AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Un renouveau combatif

Aller à la page : Précédent  1, 2
Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Mer 13 Juil 2016 - 14:52

Rappel du premier message :

Je passe les rochers tranquillement avec ma Terreur, les contournant sans difficulté. J'accoste dans le port, comme prévu, revenant de West Blue. Je laisse mon bateau après l'avoir amarré. Les gens me reconnaissent et s'écartent du passage. Pourtant, un type lambda s'approche de moi. L'inconscient.

" Vous êtes enfin revenu ? C'est aujourd'hui que vous allez affronter les chefs ?
Y parait.
Trop cool.
Pourquoi c'est cool ?
Depuis le temps qu'on veut taper sur certains, on va enfin pouvoir.
Vous pourrez surtout fermer vos gueules et disparaître. Le seul qui va les combattre, c'est moi. Personne d'autre. Je vais prendre le pouvoir. Et quiconque m'en empêchera finira comme engrais. Capiche ? "

Je reprends ma marche et avance dans la ville-île. Je me rends à mon auberge. Je m'acquitte de mon dû et pars dans ma chambre. A peine installé qu'on vient frapper à ma porte. J'allonge mon bras pour ouvrir la séparation. Un type entre. C'est qui lui déjà ? Je sais que je l'ai vu. C'est celui qui m'a un peu aidé. Ben ? Jacques ? Benoit ? On s'en fou, il s'appellera Paul. Ah, voilà ! C'est comme ça que je l'avais appelé la dernière fois, Paul.

" Quoi ?
J'ai entendu dire que vous étiez rentré.
Apparemment.
Ça tombe bien. Depuis quelques jours, on a un soucis sur l'île.
Pas mes affaires.
Un soucis qui pose des problèmes au conseil. Conseil dont vous faîtes désormais parti.
Putain !? J'ai même pas commencé que ça a déjà attiré les emmerdes. Bon, quoi ?!
Une fille. Une gamine. Cheveux blancs, tenues blanches, rouges et noires.
Et bah quoi ?
Elle a endommagé l'arène. Elle a fait un massacre là bas, tuant beaucoup de monde.
Le conseil n'a personne pour s'occuper de ce genre de cas ?
Bah en fait, ils veulent tester vos dires, voir si vous pouvez vraiment protéger l'île contre des criminels faisant n'importe quoi.
Donc je dois faire leur sale boulot, c'est ça ?
... Ou ... Oui.
Et je la trouve où la gonzesse ?
Dans une auberge, un peu plus loin.
Une fois que je me suis occupé d'elle, je pars voir le conseil. Il est temps d'avoir un face à face. En attendant, guide moi jusqu'à elle. "

Le prénommé Paul m'amène jusqu'à l'auberge fréquentée par la demoiselle. Le patron me donne son numéro de chambre. Je le paye d'avance pour le dédommagement. Je viens à peine d'arriver sur l'île, j'ai même pas eu le temps de prendre mon titre qu'on me force à régler des soucis qui ne sont pas les miens. Forcément, ça ne mets pas de bonne humeur. Arrivé devant la porte, je la fait valser d'un coup de pied. Elle s'écrase contre un mur et éclate en morceau.
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Allyta
Allyta

♦ Localisation : Rokade, South Blue
♦ Équipage : Pas encore

Feuille de personnage
Dorikis: 1500
Popularité: 27
Intégrité: 0

Sam 3 Sep 2016 - 17:30

Round 3:
Le poids de l’arme me fait vaciller mais je tiens bon.
Mon corps est dans un bien triste état… Il doit me rester quelques minutes avant que je ne perde l’usage de mes muscles. Je suis épuisée par ce combat qui n’en finit pas…
Je suis trop habituée aux petites frappes qui meurent en quelques secondes. Il va me falloir gagner en endurance.
Bon, déjà il me faut survivre à ce combat.

Un faible tremblement du sol me rappelle à l’ordre. Kath se trouve juste en face de moi.
Je ne laisse pas le temps à mon cœur de sursauter. Je privilégie ma survie avec un bond en arrière. Ma lame griffe le sol lors du mouvement ce qui limite ma distance de saut.
Deux énormes poings frappent le sol la seconde suivante. Le sable décolle avec la puissance du coup formant un large cercle autour de mon ennemi.
Je l’ai échappé belle. Ce coup-là, je ne m’en serais pas relevée.

