypnose… eh bien, il ne commettra plus l’erreur. Je suis certaine qu’il aurait pu en venir à quelque chose de satisfaisant avec de simples arguments. Nous ne sommes pas bornés, seulement soucieux de garder la main sur ce qui se passe chez nous.

C’était d’ailleurs pour ça que j’avais essayé d’être aussi peu directe que possible quand je lui en avais parlé. Pas de l’accuser directement. Pas d’informer les autres. Nous aurions pu en venir à un accord satisfaisant… pour tous. Sans aucune forme de tricherie.

Il semblerait que j’aurais dû être plus subtile. Les miliciens s’étaient vite rendu compte de ce qui s’était passé, et le capitaine n’avait pas du tout apprécié qu’on engourdisse son esprit. Ou qu’on fasse intervenir ses soutiens contre lui. Ce qui était assez compréhensif.

Mais même comme ça…

Mmmmh.

Si j’avais su, j’aurais fait…

Autrement.

Dommage qu’on ne puisse pas remonter le temps.

Enfin. Ca n’est pas comme si c’était vraiment important. J’espère, du moins.


*
*     *
*


-Parait qu’un navire de la marine est passé sur le port ?
-Il est resté en stationnement le temps de quelques heures, éludais-je tranquillement.
-Mmmngh. Me demande ce qu’il est venu faire.

A merveille. C’était une question qui tomba beaucoup plus vite que ce que j’aurais voulu. Le problème était toujours le même. Soit je lui en parlais tout de suite, ce qui était vraisemblablement la meilleure chose à faire… soit je feignais de ne rien savoir, et lui épargnais un énième élan de lassitude en gardant les détails d’une affaire qu’il pouvait très bien apprendre par quelqu’un d’autre… et tout aussi bien ignorer à jamais.

Bon. En partant du principe que le capitaine de la garnison du port va tenir sa promesse et le contacter la prochaine fois qu’il en aura besoin… il risque de déraper et lui parler de cette fois. Mieux vaut ne pas prendre de risque, et y aller maintenant.

Encore que…

-Je crois que j’ai une idée. Peut-être nous déposer quelques agents du Cipher Pol ?

Sigurd grimaça à l’idée, et encore plus à mon sourire. Il répondait toujours à ces provocations. Il suffisait de flatter un petit peu ses sensibilités, et…

-Je plaisantais ?
-Et je trouve ça pas drôle. J’trouve ça surtout horriblement possible.
-Je ne l’aurais pas dit, sinon.
-Pfff. Exactement ce qu’il faut pour me faire enrager, chouette.

-Ca fait partie de petits plaisirs de la v...
-Je vais vous en montrer un autre, m…
-Aaaaah ! Non, attendez ! Lâchez m… hihi prahahahuhu… j’y étais ! Pfwhihiyuhubr… JE LES AI V… PFWAHAHHHHHIHIRUMBFR… PAS LES NARINES… J’AI FU HES FIPHERS HOLS, H’Y ETAIS !!

Mmmh.

Pas les narines ? J’ai vraiment laissé passer ça ?

Une bonne amie à moi est très, très chatouilleuse des genoux. Chacun son point faible, nous dirons.

Je vous passe les détails. Mettons seulement que deux minutes plus tard, il m’écoutait enfin.

-KWAAA ? Alors comme ça ils ont fait appel à vous et pas à moi ?! Putain d’chiens, les chacals, ce sont vraiment des chiens !

Et comme attendu, il avait très mal prit la chose. L’injustice, il ne supportait pas. Encore moins quand il s’en sentait la victime alors qu’il estimait qu’il méritait tout le contraire. Ce qui était… souvent… le cas.

