AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Découverte de Marie-Joie

avatar
Ethan R. Levi
••• Contre-Amiral •••

♦ Localisation : G-5
♦ Équipage : /

Feuille de personnage
Dorikis: 6260
Popularité: +630
Intégrité: 568

Jeu 5 Mai 2016 - 2:38

Ma vie est tout simplement dingue, à moins qu’elle soit trop fantastique depuis que je suis avec ces hommes, car mes voyages ne s’arrêtent plus d’être intéressants. De St-Uréa à Alabasta, puis d’Alabasta à Marie-Joie, la grande forteresse en hauteur de ces grands dragons célestes que je déteste tous autant qu’ils sont. Enfin peu importe, je n’y vais de toute façon pas pour leur gueule, rien à cirer de les voir. J’envie presque le grand Tahar d’avoir eu le privilège d’en tuer un. Bizarre pour un marine de penser ça me diriez-vous, mais je ne partage pas leurs idéologies. Vous savez, protéger des types qui ne respirent pas le même air que moi, très honnêtement, ça me donne plus envie de les tuer qu’autre chose.

Je m’écarte une fois encore dans mes songes.

Le voyage n’a étonnamment duré qu’une journée. Je ne me suis pas encore familiarisé avec la carte du monde, mais je n’aurais pas parié sur un voyage si court, comme quoi. Il se trouve qu’on arrive finalement trop tôt, j’me disais bien qu’on avait fait vite, donc obligé de patienter que l’amiral en chef soit prêt. Quand j’y pense, bien que ça me fasse découvrir ce lieu, faut avouer qu’on se déplace tous pour ce bon vieux Salem. Plutôt bien escorté le type. Du coup, on nous propose un petit déjeuner, chose qui m’aurait grandement enchanté jusqu’au moment où une fille totalement hystérique vient foutre la merde. Je ne suis pas du tout matinal donc du calme un peu, mais je ne suis pas chez moi alors je me fais petit.

J’apprends par la suite que cette femme est en réalité une vice-amiral, tout comme Salem, signifiant par la même occasion qu’elle dispose d’au moins des mêmes capacités. Effrayant. Finalement elle peut hurler autant qu’elle veut, c’est pas moi qui irait lui dire quoique ce soit. Même le bon vieux pervers a du mal à s’en défaire, chose qui me fait rire étant donné qu’il adore normalement les femmes, surtout qu’elle est bien foutue la petite. J’entrevois Daniel en train de baver dans son coin en la matant. Vraiment irrécupérable celui-ci. Yamamoto semblait plus à l’aise que moi. Plutôt discret, à croire qu’il n’est pas du matin lui aussi, ou qu’il n’a rien ciré de tout ça et qu’il a d’autres desseins en tête. Tellement imprévisible. Salem nous pointe d’un seul coup du doigt.

J’ai comme un mauvais pressentiment.

La beauté cesse de l’embêter et nous fixe avec beaucoup d’attention, je crois même apercevoir des coeurs dans ses yeux. C’est certainement pour Yamamoto, c’est le portrait craché de l’autre grande tige, j’me demande s’il n’est pas son fils… Mais soudain, elle se jette sur moi telle une lionne, les griffes acérés, prêtes à me déguster entièrement. Sans doute instinctivement, je dégaine ma lame que je pose sous sa gorge, le regard meurtrier. Je réalise seulement après ce que je viens de faire. Mon coeur palpite à l’idée de me faire massacrer la gueule par c’te folle. Daniel explose de rire dans son coin en s’imaginant la scène. De l’aide ? Quelqu’un ? Personne.

« Hmm. Ton petit me plaît Salem, quelle brillante idée que de me l’avoir emmené. »

Je pensais l’énerver, tu parles, c’est tout l’inverse. Je rengaine ma lame en prenant conscience que je jouais à un jeu très dangereux, puis sans perdre un instant, elle m’enlace langoureusement. L’étreinte est assez lourde. Agonisant presque, je lui propose de m’accompagner manger un bout, qu’elle accepte bizarrement sans broncher et avec beaucoup de joie. C’est là que je remarque l’équipe médicale qui nous suit, et c’est certainement pas pour me rassurer, je commence à imaginer la raison de leur présence. « Salem, ne me laisse avec c’te folle, par pitié. », que je me répète sans arrêt dans la tête. C’est juste pas possible que j’me fasse latter la gueule aussi bêtement. Pour l’instant rien est fait, elle semble au contraire vouloir faire connaissance, à moi d’attirer son attention. Malheureusement, la séduction n’a jamais été mon fort mais plutôt celle de Daniel qui continue de se marrer. À croire que dans cet équipage faut séduire pour être bon.

Marre de ces galères.  
http://www.onepiece-requiem.net/t14861-ethanhttp://www.onepiece-requiem.net/t14911-ethan
avatar
Ethan R. Levi
••• Contre-Amiral •••

♦ Localisation : G-5
♦ Équipage : /

Feuille de personnage
Dorikis: 6260
Popularité: +630
Intégrité: 568

Jeu 5 Mai 2016 - 18:29

Je bouffe peinard dans le self de Marie-Joie, très luxueux, bien trop grand d’ailleurs, surtout lorsqu’on y est et qu’il n’y a personne - c’est mon cas. Véritable ventre sur pattes, je mange sans m’arrêter un seul instant, sauf quand je ressens un regard persistant se poser sur moi depuis le début. En relevant la tête, j’aperçois son regard dévorant qui me fait presque recracher ce que j’ai dans la bouche. Elle ne mange absolument rien et ne cesse visiblement pas de me fixer. Je lui propose de tout de même manger un peu, mais elle refuse sous peine de devenir hideuse avant notre mariage… Notre mariage ? C’est quoi ce bordel encore ?! Je recrache involontairement dans  sa direction tous les aliments mâchés dans ma bouche. Elle esquive aisément et disparait même de mon champ de vision, pour finalement apparaître là, juste à côté de moi.