Il revient immédiatement à la charge, ne me laissant pas le temps de souffler.
Je parviens à contrer ses coups en interposant le corps de ma hallebarde entre lui et moi. Mon épaule pleure de plus belle. Les larmes écarlates glissent sur ma peau et imbibent mes vêtements.
Chaque parade m’arrache un petit cri. Mon orgueil me pousse à les contenir. Pas question que Clotho y voit une marque de faiblesse.
Je rassemble mes forces pour relever la tête de ma hallebarde et je la pointe en direction de mon opposant. Si je parviens à le planter, ce sera fini pour lui.
D’un bond, je m’élance vers son cœur. Le métal s’approche dangereusement de lui sans qu’il ne réagisse. Je vais l’avoir par surprise ? Cela me semble un peu trop facile…
A la dernière seconde, il repousse ma lame du revers de la main, comme s’il écartait une mouche de son chemin.
Surprise, je me fais emporter par mon élan et je bascule en avant. Ma tête passe près de son bras droit. Trop près…
Il me saisit par la gorge et me soulève d’une seule main. Mes pieds quittent le sol.
Saleté…  
Sa prise se resserre sur ma gorge pour me faire taire.
Impossible de respirer…
Je lâche mon arme qui s’écrase lourdement par terre.
Alors, petite garce ? Je ne t’entends plus cracher tes insultes.
Je tiens à peine compte de sa remarque. Mes poumons semblent prêts à exploser.
Ma vue commence à se troubler.
Il faut que j’agisse… Vite !
D’une main tremblante, je parviens à glisser mes doigts sous mon bracelet de force et à saisir une de mes dagues cachées.
De mon seul œil encore ouvert, je parcours la surface de sa peau à la recherche d’un point exposé.
Sans attendre, je lance la petite lame avec mon dernier élan d’espoir. Elle file se loger directement dans l’artère qui alimente son bras.
Il ne semble pas le remarquer immédiatement. Son produit annihilerait toute douleur ?
Au fur et à mesure que le canal sanguin se vide, je sens son bras faiblir. C’est à ce moment-là qu’il comprend.

D’un geste haineux, il me jette au sol et tente d’arrêter l’hémorragie avec quelques lambeaux de vêtements.
Je profite de son inattention pour ramper jusque mon arme. Je me relève à l’aide du long bâton qui la compose et je m’éloigne pour reprendre mon souffle.
Ma vue revient lentement mais les bords sont encore flous.
Je respire avec peine. Je m’entends haleter.

Mon corps est sur le point de céder.
Il faut pourtant je que gagne. Je ne me plierais jamais devant qui que ce soit. Jamais !
Allez petit corps ! Accorde-moi une dernière charge. Juste une.

Cette fois, je fonce sur mon ennemi sans dévier. Je ferme les yeux en prévision du choc et des projections de sang à venir. C’est ma dernière chance. Lancée comme je le suis, impossible de revenir en arrière. Je peux le faire ! Je peux y arriver !
Encore un pas…
Ma lame a quasiment atteint son torse lorsqu’elle s’arrête nette. Avec la vitesse, mon corps subit le contrecoup de cet arrêt brutal. Lorsque je rouvre les yeux, je vois que le métal est à peine enfoncé dans le corps de ma victime.
Je découvre avec effroi que Kath tient ma lame de sa main encore valide. Malgré la section de son artère, il reste plus puissant que moi.
Je suis complétement tétanisée devant mon adversaire. Celui-ci ricane.
Je suis faible à ce point ? Incapable de transpercer la peau de ce type ? Faible… Faible…

Il profite de ma perte de confiance pour attraper l’arme par sa garde.
Je suis trop perturbée pour le remarquer.
Quelques larmes se rassemblent au bord de mes paupières. Je craque à moitié. Seul mon œil droit pleure. Je sens la goutte faire son chemin sur ma joue. Au diable Clotho ! J’ai besoin de souffler…
Je suis fatiguée…
Un sentiment de vide s’empare de moi. Je n’ai plus envie de rien. Ni de vivre, ni de mourir. Ni de rire, ni de pleurer. Je n’ai qu’une pensée : ma faiblesse.

Si seulement j'avais plus de puissance... plus de force... plus... plus...
Je tape nerveusement le torse de Kath qui continue de se moquer.
Plus... plus... plus...
Au fur et à mesure que je m’enfonce dans l’inconscient, je sens quelque chose me gagner.
Ça commence par une toute petite flamme, minuscule. Timide et maladroite, elle entoure mon cœur d’une douce chaleur.
Plus...
Elle prend de l’ampleur petit à petit. Son intensité augmente également.
Plus... plus...
Le feu grandit de plus en plus en moi.
Plus... plus... plus...
Mon corps semble s’embraser. Quelque chose me parcourt les veines. Je sens mes forces revenir légèrement. Mais il y a autre chose. Quelque chose de nouveau. Quelque chose que je ne connais pas. Quelque chose qui ne m’appartient pas. Ou plutôt qui ne m’appartenait pas.
Je suis en train de me l’approprier. Je le sens.

PLUS

Je lève la tête sans prévenir. Mes yeux plongent dans ceux de Kath. Mais je n’ai plus un regard de crainte. Je suis sure de moi. Et c’est à son tour de me craindre.
Il me semble d’ailleurs que je le regarde d’égale à égale. Je n’ai plus besoin de lever la tête pour le voir. Aurait-il rétréci ? Serait-ce la limite de son produit ?
Non… C’est autre chose…
Qu’est-ce que …
Ce n’est pas lui qui est plus petit. C’est moi qui suis plus grande !

