AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Medusa

avatar
Sunbae Roona

♦ Localisation : Rokade: putes et socialisme
♦ Équipage : Au sommet du Sein-Ducat: on le nomme le Macro Prolo

Feuille de personnage
Dorikis: 1596
Popularité: +30
Intégrité: 30

Lun 3 Avr 2017 - 4:19

L'île de Heïto, North Blue. Une grande terre sans histoires. Une ancienne mine de cuivre aujourd'hui désaffectée et un port qui l'aurait été aussi sans la présence de l'ULM. L'Université de Laïme de Métallurgie avait, en plus d'un arrangement étrange de ses initiales, permis au port, et donc à l'île, de survivre grâce à l'accueil d'étudiants étrangers. Sous l'impulsion du maire d'alors, et avec le soutien des habitants, Laïme devint une ville de savoir et l'ULM se développa, multipliant le nombre de ses domaines d'études. Aujourd'hui l'établissement scolaire et la ville ont une jolie réputation dans les mers du Nord et nombre de professeurs respectés en sont issus.

Le centre universitaire était bâti sur une petite colline à l'est du port. Une route reliait chacun des embarcadères avec l'ULM en passant par le centre-ville où se trouvait commerces, bars et auberges.
Le bâtiment faisait tâche avec les autres constructions de l'île, plus simples et classiques. Plus grand et en pierre dans sa grande majorité, il était le résultat d'années d'agrandissement au gré des besoins de nouveaux locaux. En résultait un ensemble épars de bâtiments plus différents les uns que les autres qui formaient un tout architecturalement incertain. Ainsi de grandes tours en bois côtoyaient ainsi des bâtisses de marbres blanc et des constructions tout en courbes et lignes subtiles précédaient des architectures aux angles secs et aux contours marqués.

A l'extrémité nord de l'université existait une tour en pierre. Circulaire et haute de deux étages, elle accueillait en son sein le Centre d'Architecture de l'Université de Laïme. C'est au pied de celle-ci que se trouvait Sunbae, voyageur balafré aux cheveux gris et aux yeux bleu acier. Arrivé la veille après avoir, une nouvelle fois, payé son voyage en travaillant sur un navire marchand à destination de Heïto, le jeune homme tambourinait maintenant depuis vingt bonnes minutes sur la lourde porte en bois du Centre.

En effet, quelques jours plus tôt, en feuilletant un journal quelconque, il avait appris la nouvelle. Sur l'île d'Heïto, un éboulement de terrain avait révélé des ruines sous l'ancienne mine de cuivre. Une anecdote intéressante qui fit ajouter la petite île à sa liste des endroits où passer parce que bon, y a quand même des trucs intéressants à voir. Mais ce qui poussa le Roona à venir au plus vite était un fait divers relaté quelques pages plus loin. Sur la même île et peu de temps après la découverte des ruines, des statues en métal avaient fait leur apparition.

Et c'était curieux.

Ça suffisait en tout cas à Sun' pour justifier un passage inopiné. Ne serait-ce que pour calmer  les clignements de paupières incontrôlés qui agitaient son œil droit, signe chez lui d'une grosse envie de vérifier par soi même.

Lorsqu'il était arrivé en ville, il avait tout de suite remarqué l'ambiance pesante qui y régnait. Quelques discussions avec des locaux lui avait suffit pour découvrir le problème: des gens avaient disparu lors des premières fouilles des ruines.

Et maintenant c'était intriguant. En plus de commencer à faire beaucoup de coïncidences.

Et c'est pour cette raison qu'il se retrouvait à frapper comme un sourd contre la lourde porte du Centre Archéologique de L'Université de Laïme de Métallurgie. Sans succès jusqu'à maintenant. Et, facilité scénaristique, c'est alors qu'il s'apprêtait à jeter l'éponge qu'il entendit le cliquetis caractéristique d'une serrure sur le point d'être déverrouillée. La porte s'ouvrit et, dans son encadrement, apparut un petit homme aux cheveux blonds. Le balafré le salua.

Le Professeur Rozel MacHarry était un trentenaire que l'on avait tendance à croire malade. De deux têtes plus petit que Sunbae, l'universitaire avait une silhouette frêle et ses épaules semblaient porter un poids bien trop lourd pour elles. Il semblait d'ailleurs pouvoir s'effondrer à tout moment. Un teint cadavérique et des yeux verts pâles sous lesquelles on remarquait de lourdes cernes ne faisaient que confirmer l'état de fatigue du bonhomme. Le portrait était complété par une tignasse fournie et un sourire nonchalant.

_ Bonjour, commença-t-il mollement, désolé pour l'attente. C'est pourquoi?
_ Désolé pour le dérangement, Monsieur...?
_ Professeur.
_ Désolé pour le dérangement, Professeur...?
_ Professeur MacHarry.
_ Et bien, Professeur MacHarry, je m'présente Sunbae Roona et je viens pour...
_ Ah oui! L'annonce. Mais entrez donc, j'vous en prie.


L'annonce?

Le balafré n'eut pas le temps de réfléchir qu'il était déjà invité à entrer. Il se retrouva dans ce qui ressemblait à un amphithéâtre antique avec des bancs en bois et une estrade. Sur cette dernière trônait un bureau en bois, bien trop grand pour être chose qu'une démonstration de pouvoir.
Ils ne s'arrêtèrent pas et continuèrent leur chemin jusqu'à un petit escalier situé derrière le tableau gigantesque au fond de la salle. Le duo monta les marches jusqu'à arriver dans un couloir en arc de cercle ornementé de nombreuses portes. Ils entrèrent dans la deuxième à gauche et se retrouvèrent dans un petit bureau aux fenêtres nombreuses. Au centre de la pièce était posée une longue table sur laquelle une ribambelle de livres et de documents s'entassaient jusqu'à former de véritables tours de papier.

_ Installez-vous! Faites comme chez vous. Je vais me chercher un thé, vous en voulez?


Et MacHarry sortit du bureau sans attendre de réponses, laissant Sunbae seul. Ne sachant combien de temps sa chance durerait, il entreprit de fouiller un peu dans tout ce fatras, histoire de. Malheureusement pour lui, la plupart des papiers étaient soit écris dans des langages inconnus du jeune homme, soit des cartes aux données géographiques bien trop compliquées pour lui. Le reste devait probablement être les observations du Professeur mais elles étaient pleines de termes techniques et tout était en abrégé. Code ou sténo, elles étaient presque illisibles. La seule information qu'il pu en tirer était que les ruines avaient une taille bien plus importante qu'annoncée dans les journaux. Elles semblaient immenses et serpenter sous la quasi-totalité de l'île.

Lorsque l'archéologue revint dans la pièce, son invité était sagement assis sur une chaise donnant sur l'une des fenêtres. Le trentenaire ne tenait qu'une seule tasse de thé et semblait avoir toutes les difficultés du monde à la porter comme un être humain décent. Il s'assit en face de Sun', huma son breuvage avant d'en avaler une gorgée et d'en soupirer de plaisir. Il entama alors la conversation.

_ Bon...où en étions nous?
_ ...
_ ...
_ L'annonce
. Dit finalement Sunbae se rendant compte que MacHarry avait réellement oublié.
_ Ah oui! Donc, je recherche un assistant de terrain pour mes recherches dans les ruines de Sixce. Je sais pas si vous êtes au courant, on a nommé les ruines hier soir. Elles s'apparentent à une cité Sainque, une civilisation qui a colonisé plusieurs îles de la région il y a très longtemps de cela.

Le scientifique s'arrêta une seconde, enfin conscient qu'il s'était encore laissé emporté. Il toussota pour reprendre de sa constance.

_ Enfin bref, tout le personnel disponible du Centre Archéologique a été affecté aux recherches et j'ai donc besoin de toute l'aide possible. Vos tâches seront de...
_ Mes tâches?
_ Oui, vos devoirs, vos responsabilités, tout ça.
_ Vous voulez dire que j'ai le job?
_ Tout à fait.
_ Mais...comme ça. Pas d'entretien d'embauche?
_ Non, j'ai besoin de toute l'aide possible. Bien sûr l'administration vérifiera vos antécédents criminels mais c'est tout.
_ Ok...du coup qu'est-ce que je devrais faire?
_ Oui. Donc vos tâches. Vous devrez faire la liaison entre moi et les autres professeurs et chercheurs, vous me transmettrez tout les documents slash informations qui devront l'être. Vous photographierez également toutes les inscriptions des salles nouvellement explorées ainsi que les différents reliefs visibles. Bref, tout.
_ Je peux savoir pourquoi?
Demanda le balafré.
_ Premièrement pour en avoir des traces en cas d'éboulement dans les ruines et ensuite parce que je ne met pas les pieds dans ces ruines parce que y'a des risques d'éboulement. Là bas vous serez donc mes yeux et mes oreilles, ainsi qu'une aide précieuse pour tous les archéologues présents.
_ Ouais, j'serais un larbin quoi.
_ Non, pas un larbin. Mon larbin
, précisa MacHarry, visiblement plutôt fier de cet état de faits. Votre priorité sera l'archivage des données et la transmission des informations.
_ Larbin "super +" du prof donc...
_ Ca veut dire que vous êtes d'accord?
S'exclama le Professeur, validant au passage l'appellation "Larbin Super +".

