AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Le début des aventures de Hotaru

avatar
Hotaru


Feuille de personnage
Dorikis: 310
Popularité: 0
Intégrité: 0

Mer 22 Fév 2017 - 17:40

1er jour

Depuis quelques temps Hotaru s’entraîne tellement dure qu’elle ne sait même plus quel jour il est, difficile de penser à autre chose que ça. Elle vit avec sa mère dans un petit village nommé Kawai, situé sur l’île Shimostuki, dans East Blue. Il est plutôt calme, remplit de verdure, il  se situe en hauteur sur le flanc de la montagne. C’est ici même que l’on retrouve toutes les cultures agricoles les plus importantes, se sont elles qui font, en partie, vivre l’île.  

La maison dans laquelle vivent Ru - c’est son petit surnom - et sa mère est de taille modeste, pour deux personnes. Elle est en dehors de la ville, plus haut en altitude. Dans celle-ci, elles ont des tas de décorations et bibelots en tous genres, c’est incroyable ce qu’elles ont pu entasser depuis toujours.

La plupart du temps il ne se passe pas grand chose à Kawai, il y a tout de même quelques fêtes, qui animent et vivifient le village. Il se met à briller de mille feux et tout le monde est en joie.

Dans la montagne l’air est vraiment très agréable, on s’y sent super bien. Il faut aussi dire que c’est un des meilleurs endroits pour s’entrainer, ici tout semble pur et bon pour le corps.

L’île a un dernier atout et le plus important de tous, elle est connue pour ses écoles d’entrainement au Katana. Il y a quatre autres villages et dans trois des quatre, il y a des Dojos. Ru a déjà été prendre quelques cours dans les autres dojos mais, son préféré reste, l’école du sabre fin de maître Chun.

Les écoles accueillent de nombreux champions et organisent des combats entre elles. Selon celle-ci et les tournois, les règles diffèrent un peu, chez le maître de Ru, on note plutôt la beauté du combat et non la force utilisée pour gagner.
Mais ne vous y trompez pas, même si son maître est opposé à utiliser la violence avec une lame, ses cours n’en sont pas moins difficiles.  
Hotaru participe à certains concours mais, depuis qu’elle s’est prie une branlé, elle s’en abstient et travaille ses points faibles à bras le corps.

Malgré son jeune âge Hotaru montre de réels talents, taillée comme un garçon, c’est beaucoup plus simple pour elle que pour les autres filles qui ont déjà une poitrine proéminente, comme ses trois amies Kikyo, Chiki et Zumi. Bien évidemment Kikyo ne fait pas de sport de combat, elle est bien trop fragile et sensible pour se prêter à ce genre d’exercices.  

Ce matin Hotaru s’est levée un peu en retard, elle a couru enfiler sa tenu puis a pris son katana et elle est partie en direction des champs de bambous. «C’est un entrainement spécial», à dit le maître.

Je me demande ce qu’il nous a encore concocté. Il est peut-être sage et dans le respect des traditions mais, quand il a envie ça devient chaud. Alalalalaaa, ça me stresse toute cette histoire.

Hotaru à l’impression de mettre un temps fou à arriver et au bout de quelques minutes à peine, elle y est. Pile à l’heure. On note encore quelques retardataires comme Kenta le frère de Chiki.
L’endroit est un espace assez plat remplit de bambou avec des cours d’eau un peu partout. Elle ne voit toujours pas à quoi va leur servir de s’exercer ici. Sens trop penser à tout ça, elle s’avance pour se mettre en rang, assise à genou et attend les derniers.
Le maître arrive.

Bonjour, mes chers élèves aujourd’hui je vous est concocté un petit mélange d’enchainement un peu spécial. D’abord, vous devrez chacun prendre une partie de la plantation et ne pas dépasser ces limites, voyez vous la manière dont poussent les bambous, se fait de tel sorte qu’ils forment comme de gros cercles. Vous devrez vous installer au milieu et méditer puis nous verrons après.