En baissant les yeux, je comprends enfin ce qu’il se passe.
Il n’y a pas que lui qui a changé lors du combat. J’ai également « évolué » semble-t-il.
Mes fines jambes tremblotantes ont laissé place à quatre membres solides couverts de poil et se terminant par un sabot dur comme le roc.
La sensation est étrange… Je suis passée de deux à quatre jambes et pourtant l’usage de chacune d’elle me parait naturel. C’est comme si je les avais toujours eut.
Je me sens également plus puissante. Mon arme me semble soudain si légère… Je ne peux m’empêcher de la regarder avec curiosité.
Mes yeux se posent ensuite sur mon adversaire. Une goutte glisse sur sa tempe, trahissant sa peur.
Il l’a senti lui aussi.

Hé ! Hé ! Hé !
Je sens que ça va devenir intéressant.
Je ne peux m’empêcher de sourire. Prépare-toi mon gars, j’arrive.
Mes mains se resserrent sur le manche de ma hallebarde de manière significative. J’enfonce légèrement mes sabots dans le sable afin d’être plus stable.
A mon tour !
Sans attendre, j’enfonce ma lame dans son torse. Cette fois, elle rentre comme dans du beurre. Malgré tous efforts, Kath ne parvient pas à l’arrêter.
Il essaie vainement d’agripper le manche à deux mains mais ses doigts manquant à gauche ne l’aident pas.
C’est vraiment… très jouissif. Toute cette puissance me monte à la tête.
Sous les hurlements de mon ennemi, je termine de l’embrocher comme il se doit. Si j’épargne ses organes vitaux, c’est pour mieux l’exécuter.
Je retire lentement le métal de sa chair afin de le faire souffrir le plus longtemps possible.

Alors qu’il se tort de douleur au sol, je le tourne sur le dos en le poussant du bout du pied, enfin du sabot.
Il me semble entendre la voix de Clotho. « Non » ?
Tshhh ! Rien à foutre de notre accord. Je veux sa tête.
Telle un bourreau, je prépare mon hallebarde pour une décapitation en règle. Deux yeux me fixent d’un air supplicié.
Pi… Pitié…
Je savoure pleinement ce moment. Ma domination est totale.
Finalement, je laisse chuter ma lame en direction de la gorge de Kath. C’en est fini de toi !
Meurs !

Juste avant l’instant fatidique, quelque chose s’interpose.
De la terre jaillît au lieu du sang tant attendu.
Je ne comprends pas…
Avec une infinie lenteur, je tourne la tête. Un trait de terre relie le coup de ma victime jusque… jusque… jusque Clotho.
Ma rage compulsive s’éteint en même temps que le feu dévorant qui brûlait en moi.
Je tombe à genou, complètement perturbée.
Le pirate semble exténué par ce sauvetage de dernière minute. Ou alors serait-ce à cause de ses combats passés ?
Il semble agacé.
J’ai complètement perdu les pédales…
S’il ne m’avait pas arrêtée… j’aurais tué Kath…
Il a besoin de lui… J’ai failli commettre l’irréparable…
Pardon…
http://www.onepiece-requiem.net/t17476-allyta-petite-nouvellehttp://www.onepiece-requiem.net/t17677-allyta-demiangel#199745
Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Sam 3 Sep 2016 - 20:48

Un fruit du démon ? Voilà quelque chose à laquelle je ne m'attendais pas. J'avoue être surpris, et ça ne m'arrive pas souvent. Un rictus sur mon visage quand je la vois sous cette forme. Cependant, on dirait qu'elle se laisse dominer par son fruit. Ce n'est qu'un vulgaire zoan, rien de comparable à mon logia bien plus puissant. Aussi bien dans le don de ses pouvoirs que dans sa malédiction. Allyta se prépare à décapiter Kath. Aurait-elle oublié notre accord ? Aurait-elle perdu toute raison ? Au dernier moment, je stoppe son coup en protégeant le cou de monsieur Bert. La jeune femme semble surprise. Ça me coûte de faire ce simple geste. Mais je le fais. Je finis même par me lever. Mon regard est froid. Il émane de moi une colère froide. Tous les regards sont sur ma personne désormais. Ça alterne avec la direction que je prends, la mangeuse de fruit du démon.

Mes pas résonnent tandis que j'avance. Personne ne parle, tout le monde retient sa respiration. Mon visage exprime clairement mon mécontentement. Non, j'ai passé ce stade depuis longtemps. Haine, rage, colère, orgueil, rancune, rancœur, frustration, tout se mélange pour me donner naissance. Une fois devant les deux corps, dont un qui tremble de peur sur le sol et l'autre qui tremble de fatigue debout, je m'arrête. Je prends mon temps pour former mes mots. Et lorsqu'ils sortent de ma bouche, ils sont froids, précis, piquant comme une piqure.