Il l'était. Evidemment. Dans quelles circonstances aurait il pu rêver d'accéder à un site archéologique aussi facilement et ainsi satisfaire sa curiosité?

Il accepta donc les termes du contrat, salaire minimum mais prime de risque du à l'instabilité géologique, à la grande joie de l'archéologue qui, pour fêter ça alla de nouveau leur chercher un tasse de thé.

Il oublia encore celle de Sunbae...


Dernière édition par Sunbae Roona le Mer 3 Mai 2017 - 19:40, édité 3 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t19556-sunbae-ou-l-eloge-de-l-ennuihttp://www.onepiece-requiem.net/t19570-here-comes-the-sun#215618
avatar
Sunbae Roona

♦ Localisation : Rokade: putes et socialisme
♦ Équipage : Au sommet du Sein-Ducat: on le nomme le Macro Prolo

Feuille de personnage
Dorikis: 1596
Popularité: +30
Intégrité: 30

Mer 5 Avr 2017 - 2:26

Cela faisait maintenant cinq jours que Sunbae travaillait comme assistant de Rezol MacHarry au Centre d'Archéologie de l'Université de Laïme de Métallurgie. Et c'était étonnamment plaisant.

Il avait certes de nombreuses tâches à accomplir mais avec un peu d'organisation et de filouterie, il avait réussi à concentrer sa charge de travail à quelques heures.
Il transmettait les divers rapports au Professeurs MacHarry deux fois par jour, profitant du fait d'avoir des papiers sur lui pour esquiver les demandes d'autres archéologues. Devant également photographier les moindres recoins de ruines déjà explorées, il en profitait pour les arpenter à sa convenance, rassasiant ainsi sa curiosité.

Les ruines de Sixce étaient d'ailleurs plutôt surprenantes. Construites par les Saincques, un peuple troglodyte ayant colonisé les îles alentours, on leur supposait plusieurs entrées cachées dans les montagnes. Celle utilisé par les chercheurs se situait au pied de l'ancienne mine de cuivre, elle même situé à flanc de montagne au nord de Laïme.
Elle avait été révélée par un glissement de terrain et n'était au final qu'un trou dans le sol. Des échelles permettaient d'y descendre et de poser le pied dans l'ancienne cité, quelques mètres plus bas.

Plus proche du labyrinthe que de la ville, Sixce était un enchevêtrement de couloirs de pierre de six mètre de hauts pour trois de large s'ouvrant parfois pour créer des "places" de tailles et d'allures variables. Pour l'instant il y 'en avait six de découvertes et toutes semblaient être des lieux de vie équipés de puits et de renfoncement dans la roche qui, d'après les scientifiques, étaient probablement d'anciennes habitations.
Se trouvant sous terre, les murs des ruines avaient été équipés de torches et de lanternes pour combattre l'obscurité. Cela permettait de voir que des pictogrammes décoraient les couloirs et sur certains bâtiments de longs textes en écriture cunéiforme étaient visibles.

A l'heure actuelle, Sunbae était en pleine pause repas dans la deuxième place découverte. C'était un grand espace avec en son centre une fontaine depuis longtemps asséchée. C'est assis sur le rebord de celle-ci qu'il mangeait tout en discutant avec les deux archéologues responsables de l'exploration des ruines: les Professeurs Lara Jones et Indiana Croft.

La première était une jeune femme athlétique, de grande taille, aux cheveux et aux yeux noirs. Sa longue chevelure était ramenée en une tresse lui descendant jusqu'au bas du dos. Ses lèvres charnues et son menton légèrement relevé en toutes circonstances lui donnait l'air de prendre les reste du monde de haut. Elle était vêtu d'un pantalon de cuir moulant ainsi que d'un débardeur. Ajouté aux pistolets attachés à sa ceinture, elle n'avait pas vraiment l'air d'une scientifique.
Remarque que l'on pouvait également se faire cette réflexion à l'égard de son confrère. Coiffé d'un stenton, équipé d'un fouet ainsi que d'un revolver et habillé à la mode d'Hat Island : jean, bottes, chemise et veste en cuir. Un peu plus vieux que la femme, il avait également l'air bien plus sympathique au premier abord. Une fossette au menton sous un sourire ironique, de légères rides au coin de ses yeux sombres et un gros nez à la forme singulière participaient à son allure avenante.

Les trois énergumènes étaient en pleine conversation.

_ ...et l'estrade au fond était probablement une scène pour permettre à la foule de voir les différentes cérémonies, expliquait Lara Jones en pointant du doigt la surélévation du sol quelques mètres plus loin.
_ Oui, enfin c'est si tu suppose que c'était un lieu de culte. Il est tout a fait possible que ce soit en réalité une simple place avec étals et tout le touin-touin. Lui répondit le second professeur.
_ Et pour l'estrade?
_ Rien d'autre qu'une estrade, pour les annonces officielles et tout ça.
_ Ils pratiquaient une religion particulière? Les sainques j'veux dire.
Intervint Sunbae, pas prêt à devoir faire face à une dispute entre les deux scientifiques.
_ Pas vraiment si l'on se réfère à ce que l'on considère comme une religion aujourd'hui, commença le Professeur Croft. Ils avaient tout un panthéon d'esprits et de créatures mythologiques auxquels ils rendaient hommage mais on peut pas vraiment parler de religion.
_ On pense également que leurs cérémonies sacrées étaient plus des événements voués à rassembler le peuple et renforcer le pouvoir en place que de réelles cérémonies religieuses.
_ Pourquoi penser que c'est une place religieuse si c'est pas vraiment leur style?
Demanda le balafré à la brune.
_ Justement parce qu'elle sort de l'ordinaire.

Sunbae était confus. La place était presque vide d'aménagements et rien ne lui donnait l'impression de sortir de l'ordinaire. C'est Indiana qui repris, conscient que le jeune homme ne comprenait pas.

_ Habituellement les sainques établissaient leurs lieux de culte dans des cavernes naturelles. Les recherches sur les autres sites archéologiques nous ont permis de comprendre que certains pictogrammes et certaines écritures en marquaient les murs.

Il montra une série de signes sur la plinthe en pierre marquant l'entrée de la salle.

_ Ceux-ci y ressemblent fortement. Je crois que c'est pour ça que ma collègue pense que c'est une place religieuse. Mais comme je vous l'ai dit, l'endroit ne correspond pas et donc je pense le contraire.
_ C'est parce que vous n'avez aucune imagination, l'archéologie a besoin d'interprétations pour avancer.
_ L'archéologie est une science, c'est en emmagasinant des données que l'on peut déduire la réalité des faits passés.


Et c'est reparti se dit Sun'.
Il aimait bien les deux professeurs mais, bien que ceux-ci formait apparemment une excellente équipe de recherche, ils ne pouvaient discuter sans finir par se disputer. Ce que le balafré trouvait dommage tant leur conversation était intéressante lorsqu'ils étaient ensemble. D'autant plus étrange que pris à part les deux archéologues avaient tendance à monologuer comme de vieux professeurs et devenaient généralement ennuyeux comme la mort.
Ayant fini de manger, et sentant qu'il n'était plus possible d'arrêter le débat sur la qualité la plus importante chez un archéologue, le Roona décida de laisser le couple là et d'aller livrer les derniers rapports des équipes au professeur MacHarry.

Il emprunta un couloir en direction du sud, l'arpentant sur une centaine de mètres, et arriva à la sortie. Il monta l'une des échelles remontant à la surface et se dirigea vers l'ULM et le Centre d'Archéologie. Cependant, comme à son habitude, il s'arrêta plusieurs minutes à l'orée du camp entourant l'entrée des ruines.

C'était à cet endroit qu'il y avait le plus de statues. Des statues en cuivre apparues depuis le glissement de terrain ayant révélé Sixce. Toutes représentant des animaux. Toutes apparues du jour au lendemain. Toutes d'un réalisme confinant à l'étrange. Quand on les regardait on s'attendait presque à les voir bouger. C'en était...dérangeant.
Il y en avait seize dans le coin, six de plus que lorsque Sunbae était arrivé. Il les avait toutes observées pendant de longues minutes et n'avait aucune idée de comment elles avaient bien pu être fondu en l'espace d'une nuit avec un tel niveau de détails. C'était un mystère qui ne cessait de faire tiquer le jeune homme d'autant plus qu'il n'avait pas le début d'une réponse.

C'était comme les personnes qui avaient disparu dans les ruines. L'inquiétude planait au sein du campement et personne n'avait d'explications autres que "ils se sont perdues en explorant le labyrinthe". Loin d'être suffisant pour le balafré. D'autant qu'il se souvenait d'en avoir parlé avec les professeurs Croft et Jones lorsqu'il les avait rencontré.

*
***
*

_ ...et nous sommes les responsables de l'équipe d'exploration. Ravi de faire votre connaissance monsieur Roona.
_ Tout le plaisir est pour moi Professeur Jones
, dit Sunbae en serrant la main tendue par Lara Jones avant de répéter l'opération avec le Professeur Croft.
_ Comme nous sommes la plupart du temps dans des parties encore inexplorées des ruines, vous devrez les laisser dans la tente d'administration au Trou. C'est comme ça qu'on appelle le campement à l'entrée des ruines, lui précisa Indiana en répondant à sa poignée de main.