Je ne suis pas psychologue mais j’ai tout de même quelques bases, et le diagnostic est assez simple pour le coup, je pense que cette demoiselle a un cruel manque d’affection. Soyons honnêtes, elle ne me laisse absolument pas indifférent, mais de là à m’engager dans une relation aussi importante que le mariage. À vrai dire j’ai une vision totalement erroné de ce qu’est l’amour, les relations amoureuses, et ça, c’est seulement la faute de ma famille de détraqués. Du coup, je n’avais pas pour ambition d’avoir quelqu’un dans ma vie, mais seulement de consacrer ma vie à l’entraînement, l’aventure et la quête d’ascension dans la marine. Pis pourquoi est-ce que je me mets à penser tout ça, c’est absolument pas prévu que je me marie avec qui que ce soit pour le moment.

« Si vous êtes d’accord, Jeremiah, je vous proposes que l’on en reparle d’ici quelques temps. Pour l’heure, j’ai de nombreuses tâches à accomplir avec mon équipage et des criminels à stopper. Comprenez-vous ? Je n’aurais pas beaucoup de temps à t’accorder et cela te rendra si triste que vous en deviendrez dépressive, et ça, je ne peux le concevoir. Je ne peux être responsable des maux d’une si charmante et aimante femme, je m’en voudrais bien trop et le temps me manque pour ressentir ce genre de choses. »

Dis-je d’une voix calme et posée, le regard fatigué mais remplit d’espoir. Touchant discours, n’est-ce pas ?Le cours d’un instant, je pensais l’avoir calmé, mais tu parles, je réalise bien assez vite que j’ai empiré ma situation. Le fait d’avoir de l’ambition et d’aimer le danger semble l’avoir rendu totalement folle. Elle attrape ma tête et la sert très fort sur sa forte poitrine, m’étouffant complètement, mais je préfère profiter du moment plutôt que de me débattre. Elle relâche la pression, elle s’aperçoit que je m’écroule immédiatement, elle me fixe quelques instants au sol et se met enfin à paniquer. Les médecins sont là bien rapidement. J’ai été étouffé par une généreuse poitrine. Je ne sais même pas si je dois m’en vanter ou au contraire taire cette histoire à jamais.

Retrouvant mes esprits quelques secondes plus tard, folle de joie, Jeremiah souhaite me reprendre dans ses bras, sauf que cette fois je tente gentiment de la repousser. J’observe l’heure affichée sur une pendule tout aussi luxueuse que le reste de la grande salle. Du temps s’est écoulé et j’aimerais bien me battre avant la fin de la journée. En réalité, il est encore tôt mais mon sang bouillonne et je m’impatiente. Yamamoto a prit une toute autre direction que la mienne, alors inutile de compter sur lui. Il ne me reste que le vice-amiral qui est en réunion avec l’amiral en chef, rien que ça, mais je me demande s’il en a encore pour longtemps. Peut-être a-t-il déjà terminé ?
http://www.onepiece-requiem.net/t14861-ethanhttp://www.onepiece-requiem.net/t14911-ethan
avatar
Ethan R. Levi
••• Contre-Amiral •••

♦ Localisation : G-5
♦ Équipage : /

Feuille de personnage
Dorikis: 6260
Popularité: +630
Intégrité: 568

Lun 9 Mai 2016 - 19:28

« Allons voir si Salem a terminé, si vous le voulez bien, madame. »

Elle acquiesce et s’en va devant moi, l’air de vouloir me montrer le chemin, mais lequel ? Certainement pas celui où nous avons laissé Salem, elle se doute bien qu’un si court chemin n’est pas difficile à retrouver pour moi. Non, je vois un message plus profond à son attitude, un chemin vers l’amirauté ? Vous devez certainement me prendre pour un fou obsédé par l’ascension, mais croyez-moi sur parole, son attitude n’est plus la même. Son euphorie naturelle disparue, sa démarche plus franche, plus nette, plus tranchante, puis un regard plus déterminé. L’ai-je vexé ? Pas à ma connaissance. Je ne suis pas expert en femme, ni même expert en comportement et plutôt très maladroit, mais bon.


« Quelque chose ne va pas, Jeremiah ? », lui demandais-je par peur d’être impoli.

« Aucunement. Tu me rappelles simplement deux agents du gouvernement avec lesquels j’ai eu l’occasion de travailler. Ce ne sont que des broutilles mais la ressemblance est trop frappante pour ne pas m’interpeller, du coup je me demande si tu as des liens fraternels avec ceux-là… »

Deux agents du gouvernement ? Il se pourrait que ce soit les jumeaux.

« - À quoi ressemblaient ces deux agents ?
- Un homme et une femme dont la ressemblance était assez frappante. Je n’ai pas cherché à en apprendre davantage, alors je ne sais pas trop, mais je dirais qu’ils sont frères et soeurs. »

Ainsi, ça ne fait presque aucun doute. Ils sont finalement encore en vie, tant mieux. Non pas que ça m’aurait attristé, j’ai simplement des comptes à régler avec Jamâl. Quant à Lydia, c’est sans doute la seule de la famille avec laquelle j’entretenais une bonne relation, mais elle suit constamment l’autre taré pour lui éviter des ennuis, alors la revoir ne me dérangerait pas.

« - Il est possible que vous ayez rencontré mon frère et ma soeur. Où était-ce, si je puis me permettre ?
- Non loin de l’Archipel Shabondy, quelques jeunes pirates fougueux à interpeller, visiblement fichés dans des affaires du gouvernement. Ils ne doivent pas certainement plus y être si telle est ta question, ils semblaient avoir d’autres missions en cours. De sacrés éléments en tout cas, je ne connais pas ton niveau mais vous semblez être une famille de combattants bien talentueux.
- Hélas non, nous sommes une famille de commerçants qui ont fait fortune, Ragglefield.
- Effectivement. Alors que vous auriez pu tous trois être richissimes, vous préférez risquer vos vis à combattre les criminels… »

L’argent ne m’a jamais intéressé, c’est comme ça. La discussion s’achève, on se retrouve face à la grande porte où Salem semble nous attendre.
Le haki ?

« Tiens, je te rends ton petit homme, taches d’en faire homme que le monde n’oubliera jamais. Et n’oublies pas ce qu’on s’est dit, Ethan. Je t’attendrais.»

Je reste sur le cul après les propos de la vice-amiral, qui continue sa marche sans s’arrêter, mais je la regarde partir sans réagir. Mon regard ne parvient pas à s’en détacher jusqu’au moment où je sens Salem me fixer avec insistance. Son air pervers et malicieux, là.

