AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Les strudels de Las Camp

avatar
Roy D. Aston

♦ Localisation : Archipel aux Éveillés
♦ Équipage : Équipage du Tyran

Feuille de personnage
Dorikis: 3769
Popularité: -393
Intégrité: -283

Lun 1 Mai 2017 - 21:40

Jaugeant son adversaire, Roy étudiait patiemment sa posture à la recherche d'une faille. Poings levés et en garde, il attendait qu'Habu Jackson fasse le premier mouvement.

La base sous-marine du gang disposait d'une salle d'entraînement spacieuse, en partie immergée pour aider les hommes-poissons à travailler leur karaté aquatique. C'était le matin, tout justes sept heures. Tourmenté par des cauchemars, le pirate s'était réveillé en sursaut trois heures plus tôt et n'était pas parvenu à se rendormir. Perdu pour perdu, il s'était levé et s'en était aller chercher le nouveau leader de la Famille Jackson, le gang d'hommes-poissons de Las Camp. À présent, les deux amis "croisaient le fer" amicalement, Roy n'ayant pas pris ses armes avec lesquels il se battait habituellement.

Vif comme l'éclair, Habu décocha un direct que son adversaire esquiva en plongeant dessous, profitant de sa taille inférieure pour s'engouffrer dans la garde de l'homme-poisson. De l'eau jusqu'aux genoux cependant, Roy ne disposait de sa vélocité habituelle. Gêné comme il était, l'uppercut qu'il aurait réussi à placer en temps normal fut intercepté par une main palmée. Nullement gêné par l'eau, Le Silencieux bondit et lui décocha un puissant coup de pied retourné. Le jeune homme n'eut pas le temps de réagir et se fit percuter au niveau de l'épaule avec la force d'une masse.

Les deux bras placés en protection, il fût projeté plusieurs mètres sur le côté et retomba dans l'eau. À la recherche du sol pour se rétablir sur ses pieds, le jeune homme comprit qu'il avait été piégé. Buvant la tasse, il dût battre des jambes pour maintenir sa tête à la surface, son adversaire expérimenté l'ayant envoyé dans le bassin de la salle. Désorienté par son vol plané, Roy chercha du regard son partenaire d'entraînement. Ce dernier l'avait rejoint dans le bassin comprit-il en apercevant une forme sombre à quelques mètres de lui. En grand danger, il passa la tête sous l'eau et chercha son partenaire d'entraînement du regard.

Le sel de mer lui brûla les yeux mais il se força à les maintenir ouverts. S'il lâchait Habu du regard ne serait-ce qu'un instant, ce serait la fin de leur séance d'exercice. Effectuant tranquillement une pirouette dans l'eau, l'homme-poisson fixait Roy sans discontinuer, le visage impassible tandis que ses branchies s'ouvraient et se fermaient au fur et à mesure de ses "respirations". Tâtonnant derrière lui, le pirate chercha le rebord du bassin, pressé de retourner sur la terre ferme (une façon de parler si l'on considérait que la salle entière était partiellement immergée). Non seulement ses doigts ne rencontrèrent rien, mais en plus Habu en profita pour se jeter sur lui.

Esquivant la charge d'une brusque impulsion des jambes, Roy se retourna et brassa de toutes ses forces en direction de la paroi. Un puissant choc lui percuta les côtes cependant, lui faisant cracher quelques précieuses bulles d'air et le forçant à cesser de nager.

Ce n'est pas possible d'être aussi rapide sous l'eau, même pour un homme-poisson..., se lamenta le pirate, interloqué.

Tournant la tête pour repérer la position de son adversaire, il eut la surprise de découvrir Habu à plus de quatre mètres de lui. Haussant les sourcils en tenant ses côtes endolories, Roy se demanda comment diable avait-il pu l'attaquer à cette distance. En réponse, Le Silencieux projeta son poing en avant et donna un coup dans le vide. Sans comprendre, le jeune homme observa l'eau faire des remous devant lui avant de soudainement basculer la tête en arrière, brutalement frappé au visage par une onde de choc.

Légèrement sonné, il focalisa à nouveau son attention sur son adversaire et découvrit avec horreur que ce dernier enchaînait les frappes dans le vide. Se recroquevillant sur lui-même, le jeune homme se prépara à la déferlante aquatique qui eût tôt fait de s'abattre sur lui. Secoué dans tous les sens, il encaissa tant bien que mal les assauts de son ami. Quasiment en position fœtale dans l'eau, il se faisait ballotter de tous les côtés, cherchant une solution pour se tirer de ce mauvais pas. Il commença à manœuvrer au bout de quelques secondes, se déplaçant subrepticement entre le rebord et Habu.

