AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Le début des aventures de Hotaru

avatar
Hotaru


Feuille de personnage
Dorikis: 310
Popularité: 0
Intégrité: 0

Mer 22 Fév 2017 - 17:40

1er jour

Depuis quelques temps Hotaru s’entraîne tellement dure qu’elle ne sait même plus quel jour il est, difficile de penser à autre chose que ça. Elle vit avec sa mère dans un petit village nommé Kawai, situé sur l’île Shimostuki, dans East Blue. Il est plutôt calme, remplit de verdure, il  se situe en hauteur sur le flanc de la montagne. C’est ici même que l’on retrouve toutes les cultures agricoles les plus importantes, se sont elles qui font, en partie, vivre l’île.  

La maison dans laquelle vivent Ru - c’est son petit surnom - et sa mère est de taille modeste, pour deux personnes. Elle est en dehors de la ville, plus haut en altitude. Dans celle-ci, elles ont des tas de décorations et bibelots en tous genres, c’est incroyable ce qu’elles ont pu entasser depuis toujours.

La plupart du temps il ne se passe pas grand chose à Kawai, il y a tout de même quelques fêtes, qui animent et vivifient le village. Il se met à briller de mille feux et tout le monde est en joie.

Dans la montagne l’air est vraiment très agréable, on s’y sent super bien. Il faut aussi dire que c’est un des meilleurs endroits pour s’entrainer, ici tout semble pur et bon pour le corps.

L’île a un dernier atout et le plus important de tous, elle est connue pour ses écoles d’entrainement au Katana. Il y a quatre autres villages et dans trois des quatre, il y a des Dojos. Ru a déjà été prendre quelques cours dans les autres dojos mais, son préféré reste, l’école du sabre fin de maître Chun.

Les écoles accueillent de nombreux champions et organisent des combats entre elles. Selon celle-ci et les tournois, les règles diffèrent un peu, chez le maître de Ru, on note plutôt la beauté du combat et non la force utilisée pour gagner.
Mais ne vous y trompez pas, même si son maître est opposé à utiliser la violence avec une lame, ses cours n’en sont pas moins difficiles.  
Hotaru participe à certains concours mais, depuis qu’elle s’est prie une branlé, elle s’en abstient et travaille ses points faibles à bras le corps.

Malgré son jeune âge Hotaru montre de réels talents, taillée comme un garçon, c’est beaucoup plus simple pour elle que pour les autres filles qui ont déjà une poitrine proéminente, comme ses trois amies Kikyo, Chiki et Zumi. Bien évidemment Kikyo ne fait pas de sport de combat, elle est bien trop fragile et sensible pour se prêter à ce genre d’exercices.  

Ce matin Hotaru s’est levée un peu en retard, elle a couru enfiler sa tenu puis a pris son katana et elle est partie en direction des champs de bambous. «C’est un entrainement spécial», à dit le maître.

Je me demande ce qu’il nous a encore concocté. Il est peut-être sage et dans le respect des traditions mais, quand il a envie ça devient chaud. Alalalalaaa, ça me stresse toute cette histoire.

Hotaru à l’impression de mettre un temps fou à arriver et au bout de quelques minutes à peine, elle y est. Pile à l’heure. On note encore quelques retardataires comme Kenta le frère de Chiki.
L’endroit est un espace assez plat remplit de bambou avec des cours d’eau un peu partout. Elle ne voit toujours pas à quoi va leur servir de s’exercer ici. Sens trop penser à tout ça, elle s’avance pour se mettre en rang, assise à genou et attend les derniers.
Le maître arrive.

Bonjour, mes chers élèves aujourd’hui je vous est concocté un petit mélange d’enchainement un peu spécial. D’abord, vous devrez chacun prendre une partie de la plantation et ne pas dépasser ces limites, voyez vous la manière dont poussent les bambous, se fait de tel sorte qu’ils forment comme de gros cercles. Vous devrez vous installer au milieu et méditer puis nous verrons après.

Tous les élèves se levèrent, ils prirent chacun place au milieu de leurs bambous et se mirent en tailleur. Tout d’abord, ce travail passe par une recherche intérieure, ne faire plus qu’un avec soit même, écouter son corps, le comprendre pour pouvoir travailler avec lui et non contre lui. C’est vraiment très important, il permet de ne pas s’égarer dans la quête de réussites intérieures. Il est important de se recentrer pour obtenir une maîtrise de soit maximal, au moment d’un combat, par exemple.
D’autant plus que, s’il y a un problème, le maître est fort pour le débusquer et en comprendre l’origine.

Je me souvient de la première fois que j’ai fais cet exercice, on s’était disputé avec ma mère à propos de mon père et il a tout de suite ressentit des interférences dans mon « aura », il n’a pas arrêté de me poser des questions jusqu’à ce que je craque. Mais finalement il m’a quand même bien aidé à ce niveau.

Maintenant que vous vous êtes concentrés, je veux que vous imaginiez, votre masse d’énergie autour de vous, comment vous protège-t-elle? Jusqu’où vous pouvez la pousser pour créer votre barrière? Je vais passer à côté de vous pour voir son étendue et les failles qu’elle pourrait avoir.

C’est vraiment incroyable la sensation que j’ai quand il passe à côté de moi. Là je sais qu’il est pas loin de moi, ça y est, il est là, alalala il est trop proche de moi, ça me donne des frissons. On dirait qu’il est parti mais, en même temps.. Ah non, il est toujours là.

C’est bien Hotaru, voilà tu as trouvé ta faille, c’est très bien, continue.

Maître Chun s’éloigna pour reproduire le même processus avec les autres élèves.
Une fois les chakras bien en placent, chacun se mit en position pour débuter un combat, face à la plus fine tige de bambou qu’ils puissent trouver dans le paquet de bambous dans lequel chaque élève se trouve.

Maintenant que vous avez concentré vos énergies, on passe aux choses sérieuses. Alors, le but de l’exercice est simple, enfin.. Pour commencer vous devez canaliser toute votre force dans un seul coup, celui que vous voulez pour commencer mais, par la suite je vous dirais les coups que vous mettrez. Le point le plus important ne pas couper la tige, votre katana doit juste toucher le bambou. Vous effectuerez cet exercice jusqu’à ce que ce soit parfait.

Ça fait maintenant deux heures que Hotaru effectue l’exercice et ce n’est que maintenant qu’elle commence à comprendre comment il faut faire.
Au bout de quatre heures, elle réussit enfin à la perfection la demande, certains n’ont toujours pas réussi mais, peu importe, maître Chun met fin à l’entrainement. Les élèves sont épuisés, ils transpirent.

Le but de l’exercice est de vous montrer qu’il est facile de porter un coup à son adversaire mais qu’il est bien plus dur de le maitriser et d’éviter ce coup. Médité là-dessus et on se revoit demain, bonne-après midi. Ah et ne vous inquiétez pas, les bambous coupés serviront pour la récolte.

MERCI, MAITRE CHUN !!!

Les élèves le saluèrent dans le respect des traditions puis ils prirent congé. Chacun part de son côté, Hotaru décide de s’étirer ici et de rentrer chez elle ensuite. Ici c’est tellement calme et apaisant. On entend l’eau qui ruissèle entre les tiges de bambous, ainsi que le vent qui les caresse, avec une telle sensation de légèreté, que Ru se rappelle lorsque sa mère la câlinait, étant petite et triste. Pourquoi ne pas en profiter.

Autour de ce doux paysage, il y a de grandes prairies, avec les terres que cultivent les paysans. On trouve énormément de fleurs et leur parfum rend l’air agréable à respirer.

Hotaru commence par s’étirer les jambes pour remonter petit à petit et finir par les bras. Les cultivateur commencèrent à arriver pour ramasser les tiges coupées, elle les salua et s’en alla. L’après-midi s'annonça calme.

En rentrant, elle se dirigea vers la cuisine - qui fait aussi office de salle à manger - et s’installa à croupit à la table basse, sur un coussin. Elle mangea son rit accompagné d’un morceau de poulet et d’une sauce de couleur marron-noir, au léger goût sucrée.
Une fois fini, elle alla dans sa chambre et s’installa à son petit bureau, elle ouvrit son cahier et rédigea ce qu’elle a pu apprendre en cours ce matin.

On sonne.

J’attend personne aujourd’hui mais c’est peut-être les filles.

Elle sort de sa chambre et va dans le petit couloir qui mène à la porte d’entrée.

Coucou Ru ça va? Ça te dirait de venir faire un pique-nique ce soir au coucher du soleil et avant ça on comptait se promener pour aller voir les poissons fluos.

C’était Kikyo, Chiki et Zumi devant la porte. La promenade se situe au bord d’une rivière au pied de la montagne, c’est un endroit magnifique, remplit de petits animaux invisibles, on sait qu’ils sont ici mais, on ne les voit jamais. Et il y a un endroit où l’on peut faire trempette, enfin au moins les pieds, il y a tellement de petits poissons fluorescents qui grouillent de partout qu’on a peur de les écraser.

C’est ok, j’avais rien prévu de toute manière. Je prends quelques bricoles pour manger ce soir et j’arrive.

Les quatre amies s’en allèrent.

Il fait agréablement doux ce soir, après leur promenade elles se sont installées dans leur endroit préféré. C’est un groupe d’arbres qui forme comme un cocon, à l’abri des regards indiscrets. Sur la montagne il y a plusieurs petites forêt et c’est dans celle qui se trouvent sur un gros monticule qu’elles sont allées.

Le cocon laisse une trouée qui leur dévoile une partie de l’île et leur magnifique village, ainsi qu’un superbe coucher de soleil, chacune postées sur un petit tabouret, excepté Kikyo qui s’est installée dans le creux d’un des arbres présents, elles admirent le spectacle.

Et la soirée se finit tout en rire..


Dernière édition par Hotaru le Mar 15 Aoû 2017 - 14:26, édité 1 fois
avatar
Hotaru


Feuille de personnage
Dorikis: 310
Popularité: 0
Intégrité: 0

Ven 28 Juil 2017 - 14:40

2eme jour

Le matin lorsque Ru se réveille, elle repense à la soirée d’hier, ses amies puis en rentrant chez elle sa mère qu’elle avait trouvé - tellement épuisée par sa journée - écroulée sur la table en train de dormir sur ses papiers.

En voyant sa maman comme ça, elle se dit qu’elle ne veut pas la même vie, elle veut explorer le monde, découvrir de nouvelles choses et se perfectionner au sabre en faisant des rencontres, elle pourra sens doute aider sa mère par la même occasion et puis... Ca fait quelques jours maintenant qu’elle retourne une idée sans arrêt dans son esprit.

Une fois à l’école, ils ont eu un cours sur la manière de fabriquer un katana et c’est tout un art, elle s’en est bien rendu compte. C’est vrai que c’est bien de savoir en manier un de plus, c’est comme la suite de son bras et il doit être d’une qualité sans équivalent pour pouvoir être utilisé à la perfection mais, aussi pour qu’il ai une longue durée de vie.

