AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


[Quête] Edward Holmes, Léon Watson et les cowgirlnappers !

avatar
Rhei D. Heimfire

♦ Localisation : North Blue
♦ Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Dorikis: 1682
Popularité: +34
Intégrité: 23

Jeu 20 Juil 2017 - 1:21

Après son voyage sur l'île du bois et les quelques péripétie qui s'étaient mises en chemin, Rhei s'était juré de se barrer le plus rapidement possible d'une île se faisant attaquer par quelqu'un de beaucoup trop puissant pour elle, et surtout de faire confiance en la Marine pour la sauver de ces situations dangereuses. C'est pourquoi elle se dirigeait vers Carcinomia, un lieu dont on donnait beaucoup de rumeurs, et surtout que des types louches y vivraient, ce qui éloignait toute personne innocente de vouloir y aller. Mais pour Rhei, c'était l'exploration qui vint lui dire d'aller à cet endroit. Après s'être renseignée et espionné pendant quelques journées, la cowgirl avait réalisé que certains passeurs sous-marins cachaient certaines choses, et jouaient de l'argent avec des personnes louches, ou encore demandaient rapidement aux personnes de s'éloigner. Souvent ils menaçaient d'une attaque, qui n'arrivait pas forcément. Mais alors que tout le monde était parti se mettre à l'abri, la chasseuse de primes était restée, pour écouter un peu ce qui était dit.

L'île était supposée pleine de raclures, et d'un trafic d'armes important. Pour celle qui était à la recherche d'argent, c'était quand même quelque chose d'intéressant, surtout qu'il pouvait y avoir de bonnes relations qui étaient de sales types, qui avaient le sens des affaires, et des talents inouïs dans leur métier, et le fait que la Marine ne soit pas présente sur les lieux pouvait mener à une sorte de pacte entre les membres recherchés et les chasseurs de primes qui se retrouvaient ici parce qu'au final, ils n'étaient pas forcément purs et sains d'esprit. Continuant d'espionner ce beau monde, campée derrière son rocher, la cowgirl apprit qu'il y avait là-bas, dans cette inconnue, un certain grabuge, ce qui la força à se lever, et surtout à forcer les personnes présentes à se méfier d'elle. Alors qu'elle amenait ses intentions qui étaient plutôt de connaître d'un peu plus près cette fameuse île, elle promit le silence, mais surtout, on l'avertit grandement, après qu'elle ait montré sa licence de chasseuse de primes, que si elle l'ouvrait un peu trop, ou que si elle faisait du grabuge pour un primé, l'île pouvait lui retomber dessus, car les sans foi ni loi, il n'y avait que ça, là-bas. Jouant très bien sur le côté dure à cuir, mais surtout porteuse de secret, elle avait réussi à faire croire qu'elle était quelqu'un d'important là-bas, tout en gardant un côté mystérieux, qui leur fit croire qu'elle était un fameux assassin de l'île sous couverture. Elle réussit même à sortir la phrase suivante : « Vous tenez à vos proches ? » qu'elle avait superbement joué !

Heureuse de cette prestation, la chasseuse de primes put comprendre qu'elle allait devoir passer par un sous-marin... Drôle d'idée pour aller sur une île. Pourquoi les types comme eux voulaient forcément se démarquer des autres et ne pas y aller en navire ? Ils étaient complètement idiot ! Dans le sous-marin en question, il n'y avait pas beaucoup de monde : seulement une dizaine de personnes environ. Silencieuse, la nouvelle arrivante ne rencontra que des regards froids et surtout une attention qui la surprit. Personne ne la connaissait, et ils devaient tous avoir certaines affinités et devaient tous partager l'information suivante : Qui était-elle ? Cela allait bien se voir lorsqu'ils allaient passer par le courant qu'il fallait emprunter pour se retrouver sur l'île. Le pilote, qui n'avait pas donné son nom, se retourna pour parler aux membres qui avaient décidé de voyager avec lui, comme d'autres sous-marins avant ou après lui.