« Qu’est-ce que tu m’veux toi ? », dis-je en le mitraillant du regard.
http://www.onepiece-requiem.net/t14861-ethanhttp://www.onepiece-requiem.net/t14911-ethan
avatar
Alheïri S. Fenyang

••• Vice Amiral •••

♦ Localisation : Un peu partout.
♦ Équipage : Jaegers.

Feuille de personnage
Dorikis: 11945
Popularité: +1200
Intégrité: 1170

Ven 13 Mai 2016 - 18:08


Et là, une claque retentissante s’en suivit. Le genre à désorienter un gars peu importe son gabarit.

Le genre à lui faire perdre une dent, carrément. L’intérieur de sa bouche devait saigner un minimum, en tout cas.

- « Le respect est mort en un seul jour ou quoi ? »

Le sourire amusé que j’avais eu fit rapidement place à une mine des plus sévères. Déjà que le mépris de cette salope d’amirale en chef m’avait un peu foutu sur les nerfs, ce moins que rien avait réussi l’exploit de me foutre définitivement en rogne et la baffe qui s’en suivit fut méritée. Non mais ce qu’il ne fallait pas entendre ! Un couillon qui osait me parler sur ce ton. La vaste blague. C’est qu’il ne savait pas où était sa place, ce morpion ! Ou alors était-ce Yamamoto qui l’influençait de la mauvaise façon ? Peut-être ? Quoique non. Même pas. Yama était un con, c’était indéniable. Casse-cou aussi pour ne pas dire casse-couilles, carrément même. Mais il avait des valeurs et savait ce que c’était que le respect. Pas le cas de cet impoli en face de moi qui avait oublié que nous ne jouions pas dans la même ligue…

- « On n’a pas le même âge. On n’a pas le même grade. On n’a pas le même vécu : En gros, on n’a pas élevé les cochons ensemble, gamin. Je pourrais te virer de la marine, t’emprisonner ou même te tuer en un clin d’œil sans avoir à me justifier auprès de mes supérieurs. Tu me suis jusqu’ici hein ? »

Je marquai une pose pour qu’il imprime bien ce que je lui disais dans sa tête et une bonne fois pour toute. J’avais bien compris qu’il était impertinent. Les personnes de ce genre ne me déplaisaient pas en réalité. J’étais bien trop décontracté pour me tenir au respect le plus strict comme les personnes assez carrés dans la tête. Ceci dit, il y avait une nuance entre l’impertinence et l’impolitesse. Une limite aussi. Et cette limite-là, il la franchissait à pas de géants et donc assez dangereusement. J’aurai pu lui bousiller la gueule ou lui briser des membres histoire qu’il se tienne à carreau, mais j’étais pas non plus vindicatif. D’ailleurs, la gifle était presque symbolique quand on y repense. C’était comme si je recadrais un gosse ou une tête brulée sans qu’il ne puisse répliquer en raison de son impuissance.

- « Je peux comprendre que l’autre folle t’ait fait chier, mais c’est pas une raison pour me parler comme tu parles à ton chien. Ton mépris, tu le ravales et fissa. J’te déteste pas, mais tu ferais mieux de remuer sept fois ta langue avant de m’adresser la parole dorénavant. Rien à foutre que tu m’aimes ou pas. T’es pas du tout mon pote et je peux facilement transformer ta vie en un enfer. Bien compris ? »


Ma voix était calme malgré mon visage froissé par la colère. Colère froide ceci dit puisqu’à part ma face, rien n’indiquait dans ma posture que j’étais vraiment énervé. Il m’empêche que mon regard fût lourd de sens. Le genre à intimider voire à écrabouiller. Néanmoins et heureusement pour lui, je me calmai rapidement à la vue d’une jolie marine qui passait par là et qui n’hésita point à exagérer le balancement de son gros cul lorsqu’elle me reconnut. Bordel… A croire que ma réputation me précédait. Bah après, tous les grands hommes avaient des vices. Les traits de mon visage finirent par se détendre avant que je ne foute mes mains sur mes hanches en soupirant. J’eus une pensée pour Yamamoto, mais franchement, j’avais la flemme de le chercher. Surtout que le coin était assez grand et que je le connaissais pas vraiment…

- « Je suppose que tu sais pas où ton capitaine se trouve hein… Bon, on cherche un endroit pour s’entrainer ? »

Je lui avais proposé ça avec une telle désinvolture qu’on ne croirait même pas que je l’engueulais tout à l’heure.
http://www.onepiece-requiem.net/t13084-ft-de-salem
avatar
Ethan R. Levi
••• Contre-Amiral •••

♦ Localisation : G-5
♦ Équipage : /

Feuille de personnage
Dorikis: 6260
Popularité: +630
Intégrité: 568

Ven 13 Mai 2016 - 19:48

Hm ?

Une énorme claque s’en est suivie. Je crois que même ma propre mère ne m’avait jamais giflé aussi fort auparavant, et pourtant, j’en aurais mérité des biens belles. Honnêtement, celle-ci était si forte qu’elle m’étourdie quelques instants, alors que je tente de retenir une larme de toutes mes forces. Je sers le poing très fort, prêt à riposter, mais avant même qu’il me fasse son speech je comprends qu’il serait stupide d’agir sous l’impulsivité. Très stupide. Je ne l’écoute qu’à moitié après ça, je sais déjà tout ce qu’il me rabâche. Pourtant si calme d’ordinaire, je ne comprends pas très bien ce qu’il m’a pris, ce n’est pas dans mes habitudes d’agir ainsi avec les gens en-dehors des criminels.

« Me faire vivre un enfer, hein ? Cela ne pourra être pire que ce que j’ai déjà vécu… », marmonnais-je dans ma barbe en faisant allusion à mon enfance pourrie.

Comme il l’a si bien deviné, je ne sais absolument pas où se trouve Yamamoto, même si j’en ai toutefois ma petite idée : un endroit où il y a de l’alcool. Salem me propose de trouver un endroit où s’entrainer. Tiens, enfin une bonne idée dans cette foutue journée. J’acquiesce sans l’ombre d’une hésitation, j’attends ça depuis le début de la journée et ce n’est certainement pas une gifle qui va m’empêcher de m’entraîner. En revenant de ce long moment avec Jeremiah, je crois me rappeler être passé devant une salle où des officiers s’entraînaient, peut-être pourrions-nous y aller ? Je fais signe à l’amiral de me suivre en lui expliquant la raison.

