AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Ce qui est à Red est à moi

Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Gallena Scorone
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : En mer

Feuille de personnage
Dorikis: 6186
Popularité: +553
Intégrité: 475

Lun 21 Aoû 2017 - 11:51

Résumé des épisodes précédents:
 

Un beau jour. A Citadelle. Devant un étal.

- Combien pour celui-là ?
- Cet escargophone-ci ? 300 000 berries m'sieur.
- Eh ? C'est un peu cher tout de même. Je ne crois pas qu'un tel prix soit justifié.
- Bien sûr m'sieur, je comprends. Mais ce sont les prix les plus bas qu'il nous soit possible de vendre. Nos fournisseurs élèvent leurs animaux pendant plusieurs années jusqu'à ce qu'ils soient assez grands pour travailler. Ils sont élevés au grand air, avec de la nourriture de qualité et des dortoirs spacieux. Tout ça engendre des frais, il ne nous serait pas possible de pratiquer des prix plus bas si nous voulions pouvoir continuer notre commerce sur de nombreuses années. Si nous vendions nos escargophones pour un moindre prix, m'sieur, ça serait nous mettre nous-même un couteau sous la gorge.
- Oui oui certes, c'est vrai que .. bon d'accord. Et que mange t-il justement, cet escargophone ?
- Salades, herbes, choux et feuilles d'épinards.
- De la salade ? Qu'est-ce qu'une salade ?
- Ah oui, j'oubliais qu'il n'y a pas de salades à Citadelle, pas même de pâtes. Ne vous embêtez pas avec ça. Les autres plantes suffiront pour entretenir votre escargophone et le conserver en bonne santé.
- Oui oui … mais enfin, ce prix …
- Mais pensez à vos voisins quand vous serez le premier à avoir un véritable escargophone chez vous. De qualité supérieure garantie, m'sieur.
- Les Vonsüden en ont déjà un.
- Et vous voulez leur laisser le droit de vous snober parce qu'ils en ont un et pas vous ? Et puis pour vos affaires, c'est indispensable un escargophone. Tous les grands de ce monde en ont un. L'amiral Sangoku, la Dame de Fer, les Al-Jawhara, les cadres de la banque HSBC et bien d'autres.
- Je suis balayeur.
- Il nettoie sous les meubles.
- Il bave, vous voulez dire jeune fille.
- La salive des escargophones est reconnue dans toutes les Blues pour ses vertus thérapeuthiques.
- Ah. Et sur Grand Line ?
- Sur Grand Line aussi, évidemment.
- Je ne sais pas. Je ne crois pas que ces animaux soient bien faits pour moi.
- Regardez-le, comme il vous regarde avec ses petits yeux affectueux. Il s'est déjà attaché à vous.
- C'est petit chez moi.
- Un bon panier pour ses nuits et tout ira bien. Les escargophones ne sont pas limités à l'exploration du sol.
- Oui, oui. … Il faut que j'en parle à ma femme avant.
- Si vous aviez un escargophone chez vous, vous pourriez l'appeler sans perdre un instant.
- En fait elle est juste là.

Je regarde s'éloigner mon potentiel client, un vieux monsieur maigre à la moustache triste. Sa femme, une grosse dame rougeaude, marchande bruyamment avec un vendeur de poissons. Je ne pense pas qu'il reviendra.

* * * * *

Un autre jour. Entre deux clients. Un agent de l'ordre.

