AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Chaînes tachées de sang. [Quête 2ème partie / Solo]

avatar
Rei Yanagiba

♦ Localisation : Armada.

Feuille de personnage
Dorikis: 4700
Popularité: -525
Intégrité: -424

Dim 19 Juin 2016 - 23:48

Si on exclut les habituels aléas dus aux conditions météorologiques de la route de tous les périls, je pense pouvoir dire que nous avons eu une traversée relativement calme. J'ai passé toute celle-ci a faire un maximum de travaux et de l'exercice physique, des mois en prison on détruit ma forme et même ainsi... Pour le dire avec un langage ordurier, j'ai littéralement pris du cul et j'ai trop de formes, même au niveau de la poitrine pour que ce soit pratique. Bon, ce n'est pas comme si j'étais encore dans la marine, mais quand même je n'ai pas envie de finir comme une boule de gras juste parce que je quitte le strict et pourtant si protecteur cadre de vie de celle-ci. Je ne sais pas si j'ai e la chance ou si le capitaine à fait en sorte que ce soit le cas, mais j'ai au moins eu la chance de ne pas recevoir de main baladeuse pour détruire le peu de patience qui me reste, la dernière hypothèse possible ai que mon regard meurtrier à la moindre remarque salace ait tué dans l'œuf toute tentative ? J'imagine que le risque de mort douloureuse est un bon palliatif à ce genre de comportement très lourd.

Enfin soit, aujourd'hui le temps est pluvieux, pas réellement mauvais, mais assez pour que l'on soit bien trempés. Le capitaine fait appliquer ses directives et j'aide une fois encore où je peux sans déranger les marins de métiers. Bon, je ne suis pas non plus une amatrice puisque j'ai quand même travaillé pour la marine, mais je n'ai pas non plus leurs niveaux, j'ai principalement travaillé dans l'armement et la maintenance de celui-ci donc ce n'est pas exactement la même chose. Je n'ai pas tellement sympathisé non plus, que ce soit avec les passagers ou l'équipage et je me demande si c'est réellement un mal. Tout ce que j'ai pu entendre en tendant malgré moi l'oreille, c'est une histoire de deux petites souris dans la cale, une chose de ce genre, histoire qui ne m'intéresse pas temps qu'elle ne mange pas mes provisions ou pire...

C'est tout de même impressionnant l'approche de cette île, sans le phare qui brille au loin, je suis à peu près sûre que nous aurions sombré. Cette brume qui semble cacher le ciel comme si le soleil lui-même refusait de baigner ces environs de sa chaude lumière. Le capitaine me prévient qu'on est presque arrivée et que si je souhaite me passer un coup de linge propre pour retirer la sueur et me changer c'est le bon moment. Effectivement, ce n'est pas une mauvaise idée, donc c'est ce que je fais avant de rassembler mes affaires. Je ne laisse rien à des porteurs ou autre, pas que je ne fasse pas confiance a... En fait si, c'est que je ne leur fais pas confiance, j'imagine que si je ne prends pas ce genre de réflexe, je vais finir sans le sou ou esclave en moins de temps qu'il ne le faut pour le dire.

Une fois changée et un minimum propre, je monte sur le pond et attends avec le reste des passagers. Évidemment, il y a une sorte de distance de courtoisie entre tout ce beau monde, certainement pour des raisons diverses, mais aussi et surtout pour une toute sage paranoïa entre les différentes personnes. Nous sommes donc à quai, alors qu'un groupe d'homme louche approche pour s'assurer qu'on est bien qui on est censé être et que le règlement d'un million par tête de pipe est bien payé. En fait, Alvel tout entière et son brouillard mettent en alerte mon instinct de survie, j'imagine que je ne serais jamais tranquille ici si je ne fais pas attention.


Dernière édition par Rei Yanagiba le Lun 20 Juin 2016 - 2:31, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t2480-presentation-de-rei-l-armurierehttp://www.onepiece-requiem.net/t2578-fiche-de-rei-yanagiba
avatar
Rei Yanagiba

♦ Localisation : Armada.

Feuille de personnage
Dorikis: 4700
Popularité: -525
Intégrité: -424

Dim 19 Juin 2016 - 23:48

C'est à ce moment-là, que je vois ce qu'ils voulaient dire par deux petites souris, des matelots sortes deux gamines de la cale, appartement de ce que je comprends, elles sont montées illégalement à bord et au vu de l'endroit, elle vont finir esclave, un truc du genre je n'en suis pas trop sûre. C'est malheureux, mais c'est leurs fautes... C'est ce que j'aimerai pensé, mais j'étais marine jusqu'il y a pas longtemps. Malgré tout mon sang froid, quand je les voix chahuter deux pauvres enfants à peine sorties de l'adolescence au mieux, je finit par plus savoir me tenir. J'approche, un cigare étain à la bouche au vu du temps, c'est plus par habitude que j'en ai un, ils m'avaient bien manqués en prison.

