AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


C'est Clean dans la Cantine !

avatar
L'esprit du Hasard

♦ Équipage : Les saigneurs des Mers

Feuille de personnage
Dorikis: 735
Popularité: -10
Intégrité: -7

Mar 24 Mai - 0:55

Post précédent :



Le soleil était déjà bien haut quand le petit jeune à la vigie avait beuglé « QG en vue !! », Cleaner venait de finir le lustrage du pont de L’Angela Voice, après un sermon de Marquizz sur les devoirs de chacun à bord d’un navire Marine. Le Member One avait esquissé un sourire et il s’était lancé dans un nettoyage méthodique du bois du bâtiment. Sept minutes et trente-trois secondes, c’est le temps qu’il lui avait fallu pour rendre un parquet aussi propre que la peau d’un nouveau-né, le sang placentaire en moins.

Les bouts d’amarrages furent sceller autour des bites à quai, le navire ne mouilla qu’une demi-heure avant de repartir en direction d’East-Blue, non sans quelques recommandations à Cleaner par le colonel sur le fait que s’il le recroisait, il irait de ce pas poster sa démission au profit de la ligue de destruction des dreadeux (LDD). Vers le milieu de l’après midi, les bouts furent donc détachés et le grincement des haubans sur la voilure marqua la reprise du chemin des hommes de L’Angela sous les beuglements habituels de leur supérieur. Wash se tenait debout sur les pierres grises du quai, les dreads au vent et la serpillière hissée en signe d’adieu.

« A LA PROCHAINE COLONEL !»

Une groupie dont l’équipage de Marquizz se serait assurément passé, Le colonel arracha un morceau de balustrade de son bâtiment pour l’expédier en direction du nettoyeur, une nuée de marins tentant de le retenir pour pas qu’il ne détruise le reste de l’Angela. L’ensemble de planches travaillées s’explosa aux pieds d’un Cleaner au sourire dément, la LDD avait remporté un nouveau membre virulent.

« Bon, le gazé et les autres sont forcément dans le secteur »

La base était semblable à des dizaines d’autres, une émulsion de jeune fils à papa s’activant pour les valeurs de la justice, toute la jeunesse de Wash en somme. Le nettoyeur vaguait sur les courbes de son passé tout en déambulant vers l’enceinte de la bâtisse, c’est des grognements sinistres qui le tirèrent de ses divagations, une tripotée de bestiaux étaient en cage aux abords de la forêt. C’était visiblement l’heure de la boustifaille, tout en replaçant ses lunettes, Cleaner se mit en tête de faire de même. Alors qu’il entreprenait d’entrée dans la cour principale, une main hésitante se posa sur son épaule.

« Monsieur, puis-je savoir votre identité ? Si c’est pour l’annonce concernant la recherche d’un homme d’entretien, c’est dans le bâtiment de la cantine, à votre gauche. »

Le jeune marine qui avait posé sa paluche sur notre bon Wash portait le costume de la justice à merveille, un joli petit teint rosé avec les beaux habits blancs et bleus, il valait la photo de premier de la classe.

« C’est pour cela même, à gauche donc ? »

« Oui, nous attendons l’arrivé de gouvernementaux, vous ne devez pas être là ! »

Cleaner esquissa un large sourire, il était le premier sur zone, Marquizz avait fort sur ce coup là, toutes voiles dehors et plein large.

« C’est noté chef ! »

Un coup de poignet envoya valser sa serpillière sur son épaule et le membre du Cipher Pol se dirigeait vers le gros bâtiment en crépis blanc. Une odeur de graillon s’échappait de la cantine, la journée tirait sur le repas, ce devait être l’effervescence, ils auront forcément besoin d’un coup de lustrant en salle. L’envie de voir débouler l’équipe de grosses frappes gouvernementales pendant qu’il passe un coup de nettoyant était trop tentante. Il lâcha même un rire étouffé en imaginant la scène, ce serait puant de charisme, c’était certain. Il envoya un coup de manche dans les portes de la cantoch’ et déboula au milieu du grand nettoyage. Une dizaine de premières classes s’affairaient à récurer les dalles blanches et lustrer les tables en bois, la porte des cuisines mi-ouverte d’où l’activité se laissait entrapercevoir. Le bal des éponges et des serpillières faisaient gicler des trombes d’eau savonneuse, une odeur de javel se mêlait à celle de la nourriture des marines, une douce alliance de détergeant et de pré-gerbant. Une première salve de gusses passait un coup de lustrant à grande flotte et une seconde salve repoussait le tout à la raclette. Un boulot de mauvaise qualité, ils étaient meilleurs pour nourrir les bêtes de dehors que pour rendre un endroit aussi sein que le derche d’un saint. Wash sauta sur une des grosses tables et tapa du talon sur le bois lustré, les gonzes stoppèrent leur foutoir de propreté, la face perdue entre le perplexe et le « bordel-la-table-est-propre ».

« Je suis le nouveau technicien de surface, je réquisitionne les lieux pour deux minutes !!! »

(Silence mortuaire)

Le dreadeux sauta pied joint dans une grosse flaque d’eau savonneuse, aspergeant la trombine de la dizaine de gusses aux alentours. Ce qui, bien évidemment, provoqua une série de jérémiades dans l’assistance. Les bonshommes de corvée portaient leurs mains aux yeux, le savon leur bouffait l’organe visuel à grande dose de picotements javellisés. Au bout d’une paire de minutes à lutter pour trouver de quoi s’humecter la pupille, ils finirent par retrouver la vue et les plaintes se turent aussi sec.