« Et sinon, ce rencard avec l’amiral en chef ? », dis-je tout doucement d’un air moqueur.

C’est vrai quoi, il a dû s’en dire des choses à ce rendez-vous, j’espère pour lui en tout cas. Je ne la connais absolument pas personnellement, mais ce n’est pas un tendre dans ce qu’il se dit, pas du tout, non. Comment un grand gaillard pour le Fenyang s’en est sorti face à cette femme au fort caractère ? J’aimerais bien le savoir.

Bref, nous y voilà enfin. Il ne reste plus quelques types, la salle est immense donc aucun problème. Je les salue, il me salue en retour et en font davantage pour le vice-amiral, logique.
http://www.onepiece-requiem.net/t14861-ethanhttp://www.onepiece-requiem.net/t14911-ethan
avatar
Alheïri S. Fenyang

••• Vice Amiral •••

♦ Localisation : Un peu partout.
♦ Équipage : Jaegers.

Feuille de personnage
Dorikis: 11945
Popularité: +1200
Intégrité: 1170

Ven 13 Mai 2016 - 21:01


- « Tu parles d’un rencard… »

Honnêtement, l’amirale en chef et malgré sa mine perpétuellement sévère -Voire même méprisante-, c’est une bombe. Une vraie bombe. Le genre de femme qui a tout pour elle quoi : Beauté, intellect, force… Presque parfaite. Presque parfaite parce que son caractère de cochon ressemble de très loin à celui d’une castratrice. D’une frigide aussi. J’essayais de me l’imaginer en pleine partie de jambes en l’air, mais même mon esprit se refusait à cet exercice aussi ignoble. Qui aimerait être dans un lit avec une meuf pareille ? Pas moi en tout cas. J’avais beau reconnaitre qu’elle était bien gaulée que jamais je ne voudrais me retrouver avec une femme aussi frustrante. Le pire, c’est qu’elle était amenée à gouverner la marine pendant longtemps, sauf accident, ce que je ne lui souhaitais bien évidemment pas. J'étais pas si salaud.

- « Hein… ? »

Si je n’avais pas voulu m’attarder plus longtemps sur le fameux rencard qui avait été un poil désagréable, force est de reconnaitre qu’il n’avait pas été du tout infructueux. J’allais avoir un équipage conséquent, des navires et le matos qui va avec. Pouvoir sillonner Grand Line comme je le voulais, ça, c’était top ! Mais ma joie s’effaça vite fait lorsque nous tombâmes sur une salle d’entrainement en pleine rêverie. Presque impensable. Mais pas le lieu le plus adéquat pour une baston en bonne et due forme. C’est pas que je pensais à le tabasser après tout ce qu’il m’avait dit, mais c’est que je voulais qu’il se donne à fond sans restriction. Pis ici, c’était plus pour des petits cours comme de la gymnastique, de la simple boxe ou de la musculation. Pas un endroit où on pouvait dégainer nos lames comme nous le souhaitions.

- « Hey toi ! »

- « Oui monsieur ? »


Un marine qui s’entrainait -Un lieutenant si j’en croyais ses épaulettes-, se précipita rapidement vers moi et effectua le salut militaire qui s’imposait. Je lui demandai rapidement s’il n’y avait pas un lieu désert et en plein air pour un bon entrainement et celui-ci m’indiqua un endroit un peu à l’écart. Une bonne chose. Sans trop d’hésitation, je tirai le petit Ethan par les cols derrière moi, avant de quitter la salle. Après une bonne petite marche d’un quart d’heure à travers les dédales de la rêverie et un autre bon quart d’heure dans la ville sainte, nous finîmes par arriver tout à l’ouest de Marie-Joie, juste à la sorte. L’endroit était vaste, désertique et le temps était plus que clément avec un soleil doux et une légère brise. Je finis par le lâcher, par prendre mes distances, avant de dégainer ma lame, prêt à en découdre.

- « Le deal est simple : Tu attaques à outrance et je ne fais que défendre. Ma défense inclut cependant le fait de te repousser si je le juge nécessaire. Mis à part ça, tous les coups te sont permis. Même aux couilles. Fais ce que bon te semble. »

Après quoi, je me mis en garde. Remake d’Alabasta, à la seule différence qu’il allait s’en tirer sans dommage et que j’étais pleinement concentré sur lui. Ses points forts et ses failles… J’allais tout décortiquer pour voir comment l’aider à devenir plus fort…  
http://www.onepiece-requiem.net/t13084-ft-de-salem
avatar
Ethan R. Levi
••• Contre-Amiral •••

♦ Localisation : G-5
♦ Équipage : /

Feuille de personnage
Dorikis: 6260
Popularité: +630
Intégrité: 568

Dim 15 Mai 2016 - 14:10

Où est-ce que ce vieux fou m’a emmené ? Nous sommes dans un endroit totalement isolé, vaste, et où crier à l’aide est inutile. Étonnement qu’un tel endroit existe dans un lieu aussi protégé, à moins que ce soit pour des entraînements particuliers… Quoiqu’il en soit, Salem me dépose et me propose un remake d’Alabasta, la seule différence est qu’il ne riposte pas et que… Je sois seul face à lui cette fois-ci. Loin d’être effrayé par le défis, mais je me dis seulement qu’il se fera chier face à moi.

« Et bien, commençons, hein. », dis-je d’un ton las, d’un air blasé et fatigué de la vie.

En réalité, il n’en est rien. Je ne suis pas spécialement fatigué, ni forcément blasé, non. Très peu joyeux en temps normal, je ne suis à l’inverse que très peu blasé, c’est surtout pour emmerder Salem que je prend ces airs de flemme. Pour être tout à fait franc, je suis plutôt enjoué de combattre un tel type, et ce malgré l’écart infiniment grand qui nous sépare, mais ça m’excite quand même. Suis-je suicidaire ? Probablement et c’est statut totalement assumé. Que vaut la vie si je la passe à me cacher derrière les plus grands ? Certains diront que c’est pour assurer une longue vie, d’autres comme moi dirons que mourir sans avoir essayé de se surpasser et surmonter les épreuves de la vie est inutile. Les deux écoles se valent plus ou moins.

