AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Un nouveau tyran est né

Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Ven 3 Juin 2016 - 18:42

* Lundi, 14h, arrivée à Rokade *

Voilà, c'est fait. La révolution est enfin finit pour moi. Terminé. Chao. Bye. Je suis libre. LIBRE ! Plus personne à qui rendre des comptes. Plus personne pour venir me casser les couilles. Plus de supérieurs, plus de collègues, plus de bras cassés, plus d'amis. Je suis enfin tranquille, en solitaire. Ah, le bonheur. J'ai abandonné la révolution, pris mes biens, ma terreur et abandonné les "siens" à Clotho. Je ne comprends pas comment il a pu nous faire devenir révolutionnaire. Lui et ses manies de merde, franchement … Pourquoi sauver les gens quand on peut les soumettre à notre volonté ?

En attendant, il me faut un point de chute. Parce que oui, techniquement, je n'ai plus d'endroit où dormir. Quand on était marin, on m'a toujours dit de ne jamais aller sur Rokade, que ce n'est qu'un pays de sales pirates. Alors où pourrais-je aller si ce n'est là ? Après tout, je suis désormais classé comme pirate ayant été affilié à la révolution et la marine. Un coin qui me plait d'avance. Alors forcément, je m'y rends avec ma Terreur, en solitaire. Pas besoin de trous du cul pas foutus de rester en vie, inutiles, vidant mes poches, capricieux et écrivants des rapports sur moi à leurs supérieurs. Je suis TRANQUILLE ! D'ailleurs, je vois au loin les rochers précurseurs de l'île.

Un nouveau tyran est né Terreu11

La taille de mon vaisseau et son extrême maniabilité me rende la tâche d'avancer parmi les rochers très facile. Alors qu'avec un bateau, même de petite taille, c'est risqué. Moi, avec ma barque, je m'en fou royalement, je trace. À fond les valoches. Je surfe entre les petits pics qui sortent de l'eau et les trous profonds. Je m'amuse en touchant l'eau de mes doigts. Je réfléchis. Je ne connais rien sur l'île à part que c'est un repaire de criminels de tout horizon. A ma connaissance, personne de célèbre n'est né là bas. Je ne sais pas s'il y a un régime en place ou quoi. Je ne connais personne de l'île. Mais comme je l'imagine, la loi du plus fort domine sur une île pirate. Aucune tête primée n'est là bas je pense. Aucune connue en tout cas. Ce qui risque de faire de moi le type le plus balèze du coin. Cent millions à ma connaissance, connu et craint dans les Blues comme Grand Line. Je suis une supernova, il faut que je m'y fasse.

J'ai plusieurs buts déjà en arrivant que je dois garder dans un coin de ma tête. Le premier étant d'évaluer la puissance des locaux. Je sais que les Blues sont moins fortes que Grand Line, mais sait-on jamais. Mogaba était putain de costaud. Il n'est pas exclu qu'ils aient des types de cet acabit. Mais quel serait son niveau par rapport à moi, depuis que j'ai énormément progressé ? Ensuite, en apprendre le plus possible sur le pouvoir en place, voir s'il y a des failles, si je peux les exploiter … Car clairement, je ne ferai plus de merde. Je n'obéirai plus à personne. Ce sont les autres qui m'obéiront. Ça sera marche ou crève avec moi. Si je peux dominer ce pays, je le ferais sans un remord, sans une once de pitié. J'ai besoin de thunes. Et comme gouverner des blaireaux il paraît que ça rapporte … Puis je dois aussi trouver des infos fraîches, une vive card pour Armada, le pays rêvé des pirates.

Je réfléchis quand une ombre apparaît sous ma Terreur. Je me penche et voit un truc arriver à toute vitesse. Alors je prends ma barque dans mes mains, je saute en l'air avec des geppous et m'écarte de la trajectoire aussi vite que possible. Une seconde plus tard, une espèce d'anguille de plusieurs mètres de long sort de l'eau, la gueule grande ouverte. Ça veut me bouffer ce truc là ? Dommage pour toi, je suis mortel. Une seconde plus tard, je balance mon vaisseau sur la flotte et tranche la bestiole nette d'une lame d'air. Sa carcasse tombe quand j'atterris sur mon navire personnel. Ça déclenche une série de vagues inconfortables qui menacent de me faire chavirer. Puis je reprends ma route tranquillement vers le port une fois le liquide calmé. Pour sûr que je vais me faire remarquer. Comme j'aime bien l'effet de surprise, j'enfile un manteau ample avec capuche pour masquer mon visage. Puis j'accoste. Une dizaine de personne m'attend sur le port et s'exclame. Quand je monte enfin sur le ponton avec ma Terreur, plusieurs personnes me parlent en même temps.

« Vous l'avez tué ? C'était extraordinaire.
Comment z'avez fait ça ?
C'était quoi c'truc lumineux ? »

De simples marchands visiblement. L'un d'eux m'explique que la bestiole a coulé leur navire il y a quelques jours et qu'ils s'en sont sorti de justesse. Les boulets de canons ne lui ont rien fait. Alors forcément, me voir trancher l'animal en deux aussi facilement … Je viens de soigner mon entrée on dirait. Je suis sûr que ça va faire le tour de l'île rapidement. Les pirates parlent énormément. Je suis un civil, ou un pirate selon les termes employés, donc plus besoin de me retenir. Je fais ce que je veux, quand je veux, où je veux.


Dernière édition par Clotho le Lun 6 Juin 2016 - 19:09, édité 3 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Ven 3 Juin 2016 - 18:42

Je regarde les alentours. De la roche, de l'obscurité, encore plus de roche, encore plus d'obscurité. Pas grand chose de viable dis donc … Je comprends pourquoi la marine n'a aucun intérêt à venir ici. J'avance jusqu'à trouver une auberge. J'avance vers le type que je suppose être le tavernier.

« Une chambre, pour une personne.
T'as cru qu'j'étais qui mon gars ? Ya pas marqué tavernier sur ma gueule. Alors ferme la tienne et dégages si tu veux pas que je te l'écrase.
Alors à qui dois-je m'adresser pour avoir une chambre ?
A moi. »

Une sublime créature sort de nul part et me parle. Cheveux longs, blonds, tatouages au bras droit, piercing à l'oreille droite, décolleté profond avec un tee-shirt bien moulant. Pas de doute, ils savent vendre ici. Je ferme ma bouche qui s'est ouverte en bavant un peu, puis je regarde l'homme en face de moi. Il m'annonce le tarif de 5000 berrys. Je lui tends l'argent, il me balance la clé que j'attrape au vol. Je vois des regards se poser sur ma terreur. Vrai qu'elle prend de la place et vaut cher.

« Je vais laisser ça dans ma chambre. Vous la surveiller jusqu'à ce que je revienne.
Ça coûte plus cher. Mais j'peux rien garantir.
Vaudrait mieux qu'elle soit là quand je reviens. Si elle disparaît, je rase tout jusqu'à ce que je la retrouve.
T'as qu'à m'la donner, j'en prendrais soin.
Non, à moi. J'la bichonnerai. J'lui ferais des choses.
Vos gueules les gars.
Z'avez entendu comment qu'y cause l'nouveau ?
Moi j'dis qu'on lui apprenne les manières.
C'est pas juste.
Fallait pas v'nir ici.
J'dis ça pour vous. »

Ils sont six à me sauter dessus pour me prendre ma Terreur. Je la pose contre le comptoir du bar, puis fracasse mâchoires, bras, jambes, tout ce qui passe à portée de mes bras. Rapidement, les clients ne bougent plus. Mes attaquants sont sur le sol et hurlent. J'avance vers eux et retire ma capuche, montrant ainsi mon visage à tous. Soigner son entrée, c'est très important quand on veut prendre le pouvoir quelque part.