Tous les élèves se levèrent, ils prirent chacun place au milieu de leurs bambous et se mirent en tailleur. Tout d’abord, ce travail passe par une recherche intérieure, ne faire plus qu’un avec soit même, écouter son corps, le comprendre pour pouvoir travailler avec lui et non contre lui. C’est vraiment très important, il permet de ne pas s’égarer dans la quête de réussites intérieures. Il est important de se recentrer pour obtenir une maîtrise de soit maximal, au moment d’un combat, par exemple.
D’autant plus que, s’il y a un problème, le maître est fort pour le débusquer et en comprendre l’origine.

Je me souvient de la première fois que j’ai fais cet exercice, on s’était disputé avec ma mère à propos de mon père et il a tout de suite ressentit des interférences dans mon « aura », il n’a pas arrêté de me poser des questions jusqu’à ce que je craque. Mais finalement il m’a quand même bien aidé à ce niveau.

Maintenant que vous vous êtes concentrés, je veux que vous imaginiez, votre masse d’énergie autour de vous, comment vous protège-t-elle? Jusqu’où vous pouvez la pousser pour créer votre barrière? Je vais passer à côté de vous pour voir son étendue et les failles qu’elle pourrait avoir.

C’est vraiment incroyable la sensation que j’ai quand il passe à côté de moi. Là je sais qu’il est pas loin de moi, ça y est, il est là, alalala il est trop proche de moi, ça me donne des frissons. On dirait qu’il est parti mais, en même temps.. Ah non, il est toujours là.

C’est bien Hotaru, voilà tu as trouvé ta faille, c’est très bien, continue.

Maître Chun s’éloigna pour reproduire le même processus avec les autres élèves.
Une fois les chakras bien en placent, chacun se mit en position pour débuter un combat, face à la plus fine tige de bambou qu’ils puissent trouver dans le paquet de bambous dans lequel chaque élève se trouve.

Maintenant que vous avez concentré vos énergies, on passe aux choses sérieuses. Alors, le but de l’exercice est simple, enfin.. Pour commencer vous devez canaliser toute votre force dans un seul coup, celui que vous voulez pour commencer mais, par la suite je vous dirais les coups que vous mettrez. Le point le plus important ne pas couper la tige, votre katana doit juste toucher le bambou. Vous effectuerez cet exercice jusqu’à ce que ce soit parfait.

Ça fait maintenant deux heures que Hotaru effectue l’exercice et ce n’est que maintenant qu’elle commence à comprendre comment il faut faire.
Au bout de quatre heures, elle réussit enfin à la perfection la demande, certains n’ont toujours pas réussi mais, peu importe, maître Chun met fin à l’entrainement. Les élèves sont épuisés, ils transpirent.

Le but de l’exercice est de vous montrer qu’il est facile de porter un coup à son adversaire mais qu’il est bien plus dur de le maitriser et d’éviter ce coup. Médité là-dessus et on se revoit demain, bonne-après midi. Ah et ne vous inquiétez pas, les bambous coupés serviront pour la récolte.

MERCI, MAITRE CHUN !!!

Les élèves le saluèrent dans le respect des traditions puis ils prirent congé. Chacun part de son côté, Hotaru décide de s’étirer ici et de rentrer chez elle ensuite. Ici c’est tellement calme et apaisant. On entend l’eau qui ruissèle entre les tiges de bambous, ainsi que le vent qui les caresse, avec une telle sensation de légèreté, que Ru se rappelle lorsque sa mère la câlinait, étant petite et triste. Pourquoi ne pas en profiter.

Autour de ce doux paysage, il y a de grandes prairies, avec les terres que cultivent les paysans. On trouve énormément de fleurs et leur parfum rend l’air agréable à respirer.

Hotaru commence par s’étirer les jambes pour remonter petit à petit et finir par les bras. Les cultivateur commencèrent à arriver pour ramasser les tiges coupées, elle les salua et s’en alla. L’après-midi s'annonça calme.

En rentrant, elle se dirigea vers la cuisine - qui fait aussi office de salle à manger - et s’installa à croupit à la table basse, sur un coussin. Elle mangea son rit accompagné d’un morceau de poulet et d’une sauce de couleur marron-noir, au léger goût sucrée.
Une fois fini, elle alla dans sa chambre et s’installa à son petit bureau, elle ouvrit son cahier et rédigea ce qu’elle a pu apprendre en cours ce matin.

