AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Murs imprenables

avatar
Tenko Sozen
Joueur de PNJ
••• Lieutenant-Colonel •••

♦ Localisation : West Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 3391
Popularité: 294
Intégrité: 232

Mer 12 Avr 2017 - 11:53

Réparations

Tenko Sozen

Les marteaux s'abattaient à un rythme régulier sur les larges panneaux de bois que les soldats de la 338ème division avaient installés sur les trous béant dans les tour de mirador de Fort Bravoure. Tenko était chargé, comme bon nombre de ses camarades, de colmater les trous dans les parties en bois du fortin perdu au milieu de la mer. Le quartier générale en avait fait une priorité dès l'instant où le dossier perdu était remonté à la surface. La garnison de Poiscaille étant la plus proche, géographiquement parlant, de l'endroit, c'était ses soldats qui avaient été charge de rénover les fortifications. En contrebas, devant les parties bétonnées du bâtiment, d'autres mouettes colmataient elles aussi les trous qui avaient été créés par différents navires s'entraînant au tir sur une forteresse abandonnée. Cela faisait près de trois jours qu'ils avaient commencé la rénovation mais malgré leur efficacité, les dommages étaient si étendus qu'il faudrait quelques jours de plus avant de venir à bout de la tâche. Le jeune soldat ne sentait presque plus son bras quand deux coups de sifflets résonnèrent, indiquant l'heure de la pose. R

angeant ses outils à sa ceinture, Tenko se rapprocha de la cour intérieure où les cuisiniers avaient installé pour ce jour-ci leur stand de distribution. Prenant sa tambouille informe, il alla se percher en haut des murailles, son regard plongé dans l'océan. C'est l'ingénieur-chef Duron qui le tira de sa rêverie. C'était leur supérieur attitré pour la mission, la brigade scientifique de la Marine l'ayant chargé de superviser la rénovation de l'endroit. C'était un homme d'âge mur mais on distinguait à sa peau qu'il n'avait jamais trop passé de temps en mer. Sur la même lancée, ses mains presque intactes montraient une relative inexpérience dans le combat ou même la construction. C'était un chef qui donnait des ordres et conceptualisait des choses, mais ne mettait jamais la main à l'ouvrage. L'homme posa ses yeux bleus en amande sur le jeune soldat qui ne put s'empêcher de se sentir mal à l'aise.

"La vue est magnifique pas vrai? Je comprends mieux pourquoi ils veulent réhabiliter ce fort...

Autant Tenko savait apprécier la beauté des paysages, autant il n'appréciait pas qu'on le dérange pendant ses phases contemplatives. Prenant la plaisanterie de l'officier pour une véritable conviction, il mima une attitude terre-à-terre.

"Si vous voulez mon avis c'est surtout pour l'artillerie fixe dont il dispose qu'ils nous ont demandé de le rénover. Le paysage, ils s'en foutent."

Touché. Le malaise avait changé de bord et l'ingénieur se sentait maintenant ridicule d'avoir fait preuve de lyrisme de manière si ouverte. Il salua Tenko et redescendis fissa, ses sentiments quelque part entre la vexation et la honte. Le jeune soldat sourît une fois qu'il fut parti et continua da contemplation. Il lui sembla remarquer un navire se découper sur l'horizon mais à une telle distance, il ne pouvait en être sûr. Il se dirigea vers un des miradors et grimpa les escaliers. Une route maritime passait "au pied" de Fort Bravoure, mais ce navire-là arrivait d'une direction où aucune route ne circulait. Il fouilla dans les différents tiroirs, cherchant à mettre la main sur une longue-vue ou une paire de jumelles. Dix minutes passèrent avant qu'il ne trouve ce qu'il cherchait. La silhouette s'était précisée à l'horizon: un croiseur naviguait dans leur direction.

Il plaça la longue vue sur son oeil et ajusta la focale jusqu'à avoir une vision nette du bateau. C'était un bâtiment taillé pour la guerre, solidement équipé en terme d'artillerie. En haut de son mat, Tenko ne put que remarquer le drapeau sur lequel était dessiné un poing rouge sur fond blanc. Le jeune homme s'autorisa un second regard pour vérifier ce qu'il venait d'apercevoir. Il dévala les marches et se précipita vers Jak Duron qui observait les plans qu'il avait réajusté en fonction des ambitions du gouvernement. Les soldats levèrent leur tête sur le passage de la jeune mouette qui n'avait jamais couru aussi vite de sa vie. Toute la base était maintenant intriguée parce qu'avait pu voir Tenko. Ce dernier posa ses mains sur la table de l'officier et lui annonça la nouvelle avant de lui faire une demande.

