AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Cachalions & Hippocampes

Sigurd Dogaku
Sigurd Dogaku
Le Boulimique

♦ Localisation : ^ Déconnez pas, vous étiez tous à hurler de rire.
♦ Équipage : Seul et triste

Feuille de personnage
Dorikis: 5018
Popularité: 750
Intégrité: 185

Dim 15 Mai 2016 - 10:12

-Eeeeeeh, c’est très vexant, ça !
-De quoi parlez…

Cachalions & Hippocampes 538096sample6f75fd002093dd2196bf24e2368b8276

En général, c’était Haylor qui se présentait seule aux locaux de la guilde des jumeaux, pour éplucher les chiffres en compagnie d’Alastor Dagenert, le grand magasinier de la Translinéenne. Dogaku était davantage présent sur le terrain, à s’entretenir avec les divers marchands de Reverse et leurs équipages. Chacun sa spécialité. En l’occurrence, pourtant… Sigurd était présent. Et visiblement très embêté. Le cadre de la translinéenne le considéra un instant, en se demandant ce qu’il pouvait bien lui vouloir. Il semblait contrarié, et gêné, et avait visiblement quelque chose à lui dire. Comme s’il allait se jeter dans une situation désagréable mais nécessaire, ou qui lui tenait à cœur. Ce qui fit tout de suite carburer les méninges de Dagenert. Avait-il découvert pour les révolutionnaires ? Pour les pirates ? Tout frôlait l’impossible, aussi ne s’en inquiéta-t-il pas vraiment, mais… il y avait toujours un mais. Pour toute réponse, le Luvneelois déposa un journal sur son bureau, plié en quatre, avec en évidence un article qui traitait de…

Spoiler:
 

Oh. Forcément. D’où l’expression contrariée de celui venu faire promotion de Luvneel.

-Ouais, carrément. Je sais pas trop quoi dire, fut embêté Sigurd. C’est quand même… déprimant. Vous faîtes même pas des appels d’offre quand vous ouvrez des nouvelles bases de ce genre ? Et puis même en gestion, vous avez assez de cash à disposition pour pouvoir vous permettre de ne pas faire jouer la concurrence ? D’où est-ce que Boréa est aujourd’hui LA destination en vogue de North ? Comment ils ont pu nous chourrer une occasion pareille alors que c’est méga loin et que y’a vachement moins de tout ce qu’il faut, aussi ?
-Oh. Oui. Je vois ce qui vous arrive.

Evidemment. L’activité de transport portuaire était un grand gâteau dont les parts étaient innombrables, mais le marché qui venait d’être accordé à Boréa –le monopole de la ligne North-Reverse, rien que ça- constituait une rente de long terme absolument faramineuse. Le fait que l’attribution d’un tel marché à une île plutôt qu’une autre – et à Boréa plutôt qu’une autre – était aussi curieux qu’irritant pour le Luvneelois, évidemment. A fortiori qu’il était précisément présent sur Reverse pour lancer des affaires censées permettre à l’endroit de prendre plus d’importance. Forcément, le fait de voir qu’il n’était pas la seule option prise par la guilde des jumeaux pour le faire ne lui avait pas plu. Ca, c’était de la fierté ; Dagenert n’y pouvait rien. En ce qui concerne la forme, toutefois… c’était peut-être maladroit, oui.

-Comment ça se fait ? Personne en a rien entendu parler, aucune annonce de transaction ou rien, et d’un coup boom, y’a une base transli’ qui pop et une ligne mise en place. Marc Trans a un pote ou un cousin à Boréa ? Le gars en charge du commercial avait la flemme ? Y’a quelqu’un dans votre staff qui a passé plein d’temps à Boréa ?
-Noon. C’est plus simple que ça. Nous avons fait nos recherches par nous-mêmes, sans contacter les partenaires potentiels. En ce qui concerne le processus décisionnel et les critères de sélection retenus… ainsi que le non-candidat retenu… je n’en faisais pas partie. Il faudra voir autre part.
-Mwouais. J’espère au moins que vous nous avez pas fait venir pour une histoire qui ne vaudra que du flan ? Autant j’aime beaucoup être sympa, autant je déteste que…

Il ne termina pas, mais son ton maussade exprimait clairement ce qu’il pensait. Si tout se passait bien, tout se passerait bien. Dans le cas contraire, par contre…

-Je vous assure que vous ne perdez pas votre temps, lui assura Dagenert.
-Bon. On va s’en tenir à ça.
-Pas de coups de poignard dans le dos.
-Content qu’on se comprenne, conclut le Luvneelois. Sur ce, je vous dis bonjour, et j’ai juste quelques trucs à régler avant de revenir vers vous pour voir pour les premières affaires. Vous serez disponible ?
-Un peu plus tard, oui.
-Bieeen. On va y arriver.

Dagenert faisait grise mine. Lui aussi, était contrarié, maintenant. Un regard adressé à Evangeline, au regard neutre et renfermé, lui indiqua qu’elle n’en pensait pas moins. Et tandis qu’ils partaient, il songea que ses affaires demanderaient subitement plus de doigté. Ce ne serait que du plaisir.

Du coté des Nowel, ils attendirent d’être sortis des locaux de la guilde pour s’entretenir. Dans les rues animées de la ville, il y avait moins de chances qu’on puisse être indiscret.