« Nous allons entrer dans la Randonnée ! Je vous demanderez de vous accrocher, et d'éviter de salir l'intérieur du véhicule, surtout toi Takashi... »

La personne en question, qui s'était raidi et avait bloqué sa respiration à cause du stress, agita positivement la tête. De son côté, Rhei ne comprenait pas réellement pourquoi on se faisait du sang d'encre pour une marche en montagne. Il y avait bien pire que ça dans la viiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiie ! Subitement happé par le courant, le submersible se mit à vrombir, et pendant que le reste de l'équipage se retenait tant bien que mal à n'importe quoi, la Chasseuse de primes, qui s'était dit que tenir tranquillement une barre allait suffire vola pour se prendre de pleine face, suivi presque immédiatement de tout son corps qui vint s'écraser sur la surface. Le visage rouge, la jeune fille n'eut pas le temps de réfléchir et saisit la première chose qui lui passa sous la main et s'agrippa le plus fortement possible, sentant l'objet partir un peu avec elle avant de s'arrêter sec, elle ne dut sa survie qu'à sa prothèse qui avait tenu le coup pendant que les secousses continuaient. La paniquée sentit son corps basculer vers une nouvelle direction, mais avant que ce moment n'arrive, elle plongea sur une barre du sous-marin, et y resta accrochée. Elle put enfin regarder ce qu'il s'y passait, mais surtout, les forts ballottements de l'appareil lui fit comprendre que son déjeuner était encore dans son estomac et voulait se faire digérer tranquillement, sinon quoi il s'en irait faire chemin inverse pour retourner vers l'extérieur.

Ce fut à ce moment qu'une odeur infecte se dégagea dans la machine, et on entendit un « TAKASHI ! » des personnes à l'unisson. L'intéressé était trop occupé à vider l'intérieur de son corps pour s'excuser. Des bruits se firent entendre, comme si des rochers venaient de toucher la coque du sous-marin qui semblait quand même tenir malgré les différents dommages provoqués. A croire que ce chemin de brute était quelque chose d'obligatoire pour arriver ici... Puis après un énième choc, il n'y eut plus rien... Le pilote, comme tout le monde, était crispé sur ses manettes, pendant qu'il remontait tranquillement à la surface. L'un des individus ouvrit le sas qui permettait de sortir, et invita tout le monde à la suivre rapidement, histoire que l'odeur de la substance qui remplissait à peu près tout l'engin ne vienne pas donner d'idées à d'autres personnes. Rhei, elle, se sentait plutôt mal. Alors qu'elle s'était accrochée à cette barre comme s'il s'agissait de son fil de vie, elle peinait à rester debout, ce qui fit rire la plupart des personnes présentes.

« Eh Takashi ! Tu devrais être un homme avec tous ces voyages ! Faut vraiment que tu fasses quelque chose pour ces voyages ! T'as tout crassé ! Même la pouffiasse ! »

« DBurpsolé ! »


Celle qui se faisait insulter, elle, était en train de réapprendre à marcher, et, au fur et à mesure du temps, réussit à faire en sorte de passer ses bras vers la sortie, et de tirer sur ceux-ci une fois que ses mains purent s'accrocher à quelque chose de solide. Alors qu'elle s'aidait des coudes pour bloquer sa position, elle prit une bouffée d'air frais pour remarquer ce qui était autour d'elle : une ville, et elle ne savait même pas où elle était... Les yeux grands ouverts, elle entendit les mots suivants de la part de leur pilote :

« Bienvenue à Carcinomia ! »

Ainsi que les multiples fusils qui se braquèrent sur la dernière sortante, qui cligna des yeux, comme s'il s'agissait là d'un rêve, et se tourna vers l'homme qui l'avait emmenée là, pour lui afficher un sourire de détresse. De tous les endroits, il fallait qu'elle tombe sur celui qui était gardé dès l'entrée ?!