"Un navire de la révolution approche. Facilement deux cents hommes à bord du croiseur. Il fait cap sur notre position sans aucun doute. Il faut que vous appelliez le QG qu'ils détournent un navire pour nous porter assistance."

Confus, ne sachant comment réagir, l'ingénieur ne s'était pas préparé à une telle éventualité. Son temps de réaction étant trop long, son subordonné se saisit de l'escargophone et appella directement le quartier général de West Blue. La tonalité commença à se faire entendre et une voix se fit entendre.

*Quartier général de West Blue. Veuille...*

Des grésillements furent les seuls bruits qu'il put entendre. La communication venait d'être brouillée par un escargophone blanc. Il raccrocha violement et jura.

"On est tout seul maintenant, et il va falloir s'occuper d'eux."
http://www.onepiece-requiem.net/t18758-ft-tenko#209014
avatar
Tenko Sozen
Joueur de PNJ
••• Lieutenant-Colonel •••

♦ Localisation : West Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 3391
Popularité: 294
Intégrité: 232

Mer 12 Avr 2017 - 14:12

Combat

Tenko Sozen

Une formidable explosion signifia la fin du patrouilleur des soldats, maintenant coincés sur l'île par les révolutionnaires qui avaient touché les réserves de poudre du premier coup. Un brasier commença à s'élever alors même que le bateau commençait à sombrer vers les bas-fonds. Le croiseur révolutionnaire décrivait des boucles autour de l'îlot pour perturber l'artillerie du fort, qui n'était pas dotée de système de rotation et ne pouvait tirer qu'en ligne droite, la distance à laquelle envoyer le boulet étant la seule option dont disposaient les artilleurs. Tenko se trouvait sur la plage comme vingt-neuf autres de ses camarades, avec pour seul but d'endiguer l'avancée des deux centaines d'hommes qui ne tarderaient pas à déferler. Leurs ennemis avaient visé l'artillerie qui protégeait l'avant du fort pour se permettre d'avancer jusqu'à la position. Vu leur attitude relativement passive, ils souhaitaient faire leur le fortin. La jeune mouette observa le navire se rapprochait alors que leur propre épave finissait d'être engloutie.

"Chargez vos fusils, ils vont arriver. Rappelez-vous, tirs de pelotons uniquement."

Le consentement fut unanime. Quand Duron s'était ressaisi et avait donné ses instructions, il avait décidé de mettre la jeune mouette à la tête du groupe de la plage. C'était probablement plus une punition qu'un gage de confiance dans la mesure où leurs chances de réussites étaient minimes. Il avait donc donné ses consignes en réfléchissant au meilleur moyen d'éliminer le plus de larrons ennemis avant d'avoir à battre en retraite. Le tir de peloton s'était alors imposé à lui comme la meilleur idée possible. Les trente soldats formaient six groupes de cinq hommes qui tireraient en laissant un intervalle de dix secondes entre chaque tirs de groupe. Ainsi le dernier groupe tirerait près de cinquante seconde après le premier, lui laissant la marge nécessaire pour recharger et s'apprêter à tirer. La plage faisant deux cent mètre de long, ils pourraient emporter au moins une trentaine d'âme dans l'au-delà avant de battre en retraite. Car le reste des troupes pourraient les appuyer depuis le haut des murs en nourrissant un feu continu sur les révolutionnaires.

Le navire ennemi s'immobilisa à bonne distance de l'îlot et des barques furent mises à la mer. Ils avancèrent lentement jusqu'à la plage, tandis que la pression montait chez les soldats. Tenko jeta un coup d’œil en arrière, vers les remparts cinquante mètre en arrière. Le reste de la troupe s'était rassemblée, prête à faire feu dès que les ennemis seraient à leur portée. Ils avaient deux petits canons qui disposaient d'un faible stock de munitions spécifiques à leur taille. Il fallait en user intelligemment. Les premiers révolutionnaires posèrent le pied à terre et se ruèrent, fusils à la main, en direction du fort. Une attaque frontale était risquée mais vite le tonnerre des canons de bords du croiseur jeta un froid sur le moral des mouettes: leurs ennemis allaient probablement les réduire en cendre. Tenko se prépara à tirer alors que leurs adversaires essayaient d'éviter les boulets qui s'écrasaient sur eux, tirés depuis le fort.

"Attendez... Attendez... Maintenant première escouade!"

Cinq fusils crépitèrent à l'unisson et Tenko discerna trois ennemis s'effondrant au sol. Sans tarder, il regarda sa montre gousset et comptabilisa dix secondes. Les soldats de son escouade s'empressaient de recharger leurs armes alors que les révolutionnaires ralentissaient le pas, plus prudent quand à leur progression. La trotteuse s'arrêta sur le dixième cran.

