AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


L'ennuyant abrutissement

avatar
Yamamoto Kogaku
••• Commandant d'élite •••

♦ Équipage : The Dawn Swift

Feuille de personnage
Dorikis: 7633
Popularité: +809
Intégrité: 813

Ven 20 Mai 2016 - 18:52

On m'avait donné une explication sur le haki, rien de bien sorcier. Si on devait donner une description ce serait la représentation de la puissance mentale et la détermination de son possesseur. Cela se réveille sans explication réelle chez ceux qui risquent leur vie tout les jours. Il faut en avoir fait l'expérience avant d'apprendre à l'utiliser. Tenter de le faire autrement reviendrait à tenter de contrôler une queue ou une paire d'ailes que notre corps ne possède pas, ça marche pas. C'est assez complexe à expliquer comme ça en fait, je ne sais pas l'expliquer moi même. Après « l'éveil », tu te retrouves avec quelque chose dont tu ne connaissais pas l'existence mais flotte en bordure de ton esprit comme si cela avait toujours été la. J'imagine que ce n'est pas plus particulier que les fruit du démons ou les lames hantées. Dans tout les cas, si l'on s'intéressait à la sémantique, haki signifiait ambition, 'fin c'est ce que dit Cole...

J'avais fais quelques exercice pour tenter de jouer un peu avec le matériau, tenter de concentrer son énergie sur un point en particulier, la faire courir sur le corps et ainsi de suite. Je jouais plus avec le « matériau » que je ne l'utilisais réellement, aujourd'hui, j'allais vraiment le mettre à l'épreuve. J'avais donc envoyé mes hommes faire en tour en ville pour profiter totalement de l'un des espaces de la cale qui servait d'atelier. Lieu dans lequel l'équipage pouvait durant les quart où il n'étaient pas à la manœuvre ou l’entraînement se consacrer à des taches « créatives ». Que ce soit graver ou sculpter des morceaux de bois, aiguiser leur équipement, coudre, faire l'une ou l'autre bricole,...
D'ailleurs c'était ici qu'étaient réparés les équipement de bord et qu'un filet de pèche maison était en court de fabrication, idée.... ingénieuse. Il y avait aussi un coin qui m'était consacré et accueillant une forge plus que rudimentaire qui si l'on en avait la patience permettait d'avoir un rendu convenable. C'était la d'ailleurs que j'entretenais l'équipement, j'avais même une écoutille à ras de flotte.

J'avais décarcassé une boite de conserve pour improviser un sorte de couteau en fer blanc. Un machin pas hyper résistant et pas des masses coupant. Je le tenais d'une main et de l'autre j'avais un morceau de chêne, bois relativement résistant. Sans vraiment y mettre de force ni d'intention, j'avais tenté de trancher le morceau de bois et je n'avais obtenu qu'un léger cisaillement. J'ai ensuite répété l'opération avec mon poignard, arme parfaitement aiguisée, et d'une qualité irréprochable. Le bois n'a pas fait long feu. J'ai donc décidé de retenter l'expérience.
Après quelques longues minutes infructueuse, un brin d'irritation et quelques millilitres de transpiration, je parviens enfin à couvrir le bois de cette pellicule noire. Une idée me passant par la tête, je le lâche aussitôt. J'attrape un morceau de jambon que j'avais laissé sur la table pour m'accompagner dans cette dure épreuve et parvient encore après un certain temps à le couvrir du haki. Non, cette pellicule n'avait pas de goût particulier. Cette substance si l'on peut l’appeler ainsi est assez particulière. On pourrait considérer qu'il s'agit d'une carbonisation ou d'un phénomène comparable. Dans tout les cas, il s'agissait d'une couche lisse uniforme et sans chaleur particulière. Ce n'était pas un métal sinon, je l'aurai reconnu directement, c'est autre chose. En fait, je pense qu'il ne s'agit pas d'un matériau en soi. Le poids reste le même, il ne laisse pas de résidu, il n'absorbe rien du corps qu'il recouvre. Soit cela prend un matériau présent dans l'air ce qui me semble pas vraiment possible, soit il s'agit vraiment d'énergie. Bon je me concentre sur ça après.

Je passe plusieurs minutes, mais rien, je n'y arrive pas. Cette limite des deux utilisations que je pensais arbitraire est donc belle est bien véridique. C'était la première fois que j'utilisais ce don si longtemps et avec autant d'intensité dans un temps aussi court... c'est pas encore ça. En plus d’après ce que j'avais compris, « l'armure » n'était pas la seule caractéristique du haki, l'augmentation de la puissance existe aussi, mais je ne l'ai jamais tentée. Je décide donc de laisser le temps à mon corps de se reposer, manger un bout et faire une sieste avant de m'y remettre.
Quelques heures plus tard, je reviens à mon établis et reprodui la même procédure pour rigidifier le bois. Une fois cela fait, je le passe dans une flamme aucune réaction et hausse de chaleur négligeable sur la partie concernée... ce n'est donc pas du tout un métal... un minéral peut-être ?
Je tente de couper le bois avec mon poignard, mais à chaque fois, la lame ripe. Pas mal comme machin, résiste au tranchant et à la chaleur... la thèse du caillou se rapproche, une pétrification ?