Ca l’intéressait énormément, elle a donc été voir les artisans qui les fabriquent.
Elle a appris beaucoup, elle sait que la manière de travailler le métal est très particulière, ce qui lui confère à la lame un dessin chaque fois diffèrent.
Et cet fabrication est extrêmement long, il y a le travail du métal qu’il faut verser dans une pierre qui porte la forme de la lame. Il faut le démouler mais, pas n’importe comment, c’est très délicat. Si la lame est mal démoulée, elle peut se casser ou n’être q’une lame de piètre qualité.

Et puis le final, faire en sorte que la lame soit la plus coupante possible, qu’elle puisse trancher une feuille de papier aussi facilement qu’elle pourrait transpercer un être.
Le pommeau est la vrai fin, Hotaru trouve que ce n’est que subjectif par rapport au reste, il fini l’arme certes mais, elle en a déjà pris dans ses mains et elle pense qu’il est possible de manier un sabre sans celui-ci.

Enfin bref, aujourd’hui encore elle va aller prendre un cours mais, cette fois ça se passe l’après-midi. C’est censé être sur le maniement du sabre, il y avait marqué quelque chose comme ça sur la description de l’entraînement.
Pour l’heure, elle va simplement se lever, faire son petit déjeuner, le repas le plus important pour bien débuter sa journée et...

Qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire ce matin ? Enfin, on dirait qu’il est déjà au moins dix heures si c’est pas plus. Peut-être que maman a préparé à manger. J'espère qu’elle s’est bien reposée cette nuit.

Ru se dirigea vers la pièce commune. En entrant, une superbe odeur s’en dégagea mais, personne à l’horizon excepté un petit :

Coucou ma chérie,

aujourd’hui je ne devais pas travailler mais, une personne m’a appelé en urgence pour de l’aide et tu sais bien que je ne refuse rien à madame Quì. Et oui c’est elle.
Enfin, tout ça pour dire que ça ne me prendra que la matinée et que je me reposerais toute l’après-midi.
Je t’ai mis la nourriture sur le plan de travail : des oeufs avec un peu de riz et un grand verre de lait. Mange tout, il faut que tu prennes des forces pour aujourd’hui.

Je t’aime
Ta maman !


Elle alla se servir et prit une bonne portion de riz avec deux oeufs et un grand verre de lait. Une fois fini, elle est allée s’assurer de l’heure, presque midi. Elle se prépare en vitesse et file en direction de l’école, munie de son précieux sabre.
Après une quinzaine de minutes, elle aperçoit l’école.

Elle est magnifique, l’entrée est une grande arche, avec de la verdure grimpante et un mur qui en fait le tour. Plusieurs gravures parent ceux-ci, elles sont magnifiques, et représentent des maîtres, des batailles d'antan ou encore des lames célèbrent.

Toute l’école est entourée d’une petite forêt. Une fois l’entrée passée, le terrain est pavé et il y a des petites fontaines sur les côtés, puis devant se dresse un immense bâtiment magnifiquement décoré, tout en restant dans une élégante sobriété.
Un peu plus loin derrière celui-ci se trouve un grand terrain avec divers accessoires pour s’entraîner. C’est un vrai petit paradis, voilà tout.

Hotaru s’engage dans une allée à gauche du temple qui mène jusqu’au terrain.
Une fois arrivée, elle rejoint le petit groupe qui s’est formé au milieu du terrain. Tous les élèves se tiennent en rang. Ru se place à gauche d’un garçon, il est plus grand qu’elle et d’une certaine manière elle l’admire.
Il est très fort au sabre et très rapide mais, qu’est ce qu’il peut se la jouer. Il a quand même tendance à l’énerver.

Le Maître fait son apparition, avec un grand sourire au lèvre.

Aujourd’hui nous allons danser.

QUOI ??

Je m’explique... Comme vous le savez lorsque vous maniez votre katana, il devient une partie intégrante de votre corps. Si vous devez vous échapper ou vous battre à mains nues, vos gestes doivent être fluides sans fioritures, nettes et précis. Lorsque vous avez le katana en main c’est exactement la même chose, je vais donc vous donner un certain nombre d’enchaînements. Une fois qu’ils seront assimilés, vous allez les exécuter dans l’ordre qu’il vous plaira. Et surtout n’oubliez pas nettes et précis comme s’il y avait un adversaire en face de vous.

Sur ces paroles, les élèves ont exécuté leur série de mouvements, pour s’échauffer pendant une bonne trentaine de minute.

Puis comme un écho entre eux, il y eut un tourbillonnement de lames, vue de l'extérieur c’est magnifique. Chacun y met du sien pour ne former qu’un avec son arme, comme devant un adversaire invisible, certain virevolte, d’autre se jette au sol avec légèreté et grâce. Le tout formant une danse endiablée. C’est une manière de qualifier ce qui se déroule sous les yeux du Maître. Malgré eux, les élèves font ressortir dans cet exercice leur personnalité, on les voit à la fois doux et féroce, certain se font animal, d’autre se montre calculateur et surprenant...

Hotaru est incroyable et pleine de surprise, adoptant à la fois une posture solide et pleine d’aplomb  et en même temps une telle fluidité. Ses coups sont de plus en plus précis, ses déplacements se veulent souples et léger. Ses sauts sont incroyables et ses atterrissages moelleux. On dirait à la fois un chat et un poisson..  
Tous étaient appliqués dans leurs tâches. Notre cher professeur mit un terme à l’entraînement. S’est fatigués, qu’ils prirent place pour saluer le Maître et ensuite vaquer à leur occupation.

Le mardi c’est un jour spécial pour Ru, le soir il y a toujours des udons à manger. Elle rentre illico à la maison et se rend compte que sa mère n'y est pas, son travail a dû lui prendre plus de temps que prévus, alors c’est elle qui doit faire à manger. Elle s’en va donc en direction de la ville, acheter ses ingrédients pour sa préparation.

Bonjour madame Ekikyo, comment allez-vous ?

Très bien et toi ma petite Hotaru ? Ca sera comme d’habitude ?

Oui s’il vous plait.

Dans un petit sac, la vendeuse met différents légumes, du porc et quelques autres petites gâteries, ainsi que les udons.

Les bons Udons:
 

Un peu plus tard.

Hotaru commence à faire le diner. Elle devient experte en la matière depuis que sa mère lui a appris l’art des udons. Après quelques minutes, il se dégage déjà une odeur succulente, il faut environ une heure pour une cuisson parfaite, le tout c’est de surveiller toutes les vingt minutes.

Ma chérie c’est moi, hum, ça sent bon…, j'ai eu du travail en plus, désolée c'est moi qui aurait dû faire à manger.

Oh tu as quand même fini plutôt que je ne pensais, c’est bientôt près encore cinq minutes et c’est bon.

La mère et la fille se racontèrent leur journée plus ou moins attrayante. Toutes deux allèrent se coucher, le ventre remplit jusqu’à satiété.


Dernière édition par Hotaru le Mar 3 Oct 2017 - 20:00, édité 2 fois
avatar
Hotaru


Feuille de personnage
Dorikis: 310
Popularité: 0
Intégrité: 0

Mar 15 Aoû 2017 - 17:07

3eme jour

Aujourd’hui on se lève tôt.

La mère de Ru fini de préparer le petit déjeuner et quand on parle du loup, un énorme bruit d’estomac en train de gronder, après qu’une petite tête malle réveillée passe l'entrebâillement de la porte.

Bonjour ma puce bien dormi ?

Très bien et toi maman, pas trop fatiguée ? Aujourd’hui c’est la longue journée de la semaine.

En effet le mercredi est un jour plus ou moins particulier. Tous les jours, sur l’île, des marchands mais aussi des voyageurs débarquent et même s‘ils ont de la chance, quelques pirates qui arrivent à passer le mur de la 9ème division de la marine mais ils ne restent jamais bien longtemps.
La marine est prête pour n’importe quel genre de situation, ainsi que la mafia qui veille au faible taux de criminalité.

Le mercredi est le jour ou il y a le plus d’affluence, le travail est chargé et se fait pour que chaque village puisse se nourrir et contribuer à l’économie de l’île, de ce fait les échanges deviennent intéressent.

Aujourd’hui, la maman de Ru va aider à la livraison de la production agricole du mois. Certain se dirigeront vers Nagaya pour les échanges maritimes, pour ce qui est de sa maman, elle ira du côté d’Honnoji pour vendre les produits de son village aux touristes. A Kawaii, on voit très peu de touristes, mais ceux qui cherchent calme et repos sont les bienvenue.

Je dois y aller ma chérie, finis bien de manger et donne toi à fond aujourd’hui. Je t’aime fort mon soleil flamboyant, dit-elle en embrassant tendrement sa fille.

Moi aussi je t’aime maman fait bien attention à toi, à ce soir !!

Je ramènerais quelque chose de nouveau à manger.

La mère d’Hotaru s’en alla. Elle n’a pas toujours travaillé pour la communauté. Plus jeune elle a aussi appris le maniement du Katana mais comme toutes les filles jusqu’à un certain âge le sabre devient plus difficile pour le maniement. Elle a donc arrêté, même si elle continue de s’entraîner, elle ne deviendra pas une bretteuse hors pair. De toute manière ses parents ne lui auraient pas permis. Réputée pour être une des plus anciennes familles à perpétuer l’apprentissage de cet art, pour ce qui est des filles après un certain âge, elles sont destinées à être de bonne mariée et de bonne mère.

Cependant Aimi en a décidé autrement, elle a appris la médecine pour se vouer à son prochain. Encore une fois ses plans ont été bouleversés quand elle a eu Hotaru.
Respectueuse de ses coutumes familiales, elle a commencé à apprendre le Katana à sa fille, ce qui n’a pas été une mince affaire.  
Aimi a arrêté ses études et a élevé sa fille du mieux qu’elle put, en faisant des petits boulots par-ci, par là sans besoin de connaissances particulières, elle donnait des cours de katana de temps en temps aux petits jeunes du village qui n’avaient rien de mieux à faire et une fois assez grande, vers quinze ans Hotaru en a donné de temps en temps.

Hotaru fini de s’habiller et file en direction de l’école.

Kenta ? Qu’est-ce qui se passe ?

Et bien à ce qu’il paraît, des pirates se sont arrimés sur l’île, mais c’est peut-être des bêtises. Tu sais bien comment les vieux aiment se raconter des histoires, pour se monter la tête. Mais si c’est vrai, je me demande comment ils auraient pu passer la frontière de bateaux de la 9ème division. Et y en a qui disent, qu’ils seraient déjà allés dans nos grandes villes.

Hum, enfin quelque chose d'intéressant, ça faisait longtemps, j’irais faire un ti tour à Honnoji alors. HIHIHIHIHIHI !!!! Avec un peu de chance ils y seront peut-être !!

