AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Masquer, grandir, détruire

avatar
Clotho

♦ Localisation : Psyren

Feuille de personnage
Dorikis: 8246
Popularité: -1200
Intégrité: - 949

Mar 21 Juin 2016 - 16:38

Je vois enfin l'île qui se dresse devant moi. L'archipel vert, censé devenir l'un des QG de la révolution sur les Blues. J'étais censé les aider en construisant un abri. Mais depuis que je suis passé pirate, je n'en ai rien à foutre. Je les massacrerai tous s'ils se mettent sur ma route. Je regarde la carte que j'ai sous les yeux. Quatre croix bleues. Ils ont enterré le trésor dans quatre endroits différents ? Dans un seul mais je ne sais pas lequel ? Ouais, bon, j'suis pas trop doué avec les trésors moi. C'est la première carte de pirates que je trouve, faut donc que je me fasse la main. Je m'approche de l'île, suis le cours d'eau jusqu'à me trouver à peu près dans la zone proche de la croix au nord-est. J'accoste comme je peux, ramenant mon vaisseau sur la terre ferme pour qu'il n'aille pas finir dans le lac au centre de l'île.



Dernière édition par Clotho le Ven 19 Aoû 2016 - 16:22, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
avatar
Clotho

♦ Localisation : Psyren

Feuille de personnage
Dorikis: 8246
Popularité: -1200
Intégrité: - 949

Ven 19 Aoû 2016 - 16:18

J'avance dans la dense forêt qui caractérise cette île. C'est comme Little Garden en fait. Mais j'ai jamais entendu parler de dinosaures ici. Dommage, je les aime bien ces petites bestioles. Elles attaquent sans répit, sont intelligentes (plus que les humains d'après moi), ont différents modes de vie, peuvent servir à la défense d'un endroit … Je me vois franchement bien ouvrir un parc d'animation là bas. Ça serait un truc unique.

Bref, revenons à nos berrys. Je taille ma route, littéralement, avec mon sabre en terre. Oui, j'ai gardé mon logia comme c'est mon seul moyen de naviguer en solitaire. Alors quitte à le garder sur mer, autant le garder aussi sur terre. Ça facilite les choses puisque je n'ai pas besoin de marcher, ma terre roule et me fait avancer sans que je ne fournisse le moindre effort, hormis ma concentration. La carte n'étant pas très précise, il va falloir fouiller à plusieurs endroits par croix. Or j'ai la flemme, ça prend du temps, chose que je n'ai pas forcément. Alors je frappe le sol de mon poing, et les ondes du Hasshoken traversent la couche épaisse de terre pour me donner une idée approximative de ce qu'elle contient. C'est un peu comme un sonar pour la pêche.


Ne trouvant rien, je passe plus loin. Je recommence le procédé autant de fois que nécessaire. Je finis par tomber sur un truc que les ondes contournent, sans toute fois déterminer sa forme ou sa taille. Je me mets alors à creuser comme un dératé. Un trou se crée tandis qu'un tas de terre se forme un peu plus loin. J'atteins rapidement un mètre de profondeur. Je frappe de nouveau le sol avec mes ondes pour voir. Un truc bloque mes ondes, c'est tout près. Je recommence et finit enfin par frapper ma pelle sur quelque chose de dur, quelque chose de métallique. Je suis tout jouasse. Je lâche la pelle et creuse avec mes mains. Après quelques minutes, je finis enfin par déterrer … une boite de conserve. Je suis dégoutté. Tant d'efforts pour ça … Une foutue boite de conserve. Je la serre dans ma main jusqu'à l'écraser entièrement. Putain, les gens n'ont aucun respect pour la nature. Je balance la boite plus loin, remonte à la surface et regarde mon plan. Bon, c'est visiblement pas ici que le trésor se cache. Je m'en vais pour une seconde localisation.

Je m'arrête d'un coup, je sors ma carte et je la regarde. Hey. C'est bizarre, on dirait que … Mais oui, les quatre croix forment un truc en fait. Un carré, un losange ou un truc à quatre côtés quoi. C'est forcément fait exprès. Le trésor n'était pas sous une des croix. Je doute donc qu'il soit l'une des trois restantes. Alors où ? Mon cerveau tilte. Je trace les diagonales du carré et obtient ainsi un cinquième endroit où creuser. Et celui-là me semble meilleur. Je me dirige donc vers là bas, près du lac.


