AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Une rencontre c'est bien ... avec la Marine c'est bof! [featuring Alheïri S. Fenyang]

avatar
Lucy D. Corazon

♦ Localisation : South Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 500
Popularité: -3
Intégrité: -3

Dim 28 Aoû 2016 - 4:10

Lucy était en mer depuis deux jours, elle avait bien eut le temps de nettoyer son embarcation. Elle s'était faites plein de munitions et avait préparé ses pistolets roses pour l'occasion. Elle décida d'opter pour la tenue fantasy de sa mère aujourd'hui, elle dû passer vingt minutes à se teindre les cheveux et prépara ses vêtements comme il se dû. Elle vérifiait à nouveau que tout allait bien avant de faire chemin vers le Royaume de la Veine. La demoiselle aperçut enfin une île à proximité, elle vérifia son emplacement et où était censé de situer le Royaume où elle souhaitait aller. Une fois cela fait, vérifié, et approuvé elle décida de débarquer à Lokail, une assez grand ville. Elle irait visiter les autres, sûrement. La demoiselle se laissa porter par le vent jusqu'au port où elle y amarra son petit bateau et y jeta l'ancre et l'accrocha aux piliers de protection du port. Une fois cela fait elle s'étira et afficha un large sourire, elle retrouvait enfin la terre ferme!

Bon, je vais aller m'acheter de quoi manger pendant une semaine ou deux et aussi des vêtements s'il me reste de l'argent...

La demoiselle regarda à deux fois le panneau qui indiquait les trois villes, elle percuta enfin être dans le Royaume où la chance régnait. La jeune femme souriait à nouveau et plaça ses deux pistolets au niveau de ses cuisses.

Bon, sinon je peux aller quelque part là où la chance sourie!

Lucy partit donc en direction de la ville de Leg's Of Rabbit City. Rien que le nom intriguait la jeune femme, elle mit plusieurs heures pour y arriver. Elle avait prit soin d'emporter avec elle de quoi lire, donc des manuels que lui avait donné Lila pour s'entraîner au tirs, différents cibles à avoir et d'autres choses de ce genre. Ce genre de manuel ne quittait jamais Blue Eyes, elle continuait de se perfectionner jour après jour. Elle s'imaginait déjà grande tireuse quand elle passa le panneau indiquant son arrivée dans la ville des chanceux! Elle partit rapidement dans un bar où elle commanda un simple verre d'eau qu'elle engloutit d'une traite! Lucy se sentait bizarrement observée depuis son entrée dans la ville, elle quitta donc rapidement le bar et regarda plusieurs fois derrière elle, un homme la suivait de près. Elle prit à droite dans une ruelle et se cacha dans l'ombre d'un mur pour voir s'il allait la suivre. Finalement, elle l'aperçut passer juste devant elle furtivement. Lucy sortit son pistolet rose et le pointa sur le dos de sa tête.

Pourquoi me suis-tu? ...

L'homme tourna sa tête, il avait tout d'un pervers. Il reluqua la demoiselle et commença à s'en approcher. La jeune femme le repoussa contre le mur et chargea son pistolet. Elle remarqua qu'à même pas cinq mètres il y avait un grand homme qui était en train de draguer une demoiselle. Lucy commençait à se demander s'ils sont tous comme ça!

Ne m'approche plus ... ou ce gars là-bas s'occupera de ton cas!

Le pervers regarda le grand dragueur et partit dans sa direction pour lui expliquer la situation. Lucy afficha un léger sourire en commençant à reculer.

Spoiler:
 
avatar
Alheïri S. Fenyang
Modérateur
••• Vice Amiral •••

♦ Localisation : Un peu partout.
♦ Équipage : Jaegers.

Feuille de personnage
Dorikis: 11801
Popularité: +1200
Intégrité: 1160

Lun 29 Aoû 2016 - 12:47


En vérité, je n’étais pas en train de draguer. Juste demander un renseignement à la jeune fille près de moi. Faut avouer qu’elle était mignonne, mais pas vraiment à mon gout étant donné l’absence de formes prononcées. Ça plus le fait qu’elle semblait assez jeune. Très jeune même. Sauf qu’un gars venu de nulle part, finit par tapoter l’une de mes épaules. Lorsque je me retournai, je fus plutôt alarmé par la peur apparente qui le faisait trembler sur lui-même. En plus de transpirer comme un porc –Il avait également une grosse gueule de pervers-, on avait la nette impression qu’il allait se pisser dessus. Je finis par congédier la jeune fille avec qui je causais, avant que le gars ne prenne parole :

- « Pitié… J’voulais… J’voulais pas faire de mal à votre copine. Dites-lui de ne pas tirer sur moi… »

J’eus une mine interrogative en le regardant, avant qu’il ne lève un doigt pour pointer une personne derrière lui. Lorsque je suivis du regard la direction qu’il pointait, je vis une meuf armée a même pas dix mètres de là avec un sourire sur la gueule. Ladite meuf semblait bien s’amuser de la situation d’ailleurs. Une situation que j’encadrais toujours pas. J’veux dire… Elle aurait pu le faire fuir avec son arme, au lieu de l’envoyer à moi… A moins qu’elle m’ait reconnu et veuille attirer mon attention via ce pervers. Faut dire que j’étais une célébrité et que je jouissais d’une immense popularité. Après, tout ça m’avait l’air chiant, ce pourquoi je me débarrassai vite fait du gars qui flippait comme jamais.