Observant ce dernier, Roy calcula bien son coup. Il commençait déjà à nager en direction de la terre ferme quand l'homme-poisson abattit son poing une énième fois. Battant des jambes de toutes ses forces, le pirate profita du courant provoqué par l'homme-poisson. L'onde de choc le percuta avec force et, combinée avec l'élan engrangé par le pirate, le projeta hors du bassin. Brisant la surface de l'eau dans un geyser de gouttelettes, le pirate atterrit sur le sol du terrain d'entraînement.

Reprenant son souffle en massant son corps endolori, Roy attendit qu'Habu n'émerge à son tour. Au niveau de ses genoux quand il était debout, l'eau le recouvrait presque entièrement à quatre pattes. Il se redressa sur ses pieds au moment où Le Silencieux bondissait hors du bassin et atterrissait en face de lui.

Fidèle à son surnom, Habu ne dit pas un mot et enchaîna ses assauts. Dans un étalage brutal du pouvoir aquatique de son peuple, il plaça ses palmes sous l'eau à ses pieds et propulsa des flèches liquides sur Roy.

Au moins, contrairement aux précédentes ondes de choc aqueuses, ces projectiles-ci étaient visibles, permettant au jeune homme d'anticiper leur trajectoire et de les esquiver. En pleine frénésie offensive, Habu envoyait projectile sur projectile au jeune homme qui bravait le terrain difficile en esquivant tout ses assauts. Des éclaboussures volaient dans tous les sens, projetées par le karaté aquatique de l'homme-poisson et le puissant jeu de jambes du pirate. L'atmosphère de la salle d'entraînement était saturé de gouttelettes.

Le capitaine se mouvait avec de plus en plus d'aisance. Malgré l'eau qui entravait ses mouvements, il avait assez de force dans les jambes pour se déplacer sans en tenir compte. Bondissant à travers la salle, il évitait tout, s'approchant dangereusement de l'homme-poisson à chaque esquive, homme-poisson qui redoubla d'efforts dans son tir de barrage.

Bientôt, deux flèches d'eau simultanées manquèrent de se planter dans la poitrine de Roy. Il y échappa de justesse, d'une contorsion du torse qui l'amena dangereusement près du sol, son visage frôlant la surface de l'eau. Dans un grognement, le pirate sollicita tous les muscles de son corps, tournoyant pour rééquilibrer son centre de gravité, avant de se servir de cet élan pour bondir dans les airs, pirouettant dans un saut qui l'amena loin en avant. Son mouvement créa des vagues qui allèrent s'écraser contre les murs de la salle.

Il était comme un poisson dans l'eau. Une montée d'adrénaline lui parcourut le corps tandis qu'il atterrissait aux pieds de son adversaire, s'engouffrant dans la garde de ce dernier. Un sourire carnassier lui barra le visage. En face de lui, Habu marqua un temps d'arrêt, comme choqué par la montée au contact brutale du jeune homme. Ce dernier en profita, bondissant sur son adversaire dans une explosion d'éclaboussures. Mettant tout son poids dans son genou droit qu'il projeta en avant, il percuta puissamment l'homme-poisson. Son ami décolla du sol dans une gerbe d'éclaboussures et atterrit dans le bassin un peu plus loin, disparaissant sous l'eau.

Une pluie de gouttelettes retombant autour de lui, Roy abandonna sa posture de combat et se redressa bien droit en scrutant l'endroit vers lequel Habu avait disparu. Roy attendit patiemment que son ami ne donne un signe de vie, pas bien sûr que leur petite confrontation allait continuer – il avait peut-être un peu abusé en utilisant cette technique dans un combat amical –. Le Silencieux lui donna raison quand sa main palmée émergea de l'eau, faisant signe au pirate qu'il s'avouait vaincu.

Un léger sourire plaqué sur le visage, le jeune homme avança jusqu'au rebord du bassin et aida Habu à revenir sur le plancher des poissons.


Dernière édition par Roy D. Aston le Lun 25 Déc 2017 - 19:05, édité 3 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t19004-roy-d-aston-presentationhttp://www.onepiece-requiem.net/t19055-fiche-technique-d-aston-d
avatar
Roy D. Aston

♦ Localisation : Archipel aux Éveillés
♦ Équipage : Équipage du Tyran

Feuille de personnage
Dorikis: 3769
Popularité: -393
Intégrité: -283

Lun 1 Mai 2017 - 22:03

 - Qu'est-ce que c'était que ça ? demanda Habu, le souffle court en se massant le torse.

 - Qu'est-ce que c'était que ça quoi ? demanda Roy en retour.

 - Ces mouvements saccadées, souffla l'homme-poisson, je n'ai jamais vu personne se battre comme toi, impossible de prédire tes attaques.

Un sourire paisible sur le visage, Roy choisit de faire comme s'il ne savait pas de quoi il parlait.

 - Pardon ? fit-il en haussant un sourcil.