Dernière édition par Clotho le Ven 19 Aoû 2016 - 16:25, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
avatar
Clotho

♦ Localisation : Psyren

Feuille de personnage
Dorikis: 8246
Popularité: -1200
Intégrité: - 949

Ven 19 Aoû 2016 - 16:19

Je ne croise personne sur mon chemin, pas même un animal. Ils doivent s'enfuir en sentant qu'un truc nouveau est proche d'eux et bouge. Peut-être me prennent-ils pour un prédateur, qui sait ? Après plusieurs dizaines de minutes de marche, j'arrive à destination. Pas trop dur de ne pas la rater. Pour cause, un arbre géant se trouve pile à l'endroit indiqué, et la chaîne de montagne juste derrière. Ok, je fais quoi ? J'observe les environs au cas où quelque chose indiquerait l'emplacement du trésor. Bon, bah on va couper l'arbre. Allez, lame d'air tranchante horizontale en plein sur le tronc. Impact. Résultat positif, mais dégâts non visibles. Putain, il va être résistant le bordel. En même temps, vu sa taille … Il doit bien faire trois mètres de diamètre, et une trentaine de haut. Il a des racines partout, certaines sortent même du sol. Je lance une lame d'air plus puissante. Cette fois, l'écorce présente une petite trace. Visiblement, j'y arriverai pas comme ça.

Alors je frappe l'arbre avec mon hasshoken et mon tekkaï kenpo. Aucun résultat à part une douleur au poing. Putain, il est costaud le machin. Je recule, prends de l'élan, et fonce droit sur ma cible avec un soru. Quand je le touche, je délivre les ondes typiques de l'art secret que j'utilise. Puis je tombe sur le sol, plié en deux par la douleur que le feuillu m'a infligé à l'épaule. Je me roule sur le sol comme un gamin en jurant. Après un bon massage, je me relève. Comment faire pour arriver en dessous ? Je décide de couper les racines, mais certaines sont aussi large que moi. Je dois creuser dans le sol pour en toucher la plupart. Mais c'est peine perdue, je ne pourrais pas faire tomber l'arbre comme ça. Il est enraciné trop profondément. Toutes mes tentatives ont provoqué un raffut incroyable. Les oiseaux du coin se sont tous envolés en même temps, les animaux terrestres se sont mis à s'éloigner en vitesse. J'y ai pas spécialement fait trop attention. C'est pour ça que concentré comme je suis sur ma tâche, je ne remarque pas ce qui se trame derrière moi.

D'un seul coup, une gerbe de flammes m'enveloppe. Je me décale rapidement d'un soru, fait volte face et voit un truc que je n'ai jamais vu et que je n'aurais jamais pensé voir ici, un grand serpent fait de métal. Il continue de cracher du feu vers moi. Mon logia me permet d'ignorer ça pendant quelques minutes, alors j'avance droit vers lui. Arrivé au corps à corps, je lui délivre une frappe qui l'envoie valser. Quand il atterrit, il se met à couiner, cracher un peu d'huile, d'essence ou je ne sais quoi. Il se relève, me fixe dans les yeux et m'envoie des rayons lasers. Trop cool. Je veux ce truc pour moi. C'est comme ces robots de la marine, les pacifistas. Mais en version carrément plus cool. Je lui fonce dessus et assène un coup assez puissant pour le calmer définitivement. Sa tête s'écrase sur le sol. Son corps se tortille, puis s'immobilise. J'attends quelques secondes qui deviennent des minutes. Non, il ne bouge plus du tout. J'y suis ptet allé un peu fort … Borf, il est pas trop amoché, ça va. Juste la trace de l'impact de mon poing sur sa gueule, c'est tout.