« Deux minutes, c’est ça du boulot les gars, on s’boit un verre ? J’ai trouvé une bouteille de rhum ! »

Wash marchait vers la petite troupe avec sa serpillière dans une main et une bouteille qu’il tendait fièrement dans l’autre, les dalles blanches n’avaient jamais été aussi clean, un vrai miroir. Les bancs avaient reçu un coup de lustrant et les tables semblaient aussi lustrée que les cheveux d’un chauve. Le mystérieux héros de l’entretien prit une dizaine de verre d’un revers de main et les plaça dans la main des marines sous le choc, le rhum coula à flot dans les récipients et Cleaner porta un toast.

« Aux marines de North Blue ! Un verre en l’honneur des fiers hommes de ce QG, on ne peut pas se le refuser ! »

D’un œil sceptique, les hommes de justice se lustrèrent le fond des pupilles pour savoir s’ils pouvaient se permettre un petit verre. Après tout, c’était juste un verre et puis c’était en l’honneur de la marine de North Blue, personne n’en saurait rien. Pourquoi pas, hein ? Cul sec.
Wash s’empressa de descendre son verre et rempota les récipients de tous de la liqueur. Ca sentait la fête, le nettoyeur avait imaginé le débarquement des autres cp5 alors qu’il s’enfilait un verre de rhum en compagnie des marines, c’était aussi la classe.

« Aux marines d’East Blue ! Un verre en l’honneur des fiers hommes du QG voisin, on ne peut pas se le refuser ! »

D’un œil jovial, les hommes de justice s’échangèrent un regard pour valider s’ils pouvaient se permettre un second verre. Après tout, c’était en l’honneur de la marine d’East Blue, pis ca reste entre eux. Une, deux, cul sec !



« Aux marines qui partent en mer ! Un … Ola, doucement… Je disais, un verre pour les fiers, et dieu seul sait qu’ils le sont, ces fiers hommes… Ces fiers hommes qui sont fiers… Je… »

Titubant entre les allées, Wash alla s’allonger de tout son corps sur une large table, les bras écarté et les dreads en éventail, il venait de se torcher une bonne caisse de rhum avec toute la troupe des balayeurs. Les gonzes dormaient par terre et leurs homologues dans la cuisine avaient suivi le mouvement, l’heure du repas approchait et les ronflements de Cleaner et des ses alcooliques acolytes allaient être une maigre pitance pour le régiment de bonhommes bleus.

♫♫♫♫♫


"Réveillez-vous monsieur le technicien ! On est attaqué ! "

La gueule enfarinée par ses deux heures de sommeil, le dreadeux lança un regard à ce jeune troufion depuis le reflet de ses lunettes noires. On réveil personne après une bonne fête, bordel…

BOUUUUM

Une explosion fit vibrer les murs en crépis de la cantine, le jeune première classe prit son fusil et courut au fond de la salle en direction de la porte. Il n’y avait plus personne dans la grande salle, les tables étaient alignés en deux rangés distinctes, l’allée du milieu accueillait une dizaine de chariot repas et la cuisine était grande ouverte. Wash était dos à celle-ci, il chopa une bouteille d’eau et se l’enfila en frottant ses tempes, il tirait une gueule de western mi-cactus et mi-coyote. Pour cause, se faire tirer de son sommeil alors qu’on est dans un QG de la marine, symbole de paix et tout ça… Merde quoi.


avatar
Timuthé N. Tempiesta

♦ Localisation : Dans ses chaussures
♦ Équipage : Gun an Gun's

Feuille de personnage
Dorikis: 3100
Popularité: -411
Intégrité: -369

Lun 30 Mai - 15:08

Il y a bien longtemps, dans un lointain QG...

TnT's War, Episode 1 : La menace Albynos

C'est le chaos dans le QG, une bande de pirates se sont unis pour anéantir le QG de North Blue, et les prisonniers sont en train de s'évader. Alors que les officiers tentent tant bien que mal de se battre sur tous les front, TnT Tempiesta, le mafieux élu chevalier du jeudi par le magazine Voilà, s'est élancé dans la base, après avoir réduit le port à feu et à sang.

A l'heure actuelle il serait en train de se diriger vers les cuisines, en caleçon, avec assez d'armes pour détruire le QG à lui tout seul.

*petit mouvement de caméra descendant*

Un explosion propulsa TnT. Cette explosion n'était pas de son fait, mais du mortier qui essayait de le chopper depuis les toits. Le garçon fit un roulé boulé puis se releva en grimaçant. Les bandages qu'il avait sur le torse et sur la tête avaient à nouveau rougis, ses blessures s'était rouvertes. Il sentit le sol vibrer sous ses pieds alors que fasse à lui, il n'y avait rien à part quelques ombres qui fuyait la zone qui venait de se transformé en champ de tir pour mortier.

Assez malin pour se douter qu'il y avait quelque chose derrière lui, notre jeune chevalier jeudi se retourna, et aperçu, une compagnie complète de marins tout de blanc vétus. La première ligne portait des lances et des larges boucliers, les 2 suivantes avait des fusils. L'odeur caractéristique du souffre en train de flamber se fit sentir, et malgré sa douleur, le jeune homme s'élança. Un nouvelle vibration se fit sentir dans le sol, le mortier venait de tirer...

Le Sergent d'élite Amonbophis, dit "le plagieur", regardait le pirate foncer sur sa compagnie de légionnaire. Le pauvre, il ne se doutait pas que cette compagnie était tellement bien entrainée que chacun de ses hommes semblait être un clone de celui d'à côté. D'ailleurs, ce n'était pas pour rien qu'on appelait chacun de leurs assaut "l'attaque des clones".
Amonbophis vit son fidèle bras droit se pencher vers lui, afin de lui faire par de ses dernières observations sur le pirate primé.