-Je leur en ai parlé. Et ai fait les gros yeux. Ils ne le referont plus.
-Nan mais sérieux quoi ! On les aide en permanence en faisant le ménage des pirates, on se tient à dispo pour les cas dangereux, on manque de se faire tuer par les trucs vraiment lourds, et… ces connards… en plus chuis méga dégouté, pourquoi vous et pas moi, quoi !
-Je leur ai dit que…
-C’est vraiment dé-gueu-lasse ! En fin de compte savez quoi, on ferait mieux de se casser et de les laisser tous se démerder avec ces…
-Sigurd ?
-Et pour le flak qu’on se prend par-dessus le marché ? Alors comme ça chuis gênant ? Ils ont peur de quoi, que j’attaque les marines et que je déclenche un conflit ?
-A vrai dire, moi aussi j’ai pensé… euh…
-Attendez que ça se fasse, j’m’en vais le voir et puis… rho que non j’vais pas le voir. On va juste plus venir et… ou alors on vend tout, on se casse, et on se… oh, et les BATEAUX QUE JE LEUR FILE ! BANDE DE RATS, ILS ME SNOBENT APRES CA ? ON MERITE UNE STATUE, POURQUOI ON EN A PAS ?
-Une stat… Sigurd, ARRETEZ MAINTENANT, VOUS DITES N’IMPORTE QUOI.
-CONTENT QUE VOUS VOUS EN RENDIEZ COMPTE, PARCE QUE JE FAIS EXPR… en fait nan, on mérite vraiment une statue avec tout ce qu’on fait, nan ? En plus ça serait magnifique, une statue de couple qui déchire. Ca changerait des bourrins solitaires. Qu’est-ce que z’en diriez ?
-Je… ne veux pas d’une…
-Ouais, une statue moi-tout-seul, je trouverais ça débile. Mais une statue à deux ?
-Horriblement trop… prétentieux ?
-Tout dépend de sa taille. Ca peut être taille humaine. Moi je dis… dans un parc. Dans un machin discret. Entouré de verdure, de la végétation. Avec une petite fontaine, mais pas au sur la fontaine. Ma sorcière bien-aimée. On pourrait s’allonger à coté…

Il était… trop… bizarre. Pour changer. D’un autre coté, son regard, son sourire… il n’était pas sérieux. Il disait des bêtises au hasard et au fur et à mesure. C’est du moins comme ça qu’il présentait ces petites situations. D’ici vingt-trente secondes…

-C’est bon, je crois que je suis calmé. Encore que… j’peux avoir des papouilles ?
-Papouilles et double ration de câlins, je vais voir ce que je peux faire. Allongez-vous, je m’assois.

-Aaaaah, beaucoup mieux là maintenant. M’bref. Moi je dis… chuis méga-trop-vexé. Et trop con pour leur faire la gueule, j’imagine. Du coup s’est passé quoi ?
-A vrai dire… pas grand-chose.

Eeeet… je lui racontais tout. Pour simple information, nous étions dans notre bureau commun, dans les locaux d’HSBC. Celui que nous utilisions un jour sur deux, pour prendre un rythme tranquille. Seulement un jour sur deux. Il me distrayait trop. Et nous adorions ça. Pour preuve, le grand canapé de cuir et les quelques fauteuils qui servaient de témoins à nos digressions permanentes.

Pour cette fois, c’était le canapé.

-Naaaaaan. Ils ont voulu faire ça ? Hypnose ?
-Vu leur réaction, je ne m’étais pas trompé.
-Et vous… gérez en hypnose ?, s’étonna-t-il.
-Non. Ou plutôt… pas encore ? Hihi.
-Mmmngh… ben amusez-vous bien.

Divers autres détails. Il voulait en avoir. Et me posa quelques questions où je ne savais pas. C’était dans ce genre de cas, qu’on remarquait qu’il était attentif à d’autres choses que moi. Et enfin…

-On peut donc en conclure… sur une base raisonnable… qu’ils vont forcément pas s’en tenir à ça et qu’ils vont revenir faire leur machin en douce plutôt qu’officiellement, non ? Bande de rats.
-Je pense… aussi… que oui.

Mince. Mais en fait, pas du tout. Je n’avais pas prévu ça. Et pourtant… évident. Je suis bête. Imbécile. J’aurais dû y penser.