- « Fous le camp d’ici. »

L’homme ne se fit pas prier une deuxième fois et prit ses jambes à son cou. Dans le coin, il ne restait plus que moi et la rousse armée. Je l’observai d’un air presque blasé. Des comme elles, j’en avais vu tellement que ça m’ennuyait maintenant. Pour autant, je n’allais pas me priver de m’amuser un peu en l’effrayant, histoire qu’elle retienne la leçon et qu’elle arrête d’embarquer les gens dans sa connerie. De ce fait, j’usai d’un soru et me retrouvai derrière elle en un clin d’œil, avant de passer ma main droite sur la sienne pour lui arracher son arme, et ce avec une facilité déconcertante.  La gauche me servit par contre à choper l’une de ses épaules pour la plaquer brutalement contre un mur.

- « Alors comme ça, on me refile ses déchets ? Et on se fait passer pour ma copine ? T’as du cran gamine… »


Et sans me gêner, je passai son propre pistolet rose sur son front.

- « Donne-moi une bonne raison de ne pas te buter froidement, là, maintenant. »


Le tout avec le sourire, bien évidemment.
http://www.onepiece-requiem.net/t13084-ft-de-salem
avatar
Lucy D. Corazon

♦ Localisation : South Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 500
Popularité: -3
Intégrité: -3

Lun 29 Aoû 2016 - 14:16

La jeune femme ne s'attendait pas à ce qu'il réagisse de cette manière, il le dégagea d'une manière stricte et ferme. Elle sentit tout d'un coup que tout n'allait pas se passer comme elle le voulait et l'avait prévu. L'homme utilisa une technique de "déplacement instantané" pour arriver derrière une Lucy qui écarquillait les yeux en sentant sa main arriver à son pistolet et le lui arracher des mains. Elle voulut se retourner pour le pointer avec le second mais il fut plus rapide et colla violemment la demoiselle rose au mur derrière elle. Le visage de l'homme, juste en face de sien n'était pas inconnu! Bien au contraire il était hautement connu. C'était Alheiri, un vice-amiral de la Marine.

Je vois donc que je n'ai pas à faire à sous-fifre de la Marine ... c'est bien ma veine ...

Elle déglutit sans bruit en sentant et voyant le canon de son propre pistolet pointé vers elle. Elle souriait, c'était un acte qui ne s'expliquait pas sur le moment, pourquoi souriait-elle alors qu'elle avait la mort devant elle. Elle écouta la question du vice-amiral et se mordilla la lèvre inférieure en baissant les yeux, elle réfléchissait.

Sûrement ... parce que je suis une femme qui ne vous a rien fait à part se faire passer pour votre copine. Se faire passer pour l'élue du cœur d'un vice-amiral mérite la peine de mort selon vous?

Lucy rangea son second pistolet au niveau de sa cuisse et croisa les bras sous sa poitrine, elle espérait tellement que sa réponse ferait l'affaire et qu'on ne retrouverais pas son sang sur le mur d'une petite ruelle du Royaume de la Veine. La jeune femme releva les yeux pour observer celui qu'elle avait en face d'elle. Elle afficha ensuite un grand sourire et questionna à son tour le vice-amiral qu'elle regardait les yeux dans les yeux.

Pourquoi perdre votre temps avec une femme qui ne possède que deux flingues? Il y a tellement de cas plus important ici, comme des ... pirates!

Lucy ne voulait pas trop faire la maligne ni faire paraître des signes qu'elle même est une pirate, certes pas connue du tout mais ... elle pourrait devenir connue malgré elle à faire des gaffes dans sa façon de parler des forbans des mers. Blue Eyes posa sa main sur son pistolet rose, elle effleura volontairement celle du vice-amiral, elle voulait le récupérer sans une balle en moins si possible.
avatar
Alheïri S. Fenyang
Modérateur
••• Vice Amiral •••

♦ Localisation : Un peu partout.
♦ Équipage : Jaegers.

Feuille de personnage
Dorikis: 11801
Popularité: +1200
Intégrité: 1160

Lun 29 Aoû 2016 - 15:00


- « Héééé… T’as du cran, je dois reconnaitre ça. »

Me regarder yeux dans les yeux… Me sourire comme si elle n’était pas dans la panade… M’adresser la parole sans balbutier ni bégayer… On pouvait dire que la jeune femme avait du caractère ! On en trouvait plus, des comme ça. Je finis par soupirer, avant de sourire, puis j’adressai je baissai l’arme que j’avais pointé sur son front avant de l’observer attentivement. Rose bonbon. Bien la première fois que je voyais un pistolet de cette couleur. Y’en a qui s’emmerdaient pas, dis-donc. J’aurai pu en rester là, lui rendre son arme et me casser, mais j’avais envie de la titiller. Va savoir pourquoi…

- « Déjà, une femme qui possède deux flingues sans être de la marine, c’est suspect… »


J’eus un petit rire. Je ne supposais rien du tout mais les faits étaient là. Je savais pertinemment qu’elle n’était pas de notre faction vu comment elle me parlait. Une marine se serait depuis longtemps mise au garde-à-vous avant de s’excuser. Une marine n’aurait même pas essayé de m’utiliser tout court. Quoique, j’avais été de dos ce qui pourrait expliquer pourquoi elle avait essayé de miser sur ce coup plutôt que de tuer le type qui l’avait approché. Quelque part, on pourrait dire que c’était admirable. Quelque part seulement… Parce qu’elle m’avait quand même utilisé, ce qui était mal, non ?

- « Tu ne sembles pas non plus être une gouvernementale ni une chasseuse de primes, sans quoi tu t’occuperais toi-même desdits pirates, non ? »

J’étais en train de m’amuser à l’acculer. Quand on y réfléchit un peu, c’est tout simple. Gros pervers que je suis et pour bien l’emmerder, j’utilisai le canon de son propre pistolet pour le passer sur ses boobz avec un sourire plus que pervers, comme un détraqué. Lui foutre les jetons, ce serait quand même fun. Histoire qu’elle se tienne à carreau à l’avenir. De ma main de libre, je passai quelques doigts sur ses lèvres roses et pulpeuses. On pourrait carrément la confondre avec une péripatéticienne celle-là. Elle avait la gueule de l’emploi, à mon sens. Pour autant, elle ne me faisait aucun effet.