"Seconde escouade!"

Quatre ennemis s'effondrèrent à leur tour. La jeune mouette eut le temps de compter cinq secondes avant que ses camarades de la première escouade ne se montrent prêt à tirer. Ils avaient rechargé leurs fusils comme de beaux diables, conscient qu'ils devaient à tout prix retenir leurs adversaires à un certaine distance. Tenko acquiesça et observa le décompte s'achever.

"Première et troisième!"

Sept révolutionnaires allèrent mordre la poussière alors qu'ils se rapprochaient de plus en plus. Les canons avaient cessé leur échange funèbre de chaque côté, laissant les fantassins s'occuper de la situation. Un bruit qui ressemblait fort à un tir de ligne retentit derrière les soldats, mais les balles peinèrent à trouver leurs cibles. Huit autres ennemis sombrèrent dans l'au-delà quand Tenko lança la quatrième salve.

"Seconde et quatrième!"

Une trentaine de mètre seulement séparait maintenant les deux groupes, mais la progression était plus lente, leurs ennemis ayant choisi de répliquer plutôt que d'avancer bêtement vers une mort certaine. Quelque cris résonnaient derrière les soldats postés sur la plage et qui avaient eu l'intelligence de se coucher pour offrir une vision trop restreinte pour qu'ils soient ciblés. Tenko était bien conscient que les deux prochains tirs seraient les derniers.

"Un, trois et cinq!"

Douze victimes de plus. Leur cadence de tir s'intensifiait, puisqu'ils ne leur fallait qu'environ quinze secondes pour être prêt à tirer de nouveau. Les révolutionnaires arrivaient sur la position derrière laquelle ils s'étaient retranchés. Il comprit qu'il était maintenant temps de partir ou d'y laisser des plumes. Il se leva et enjoignit les autres à battre en retraite.

"Sixième et seconde, feu!"

Les fusils crépitèrent pour la dernière fois et les premiers à franchir le talus de sable tombèrent comme des mouches. Huit de plus. Tenko tira son sabre en sonnant la retraite.

"On se retire maintenant!"

Ce furent les cinquante mètre les plus longs de leur vie. Les balles sifflaient à leurs oreilles alors que le gros des troupes révolutionnaires avaient pris la dune comme retranchement pour les canarder. Trois d'entre eux passèrent au fil de l'épée du jeune soldat quand ils essayèrent de le rattraper. Sur les trente hommes qui avaient été cantonnés sur la plage, vingt-deux atteignirent les portes que personne n'avait ouvert au préalable. Dix huit seulement les passèrent en vie. Furieux et porté par l'adrénaline, Tenko attrapa son supérieur par le col avant de le jeter au sol, tandis que ses camarades le retenaient.

"Vous apprenez quoi dans votre brigade, hein?! Si vous aviez ouvert ces foutues portes on aurait pu sauver quatre vies, espèce de branque!"

http://www.onepiece-requiem.net/t18758-ft-tenko#209014
avatar
Tenko Sozen
Joueur de PNJ
••• Lieutenant-Colonel •••

♦ Localisation : West Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 3391
Popularité: 294
Intégrité: 232

Mer 12 Avr 2017 - 20:57

Tension

Tenko Sozen

Le jeune homma tira sur les menottes qui le liaient à un pilier de soutenement, encore plein de rage et de rancoeur envers cet officier qui avait fait perdre la vie de ses camarades L'ingénieur-chef Duron avait eu du mal à faire accepter sa décision au sein de la troupe, le soldat ayant été celui qui avait fait le plus preuve d'initiative depuis le début des évènements. Tenko constatait comment un simple grief pouvait les mettre tous en danger dans une situation comme la leur. Il commenca à se calmer progressivement, alors que les autres hommes du rang négociaient sa libération auprès du scientifique militaire.

"Monsieur, on a besoin de lui! Vous le savez pertinnement!"

"Ce que je sais, c'est qu'il s'est attaqué à son supérieur. Il restera attaché jusqu'à ce que je décide de son sort!"

L'acte qu'avait commis le jeune homme frolait l'insubordination, une faute cruellement punie dans n'importe quelle armée. Il n'avait plus qu'a faire profil bas et que la situation joue en sa faveur. Les révolutionnaires avaient reculé jusque sur la plage où ils avaient commencés à établir un campement. Parti comme c'était, ils allaient devoir endurer un siège qui pèserait sur leur moral vu les conditions de désunion qui planaient au sein des mouettes. Big Zoubi aurait dû envoyer un officier de la régulière depuis  Poiscaille mais son laxisme l'en avait dissuadé, les laissant entre les mains de Duron. Ils payaient maintenant le prix de cette erreur de jugement avec à leur tête un meneur aussi borné qu'incompétent en terme de stratégie. Il avait passé le reste de la soirée à penser à un plan pour repousser d'éventuelles attaques, mais visiblement en vain au vu de son agacement de plus en plus tenace.