*
*     *
*


-Bonjour. Vous avez demandé à me voir?
-Je ne... Jian! Qu'est-ce que vous faites ici??
-Eh bien... je suis venu.

Spoiler:
 

Bienvenue dans... un placard à balais... et produits d'entretien... des magnifiques bureaux d'HSBC sur la cité de Norland. Un endroit tellement incroyable qu'on peut y voir surgir des ninjas révolutionnaires sans avoir la moindre idée de comment ce diable aurait pu faire pour s'introduire ici. Nous avons une sécurité. Nous avons un système de surveillance. Nous avons surtout un certain nombre d'informations commerciales qui feraient mieux de rester secrètes aussi longtemps que possible. Et malgré ça, je mettrais ma main au feu que notre révolutionnaire est passé au travers sans se faire repérer. À croire que ça ne sert jamais à rien.

-Qu'est-ce que vous faîtes ici?
-Vous ne vouliez pas me voir?
-Si, mais je n'ai... jamais... voulu... que vous me teniez une embuscade dans un placard en attendant que je revienne des toilettes. Ce n'est franchement pas...
-Je préfère ça aux fenêtres. Et puis, la dernière fois qu'un révolutionnaire a essayé de passer par la fenêtre de votre bureau, je crois que vous étiez..

Stop. Non. Non non non non non. Nous ne parlerons pas de ça. Simplement de la suite.

-Et vous ne pouvez pas vous faire annoncer à l'accueil comme tout le monde?

Le pauvre Jian ouvrit la bouche, mais sans rien dire. Évidemment, il n'avait pas pensé à le faire. Ça n'était pas dans les usages des hommes de l'ombre. Après quelques instants, pourtant, il trouva une esquive.

-C'aurait été un coup à se faire expulser par Dogaku, non?
-Bien sûr que... euhm... peut être que... presque. Ca aurait été le cas de n'importe quel autre révolutionnaire, mais pas le cas pour vous. Vous avez fait tout ce qu'il faut pour qu'il vous accepte. Et même si ce n'était pas le cas, je ne l'aurais pas laissé faire.
-Mmmh. Merci pour les appréciations. Je crois... c'est plaisant à entendre.
-C'est moi qui vous remercie.

Jian. Cet homme était plus un mercenaire au service des gris qu'un révolutionnaire à part entière. Il ne faisait pas partie de leur hiérarchie ; son petit clan de ninjas Furinyapa établis sur Luvneel avait sa propre culture, ainsi que son organisation. C'était le genre de groupe à traditions de longue date qu'il serait dommage de noyer dans le grand potage d'Adam Freeman. Et puis, avoir des gris dotés d'une grande autonomie de pensée était particulièrement agréable. Ils étaient davantage Luvneelois que n'importe quel officier du Dragon venu superviser les opérations des contestataires dans le pays. Encore un point pour que que Sigurd et moi les acceptions si facilement.

-On m'a dit que vous aviez l'air... inquiète.
-Ce que je trouve inquiétant, c'est plutôt la vitesse avec laquelle vous avez répondu, retoquai-je d'un sourire.

J'ai simplement glissé un mot il y a moins d'une heure de ça à une bouchère qui avait les moyens de le joindre sur commande. Une vingtaine de minutes après avoir parlé avec Sigurd.

-Je veux dire... vous étiez disponible? Ou bien vous avez tout interrompu pour venir me parler?
-...

Il n'avait pas envie de répondre. Ce qui me fit penser : à quoi un chunin de clan ninja, ou même un agent révolutionnaire en dehors d'une mission, pouvait passer son temps?

...

Peut être une autre fois.

-Vraiment très inquiétant.
-Tah. Désolé d'essayer de me rendre utile...

Utile. Il était incroyablement utile. On lui faisait précisément confiance pour ça. Je pense qu'il voulait sincèrement faire son possible pour gagner notre confiance. En ce qui me concerne, c'était entièrement le cas. Nous avions combattu ensemble un monstre des usuriers d'Armada qui nous aurait pulvérisé séparément. Et avec toute l'aide qu'il m'avait apporté, Sigurd en faisait pratiquement de même... peut être encore à contrecoeur.