On sonne.

J’attend personne aujourd’hui mais c’est peut-être les filles.

Elle sort de sa chambre et va dans le petit couloir qui mène à la porte d’entrée.

Coucou Ru ça va? Ça te dirait de venir faire un pique-nique ce soir au coucher du soleil et avant ça on comptait se promener pour aller voir les poissons fluos.

C’était Kikyo, Chiki et Zumi devant la porte. La promenade se situe au bord d’une rivière au pied de la montagne, c’est un endroit magnifique, remplit de petits animaux invisibles, on sait qu’ils sont ici mais, on ne les voit jamais. Et il y a un endroit où l’on peut faire trempette, enfin au moins les pieds, il y a tellement de petits poissons fluorescents qui grouillent de partout qu’on a peur de les écraser.

C’est ok, j’avais rien prévu de toute manière. Je prends quelques bricoles pour manger ce soir et j’arrive.

Les quatre amies s’en allèrent.

Il fait agréablement doux ce soir, après leur promenade elles se sont installées dans leur endroit préféré. C’est un groupe d’arbres qui forme comme un cocon, à l’abri des regards indiscrets. Sur la montagne il y a plusieurs petites forêt et c’est dans celle qui se trouvent sur un gros monticule qu’elles sont allées.

Le cocon laisse une trouée qui leur dévoile une partie de l’île et leur magnifique village, ainsi qu’un superbe coucher de soleil, chacune postées sur un petit tabouret, excepté Kikyo qui s’est installée dans le creux d’un des arbres présents, elles admirent le spectacle.

Et la soirée se finit tout en rire..


Dernière édition par Hotaru le Mar 15 Aoû 2017 - 14:26, édité 1 fois
avatar
Hotaru


Feuille de personnage
Dorikis: 310
Popularité: 0
Intégrité: 0

Ven 28 Juil 2017 - 14:40

2eme jour

Le matin lorsque Ru se réveille, elle repense à la soirée d’hier, ses amies puis en rentrant chez elle sa mère qu’elle avait trouvé - tellement épuisée par sa journée - écroulée sur la table en train de dormir sur ses papiers.

En voyant sa maman comme ça, elle se dit qu’elle ne veut pas la même vie, elle veut explorer le monde, découvrir de nouvelles choses et se perfectionner au sabre en faisant des rencontres, elle pourra sens doute aider sa mère par la même occasion et puis... Ca fait quelques jours maintenant qu’elle retourne une idée sans arrêt dans son esprit.

Une fois à l’école, ils ont eu un cours sur la manière de fabriquer un katana et c’est tout un art, elle s’en est bien rendu compte. C’est vrai que c’est bien de savoir en manier un de plus, c’est comme la suite de son bras et il doit être d’une qualité sans équivalent pour pouvoir être utilisé à la perfection mais, aussi pour qu’il ai une longue durée de vie.

Ca l’intéressait énormément, elle a donc été voir les artisans qui les fabriquent.
Elle a appris beaucoup, elle sait que la manière de travailler le métal est très particulière, ce qui lui confère à la lame un dessin chaque fois diffèrent.
Et cet fabrication est extrêmement long, il y a le travail du métal qu’il faut verser dans une pierre qui porte la forme de la lame. Il faut le démouler mais, pas n’importe comment, c’est très délicat. Si la lame est mal démoulée, elle peut se casser ou n’être q’une lame de piètre qualité.

Et puis le final, faire en sorte que la lame soit la plus coupante possible, qu’elle puisse trancher une feuille de papier aussi facilement qu’elle pourrait transpercer un être.
Le pommeau est la vrai fin, Hotaru trouve que ce n’est que subjectif par rapport au reste, il fini l’arme certes mais, elle en a déjà pris dans ses mains et elle pense qu’il est possible de manier un sabre sans celui-ci.

Enfin bref, aujourd’hui encore elle va aller prendre un cours mais, cette fois ça se passe l’après-midi. C’est censé être sur le maniement du sabre, il y avait marqué quelque chose comme ça sur la description de l’entraînement.
Pour l’heure, elle va simplement se lever, faire son petit déjeuner, le repas le plus important pour bien débuter sa journée et...

Qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire ce matin ? Enfin, on dirait qu’il est déjà au moins dix heures si c’est pas plus. Peut-être que maman a préparé à manger. J'espère qu’elle s’est bien reposée cette nuit.

Ru se dirigea vers la pièce commune. En entrant, une superbe odeur s’en dégagea mais, personne à l’horizon excepté un petit :

Coucou ma chérie,

aujourd’hui je ne devais pas travailler mais, une personne m’a appelé en urgence pour de l’aide et tu sais bien que je ne refuse rien à madame Quì. Et oui c’est elle.
Enfin, tout ça pour dire que ça ne me prendra que la matinée et que je me reposerais toute l’après-midi.
Je t’ai mis la nourriture sur le plan de travail : des oeufs avec un peu de riz et un grand verre de lait. Mange tout, il faut que tu prennes des forces pour aujourd’hui.

Je t’aime
Ta maman !


Elle alla se servir et prit une bonne portion de riz avec deux oeufs et un grand verre de lait. Une fois fini, elle est allée s’assurer de l’heure, presque midi. Elle se prépare en vitesse et file en direction de l’école, munie de son précieux sabre.
Après une quinzaine de minutes, elle aperçoit l’école.

Elle est magnifique, l’entrée est une grande arche, avec de la verdure grimpante et un mur qui en fait le tour. Plusieurs gravures parent ceux-ci, elles sont magnifiques, et représentent des maîtres, des batailles d'antan ou encore des lames célèbrent.

Toute l’école est entourée d’une petite forêt. Une fois l’entrée passée, le terrain est pavé et il y a des petites fontaines sur les côtés, puis devant se dresse un immense bâtiment magnifiquement décoré, tout en restant dans une élégante sobriété.
Un peu plus loin derrière celui-ci se trouve un grand terrain avec divers accessoires pour s’entraîner. C’est un vrai petit paradis, voilà tout.

Hotaru s’engage dans une allée à gauche du temple qui mène jusqu’au terrain.
Une fois arrivée, elle rejoint le petit groupe qui s’est formé au milieu du terrain. Tous les élèves se tiennent en rang. Ru se place à gauche d’un garçon, il est plus grand qu’elle et d’une certaine manière elle l’admire.
Il est très fort au sabre et très rapide mais, qu’est ce qu’il peut se la jouer. Il a quand même tendance à l’énerver.

Le Maître fait son apparition, avec un grand sourire au lèvre.

Aujourd’hui nous allons danser.

QUOI ??

Je m’explique... Comme vous le savez lorsque vous maniez votre katana, il devient une partie intégrante de votre corps. Si vous devez vous échapper ou vous battre à mains nues, vos gestes doivent être fluides sans fioritures, nettes et précis. Lorsque vous avez le katana en main c’est exactement la même chose, je vais donc vous donner un certain nombre d’enchaînements. Une fois qu’ils seront assimilés, vous allez les exécuter dans l’ordre qu’il vous plaira. Et surtout n’oubliez pas nettes et précis comme s’il y avait un adversaire en face de vous.

Sur ces paroles, les élèves ont exécuté leur série de mouvements, pour s’échauffer pendant une bonne trentaine de minute.

Puis comme un écho entre eux, il y eut un tourbillonnement de lames, vue de l'extérieur c’est magnifique. Chacun y met du sien pour ne former qu’un avec son arme, comme devant un adversaire invisible, certain virevolte, d’autre se jette au sol avec légèreté et grâce. Le tout formant une danse endiablée. C’est une manière de qualifier ce qui se déroule sous les yeux du Maître. Malgré eux, les élèves font ressortir dans cet exercice leur personnalité, on les voit à la fois doux et féroce, certain se font animal, d’autre se montre calculateur et surprenant...

Hotaru est incroyable et pleine de surprise, adoptant à la fois une posture solide et pleine d’aplomb  et en même temps une telle fluidité. Ses coups sont de plus en plus précis, ses déplacements se veulent souples et léger. Ses sauts sont incroyables et ses atterrissages moelleux. On dirait à la fois un chat et un poisson..  
Tous étaient appliqués dans leurs tâches. Notre cher professeur mit un terme à l’entraînement. S’est fatigués, qu’ils prirent place pour saluer le Maître et ensuite vaquer à leur occupation.