« La prochaine fois, vérifiez qui vous avez en face avant d'attaquer. Bande d'abrutis. Oh, mais c'est vrai, il n'y aura pas de prochaine fois pour vous. » Sans dire un mot de plus, je plante plusieurs balles de terre dans leurs tête. Leurs corps arrêtent de bouger. Plus un bruit dans le bar. Plus personne ne bouge. « Bien. J'en déduis que vous savez qui je suis et ce que je peux faire. Je vais crécher ici un peu. Je laisse ma Terreur dans ma chambre. J'ai vos visages à tous en mémoire désormais. Si jamais il arrive quelque chose à mon vaisseau, je vous traquerai, massacrerai votre famille, vos amis, et finirai par vous tuer très lentement. Sur ce, bonne journée. »

J'enjambe les cadavres, prends ma terreur, vais dans ma chambre, la pose sur le sol, puis sors de l'établissement. Dès que je sors, j'entends un type sortir des avis de recherches, fouiller dedans, en sortir un, et s'exclamer. Il montre à tout le monde mon affiche avec ma prime. Les bouches s'ouvrent en cœur devant le montant réclamé par le gouvernement pour ma tête.

« Putain, c'était lui !
Le vrai.
En chair et en os.
100 000 000 … Avec ça, je pourrais vivre … longtemps.
Plus besoin de travailler.
Il faudrait qu'on le capture.
Comment ? T'as vu c'qu'il a fait aux types qui se sont attaqué à lui ?! On est pas de taille.
Il vaut 100 000 000 ! Cent millions quoi ! Ça en fait du putain d'fric.
Si on tente un truc, il nous tue.
C'est son logia ça. Un démon c'machin là, j'vous l'dis moi.
Sans ça, on pourrait l'avoir. »

Les discussions continuent comme ça à bon train. Les gens me dévisagent dans les 'rues' de la ville. Faut dire que mes cheveux bleus font tâche aussi avec le paysage tout noir. Puis c'est ptet ma prime ou le fait que je sois connu qui accentue le nombre de regards qui me matent.


Dernière édition par Clotho le Lun 6 Juin 2016 - 19:13, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Ven 3 Juin 2016 - 18:44

* Lundi, 15h, un bar miteux *

J'avance au hasard dans les ruelles, suivant mon instinct. Je finis par tomber devant un truc ressemblant vaguement à un bar sympa. Alors je pousse la porte. L'odeur m'attaque les narines. Sang, alcool et pisse mélangés. Avec un peu de … cacahouètes je crois. Personne ne me calcule, il entre tout le temps du monde visiblement. C'est quand je m'approche du bar que les conversations s'arrêtent progressivement et que les regards se posent sur ma personne.

« Un diabolo fraise.
Un quoi ?
Tu connais pas ? Mais c'est un trou paumé ici ou quoi ? Limonade et sirop de fraise, c'est pas compliqué pourtant.
Et c'est quoi l'alcool ?
Ya pas d'alcool.
Pas d'alcool ? Bah il est où l'plaisir d'boire ?
… O-kay … Je vois. Bon, tu m'le sers mon verre ou je dois le faire moi même ?
Ouais, ça arrive. Sois pas pressé man. Faut que j'aille voir si on a de la … linamode comme tu dis.
Limonade. Ô putain. Me dis pas que ton bar a pas de limonade. C'est juste LE truc indispensable quoi.
Ouais, mais on sert pas de truc de femmes nous ici.
… T'insinue que je suis une femme ?
Heu … Tib …
Ta gueule René. J'discute.
Tib, regarde ça ! »

Un des clients pointe un avis de recherche sur le mur. Le mien. Parmi tous les autres affichés, il pointe le mien. Je reconnais l'avis de Tahar, de Red, Toji ... Ils n'ont que les supernovas ont dirait. Vingt deux affiches en tout. Le barman regarde la photo, puis ma tronche, encore la photo, ma tronche, le chiffre, ma tronche, puis ses pieds. Il ne sait plus où se mettre et devient tout blanc. Ah, ça calme de voir huit zéros, hein ?

« Tu peux remercier René. Sans lui, je t'aurais éclaté contre le mur et fait gicler ta cervelle.
… Heu … Merci René.
… Pas d'quoi.
Bon, je peux avoir à boire ou merde ?
J … Je vais voir si j'ai la lominade.
Limonade bon sang ! C'est pas compliqué pourtant. »

Il part dans sa cave. On entend les bouteilles taper les unes contre les autres. Il revient avec différentes bières.

« A pas.
Pourquoi t'a ramené des bières ?
C'est pareil, non ?
Non. La limonade, c'est sans alcool.
C'est dégueulasse alors. Pardon, j'veux dire q'ça doit être … spécial.
Ouais. Ça mousse, mais c'est de l'eau sucrée pétillante.
De l'eau sucrée ? Le truc pour les cochons ? »

Ô putain. Je me sens mal. J'ai pas de patience d'habitude, mais là, elle va aller dans le négatif rapidement. Heureusement pour lui, un habitué lui dit qu'il en avait avant, qu'il en avait commandé par erreur et que les bouteilles sont ptet encore là, quelque part. Tib cherche donc et finit par sortir trois bouteilles couvertes de poussière. Tellement de poussière qu'on n'arrive pas à lire l'étiquette. Une fois la couche retirée, on réussit à voir limonade marquée dessus. Pas trop tôt.

« Bon, je peux avoir mon diabolo maintenant ?
C'est quoi l'autre ingrédient ?
… Sirop de fraise.
Ah, j'ai pas ça. »

Putain, tu pouvais pas le dire avant, connard ?! J'en ai marre, finis par céder et commande une pinte de bière. Tout ça pour avoir des putains d'infos …


Dernière édition par Clotho le Lun 6 Juin 2016 - 19:16, édité 2 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Ven 3 Juin 2016 - 21:41

Ouais, je sais. Un diabolo fraise pour un type qui vaut 100 000 000, ça fait tâche. Mais curieusement, personne n'ose dire quoi que ce soit. Je fais si peur que ça ? Tant mieux, personne viendra me casser les couilles au moins. Ça fera moins de sang à nettoyer. Je sirote ma bière qui me laisse un goût amer en bouche. Littéralement. Je ne sais pas si la chope a été nettoyé avant, mais je n'ai pas envie de connaître la réponse. Assis au comptoir, je toise le barman pour avoir des infos.

« Il paraît qu'ici, il y a un des usuriers. Un des types bossant pour Armada. Où est-ce que je peux le trouver ?
Un usurier ? Ouais, ya bien un type qui prétend bosser pour le type au chapeau rouge. Hey, Marvin, t'sais où il est l'préteur ?
L'préteur ? Pourquoi qu'j'le saurais ? T'as vu ce qu'il a fait à Bioudi.
Il a fait quoi ?
Il la lui a mise bien profond. 10 000 berrys de prêt, 100 000 à rembourser.
… Quand même.
Comme v'dîtes.
Bon, j'le trouve où ?
L'est dans un village côtier troglodyte. T'sors, gauche, pis toujours tout droit. Il paraît que l'Red propose des missions. Doit être à court de gars, l'type si t'veux mon avis.
Merci pour les infos les gars. »

Je paye ma bière et laisse un petit extra en remerciement de l'info. Si je veux conquérir l'île, il faut que je sois bien vu par le peuple sous peine de devoir les exterminer pour éviter une révolte. J'ai la flemme de massacrer tout le monde. C'est long, chiant, puis ça tâche. Donc autant se faire bien voir, ça fait toujours mieux pour dominer. Maintenant que je ne me cache plus, j'enfile le collier contenant le bout de granit marin récupéré dans ma blessure sur Imashung. Aussitôt, je sens mon logia m'abandonner. Je me retrouve en situation de ''simple'' humain. Je suis la direction donnée, comme la marée est basse on peut marcher pour traverser sans soucis et j'arrive effectivement devant un village taillé dans la roche. Je cherche l'emblème de la guilde finit par la trouver sur une porte et pousse la porte en question. Un homme discute avec un autre derrière un bureau qui semble bien trop luxueux pour l'endroit. Le client s'en va, et l'homme d'une cinquantaine d'années s'approche de moi.