Je pense que nous avons à faire à un Serial Killer...


*musique dramatique*

Un quoi?

Un Serial Killer!

*re musique dramatique*

Un quoi?

Un tueur en série un serial killer!

ahhhhhh un Serial Killer!


*re re musique dramatique*

Amonbophis était à cet instant très fier de son fidèle bras droit, encore une fois il avait rendu honneur à son rôle en l'informant d'un détail capitale, c'était vraiment un excellent bras droit, quel dommage qu'il eut été mancho! Bon trêve de palabres l'ennemis était très proche et le mortier venait de faire feu, il fallait donner les ordres!

Bouclier!

A ces mots, l'intégralité des marins de la première ligne posèrent un genou au sol, leurs immenses boucliers formant un mur infranchissable.

Pilum!

La dessus les lances du premier rang s'abaissèrent, tandis que les fusils se posèrent sur les épaules des lanciers du premiers rang. TnT, lui, continuait de courir...

Pourquoi il s'arrête pas?

Là-dessus, le tir du mortier toucha le sol, juste à côté du jeune homme en caleçon qui disparu dans la fumée, laissant perplexe Amonbodis. Il y avais deux secondes, sa compagnie allait se rendre utile, et là, il y avait plus personne, et pas le moindre son, même si c'était surement à cause de l'explosion du mortier qui l'avait temporairement assourdit, lui ainsi que le reste de ses hommes. Bon toujours était-il que le mafieux était plus là, il allait falloir traqué d'autres pirates dans le QG.

Pendant ce temps, TnT se relevait. Il avait été propulsé par le souffle droit au travers d'une fenêtre de la cuisine, et se trouvait maintenant à moitié brulé et saignant de partout, au milieu de la cuisine.

Au bout de la pièce, il y avait un type étrange, avec des dreadlocks, des lunettes de soleil, et un magnifique balais. Ca sentait la lessive de partout, la cuisine avait été fraichement récurée. Quel dommage que le sol était maintenant couvert du sang de TnT, et qu'il faudrait maintenant tout refaire...

D'ailleurs notre héros se rendait bien compte de son erreur, et après avoir vérifier qu'il avait toujours ses trois pistolets cachés dans son caleçon, ainsi que ses fusées au fluor cachées dans ses bandages, il jeta sa veste. Bon bien sur, inutile de préciser qu'entre le sang, la poussière et tout le reste des saletés qu'on pouvait trouvé sur la veste, ben, il salit encore un peu plus le sol. Pour le coup, ça sentait beaucoup moins la javelle, ça sentait le sang séché et la sueur, ça sentait l'homme, le vrai.

Et maintenant, il fallait viriliser l'autre femme de ménage. TnT attrapa consciencieusement une bouteille de wisky, et se tourna vers l'homme qui devait très probablement être en rogne (enfin, ça Timuthé ne s'en doutait pas). Faut dire, comment vous le prendriez vous, que quelqu'un dégueulasse tout votre travail, et se promène en caleçon au milieu de votre cuisine propre?

Vous voulez un Wisky?
avatar
L'esprit du Hasard

♦ Équipage : Les saigneurs des Mers

Feuille de personnage
Dorikis: 735
Popularité: -10
Intégrité: -7

Mar 31 Mai - 0:05

Pour un justicier, le coté irrespectueux des Hommes face à la morale est une injure. Pour un homme d’entretien, les bouseux qui se torchent sur un carrelage propre sont une balafre. Pour Cleaner, le mélange du tout, c’est un manque cruel de philosophie.

Tel un boulet de canon, un zouave bourré de bandages ensanglantés déboula dans le fond de la cuisine, dos au dreadeux. Wash se retourna mollement pour regarder le loustic puant de crasses qui s’époussetait dans le blanc anciennement immaculé de la pièce. S’appuyant sur sa serpillière, il objecta que le contestataire de la propreté était un nudiste en manque de sensations fortes. Caleçons, bandes de pansements, flingues et poussières, le tableau était dressé et il méritait d’être dépoussiéré par un peu d’huile de coudes. D’un coup de menton, le balayeur envoya ses paquets de cheveux valser vers l’arrière de son crane et replaça ses lunettes de la main qui tenait sa bouteille de flotte. Dans un même mouvement, le nudiste prit une teille de whisky et la proposa d’une voix un tantinet trop forte, il devait être dur de la feuille d’oreille le bétail, à moins que Cleaner accusait encore le coup de la gueule de bois.

« Nan merci, j’tourne à la flotte… »

Wash s’enfila une gorgé d’eau dans la même volée, il croisait trop d’hurluberlus depuis quelques temps, à commencer par ses collègues. Tiens d’ailleurs, il serait bien temps qu’ils débaroulent sur le plan terrestre ces bêtes de foire là, si l’allumé en caleçon faisait tout péter, c’est qu’il n’avait pas croisé les forces de frappes du cp5. Le balayeur posa son menton sur le manche de son instrument, il souffla un long filet d’air du genre à coller une cuite à une chrétienne et esquissa un large sourire.

« Toi, t’es le genre de mec qui a deux conflits intérieurs, une vie pas clean et une garde-robe merdique. Le second point faut en parler à ta mère parce que je peux rien y faire, mais le premier, c’est de mon ressort. Wash Cleaner, technicien de surfaces.»

