AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Pour rejoindre le Bacchus, rien n’est vin ! [FB;Solo]

avatar
Sengoku Yoru
• Sergent d'élite •
PNJ-R en Or


Feuille de personnage
Dorikis: 3243
Popularité: +134
Intégrité: 129

Ven 26 Aoû 2016 - 20:43

La taverne était saturée du bruit des conversations. Toutes les tables étaient complètes et les gens restaient encore debout, adossés contre les murs, les piliers, partout où ils dénichaient le moindre espace encore disponible. Les serveuses slalomaient avec adresse dans la foule pour répondre à toutes les commandes et, derrière le comptoir, le tavernier remplissait les choppes d'un air satisfait.

" On devine facilement pourquoi… songea le samouraï en inspectant le fond de son assiette."

Vu la qualité de ses plats, le bonhomme avait bien de la chance que les Sunsets aient choisi sa taverne pour leur recrutement. L'établissement ne devait pas avoir vu tant de monde depuis des lustres.
Tandis que le samouraï retentait sa chance en commandant l'un des autres plats de la carte assez pauvre,  le brouhaha des conversations s'atténua jusqu'au ne plus n'être qu'un murmure : les portes de la taverne venaient de s'ouvrir sur une troupe de cinq hommes en armure conduits par une jeune femme.
Triste-Lune, membre important des Sunsets, monta sur une table laissée libre pour elle au milieu de la pièce.

" Vous tous, lança-t-elle avec force, êtes réunis suite à l'annonce de nos capitaines. Et je vous le confirme : les Sunsets se lancent dans une grande bataille, une bataille qui peut apporter à tous de grandes richesses ! "

Quelques vivats résonnèrent tandis que les oreilles se faisaient plus attentives. A l'exception de celles du samouraï occupait à humer un nouveau plat avec circonspection.

" Cette bataille sera sanglante. L’ennemi sera fort. Mais, quand nous sortirons victorieux, le nom des Sunsets et de tous ceux qui nous auront accompagné résonnera sur Grand Line. Notre équipage dominera cette mer et personne n'osera plus nous résister ! C'est votre chance de rejoindre notre armada ! "

Les vivats et les cris enthousiastes furent cette fois bien plus nombreux, les promesses de richesse et de gloire semblant momentanément faire oublier celles de guerre et de sang. Seul un homme, encore une fois, ne partageait pas l'engouement général. Debout au milieu de la populace enthousiaste, le samouraï avait un visage fermé.

"Je dois arrêter ça ! murmura-t-il en s’avançant d’un air déterminé. "

~~ ~~

" Mais... vous êtes qui vous ?
- Yoru, enchanté.
- Heu... de même. Non attendez... Qu’est-ce que vous faites exactement ?? "

Le samouraï prit le temps de lancer une nouvelle carotte en l'air, de la taillader en fine tranche avec son sabre avant de porter attention au tavernier campé l'air pas content à côté de lui.

" Ça se voit non ? dit-il tandis que les rondelles de carottes retombaient en pluie dans un saladier, je cuisine.
- Avec un sabre ? Et... dans ma cuisine ??
- L'ami, justifia le samouraï en lançant un nouveau légume qu'il éplucha d'un mouvement circulaire de sa lame, tu appelles peut être cet endroit une cuisine mais ce que tu y prépares ne mérite pas vraiment le nom de plat. Je viens de goûter ta carte. L'assaisonnement tu connais ?
- Je ne me sers que d'épices de très bonne qualité !
- Tu as de bons produits, c’est vrai, reconnut le samouraï en humant le contenu de plusieurs pots pris sur une étagère, mais tu ne les doses pas bien ce qui donne des plats fades ou trop épicés. Laisse-moi te montrer ce que je peux préparer. Si ça te plaît je te laisse la recette et, en échange, tu me laisses manger gratis ce que je me prépare.
- Ecoute l'ami.. si tu crois que je vais te laisser... "

L'une des serveuses s'approcha de son patron et lui murmura quelque chose à l'oreille. Quelque chose qui le fit taire et afficher un air méditatif.

" Très bien, décida-t-il finalement. Mais tu prépares une marmite pour nourrir les Sunsets.

- Hum hum... répondit distraitement le samouraï l'esprit déjà concentré sur la préparation de son plat.