« Que puis-je pour vous ?
Vous savez qui je suis ?
Naturellement, monsieur Tas'Natak. Nous n'avons pas tous les jours des visiteurs aussi connu.
Bien. J'aime pas perdre du temps, alors on chie pas des bulles, ok ? Je veux une vive card pour Armada.
Puis-je savoir pourquoi ?
Disons que la révolution et moi, on a pas les mêmes projets, et qu'on a décidé d'en rester là. Désormais, je suis libre. A mon compte. » Je vois ses yeux s'illuminer à ces mots. « Étant désormais un pirate, mon regard sur Armada a changé. Je la vois comme une opportunité de progresser dans la vie.
Très bien. Je vais voir ce que je peux faire. Vous dîtes être à votre compte, cela doit coûter cher, n'est-ce pas ?
En effet.
Que diriez-vous que les usuriers vous prêtent une somme d'argent que vous rembourserez plus tard ?
Les prêt à 10% d'intérêt, non merci.
Dommage. Dans ce cas, puis-je vous proposer quelque chose ?
Dîtes toujours.
Vous n'êtes pas sans savoir que la Translinéenne a fait des progrès, s'installant un peu plus dans le monde. Le capitaine Red et le conseil des neufs flibustiers n'aiment pas cette progression. Ils souhaitent la ralentir, l'arrêter, voire la faire reculer.
Hum. Vous avez mon attention.
Le capitaine Red offre trente millions de berrys pour aborder les navires de la Translinéenne, les arraisonner, les piller, et les envoyer par le fond. Pour quelqu'un de votre acabit, je doute que ce soit très difficile.
Trente millions pour couler un bateau ?
Non. Trente millions par bateau coulé.
… Ah ouais, ok. Il a les moyens le type quoi.
Je me permets de vous dire ça car quelqu'un avec vos capacités pourrait être grandement utile et en tirer un certain bénéfice. Peut-être que le capitaine en personne vous remercierai.
J'y compterai pas trop. Les grands types sont toujours occupés. Mais quand même, une telle somme par bateau … Je crois que je sais ce que je vais faire demain.
Tout ce qu'il nous faut pour vous payer, c'est une preuve de l'action.
Des témoins font l'affaire je suppose.
Tout à fait.
Donc je coule un bateau, je reviens vous voir avec la preuve et vous me filer trente millions cash ?
C'est cela. »

Putain, ça laisse rêveur. Moi qui suis un peu court niveau cash en ce moment, ça tombe pile poil.

« S'il veut empêcher la Translinéenne de s'étendre, pourquoi ne pas détruire simplement les locaux ?
C'est une question pour le capitaine, ça.
Si je détruis les locaux, il y a un supplément ?
Je suppose. Mais il faut quand même une preuve que c'est bien vous qui en êtes responsable.
Pas de soucis. Bon, on va se revoir très vite vous et moi.
J'espère bien.
En attendant, si j'étais vous, je resterai où je suis. L'île devrait changer d'ici peu.
Ouhou. Des projets intéressants visiblement … »

Sans un mot de plus, je sors de la boutique. Red offrirait donc 30 millions de berrys par bateau coulé. Mais détruire carrément les locaux, ça doit rapporter bien plus. J'espère en tout cas. Je garde ça dans un coin de ma tête tandis que je parcours les kilomètres pour rentrer à l'auberge. Les conversations s'arrêtent dès que je passe la porte, tous les regards sont sur moi. J'aime pas ça.

« Tant que vous me cassez pas les couilles, on reste cool les gars. J'ai ptet été à cran tout à l'heure. Alors pour me faire pardonner, tournée générale. Je paie. »

Une exclamation retentit dans l'auberge/bar. La vie reprend finalement, les gens m'oubliant. Je lâche la thune et part me reposer. Je suis fatigué sans savoir pourquoi. Mais ça aura été une bonne journée quand même, mine de rien.


Dernière édition par Clotho le Lun 6 Juin 2016 - 19:19, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Dim 5 Juin 2016 - 18:10

* Lundi, 16h, à mon auberge *

Je me lève, sors de la chambre et vais au bar. Je demande des infos pour en savoir plus sur l'île. Je me suis assez reposé après tout.

« Personne ne m'a dit, mais comment ça se passe sur l'île ? C'est un repaire de pirates, de brigands, donc je doute que vous ayez un maire élu.
Ah non. On a le conseil des cinq. Les cinq familles les plus riches, puissantes, importantes, dont les chefs font office de tribunal. Quand un soucis menace l'île, c'est eux qu'on va voir. Ils interviennent, sanctionnent, arbitrent … Quand deux personnes ne sont pas d'accord et commencent à se battre, on les emmènent dans l'arène. C'est là bas que la plupart des problèmes se règlent, par la violence.
Hum. Ya des lois ?
Que'ques unes. Pas toucher aux familles, membres des familles ou ce qui leur appartient sous peine de mort, ne pas menacer l'île, que ce soit par un combat, une révolte … Ne pas amener de marins ou chasseurs de prime. Hormis ces lois, chacun est libre de faire ce qu'il veut. On peut voler, piller, tuer … Mais si on se fait attraper, c'est dans l'arène, ou la mort par les gardes des familles.
Quelqu'un a déjà tenté de prendre le pouvoir ?
Pas qu'je sache.
Et vous en penseriez quoi ?
Moi j'dis qu'le système actuel va bien. Il fonctionne depuis longtemps. Quelqu'un pourrait défier les familles pour récupérer leur parts. Mais pas sûr que la population accepte. Si la situation empire, ça sera la fin de l'île.
Mais c'est pas la force qui domine ici ? C'est pas le plus fort qui fait sa loi ?
Bien sûr que si. A quoi bon prendre le pouvoir si c'est pour détruire l'île ?
Donc si je veux prendre l'île, je peux ?
… Si vous réussissez à faire s'incliner les familles, normalement oui.
Mais pour garder le pouvoir, il faut que l'île continue dans sa direction ?
Ouep.
Ok. Donc il me suffit de forcer les dirigeants à me céder leur pouvoir, à reconnaître mon autorité, mais à les laisser en place continuer comme avant. Le seul truc qui changera, c'est que je serais aux commandes.
… Pas sûr qu'ce soit aussi facile m'sieur.
Je peux être très persuasif, rassures toi. Ouais, j'me donne la nuit pour réfléchir. Mais moi, j'veux du pouvoir. Je veux des sous. Regardez Tortuga. Une île en déclin depuis le passage des Sea Wolfs. Red arrive, crée Armada, garde les personnes à bord, les dirigeants, uni tout le monde et pouf, Armada est devenu une puissance à ne pas négliger. Je veux faire la même chose ici.
Pas très original.
Je m'en fou de l'originalité. Je veux des sous et du pouvoir. Dis moi que ça te plairait pas d'avoir plus de clients ou plus de sous.
Savez, ya jamais eu beaucoup d'monde dans c'te île. Jamais beaucoup pour dépenser en tout cas.
Justement. Si on en fait un carrefour incontournable, les gens viendront. Faut juste trouver un détail qui fera la différence. Merci pour les infos.
Pas d'quoi.
J'ai ptet un caractère de merde, j'ai ptet pas autant de thunes que le proprio d'Armada, mais j'suis fidèle. Si quelqu'un venait à m'aider, me donnait des conseils, des renseignements, il se pourrait bien que cette personne soit récompensée plus tard. Parce que je ne compte pas rester ici pour toujours. Je veux voyager, obtenir plus de pouvoir, avoir plus d'argent. Donc il me faudra quelqu'un ici pour continuer à vérifier que tout se passe bien. Une personne avec des privilèges.

Je lance les dernières phrases à l'attention de toute l'assemblée dans la salle.


Dernière édition par Clotho le Lun 6 Juin 2016 - 19:22, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Dim 5 Juin 2016 - 18:11

Puis je me tourne carrément vers eux, mon public. Parce que je peux prendre Rokade tout seul, je vais devoir le faire de toute façon. Mais si les habitants ne sont pas prêts à évoluer, à changer, ça ne servira à rien. Je vois vraiment le potentiel pirate de cette île. J'ai envie d'en faire quelque chose de grand, de gros, de fort, de légendaire. Et il me faut le soutien du peuple pour ça.

