AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


 Le début des aventures de Hotaru
avatar
Hotaru


Feuille de personnage
Dorikis: 310
Popularité: 0
Intégrité: 0

Mer 22 Fév - 8:40

Hotaru s’entraîne tellement dure qu’elle ne sait même plus quel jour il est. Il faut dire que malgré que son maître soit opposé à utiliser la violence avec une lame, ses cours n’en sont pas moins difficiles.

Elle vit avec sa mère dans un petit village nommé Kawai, situé sur l’île Shimostuki, dans East Blue.
C’est ici même que l’on retrouve toutes les cultures agricoles les plus importantes, se sont elles qui font vivre l’île, en partie. Il se situe sur le flanc de la montagne et est donc plus haut en altitude que les autres villages.
C’est un village plutôt calme, remplit de verdure.
La maison dans laquelle vivent Ru - c’est son petit surnom - et sa mère est de taille modeste, pour deux personnes. Elle est un peu reculée dans la montagne par rapport à la ville. Dans leur maison, elles ont des tas de décorations et bibelots en tout genre, c’est incroyable ce qu’elles ont pu entasser depuis toujours.
Même si la plupart du temps il ne se passe pas grand chose à Kawai, il reste quand même les fêtes, elles vivifient le village qui se met à briller de mille feux et tout le monde est en joie.
Il y a aussi de temps en temps des combats, entre écoles de l’île mais, aussi en accueillant de nombreux champions. Selon les écoles et les tournois, les règles diffèrent un peu, dans l’école de maître Chun, il est plus souvent, mieux noté la beauté du combat plutôt que la force utilisée pour gagner et on remarque très souvent que ça devient difficile pour les combattants au bout d’un moment, car ils veulent éliminer leurs adversaires.
Hotaru participe à certains d’entre eux mais, depuis qu’elle s’est prie une de ses branlés elle préfère s’abstenir et travailler ses points faibles à bras le corps.

Dans la montagne l’aire est vraiment très agréable, on s’y sent super bien. Il faut aussi dire que c’est un des meilleurs endroits pour s’entrainer, ici tout semble pur et bon pour le corps. Et le plus important, on trouve l’école du sabre fin de maître Chun, là où Hotaru va s’exercer au maniement du katana.
Sur l’île il y a quatre autres villages et dans trois des quatre, il y a des Dojo. Ru a déjà été prendre quelques cours dans les autres dojos mais, son préféré reste celui envers qui elle a été le plus fidèle.
Malgré son jeune âge Hotaru montre de réels talents et comme elle est taillée un peu comme un garçon, c’est beaucoup plus simple pour elle que pour les autres filles qui ont déjà une poitrine proéminente, comme ses trois amies Kikyo, Chiki et Zumi. Bien évidemment Kikyo ne fait pas de sport de combat, elle est bien trop fragile et sensible pour se prêter à ce genre d’exercices.

Ce matin Hotaru s’est levée un peu en retard, elle a couru enfiler sa tenu puis a pris son katana et elle est partie en direction des « champs de bambous ». C’est un entrainement spécial, à dit le maître.

Je me demande ce qu’il nous a encore concocté. Il est peut-être sage et dans le respect des traditions mais, quand il le veut ça devient violent. Alalalalaaa, ça me stresse toute cette histoire en plus.

Hotaru à l’impression de mettre un temps fou à arriver et au bout de quelques minutes à peine, elle y est. Pile à l’heure. On note encore quelques retardataires comme Kenta le frère de Chiki.
C’est un espace assez plat remplit de bambou et surtout remplis d’eau. Elle ne voit toujours pas à quoi va leur servir de s’exercer dans un endroit pareil. Cependant, elle ne réfléchit pas trop à tout ça, elle s’avance et se met en rang assise à genoux et attend les derniers retardataires.
Le maître s’avance.

Bonjour, mes chers élèves aujourd’hui je vous est concocté un petit mélange d’enchainement un peu spécial. D’abord, vous devrez chacun prendre une partie de la plantation et ne pas dépasser ces limites, voyez vous la manière dont poussent les bambous, se fait de tel sorte qu’ils forment comme de gros cercles. Vous devrez vous installer au milieu et médité puis nous verrons après.

Tous les élèves se levèrent, ils prirent chacun place au milieu de leurs bambous et se mirent en tailleur. Tout d’abord, ce travail passe par une recherche intérieure, ne refaire plus qu’un avec soit même, écouter son corps, le comprendre pour pouvoir travailler avec lui et non contre lui. C’est un travail vraiment très important, il permet de ne pas s’égarer dans nos quêtes de réussites plus tard. Il est important de se recentrer d’autant plus que le maître est fort pour débusquer ceux qui ont des soucis et de lui cuisiner pour en comprendre l’origine.

Je me souvient de la première fois que j’ai fais cet exercice, on s’était disputé avec ma mère à propos de mon père inconnu et il avait tout de suite ressentit des interférences dans mon « aura », il n’a pas arrêté de me poser des questions jusqu’à ce que je craque. Mais finalement il m’a quand même bien aidé à ce niveau.

Nous en sommes donc ici.