Eh bien, eh bien, il en faut peu pour que mes élèves deviennent indisciplinés. Mettez-vous en rend pour le salut s’il vous plaît.

Bonjour maître, excusez-nous pour notre impolitesse !

Le cours a commencé par une course sur un sentier dans la montagne, qui fait le tour de l’école, ensuite une série d’exercices pour muscler le corps mais surtout, pour les punir d’avoir fait du bruit avant son arrivée.

Après une éternité de punition, le cours débuta par des exercices au katana et maître Chun dit :

Aujourd’hui vous allez vous diviser en deux camps. L’un sera rouge et l’autre vert. L’entraînement sera basé sur votre aptitude à être furtif, c’est-à-dire comment passer inaperçu aux yeux de l’ennemi, pour le désarmé par exemple. Utilisez tout ce que je vous ai enseigné jusqu’à maintenant, toutes les techniques possibles et inimaginables.

C’est parti, chaque équipe doit essayer de désarmer ses adversaires, de prendre un objet que chacun porte sur lui, mais aussi de leur dérober la dague sacrée qui se trouve dans chaque base de l’équipe en question.

Dans l’équipe rouge, Kenta ne se débrouille pas trop mal, il s’est déjà occupé de Giryu, un gars pas très malin, très basé qui se croit plus fort que tout le monde.  
Giryu l’a pris par surprise, il a voulu foncer droit dans le tas mais Kenta l’a évité de justesse. Profitant qu’il soit dos à lui, il lui assena un coup au niveau de la nuque et le grand dadais tomba à plat ventre, Kenta en profita pour lui prendre son objet et lui cacher son arme.

Chez les vert c’est plutôt Grizzli qui gagne, son surnom lui vient du jour ou par rage il s’est attaqué à un garçon de l’école qui n’arrêtait pas de se moquer de sa pilosité très blanche et de sa corpulence imposante, avant le combat il a poussé un cri presque inhumain. Depuis tout le monde l’appel comme ça et il semble s’y être fait.

Chacun sa technique, il ne reste plus beaucoup d’élèves debout. Hotaru se dissimule dans les arbres ou les buissons, elle s’est barbouillée la figure pour qu’on ne voit pas sa peau blanche et a utilisé des branchages pour camoufler sa couleur de cheveux, c’est pile le bon entraînement pour aller voir les pirates incognito, si elle les trouve.

Elle vient tout juste de récupérer un objet d’une de ses victimes. Elle a bien cru qu’elle n’y arriverait pas. Elle était cachée derrière un buisson et un vert est arrivé, il s’est assis juste devant celui-ci. Hotaru était en train de lui dérober son objet, quand il s’est retourné d’un seul coup et s’est jeté sur elle.

Ils ont roulé boulé et par chance Hotaru s’est retrouvé sur lui. Elle a évité un poing puissant qui lui venait en pleine face et frappa à son tour d’un coup nette et précis en dessous du sternum, il s’évanouit en une fraction de seconde.

Elle prit l’objet et partie.
En bon stratège, Hotaru a calculé ses chances de gagner, l’équipe verte a perdu beaucoup d’élèves. Selon elle, il serait préférable que le reste de l’équipe s’éparpille autour du lieu où se trouve la dague sacrée des verts.

Au vu de leur chance ils devraient tous s’être réunis là-bas. Il faudra être très prudent, Kenta m’a fait signe, apparemment un ennemi a encore été mis a terre.

Les rouges se sont tous regroupé autour de la dague. C’est maintenant un moment décisif, ils ont quand même veillé à ce que la leur soit protégée par une personne.

Haut dans les arbres un des rouges, Minori une jeune fille intelligente, lança une corde avec un crochet au bout, en direction de la dague. Celle-ci est coupée nette par un poignard et un vert de plus à terre. La corde n’étant qu’une ruse pour débusquer les adversaires.

Tout se joua en quelques minutes et l’équipe des rouges gagna la partie.

Bien, bien, bien, je vous félicite, vous avez bien travaillés. J’espère que cela vous aura appris quelque chose, il ne suffisait pas de gagner mais aussi de se montrer plus malin que son adversaire, ici vous avez travaillé en équipe ce qui est une bonne chose mais dans la vie réelle tout ne se passe pas comme on le souhaite et le travail en groupe n’est pas toujours facile.
Vous avez usé de nombreuses méthodes et c’est très bien mais utiliser une manière de faire ne signifie pas bannir les autres et de ce fait les verts, vous avez perdu.
Le cours est fini pour aujourd’hui, bonne fin d’après midi !


Il faut que je me dépêche, maman rentrera assez tard mais si elle veut me faire une surprise, je dois faire vite, OP OP !!

Elle file dans son village pour trouver une personne qui se rendrait à Honnoji, ce n’est pas très loin de Kawaii mais un moyen de transport autre que ses jambes seraient le bienvenue.

Oh, bonjour madame Ekikyo vous n’êtes toujours pas partie en ville vous réapprovisionner.

Et non, malheureusement j’ai dû réparer une fuite chez moi, j’ai eu beaucoup de dégâts, mais je pars maintenant, tu veux monter avec moi, ta maman m’a dit qu’elle serait du côté des fruits et légumes dans la ville, si tu veux lui faire une surprise. Mais je suppose que tu viens pour la rumeur qui court.

Vous êtes trop forte madame Ekikyo, mais ne le dites pas à maman.

Non c’est d’accord si tu m’aides à charger ma charrette, je serais muette. Et tu dois me promettre de ne surtout pas t’en approcher si tu en découvres un.

Promis !!

Les deux femmes quittèrent la ville et presque une heure plus tard la jeune fille s’attela à aider madame Ekikyo comme convenu.
Et avec un empressement certain, elle s’en alla au gré des rumeurs à propos des pirates pour guider sa route, personne ne sait à quoi ils ressemblent, ni pourquoi ils sont venus sur l’île, si c’est vrai.

Tout proche d’une taverne les chuchotis sont de plus en plus nombreux, est-ce qu’un des pirate serait ici. Sans attendre la petite rousse y entre, comme si de rien n’était, elle se pose à une table et commande à boire, comme n’importe quel client le fairait.

Bon il y a plein de bourlingueurs comme d’hab, mais un pirate j’en vois pas. S’ils sont ici c’est forcement pour une raison, ils ne viendraient pas seulement pour picoler quand même.

Les pirates, c’est un sujet qui l’a beaucoup intrigué, elle n’en a vu qu’un seul, petite et elle ne connait pas très bien le sujet mis à part l’idée qu’elle a pu s’en faire. Bien sûr les récits et la réalité ce n’est pas la même chose. Et puis ne connaissant pas son père, elle imagine très bien qu’il aurait pu être l’un des leurs, comme on les décrit sans coeur dans les livres vu qu’il les a abandonné, elle et sa mère.

Hotaru se pose beaucoup de questions à propos d’eux et de son père. Et si le capitaine, ou un de ses soldats était son père, s’ils cherchaient une personne, ça pourrait être elle. Notre jeune espionne en herbe fini par se lasser et s’en va.

Vraiment trop déçu, ça m'énerve. Et puis c’est surement faux tout ce qu’ils racontent, n’importe quoi !! Personne ne pourrait détruire notre île ou enlever une personne et il n’y a même pas de trésor ici. Et puis un homme pirate ne pourrait jamais être mon père.

Le temps file et Hotaru complètement perdu dans ses pensées, depuis la taverne, elle fait des ronds dans la ville en effervescence, oubliant de faire attention à ses gardes, c’est grand ici et elle reste une jeune fille malgré tout.
Une autre rumeur afflue auprès des villageois et réveille Ru, à propos d’une nouvelle lame extraordinaire qui se trouverait dans le nouveau monde. Si elle avait la chance de pouvoir acquérir une lame plus puissante, elle serait si fière.

C’est en se prenant un objet non identifier sur la tête, que Ru revient enfin à la réalité avec brutalité. Elle se baisse et ramasse le petit projectile, une pierre. Elle se retourne et ne voit personne, pourtant une étrange sensation vient se loger au fond de son ventre et elle regarde le ciel.

Oulalala, mais il fait déjà sombre.

La foule est toujours aussi dense et malgré elle, Ru essaye de se frayer un chemin mais, se fait bousculer et est contrainte de prendre d’autres routes pour sortir de la ville. Honnoji est grande et ce qui devait arriver, arriva. Hotaru se perdit, elle arriva néanmoins dans une grande cour déserte, avec cette mauvaise sensation mais un petit temps de répit.

Coucou ma rouquine, ça va ? Pas facile de te faire faire des détours mais bon...

Qu’est-ce que vous me voulez ? Vous êtes...

L’homme est grand et mince avec une énorme cicatrice qui lui barre le visage et un tatouage de pirate dans le cou. Rapidement elle évalue la situation, le pirate se trouve à cinq mètres d’elle et six hommes en plus couvrent toutes les sorties possibles. Elle décide de la jouer fine et répète sa question.

Qu’est-ce que vous me voulez ?

Ah ma chérie si tu savais mais n’allons pas trop vite, ce n’est ni le lieu ni l’endroit. Notre capitaine a hâte de te rencontrer et ce n’est pas dans nos habitudes de le faire attendre. En plus si je t’ai bien compris, tu ne voulais pas voir des pirates ?

Merde je suis dans de beaux draps, qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire maintenant.

Je... euh...

Pas de temps pour réfléchir, dans un seul mouvement l’homme se jette sur elle. Avec difficulté, elle esquive le pirate qui lui arrive dessus dans une roulade au sol et sort son Katana.

Oh, une sabreuse alors. Ca devient intéressent, j’espère que tu es meilleure au sabre, qu’en tant qu’espionne. Notre capitaine sera encore plus heureux. Mais on va se calmer un petit peu, hein, parce qu'il faudrait pas que je t'abîme, mais si tu tiens vraiment à te battre...      

Il sort un poignard et l’attaque, elle arrive à parer quelques mouvements puis se reçoit une violente tourniole dans la figure. Peu habituée à recevoir des coups celui-la, la mise KO. Peu après elle se sentit soulevée du sol, avec une chose étrange sur la tête, probablement un capuchon.

Hotaru se réveilla plus tard, encore un peu sonnée, c’est de manière fulgurante qu’elle se souvint où est-ce qu’elle avait atterrit.

Comme tu es belle, ta couleur de cheveux est magnifique et mes hommes m’ont dit que tu t’étais battu avec ferveur, malheureusement ils t'ont fais de gros bobos mais ne t'inquiète pas, ils seront punis. Je suis le capitaine. Je recherche une femme comme toi pour devenir mon épouse, ne t’inquiète pas je te laisse du temps pour réfléchir. A plus tard !!

La lampe qui était projetée sur moi fût éteinte d’un seul coup. Il fait plus sombre que jamais et on entend la houle cogner contre le bateau.