- Vous avez une licence de vente ?
- Oui m'sieur, tenez.
- Hum … humm … hm … oui … oui … bien. Tout est en règle.
-Merci m'sieur. Dites voir, vous n'auriez pas besoin d'un escargophone dans votre bureau ? Ça pourrait vous aider à envoyer des messages plus rapidement en cas d'urgence.
- Houlala, pour que mes supérieurs puissent me gueuler dessus à distance ? Non merci bien.
- Vous voulez dire que je dois m'adresser directement à eux m'sieur ? Merci pour le conseil.
- Houla non ! … écoutes, je t'en achète un et en échange tu oublies cette idée, ok ?
- Sûr m'sieur. L'un de nos modèles attire t-il votre regard ?
- Est-ce que tu en as un pas cher à l'achat qui consomme énormément ?
- Euh … oui, ce rose là. Il lui faut quatre salades … je veux dire choux chaque jour. Une fois toutes les six heures. Sinon il se met à sonner sans qu'on l'appelle afin d'être nourri.
- Parfait, je l'embarque. C'est pour mon beau-frère.
- Il sera ravi de recevoir un escargophone en cadeau, j'en suis certaine.
- J'en doute pas, fafafa !
- N'oubliez pas le livret d'entretien, pour apprendre à bien s'en occuper.

* * * * *

Encore un autre jour. Un matin. Les dernières brumes nocturnes se dissipent doucement.

- Eh la miss blonde, t'as l'air de te faire chier comme un rat mort. Laisses tomber tes baveux et viens avec moi, on va faire la fête, je connais un coin super sympa à deux rues d'ici.
- Je suis navrée mais je peux pas laisser ces marchandises sans surveillances.
- Allez fais pas ta coincée. Ca fait depuis une semaine que t'es là. D'après mon pote Tim, et Tim il sait tout ce qui se passe dans le quartier, à peine ton rafiot a débarqué que vous avez planté ce stand qu'intéresse personne. C'est pas d'aller t'amuser une heure ou deux qui va te faire rater quoi que ce soit.
- Je ne peux pas.
- Rhô allez, t'as peur de ton capitaine ? Avec mes potes on lui met une raclée s'il te cherche des poux. T'inquiètes pas.
- En fait … je suis le capitaine de ce brick.
- Eh ? Toi ? … T'es sûre ?
- … C'est quoi cette question ? Évidemment que je suis sûre.
- Non parce que t'as pas vraiment la tête que les capitaines étrangers ont.
- C'est-à-dire ?
- Ben … d'habitude c'est des mecs, déjà. Avec une grosse barbe, des cicatrices, … .. Mais du coup, c'est parfait ! T'as qu'à appeler un de tes larbins pour qu'il prenne ta place et nous on va faire la fête.
- Non.
- Alleeezz.
- Vous voulez acheter un escargophone ? Sinon, au revoir.
- Bon bon bon. J'ai tenté d'être patient, arrangeant, cool. Maintenant tu vas arrêter de dire non et tu vas venir t'amuser avec moi ou j'vais finir par m'énerver.
- Crotte.

Ce garçon, un gars qui doit être un peu plus grand que moi debout, il a des cheveux noirs bien peignés, mais il pige pas qu'il m'agace et me dérange dans mon travail. Trop bête pour s'en rendre compte je parie. Il se penche sur la table, bouscule la cage d'un escargophone orange et tente d'attraper mon poignet. Je le laisse pas y arriver bien sûr. Et j'appelle mon second à l'aide :

- Gina ! À moi !
- Alors t'as besoin qu'on vienne te sauver ? Si elle est plus jolie je pourrais sortir avec ta pote, comme ça tu pourras rester à ton étal à vendre tes escargots merdiques et à t'emmerder.
- Un problème capitaine ?
- Woah, pas mal la gonzesse.

