AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Trahison au dessus des nuages

avatar
Clotho

♦ Localisation : Psyren

Feuille de personnage
Dorikis: 8216
Popularité: -1200
Intégrité: - 929

Jeu 26 Jan 2017 - 20:39

Ultima Thilé , jour 13


Bon, aller, un dernier bloc et c'est finit. Ma mission avec Max sera terminé et je pourrais empocher mes sous. Puis surtout, remplir la mission pour Red. Comme il y a de plus en plus de choses intéressantes quand on monte, vu qu'on voir l'îlot le plus haut, je suppose qu'on va trouver des merveilles à l'intérieur. Max va donc avoir envie d'appeler ses contacts pour leur dire. D'après mon contrat avec Red, personne ne doit savoir ce qui se trouve en haut. Alors discrètement, j'active mon pirato den den.

Spoiler:
 

Aussitôt, toutes les communications par escargophones sont brouillées. Tant qu'on ne les utilise pas, on ne s'en rend pas compte. Je laisse mon den den au soin d'un type portant les affaires du riche. Après m'être reposé durant plusieurs heures, je suis en état de grimper avec des geppous. Mais cet îlot est bien plus loin que les autres, et je ne peux y arriver comme ça. Pour ça que j'emmène quatre sabres. Je me rapproche du bloc, enfonce deux sabres faisant office de piolet, puis grimpe à la force de mes bras, en plantant mes sabres toujours plus haut. Je finis par arriver en haut après plus d'une heure. J'en profite pour admirer le paysage. Une mer de nuages blancs parsemée de blocs de terre flottant dans les airs. Magnifique. Absolument magnifique ce sandwich que j'ai gardé sur moi. Un bon jambon beurre, rien de tel. Hein ? Ah oui, le paysage. J'en ai mais alors rien à foutre. Un paysage c'est un paysage. T'en vois un tu les as tous vu. Oui, je suis blasé. Mais en même temps, j'ai de quoi. J'ai côtoyé des dinosaures, je marche dans le ciel, je suis sur un bloc de terre qui vole et est télé-commandé, j'ai vu des monstres marins plus gros qu'une île, des tempêtes apparaissant sans crier gare, assez de berrys pour tapisser le monde … Qu'est-ce qu'il me reste à voir encore qui pourrait bien me surprendre ?

Comme les communications sont bloquées, Arizona m'a donné un dessin avec les symboles sur lesquels appuyer. Il a étudié les dessins depuis trois ans, il a réussit à déchiffrer leur utilité et à les recopier. Sauf que devant moi, j'ai trois stèles identiques avec les mêmes dessins. J'appuie sur laquelle ? Avec ma chance légendaire, je prends celui de droite. Je presse le premier symbole. Rien ne se passe. J'essaie le second. Une trappe s'ouvre du plafond et du sable me tombe dessus. Je change de place, le sable ne s'arrête pas. J'appuie sur le même symbole, mais de la second stèle cette fois. Le sable s'arrête. Troisième symbole, des lames horizontales parcourent la salles et tranchent tout ce qui est à portée. Ok, troisième symbole de la troisième stèle. Les lames rentrent dans les murs. A chaque nouveau symbole je dois appuyer sur la stèle d'à côté ? Qui est le taré qui a inventé ça ? J'essaie plusieurs combinaisons, mais rien ne fonctionne, le bloc ne bouge pas. Peut-être qu'il ne peut pas bouger, tout simplement. C'est vrai qu'il est le plus gros de tous, et sûrement le plus lourd. On peut se concentrer de faire monter le précédant ? Je sors du temple et … remarque que celui d'avant est juste en face de moi, à la même hauteur. L'archéologue a du avoir la même idée que moi. Si le bloc ne vient pas à moi, alors un autre ira jusqu'à lui.