Comme déjà signifié, des comme elles, j’en ai vu plein.

- « Une révolutionnaire aurait paniqué en me voyant… Et du coup, il ne me reste que peu d’options. Soit tu es une civile qui aime faire mumuse avec les armes à feu… Soit t’es une mafieuse ou une pirate débutante, un truc  du genre… »


J’aurai pu tricher en utilisant mon haki de l’observation pour sonder son esprit, sa nature, ses pensées, mais je ne le fis pas. C’était un peu plus amusant de rester dans ce petit flou qui subsistait. D’ailleurs, pour parachever le tout, je passai l’arme sur l’une de ses cuisses, avant de la fourrer moi-même dans l’étui vide qui restait. « Se faire passer pour ma copine ne requiert pas la peine de mort, certes, mais tu mériterais une punition… » J’eus là encore un petit rire avant de lui piquer son portefeuille à la vitesse de la lumière. Là, je l’ouvris, vis une liasse de billets que j’empochais sans vergognes.

- « Je te pique ton fric. Ça me parait être un bon dédommagement, tu ne crois pas ? »

Je lui balançai son portefeuille vide à la gueule, avant de me prendre une direction au hasard, les mains dans les poches.

- « Ce fut un plaisir, gamine ! »

Clair qu’elle n’allait pas me laisser filer comme ça. Tout du moins je l’espérais.  Elle pourrait bien me divertir durant cette journée après tout.
http://www.onepiece-requiem.net/t13084-ft-de-salem
avatar
Lucy D. Corazon

♦ Localisation : South Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 500
Popularité: -3
Intégrité: -3

Lun 29 Aoû 2016 - 15:47

Cet homme ne manquait pas de toupet! Il faisait classe par classe en les comparant à la façon d'être de la jeune demoiselle. Il proposa donc un bilan, soit Lucy était une jeune pirate, ce qui fut vrai mais elle n'en décrocha pas un mot et se contenta de continuer de l'écouter. Il en vint aux faits et lui "infligea" une punition. En voyant qu'il prit son portefeuille la demoiselle posa ses mains sur ses cuisses prête à dégainer ses armes s'il lui volait son argent, et c'est ce qu'il eut l'intention de faire apparemment. La jeune femme le repoussa et reprit son portefeuille ... vide. Elle le suivit rapidement et une fois qu'ils furent sortis de la petite ruelle elle le prit par le bras pour qu'il se retourne et commença à hausser le ton.

Dites moi cher vice-amiral! Pour quel homme de la Marine allez vous passer en volant l'intégralité de son argent à une pauvre civile?

Pour cause de preuve Lucy sortit son portefeuille et montra le contenu à qui souhaitait le voir et le jeta au sol, il était totalement vide. Une petite foule s'installait autour d'eux, des gens commençaient à se demander si Al' venait vraiment de prendre l'argent de cette belle demoiselle qui semblait toute gentille. La rosée s'approcha un peu plus du visage du vice-amiral pour lui en toucher deux mots.

Ici nous sommes dans un coin de gros riches, croyez-vous que ça va leur plaire de savoir qu'il y a dans les parages un vice-amiral prêt à voler l'intégralité de l'argent de pauvre civil?

Elle pouvait être terriblement sadique quand elle le voulait! Lucy se remit dans sa position initiale et remarqua que presque tous les civils tiraient un regard sombre vers Al'. Eux non plus n'avaient pas tellement envie de voir leur argent dans les mains de cet homme. Il est de la Marine mais sa fonction ne lui donne pas le droit de lui faire ça. Blue Eyes espérait juste ne pas attirer les foudres du bel homme en ayant fait cela. Au pire, elle craignait quoi, les regards des civils allaient plutôt en faveur pour la jeune femme en ce moment même.

Monsieur Alheïri ... je vous prierais donc de me rendre mon argent plus 20% de la bourse que vous portez sur vous, c'est un dédommagement, on ne vole pas l'argent d'innocents comme ça voyons.

Elle afficha un sourire moqueur et se laissait presque les lèvres en voyant que son plan marchait plutôt bien, l'homme de la Marine était peut-être extrêmement puissant et influents, voler l'argent de civil n'est pas toléré pour ces hommes.
avatar
Alheïri S. Fenyang
Modérateur
••• Vice Amiral •••

♦ Localisation : Un peu partout.
♦ Équipage : Jaegers.

Feuille de personnage
Dorikis: 11801
Popularité: +1200
Intégrité: 1160

Lun 29 Aoû 2016 - 18:09


J’eus un sourire en la regardant faire. Cette petite était en train de s’enterrer vivante. A croire qu’elle n’avait même pas réfléchi une seule seconde. Même si dans les faits, ce qu’elle racontait était tout à fait juste, ses dires n’avaient pas de logique, malheureusement. Mais elle allait finir par s’en rendre compte. En attendant, je fus plutôt étonné de voir que la plupart des gens qu’elle avait rameutés avec sa voix me regardaient d’un œil noir. Mais à bien les observer, on voyait qu’il ne s’agissait que d’hommes. Beaucoup d’hommes qui devaient certainement fantasmer sur la gamine au point de prendre son parti. Sauf que voilà, j’avais moi aussi des comme qui dirait, des partisanes.