Le mardi c’est un jour spécial pour Ru, le soir il y a toujours des udons à manger. Sa mère rentre tard, alors c’est elle qui doit faire à manger. Elle s’en va donc en direction de la ville, acheter ses ingrédients pour sa préparation.

Bonjour madame Ekikyo, comment allez-vous ?

Très bien et toi ma petite Hotaru ? Ca sera comme d’habitude ?

Oui s’il vous plait.

Dans un petit sac, la vendeuse met différents légumes, du porc et quelques autres petites gâteries, ainsi que les udons.

Les bons Udons:
 

Un peu plus tard.

Hotaru commence à faire le diner. Elle devient experte en la matière depuis que sa mère lui a appris l’art des udons. Après quelques minutes, il se dégage déjà une odeur succulente, il faut environ une heure pour une cuisson parfaite, le tout c’est de surveiller toutes les vingt minutes.

Ma chérie c’est moi, hum, ça sent bon...

Oh tu as fini plutôt que je ne pensais, c’est bientôt près encore cinq minutes et c’est bon.

La mère et la fille se racontèrent leur journée plus ou moins attrayante. Toutes deux allèrent se coucher, le ventre remplit jusqu’à satiété.


Dernière édition par Hotaru le Mer 16 Aoû 2017 - 10:13, édité 1 fois
avatar
Hotaru


Feuille de personnage
Dorikis: 310
Popularité: 0
Intégrité: 0

Mar 15 Aoû 2017 - 17:07

3eme jour

Aujourd’hui on se lève tôt.

La mère de Ru fini de préparer le petit déjeuner et quand on parle du loup, un énorme bruit d’estomac en train de gronder, après qu’une petite tête malle réveillée passe l'entrebâillement de la porte.

Bonjour ma puce bien dormi ?

Très bien et toi maman, pas trop fatiguée ? Aujourd’hui c’est la longue journée de la semaine.

En effet le mercredi est un jour plus ou moins particulier. Tous les jours, sur l’île, des marchands mais aussi des voyageurs débarquent et même s‘ils ont de la chance, quelques pirates qui arrivent à passer le mur de la 9ème division de la marine mais ils ne restent jamais bien longtemps.
La marine est prête pour n’importe quel genre de situation, ainsi que la mafia qui veille au faible taux de criminalité.

Le mercredi est le jour ou il y a le plus d’affluence, le travail est chargé et se fait pour que chaque village puisse se nourrir et contribuer à l’économie de l’île, de ce fait les échanges deviennent intéressent.

Aujourd’hui, la maman de Ru va aider à la livraison de la production agricole du mois. Certain se dirigeront vers Nagaya pour les échanges maritimes, pour ce qui est de sa maman, elle ira du côté d’Honnoji pour vendre les produits de son village aux touristes. A Kawaii, on voit très peu de touristes, mais ceux qui cherchent calme et repos sont les bienvenue.

Je dois y aller ma chérie, finis bien de manger et donne toi à fond aujourd’hui. Je t’aime fort mon soleil flamboyant, dit-elle en embrassant tendrement sa fille.

Moi aussi je t’aime maman fait bien attention à toi, à ce soir !!

Je ramènerais quelque chose de nouveau à manger.

La mère d’Hotaru s’en alla. Elle n’a pas toujours travaillé pour la communauté. Plus jeune elle a aussi appris le maniement du Katana mais comme toutes les filles jusqu’à un certain âge le sabre devient plus difficile pour le maniement. Elle a donc arrêté, même si elle continue de s’entraîner, elle ne deviendra pas une bretteuse hors pair.  De toute manière ses parents ne lui auraient pas permis. Réputée pour être une des plus anciennes familles à perpétuer l’apprentissage de cet art, pour ce qui est des filles après un certain âge, elles sont destinées à être de bonne mariée et de bonne mère.