La présentation faite, la classe d’entré de jeu, il envoya un coup de savate dans son balai pour l’expédier sur son épaule et se recula du passe-plat qui séparait les deux protagonistes. En deux pas, il était contre un des chariots à bouffes, il y posa sa ration d’eau pour en saisir une nouvelle. Il fallait combattre deux ennemis, un nudiste adepte de la crasse et une gueule de bois, pour le premier il avait sa serpillière, pour le second de la flotte. No blem.
avatar
Timuthé N. Tempiesta

♦ Localisation : Dans ses chaussures
♦ Équipage : Gun an Gun's

Feuille de personnage
Dorikis: 3100
Popularité: -411
Intégrité: -369

Lun 6 Juin - 15:18

L'homme avait prit son balai et une ration d'eau. Il avait osé attraper un tel instrument de vie et de pêcher! Comment un être vivant de sexe masculin pouvait faire quelque chose d'aussi horrible? Alors qu'à l'origine, il voulait rendre service, TnT désirait maintenant le corriger, et lui apprendre ce que c'était que la réelle voie du macho man, et tout ça à cause d'une ration d'eau...

Qui plus est, il avait compris en lisant sur les lèvres du Hippy ce que celui-ci disait. Comment un être vivant pouvait demander à un homme, un vrai, de laver le sol à la place de la mama? C'était une honte, un scandale, digne des plus redoutables et vils démons, un actes comme Unwin en fait quotidiennement! Il fallait laver cet affront, et non cette fichu cuisine!

Et oui, TnT ne faisait qu'apprendre à lire sur les lèvres, et du coup, il ne comprenait pas encore très bien que les mots "mère" et "technicien de surface" employés ensemble ne voulaient pas forcément dire ce qu'il avait imaginé un peu plus tôt et que je me fatiguerais pas à répéter.

Morale de l'histoire : intelligent, peut être, parano, surement!

Sur ce magnifique slogan que je compte bien ressortir à l'occasion, TnT déboucha la bouteille de pure malte qu'il tenait. Il allait être un homme, un vrai, et pour ça, il allait devoir boire, beaucoup boire, comme tout bon cowboy qui se respecte.
Trois gorgées plus tard, il tira de son caleçon le mystérieux fusil mangeur de cheveux qu'il avait découvert quelques jours plus tôt. A l'origine, il avait pensé le sortir uniquement pour l'offrir au boss, mais étant donné ses blessures et son adversaire, cela serait vachement plus classe de se battre avec l'arme étrange.

Tandis que son pouce lui indiquait par le une vibration que le clic caractéristique du chien qu'on amorce venait de se faire entendre à ceux qui ne sont pas sourds, Timuthé décida qu'il était l'heure de péter la classe!

Appelle-moi Monsieur!

Bon évidement le ton monocorde qu'il venait d'employer cassait grandement l'effet qu'il aurait voulut faire avec cette phrase, mais comme il n'entendait plus rien, il aurait eut énormément de mal à s'en rendre compte.

Maintenant qu'il s'était présenté et que cela avait été viril, TnT se prépara à sauter. Déjà, il sentait beaucoup moins la douleur due à ses blessures et il éprouvait une étrange sensation de bonheur. Et oui, notre mafieux avait 17 ans, le gabarit d'une crevette anorexique portant un vers solitaire, et n'avais jamais but d'alcool de sa vie. Il venait donc de réussir à se faire tourner la tête!
C'était super-bon ce truc, voir même super-bourbon! Pour un peu, il en, reprendrait bien un peu...

Deux gorgées plus tard, Tempiesta n'avait plus mal du tout, mais était beaucoup beaucoup moins intelligent. Il put alors constaté que son adversaire avait un fruit du démon : il était tout trouble et venait de se diviser en deux clones de lui-même. Enfin, ça s'était ce que voyait TnT hein, c'est lui qui est bourré, pas moi!

Pour éviter un autre dédoublement, notre héros s'élança. Il lui fallait une volonté de fer pour empêcher le sol de se dérober sous lui, et pour rester concentré sur les deux clones.

Deux pas plus tard, il prit appuie sur son pied droit. Il braqua le fusil sur le clone de droite, et la bouteille s'abattit sur celui de gauche. Pour ceux qui étaient sobres, le technicien de surface était à peu prêt entre les deux armes, au seul endroit sans danger, et avec une ouverture en or!

A quelques centimètres de sa cible, complètement déchiré, le garçon eu une pensée toute mignonne et toute jolie, accompagnée d'une nausée toute aussi mignonne et jolie :

Je suis content!

C'est important la poésie dans ce monde de brute.

Il y avait une chose de sure, Wash allait devoir agir vite s'il ne voulait pas une douche un tantinet dégoutante. Mais qu'allait-il faire? TnT allait-il survivre? Les Guns allaient-ils s'échapper? Qu'était devenu Yaen, le lémurien de Saru? Vais-je accepter la demande en mariage de Césare, ce qui n'a absolument rien à voir avec ce rp?

Vous le saurez dans l'épisode IV de TnT Wars : Le Pire Contre-attaque!
avatar
L'esprit du Hasard

♦ Équipage : Les saigneurs des Mers

Feuille de personnage
Dorikis: 735
Popularité: -10
Intégrité: -7

Mar 7 Juin - 18:19

Le gamin d’en face venait de prendre trois poils de culs de plus en l’espace d’un instant, Wash observait avec un air évasif la prise de maturité par l’alcool qui s’opérait face à lui. Le crasseux ensanglanté se donnait un air d’homme, c’était l’exemple type de mauvaise graine qui avait foutu en l’air sa boussole interne. S’il n’avait pas croisé les voies philosophiques et impénétrables de Cleaner, en priant pour que l’autre gusse d'en face soit du bon bord, ce gamin serait devenu une plaie pour le gouvernement. Si jeune et si paumé, cela méritait un coup de nettoyant sur son passé et un coup de serpillière pour embellir son avenir. Wash envoya ses dreads d’un coup de menton vers l’arrière, il y allait avoir du show de surface digne de celui d’un chauve aux sourcils blancs et à la boucle d’oreille dorée.