Je monte sur le pont, d'une main je remonte l'ancre qui devait poser une dizaine de kilos et la tient fermement de la main droite. On va voir si c'est un minéral, les minéraux auront plus tendance à se briser qu'à se laisser trancher. Ignorant les badaud qui se demande que fout ce gaillard avec son ancre en main, je concentre à nouveau mon énergie dans le morceau de bois. Cela fait, j'y abat le plat de l'ancre de toutes mes forces. Cet enfoiré de morceau de bois a gravé sa forme dans l'ancre...Bon, pas un métal pas un minéral... donc juste de l'énergie ? Bon on va accepter cette explication. Peu satisfaisante mais passons. Quoique elle se tient, tu produis un mur d'énergie, une sorte de lame d'air isolant de tout. Je laisse l'ancre rejoindre le fond et replace le morceau de bois dans l'atelier avant de partir faire un tour.
Revenu sur place, je retente l'expérience concentrant à présent mon énergie sur le fer blanc, qui parvient à grossièrement taillader le morceau de bois. L'armure n'augmente donc que la résistance d'un corps, pas sa puissance ni son tranchant. Je dois parvenir à appréhender l'autre coté de la pièce.
Jusqu'ici, je me contentais de concentrer mon énergie sur mon propre corps ou un objet y étant lié.
Donc, plutôt que de laisser cette énergie en un point précis je devrais tenter de l'expulser. Je vais faire ça sur la terre ferme... bonne idée je pense.

Je m'oriente alors vers l'un des nombreux terrain d’entraînement, une cour allongée d'où pointent une série d’épouvantails que les mouettes se feront un plaisir d'étriper au grand dam du propriétaire du portefeuille qui les a posé la. Après plusieurs minutes de réflexion profondes, d'hésitation constantes et de remise en question, mon choix se porte sur celui qui avait la tête à toto. J'avais hésité, avec la photo de Mandrake, mais je me suis dit que je n'étais pas encore assez fort pour l'affronter. Ou alors, la tête à toto m'avait fait poiler et je pesais le pour et le contre pour savoir si j'aurai l'air con.
Je m'échauffe en lançant des coup de poing assez faible, ma puissance brute aurait probablement arraché le pantin du sol ou aurait laissé mon poing lui gratter son dos de paille. Je prend une profonde inspiration et concentre mon volonté sur mon poing non pour l'en embaumer mais pour la relâcher. Je pose mon poing sur la surface et relâche l'énergie provoquant une onde qui se propage dans toute la paille laissant un « cratère » de un à deux empans. C'est quoi cette onde ? L'énergie que j'ai laissé se propager dans toutes les directions... comme... je trouve pas de métaphores féchier. Bon soit le haki c'est ça, une attaque qui se propage dans tout le corps soit je ne l'ai pas concentré en un point et me suis contenté d'expulser cette énergie comme... un tir de chevrotine ? Dans toutes les directions à la fois. J'ai du mal sur celui-la. Donc plus qu’expulser, je dois concentrer le... tir ? C'est vraiment complexe de mettre des noms la dessus... Donc jusque ici je faisait des Doooooooo pour me défendre, puis j'ai fais un Fucccchhhhhhhhhhtttraaaaaa pour expulser l’énergie... me reste donc plus qu'à faire un ORA !
J'avais tenté d'expulser l'énergie par l’entièreté de mon poing. Ici, concentrons la même énergie sur les phalanges et après la pause dans un doigt unique. La force devrait de plus en plus être concentré si la même quantité d'énergie sortira avec plus de puissance si elle sort par un point moins large. En fait, faut que je pense à l'effet Venturi en gros ou aux loupes solaires que j'utilise à Zaun. En concentrant une énergie diffuse en un point unique. Je retente l'expérience faisant ployer le mannequin et avec peu « d'ondes ». J'ai l'impression que cette énergie se met à se répartir plus facilement.
Je retourne manger un bout en ville, encore, les spécialités locales sont vraiment pas géniales... heureusement qu'il y a des échoppes à nourritures plus typiques.
De retour, je projette à nouveau une énergie limitée mais par un doigt cette fois ci. J'ai même poussé le jeu à le lui coller sur la tempe. Encore une fois je laisse l'énergie remonter mon bras avant de jaillir par l'extrémité de mon index formant un trou plus que respectable dans le crane de paille et produisant un réseau de craquelures sur la nuque de bois. Ce type d'attaque sur un crâne humain aurait laissé des séquelles... définitives. Le test pré-final à présent... Coup de poing puissance max accompagné d'une expulsion d'énergie non réduites comme je l'avais fais précédemment. Accompagné d'un bruit puissant, le mannequin se fait presque oblitéré... de la paille et de la poussière vole en tous sens, un torse démembré et en lambeau finis sa course en enlaçant Tahar. Je regarde autour si les autres personnes présentes ont remarqués que j'ai aussi, malencontreusement un petit peu cassé le muret qui délimite les terrains.