Maintenant que vous vous êtes concentré, je veux que vous imaginiez, votre masse d’énergie autour de vous, comment vous protège-t-elle? Jusqu’ où vous pouvez la pousser pour vous créer votre barrière? Je vais passer à côté de vous pour voir jusqu’ou elle s’étend et les failles qu’elle pourrait avoir.

Je trouve que c’est vraiment incroyable la sensation qu’on a quand il passe à côté de nous. Là je sais qu’il est presque à côté de moi, ça y est, il est là, alalala il est trop proche de moi, ça me donne des frissons. C’est bizarre aussi j’ai l’impression qu’il est encore la mais, que je ne sans rien du tout, ah oui, il est bien là.

C’est bien Hotaru, voilà tu as trouvé ta faille, c’est très bien, continue.

Maître Chun s’éloigna pour reproduire le même processus avec les autres élèves.
Une fois nos chakras bien en place, nous nous sommes mis chacun en position pour débuter un combat comme il nous l’a demandé, face la plus fine tige de bambou que l’on puisse trouver dans le paquet de bambou dans lequel on était.

Maintenant que vous avez concentré vos énergies, on passe aux choses sérieuses. Alors, le but de l’exercice est simple, enfin.. Pour commencer vous devez canaliser toute votre force dans un seul coup, celui que vous voulez pour commencer mais, par la suite je vous dirais les coups que vous mettrez. Le point le plus important ne pas couper la tige, votre katana doit juste toucher le bambou. Vous effectuerez cet exercice jusqu’à ce que ce soit parfait.

Ça fait maintenant deux heures que Hotaru effectue l’exercice et ce n’est que maintenant qu’elle commence à comprendre comment il faut faire.
Au bout de quatre heures elle réussit enfin à la perfection la demande, certains n’ont toujours pas réussi mais, peu importe, maître Chun met fin à l’entrainement. Les élèves sont épuisés, ils transpirent.

Le but de l’exercice est de vous montrer qu’il est facile de porter un coup à son adversaire mais qu’il est bien plus dur de le maitriser et d’éviter ce coup. Médité l’adessus et on se revoit demain, bonne-après midi. Ah et ne vous inquité pas, les bambous coupés serviront pour la récolte.

MERCI, MAITRE CHUN !!!

Les élèves le saluèrent à la manière traditionnelle puis ils prirent congé. Chacun rentrait de son côté, pour ce qui est d’Hotaru, elle décida de s’étirer ici et de rentrer chez elle ensuite. Il faut dire que c’est un lieu calme et apaisant. On entend l’eau qui ruissèle entre les tiges de bambous, ainsi que le vent qui les caresse, avec une telle sensation de légèreté, que Ru se rappelle lorsque sa mère la câlinait, étant petite et triste.
Autour de ce doux paysage, il y a de grandes prairies tout au tour avec les terres que cultive les paysans. Dans les prairies il y a énormément de fleurs et leur parfum rend l’air agréable à respirer.

Hotaru commence par s’étirer les jambes pour remonter petit à petit et finir par les bras. Une fois fini, les cultivateur sont arriver pour ramasser les tiges coupées, elle les salut et s’en va.
L’après-midi s’annonce calme. Lorsqu’elle rentre chez elle, elle va dans la cuisine - qui fait aussi salle à manger - et s’installe à terre à croupit à la table basse, sur un coussin. Elle mange son rit accompagné d’un morceau de poulet et d’une sauce de couleur marron-noir, au léger gout sucrée.
Une fois fini, elle se dirige vers sa chambre et s’installe à son petit bureau, elle ouvre son cahier et rédige ce qu’elle a pu apprendre en cours ce matin.
On sonne.

J’attend personne aujourd’hui mais c’est peut-être les filles.

Elle sort de sa chambre va dans le petit couloir qui mène à la porte d’entrée.

Coucou Ru ça va? Ça te dirait de venir faire un pique-nique ce soir au moment du coucher du soleil et avant ça on comptait se promener sur le bord de l’eau.

C’était Kikyo, Chiki et Zumi devant la porte. La promenade qu’elle voulait faire est sur le bord de la rivière au pied de la montagne, c’est un endroit magnifique, remplit de petits animaux invisibles, on sait qu’ils sont ici mais, il se cache au passage des hommes. Et il y a un endroit où l’on peut faire trempette, enfin au moins les pieds.

C’est ok, j’avais rien prévu de spécial de toute manière. Je prends quelques bricoles pour manger ce soir et j’arrive.

Les quatre amies s’en allèrent. Il faisait agréablement doux le soir et elles se sont installées dans leur endroit préféré. C’est un petit cocon au milieu d’arbres bien à l'abri des regards indiscrets. En faite cet endroit se situe un peu plus haut sur la montagne, une fois qu’elles eurent fini leur tour elles sont remontées.
Les arbres qui les entourent sont formés de telle manière qu’on dirait une cabane, le seul trou visible leur dévoile l’île et leur magnifique village, ainsi qu’un superbe coucher de soleil, elles sont chacune postées sur un petit monticule excepté Kikyo qui s’est installée dans le creux d’un des arbres présents.
Et la soirée se finit tout en rire..
Page 1 sur 1