Le vice-amiral prend ses distances, ça commence. J’espère pouvoir lui montrer que j’ai - ne serait-ce que légèrement - progressé depuis notre rencontre à Alabasta. Je dégaine cette délicieuse lame que je découvre chaque plus terrifiante, j’entame une course digne d’un athlète, une fois à deux trois mètres de lui, d’un revers du droit, de bas en haut en diagonale, se libère une lame d’air qui se dégage rapidement vers Salem. J’aurais aimé le faire de plus loin, mais manquant de vitesse et de puissance, il m’a semblé normal de m’en rapprocher.

La lame d’air en elle-même, de toute évidence il va aisément s’en défaire, c’est pour cela que mon attaque ne s’arrête pas là. Ma course continue vers son flanc où je commence ma vrille à l’instar de notre combat sur Alabasta, sauf qu’au lieu de l’entailler comme je l’avais déjà fait auparavant, je continue ma vrille pour arriver sur son flanc où je l’entaille cette fois-ci au niveau de sa jambe. À noter que j’ai certainement l’air d’une toupie, mais d’une toupie assez rapide et tranchante, pour ceux qui sous-estimeraient celle-ci. Dès le contact effectué, je recule de plusieurs bonds pour éviter une riposte meurtrière. Certes, il a bien précisé qu’il ne riposterait pas, je tiens cependant à m’en méfier.
http://www.onepiece-requiem.net/t14861-ethanhttp://www.onepiece-requiem.net/t14911-ethan
avatar
Alheïri S. Fenyang

••• Vice Amiral •••

♦ Localisation : Un peu partout.
♦ Équipage : Jaegers.

Feuille de personnage
Dorikis: 11945
Popularité: +1200
Intégrité: 1170

Lun 16 Mai 2016 - 20:24


Une lame de vent ?

Intéressant.

L’attaque manquait de tranchant et d’intensité, mais le fait de pouvoir former un tel projectile signifiait qu’il était déjà bien avancé dans sa voie.

Bon sabreur que voilà. A son âge, j’avais dû être plus ou moins au même niveau. Il avait de la marge…

Par contre, il n’y avait pas de quoi m’inquiéter, puisque je dégageai son attaque d’un revers de ma lame.

Et comme je l’avais pensé, il reprit ses habitudes d’Alabasta : Faire la toupie humaine.

Pourquoi pas ?

Ses manœuvres étaient bonnes même si l’idée était flagrante : Occuper son ennemi avec un leurre pour pouvoir le frapper. Même pas besoin de mantra pour comprendre.

Un gars de son niveau aurait eu un peu de mal à gérer tout ça, mais j’étais bien loin de son niveau.

Du coup, plutôt que d’entailler ma chair, sa lame ricocha sur la mienne que j’avais placé devant le membre qu’il souhaitait attendre. Rien de bien difficile.

Par contre, son repli m’arracha un petit sourire.

- « Tu vas pas réussir grand-chose si tu t’éloignes. Je te l’ai dit et je vais le répéter : Je ne riposterai pas. Ne sois pas si peureux… Ou bien t’as que d’la gueule ? »


Je me remis en garde après l’avoir un peu titillé sourire moqueur aux lèvres. C’était enfantin, mais ça pourrait avoir son petit effet.
http://www.onepiece-requiem.net/t13084-ft-de-salem
avatar
Ethan R. Levi
••• Contre-Amiral •••

♦ Localisation : G-5
♦ Équipage : /

Feuille de personnage
Dorikis: 6260
Popularité: +630
Intégrité: 568

Mar 17 Mai 2016 - 12:19

Huh ?

Bon, ok, un monde nous sépare définitivement, mais ce n’est pas une raison commencer à prendre de grands airs avec moi.

« J’vais le saigner », que je répète sans cesse dans ma tête. D’ici quelques années, je l’espère, il prendra son tarif face à moi et regrettera ses actes irréfléchis. Qu’il rigole, qu’il continue à se moquer de moi, on en reparlera d’ici peu. Puis, je souhaitais simplement vérifier la valeur de sa parole, parce que riposter contre moi ne serait pas productif… Quoiqu’un entraînement à résister aux coups, pourquoi pas après tout. Quelque part, je suis en train de me questionner sur l’intérêt de cet entraînement. C’est vrai après tout, le type pare mes coups tandis que de mon côté, je ne l’égratigne pas une seule fois. Je ne compte pas abandonner dès la première offensive, mais le souvenir de mon impuissance face à lui lors de notre combat à Alabasta me pèse lourd, très lourd.

Que diable puis-je bien faire ? Il est de base bien plus rapide que moi, sauf qu’avec son mantra, ça rend mes actions encore plus simples pour lui à parer. Je me souviens tout à coup de ma feinte qui a plutôt bien fonctionné, mais ne rêvons pas trop, ça ne doit marcher qu’une seule fois et pas deux. Ma foi, s’il ne riposte pas…

Je repars aussitôt à l’attaque. J’y vais sans réellement savoir quoi faire, mais à défaut d’avoir un plan, autant utiliser mon instinct de combat, nan ? Encore faut-il que j’en ai un, et ça, ce n’est pas encore gagné à mon avis. Des échanges de coups d’épée se font mais sans réelle prise davantage de l’un, parce qu’il ne riposte et de l’autre, parce qu’il n’est pas assez rapide. Je sais pertinemment que je suis un bon épéiste et que face à des types à niveau égal, peu peuvent se vanter de me tenir tête, mais là c’est différent.

À cet instant, je ressens cette même sensation d’impuissance que sur le désert dans lequel nous avons combattu. Je m’étais presque fait la promesse de ne plus la ressentir, mais je crains hélas que contre des types comme ça c’est inévitable. Le but d’une guerre, d’une bataille, d’un combat, d’un match est de toujours avancer, quoiqu’il arrive le but est de toujours gagner du terrain. Or, en ce moment même, je n’en gagne pas du tout et n’en perds pas sur la simple volonté de l’opposant de ne pas riposter. Ma fierté en prend une nouvelle fois un coup.