Le feu du serpent commence à prendre dans la forêt. Elle va se faire cramer, la pauvre. Comme ça risque de compromettre ma mission, je décide de l'arrêter. J'encercle la zone enflammée avec un mur de terre de plusieurs mètres de haut. Je le circoncis à l'intérieur de ma création. Ça prend bien une heure pour que ça se termine. Je reviens à l'endroit où j'ai laissé le serpent. Là, de retour sur les lieux, j'aperçois un truc qui bouge près de la gueule en métal. Un truc ressemblant à une boule de poils. Sûrement un animal. Je lui crie dessus pour lui faire peur, ça serait dommage qu'il se fasse bouffer ou abîme ma trouvaille.

« Hey ! Dégage de là ! »

La bestiole se relève, se tourne vers moi une clé à molette en main, me regarde une seconde, puis court droit dans la forêt. Heu … C'était quoi ça ? On aurait dit un animal. Oui, sauf qu'il y a une caisse à outils, avec des clés à molettes où il était. C'était … en train de réparer la bestiole ? C'est quoi ce truc ? Je suis tombé dans quel délire là ? On aurait dit qu'il le réparait le truc en métal. Il doit donc le connaître et ne pas en avoir peur. Ou alors il voulait le démonter ? S'il possède des outils, c'est qu'il est humain. Dans tous les cas, ça demande éclaircissements. Cette bestiole est à moi, personne ne doit y toucher. Je décide de poursuivre le truc à fourrure que je rattrape en une seconde avec des sorus. Je me place juste devant lui. Ne pouvant freiner, il me rentre dedans et tombe violemment en arrière. Je le détaille un peu. Le truc se relève et tente de s'enfuir. Sauf que j'enferme ses pieds dans ma terre pour l'empêcher de partir.


Dernière édition par Clotho le Ven 19 Aoû 2016 - 16:29, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
avatar
Clotho

♦ Localisation : Psyren

Feuille de personnage
Dorikis: 8246
Popularité: -1200
Intégrité: - 949

Ven 19 Aoû 2016 - 16:19

« Taille humaine, outils humains, fourrure abondante … T'es quoi ?
Lâche moi !
Ah, tu parles. Donc tu dois être humain. T'as mangé un fruit du démon ?
Un fruit du quoi ?! Non. Laisse moi partir !
Pas avant que tu répondes à mes questions. Qui es-tu et qu'est-ce que tu es ?
Je suis un monstre.
Moi j'te trouve … bizarre. Mais t'es pas effrayant en tout cas. T'as rien d'un monstre.
Tu … Tu n'as pas peur de moi ?
Pourquoi j'aurais peur ? J'ai affronté des types moins impressionnants physiquement qui étaient bien plus méchants. L'apparence, ça veut rien dire. La tienne surprend car j'ai jamais rencontré de chose comme toi. Mais t'as pas l'air méchant pour un sou.
Hey ! Je ne suis pas une chose. Je suis un humain. Je m'appelle Ludovic.
Il t'es arrivé quoi pour ressembler à ça ?
Une maladie dégénérative trafiquant ma pilosité.
Pas cool ça. Tu fais quoi sur cette île perdue ?
Ça ne te regarde pas.
Figure toi que si. Le serpent est vachement cool, et j'ai décidé de le ramener avec moi sur mon île.
Ah non, pas question ! Papillon des Prés reste sur l'île.
Papill*/ Drôle de nom pour un serpent.
C'est un dragon, pas un serpent.
Si tu le dis.
Je le sais mieux que toi, c'est moi qui l'ai construit.
C'est toi qui a fait ça ? Cool. Beau boulot.
Je peux partir maintenant et réparer tes bêtises ?
Pourquoi tu veux réparer cette chose ?
Pour qu'elle garde l'île, qu'elle empêche les gens de venir, que je sois au calme.
T'es malade ?! Tu as construit ça, tout seul, et tu t'enterres sur une île perdue ? Ça tourne pas rond chez toi, ma parole.
Attention à ce que tu dis.
Sinon quoi ? Tu vas réparer le dragon et je vais le démolir encore une fois ?