Comprenant qu'il ne pourrait probablement pas reparler à ces personnes de manière régulière, il profita de l'occasion qui se présentait pour se renseigner sur les personnes disparues. Il espérait encore pouvoir régler l'affaire rapidement. Naïf.

_ Ça doit être excitant quand même, non? Etre les premiers à voir ce qu'aucun œil humain n'a vu depuis des centaines d'années, leur déclara-t-il d'un air rêveur.
_ C'est l'pied! Dirent-ils d'une même voix avant de se regarder, rougir et détourner les yeux.
_ Mais bon ça peut être dangereux, reprit Indiana Croft après une toux de rigueur. Il y a quelques pièges disséminés ça et là.
_ Sans oublier le fait que Sixce soit un labyrinthe.
_ Ça fait quand même envie. En vérité, quand j'ai vu l'annonce pour le poste d'assistant du Professeur MacHarry, j'ai cru que c'était justement pour rejoindre l'exploration
, soupira Sunbae.
_ Haha! Non pour ça on engage des mercenaires spécialisés.
_ On passe par une agence avec laquelle on a l'habitude de travailler. Bon c'est sûr que niveau salaire on raque, mais bon on va pas se mettre à engager des amateurs. C'est pas non plus la foire. Puis faudrait pas non plus prendre du bourrin qui va tout péter ou autre, c'est de l'archéologie pas du tourisme et ...
_ Ouais voilà, enfin reprenez-vous ma chère, je crois que vous vous emballez.
_ Non mais c'est vrai quoi! Je sais pas qui ils nous ont envoyé cette fois mais partir comme ça tout seul pour se perdre comme des idiots. Qu'est-ce qu'ils foutent à l'agence!
Explosa le professeur Jones.
_ Lara, très chère, calmez-vous voyons.
_ Donc y'a vraiment des personnes qui ont disparues?


Le duo s'arrêta une seconde et ils examinèrent longuement le Roona d'un œil suspicieux.

_ Ne vous inquiétez pas, les chemins encore inexplorés sont indiqués, dit finalement le professeur Jones supposant que l'homme était tout simplement soucieux de sa propre sécurité.
*
***
*
Il avait alors compris que les hommes disparus étaient tous des hommes expérimentés, ou en tout cas supposés l'être. Il trouvait donc que les probabilités que ces hommes se soient simplement perdus, relativement faibles.

Sur l'île d'Heïto, tous les mystères restaient donc entiers. Sunbae allait devoir accélérer ses recherches s'il ne voulait pas commencer à s'ennuyer de la situation.

Il commencerait ce soir.


Dernière édition par Sunbae Roona le Mer 3 Mai 2017 - 19:51, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t19556-sunbae-ou-l-eloge-de-l-ennuihttp://www.onepiece-requiem.net/t19570-here-comes-the-sun#215618
avatar
Sunbae Roona

♦ Localisation : Rokade: putes et socialisme
♦ Équipage : Au sommet du Sein-Ducat: on le nomme le Macro Prolo

Feuille de personnage
Dorikis: 1596
Popularité: +30
Intégrité: 30

Mar 11 Avr 2017 - 6:11

La nuit était claire mais froide sur Heïto. Une fine pellicule de neige recouvrait le sol et Sunbae faisait de son mieux pour minimiser le son de ses déplacements.

Il se trouvait à une dizaine de mètres du Trou, le campement marquant l'entrée des ruines de Sixce. Il entendait les bruits habituels que produisait un repas arrosé et des débats houleux au sein d'un petit comité.

Il n'aurait aucun mal à passer discrètement.

Il s'approcha des tentes en restant silencieux mais en poussant un peu l'allure, souhaitant avant tout éviter un rencontre malvenue avec quelqu'un souhaitant assouvir un besoin pressant. Il fit le tour des tentes mais s'arrêta lorsqu'il entendit des éclats de voix à l'extérieur du camp, non loin des échelles menant au site archéologique. Deux silhouettes se trouvaient au bord du précipice. L'une était imposante mais la seconde, bien que plus petite, ne perdait pas en terme de carrure.
Le Roona les reconnut. C'était Zoko et Rimley, deux membres de l'équipe d'exploration. Le premier avait de longs cheveux blonds et était vêtu d'une simple tunique grise, un sabre pendait à sa ceinture. L'autre, aux cheveux poivre et sel et à la coupe militaire, était vêtu plus richement et l'on entendait tinter ses diverses bagues et colliers alors qu'il s'agitait. Les deux hommes se disputaient.

_ Voyons Zoko, tu peux pas partir seul et en pleine nuit.
_ Laisse moi tranquille Rim'! J'connais Jo depuis des années et c'est pas ses premières ruines ou son premier labyrinthe. C'est impossible qu'il se soit perdu!
_ On finira par le retrouver pendant l'exploration. Tu l'as dis toit même, c'est un pro. S'il s'est perdu, il restera où il est et alors on le retrouvera tôt ou tard.
_ J'te dis qu'il a pas pu se perdre! Et même si c'était le cas ça fait presque une semaine...il pourrait très bien être en train de mourir de soif ou d'faim à l'heure où on parle.
_ C'est justement pour ça que tu dois réfléchir! Qu'est-ce que tu feras si tu le retrouves maintenant!?
_ Arrête de vouloir m'arrêter Rim'! Je descend. A toi de voir si tu m'suis ou non.

Sur ces mots Zoko se laissa glisser le long d'une échelle. Après avoir lancé quelques insultes et un long soupir, le deuxième mercenaire suivit le premier.

C'était une chance.

Sunbae n'avait pas prévu de descendre dans les ruines le soir même, c'était simplement un première évaluation. Il n'avait d'ailleurs même pas forcément prévu de descendre une nuit, c'était simplement une possibilité qu'il devait préparer. Il y'en avait d'autres. L'idéal aurait été de gagner la confiance des Professeurs Croft et Jones et ainsi entrer dans l'équipe d'exploration mais il ne voyait pas comment les convaincre en étant un simple assistant.
Descendre le soir même en suivant les deux mercenaires c'était prendre le risque de se faire attraper dans l'acte et, probablement, se faire virer par la même occasion. Mais c'était aussi l'occasion parfaite pour avoir des "guides" expérimentés lui ouvrant la voie.

Il décida de les suivre.

Il s'approcha du bord, vit les deux hommes s'éloigner dans le labyrinthe, attendit qu'ils aient disparu dans l'un des couloirs et descendit. Dans les zones qu'il connaissait, le balafré se contenta de les suivre au son. De toutes façons les longs couloirs en courbe ne permettaient pas de suivre quelqu'un discrètement. Surtout depuis que des torches constamment allumées les ornaient.
Il les fila ainsi quelques minutes jusqu'à ce qu'ils arrivent à l'entrée d'un couloir menant à un zone non explorée. Les mercenaires s'arrêtèrent le temps de saisir d'une lanterne et s'engagèrent dans le couloir obscur.

Devant le panneau indiquant la fin de la zone sécurisé et le début de la non explorée, Sunbae hésita une seconde. S'il souhaitait avancer sans se faire repérer, il lui faudrait le faire sans torche, au risque de naviguer dans le noir. Il sourit légèrement à l'idée et s'enfonça à son tour dans les tréfonds du labyrinthe. Cette filature l'amusait au plus haut point.

Il gardait une dizaine de mètres de distance avec Zoko et Rimley, les suivant à la lumière qu'ils transportaient et aux sons qu'ils produisaient. Les deux compères avançaient prudemment et lui, dans le noir, avec encore plus de précautions. Il tâtonnait, s'efforçant de se concentrer sur les bruits de pas devant lui, s'arrêtant lorsque les deux explorateurs stoppaient leur avancée pour sécuriser un éventuel piège.
Au bout d'un moment, marchant arc-bouté pour plus de discrétion et dans la pénombre totale, Sun' put remarquer que les murs semblaient briller d'une légère lueur bleutée. Un phénomène plaisant à l'œil et qui permit surtout au balafré de marcher, enfin, en étant sûr d'où il mettait les pieds. Puis il remarqua les ombres au pied du mur. Ou plutôt des "trous" dans la lumière que produisait la pierre. A ces endroits la roche avait été comme raclée et présentaient des stigmates similaires à ce que des griffes produiraient sur du bois.

Il ne put y prêtait plus d'attention, effrayé à l'idée de perdre de vue ses "guides" qui s'éloignaient et s'apprêtaient à disparaître au détour d'un virage. Les deux hommes, sérieux et professionnels, communiquaient au minimum et leurs interactions se limitaient à quelques mots, gestes et onomatopées lançaient lorsque la situation l'exigeait. C'est pourquoi Sunbae arrêta tout de suite de marcher lorsqu'il entendit l'un des deux siffler d'admiration. Il se rapprocha et put les entendre discuter.