Ne voyant aucune ouverture, je décide de m’en créer une. Nos deux lames bloquées l’une contre l’autre, je repars en toupie - provoquant ainsi des étincelles due au frottement sur la lame de Salem et abaisse très bas mon centre de gravité. Le vice-amiral est grand, moi petit, pas évident pour lui quand je descends encore plus bas. Je commence par faucher sa jambe gauche, puis continuant mon mouvement en faisant un tour sur moi-même, je finis aussi par faucher l’autre jambe.


Va-t-il tomber ?
http://www.onepiece-requiem.net/t14861-ethanhttp://www.onepiece-requiem.net/t14911-ethan
avatar
Alheïri S. Fenyang

••• Vice Amiral •••

♦ Localisation : Un peu partout.
♦ Équipage : Jaegers.

Feuille de personnage
Dorikis: 11945
Popularité: +1200
Intégrité: 1170

Sam 21 Mai 2016 - 21:43


Ethan a réussi. Il a réussi à me faire faire perdre l’équilibre !

Faut dire que je m’attendais tellement à ses petites vrilles que je n’avais pas eu le temps de réagir comme il faut. Vu que ce n’était pas vraiment un entrainement où ma vie était en jeu.

Par contre, il n’a pas enchainé et ça, c’était plus que dommage.

Du coup, j’eus le temps pendant ma perte d’équilibre de faire un salto arrière, avant de foncer vers lui comme si de rien était, puis je posai une paume sur son torse.

L’instant d’après, le pauvre lieutenant fit un vol plané contre son gré. Pas de quoi lui faire mal, d’autant plus qu’il n’aurait aucun problème à bien se réceptionner. Après tant de « vols » gratuits, il devait avoir l’habitude.

Ça n’avait pas été une contre-attaque puisque je n’avais fait que l’éloigner de moi sans lui porter de coups dévastateurs. Si après, il pleurnichait pour le coup de paume…

D’ailleurs, on n’allait pas arriver à grand-chose à ce train-là. J’étais bien trop fort pour lui, mais il avait déjà les bonnes bases qu’il fallait. Pas besoin de faire des entrainements de gosses donc.

Ce qu’il lui fallait, c’était l’expérience du terrain. Ni plus ni moins. Mais bien avant ça…

- « On va faire une chose ! »

Je retirai mon manteau d’amiral puis ma chemise, avant d’utiliser cette dernière pour me bander les yeux. J’hésitai à ranger mon arme, mais fallait pas pousser plus loin.

Même un p’tit impoli de son genre avait de l’orgueil. Que je ne voulais pas froisser, entendons-nous bien.

Néanmoins, il devait le voir autrement, vu le sourire étiré sur mon beau minois qui couvrait mes yeux. Ne rien voir, c’était pas pratique. Et surtout sans que je n’utilise mon mantra…

Bah au moins, il aurait une chance de me porter un coup conséquent. Ça allait sans aucun doute le stimuler et le pousser à s’entrainer encore et encore !

- « Allez gamin, ramène-toi ! Me fais pas attendre ! »

Que lui avais-je dit en me tenant prêt, les autres sens plus qu’affutés.
http://www.onepiece-requiem.net/t13084-ft-de-salem
avatar
Ethan R. Levi
••• Contre-Amiral •••

♦ Localisation : G-5
♦ Équipage : /

Feuille de personnage
Dorikis: 6260
Popularité: +630
Intégrité: 568

Dim 22 Mai 2016 - 21:48

Suite à mon envol, contrairement à la première fois, je me réceptionne avec beaucoup d’élégance, beaucoup de légèreté. J’aperçois le vice-amiral se bander les yeux à l’aide de sa chemise, suscitant ainsi mon interrogation. À priori, je ne le connais pas plus que ça, mais bien que taquin, pas du genre à être insultant, alors quoi ? Je reste quelques instants l’air dubitatif, puis je me dis que s’il n’utilise pas son mantra, j’ai peut-être une chance de l’avoir avec des attaques silencieuses. Cependant, il garde quand même sa lame en main, et malgré ma faible expérience dans le domaine je crois deviner que ce n’est pas bon signe.

D’une démarche assez noble, j’approche de Salem en chargeant mon beau pistolet à silex. J’impulse aussitôt après, le rythme s’accélère, je balance une lame face à lui que j’imagine déjà neutralisée par sa lame, alors je me déporte sur sa gauche d’où je tire un coup de feu pour attirer son attention. N’importe quel être humain manquant de visibilité, sans pour autant forcément tourner la tête vers le son, est quelque peu attiré par le bruit, surtout un coup de feu.

Je profite de ce laps de temps, existant ou non, pour me rabattre vers son flanc droit en quelques pas discrets et rapides, impulsant une nouvelle fois en chargeant ma lame à l’instar d’un tennisman avec un coup droit. Retournée du côté non-tranchant, j’y met tout de même un peu de gouache pour que l’attaque ne passe pas inaperçue. La zone visée est bien entendue ses flottantes et j’espère bien entendu le faire couiner un peu.

Je feinte ensuite un repli défensif, mais j’effectue en réalité un nouveau saut d’où s’en suit une nouvelle vers son dos que j’entaille de manière superficielle. Cette fois, un véritable repli. L’envie de me reprendre un second vol-plané ne m’attire pas vraiment.

« Un avis sur mon niveau ? »

Son avis m’intéresse. Notamment les marges de progression que je peux envisager. À côté de lui, je ne suis certes qu'un vulgaire insecte, mais en tant qu'instructeur son avis est peut-être différent, non ? Quoique s'il s'amuse à me descendre, ça ne me surprendra que très légèrement, pour ne pas dire pas du tout. Enfin, attendons tout de même son analyse pour juger.
http://www.onepiece-requiem.net/t14861-ethanhttp://www.onepiece-requiem.net/t14911-ethan
avatar
Alheïri S. Fenyang

••• Vice Amiral •••

♦ Localisation : Un peu partout.
♦ Équipage : Jaegers.

Feuille de personnage
Dorikis: 11945
Popularité: +1200
Intégrité: 1170

Mer 25 Mai 2016 - 15:33


Etait-il en frustré ? En colère ? Difficile de le savoir sans l’empathie et les yeux bandés. Pourtant, un sourire trônait toujours sur mes lèvres.