 - Oui et puis elles sont…, hésita le leader de la Famille Jackson tandis qu'ils sortaient de la salle d'entraînement, comment dire... ça me rappelle le staccato en musique, tu accélères et ralentis aléatoirement j'ai l'impression, c'est fait exprès ?

Roy hocha la tête. Cela faisait des années maintenant qu'il avait développé son style de combat en complet autodidacte, intégrant des éléments appartenant à tous les meilleurs adversaires qu'il avait jamais affronté. Perfectionnant le tout en y joignant ses propres manœuvres, il avait créé un ensemble de techniques vicieuses et chaotiques qui déroutaient systématiquement ses adversaires.

 - J'ai commencé à guerroyer très tôt, expliqua simplement le pirate à son ami, pratiquement dès l'enfance. Réfléchir au meilleur moyen d'oblitérer mon adversaire était pratiquement une nécessité de survie.

 - Ben tu l'as trouvé alors, lâcha Habu après quelques secondes de réflexion, tu as un style rudement efficace.

 - Merci, lâcha Roy en se grattant l'arrière du crâne, j'ai fait beaucoup d'effort pour arriver à ce niveau.

Avançant vers le forum de la base secrète, les deux compagnons entendirent bientôt le brouhaha provoqué par les membres du gang. Ils pénétrèrent bientôt dans la salle principale du domaine sous-marin et s'en allèrent à la rencontre des hommes-poissons qui s'y trouvaient.

 - Oh patron, Roy, les salua l'un d'eux, où vous étiez passé ? Qu'est-ce que vous fabriquiez ?

Le pirate ayant réveillé son ami chef de gang aux alentours de quatre heures du matin, Habu ne s'était pas formalisé par la lubie du jeune homme. Bonne âme, il avait compris que Roy avait besoin de se changer les idées et l'avait accompagné pour l'aider à se défouler un peu, sans prévenir personne.

 - Nous étions dans la salle d'entraînement, leur apprit Habu.

 - Ah ? Vous lui avez mis une raclée ? demanda immédiatement l'un des gangsters en riant, bientôt rejoint par ses compagnons.

Roy laissa à son ami le soin de répondre à cette question. Fraîchement devenu chef de gang, Habu avait encore besoin de consolider son emprise sur la Famille Jackson. Avouer qu'il s'était fait battre par un humain n'était sûrement pas bon pour son autorité, aussi le jeune homme attendit de voir ce que ferait Le Silencieux. S'il décidait d'éluder sa défaite en parlant d'une simple séance d'entraînement, ou même de raconter qu'il l'avait battu, il se plierait à sa décision.

Se désintéressant de la question, Roy regarda aux alentours à la recherche de Moria Brittania et Kusaki Las Gambas, respectivement son bras droit et son premier matelot. Il n'avait pas la moindre idée d'où ces deux-là étaient passés et il comptait s'absenter pour la mâtiné. Le jeune capitaine aurait voulu prévenir ses membres d'équipage de son absence, mais malheureusement il ne les trouva pas dans le forum.

 - À vrai dire il m'a battu, avoua son ami à ses côtés.

Hochant la tête avec un léger sourire, Roy s'excusa intérieurement d'avoir douté de sa droiture. Comme si Habu avait besoin de ça pour imposer le respect à ses hommes.

Un léger silence accueillit cette nouvelle. C'était inattendu. Était-ce Habu qui était moins fort que prévu pour avoir perdu face à Roy ? Ou Roy qui était plus puissant qu'ils ne l'avaient initialement pensé ?

 - Pas mal pour un humain, lâcha finalement l'un des amphibiens, tandis que ses homologues claquaient le dos du pirate pour le féliciter.

 - Les leçons de natation ont fini par payer, n'est-ce pas Roy ?! s'écria quelqu'un un peu plus loin, provoquant l'hilarité générale.

Rougissant un peu, le jeune homme se joignit néanmoins aux rires. Il était vrai qu'il avait profité de son séjour au milieu des amphibiens pour parfaire sa technique de nage. Originaire d'Hinu Town, une île aride sur laquelle l'eau était une denrée aussi rare que précieuse, l'ancien bédouin n'avait pas eu beaucoup d'occasions de faire trempette au cours de sa jeunesse.

Grâce au concours de ses alliés hommes-poissons et de leurs leçons cependant, aujourd'hui il nageait vite, parvenait à retenir sa respiration quelques minutes, pouvait plonger sur plusieurs mètres et était à même de combattre sous l'eau. Il se préparait pour une vie passée à naviguer en somme. Nageur convenable avant son arrivée à Las Camp, il était maintenant un véritable athlète aquatique. Après tout c'était la moindre des choses pour un pirate digne de ce nom.