« Je pense qu'on ne peut pas bouger celui-là.
C'est ce que je pense aussi. Pour ça que j'ai tenté de ramener celui-là à côté.
Bon, bah bienvenue sur le dernier îlot de Second Piece Island, l'île céleste explosée de la seconde voie de Grand Line. Veuillez faire attention à la marche en sautant du bloc. L'air est normal ici, allez savoir pourquoi.
Ah, le bon air de la victoire. Après trois ans d'attente interminable, nous voici enfin arriver au sommet. Aller les garçons, chacun à son post.
Oui monsieur.
On a réussit Max. Grâce à moi, vous voici où personne n'a mis les pieds avant.»

Je pars en reconnaissance. Aucun ennemi en vue, rien d'hostile jusqu'à présent. J'espère que Red a réussit à joindre les locaux et les convaincre de nous laisser passer tranquillement. Parce que dans le cas contraire, je vais devoir tous les massacrer pour nous protéger. En soit, je m'en fou de les tuer, ça ne me gêne pas plus que de retirer une écharde dans mon doigt. Mais le capitaine au chapeau rouge n'apprécierait pas. M'enfin, je l'ai prévenu de ce qui risque d'arriver, à lui de se démerder pour se faire obéir des indigènes. On explore les environs tous ensemble, comme un seul groupe. J'ouvre la voie grâce à mon logia, comme d'habitude. Aucun piège ne s'active. Il n'y en a pas ? Les blocs inférieurs sont censé avoir fait leur boulot et celui-ci n'est qu'un lieu de vie/prière/truc-dont-je-m'en-fou ? Tant mieux. On ne voit aucun signe de vie récent. On finit par arriver dans un cul de sac.

« Mmmm. Je ne crois pas que les locaux aient mis un cul de sac comme ça.
Sûrement un mur protecteur. Clotho, nous feriez-vous l'honneur de dégager le passage ?
J'suis plus à ça prêt. »

D'un coup de poing, j'explose le mur. Et effectivement, le couloir continue de l'autre côté. On le suit jusqu'à atterrir dans une salle ronde avec plusieurs portes. On se sépare en petits groupes. Je prends l'entrée du milieu avec Arizona et Maximilian. On tombe dans une autre salle. On dirait une salle du trône, avec trois sièges. L'archéologue s'extasie et fonce vers la découverte. Il nous bassine avec des 'vous vous rendez-compte que ça veut dire qu'ils n'étaient pas gouvernés par un système de royauté ?' ou encore 'Les trois sièges du pouvoirs montrent qu'un conseil de personnes gérait la vie sur l'île'. Il semble en apprendre beaucoup avec aussi peu. Mais il est vraiment content. Il est dans son élément, ce pourquoi il a accepté de venir. Pouvoir apprendre l'histoire d'un peu perdu, en découvrir autant que possible sur ce qui s'est passé. Ici comme ailleurs. Il garde néanmoins dans un coin de sa tête que toutes ces trouvailles ne peuvent être présentés au GM au risque de les voir détruites et lui considéré comme haut-traître. Max regarde les décors, les ornements, les pièces d'exposition. Il y a de l'or dans cette salle. Pas beaucoup, mais c'est un début. Il s'assoit dans un des fauteuil dominant la scène. Il se croit à sa place.
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
avatar
Clotho

♦ Localisation : Psyren

Feuille de personnage
Dorikis: 8216
Popularité: -1200
Intégrité: - 929

Jeu 26 Jan 2017 - 20:46

Moi je fais le tour du proprio. Je n'oublie pas le contrat de Red qui attend sur le feu. Il sera bientôt l'heure. A moins que … A moins qu'il ne soit déjà l'heure. Max m'a déjà payé, je n'ai plus rien à attendre de lui. Autant les tuer maintenant pour enchaîner les contrats et éviter de perdre du temps. Oui, on va faire ça. Je cherche une salle assez grande pour que toute l'expédition tienne à l'intérieur. Puis je finis par me dire que finalement, cette pièce de pouvoir est pas mal du tout. Oui, elle fera l'affaire. Il ne reste qu'à réunir tout le monde ici, et attendre le bon moment.

