AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Un condamné à mort s'est échappé ! Enfin il va essayer ...

avatar
Mochi

♦ Localisation : Reverse Mountain
♦ Équipage : Équipage du Tyran

Feuille de personnage
Dorikis: 3463
Popularité: -156
Intégrité: -110

Sam 18 Fév - 14:46

Spoiler:
 


Pas mal de temps passa avant que les premiers soldats se firent entendre. Les premiers venus étaient là pour charger des caisses. Les seconds amenèrent les quelques prisonniers, qu'ils enfermèrent aussitôt. Les deux pirates eux, étaient bien planqués et ne se firent pas remarquer. En dépit de tout ce remue ménage, le navire ne bougeait pas d'un iota. Il fallut attendre une bonne heure, avant qu'ils ne sentent les remous de l'océan. Ils étaient bien à bord, les prisonniers avaient été embarqués et Mochi avait entendu le vieux gueuler, comme il lui avait crié dessus dans la prison. Ils étaient sur le bon navire.

Mochi suggéra à James de récupérer, dans un premier lieu, un uniforme de soldat. Autant ses nouveaux galons avaient été bien utile pour infiltrer le bâtiment, autant ils pourraient s'avérer préjudiciables ici. Un grouillot pouvait facilement se faire oublier d'un si grand équipage, mais pas un gradé. Aussi préconisa t-il d'ouvrir quelques-unes des caisses qui avaient été chargés dans les cales. Il y avait probablement là quelques caisses de linges. Après avoir trouvé un pied de biche, James se mit à chercher un uniforme de soldat.

Pendant ce temps, Mochi prit les devant et commença à faire un état des lieux. D'abord, il devait trouver le vieux prisonnier et il ne mit pas bien longtemps à le faire, comme prévu, une petite prison avait été emménagé en fond de cale, dans la pièce d'à côté. Une petite prison dans laquelle était entassé quatre criminels dont le Baron. Non loin, un groupe de cinq marines jouaient aux cartes. Mochi passa son chemin et se rendit sur le pont. La les marins s'activaient, le port de poiscaille était encore en vu et s'effaçait lentement. Après quelques pas, le toubib faisait face à un grand balafré qui portait un bandana bleu. Son torse nu, laissait apparaître tout un tas de cicatrice. Il buvait du saké à la bouteille.

"T'es qui toi ? C'est quoi se crâne énorme que t'as ?"


Mochi n'avait toujours pas pu résoudre son problème de boulon dans le crâne qui, avec la casquette de marin, donnait l'impression qu'il avait une tête énorme. Comme il était torse nu, le toubib ne pouvait connaître le grade de son interlocuteur, aussi, il décida, dans le doute, de le vouvoyer.

"Je suis nouveau !"

"Je t'ai jamais vu sur ce rafiot mon gars !"

"Vous connaissez tous les soldats du bâtiment ?"

"Non, mais toi t'as une drôle de tête et une grosse en plus, je t'aurais reconnu ! Pour sûr !"

"C'est juste une blessure que je me suis fais tout seul, l'histoire bête"

"Bwa bwa bwa ! Elle fait pas bien viril cette cicatrice ! Enlève moi cette casquette !"

"J'aime mieux pas ..."


"C'est un ordre ! Ou je te balance par dessus bord !"


Comme il n'avait pas vraiment le choix, le binoclard enleva sa casquette, laissant appraître l'énorme boulon qui lui traversait le crâne.

"C'est pas bien commode ça ! Je m'en serais souvenu si je t'avais déjà vu ! Garanti mon p'tit"

"Je suis nouveau je vous dis"
répondit le toubib qui commençait à s'impatienter.

"Et Joey ! Vieux crouton, c'est toi qui t'es occupé du dernier recrutement ! Cette tête là te dis quelque chose ?"

Un marine assez vieux qui passait dans le coin se retourna subitement. En un clin d'oeil, il se retrouvait à quelque centimètre de Mochi et lorgnait son visage. Puis il recula de quelques pas, sortit une paire de lunettes de son futal et les posa sur le bout de son nez.

"Non"

"T'es sûr ?"

"Je suis formel"

"Un intrus hein ? Pas de bol l'ami ! Tu vas avoir à faire au poing infernal de l'ami Balrog !"


Le dit Balrog lacha sa bouteille et se leva avec une agilité insoupçonée et fonça en un instant sur le toubib, avec l'intention clair de lui envoyer une droite en pleine face. Mochi, tout aussi rapide protégea sa tête en croisant ses avants bras devant elle. Pile là où le marine frappa. Le choc propulsa le toubib à quelques mètres de là, mais il était indemne. Balrog siffla, impressionné que le toubib ait si bien encaissé son coup.

"Bwa bwa bwa ! Intéressant !"

Le soldat se remit encore une fois en garde, prêt à frapper. Cela n'arrangeait en rien les affaires du toubib, car sur ce bateau isolé dans la mer, il n'avait aucun endroit où fuir. Comment allait-il faire après se combat pour rester sur le navire ? Il n'eut pas bien le temps d'y réfléchir que Balrog arrivait encore, cette fois-ci, le toubib esquiva le coup et vînt le frapper au niveau du foie, ce qui paralysa l'espace d'un cours instant son adversaire. Mais il n'eut pas le temps de profiter de cet instant de faiblesse que le soldat vînt à nouveau le frapper, coup que Mochi esquiva en se jetant en arrière.

"Soldat arrêtez le !"

Cette voix autoritaire venait de l'arrière. Aussitôt, une dizaine de fusils poitèrent leurs canons en direction du toubib.

"Commandant !!! Je maîtrise la situation !"
déclara Balrog en râlant.

"Je voudrais l'interroger avant que tu ne le tues idiot ! Il n'est peut être pas seul ! Foutez moi ce con en prison avec les autres, j'ai à faire pour l'instant"

Deux soldats vinrent attraper Mochi pour l'emmener dans les geôles. Décidément cette histoire d'évasion commençait bien. Au même moment il se rendit compte que l'un des gardes qui "l'escortait" jusqu'à la prison n'était autres que James, qui avait réussi à trouver un uniforme de soldat. Le toubib réussit tant bien que mal à dissimuler son soulagement. Blackburn passait inaperçu même devant Balrog qui les accompagnait
http://www.onepiece-requiem.net/t18939-mochihttp://www.onepiece-requiem.net/t18953-fiche-de-mochi
avatar
James W. Blackburn

♦ Localisation : West Blue - Las Camp

Feuille de personnage
Dorikis: 1870
Popularité: -93
Intégrité: -75

Dim 26 Fév - 9:14




L’idée de redevenir qu’un simple soldat de bas étage n’enchantait pas le jeune homme. Il se sentait à son aise dans ce rôle d’officier, surement des vestiges de son ancienne vie de nobliau. Mais le Doc avait complètement raison sur ce point. Réussir à son fondre dans la masse à l’intérieur d’un QG est une chose, mais dans un endroit aussi confiné qu’un navire était d’un tout autre niveau. Alors, autant ne pas trop vouloir pavaner avec un costume d’officier, qui ne ferait qu’éveiller davantage de soupçons.