Le gosse s’élança depuis la cuisine, la bouteille à la main et une drôle d’arme dans l’autre, sa mine en disait beaucoup sur les effets que l’alcool lui procurait. D’un coté un homme à la gueule de bois et de l’autre un gamin à la gueule d’éponge, le genre de choc des bitures qui vend autre chose que du rêve. Les muqueuses buccales et l’huile de coude allaient être à la fête, Cleaner lâcha un large sourire lorsque le verre de ses lunettes refléta l’envol hasardeux de la gallinette beurrée. La bouteille de whisky fusa à la droite du balayeur et l’arme se pointa à sa gauche.

« Sourd, jeune, mauvaise graine et maintenant miro ? Je vais t’aider à repartir de zéro gamin … Humpf »

Wash lâcha sa bouteille d’eau au sol et porta sa seconde main sur le manche de son arme, d’un mouvement de reins, il effectua un tour sur lui-même et heurta de plein fouet du bout de sa serpillière le récipient de verre pur malt, retour à la face de l’envoyeur.

Public en délire, première balle parfaitement renvoyée, le sprinteur pouvait courir vers la première base. Vive le Baseball.


La base en question se mugissait dans les airs, le member one fusa à sa rencontre, son arme dans la main gauche. Elle décrivit une belle virgule verticale, du carrelage anciennement propre vers le menton au futur des plus brillants, afin de lui porter un bon coup d’éponges. La main droite de Wash était devant lui, prête à saisir l’albinos du calvados si l’enchaînement portait ses fruits. La suite du combat, Cleaner le ferait sans lâcher un mot, comme lui disait sa mère, « Si tu parles à ton eau de Javel pendant que tu fais la vaisselle, elle est moins concentrée. ». Rien ne remplacera les mots d’une mère dans pareille situation
.
avatar
Timuthé N. Tempiesta

♦ Localisation : Dans ses chaussures
♦ Équipage : Gun an Gun's

Feuille de personnage
Dorikis: 3100
Popularité: -411
Intégrité: -369

Mar 7 Juin - 22:52

Vous connaissez l'histoire de cling la bouteille de wisky? C'est une bouteille, qui est renvoyée par un gouvernemental, elle touche le visage de TnT qui par une chance inouï à fermé les yeux à ce moment. Et cling la bouteille de wiksy!

Recouvert d'alcool, TnT laissa couler une larme. Quelque chose en lui c'était brisé en même temps que cette bouteille. Quelque chose que beaucoup nomment le coeur... Elle était morte, anéantie par la sauvagerie et la cruauté du genre humain. Ce monstre, que dis-je, ce démon d'employer à la désinfection venait de détruire à jamais la plus belle idylle qui soit. Comment le monde pouvait être aussi destructeur, lui qui d'ordinaire générait tant de beauté? Comment les dieux avaient put offrir à leur serviteur un aussi beau cadeau, puis lui prendre tout de suite après, ce qui ne faisait que le faire sombrer d'avantage dans la souffrance?

Oh Destinée cruelle pourquoi te jouais-tu autant de notre pauvre Timuthé?

Toujours était-il qu'il n'eut pas le temps matériel de réfléchir plus que ça à ce détails. En effet, une serpillère au bout d'un bout de balais atteint son menton. Ses pieds quittèrent le sol. Déjà que le sol bougeait, là, ça atteignait un stade qu'il n'aurait pas cru possible. Le haut, le bas, tout ça n'avait plus aucun sens, il n'y avait qu'une chose importante : on s'envole!!!

Aller, tous ensembles :

Rêve ta vie en couleuuuuur, c'est le secret du boneuuuuuuuuuur!

Oh attendez, voilà que notre héros apperçut une vile main qui s'approchait de lui, cherchant manifestement à l'interrompre dans son mouvement de translation vers le pays imaginaire! D'ailleurs, voilà que encore une fois la coquine commençait à se dédoubler. Et puis cette fichue nausée qui revenait, comme quoi ça avait peut être pas que des avantages d'être bourré...

Heureusement, il avait une idée pour résister vaillament à l'envahisseur, enfin bien sur il fallait déjà réussir à coordonner ses gestes. Aller TnT, un, deux, trois!

Non...

Bon, on réessaie. Juste avant que la main ne l'attrape, Tempiesta sentit un impressionant choc dans son bras.

En effet, il venait de tirer avec le fusil à canon scié qu'il avait dans la main, et le recule avait été bourrin. Théoriquement, le tir de chevrotine était dirigé à peu prêt vers le monsieur trouble aux dread locks, après, ben, fallait voir à quel point l'alcool compenserait la proximité de l'employé au ménage. Dans tous les cas, notre éponge ambulante vit sa chute s'arrêter.

Après raide comme il l'était, il était parfaitement incapable de capter s'il était allongé ou debout. Son oeil vitreux se posa sur le vilinpabo, comme il avait décidé de l'appeler, et sa main gauche attrapa une des armes qu'il avait dans son caleçon, ces lunettes qui lui faisaient des clin d'oeil en chantant du paillard, ça l'énervait, il fallait les corriger.