« Pas besoin d'attendre finalement. J'ai pris ma décision. Rokade sera à moi. Allez prévenir qui vous voulez, faîtes courir la rumeur. Prévenez que demain, j'arrive. Que demain, l'île se courbera devant moi, ou sombrera dans les flots.
Pour de vrai ?
Pour de vrai. J'ai voyagé plus qu'aucun d'entre vous, je connais plus de choses que quiconque ici, j'ai plus de contacts que vous tous réunit. J'ai été marin, je connais les tactiques de la marine, je sais comment les repousser. J'ai été révolutionnaire, je sais comment être discret, mener des attaques furtives augmenter la rentabilité, optimiser les choses. Aujourd'hui, je suis pirate, parce que je veux être libre, ne rendre de compte à personne. J'ai plus d'argent que la majorité d'entre vous, parce que je voyage. Cet argent, je veux l'investir dans votre île. Parce qu'elle a du potentiel. Mais elle n'est pas exploitée au maximum. Je veux faire d'elle un phare dans les Blues, un endroit où chaque pirate voudra venir. Je veux en faire une Légion.

Je veux rendre l'île plus riche, plus grande, plus attirante qu'elle ne l'a jamais été. Je peux le faire. Vous êtes terrés sur cette île, vous n'avez aucun intérêt, vous vous contentez de ce que vous avez. Vous pouvez être des dieux, mais vous restez de simples rats. On vous sous-estime, on ne vous utilise pas à votre valeur. Moi, je vois le potentiel qu'à Rokade. Je sais ce que je veux en faire. Mais c'est votre île. Votre maison. C'est à vous de décider si vous voulez rester comme ça, ou si vous voulez vous améliorer. Zaun regorge de pirates, c'est le même type d'île qu'ici. Sauf que là bas, ils se dépassent dans tous les domaines. Même ces bouseux de Zauniens sont meilleurs que vous.

Ça vous fou pas les boules ça, de voir ces merdeux vous dépasser ? Et pourquoi ils vous dépassent ? Parce que vous restez cloîtrés dans votre merde. Parce que vos dirigeants sont flemmards, n'ont pas envie de se faire chier. Je suis jeune, dynamique, craint jusque sur Grand Line. Je peux vous offrir mieux que ce que vous avez. La question étant, le voulez-vous ?

Oui.
Voulez-vous devenir meilleurs ?
Oui.
Voulez-vous devenir plus riches ?
OUI !
Voulez-vous que la marine tremble en entendant le nom de votre île ?
OUI !
Alors serez-vous à mes côtés ? Serez-vous du côté du vainqueur qui va se battre pour amener le soleil sur Rokade ?
Bah heu …
C'est à dire que …
On fait pas le poids face aux familles.
Ce n'est pas ce que je vous demande. Je m'occupe des familles. Ma question étant, êtes-vous prêt pour entrer dans une ère nouvelle, une ère de richesse, de gloire, de travail ?
Oui !!!!!
Alors sortez d'ici. Sortez et demandez à tout le monde, que chaque habitant fasse son choix. Que la voix de chacun soit entendue. Parce que je peux prendre l'île sans problème, mais j'ai besoin que vous soyez derrière moi le moment venu. Si je pren*/ Non, quand j'aurais pris le contrôle, si vous ne voulez toujours pas changer, ça ne servira à rien. Vous resterez dans votre merde. Le changement doit venir de vous. Je m'occupe du pouvoir avec les familles. Vous, faîtes changer la mentalité des gens. Prévenez que demain, Clotho Tas'Natak va confronter les familles pour leur prendre leur pouvoir, et que l'île devra être prête à évoluer si elle ne veut pas sombrer. Que ceux n'étant pas d'accord me le fassent savoir. Faîtes passer le mot. Je descendrai à 19h pour manger. »

Je les vois surpris, inquiets, intrigués. Ils connaissent ma réputation de marin, de révolutionnaire. Mais ils n'ont encore rien vu du pirate que je suis. Le monde non plus d'ailleurs. Il est temps de leur montrer qui je suis et ce que je peux faire. Il est temps d'arrêter d'être gentil pour devenir qui je suis censé être, un dominateur. Je ne courbe pas l'échine, je ne baisse pas les yeux, je ne m'incline pas. Je domine, point. Et quand on me résiste, j'extermine. C'est aussi simple que ça.


Dernière édition par Clotho le Lun 6 Juin 2016 - 19:26, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Dim 5 Juin 2016 - 18:12

* Lundi, 19h, dans mon auberge *

L'heure de manger. J'ai hâte. De descendre, pas de tester leur bouffe sûrement aussi infecte que leur goût pour la décoration. Qui peut croire qu'une tête de poisson géant au dessus du lit est une bonne idée ? Oui, j'ai hâte de connaître la suite de l'histoire. La mienne a déjà fait le tour de l'île, probablement à l'heure qu'il est. Tout le monde doit avoir entendu ce que je veux faire, ce que je dis pouvoir faire. Les pirates de bas étage sont si faciles à manipuler. Tout ce qu'il faut, c'est un passif qui en jette et promettre des richesses. En fait, je m'en fou d'eux, mais alors comme de ma première pierre. Ils pourraient tous mourir d'une épidémie, tant que j'obtiens des sous, je serais content. Tant que j'ai le pouvoir, ça me va. Oui, je suis un salop, et j'assume complètement. J'en suis fier. Je sais ce que je veux, et je ne m'arrêterai pas avant de l'avoir.

Je descends les escaliers en sachant qu'ils vont être là. Ils ont parlé à leur famille, leurs amis pour savoir ce qu'ils en pensaient, s'ils étaient prêt à un tel changement. Le fait est que Rokade n'est qu'un moyen pour parvenir à avoir ce que je désire. Un moyen précieux car facile et rapide à obtenir. Mais si une meilleure option se présente à moi, je la saisirai sans l'ombre d'un doute. Pour eux, par contre, je promets monts et merveille, je peux être leur sauveur, celui qui fera sortir l'île de sa torpeur et lui donnera une renommée et une gloire mondiale. Ou je peux être son destructeur si on me fait chier. Je ne suis pas encore arrivé en bas que j'entends déjà des conversations. Une par une, les marches défilent lentement sous mes pieds. Je prends mon temps. J'ai le pouvoir. Je le savoure. On m'entend arriver, les bruits diminuent. On me voit arriver, je sens les regards sur ma personne. Je suis le maître, ils sont l'animal, et je viens de leur tendre un os à ronger. Ils vont le prendre à n'en pas douter. Je le sais. Je le sens.

Dès que j'arrive en bas, plus un bruit. Tout le monde se tait, observe et attend. On s'écarte sur mon chemin. Je me pose à une table où il n'y a personne. Je fais signe au serveur/barman de venir. Il apporte une écuelle avec une fourchette et un couteau. Il tremble. Tellement qu'il renverse un peu de nourriture sur le sol. J'attrape son avant bras avant qu'il ne pose mon repas sur la table. La foule a un sursaut, tout comme le gamin qui ne doit pas avoir plus de dix neuf ans. Mon regard droit devant sur la table, je ne bouge rien d'autre que mon bras.

« Du calme. Tu n'as rien à craindre de moi tant que tu ne me veux pas de mal. Tu ne me veux pas de mal, n'est-ce pas ?
Non m'sieur.
Bien. Alors arrête de trembler.
Oui m'sieur. »

J'aime ça. Ce pouvoir que j'ai sur les gens. Ils sont là, une vingtaine dans la salle, mais personne ne parle. Ils attendent. Un mot, un signe, un geste. Ils m'attendent moi. Rah, putain que c'est jouissif ce pouvoir ! Alors qu'est-ce que ça va être quand je vais les dominer en prenant le contrôle ? Je fais un signe aux péquenots d'avancer un peu. Cinq osent, les autres préfèrent rester en retrait, sait-on jamais.