« C’est un véritable capharnaüm ici ! Au moins je ne vais pas avoir de soucis pour trouver un uniforme à ma taille. »

Après plusieurs minutes de fouilles au beau milieu de caleçons, de chaussettes et autres sous-vêtements de l’armée. James avait réussi à trouver son bonheur en taille, et en plus c’était tout propre. Aucune odeur de sueur ou de quelconque crasse, que demander de plus ? Avant de refermer les caisses pour dissimuler toutes traces de son effraction, Blackburn eut pour une fois une idée pas si stupide.

*Et le vieux pirate, pourquoi ne pas lui filer lui aussi des vêtements de la marine ? Avec un peu de chance, nous partirons d’ici sans avoir à nous battre avec la moitié du navire*.

La tâche se révéla un poil plus ardue que prévu, au vu de sa taille pour ainsi dire digne d’un enfant, James dut se rabattre sur les habits dédiés aux mousses. Il gloussa à l’idée de voir ce vieux grincheux ainsi revêtue.

« Le plus vieux mousse des Blues… C’est un peu tiré par les cheveux, mais soyons fous ! Bon, maintenant il faut que je retrouve Mochi… Il ne doit pas être loin. »

Le jeune pirate entreprit de quitter sa cachette pour se mettre à la recherche de son compagnon. Mochi ne devait pas bien être très loin, il n’était pas de nature à s’aventurer très loin sans en informer James, et encore moins à prendre des risques insensés qui pourraient compromettre la mission. Tout l’inverse de James en quelque sorte.

Blackburn traversa le compartiment réservé aux prisonniers avec empressement. Il jeta toutefois un coup d’œil pour s’assurer de la présence de leur objectif, mais il était préférable pour le moment de se faire un peu oublier. Un groupe de gardes étaient en pleine partie de cartes, l’un d’eux leva avec désinvolture sa tête en direction du nouvel arrivant puis se replongea dans son jeu. Le Doc n’était pas ici à première vue, James continua donc son exploration plus en profondeur du navire. À peine avait-il quitté cette sinistre pièce, que des voix s’élevèrent au-dessus de lui.

« Soldat arrêtez le ! »

*Merde ! Ne me dites pas que…. *

Le blondinet se précipita dans les escaliers pour rejoindre au plus vite la source de cette cohue. Il déboula donc en trombe sur le pont du navire, la main fermement ancrée sur la garde de son arme, au cas où il devrait croiser le fer.

Il se retrouva nez à nez avec un type torse-nu à la musculature imposante qui le bouscula sans ménagement, manquant de peu de le faire trébucher dans les marches. Avant même d’avoir pu comprendre de quoi il en retourner, un type s’avança vers lui et le désigna du doigt.

« Toi ! Tu vas avec lui et tu escortes l’intrus jusqu’au cachot. »

James resta quelques secondes figé, il ne prêtait absolument aucune attention à son interlocuteur. Le Doc venait de se faire pincer sous ses yeux, en même temps avec une tronche pareille qu’est-ce qu’il était venu foutre sur le pont en plein jour ? James avait dorénavant deux options. La première, faire le gros bourrin en tentant de libérer immédiatement le nouveau captif. Avec une forte probabilité de finir en passoire au terme d’un combat d’un contre cent. La seconde, utilisez sa cervelle, après tout sa couverture était toujours là. De plus il était chargé d’escorter Mochi jusqu’à sa cellule, c’était l’occasion de faire d’une pierre deux coups.
Son interlocuteur perdit patience et l’attrapa par le col pour le faire sortir de ses pensées

« T’es sourd ou quoi seconde classe ?! Je t’ai dit d’escorter le prisonnier ! »

« Euh... Oui ! Oui mon adjudant ! »

« ALORS ACTION ! BORDEL DE DIEU ! »

Blackburn attrapa sans ménagement le Doc jusqu’à sa nouvelle demeure. Le captif semblait soulagé de se savoir en si bonne garde.
Une fois devant le cachot, James s’engouffra avec le captif dedans pour lui glisser le plus subtilement possible un mot à l’oreille.

« Prépare le vieux, je me charge des gardes au plus vite. »

Un sous-officier se porta à la rencontre du petit contingent de marine présent dans la pièce. Balayant de sa main les cartes sur la table des matons :

« Le commandant souhaite l’interroger, il doit forcément avoir des complices ! Ouvrez les yeux bandés de mollusques ! Personne ne doit atteindre les prisonniers vivants ! C’est clair ?! Et bordel ! Arrêtez de jouer aux cartes ! Ce n’est pas un tripot ici !! »

Une fois l’ouragan parti, les gardes recommencèrent leur partie de cartes dans le plus grand calme.

« Qu’il est con ! Qui oserait attaquer un bâtiment de la marine commandé par le redoutable Wyatt ?! »

« C’est bien vrai ça ! »

Pendant ce temps le jeune homme décida que c’était le moment opportun pour passer à l’action. Il quitta la pièce pour retourner dans sa planque initiale, à la recherche du pied de biche. Il n’allait tout de même pas passer au fil de l’épée des pauvres gus pareils ! De nouveau dans le compartiment prison, personne n’avait remarqué son absence et encore moins son retour.

*Comment peut-on se faire pincer par des soldats aussi ridicules ?!*

Blackburn traversa donc l’endroit armé de son pied de biche à la main, il jeta un œil en direction de Mochi qui avait la bouche grande ouverte. Le doc faisait des gestes en direction de James pour lui dire de ne pas faire ça ! Mais le blondinet était bien décidé à en découdre à grand coup de « bong ».

« Messieurs désolés d’interrompre votre partie de cartes, mais… ».

Le premier coup parti en plein dans la mâchoire du joueur le plus proche. L’effet de surprise était total, le second coup ne tarda pas, toujours avec la même efficacité fracassante. Les trois gardes restants se levèrent en panique pour faire face à leur adversaire :

« Putain ! Mais t’es qui toi ?! »

Bong !

« Je suis ! »

Bong !

« James W. Blackburn ! »
Bong.
Non vraiment, sortir son arme contre des andouilles pareilles aurait été un terrible manque de respect. Il fallait faire vite dorénavant, les prisonniers semblaient tout d’un coup agités à la vue de cette petite escarmouche. Il ne fallait pas que leur cri alerte l’ensemble du navire.

« Doc fait les se taire ! On va se faire repérer ! Et file ça au vieux décrépis, à partir d’aujourd’hui il est mousse ! »
http://www.onepiece-requiem.net/t18966-james-w-blackburnhttp://www.onepiece-requiem.net/t18979-ft-de-james-w-blackburn
avatar
Mochi

♦ Localisation : Reverse Mountain
♦ Équipage : Équipage du Tyran

Feuille de personnage
Dorikis: 3463
Popularité: -156
Intégrité: -110

Mar 28 Fév - 19:39

Tout alla très vite, Mochi fut pris de court, lui, qui aurait préféré un plan plus subtil et une évasion nocturne, voilà qu'ils allaient être obligés de s'évader en pleine journée. Alors que James s'occupait des gars à l'extérieur, Mochi réveilla le vieil homme.

"Ah ! Vil marine, tu vas me le payer !" hurla t-il.

A ces mots, il bondit sur le pauvre doc toujours vêtu de l'uniforme de soldat. Le vieux s'accrocha à sa tête et Mochi n'arrivait pas à s'en dépêtrer, les autres prisonniers étaient absorbés par le combat de James, ignorant totalement le doc et le vieux, se contentant de siffler et de crier comme des abrutis devant le combat de Blackburn.