-J’étais comment, du coup ?
-Vous avez bien prit la chose, s’étonna sa compagne, limite admirative.
-Ouaaaiiis. Ca j’ai fait attention. Vous vous attendiez à me voir hurler de rage, vomir du fiel partout, me rouler par terre et geindre jusqu’à être desséché ?
-Peut… être pas à ce point, non. Mais… même pas une saute d’humeur… ni même… vous n’êtes pas en colère ?

Sigurd lâcha un petit rire étrange, sardonique, étranglé. Et d’un coup, le pire de ce qu’il contenait fit surface.

-Naaaaan. Je trouve ça complètement dégueulasse de faire ça dans notre dos et je meurs d’envie de vous supplier de ruiner le coin par la forme. On prétexte un combat avec un pirate et on incendie tout Reverse, ça vous botte ?
-… mince. Mais pourquoi j’ai posé cette question ?
-J’exagère, forcément. Encore que c’est très facile pour ces mecs de construire plein de machins vu qu’ils ont du cash en illimité à distribuer sans se soucier de rien, alors pourquoi on se priverait, hein ?
-Sigurd…
-Bon, okay. Si on allait chasser du pirate sur Boréa, du coup ? On se débrouille pour l’asticoter et qu’il casse tout dans la foulée, et seulement une fois que c’est fini, on lui rentre dans le lard… et on se fait glorifier pour par-dessus le marché ! Ca vous botte ?
-Continuez d’être jaloux et je vous laisse finir votre journée tout seul.
-Ahhhrmm. Bon. Et si je fais le gros sensible qui a plein de peine au cœur et en besoin de réconfort, vous faîtes quoi ? J’ai envie de pleurer là d’un coup, j’crois.
-Je ne vous crois même pas, fit-elle en le prenant dans ses bras, cajolante.
-Que si, chuis vraiment dégout… euh… tristounet, marmonna-t-il en plongeant la tête dans ses cheveux.
-Allez… ça va aller.
-Bah non, on arrive jamais à rien. Sinon on serait vraiment pris au sérieux et... pffffffff, déprimant.
-Mais si, mais si, bien sûr que nous...

Et c'est à ce moment qu'une série de bipements retentit. L'escargophone portable d'Haylor, un dénommé Iarwain, s'était manifesté. Arrachant un soupir de contrariété à la jeune femme. Les affaires reprenaient ; Sigurd ne protesta même pas lorsqu'elle le libéra d'un bras pour saisir l'animal et le porter à ses oreilles. Ils avaient l'habitude. Ce qui n'empêcha pas Sigurd de raffermir son étreinte, sans se soucier de rien.

-Madame?
-Mmmh?

C'était le numéro et la voix d'Olrik Zalinsky, un des lieutenants d'Evangeline dans la hiérarchie grandissante d'HSBC. Les deux Nowel avaient décidé de tenter l'aventure des affaires sur Reverse, et fait venir plusieurs de leurs équipes de spécialistes en renfort. Dans un premier temps, pour dresser un état des lieux stratégique sur la situation de leurs interlocuteurs sur Reverse.

-Valerian Loupiote est arrivé.
-Ooooh. Aussi vite? Nous venons. Où pouvons-nous vous retrouver?
-Je l'ai fait venir à votre domicile.
-Excellent. Nous serons là d'ici...

Sigurd lâcha un grognement de protestation. Elle n'eut aucun mal à comprendre qu'il se sentait très bien comme ça, posé dans les bras de sa sorcière bien-aimée, et qu'il n'avait certainement pas envie d'y mettre fin maintenant. Ils étaient toujours debout, pourtant. Pas une position confortable. Et pourtant...

-... une vingtaine de minutes.
-Mmmngh.
-Vingt minutes, maintenu-t-elle.
-C'est noté, lâcha l'escargophone en raccrochant.
-Vingt minutes? Seulement?Journée vraiment pourrie.
-Il faut être raisonnable. Mais tout de même... cela nous laisse du temps, conclut-elle en se serrant contre lui.
-Mwarf. Jamais assez de temps.

Et son sourire idiot... se réfléchit sur l'autre.

-Interdiction de finir au delà de cinq heures, aujourd'hui. Ce soir, on prendra tout notre temps.
-Ca doit pouvoir se faire.


Dernière édition par Sigurd Dogaku le Dim 15 Mai 2016 - 12:40, édité 5 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t9504-sighttp://www.onepiece-requiem.net/t9650-sig-peluche
Sigurd Dogaku
Sigurd Dogaku
Le Boulimique

♦ Localisation : ^ Déconnez pas, vous étiez tous à hurler de rire.
♦ Équipage : Seul et triste

Feuille de personnage
Dorikis: 5018
Popularité: 750
Intégrité: 185

Dim 15 Mai 2016 - 10:21

Valerian Loupiote.