Les soldats se relayaient sur les créneaux pour surveiller les révolutionnaires qui n'avaient plus bougé, se sachant à l'abri de toute attaque à une telle distance. Les cuisiniers firent à manger en rationnant déjà les portions sous l’initiative de Duron qui prenait là sa première décision intelligente. Tenko avait eu le temps de se calmer, tout accroché qu'il était à son poteau, et il avait commencé à observer les moindres faits et gestes de ses camarades pour essayer de déterminer quelle était la ligne directrice de la stratégie de l'officier. Le jeune soldat s'estimait déjà heureux que les protestations de ses camarades aient forcé l'ingénieur à s'investir dans sa tâche de leader plus amplement. Quand la lune atteignit son zénith, la plupart des soldats s'étaient déjà endormis dans leurs couchettes, à l'abri du fort. Seul restaient les sentinelles et le membre de la brigade scientifique qui n'avait cessé de se creuser la tête. Il réveilla d'ailleurs la jeune mouette qui somnolait depuis environ trois quarts d'heures, lui rendant provisoirement la liberté de n'être plus attaché au poteau mais ses menottes restant sur ses poignets. Il l'entraîna vers la table où il griffonnait.

"Ingénieur en chef, je..."

Avant même que le jeune marin ne finisse sa phrase, l'officier se tourna vers lui en posant sa main sur son épaule, un demi sourire au visage.

"Concentrons-nous sur les choses qui importent vraiment, Sozen. J'ai besoin de votre avis, vous me semblez avoir un œil tactique efficace..."

"Si je peux vous aider..."

Duron attrapa un feuille sur laquelle il avait fait un plan de l'îlot vu du dessus. Il avait bien représenté le fort avec ses différentes installations et surtout la plage et le campement de leurs ennemis. Son coup de crayon valait le détour, Tenko ne pouvait plus en douter. Il clarifia la vision qu'il avait de la situation.

"Nous sommes à première vue dans une position de force avec le contrôle du fortin. Seulement, nous n'avons pas d'artillerie et les murs n'ont pas reçus de réparations suffisantes pour nous protéger de leurs canons. Ils peuvent donc attaquer de front après avoir arrosé notre façade de boulets destructeurs. C'est le pire scénario mais je préfère commencer avec celui-là. Leur contrôle de la plage leur permet de débarquer leurs plus faibles canons et de pilonner nos défenses de manières à nous empêcher de parer un assaut frontal. En bref, si nous devons résister, nous devons le faire de l'intérieur."

La situation était parfaitement résumée mais toute réflexion strictement militaire s'arrêtait là. Que faire de plus sinon d'attendre et de prier pour qu'ils ne franchissent pas la porte aussi vite qu'ils l'espèrent? Néanmoins, une idée trottait dans la tête du jeune soldat, une idée qui reposait uniquement sur les compétences de son supérieur. Il la proposa.

"Si on pense aux manières classiques de gagner une bataille, on s'arrête à ce constat. Mais il y a peut-être une alternative."

"Vous pensez à quelque chose en particulier?"

"Votre boulot, je veux dire votre travail en tant qu'ingénieur. Vous devez être capable de mettre au point des systèmes qui vont nous faciliter la vie, pas vrai?"

"Oui, si ce n'est pas irréalisable... Vous pensez à quoi?"

"J'ai eu deux idées. La première concerne nos fusils. J'ai entendu dire que certaines garnisons étaient dotées d'armes pouvant tirer plusieurs fois de suite avant de devoir recharge, un peu sur le modèle des pistolets. C'est pas possible de modifier les nôtres?"

"Il nous faudrait des barillets et des percuteurs à poudre... Si vous êtes équipés du modèle standard ça pourrait se faire mais sinon il faudra se contenter de ce qu'on a... Le fort dispose d'une petite forge, on pourra fabriquer nos pièces rapidement là-bas, mais il nous faudra au moins une journée pour équiper tout les soldats..."

Tenko se gratta le crâne en réfléchissant. Il fallait leur faire gagner du temps pour pouvoir s'équiper correctement. Mais s'ils y parvenaient, ils pourraient facilement contenir leurs adversaires et leur infliger de sévères pertes. Il regarda son supérieur avec un large sourire, une idée en tête.