 - Oui ! Merci beaucoup pour ton enseignement avisé Gale ! s'écria Roy en réponse, se rappelant douloureusement des innombrables, et humiliantes, longueurs qu'il avait dû accomplir dans le bassin principal de la base, sous les yeux d'une bonne partie de la Famille Jackson.

Hilare, son professeur de natation lui fit un clin d'oeil tandis que le jeune homme s'asseyait sur l'une des estrades en pierre de la grande salle, Habu à ses côtés.

 - Il est vrai que tu es remarquablement à l'aise dans l'eau maintenant Roy, lui fit ensuite remarquer son ami. Avec un peu d'entraînement, tu pourrais même apprendre l'art de mon peuple : le karaté aquatique.

Haussant un sourcil à cette idée, le jeune homme considéra cette idée un instant. Sur son île natale, son mentor Krid Chawki pratiquait le karaté aérien.

 - Je peux te l'enseigner si tu veux, ajouta le leader gangster face au silence du pirate.

 - À voir Habu, lâcha finalement Roy, souhaitant garder cette porte ouverte. Merci pour l'offre, j'y penserais.

Hochant la tête, l'homme-poisson se fit soudain accaparer par deux de ses sous-fifres. Les aléas de la vie d'un chef de gang.

Profitant de ce petit laps de temps, le capitaine pirate chercha de nouveau ses deux membres d'équipage du regard. Eux aussi séjournaient dans la base sous-marine et le seul moyen de quitter cette dernière était qu'un homme-poisson vous fasse le taxi. Ils étaient donc forcément dans les environs, mais Roy ne les voyait pas. Ils étaient encore au plumard peut-être ?

Tant pis, il avait des projets aujourd'hui, il ne les attendrait pas. De toute manière, il leur faisait confiance pour se débrouiller tout seul.

 - Alors, qu'est-ce que tu as de prévu Roy ? demanda Habu après avoir renvoyé ses deux hommes.

Prit de court, le jeune homme fit un féroce effort de réflexion. Il avait déjà parlé de ce qu'il comptait faire pour renverser les Lunes de Las Camp, pourquoi est-ce que son ami remettait ça sur le tapis soudainement ?

 - Hum…, hésita le jeune homme, eh bien je t'ai dit, j'ai un plan, répéta-t-il une fois de plus. Laisse-moi le peaufiner et dès que c'est bon on contacte Tenko Sozen.

 - Non non, se reprit Habu, je veux dire : qu'est-ce que tu as de prévu aujourd'hui ?

Encore plus surpris, Roy prit quelques instants pour enregistrer ce qui se passait. Habituellement, son ami n'était pas le genre à faire la conversation. On ne le surnommait Le Silencieux pour rien après tout.

 - Oh… eh bien j'ai un rendez-vous à neuf heures en ville, répondit le pirate en vérifiant l'heure.

 - Un rendez-vous ? s'interrogea Habu. Avec ?

 - Lily, lâcha simplement le jeune homme.

 - Lily ? répéta son ami qui connaissait ce nom. Qu'est-ce qu'elle te veut ?

 - Je ne sais pas encore. On verra.

Comprenant que ça ne le regardait pas, l'homme-poisson n'insista pas.

 - Tu as besoin que quelqu'un t'amène dehors ? lâcha-t-il cependant après quelques secondes.

 - C'est bon ne t'inquiète pas, le rassura Roy. J'ai pris mes dispositions hier, Adam va me faire le trajet.

Hochant la tête, Habu prit congé du pirate. En tant que leader gangster, il avait du boulot à accomplir. Il remercia néanmoins son ami pour la petite séance d'entraînement, un remerciement que lui retourna le jeune homme.

Observant la silhouette du Silencieux disparaître dans l'un des nombreux couloirs du complexe tortueux, Roy laissa enfin filtrer un léger sourire. Il parvenait à tenir tête à Habu, dans l'eau et à mains nues. Le jeune pirate devenait de plus en plus fort, à présent Grand Line seule représentait un défi pour lui.

Encore quelques affaires à régler à Las Camp et il partait à l'aventure.


Dernière édition par Roy D. Aston le Lun 25 Déc 2017 - 20:06, édité 3 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t19004-roy-d-aston-presentationhttp://www.onepiece-requiem.net/t19055-fiche-technique-d-aston-d
avatar
Roy D. Aston

♦ Localisation : Archipel aux Éveillés
♦ Équipage : Équipage du Tyran

Feuille de personnage
Dorikis: 3769
Popularité: -393
Intégrité: -283

Mar 2 Mai 2017 - 23:42

Aussi rares soient-ils, Las Camp avait ses bons côtés. L'aventure attendrait.

Assis à la terrasse d'un café de Last Joy, le quartier le plus friqué de la ville, Roy appréciait un superbe petit déjeuner en la charmante compagnie de Lily. La mystérieuse femme-poisson l'avait accosté il y avait de cela quelques jours dans la base secrète, demandant à pouvoir lui parler en privé. Ils avaient convenu d'un rendez-vous.