_ Et ben...
_ Comme tu dis.
_ Les profs vont nous en vouloir d'avoir découvert ça sans eux.
_ Ah ça, fallait y penser avant de commencer à fouiller les ruines Zoko. C'est trop tard maintenant. Quoi qu'il en soit je me demande ce que c'est comme salle.
_ Ouaip. Une chose est sûre, c'est la plus grande qu'on est vu jusque là.
_ Et la plus flippante.


Sunbae avança un peu pour pouvoir regarder cette fameuse salle. Elle était effectivement immense, semblait faire la taille d'une petite ville et la lanterne des deux mercenaires ne suffisait pas pour l'éclairer dans sa totalité. Deux rangées de piliers s'enfonçaient dans l'obscurité, on pouvait y voir des inscriptions, brillant d'un bleu similaire au couloir traversé mais avec plus d'intensité. Aucun autre élément n'était alors visible et la salle semblait n'être qu'un immense espace vide.

Puis les mercenaires avancèrent. Après seulement quelques pas leur lanterne révéla ce qui ne pouvait être vue plus tôt.

_ Des statues!
_ Et pas qu'un peu...apparemment y'en a partout.


Effectivement, comme put l'observer plus tard le balafré, la salle était pleine de statues. Des statues de métal, probablement en cuivre. Toutes d'un réalisme aussi saisissant qu'effrayant. Toutes représentant des humains dans des positions de prières ou de supplications.

_ Je me demande combien peut bien y'en avoir.
_ Plusieurs dizaines? Peut-être plus...
_ 'Tain, c'est flippant on dirait des vrais gens.
_ Puis ces positions quoi...moi ça m'fout les glandes.
_ T'as raison Rim'. Allez, on reprend, faut retrouv...

Un bruit les arrêta. Raisonnant en échos, il venait de l'intérieur de la salle où ils étaient. Il se répéta plusieurs fois. Il était le son désagréable qui se produit lorsque l'on frotte des roches les unes aux autres. Dans un long raclement. Il se répétait à un rythme régulier et semblait se rapprocher des deux mercenaires qui, en bon professionnels, avaient sortis leurs armes parce qu'on sait jamais. Mais de la même manière qu'il était apparu subitement, le bruit s'arrêta et les mercenaires reprirent un ton plus bas.

_ C'était quoi ça?
_ D'après les profs, y'aurait d'autres entrées que le Trou. C'est peut être un animal venant de l'extérieur.
_ Possible. Ça pourrait aussi être un petit éboulement.
_ Ça ressemblait plus à une bestiole qui gratte contre le mur pour moi.


Après quelques secondes d'attendre, ils décidèrent qu'il était temps de reprendre la route et donc leur mutisme quasi-complet. Ils avançaient désormais très lentement et, profitant des piliers pour se cacher, Sunbae les rattrapa un peu. Lui aussi était inquiet à propos de ce bruit et son esprit commençait à imaginer quelques funestes destins dus aux griffes et crocs d'animaux mystiques. Il tenta de se changer les idées en portant un œil attentif sur les statues.
Comme pour celles d'animaux à la surface, il fut surpris par leur réalisme et de la même manière se demanda comment un tel miracle artistique avait pu être possible. Elles n'avaient nullement été sculpté et semblaient avoir été fondus dans un moule. Mais alors ce devait être le plus détaillé et parfait des moules jamais conçus. Elles étaient vraiment un mystère complet.

Finalement, Zoko et Rimley arrivèrent au fond de la salle et empruntèrent le couloir adjacent, partant vers l'est. Au moment où Sunbae s'apprêta à arpenter le même couloir, une ombre, aux contours étranges formés par la lueur des murs, le dissuada d'avancer plus longuement. Seul l'instinct amena le jeune homme à se cacher dans l'ombre du mur de la sortie.

C'est ainsi qu'il put la voir passer.

La créature, bipède, dépassait aisément les deux mètres et sa peau était d'allure reptilienne. Bossue, sa tête reposait bien en-dessous du point culminant de sa hauteur et une longue queue, pourvue de pics osseux, brassait l'air derrière elle d'un lent mouvement latéral. Une grande partie de son corps était recouverte de tissus rapiécés tenant apparemment lieu de vêtements, preuve d'une certaine forme d'intelligence. S'il n'avait pu voir son "visage", Sun' avait tout de même pu apercevoir son profil et il ressemblait à celui d'un crocodile. Museau allongé, yeux jaunes à la pupille fendue et crocs acérés dépassants de sa mâchoire.

La bête suivait les deux mercenaires et lui décida de la suivre. Il n'avait pas le choix, n'ayant de toute façon aucune idée de comment retourner à l'entrée du labyrinthe sans l'aide des deux hommes.

Il se demanda s'il devait attaquer la créature mais se retint de toute velléité agressive. Premièrement il n'avait aucune idée si la créature était hostile ou non, certes elle était effrayante mais on ne pouvait négliger sa probable intelligence, et se référer à son apparence pour la juger semblait quelque peu...inconvenant. Et secondement elle ne l'avait pas remarquer et, franchement, si elle était agressive envers les humains alors il préférait que ça reste ainsi.

La double filature dura un certains temps, et Sunbae commençait à se demander quelle heure il pouvait bien être. Il était entré dans les ruines de nuit mais combien de temps avait-il encore avant le lever du soleil? Il n'eut pas le temps de se poser la question bien longtemps cela dit.
Les mercenaires étaient arrivés à une intersection et quelque chose les arrêta dans leur marche en avant. Le balafré n'entendit d'abord qu'un cri.

_Aaaaaaah!!!
_ Oy! Zoko! Qu'est-ce qu'y t'prend!? Pourquoi tu gueules!?
_ C'est...c'est...c'est Jo putain!!!


Tout s'enchaîna ensuite très vite. Surprise par ces éclats de voix soudains, la créature s'agita soudainement, les pics sur sa queue raclèrent le mur, attirant ainsi l'attention de Rimley qui se retourna pour lui faire face. Il en fut sidéré. Littéralement. La seconde où il posa ses yeux sur la bête, il fut transformé en statue de cuivre. Figé à jamais dans une expression de surprise mêlée d'horreur. Zoko resta un instant coi à côté de son collègue statufié sans faire attention à la créature, trop surpris pour bouger. Et c'est ce qui lui sauva la vie.
Car, sans avoir le temps de réellement y penser, Sun' se jeta sur la créature. Son calcul avait fait un calcul simple: sans guide, pas de retour possible. Son corps avait agi.
Il la frappa dans le dos les deux pieds en avant. Elle en fut déséquilibrée et tomba en avant. Lui se releva immédiatement, attrapa le mercenaire par le bras et l'entraîna à sa suite. Ils empruntèrent, en courant et en sens inverse, le chemin qu'ils avaient parcourus séparément quelques secondes plus tôt et ne s'arrêtèrent qu'une fois le balafré intérieurement rassuré sur sa sécurité.

Zoko, mercenaire aguerri, approchait des quarante ans. Autour du monde, au service du plus offrant depuis presque vingt ans, il en avait vu de belles. Il avait passé les dix premières à se battre sur des champs de bataille et les dix suivantes à protéger des scientifiques explorant des zones dangereuses du globe. Il avait vu son lot d'horreurs et d’événements dépassant l'imagination. De plus, malgré son apparence et son côté un peu bourrin, l'homme était du genre à planifier, supposer et prévoir ce qui ne pouvait l'être, après tout, on était jamais assez préparer à l'inattendu. Cependant, voir son pote se transformer en statue de métal avant d'admirer un grand maigrichon asséner un dropkick à un lézard géant n'avait jamais fait partie de ses suppositions. Même les plus absurdes. Il se raccrocha donc à une donnée plus concrète.

_ Qu'est-ce tu fous là? T'es pas l'assistant de MacHarry? Demanda-t-il à l'adresse de Sunbae.
_ J'vous ai suivi parce que j'vous ai entendu parler et sérieux? Après le monstre qui change les gens en statue tu te concentres sur le mec qui t'as sauvé la vie? Quitte à faire ça tu pourrais au moins dire merci.
_ Comment ça "qui change les gens en statue"?
_ Ben quoi t'as bien vu, non? Rimley a regardé la créature et pouf! Statue.
_ C'est pas comme ça que j'décrirais c'que j'ai vu, j'veux dire, j'ai vu d'Jo. Enfin, plutôt une statue qui lui ressemblait vachement. J'ai cru que c'était lui un moment et...
_ On s'en fout! Faut s'barrer. Maintenant. Tu sais comment retourner au Trou?


Le mercenaire failli s'énerver devant le manque d'empathie de son interlocuteur mais il reconnut la légère panique qui transparaissait dans la voix du jeune homme et retint donc sa colère. Mais cette montée d'émotion l'avait réveillé. Il avait raison, ils devaient partir et informer les autres de ce qu'ils avaient découvert: une créature rodait dans les couloirs et, possiblement, changeait les êtres vivants en statues. Ce qui était probablement le destin qu'avaient connu les personnes disparues.
Il l'invita donc à le suivre et, ensemble, se rendirent jusqu'à l'entrée des ruines. Le chemin fut long. Le duo avançait prudemment en s'arrêtant au moindre bruit perçu, tentant d'en identifier la provenance, aucun d'eux ne souhaitant finir en bout de métal. Il n'arrivèrent à destination qu'une fois le soleil levé.