Pourquoi je dois tomber sur un dingue comme ça. Quelle merde, pourquoi est-ce que ça m’arrive à moi ce genre d’enroule. Il faut que je trouve un moyen de bouger et que je retrouve mon katana.
avatar
Hotaru


Feuille de personnage
Dorikis: 310
Popularité: 0
Intégrité: 0

Mer 4 Oct 2017 - 19:50

4eme jour

Il est rare que les quais soient peu bruyants, on entend toujours les marins s'affairer sur les navires pour les nettoyer ou encore pour les charger ou les décharger. Et puis il y a aussi tous les ivrognes, ceux qui ont bu jusqu’au levé du soleil et qui se sont perdus en chemin, ou encore ceux qui se rendent compte que le travail va bientôt commencer. La vie grouille de partout.

Dans tous les cas un port est toujours d’une manière ou d’une autre animé par quelqu’un ou quelque chose. Mais ici rien, enfin si Ru entend très bien les pirates qui sont sur le pond et leur capitaine qui leur crie dessus, ainsi que les vagues qui cognent contre la coque du bateau. Néanmoins il semblerait qu’ils ne soient pas au port. Ici aussi la vie est présente mais pas comme d’habitude. Hotaru semble entendre beaucoup trop de bruit d’oiseau et les vagues cognent fort contre quelque chose de bien trop grand.

Ceux sont des pirates donc en toute logique ils ne peuvent pas être arrimés au port et ne devraient même pas avoir pu passer le mur de la marine sur la mer mais ça se sera pour plus tard. Bon j’ai jamais vraiment fait le tour de l’île en entier mais je crois me souvenir d’une crique et on m’a dit qu’il y en avait encore deux ou trois autres.
Et puis c’est quoi son délire de vouloir se marier avec moi, il est fou le capitaine...


Le médecin du navire est venu soigner Hotaru pendant la nuit, elle dormait à point fermé lorsqu’il est arrivé. Ru a une peur monstre lorsqu’elle a senti quelque chose de froid sur son visage, elle a étouffé un cri. Le médecin lui a simplement dit que la promise du capitaine ne pouvait pas rester aussi amocher.

De l’autre côté de l’île, la mère de Ru se fait un sang d’encre. De temps à autre elle vérifie que sa fille est dans sa chambre, chacune veille sur l’autre et ici rien, aucun signe de sa petite fille adorée. Ce matin-là elles étaient censées se rejoindre pour le petit-déjeuner, en entrant dans sa chambre rien. Elle a été retrouver ses amies mais rien non plus et elle sentait comme un mauvais pressentiment. Elle a donc décidé d’aller voir à son école lors de sa pause du midi mais pas de rouquine.

Trop inquiète elle a décidé de trouver la marine pour demander un avis de recherche pour sa fille. Et il s’avère qu’une autre disparition a été signalé. Le point commun la couleur de cheveux.

Vers les coups de midi, de retour sur le navire ou plutôt dans le navire Hotaru s’est fait emmener de force dans la salle à manger. Elle a été conviée à manger avec le capitaine, d’une part pour lui donner sa décision et d’autre part pour compétité avec sa rivale, oui notre Casanova a déjà enlevé une autre jeune fille. Quoi de mieux que d’avoir le choix.    

Ru c’est vu affubler d’une robe grotesque et avec la couleur qui jure le plus avec sa chevelure rousse, le bleu, délavé qui n’a plus aucun éclat. La jeune fille ressemble désormais à un espèce de pudding pas frai, remplis de froufrous et fanfreluches inutiles.

La journée promet d’être longue et sans répit.

Elle comprend désormais pourquoi le bateau de ses infâmes brigands ne s’est pas fait arrêter par la marine. Enfin à l’air libre et bien menottée, Hotaru constate que ce n’est qu’un simple navire de pêche rien d’extraordinaire, il n’est même pas très gros, il n'arbore pas le drapeau traditionnel des pirates qui permet leur identification. Résultat, ils sont passés et elle se retrouve ici, seule et... Non, peut-être pas si seule, une autre jeune arborant une couleur de cheveux semblable à la sienne fit son apparition juste derrière elle, tout aussi bien habillée et menottée qu’elle.

Elle semble complètement perdu, mais elle au moins n’a pas une égratignure. En la regardant de plus près on voit bien que c’est une fifille qui aime se faire belle et non une combattante. Ils sont sûrement venu par surprise lui placer un tissu avec de l’alcool fort sur le nez et la bouche pour qu’elle s’évanouisse.

Brusquement le jeune fille bouscule Hotaru en lui criant dessus paniquée :

JE SUIS PAS SEULE, JE SUIS PAS SEULE TOI AUSSI IL VEUT SE MARIER AVEC TOI C’EST HEIN !

Un des pirates l’a tire violemment vers lui pour la calmer.

ATTENTION, Théodore si tu ne veux pas t’en prendre une, plus sévère...

C’était donc Théodore qui avait agressé Ru, en y regardant de plus près elle remarqua qu’il avait une plus mauvaise mine que l’autre fois et il lui sembla encore plus laid. Quand au capitaine qui avait parlé et fait cesser immédiatement le geste de son second - c’est la déduction qu’elle avait pu en tirer par rapport aux autres pirates qui semblaient moins fort - elle crut s’évanouir. Un bon gros pirate, non un énorme. Le capitaine est très corpulent, il a de grosse joues rouges, un pif comme pas deux et ne parlons même pas de l’état de ses dents.

Mais d’où est-ce qu’il sort celui-là, encore heureux qu’hier je n’y voyais rien.

Lorsqu’il se tourna vers ses favorites, Hotaru pu voir sa folie et une grande perversité dans son regard.

Mes très chères femmes, je vous prie de bien vouloir excuser mes matelot pour leur manque de tacts, il faut dire qu’ils ne savent pas y faire avec les demoiselles. Mais trêve de bavardage et si nous allions nous restaurer.

Le plus étonnant c’est que malgré son apparence, son langage ne manquait pas de civilité. Toutes deux emmenées de force en direction de la salle à manger, notre rouquine en profite pour se rapprocher de l’autre fille tremblante de peur. Elle lui chuchota pour la rassurer :

Ne t’inquiète pas, on va s’en sortir. Je pense que la marine nous cherche déjà..

Une fois attablé devant la nourriture le capitaine commença à leur raconter sa vie, ses exploits en tant que pirate... Puis leur rappela sa proposition et qu’elles avaient encore du temps devant elles.

C’est là que Ru sentit que le bateau était en train de bouger, un peu trop pour être sensé arrimé.

On part..

Oui ma jolie on s’en va je ne peux pas rester indéfiniment ici, sinon je risque de me faire prendre, autrement dis comment diable crois-tu que je passe inaperçu.

Mais et si on n’accepte pas, qu’est-ce qui va nous arriver.

Ne parlons pas de choses qui fâchent, je vous laisse encore du temps bien évidemment nous ne seront plus à Shimostuki, d’ici là.

Hotaru commença légèrement à paniquer et puis sa mère qu’est-ce qu’elle allait devenir, elle voulait partir mais pas de cette manière, il fallait qu’elle trouve une solution et vite. La jeune fille à côté d’elle perdit instantanément connaissance et BOUMMMM, BOUMMM...

Le bateau se mit à tanguer et la nourriture se renversa à terre.

MAIS QU’EST-CE QUI SE PASSE ENCORE, TOI SURVEILLES LES.

Avec un équipage si peut discipliné, je comprends même pas comment il a fait pour survivre jusqu’à maintenant. Sérieux, son second doit lui ramener une femme et il m’amoche et là des coups de cannons, je pensais même pas que dans ce bateau il pouvait y avoir des canons...

Sur le pond Théodore a encore péter les plombs, il a décidé d’attaquer un bateau marchand. Autan ne pas repartir les mains vide n’est-ce pas.


Dernière édition par Hotaru le Sam 7 Oct 2017 - 17:40, édité 1 fois
avatar
Sakina

♦ Localisation : Shimotsuki

Feuille de personnage
Dorikis: 1214
Popularité: 42
Intégrité: 20

Jeu 5 Oct 2017 - 16:29

Je suis quand même déçue de l'île de Dawn.. Encore bien que ce bateau avait du retard pour partir, on aurait dû rester une nuit de plus. C’est la première fois que je vais sur une île aussi inutile depuis mon départ.. Et c’est de là que vient le plus grand des pirates du siècle dernier ? Difficile à croire, avec un tel potentiel historique finir dans une banalité pareille quelle tristesse, un petit village, une grande forêt surpeuplée et une grande ville toute détruite pfff...

Parlons de ce bateau. Il est pas bien grand mais il a l'air sûr, les marins qui le font naviguer ont l'air de gens aisés. Ils doivent avoir une bonne paye. Je sais pas ce qu'il transporte mais je vais pas tarder à avoir les infos de Bastet qui a été fouiner dans la soute. Ca fait déjà plusieurs heures qu'on est parti et on a changé de cap plusieurs fois, ça en devient grinçant. Mais bon, le temps y est, il y a pas trop de vent, c’est pas désagréable ce petit break sur le pont mais j’ai d'autres projets. Je dois trouver quelqu'un qui puisse un peu entraîner Bastet. Shimotsuki me semblait parfaite. Elle est pas douée avec un gun peut-être sera-t-elle meilleure avec une lame ?

Bastet revient vers moi et bondit sur mes jambes et me fixe du regard. Mine de rien, j'approche ma tête de la sienne et les chuchotis commencent.

Un truc intéressant ?

Du rhum, un coffre que j'ai pas réussi à ouvrir et des armes.

Quel genre d'armes ?

Hache, pistolet, épée, marteau. Assez pour tout l'équipage de marins qu'il y a ici.

Comme quoi, je savais pas que des marchands se baladaient avec ce genre de choses, je suppose qu'en cas d'attaque ils s'en servent pour se défendre. Je suis contente, Bastet est devenue bien indispensable à mon voyage. J'aurais jamais imaginé que les bateaux marchands transportaient des armes..

Excusez-moi m'sieu le marin ?

Oui qu’est-ce qu'il y a ?

Vous transportez quel style de marchandises en fait ?

Euh, marchandise, euh, nous transportons... de l'alcool bien sûr ! De l'alcool ha ha où ai-je la tête !? Autre chose ?

De l'alcool, je suis pas habitué à ce genre de boisson, mon père dit que le temps passe plus vite quand on a bu un verre, je pourrais peut-être en avoir un ? Je m'ennuie et s’il faut que je paye un supplément pour avoir l'impression d'arriver plus vite vous avez qu'à me dire votre prix !

Nous faisons pas au verre on vend que par tonneaux...

Hummm aucun soucis, amenez un tonneaux et je vous laisserais ce qu'il reste une fois arrivée à terre, se sera votre pourboire dirons-nous?

HO sérieux ? Attendez je vais parler de l'offre au capitaine !