C'est mon corps que tu regardes imbécile. Gina c'est rien qu'un faux nom pour Gianna, ma soeur jumelle. Et Gianna, en vrai, c'est un clone créé par mon pouvoir de fruit du démon, celui qui fait que je peux pas nager. Alors je veux bien que moi je sois en tenue de marchande et elle vêtue d'un maillot de bain que j'approuve pas. Je veux bien qu'elle traîne à bronzer sur le pont du bateau pendant que je travaille, et elle bronze pour nous deux, avec les trucs bizarres de mon pouvoir. Mais quand même, elle pourrait montrer moins de peau, même pour bronzer. J'espère qu'elle va pas nous attraper un coup de soleil pour deux. Comme moi, elle s'est coupée les cheveux et les ait teint en blond le temps de la mission. Les sourcils aussi. Les autres poils roses ça va, ça se voit pas sauf à s'approcher vraiment trop près.
Bref, Gianna, ma copie, descend du pont du brick et nous rejoint. Elle a de grosses lunettes de soleil qui cachent ses yeux violets. Le gars qui m'embêtait est complètement concentré sur elle. Je sis pas si je suis censée être vexé qu'il croit qu'elle est mieux alors qu'il reconnaît juste pas qu'elle est moi. Je m'en fiche. Je vois juste l'opportunité de me débarrasser de lui.
Je me lève et contourne la table pour passer dans son dos. Brusquement, je le pousse sur Gianna.

- Débarrasses-m'en Gina !

Lui, déstabilisé, part en avant. Elle l'esquive et prend son poignet. Elle l'entraîne dans son mouvement et l'envoie hors des quais. J'entends un grand plouf et l'eau qui gicle. Je me rassois. Gianna se penche au bord du quai, relève ses lunettes et le nargue en lui tirant la langue.

- Vous me le paierez ! Vous entendrez bientôt parler de Robert Razowski !
- Bien sûr. En attendant si tu t'approches encore à moins de cent mètres de ma soeur ou de moi c'est pas à la flotte que je t'envoies mais à l'hôpital.

Elle est trop contente en disant ça. Je veux dire, moi je le dirais ça serait pour intimider, je serais pas vraiment sérieuse. Elle, elle est très sérieuse. C'est pour ça qu'elle est toujours là, depuis Water Seven. Que je l'ai pas faite "disparaître" comme je fais disparaître mes autres créations magiques. Elle est trop différente, on sait pas ce que ça ferait à ma tête de redevenir une seule. On ne veut pas prendre le risque. Et puis … je suis bien avec elle. C'est comme avoir une soeur. J'ai jamais eu de soeur. Bien sûr j'ai un frère mais il est parti en mer et donne pas souvent de ses nouvelles. En quatre ans je l'ai revu qu'une fois. Je me demande comment il réagirait s'il savait qu'il avait une nouvelle soeur. Et Papa, et Mamma ? … Bon, pas le moment de penser à la famille. J'ai du travail.

- Des nouvelles de l'équipage Gina ?
- Oui Gaëlle. Doombeast est au bar du Loup Paumé à se pinter la gueule et il est pas seul. Malik s'est fait vendre un peigne alors qu'il a oublié que Ranne lui a rasé la tête y a trois jours, Jeff a été libéré de sa nuit dans les geôles et devrait pas tarder à revenir, il veut finir sa nuit au calme. Lumière qu'était avec lui est retournée boire dans un bar, elle a appelé avant. Oh, et Godasse vient de me dire qu'il a trouvé un fournisseur.
- Godasse ?
- Tu sais, le mec avec les chaussures rouges.
- Ah oui. Un des nouveaux.
- C'est ça.
- Et donc ce fournisseur ? Il est fiable ?
- Godasse doit me rappeler quand il en saura plus. Ca se vend bien ce matin les escargots ?
- Comme tu vois.
- Tu crois qu'on devrait ralentir un peu ? A ce rythme on aura plus de stock d'ici deux jours. Et plus de raison de rester sur l'île.
- Plus d'excuses pour rester bronzer sur le pont ou boire des limonades, faudra repartir affronter les vagues et le mauvais temps. C'est terrible.
- Ahah, vu comme ça, on pourra peut-être prendre quelques jours de repos.
- C'est moi le capitaine.
- Et que dit notre capitaine ?
- Qu'elle est d'accord pour le repos.
- Merci capitaine, vous êtes trop bon.
- Je sais, je sais.
- Allez je retourne sur le pont, j'ai pas encore eu de nouvelles du Gros Dan, entre autres.
- Tu retournes bronzer et faire croire que tu bosses dur, quoi. Bonne idée, comme ça tu montreras ton nombril aux mouettes plutôt qu'aux passants.
- Tu es trop prude Gaëlle.
- Je ne me promène pas en ville en sous-vêtements, c'est tout, que je réponds en haussant les épaules. Je ronchonne un peu, d'accord. Elle, elle rit.
- Mais il est à toi ce maillot de bain que je t'ai emprunté.
- N'empêche. Pas en pleine ville. Y a des choses qui se font pas.
- Ahahah.
- Allez retournes à ton "boulot" Gina. Dis-moi juste si tu vois encore l'enquiquineur.
- Je le vois. Il monte à l'échelle qui est à l'autre bout du quai. Il est trempé, normal. Et .. il s'en va, c'est bon.
- Tant mieux. Bonne bronzette Gina.
- Bonne vente, sœurette.