"Mais ... je ... je suis là pour vous aider" essaya de bégayer Mochi, étouffé par le vieux. Finalement, il attrapa le vieux et l'assomma d'un bon coup. Au même moment James terminait son combat.

"Silence ! On va nous repérer espèces d'abrutis !"

Les prisonniers se turent aussitôt, excepté l'un d'entre eux qui ne cessait de crier "C'est génial ! On va s'échapper" en rigolant comme un idiot. Mochi ne put le faire taire qu'en le frappant à la nuque. Il s'évanouit aussitôt. Il n'y avait plus de Marine apte au combat dans les alentours. Le toubib se retourna vers James qui ouvrait la prison.

"C'est malin ! On aurait pu attendre un meilleur moment ! On va faire quoi maintenant en plein milieu de l'oc ..."

Mochi ne termina pas sa phrase, il regardait derrière James, bouche bée. Celui ci s'impentianta, attendant la fin de la phrase.

"Quoi ? On a pas le temps et puis à tout moment on aurait découvert mon identité, on aurait eu l'air bien bête tous les deux derrière ces barreaux ! Tu m'écoutes dis ?"

Remarquant le regard perdu du binoclard il se retourna sans vraiment savoir où porter son regard, et en effet, il ne remarqua pas ce qui interpellait le toubib, se retournant une énième fois vers Mochi il allait lui demander ce qui clochait quand Mochi sortit de la prison et se dirigea vers un sabord désarmé, jeta un coup d'oeil et se retourna vers Blackburn tout sourire.

"Tu sais que t'es un veinard toi ?"
dit -il, pointant son pouce vers l'extérieur comme pour inviter son acolyte à jeter un oeil.

Il y avait là une île, cette île qu'ils ne connaissaient pas, n'en demeurait pas moins leur bouée de sauvetages. Ils allaient pouvoir rejoindre la berge et de là, trouver un autre navire et retourner sur Las camp.

"Ok ! On fait quoi ? On se déguise en Marine et on prend discrètement un radeau de sauvetage ?"

Mochi aperçut un paquet de cig à ses pieds, il devait se trouver sur la table, où jouaient les soldats et comme James avait foutu le bordel dans la pièce, il avait dû tomber et glisser jusque là. Le toubib l'attrapa et s'en grilla une. L'idée était intéressante et c'était sans doute le plan le plus simple. Mais avec l'affaire de Mochi et les présomptions de complicités qu'avait émis le Commandant, il y avait fort à parier que les rares barques qu'ils pourraient trouver sur le navire seraient surveillée de prêt, rendant toute tentative d'escapade impossible. Soufflant sa première taffe il regarda James comme s'il avait trouvé l'idée du siècle.

"On va prendre le capitaine du navire en otage !" Dit-il fièrement.

"Ah bon ? Et tu comptes t'y prendre comment"
répondit Blackburn dubitatif.

"Vous pouvez nous faire participer à la conversation ? On est tout aussi concerné"
demanda l'un des prisonniers.

James et Mochi le regardèrent indiféremment avant de reprendre en l'ignorant.

"Alors ? Non parce que sa cabine est bien gardée déjà et en plus, elle est tout en haut."

"S'il vous plaît ?"

"On va grimer cette équipe de bras cassé en Marine. Vous allez nous emmener moi et le vieux en qualité de prisonnier jusqu'à sa cabine. Tu diras que je veux passer aux aveux et que je suis complice du vieux ! Dès qu'on est dans le bureau du Capitaine on le prend en otage. Après ça, plus qu'à foutre le camps."

Le toubib fit une pause, l'idée était audacieuse, sûrement plus complexe que la première, il fallait jouer sur l'effet de surprise, le commandant ne s'attendrait probablement pas à une riposte aussi rapide. Mochi, clope au bec, lorgnait le visage de son coéquipier, afin de deviner ce qu'il pensait de ce plan. Alors qu'il y réfléchissait il se mit à sourire.

"Ca pourrait marcher ..."


Après quoi ils exposèrent le plan aux onze prisonniers aptes à y participer. Tous se changèrent en marines et s'armèrent à l'aide des fusils et pistolets des soldats au sol. Seulement une équipe de quatre, en plus de James, du vieux et de Mochi monterait en haut, afin de ne pas éveiller les soupçons. Les 7 autres, resteraient dans la cale, attendant le signal pour monter, à savoir, un coup de feu. En attendant le moment propice, ils devraient se cacher et attaquer par surprise tout intrus potentiel entrant dans la zone, histoire de ne pas faire sonner l'alerte avant la prise en otage du Commandant Earp. Les marines assommés, eux, avaient été placé dans la prison.  

Une fois armée, la petite troupe, fit mine de prendre une position militaire, les deux prisonniers étaient aux milieux -Le vieux, qui était dans les vaps était porté par les deux gardes de l'arrière- , entouré de quatre pseudo Marines, le tout mené par Blackburn.

Mochi qui examinait les visages de chacun se rendit compte que l'équipe, montée à la va vite n'était pas franchement rassurée. Loin d'être assuré du succès de cette mission, y avait de quoi être hésitant. Ils étaient condamnés au bagne. Si cette mission échouait c'est la potence qui les attendaient. Il ne serait peut-être même pas question de jugement, l'officier supérieur les feraient exécuter aussi sec sur le rafiot. L'un des gars tremblait. Y avait de quoi, Mochi hésita un instant à exécuter la mission. Si un seul hésitait la mission pouvait tourner au fiasco total, il ne fallait rien laissé au hasard. Mais le temps ne jouait pas non plus en leur faveur, s'ils étaient trop longs, l'île disparaîtrait au loin et il n'aurait plus aucune échappatoire.

C'était sans doute un peu cliché, mais Mochi pensa qu'un bon discours bien démagogique et quelque peu flatteur pourrait motiver la troupe. Le doc, qui n'était pas très doué lorsqu'il s'agissait de parler en public et encore moins de flatter des gens pour rien ne sentait pas très à l'aise en cette qualité. Heureusement, James s'aperçut aussi de l'hésitation ambiante, aussi Mochi s'approcha t-il discrètement du Nobliau, qui, lui, avait dans ses jeunes années, appris à bien parler.

"Tu pourrais pas faire quelque chose pour galvaniser les gars ?"
murmura t-il.
http://www.onepiece-requiem.net/t18939-mochihttp://www.onepiece-requiem.net/t18953-fiche-de-mochi
avatar
James W. Blackburn

♦ Localisation : West Blue - Las Camp

Feuille de personnage
Dorikis: 1870
Popularité: -93
Intégrité: -75

Sam 4 Mar - 14:43



James avait analysé la situation tant bien que mal. Tout se jouer à présent sur la réussite de cette mission hasardeuse, venir prendre en otage le capitaine d’un rafiot bourré de soldats. Pour pimenter le tout, Mochi avait décidé de faire participer les prisonniers dans cette escapade. Pour Blackburn cela revenait à se tirer une balle dans le pied.

*C’est sans doute la seule chose qui nous manquait, pour être certain de finir au cachot. Devoir choisir quatre énergumènes dans ce lot de piètre qualité, je ne vois vraiment pas comment nous allons pouvoir arriver jusqu’à la cabine du capitaine sans se faire repérer... *


« Euh… Oui, les galvaniser ?! » Le jeune homme se retourna vers son auditoire sans grande conviction.