Ils avaient passé la nuit dans les ruine de Sixce. Pour se retrouver face aux Professeurs Jones et Croft. Visiblement énervés.

Leur journée venait juste de commencer et rien ne semblait indiquer qu'elle serait sympathique.


Dernière édition par Sunbae Roona le Mer 3 Mai 2017 - 19:55, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t19556-sunbae-ou-l-eloge-de-l-ennuihttp://www.onepiece-requiem.net/t19570-here-comes-the-sun#215618
avatar
Sunbae Roona

♦ Localisation : Rokade: putes et socialisme
♦ Équipage : Au sommet du Sein-Ducat: on le nomme le Macro Prolo

Feuille de personnage
Dorikis: 1596
Popularité: +30
Intégrité: 30

Mer 19 Avr 2017 - 2:35

Il était enfin dans sa chambre. Enfin, le dortoir dans lequel on lui avait assigné un lit. C'était pas top et ne garantissait pas un pleine intimité, mais c'était gratuit. Sunbae était exténue et il se laissa tomber sur son lit, s'effondrant presque. Il n'avait pas dormi depuis la veille et ressentait toute la fatigue qui en découlait. Il verrait le lendemain quelles seraient les conséquences de la nuit et de la matinée qui venaient de passer.

*
***
*

Il était dans une des tentes du campement près du Trou. A l'intérieur, le mobilier était réduit au minimum, quelques chaises, une longue table ainsi qu'un comptoir où reposaient divers aliments et boissons. Assis sur une chaise à côté de Zoko et face aux professeurs Jones et Croft.
Sunbae venait de terminer son récit. Il était penché en avant, les yeux posés sur le sol et les mains serrées au point d'en blanchir les jointures. Il tentait de cacher ce qu'il ressentait. Pas discret, les autres pouvaient voir son manège mais se trompait sur l'émotion cachée derrière ce comportement. Ils pensaient qu'il était effrayé, proche de l'état de choc, il avait tout de même arpenter de nuit des ruines ancestrales et rencontrer dans son périple une créature sortant tout droit d'un conte pour enfant. Du genre avec des monstres qui mangent les gens.
En réalité, le balafré tremblait d'excitation. Bien sur il avait eu peur. Il avait même cru pendant un moment qu'il allait finir sa vie en statue de métal. Et pourtant il ne s'était jamais senti aussi vivant que durant les quelques instants qu'avait duré son sauvetage de Zoko face à la créature et leur fuite dans les ruines. Il y avait eu la panique certes, mais aussi, et surtout, la stimulation de ses sens et son esprit à deux doigts de l'exaltation.

Il voulait y retourner.

Mais il ne pouvait le dire comme ça. Pour quel genre de taré le prendraient-ils s'il leur montré son excitation. Personne de sensé n'est heureux d'être passé proche de sa propre fin. C'est antinaturel. Il devait cependant les convaincre de faire partie des prochaines expéditions dans les ruines, il devait découvrir le fin mot de l'histoire.

Quoiqu'il en soit, pour l'instant, il ne pouvait qu'observer la situation.

Le récit des deux hommes avait été religieusement écouté par les deux scientifiques qui s'étaient contentés de quelques questions çà et là pour éclaircir certains points. Ils étaient maintenant plongé dans une certaine forme de mutisme, réfléchissants aux informations rapportées et à leurs possibles conséquences. Le professeur Jones fut la première à briser le silence.

_ Notre priorité est de découvrir ce qu'est la créature, quoi qu'on décide, il faudrait avoir le plus d'informations possible sur le sujet.
_ Et si elle transforme les gens en statue, un moyen de leur faire retrouver leur apparence serait utile. S'il existe
, compléta le Professeur Croft avant de reprendre. La priorité reste cependant de récupérer ceux qui ont disparu. Si possible, vérifier leur état de santé.
_ Et pour nous?
Demanda Zoko d'une voix étouffée.
_ J'aimerais pouvoir vous virer et vous renvoyer à l'agence, soupira Lara Jones, mais vous êtes les seuls à avoir repéré la zone. Avec un monstre arpentant les couloirs, il serait imprudent de partir à l'aveuglette.
_ Cependant vous avez besoin de repos, l'exploration ne peut reprendre maintenant mais il faut s'assurer de la sécurité du site.
_ Surtout qu'on a la preuve qu'elle est montée jusqu'ici
, intervint Sunbae d'une voix monocorde, comme s'il ne parlait qu'à lui même. Elle est intelligente.

Le petit comité se retourna, surpris par cette soudaine prise de parole du jeune homme tant il avait semblé ne pas s'intéresser à la conversation jusque là. Mais tous prirent la mesure de la vérité qu'il venait d'énoncer. Lui continua de ne parler qu'à lui même.

_ Elle s'est rendue à la surface mais personne ne l'a remarqué jusqu'à présent. Simple coïncidence ou réelle volonté de la créature?
_ Qu'est-ce qui vous fait dire qu'elle est montée à la surface?
Demanda Croft. Elle pourrait très bien y être descendue.
_ La salle des statues semble prouver qu'une créature similaire, ou même déjà celle-ci, vivait dans les ruines à l'époque des Sainques
, répondit Sunbae comme si la question venait de lui même. Celle que l'on a rencontré est donc forcément liée aux ruines, on peut même supposer qu'elle puisse avoir plusieurs centaines d'années, on aurait forcément trouvé des traces d'une colonie animale ayant vécu dans les ruines. Enfin je suppose.

Il avait prononcé sa dernière phrase comme s'il venait de se rendre compte de la présence des autres. Il n'était personne et surtout pas celui que les gens allaient écouter, qu'importe qu'il est raison ou pas.
En temps normal le Professeur Jones aurait fait taire l'impudent se croyant suffisamment savant pour établir des hypothèses sur son domaine, à elle. Mais la situation sortait de l'ordinaire et les réflexions du balafré, à défaut d'être vraies, ouvraient quelques pistes de réflexions. Elle souhaitait voir jusqu'où le menaient celles-ci.

_ Tu sembles bien sûr de ce que tu avances. On a exploré qu'une petite partie des ruines, les signes d'une colonie animale pourraient se trouver ailleurs. De même, tu sembles croire qu'il n'y a qu'une seule créature. Pourquoi?
_ Juste une intuition. Vous m'avez parlé du fait que les Sainques vénéraient des créatures mythiques et autres trucs du genre. Elle semblait correspondre à la description.
_ Puis y 'a les statues
, intervint Zoko, on aurait dit qu'elles priaient.
_ Tout à fait. Puis je me suis renseigné sur eux depuis que je suis ici. Si leur civilisation ne voyait pas la religion comme nous le faisons, elle y était importante. Et souvent... morbide. Culte de la mort, de la violence et autres joyeuseté. Une créature qui transforme les gens en statues semble pouvoir rentré dans leur panthéon sans problèmes. Non?
_ En effet
, lui répondit Jones. Quoiqu'il en soit, il est temps pour vous d'allez vous reposer.
_ Nous devons faire part de tout ça au Professeur MacHarry. Pour vous, rendez-vous demain à huit heures, ici même.


Sur ces paroles, le Professeur Croft mit fin à la petite réunion et invita Sunbae et le mercenaire Zoko à quitter la tente et, enfin, rejoindre leur lit respectif.

*
***
*

Alors que Sunbae somnolait tranquillement dans les bras de Morphée, il sentit des mains vigoureuses le saisir au col. De fait, ses yeux s'ouvrirent. Ils purent admirer, en très gros plan et en détail, le visage du Professeur Rozel MacHarry. Son teint était bien plus rouge et ses yeux bien moins endormis qu'à l'accoutumée. Et jamais le balafré n'aurait cru l'universitaire capable d'un tel déploiement d'énergie. Puis il sentit les relents d'alcools dans son haleine. Il le fixa un long moment avant de relâcher sa prise et de s'asseoir par terre.

_ Alors comme ça t'as vu une moire...
_ Comment vous êtes entré?
_ ...la créature à l'origine de mythe de la Méduse, la femme qui transforme les hommes en pierre. C'est comme les sirènes et les lamantins, l'imagination des hommes leur a donné un visage humain.
_ C'est un dortoir pour étudiant, doit y avoir un local avec toutes les clés quelque part...
_ Je pensais que ces créatures étaient un mythe, une légende. Le souvenir oublié d'une espèce disparue.

MacHarry soupira de nouveau alors qu'il semblait peu à peu reprendre son attitude naturelle. L'alcool commençait à perdre de son effet excitant pour devenir plus mélancolique.

_ J'ai toujours rêvé de découvrir cette créature ou même n'importe quelle autre créature mythique dont parle les livres. C'est pour ça que je suis devenu archéologue et que j'ai étudié les Sainques et leur culture...et lorsque tu en vois une, tu ne pense même pas à la prendre en photo. Pourquoi a-t-il fallu que ce soit toi qui l'es vu? C'est moi qui aurait du graver ce moment dans ma mémoire avant de pouvoir le retranscrire pour que le monde puisse en profiter. Je suis un scientifique! Une sommité dans mon domaine. J'ai étudié toute ma vie pour être prêt pour ce genre de moment et vous...