- « Spèce de menteuse ! Regardez sa gueule de pouffiasse ! Comment tu voudrais nous faire gober un tel mensonge ? »

Une femme finit par prendre parole. C’était une ménagère à première vue. Un peu laide, ceci dit. Elle avait un regard haineux pour la pauvre Lucy devant moi. Une histoire de jalousie entre femmes. C’était connu. Les moches ne blairaient généralement pas les plus belles. Je croisai alors mes bras et gardai mon sourire sans rien dire. Puisque j’avais une défenseuse, nul besoin d’intervenir pour le moment non ? D’ailleurs, pas mal de filles et de femmes un peu mieux foutues semblaient adhérer aux paroles de la ménagère. Des enfants aussi. Qui avaient des étoiles plein les yeux en m’admirant.

- « T’es en train de nous dire qu’un vice-amiral qui a construit un orphelinat, qui a défendu de nombreuses populations et qui fait le bien partout où il passe, s’abaisserait à voler ? Tu es devenue folle ou quoi ? Cet homme a un salaire décent ! Qu’est-ce qu’il pourrait faire avec tes miettes ?! »

Je faillis m’étrangler de rire. Si elle savait. Enfin, je n’avais pas volé Lucy pour la voler, mais juste pour bien l’emmerder. Ses billets, j’allais les lui rendre à un moment où à un autre. Pour le reste, ma défenseuse disait vrai. Je jouissais d’une très grande popularité. Les gens savaient généralement que j’étais un grand coureur de jupons et je ne m’en cachais généralement pas, mais cette réputation ne gâchait pas la bonne renommée que j’avais un peu partout. C’est bien pour ça que j’avais pensé que la petite n’avait pas réfléchi avant d’agir. On pouvait être bien foutue et avoir un pois chiche à la place du cerveau…

- « Lui il est connu ! Lui il a fait de grandes choses ! Mais et toi, fillette ? Personne ne te connait !!! Avec ton accoutrement digne d’une putain ! Je suis sûr que tu cherches juste à entacher sa popularité ! Si tu étais si honnête que ça, tu n’auras même pas exigé un pourcentage en plus ! D’ailleurs, qui était là lorsqu’on te volait ?! PERSONNE ! Personne ne t’a vu ! Qu’est-ce qui prouve que ton portefeuille n’était pas vide à la base ?! HEIN ?! Et pourquoi tu te balades avec des armes si tu es une simple civile ?! MAIS C’EST QU’ELLE EST DANGEREUSE EN PLUS ! T’es qu’une menteuse ! MENTEUSE ! MENTEUSE ! »

Et là, femmes et enfants se mirent à répéter en cœur le mot « menteuse » non sans huer. Les hommes qui me regardèrent d’un œil noir durent finalement filer doux et se ranger avec les femmes. Toute la foule avait en un clin d’œil basculé de mon côté. Je pouffai finalement de rire. Elle pouvait à présent comprendre qu’elle ne faisait pas face à un clampin. Elle pouvait mesurer qu’elle avait en face d’elle un « vice-amiral » qui avait fait et prouvé de grandes choses. Mais elle, qui était-elle ? Rien. Personne. Aux yeux du monde, juste une bonasse bonne à foutre dans un pieu. C’était tout.

Mais bien avant que la situation ne dégénère, je levai une main pour calmer la foule, puis je pris parole :

- « Pardonnez-là. Je suis sûr qu’elle faisait tout ce cinéma pour attirer mon attention. Tu dois être l’une de mes admiratrices, n’est-ce pas ? Je veux bien te donner un peu de mon argent, si c’est ce qui te ferait plaisir. »

De l’une de mes poches, je sortis une grosse liasse d’argent enroulée à l’aide d’un élastique. Une somme conséquente que n’importe qui pourrait juger de loin et à l’œil nu : Un million de berrys. Tranquillement, je m’avançai jusqu’à elle, avant de soulever l’une de ses mains dans laquelle je posai le paquet : « Avec ça, je suis sûr que tu pourras t’en sortir. » J’eus un petit rire moqueur qu’elle seule dut entendre du fait de notre proximité, avant de m’éloigner tranquillement d’elle en faisant des signes à la grande foule qui commença à m’applaudir, à scander mon nom et à louer ma bienveillance.

Allez, Lucy. Viens m’amuser encore. Viens…
http://www.onepiece-requiem.net/t13084-ft-de-salem
avatar
Lucy D. Corazon

♦ Localisation : South Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 500
Popularité: -3
Intégrité: -3

Lun 29 Aoû 2016 - 18:44

La demoiselle n'en croyait pas ses oreilles, elle se faisait huer et insulter, de putain et de menteuses en plus de cela. Elle pouvait très bien distinguer le petit sourire mesquin de Alheïri. Elle se sentait affreusement mal, elle n'allait pas se la jouer grande victime et hurler qu'il fallait la croire ce n'était absolument pas son genre. Elle préféra attendre que tout le monde se taise et écouter ce qu'avait à dire monsieur le vice-amiral. Il sortit d'ailleurs un million de Berrys de sa poche et les mit dans la paume de main de la rosée. Elle préféra ne pas le regarder dans les yeux, rien que sa petite rigolade la faisait rager! Une femme derrière elle lui prit l'épaule et prit carrément un de ses pistolets.

Tu es dangereuse, et menteuse! On ne veux pas d'une putain tarée ici ok?!

Lucy serra son poignet si fort qu'elle commença à crier. Elle le lui tourna pour qu'elle lâche son pistolet. La demoiselle pointa les habitants avec ses deux pistolets.

Je ne veux pas vous faire de mal! Alors calmez votre joie et arrêtez de croire que la Marine est toute belle toute jolie!! Elle vole, elle ment et se fout de votre gueule à vous les civils. Et les sales gourdes qui ragent de mon physique calmez vos hormones, je ne parle pas que de votre Alheïri compris?!