Un nom assez peu connu du grand public, et pour cause : le grand public ne se souciait aucunement des personnages qui composaient le tissu économique de leur monde. Dans le milieu, pourtant... eh bien, on le connaissait davantage sous le nom de Monsieur Magdar. Magdar étant le colosse Luvneelois du textile vieux d'un siècle, qui s'était aussi bien distingué dans l'armement naval -nous parlons bien de voiles- que dans l'habillement depuis les rouleaux de tissu jusqu'à la haute couture, ainsi que dans des branches moins reconnues, comme la recherche technique de tissus de protection à des fins militaire. Haylor et Dogaku portaient eux-mêmes des vêtements -respectivement des robes et des redingotes- conçus dans de tels matériaux, censés les protéger dans une certaine mesure des attaques qu'on pouvait leur porter. Il leur en avait pratiquement imposé le port, pour une très bonne raison : à son sens, il était déjà criminel que des personnes dans leur situation prennent le risque de mourir en jouant aux chasseurs de primes. Compte tenu du poids grandissant de leurs affaires dans Norland, et du potentiel impensable qu'ils avaient à eux deux, il était de leur responsabilité de rester en vie pour mener leur besogne jusqu'au bout. S'ils insistaient néanmoins à chasser et à prendre des risques imbéciles, qu'ils se protègent dignement. Aussi simple que ça. S'ils mourraient stupidement, Loupiote était assez intransigeant et redoutable pour les hanter par delà la frontière entre le monde des vivants et celui des morts. Et ce quand bien même c'était habituellement aux morts de hanter les vivants.

Et aujourd'hui, cet homme avait, lui aussi, fait tout le voyage depuis North Blue jusqu'à Reverse pour prêter main forte à ses compatriotes, et poser tout son poids sur la table des négociations. Contrairement à Sigurd et Evangeline, Loupiote n'avait pas constitué son affaire en partant du néant. La maison Magdar avait été fondée par un artisan éponyme, un homme de talent qui avait façonné les lettres de noblesse de la marque et assis plusieurs ateliers dans tout le pays, toujours en maintenant les mêmes standards dans chacune des échoppes. Et en s'entourant de talents potentiels qu'il affuta méthodiquement durant de longues années. Son fils, son petit fils avaient repris l'affaire, et l'avaient portée jusqu'à un peu moins de son niveau actuel.

Et son arrière petit fils... avait décidé de rejoindre la marine pour devenir amiral, comme celui qui lui avait sauvé la vie quand il était petit. Rien de nouveau sous le soleil.

Ce qui avait remis en cause tous les plan du Magdar aux commandes, et permis à Valerian d'apparaître comme le successeur idéal à la gouvernance de Magdar. Pour ce faire, il lui avait fallu se distinguer d'une dizaine d'autres cadres de très haut niveau, tout aussi compétents et intelligents que lui. Au final, Loupiote avait lui aussi entièrement mérité ses galons. Le Luvneelois était un gestionnaire redoutable. Haylor, qui se positionnait sur le même créneau, en attestait volontiers.

Détail amusant, nota-t-elle en le découvrant dans le petit salon de leur maison aménagée sur mesure dans la ville de Reverse. Au delà de leur spécialité, elle et lui avaient les mêmes goûts en matière de boissons, à quelques variantes prêt. Loupiote les attendait, et la tasse de thé qu'il portait à des lèvres -du Saenggangcha, de facture asiatique- , tranchait sensiblement avec les thés favoris de la native des Highlands. Elle affectionnait tout particulièrement la puissance des arômes, tandis que lui... savourait la richesse des nuances.

Cachalions & Hippocampes 800458Luvneel

-Bonjour! Vous avez fait bon voyage?, s'enquit tout de suite Dogaku en lui tendant la main.
-Non. Je déteste les navires. Entre les secousses permanentes et le bruit constant, il est impossible de se concentrer ou de faire quoi que ce soit d'utile de sa journée. Sans compter le passage de Reverse qui... j'aurais dû prendre la flaque.
-Ah?, s'étonna Sigurd.

Il ne comprenait pas. Pour Dogaku, le passage de la montagne avait eu lieu tranquillement roulé en boule sous ses draps, à somnoler tranquillement, en bonne partie du fait de l'heure matinale -cinq heures- à laquelle ils étaient arrivés. Mais lui avait passé une bonne partie de sa vie dans la marine marchande, et une autre dans les forces navales de son pays natal. Il avait le pied marin... et le sommeil marin, surtout.

-Je comprends très bien ce que vous voulez dire, s'assombrit Evangeline. La traversée est horrible.

La pauvre avait fait l'effort de se lever pour admirer le spectacle de l'ascension de la montagne sous le soleil naissant... et avait vite rebroussé chemin en direction de sa cabine pour vomir tout à son aise tant les secousses l'incommodaient. Même après avoir passé trois ans dans comme commissaire militaire dans la même armée et le même navire que Sigurd, elle ne s'y faisait pas.

-Mais j'aime beaucoup cette ville, renchérit-elle.
-... je peux comprendre. L'animation qui règne ici est facilement entraînante. Ils sont en construction. Ils ont énormément de choses à faire, ont de l'énergie et de la motivation. Ils vous ressemblent beaucoup.
-Oh. Je ne pensais pas...

Evangeline n'avait pas l'habitude des compliments, et encore moins d'aussi directs. Venant de Valerian tout particulièrement. Elle resta sans réponse, tout simplement flattée. Ce qui n'était pourtant pas le but de Loupiote, trop factuel pour ça. Sigurd, par contre, était trop jaloux de la situation de Reverse pour s'en tenir à là. Il préférait largement son port, qu'on ne s'y méprenne pas. Toutefois, il y avait une chose que la guilde des jumeaux -ou plutôt la translinéenne, à vrai dire- possédait en quantités inconcevables.