La raison de notre présence sur cette île, Citadelle, est très simple. Sur cette île, il y a des chantiers navals, pour construire des bateaux. Parmi les bateaux qu'ils construisent en ce moment, il y a une flotte en partie finie qui est prévue pour être livrée à un pirate nommé Red. Il parait qu'il est assez connu. Je crois avoir entendu ce nom une fois ou deux. Bref, il est mort. Et ces nouveaux bateaux se retrouvent sans propriétaire. L'info a dû remonter aux oreilles d'un de nos supérieurs, qui s'est alors dit qu'il serait bien de ne pas laisser des pirates ou d'autres vilains récupérer tous ces bateaux et que si les propriétés des hors-la-loi pouvaient être utilisées pour la justice, alors s'emparer de ces navires serait une bonne idée. Mais comme ils sont pas officiellement pour un pirate et qu'on ne veut pas envahir l'île comme ça pour leur voler des bateaux, que ça serait pas très honorable pour le Gouvernement Mondial, on envoie une petite bande de la 53éme d'Elite.
Mes sections et moi sommes là pour enquêter sur le sujet, identifier les vaisseaux et s'emparer d'un d'entre eux. Davantage si on peut, mais on est que vingt-sept, vingt-huit en comptant Gianna, et on a notre propre navire à ramener. Tout dépendra de la taille des bateaux à Red, donc. On les a pas encore trouvés. Godasse pense avoir une piste, il va falloir confirmer. Une fois qu'on les aura trouvés, on profitera de la nuit pour agir. On laisse notre déguisement de marchands vendeurs d'escargophones et on met nos déguisements de pirates. Et là, on vole le bateau !

Ça fait une semaine qu'on est là.
J'aime pas trop l'odeur de cette île, une odeur de métal et de poudre à cartouches. On s'y fait un peu. Mais il ne faut pas respirer trop fort. Je n'ai pas tellement envie d'y rester. Si on pouvait trouver les navires de Red et partir, ça serait bien.
Je m'occupe souvent du comptoir le matin. Le reste du temps, c'est Gianna ou Mitzu qui s'en chargent. Sinon un autre marine, peu importe tant qu'il est pas trop agressif, ce qui exclut Ranne et Doombeast, mes sergents, et pas trop idiot, ce qui exclut sûrement Malik, qui est caporal surtout parce qu'il a survécu à nos côtés depuis que je suis dans la 20éme et même avant et qu'il n'en n'est toujours pas mort. Il dit trop de bêtises et il est vraiment pas sérieux. Même si Ranne le tient bien et l'empêche de faire trop d'âneries.
Quand je suis pas au comptoir, je reste à m'entraîner sur le pont du brick. C'est important de rester en forme. Et puis .. j'ai tenté de d'aider aux recherches, mais c'est pas pour moi ça. Je sais pas à qui m'adresser et je veux pas risquer d'attirer trop d'attention sur nous. Enfin, pas tant qu'on a pas volé les bateaux. Après on peut avoir tout l'attention qu'on veut, tant qu'ils croient qu'on est des pirates. C'est pour ça qu'on a les cheveux blonds Gianna et moi. Parce que des filles aux cheveux roses, aussi géniales que moi, y en a pas tant que ça.