Roy se félicitait d'avoir laissé son interlocutrice convenir du lieu et de l'heure de leur rencontre. Native de Las Camp, elle connaissait bien la ville et savait assurément où aller pour passer un bon moment. Ayant passé la majeure partie de son séjour sur l'île à Last End ainsi que dans la base sous-marine, Roy découvrait Las Camp sous un jour nouveau. Ici les rues étaient propres, les gens polis et souriants et l'endroit était aussi calme et distingué qu'il était peu encombré. C'était un quartier paisible, spacieux, avec de beaux bâtiments bien ordonnés. L'élite de la ville avait la belle vie.

L'établissement en lui-même était charmant : Goodbelly, un petit café des plus prétentieux et qui avait le droit de l'être tant son service était irréprochable et sa carte alléchante. En plus de cela c'était une belle matinée, fraîche après un lendemain de pluie. Le soleil était déjà haut dans le ciel et chauffait agréablement les deux jeunes gens. Une légère brise soufflait à intervalles réguliers, faisant en sorte qu'ils n'étouffent pas sous la chaleur des rayons... non, Lily avait définitivement bien choisi. C'était pompeux, arrogant, et absolument pas nécessaire compte tenu de l'état déplorable du reste de la ville, mais c'était définitivement plaisant.

 - J'adore ce café, lui apprenait justement la jeune femme. Je voulais y aller une dernière fois avant de quitter Las Camp.

Femme-poisson de type limace de mer, c'était une beauté à couper le souffle. Elle avait une peau entre le bleu et le violet, des yeux turquoise et un visage sans défaut. Des tentacules cartilagineuses partaient du sommet de son front et épousaient la forme de sa tête jusqu'à l'arrière de son crâne, évoquant des cheveux. En guise d'oreilles, Roy ne voyait chez elle que deux petits trous discrets sur chaque côté de sa tête, dissimulés par ses branchies qui remontaient jusqu'à sa nuque. En d'autres circonstances il aurait sûrement trouvé cela répugnant, mais chez la jeune femme c'était du plus bel effet. Maquillée, elle avait également de curieuses marques sur le visage, d'harmonieuses formes stylisées de couleur fuchsia qui encadraient ses yeux et ses crêtes de tentacules. Le tout était remarquablement harmonieux.

 - Vous allez quitter Las Camp ? nota Roy, intrigué en sachant qu'elle n'était qu'une petite comptable n'ayant à priori jamais quitté son île natale.

 - C'est en projet..., éluda-t-elle avant de changer de sujet.

Il y avait quelque chose de spéciale chez elle, sans même parler de son statut de femme-poisson. Non seulement elle était scandaleusement belle, mais en plus elle dégageait quelque chose, une sorte d'aura. Roy ne savait pas si c'était naturel ou si Lily était une usine à hormones ambulante, mais elle semblait irradier devant lui. Il était beaucoup plus conscient de sa présence qu'il ne l'aurait voulu ou estimé raisonnable, et luttait pour ne rien laisser paraître. Il avait du mal à se contrôler.

Heureusement pour lui, il pouvait noyer son trouble dans la dégustation de son petit déjeuner. Affamé depuis son entraînement avec Habu, le strudel surmonté de crème qu'il avait dans son assiette était encore plus captivant que son interlocutrice. Du sucre et de la cannelle, que demander de plus ? Habituellement Roy s'abstenait de toucher aux produits dopants, quels qu'ils soient, mais il avait fait une exception pour l'occasion. Une petite tasse de café trônait près de ses couverts, dans laquelle il avait allègrement versé quatre morceaux de sucre. Diluant son attirance pour la jeune femme avec la nourriture, il parvenait à tenir la conversation.

Il lui semblait qu'une éternité était passée depuis la dernière fois qu'il avait passé un repas civilisé. Depuis la mort d'Angie, il avait passé son temps à errer de lieux douteux en lieux en lieux douteux, côtoyant souvent des personnes viles au passé louche, souvent du mauvais côté de la loi. Manger aux côtés de quelqu'un qui savait se servir d'une fourchette et évitait les bruits de bouche lui faisaient du bien. Pendant toute sa jeunesse il avait rouspété contre son amie défunte et sa manie de lui inculquer l'art des bonnes manières. À présent qu'il avait côtoyé parmi les êtres les plus rustres de West Blue, il ne pouvait pas dire que ça ne lui avait pas manqué.

Mais il ne fallait pas exagérer non plus. Passer des bas-fonds de Las Camp aux avenues aisées de Last Joy, couplé à la compagnie charmante et envoûtante de Lily, était un changement un peu trop brutal.