"Autant s'y mette tout de suite alors."

http://www.onepiece-requiem.net/t18758-ft-tenko#209014
avatar
Tenko Sozen
Joueur de PNJ
••• Lieutenant-Colonel •••

♦ Localisation : West Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 3391
Popularité: 294
Intégrité: 232

Mer 12 Avr 2017 - 22:38

Capture et interrogatoire

Tenko Sozen

Quand le soleil darda ses premiers rayons dans la cour, Tenko avait eu le temps de prendre deux heures de repos. Il avait passé toute la nuit avec Jak Duron à modeler un barillet et un percuteur qui pourrait facilement s'installer sur les fusils dont disposaient les mouettes. Bien des soldats les avaient rejoint avant qu'ils ne se couchent et avaient commencé à forger les pièces dans les moules qu'avaient mis au point les deux hommes pendant des heures. Somnolent, tenant à peine sur ses deux jambes, la mouette s'efforçait pourtant de garder les yeux ouverts et le regard fixé sur les révolutionnaires qui n'avaient toujours pas décidé de bouger. Il se doutait qu'ils ne tarderaient pas à user de leur position avantageuse puisque la Marine ne tarderait pas à envoyer un navire à leur rescousse en l'absence de nouvelles dans les jours qui allaient suivre. C'était donc plus un combat contre le temps qu'une lutte totale pour la survie. Ou peut-être un savant mélange des deux? Toujours était-il que leurs adversaires avaient commencé à faire des aller retour entre le bateau et la plage, en installant de plus en plus de matériel de guerre dans leur campement.

Depuis quand la révolution disposait-elle de moyens aussi avancés? Il avait toujours eu cette impression que les révolutionnaires n'était que des pirates avec un but commun et orgueil sans limite. Mais il ne les avais jamais vraiment considérés comme une véritable armée. Et pourtant, il était bien obligé de se rendre à l'évidence: ces criminels-là étaient de véritables soldats, avec une stratégie et des moyens pour la mettre en oeuvre. Il resta en haut des remparts pendant quelques heures encore avant de descendre se réfugier à l'ombre. La chaleur était étouffante et la forge n'arrangeait rien à la situation. Il retira les vêtements qui couvraient son torse et s'appuya contre un mur. Il se promit de dormir cinq petites minutes... et fut réveillé cinq bonnes heures plus tard, alors que les soldats couraient pour monter en haut des murs. Il se saisit de son fusil, qui avait manifestement été amélioré pendant son sommeil et il grimpa les escaliers sans prendre la peine de se vêtir de nouveau. Duron lui même ne tarda pas à arriver. Au pied du fort, une demi-douzaine d'hommes attendaient la venue de l'officier, une expression ferme sur leurs durs visages.

"Soldats, nous vous offrons de vous rendre. Quarante-deux des nôtres hier sont tombés pour la cause, mais pas un de plus ne versera son sang pour se fort. Nous sommes géné..."

Trois détonations provinrent du même fusil, celui que tenait l'ingénieur en chef. Le porte-parole s'effondra, une balle ayant traversé son front, de même que deux émissaires qui furent tués par la précision des tirs de l'officier.

"On ne négocie pas avec les criminels dans la Marine!"

Tenko ajusta sa visée et abattit un des fuyards avant de blesser le second. Le dernier mordit la poussière grâce à une balle de Jak qui prenait un malin plaisir à affirmer son autorité. Les soldats descendirent et ouvrirent la porte pour récupérer le révolutionnaire immobilisé par le jeune homme. Puis ils refermèrent la porte en emportant leur prisonnier dans le fort. Les fusils avaient montré leur efficacité. Il ne leur restait plus qu'à extorquer des informations de la bouche du malheureux et l'équilibre des forces pourraient être rétabli. Ils le tirèrent dans une pièce humide et l'attachèrent sur une chaise. L'ingénieur en chef commença à poser ses questions mais le rebelle restait de marbre face à l'officier qui n'aurait pas le cran d'extorquer les informations par la force. Après quelques tentatives, le jeune soldat attira son supérieur dehors et lui parla franchement.

"Il n'y a qu'un seul moyen de le faire parler et je suis prêt à m'en charger. Vous, vous ne tiendrez pas le coup mais il me faut votre accord, sinon c'est un acte criminel."

"Vous allez le torturer?"