« Tout compte fait, j'vais pas rester dans c'coin ! Ils sont où les Den Den Caméras ? »

Après un petit moment de silence, la chasseuse de primes comprit qu'elle allait devoir sortir rapidement si elle ne voulait pas se faire plomber. Plusieurs personnes étaient sur la berge de ce que l'on pouvait appeler un lac.

« Guerre ou Paix ? »

Rhei ouvrit de grands yeux, puis manqua de s'écrouler, les jambes pas encore habituées aux mouvements inexistants de la terre ferme. Elle avait mal au crâne et les marques rouges sur son visage trahissaient

« J'veux pas dire, l'est conne vot' question. Z'avez à peu pr... »

« Guerre ou Paix ? »

« Euh... Paix ?! »

« Tu sais au moins où t'es ? »

« Carcinomia, c'ça ? C'tait pas censé avoir disparu sa populace ? Moi j'suis là parc'que... J'visite ! »

En soit, ce n'était pas faux, elle avait réussi à faire croire à ces personnes qu'elle était quelqu'un d'important de l'une des fratries, mais ce n'était pas du tout le cas. Elle était une chasseuse de primes qui allait marquer son nom parmi les légendes ! Et tout en haut ! Son nom allait résonner dans toutes les mers ! Dans toutes les Blues ! Alors que tout le monde la regardait d'un air circonspect, et qu'on hésitait encore à lui plomber la cervelle de 1600 balles. C'est alors qu'elle leva sa licence, bien haut pour que tout le monde puisse la lire. C'est là que l'esprit de celle qui était encore en digestion du voyage se remit à tourner droit, la confiance à revenir, un peu trop fortement peut-être.

« J'M'APPELLE RHEI D. HEIMFIRE !! J'SUIS LA CHASSEUSE DE PRIMES QUI VA COFFRER TOUS LES CRIMINELS D'MONDE ! MAIS SI FAUT RESTER TRANQUILLE DANS C'PÂTELIN JE LE F'RAI ! »

C'est ainsi qu'elle passa. Tout le monde releva son arme. Ce qu'elle venait de faire, c'était comme signer son arrêt de mort. Quelques Criminels rodaient par là, et certains grands primés se cachaient sur/dans cette île. Au départ, la cowgirl comprit qu'elle avait réussi son coup, et passa tranquillement ce premier obstacle. Elle put par la suite voyager un peu partout sur l'île, réaliser que certains secteurs de l'île étaient vraiment étranges.

Alors que le port se faisait payant, mais que celui-ci se faisait maintenant un peu plus discrètement pour éviter le plomb des hommes de Loth, le second secteur était encore plein de personnes étranges. Certaines étaient complètement accros à un produit, mais avaient des dents blanches. Leur corps était maigre, leur physique était à désirer, mais ils semblaient tellement absorbés par ce produit que Rhei comprit rapidement que quelque chose comme ça, ça n'allait pas avec un café, ni même un cigare. Cette zone était aussi, étrangement, un endroit où il n'y avait que de la végétation. Pas à l'aise, la jeune fille préféra tracer avant que quelqu'un ne tente de lui vendre le produit, ou de la tuer pour peu d'espérer qu'elle en ait... Parce que pendant ce voyage, un homme tenta de le faire. Puis, il y avait ces longs ponts suspendus. La chasseuse de primes avait l'impression de passer un précipice interminable, pour se retrouver à devoir prendre appui pour ne pas tomber par-dessus bord. Alors qu'elle était en train de le réaliser, sa prothèse, qui avait déjà prit cher avec les précédents combat et le sous-marin, se bloqua, maintenant sa poigne sur le cordage qui aidait au franchissement de cet endroit.