« Alors. Dis moi. Est-ce que les habitants sont prêts ? » Ma voix est très calme, étrangement calme étant donné que ces abrutis peuvent me gâcher la fête.[/color]
« Certains. D'autres …
D'autres ont peur que vous ne cassiez le système et que l'île en souffre.
C'est qu'le système marche. Depuis longtemps.
Et pour longtemps.
Et il continuera, même si je dirige. Je ne vais pas changer les choses drastiquement. Seul un fou le ferait. Le système restera tel qu'il est actuellement. Seule la forme changera.
La forme de … l'île ?
Du rocher ?
… Je veux dire par là que le conseil des cinq continuera à diriger la ville, mais qu'ils me rendront des comptes. Rien ne changera, si ce n'est que l'île s'ouvrira un peu plus au monde pour attirer plus de pirates et avoir plus de main d’œuvre. L'île passera à la vitesse supérieure.
Mais … elle se déplace pas.
Bah oui, c'est un rocher.
… On se calme Clotho. On se calme. Sous mon pouvoir, l'île gagnera plus de richesses, chacun de ses habitants sera mieux loti. Vous pourrez acheter plus de matériel, de meilleure qualité. Vous aurez plus de clients, les bars et hôtels seront plus remplis. Il y aura moins de combats, moins de perte. Une anarchie, mais une anarchie maîtrisée d'une main de fer. Alors, dîtes moi. Combien de personnes sont prêt à embrasser ce changement ?
Au total, on doit être quinze mille sur l'île. Dix mille bossent pour les familles, deux mille par famille.
Et sur les cinq mille qui restent ?
La moitié.
Bien. Très bien. Si je bats les membres du conseils, leur famille et leurs hommes m'obéiront, correct ?
Pas sûr.
Tu vas me faire croire que les hommes ne me suivront pas si je les menace de les tuer ?
Ils sont loyaux. Beaucoup préféreront mourir pour suivre leur chef.
Donc il faut que je batte les chefs, leur fasse reconnaître ma supériorité mais sans les tuer pour ne pas m’aliéner leurs hommes. Si leurs chefs s'agenouillent devant moi, leurs hommes suivront ?
Sans aucun doute.
Très bien. Vous avez bien fait passer la rumeur ? Tout le monde sait ce que je vais faire demain ? Le conseil aussi ?
Oui. Mais … vous n'avez pas peur que …
Qu'ils essaient de vous tuer cette nuit ?
S'ils essaient, je les tuerai en premier, et ils m'auraient pour ennemi. Ce qu'il vaut mieux éviter. Non, ils semblent plus intelligent que ça. Ils savent que je peux les écraser comme je veux, quand je veux, où je veux. Ils se soumettront au lieu de mourir. Vous avez bien joué votre rôle aujourd'hui. J'aurais besoin de l'un de vous demain pour me servir de guide. Un volontaire ? »

L'un des seuls types qui a parlé se propose. Je l'aurais parié. Lui plus que les autres a eu les yeux brillants quand j'ai parlé de gagner plus d'argent. C'est sa motivation. Il me suivra tant que je pourrais y arriver. Ah, avarice, que ne ferait-on pas pour toi ?


Dernière édition par Clotho le Lun 6 Juin 2016 - 19:30, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Lun 6 Juin 2016 - 15:44

* Mardi, 9h, dans mon auberge *

Je me réveille avec un bon pressentiment. Cette journée sera bonne pour moi. Oui, je le sens. Je le sais. Mon projet a fait le tour de l'île dans la nuit. Le conseil des cinq a été averti. Comme je m'en doutais, ils n'ont rien tenté contre moi. Ils savent qu'ils ne font pas le poids, mais ce n'est pas pour autant qu'on est ennemis. Nous avons tous à cœur le développement de la ville. On peut discuter calmement. Alors que tenter de me tuer cette nuit m'aurait mis en colère, les négociations seraient tombées à l'eau, je les aurait tué et l'île en aurait souffert. Non, ils sont plus intelligents que ça. Ils pensent peut-être me raisonner. Mais on ne me raisonne pas moi. Sauf par la force. Mais que je sache, personne ici n'est en mesure de le faire. Les habitants auraient pu se dresser contre moi, venir cette nuit et essayer de me battre, de me forcer à partir. Mais ils ne l'ont pas fait. Parce que j'ai promis des richesses pour tous. Et qu'est-ce qui motive des pirates, des criminels en fuite ? L'argent.

Je descends les escaliers tranquillement après m'être habillé. Le type d'hier soir est là. Lui, je sens que je vais le revoir souvent, que je peux compter sur lui. Il est le seul à s'être proposé après tout. Si je n'avais pas tant confiance en moi, je pourrais croire qu'il m'approche pour mieux me poignarder dans le dos. J'ai bien réfléchis durant la nuit, et si la plupart des envahisseurs commenceraient par prendre l'argent de la ville, moi je préfère les armes. Parce même s'ils ont l'argent et une armée pour se défendre, s'ils n'ont plus d'armes ou de munitions, le combat sera plus rapide. Enfin, c'est ma vision des choses.Grâce à … appelons le Paul, on arrive dans les quartiers de la famille Tomé. Tout le monde me regarde passer, s'écarte de ma route. On va directement là où il est censé être, dans les bureaux de la meilleure forge de la ville.


L'entrée ne paie pas de mine. Mais comme on m'a appris, ne pas juger un livre sur sa couverture. On pousse les grandes portes pour pénétrer dans la bâtisse. Paul m'indique le bureau. Il va frapper pour moi, et sans attendre de réponse ouvre la porte. J'avance. Il est là, assis sur sa chaise, dans son bureau, juste en face de moi. Il est plus vieux que je ne le pensais. Il semble plus armé aussi. Mais quoi de plus normal pour la personne en charge des armes dans la ville ? Je m'assois sur un siège. On se fixe, mais personne ne dit mot. Paul veut parler, mais d'un doigt levé je le fais taire. Je le fais sortir d'un autre geste. Il ferme la porte, nous laissant seuls avec Odin.


« Savez-vous qui je suis ?
Après votre mise en scène, tout le monde sur l'île le sait.
Vous savez donc pourquoi je suis ici.
Pour redorer le blason de l'île, lui redonner un coup de jeune, lui apporter la vie, la rendre plus riche … Ce genre de chose je crois.
En effet.
Quel est votre intérêt ?
Financier, militaire, économique, politique et j'en passe.
Quelqu'un comme vous ne doit pas faire ça pour les personnes sur l'île.
Effectivement. Peu importe les raisons qui me poussent à vouloir prendre le contrôle de l'île, le fait est que je peux parvenir à faire ce que j'ai dit. Je peux l'améliorer.
Vous voulez en faire une seconde Armada ?
Pas sur le principe qui bouge. Mais oui, je veux en faire un regroupement majeur de pirates des blues. Parfois, la marine s'aventure encore ici j'ai entendu dire. Je veux qu'avec les remaniements que j'ai en tête, elle n'approche plus jamais. Je veux que vous vous sortiez les doigts du cul pour devenir plus grands, meilleurs. Et tout ça je ne peux le faire qu'en ayant un contrôle total.
Pourquoi être venu vers moi, et non vers l'un des quatre autres ?
Allons, vous le savez. Les hommes, je peux les combattre sans problème. Mais une île comme la vôtre doit avoir des munitions spéciales pour les gens comme moi. Et ça, c'est plus difficile de lutter contre. Je préfère donc éliminer la menace principale d'abord. Vos amis peuvent bien payer tous les hommes de l'île, s'ils n'ont plus d'armes pour me blesser, je ne risque rien.
Nous pourrions aussi fermer la source des vivres, affamant l'île jusqu'à ce que vous partiez.
Mais vous seriez perdant sur beaucoup de tableaux. Les habitants vous en voudraient, vous perdriez des gens de passage venu se reposer, marchander, la confiance du peuple … et vos vies.
Pourquoi notre île ? Pourquoi pas une autre ?
Je vois le potentiel de Rokade, ce qui peut advenir d'elle.
Nous aussi, figurez-vous. Un criminel tel que vous va forcément finir par attirer des gros poissons. Des poissons que nous ne sommes pas de taille à repousser.
C'est pour ça que l'armement est ma priorité. Faire en sorte que n'importe qui puisse être repoussé. Y compris les amiraux ou les empereurs.
Vous avez une haute opinion de vos capacités.
La modestie n'a jamais fait gagner personne. Je sais ce que je vaux et ce que je peux faire. La question est, pouvez-vous faire mieux que moi ? »


Dernière édition par Clotho le Lun 6 Juin 2016 - 19:33, édité 2 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Lun 6 Juin 2016 - 15:45