C'est bien ce que je pensais. Écoute mec, t'as un talent fou. J'adore ton dragon, il est classe, menaçant, intelligent, autoguidé … Pourquoi tu restes ici au lieu de montrer ton talent au monde ?
Parce que le monde ne veut pas de moi. Le monde a peur de moi.
Pas moi. J'ai pas peur de toi moi.
Peu importe, ça change rien.
Carrément que ça change quelque chose. Tu veux pas venir travailler pour moi, sur mon île ?
Non. Je suis très bien ici.
C'est vraiment comme ça que tu veux vivre ? C'est ça que tu imaginais quand tu étais gamin ? Vivre en solitaire sur une île déserte ? T'as un potentiel de malade visiblement, et tu le gâches en restant ici, cloîtré sur ton île. Tu pourrais faire de grandes choses avec moi. Tu aurais du matériel neuf, en bon état, des collègues, de l'argent, une maison, des amis … Sur mon île, on s'en fou des différences. Ce qui compte, ce sont les capacités. Si tu es le meilleur dans ton domaine, personne ne se foutra de toi parce que tu es différent. Regarde moi, je couche avec des hommes, et jamais personne ne m'a dit quoique ce soit. On a un type qui a trois mains, un autre qui a une seule jambe, on a des siamois … Tout le monde s'en fou tant qu'ils bossent. Tant que chacun fait ce qu'on lui demande, personne ne cherche de noise. Tu pourrais vivre normalement sur mon île tout en faisant ce que tu sembles aimer, bricoler des trucs mécaniques. C'est justement vers ça que j'aimerais développer mon île, la mécanique. Je voudrais en faire son domaine précurseur pour concurrencer la marine.
C'est quoi ton île ?
Rokade.
Pfff, non merci.
Mais attend, c'est pas comme c'était avant, ni comme on le raconte. L'île s'est calmée, elle est plus abordable. Et je suis en train d'en prendre le contrôle. Si tu viens avec moi, je te promets que personne ne se moquera de toi, n'aura de comportement déplacé, ne te haïra … Tu pourras faire ton taff comme tu veux en ne rendant de compte qu'à ton supérieur et moi. On peut faire un essai si tu v eux. Tu viens une semaine, un mois … tu testes. Si ça te conviens tu restes, sinon on te ramène ici. Aucune entourloupe, promis.
J'fais pas confiance à un pirate.
Alors fait confiance à un homme. Tu as peur que parce que je suis pirate je te mente ? Est-ce que je suis méchant ? Est-ce que j'ai démolis la bestiole qui m'a attaqué ? Est-ce que je t'ai tué en te voyant parce que tu es différent de moi ? Est-ce que je t'ai menacé ? Non. Alors oui, je suis un pirate, oui je tue des gens, mais pas parce qu'ils sont différents. Tant qu'on fait ce que je demande, tout va bien. Tu auras carte blanche, tu pourras donner libre recours à ton inventivité. Ne me dis pas que ça ne te manque pas du matos de pointe, de pouvoir poser tes doigts sur un truc tout neuf, pas encore déballé, d'avoir de meilleurs outils. Tout ça, je peux te le promettre et te le donner si tu veux. Tout ce que tu as à faire, c'est venir avec moi.
Non. Je ne peux pas abandonner Papillon.
Si tu veux, tu pourras former des gens pour le réparer, on les envoie ici et ils s'occupent de le retaper en cas de besoin. Toi tu restes sur l'île faire tes trucs, et eux s'occupent de lui. Comme ça, l'archipel aura toujours un défendeur et des protecteurs.

Tu dis rien, bien, tu réfléchis. J'ai quelques trucs à faire sur l'île avant de partir. Je vais rester jusqu'à ce soir. Je vais m'entraîner un peu. Ça te laisse le temps de réfléchir. Si tu veux venir, je t'emmène sans soucis. Et comme promis, si ça ne te plais pas, un bateau te ramèneras ici. Réfléchis bien. »

Sur ce, je le libère et retourne vers le grand arbre et le dragon.