James contempla les faces d’huitres qui s’offraient à lui. Il se demandait, comment certains avaient-ils fait pour s’attirer les foudres de la marine ? Grand mystère.

« Bon… Écoutez-moi ! Je me fiche éperdument de la raison de votre présence sur ce navire. Mais nous avons un objectif en commun, fuir d’ici ! Alors si vous souhaitez avoir l’infime chance d’éviter Whiperia, je vous conseille de suivre mes ordres à la lettre. Au moindre écart je n’hésiterai pas à m’occuper personnellement de vous. Déjà il me faut quatre volontaires pour venir avec moi prendre le capitaine en otage. »

L’effet escompté n’avait pas eu lieu, bien au contraire. Le type qui tremblait auparavant comme une feuille était maintenant tétanisé, par la simple élocution du nom de « Whiperia ». Cela en faisait un de moins sur la liste. Quant aux autres, difficile de savoir si la lumière était présente à tous les étages. Le jeune homme se retourna vers le Doc cherchant désespérément de l’aide. Ce dernier se contenta de hausser les épaules en guise de réponse.

Passant en revue ces troupes à l’image d’un général avant la bataille décisive, James choisit les quatre types qui semblaient pour lui avoir le plus la gueule de l’emploi. Donc exit les montagnes de muscles avec le visage entravé de cicatrices ou de tatouages en tout genre. Il fallait aussi avoir une dose de sang-froid, pour éviter de faire un véritable carnage là-haut à la première vue d’un marine. Mais comment faire un tri là-dedans ? Il ne connaissait même pas leur nom ! Après plusieurs minutes de réflexion, Blackburn était enfin décidé sur le choix de ses partenaires.

La fine équipe ressemblait plus ou moins à quelque chose, à vrai dire James ne s’attendait pas à avoir pareil résultat. Il était donc plutôt satisfait de son choix, mais un autre souci trottait le taraudait. Laissés seul une dizaine de repris de justice, dont certains avec l’air clairement en manque de sang, c’était pour le moins risqué.

« Les gars, je ne veux pas de grabuge… Si jamais vous faites merder la mission, je vous tue de mes propres mains ! »
Le jeune homme posa un regard lourd sur l’ensemble de son auditoire, en particulier un type qu’il avait tout de suite repéré. C’était le genre de gus à manger des nouveaux nés au petit déjeuner.

*Avec ma gueule de premier de la classe, je dois vachement les impressionnés dit donc…*


Le nobliau arriva sur le pont du navire avec une terrible boule dans le ventre. Difficile d’estimer avec précision le nombre de marines à bord. Mais ils devaient être au moins une cinquantaine, si ce n’est pas plus. Devant toute cette effervescence d’adversaires potentiels, Blackburn marqua une pause pour se focaliser son objectif. Il était à deux doigts de faire demi-tour pour tenter de trouver une autre alternative, mais il savait malheureusement qu’il était trop tard.

Le convoi était constitué de James et un solide gaillard en tête, ensuite Mochi et le vieux. Sur les côtés Blackburn avait placé les deux hommes qui lui semblaient le plus aptes à se défendre en cas d’urgence. Et pour ferme le bal, un drôle de gars, il semblait un peu dans son monde, mais avait tout l’air d’un redoutable flibustier. Il était un peu à la traîne derrière, et semblant plus intéressé à admirer le paysage que de regarder devant lui.

*Il va finir par se perdre ce couillon*

Comme il fallait s’y attendre, le groupe ne passa pas inaperçu. Plusieurs marines se retournèrent sur son passage, discutant à voix basse. Heureusement tous étaient focalisés sur le mystérieux passager clandestin.
« Saleté de marines, je vais tous me les faire ! » grogna le vieux en voyant tout autour de lui les soldats le dévisager.
« Silence derrière ! »
« Qu’est-ce que tu… »
Mochi ne laissa pas le temps à l’ancêtre de finir sa phrase et lui asséna un coup de coude dans le ventre. Qu’est-ce qu’il lui prenait à ce vioc ?! Alors que tout se passait pour le mieux, il venait maintenant foutre son grain de sel.

*Bordel, manquait plus que ça, le sénile qui fait sa crise*


Devant l’entrée des quartiers de l’officier supérieur, deux soldats étaient en garde statiques.
James souffla un grand coup est pris la parole :

« Le capitaine… Souhaite s’entretenir avec le passager clandestin. »

Le planton le plus à gauche quitta sa position pour disparaitre à l’intérieur des appartements. De très longues secondes s’écoulèrent, la tension était palpable. Le garde restant était en train de fixer avec une attention toute particulière l’un des soldats se trouvant devant lui.

*Merde… C’est la fin…*


« Il fout quoi votre soldat là-bas ? »

Le nobliau se retourna et découvrit son rêveur complètement à la ramasse en train de se diriger de sa propre initiative vers le bastingage du navire pour admirer la mer.
Alors que James s’apprêtait à répondre, la porte s’ouvrit.

« Le commandant vous attend, veuillez entrer. »


Blackburn n’hésita pas un seul instant, il tira par le manche son doux rêveur et s’engouffra avec son petit groupe d’hommes à l’intérieur. Coupant ainsi l’herbe sous le pied du vigile. Ils arrivèrent dans une grande pièce, richement décorée. Plusieurs tableaux représentant des batailles navales ou des illustres officiers de la marine ornés les murs. Devant eux se trouvait un immense bureau en bois sculpté derrière lequel était assis un officier. À ses côtés se trouvaient deux sous-officiers qui étaient en pleine discussion autour d’une carte du Blue. À cela il fallait ajouter la présence de trois gardes plantés à leur droite, attendant surement l’ordre de leur supérieur de pouvoir disposer.

« Messieurs, vous voici donc enfin décidé à parler, c’est une sage décision. Soldats ? Veuillez vous assurer que je ne serais pas dérangé pendant la durée de cet interrogatoire, merci. »

« Bien mon commandant »

James regarda les trois hommes sortir de la pièce non sans soulagement. Cela ferait ça de moins à devoir affronter.

« Bien, j’ai de nombreuses questions à vous poser, alors ne perdons pas de temps en futilité. »

À ce moment, l’attention du capitaine se trouva diriger vers l’un des faux soldats. Il semblait d’abord intrigué puis petit à petit compris le subterfuge.

« Mais ! Gardes C’est un… »

James se jeta sur lui sans même réfléchir, s’ensuivit une lutte au sol particulièrement éprouvante. Le jeune homme ne s’attendait pas à une telle résistance. Il fallut l’intervention de Mochi et d’un autre des captifs pour venir à bout de sa rébellion. Le gradé se battait comme un diable, il tenta à plusieurs reprises de se saisir de son pistolet, mais heureusement pour James, le doc avait eu la présence d’esprit de la mettre hors de portée. Les autres occupants de la pièce furent maitrisés avec bien plus de facilité. James était content du bon déroulement du plan, aucune effusion de sang inutile ni de coup de feu. C’était une réussite.