 - Vous avez... une certaine présence, avoua abruptement Roy, décidé à comprendre de quoi il retournait.

Ouvrant grand les yeux, la femme-poisson s'agita nerveusement, embarrassée. Dissimulant nerveusement ses lèvres d'une main, elle termina sa bouchée. Prenant une gorgée de café, elle sembla réfléchir à une réponse avant de reposer sa tasse.

 - Ma mère est une sirène, lui apprit-elle finalement avec un sourire gêné. J'ai hérité de tout son côté "tentatrice et séduction", en quelque sorte...

 - Intéressant..., lâcha simplement Roy à cette révélation, tentant tant bien que mal de ne pas laisser son émoi transparaître - les sirènes ça existaient vraiment ?! Sérieux ?! -, et vous êtes parvenu à vous en sortir à Las Camp avec cette "particularité" ? enchaîna-t-il immédiatement. Je vous avoue que votre effet est particulièrement intense.

 - Cela m'a déjà valu quelques problèmes, avoua-t-elle, la mine sombre, mais somme toute rien de bien grave. À force de me côtoyer vous finirez par vous y habituer, ne vous inquiétez pas, le rassura-t-elle ensuite. L'emprise finit par s'atténuer, même si elle ne disparaît jamais vraiment.

Roy hocha la tête. Rien que le fait de comprendre ce qui se passait lui permettait de relativiser et de mieux appréhender ce qu'il ressentait pour la jeune femme. Jusqu'à présent, il avait inconsciemment accepté toutes ses décisions, ce qui n'était définitivement pas raisonnable. C'était même elle qui avait pris leur commande, demandant deux strudels et deux cafés sans prendre en compte l'avis du jeune homme, et ce dernier ne s'en était pas offensé le moins du monde. À l'instant même, elle avait sous-entendu qu'ils allaient continuer de se fréquenter, tellement sûre d'elle qu'elle ne s'était pas soucié de savoir s'il était d'accord ou pas, et lui se contentait bêtement de la regarder manger.

Même ses mouvements avaient quelque chose de captivant. Roy n'aurait jamais crû pouvoir qualifier une paire de mains palmées de gracieuse ou  de raffinée, mais Lily lui donnait assurément tort. Elle manipulait ses couverts avec dextérité, coupant un petit morceau de la pâtisserie qu'elle piquait ensuite avec sa fourchette avant de prélever de la crème avec son couteau pour la poser sur sa bouchée. Le tout disparaissait ensuite entre ses lèvres violettes sans le moindre bruit, discret comme un courant d'air. Il aurait pu l'observer pendant des heures.

 - Étonnant ce qu'on hérite de nos parents parfois, commenta finalement Roy en réponse, sortant tant bien que mal de sa rêverie malvenue.

 - Qu'est-ce que vous avez hérité de vos parents vous ? répondit Lily du tac au tac.

Vu la curiosité qu'il décela dans le regard de la femme-poisson, il comprit qu'elle avait attendu une occasion d'en apprendre plus sur lui.

 - Ne faites pas attention, je disais ça comme ça éluda-t-il simplement, peu désireux de parler de sa vie à une inconnue.

 - Depuis que vous êtes arrivé dans la base sous-marine je ne vous ai jamais entendu parler de votre passé, minauda la jeune femme avec le regard d'un chat sur sa proie, qui donc est le capitaine Roy D. Aston ?

Ne répondant pas, ledit capitaine entreprit de terminer son petit déjeuner.Une petite troupe de militaires passant dans la rue, il les regarda distraitement en finissant son café, jetant un coup d’œil à Lily au passage. La jeune femme avait détourné la tête, soudain très intéressée par la vitrine du Goodbelly. Plissant les yeux face à ce qui ressemblait à une tentative de dissimuler son visage à la patrouille, il reporta son attention sur les marines. Ces derniers continuèrent leur chemin sans les remarquer, ils n'avaient même pas regardé dans leur direction.

Roy commençait à être connu, mais il n'avait pas d'avis de recherche sur sa tête. Les gens ne connaissaient pas son visage ce qui permettait encore au pirate de circuler librement, même dans ce quartier-ci de Las Camp où la Marine était très présente. C'était dangereux cela dit, il prenait beaucoup de risques à passer du bon temps avec cette exotique inconnue. Elle l'intriguait c'était vrai, mais ce n'était pas raison suffisante pour risquer un conflit frontal avec la 480ème. Il devait rester dans les bonnes grâces de Tenko Sozen.

Qui était-elle ? Pourquoi s'était-elle dissimulée à l'approche de la patrouille ? Qu'avait-elle voulu dire en sous-entendant que c'était là sa dernière occasion de fréquenter ce café ?