Dernière édition par Clotho le Ven 19 Aoû 2016 - 16:32, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
avatar
Clotho

♦ Localisation : Psyren

Feuille de personnage
Dorikis: 8246
Popularité: -1200
Intégrité: - 949

Ven 19 Aoû 2016 - 16:20

Je suis content de moi là, et j'ai raison. J'ai bien joué mes cartes. J'adorerais qu'il vienne. Il pourrait apporter un plus non négligeable à Rokade avec ses connaissances en mécaniques et autres. Il a construit le dragon en métal tout seul, donc il possède des ressources impressionnantes et une faculté d'adaptation surprenante. Bref, c'est un génie. Il me le faut donc. Je pense avoir manœuvré bien comme il faut pour arriver à mes fins. Si c'est son apparence qui l'a forcé à l'exil via le regard des autres, sur Rokade il n'a rien à craindre. On ne juge les gens que sur leurs talents. Et le sien me semble immense, alors il pourrait rapidement se hisser au sommet. Ce qui me rendrait doublement gagnant vis-à-vis du conseil. Non seulement j'aurais ramené une importante plus-value à l'île pour développer son chantier naval, ses capacités, mais je leur aurait montré que je peux faire ça par moi même, sans aucune aide. Là, ils l'auraient bien profond.

Une fois de retour près de l'arbre, je m'assois sur le sol en tailleur. Comme lorsque je j'ai voulu apprendre le hasshoken, je calme mon corps, inspire et expire calmement pour réduire mon rythme cardiaque, et je me concentre. Je veux améliorer mon haki, alors je dois m'entraîner. J'ouvre mon esprit à tout ce qui m'entoure. J'essaie de ressentir tout ce qu'il y a autour de moi. Je ferme les yeux, et c'est parti. Forcément, je ne ressens rien pendant quelques temps. J'ai envie d'utiliser ma terre pour localiser les animaux, mais je m'y refuse. Ce n'est pas ma terre que je dois entraîner, mais mon empathie. J'entends le bruit des oiseaux qui sont revenus, mais je ne les 'vois' pas avec ma conscience. Je me focalise alors sur les animaux terrestres en espérant parvenir à trouver au moins un être vivant. J'entends du bruit qui se rapproche. Je focalise aussitôt toute mon attention sur ce bruit.

Quelque chose avance vers l'endroit où je suis. Mes oreilles situent le bruit vers la zone d'où je viens. Il doit donc probablement s'agir de Ludovic. J'essaie de ne rester concentré que sur ça et d'oublier tout le reste. Petit à petit, j'y parviens, tandis que les bruits persistent à venir vers la zone où je suis. Je donne le meilleur de moi. Et finalement, paf, rien. J'ai beau essayé, patienter, rien ne se passe, même lorsque j'entends le bruit à quelques mètres de moi. Ça m'agace de ne pas réussir. Et comme lorsque je suis agacé, ça me frustre, ça m'empêche de réussir. Je me lève donc et décide de prendre le taureau par les cornes. Je m'enfonce dans la forêt/jungle droit devant. Une bonne demie-heure plus tard, je suis au beau milieu de tout. Je suis dans une sorte de clairière. Je vois au loin des animaux avec des cornes sur le côté. Des défenses je crois que ça s'appelle. J'avance vers eux. Ils me repèrent, et aussitôt me chargent. Ils font la taille d'un labrador et sont de taille marron. Bien, parfait pour l'entraînement. Je ferme les yeux, ouvre mon esprit à nouveau. Forcément, je ne vois rien, ça met un peu de temps à venir.

Sans l'aide de ma terre, c'est vachement plus compliqué. Mais je persiste. Ne ressentant toujours rien, mais sentant le frottement de l'air proche de moi, je me décide à rouler sur le côté pour éviter l'attaque. J'entends la bestiole faire demi-tour et me charger à nouveau. Le bruit de ses sabots me donne un rythme plutôt net de sa vitesse et de sa position. Toujours pas de haki pour l'instant. Je saute en l'air au dernier moment. Deux autres bestioles me foncent dessus. Les trois en même temps. Mon logia m'empêche d'être blessé, donc je ne crains rien quoiqu'il arrive. Je me concentre. Et cette fois, quelque chose se passe. Non, le temps ne ralentit pas. Les mouvements de mes adversaires ne m'apparaissent pas non plus comme par magie, non. Je ne vois pas les animaux, et pourtant, je sais exactement où ils sont. Je les sens. Là, je sais que mon haki s'active. Je vois le premier, j'esquive en tournant sur moi même. J'esquive le second qui saute un peu en roulant à droite. Je contre le dernier en sautant par dessus.