« Félicitations à tous, maintenant passons à la suite du plan… »

« Vous croyez vraiment que vous allez vous en tirer vivant ? C’n’est un navire de la marine pas un moulin flottant… »
« Ta gueule saloperie de marine ! Je vais te faire péter la tête sur-le-champ !! » Le vieux pirate se précipita sur les armes à feu du captif, il semblait vraiment déterminé à lui faire sauter la caboche. James alla à sa rencontre pour le stopper avant qu’il commette l’irréparable. Heureusement pour le jeune pirate, le vieux capitaine n’était plus que l’ombre de lui-même question force physique. Il le plaqua sans ménagement, face contre le bureau :

« Qu’est-ce que tu cherches à faire ? Foutre en l’air tout notre plan ? Nous sommes ici pour sauver ton cul, alors tu vas nous écouter... ! »

De son côté le commandant ne semblait pas vraiment impressionner, bien au contraire cette scène le faisait plutôt sourire :
« Belle équipe de bras cassé, c’est un miracle que vous soyez arrivés jusqu’à ma cabine…. J'ai hâte de pouvoir raconter cette histoire rocambolesque au mess des officiers. A qui ai-je l'honneur au passage ? »
Le jeune homme se contenta de répondre en faisant mine de n'avoir pas relever les attaques dans sa phrase : « James Walter Blackburn, pirate en devenir pour vous servir »

« Blackburn, hum je tacherais de m'en souvenir le jour de votre exécution.»

Et maintenant que devaient-ils faire ? C’était quoi la suite du plan de Mochi ? Ils avaient un captif et pas n’importe qui, le commandant du navire. Mais entre eux et la liberté, se trouvait au bas mot une cinquantaine d’hommes entrainés à se battre.
 « Bon Doc, maintenant à toi de jouer… »
http://www.onepiece-requiem.net/t18966-james-w-blackburnhttp://www.onepiece-requiem.net/t18979-ft-de-james-w-blackburn
avatar
Mochi

♦ Localisation : Reverse Mountain
♦ Équipage : Équipage du Tyran

Feuille de personnage
Dorikis: 3463
Popularité: -156
Intégrité: -110

Sam 4 Mar - 18:06

Le plan avait réussi, bien plus aisément que ce que le toubib l'eut cru. Maintenant, ils n'avaient plus qu'à utiliser l'otage pour réclamer les radeaux de sauvetages et filer sur l'île avec l'ensemble des prisonniers. Cependant, l'otage semblait garder un calme olympien, ce qui n'était pas pour rassurer Mochi, mais il n'avait pas le temps de réfléchir. Le navire s'éloignait peu à peu de l'île.

Le toubib se dirigea vers la porte de la cabine, la main sur la poignée, prêt à ouvrir il jeta un dernier un coup d'oeil à ses coéquipiers du moment. Comme pour leur signifier que le grand moment arrivait. Ce petit instant dramatique fut interrompu par un coup de feu en provenance du pont, le toubib ouvrit et sortit, rapidement suivi par les autres et par Blackburn, dont le pistolet pointait la tempe du Commandant Wyatt.

Dehors, un bon paquet de Marine les attendaient, trop pour être compté. Au milieu, le Lieutenant Balrog tenait une pétoire au bout de laquelle s'échappait un épais nuage de fumé. A ses pieds, gisait l'un des prisonniers qui était supposé être resté en fond de cale. A côté les six autres étaient alignés, mains liées. Ils avaient visiblement agi trop tôt ou s'étaient fait prendre comme des bleus. Quoi qu'il en soit, ils n'étaient maintenant plus que six, en incluant le vieux capitaine. Le combat était perdu d'avance, mais ils avaient encore l'otage.

"Qu'est ce qu'on fait maintenant Mochi ?" demanda Blackburn

Le toubib qui réfléchissait, ne répondit pas. Un otage contre six. Que faire ? Pouvaient-ils exiger la libération des prisonniers en plus des radeaux ? N'était-ce pas trop gourmand ? Certes, leur otage avait plus de valeur, mais le Lieutenant Balrog n'avait pas vraiment l'air d'être du genre à se soucier de ce genre de chose. Devaient-ils abandonner les autres ? Ce serait probablement la meilleure solution mais l'idée n'enchantait guère le toubib. Si la vie de ces trous de balles ne le préoccupait pas vraiment et qu'il n'aurait pas hésité en temps normal à les abandonner, là, ils étaient tous d'accord pour s'échapper ensemble. Il n'était pas question de les abandonner alors qu'ils avaient un accord. Le toubib qui réfléchissait trop se mit à buguer un instant et secoua sa tête pour se remettre les idées en place.

"Commandant Wyatt ?" demanda le balourd de lieutenant en pointant son fusil vers le toubib.

Mochi jeta un bref coup d'oeil en direction de l'otage, il souriait, sûr de lui et gardait la tête haute.

"Tires !!!" cria t-il

Si quelques soldats marquèrent un instant d'hésitation, Balrog, sans réfléchir déplaça son canon et dans un tir parfait désarma James. La balle, qui détruisit l'arme du pirate effleura également sa joue et à vrai dire, si Blackburn n'avait pas eu la présence d'esprit de basculer sa tête, il l'aurait prise en pleine poire. Profitant de cet instant, l'otage se libéra en donnant un coup de boule dans la gueule du pirate qui tomba à la renverse, avant de bondir du côté de ses hommes où on le délivra de ses liens. Tout était foutu. Les hommes près de Mochi tremblait, seul James gardait son sang-froid. Le vieux pirate qui était resté en retrait dans la cabine après avoir été plaqué au sol par Blackburn pointa le bout de son nez. Alors qu'il semblait avoir retrouvé son calme il aperçut toute la clique de Marine qui pointait leurs fusils dans sa direction. Dans un nouvel élan de folie, il se mit à rire à gorge déployée.

"Aya aya aya aya aya !!!"


Et, sans crier gare, il bondit sur le Marine le plus proche de lui, le mettant KO en un seul coup, il continua. Ce grain de folie donna un petit regain d'espoir à la bande. Les autres pirates l'imitèrent, provoquant la panique dans les rangs des militaires qui ne s'attendaient sans doute pas à ce que les pirates, largement inférieur en nombre passent à l'attaque en premier. Même ceux qui s'étaient fait capturer se précipitèrent sur les soldats, malgré leurs entraves.

Ce moment de gloire ne dura pas longtemps, rapidement, les marines, en surnombre prirent le dessus. Chacun se démenait dans son coin. Le commandant était resté au milieu sans bouger, toujours avec son agaçant sourire. Puis il se décida à sortir son flingue et le pointa sur quelqu'un. Mochi examina la cible, c'était le vieux, celui qui était à l'origine de cette petite rébellion. Comme quoi, il n'avait pas perdu sa prestance de capitaine. En tout cas, pas question de laisser son client mourir. Si le vieux crevait, ils auraient fait tout ça pour rien.

Le toubib fonça aussitôt sur le commandant qu'il put prendre par surprise en frappant directement dans ses côtes. Wyatt répondit aussitôt en donnant un coup de crosse dans la tête de Mochi qui para le coup avec son boulon avant d'asséner un coup de poing dans le ventre de son adversaire, propulsé à quelques mètres. Mochi qui pensait avoir neutralisé le bonhomme fut surpris de le voir se relever comme s'il n'avait rien eu. Regardant Mochi avec son sourire narquois il pointa son flingue en direction du vieux et sans même le regarder. Il tira une balle, laquelle se précipita sur le vieux.