Tenko acquiesça gravement de la tête en soupirant. Il avait cet air résolu qui le prenait parfois et qui le conduisait à faire des choses qu'il n'aurait pu imaginer accomplir en temps normal. A la guerre comme à la guerre pensa-t-il à nouveau en fermant les portes alors que son supérieur lui avait donné son autorisation. Se saisissant de son sabre, il se mit à la besogne et les hurlement ne tardèrent pas à résonner dans tout le fort. Les soldats encore affairé à construire les pièces dont ils avaient besoin faisaient tout pour couvrir le bruit qui émanait de cette salle close. Midi passa et le prisonnier n'avait toujours rien lâché, malgré la perte de quelques orteils et des entailles un peu partout sur le corps. Tenko sortit rapidement de la pièce et partit à la recherche de quelque chose de plus persuasif. Il revint peu après, une bouteille remplie d'un liquide que le révolutionnaire ne pouvait identifier dans sa main.

"Tu es sûr de vouloir garder le silence? Tu sais très bien ce qui t'attend avec ça et crois moi, tu préfère cracher le morceau maintenant."

En guise de réponse, le rebelle fit un trait d'humour en crachant au sol le sang qui coulait dans sa bouche. Il était dans un état pitoyable à la vue des blessures qui couvraient maintenant tout son corps. Tenko pouvait à peine le regarder mais il faisait tout pour tenir bon malgré la boule qu'il avait au ventre. Il avait besoin de ces informations et il allait les lui faire cracher. Il s'avança vers lui après avoir débouché la bouteille d'où sortait une puissante odeur qui rappelait la senteur des désinfectants. Il plaça sa main gauche de manière à maintenir l’œil ouvert et posa ses questions de nouveau. Le rebelle s'était crispé comme jamais auparavant, pendant la "séance."

"On va commencer par la base. Ton nom."

Sa langue se délia assez rapidement alors que le jeune soldat menaçait de renverser le contenu de la bouteille sur son organe visuel.

"Laze, je m'appelle Laze."

"C'est bien. Quel était ta fonction, Laze?"

"Un valet de la révolution, je suis chargé de protéger... Enfin j'étais puisque vous l'avez tué..."

"Protéger qui? Qui est-ce qu'on a tué?"

Il abaissa la bouteille presque au point de non-retour et s'arrêta, voulant absolument forcer le révolutionnaire à tout révéler. S'il y arrivait, ils pourraient peut-être gagner cette bataille. Le jeu en valait la chandelle.

"Je vais tout vous dire mais posez ça! Par pitié, je ne veux pas perdre mon oeil!!"

http://www.onepiece-requiem.net/t18758-ft-tenko#209014
avatar
Tenko Sozen
Joueur de PNJ
••• Lieutenant-Colonel •••

♦ Localisation : West Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 3391
Popularité: 294
Intégrité: 232

Jeu 13 Avr 2017 - 10:05

Perte

Tenko Sozen

"Vous avez abattu un diplomate et stratège reconnu de la révolution, monsieur Albert. C'est lui qui avait eu l'idée de prendre ce fortin mais nous n'avions aucun raison de penser que vous étiez sur l'île. Quand nous sommes arrivés nous avons préféré vous attaquer en sachant que nous pourrions prendre l'avantage rapidement au vu de l'équipement rustique du fort. Mais vous avez résisté plus efficacement que ce qu'on pouvait croire. Bien sûr nous avons toujours l'avantage mais..."

"Tu devrais éviter dire "nous" quand tu es entouré par autant de soldats prêts à en découdre."

Le révolutionnaire avait été soigné et enchaîné au même poteau qui avait accueilli Tenko la veille. La plupart des soldats étaient regroupés autour de lui et écoutaient sa version de la vérité. La jeune mouette avait réussi à l'effrayer suffisamment et gardait toujours sa bouteille à la main pour lui rappeler la menace qui pesait sur son œil. Le rebelle continua son récit alors que le soleil entamait sa descente vers l'horizon après être longtemps resté fixé au-dessus de leurs têtes.

"Mais votre résistance était innatendue. De ce que je me souviens, l'assaut était prévu pour demain. Ils doivent déjà être en train de descendre les canons de campagne du navire â l'heure qu'il est. Ils comptent prendre la place assez rapidement pour tout vous dire."

La langue du rebelle s'était fortement bien déliée et se révelait être très utiles pour les marins qui préparaient leur défense en vue d'assauts ultérieurs. Ils étaient quarante trois, après avoir perdu dix-sept des leurs le premier jour. Après avoir travaillé d'arrache-pied, la moitié de leurs fusils avaient subis une amélioration. Les autres devaient encore se contenter de leur arme standard. Tenko observait le révolutionnaire avec un regard glacial. Quelque part dans son esprit s'insunuait le doute que leur prisonnier pouvait très bien leur mentir pour gagner du temps. Il n'y avait de toute manière pas trente moyens de s'en assurer. Saisissant le contour de son oeil une fois de plus, il le menaça une fois de plus.