Bon évidemment, je ne préciserais pas qu'il avait attraper le canon du pistolet, et que du coup, il tenait cette deuxième arme à l'envers, vous imaginez bien que je suis pas du tout du genre à ridiculiser mon perso...
avatar
L'esprit du Hasard

♦ Équipage : Les saigneurs des Mers

Feuille de personnage
Dorikis: 735
Popularité: -10
Intégrité: -7

Ven 10 Juin - 23:54

Quelle salope ce gosse, il a beau avoir la tête d’un marshmallow cramé, il n’en demeure pas moins aussi dangereux qu’un alcoolo en sevrage. Wash avait l’avantage de l’âge, de la classe, de l’intelligence et très certainement de l’expérience des femmes par rapport à son adversaire. Pourtant, il trouvait encore le moyen de se prendre une rafale de baltos à bout portant. Minimisant les dégâts, Cleaner s’était décalé sur sa droite pour éviter le coup de feu et comme il existe un bon dieu pour les ivrognes, l’arme envoya une tripoté de plombs. Notre dreadeux serra les dents, une balle avait lacéré son marcel blanc, accessoirement son bide. Ca déconnait plus.


Son opposant tomba de tout son long sur le dos, il se comportait comme l’ivrogne du village dans un roman irlandais. Saisissant son gun par le canon, il le pointa en direction du balayeur, le regard des mauvais jours en guise de munition.

Wash se retourna et saisit la barre du chariot à roulette de sa main droite, les roues de l’engin se décollèrent du sol, une gerbe de sang perla des dents du Washmen. Tout son corps se pencha en direction du petit homme et il envoya d’un revers de bras rageur la carlingue en fer dans sa direction. Les aliments s’éjectaient du chariot à mesure qu’il déclinait la virgule vers le blanc bec, jamais une feuille de choux et un pot de sauce tomate avaient adopté une telle grâce aérienne. Une fois le lancé effectué, il sauta sur une des tables de la cantine, joliment dressée. Pieds joints et dos courbé, la serpillière à la verticale à la manière d’un club de golf, swing parfait et foule en délire. Couteaux, fourchettes, assiettes, verres, carafes et chandelier volèrent en direction du gamin. On a peine à imaginer les utilisations multiples d’un tel instrument de ménage dans les mains d’un défendeur de la paix.


En l’espace de dix secondes, la table en bois était desservie, Cleaner mit son poids sur la tranche et elle bascula. Elle constituait une barricade derrière laquelle le nettoyeur était invisible et protégé des assauts armés qui pouvaient constituer la riposte de blanche neige.

Le cul par terre et le dos contre la planche de bois, Wash inspecta la plaie sur son bide, ca pissait le sang et c’était bien fait pour sa gueule. Il plaqua sa main droite sur le carrelage et marmonna un « Clean right ». Un halo blanchâtre avala le sol à mesure que sa main le parcourait.

avatar
Timuthé N. Tempiesta

♦ Localisation : Dans ses chaussures
♦ Équipage : Gun an Gun's

Feuille de personnage
Dorikis: 3100
Popularité: -411
Intégrité: -369

Mer 22 Juin - 21:11

Vous savez ce qu'il y a de plus dramatique avec les plafonds "modernes", c'était leur fameuse tendance à bouger tout seul dès que vous avez plus d'un gramme d'alcool dans le sang. C'était ça et leur facheuse tendance à attirer l'attention davantage que l'employé à l'entretien des sols qui essayait d'éclater la tête de TnT. Notre pauvre garçon était d'ailleurs tellement concentré sur ce vil plafond qui l'embêtait énormément, qu'il ne se rendit pas compte que son adversaire était en train de récupérer une arme improvisée de catégorie 42, +1 contre les asiettes à desserts : le chariot à roulettes!

Cela dit, pour tout ceux qui attendent avec impatience le moment où notre héros va se faire défoncer le nez, et ben, je vous apprends qu'il n'est pas encore l'heure. En effet, j'ai décidé qu'il est temps de faire du GB comme c'est pas permis et donc de vous révéler le moment de mantra de TnT! Et en plus, je vais faire le tout au ralenti, parce que c'est 5 fois plus classe!

*mode ralenti on*

Le chariot décolle du sol. Timuthé ferme les yeux pour arrêter le mouvement du plafond. Lentement, sa peau change de couleur. Un gout étrange se fait sentir dans sa bouche.

Le chariot s'élève. Le mafieux ne s'en rend pas compte, mais la chaleur qu'il ressend au visage est due au fait qu'il est aspérgé du sang de son adversaire. Notre jeune homme send que quelque chose approche, quelque chose de gros. Il amorce un mouvement de rotation.

Le chariot est au zénith de sa trajectoire. TnT c'est mis à quatre pattes, le pistolet qu'il a préalablement attrapé à l'enver est posé à côté de sa main. Il rouvre les yeux, une impression malsaine se fait sentir, il est en danger.

Le chariot approche du dos du garçon. Maintenant son mantra nouveau lui apporte la certitude de l'arrivée de la menace, il ne peux pas esquiver, il ne peux que constater la chose...

*Je vais vomir!*

*mode ralenti off*

Ben oui, vous ne pensez tout de même pas que j'allais volontairement donner un pouvoir suprapuissance à mon perso comme ça, non mais, comment j'aurais fait pour le ridiculiser sinon?

Donc, toujours était-t-il qu'au moment où le chariot entra en contact avec le dos du garçon, et qu'il sentit une intense douleur sur l'intégralité du dos sus-nommé, son estomac lui fit comprendre qu'il n'était que très peu en accord avec le régime alimentaire de notre héros, ce qui finit par un magnifique salissage de sol. Moral de l'histoire, quand vous voulez boire du wisky, ne mangez pas japonais avant : le ramen ça rend malade!

Une fois que son repas fut proprement mis dehors pour avoir fait trop le souc dans son estomac, TnT se releva, en attrapant les deux armes aux sols à côté de lui. La première était son fameux fusil à canon scié, un petit peu sali par sa nausée subite, la deuxième était le pistolet brandit un peu plus tôt, sauf que cette fois, il était à l'endroit!