L'homme part très précipitamment vers les quartiers du capitaine, capitaine que je n'ai toujours pas vu d'ailleurs ! La moindre des choses quand on fait payer pareille somme c’est de venir en personne accueillir le débourseur, enfin, ils ont du travail et sans eux je serais encore sur cette maudite île, je ne vais pas m'en plaindre.

L'homme revient sur le pont avec un tonneau, au vu de son maniement c’est un expert, il envoie un coup de coude sur le dessus de celui-ci, ce qui le dé-bouchonne, l’odeur emplit mes narines. Mais qu'est-ce que c'est que ce truc ? Un fond de bocal d'olives ? C'était tellement extrême en arômes, tellement saisissant et différent de ce que je connaissais. L’homme sort deux verres, de je n’sais où.

Boire tout seul c’est triste, laissez-moi vous accompagner, moi c’est Travis !

Travis, enchantée, moi c’est Sakina.

A peine les présentations terminées que me voilà avec un verre à un quart plein entre mes petits doigts. Le verre de Travis vient percuter le mien et se vide directement dans sa gorge.

Bien c’est comme ça qu’on fait, je regarde le liquide brun qu’il y a dans mon verre avant de verser le peu qu’il y a dans ma bouche. Je grimace je gémis, quand j’ouvre les yeux je vois Travis qui me regarde en fronçant légèrement les sourcils. Je suppose que cracher ce que j’ai en bouche le rendrait pas très content, lui qui avait l’air d'être un homme comblé depuis que j’ai parlé d’alcool...

Gloups

C'était quoi ce goût, un mélange d’olive, un arôme de je ne sais quelle plante et un arrière-goût de bananes trop mûres. Un court instant j’ai l’impression que mon estomac remonte le long de mon œsophage.

HAHAHAHA, c’est bien ! T’es pas habituée à boire, on dirait !

Un truc aussi fort, c’est la première fois.

Ça fait toujours mal la première fois ! Hahahhahahhaha

Travis se resserre un verre, et remplis le mien à un quart de nouveau.

Maintenant que ta gorge est bien trempée, tu peux déguster, boire par petites gorgées et faire passer le rhum sur ta langue et le fond de ta gorge avant d’avaler.

Alors c’est ça du rhum... Je suis Travis sur les cinq premiers quarts de verre, le bateau change toujours de cap, le tanguemant que cause les vagues me donnent un peu la nausée, Travis semble toujours en forme. Parlons de Travis, j’avais pas remarqué qu’il était si beau ! Il a des yeux bruns qui brillent, une mèche à la Tintin dans ses cheveux noirs corbeaux, un sourire enjôleur et il est vraiment sexy dans sa tenue de marin. Depuis tantôt il me fait rire, c’est une des premières fois que je regarde quelqu’un de cette façon là, je me perds dans ses yeux un instant avant de ressentir une vive douleur à ma jambe.

Les griffes de Bastet s'enfonçant dans ma peau, je baisse la tête vers ma compagne féline, même avec ses yeux de chat je peux voir une sorte d’expression faciale ressemblant à de la jalousie.

Je reprends légèrement mes esprits ainsi que la conversation avec Travis comme si de rien n’était, le tonneau a pas beaucoup baissé et je suis déjà finie. C’est pas pour les gamines le rhum...

Travis me parle, je réponds comme je peux, j’ai jamais tant souris à quelqu’un en si peu de temps qu’aujourd’hui.

Il nous ressert un, deux, trois, quatre verres. Si la chaise me soutenait pas je serais sûrement en PLS sur le pont. En vrai je sais même plus ce que je fous sur ce bateau.

Ho un bateau de pèche là-bas !

Mes yeux se dirigent vers la position que pointe le doigt de Travis.

Quelle misérable bateau, j’aime mieux celui sur lequel je suis ! En plus de pèche, il doit y avoir du poi....

BOUAAAAA, ahhaarrararr, PUH !

Ca fait un ou deux verres de moins dans l’estomac. C’est pas plus mal, je me redresse, une larme coulant le long de ma joue. Un sifflement grandissant dans mes oreilles et devant moi, une boule noire qui semble devenir de plus en plus grosse. Tous ces effets après seulement cinq verres, fiou..

Un énorme craquement provenant du bateau se fait entendre, peu de temps après Travis crie dans mes oreilles.

CAPITAINE ON SE FAIT ATTAQUER !!

La porte du quartier du capitaine s’ouvre et se reclape laissant juste le temps au capitaine de passer.

MORNDITCHU tu crois que j’avais pas remarqué, aux armes, bande de moins que rien c’est fini de jouer les marchands, défoncez-moi ces fous !!!! Y savent vraiment pas sur qui ils sont tombés !!

L’homme crie si fort que ses postillons arrivent jusqu’à moi, tout en touchant aussi chacun des hommes présents sur le pont !

TRAVIS arête de draguer, c’est fini de boire prépare les harpons, on va aborder ces minables qui osent se dissimuler à l’aide d’un bateau de pèche !

Euh capitaine... on fait pareil non ?

NON PAS DU TOUT, UN BATEAU MARCHAND C’EST UNE BIEN MEILLEURE IDEE !!

Je peine à comprendre ce qu’il se passe, je doute de penser que des pirates se cacheraient dans un bateau marchant, pareil pour un bateau de pèche. C’est sûrement l’alcool.

Alcool ou pas Travis reçoit, une sorte de harpon avec une corde attachée autour, de la part du capitaine et l’envoi sur le bateau de pèche, il est encore loin mais il fait mouche et vient s’enfoncer dans la paroi du navire ennemis, tout l'équipage vient tirer sur la corde reliée au harpon que Travis a lancé, l’espace entre les deux bateaux se réduit à vue d’oeil quant à moi je vomis une deuxième fois dans la mer, à côté de Travis et l'équipage tirant sur la corde. Bastet m’arrache la jambe avec ses griffes mais je ne peux m'arrêter de me plier en deux pour le moment. BUHARHRHRGGG, Bbeuheueuwawaaa, PUH PUH !! Le capitaine est de l’autre côté de la corde, c’est bien le seul à avoir une tête de pirate. C’est sûrement pour ça qu’il n’est pas venu me saluer quand je suis montée à bord, pff quand je pense que j’ai payé des pirates, ça me met mal.

Je me lève difficilement, Bastet se met à côté de moi, prête à passer à l’action, quant à moi je cherche mon arme de ma main droite avant de perdre l’équilibre et de tomber tête la première sur le sol, sol qui me semble d'ailleurs parfait pour taper la sieste. Malgré le raffut et l’impression de tournis je m'endors en quelques secondes.
http://www.onepiece-requiem.net/t19175-sakina-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t19251-fiche-sakina
avatar
Hotaru


Feuille de personnage
Dorikis: 310
Popularité: 0
Intégrité: 0

Ven 6 Oct 2017 - 17:37

En une fraction de seconde Hotaru s’est retrouvée sur le dos, les pieds derrières la tête. Le bateau aillant subit une énorme secousse, elle a été projetée par terre.

Purée qu’est-ce qui se passe encore... Je crois, hum. Oh mais c’est mon sabre je l’ai même pas vue en arrivant. De toute manière je crois que c’est maintenant ou jamais si je veux faire quelque chose.

Près du mur où elle a atterrit juste au-dessus de sa tête se trouve son sabre accroché. Ni une, ni deux la rouquine se redresse tant bien que mal, il semblerait que le bateau se fasse tirer et elle s’empare de son katana.

Enfin de retour chez maman, tu m’avais temps manqué mon chéri.

Hotaru évalue la situation, la table c’est complètement renversée et la jeune fille a elle aussi été mise à terre par la secousse, mais pas de trace du garde. Elle regarde encore une fois rapidement autour d’elle et PAN... Elle se baisse, c’est le pirate qui a tiré, il se trouvait derrière la table mais comme elle pouvait s’y attendre lui aussi a été déstabilisé.

Repose ton katana sale morveuse. Tu dois pas bouger, reste sage... pourquoi tu ne f’rais pas comme ta copine, elle elle fait dodo bien tranquillement.

C’est ça oui, comme si j’allais rester à rien faire. Elle elle sait pas se défendre moi si... Je devrais bien au moins réussir à le battre, lui au moins...

Du calme, tu vas pas me tirer dessus quand même, je pense pas qu’antan que la promise de ton capitaine, il va apprécier n’avoir plus qu’un choix sur le tapis. Tu ne crois pas ? Tu as bien vu la tête de ton compagnon après qu’il m’ait amoché non ?

M’en fous complètement ma mignonne....

BOUM, encore un tire de canon. Le bateau fait des siennes et..

Hummmm....

La secousse réveille la jeune fille, Hotaru profite de la situation, le pirate ne la regarde plus et il vacille légèrement. Elle commence à se rapprocher de lui, dans un seul mouvement il se retourne vers elle et BOUM, PAN..... Il tire une deuxième fois, elle se baisse et fait une acrobatie pour se retrouver juste en dessous de lui. Pas assez rapide pour se dégager, le pirate se reçoit un violent coup au niveau du sternum, en se relevant, elle s’est servie du manche de son katana pour l’envoyer à terre.

Trop heureuse d’avoir réussi son coup, elle ne fait pas attention à son adversaire qui se relève avec difficulté et tire une troisième fois. Trop lente mais avec chance Ru dans une autre secousse vacille sur le côté et la balle lui effleure le bras droit. Une violente douleur se faire ressentir. Elle se reprend rapidement et fonce sur le tireur qui s’est presque relevé. Cette fois elle adopte une autre tactique, étant plus jeune, plus rapide et plus agile, elle lui fait croire qu’elle va l’attaquer de front, de son côté, il s’apprête à lui décocher un crochet gauche pour toucher sa blessure.

Par surprise, elle esquive et va sur sa gauche, en une pirouette elle se retrouve derrière lui, elle prend son katana et lui assène un coup au niveau de la colonne vertébrale comme si elle allait le transpercer de toute part, en effet elle n’a pas retiré l’arme de son fourreau.
Mis à terre, elle lui donne un dernier coup à la tête avec son arme. Spectatrice de la scène, la petite rousse qui s’était évanoui regarde Hotaru avec une bouche grande ouverte comme si quelque chose allait sortir mais rien. La jeune fille semble complètement figée et pas la loin de retomber dans les pommes, Ru s’empresse d’aller vers elle.

On n’a pas beaucoup de temps, j’ai l’impression que le navire se fait attaquer, donc on va en profiter pour s’en aller mais j’ai besoin de ton aide. J’imagine que tu ne sais pas te battre ?...

La jeune fille la regarde incrédule, Hotaru ne sait même pas si elle a compris ce qu’elle vient de lui dire, c’est au bout de quelques secondes qu’elle lui fait signe négativement de la tête.

Bien, pour commencer on va enlever des couches de notre tenue sinon on n’arrivera pas à grand chose avec tous les pirates qui se trouvent sur le pond. Et puis ensuite... Et bien on verra bien.. d’accord ? Toute façon, t’as pas vraiment le choix.