La demoiselle commença à voir des cailloux foncer vers elle, bon, elle n'allait pas se faire des amis en continuant de hurler des choses du genre. Elle commençait à devenir une véritable pirate à leurs yeux. Lucy prit la même direction que le vice-amiral et arriva bien rapidement derrière lui, il y avait nettement moins de monde dans la rue où ils étaient.

Alheïri ... je ne comprend pas la Marine!

Lucy s'imposa et passa devant lui en pointant son pistolet sur son épaule, elle tremblait, la puissance de l'homme l'effrayait. Elle ne souhaitait pas mourir maintenant mais, tenir tête à une personne influente de la Marine fera sans doute comprendre que la nouvelle génération de pirates ne sont pas des sales gosses qui ont peur de tout et qui n'ose pas s'interposer aux objectifs du Gouvernement.

Pourquoi tu as fait ça?! Tu profites des femmes qui t'adule à cause de ton corps d’Apollon! On ne vous apprend pas au Gouvernement de ne pas profiter des civils? Merci pour l'argent mais j'en exige plus, tu t'es foutu de moi ouvertement et tu te sers des habitants de cette ville grâce à ta notoriété!

La demoiselle baissa son arme pour la ranger et croisa ses bras sous sa poitrine. Elle le regardait en fronçant les sourcils, sa voix était froide et sans aucunes émotions, elle ne souhaitait rien laisser paraître et être froide. Ce genre de type la dégoûte plus que tout mais alors si c'est un homme de la Marine qui se dit "honnête" et qui défend la "Justice" ça elle ne peut pas l'accepter du tout!
avatar
Alheïri S. Fenyang
Modérateur
••• Vice Amiral •••

♦ Localisation : Un peu partout.
♦ Équipage : Jaegers.

Feuille de personnage
Dorikis: 11801
Popularité: +1200
Intégrité: 1160

Lun 29 Aoû 2016 - 22:22


- « Et qu’est-ce que j’ai fait à part cesser les huées et menaces qui t’étaient adressées ? Ce n’est pas comme si j’avais moi-même demandé à être défendu, non ? »

J’avais fini par m’arrêter pour lui parler, le tout avec un sourire de pur enfoiré : Moqueur à souhait. Le piège qu’elle avait voulu me tendre s’était retourné contre elle-même. Aussi simple que cela. On avait franchement pas idée d’essayer de foutre la honte à un gars renommé dans le bon sens du terme. C’était de la bêtise pure et la jeune femme n’avait qu’à s’en prendre à elle-même. Sa mine était amusante. Tout en essayant de faire sa frustrée, elle réclamait encore plus d’argent :

- « Inutile de te dire que tu as été stupide de faire ce que tu as fait non ? Quelque part, tu as sous-estimé ma popularité et tu as pensé que ta joliesse t’aiderait à me foutre la pression et la honte. Dommage… »

J’eus un petit rire, avant de passer une main presque fraternelle sur la tête de la gamine. Le pire dans tout ça, c’est qu’elle admettait que j’étais beau en désignant mon corps comme celui d’un apollon. Elle n’était donc pas insensible à mon charme. Si je la baratinais un peu et que je lui faisais du rentre-dedans, j’étais persuadé qu’elle finirait dans mon lit comme beaucoup de femmes de son calibre. Mais avec la quarantaine, les plans cul n’avaient plus autant de saveur qu’avant il faut croire.

- « Comme t’as pu le constater, je suis très friqué. Je t’aurai rendu ton argent à un moment donné de toute façon. Je te l’ai juste piqué pour t’asticoter un peu et pour me venger de ce que tu as fait dans la ruelle où on était. Tout ça n’est qu’un simple jeu, petite. Un simple jeu… »


Comme s’il s’agissait de ma petite sœur ou un truc du genre, je me mis à lui tirer les joues avec bon cœur. Je devais être carrément détestable, mais que voulez-vous ? C’était plus fort que moi et au moins, je ne me faisais pas chier. Ketsuno elle faisait ses fameux achats avec toutes les filles qui composaient mon équipage et le reste des gars étaient partis je ne sais où me laissant presque seul si l’on omettait ceux qui avaient décidé de rester sur les navires pour les surveiller ou par pur flemme.

- « Par contre, tes préjugés sont stupides. Ce n’est pas parce que je me joue de toi que je suis une mauvaise personne. Après tout, ce n’est pas parce que tu es habillée comme une vulgaire catin que tu en es une, non ? Tu vois Lucy, réfléchis un peu… Ne te fie jamais aux premières impressions dans ce monde. Tu risquerais d’y laisser des plumes. Et sinon… »

En un tour de main, je récupérai la liasse de billets que je lui avais donnés, avant de la jeter vers un mendiant qui était assis dans un coin. Celui-ci, grogna, regarda ce qui avait tapé son front, avant d’écarquiller les yeux et de s’exclamer de joie. Il n’avait jamais eu autant d’argent d’un seul coup dans toute sa vie. Il regarda un peu partout et me vit lui faire un signe de main, ponctué par un sourire aux lèvres, avant de pleurer, submergé d’émotions. Avec cet argent, il pourrait monter un p’tit truc, s’occuper des siens…

- « Tu vois gamine. C’est ce genre d’actions que je fais. Je ne nie pas avoir des défauts, mais j’agis et j’agis bien quand il le faut. Tu devrais en prendre de la graine et arrêter de compter sur ta beauté. Travaille et n’attends pas qu’on te file de l’argent sous prétexte que t’es jolie et que tu le mérites. »