Il sera bientôt l'heure de manger. Un nouveau navire est en train de s'amarrer à côté du nôtre. Gianna descend à quai.

- Eh Gaëlle. Je vais faire un tour en ville, je reviens.
- Oui bien s … eh, non !

En tournant la tête dans sa direction, je m'aperçois d'un gros problème.

- C'est ma tenue préférée, tu peux pas partir avec !
- Et alors ? C'est aussi celle que je préfère.
- Oui mais c'est la mienne.
- J'ai plus rien à me mettre, allez, tu peux bien me la laisser aujourd'hui.

Pantalon blanc, tunique légère beige avec un col haut mais pas de manches, une ceinture, de bonnes bottes. Manque juste mes cestes, eux je les laisse rangés dans le coffre. Trop distinctifs comme signe. Faudra s'en passer pour cette opération.
Mais à part les gants de métal, c'est ma tenue de d'habitude qu'elle porte. Alors oui c'est aussi la sienne mais … Mais c'est la mienne avant tout quoi. Zute à la fin.

- .. Je vois bien que ça te plaît pas mais … oh, tu sais quoi Gaëlle ? Je sais ce qui va te remonter le moral et régler notre problème en même temps.
- Tu vas te changer ?
- Mieux ! Y a plein de boutiques dans le quartier des étrangers qui n'attendent que nous. On va dire à Mitzu de prendre ta place et allons-y.
- Mais … c'est quoi cette idée ? On est pas là pour ça Gia .. Gina.
- Rhôôô, ste plaît Gaë. Pour me faire plaisir. Et que j'arrête de te piquer tes affaires.
- Eh bien … euh … je suppose que ..
- C'est d'accord ? Super, en route, c'est parti !


Dernière édition par Gallena Scorone le Lun 7 Mai 2018 - 15:36, édité 4 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t13186-gallena-scoronehttp://www.onepiece-requiem.net/t13291-maitrises-de-gallena-scor
avatar
Adell "Golden" Dandy

♦ Localisation : A la première place !
♦ Équipage : L'équipage du Roi Rouge.

Feuille de personnage
Dorikis: 4100
Popularité: -223
Intégrité: -170

Dim 3 Sep 2017 - 12:59

Après avoir longuement débattues, on décide de retirer les pavillons noirs à l'arrière du navire, personnellement je trouve ça totalement débile. De si beaux drapeaux... Si ça continue ainsi, on va bientôt m'appeler Joe la clodo et ça, je le refuse catégoriquement. Si j'laisse Ysolda avoir le dernier mot, c'est uniquement car j'ai déjà mon petit truc de prévu. Pavillon ou pas, on va bientôt entendre parler de la ravissante Capitaine Golden dans le monde entier. On va bien rigoler.
Officiellement, on est là pour se réapprovisionner avant les Allods.
Officieusement, j'suis là pour prendre ce qui me revient de droit, un des navires du chantier secret de Citadelle. Il n'y a que Raven et moi même à être au courant de l'objectif, je ne vais mêler personne d'autre à cette histoire. Ils vont voir ce que j'suis capable de faire à moi toute seules, j'vais leur montrer qui c'est la patronne !

Le roi des mers s'installe tranquillement à quai, dépourvu donc de ses ravissants drapeaux, non loin d'un autre navire. Ce dernier n'arrive même pas au canon de mon bébé, sans parler de son charisme totalement absent. On fait encore des bateaux aussi moches de nos jours ? Enfin bon, on est pas là pour comparer notre splendeur à celle des autres.
Pour avoir la paix, j'explique clairement mon intention d'aller faire un tour en ville... Et dans ses boutiques. Sans problème, Brelyna abandonne l'idée de me suivre et Ysolda, trop occupée à gérer nos affaires, ne sourcille même pas. Parfait !

" Vas y je viens avec toi copine !