Enfin la jeune fille semble prendre un peu plus conscience de la situation dans laquelle elle se trouve. Avec un peu de lenteur au début elle exécute les ordres qu’on lui a donné, non sans montrer une certaine désapprobation en voyant toutes les couches de robes que Hotaru décide d’enlever, néanmoins elle s'exécute.

T’es prête, la jeune fille lui fait signe de la tête, encore trop choquée pour parler sans doute. Bon et ben c’est parti...

Sans trop de précipitation, elles montèrent sur le pond et le spectacle qui s’y déroulait était... Les mots manquent pour le qualifier. Le capitaine semble s’être transformé en monstre complètement fou et ne parlons même pas de ses hommes, son second a la figure complètement déformée par l’excitation du combat et on y décèle une certaine ivresse de la tuerie. C’EST LE CHAO TOTAL.

Mais comment est-ce que c’est possible ça. Y en a aucun qui est vraiment à sa place, ils font tous comme ils veulent.... En tout cas merci le désordre on va sûrement pouvoir s’échapper plus vite et sans être vue...

NON MAIS J’Y CROIS PAS, MERCI THEODORE POUR NOUS AVOIR ATTIRÉ DES ENNUIS À CAUSE DE TOI ON VA SÛREMENT SE FAIRE PRENDRE PAR LA MARINE S’IL ENTENDE TOUT SE RAFFÛT. ALLEZ LES GARS, COUPEZ-MOI CES CORDES AU LIEU DE LEUR TIRER DESSUS....

Hotaru tourne d’un seul coup la tête et voit le navire marchand, il ne se trouve qu’à quelques mètres du leur, en train de harponner le bateau dans lequel elle se trouve. Enfin les hommes semblent écouter leur capitaine à l’exception de...

MAIS QU’EST-CE QUE TU FOUS THÉODORE.....

Le grand balafré prend les devants. Il agrippe fortement les cordes des harpons et malgré son apparence maigrelette, il tire dessus avec une force inouï qui a pour conséquence de rapprocher les deux bateaux suffisamment pour monter dessus mais aussi de faire tomber la moitié des ennemis à l’eau.

À L’ATTAQUE !!!!!

Pris d’une folie certaine, il se jette sur l’autre navire. Le capitaine furibond et ne pouvant clairement pas arrêter l’action décide lui aussi de monter dessus en appelant ses hommes.

De son côté Ru c’est caché avec la fille derrière deux gros tonneaux qui se trouvaient sur le pond. Toutes deux complètement absorbées par le combat et l'excitation ambiante, elles oublient leur plan de sortie et c’est à la dernière minute que Hotaru parvient à esquiver une lame qui s'abattait sur elle et sa « copine ».

Vous devriez pas être là vous deux je vais vous remettre en cellule en attendant le chef..

Enfin quelqu’un d’un peu plus sensé, il veut pas nous tuer.. Mais bon c’est pas non plus dans mes plans.

Ne voulant pas se laisser faire la rouquine commence à se défendre mais difficile de se battre avec le pois lourd qu’elle doit aussi protéger et malgré toutes ses tentatives, c’est d’abord la fille qui s’évanouit encore et se fait prendre par un autre pirate puis Hotaru se faisant attaquer de toutes parts c’est elle aussi fait de nouveau capturer et assommée. Rebelotte dans la cellule...

Abord du navire marchand, les deux capitaines se battent entre eux et malgré tout ce qu’a pu penser Hotaru sur l’incompétence de son agresseur c’est lui qui remporte la victoire, plus agile et sans doute plus futé, il le met chaos. Quant à ses larbins, Théodore ne laisse rien à ses compagnons, il met tous les autres hommes à terre, puisque la moitié a été dans la mer le reste est facile à battre.

La bataille finie, ils retournèrent tous sur leur bateau, Théodore vérifie une dernière fois les alentour quand il remarque une jeune fille brune sur le pond dans une étrange posture, les yeux fermés. Il s’en approche, elle s’en fortement l’alcool et respire toujours, une idée brillante vient dans son esprit. Plutôt que toujours chercher des rousses pour son capitaine, c’est dur à trouver et ça devient barbant pourquoi pas essayer une autre couleur de cheveux, en plus elle est plutôt mignonne celle-là. Il remonte avec sur le navire et va la mettre dans une cellule avec les deux autres.

Maintenant écoutez-moi bien on va pas pouvoir partir maintenant et puisque vous n’m’avez pas écouté vous allez passer la nuit à réparer le bateau et qu’on soit bien clair le moindre faux pas et vous finirez comme ceux du bateau marchand... Allez on bouge, on va se trouver une autre petite crique et demain on part.


Dernière édition par Hotaru le Sam 14 Oct 2017 - 11:04, édité 1 fois
avatar
Sakina

♦ Localisation : Shimotsuki

Feuille de personnage
Dorikis: 1214
Popularité: 42
Intégrité: 20

Sam 14 Oct 2017 - 11:03

Boua c’est quoi cette misère..

Je regarde autour de moi, me grattant le coin de la tête, mes cheveux sont tous ébouriffés, mes yeux peinent à s'ouvrir entièrement.

Ha, tu te réveilles enfin.

Je me tourne vers cette voix qui vient résonner dans ma tête. J'aperçois deux rousses, une arborant une fière tignasse de longs cheveux roux bouclés d'un côté du crâne, l'autre étant dénudé, des sourcils foncés surplombant ses yeux bleus cobalt, vêtue d'une légère tenue. L'autre a les yeux fermés avec des cheveux mi-long, lisses au moins aussi rouquine que sa ''collègue'', toute tremblante assise sur les fesses en position foetale.

On est dans une prison pour meuf ou quoi ? Qu’est-ce qui se passe ici ?

Je m'assois à terre, prenant appuie sur les barreaux de la cage, tenant ma tête entre les mains, lâchant un petit renvoi émanant d'un relent de rhume.  

Oui c’est plus ou moins ça, sur un bateau pirate.

Et vous, vous êtes qui ?

Les pré-posantes au post de femme du capitaine.. Moi s’est Hotaru, je viens de Shimotsuki et elle, c’est une fille de mon île aussi a priori. Elle est un peu sous le choc de l'attaque je pense..

J'espère pour vous qu'il est charmant alors.. Mais qu’est-ce que vous faites dans leur cellule du coup ?

On était en train de manger avec lui quand le bateau s’est fait attaquer, j’ai tenté de m'échapper mais bon, c’est pas si facile en pleine mer... Ils nous ont remis la main dessus et on se retrouve ici pour la deuxième fois... Je dois rentrer chez moi au plus vite !

Miaou !

Bastet se manifeste par un miaulement discret, avant de pénétrer dans la cellule, s'installant sur mes jambes.

Oh, Bastet ça va toi, contente de te voir. Tu saurais pas où j'ai paumé mon arme ?

Une arme ?? À mon avis elle est dans les quartiers du capitaine, c’est là qu'il avait mis mon katana..

Un katana, intéressant donc tu sais te battre ?

J'ai quelques bases oui et une grande rage à libérer, ça fait deux fois que je perds contre ces types et THÉODORE GRRRRRrr...

Oh, d'accord... Bon Bastet tu te bouges un peu ou je dois essayer de défoncer les barreaux à mains nues ? Sinon pourquoi ils m'ont mise ici ?

Ma compagne féline s'éclipse directement sans se retourner et remonte sur le pont par le trou qu'a laissé le harpon.

Bah, je suppose que tu es aussi une potentielle femme pour le capitaine, je ne vois que cette solution !

OH et du coup il est mignon ?

La rousse tremblante ouvre les yeux et me porte un regard qui veut tout dire, suis-je sérieuse ? Non j'immerge juste de mon état second, quant à Hotaru, elle semble interrogative.

Pas trop mignon non, mais pourquoi tu parles à un chat ?

Pour sortir d'ici... C’est logique, dis-moi, tu sais te battre à mains nues aussi, ou il te faut ton sabre ? J’ai pas l'intention de rester planté là..

Je me redresse histoire de faire plus sérieuse et de me dégourdir un peu les membres, c’est bien plus difficilement que ce que je ne pensais, que je me relève, me tenant aux barreaux derrière moi, je ressens comme une forte pression des orbites de mes yeux à l'arrière de mon crâne, alors c’est ça, avoir la gueule de bois ?

Fiou, ça va, tu veux de l'aide ?

La rousse se redresse d'un mouvement habile et rapide pour venir me soutenir, je la repousse gentiment avant de poser ma tête entre deux barres. Mes muscles sont au ralenti, mon corps est lourd. La trappe menant au pont s'ouvre  d'un coup et un homme y descend, ses habits maculés de sang et une balafre sur son visage souriant, l'air satisfait il avance vers notre petit espace privé, la rousse timide regagne sa position foetal, tendis que Hotaru sert les poings.

Salut les filles vous allez bien, HAHA, le doc est occupé pour le moment, vous vous arrangez mutuellement histoire d'aller finir votre repas avec le chef, il a besoin de se calmer et rien de mieux que des femmes et une bonne bouffe pour ce gros-là ! Euh ce gars-là.. Et pas d'alcool pour toi la chasseuse, notre capitaine aime les femmes distinguées, pas de folie, compris ? Oh et c'était une belle initiative d'enlever un peu des couches, les filles, continuez comme ça !

L'homme a la balafre s'éclipse aussi vite qu'il est venu.

Les choses sérieuses vont bientôt commencer alors, je peux conter sur toi quand j'aurais fini mon assiette Hotaru ? Et la bouffe était bonne si vous y avez déjà goûté ?

Mon estomac fait des siennes depuis que je sais que je vais passer à table, c’est sûrement l'alcool qui donne si faim.. Je suis pas bien en forme mais pourquoi stresser, quand j’étais sur Ohara j'étais bien plus dans la merde qu'ici, c'était de vrais pirates, pas des gens qui se cachent derrière un bateau de pêche.. Sans compter Bastet qui va sûrement faire la différence, faudrait juste que je mette la main sur mon flingue...

Oui mais t'es sûr que t'es en forme pour tenter quelque chose ?

T'inquiète pas pour ça.. Je compte pas me laisser faire par une bande de pirates, tant que j'ai mon arme, même dans cet état je peux en descendre quelques-uns. Ils sont beaucoup là-haut ?
http://www.onepiece-requiem.net/t19175-sakina-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t19251-fiche-sakina
avatar
Hotaru


Feuille de personnage
Dorikis: 310
Popularité: 0
Intégrité: 0

Dim 15 Oct 2017 - 18:52

Hotaru se pose pas mal de questions sur la nouvelle, elle serait plutôt jolie, même belle si seulement elle ne se payait pas une tête pareille, on dirait une fille qui s’est défoncée. Ses cheveux sont longs, lisses et foncés sans pouvoir lui définir une couleur précise à cause du noir ambiant et vu leur état ils doivent être aussi difficiles à coiffer que notre rouquine bouclée. Malgré son état misérable ses fringues sont assez stylés.