« J'ai dit vivant. » Ceux là sont adressé à Allyta, ainsi qu'à charmant regard qui signifie tu as de la chance, je suis de bonne humeur, tu vas vivre. « Y a-t-il quelqu'un pour nier la défaite de Kath Bert ? » Personne ne répond. « Tu es seul désormais. Soumets-toi ou meurs.
… j … je … je me rends … Pitié. »

Il finit par bégayer et pleure à moitié. Pour un membre du conseil des cinq, il vient de perdre tout crédit, toute autorité qu'il a mis si longtemps à acquérir. Tout ça m'est désormais acquis. Je viens de réaliser l'impossible, je viens de battre les quatre membres restants à leur propre jeu, et j'ai des milliers de témoins pour ça. Le commentateur décide de reprendre la parole.

« Incroyable. Impensable. Inimaginable. C'est tout bonnement surréaliste. Kath Bert, le dernier des membres du conseil vient de tomber. Il avoue sa défaite face à l'outsider qui, contre toute attente, vient de battre l'intégralité du conseil de Rokade. Les cinq s'inclinent devant lui. Il est parvenu à battre les mercenaires engagés pour se débarrasser de lui, il a utilisé une criminelle ennemie du conseil contre ce dernier, sans doute pour leur donner une leçon. Qui l' aurait crû ? Qui l'aurait pensé assez fort pour survivre à ces épreuves ? C'est une incroyable fin, un retournement de situation que le conseil ne semble pas avoir prévu. Les Doti, les Pika et les Runo ne sont trouvables nul part. Ils sont sans doute chez eux à réfléchir à ce qui va se passer pour eux. Vont-ils respecter leur engagement ? Vont-ils vraiment confier Rokade aux mains de Clotho ? Allons-nous avoir un nouveau chef  ? Peut-il vraiment redonner vie à l'île comme il le prétend ? Peut-il améliorer le système en place ? Nous vous tiendront au courant dès que nous en saurons plus. »

Puis sa voix disparaît dans le néant. Je manque de tomber. Paul le voit et se précipite juste à temps. Je lui dis de me ramener à l'auberge. J'ai besoin de chirurgie et de repos pour récupérer et soigner mes blessures.
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Sam 3 Sep 2016 - 20:49

* A l'auberge de Clotho, le lendemain *


Même à bout de force, j'ai réussit à faire comprendre que je voulais aller à l'auberge et non à l’hôpital que Kath, qui ne peut pas me blairer, contrôle. Des toubibs sont donc venus après qu'on m'ait posé sur mon lit. Ils m'ont donné des médocs il paraît. C'est ce que Paul m'a dit en tout cas. Ils m'ont opérés aussi qu'il m'a dit. Ce que je sais, c'est que lorsque je me réveille, je me sens mieux. Beaucoup mieux. Mes plaies sont réparées, en train de cicatriser. Paul est là, surveillant que personne ne fasse de bêtise. Quand il voit que j'ouvre les yeux, il s'approche.

« Vous êtes enfin réveillé. On a cru que vous ne réussiriez jamais à survivre. Vos blessures étaient sérieuses. Heureusement, des toubibs ont réussit à s'occuper de vous comme il faut. Ils vous ont réparés. C'est un miracle que vous soyez encore en vie.
L'orgueil fait des miracles.
Hahaha. Ça doit être vrai. Vous vous souvenez de ce qui s'est passé hier ?
Je … Je me souviens d'avoir combattu et d'avoir eu du mal.
Ensuite ?
Je … Allyta. Je me souviens de l'avoir vu combattu. J'ai raté des passages. Je suppose que je me suis évanouis.
Tout va bien, on l'a enregistré, juste au cas où. Vous pourrez le voir quand vous voudrez. L'important étant qu'elle a gagné contre Kath. Le conseil en entier est défait. Du coup … il ne vous reste plus qu'à obtenir leur allégeance, et pouf, vous dirigez l'île.
Plus qu'à. Mais je doute que ça se passe aussi simplement.
On verra bien. Ah, au fait, le bookmaker qui a pris le pari hier est passé déposé les gains, comme convenu.
Bien. Un truc de moins à m'occuper. Combien ?
Beaucoup.
Ok. Les toubibs ont dit si je pouvais bouger ?
Ils ont conseillé que vous restiez allongé pendant quelques jours le temps que ça cicatrise.
J'ai pas quelques jours.
C'est ce que je leur ai dit. Alors ils m'ont donné ça. Ça ralentira les saignements, ôtera la douleur et vous pourrez faire vos affaires. Mais votre corps subira quand même les dégâts. Vous serez juste en état de faire ce que vous avez à faire pour quelques heures.
Une fois que j'aurais obtenu l'accord du conseil, je pourrais me reposer. Pas avant. »

Paul continue de me parler, de me raconter des choses. Je souris. Tout se passe comme je l'avais prévu et souhaité. J'ai désormais toutes les cartes en main pour gagner l'île. Mais même si j'obtiens officiellement l’allégeance du conseil, rien ne les empêche de me mettre des bâtons dans les roues. Alors je vais remédier à ça rapidement.