- Luffy ?!

- Bah ouais, ça fait longtemps qu'on a rien fait tout les deux. Toujours accompagnés par ces rabats joies. "

Je ris de bon cœur et lui fait signe de me suivre.
Alors que nous descendons du pont pour fuir le port, je lui lance:

" En fait, tu veux pas m'porter ?

- Légère comme t'es maintenant ? Ah'ah'ah, pas de soucis poto ! "

Me voilà désormais en route pour le centre ville, assise sur mon escargophone géant, jouissant du plaisir d'avancer sans se fatiguer. J'ai bien fait de me changer, il fait chaud aujourd'hui et mon paréo, mon haut de maillot de bain et mon grand chapeau de paille m'apportent une aide non négligeable. J'espère juste que je ne vais pas perdre mes sandales le long du trajet.

" T'es en beauté aujourd'hui, il va falloir que je redouble d'attention !

- Hihihi, tu dis n'importe quoi ! Je ne risque rien, t'inquiètes pas !

- Ah'ah. N'empêche que si j'savais que tu finirais en jupe, j'aurai fugué de la boutique de Den Den plutôt que de te faire payer.

- Mwah'ah'ah'ah'ah si t'es bête Luffy, j'vais rougir ! Dis, t'as pas envie d'aller manger un bout avant d'entamer notre petit tour ?

- Question con ! Bien sûr que j'le veux ! "

Tendant fièrement le bras vers l'avant, j'ordonne, en souriant à mon ami, de foncer tout droit !
J'ai envie de nouille, un énorme bol de nouille, avec des pommes. Parce que j'en ai bientôt plus. Un truc à ajouter à ma liste de priorité. Personne ne veut voyager avec moi, sans pomme.

Bien évidement, le long du trajet, nous ne manquons pas de nous faire remarquer. Entendre parler de ces Giga Den Den est une chose, en voir un en est une autre je suppose. Surtout quand celui ci ressemble au grand Monkey D. Luffy. Après un petit moment, on trouve enfin ce que l'on cherche, un petit stand de nouille. Des années que je n'en ai pas vu de ce genre, ils ont, pour la plupart, été balayés par les grands restaurants.
Trônant toujours sur mon escargophone, j'écarte les rideaux servant de porte au stand et offre mon plus beau sourire au tenancier.

" Bonjouuur~

- Bien le bonjour jeune fille ! Que puis-je pour vous ?

- J'aimerai quatre bols de nouilles s'il vous plait~

- Huit ! J'ai faim ! "

L'homme regarde le Den Den, surprit, mais j'enchaîne directement.

" Vas pour dix monsieur !

- C'est comme ci c'était fait jeunes gens.

- Merciii~ "

Je descend de ma monture et m'installe sur un tabouret, m'adossant au comptoir, observant les milliers de personnes fourmillant dans les rues de Citadelle. On discute du beau temps, de tout et de rien, avec le cuisto'nouille. Une fois servi, on dévore nos bols. A peine dix minutes plus tard, il ne reste plus une miette dans les récipients. Je lâche un énorme soupire de satisfaction, ne pouvant plus rien avaler, je lance une poignée de berrys sur le comptoir.

" Sur ce Nouille'Sama, on a quelque course à faire ! Restes ouvert, je repasserai plus tard ! C'était trop, trop, trop bon !!!

- Merci jeune fille, c'est un plaisir que d'avoir bien rempli l'estomac de mes clients ! Revenez quand vous voulez !