« J'ai un mauvais pressentiment d'un coup. On devrait contacter les autres équipes pour se regrouper tous ici.
Quel genre d'intuition ?
Le mauvais genre. Le genre qu'on aime pas et qu'on préfère éviter. » Ils essaient de les contacter par den den, mais ça ne fonctionne pas. Évidemment, mon pirato den den est encore en marche. Je lui ai donné des feuilles géantes trouvées dehors. « Je vais aller les chercher. Vous rester ici et vous préparez de quoi vous défendre, au cas où. »

Je m'enfonce dans un chemin. Je crie aux autres de faire du bruit pour que je les repère. Le premier groupe répond bien. Il tape des lances sur le sol. Je les rejoins rapidement et me mets au milieu d'eux.

« Qu'est-ce qui se passe ?
Un mauvais pressentiment. On va se faire attaquer.
Quoi ? Par qui ?
Par moi. »

Sans attendre, je crée des pics de terre qui transperce les corps en même temps. Ils se tournent vers moi en me demandant « Pourquoi ? ». Ce à quoi je réponds « Parce que c'est rentable. » Ils tombent sur le sol, inconscient. Je retire ma terre pour ne laisser aucun moyen d'identifier le criminel. Puis je fais pareil avec d'autres groupes. Dès qu'ils signalent leur position, je vais vers eux et les tue sans délai. Plus vite j'en finis, plus vite j'aurais les sous de Red. Rapidement, je change de plan, car ils devraient vite comprendre. Je rejoins les 'survivants', leur expliquent qu'on est pas tous seuls et les force à aller dans la salle avec Max et Arizona. Je fais de même avec tous les autres groupes. Une fois qu'on est tous ensemble, le show peut commencer.

« On est pas seuls ici.
Qui d'autre est là ? Il y aurait des locaux ?
Pas sûr qu'ils soient humains. On va établir le camp ici pour la nuit.
Pourquoi ici ? C'est ouvert de tous les côtés. On peut se faire attaquer de partout.
Mais on peut aussi s'échapper dans toutes les directions. Pas de soucis, je vais bloquer les entrées avec des murs de terre. Vous pourrez dormir tranquillement, je montrai la garde. »

Il y a quelques protestations, mais tout le monde tombe dans le panneau. Je bloque les accès avec un mur de terre de plusieurs mètres d'épaisseur. Je ne sais pas si les aborigènes sont là ou pas, et je m'en fou. Je ne sais pas s'ils m'ont vu tuer les membres de l'expédition ou pas, et je m'en fou. Je suis payé pour un taff, je le fais, point. Aucun survivant, dissuader les éventuels explorateurs suivants, voilà ma mission. Rapidement, on fait plusieurs feux, compte tenu de la taille du camp. On est quand même une trentaine. Ma présence rassurant, les archéologues s'autorisent à aller examiner les murs, les symboles … Bref, tous les trucs barbants qu'ils trouvent. L'heure du souper passe, vient l'heure d'aller au dodo. Comme j'ai dit, je monte la garde contre cette 'menace inconnue' qui a déjà tué trois équipes cette après-midi. Si seulement ils avaient une idée …

2h du matin. L'heure parfaite. Les couches-tôt sont encore endormis, les couches-tard sont assez fatigués pour ne pas se réveiller. Je me lève de mon siège et déclenche mon piège. Je crée une boule de terre autour de moi, crée des pics partout autour, puis je me mets à rouler dans tous les sens. Dès que je passe sur les premiers corps, que je ne fais que transpercer, ça les réveille. Ils hurlent à la mort, réveillant de plus en plus de monde. Je continue mon petit train du massacre en roulant sur autant de gens que je peux. Certain s meurent sur le coup quand je transperce leur tête, leur cœur ou leurs poumons. Les autres se lèvent en panique. Ils voient cette boule qui roule et tue. Ils prennent leurs fusils, les charge et tirent. Mais ça ne me fait aucun dégât. Quand les trois quart des corps gisent sur le sol, j'arrête ma technique. Beaucoup sont en train de frapper mes murs pour les détruire et s'échapper. Max, Arizona et cinq autres sont encore en vie.