Mochi avait beaucoup trop sous-estimé le Baron Muninchaunen, qui vit la balle arriver et qui l'esquiva de justesse. Fier de lui, il fit un doigt d'honneur au Commandant. Mais le spectacle n'était pas terminé, le lieutenant "Scarface" fondit sur le vieux, tentant de lui asséner un coup venu du haut. Mochi courut vers eux, mais il était trop loin. Heureusement, James, qui était plus prêt, était venu parer le coup. L'impact fut violent et, sous la force de Balrog, le sol craquela, bientôt James et son protégé de papy furent envoyer dans la cale. Comme Balrog allait les y rejoindre, le doc' lui sauta dessus pour l'écarter de là. Il réussit à l'éloigner du trou en sautant sur son dos et en essayant de l'étrangler. Quand ils furent suffisamment éloigné, Mochi lâcha sa proie et s'interposa entre lui et le trou.

"Je crois qu'on à un combat en attente mon vieux"

"Bwa bwa bwa ! Je vais te crever, putain de rat de laboratoire !"

S'ensuivit un premier coup de poing de la brute que Mochi para tant bien que mal et auquel il répondit par un coup de pied, qui fut également paré par son adversaire. Les coups se succédèrent. Le toubib, concentré sur son combat, n'avait pas le temps de regarder ce qui se tramait autour de lui et ne se rendit pas compte qu'il était le dernier à se battre. Tous les autres prisonniers avaient été neutralisés. Comme Balrog s'en était rendu compte, il s'interrompit.

"S'il vous plaît commandant laissez moi le cette fois !"


"Il est tout à toi" répondit le commandant avant de tourner son regard vers certains de ses hommes, "Vous ! Descendez, il en reste deux là dessous ! Et prenez garde !"

Six troufions s'exécutèrent aussitôt et le combat entre Balrog et Mochi reprit de plus belle.
http://www.onepiece-requiem.net/t18939-mochihttp://www.onepiece-requiem.net/t18953-fiche-de-mochi
avatar
James W. Blackburn

♦ Localisation : West Blue - Las Camp

Feuille de personnage
Dorikis: 1870
Popularité: -93
Intégrité: -75

Ven 10 Mar - 16:45



James avait réfléchi à de nombreux scénarios, mais surement pas à celui-ci. Le commandant ordonna à ses hommes à faire feu sur ses ravisseurs sans la moindre hésitation. Était-ce de la bravoure ou alors une tentative désespérée de sauver la face pour être tombé aux mains de pirates de petite envergure ? Difficile à dire, quoi qu’il en soit un de ses hommes n’hésita pas une seule seconde avant d’appuyer sur la gâchette. En plus d’être une montagne de muscle, le balafré s’avoua être un redoutable tireur. Sa balle fit mouche en plein dans l’arme de Blackburn, la neutralisant instantanément. Sans un mouvement réflexe, son compte était bon.

« Putain ! C’était moins une !!! »

Mais le déchainement de violence ne s’arrêta pas pour autant, la bataille faisait rage dans les appartements de l’officier supérieur. C’est avec la plus grande difficulté que le jeune homme accompagné du vieux chnoque s’extirpa de là. James comptait revenir aider le Doc au plus vite, mais malheureusement plusieurs marines s’étaient lancés à sa poursuite. Le jeune pirate avait l’impression d’avoir tapé dans une fourmilière, partout autour de lui des marines s’agitaient dans tous les sens dans une cohue générale.
Étonnamment, le vieux pirate s’avéra être bien moins sénile qu’il le laisser croire. Il n’hésita pas à croiser le fer avec un marine qui devait avoir à peine la moitié de son âge et le terrassa avant que James ne pût intervenir.

« Tu te démerdes plutôt bien pour quelqu’un de ton âge », lâcha James à l’intention de son ainé

« Comment ça mon âge ? ! Fais gaffe à ce que tu dis, sinon tu pourrais être le prochain à tâter de ma lame. »

«  »
James s’attendait à devoir faire face à plus de résistance pour s’échapper des griffes des militaires. Cependant, la tenue de marine le rendait difficilement repérable dans toute cette agitation. Bien sûr, ils avaient toujours un groupe de marine aux fesses qui savaient pertinemment leur véritable identité. Mais le reste des occupants du navire n’y voyait que du feu, du moins avant qu’il ne soit trop tard pour eux.
C’est donc à coup d’épée qu’ils tracèrent leur route jusqu’à la cale du navire, le fameux lieu de rendez-vous avec les autres prisonniers.

Ils déboulèrent en fracas dans le compartiment de rétention à la plus grande surprise de ses occupants. Pendant une fraction de seconde, James cru qu’ils allèrent leur sauter dessus avant de finalement les reconnaître.

« Bougez-vous ! Le plan vient de foirer, les marines nous talonnent. »

À peine avait-il eu le temps de finir sa phrase qu’une petite dizaine de marines entrèrent à leur tour dans la pièce. S’en suivit une confrontation dans la plus grande des désordres. Fort heureusement, plusieurs captifs se révélèrent être de redoutables combattants. Pendant de longues minutes et profitant de l’étroitesse de la pièce, la défense tenue bon. Malheureusement, le flot d’adversaires était incessant, impossible de connaitre leurs nombres. Mais Blackburn estimer un peu près à un pour cinq. Il avait beau se battre comme un diable, ce combat semblait perdu d’avance pour le jeune homme. Il avait déjà dû venir à bout d’une dizaine d’adversaires, parmi eux, cinq ne se relèveraient plus jamais. Après avoir repoussé avec violence une attaque, il recula avec empressement pour reprendre son souffle. Un rapide coup d’œil lui suffit pour jauger la situation, il ne restait plus que lui et un autre captif encore debout. Le petit vieux avait disparu de son champ de vision, était-il mort ? Aucune idée, de toute façon la mission n’était plus la priorité de Blackburn.

*J’espère juste que le Doc a réussi à fuir cette souricière…*

Les soldats marquèrent eux aussi une pause à la surprise du pirate, que pouvaient-ils bien manigancer. La victoire n’était plus qu’une question de secondes, encore un ultime assaut et ce serait la fin de ce simulacre de mutinerie. Mais une voix raisonna derrière le rempart de militaires :

« Rendez-vous, immédiatement. Vous vous êtes battus vaillamment. Mais ce petit jeu prend fin maintenant… »

Les soldats s’écartèrent pour laisser place au commandant. Ce dernier fixa droit dans les yeux James, il semblait être furieux que ce petit merdeux de pirate puisse mettre à mal son autorité.

« Tu es increvable dit donc ?! Même si ta tête n’est pas mise à prix, je suis satisfait de mettre fin à tes agissements dès à présent. Tu aurais pu devenir une sacrée épine dans le pied du gouvernement. »

À gauche de James se trouvait un ex-prisonnier d’une carrure impressionnante. Le bougre devait mesurer au moins deux mètres cinquante. Il n’avait pas prononcé le moindre mot depuis sa rencontre avec Blackburn. Mais ses prouesses au combat parlaient pour lui, il avait littéralement pulvérisé ses adversaires. Sans crier gare, il se jeta en direction du commandant pour lui fracasser la tête. Cependant, avant même qu’il ne puisse parcourir la moitié du chemin, l’officier dégaina son arme avec une dextérité hors du commun et tira à une reprise. Le titan s’écroula de tout son poids aux pieds du commandant.