* Chez Runo "3 sabres, l'indien" Bob *



Le vert de la maison Bob représente la nature. Il s'agit de la famille le plus en contact avec puisqu'ils s'occupent des réserves et de l'exploitation agricole et animale. Ce sont eux qui fournissent aux gens de quoi survivre. Sans eux, le reste n'a aucune valeur. Sans leur aide et leur gestion, Rokade mourrait de faim en peu de temps. Une chance que Runo soit doué dans son travail et qu'il suive le système créé par ses ancêtres. Je le trouve au milieu d'un champ grâce au guide. On dirait qu'il est en train de prier ou de méditer. J'attends une minute, puis deux, puis cinq, puis j'en ai marre, alors je l'interromps d'une interjection.


« HEY !
Hum ? Ah, pardon.
Quelle est ton choix ?
Mon choix ? Quel choix ?
Travailler pour moi ou mourir ici et maintenant.
Ni l'un, ni l'autre. Les membres du conseil, tous autant qu'ils sont sous-estiment le clan Bob. La vérité c'est que sans nous, ils mourraient en quelques semaines. Si l'on décidait de ne plus nourrir Rokade, ils ne pourraient rien y faire.
Ils ont les hommes et l'argent.
Mais face au feu, les hommes sont impuissants.
Tu sacrifierai les récoltes ?
S'il le faut …
… Toutes ces bouches à nourrir, ça doit vous donner du boulot. Pas mal de boulot même. Les terres doivent prendre pas mal de place. Mais ici, l'espace cultivable est limité, je me trompe ?
Non.
Avec mon pouvoir, je peux facilement augmenter la surface exploitable. Ce qui permettra d'embaucher plus de personnes, augmenter les denrées, qu'elles soient agricoles ou animale. Tu pourrais avoir plus d'influence auprès du conseil. Vous auriez des réserves conséquentes, capable de soutenir un siège. Tes hommes auraient plus de travail, mais plus d'hommes impliquent des charges de travail réduites, de meilleures conditions, un meilleur rendement.
Et en échange, tout ce que je dois faire, c'est plier le genou ?
En public, demain à midi, oui. La question maintenant est de savoir si tu aimes vraiment Rokade ou pas. »

Je le laisse à cette pensée pendant que Paul me fait faire demi-tour et qu'on quitte sa demeure.


Dernière édition par Clotho le Sam 3 Sep 2016 - 20:58, édité 2 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Sam 3 Sep 2016 - 20:50

* Chez Pika "Jeunot" Tomi *



L'emblème de la famille Pika est gravé dans la maison pour que chacun sache qui habite ici et que s'en prendre à ses propriétés revient à se mettre l'île à dos. Paul frappe à la porte, comme quelqu'un de bien élevé. On nous ouvre, et le type semble surpris. Il pensait sûrement que je serais bloqué à l’hôpital. Et ça aurait du être le cas. Mais c'était sans compter sur mon orgueil qui m'a fait récupéré plus vite afin de mieux humilier le conseil. Ils se sont montés contre moi, ils ont perdu, ils vont en payer le prix. Et aussi parce que je suis en fauteuil roulant. Le type nous laisse entrer et me conduit directement à Tomi. Il est assis dans son bureau en train de faire des papiers.


« Encore en train de travailler ? Tu t'avances pour avoir moins de boulot à me léguer, comme c'est sympa de ta part.
Qu'est-ce que tu fais là ?
Je viens gager de ta parole, m'assurer que tu respectes ta part du marché. Je vous ai battu, comme convenu, l'île m'appartient. Et vous aussi.

Ça fait mal à entendre, hein ? J'organise une cérémonie publique d'ici peu où chacun de vous viendra me jurer fidélité. Sinon, on peut faire ça tout de suite par visio escargophone, comme tu veux.

Oui, je sais, je ne laisse pas beaucoup de le choix. Mais vous avez été contre moi, vous en payer le prix maintenant. Je vous avais prévenu qu'on ne pouvait me stopper. Vous avez tenté, vous avez perdu. C'est le moment d'assumer. Alors, qu'est-ce que ce sera ? T'as des couilles ou pas ? » Il réfléchit, pèse les pour et contres. Je ne leur laisse pas vraiment le choix pour bien marquer qui dirige désormais. « T'es ptet toujours contre moi. Alors je vais te convaincre facilement. J'ai ouvert une boutique sur l'île. Et j'ai l'intention d'en ouvre plus, de restaurer l'île à son summum. Je vais rouvrir le chantier naval et en faire une pointe de technologie. J'ai même ramené du monde pour ça. Plus de personnes vont travailler, ce qui va sensiblement augmenter les revenus de l'île. Je peux faire des miracles avec l'île, mais seulement si vous êtes avec moi. Si on se tire dans les pattes, l'île en souffrira. C'est pas c'que tu veux, hein ?
Bien sûr que non. Nos familles sont intervenus il y a bien longtemps pour éviter que l'île subisse trop de contrecoups.
Donc tu marches ?
J'ai le choix ?
Bien sûr que non.
Je suppose que le public est ce qu'il y a de mieux pour l'île.
Donc tu vas ravaler ta fierté ?
Je vais faire ce qui est le mieux pour l'île.
Bien. Parfait. Merci pour ta coopération. Ça m'évite d'avoir à te balancer du haut de l'île dans la flotte en bas. »

On se sert rapidement la main, puis je passe à la prochaine maison.