- Comptes la dessus mon pote ! "

J'remonte en selle, enfin en coquille, et tout en faisant signe de la main au cuisinier, Luffy et moi même nous engouffrons à nouveau dans la foule.
Heureusement que j'marche pas, parce que ça fait déjà un moment que j'trouve rien à mon goût et on a encore pleiiiin de quartier à visiter. Mais, alors qu'on s'approche d'une rue blindée de magasin de fringue, deux individus se disputent au beau milieu du chemin. Deux p'tites blondinettes au visage qui m'est pas inconnu. C'est marrant, j'ai connu une miss avec exactement les même frusques que l'une d'elle, sauf que Gall, elle a les cheveux roses.
Une fois finie de dévisager les énergumènes jumelles, perchée sur Luffy, je lance d'un ton digne du capitaine Golden:

" Vous êtes sur ma route là. Allez vous embrouiller dans un fossé ou j'sais pas, mais dégagez. "
http://www.onepiece-requiem.net/t8284-royal-golden#103865http://www.onepiece-requiem.net/t8382-l-heritier-de-gold-golden#
avatar
Gallena Scorone
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : En mer

Feuille de personnage
Dorikis: 6186
Popularité: +553
Intégrité: 475

Mar 5 Sep 2017 - 14:56

Nous voilà, vingt, vingt-cinq minutes après être parties en ville. C'est agaçant à dire, mais on a pas fait grand chose à part perdre du temps. On a déjà visité deux boutiques et bien c'était pas la peine. La première Gianna a voulu entrer, y avait rien d'intéressant. On est ressorties presque tout de suite. Y avait que des costumes noirs et des robes noires et des chapeaux noirs et c'était pas beau même dans les formes du design. C'était super raide, droit, étriqué. Et noir. Jamais on me verra mettre des trucs pareils. On est vite ressorties.
Le magasin suivant, c'était pareil mais en gris. Et marron. Mais attention, soit gris, soit marron. Pas les deux ensemble, ça risquerait de faire quelque chose de pas trop moche. Vraiment. Pourquoi y a deux boutiques comme ça, côte à côte en plus. C'est la mode à Citadelle ? D'accord ils sont pas très extravagants mais on est dans le quartier des étrangers là quand même.
Et évidemment, parce que sinon la blague est pas complète, dans chacun des magasins y avait un seul vendeur et les deux avaient la même tête. Sauf que le premier était habillé pour un enterrement, vous l'avez compris, en noir, alors que l'autre devait être tombé dans un tas de fumier, oui, il était habillé en marron. Même pas un marron agréable à voir, en plus. Si seulement c'en était un. Mais non, c'est un marron moche. Ils doivent être jumeaux. Jumeaux et tous deux vendeurs d'habits moches.

- Bon, on arrête là Gina. Gina, comme je l'ai déjà expliqué, c'est Gianna.
- Quoi ? On a même pas commencé. Bon d'accord on a pas eu de pot avec ceux deux-là. Mais on va trouver mieux.
- Mais arrêtes on va rien trouver tout est pourri et y a rien de bien.
- Ben, Gaëlle, depuis quand t'es comme ça ? D'habitude t'es toujours la première à vouloir faire des trucs, pourquoi tu râles là ? En plus t'aimes bien quand tu trouves de nouvelles fringues qui te plaisent.
- Oui ben, qui me plaisent. Là y a rien qui me plait. Et puis j'avais pas envie moi je voulais juste que tu me rendes tes habits et c'était ton idée après et c'était pas une bonne idée.
- Mais t'en sais rien on est entrées dans deux boutiques d'accord elles étaient nulles mais c'est quoi cette idée de croire qu'on tombe forcément sur le bon truc tout de suite ? Tu sais très bien que des fois on peut faire visiter des magasins toute la journée sans rien trouver qui nous plaise.
- Oui ben ça me plaît pas.
- Mais c'est quoi cette mentalité de gosse trop gâtée ? Je croyais que c'était toi la responsable de nous deux.
- Oui ben maintenant j'ai plus envie.
- Mais t'es pas sérieuse. Tu te fiches de moi ?!
- Vous êtes sur ma route là. Allez vous embrouiller dans un fossé ou j'sais pas, mais dégagez.

On tourne toutes deux la tête vers celle qui veut s'incruster dans notre conversation. Une grande rousse en maillot de bain, juchée sur un gros escargot, avec des lunettes de soleil plantées sur un chapeau du coup elles lui servent à rien. Alors elle qui tire la tronche, sans doute à cause du soleil qui lui arrive dans les yeux. En plus y a même pas de vraie plage à Citadelle.