~~ ~~

" Il en reste encore beaucoup ? "

Devant la table des recruteurs s’étendait une longue file de forbans. Ils déclinaient leurs compétences à tour de rôle avant d’être prié de rejoindre tel ou tel navire des sunsets. Un travail fastidieux qui commençait à taper sur le système de Triste-Lune. Mais au moins était-elle sure qu'il soit bien réalisé. Leur victoire en dépendait peut être.

" Tavernier ! Il arrive ce repas ? "

Le bonhomme acquiesça et se dirigea vers les cuisines. Il était confiant : si la nourriture plaisait à la femme pirate, tout se passerait bien pour lui et l'argent continuerait de couler en ce jour faste. Sinon, il avait un responsable tout trouvé dans les cuisines qui aurait à affronter à sa place le courroux des Sunsets.

" Alors samouraï, lança-t-il d'une voix âpre en arrivant dans les cuisines, j'espère que ton chef d'œuvre est prêt ! "

~~ ~~

Yoru s'installa en soupirant d'aise devant son assiette fumante. Son plat était terminé, les assiettes pour l'équipage pirate venaient juste de partir et le tavernier lui avait laissé une place sur l'une des tables de la cuisine pour qu'il puisse manger tranquille.
Il se saisit de ses couverts et se coupa un morceau d'une viande tendre à souhait qu’il porta à sa bouche avec un air très satisfait.
C’est à ce moment que la porte de la cuisine choisit d’exploser.
Le samouraï fut debout un sabre à la main avant que les copeaux de bois ne furent tous retombés au sol. Il put ainsi remarquer que la responsable de cette entrée fracassante n'était autre que la chef des pirates qui était si rouge de colère qu'elle semblait cracher du feu. En fait, elle semblait littéralement prête à cracher du feu.

" Qui a osé ??? rugit-elle en haletant. Qui a tenté de m'empoisonner avec un plat aussi épicé ???

_ Ah ! Comprit le samouraï. Je sais ce qu'il se passe. Il faut... "

La lance qui percuta la lame de son sabre levé juste à temps pour parer l’interrompit dans ses explications et l'envoya voler dans la cuisine. Une étagère eut la gentillesse d’arrêter sa chute et de le dissimuler sous une pluie d’ustensiles de cuisine en tout genre.  

Attends ! fit la voix étouffée du pauvre guerrier de sous la montagne de casseroles avant qu’il ne se dégage d’un bond, Trist-Lun c’est ça ? J’ai une très bonne explica… "

Le coup de pied retourné de la volcanique pirate siffla juste au-dessus de la tête du pauvre Yoru qui s’était baissé un rien agacé.

Personne n’écoute jamais, grommela-t-il tandis que son sabre jaillissait en un arc de cercle lumineux pour s’opposer à la lance que la pirate avait récupéré. "

L’intrusion avait été si brutale et soudaine que le personnel de cuisine était jusqu‘à présent resté figé d’effroi. Mais l’échange de coups qui suivit, le sabre et la lance se défiant dans un concert de tintements métalliques, les incita à déguerpir en hurlant et en gênant au passage l’entrée des chevaliers qui venaient à la rescousse de leur chef.

Le samouraï jura en constatant qu’il ne lui restait que quelques secondes avant que ces nouveaux ennemis (et il ne doutait pas qu’il s’agissait d’ennemis au vu de leur air furieux et de leurs langues qui pendaient hors de leur bouche) ne parviennent à franchir la vague de la populace en fuite pour se joindre au combat. Une bersérpice enragée était déjà bien suffisante à gérer sans que d’autres ne viennent en plus en rajouter.

Le guerrier de Wano feinta, profita du mouvement de retrait de son adversaire pour glisser sur la table en bois qui avait failli le voir apprécier un bon repas. Reprenant pied au sol, il se baissa pour éviter une lance qui partit fracasser plus loin un autre meuble, pivota sur lui-même et se releva en projetant la massive table sur la pirate. Le dos très proche d’un mur, elle allait avoir du mal à esquiver et risquait de finir écrasée.
C’était sans compter le mode berserker qui la fit choisir la solution B en une fraction de seconde et balancer son poing furieux contre le pauvre morceau de bois qui rejoignit la porte au paradis des copeaux brisés. Mais même le mode fou furieux ne lui permit pas d’éviter le coup du samouraï qui, s’étant saisi de sa deuxième arme, plaça un fulgurant coup d’estoc droit dans la tête de la pirate.