-Ils ont sensiblement plus de moyens que nous, par contre. De l'argent, je parle. J'ai l'impression que ces mecs ont cash illimité en option.
-Ils ont plus d'argent que d'occasions de s'en servir, contrairement à vous. Ils sont en manque de bras et de talents. Chacun son goulet d'étranglement.
-C'est pas mieux d'avoir beaucoup d'argent, quand même?
-Seulement si vous pouvez vous en servir... ce qui n'est pas leur cas. Et c'est pour ça que nous sommes là. En l'occurence, l'argent ne signifie rien. Ce qui compte, c'est les ressources qu'on peut acheter avec l'argent. Et tout est rare, ici. Ils ne produisent rien.

Effectivemment, songea le Luvneelois. Les îles de l'équateur étaient réputées pour leur danger, leurs bizarreries, leurs spécialités... mais pas pour leur économie. Et pour s'être renseigné abondamment sur le sujet, il savait que c'était impossible, vu les règles de navigation locales. Dangereuses, et à sens unique. Les îles étaient toutes renfermées sur elles mêmes, il n'y avait presque aucune communication, et encore moins de rayonnement régionnal.

De ce point de vue là, la translinéenne était une révolution. Peut être un facteur de changement.

-Au passage... Sigurd, Evangeline. J'ai un message de Vaxholm pour vous deux.
-Ah?
-Il aurait pu vous en parler lui même par Denden, mais... pfff. Armada.
-Uh?
-Il s'agit d'Armada. Vous ne le savez certainement pas, mais votre ami le capitaine Red a mis une prime de 30 millions de berries sur les navires de la translinéenne. Les pirates sont en chasse.

Une information qui mis du temps à imprégner les esprits des Nowel. Sigurd, en particulier, avait l'impression qu'on venait de pétrifier son cerveau. Si les pirates de l'équateur commençaient à se déchaîner sur les navires de la translinéenne, le réseau maritime se ferait tailler en pièces. À moins que la marine s'en mêle... et c'était impossible. En s'en mêlait depuis des siècles, sans parvenir à rien. Jamais. Des montagnes d'énergie et d'argent mobilisés à ne faire que du vent. Sigurd lisait les journaux. Et, malgré toutes les envolées épiques que de permettaient les brèves du journal du monde, il avait l'impression que personne à part lui n'avait jamais rien fait contre aucun des tentacules d'Armada. Ça semblait ridicule. Et pourtant...

-C'est débile, articula-t-il finalement. Trente millions pour un navire? Un navire, ça se vend trente millions minimum. A partir de cinquante, ça aurait vallu le coup.
-...

Valerian lui lança un regard agressif. Ce n'était pas le moment d'avoir des berries à la place du cerveau.

-Euh... pardon.
-Trente millions de prime indépendamment de si le navire est coulé ou gardé, expliqua le Tisserand. Ou même revendu.
-Ah. Ouais, okay.
-Et pourquoi fait-il ça?, demanda Evangeline.

Une question pertinente. Pour changer. Valerian repris son habituelle expression sévère.

-Ce n'est pas juste Red. Connaissez-vous les neufs?
-Les usuriers?
-Non. Ce ne sont pas les usuriers. Les neufs flibustiers sont... des capitaines pirates. Qui ont prêté serment de défendre l'équateur, et le passage sur sa seconde moitié. De devenir une épine de la route pleine de ronces jusqu'au One Piece. C'est cet état d'esprit qui est à la racine de l'annonce.
-Et y'a des singes qui vont leur obéir, j'imagine?
-Eh bien ça...
-Tssss. Bien sûr que y'en aura, se répondit Sigurd. Et en plus... y'en aura sur Reverse... et partout. La transli' tape aussi sur les mers bleues, maintenant. Encore que...
-Une question, interrogea Haylor. Seuls les navires de la translinéenne rapporteront la prime, c'est bien ça?
-En effet.

À nouveau, Loupiote jeta un regard perçant à Sigurd. Car il avait très bien compris à quoi voulait en venir sa compagne. Un peu plus tôt, ils parlaient de la ligne de North Blue. Pas sur Luvneel. Sur Boréa. Et là où la jeune femme se contentait d'être purement factuelle, Sigurd était beaucoup moins noble.

Bien fait pour eux, songea-t-il.

-Qu'est-ce qu'il y a?, demanda Dogaku.
-... rien du tout.

Valerian ne dit rien. L'autre avait ses faiblesses. Mieux valait les connaître, toutefois. La jalousie, l'envie. Et une certaine mesquinerie. Il était encore jeune. Sigurd pouvait apprendre.

-J'en conclus que le plan "ligne marchande" tombe à l'eau?
-Pas nécessairement. Ce sera un tout autre sujet. Pour l'instant, nous allons commencer par ces contrats de fournitures. Et de réparations. Et de ventes de navires.
-Oooh, réalisa Sigurd.
-Car s'il y a un besoin... il y a un marché, compris aussi Haylor, le regard éclairci.

S'il y avait des attaques, il y avait des pertes. Et des réparations. Et une hausse des besoins. Tant sur la quantité que sur la qualité. C'était tout bon pour eux.

Forcément, ce serait prendre des risques. Tant à titre marchand qu'à titre personnel. Encore que pas nécessairement. Le monde restait ce qu'il est. Personne ne s'intéressait aux marchands, autrement que comme source d'argent dont on pouvait se gaver en échange de services. Ils ne seraient jamais visés, songea Evangeline.

Tout le monde préférait se battre, plutôt que de construire des choses.

À part peut être ce Red, et sa grande Armada.