Cependant Aimi en a décidé autrement, elle a appris la médecine pour se vouer à son prochain. Encore une fois ses plans ont été bouleversés quand elle a eu Hotaru.
Respectueuse de ses coutumes familiales, elle a commencé à apprendre le Katana à sa fille, ce qui n’a pas été une mince affaire.  
Aimi a arrêté ses études et a élevé sa fille du mieux qu’elle put, en faisant des petits boulots par-ci, par là sans besoin de connaissances particulières, elle donnait des cours de katana de temps en temps aux petits jeunes du village qui n’avaient rien de mieux à faire et une fois assez grande, vers quinze ans Hotaru en a donné de temps en temps.

Hotaru fini de s’habiller et file en direction de l’école.

Kenta ? Qu’est-ce qui se passe ?

Et bien à ce qu’il paraît, des pirates se sont arrimés sur l’île, mais c’est peut-être des bêtises. Tu sais bien comment les vieux aiment se raconter des histoires, pour se monter la tête. Mais si c’est vrai, je me demande comment ils auraient pu passer la frontière de bateaux de la 9ème division. Et y en a qui disent, qu’ils seraient déjà allés dans nos grandes villes.

Hum, enfin quelque chose d'intéressant, ça faisait longtemps, j’irais faire un ti tour à Honnoji alors. HIHIHIHIHIHI !!!! Avec un peu de chance ils y seront peut-être !!

Eh bien, eh bien, il en faut peu pour que mes élèves deviennent indisciplinés. Mettez-vous en rend pour le salut s’il vous plaît.

Bonjour maître, excusez-nous pour notre impolitesse !

Le cours a commencé par une course sur un sentier dans la montagne, qui fait le tour de l’école, ensuite une série d’exercices pour muscler le corps mais surtout, pour les punir d’avoir fait du bruit avant son arrivée.

Après une éternité de punition, le cours débuta par des exercices au katana et maître Chun dit :

Aujourd’hui vous allez vous diviser en deux camps. L’un sera rouge et l’autre vert. L’entraînement sera basé sur votre aptitude à être furtif, c’est-à-dire comment passer inaperçu aux yeux de l’ennemi, pour le désarmé par exemple. Utilisez tout ce que je vous ai enseigné jusqu’à maintenant, toutes les techniques possibles et inimaginables.

C’est parti, chaque équipe doit essayer de désarmer ses adversaires, de prendre un objet que chacun porte sur lui, mais aussi de leur dérober la dague sacrée qui se trouve dans chaque base de l’équipe en question.

Dans l’équipe rouge, Kenta ne se débrouille pas trop mal, il s’est déjà occupé de Giryu, un gars pas très malin, très basé qui se croit plus fort que tout le monde.  
Giryu l’a pris par surprise, il a voulu foncer droit dans le tas mais Kenta l’a évité de justesse. Profitant qu’il soit dos à lui, il lui assena un coup au niveau de la nuque et le grand dadais tomba à plat ventre, Kenta en profita pour lui prendre son objet et lui cacher son arme.

Chez les vert c’est plutôt Grizzli qui gagne, son surnom lui vient du jour ou par rage il s’est attaqué à un garçon de l’école qui n’arrêtait pas de se moquer de sa pilosité très blanche et de sa corpulence imposante, avant le combat il a poussé un cri presque inhumain. Depuis tout le monde l’appel comme ça et il semble s’y être fait.

Chacun sa technique, il ne reste plus beaucoup d’élèves debout. Hotaru se dissimule dans les arbres ou les buissons, elle s’est barbouillée la figure pour qu’on ne voit pas sa peau blanche et a utilisé des branchages pour camoufler sa couleur de cheveux, c’est pile le bon entraînement pour aller voir les pirates incognito, si elle les trouve.

Elle vient tout juste de récupérer un objet d’une de ses victimes. Elle a bien cru qu’elle n’y arriverait pas. Elle était cachée derrière un buisson et un vert est arrivé, il s’est assis juste devant celui-ci. Hotaru était en train de lui dérober son objet, quand il s’est retourné d’un seul coup et s’est jeté sur elle.

Ils ont roulé boulé et par chance Hotaru s’est retrouvé sur lui. Elle a évité un poing puissant qui lui venait en pleine face et frappa à son tour d’un coup nette et précis en dessous du sternum, il s’évanouit en une fraction de seconde.