« Clo … Clotho … Pourquoi ? Que faîtes-vous ?
J'accomplis ma mission, celle pour laquelle j'ai été engagé.
Mais jamais je ne vous ai demandé de faire une telle horreur.
Il ne s'agit pas de votre contrat Max. Voyez-vous, le monde ne tourne pas autour de moi. Il tourne autour de moi. Pourquoi ? Parce que c'est moi qui ai le pouvoir. Je vous ai permis de monter. Je vous ai sauvé des attaques des créatures et des pièges. J'ai fais tout le sale boulot.
Vous voulez plus d'argent ?
Ça ne changerai rien. J'ai accepté un autre contrat.
Mais le nôtre n'est pas terminé.
Bien sûr que si. Rappelez-vous pour quoi vous m'avez engagé. Pour vous aidez à arriver jusqu'au dernier bloc en toute sécurité. Nous voici sur le dernier bloc, vous avez été en sécurité jusque là, jamais vous n'avez été en danger. Vous m'avez payé, le contrat est donc terminé. Je suis libre à présent d'exécuter un autre contrat. Mon employeur est un homme puissant, redouté, craint et connu dans le monde entier. Vous le connaissez sous le nom de Red. » Ils tremblent de peur, tous autant qu'ils sont.
« Je vous paie le double de ce qu'il vous paie, mais laissez nous en vie.
Je ne suis pas en train de marchander, Maximilian. Je vous explique que j'ai déjà accepté ce contrat à l'instant même où le nôtre s'est terminé. Il est plutôt du côté des autochtones vivant ici, vous voyez. Il n'a pas envie qu'ils soient massacré, exposés dans ce parcs ou d'autres choses dans le genre.
Je triple votre salaire.
Il m'a donc chargé de faire le ménage une fois arrivé en haut. Personne ne doit survivre. Et mieux encore, cela doit servir de dissuasion à ceux qui voudraient monter plus tard. Je vais donc faire un exemple. Mais soyez content, vous avez tous atteint votre but. Arizona, tu te trouves dans un endroit vachement riche archéologiquement parlant. Max, vous avez enfin grimpé jusqu'au sommet, vous allez pouvoir ouvrir votre parc. Et vous autres, vous avez aidé Max pour gagner votre vie. Dommage que tout vos rêves s'achèvent ici. »

Deux d'entre eux se jettent à genoux et m'implorent. Je les transperce, surprenant les autres qui reculent encore plus jusqu'à se coller contre mon mur. Là, j'utilise cette terre pour les faire prisonnier, piégeant leur coudes et genoux. Ils sont retenus de force par ma seule volonté.

« J'exécute toujours mes contrats avec beaucoup de soin.
C'est donc comme ça que ça se termine ?
Va pourrir en enfer, connard.
Ô, comme c'est gentil. Merci beaucoup, il ne fallait vraiment pas. D'autres derniers mots ? Non ? Bien, alors adieux. »

Je les enfonce dans mon mur. Ils paniquent pour essayer de se dégager, mais c'est inutile. Rapidement, ils suffoquent quand leurs orifices sont bouchés par mon élément. En quelques secondes, il n'y a plus aucun mouvement. Pour être sûr qu'ils soient morts, je comprime ma terre pour écraser leur corps. Aucun son, aucun geste. C'est définitif, ils sont tous morts. Première partie du plan réussie. On peut passer à la seconde.

Spoiler:
 
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
avatar
Clotho

♦ Localisation : Psyren

Feuille de personnage
Dorikis: 8216
Popularité: -1200
Intégrité: - 929

Jeu 26 Jan 2017 - 20:48

Citation :
À cause d'un mot, une faille naquit.
À cause d'une faille, de nouvelles perspectives s'ouvrirent
À cause des nouvelles perspectives, un contrat fut signé.
À cause du nouveau contrat, la situation changea.
À cause de la situation, des gens moururent.
À cause des morts, l'île changea.
À cause de l'île, un homme devint riche.
Tout cela pour un simple mot.