"Qu'est-ce tu veux ?!"
"Quel est le problème ?"
"C'est pas tes oignons poupée."
"Je vais payer pour elles."

Il se met à rire, un rire bien gras qui entraîne celui de ses collègues.

"Je suis sérieuse."
"Quoi ? J'ai du mal comprendre princesse."
"Je me répète donc : je vais payer pour elles."

Suite à un instant de blanc, son regard bœuf fini par briller d'un éclat d'intelligence... Il demande une chose discrètement à celui qui semble être son chef, surement une autorisation où autre et celui-ci répond avec un air tout à fait calme quelque chose. Même s'ils parlent à voix basse, j'ai cru entendre une chose par rapport à une autorisation et une autre sur un marcher, une mise en vente peut-être ? C'est quoi ces salades ? Finalement, le premier me reluque, avec un air à la fois salace et approbateur.

"C'est un peu bête de faire ça sur un coup de tête, il y a plein de bonne marchandise sur l'île..."
"Pardon ?"
"Fin, temps que vous payez, c'est pas mes affaires."

Je vais sous le couvert de l'intérieur du navire pour ne pas détruire mon argent sous la pluie et surtout pour ne pas montrer où je cache celui-ci, puis viens apporter les deux millions, décidément cette traversée m’aura coûté cher. Une fois la somme comptée, on les détache et me le pousse contre moi.

"Les accessoires ne sont pas fournis avec, passez à une boutique pour les faire officialiser si ça vous chante."

Je pars alors avec les deux gamines, étrangement, elle ne me quitte pas d'une semelle, certainement l'envie de ne pas se faire attraper et entraîner dans une ruelle où une cage...
http://www.onepiece-requiem.net/t2480-presentation-de-rei-l-armurierehttp://www.onepiece-requiem.net/t2578-fiche-de-rei-yanagiba
avatar
Rei Yanagiba

♦ Localisation : Armada.

Feuille de personnage
Dorikis: 4700
Popularité: -525
Intégrité: -424

Dim 19 Juin 2016 - 23:48

Lâché dans cette ville qui montre déjà son vrai visage, j'ai deux nouvelles ombres, je leur dirais bien de me lâcher la grappe, mais je suis certaine qu'elles finiraient très mal très vite et je ne les ai pas sauvés pour ça. Elles tremblent comme des feuilles à cause du froid ou de la peur allé savoir, je suis à peu près sûr qu'il n'y a pas que ce lieu pourri qui sent la sueur, la grasse et l'urine... Je n’ai jamais voulu de gosses exactement pour cela. Bon, première étape, il faut que je trouve un lieu pour nous reposer à peu près correct et vu le lieu je suis certaine que je vais devoir payer pour la sécurité et encore, même comme ça je vais devoir être en garde tout le temps. Suite à une bonne demi-heure à aller tout droit, je trouve finalement une auberge pas trop miteuse, je prends une chambre pour nous trois... Car il n'est pas question que je les laisse seules, puis demande un baquet d'eau chaude pour nous laver.

Génial, il va aussi falloir que je les nourrisse et que je les habille en prime. Enfin soit, c'est ma décision, je dois accepter les conséquences de celle-ci. Une fois au calme je les regarde, puis tirant une bouffée sur mon cigare éteint et donc qui ne fait rien mise à par me donner un air un peu idiot.

"Quelle idée idiote vous est passée par la tête pour monter clandestinement sur ce navire ?"

Elles ne répondent rien, elles se collent l'une à l'autre avec un air étrange sur le visage. Décidément, je n'avais pas besoin de ça. L'eau que j'ai demandée et payée est finalement apporté par une paire de servantes qui cache à peine un air dégouté à notre vu, a ce moment, je n'ai pas encore compris une chose, mais ça va vite venir. Quand elle commence à se déshabiller devant moi et que j'ai à peine le réflexe de retenir leurs robes du bout des doigts en haussant un sourcil.

"On m'a clairement dit que ça ne se faisait pas de se mettre nue devant n'importe qui."

Elles me regardent avec un air d'incompréhension, immobile... Pourquoi ai-je l'impression d'avoir fait une erreur plus grosse que moi ? À moins que ce soit une bonne chose... Enfin soit, finalement la vérité va me frapper aussi durement que les mots de la première qui ouvre la bouche.

"Comme vous voulez maitresse."

La première plussoie d'un hochement de tête... Il me faut bien un long instant avant de comprendre l'étendue de tout cela. Oui, j'ai était assez stupide pour acheter des esclaves, hourra... Vu leur comportement elles ne semblent pas l'être devenues depuis la veille. En même temps, c'est ma punition pour m'être immiscé dans des histoires qui ne me concernent pas.