Ils recommencent à me charger chacun leur tour et je parviens à déjouer leur assauts. Ils comprennent rapidement qu'un par un ils n'arriveront à rien, alors ils attaquent en même temps. Ils avancent vers moi sans courir, puis tentent de me percer avec leur défenses. S'en suit un ballet où je saute, esquive, roule, pivote pour échapper à leurs attaques. C'est incroyable, je n'ai jamais vécu ça auparavant. C'est extraordinaire. Être capable de sentir les ennemis, les voir sans utiliser ses yeux. Ça procure un avantage incroyable en terme de combat. Comprenant qu'ils ne peuvent rien contre moi et que visiblement je ne leur veux pas de mal, les phacochères s'en vont rejoindre leurs petits et leurs femelles. Je cherche d'autres animaux pour refaire la même chose, et durant ma marche, je garde mon haki activé. Je ressens les herbivores près de moi se cacher sous les feuilles, derrière les arbres, en hauteur …
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
avatar
Clotho

♦ Localisation : Psyren

Feuille de personnage
Dorikis: 8246
Popularité: -1200
Intégrité: - 949

Ven 19 Aoû 2016 - 16:20

Ne trouvant personne avec qui jouer, je me rends au pied du grand arbre, où Ludovic, son dragon et mon bateau sont censés être. Je trouve le mécanicien encore en train de bidouiller sa machine démoniaque. Il a presque finit de réparer les dégâts que j'ai causé à sa bestiole. Si je pensais ne l'avoir frappé qu'en externe, j'ai visiblement fait aussi quelques dégâts en interne. Faut dire que j'y suis allé fort quand même la deuxième fois. Je le regarde travailler, de loin. Quand il a finit, il se retourne vers moi.

« Toujours là ?
Je t'ai dit que j'attendais ta réponse avant de partir. Je ne l'ai pas encore, donc je suis toujours là.

Tu as fait ton choix ? Tu veux venir ?
Je ne sais p*/ C'est quoi ça ? » Il pointe son doigt sur ma Terreur.
« C'est mon bateau personnel.
Aussi petit ? Sans voile ? C'est quoi ce système de turbine ? Ça fonctionne avec quoi ?
Avec ma terre. J'ai acquis la faculté de créer de la terre à volonté. Ce navire n'avance qu'avec de la terre projeté dans la turbine qui tourne et fait avancer l'engin. Je suis le seul au monde à pouvoir naviguer avec sur de longues distances. N'importe qui d'autre aurait besoin d'un apport en terre continue, ce qu'on ne peut faire au milieu de l'océan.
Personne d'autre ne peut l'utiliser ?
Non. Il est à moi.
Qui l'a fait ?
Des ingénieurs travaillant pour moi. Tu pourras peut-être les rencontrer si tu viens avec moi. Ça semble te plaire. C'est le genre de chose que j'aimerais développer sur Rokade.

Ça te tente, je le vois. Allez, dis oui, me fais pas attendre. »

On dirait que ça lui crève le cœur de me donner une réponse. Il a envie de rester, mais a aussi envie de recommencer à travailler sérieusement. Des années en solitaire ont bridé son génie, sa créativité. Je lui propose de recommencer à vivre, à travailler pour le plaisir d'une cause. Je lui promet de retrouver tout ce qu'il a perdu, gloire, amis, travail … Comment dire non à ça ? C'est tout ce don il rêve que je lui apporte sur un plateau. Et qu'est-ce que je demande en échange ? Un serment de fidélité et obéissance. Ce n'est pas trop je pense. Il reste concentré sur mon vaisseau, le scrutant sous toute les coutures. Je lui dit que lui aussi pourrait construire des choses comme ça s'il le veut. Et finalement, c'est une réponse positive qu'il me donne. Je suis soulagé et heureux. Je viens de gagner un précieux atout à ma cause. Pas à celle de Rokade, à la mienne, ce qui fait toute la différence. Je lance mon moyen de locomotion à l'eau, grimpe dessus, invite Ludovic à faire de même, puis on part. Il me reste une île à fouiller avec la dernière carte avant de rentrer sur Rokade.
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1