Dernière édition par Sigurd Dogaku le Dim 15 Mai 2016 - 12:56, édité 2 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t9504-sighttp://www.onepiece-requiem.net/t9650-sig-peluche
Sigurd Dogaku
Sigurd Dogaku
Le Boulimique

♦ Localisation : ^ Déconnez pas, vous étiez tous à hurler de rire.
♦ Équipage : Seul et triste

Feuille de personnage
Dorikis: 5018
Popularité: 750
Intégrité: 185

Dim 15 Mai 2016 - 10:22

-M. Dagenert? Le groupe de Luvneelois est arrivé. M. Magdar est avec eux.
-Merveilleux. Faîtes les entrer!

Actuellement seul dans son bureau, à éplucher des listes de rapports qui lui rendraient la journée, Alastor s'autorisa un sourire de satisfaction. Il avait réussi. En ayant recours aux deux Nowel itinérants, il avait vraiment réussi à intéresser du gros gibier au point de le faire venir jusqu'à Reverse. Et il ne rêvait pas, songea-t-il en voyant ses trois invités passer la porte et prendre place face à lui.

-Bonjour, enchanté, sincèrement. C'est un plaisir de vous voir parmi nous, M. Magdar.

Dagenert se présenta cordialement, mais se refroidit bien vite face au mur de roche qui lui servait de nouvel invité. Ca n'était pas conscient, mais l'éternel regard agacé de l'arrivant était célèbre pour l'effet déstabilisant qu'il infligeait à ses interlocuteurs.

-Monsieur Valerian Loupiote, rectifia le concerné d'un ton dur en lui serrant la main. Bonjour.
-Oh...

Même son ton était normal dans le sens l'habituel. Mais le cadre de la translinéenne se sentit rétrécir sur cette bourde. Et le temps passait sans que personne ne dise quoi que ce soit, ou ne fasse mine de bouger. Ce qui laissa beaucoup de temps à Dagenert pour se rendre compte qu'Evangeline... ainsi que Dogaku... avaient un regard dans le même ton. Pendant un instant, il cru que c'était l'incident du matin, sur la ligne des bleues de North Blue, qui leur restait en gorge. Ce à quoi la jeune femme, qui l'avait deviné, retoqua:

-Valerian nous a expliqué certaines choses au sujet des récents développements des pirates d'Armada. Flibustiers, mises à prix... abordages... trente millions.

Elle manqua d'exploser de rire face au visage grimaçant que venait d'afficher Alastor. Et s'esclaffa finalement.

-Juste, franchement. Pourquoi ne pas nous en avoir parlé tout de suite?, demanda Dogaku. Vous aviez peur d'un truc? C'est même pas comme si ça allait nous dissuader de faire quoi que ce soit. Bon, peut être pour les lignes commerciales, y'a du mal. M'a part ça...

Dagenert en fut surpris, mais choisit finalement de s'excuser avant toute chose. Il n'avait pas prévu de leur cacher quoi que ce soit. Des attaques, il y en avait toujours eu. Ça n'était pas la route de tous les périls pour rien. Et malgré cette annonce, les effets des efforts des flibustiers ne s'étaient pas encore drastiquement distingués. Peut être parce que c'était encore trop tôt. Dans tous les cas, Alastor comptait les informer, mais pas les effrayer pour rien. Il voulait leur laisser le temps de prendre la température de la translinéenne depuis le cap des jumeaux, de comprendre son fonctionnement, avant d'aller plus en détail sur les difficultés de terrain.

C'était ce qu'il expliqua, du moins. Et puis, ce fut à son tour de poser des questions. Sur leur réaction à l'annonce, justement. Sur leurs éventuelles appréhensions à s'allier à la translinéenne, et s'exposer potentiellement à des représailles de la part des flibustiers. Dagenert savait déjà que les Luvneelois avaient pu constater par eux mêmes ce que pouvait donner un conflit avec un pirate d'Armada. Ils avaient gagné, mais de peu. Ça n'était pas juste Sigurd et Evangeline ; des escouades entières de miliciens, des commandos révolutionnaires avaient dû travailler de concert pour éjecter la guilde des usuriers de leur cité.

S'allier à la translinéenne serait peut être dangereux. À prendre trop de risques, Luvneel pouvait s'attirer des représailles. A titre personnel, mais peut être ausi chez eux. Il était impossible pour Armada de détruire tout un pays, mais sa spécialité des opérations coups de poing la rendaient dangereuse.

Étaient-ils prêts à tenter la chose, malgré cela?

-Ben comme vous dîtes... dans la vie, tout a un prix, répondit Dogaku. Enfin... non, ça fait vraiment rat du commerce ou gros méchant mafieux, de dire ça. Ce que je veux dire, c'est que si on se positionne de façon pas trop visible comme simples fournisseurs, ça pourrait presque passer. On fera clairement pas ça pour rien, mais je comprends votre truc et on peut quand même au moins vous... je veux dire... oh, un instant. Euh... merde.

Sigurd hésita un instant, regarda tout autour, en particulier du coté de la porte. Toujours fermée. Il s'en approcha et l'ouvrit, regarda dans le couloir, attira quelques regards curieux de personnes passant dans le grand hall, puis referma la porte. Un comportement étrange. Le plus étrange fut toutefois quand il s'approcha de Dagenert pour demander :

-Vous avez pas d'espions, ici?
-De quoi?
-Parce qu'on en a sur Luvneel. Des cipher pol, des révolutionnaires, parfois des mafieux. Du coup j'ai appris à me méfier. On a pas d'espions, ici?
-Euh... non.