Bref, elle se re-concentre, un regard en dit long sur une personne, Ru trouve qu’elle a un regard franc et droit et il est possible que ce soit une fille de confiance. Cependant le fait qu’elle parle à son chat comme s’il pouvait la comprendre est étrange et lui donne un petit côté dérangé.

Ru a cru comprendre qu’elle était une chasseuse de prime du coup ce qui semble certain, c’est qu’elle doit savoir se battre. Malgré sa forme olympique à n’en point douter, il vaudrait mieux pour nos deux rousses que la nouvelle sache se défendre, parce que Hotaru seule contre tous, elle ne s’en sortira sûrement pas et surtout pas avec le... Enfin la boulette tremblante.

Et bien, au bas mot j’ai cru en voir une quinzaine, mais en comptant ceux qui sont tombés je dirais un peu moins de dix. De toute manière ils ne savent pas se battre, si tu les avais vus, ils sont ridicules, ce sont des bons à rien. Ils n’écoutent pas leur capitaine, ceux qui en réfléchissant peut les rendre un peu dangereux, vu qu’ils ne savent pas ce qu’ils font. Mais le pire de tous c’est l’autre de tout à l’heure, Théodore. Lui c’est le plus dangereux je pense, avec le capitaine évidemment, vu qu’il a battu celui du bateau ennemi. Sinon la nourriture est convenable, vu qu’on est ses potentielles épouses, je pense qu’il veut nous en mettre plein la vu...

Ru accompagne sa dernière réplique de guillemet avec ses doigts et d’une vilaine grimace. Autant dire que ça ne va pas être de la tarte.

Bon c’est pas le tout mais ils vont bientôt venir nous chercher, donc il vaudrait mieux faire vite pour décider de ce qu’on va faire...

Rien avant que j’ai fini de manger en tout cas, puis après, toi tu coupes, moi je trous.. Le reste ce sera de l’impro...

Hotaru reste pensive, il est indéniable de dire qu’un plan serait sans doute inutile, la fille aux cheveux noirs semble avoir tellement mal à la tête qu’il voudrait mieux se contenter de parler un minimum.

Pour que tu saches déjà un peu, la salle à manger est assez petite, quand tu rentres, au centre il y a la table où se trouve la nourriture puis un meuble à ta droite et un espèce de petit bureau au fond, au-dessus il y a une carte et pour ma part mon sabre se trouvait accroché au mur à gauche mais il l’a sûrement changé de place. Voilà en gros..

Ok, pour ton arme, je te laisse t’occuper de ça, le temps que l'équipage vienne dans la pièce où on sera je suppose que tu trouveras bien quelque chose d’autre si elle est plus là. Moi j’occuperais le capitaine.

Au fait tu t’appelles comment ?

Sakina.

Quant à toi, dit-elle en se tournant vers le foetus, je pense que lorsqu’on aura commencé l'offense, il faudra que tu te mettes dans un coin, je sais que ça doit être dur mais il faudra que tu gardes ton calme, pas d’évanouissements. Ah, je sais cache toi derrière le porte manteau à l’entrée à gauche et dès que c’est bon je viens te chercher !?

Hotaru accompagne ses paroles de caresses réconfortantes en espérant calmer la petite rousse. Elle cesse de trembler et elle se redresse un peu comme pour dire qu’elle fera du mieux qu’elle pourra.

D’accord..

Vivement qu’ils viennent nous chercher..., dit-elle l’estomac gargouillant.

Je vais nous remettre un peu d’aplomb histoire qu’on plaise un peu plus au capitaine, avec un peu de chance on aura plus de liberté...

Ru commence pas celle qui se trouve à terre, elle la positionne assise et commence à lui remettre ses cheveux un peu plus convenablement, elle continue de trembloter, elle a sans doute froid Hotaru se retourne et voit les robes, qu’elles avaient laissées un peu plutôt. Elle décide de reprendre deux couches de robes pour la fille et pour elle, comme ça, elle sera toujours assez libre de ses mouvements et un peu plus présentable.

Vient le tour de Sakina, mais cette dernière n’a pas l’intention de se laisser. Lorsque Ru s’approche d’elle avec un morceau de tissu déchiré de sa robe pudding, Sakina a un mouvement de recul. Elle lui prend le tissu des mains et s'essuie elle-même la figure. Un peu vexée Hotaru va se préparer dans son coin.

Elle se recoiffe tant bien que mal, se nettoie aussi la figure et essaye de lisser sa robe. Elle observe tout le monde.

C’est bon je pense qu’on est à peu près correcte. La bataille va pouvoir commencer...

Après un certain temps, un des pirates se ramène, on dirait que monsieur c’est bien fait remonter les bretelles vu sa tête. Il ne dit rien, chacune à leur tour, les filles sortent, il les entraîne vers l’escalier menant au pond.

Notre rouquine remarque que Sakina est complètement à l’ouest, elle a un peu de mal à marcher droit, son ventre fait un grondement terrible à mesure qu’elle approche du dîner et il semble que son degré de concentrer est fortement réduit. Elle grimace souvent et se massant les tempes. Pas étonnant si elle vient de se prendre une cuite.

Hotaru constate que le bateau a changé de place, comme c’est la seule dans un état à peu près correcte, elle se met à identifier les lieux pour trouver une porte de sortie et la bonne nouvelle c’est qu’il y a la terre ferme pas loin. La petite rousse, elle, essaye de se concentrer sur son unique mission, le combat commence, pas de panique, on se cache et on attend, en espérant secrètement qu’elles ne l'oublieront pas.

De l’autre côté de la porte le capitaine hurle, Sakina se dit que son crâne n’en sortira pas idem, la petite frissonne de peur et Ru reste perplexe sur ce pseudo capitaine.

Capitaine ?

QUOI ENCORE !!????

Le capitaine a ouverte la porte avec un grand fracas et à la surprise général, il était en train se faire tout « beau ». Monsieur boutonnait une chemise avec des froufrou un peu partout, d’une couleur douteuse avec un pantalon en velours vert pomme à faire peur. S’il veut séduire on peut dire que c’est en grande pompe qu’il a choisi sa garde de robes.

Votre repas va être servis et voici vos femmes, ainsi que la nouvelle.

Un peu gêné de la situation, le capitaine se met à sourire bêtement, en dévoilant une dentition peu ragoutante.

Ah, euh oui bien sûr, bien le bonsoir, vous m’excuserez le retour en cellule mais après votre petite excursion et le petit conflit je n’avais guère le choix, j’espère néanmoins que vous avez bien réfléchis à ma proposition et.. Oh mais quelle beauté, mon petit Théodore ne s’était certes pas trompé. Entrée je vous en pris.

Notre excursion, il est débile ou quoi en plus il pense encore qu’il va obtenir un oui de quelqu’un, c’est qu’il y tient à sa femme..

Plusieurs bougies accroché au mur éclaire, la pièce de manière chaleureuse et qui donne une intimité certaine. Sakina fait rapidement le tour de la pièce du regard et s’arrête sur la table, son estomac gronde de plus belle. Ru, elle, est stupéfaite, la salle est méconnaissable, tout a été remis à sa place et elle a été encore plus richement décorée que tout à l’heure. Elle voit quand même que le capitaine est encore plus bête que ses pieds, car son katana est au même endroit, elle fait signe de la tête à Sakina.

Entrant à gauche de la porte il y a le porte manteau, où se trouve pendu des vestes en fourrures, des sacs à main en dentelle, il y a même, allez savoir pourquoi, des colliers en or sertis de diamants. À droite se trouve un très grand miroir somptueusement ornementé.

En dessous du katana, il y a un magnifique vase exotique, avec une plante grimpante en forme de coeur, avec de jolies fleurs roses, rouges et violettes. La fille se demande quelle sorte de fleurs cela peut être. En face, où se trouve le meuble, il y a maintenant dessus tout un tas de petites babioles adorables.

Maman adorerait toutes ses petites choses. Mais.. À quoi je pense, il l’a fait exprès pour nous rendre sensible. Faut faire gaffe.

Au fond, il y a toujours le bureau, Ru n’avait pas remarqué mais près du tabouret, il s’avère en fait qu’il y a un coffre-fort, peut être qu’il n’était pas là tout à l’heure.

Il ne veut pas se marier pour rien en tout cas. Il met toutes les chances de son côté.

Ils s’installèrent tous les quatre autour de la table. Sakina en face du capitaine de telle sorte qu’il peut la scruter des yeux, la petite est à sa droite et Ru à sa gauche. Deux pirates s’occupent de les servir et une fois fini, ils s’éclipsent, les autres sont tous occupés à réparer le bateau.

La table ne manque pas non plus d’en mettre plein la vu, ainsi que les plats qui commencent à être servis et le ventre de Sakina se fait bien comprendre. Devant chaque personne, il y a un service quatre couverts. Les couverts sont en argent massif et les assiettes décorées avec de fins motifs dorés en forme de fleurs. Et ne parlons même pas des verres, en cristal très certainement, qui représente chacun un animal, trois étaient disposés de chaque assiette. Plusieurs plats sont installés et mis à disposition, il y a plusieurs viandes, des légumes, pleins de sauces qui ont l’air délicieuse et ne parlons pas de toutes ses odeurs à faire tomber.

La table est remplie à ras bord, on aurait presque envie d’immortaliser ce moment et de ne rien toucher tellement cet instant ressemble à un rêve. À part le capitaine qui fait tâche...

Trois pirates ont été mis au service, tous les autres étant occupés à réparer le bateau et il fallait bien qu’ils soient au moins trois pour disposer sur une table à côté du bureau, un buffet immense de dessert, tous aussi exquis les uns que les autres. Des fondants au chocolat, du caramel au beurre salé, trois gros puddings et un espèce de gâteau de mariage blanc.

Les trois filles se regardèrent à la vu du gâteau blanc, et cela les refroidit quelque peu. Mais le capitaine fit comme si de rien n’était et il se mit à reparler de sa vie, en la récapitulant pour Sakina qui de son côté s'affaire pour remplir son estomac sans écouter aucun mot. Le message était passé pour toutes les trois, vu toute cette nourriture pourquoi ne pas en profiter n’est-ce pas. Même la petite rousse, a commencé à se détendre et se remet d’aplomb en mangeant, ses joues sont redevenues toutes roses.

Hotaru relève le nez de son assiette pour se resservir lorsqu’elle remarque une petite chose étrange bouger sur le tabouret en dessous du bureau.

Tiens, tiens revoilà le chat, je me demande ce qu’il fabrique, il est sûrement près à l’attaque lui aussi.

Sakina essaye de reprendre un maximum de forces, elle remplit son estomac quand le capitaine lui pose une question, trop occupée devant son assiette garnit elle n’y prête aucune attention.