« Malgrum, le briseur de crâne… Tout ça pour ça ? Dire qu’il avait une prime de 7 millions sur sa tête… Il est vraiment temps que je rejoigne un QG sur le Grand Line, les pirates des Blues sont un affront à mon talent. »

James se sentait comme un rat dans une cage. Il n’avait pas d’échappatoire, devant lui le commandant et flanqué d’hommes l’attendaient de pied ferme. Et de toute façon, il aurait toutes ses chances pour finir comme Malgrum, avec une balle entre les deux yeux. La seule issue accessible était derrière lui, mais là encore comment faire ? Il serait surement abattu comme un lâche d’une balle dans le dos avant d’avoir pu faire un mètre. Toutefois, il était absolument inconcevable pour lui de se rendre. Surtout face à un adversaire aussi hautain, et puis Mochi avait peut-être besoin de lui là-haut. Non il devait trouver une solution, mais laquelle ?

« GAMIN ! Tire-toi de là, je vais faire place nette ! »

La voix venait de la pièce plongée dans l’obscurité, derrière James. C’est non sans une certaine surprise qu’il avait reconnu la voix du vieux pirate, il était donc encore en vie. Mais avant qu’il ne puisse lui répondre, au plus profond de l’obscurité une source de lumière apparut.

« Mais c’est quoi ça maintenant ?! Sergent, arrêter moi ce grabataire sur-le-champ, je vais mettre un terme à ce merdier. » Le commandant semblait à bout, son autorité était maintenant bafouée par un pirate qui avait l’âge de son grand-père…

Blackburn ne chercha pas à comprendre de quoi il retourner et décida de se jeter sur le côté pour ne pas faire partie des dommages collatéraux.

« PRENEZ ÇA DANS LE FION ! »

Un énorme boum se fit entendre, suivit d’une puissante déflagration. Le jeune homme fut soufflé contre la paroi du navire, le boulet passa à tout juste un mètre de lui avant de terminer sa course dans l’avant du navire. Le vieux briscard avait en effet place nette, en utilisant ni plus ni moins qu’un canon. Encore sonné par le choc James, n’arrivait pas à se remettre debout. Ses oreilles sifflaient à lui faire perdre la raison. Heureusement pour lui, il ne semblait souffrir que de blessures superficielles. Cela n’enlevait pas pour autant la rage du jeune pirate :

« MAIS ?! MAIS T’ES UN GRAND MALADE !! TU AS FAILLI ME DÉCHIQUETER !! »

« Calme-toi gamin ! J’écumais les mers alors que tu suçais encore le sein de ta tendre mère. »

« QUOI ?! JE N’ENTENDS PLUS RIEN ! »

« Ce n’est pas mon problème. »

« »

Blackburn se retourna pour constater les dégâts, le boulet avait soufflé la moitié de la pièce, emportant avec lui la plupart des soldats. Le spectacle n’était pas vraiment du gout du jeune homme, le sol était recouvert de sang et de morceaux d’humains.

*Un coup de canon à bout portant, cela ne pardonne pas… Ce type est complètement taré… *

Cependant, il fallait voir le côté positif des choses. James pouvait maintenant rejoindre Mochi sans avoir à affronter une cohorte de marines et leur redoutable commandant. Le pirate s’avança prudemment, tentant au mieux d’éviter les corps encore chauds des pauvres marines. Il était suivi du canonnier fou qui était quant à lui, ravi d’avoir fait mouche.

Alors que les deux hommes s’apprêtaient à quitter la pièce, une pile de cadavres dégringola sur le côté. Avec peine, mais détermination, l’officier de la marine se redressa sur ses deux jambes.

« IL EST ENCORE EN VIE ?!! »

« Vous… vous… allez… le… payer... Sur mon honneur… »

« QU’EST-CE QU’IL RACONTE ?! »

Cette soudaine surdité se relever être un véritable handicape pour le flibustier. En plus de ne plus rien entendre de son environnement, il était aussi pris de vertiges. Difficile d’affronter quelqu’un dans ce genre de conditions, surtout un adversaire aussi redoutable.

Il ne fallut que quelques secondes à James pour s’apercevoir que le redoutable Wyatt, n’avait pas étaient épargnées par la déflagration. Le malheureux était défiguré du côté droit du visage et un morceau de bois était planté dans sa jambe.

*Pauvre fou… Tu ferais mieux de penser à sauver ta vie au lieu de jouer au cowboy…*

Malgré ses graves blessures, cela n’empêcha pas le militaire de mettre les deux hommes en joug. Son regard était braqué sur James, il n’attendait qu’une seule chose. Que le pirate fasse le moindre geste pour avoir une raison de lui en coller une dans la tête. Cette scène dura pendant plusieurs secondes interminables, quand tout à coup, Wyatt flancha légèrement. C’était une opportunité trop belle d’en finir, Blackburn se précipita sur son adversaire. Mais son équilibre était précaire, il chavira à droite, et manqua de peu de tomber à la renverse. Son rival retrouva ses esprits et appuya sur la gâchette. Le jeune homme entendit comme un bruit lointain de détonation, la balle se planta à quelques centimètres de sa tête. Nul ne doute qu’en pleine possession de ses capacités, James serait déjà raide mort. Le marine usa une nouvelle fois de son arme sans plus de succès.

« Cela devient dangereux ici, je fais tout sauter et je me casse ! Le grand Muninchaunen partira de ce monde par la grande porte ! »

Derrière son dos, le vieux grincheux avait maintenant la ferme intention d’envoyer le navire par le fond après l’avoir bien endommagé. Cependant, James n’avait rien entendu des dessins du petit homme et continua son duel avec le défiguré.
Le pirate n’était plus qu’à quelques mètres de son adversaire, il allait enfin pouvoir passer à l’offensive avec sa rapière. Le tireur n’était pas en état de faire mouche avec son pistolet, et de rage il le jeta à terre.

*C’est bon ! Il est à moi !*


Alors que le jeune homme dégaina sa rapière pour en finir. Le commandant bloqua son attaque à l’aide du fusil qui se trouvait dans son dos. La lame frappa de plein fouet le canon du fusil, le choc fit reculer de quelques pas James. Et avant qu’il ne puisse se remettre en selle, son ennemie était déjà sur lui. Un premier coup de crosse dans le ventre, puis un second dans la mâchoire calma les ardeurs de Blackburn. Il tituba quelques instants avant de tomber à genoux au sol, à moitié sonné.

*C’est qui ce type…*

Le duel d’infirme n’était pas pour autant terminé, Wyatt semblait à bout de souffle. Ses jambes ne répondaient plus, impossible pour lui d’avancer pour mettre le coup de grâce au flibustier.