Dogaku hésita. Le regarda longuement. Regarda tout autour. Reprit son manège à regarder derrière la porte. Et décida finalement de faire confiance, puisqu'il se réinstalla sur son siège. La dernière chose dont il avait envie, c'était que des rats d'Armada aient infiltré Reverse et s'essaient à la prise d'informations.

-Okay. Je pense que c'est okay.

Dagenert ne savait pas ce qui l'inquiétait le plus ; que Sigurd réagisse comme ça, et qu'il soit le seul des trois à en avoir l'air surpris. Loupiote et Haylor avaient seulement l'air sérieux.

-Donc. Je crois que vous n'avez pas de chantier naval dédié à la translinéenne, correct? On en a un très gros, nous. Et surtout, un très bon. Du coup, si vous avez besoins de navires... que ce soit pour des réparations ou pour avoir de meilleurs navires qui pourraient faire la gueule à ceux des pirates qui pourraient s'attaquer à eux... on peut vous équiper. Dignement.

Il ne lui mentait pas. Les dix plus grands chantiers navals de la planète avaient tous fait le choix de se spécialiser sur une niche distinctive. Pour Luvneel, c'était le luxe. Pas le luxe dans le sens de parures et de pièces d'art fabuleuses pour orner les navires. Leur créneau était l'excellence, l'exceptionnel, et un talent spectaculaire pour donner vie à des projets périlleux sur lesquels d'autres se seraient sans aucun doute cassés les dents.

La formule était simple : si vous y mettez le prix, on arrivera à le faire.

-J'ai un autre interlocuteur, pour ça. Gustav Vaxholm, d'IKEA. Enfin, c'est pas le seul mais il est dans le milieu, nous on est plus en logistique. Pas sûr qu'il pourra venir, mais y'a toujours moyen d'arranger une convers' denden. Ou qu'il vous envoie une équipe, ou des contacts qui pourraient faire le truc. Ou qu'il nous laisse dealer les négos en chapeautant ça de loin avant de donner son top pour l'accord final. C'est qu'une proposition, mais je peux vous arranger ça. Je sais que vous passez déjà quelques commandes, mais pour aller plus avant...
-Je... vois.

Plus de contacts. Ainsi que des idées, des opportunités. C'était bien pour ça que Dagenert les avait fait venir, aussi. La grande spécialité de Dogaku, c'était précisément de poser des projets et des idées. C'était en quoi il se rendait être utile, et ce sur quoi il basait tout..

Valerian mit toutefois un grand point de suspend sur ces plans. Sigurd pouvait composer tous les plans qu'il voulait, il faudrait que ceux-ci soient acceptés par les autres avant d'être mis en place. Tout ce qu'il pouvait impliquer sans en référer à autrui, c'était HSBC et sa Mutualisation de navires. Ils avaient déjà décidé de le faire, restait à voir dans quelle mesure cela se ferait. D'autres débats auraient lieu.

De la même manière, Valerian allait déterminer dans quelle mesure Magdar allait s'impliquer. C'était pour ça, qu'il était venu. Mais ceci ferait l'objet d'une autre discussion, dans laquelle Dogaku ferait simplement office d'informateur, de conseiller, de d'observateur. Ce n'était pas son affaire.

-A part ça, j'avais une autre question. Vos lignes qui vont se faire attaquer par les pirates. Est-ce que y'a aussi des lignes des bleues qui se font attaquer? Vos quatre lignes sur les bleues.

Dagenert ne voyait -à nouveau- pas à quoi Sigurd voulait en venir. Mais il lui répondit:

-Ça a effectivement déjà eu lieu. Seulement deux fois, sur la ligne de South Blue. Mais compte tenu de qui sont les flibustiers et de leurs objectifs, je pense que c'est surtout celles de Grandline qui vont être visées.
-Mmmh. Et si je vous proposais qu'on essaie de vous soulager sur North Blue?

Cette fois, Dogaku arracha un haussement de sourcil à Haylor... et un regard courroucé à Loupiote. Tous deux voyaient parfaitement de quoi il voulait parler, même s'ils ne comprenaient pas pourquoi il parlait de ça. De plus, à faire trop de propositions...

-Je m'explique. À mon avis, les pirates qui vont couler des navires d'Armada, ou les récup' pour les rendre, ils vont vouloir récupérer leurs récomp', comme tout farmeur digne de ce nom. Vont donc devoir se rendre quelque part, ça tombera pas du ciel. Vous me suivez?
-Euh... oui...
-Où est-ce qu'il vont toucher leurs gains, votre avis? Ils vont retourner sur Armada? Voir Red à chaque fois?

Les trois autres n'eurent pas à réfléchir bien longtemps. Bien sûr que non. Ce serait bien trop loin.

-Les usuriers ont des comptoirs. Et je sais où ils sont sur North Blue. Y'en avait sur Luvneel, on les a effacés. Et on a trouvé énormément de doc' sympas en même temps. Du coup, je pense bien que si on s'occupe des comptoirs d'usuriers sur North Blue, ça éliminera pas les attaques, mais de une ils feront sensiblement moins de pub, et de deux ça dissuadera les pirates de devoir se farcir plus d'un quart de planète pour chopper leurs berries. Juste mon idée comme ça. Vous qui me dîtes.