* Chez Doti "L'amiral" Pat *



Le symbole bleu représentant la famille Doti est censé renvoyé à la couleur de l'océan. C'est pour ça qu'ils ont choisis cette teinte. On nous amène à Pat en train de regarder des schémas, croquis et dessins. Il ne jette même pas un coup vers nous, trop occupé ou jugeant qu'on ne vaut pas le coup d’œil.


« Tiens, qui voilà. Je pensais que tu serais cloué sur ton lit.
J'ai des choses plus urgentes à faire que de dormir.
Tu viens t'assurer de ta victoire ?
Oui.
Je n'ai pas le choix je suppose.
J'ai respecté vos règles, j'ai vaincu vos représentants. Vous allez respecter votre part.
Et si je refuse ? Tu me tues ? Tu as besoin de moi pour diriger.
Erreur. J'ai besoin des connaissances que tu as, pas de toi. Et les connaissances se transmettent. Je suis sûr que quelqu'un dans ton entourage les a. Je pourrais demander, puis te balancer du haut de la falaise sans aucun soucis. Mais j'ai autre chose à te proposer. Comme pour Odin, tu restes à la tête du clan, et tu me rends des comptes à moi et à la personne que je laisserai sur l'île. En échange, je vais t'aider à renforcer les défenses de l'île, faire en sorte d'être sûr que jamais la marine n'ait la moindre chance contre nous. Vois-tu, j'ai des projets concernant la protection. Non seulement de vais la renforcer, mais en plus je vais la décupler. Personne ne passera si je ne le désire pas.

Ne réfléchis pas trop. Vous avez peut-être réussis à couler un cuirassé, mais es-tu sûr que vos défenses suffiront face à un buster call ? Six cuirassés, avec six vice amiraux, tirant toute leur puissance de feu sur l'île. Penses-tu que ça résistera ? Si oui, combien de temps ? Ce que je te propose c'est de faire en sorte que ça n'arrive jamais. »

Ça semble lui écorcher la bouche, mais un d'accord sort enfin. Pas trop tôt. En même temps, j'ai mérité ces mots. Je je suis venu, j'ai vaincu.

* Chez Tomé "l'guerrier" Odin *




Comme on pouvait s'y attendre, la nouvelle de ma visite aux familles s'est répandu comme une traînée de poudre. Odin m'attend devant chez lui. Sans arme, sans gardes du corps. Il sait qu'il n'a rien à craindre de moi, puisqu'il m'a déjà juré allégeance.

« Alors ? Ils ont accepté ?
Ils n'ont pas vraiment eu le choix. Mais je leur ai proposé des moyens pour booster l'île et ses ressources. Ça n'a pas eu l'air de leur déplaire. Je leur ai offert des solutions pour régler les problèmes en cours. J'espère qu'ils vont faire le bon choix. » Il me souhaite bonne chance, puis me laisse retourner à mes affaires. »


Dernière édition par Clotho le Sam 3 Sep 2016 - 21:02, édité 4 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Sam 3 Sep 2016 - 20:51

* Chez Bert "Toubib" Kath *


Kath est à l'hôpital, en train de travailler. On va directement à sa chambre, puisqu'il est patient également. Il rempli des papiers, et s'interrompt quand je rentre dans la pièce. Il a une sale tête.

« Alors. Bon combat hier ?
Te fou pas de moi.
Oh, mais j'ai tous les droits. Tu as incité le conseil à me forcer la main pour que je me débarrasse d'Allyta. Tu t'es fais ça toi même. Personne ne me force à faire quoi que ce soit. Personne n'a ce pouvoir là sur moi. Je n'ai fais qu'exploiter les failles de votre système. Vous vous complaisez à obtenir plus de pouvoir sans trop vous occuper de l'île. Je viens changer ça.
Et comment ?
J'ai déjà parlé avec les autres membres du conseil. Je leur ai proposé des solutions qui leur conviennent pour améliorer l'île tout en gardant leur place. Comme Pour Odin, ils travaillent désormais pour moi. Tu peux faire pareil, ou quitter l'île et ne jamais y revenir sous peine de mourir. Fais ton choix.
Et j'y gagne quoi moi ?
Toi ? Tu restes en vie. C'est plutôt important je crois, non ?