S’éloignant de la bataille d’un bond en arrière, Yoru se retrouva alors face aux quatre chevaliers qui s’avancèrent en arc de cercle pour le bloquer contre un mur. Ne pouvant plus reculer, le guerrier de Wano se campa sur ses appuis et se creusa  furieusement les méninges pour se trouver une porte de sortie.
Devant lui, quatre lances vengeresses se dressèrent dans un belle ensemble tandis que les chevaliers poussaient leur avantage et resserraient leur étau.

" Arrêtez! "

Les soldats en armure s’immobilisèrent au son de la voix de la seule personne qui pouvait encore sauver Yoru : Trist-Lun, l’air beaucoup plus calme, se tenait debout au milieu des débris du combat et regardait d’un air perplexe la cuillère qu’elle venait de retirer de sa bouche dans laquelle le samouraï l’avait planté.

Je ne sais pas ce qu’était cette crème mais elle a calmé mon palet. Et… c’est bizarre parce que… c’est fade mais avec un petit quelquechose de bon… Cuistôt ! lança-t-elle en  dardant un regard autoritaire sur le guerrier de Wano, je veux des explications !
-Ceci, obtempéra l’interpellé en désignant un bol sur un plan de travail sans pour autant quitter des yeux les chevaliers , est une crème qui aurait dû être servie avec votre plat. Elle contient des herbes qui attenuent la sensation des épices. Si vous voulez bien la gouter, messieurs, elle devrait apaiser votre langue.
-Allez-y, ordonna Trist-Lun. Si c’était du poison, j’aurais certainement déjà succombée. Je ne comprend pas, continua-t-elle à l’intention de Yoru, pourquoi faire une crème qui annule le goût du plat qu’elle accompagne ? »

La jeune femme semblait avoir totalement oublié qu’elle venait d’attaquer violemment le pauvre samouraï et se passait la langue sur les lèvres en affichant un air vraiment curieux.

"  Parce qu’elle n’est pas faîte pour être prise sans le reste du plat. Seule, elle inhibe la sensation épicée, mais en accompagnement… "

Voyant que les chevaliers s’étaient à leur tour calmés après avoir pris de la crème, Yoru se permit de rengainer son sabre pour s’approcher du plan de travail. Il prit deux cuillères de son ragout, rajouta dessus un peu de crème, dégusta la première pour prouver qu’il n’y avait rien à craindre (et savoura au passage cette bouchée qui était finalement la première qu’il prenait) et tendit la deuxième à la pirate qui, après n’avoir hésité qu’une seconde, l’engloutit avec volonté.

A peine la cuillère eut-elle franchit ses lèvres qu’elle écarquilla les yeux de surprise. Voyant cela, les chevaliers levèrent de nouveaux leurs lances mais elle les arrêta d’un geste de la main. Elle prit le temps de bien macher avant d’avaler puis regarda le samouraï avec des yeux ronds.

" C’est… c’est délicieux. La crème attenue les épices d’une façon étrange qui sublime le ragout…
- C’est l’idée. Mais je reconnais que le mélange n’est pas parfait cette fois. Il y a un chouilla trop d’épice.
- Où as-tu appris à cuisiner comme ça ? demanda abruptement Trist-Lun.
- J’ai passé un certain temps au Barati.
- Très bien, tu viens avec moi, ordonna la pirate comme si cette explication valait tous les cvs du monde.
- Heu… où ça ?
- Au bacchus. Lamia et moi ne mangeons pas souvent de repas décents, tu cuisineras pour nous. Ne te payerons bien si tu ne nous pièges pas avec tous tes plats et que tu prépares encore d’aussi bonnes choses. Allez, en route maintenant. Vous autres, lança-t-elle aux chevaliers, vous finissez le recrutement ici avant de rentrer. Toi, continua-t-elle en revenant à Yoru, tu me suis. Et prend ton ragout avec toi. Avec la crème ! "
http://www.onepiece-requiem.net/t6300-sengoku-yoruhttp://www.onepiece-requiem.net/t6471-fiche-de-yoru-sengoku
Page 1 sur 1