Une proposition étrange et osée. Cette fois ci, même Evangeline n'était pas sûre de vouloir suivre son partenaire aussi loin. Mais d'un autre coté... elle n'était pas sûre que Sigurd envisage sérieusement de le faire. Sa règle d'or, quand il proposait des idées, était de ne pas réfléchir. Simplement proposer sans filtrer leur intérêt sur des critères de pertinence, de bon sens ou de faisabilité.

Dagenert fut plutôt surpris par le risque qui serait pris par ce biais.

-Vous n'auriez pas... peur de représailles?
-Quoi, vous comptez vous laisser taper dessus sans rien faire? Je comprends que l'escalade de la violence c'est pas la meilleure solution, mais on parle de pirates. C'est pas comme si la marine avait jamais réussi ou tenté d'y faire quoi que ce soit, donc va falloir que vous vous démerdiez d'une manière ou d'une autre. A moins que vous comptiez vraiment que vos navires soient considérés comme des cibles mobiles pour exercice de tir à la canonière.
-Je ne parle pas de nous, mais de vous.
-Oh. Honnêtement, à nous contre Armada, même si on s'éclate à tenter de les effacer de chez nous, j'ai l'impression que ce ne sera qu'une goutte d'eau dans l'océan. Rien de significatif qui attirerait l'attention. Je veux dire, des réseaux mafieux qui sautent, y'en a tellement par tellement de personnes qu'un de plus ou de moins... NS. On a réussi à le faire chez nous, cela dit. Du coup y'a pas de raison que ça ne se refasse pas. Mais maintenant, franchement...  si on peut le faire, y'a moyen qu'on le fasse. C'est franchement à vous de voir et à vous de dire. Une autre possibilité, c'est qu'on fasse seulement une annonce. Pour les chasseurs de primes. Eventuellement pour les marines, ou juste pour rire les révos ou pirates qui tenteraient, mais chuis moyennement fan. Surtout les marines, ces rats se gavent déjà de nos impôts pour se faire équiper royalement par princesse Marijoa, alors si en plus fallait les payer pour qu'ils daignent faire leur boulot, ça me gratterait très fort. Et puis les pirates... ou même les révos... m'bref. Si vous voulez diffuser une annonce... moi je pense que ça se fait. L'argent, les usuriers et les pirates, c'est un peu comme les fleurs, les ruches et les abeilles tueuses. On peut pas détruire tous les champs de fleur de la planète, on peut pas tuer toutes les abeilles une par une, mais on peut pulvériser une ruche pour affaiblir l'essaim et limiter la casse. Vous me suivez? Pas de boutiques revendeurs usuriers, pas de gains faciles pour les pirates, moins de problèmes pour la translinéenne et les gens qui s'en servent.
-Je vous avais bien compris, oui.
-Eh ben voilà. Du coup... j'pense que c'est tout pour moi. Je vous laisse réfléchir, on en reparle plus tard. A votre tour, sourit-il à Loupiote... avant de se refroidir, face au regard de marbre du quadragénaire.

Valerian n'avait pas l'air tant emballé que ça par ses plans. A moins que ce ne soit tout autre chose? Il n'avait absolument aucun moyen de savoir, avec lui. Toujours cette expression...
http://www.onepiece-requiem.net/t9504-sighttp://www.onepiece-requiem.net/t9650-sig-peluche
Sigurd Dogaku
Sigurd Dogaku
Le Boulimique

♦ Localisation : ^ Déconnez pas, vous étiez tous à hurler de rire.
♦ Équipage : Seul et triste

Feuille de personnage
Dorikis: 5018
Popularité: 750
Intégrité: 185

Dim 15 Mai 2016 - 16:58

-Tu lui as proposé quoi ?
-Qu’on construise des navires pour eux ?
-Mais c’est déjà le cas.
-Plus de navires, je veux dire. Et puis, pourquoi pas…

Leur journée était presque finie. Les présentations entre Loupiotte et Dagenert, sur l’essentiel de leurs activités et des offres proposées par chacun, avaient pris l’essentiel de leur temps. Le cadre de la guilde des jumeaux en avait alors profité pour faire découvrir le port et les infrastructures de la translinéenne à Loupiotte et ses lieutenants, de la même manière qu’il l’avait fait pour Haylor et Dogaku. Eux en avaient profité pour s’excuser, et s’étaient retournés à leur petit chez eux.

Il leur restait une dernière chose à faire avant de finir cette journée de travail. Gustav Vaxholm, comme ils l’avaient annoncé à Dagenert. C’était un armateur de chez eux, quelqu’un d’impliqué dans les affaires du chantier naval de Norland, un très bon ami d’Evangeline, et avec qui Sigurd avait aussi beaucoup sympathisé. Jusque là, HSBC et IKEA, l’affaire de Vaxholm et de ses associés, n’avaient jamais été en relations d’affaire. Ils étaient simplement ravis d’être du même bord, celui des entrepreneurs qui avaient décidé de faire autant de bien au pays que possible. Et forcément, avoir des personnes de valeur à son bord dans un projet pareil était très motivant.

A fortiori, comme le constatait maintenant Vaxholm, que Sigurd était sérieusement impliqué, et n’avait pas du tout lancé de paroles en l’air. Ce qu’il avait déjà prouvé à de multiples reprises, après tout. Mais aujourd’hui, l’avoir au téléphone pour s’entretenir à ce sujet était presque réconfortant.