-C'est pas moi... c'est le vent.

D'un air des plus innocent, je retourne à bord de mon bâtiment. Sur le chemin, je plastronne un peu de la puissance déployé, le haki maîtrise pourra être une arme redoutable. Ensuite, je récupère la pièce de bois et mon couteau de fortune. Prenant bien soin d'expulser une énergie très limitée dans le tranchant de l'arme, je parvient à trancher parfaitement le bois. Bon ce n'était pas encore parfait, je manque d'expérience sur la répartition de la force et de l'énergie. Après analyse, je remarque que certaine fibre du bois ont été tout bonnement arrachée et non tranchée. Avec suffisamment de doigté, on peut donc augmenter la puissance destructrice d'une arme intéressant. Je ne pense plus qu'à une batterie réduite de test : opposer armure et attaque, concentrer cette énergie dans un objet lancé, dans le bras qui lance un objet, dans un objet qui n'est pas en contact direct avec mon corps et enfin noircir l'extrémité d'un objet tenu en main. J'hésite quelque temps entre utiliser mes couteaux de lancer pour ce faire, mais je finis par me décider pour des petites billes d'aciers. J'aimerai éviter de transpercer une mamie qui fait ses courses. Ce lieu manque vraiment de grands-espaces ou alors je vais sur un coin reculé de Redline... non c'est bon pas pour le moment.
Je me rend donc à un autre terrain d’entraînement, au cas où. On va commencer par les tir et faire le reste tranquillement chez soi.
Je me poste alors à une bonne vingtaine de pas de l'une des cibles et pose la munition sur mon majeur pour la projeter à l'aide de l'index... un doigt suffira pour aujourd’hui. Je prend même la peine de superposer deux cibles, de façon à amortir au maximum l'impact.
Pour le premier tir, je concentre mon énergie dans la sphère avant de me faire mal au doigt et de projeter un frelon sifflant qui souffle le coin supérieur droit de la première cible et d'une partie de la seconde. Mon tir à dévié mais a lâché toute son énergie sur la cible. Résultat équivalent à la concentration dans les phalanges. Je répète l'expérience, tentant cette fois-ci d'expulser la balle avec la force seule du haki. Après quelques essais infructueux, je parviens à produire un tir qui s'enfonce profondément dans la seconde cible. Ce second tir n'a que peu dévié, similaire à une balle de fusil.
Résultat satisfaisant.

Le lendemain après un peu de repos, je m'attaque aux test finaux. D'une main, je noircis... va falloir que je trouve un terme plus classe un de ces jours... un bout de bois. De l'autre, je prend me poignard dont je tente d'amplifier la puissance. Après quelques essais, je réussis à parvenir à un équilibre et les deux corps se résiste l'un à l'autre. Mais que se passe t'il si je « transmet » l'énergie d'une main à l'autre ? Lorsque j'amplifie l'armure, rien ne se passe, mais lorsque la lame est amplifiée, le bois se fait trancher. Ce n'est donc pas un machin indestructible, bon à savoir. Je tente aussi autre chose, prenant mon poignard je tente de trancher un morceau d'acier résistant, avec un peu de force j'y arrive. Je retente l’expérience teintant ma lame de noir lui donnant un aspect très appréciable, cette fois-ci la découpe nécessite moins de force. Une bonne lame sera donc amplifiée aussi par cette simple pellicule. Une autre idée me passe par la tête, utiliser cette énergie utilisée à l'attaque pour la défense. Projeter de l'énergie par la main pour bloquer ou repousser un projectile pourrait être une idée. Mais je doute d'avoir suffisamment de doigté pour, ce sera pour une prochaine fois. Ne me reste plus qu'à solidifier un objet que je tient, là où je le désire. Exercice que je parviens à réaliser plus ou moins facilement, ce n'es pas particulièrement différent de l'attaque. Comme je l'avais déjà découvert par le passé, un doigt peut se replier si couvert de noir, il s'agit donc vraiment d'un revêtement. J'ai ensuite tenté de transmettre cette énergie à un objet que je ne touchais pas mais c'était inutile.

Il ne me reste plus à présent qu'à utilisé ce pouvoir tout les jours pour parvenir à le maîtriser. Cela ne diffère pas vraiment de mes habituels entraînements. Comme donner des coup dans le vide pendant des heures, se couvrir et attaquer avec le haki pendant des heures tout les jours. Cela marche probablement comme un muscle, avec un peu de chance, son utilisation constante en amplifie la puissance et la durée ainsi que sa maîtrise.
http://www.onepiece-requiem.net/t2499-yamamoto-kogaku-dit-lame-fini-test-rp-finihttp://www.onepiece-requiem.net/t2619-fiche-de-yama
Page 1 sur 1