J’avais sollicité mes sens à l’extrême. Surtout mon ouïe qui n’était peut-être pas fine, mais pas pour autant dégueulasse.

S’il voulait m’avoir, il allait devoir être rusé.

Ce qu’il fut quelques minutes plus tard, je dus l’avouer.

Pour la lame de vent, je l’avais senti venir. Pour un expert en escrime même les yeux fermés, c’est une seconde nature. C’est donc d’un geste assez nonchalant que je la déviai avec mon épée.

Pour le coup de feu par contre, je dus avouer être surpris. J’avais bougé sans savoir où le faire et son projectile me lécha la joue, barrant cette dernière d’une longue estafilade qui tenait plus d'une brulure.

Faut avouer que j’avais oublié qu’il avait une arme à feu.

Mais même pas le temps de trop y penser que j’entendis ce sifflet caractéristique à une arme blanche qui fendait le vide. Le fourbe était derrière moi ! Et l’attaque fonctionna plus ou moins puisque je réussis à bouger à la dernière seconde pour essayer de l'éviter…

Sa lame m’enflamma les côtes et m’arracha un petit râle de douleur mêlé à de la surprise.

Il n’y était pas allé de main morte. Sans doute avec toute sa force. Et par le plat de sa lame. Pitié ? Touchant… Il avait pourtant de bonnes raisons de m’en faire voir de toutes les couleurs, non ?

Des réflexions inutiles qui me coutèrent une entaille au dos que je ne sus éviter. Et là, mon sourire s’agrandit.

Il m’avait eu sur toute la ligne ce coup-ci. Se battre à l’aveuglette et sans mantra, c’était pas du tout évident. Encore que mon rôle ne consistait qu’à le bloquer sans répliquer. Une situation bien ardue dans le genre. Ceci dit…

- « T’as le niveau d’un colonel gamin. Peut-être même d’un commodore quand j’y pense… »

… Je commençais à m’habituer à ma situation et à ses déplacements. Intelligence de combat et expérience. Rien de plus. N’est pas vice-amiral qui veut.

- « La polyvalence, c’est pas mal. Ça peut te tirer de situations très complexes… Mais pourquoi ne pas te consacrer exclusivement à l’escrime ? Tu es déjà suffisamment rapide pour un gars de ton niveau. Un peu de musculation, d’exercices avec un sabre et ta force évoluera considérablement… »

J’avais naturellement commencé son « diagnostic ». Par contre, j’eus une petite grimace. Le flanc qu’il m’avait enflammé était quand même douloureux. Je devais avoir des lésions internes. Peut-être même une fracture ? En tout cas, un hématome se formait…

- « C’est pas fini gamin… Recommence ! »


Je me mis en position de garde malgré tout. C’était pas un petit bleu qui me ferait arrêter cet entrainement.
http://www.onepiece-requiem.net/t13084-ft-de-salem
avatar
Ethan R. Levi
••• Contre-Amiral •••

♦ Localisation : G-5
♦ Équipage : /

Feuille de personnage
Dorikis: 6260
Popularité: +630
Intégrité: 568

Jeu 26 Mai 2016 - 14:19

Comparer mon niveau à celui d’un commodore, n’est-ce pas excessif ? Peut-être que son but est de me motiver, ça marche. Me spécialiser dans un domaine ? Actuellement, je suis aussi bon au tir qu’à l’épée, alors à choisir, autant suivre mes deux nouveaux coéquipiers expérimentés en la matière, non ? Je regarde ma lame, mon flingue, et je décide finalement de ranger mon flingue. Pourquoi pas après tout.

J’tâte mon bout de métal quelques instants, puis je fixe mon objectif, soit Salem. Lors de ma précédente attaque, j’ai pu constaté que le vice-amiral avait légèrement anticipé l’arrivée de mon coup, certainement grâce aux frottements de l’air causés par la lame qui provoquent une sorte de sifflement ? Logique, et encore contre un épéiste de cette trempe qui doit réagir à chacun des sons émanant d’une lame. J’dois faire gaffe avec tout ça, mais aussi en jouer, non ?

Je sers fièrement mon arme, esquisse un dernier sourire, puis je repars à l’attaque. J’commence par une attaque frontale, ça siffle, mais Salem ne reçoit aucun coup. L’action se répète, encore et encore, en insistant sur des pas lourds afin qu’il soit aussi perturbé par le son provoqué par mes déplacements. Je dois user ses sens, la fatiguer, le faire douter… À un certain moment, je reprend mes déplacements fluides et légers, enchaine une dernière feinte, et je décide de l’attaquer au niveau de son genou droit où j’attaque encore une fois du côté non tranchant.

Plus encore. Plus. Plus. Plus.

Je vrille à toute vitesse jusqu’à l’autre jambe, profitant de son premier déséquilibre pour prendre de l’avance, puis j’envoie un bon smash sur son genou également. Je bondis aussitôt charge contre son épaule pour le renverse… Mauvaise idée, il est bien plus costaud, c’est presque moi qui doit encaisser le coup. C’est toutefois suffisant, notre équilibre est d’office perturbé lorsque l’on est coupé de notre faculté visuelle, alors même une simple pichenette peut parfois suffire à renverser une personne aveugle. Pour être totalement sûr et ne pas rééditer mes erreurs, je fais un tour sur moi-même et appuie sa chute en frappant son torse.

Je suis déjà essoufflé. Le combat commence à sérieusement m’épuiser, je n’aimerais qu’il s’éternise davantage. Un signalement ? Quelque chose pour y mettre un terme ? Je recule de quelques pas, je m’appuie sur mes genoux pour reprendre mon souffle, je ne prend même pas mon temps pour regarder ce qu’il en est de Salem. Je suis pourtant bien physiquement. Quel est le problème ? Le manque d’efficience dans mes actions ? Probablement. Je dois bosser rapidement, et mon physique bien sûr, car si Salem venait à me frapper sérieusement, mon corps ne serait pas suffisamment solide pour encaisser le choc.