L'archéologue avait presque craché ces derniers mots dans un accès de violence éthylique avant de commencer à marmonner de manière incompréhensible. Puis de s'endormir. A même le sol. La tête à moitié sur le lit de Sunbae.

Le balafré retourna se coucher, il était trop fatigué pour se poser des questions. Et il n'avait rien écoutait de toute façon.
http://www.onepiece-requiem.net/t19556-sunbae-ou-l-eloge-de-l-ennuihttp://www.onepiece-requiem.net/t19570-here-comes-the-sun#215618
avatar
Sunbae Roona

♦ Localisation : Rokade: putes et socialisme
♦ Équipage : Au sommet du Sein-Ducat: on le nomme le Macro Prolo

Feuille de personnage
Dorikis: 1596
Popularité: +30
Intégrité: 30

Ven 28 Avr 2017 - 17:22

_ Et maintenant?
_ Aucune idée.
_ Tu veux dire qu'on est perdu?
_ Non. Vu que je sais comment rentré on est pas perdu. Techniquement.


Sunbae regarda Zoko un instant avant de comprendre qu'il n'avait rien d'autre à dire. De concert, ils se retournèrent vers la petite troupe qui les suivait et attendait leur décision.

Comme l'avaient promis les professeurs Croft et Jones, l'exploration des ruines avait repris au matin et le balafré ainsi que le mercenaire étaient chargés de guider le reste de l'équipe jusqu'à la salle aux statues. Le problème était que bien qu'ayant arpenter le chemin par deux fois déjà, les deux hommes éprouvaient toutes les difficultés du monde à le retrouver.
Après tout, Rimley, le mercenaire transformé en statue, était celui qui avait guidé son partenaire lors de l'aller et rebrousser chemin est bien plus facile que de le retrouver. Surtout lorsque vous êtes porté par la peur de vous faire transformer en statue de métal.

Ils étaient donc actuellement face à une intersection et un choix. Devaient-ils dire à tous qu'ils n'avaient aucune idée de la direction à prendre? Au risque de passer pour de gros débiles ou devaient-ils continuer à avancer, tout en priant que leur bonne étoile les guide une fois de plus à destination?

Derrière eux, quelques mètres plus loin, l'équipe d'exploration avec à sa tête le duo Jones-Croft se rapprochait lentement, mais surement, de leur position. Derrière les archéologues, une dizaine de mercenaires suivaient en portant des sacs remplis de vivres et d'outils, le groupe était prêt pour une exploration prolongée.
Et au milieu de tout ça se tenait le Professeur MacHarry dont le regard et le comportement suffisaient à montrer toute la dichotomie des émotions qui l'habitaient: il regardait partout de manière frénétique, son visage passait du sourire à l'expression inquiète et on pouvait l'entendre pousser de légers cris stridents dès que quelqu'un le frôlait d'un peu trop près.

Lorsque toutes ces personnes arrivèrent au niveau des deux "guides", ceux-ci s'empressèrent de s'engouffrer dans l'un des couloirs sous l'impulsion de Zoko et sa masse musculaire.

Quelque peu naïf sur le coup, Sunbae se dit que son compère devait enfin se rappeler de la route. L'homme était un professionnel, il n'irait pas mettre en danger une dizaine de personnes simplement pour ne pas avouer qu'il ne connaissait pas le chemin. Après tout, ce serait dangereusement idiot.

Il n'en fut que plus surpris lorsque la montagne de muscle prit la parole alors qu'ils prenaient une nouvelle fois un peu d'avance sur le reste du groupe.

_ Je crois avoir bien choisis.
_ Tu "crois"? Tu veux dire que t'es pas sûr? C'est un putain de labyrinthe qu'on arpente, c'est pas un ballade champêtre!

_ Parles pas si fort...puis je crois que c'est le bon chemin alors tout va bien.
_ T'es pas censé être un habitué de l'exploration et tout l'toutim? Et toi tu prend la décision d'avancer, comme ça au hasard. Tranquille.
_ Je fais souvent partie de ce genre d'équipe mais j'm'y connais surtout en pièges et puis j'suis costaud, ce qui est toujours utile. J'ai jamais dis que j'avais un bon sens de l'orientation.
_ Dans ce cas décide pas d'un chemin au hasard! Bordel...mais pourquoi est-ce que je continue d'avancer moi?
_ Par solidarité?
_ Rêve pas trop...c'est juste que je crois aussi que c'est l'bon chemin. Regarde au pied des murs.


Ce qu'indiquait Sunbae étaient les différentes marques visibles à une trentaine de centimètres du sol et qu'il avait remarqué la veille.

_ Haha! Tu vois, j'ai bien choisi.
_ Peut être pas...


Ils n'étaient peut être pas sur le bon chemin mais ils étaient sans aucun doute sur le territoire de la créature.

_ Roh! Fais pas ton rabat-joie, on sera bientôt à la salle des statues et puis...
_ On arrive enfin?


Le Professeur Croft se retrouva face à l'air surpris et idiot des deux hommes qui ne l'avaient pas le moins du monde entendu arriver. Il replaça son stetson droit sur sa tête à l'aide de son index et leur sourit.

_ Ce serait une bonne chose, Lara commence à croire que vous n'avez aucune idée d'où vous allez. Mais ce serait totalement irresponsable de ta part Zoko, tu es un professionnel après tout, tu ne mettrais pas des gens en danger simplement pour ne pas te faire virer, n'est-ce pas?
_ Absolument
, répondit le mercenaire avec un aplomb sans failles.
_ Bien, bien. Sunbae, Rozel demande son assistant, je vais désormais accompagner ce cher Zoko en tête de cortège. Allez, zou!

Il accompagna son onomatopée de mouvements de mains indiquant au balafré la marche à suivre. Soit vers l'arrière.
Il rejoignit donc le Professeur MacHarry qui était occupé à admirer les fameuses marques aux murs. Il sembla perplexe lorsqu'il toucha le dit mur. Sunbae se souvint de la lueur bleutée que ces parois produisaient, invisible avec toutes les lanternes que transportaient l'équipe d'exploration.

_ Alors ces murs, prof?
_ C'est ce dont tu m'as parlé? Ils semblent en effet recouverts d'une poudre, dit MacHarry en passant un doigt sur les murs. Ca devrait intéresser le Professeur Seurt du département Biologie. A moins que ça ne relève de la géologie...
_ On devrait reprendre la route prof, les autres vont nous laisser derrière.
_ Hmmpf...saleté d'équipe d'exploration, ça pense qu'à avancer et avancer...on peut même pas faire son boulot correctement...


L'archéologue lui remit son sac qu'il trouvait trop lourd, raison pour laquelle il avait demandé son "larbin super +", et suivit le reste du groupe. Sunbae le rattrapa.
Le matin même le prof avait fait un rapport sur la créature, la moire comme il l'appelait, mais le jeune homme était encore dans le potage à ce moments là. Il avait besoin de quelques précisions.

_ Dites, c'est quoi le plan si on rencontre la créature?
_ La moire.
_...
_...
_ C'est quoi le plan si on rencontre la moire?
_ Fuir je pense, la prendre en photo si possible. On pourrait faire plus si on la surprend mais c'est peu probable.
_ Rien de spécial pour faire face à son regard de la mort?
_ T'as rien écouté ce matin c'est ça?
_ ...
_ Je m'disais aussi... Bon. En gros. Les moires sont à l'origine du mythe de la Méduse, la femme à cheveux de serpent transformant les hommes en pierre...
_ Ca va, je connais l'histoire, pas besoin de préciser.
_ ...mais contrairement au mythe, le coup du miroir pour les avoir à leur propre piège ne marche pas. Les moires restent des créatures vivantes, c'est un système de défense qui ne marchent pas elles. il faut qu'elles puissent se rencontrer et ainsi pouvoir procréer. Ce qui est quand même pratique pour la conservation de l'espèce. C'est une créature comme une autre. Juste très rare. Et flippante.
_ Et pour les gens qu'ont été transformés?
_ Whoa...t'écoutais vraiment pas alors. D'après les légendes, les larmes de moire permettent d'inverser le processus mais de là à ce que ce soit vrai ou même possible de les faire pleurer....
_ Vous pensez qu'elle peut avoir quelque chose à voir avec la fin de Sixce? Ou des Sainques?
_ Même dans l'hypothèse où elle puisse vivre plusieurs siècles, on peut supposer que vivants à ses côtés, les habitants devait avoir un système pour éviter les statufications impromptues. La civilisation Sainque s'est effondrée sur elle-même. Comme le font la plupart des civilisations se développant d'une manière similaire.
_ Vous voulez parler des rites morbides et tout ça?
_ Ouais. Les civilisations qui se basent sur la violence ont tendance à s'autodétruire. Les sacrifices, d'abord d'ordre religieux, deviennent des outils de contrôle du peuple. Après c'est toujours la même histoire, ça tient tant que le peuple peut le supporter. Plus cette violence est exacerbée et plus l'histoire va vite.
_ Pourtant les Sainques ont colonisé de nombreuses terres, c'est pas contradictoire?
_ C'est justement le point de départ. Les première victimes sacrificielles sont des fanatiques mais très vite on a tendance à aller les chercher ailleurs. Question de démographique. Ces civilisations grandissent rapidement avant de stagner, ou de prospérer dans les meilleurs cas, avant de couler sous le poids de ses institutions. C'est d'ailleurs le destin de tout gouvernement. Quel qu'il soit.