« La question serait plutôt, combien de temps pensez-vous pouvoir faire durer vos résultats ?
Aucune limite de temps ne pourra changer les choses. Maintenant, allez-vous me céder vos parts dans la ville d'un accord commun ou vais-je devoir vous forcer à le faire ?
Lorsqu'il y a un différent dans la ville, il est coutume de le régler dans l'arène. Toutefois, quand un problème concerne l'île dans son intégralité, c'est le conseil des cinq qui décide. Puis-je supposer que si nous ne cédons pas, vous prendre le pouvoir de force ?
Oui.
Dans ce cas, toute décision du conseil ne serait pas respecté par votre part je présume. Et vu que nous ne pourrions vous forcer à partir, nous retournerions au point de départ, soit ici même.
Exact.
Donc autant nous épargner du temps.
Vous acceptez donc ?
Je n'ai pas dit cela. Ici, nous ne cédons rien. Nous le gagnons. En combattant. Si vous voulez mes parts de la ville, vous devrez me battre dans l'arène pour les obtenir. C'est le seul moyen pour que les habitants vous voient comme légitime.
Vous m'aidez ou je rêve ?
Je ne peux vous stopper, c'est évident. L'île ne vous connaît que de réputation. Elle me connaît depuis des dizaines d'années, elle sait ce que je vaux en combat. Si vous me battez, les gens sauront que vous avez la puissance pour diriger. Ils sauront que vous aurez gagnez, méritez votre place. Ça évitera de futures révoltes disant que vous n'aviez aucune légitimité. Ici, le plus fort domine. Si vous êtes le plus fort, alors vous dominerez.
Vous agissez toujours dans l'intérêt de l'île ?
Toujours.
C'est bien. Vous êtes quelqu'un de principe.
Disons dans cinq heures à l'arène.
J'y serais sans faute. »

Ouhou, quel échange intéressant. J'ai appris tellement de choses que je n'en reviens pas. Visiblement, tant que je bats les membres du conseil, personne ne s'opposera à moi. Si je veux rendre ma victoire incontestable, je dois en finir rapidement, mettre le paquet dès le début du combat. Je dois impressionner les gens, les laisser sans souffle. Et pour ça, j'ai tout l’attirail dont j'ai besoin. Paul me fait visiter l'île et délivre la nouvelle du combat. Les gens sont excités. Les derniers combats qu'il y a eu n'ont pas été très marrants visiblement. Ce qui me fait me demander si faire durer le combat ne me ferais pas gagner plus de supporters. Puis je me dit que non, car ça pourrait signifier que je suis moins fort que les rumeurs, et donc me coûter des supporters. Donc c'est décidé, plein gaz dès le début du match.

Je croise des regards furtifs pas vraiment agréables. Je viens tout juste d'arriver et j'ai déjà annoncé vouloir prendre le contrôle. C'est vrai que je ne manque pas de culot quand même, de leur point de vue. En même temps, je me fou de ce que pensent ces sauvages, ces barbares. Je veux juste l'île, c'est tout. Pour commencer en tout cas. La suite viendra bien assez tôt pour que je n'ai pas besoin de m'en préoccuper de suite.


Dernière édition par Clotho le Lun 6 Juin 2016 - 19:35, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Lun 6 Juin 2016 - 15:46

* Mardi, 15h, près de l'arène *

« Alors, prêt ? Le combat ne sera pas facile. Monsieur Tomé est l'un des guerriers les plus puissants de Rokade.
Ça devrait aller. Puis on a déjà annoncé ce qui allait se passer. Je ne peux pas reculer sans que ma crédibilité en prenne un coup. Et ça, pas question. Tout est dans le paraître, l'être on s'en fou.
Hein ?
Je veux dire que le plus important, c'est la façon dont les gens me voient. La première impression est toujours la plus importante, car elle te colle à la peau.
Hey vous deux, faut payer pour entrer.
Je vais pas payer alors que c'est moi qui combats.
… C'est vous ? Oh pardon, je ne vous avais pas reconnu.
Paul, mise 10 000 000 de berrys sur moi de ma part.
Dix … Mais vous êtes … Ok. »

On avance en discutant. Une fois arrivé sur le bord de l'arène, Paul me laisse et part miser mon argent. Je regarde autour de moi. Elle doit faire dans les cinquante mètres de long sur vingt de large. Soit sept cent quatre vingt cinq mètres carrés. On a de quoi en faire des combats ici dis donc. Le sol est en dalle de pierre, donc assez solide en principe. On ne va pas être serrés. J'essaie de calculer le nombre de spectateurs, mais c'est difficile. On va dire dix mille. La plupart me sous-estiment, d'autre sur-estiment leur champion. Toujours est-il que je vais me faire des sous facilement. A moins qu'Odin cache son jeu … Non, je ne crois pas. Et puis même s'il le fait, ça ne changera rien. Je suis déterminé à gagner. Rien ne m'arrêtera. Arrive mon adversaire. C'est cet instant que choisit le commentateur pour faire son travail.

« Voleurs, pirates et criminels, voici un moment historique pour notre île. Un moment qui peut marquer le cours de l'Histoire a jamais. Aujourd'hui, nous avons un challenger de taille. Il s'agit d'un ancien marin, ancien révolutionnaire et tout nouveau pirate, le possesseur du logia de la terre qui a fait plusieurs fois la une des journaux, Clotho ! »

On entend autant de huées que de hurlements d'encouragement. Le public semble partagé sur ma personne.

« De l'autre côté, nous avons l'un des cinq membres du conseil, un vaillant guerriers qui a montré son efficacité plus d'une fois, que ce soit en défendant nos frontières ou en pillant des marchands trop aventureux. Malgré son âge il demeure à son poste, fier, droit, puissant. L'un des plus puissants guerriers que comporte notre île. Un tonnerre d'encouragements pour Odfin Tomé ! »

Sa popularité n'est pas à prendre à la légère vu le nombre de supporters qu'il a. Quasiment l'intégralité de l'arène est avec lui. M'en fou. Ça ne change rien.

« Attention, je rappelle les règles : on reste dans l'arène. Le premier qui sort a perdu. Tous les coups sont permis, y compris tuer son adversaire. Interdiction de se servir des spectateurs d'une manière ou d'une autre. Celui qui abandonne, ne respecte pas les règle ou meurt est déclaré perdant. Et cette fois, le combat est pour le contrôle du clan Tomé. Si le challenger gagne, il obtiendra la place d'Odin au conseil et toutes ses richesses. Mais lorsque Odin gagnera, Clotho deviendra son esclave. »

QUOI ?! Mais on a jamais parlé de ça. Je n'ai jamais donné mon accord. Je regarde Odin dans les yeux et voit une lueur de fierté. L'enfoiré, il l'a fait exprès. S'il gagne, il obtient un putain d'homme de main. Manque de chance, il va perdre. Mais le plus dommage, ce qui m'attriste le plus, c'est qu'il pense pouvoir gagner contre moi. Et les deux en uns, ça m'agace. Donc pas sûr que je retienne mes coups. Pas sûr qu'il survive, or j'ai besoin de lui en vie. Il connait toute la ville, il peut la gérer pour moi. Tandis que je ne suis qu'un étranger qui ne connait rien à Rokade.

« Les deux combattants semblent d'accord. Alors que le combat commence ! »

Comme souvent dans un duel, personne ne veut bouger en premier. Après quelques secondes, j'en ai marre et je marche droit vers lui. Une allure ordinaire, humaine pour que les gens puissent me suivre. Bon, on y est. Ça passe ou ça passe. Mais quoi qu'il arrive, quelque chose va casser. Je gagne, je domine un cinquième de Rokade. Je le bats, j'obtiens mon premier pas sur les marches de l'escalier de la domination. Alors c'est parti.
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Lun 6 Juin 2016 - 15:47

La tension est palpable dans les gradins. Mon adversaire me face, vêtu de son armure, son bouclier et son épée. Le bout de lance en granit marin que je porte contre moi m'empêche d'utiliser mon logia. Ça ne m'affaiblit pas outre mesure, c'est trop léger. Je le garde pour me souvenir que malgré mon logia, je suis toujours humain. Qu'il me suffit de rater une marche pour mourir. Ou un tireur d'élite placé plus loin. Je ferme les yeux, souffle un coup, puis j'y vais. Il m'attend, avec son bouclier levé. Soru. Je disparais de la vue de tous, personne ne peut me suivre. Je redeviens visible juste devant le bouclier que je frappe. Des vibrations le traversent de part en part. Mais il devient noir et n'est pas détruit. Malgré tout, Odin a reculé sous l'impact. Alors comme ça il a le haki de l'armement. Ouais, pourquoi pas.