"Vous pouvez vous laver toutes seules n'est-ce pas ?"

Sans un mot, elle me confirme ce fait.

"Parfait, une fois que vous serez propres, on a à parler toutes les trois."
http://www.onepiece-requiem.net/t2480-presentation-de-rei-l-armurierehttp://www.onepiece-requiem.net/t2578-fiche-de-rei-yanagiba
avatar
Rei Yanagiba

♦ Localisation : Armada.

Feuille de personnage
Dorikis: 4700
Popularité: -525
Intégrité: -424

Dim 19 Juin 2016 - 23:49

La soirée à été riche en information, mais pas de celles que j'aurais voulu entendre. Les deux soeurs jumelles n'ont pas de nom, en tout cas elle affirme que c'est le cas, qu'elles l'on perdu quand leurs précédents maîtres est mort. Elles étaient ici pour se faire vendre à nouveau, j'ai eu toute la peine du monde à réussir à continuer cette discussion aussi longtemps, mais il fallait que je sache. Je n'ai pas réussi à ce qu'elle m'appelle par mon prénom où un pseudonyme, une histoire d'éducation et le fait qu'elles doivent montrer un minimum de respect à leurs maîtresses. Une histoire totalement tordue, maintenant elle m'appelle grande-soeur, mais dans leurs bouches ça semble tellement sale, pas qu'elle soit... Non, la connotation que cela semble souligner et un peu horrible.

Sarah & Hannah, c'est le nom que j'ai choisi pour elles, ça me fait un peu mal, vu leurs âges je suis certaine que je pourrais être leurs mères si je les avais eus vraiment très jeunes et les nommer ainsi ne fais que renforcer ce dégoût qui ne fait que croitre en moi. J’ai fini par accepter qu'elle s'occupe de mes basses besognes uniquement pour éviter sciemment un type de sujet qui a failli venir sur le tapis, surtout la veille quand elle se sont glissés nue dans le lit et que j'ai subitement décidé de dormir assis sur un fauteuil en voyant leurs regards vides et prêts pour une chose que je n'ai même pas envie d'imaginer... Ce ne fut qu'une raison de plus pour justifier une subite insomni. Des fois, je me demande si certains de leurs gestes sont naturels où calculer, le genre de sensation qui donnent froid dans le dos...

Tous les bains du monde ne me laveront pas de cette impression, contrairement à ce que j'ai prévu, le premier jour sera encore un tour de boutiques pour leur trouver de quoi se changer. Je garde tout ce qui est précieux sur moi et m'assure à tout instant qu'aucune main baladeuse ne s’en approche, les demoiselles elles se contentent de me suivre en me tenant d'un faux air timide un pan de mes vêtements comme le feraient des petites soeurs intimidées par un lieu inconnu. Elles feignent tellement bien notre relation familiale que j'en ai des frissons, à croire que c'est le cas depuis toujours. Ainsi, c'est avec quelques paquets de plus et un repas correct dans l'estomac que l'on finit cette journée. Ce lieu est dangereux, si j'ai réussi à éviter de devoir littéralement luter pour mes biens voir ma survie pour le moment, je vais devoir partir au plus vite, la chance, ça tourne et j'en sais quelque chose.

Je soupire, puis me demande à voix haute comment trouver un moyen d'atteindre ma destination. C'est à ce moment-là que je remarque que l'une des deux esclaves semble vouloir dire quelque chose, mais pourtant ne le fais pas.

"Il va vraiment falloir que je vous accorde la parole à chaque fois ?"

Suite à un petit moment d'hésitation, elles se font des petits signes discrets et incompréhensibles pour toute personne... Qui ne sont pas elles, j'imagine.

"Notre ancien maître... Avait un contrat avec la guilde des usuriers et..."

Elle ne dit plus rien, j'imagine que ce n'est pas une si mauvaise idée, mais ils ne sont pas principalement sur les blues ? Quoi que, logiquement c'est bien sur Grand Line qu'ils sont le plus à même de rembourser leurs dettes, donc en toute logique ils doivent bien avoir des bureaux ou au moins des annexes aussi sur la route de tous les périls. Cela ne me plaît pas beaucoup, mais je n'ai pas beaucoup de choix en réalité. Je ne vois pas comment je pourrais trouver une personne en lien avec Armada tout en conservant ma tête sur les épaules d'une autre manière. Bon, ce ne sera pas gratuit, cela ne l'est jamais avec ce genre de personne de toute manière, mais c'est ma meilleure option. J'ai l'impression que la suite va avoir une odeur de sang, de larmes et de poudre.
http://www.onepiece-requiem.net/t2480-presentation-de-rei-l-armurierehttp://www.onepiece-requiem.net/t2578-fiche-de-rei-yanagiba
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1