D'abord inquiète, Rhei bascula, mais sa prothèse tint bon, toujours bien accrochée. En position désavantageuse, elle usa de son épaule pour commencer un balancier et attraper la corde de sa main humaine, posa ses jambes sur le pont qui de mit légèrement à bouger pendant que son corps s'arc-boutait vers l'arrière à cause de cette  %@ !/ de main qui ne voulait pas faire en sorte de s'ouvrir ! Alors à peu près au milieu de son trajet jusqu'au secteur suivant, le mécanisme refonctionna, ses doigts s'ouvrirent, et celle qui était alors dans une position délicate  décrocha le métal du cordage et avança alors comme la manchote qu'elle était, histoire de ne pas tomber pour de vrai. Dans les yeux de la demoiselle, on pouvait y desceller une détresse, une panique qui n'allait pas aller en s'arrangeant.

Une fois arrivée à la fin du pont, elle se précipita sur le sol stable, perdant son équilibre parce que son bras métallique n'obéissait plus très bien aux ordres que ses nerfs donnaient. Se relevant, elle découvrit alors une ville plutôt normale, jusqu'à ce qu'une... deux... plein de personnes se mirent à la regarder comme la peste, et se mirent à se terrer, comme si elle était pauvre. Désemparée par ce qu'elle venait de voir, elle s'enfonça pour voir qu'il y avait là des vendeurs de toutes choses, ainsi que de possibles artisans. Complètement paniquée, la chasseuse de primes s'y précipita. C'était la première fois en quatre ans qu'il se passait ce genre de problème. Passant pour une folle, elle commença à hurler les mots suivants :

« Aidez-moi ! Mon bras ne m'répond p lus ! Il ne bouge plus ! Aidez-moi ! J'ai b'soin d'quelqu'un pour l'réparer ! »

Si tout le monde pensait qu'elle était folle ou porteuse d'une maladie, il semblait normal de prévenir un médecin. Mais le mot « réparer » et l'allure métallique de ce bras qui pendait maintenant le long du corps de la cowgirl indiquaient tous deux qu'il valait mieux un ingénieur pour tout ça.
http://www.onepiece-requiem.net/t18992-presentation-rhei-d-heimfirehttp://www.onepiece-requiem.net/t19025-les-techniques-de-la-femm
avatar
Edward C. Ghattle
•• Vice Lieutenant ••


Feuille de personnage
Dorikis: 1170
Popularité: 25
Intégrité: 25

Sam 22 Juil 2017 - 3:57

Une île sous la mer, des gens vivant sous l’eau, hein, non, je n’y croyais pas non, du moins je n’y croirais avant de m’être rendu en ce lieu et avoir pu l’observer de mes propres yeux et puis ça ferait plutôt une belle promenade pour moi, moi qui avais des rêves de route de tous les périls, j’avais envie de me rendre sur le plus grand nombre d’îles possible sur les Blues. J’avais déjà pas mal d’îles dans le registre, mais il me restait encore pas mal à visiter, c’est dire le nombre d’îles qu’il y a dans cette mer, cela dit, je ne suis pas certain de pouvoir tous les visiter, mais j'essaierais d’atteindre le maximum possible et le moment venu, je prendrais la route de tous les périls comme tout grand homme de ce monde.

Pour moi qui avais à cœur de visiter toujours plus d’horizons, une île comme celle-là serait plutôt un gros poisson, c’est pourquoi je devais absolument m’y rendre. On dit que ce n’est pas chose aisée de fouler le sol de cette île sous-marine, mais tant pouvoir y accéder est assez compliqué, mais aussi parce qu’elle est peuplé de personne assez peu intègre, mais cette réputation ne faisait que rajouter du charme à la chose et me donner encore plus envie de m’y rendre.