Elle prit l’objet et partie.
En bon stratège, Hotaru a calculé ses chances de gagner, l’équipe verte a perdu beaucoup d’élèves. Selon elle, il serait préférable que le reste de l’équipe s’éparpille autour du lieu où se trouve la dague sacrée des verts.

Au vu de leur chance ils devraient tous s’être réunis là-bas. Il faudra être très prudent, Kenta m’a fait signe, apparemment un ennemi a encore été mis a terre.

Les rouges se sont tous regroupé autour de la dague. C’est maintenant un moment décisif, ils ont quand même veillé à ce que la leur soit protégée par une personne.

Haut dans les arbres un des rouges, Minori une jeune fille intelligente, lança une corde avec un crochet au bout, en direction de la dague. Celle-ci est coupée nette par un poignard et un vert de plus à terre. La corde n’étant qu’une ruse pour débusquer les adversaires.

Tout se joua en quelques minutes et l’équipe des rouges gagna la partie.

Bien, bien, bien, je vous félicite, vous avez bien travaillés. J’espère que cela vous aura appris quelque chose, il ne suffisait pas de gagner mais aussi de se montrer plus malin que son adversaire, ici vous avez travaillé en équipe ce qui est une bonne chose mais dans la vie réelle tout ne se passe pas comme on le souhaite et le travail en groupe n’est pas toujours facile.
Vous avez usé de nombreuses méthodes et c’est très bien mais utiliser une manière de faire ne signifie pas bannir les autres et de ce fait les verts, vous avez perdu.
Le cours est fini pour aujourd’hui, bonne fin d’après midi !


Il faut que je me dépêche, maman rentrera assez tard mais si elle veut me faire une surprise, je dois faire vite, OP OP !!

Elle file dans son village pour trouver une personne qui se rendrait à Honnoji, ce n’est pas très loin de Kawaii mais un moyen de transport autre que ses jambes seraient le bienvenue.

Oh, bonjour madame Ekikyo vous n’êtes toujours pas partie en ville vous réapprovisionner.

Et non, malheureusement j’ai dû réparer une fuite chez moi, j’ai eu beaucoup de dégâts, mais je pars maintenant, tu veux monter avec moi, ta maman m’a dit qu’elle serait du côté des fruits et légumes dans la ville, si tu veux lui faire une surprise. Mais je suppose que tu viens pour la rumeur qui court.

Vous êtes trop forte madame Ekikyo, mais ne le dites pas à maman.

Non c’est d’accord si tu m’aides à charger ma charrette, je serais muette. Et tu dois me promettre de ne surtout pas t’en approcher si tu en découvres un.

Promis !!

Les deux femmes quittèrent la ville et presque une heure plus tard la jeune fille s’attela à aider madame Ekikyo comme convenu.
Et avec un empressement certain, elle s’en alla au gré des rumeurs à propos des pirates pour guider sa route, personne ne sait à quoi ils ressemblent, ni pourquoi ils sont venus sur l’île, si c’est vrai.

Tout proche d’une taverne les chuchotis sont de plus en plus nombreux, est-ce qu’un des pirate serait ici. Sans attendre la petite rousse y entre, comme si de rien n’était, elle se pose à une table et commande à boire, comme n’importe quel client le fairait.

Bon il y a plein de bourlingueurs comme d’hab, mais un pirate j’en vois pas. S’ils sont ici c’est forcement pour une raison, ils ne viendraient pas seulement pour picoler quand même.

Les pirates, c’est un sujet qui l’a beaucoup intrigué, elle n’en a vu qu’un seul, petite et elle ne connait pas très bien le sujet mis à part l’idée qu’elle a pu s’en faire. Bien sûr les récits et la réalité ce n’est pas la même chose. Et puis ne connaissant pas son père, elle imagine très bien qu’il aurait pu être l’un des leurs, comme on les décrit sans coeur dans les livres vu qu’il les a abandonné, elle et sa mère.

Hotaru se pose beaucoup de questions à propos d’eux et de son père. Et si le capitaine, ou un de ses soldats était son père, s’ils cherchaient une personne, ça pourrait être elle. Notre jeune espionne en herbe fini par se lasser et s’en va.