Mais ça ne change rien. J'avance sur lui, il se protège, je frappe. Cette fois, j'ai utilisé autre chose que le hasshoken. Le Hasoukenougi. Dès que mon poing touche le métal noir, l'air est compressé et explose entre nous. Le guerrier est expulsé contre le mur de l'arène, son bouclier vole en éclat. L'homme se relève et essuie le sang qui sort de sa bouche. Il ne s'attendait pas à ça. Et c'est bien pour ça que je l'ai fait. Le stade a retenu sa respiration. Puis a émit un cri quand la défense est tombé en miettes. Le viking n'a plus que son épée et son armure pour se protéger de moi. Ça va être tendu pour lui. Je sors mon sabre de son fourreau et tranche une plaque dans le sol. Je la soulève, ce qui surprends les spectateurs, puis la lance sur le barbu. Il la tranche en deux, mais je suis déjà sur lui. Je jaillis juste à sa gauche et lui assène un coup. Malgré son âge, il a encore des réflexe puisqu'au moment où je le touche, son épaule se couvre de haki.

Il est donc juste propulsé quelques mètres plus loin. Il se relève rapidement. La foule semble captivée. Pour moi, ce n'est pas un combat. Pour Odin non plus. C'est un massacre. Le combat est à sens unique, on s'en ai rendu compte tous les deux durant mes coups. Ma force est largement supérieure à la sienne. Je pourrais probablement le tuer sans qu'il ne puisse faire quoi que ce soit. Il se relève, me fonce dessus et tranche avec son arme. J'esquive avec des petits mouvements rapides. Il ne parvient pas à me toucher. Sauf une fois. Son épée noircie par son haki touche mon ventre. J'ai aussitôt appliqué un tekkaï kenpo pour dévier le choc et éviter de finir empalé. Une chance que ma force soit si supérieure à la sienne, sinon il serait parvenu à me blesser. C'est donc le signal pour moi. Ma paume gauche frappe le plat de son épée qui se brise quand mon hasshoken l'atteint. Son armure tombe en miette également.

Il a perdu son équipement. Lui qui y est habitué, le voilà désavantagé. Je tranche l'air entre nous avec mon épée pour le forcer à reculer. Il contre toujours avec son haki. Il semble le maîtriser l'enfoiré. Mais c'est la fin, on le sait tous. Il a tout perdu. Mais son honneur l'empêche d'abandonner. Je dois gagner le combat pour m'imposer. Alors soru enchaîné avec un Hasoukenougi qui l'envoie s'exploser contre le mur. Je n'y ai pas mis toute ma force car je ne veux pas le tuer. J'ai besoin de lui pour gagner Rokade. Mais il devrait être KO un moment quand même.

« Incroyable ! On dirait que le challenger vient de battre Odin ! C4est absolument incroyable ! C'est la première fois dans l'histoire de Rokade qu'un outsider parvient à battre un chef de clan ! Beaucoup ont essayé, tous se sont fait rétamer. Aujourd'hui, on dirait que Clotho vient de réaliser l'impensable. Il a battu l'homme en charge de la sécurité de notre cité. Il a battu l'homme qui a navigué sur les flots avec des légendes locales. Il a … attendez ! Odin se relève. Ce n'est pas finit mesdames et messieurs, le combat continue ! »

Hein ? Impossible. Je n'ai pas frappé à 100%, mais je n'ai pas négligé quand même. Il devrait dormir pendant plusieurs heures minimum. Pourtant, il parvient à se relever. Il peine énormément, ça se voit. Son haki l'a protégé du choc, mais ça n'a pas suffit. Il avance vers moi en titubant. Je me rapproche, curieux de voir ce qu'il va faire. Le stade est suspendu à la tournure surprenante qu'on pris les choses dans l'arène. Odin finit par s'arrêter à deux mètres de moi.

« Tu as respecté les règles. Et tu m'as battu. J'honorerai ma promesse. Le clan Tomé t'appartient. »

Stupeur dans le public qui crie. Jamais Odin n'a fait ça avant. Offrir ses richesses comme ça à quelqu'un. Il faut dire aussi que jamais personne ne l'avait battu avant moi.

« Non. Je n'ai rien à faire de ta famille. Ce n'est pas des esclaves dont j'ai besoin.
Pourtant tu disais qu*/
Je disais, oui. Je ne connais rien à l'île. Je ne connais ni les habitants, ni les coutumes, ni votre passé. Je ferais un mauvais dirigeant.
Mais alors …
Je n'ai jamais dit que je te ferais tomber pour prendre ta place. Le système en place va rester tel quel. Tu connais l'île, les habitants, leur façon de penser mieux que moi. Les seuls changements, c'est qu'à partir de maintenant, tu me rendras des comptes et nous serons deux au conseil.
Les autres n'apprécieront pas ce coup.
Je n'ai pas apprécié le coup de l'esclave non plus. Je les battrai un par un s'il le faut, et tous m'obéiront, mais tous garderont leur place, me rendant des comptes. Voilà le seul changement qui aura lieu au niveau politique. »

Odin sourit, puis tombe sur le sol, inconscient. Le public applaudit et scande le nom d'Odin. Un chef digne, loyal jusque dans la défaite. Un homme de parole. Un bras droit en puissance. Première étape de mon plan accomplit. Je viens de gagner le contrôle des armes de Rokade. Je suis heureux. La première marche est gravit. Il en reste bien d'autre sur l'escalier du pouvoir, mais je m'en rapproche quand même. Ce n'est rien pour beaucoup de monde, et pourtant, d'ici peu de temps, ça sera beaucoup pour tout le monde.

Spoiler:
 
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Lun 6 Juin 2016 - 18:54

* Mercredi, 10h30, chez Odin *

Ce matin, Odin m'a fait demandé chez lui. Enfin, dans sa forge quoi. Personne ne me convoque, moi. Alors il a de la chance de m'avoir simplement fait demander. Je rentre dans son bureau sans frapper. Il discute avec quelqu'un. En me voyant, il congédie cet homme et m'invite à m’asseoir.

« Remis ?
Bien sûr.
Parfait. On va pouvoir attaquer alors.
Je crains que ça ne soit pas aussi simple.
Pourtant hier vous disiez*/
Je sais. Je vous ai accepté comme supérieur. Cela ne signifie aucunement que les habitants ou le conseils sont du même avis. Vous avez suivit la règle et m'avez battu, ce qui explique que je me plie à nos coutumes. Pour les autres, c'est différent.
Il me faut les conquérir aussi.
Voilà. C'est pourquoi j'ai arrangé une réunion du conseil en urgence. Pour discuter de la situation.
J'vois pas à quoi ça va servir. Suffit que je les batte, non ?
Pas que. Il vous faut aussi conquérir l'île, gagner le cœur des habitants. Pensez-vous que seules cinq personnes font vivre une île ? Non. On dirige, on arbitre en cas de soucis, on départage, on trouve des compromis. Mais une cité n'est rien sans sa population. Si elle ne veut pas de vous, il ne vous restera qu'à la contraindre ou l'éliminer. Et un gouverneur sans peuple …
Mouais. Je vois.
Bien. Le conseil nous attend. »

Malgré le fait qu'il m'ait passé le flambeau, il continue à diriger, à dominer. J'aime pas ça. Je le suis jusque dans la place réservé au conseil des cinq. Ils sont déjà quatre à être assis autour d'une table ronde. On me dévisage. On m'observe comme l'étranger que je suis.