 - Bon Lily, se décida finalement Roy en posant ses couverts. Il est temps de passer aux choses sérieuses. Pourquoi est-ce que vous avez tenu à me rencontrer ? Oh et si ça ne vous dérange pas je propose que l'on se tutoie, ce sera plus pratique.

Le début de leur conversation assis au café avait été joyeux et plein d'entrain, les deux jeunes gens ayant le plaisir de faire connaissance. À présent cependant, Lily avait une mine grave et soucieuse tandis qu'elle allait chercher un papier. Le posant en évidence sur la table, elle présenta au pirate son avis de recherche.

Il était primé à seize millions cinq cents milles berrys.


Dernière édition par Roy D. Aston le Lun 25 Déc 2017 - 21:17, édité 7 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t19004-roy-d-aston-presentationhttp://www.onepiece-requiem.net/t19055-fiche-technique-d-aston-d
avatar
Roy D. Aston

♦ Localisation : Archipel aux Éveillés
♦ Équipage : Équipage du Tyran

Feuille de personnage
Dorikis: 3769
Popularité: -393
Intégrité: -283

Mer 3 Mai 2017 - 15:19

- Tu es aussi primé chez la Guilde des Usuriers, lui apprit-elle également, à hauteur de vingt millions de berrys cette fois-ci.

Une main sur la joue, Roy se tapotait nerveusement la tempe de son index, scrutant les lettres "WANTED" en-dessous de son nom. Il était officiellement devenu un pirate et non content de ça, il entrait dans le monde des flibustiers avec deux avis de recherches différents. Ce n'était pas banal.

Nerveux, le jeune homme se trémoussa sur son siège, jetant un coup œil sur la rue pour vérifier la présence de marines. Soudain sa présence dans ce quartier huppé de Las Camp, bourré à ras bords de militaires en patrouille, lui semblait une terrible idée. Il ne devait qu'à la chance de ne pas déjà avoir été repéré. 

 - Calme-toi..., lui souffla doucement Lily, tu vas attirer l'attention sur toi à regarder de tous les côtés comme ça. 

 - D'accord, je suis recherché, la belle affaire, minimisa Roy. Cela ne m'explique toujours pas pourquoi tu as tenu à me rencontrer. En plus tu te mets en danger à t'afficher avec moi en public.

 - Eh bien justement, répliqua la jeune femme, j'aurais aimé pouvoir intégrer ton équipage Roy. Et pour ne rien te cacher j'ai moi aussi une prime sur ma tête, avoua-t-elle ensuite.

Il avait déjà déduit qu'elle était recherchée avec son manège lors du passage de la patrouille. Le fait qu'elle veuille rejoindre son équipage en revanche le prenait de court. Fronçant les sourcils, il étudia le regard de la jeune femme. Elle semblait sincère, mais quelque chose clochait. Réfléchissant à toute vitesse, il se mit soudain à la foudroyer du regard.

 - Tout ceci là, fit le pirate en désignant leur table de terrasse ainsi que la vitrine du Goodbelly, c'était un piège ?

 - Pardon ? fit Lily, prise de court par la question du pirate.

 - Oui, tu sais pertinemment que je suis recherché par la marine et les triades et tu me donnes rendez-vous un matin au milieu de Last Joy ? Qu'est-ce que ça veut dire ?

 - Je...

 - Tu t'affiches avec un pirate primé en ville..., continua Roy, coupant la jeune femme en poursuivant son raisonnement, sachant que si on t'agresse par ma faute je m'interposerais. C'était quoi tout ça alors, une tentative tordue de me forcer la main pour que je t'intègre à mon équipage, afin de te protéger ? Parce que je t'ai mis en danger ?

La surprise dans les yeux de la jeune femme face à cette hypothèse sembla authentique. Roy la fixait sans discontinuer avec ses yeux étranges. Angoissée, Lily réfléchit prudemment à ses prochaines paroles.

 - Non, je te le jure, lâcha-t-elle finalement. je voulais simplement apprendre à connaître mon futur capitaine. Et nous rencontrer ici c'était simplement... joindre l'utile à l'agréable ? Si je quitte Las Camp sur ton navire, ce sera effectivement ma dernière occasion de profiter du Goodbelly, ajouta-t-elle avec un sourire triste.

Pianotant sur la table, Roy plissa les yeux, accentuant encore son regard sur la pauvre femme-poisson, qui ne savait plus où se mettre.

 - Je... je n'étais pas inquiète, expliqua-t-elle ensuite en hoquetant légèrement. Je t'ai vu combattre O'Clayne Eustache, alors oui, je me suis dit que tu pourrais nous défendre si quelqu'un tentait de nous capturer...