Il était temps de faire payé au vilinpabo le fait qu'il l'avait privé de son alcool si doux une deuxième fois. Il faudrait donné le meilleur de soit même, redoublé de salto, de figures acrobatiques et de secouage de cheveux loréal style pour pouvoir le vaincre. Enfin, tout ça c'est ce qu'il se dit avant de se rappeler qu'il était blesser de partout, qu'il avait mal au crâne, et que cette saleté de sol refusait obstinément d'être immobile.

Il se rendit compte également à ce moment là, dans un éclair de lucidité que l'adversaire avait disparu! Il n'était ni devant, ni sur les côté, ni derrière ce méchant. Son fruit du démon, en plus de lui permettre de se dédoubler lui donnait-il la capacité de disparaitre aux yeux de tous? Comment pourrait-il affronter un tel ennemi?

Oh, une table renversée de manière idéal pour caché un gouvernementale cherchant à prendre une pause pour encaisser sa blessure!

Le mafieux réunit toute l'énergie qu'il pouvait pour essayer de trouver où pouvait être l'affreux qu'il voulait tuer. Etait-il passé par la vitre? Avait-il réellement disparu? Ou Bien....

Attendez deux secondes!

Ca y était, tout était clair, et il avait trop trainé! Furieux de ne pas avoir compris plus tôt, et faisant fi de tous les messages de protestation que lui envoyaient son corps, il s'élança. Déjà, il sautait et posait son pied droit sur la table retournée. Il ne prit même pas la peine de vérifier si le gouvernemental était bien là avant d'appuyer sur la gachette, le canon du pistolet braqué droit vers le bas, là où la logique voudrait que le vilinpabo soit.

C'est alors que cette saleté de pieds gauche décida d'embêter notre pauvre jeune homme, en rentrant en contact avec le pied droit de TnT, ce qui fit trébucher le référentiel du mafieux, et le fit donc tomber pile là où wash se trouvait quelques secondes plus tôt. Là question était où était-il lorsque que TnT tomba? Etait- au même endroit? Etait-il enfoncer dans les sous-sols? Etait-il partit en courant de l'autre côté de la pièce? Vais-je continuer à vous poser des questions?

Tout ceci ne dépendait que d'une seule personne, personne divinement surpuissante tenant le sort du monde entre ses mains, personne qui par sa volonté pouvait ridiculiser ou auréolé de gloire Timuthé N. Tempiesta!

Wash, si tu pouvais utiliser ces pouvoirs pour me donner une idée de fin correct à mon post, hésite pas!
avatar
L'esprit du Hasard

♦ Équipage : Les saigneurs des Mers

Feuille de personnage
Dorikis: 735
Popularité: -10
Intégrité: -7

Sam 2 Juil - 19:36

L’excavation est un métier à part entière tout comme le ménage. Lorsque l’on combine les deux, c’est soit que l’on est l’inventeur de la méga-javel corrosive ou bien que l’on s’appelle Wash Cleaner. Pour le coup, notre homme avait du bol ! (Parce qu’il s’appelle Wash Cleaner, pour le mec au fond de la salle qui n’avait pas suivis…).

L’allumette de souffre blanche venait de bondir depuis le rebord de la table, il avait envoyait une sauce de plombs dans la même foulée en direction de la planque du balayeur. Un tantinet prévisible lorsque l’on connait le goût du burinage inné chez cette tête brulée, la saucée plongea dans le trou béant que Cleaner avait percé, tout droit direction la cave à vin. La cave était allumée par le biais d’une trentaine de bougies murales, le halo des flammes se reflétait sur la surface de verre des bouteilles rangées en foule sur les étagères. Une vague de liquide rouge recouvra le sol de la cavité, les billes de plombs avaient percuté les succulents mets liquides et un bruit de verre cassé résonna si fort qu’un ivrogne en serait mort de tristesse. Pour le coup, si le gamin pouvait en mourir, ce serait une bonne chose.

Cleaner quant à lui s’était posté près du trou au plafond, il attendait de voir tomber le corps du gamin pour l’expédier à la crèche. Bottez le cul de ce gosse et sifflotez une teille de vin, voilà le plan philosophique du member one. Il se voyait déjà passer l’annonce au micro du QG, « le petit blanc attend sa maman à l’accueil ». Jeu de mot magnifique.

Le corps tombait en direction du casier à vins, chute libre superbe qui pourrait se finir la bidoche éventrée sur les morceaux de verres. Ce n’était pas du style du dreadeux, d’un coup de menton il fit voler ses paquets de cheveux vers l’arrière et il s’élança en direction de l’avorton en caleçon.

Après moult études de la part de l’écrivain narrant la fabuleuse épopée de Wash Cleaner sur la meilleure façon de finir ce post, il en a déduit une chose. Pourquoi s’emmerder ? La suite raconte comment, un gamin haut comme deux pommes à eu la chance d’affliger le plus grand déboire à un gouvernemental alors que lui-même venait de boire.
L’idée était de le fouetter d’un coup de serpillière en plein vol, sur le papier c’était méchamment simple, sur la terre battue de la cave la chose était moins aisée. La cheville de Cleaner heurta une bouteille et il plongea tête première vers l’allumette volante. Sa serpillière en guise de canne, il faisait un bel angle aigue, genre 45° pour ce qui visionne encore la scène, si bien qu’une baltos en pleine nuque aurait mis fin à sa vie.