Paroles:
 

« Vous voici enfin.
La réunion est à 11h. Il est 10h59.
Asseyez-vous. »

Je reste debout, à l'endroit où je suis. Je suis peut-être sur leur île, dans leur ville, mais pas question que je joue avec leurs règles. Ce sont eux qui vont jouer avec les miennes. Je retire mon collier avec le bout de granit marin, l'enroule dans un tissus et le range dans ma poche. Ainsi, tant qu'il n'est pas en contact avec ma peau, je peux utiliser mon logia. Ce qui me garantis un avantage de taille face aux quatre jeunes.

« Bien. Nous sommes ici pour discuter de la tournure des évènements suite à l'arrivée de …
Appelez moi Clotho.
… De Clotho.
Il m'a battu en respectant les règles. J'ai reconnu sa supériorité.
Là n'est pas la question.
Qu'un étranger prenne le contrôle d'une partie de l'île, c'est du jamais vu.
Armada aussi, c'est du jamais vu. » Les regards se tournent vers moi. Tiens, on se rappelle que j'existe ? « Red est parti de presque rien. Un groupe de pirates et des bateaux usés. Et regardez Armada aujourd'hui. La puissance pirate sur Grand Line. Une île entière que personne n'arrête et dont la puissance ne cesse de grandir.
Vous avez les mêmes ambitions ?
Rokade est immobile, et ça ne changera pas, même avec la meilleure volonté du monde. Mais oui, je veux en faire un repaire pour toute la flibuste des Blues, un vrai repaire de pirates.
Vous avez pris le contrôle du clan Tomé, donc des armes. Que comptez-vous en faire ?
Pour l'instant, rien. Mais une guerre se profile à l'horizon. Une comme le monde n'en a pas connu depuis longtemps. Une guerre qui va changer sa face. Et je ne serais pas un spectateur. Je serais l'un des acteurs. Je vois en votre île la vision du futur.
Qu'avez-vous à apporter à l'île concrètement ?
J'ai été marin. Je connais les tactiques de la marine. Je sais quelles faiblesses elle rechercher en priorité.
Vous n'avez peut-être pas vu le cuirassé coulé ?
Si. Mais un cuirassé, ce n'est rien. Contre une flotte de cuirassé, vos défenses suffiront-elles ?

Un silence qui en dit long. Je peux renforcer vos défenses marines, rajouter des pièges, faire en sorte de ne laisser qu'un passage pour accéder à l'île, ce qui limitera les dépenses liées à la défense déjà. Vous pourrez vous concentrer sur un seul front. Concernant vos vivres, je suppose qu'elles sont limitées à cause du manque de place. Vous savez que j'ai le logia de la terre. Je peux en créer à volonté, augmenter votre surface d'exploitation en un clin d’œil. Ce qui vous donnera plus à manger, vous permettant d'amasser de la nourriture et de pouvoir supporter un siège le cas échéant. Quant aux finances de l'île, j'ai pour projet d'investir afin de la développer. Certes, je n'ai pas les finances du capitaine rouge, mais je me débrouille. Votre île se contente de survivre au lieu de prospérer. Vous vous complaisez dans cet état de léthargie. Je veux et peux vous en sortir. Et je le ferai quoi qu'il arrive. Pourquoi se contenter de l'île quand vous pouvez avoir bien plus ?
C'est à dire ?
Pourquoi personne n'a essayé de s'emparer de la mafia de South Blue ? Vous êtes si concentré à consolider votre pouvoir pour rester au conseil que vous ne vous intéressez pas à au monde extérieur. Si vous contrôliez la mafia, vous auriez encore plus d'argent. Il y a des petites îles pas loin. Vous pourriez les faire votre sans trop de soucis. Vous augmenteriez votre pouvoir.
Notre pouvoir est très bien comme ça.
Et voilà. Vous voyez trop petit. Moi je vois grand.
Trop grand même.
Peut-être. Mais j'ai de l'ambition. Voici comment les choses vont se passer. »


Dernière édition par Clotho le Lun 6 Juin 2016 - 19:04, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Lun 6 Juin 2016 - 18:56

Je m'approche, poing les mains sur la table et regarde chacun des quatre à leur tour.

« J'ai des affaires à régler sur West Blue qui requièrent ma présence. Je vais donc y aller. Ça vous laisse du temps pour réfléchir. Et quand je reviendrais, je vous affronterai pour le contrôle intégral de Rokade. Vous garderez vos posts et vos fonctions, mais JE dirigerai. Vous ME rendrez des comptes. Tout ceux refusant mourront ou seront exilés, si je suis dans un bon jour. N'oubliez pas qui je suis. Je suis un petit joueur comparé aux caïds, mais je vous reste supérieur malgré tout. Si l'envie m'en prenait, je vous tuerai ici et maintenant sans que vous ne puissiez faire quoi que ce soit. »

Joignant le geste à la parole, je balance de la terre sur la table et fait sortir des pics qui viennent se loger juste sous la gorge du conseil. Ils reculent, mais trop tard.

« Je peux vous tuer où et quand je le désire. Alors faîtes le bon choix, pour l'île et pour vous. Réfléchissez bien. Vous garderez le pouvoir, vos hommes, et plus important, vos vies. Tout ce que je vous demande, c'est de me prêter allégeance en public. Vous avez jusqu'à mon retour. »

Je prends la direction de la porte, l'ouvre et sors du bâtiment sans prononcer un mot de plus. J'ai plaidé ma cause. J'ai exposé mes arguments. J'ai ouvert les débats en proposant des solutions. A eux de faire leur choix maintenant. Odin Tomé, l'ancien patron en chef des armes sort de la salle et me suit.

« C'était osé comme mouvement.
Il fallait que les provoque pour qu'ils se réveillent. Ils sont resté endormis trop longtemps. Le monde a changé, a évolué, pas eux. Ils ont stagné.
Nous verrons ce que demain nous dira. En attendant, c'est l'heure des présentations au clan. »

On se dirige donc vers les quartiers du clan fabriquant les armes. Il me fait montrer sur une sorte d'estrade, sur la place publique. Puis il attire l'attention des habitants.

« Votre attention s'il vous plait. Membres du clan Tomé, aujourd'hui, nous accueillons un nouveau membre en notre sein. Clotho Tas'Natak. Vous en avez peut-être entendu parler. Hier, dans l'arène, il m'a battu. Il a donc gagné le droit de diriger le clan. Si je ne le pensais pas capable, je ne vous le présenterai pas. Mais il a promis d'apporter richesse et gloire à l'île, il veut œuvrer pour qu'on devienne meilleurs. Et je crois qu'il peut nous y aider. Je crois en lui. Et je vous demande de faire pareil. A partir de cet instant, il est notre patron à tous. Je serais son bras droit.
Rassurez-vous, rien ne va changer. Chacun reste à son poste, faire ce qu'il sait faire. »

Je les rassure pendant quelques minutes, puis Odin me fait le tour du propriétaire. Le tour de ma propriété. Je visite donc des forges, des armureries, des entrepôts remplis d'armes et munition. On trouve des lames tranchantes, perçantes, petites, longues, effilées, droite, courbées … Je vois également des fusils types marines, des fusils de précision, à très longue portée, des baillonettes, des bazzokas … Il y a de tout ici. L'entrepôt qu'on visite doit faire cents mètres sur cents. Il est immense pour moi. Odin me dit qu'il y en a d'autres comme ça, où tout est rangé, classé par type d'arme. Puis on me montre l'endroit spécial où sont conservés la plupart des boulets de canons. Dans des boites, mais faciles d'accès, ils sont marqués en fonction des canons, car tous n'ont pas la même largeur de bouche. Je suis agréablement surpris. Niveau armes et munitions, il y a de quoi tenir un siège. Puis sachant qu'il y a pas mal de forgerons, les armes ne sont pas la priorité sur laquelle agir. Un bon point pour l'île. Je suis content. Je dirige ça désormais.

Je les laisse travailler et retourne voir l'usurier travaillant pour Red. Depuis hier, il a trouvé une vive card pour Armada, et me la donne avec joie. Quelqu'un comme moi voulant rejoindre Red, il serait fou de me stopper. Je prends le bout de papier après qu'il m'ait expliqué comment ça fonctionne, puis le quitte, retourne dans mon auberge et prépare de quoi partir niveau provisions.
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1