AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Le juste choix, la mauvaise cause

avatar
Clotho

♦ Localisation : Railway Citywork (Nouveau Monde)

Feuille de personnage
Dorikis: 8836
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Dim 5 Juin 2016 - 11:20

Je me réveille en sursaut, affolé. Où suis-je ? Puis je reconnais ma cabine, dans mon bateau. Je souffle de soulagement. Tout me revient instantanément en mémoire, tout ce qui s'est passé à St Uréa. Je revois la mort d'Engo, le bras de Baku dans le corps de Franck et sa mort, la mort du pirate, la mort du contre-amiral. Je revis tous les évènements. Pas de doute, c'est bien moi qui ai repris le contrôle du corps, pas l'autre. Mais les larmes me viennent rapidement aux yeux. J'ai perdu un fiancé et un mari. Techniquement, je suis veuf. Mon monde s'effondre. Mais je n'ai pas envie d'être dans cet état. Je ne peux pas me montrer comme ça face aux hommes. Je ne dois pas être vu comme ça. Je ne suis pas une épave, je suis fort. Je suis très fort, je peux tout encaisser. Alors comme précédemment, je fais une bêtise. Je ne suis pas assez fort pour passer outre ce que je ressens, mais l'autre l'est, lui. Alors je lui laisse le contrôle. Je retourne pleurer dans mon fort intérieur pendant qu'il prend la place que je ne voulais surtout pas qu'il ait quelques jours plus tôt. Aussitôt les larmes arrêtent de couler. La tristesse en moi disparaît. Ma mentalité change radicalement. Et je sombre tandis qu'il devient tout puissant.

Je m'étire un peu. Rah putain, ça fait du bien d'être sorti de nouveau. Je sais tout ce que la pleureuse sait. Je me souviens de St Uréa sans aucun soucis. Et je n'éprouve rien vis à vis de la mort des faibles. Même Franck, je m'en fou mais alors royalement. On est sociopathe ou on ne l'est pas. Et moi, je le suis. Et j'en suis fier. C'est ma plus grande qualité, pouvoir faire souffrir les gens, pouvoir tuer et être totalement indifférent. Les humains sont comme des meubles pour moi, facilement destructibles, et dès qu'on en détruit un, d'autres viennent prendre sa place. Certains ont plus de valeur, bien entendu, comme les tables ou les chaises, voire même les lits. Mais globalement, je les vois en meubles ou fournitures, pas en humains. Voilà pourquoi il m'est si facile de tuer. Je sors de ma cabine d'un pas lent. Je sais déjà ce qui va se passer. C'est pas compliqué à deviner en même temps. J'arrive sur le pont, les hommes sont surpris de me voir.

" Mani, appelle la révolution.
Quoi ? Mais pourquoi ?
Fais le. "

Il obtempère sans chercher à comprendre à cause du ton sec que j'emploie pour lui répondre. Il appelle donc son supérieur et me le passe. Je reste bien au milieu du pont supérieur pour que chacun puisse entendre.

Pulu pulu. Pulu pul*/ Gotcha.
" Allô ?
Ici Clotho Tas'Natak. Je viens mettre les points sur les "i".
Encore ?
Vous avez envoyé Franck pour m'aider alors que je n'en avais pas besoin. Résultat, il est mort. Mon mari est mort à cause de vous, par votre faute.
Oh là, on se calm*/
NON ! Vous l'avez tué ! Et je vous en tiens responsable, chacun de vous. Je ne peux pas continuer à travailler avec vous. Notre partenariat est terminé. "

Je raccroche sans délai. Je n'ai absolument aucun regrets quant à Franck. Il était trop faible, il est mort, point. Mais il me donne la parfaite excuse pour qu'on dégage enfin de cette révo de merde. L'équipage est sous le choc de la nouvelle. Je prends ma terreur, la jette à la mer, monte dessus et quitte le navire. L'équipage m'appelle, mais je n'écoute pas. Je n'en ai rien à foutre. Je suis libre. Enfin. Et définitivement. Je peux faire ce que je veux. Les boulets de la révo m'ont lâché, JE SUIS LIBRE ! Pour bien qu'ils comprennent, je tranche l'air derrière moi et découpe le navire net en deux. Il se met à couler sans tarder. Les hommes se précipitent dans le seul canot à bord. Et moi j'avance sur la mer, sans un regard en arrière. Clotho le révo est mort. Longue vie à Clotho le pirate ! La révolution n'aura jamais été une cause en laquelle je crois. Tout ce en quoi je crois, c'est l'argent. C'est le seul dieu que je vénère sans concession. Entrer dans la révolution a toujours été un mauvais choix. Se battre pour une cause perdue, très peu pour moi. Ceci, la quitter, c'est le bon choix pour moi. Je le sais.
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Page 1 sur 1