« Salem, on fait une pause ? J’avoue ne pas être très en forme. »

Là, j’fais moins le fier pour le coup. Il va très certainement se foutre de ma gueule, mais tant pis. J’ai pas l’habitude d’enchainer autant d’attaques sans me défendre, c’est étrange et surtout très épuisant.
http://www.onepiece-requiem.net/t14861-ethanhttp://www.onepiece-requiem.net/t14911-ethan
avatar
Alheïri S. Fenyang

••• Vice Amiral •••

♦ Localisation : Un peu partout.
♦ Équipage : Jaegers.

Feuille de personnage
Dorikis: 11945
Popularité: +1200
Intégrité: 1170

Sam 28 Mai 2016 - 9:52


- « Déjà ? Alors que t’étais sur la bonne voie… »

Il y avait une pointe de déception dans ma voix alors que j’étais tout bêtement à même le sol, sur ses fesses. Il avait réussi à peu près toutes ses attaques et à me mettre au sol. Je dus avouer qu’il avait été très intelligent d’embrouiller mon ouïe. J’aurai bien voulu me fier à mon odorat par la suite, mais ses enchainements furent trop rapides pour moi ce pourquoi il m’avait quasiment eu. S’il avait frappé avec le tranchant de ma lame, je serai certainement sorti avec de sacrées blessures, m’enfin tant mieux pour moi. C’est pas comme si j’allais me plaindre. Je finis par retirer le bandeau de circonstance sur mes yeux avant de sourire en le regardant aussi essoufflé. Il devait savoir mieux que personne qu’il devait mettre l’accent sur son physique, notamment sur l’endurance. Il avait déjà de bonnes pistes pour mieux se spécialiser et devenir un combattant plus tranchant. Ceci étant dit, ça m’étonnait tout de même…

- « Si tu dois alterner attaque et défense dans un combat sérieux, tu risques de morfler bien vite. Même avec quelqu’un de ton niveau. Ta force est notable, ta vitesse est plutôt bonne pour un gars de ta trempe, mais ton endurance est à chier. Si tu tombes sur quelqu’un de plus fort que toi à l’avenir, mise tout sur ta vitesse pour essayer d’écourter le combat. »


Ethan ne pouvait clairement pas se payer le luxe de s’éterniser lors d’un combat où sa vie serait en jeu. Ce serait ni plus ni moins que du suicide. Après, quand on regardait la situation d’un autre point de vue, je pouvais parfaitement le comprendre : Combattre un gars deux ou trois fois plus fort que vous, même en misant tout sur l’attaque c’était pas fastoche. Qui plus est dans un environnement pareil, c’était pas non plus évident. Après tout, nous étions au sommet de Red Line, en dehors de Marijoa, à 10 000 mètres d’altitude. L’air y était rare etc… Ce qui pouvait expliquer pourquoi il s’était vite fatigué. Me concernant ? J’étais à peine secoué. J’étais aussi conscient que j’étais devenu un monstre de puissance. Ce n’était pas seulement qu’une histoire de grade ou autre… Il fallait être un aveugle pour ne pas le voir ou un con pour ne pas le comprendre. Sur cette pensée, je me levai avant d’épousseter mes vêtements :

- « On va s’arrêter là pour aujourd’hui. Je pense que tu as suffisamment de bonnes pistes pour savoir comment orienter tes prochains entrainements. Profite bien de l’environnement de Marijoa tant qu’on y est. Ça te permettra d’évoluer plus rapidement qu’un entrainement dans un milieu normal. »


Dernière édition par Alheïri S. Fenyang le Sam 28 Mai 2016 - 19:28, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t13084-ft-de-salem
avatar
Ethan R. Levi
••• Contre-Amiral •••

♦ Localisation : G-5
♦ Équipage : /

Feuille de personnage
Dorikis: 6260
Popularité: +630
Intégrité: 568

Sam 28 Mai 2016 - 19:04

« Mon endurance se porte très bien, ce n’est pas le problème, non. »

J’ai toujours été bon physiquement, j’entretiens mon corps tous les jours et je me suis tué à l’endurance. Pourquoi suis-je alors à court de jus ? Ce n’est pas seulement le souffle, mais aussi les muscles qui ne peuvent plus suivre. Nous savons que les muscles continuent de fonctionner tant qu’ils sont oxydés. L’altitude ? En effet, maintenant que le combat est terminé, je prend enfin le temps d’observer les alentours et nous sommes relativement haut. Etait-ce l’objectif de Salem depuis le début ? Me montrer que mon corps n’est pas encore prêt à encaisser toutes les modifications, ne serait-ce que naturelles, celles que je peux retrouver à tout moment. Un combat tout en-haut de Red Line, rien que ça, en soit c’est tout à fait plausible.

Le vice-amiral semblait avoir d’autres choses à faire et s’en va à toute vitesse. Un silence pesant que seuls les courants d’air tentent d’atténuer. J’me sens un con puisque c’est lui qui m’a emmené ici, et quand je regarde en bas la distance qui me sépare de Marijoa, franchement ça pique un peu les yeux. Cependant, je me sens bien ici pour l’instant, j’aime bien m’isoler de temps en temps et à priori personne ne viendra interrompre mon repos. Mes yeux commencent à se fermer lentement, je me laisse faire.

« Monsieur Levi ? »

Quelle est cette voix ? Un rêve ?

« Monsieur Ethan Ragglefield Levi ? Vous m’entendez ? »

Même dans des lieux aussi éloignés, le repos n’est pas parmi.

« Moi-même. », dis-je d’une voix râleuse.

Il me tend une lettre.

« Voici pour vous. Cela vient du jury de Marijoa. Signez ici, s’il vous plaît. »

Que peut bien contenir cette lettre ? Je signe et la regarde quelques instants avant de l’ouvrir.

« Bonjour,

Nous avons l’immense honneur de vous annoncer que vous passé désormais au rang de Commandant.

Vous êtes priés de prendre contact avec votre officier supérieur pour plus de renseignements.

Félicitations, monsieur Levi.

Cordialement,

Jury de Marijoa.
 »

Une nouvelle pour le moins surprenante. Je ne saute pas de joie, je ne jubile mais je ressens en moi une certaine satisfaction. Ma récente rencontre avec Salem a-t-elle un lien avec ceci ? À moins que ce soit la récompense obtenue lors de la capture d’Aldo…
http://www.onepiece-requiem.net/t14861-ethanhttp://www.onepiece-requiem.net/t14911-ethan
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1