D'un autre coté, Jian avait essayé de lui expliquer que les révolutionnaires l'espionnaient pour son propre bien. Afin d'obtenir des informations le concernant, qui leur permettraient de prendre les bonnes décisions. Comme un joueur de cartes qui épierait le jeu de son voisin pour l'aider à gagner... ou au moins à ne pas perdre. Mais sans surprise, Sigurd n'aime pas du tout le concept. Je ne sais pas trop quoi en penser. Mais je savais ce que valait Jian.

-Vous êtes utile. Et je vous en suis très sincèrement reconnaissante. Et... arrêtez avec ça, vous n'avez pas à vous cacher ici. Sortons de ce placard. Venez dans mon bureau.
-Je préférerais rester ici.
-Je ne... pfff. Si c'est ce que vous voulez. Espèce d'affreux ninja.
-On ne se refait pas.

Alors, je lui expliquai tout. La venue des marines, la présence de CP, le fait qu'ils étaient à la recherche... de dieu seul savait quoi. De la marine scientifique. Et que, plus j'y réfléchissais, plus il me semblait impossible que qui que ce soit du GM prenne non comme une réponse. Les miliciens ne devaient pas être dupes non plus, en fait. Jian était également de cet avis. Il avait également eu vent de leur présence, mais aucune information n'avait visiblement filtré de la milice. Au moins pour le moment. Probablement pour plus longtemps. Il m'assura qu'il ne révélerait rien pour les CP et la marine scientifique... et je lui faisais confiance. Le fait que les marines aient débarqué ne le surprenait pas, par contre ; en fait, les révolutionnaires s'étaient déjà activés à ce sujet, essentiellement parce qu'ils craignaient pour eux mêmes. Ils cherchaient des intrus suspects, même sans avoir aucune chance de trouver qui que ce soit. Les escouades officieuses avec pour charge de protéger leurs enclaves de sympathisants étaient toutes en alerte, prête à intercepter tout ce qui ressemblerait à une prise à parti, ou à... à peu près n'importe quoi.

-Je vous tiens au courant si nous apprenons quoi que ce soit.
-Mmmh. Je vous en remercie. Je reviendrai aussi vers vous s'il y a du nouveau.

Luvneel, c'est un étrange écosystème. Il y a plusieurs factions, qui peuvent coexister. À condition qu'aucune ne devienne trop importante. L'ensemble dispose d'infiniment plus de ressources quand l'équilibre tient. Et je pense qu'heureusement, je ne suis pas la seule à voir les choses comme ça.

-Au fait... qu'est-ce que vous compterez faire si nous découvrons des marines ou des CP sur l'île?
-Je n'en... ai pas encore la moindre idée.
-Les faire partir d'ici?
-Je... mmh. Il vaudrait mieux qu'ils partent vite, oui. Mais d'un autre coté... il vaudrait mieux qu'ils partent sans avoir l'intention de revenir.
-Je pense aussi. Donc, qu'ils repartent satisfaits. Mais pour ça... il va falloir savoir ce qu'ils veulent. Et espérer qu'ils jouent franc-jeu. Ça ne va pas être facile.
-Donc... essayer de les aider? Ca serait l'idéal.
-Seulement s'ils nous laissent faire. Ce qui n'est pas gagné.
-Tout dépend pour qui.
-Vous n'auriez pas grillé vos chances, ce matin?
-Mmmmnnnh. Possiblement.





Et pour ceux du genre à prendre la peine de se documenter, voici la fiche de Jian:

http://oprannexe.forumotion.com/t969-les-habitants-de-luvneel
http://www.onepiece-requiem.net/t9504-sighttp://www.onepiece-requiem.net/t9650-sig-peluche
avatar
Zéro
Brigade Scientifique
•• Ingénieur en chef ••

♦ Localisation : Origine
♦ Équipage : Nombres réels

Feuille de personnage
Dorikis: 2685
Popularité: 117
Intégrité: 88

Dim 5 Juin 2016 - 22:18

On arrive en vue de minuscule plage déserte encastrée entre grands blocs de béton x 2 dans arrière-port luvneelois. Lieu rêvé pour embuscade. Mais aussi pour débarquement furtif.