Parce qu'ils ont oublié de mentionné un mot, parce qu'ils n'ont pas pensé à ça, parce qu'ils étaient trop concentré sur l'ascension, Max et son équipe ne m'ont jamais demandé d'assurer leur descente. Je devais juste les aider à monter et les garder en vie jusqu'en haut. Ils ont omis un mot. Un simple petit mot. Aujourd'hui, les voilà tous morts, réduits en miettes grâce à ma terre. Certaines erreurs ne sont pas graves. Celles que l'on fait avec moi sont mortelles. Je ne laisse jamais de seconde chance, je saisis toute opportunité qui m'est favorable. Je ramasse les cadavres qui traînent, les amène au bord du bloc, puis les poussent dans le vide. Ils dégringolent jusqu'à disparaître dans la mer de nuages blancs. Une fois tous les cadavres disparut, je hurle pour faire venir les locaux. Je désactive mon pirato den den qui semble avoir fait un indigestion de feuille. Oups, j'aurais ptet pas du le laisser allumer seize heures de suite … Boarf, il fera un régime en descendant, puis c'est tout.

« CENDRE ! Je suis Clotho. Red m'envoie. J'ai tenu ma part du marché, il ne reste plus personne de vivant. Sors de ton trou, m'oblige pas à venir te chercher, espèce de machine rouillée ! »

Pendant longtemps, rien ne se passe. Alors je recommence à divers endroits. Au bout de la cinquième fois, des pas se font entendre. Ils sont lourds, métalliques. Un espèce de robot sort de l'ombre, mesurant près de trois mètres.


« Je suis Cendre.
J'ai fais mon taff. Appelle Red pour lui confirmer s'teu plait. Tu fais ça, je dégage d'ici, et je fais en sorte que personne d'autres ne soit intéressé pour monter. » Je lui lance un escargophone avec le numéro de Red pré-enregistré.

« … Allô ? Red ? Oui, c'est Cendre. … Oui, tout va bien ici. Oui, le mercenaire vient de tous les tuer. Il ne reste que lui. Parfait. Red te rappelle les termes du contrats, aucun survivant de l'expédition.
Et c'est le cas.
Tu fais parti de l'expédition.
Non. Je les ai aidé, j'ai été payé. A aucun moment je n'ai été l'un d'eux. Dis au vieux renard qu'il devra me payer quand même ce qu'il m'a promis.
… Hum. T'as entendu ? Ouais, on dirait. Il fait le virement.
Bien. Ravi d'avoir fait affaire avec toi Red. Mais tu m'excuses, j'ai encore des jeunes plein d'espoir à anéantir. »

Cendre me redonne le den den après avoir raccroché. Il a confirmé à Red que j'ai rempli le plus dur de la mission, et que donc je mérite mes sous. Maintenant, la partie la plus facile arrive. Je vais jusqu'au bord de l'îlot, puis je saute dans les airs, comme ça, sans préparation, sans parachute, sans rien. Mon plan est en marche, personne ne pourra l'arrêter. Je me laisse tomber en chute libre. Je traverse la mer de nuages blancs, puis je continue de perdre de la hauteur. Parfois, j'utilise un geppou pour ne pas prendre trop de vitesse. On est quand même à je ne sais combien de miles de hauteur. Je ne sais pas si mon logia pourra encaisser tout ça, et je n'ai pas envie de connaître la réponse d'une mauvaise façon. Je vois Grand Line qui se dessine devant moi. Je ferme les yeux à cause de la vitesse. Une fois arrivé près des derniers blocs, j'arrête ma descente et me stoppe sur un îlot. C'est l'heure de voir si je sais jouer la comédie ou pas. On respire un bon coup, puis j'enfonce ma main dans mon estomac. Je dois me concentrer pour ne pas activer mon logia. Je crache du sang. La blessure me semble crédible. Puis je me laisse tomber jusqu'en bas. J'essaie de viser le dernier îlot quand même pour ne pas plonger dans l'eau mortelle. Je m'écrase en plein sur une tente. Le camp tout entier s'agite et viens voir ce qui se passe. Un homme me reconnaît, voit ma blessure et me fait transporter dans le coin des médecins. On me donne plusieurs médicaments. Je ne sais pas combien de temps s'est écoulé quand je rouvre les yeux.