En somme, elle avouait quand même s'être servi de lui pour aller prendre son petit-déjeuner... cela ne lui plaisait pas, mais il fallait avouer que le scénario qu'il venait d'imaginer était un peu tiré par les cheveux. Quant à elle, elle ne pouvait pas savoir à quel point se faire attaquer par la marine aurait été catastrophique. Il comptait contacter Tenko Sozen et s'allier à lui, misant sur les souvenirs que le lieutenant-colonel avait de lui pour qu'il se retienne de l'attaquer à vue. Si le marine apprenait que Roy avait trucidé une bande de militaires dans la ville, il n'accepterait jamais de s'associer au pirate et le plan de ce dernier deviendrait caduc.

Roy cessa de menacer la jeune femme du regard, qui soupira de soulagement. La surprise de reconnaître son visage sur un avis de recherche, et la panique de découvrir cela au milieu de Last Joy lui faisait faire n'importe quoi. Le fait qu'il ait l'estomac dans les talons également n'aidait pas. Les strudels c'était bien gentil, mais après l'exercice de ce matin Roy avait besoin d'un peu plus que ça pour recharger ses batteries.

 - Très bien, quelles sont tes compétences alors ? demanda Roy après quelques secondes, décidant de jouer le jeu. Pourquoi est-ce que je t'intégrerais dans mon équipage ?

Un sourire confiant barra immédiatement le visage de la femme-poisson.

 - Je suis une comptable, expliqua Lily, je sais que tu amasses de l'argent pour améliorer ton navire. Je peux m'occuper de tes finances et te conseiller sur la meilleure façon de dépenser tes berrys.

Il n'avait jamais été un homme d'affaires, et il était vrai qu'il commençait à avoir un sacré pactole sans avoir la moindre idée de comment le dépenser. Immédiatement intéressé par cette perspective, il décida néanmoins de pousser un peu la jeune femme.

 - Je suis à même de m'occuper de mon argent, merci, refusa-t-il poliment. J'ai tiré dix millions de berrys de la vente de la cargaison du Palazio, je peux me débrouiller.

Le sourire de la jeune femme s'élargit, comme si elle avait piégé Roy.

 - Ah, tu veux parler de la cargaison que tu as confiée à Habu pour qu'il s'en occupe, répondit-elle avec un sourire narquois, celle dont il a raflé la moitié de l'argent apporté par la vente en guise de dédommagement ?

Niqué, comprit Roy.

Ne pouvant soutenir le regard amusé de la femme-poisson, il fut forcé de détourner les yeux.

 - Oui..., avoua le pirate avec un petit rire de dérision, celle-là même.

 - Et bien c'est à moi qu'Habu a confié la tâche d'effectuer la vente justement, révéla Lily avec un sourire triomphant. Sans moi tu aurais obtenu bien moins de dix millions de berrys.

Rougissant légèrement, le pirate fixa son interlocutrice, lui donnant le change avec un sourire agacé. La femme-poisson lui fit un clin d'œil, gloussant doucement tandis qu'il recommençait à pianoter sur la table.

 - D'accord, capitula le capitaine pirate, effectivement, peut-être que je suis un peu à la ramasse quand il est question de ventes, d'affaires ou de transactions. Ce n'est pas mon domaine d'expertise.

 - C'est un euphémisme..., ria doucement la jeune femme en réponse. Ecoute, reprit-elle, la mine soudain assombrie, j'ai moi-même gagné beaucoup d'argent en détournant les fonds du gouvernement, confessa-t-elle. C'est d'ailleurs ce qui m'a valu d'avoir ma tête mise à prix. Si tu acceptes de me laisser rejoindre ton équipage, cet argent est à toi.

Roy prit une grande inspiration, avant de soupirer en déposant quelques berrys sur la table pour payer sa commande. Difficile de refuser une telle offre...



Un peu plus tard, les deux jeunes gens marchaient côte à côte dans les rues de Last Joy. Évoluant sur les quais, ils longeaient un grand cours d'eau qui partait depuis l'intérieur de l'île pour aller se jeter dans la mer.

Regardant nerveusement autour de lui, Roy aperçut un homme se diriger vers un groupe de militaires de passage. Ils discutèrent quelques secondes avant que le civil ne tende le doigt vers le pirate et sa compagne. Tournant la tête vers eux, le chef de patrouille croisa le regard du jeune homme. Les marines partirent immédiatement au trot dans leur direction.

 - Eh voilà, ça devait arriver, rouspéta le pirate, on s'est fait repérer.

 - Eh bien tu vas avoir un aperçu de comment j'ai pu échapper à la prison jusqu'à maintenant, lâcha joyeusement la jeune femme.

Ni une ni deux, elle le poussait dans la rivière avant de plonger à sa suite. Attrapant le pirate sous l'eau, elle l'entraîna dans son sillage, direction la base sous-marine de la Famille Jackson.
http://www.onepiece-requiem.net/t19004-roy-d-aston-presentationhttp://www.onepiece-requiem.net/t19055-fiche-technique-d-aston-d
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1