Le Roona n'aurait pas cru le Professeur MacHarry habité de ce pessimisme politique mais il mit ça sur le compte de sa probable gueule de bois. Il préféra cependant rester silencieux et marcher en réfléchissant à ce que venait de lui dire le prof.

*
***
*

La route choisie par Zoko s'avéra être la bonne et, après quelques minutes de marche, le groupe arriva à la salle des statues. Sous les ordres de Jones et Croft, l'équipe s'affaira a trouver les diverses encoches à torches qui devaient probablement garnir l'entièreté de la pièce. Après un long moment, tous purent enfin admirer l'entièreté de ce qu'ils venaient de découvrir.

La salle avait des proportions gargantuesque. Son plafond était tout juste visible tellement il était loin et il était relié au sol par d'immenses colonnes de pierres brutes. Elles étaient couvertes de nombreuses gravures, à l'allure rituelle pour la plupart, qui semblaient les parcourir sur toute leur hauteur.
En elle même la salle devait faire une centaine de mètres de long pour une trentaine de large, les colonnes étaient une vingtaine, et les statues occupaient bien la moitié de l'espace disponible. D'immenses fresques rupestres recouvraient les murs et l'entrée bénéficiait d'une véritable arche, bien plus travaillée que celles des autres salles traversées jusque là.

Pendant un long moment les mercenaires et Sunbae montèrent un campement de fortune pendant que les trois archéologues observaient plus en détails la salle et ses statues. Une fois l'installation terminée, le Professeur Jones s'adressa à tous.

_ Pour continuer notre chemin il n'y a que deux voies possibles. Pour l'instant on va sécuriser l'accès au passage menant au sud, afin d'éviter d'être surpris par quoi que ce soit, pour prendre celui déjà emprunté par nos deux explorateurs nocturnes. Faites des équipes et on mettra en place un système de relais pour avancer à tour de rôle et mettre en place la sécurité.

Sunbae se porta volontaire pour l'équipe chargée de se reposer.
http://www.onepiece-requiem.net/t19556-sunbae-ou-l-eloge-de-l-ennuihttp://www.onepiece-requiem.net/t19570-here-comes-the-sun#215618
avatar
Sunbae Roona

♦ Localisation : Rokade: putes et socialisme
♦ Équipage : Au sommet du Sein-Ducat: on le nomme le Macro Prolo

Feuille de personnage
Dorikis: 1596
Popularité: +30
Intégrité: 30

Mer 3 Mai 2017 - 6:04

Ce qui semblait être un pied heurta les côtes d'un Sunbae endormi. Il se releva subitement, aux aguets.

_ T'y vas dans dix.

Il tourna la tête et vit l'homme partir. C'était l'un des mercenaires de l'équipe d'exploration, il ne se souvenait plus son nom. Le balafré laissa échapper un bâillement et s'étira longuement.

Cela faisait presque trente six heures qu'ils étaient tous dans la salle aux statues et se relayaient pour explorer les ruines à la recherche de la moire. Et dans dix minutes ce serait de nouveau son tour. Il aurait pu, bien sûr, s'offusquer d'être réveillé de cette manière mais c'était déjà la troisième fois qu'on le sortait ainsi du sommeil. Il avait désormais compris qu'aucune contestation n'était possible quand à la méthode. Celui qui lui faisait subir ceci, l'avait lui même subit à son réveil et on le faisait subir au prochain.

Un cercle vicieux.

Il nota intérieurement d'aller réveiller quelqu'un plus tard, histoire de se sentir mieux.

*
***
*

Après un petit en-cas et une toilette rapide, Sunbae se rendit vers le couloir qu'il allait devoir explorer. Celui où il avait vu la moire il y a maintenant deux nuits. Il arriva à l'intersection marquant la sortie de la salle aux statues et n'était dorénavant plus surpris par les changements qu'avait subi l'endroit.
Le couloir de gauche avait été sécurisé, ou en tout cas adapté à prévenir les intrusions surprises. Quelques clochettes étaient pendues à des fils tendus pour empêcher quoi que ce soit de passer discrètement et des torches allumées diffusaient leur lumière sur une grande toile blanche. Ainsi, elle bloquait sommairement l'accès au couloir tout en permettant que l'ombre de tout intrus soit projeter sur celle-ci. En résumé voir sans être vu.
Devant la toile, assis sur une caisse en bois, l'homme chargé de la surveillance du couloir était en grande discussion avec le Professeur MacHarry et le jeune homme pris sur lui de les interrompre.

_ Hoy! Du nouveau?
_ De nouvelles intersections, de nouvelles routes. Les gars continuent de baliser le terrain mais aucune trace de la bestiole...cet endroit est vraiment immense
, lui répondit la sentinelle.
_ Plus on avance et plus il y a de chemins possibles. Il y a aussi des traces d'éboulements dans diverses sections. Il faudra sans doutes des années pour tout explorer, ajouta laconique l'archéologue avant de reprendre sur un ton plus enjoué. Bon, on peut y aller? C'est à notre tour d'aller au turbin.

Ainsi c'est avec le prof qu'il explorerait ce coup-ci. Le balafré soupira. Partir avec le scientifique voulait dire devoir le traîner pour avancer parce qu'il passait son temps à s'extasier à la moindre fresque, sculpture et autre. Or, normalement, c'était lui qui faisait ce genre de trucs mais en plus le Professeur accompagnait ça d'un flot ininterrompu de paroles explicatives. C'était comme se balader avec un guide touristique. C'était certes instructif mais ça manquait de ce côté "découvre par toi même" si cher au Roona.

Le duo entama son excursion à travers le couloir de droite, se dirigeant vers le sud.

Le couloir était désormais balisé, des croix avaient étés peintes sur le sol a intervalles réguliers, et de nombreuses torches ornaient les murs, rendant l'endroit bien plus lumineux que lors de la première visite de Sun'.

*
***
*

Ils marchèrent un long moment en suivant le marquage au sol jusqu'à arriver à une intersection s'ouvrant sur trois chemins différents, chacun numéroté.

Avant chaque exploration, on confiait à ceux qui en était chargé une feuille de router sur laquelle était noté le chemin qu'ils devaient emprunter avant de baliser un nouveau chemin eux même. La feuille ne contenait donc qu'une suite de numéros leur indiquant les couloirs à emprunter. C'était un système rudimentaire mais qui permettait d'explorer de manière relativement uniforme les différents chemins possibles tout en permettant de savoir où est censé être telle équipe en sachant où elle est censé aller. Une fois arrivé au dernier couloir numéroté, l'équipe avance alors en balisant le chemin à son tour jusqu'à arriver au bout du chemin, ou a une nouvelle intersection. En cas de nouvelle intersection, les couloirs sont numérotés de droite à gauche et, si l'équipe peut continuer, elle commence par le plus à droite. Un système relativement simple permettant d'empêcher que quiconque puisse se perdre.

Et ils étaient face à la dernière intersection découverte sur le chemin du jour. Ils prirent donc le chemin le plus a gauche comme indiqué sur leur feuille de route et le duo entra alors dans l'inconnu.

Semblable à tout les couloirs arpentés jusqu'à maintenant, il diffusait la même lueur bleutée que tout les murs de la zone et ne disposait même pas de décoration particulière. Sunbae et MacHarry avançaient tout de même prudemment car, bien qu'excités à l'idée de voir la moire, ils restaient tout de même conscient des risques que cela représentait. Puis y'avait des pièges. Des fois.

*
***
*

Cela faisait de longues minutes qu'ils marchaient et Sunbae commençait à penser que c'état encore un coup dans l'eau et que rien d'important ne serait découvert par eux aujourd'hui. Que cela concerne la moire ou les ruines en elles-mêmes.

Puis, peu à peu, le paysage changea. La pierre taillée devint de la roche et la civilisation laissa sa place à la nature. Ils n'étaient plus dans des ruines mais dans une caverne.

_ Vous en pensez quoi prof? C'est une bonne chose? S'enquit le balafré.
_ Tout dépend de ce que vous appelez une "bonne chose". Ce couloir pourrait être un accès vers l'extérieur. Ou bien la tanière de notre moire.
_ Qu'est-ce qu'on fait du coup?


A titre personnel, le Roona savait quelle action il voulait entreprendre: prévenir les autres et revenir avec plus de monde. Il avait sa petite idée sur ce qu'il pourrait bien faire si d'aventure il croisait de nouveau la créature. Pas complètement suicidaire cependant, il préférerait avoir quelques personnes pour couvrir ses arrières avant de tenter sa chance.
A titre professionnel, le Professeur était le chef et il était d'usage de lui demander son avis.

_ Je pense qu'on devrait avancer encore un peu avant d'aller prévenir les autre. Voir si on trouve pas des indices sur ce qu'est réellement ce couloir. Pour ce qu'on en sait ça pourrait très bien être une partie du labyrinthe qui n'a jamais été finie.