"Quand est-ce qu'ils vont attaquer?"

"Bientôt, bientôt! Arrêtez s'il-vous-plaît, je vous ai dit la vérité!"

Tenko relâcha sa prise mais attrapant la tête du rebelle, il la frappa contre le mur derrière lui. Le prisonnier fut amené dans les cellules du fort après être tombé dans l'inconscience. Le jeune soldat monta aux créneaux pour prendre son tour de garde, le regard fixé vers cette damnée plage. Comme l'avait indiqué Laze, des canons de campagne étaient en train d'être débarqués et les révolutionnaires semblaient se préparer pour la bataille à venir. La mouette regardait le spectacle avec calme, priant pour que la deuxième idée qu'il avait proposée à l'officier le soir précédent fonctionne.

Des soldats avaient d'ailleurs commencé à disposer des barils selon les directives de l'ingénieur en chef qui avait terminé ses calculs dans l'après midi. Tenko mit la main à l'ouvrage et alla placer quelques-uns de ces tonneaux explosifs aux endroit indiqué. Il se trouvait près de la porte quand un boulet la fit voler en éclat, le projetant au sol, étourdi. Le monde était devenu flou et un sifflement constituait la seule chose qu'il pouvait entendre, même s'il devinait de vagues cris qui provenaient des gorges de ses camarades qui se préparaient pour l'assaut. Il essaya de se relever mais en vain, son équilibre ayant été affecté au même moment que son oreille interne. Sa vue était cependant de retour et il pouvait très distinctement apercevoir les récolutionnaires qui avaient remonté la plage et qui n'avait plus que trous dizaines de mètres à parcourir avant de l'atteindre.

"SOZEN! MAGNEZ-VOUS!"

Il rampa aussi vite qu'il le put et tenta même de se relever alors que Jak Duron s'était élancé vers lui pour le récupérer quand les premiers ennemis franchirent la porte et se dispersèrent sous la coursive avant. Les mouettes s'étaient réfugiées dans le fort et avaient ouvert le feu depuis leur abri. Voyant leur supérieur à une dizaine de mètres seulement du mur, un soldat avec plus de courage et de sang-froid que les autres ajusta sa visée et tira. Une seconde explosion, bien plus forte que la première, propulsa les deux mouettes au dol de même que la partie avant du fortin. La première explosion avait entraîné toute les autres, laissant la structure s'effondrer sur les rebelles qui avaient passé la porte. Tenko reprit ses esprits et regarda son supérieur qui était tombé sur lui à cause du souffle.

"Ingénieur Duron?"

L'officier ne répondait plus. Tenko le coucha sur le sol et vit à l'occasion l'immense lame de pierre qui lui avait traversé le flanc. Il essaya de trouver la respiration de son supérieur mais sans succès. Incapable d'amninistrer les soins de secours, il ne put que se contenter d'appeler au secours, alors que les Marines gravissaient les gravats pour tirer sur les révolutionnaires en fuite. Au terme de la journée, soixante-quatorze victimes étaient à déplorer du côté des rebelles, en addition avec les quarante-sept du débarquement. Du côté des mouettes quelques blessés mais un seul mort.

"On a perdu l'officier Duron."



Dernière édition par Tenko Sozen le Jeu 13 Avr 2017 - 10:46, édité 2 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t18758-ft-tenko#209014
avatar
Tenko Sozen
Joueur de PNJ
••• Lieutenant-Colonel •••

♦ Localisation : West Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 3391
Popularité: 294
Intégrité: 232

Jeu 13 Avr 2017 - 10:44

Tension

Tenko Sozen

La stratégie de Tenko et feu Jak Duron avait été payante mais allait leur poser un problème d'envergure. Sans mur protecteur avant et après avoir infligé un revers aussi significatif à leurs ennemis, les mouettes s'exposaient à un tir nourri d'artillerie dans leur cour. Une pause après l'assaut avait implicitement pris court alors que leurs ennemis se réorganisaient. La dernière bataille se ferait au coucher du soleil et verrait un des deux camps sortir vainqueur. Les soldats étaient conscient de cette échéance et s'étaient préparés du mieux qu'ils avaient pu pour ce dernier affrontement. Tenko faisait le vide, près de la dépouille de celui qui était mort comme un héros. Des sentiments contraires défilaient dans son esprit. De la fierté, d'avoir permis à cet homme de finalement trouver le coeur martial qui battait en lui. Mais aussi de la culpabilité, de l'avoir mené à la mort. Mais il se ressaisît vite, conscient qu'en l'absence d'officier les hommes se tourneraient vers lui. Il escalada rapidement les gravats et observa ce qui allait être leur champ de bataille.