Vraiment trop déçu, ça m'énerve. Et puis c’est surement faux tout ce qu’ils racontent, n’importe quoi !! Personne ne pourrait détruire notre île ou enlever une personne et il n’y a même pas de trésor ici. Et puis un homme pirate ne pourrait jamais être mon père.

Le temps file et Hotaru complètement perdu dans ses pensées, depuis la taverne, elle fait des ronds dans la ville en effervescence, oubliant de faire attention à ses gardes, c’est grand ici et elle reste une jeune fille malgré tout.
Une autre rumeur afflue auprès des villageois et réveille Ru, à propos d’une nouvelle lame extraordinaire qui se trouverait dans le nouveau monde. Si elle avait la chance de pouvoir acquérir une lame plus puissante, elle serait si fière.

C’est en se prenant un objet non identifier sur la tête, que Ru revient enfin à la réalité avec brutalité. Elle se baisse et ramasse le petit projectile, une pierre. Elle se retourne et ne voit personne, pourtant une étrange sensation vient se loger au fond de son ventre et elle regarde le ciel.

Oulalala, mais il fait déjà sombre.

La foule est toujours aussi dense et malgré elle, Ru essaye de se frayer un chemin mais, se fait bousculer et est contrainte de prendre d’autres routes pour sortir de la ville. Honnoji est grande et ce qui devait arriver, arriva. Hotaru se perdit, elle arriva néanmoins dans une grande cour déserte, avec cette mauvaise sensation mais un petit temps de répit.

Coucou ma rouquine, ça va ? Pas facile de te faire faire des détours mais bon...

Qu’est-ce que vous me voulez ? Vous êtes...

L’homme est grand et mince avec une énorme cicatrice qui lui barre le visage et un tatouage de pirate dans le cou. Rapidement elle évalue la situation, le pirate se trouve à cinq mètres d’elle et six hommes en plus couvrent toutes les sorties possibles. Elle décide de la jouer fine et répète sa question.

Qu’est-ce que vous me voulez ?

Ah ma chérie si tu savais mais n’allons pas trop vite, ce n’est ni le lieu ni l’endroit. Notre capitaine a hâte de te rencontrer et ce n’est pas dans nos habitudes de le faire attendre. En plus si je t’ai bien compris, tu ne voulais pas voir des pirates ?

Merde je suis dans de beaux draps, qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire maintenant.

Je... euh...

Pas de temps pour réfléchir, dans un seul mouvement l’homme se jette sur elle. Avec difficulté, elle esquive le pirate qui lui arrive dessus dans une roulade au sol et sort son Katana.

Oh, une sabreuse alors. Ca devient intéressent, j’espère que tu es meilleure au sabre, qu’en tant qu’espionne. Notre capitaine sera encore plus heureux. Mais on va se calmer un petit peu, hein, parce qu'il faudrait pas que je t'abîme, mais si tu tiens vraiment à te battre...      

Il sort un poignard et l’attaque, elle arrive à parer quelques mouvements puis se reçoit une violente tourniole dans la figure. Peu habituée à recevoir des coups celui-la, la mise KO. Peu après elle se sentit soulevée du sol, avec une chose étrange sur la tête, probablement un capuchon.

Hotaru se réveilla plus tard, encore un peu sonnée, c’est de manière fulgurante qu’elle se souvint où est-ce qu’elle avait atterrit.

Comme tu es belle, ta couleur de cheveux est magnifique et mes hommes m’ont dit que tu t’étais battu avec ferveur, malheureusement ils t'ont fais de gros bobos mais ne t'inquiète pas, ils seront punis. Je suis le capitaine. Je recherche une femme comme toi pour devenir mon épouse, ne t’inquiète pas je te laisse du temps pour réfléchir. A plus tard !!

La lampe qui était projetée sur moi fût éteinte d’un seul coup. Il fait plus sombre que jamais et on entend la houle cogner contre le bateau.

Pourquoi je dois tomber sur un dingue comme ça. Quelle merde, pourquoi est-ce que ça m’arrive à moi ce genre d’enroule. Il faut que je trouve un moyen de bouger et que je retrouve mon katana.
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1