« Ah, enfin réveillé. Vous nous avez fait une belle peur. On a faillit vous perdre plusieurs fois. Une chance que vous soyez costaud.
Qu'est-ce qui s'est passé ?
Qui vous a fait ça ?
Où sont les autres ? »

Des dizaines de personnes sont autour de mon lit et me posent des questions. Aller, voyons jusqu'où je peux les berner. Je tente de répondre, mais je suis faible. Le toubib m'explique que ma blessure était sérieuse et qu'ils ont du m'opérer rapidement. Ils tentent de faire partir les gens, mais je les fais rester. Il faut que je raconte ma terrifiante histoire pour finir ma mission.

« On est arrivé jusqu'au milieu. Arizona a fait bouger les blocs. Non, je ne sais pas comment. On grimpait en rappel quand ils sont arrivés. Ils étaient des dizaines. On avait aucune chance.
Qui ? Qui est arrivé ?
On aurait dit des … singes avec des ailes. Ils étaient tellement agressifs, tellement nombreux … Ils nous ont attaqué. On a du entrer dans leur territoire, je ne sais pas. C'était horrible. Ils arrachaient les gens à leur corde et les dévoraient en volant. On a été très peu à s'en sortir. On a réussit à grimper jusqu'en haut, on s'est réfugié dans un bâtiment. Mais ils sont vieux. Très vieux, et pas en bon état. Une partie du toit s'est écroulé. J'ai réussit à protéger le peu qu'il reste de nous. Mais on a perdu presque tout notre matériel, nos vivres et nos ressources. La première nuit a été très difficile, on ignorait qu'ils allaient revenir.
Et ils sont revenus ?
Le lendemain. J'ai pu nous protéger un temps. Mais ils étaient trop nombreux, plus forts que je ne le pensais. Mes protection ont cédé, et ils nous ont attrapé. Je me suis échappé de justesse grâce à mon logia.
Et les autres ? Où sont monsieur Sobert De Bajac Junior ? Où sont Arizona Bones ?
Je … Je … Je n'ai rien pu faire. Ils étaient tellement nombreux … Ils ont brisé mon mur en quelques minutes. Ils ont réussit à me toucher malgré mon logia. J'ai réussit à en tuer deux ou trois, mais ils étaient trop. J'ai vu Maximilian et Arizona se faire manger vivant.
… Ils sont …
Oui. Ils sont morts. Je suis le seul rescapé, grâce à mon logia. Quand j'ai réussis à glisser et tomber, ils ont tenté de me récupérer. J'ai perdu connaissance. Quand je me suis réveillé, j'étais sur un îlot, et un de ces … monstres me mangeait le ventre. Je l'ai repoussé et me suis laissé tombé après l'avoir tué. Je savais que c'était ma seule et unique chance, alors j'ai sauté.
Incroyable. Et vous avez survécu à ces attaques, ce saut … Prodigieuse défense que votre logia.
C'est la seule raison pour laquelle je suis encore en vie.
Et bien, on se demandait quand on allait pouvoir monter nous aussi. Je crains que ça ne soit pas tout de suite.
Vous n'avez aucune chance. Ils nous avaient repéré bien longtemps avant de nous attaquer. Ils sont trop forts pour moi. J'ai faillit mourir plusieurs fois malgré ma puissance. Je ne peux que vous conseiller de bloquer cet endroit. Personne ne doit jamais monter, c'est beaucoup trop dangereux. On est des jouets pour eux. »

On continue encore un peu de petit jeu où je joue le rôle de la pauvre victime qui a à peine survécu au traumatisme qu'elle a subit. Puis des gars à moi d'Armada m'emmènent sur le navire qui nous à fait arriver jusque ici. Voilà la fin de mon histoire sur Second Piece Island. Je suis le seul survivant, le seul des mers bleues à connaître la vérité. Mon contrat avec Red expire enfin. Et ses sous sont à moi.
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1