-Je me disais, y’avait peut être moyen qu’en plus de leur construire plus de navires, vous leur balanciez quelque chose de plus mieux. Luvneel, on est spécialisés dans le sur-mesure, non ? Chais pas si t’as regardé le descriptif des navires utilisés par la translinéenne…
-Si, si…
-Ben ils ont que trois types de navires. Sloop, jonques, et des trois mâts vapeur. Seulement trois trois mâts vapeurs, qui traînent que sur une voie. En fait je croyais que la translinéenne, c’était du gros machin, mais… vraiment, vraiment que dalle. Ils ont que trois gros navires. En fait c’est limite hilarant, tout le monde dit translinéenne youpi, mais j’crois que c’est juste un gag. Les sloops et les jonques, c’est tout petit, tout fragile. Y’a que quatre marins et un capitaine pour naviguer la bestiole, le reste du personnel c’est un contrôleur et un cuisto. Et encore, je dis quatre marins mais au final y’en a un qu’est le navigo’. Du coup au final… y’a pas à déconner. Y’a COMPLETEMENT moyen qu’on leur vende des machins plus sérieux. Ils ont aucun chantier naval de disponible, à part Water Seven pour leurs navires à vapeur. Le reste c’est vraisemblablement que des machins d’occasion récupérés là où ils peuvent ou bien… bon, chuis peut être mauvaise langue, faudra que je pose les questions à Dagenert, tiens. Bref, tout ça pour dire… tu vois ce que je veux dire ?
-Je vous envoie une équipe d’ingénieurs pour que l’on voit l’état de leur flotte, et le cahier des charges pour le design d’une éventuelle nouvelle commande ?
-On pourrait limite tenter du prototype de navire à super performance, je crois.
-Je ne lance pas de projet comme ça sans m’être entretenu avec ton Dagenert.
-Ouais, je sais. Va me falloir du retour, du coup… je te recontacte quand je l’ai.
-Ouais. Ca me convient.
-Booon. A part ça, tout va bien ?
-Ouais, complètement. Rien de neuf, temps peinard…
-Haha. Vivement qu’on soit de retour.
-On ira se faire un truc à ce moment.
-Un bon repas à la maison Montlblanc ?
-Oooh. A ce sujet. Tu vois qui est Ambroise ?
-Leur chef créatrice spécialité entrées et mises en bouche ?
-Elle vient de sortir des bouchées de chair de Homaréchal qui sont juste une tuerie.
-Mwarharharh. Je regrette déjà d’être parti. Encore qu’ici, on est pas mal non plus. Haylor nous a dégoté un chef spécialiste des hamburgers, et même si j’y croyais pas du tout au début, il faut dire que…

Et cinq bonnes minutes s’écoulèrent en trivialités bon enfant, passant ensuite sur quelques unes de leurs connaissances communes, avec que finalement les deux hommes ne se libèrent. Sigurd avait beau aimer les voyages, et tout particulièrement celui-ci, avoir des nouvelles de ce qui se passait chez lui lui faisait beaucoup de bien.

Et lorsque, enfin, il retrouva Evangeline dans le grand salon de leur auberge privatisée…

-Alors, que vous a dit Gustav ?
-Il vous passe le bonjour.
-Sans surprise.
-Il va bien. Et rien de spécial à la maison, contrairement à ce que je croyais. C’est bon, j’ai l’impression qu’on peut quitter Luvneel sans que le monde explose.
-Hihihi. Bien sûr que nous pouvons. Mmmh. Alors, des plans particuliers, pour ce soir ?
-Mmmh, fit semblant de réfléchir Dogaku. Je propose de vous arracher cette robe à coups de dents et…
-Ah ?
-Peut être pas tout de suite. Mais… honnêtement… vous êtes sensationnelle!

Elle s’était préparée pour sortir. Et avait sorti le grand jeu, piochant dans ses trésors de ressources pour se faire aussi belle que possible. Maquillage, accessoires, bonne humeur et... une robe qui faisait beaucoup d’effet à son partenaire. Une robe longue de dentelle et de tulle, ornementée de guipures et de de pierreries, particulièrement sage, mais qui mettaient bien sa silhouette en valeur. Entre ça et le chignon relevé, Sigurd était aux anges.

-Oh. Mais je suis aussi très bien sans la robe, vous savez ?
-Aaaaargh. Z’êtes horrible, z’allez voir ce que je vais vous…

Il se mit à lui courir après, et elle prit la fuite, comme deux enfants qui joueraient au chat. Pendant une bonne minute, jusqu’à ce qu’il abandonne pour reprendre son souffle ; il n’y arriverait pas.

-Pfff, dégouté, hahaha. J’trop mauvais.
-Déjà ? Hihihi...
-Comme quoi j’étais pas si motivé que ça, hein ? Mwarharharh. Bref, moi je dis… vous êtes juste géniale, mais j’pas sûr que ce sera nécessaire. J’ai pas l’impression que y’ait grand-chose à faire de beau, dans le coin. Pas de super restau’, ou de truc huppé où se poser…
-Vous voulez que je change de robe pour sortir ?
-Euh… j’ai pas la moindre envie que vous changiez de…
-Vous êtes sûr ?
-…

Eeeet…

Ce serait tout pour l’instant. Plus rien d’intéressant.
http://www.onepiece-requiem.net/t9504-sighttp://www.onepiece-requiem.net/t9650-sig-peluche
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1