Matériel ?
Ok !

Titan expose brièvement escargophone bicéphale = blanc + noir dissimulé dans doublure de sa veste. Agent spécialisé dans communication (interceptions + sécurisations) ? Il en faut toujours au moins un par équipe. D'après protocole. Probablement lui. Peut-être j'ai sous-estimé Titan = responsables coms toujours besoin de spécifiques capacités cognitives pour optimiser temps d'émission/réception d'informations et en maintenir confidentialité.

Très bien. On va poser pied à terre. A partir de maintenant, on emprunte nos identités civiles bidons. Tu nous sors pas de J-J-Jupiter en plein milieu d'une place bondée, Zéro, compris ?
O-Oui.
Ouais, j'pense pas que t'es assez con pour le faire. Io est Vanessa Legas, courtière ambulante en produits de luxe. Titan est Ignace Brand, son garde du corps. Et je suis Max Plank, assistant de mademoiselle Legas. Et Ganymède on s'en fout, personne le remarquera. Et si on le remarque, c'est un simple scribouillard nommé Frank.
Ça me va. Ça donne pas mal de marge de manoeuvre. Ça balaye un peu tous les profils...
Ouais, mais Zéro ?
Zéro est Glob, un mousse homme-poisson à qui mademoiselle Legas a consenti payer un passeport tourisme. Tu nous bricoleras une raison valable si on te demande des détails, Io.
Selon nos besoins, on pourra bluffer un coup avec l'argent de poche du gouvernement pour attirer l'attention de Dogaku. J'ai entendu dire que ce monsieur avec des goûts de luxe.

Dernière chose : n'oubliez jamais qu'on marche sur des oeufs, et que les luvneelois se doutent peut-être -sûrement- que le gouvernement mondial ne lâche pas facilement la main quand il a commencé à mordre.

On va être attendus...
Exactement.

Premier pied posé en terre présumée hostile. Missionnaires qui piétinent une terre déjà conquise.
En fin de compte dommages collatéraux seraient pas si graves. Aurait toujours moyen d'imputer culpabilité à troupeau pirate de passage au large. Ou à révolution déjà présente ici comme cellules cancéreuses. Jupiter parlait responsabilités : hypocrisie. Gouvernement mondial ne pose ses responsabilités que lorsqu'il sait que ça fait pencher balance en sa faveur. Sinon il accuse circonstances. Révolution. Anonymes. Gouvernement mondial résolut équations en ignorant les inconnues. Méthode inutile mais permet malgré tout de parader avec succès, même après visite de limbes amères de l'échec.

Tiens-toi mieux, Glob.

Mémoire souffre de lag temporaire. Secondes nécessaires à me souvenir du nom que je suis censé revêtir dans contexte mission. Déjà oublié les faux noms de tous les autres protagonistes. Me suffira de fermer bouche pour empêcher tout dérapage.

Eh, tu m'écoutes ?
Recqu-quiert actualisation de m-m...
Tiens-toi droit !

Oh. Colonne vertébrale perpendiculaire à plan-sol.

Pas trop droit... On dirait que tu marches au pas...
Ça va. Ça suffira. On arrive en ville.

***
Interrogations sous couverture de marchands a aiguillé équipe sur Cabinet HSBC = filiale de santagrume.  Carrefour commercial local. = Moelle épinière de Luvneel ? Toutes les informations transitent ici. Ainsi que production globale de l'île + innovations technologiques. Si renseignements top secrets se sont évadés de prisons bien gardées que sont bouches du gouvernement. Alors ils ont du se réfugier ici.