« Bordel… »

Les observations faites du gamin tout le long de leur entrevue mit Wash devant une réalité, s’il ne faisait rien, il mourrait comme un clampin. Sa serpillière devint alors blanchâtre et le sol sur lequel elle s’appuyait disparu. Il avait effacé le sol sous lui pour réduire l’angle qu’il faisait avec lui de façon à éviter un possible tir. Le seul problème, c’est qu’il mit à jour une cavité plus profonde, un trou béant de sombritude (terme à la Ségolène) qui l’avala. Un « bordel » distinct sortit de sa bouche et ce fut une chute interminable vers les gouffres de la terre. Cleaner allait vivre une chute libre plus longue qu’une liste de MST sur le bilan médical d’une prostitué et cette phrase clôt bien la fin de vie role play d’un personnage qui m’a bien fait déliré.

Merci TNT et désolé du temps d’attente.
avatar
Timuthé N. Tempiesta

♦ Localisation : Dans ses chaussures
♦ Équipage : Gun an Gun's

Feuille de personnage
Dorikis: 3100
Popularité: -411
Intégrité: -369

Sam 9 Juil - 19:10

Le garçon se releva, encore abassourdit par ce qu'il venait de se passer. Le choc sur le sol couvert de verre et de vin rouge l'avait sonné, et l'espace d'un instant, il avait cru y passé lorsque que le gouvernemental était apparut derrière lui pour l'achever. La chance lui avais sourit, et une fois encore, il sortait vainqueur. L'ennemi c'était battu avec fureur.

Précautionneusement, Timuthé N. Tempiesta se releva, en prenant soin de ménager ses blessures. Les tremblements du bâtiment avaient cessés, preuve d'un assaut imminent de la part des soldats de la marine. Il fallait faire vite. Le mafieux s'approcha du trou où était tombé son adversaire. Un sourire sadique s'afficha sur son visage. Il avait une règle qu'il tenait à appliquer : un mort ne mérite qu'on l'honnore qu'une fois ses anciens alliés neutralisés...



Un peu plus loin, à l'extérieur du bâtiment, le 1ère classe Davinson écoutait les ordres du sergent Amonbophis. Il était un des fusiliers des légionnaires du "plagieur" un combattant endurcit, réputé pour son sens de la discipline et sa capacité à obéir aux ordres. A l'intérieur, il y avait un pirate recherché, qui manifestement c'était battu, à en juger par les coups de feu qui s'était fait entendre un peu plus tôt.

Les instructions étaient simples. Les lanciers s'engageraient dans le bâtiment, dirigé par le sergent chef, et le ratisserait de fond en comble pour retrouver le pirate albynos. Pendant ce temps, la moitié des fusiliers moitié dont faisait partie Davinson transformeraient les fenètres de la bâtisse en autant de meurtrière, afin de faire face à d'autres assauts des prisonniers. Enfin, le dernier tiers de la compagnie serait là pour servir d'appat aux évadés des environs.

C'était partit !

Le jeune homme s'élança avec ses compagnons d'armes. Déjà les fusiliers assignés à la place se mettaient en position aux quatre coins de la zone, et vérifiaient l'état de chargement de leur fusils. Les lanciers quand à eux courraient de part et d'autre de la cuisine, certains déscendirent même dans la cave, accessible par un trou béant dans le sol. Il y avait des pistolets par terre. Manifestement, un combat terrible avait eu lieu entre le mafieux et l'agent gouvernemental qui s'était installé ici, mais trève de réflexion, il fallait aller à son poste. Une fois positionné, il enleva la sécurité de son fusils, et l'appuya sur le rebord de la fenêtre, Jhonny Smitty était à côté de lui, concentré sur le prochain assaut des évadés qui allait surement venir.

C'est alors qu'une explosion retentit dans leur dos, accompagnées de plusieurs cris. C'était des voix qu'il connaissait, des voix de ses camarades lanciers. Il se retourna, fusils en main, tout comme la plupart de ses camarades. De la fumées et une odeur d'alcool et de chaire brulée s'élevait du trou menant à la cave. Un bras portant encore les traces des galons donnés normalement aux sergents chefs gisait à côté du trou, calciné.

Un corps humains jaillit, et Davinson, tout comme ses 10 compagnons fusiliers ouvrit le feu sur le cadavre. Les lanciers s'étaient agenouillés et pointaient leur lance vers l'individu.

Lorsque la fumée se dissipa, ce n'était pas un, mais deux corps qui se tenaient au milieu de la pièce. Le premier gisait au sol, et était couvert d'impact de balles. C'était le corps d'un homme qui avait des dreadlocks, et une tenus évocant bien plus un technicien de surface qu'un membre du gouvernement. Cet homme étaient un agent du Cipher Pol, un agent dont certains connaissaient le nom. TnT Tempiesta avait vaincu Wash Cleaner!

Le deuxième homme était le fameux TnT Tempiesta, et chacun des hommes présents qui survivrait à la bataille se souviendrait à jamais de lui comme d'un être démoniaque. On le distinguait sur son corps que des bandages ou du sang, sang qui appartenait autant à ses ennemis qu'à lui même. Ses cheveux semblaient avoir été blancs à une période, mais à cet instant, ils étaient teintés de rouge. Il souffrait, c'était évident, et sa respiration était sifflante. Dans chacunes de ses mains, il tenait 4 bouteilles de vin (entre ses doigts), dans lesquels trempait un chiffon enflammé. Mais le plus horrible dans cet être, c'était son sourire démoniaque, et la lueur de folie qui luisait dans ses yeux alors que tous les fusiliers étaient en train de recharger leurs armes pour l'abattre.

Ca, et la seule pharse qu'il prononça :

Ce soir, vous dinez en enfer!

Le mafieux envoya les bouteilles dans toutes les directions et explosèrent en plein vol.

La dernière chose que vit le première classe Davinson avant d'être dévorés par les flammes fut le visage ensanglanté d'un agent d'élite du CP5, un agent mort en héros, un agent qui s'appelait Wash Cleaner...
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1