Je finis par lui rendre les billets que je lui avais chourés et je comptai m’en aller, quand je me souvins d’une chose :

- « Ah et… Ne pointe plus jamais ton arme sur moi. Je n’aimerais pas te faire mal ou te foutre en taule bêtement. Avant d’agir, réfléchis. C’est important ! »


Et sur ce conseil, je continuai ma promenade, sans aucun but. A elle de voir si elle me suivrait ou pas.
http://www.onepiece-requiem.net/t13084-ft-de-salem
avatar
Lucy D. Corazon

♦ Localisation : South Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 500
Popularité: -3
Intégrité: -3

Mar 30 Aoû 2016 - 0:32

L'homme la prenait pour une gosse, il en vint même à l'appeler plusieurs fois gamine. Elle souffla un coup dès qu'il prononça le mot catin, elle commençait à en avoir marre d'être traitée de cette manière dans cette ville. Si elle porte ces vêtements c'est que ce sont celles de sa défunte mère et c'est un choix vestimentaire! Elle le laissa à nouveau terminer de parler et objecta juste quand il lui prit sa liasse des mains pour la jeter à un pauvre homme qui ne demandait que ça.

Non mais ça va pas?! J'en ai besoin de cet argent!

Lucy laissa Alheïri avancer et partit rejoindre le pauvre et s'agenouilla devant lui, autant dire que l'homme avait une belle vue. Elle lui saisit délicatement sa main ouverte avec la liasse.

Excusez-moi mais cet argent m'appartiens mon bel homme, l'enfoiré qui vous l'a lancé ne sait plus ce qu'il fait hihi.

L'homme, touché par la beauté de Lucy mais pas dupe serra violemment la main de Blue Eyes qui inspira, étonnée. Elle voulut retirer sa main mais le vieux pauvre la tirait vers lui.

Désolé ma belle mais donner c'est donner, reprendre c'est voler.

Tant mieux, c'est ce que je fais de mieux.

Elle eut dit cela en ayant posé sa main libre sur son pistolet. L'homme relâcha son étreinte, Lucy encaissa rapidement l'intégralité des un million de Berrys dans son portefeuille et céda cinquante berrys de sa fortune initiale au pauvre homme.

J'aurais donné plus si vous ne m'aviez pas prise si violemment par le poignet!

Elle était vraiment mauvaise quand il s'agit d'argent! M'enfin, il faut dire qu'elle ne roule pas sur l'or et c'est pas souvent qu'un vice-amiral lui file un million de Berrys! D'ailleurs, elle le rattrapa assez rapidement ce dénommé Alheïri et rangea son portefeuille bien remplie tout en le suivant. Elle mit une bonne minute à ouvrir la bouche.

Je travaille déjà, pour te répondre! Je ne suis pas une catin qui s'exhibe partout dans cette tenue. Et je trouve ça limite vexant de juger par la tenue!

Lui dire qu'elle portait normalement un uniforme de pirate et qu'elle détrousse quiconque la croise? Et puis quoi encore?! Et puis elle a du cran de s'adresser à un vice-amiral de cette manière.

Désolé, mais si je reste avec toi c'est pour éviter qu'un tas de mec en chien me saute dessus. Et aussi que j’attends les vingt pourcents pour m'avoir humilié de cette façon! Je pense vite rentrer à Lokai pour faire quelques courses et retourner au port ...

Il ne fallait pas en dire autant! Le vice-amiral n'est pas débile, il va comprendre pourquoi elle y "retourne" c'est qu'elle en vient. Ce n'est donc pas qu'une simple civile comme il la soupçonnait. Et en plus avouer qu'elle se "sert" de lui pour éviter des mecs un peu trop collant, Lucy n'a clairement pas peur des représailles! Elle prit la tête de la marche et s'avança jusqu'à en dehors de la ville, aux portes de celle-ci il y avait un convois de nourriture pour un bar, elle sauta sur le rebord et y prit une dizaine de pommes qu'elle fourra dans son sac, elle croqua dans l'une.

Hm, elles sont bonnes, t'en veux?

C'est qu'elle commencerait presque à se prendre pour la "pote" d'un vice-amiral.
avatar
Alheïri S. Fenyang
Modérateur
••• Vice Amiral •••

♦ Localisation : Un peu partout.
♦ Équipage : Jaegers.

Feuille de personnage
Dorikis: 11801
Popularité: +1200
Intégrité: 1160

Mar 30 Aoû 2016 - 2:06


Pauvre gamine… Si elle savait d’ailleurs que j’avais le haki de l’observation comme pouvoir et que je pouvais entendre n’importe quelle voix à des kilomètres à la ronde, elle n’aurait certainement pas avoué au mendiant que voler était ce qu’elle savait faire de mieux. Enfin, faut dire aussi qu’elle ne s’est pas cachée par la suite. J’eus un soupir quand je la vis piquer des pommes, avant de m’allumer une cigarette dont la première taffe me fit un bien fou. On était à la sortie de la ville. Contrairement à la plupart des personnes qui accostaient à Lokail, nous nous étions directement amarrés à Leg's of Rabbit City. Les côtés n’étaient pas trop dangereuses et il n’y avait pas de raisons pour nous de faire un trajet terrestre de villes en villes alors que celle dans laquelle nous étions était au bord de la mer.