Io sert de couverture. Se fait passer pour leader de délégation marchande. Ainsi si couverture saute. Ennemis auront vraisemblablement plus tendance à braquer projecteurs sur elle et penser qu'elle est chef d'escouade. Laissant Jupiter libre de décisions et moins exposé dans sa fonction de chef (au moins temporairement). Instinct de groupe qui accepte mises en danger utiles. Un leurre qui devrait être superflu si tout consent à se passer comme prévu. Mais de nombreux paramètres restent trop flous pour maintenir chances de succès sans bavure au-dessus des 50%.

Bonjour ! Vanessa Legas. Je représente Legas Corp, firme de commerce en produits de luxe à travers North Blue. Je suis actuellement en mission itinérante en recherche de partenaires commerciaux et Luvneel m'intéresse grandement. Pensez-vous que je pourrais rencontrer monsieur Dogaku pour lui exposer mes projets pour son île ?
Hmmm, Legas Corp ?

N'a manifestement jamais entendu ce nom de sa vie car fronce sourcils et s'imprègne d'air gêné. Mais n'en fais pas remarque pour pas endommager sensibilité de clientèle. Secrétaire bien programmée pour se cantonner à simple rôle de jonction entre client et marchand.

Rencontrer monsieur Dogaku, hum... Il risque d'être assez occupé dans les heures qui arrivent, et...
Tu plaisantes ? Je viens de passer devant son bureau, il lézarde en lisant des bédés...

Crédibilité de Dogaku endommagée par intervention inopinée de Secrétaire B. Hommes d'affaires qui font pas rimer temps avec profits extrêmement rares. Businessman paresseux = anomalie/paradoxe faisant trébucher ma logique. Ceci dit. Si ses facultés cérébrales sont aussi amorphes que ne le suggère réputation + attitude des secrétaires. Il sera aisé de puiser informations dans puits vaseux qui lui sert de cervelle.

Euh-On a des invités !
Ah ! Ah ! Non, c'était une blague ! Je vais demander à monsieur Dogaku s'il a une plage horaire disponible sur son planning surchargé pour... euh... Patientez dans la salle d'attente, ok ?

Concept de salle d'attente = Aberration. Qui a pensé judicieuse idée d'une salle spécifique pour perdre du temps ?  
Secrétaires tournent volume de leurs voix au minimum mais confessions restent audibles.

Quand je reviens et que j'leur annonce que Dogaku est paré à les recevoir tout de suite, tu prends un air étonné et tu leur dis qu'ils en ont de la chance, d'accord ?
Fais quelques détours sur la route pour mettre plus de temps à revenir aussi !
Je suis désolée... Je vous entends.
-Oh ! Ah ! Ah ! C'était encore une blague ! L'humour est en promo chez nous, hahaha ! J-J'y vais !

Elle s'en va. Elle galope dans couloir en marmonnant jargon inintelligible. Théorie : jurons de calibre "merde".

Eh bah ! On est où là ?
Dans un cirque.
Bonne blague !
C'est pas une blague.
Je vais faire un tour.

Ganymède. Ai eu l'impression qu'il surgissait de nulle part mais il se tenait à mes côtés depuis temps indéfini. Remarquable. Hypothèse : qu'il soit présent ou absent, ma vision périphérique et ma mémoire ne décéleront aucune différence.

Fais gaffe quand même.
Oui.

Un à un ils enfoncent leurs postérieurs sur fauteuils moelleux de salle d'attente. A table striée de magazines périmés. Position debout fatigante et grappille RAM du cerveau : je m'assied aussi. En tailleur par terre. Car il n'y a plus de place. Ils m'en tiennent pas rigueur parce qu'ils sont tous rivés sur le visage livide de Io-Vanessa.
Locaux-navire à architecture discutable. Mise en condition modérée des partenaires d'affaires sujets à mal de mer.

Ça v-va Vanessa ?
Oui. Ouais.
Sérieusement ?
J'dois être un peu palote, mais ça m'passera...
N'hésite pas à vomir en public.
C'était une blague, ça, non ?
Non plus.

Je garde ça en joker...
http://www.onepiece-requiem.net/t14864-zeke-romanov-uchttp://www.onepiece-requiem.net/t14958-zero
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1