Devant lui, une courte bande de terre s'étendait sur cinquante mètre avant qu'une légère dune ne monte d'un mètre et demi de hauteur avant de redescendre graduellement vers la plage, en pente douce. Cent mètres séparaient le faite de ce promontoir naturel du campement ennemi. Une portée que leurs mousquets atteignaient. Il ordonna aux soldats d'aller se placer et ils se mirent en marche, adoptant leur stratégie de peloton. Les rebelles, qui scrutaient le moindre de leur faits et gestes se mirent en branle en les voyant se placer pour la bataille. Ils alignèrent la demi-douzaine de canons terrestres dont ils disposaient et se préparèrent à les utiliser. Le jeune soldat donna ses consigbes aux neufs groupes de cinq qui avaient été formés, lui faisant partie du cinquième.

"Messieurs, tirs de pelotons. Vous tirez deux balles, une avec le groupe qui vous a précédé et une avec celui qui suit. Aprés, vous alimentez votre chambre pour qu'elle soit pleine en permanence."

Les soldats lui répondirent par la positive et il souffla longuement en attendant que les artilleurs se placent et que les stocks de munitions soient placés à côtés d'eux. Ils avaient eu la présence d'esprit de cacher les barils de poudre qui leurs servaient à préparer lzs canons derrière le fut de ces derniers. Tenko leva sa main alors qu'un premier boulet d'ajustement allait s'exploser dans les gravats du fort.

"Un et deux, artilleurs en priorité!"

Les balles partirent et certaines se logèrent dans cinq hommes affairés autour des canons. Les fantassins ennemis s'élancèrent et la bataille commença vraiment alors que des balles s'écrasaient dans le sable autour d'eux. Après quelques secondes, les deuxièmes et troisièmes groupes avaient ouvert le feu, fauchant quelques uns des forces pédestres. Tenko n'avait plus besoin de donner la cadence, les militaires s'étaient calqué sur le bon rythme assez rapidement. Deux explosions eurent lieu, une de chaque côté. La huitième escouade avait été rayé des forces en présence par un boulet de canon de même que le deuxième canon qui avait explosé avec le baril de poudre posé derrière lui. Les révolutionnaires avançaient vite malgré leurs pertes et les rangs des mouettes commençaient à diminuer à vue d'oeil. Tenko les fit reculer quelque peu. Onze étaient restés au sol, inerte, quand les autres s'étaient retirés pour mieux accueillir les rebelles qui avaient commencé à les charger.

"Tirs de lignes, maintenant!"

Trois salves qui fauchèrent environ vingt-cinq ennemis. Mais il étaient toujours plus nombreux que les mouettes qui avaient tirés leur sabre et chargé à leur tour sous l'impulsion de leur meneur. Tenko pensait que les batteries de canons cesseraient leur activité, d'autant que seules deux fonctionnait encore véritablement. Quarante-quatre ennemis contre seulement trente deux des leurs. Un miracle seul pouvait les sauver. Tenko, en plus des vingt-trois hommes qu'il avait peut tuer ces derniers jours, rajouta une demi-douzaine à la liste à l'aide de son sabre. Mais le groupe des marins diminuait à vue d'oeil et bientôt le rapport de force s'élevait à un contre trois, alors que cinq soldats se tenaient encore debout. Un sourire envahit bêtement le visage du jeune homme qui se savait perdu. Il leva son sabre pour charger quand un craquement terrible résonna. Les rebelles se retournèrent pour constater avec effroi la présence d'un cuirassé à quelques dizaine de mètres seulement de leur navire laissé innocupé. Le craquement venait d'ailleurs de ce dernier, qui avait essuyé une formidable salve de boulet de la part de l'imposant bâtiment de guerre. Tenko profita du choc de ses ennemis pour reprendre l'avantage et les derniers rebelles se rendirent très rapidement. La bataille avait enfin pris fin.

La suite, ce fut enveloppé dans une serviette et sous l'oeil attentif de docteurs qu'elle se passa. Les blessés avaient été ramenés, portant le nombre de survivants à trente-six soldats sur la soixantaine originale. Les révolutionnaire n'avait pas joui de telles faveurs et seuls les blessés léger ainsi que Laze furent emprisonnés. Tenko fut ammenné comme tout les autres au quartier général où ils furent soignés et remerciés avant de retourner dans leurs affectations respectives. Ils avaient gagné un respect mutuel en défendant la forteresse qui portait bien son nom, Fort Bravoure.

http://www.onepiece-requiem.net/t18758-ft-tenko#209014
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1