- « Vu que tu es une voleuse et que tu as des armes, sans doute de manière illégale, je suppose que tu es une pirate qui débute, non ? »

Je me concentrai sur tout son être en maximisant les effets de mon haki de l’observation. Et mes doutes furent confirmés, ou presque. Ça coulait de source depuis le début. Question d’expérience et d’observation. Si je ne l’arrêtais pas, c’était bien parce qu’elle n’avait rien fait de vraiment très grave. Et puis, à mon niveau, on ne s’occupait plus que des grosses frappes. J’étais comme l’amiral Shiro. Je laissais les petits poissons pour ne les capturer que lorsqu’ils devenaient trop gros. Quoique je voyais pas tellement cette fille percer dans la piraterie mais sait-on jamais. Puis, mis à part son gros intérêt pour l’argent, elle n’avait pas l’air si mauvaise que ça. Juste inexpérimentée et un peu conne sur les bords. Même si la piraterie finissait parfois par pourrir maintes personnes et pas qu’un peu d’ailleurs…

- « Enfin, peu importe… Rends-moi mon fric. Tu n’as rien fait de particulier pour l’obtenir. Et arrête aussi de me casser les oreilles avec ton pourcentage à la noix et le fait que je t’ai humilié. Tu t’es bien arrangée toute seule pour le faire. En espérant que tu apprendras la leçon. »


Apprendre la leçon ? Elle ? C’était pas dit. D’ailleurs, maintenant que j’avais l’air un peu blasé et un poil sérieux, je me demandais ce qu’elle allait bien pouvoir me sortir comme conneries. Elle n’avait pas non plus intérêt à tenter quelque chose de stupide comme me mettre en joue ou même essayer de tirer sans quoi, une bonne fessée allait s’imposer pour lui remettre les idées en place. P’être même que y’avait moyen que je l’embarque avec moi pour la forcer à effectuer des stages dans la marine. Ça pourrait éventuellement la remettre dans le droit chemin : « Ah, tu paieras les pommes que tu viens de dérober sous mes yeux. Les gens travaillent dur et tu vas pas ruiner leurs efforts pour rien. » Et bim ! Je venais d’enfoncer le clou, le tout en fourrant mes mains dans les poches de mon jeans.

Lucy avait franchement intérêt à être correcte sur le coup.
http://www.onepiece-requiem.net/t13084-ft-de-salem
avatar
Lucy D. Corazon

♦ Localisation : South Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 500
Popularité: -3
Intégrité: -3

Mar 30 Aoû 2016 - 2:52

Il commençait à en avoir marre de Lucy, et ça se voyait à des kilomètres. Il expliqua donc que d'après ses déductions, il affirma que la demoiselle est une pirate. Il continua de lui parler en lui imposant de lui rendre son argent qu'elle ne le méritait pas et qu'elle n'allait pas avoir son dédommagement. Alheïri pensait que la pirate allait faire demi-tour pour aller les payer? Elle allait faire quelque chose qui ne lui plaisait pas. Cet homme est un coureur de jupon, il ne résiste pas à une aussi belle femme que Lucy et encore moins en tenue aussi légère que actuellement. Elle passa sa main dans son maillot pour en sortir son portefeuille rempli.

Je suis désolé mais je ne te le donnerai pas ... à moins que tu ne souhaites venir chercher la liasse toi-même.

Dit-elle en rangeant sa modeste bourse entre ses seins. Elle affichait un sourire moqueur et était presque fière d'elle. Elle fit ensuite une moue déçue.

Et tu as dit pour rien? Non, ces pommes me serviront à me nourrir voyons. Oh et puis j'ai vu leur cargaisons ... elle est bien remplie!

Elle prononça ces derniers mots en articulant chacun d'entre eux et avec une voix douce. Elle reprit sa respiration pour aborder le sujet de ses armes qu'il croyait volées.

Ils appartenaient à ma mère, une grande pirate. Sa prime était deux-cents millions de fois supérieur à l'argent que tu m'as donné en ville. Tu crois sans doute qu'une gonzesse ne peut pas se faire une place dans ce monde d'hommes bien musclé et viril? Tiens toi au courant mon chou, lis le journal surtout!

Elle accentua ses propos en lui lançant des clins d’œil et en se mordillant la lèvre inférieure. Elle sautilla face à lui en remettant sa jupe en place et en passant ses deux mains sous ses cheveux pour les soulever et prendre le vent un minimum. Ses longs cheveux roses ondulaient jusqu'au milieu de sa colonne vertébrale. La demoiselle croisa à nouveau ses bras sous sa poitrine opulente.

Dit-moi, c'est parce que je suis une belle femme ou que je débute dans la piraterie que tu ne m'arrêtes pas? Ah et une petite précision, je n'aime pas qu'on me mette les menottes violemment, si un jour tu dois me les mettre ... sois doux!

Elle lui fit à nouveau un clin d'oeil et poussa un rire d'amusement. Elle se comportait comme une gosse avec une mentalité d'adulte qui s'amuse de son physique très plaisant aux yeux d'un homme. La demoiselle continuait d'avancer gracieusement devant Alheïri, ils étaient en train de longer l'océan, en prenant ce chemin ils mettraient énormément de temps à arriver à Lokail ... il fallait trouver quelque chose pour y arriver avant le coucher du soleil tout de même. Lucy prit le bras de Alheïri et lui fit une moue toute mignonne.

Tu n'as pas un moyen d'arriver plus vite à Lokail, toi comme moi il y a quelque chose à nous là-bas je me trompe? Tu pourrais me porter et utiliser ton truc de téléportation de tout à l'heure pour nous y emmener?

Elle garda ses bras entouré au sien et sa poitrine collé à lui. Elle ne le lâchait pas du regard.
avatar
Alheïri S. Fenyang
Modérateur
••• Vice Amiral •••

♦ Localisation : Un peu partout.
♦ Équipage : Jaegers.