Bon, il était temps pour moi d’aller faire un tour dans cet île. Une grosse paire de lunettes aux yeux ainsi que le chapeau qui allait avec, j’avais aussi peignoir ouvert à l'intérieur du quel j’avais une chemise et un short Hawaiien, c’est à croire que j’étais naïf, je me laissais aux nouvelles tendances, je tentais de nouvelle choses bref dans ma tête j’étais sapé comme jamais, mais ce vilain bras pas humain était toujours bien caché avec un gant, de quoi rajouter ce côté thug à ma combinaison.

Je me trouvais très précisément au lieu indiqué, mais je n’avais en ma présence qu’un énorme caillou sans plus. Je savais que je ne trouverais pas l’île ici, mais je m’attendais à genre un commitée qui te montre la voie à suivre, si ça se trouvait, l’île en elle même n’était qu’un immense bobard. Déçu, je m’assis dans le sable jambes plié et je regardais attentivement les vagues venir s'arrêter juste devant le bout de mes sandales. Je commençais à tracer des formes dans le sable avec mes doigts pour passer le temps, l’endroit n’était pas finalement si mal en fait, on avait une belle vue de la mer et le vent était si frais, tout ça était tellement bien, j’aurais peut-être du mal à me décider à rentrer.

Je traçais mes formes tranquillement dans le sable, lorsque qu’une ombre vint me recouvrir totalement, aussi vite que je le pouvais, je me mis sur mes gardes face à face avec la source d’ombre, la personne était bien cachée derrière son manteau à capuche, je ne pouvais pas distinguer son visage. J’étais sur mes gardes, mais l’individu était assez détendu, on aurait même dit qu’elle était surprise par ma réaction.

- J’étais allongée plus loin et je t’ai vu traîner par ici, tu cherche quelque chose ?
- Je voulais me rendre sur une île nommé Carcinoma, mais décidément c’est une grosse arnaque, et toi, quesque tu fais au bon milieu de nulle part.
- Tout comme toi, je me rend à Carcinomia, tu dois savoir que l’île est une île sous marine, par conséquent le seul moyen de pouvoir y accéder c’est en descendant le courant qui y mène avec un sous marin, je vois que tu n’en as pas. Le miens arrive dans quelques minutes, tu veux que je te dépose ?.

J’hésitais un court instant, mais finalement, je me dis que je n’étais pas venu jusqu’ici pour rentrer les mains vides, s’il parlait vrai, ça valait au moins le coup de tenter l’aventure.

- Pourquoi pas, je veux bien oui merci.

Alors que je donnais encore ma réponse, je pouvais entendre l’eau s'agiter dans mon dos, je me retournais et je pouvais voir ce qui me semblait être un plutôt petit sous-marin émerger des profondeurs de l'océan. L’homme enleva sa capuche et dévoile ainsi son visage avant d monter à bord du sous-marin et m’y inviter. J’entrais donc ce sous-marin à l’intérieur du quel on était plutôt à l’étroit, l’individu tenta de me présenter au pilote avant de se rendre compte qu’il connaissait pas mon nom, nous nous présentions donc les uns aux autres avant d'entamer la descente qui était des plus catastrophiques, le navire s’était retourné plusieurs fois sur lui-même, avait un nombre incalculable et pirouettes, et s’était même un peu cogné contre des parois, mais heureusement nous étions parvenu à pénétrer dans le territoire de Carcinomia sains et sauf.

En s’approchant de plus en plus des côtes, le sous-marin commence peu à peu son émersion jusqu’à ce qu’on s'arrête net au bord de la berge. Nous sortons tous les deux le plus tranquillement possible du submersible, avant de serrer les mains peut être pour la première et la dernière fois avant de se séparer. De mon côté je fis l’objet d’un court interrogatoire qui portait à connaître la raison de ma visite sur l'île, et les détails fut rapidement réglé et maintenant à moi l’exploration, après avoir visité cette partie de l’île, je passerais à autres choses.
http://www.onepiece-requiem.net/t18463-edward-al-c-ghattlehttp://www.onepiece-requiem.net/t18553-ft-d-edward
Page 1 sur 1