Il y a une île, sur South Blue. Une île située juste à côté de Rokade qui disposerait, d'après mes sources, de plantes aux vertus médicinales exceptionnelles. Elle s'appelle Torino. J'en ai entendu parler quand j'étais dans la marine. Les herbes font fureur et s'arrache à prix d'or. Pat pourrait envoyer une équipe en ramasser pour t'aider à l'hôpital, éviter de gâcher des médicaments qui coûtent chers. Ça te ferait économiser des sous. Beaucoup d'argent. Voilà ce que tu y gagnes. Tu as jusqu'à demain, midi, sur l'agora pour faire ton choix. Si tu refuses ou ne viens pas, je te traquerai, je te trouverai et tu seras mien pour très longtemps. »

Une fois la menace terminée, je quitte sa salle et son hôpital grâce à Paul. Il est vraiment gentil ce Paul. Je pense même faire de lui mon représentant, vu qu'il m'a aidé durant cette période.


* Le lendemain, 12h, à l'agora *


Le clocher sonne douze heures pile. Tout le monde est là, sur la place publique. Le conseil est sur l'estrade, à droite, Paul et moi à gauche. Je me tiens debout, même si j'ai du mal et dois me tenir à mon bâton fait de terre. Chaque membre du conseil s'avance devant moi et ploie le genou sur le sol. Plus un bruit dans l'audience ne se fait entendre. C'est le calme plat.

« Jurez-vous fidélité à ma personne et à tout représentant que je nommerai ?
Oui.
Promettez-vous d'obéir à mes ordres et mes lois, de les respecter sous peine de subir ma colère ?
Oui.
Vous engagez-vous à n'user de votre pouvoir que pour améliorer les conditions de l'île ?
Oui.
Jurez-vous solennellement de ne pas chercher à me destituer ou toute personne que je nommerai à la tête de l'île, de protéger mes intérêts, de ne pas aller contre ma volonté, et ce jusqu'à votre mort ?
Nous le jurons.
Alors relevez-vous, fiers pirates de Rokade. Une nouvelle ère commence. Une ère de paix et de transformations. Une ère d'opulence comme vous n'en avez jamais connu. Si vous êtes bon avec moi, je serais bon avec vous. Ceux qui cherchent un travail honnête en trouveront. Ceux qui cherchent les ennuis les trouveront. Dorénavant, Rokade arborera mon pavillon. Quand quelqu'un s'en prendra à vous, il m'en répondra. Vive Rokade ! Vive vous ! »

Aussitôt repris en cœur, on dirait que l'île toute entière crie les mêmes mots. Aujourd'hui est un jour nouveau.
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Sam 3 Sep 2016 - 20:52

Fais chier. Ils m'avaient prévenu ces toubibs. Ils m'avaient dit de ne pas trop forcer sinon ça allait empirer. Les ai-je écouter ? Bien sûr que non. Je suis trop têtu pour ça, trop orgueilleux. J'avais besoin d'écraser les dernières résistances du conseil avant d'aller mieux pour être sûr que plus personne ne s'oppose à ma prise de pouvoir. Maintenant que c'est fait, je vais pouvoir me reposer pour récupérer plus vite. Il est 16h et je suis cloué au lit à cause des plaies qui saignent. Des toubibs ont du venir en vitesse essayer de réparer tout ça. Ils m'ont engueulé car j'ai saboté leur travail et leur en donne de l'inutile. Un type pousse la porte sans avoir frappé d'abord. Ce qui est extrêmement mal poli puisque j'ai loué ma chambre. Son regard se pose directement sur moi, ignorant Paul.


« Clotho Taz'Natak, recherché par les forces gouvernementales avec une prime de trois cent quatre-vingt dix sept millions de berrys.
Et tu es ?
Oda Toshi, un chasseur de prime travaillant pour la Bounty National Agency.
Tu viens récupérer ma prime je suppose ?
Tout à fait.
Et tu profites du fait que je sois blessé. Tu as attendu exprès, je me trompe ?
Pas du tout.
Dommage pour toi, j'ai aucune envie d'aller en prison pour l'instant.
Qui te dit que tu as le choix ? »

Sa voix est calme, elle ne tremble pas. Il a l'habitude, il est rodé. Je ne suis pas le premier primé qu'il veut capturer. Il a l'air musclé. Dans mon état, au mieux je peux fuir et survivre jusqu'à trouver un autre toubib. Le combat n'est même pas envisageable.