Le capitaine se racle la gorge et lui dit d’une manière bourru:

Il faut dire, qu’après une cuite c’est bien mieux de se remplir l’estomac mais sache que si tu deviens ma femme l’alcool c’est terminé. Excuse-moi du ton que j’emplois avec toi, c’est que je n’ai pas l’habitude de m’adresser à des femmes aux cheveux bruns et pour en revenir à ma question, qu’est-ce qu’une chasseuse de prime comme toi faisait sur un bateau marchant douteux ?

C’est sûr qu’entre une femme rousse, blonde ou brune ce n’est pas du tout la même chose.. Hum j’avais raison c’est bien une chasseuse de prime.

Hotaru lève les yeux perplexe. Quant à la brune, elle daigne enfin regarder autre chose que son assiette.
avatar
Sakina

♦ Localisation : Shimotsuki

Feuille de personnage
Dorikis: 1214
Popularité: 42
Intégrité: 20

Lun 16 Oct 2017 - 22:22

Bouchée après bouchée j’y vois plus clair, ça m’a rarement fait autant de bien un peu de bouffe. Tout était bon en plus et pas de poisson sur la table ! Le capitaine fait la conversation, un peu seul mais ça ne semble pas le tracasser. Jusqu’à ce qu’il s’adresse à moi deux fois de suite attendant une réponse.

-Il faut dire, qu’après une cuite c’est bien mieux de se remplir l’estomac mais sache que si tu deviens ma femme l’alcool c’est terminé. Excuse-moi du ton que j’emplois avec toi, c’est que je n’ai pas l’habitude de m’adresser à des femmes aux cheveux bruns et pour en revenir à ma question, qu’est-ce qu’une chasseuse de prime comme toi faisait sur un bateau marchant douteux ?

Je prends le verre d’eau qu’il y a juste devant moi et ‘‘gloups gloups gloups gloups gloups’’ AHAAaaa. Rien de tel pour finir un bon repas ! Je repose le verre sur la table PAF ! Et lâche un remerciement de courtoisie BUUURRP !

C’était bien bon!! J’étais loin de m’imaginer que des kidnappeurs de gamines étaient capables de faire si bien à manger !

L’homme fait glisser sa chaise légèrement vers l'arrière, les couverts toujours entre ses doigts, son regard change quelque peu, sa respiration devient plus forte, mâchant son bout de poulet, bouche ouverte, quant aux oreilles de Bastet elles se sont baissées et elle a pris une tout autre posture sur le tabouret, prête à bondir sur le capitaine à tout moment. Quand d’un coup, le capitaine éclate de rire.

HAHAHAHAHAAHAHA !!! Les brunes sont plus marrante que les rousses on dirait ! Il a bien fait de t’apporter à ma table. HAHAHHAAA !!!

Dur de l’énerver le gros, il faut que je sois moins drôle, sérieux ?..

Bon, j’ai pas l’intention de répondre à ta question, surtout que l’autre bateau était bien mieux que celui-ci. Pour ma part ma décision est prise ! Jamais je deviendrais la femme d’un gros porc comme toi.

L’homme tape du poing contre la table, faisant vaciller ou tomber tout ce qu’elle soutenait. Rouge comme une tomate il se met à crier la bouche à moitié pleine, postillonnant des morceaux de poulet un peu partout sur la table.

TU MAGNE MA BOUFFE ET PUIS
;
L’homme arrête d’un coup ses jérémiades, les griffes de Bastet sous la gorge. ça me laisse cinq secondes pour attraper l’arme que m’envoie ma partenaire féline sous ça forme humaine. J’ai du mal à l’attraper, mais une fois bien en main je vise et j’appuie sur la gâchette, l’arme a un recule conséquent, je ne m’y attendais pas ! En même temps pour un gros gars comme ça c’est normal d’avoir une arme bien plus puissante et lourde que la mienne ! La balle vient frôler Bastet qui lâche le gros qui se débat comme un porcin prêt à se faire saigner, Bastet est envoyée sur le bureau derrière qui se casse en mille morceaux et la table qui semblait si massive se fait retourner d’une montée de rage par le gros capitaine pirate. Elle nous passe par-dessus la tête et vient se caler devant l’entrée, bloquant la porte qui mène au pont.

Putin quelle ingratitude ! Plus jamais de brune, PLUS JAMAIS THÉODORE !!!!!!!!

L’homme dégaine son sabre et avance vers moi de ses pas lourds, prêt à en découdre !

La rousse n’a plus de porte manteau ou aller se cacher, tout le petit plan la concernant se voit perturbé, elle cherche une cachette quand d’un coup elle passe à côté du capitaine, allant aider la nouvelle apparue, à se relever du bureau en miette.

Ca va toi, lèves toi on a besoin de toi allez !!

Ça va juste un peu secouée !

Bastet se relève et secoue sa tête avant de repartir à l'assaut du gros lard.

Quant à moi, ce vieux petoire n’est qu’un deux coups, j’ai pas intérêt de me louper cette fois, d'ailleurs comment ai-je pu rater d’aussi près, une si grosse cible !!! J’ai failli toucher Bastet... L’alcool rend vraiment faible. Je lève le double canon vers la poitrine imposante du gros qui vient vers moi, le plancher tremble sous ses pas lourds, je l’ai peut-être sous-estimé. Ou peut-être me serais-je sur-estimée avec tout cet alcool dans le sang ? peut m'importe !

PAN

Le deuxième coup vient se loger dans l’épaule gauche du gros lard qui reçoit le projectile comme une petite tape sur l'épaule. Ça y est, j’ai peur !!!!
http://www.onepiece-requiem.net/t19175-sakina-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t19251-fiche-sakina
avatar
Hotaru


Feuille de personnage
Dorikis: 310
Popularité: 0
Intégrité: 0

Jeu 19 Oct 2017 - 15:31

Après les premières paroles de la brune, Hotaru se tient sur ses gardes, le capitaine ayant changé de comportement, elle s’attend à tout. Sauf à ça, il éclate d’un rire fort et grave qui lui perce les tympans. Hotaru se détend quelque peu mais elle voit que Sakina semble étonnée et contrariée de la réaction du capitaine. Elle ne devait sans doute pas s’attendre à ça et ne voulait sûrement pas l’amuser.

Hotaru manque de s’étouffer avec ses légumes en entendant la deuxième réplique de Sakina. Tout ce qui s’en suit passe à une allure phénoménale. L’homme s’égosille et... Hotaru a du mal à en croire ses yeux, le chat s’est transformé d’un seul coup en une superbe jeune fille. C’est après le premier coup de feu que notre rouquine se réveille, le combat a commencé.

Hotaru se reculer de la table, le capitaine se débat avec tellement de forces et de colère qu’il retourne la table. Ru se cale contre le mur où se trouve son katana, pour l’éviter. Elle s’en saisit et évalue rapidement la situation.

Le capitaine est assailli par Sakina et sa copine ou plutôt son chat, la porte qui mène au pond est bloquée et pour combler le tout, la petite rousse commence à paniquer mais dans un élan de sympathie et de maladresses coordonnées elle va aider la nouvelle arrivée qui a été propulsée sur le bureau.

Vu le boucan, les pirates vont pas tarder à se ramener et en même temps il faudrait dégager la porte.

CHEF, QU’EST-CE QUI SE PASSE ?? CHEF....

Pitié pas Théodore...

Hotaru se précipite sur la porte bloquée, dommage que la rousse est occupée à aider le chat car elle aurait eu besoin d’elle, en plus, Théodore commence déjà à charger. Il est sûrement mieux qu’elle soit là-bas quand le grand colosse entrera, il ne faudrait pas qu’elle soit sur son chemin.

Hotaru s’apprête à tirer sur la table. Elle se place sur le côté droit de celle-ci, à la une, à la deux, à la trois, elle tire fort dessus et réussit à la bouger que de quelques millimètres. Il va falloir tirer plus fort.

Une violente secousse se fait ressentir de l’autre côté de la porte et celle-ci se met à craquer. Hotaru constate même une fissure qui commence à se former. La porte va bientôt céder et il serait propice d’utiliser la force de projection que va déployer Théodore.

Hotaru se prépare. Une seconde après la dernière poussée du second, elle tire de toutes ses forces. Le grand dadet après avoir enfoncé la porte, fût surpris par le poids en moins de la table qui la retenait et il s’étala de tout son long.

Mais rapidement et avec fureur Théodore se relève, sa tête rougie se tourne malencontreusement vers la petite rousse, qui entre temps s’est fait projeter par le capitaine. Dans sa folie il ne fait plus vraiment attention à qui il s’en prend et il est clair que la jeune fille n’est pas une menace.

En le voyant s’approcher d’elle, elle commence à reculer, mais se cogne déjà contre le mur. Hotaru frappe le géant avec son katana dans son fourreau pour le détourner d’elle.

Ce plan a marché sans problème, Théodore se retourne et le regard qu’il lui porte semble venir tout droit de l’enfer.

Il se jette sur elle, Hotaru l’esquive avec fluidité et le frappe à nouveau sur le dos. Théodore devient de plus en plus rouge, presque violet. Il décide d’utiliser une autre tactique. Il réitère sa tentative, en se jetant de nouveau sur elle, il lui balance une droite et lorsque la rouquine va pour l’esquiver vers la gauche, il ne continue pas le mouvement de sa main et lui balance un crochet du gauche.

POURQUOI TU TE BATS PAS POUR DE VRAI. TON KATANA SERAIT SÛREMENT TRÈS HEUREUX DE QUITTER SON FOURREAU.

Hotaru voit des milliers d’étoiles défiler devant ses yeux, sans comprendre l'entièreté des paroles du gaillard, elle tombe abruptement sur le sol. Elle secoue légèrement la tête pour remettre ses idées en place et s’empresse d'esquiver une nouvelle attaque. Elle roule sur le sol et vient se remettre debout.

De son côté, Hotaru voit que le brune semble perplexe, et la chatte s'emploie corps et griffes pour combattre le gros bonhomme.

Son chat se défend bien mais la brune j’ai l’impression qu’elle s’est foutue de moi... Et moi qu’est-ce que je fous, j’ai pas envie de le tuer mais j’aimerais bien retourner chez moi.

En voyant la situation dégénérer elle décide enfin de sortir son katana, de toute manière c’est soit elle, soit lui et quitte à choisir elle aimerait autant que ce soit elle.

Théodore se met à sourire de toutes ses dents en voyant son souhait exaucer. Une lutte acharnée débutes entre les deux. Ru décide de lui infliger plusieurs entailles pour l’affaiblir et peut-être éviter de le tuer, de son côté le balafré ne ménage pas non plus ses coups, il est rapide et Ru ne parvient pas à parer toutes ses attaques.

Mais comme elle pouvait s’y attendre, dans son excès de zèle, Théodore commence à se fatiguer, son corps est en sang et on voit que ses muscles sont tendus à l'extrême sous la trop forte pression qu’il inflige lui-même à son corps. Hotaru essaye de rester souple et de respirer un max malgré tous les coups qu’elle a pu recevoir dans le ventre, à la tête et dans le dos...
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1