« Tu… Tu…. Va crever… »

James retrouvait petit à petit ses esprits et leva la tête, Wyatt était finalement parvenu jusqu’à lui en trainait sa patte ensanglantée. Il utilisa de nouveau son fusil comme d’une matraque pour lui marteler le dos, un coup, puis un autre… La puissance n’était pas exceptionnelle, mais assez forte pour couper la respiration du nobliau. En désespoir de cause, Blackburn se jeta en avant pour atteindre le bout de bois qui avait transpercé la jambe du tireur d’élite. Une fois en main, il appuya dessus de toutes ses forces. Sa victime lâcha un hurlement, que même James avait réussi à entendre. La plaie était dorénavant béante, ce n’était pas loyal comme geste, mais après tout depuis quand les pirates doivent-ils l’être ?
Le soldat recula la bave aux lèvres, laissant le temps pour Blackburn de se remettre une nouvelle fois debout. Cette fois-ci, l’officier semblait bien décidé à en finir en utilisant son fusil comme arme à feu.

Il tenta d’armée à plusieurs reprises, mais en vain… James était sur lui avant qu’il ne puisse y parvenir. D’un geste maladroit et désespéré, le jeune homme donna un coup d’épée qui trancha le bras de son adversaire. Ce dernier s’écroula au sol en poussant des gémissements de douleur.

« T’es encore là le jeunot ?! Si tu souhaites finir en miettes c'est ton problème ! »

Le vieil homme venait de faire son apparition, avec dans ses mains un baril de poudre ouvert. Il avait laissé une trace qui menait jusqu’en dans le local d’où était parti le boulet de canon. Même dans son état Blackburn avait compris ce que mijoter le vieux fou, faire sauter le navire…

« MAIS ?! ON DOIT RÉCUPÉRER LE DOC AVANT !! »

Le pirate traina la patte pour sortir de la soute, il devait absolument retrouver son compère avant que le navire ne parte en fumée.

***

Le commandant se savait foutu, quel déshonore de finir ainsi. Défiguré, estropié à cause de pirates qui n’avaient même pas une prime sur leur tête. Lui qui rêvait de parcourir le Grand Line, était maintenant en train de crever la bouche ouverte dans son sang, sur un modeste Blue.

« Pour… quoi ?... »

Il se traina au sol avec difficulté, pour attraper son révolver de son bras encore valide. Il ne pouvait les laisser gagner la partie de cette façon. Il pointa son arme en direction de la trainée de poudre et tira.

« Le Commandant Earp Wyatt, n’aura pas failli à sa mission... »
http://www.onepiece-requiem.net/t18966-james-w-blackburnhttp://www.onepiece-requiem.net/t18979-ft-de-james-w-blackburn
avatar
Mochi

♦ Localisation : Reverse Mountain
♦ Équipage : Équipage du Tyran

Feuille de personnage
Dorikis: 3463
Popularité: -156
Intégrité: -110

Lun 13 Mar - 14:48

Pendant tout ce temps, Mochi et Balrog avait continué à se fritter sans qu'aucun des deux ne prenent le dessus sur l'autre. Les coups pleuvaient, s'enchaînant à une vitesse effrénée. Les soldats qui étaient restés autour ne savait même plus où regarder. Abandonnant totalement l'idée d'intervenir ils s'étaient réellement transformé en spectateur, assistant à un combat sportif, chacun avait choisi son compétiteur et, ils applaudissaient aux meilleurs coups de chacun des combattants, congratulant aussi bien le lieutenant que le pirate.

Interpellé par tout le boucan qui  venait d'en bas, notamment de cet improbable coup de canon, le combat cessa. Le toubib se demandait ce qui s'y tramait et il n'était pas le seul, Mochi comme Balrog n'avaient pas vu le commandant s'éclipser, mais cela n'augurait rien de bon. Il avait confiance en James pour s'en sortir, mais beaucoup moins en Muninchaunen. Quoi que, sans lui, ils n'auraient peut-être pu remotiver les troupes. Il semblait, malgré sa sénilité maladive avoir accès à quelques moments de lucidité, ce qui n'était pas pour déplaire au toubib.

Il abandonna alors l'idée saugrenue de se faire du mouron pour les deux énergumènes et il fit bien, car quand il reprit ses esprits, il vit le poing de son adversaire, fuser vers sa pauvre tronche sans défense, au même moment, la trappe menant aux cales claqua en grand fracas. Blackburn et Muninchaunen apparurent. Balrog s'immobilisa, stoppant son poing à quelques centimètres de la tête du binoclard.

"Où est le commandant ?"
demanda le mastodonte.

"Mort ... J'espère !" répondit James exténué avant de reprendre, "Coriace d'ailleurs !"

C'est alors que le toubib aperçut le baril dans les mains du nabot de viellard et la poudre qui finissait d'en tomber. Le pointant du doigt d'un air perdu, il demanda.

" Heu ... Vous comptez faire quoi avec ça ?"

Blacburn regarda le toubib d'un air dépité, comme si avoir supporté le vieux pendant ces quelques minutes l'avait moralement épuisé. Et le vieux se mit à sourire, sûr de lui.

"Tu vas voir !"
dit-il, fier et secret, comme un gamin préparant une mauvaise blague.

Il sortit une allumette de son fute et l'alluma.

"Arrêtes ça !" cria l'officier, avançant vers le vieux.

Mais Mochi l'interrompit en une balayette bien placée. Le vieux se retourna alors vers la trainée de poudre. A ce moment là, un bruit d'explosion se fit entendre.

"Ohoh ..."

"Et merde !"


Le navire se mit à exploser, ils l'ignoraient, mais la flamme allumée  par le commandant moribond avait atteint sa cible. Sans réfléchir James attrapa le vieillard qui laissa tomber son baril de poudre et se précipita vers le bord, Mochi l'imita aussitôt. Ils avaient là l'espoir de sauter avant que tout ne pète. Heureusement, ils étaient assez rapides et ils réussirent à sauter avant que tout n'explose. Il s'en était fallu d'un poil. Les trois gaillards étaient maintenant dans la flotte.

Mochi sortit la tête de l'eau. La navire avait totalement prit feu. Certains morceaux avaient été expulsés en grand fracas. Un petit bout de bois, vînt frapper le boulon du toubib. Admirant cet agréable spectacle, il se rendit compte que bien des Marines avaient survecus, essyaant de s'entraider, accrochant les inconscients sur des planches de bois. Cependant, il semblait que ni le commandant, ni le lieutenant n'avait survecu. C'était tant mieux, il n'avait pas l'intention de se frotter une fois de plus à ces gars là.

"Arrêtes de rêvasser doc ! Viens par là"


Le toubib entendit un son provenir de derrière lui,  se retournant, il aperçut James et le vieux, accroché à une fine planche de bois. Comme Blackburn l'enjoignait à les rejoindre, Mochi s'exécuta et ils se mirent à nager vers l'île qui s'était bien éloignée, depuis le moment où ils étaient en fond de cale à préparer ce plan à la mord-moi-le-noeud.

"Pfiu ! Heureusement que j'étais là !"

"Boucles là, le vioc ! C'est nous qui t'avons sauvé"

"Je vous ai rien demandé d'abord !"

"Toi non, mais Old Berth oui !"

"Quoi ? Berth ? Mon second ? Aya aya aya, il est encore en vie ce con là ?"

"Tu le sauras bien assez tôt, nages maintenant"


Et ils nagèrent, si bien que le navire de la marine se faisait de plus en plus petit, alors que l'île, elle, se faisait de plus en plus grosse. La fin approchait, tout ce que le binoclard voulait, s'était un bon repas et une bonne sieste.
http://www.onepiece-requiem.net/t18939-mochihttp://www.onepiece-requiem.net/t18953-fiche-de-mochi
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1