« Ça n'arrivera pas.
Et pourquoi ?
Parce que la marine préférera m'avoir vivant. J'ai fait parti de la révolution, j'ai des informations concernant des planques, des actions à prévoir, des révos infiltrés … Plein de choses ayant chacun une valeur.
Une fois remis au gouvernement, je m'en fou.
Ce que je suis en train de te dire, c'est que je vaux plus cher vivant que mort. Que si tu me transportes maintenant, je n'ai aucune chance d'arriver au QG vivant. Et que tous les deux, on peut s'entraider.
C'est à dire ?
Les informations dont je dispose peuvent être données à d'autres personnes que la marine. Mettons … des personnes qui me rendent des services.
Mais encore ?
Tu es un chasseur de prime, tu attrapes les criminels et les donnes à la marine contre une somme. Je suis un pirate qui croise la route d'autres pirates, d'autres primés. Quand je les bats, je ne sais jamais quoi en faire. Je suis sûr que nous pouvons trouver un arrangement qui nous plait tous les deux.
Tu veux rester libre je suppose ?
Pas que. T'as l'air pas mal dans ton genre. Je suis sûr que tu es respecté et assez puissant pour demander des faveurs au patron. Je veux que tu poses une option sur moi. Je veux que tous les autres chasseurs de prime me foutent la paix, qu'ils sachent que je suis TA cible, que tu sois le seul à pouvoir me ramener.
Pourquoi ça?
J'ai pas envie de devoir affronter la marine, le Cipher Pol, les civils et les chasseur de prime. Tu peux m'aider à ça. En échange, chaque fois que je tabasse du primé, je t'appelle, tu récupère, tu le donnes à la marine et tu récupère les sous. Et signe de bonne fois, il y a les adversaires que j'ai affronté avant-hier que tu peux récupérer. Ils valent cinquante millions. Ce n'est pas grand chose, mais c'est un début.
Et pourquoi je ne te captures pas tout simplement ?
Parce que je peux te rapporter bien plus avec notre accord que tu en toucherai pour simplement me livrer à la marine. Réfléchis. Je tue les pirates, t'as juste à te pointer, les récupérer et les donner. Rien de plus facile pour toi. A condition que ta puissance te permette d'attaquer à des types de mon gabarit qui valent au moins trois cent millions.
Ne t'inquiète pas pour moi. Je suis grand.
Ouais, je vois ça. Alors, t'en dis quoi ? D'ici peu, tu auras gagné plus d'argent que si tu m'avais livré. T'as vraiment besoin de réfléchir pour ça ? Tu es venu sur une île pirate parce que tu as du entendre parler de moi. Tu t'es fait passer pour un pirate. T'es forcément pas net. Ce qui me fait dire que tu vas accepter mon offre. Parce qu'un chasseur de prime l'est pour l'argent, sinon il serait marine et n'en toucherai qu'un tiers. Et si tu fais ça pour l'argent, tu sais que ma solution est la meilleure car elle t'en apportera bien plus. C'est la seule option possible pour toi. Laisse ton numéro de den den à Paul. Je t'appellerai bientôt, j'en ai le pressentiment.
Si jamais tu ne m'appelles pas, si tu manques à ta parole et t'enfuis, c'est toute la BNA qui viendra pour toi.
Tu penses pas que je vais rester ici quand même ? Noooooon. Je vais bouger. Je vais aller sur Grand Line, puis le Nouveau Monde. A toi de suivre ou de te débrouiller pour nous rejoindre. »

Oda me regarde, jauge si je dis la vérité ou pas. Mais il ne parvient pas à savoir et je le vois hésiter. On dit que les yeux sont le reflet de l'âme. Moi, je n'ai plus d'âme, je l'ai enfermé au fond de mon être. Clotho ne refera pas surface avant longtemps. Le chasseur de prime finit par quitter la pièce après avoir laissé un numéro sur la table. Les médicaments faisant effet, je pars rapidement vers un monde enchanté, ensanglanté, un véritable champs de guerre avec des morts partout. Et dans mon sommeil, je souris. Parce que je suis sur la bonne voie pour obtenir ce que je désire. Je viens enfin de conquérir une île et de me débarrasser des chasseurs de prime. Ça ne pourrait aller mieux. Je me réveille un peu plus tard. Paul est toujours avec moi dans la chambre. Il vérifie que tout se passe bien. Il me regarde d'un air gêné.

« Quoi ? J'ai une crotte qui pend ?
C'est pas ça.
Alors quoi ?
Vous avez dit que l'île devrait arborer votre pavillon.
Et … ?
Vous n'avez pas de drapeau.
Merde ! Avec toute cette histoire, j'avais oublié.
Maintenant que vous êtes un pirate, vous devez avoir un drapeau facilement reconnaissable.
Il doit avoir une tête de mort et des os, c'est ça ?
Les os sont pas obligé, on peut les remplacer par autre chose.
Non, j'aime bien le classique. J'aime quand les choses sont carrées. Tiens, voilà. Trouvé. Tu fou les os en carrés avec la tête au centre.
… C'est tout ?
Ouaip.
Vous êtes-sûr ? Ça ne fait … pas très pirate.
Je m'en fou. Moi, ça me plait. Va trouver quelqu'un capable de me faire ça rapidement et comme il faut. Fais lui en faire une dizaine, au cas où.
Ça roule boss. »

Putain, j'avais oublié mon drapeau. C'est quand même la honte … Paul revient quelques heures plus tard avec un échantillon. Ouais, définitivement, ça me plaît. Reste plus qu'à le faire connaître désormais.

http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Contenu sponsorisé



Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2