Sun' chercha sur le visage de MacHarry une quelconque trace d'humour. Sans pouvoir en détecter.

_ Z'êtes sûr que c'est une bonne idée? Demanda-t-il donc, sourcil relevé.
_ Vous inquiétez donc pas, tout va bien se passer.

Une affirmation sans justifications. Une petite lueur de folie dans le regard. Pas de doutes, l'homme était en train de s'enivrer de cette découverte pour une raison inconnue de Sunbae. Ce qui avait tendance à freiner ses propre ardeurs.

_ J'crois que vous vous emballez. S'agirait pas non plus d'être imprudent. Vous pensez pas?
_ Ecoutez-moi bien Sunbae. Votre attitude commence sérieusement à...


Un grognement rauque se fit entendre. Une longue plainte teintée de mélancolie et de colère. Suivit du cri efféminé d'un Rozel MacHarry soudainement ramené à la réalité par ce son guttural produit par celle qu'ils cherchaient. D'un commun accord, les deux hommes commencèrent a reculer lentement, silencieusement. Ils étaient à l'écoute, en attente du moindre indice sonore pouvant leur indiquer la position de la moire.

De longues secondes s'écoulèrent. Elles parurent une éternité au duo.

Puis le son typique de la roche raclant sur de la roche se fit entendre.

Derrière eux.

Reculer n'était plus une solution, c'était aller vers le danger. Avancer signifiait s'enfoncer dans l'inconnu. Après ce rapide constat, Sunbae pris sa décision. Il plaqua, d'un bras, le Professeur contre le mur et éteignit la torche. Attendre et espérer. Pas la plus incroyable de ses idées mais, n'ayant reçu aucune information selon laquelle la créature mangeait les humains, peut être la meilleure défense contre la statufication. Si on ne la voit pas, on ne peut pas être transformé.

Du moins il l'espérait.

Par chance, MacHarry comprit la signification des gestes du Roona et garda le silence. Puis il n'avait plus vraiment le choix.

Ils attendirent donc. De longues minutes. De temps à autres, l'écho des sons produits par la créature leur parvenait, rythmant leur attente. Avant de peu à peu disparaître.
Quand ils estimèrent le danger éloigné, les deux hommes entreprirent de retourner au campement. Ils rallumèrent la torche, conscients qu'il était dangereux d'arpenter ces couloirs dans le noir.

Ils retrouvèrent peu à peu les murs de pierres taillées des ruines avant d'arriver à l'intersection qu'ils avaient découvert plus tôt. Quelque peu rassurés, ils accélérèrent le pas et mirent peu de temps à se rendre jusqu'au chemin balisé et à la zone déjà explorée. Le retour à un endroit qu'ils connaissaient, ainsi que des murs recouverts de torches, fini de les rasséréner.

C'est au sortir d'un autre couloir qu'ils furent arrêtés dans leur course quand leurs yeux se posèrent sur le dos massif d'une créature reptilienne. Cachée jusque là par le renfoncement du mur, ils ne la virent qu'une fois qu'il fut trop tard.

La moire se tenait devant eux.

Ils n'eurent que le temps de fermer les yeux avant qu'elle ne se retourne et leur fasse face.

Sunbae ne bougeait plus d'un pouce. Il avait l'impression de sentir les mouvements de la créature. La sensation qu'elle s'avançait vers lui, le regardant comme un prédateur face à sa proie, qu'elle l'observait, le jugeait.
Il combattait pour réprimer son instinct qui lui criait d'ouvrir les yeux. Des siècles d'évolution lui signifiant qu'il était impossible de se défendre sans voir son agresseur. Une pulsion qui lui coûterait la vie s'il l'écoutait.

Il fit tout pour garder son calme alors que le sang battait à sa tempe et que son cœur tambourinait à ses tympans. Tentant de se rassurer en se disant qu'il avait pensé à un plan si jamais il se retrouvait de nouveau face à la créature, il se rendit compte qu'avoir une idée et la mettre en pratique était deux choses bien distinctes. Surtout dans une situation aussi extrême que celle-ci.

Mais il n'avait pas le choix.

Il se pencha alors vers l'avant et se mit à genoux. Il frissonna lorsqu'il sentit le souffle du monstre sur sa nuque mais se força à continuer.
Il se mit donc à genoux, courba l'échine et plaqua ses mains au sol. Le front posé contre la pierre, il commença à réciter une prière dont il se souvenait de son enfance au monastère.

Il espérait qu'en le prenant pour un membre de son culte la moire l'ignorerait.

Il avait bien réfléchi à cela. Les informations que lui avait donné le prof pointaient dans cette direction. Une créature ancienne, habituée à être vénérée. Une créature qui ne contrôlait pas son pouvoir, réflexe défensif, mais dont aucune agression sur l'homme n'était enregistrait. Même si les données étaient peu nombreuses. Une créature dotée d'intelligence, Sunbae était confiant.

Aussi confiant que peut l'être un homme en train de prier aux pieds griffus d'un lézard géant.

Alors il récita les paroles dont il se souvenait. Espérant que les sonorités seraient suffisamment proches de ce à quoi ressemblait les prières Sainques. Et lorsque la fin de la prière arriva, ne sentant pas que le monstre ait bougé, il enchaîna avec une autre. Puis une autre. Jusqu'à n'en avoir plus en réserve.

Le silence s'installa.

La voix qui le brisa n'avait rien d'humaine. Elle semblait siffler et buter sur les mots, les arrachant d'une mâchoire et d'une gorge inadaptées à l'élocution du langage commun.

_ Cela faisait longtemps que personne ne m'avait prié.

la surprise fit ouvrir les yeux au balafré qui put admirer ce qui semblait être des genoux cachés sous une étoffe rapiécée. Le tout en position du lotus. Il comprit que la créature lui faisait véritablement face. Du coin de l'œil il aperçut qu'elle tenait quelque chose dans sa main, sans pouvoir identifier l'objet.

_ J'ai dormi longtemps et je ne sens pas les autres.

Sunbae sentit une pointe de tristesse dans ces mots. Il continua de garder le silence, encore abasourdi par ce qui était en train de se passer.

_ J'ai été vu comme un monstre et comme un Dieu. On m'a vénéré et l'on m'a fuit... Dis-moi petit homme, que pensent les humains de moi aujourd'hui?

La question lui était adressée mais le Roona se sentait incapable de répondre. Il avait l'impression qu'on venait de lui poser la plus importante question du monde. Et la plus difficile. Il rassembla cependant son courage et, les sens en ébullition à l’affût de la moindre menace, déglutit avant de prendre la parole.

_ Nous...nous vous nommons, non. Il réfléchit un instant. Pour la plupart des humains vous êtes une créature mythique...
_ Un mythe donc...


La créature sembla soupirer. Comme si un poids énorme venait de lui être retiré des épaules.

_ Je vois, comme je le pensais...ta prière a été entendue petit homme. Vous pouvez arrêter de vous agitez, je ne vous embêterai plus.

Il vit la moire se relever et partir par le couloir d'où il venait, leur passant donc juste à côté de lui. Il l'entendit s'éloigner et attendu un long moment avant de relever la tête et de se relever tout court. A ses côtés, le professeur MacHarry tomba à genoux et resta un long moment ainsi. Les deux hommes étaient encore sous le choc.

Une fois remis de ses émotions, Sunbae remarqua l'objet posé devant lui. Un petit bol en céramique. Rempli d'eau. Il comprit alors ce que la créature avait voulu dire par "prière entendue".

_ Ce sont ses larmes?] Demanda le prof.
_ Ouais...la légende doit être vrai. On va pouvoir...déstatufier?
_ Ça m'parait pas mal adapté comme mot...
_ Déstatufier les gars disparus...une fois qu'on les aura retrouvé.


*
***
*

La semaine suivante, son salaire en poche, Sunbae se tenait sur la poupe d'un navire sur lequel il n'était, pour une fois, que passager. Il regardait l'île d'Heïto, et la ville de Laïme qu'il s'apprêtait à quitter, avec un œil mélancolique et un regard teinté de regrets.

Après être retourné à la salle des statues et avoir informé l'équipe de ce qu'il s'était passé, ils avaient pu rendre à Rimley son apparence d'origine. Preuve que l'effet des larmes n'étaient pas qu'une légende. Ils mirent ensuite plusieurs jours pour retrouver les autres personnes disparues dans le labyrinthe ainsi que la créature.
Celle-ci fut découverte dans une alcôve non loin de là où l'avaient rencontré le balafré et le prof. Elle fut retrouvée morte, sans qu'aucune raison ne puisse le justifier bien que Sun est l'intime conviction que se fut de sa propre volonté. Une simple intuition induite par quelques unes des paroles qu'elle avait prononcé.

Le Roona avait longuement réfléchi aux événements survenus ces derniers jours. De l'excitation et de la peur qu'il avait ressenti dans ces ruines et de ce qu'il avait accompli. Il avait découvert l'attrait du danger et il sentait que cette expérience avait commencé à le changer.

Il avait parlé à un lézard géant tout de même.
http://www.onepiece-requiem.net/t19556-sunbae-ou-l-eloge-de-l-ennuihttp://www.onepiece-requiem.net/t19570-here-comes-the-sun#215618
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1