Feuille de personnage
Dorikis: 11801
Popularité: +1200
Intégrité: 1160

Mar 30 Aoû 2016 - 15:51


Sa stupidité était telle qu’elle me fit sourire, plutôt que soupirer de dépit. Définitivement, elle m’aura amusé jusqu’au bout. Mais les bonnes choses ont une fin comme on dit et je commençais sérieusement à me lasser d’elle. Son côté aguicheur n’était même pas au point et ses petites remarques étaient débiles en plus d’être futiles. L’exemple le plus frappant était ses dires sur sa propre mère et mon pseudo-machisme… Abusé… Elle était définitivement une gamine. Une gosse qui pensait que tout lui était permis à cause de sa beauté. Et qu’on lui pardonnerait tout, d’ailleurs. Mais la vie était bien plus compliquée que ça. Surtout celle des pirates.

- « T’accompagner à Lokail ? Pourquoi pas ? »

J’eus un sourire gras, moqueur. L’accompagner hein ? C’était mort. J’avais pas que ça à faire même si je n’avais rien eu à foutre de ma journée en réalité. Par contre, une dernière petite blague pour la route ne serait pas de trop. Du coup, je la soulevai dans mes bras comme s’il s’agissait d’une princesse ou de mon amoureuse, puis je me mis à disparaitre çà et là en usant de mon soru. La route que j’empruntais et elle pouvait bien le voir était celle de Lokail. Mais à un moment donné, je me mis à gagner de la hauteur en utilisant le geppo, puis je me mis tout d’un coup à foncer vers l’océan que la route bordait.

- « M’en veux pas. J’ai changé d’avis et c’est plus fort que moi ! »

Une fois au-dessus de la mer, à une hauteur de vingt-cinq bons mètres, je la lâchai dans le vide. D’un geste très vif et pendant qu’elle tombait à la flotte sans pouvoir faire quoique ce soit, je lui arrachai mon million de son profond décolleté. Puis je restai dans les airs en la regardant sombrer comme une pauvre masse dans l’eau. Je restai dans les environs pour voir si elle remontait à la surface et dès que ce fut le cas, je me barrai fissa en direction de Leg's Of Rabbit City, non sans rigoler comme un véritable enfoiré.

Lorsque j’arrivai enfin au centre-ville, je tombai sur l’un de mes hommes qui semblait me chercher depuis un petit moment maintenant. Il me fit savoir que l’amiral Shiro lui-même avait essayé de me contacter pour une mission plus ou importante sur Grand Line. A croire que mes congés ici étaient terminés. Dire que je n’ai même pas pu passer sur Shell et Logue Town… Dommage hein ? Enfin. C’était ça, le boulot de marine. Je pris alors la direction de mon navire, non sans avoir ordonné au soldat qui m’avait cherché toute la journée de rameuter tous ceux qui étaient encore en ville. Le départ était imminent.
http://www.onepiece-requiem.net/t13084-ft-de-salem
avatar
Lucy D. Corazon

♦ Localisation : South Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 500
Popularité: -3
Intégrité: -3

Mer 31 Aoû 2016 - 1:39

Il acceptait de l'accompagner à Lokail? Elle sentait le coup foireux mais se laissa tout de même porter, ce n'est pas tous les jours qu'un vice-amiral vous porte comme une princesse jusqu'à une grande ville. Enfin, faut-il déjà y arriver à cette ville n'est-ce pas? Alheïri s'amusait avec sa mystérieuse technique de déplacement instantané qui était totalement inconnue aux yeux de la jeune femme. Elle fut forcé de constater qu'il commençait à s'élever dans le ciel au fur et à mesure qu'il faisait du chemin.

Qu'est-ce que tu...

Elle n'eut pas le temps de terminer sa phrase que l'homme l'emmena juste au dessus de l'océan, elle se retint de hurler et se mit en boule dans les bras du vice-amiral. Il lui demandait de ne pas lui en vouloir mais ce fut apparemment plus fort que lui, il passa d'abord sa main dans le maillot de Lucy pour y récupérer l'argent et la lâcha à plusieurs mètres de l'océan. Encore heureux que le port n'est pas extrêmement loin!

Enfluuuuuure!

Lucy tomba la tête la première dans l'eau glaciale. Elle revint vite à la surface en inspirant grandement. L'eau la faisait trembler, elle commençait à avoir froid! Blue Eyes commença à nager en direction du rivage de Lokail pour éviter des possibles courants si elle s'éloigne trop. La demoiselle arriva sur le port totalement essoufflée, plusieurs personnes la regardait avec un air interrogateur.

Quoi?! J'aime nager y'a un problème?!

Elle se releva et tituba jusqu'à son petit chez-soi ambulant. Elle se changea pour remettre sa vraie tenue de pirate, elle décrocha la corde qui la reliait au port et releva l'ancre, elle souhaitait quitter ce Royaume au plus vite! Après avoir réglé le cap vers sa prochaine destination elle partit s'asseoir dans sa petite cuisine.

Cet enfoiré m'a humilié, mouillé et volé! Je n'ai presque plus d'argent ... on dirait que je n'ai pas été très chanceuse sur ce coup là ... heureusement que les pommes que j'ai volé n'ont pas prit l'eau je n'aurait eut aucun fruit.

Elle observa un moment son petit frigo avant de soupirer.

Il me faut un cuisinier! Et aussi de l'argent pour acheter des vivres ... c'est la galère d'être pirate ...

Enfin, c'était tout de même elle qui avait cherché les problèmes à un vice-amiral de la Marine. Lucy posa sa tête sur la table et décida de dormir un peu, cette partie de natation l'avait éreinté au maximum, elle était toute engourdie. La prochaine fois qu'elle le croise elle sera assez forte pour s'en occuper dans un combat à la loyal où il ne suffit pas de jeter son adversaire à l'eau pour gagner!!

Spoiler:
 
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1