- Eh la rouquine, si ton escanasson était pas aussi gros t'aurais pas besoin d'emmerder le monde.
- Eh tu sais ce qu'il te dit l'escanasson la blondasse ?!

Escargot-canasson ? Vraiment Gianna ? C'est tout ce que tu trouves de mieux.
Et depuis quand ça parle les escargophones ?

- Gall ?! C'toi ?
- Euh ...
- Si c'est toi ! J'étais pas sûre au début à cause des cheveux.

La rousse descend de son escargot de monte et s'approche avec un grand sourire. C'est qui elle ? Je la reconnais pas. En même temps c'est normal. Sans doute une personne pas importante. Je me rappelle déjà pas toujours des gens importants, alors les autres ...

- T'es qui au juste ?
- Ben c'est moi, Adell. Alors, c'est laquelle de vous deux Gall ?
- C'est moi, mais .. Je me penche vers la fille et lui glisse en chuchotant, ici je me fais appeler Gaëlle.
- Ca marche Gall. Et du coup t'es qui toi ?
- C'est ma soeur, Gina.
- Enchantée. Dis Gaëlle, tu connais une Adèle toi ?
- C'est une chanteuse non ? Je ne me souviens plus.
- Hihihi, mais non. Adell, on a voyagé ensemble après Reverse Mountain.
- Euh ..
- Et avec ça ?

Notre interlocutrice sort une pomme de je ne sais pas où elle a pas de poches et commence à la manger.

- Attends ... Adell ?!
- Ouais !!
- C'était pas censé être un gars ?
- Ben j'croyais si. M'dame Pandora parlait de son neveu.
- J'me disais aussi, ça colle pas à ce que tu m'as raconté à son sujet.
- Sauf si c'était une fille qui se faisait passer pour un garçon.
- Pourquoi elle ferait ça ?
- J'en sais rien moi.
- Et puis elle les aurait caché où ses seins ? Je sais que t'es pas très observatrice mais ça doit pas être confortable à plaquer sous des fringues. Elle est bien dotée.
- Peut-être la puberté ?
- C'était l'an dernier.
- Y a des gens qui grandissent vite.
- Bwahahahaha, comment elles parlent de toi mon pote.

L'escargot dit mon pote. Donc lui aussi il l'a connu, Adell se faisait passer pour un gars.

- Sinon vous pouvez me demander, vous savez. Et puis t'étais pas censée être blonde Gall.
- Mais ça serait moins drôle d'avoir la réponse tout de suite.
- J'avais une perruque. Sinon Gina, on va pas non plus y passer des heures. T'étais une fille ou un gars quand je t'ai connu Adell ?
- Et si t'étais un mec, il t'es arrivé quoi ? T'es tombé malade ? Ou dans un escalier ?
- Pourquoi un escalier Gina ?
- Sais pas c'était comme ça.
- Oh.
- Bwahahaha ! Si tu veux pas leur raconter je peux le faire moi Adell. Tu m'dis.

- Eh, c'est les filles de toute à l'heure !

Au cas où on parlerait de nous, je tourne la tête en direction de ce cri. Quatre mecs et une fille, qui sont assez loin dans la rue. Ils se promènent avec des barres en métal pour trois d'entre eux. Je sais pas pourquoi, mais j'ai pas l'impression que ça soit pour travailler dans un chantier de construction. Le type qui n'a pas de barre, qui parait petit comparé à ses potes, je crois que je l'ai déjà vu quelque part.
C'est Gianna qui réussit la première à mettre un nom sur ce visage.

- Eh, c'est pas l'idiot de tout à l'heure, Robert Trucmucheski ? Il est à moins de cent mètres non ?
- Je crois qu'il va falloir attendre un peu pour l'histoire, j'explique avec un regard d'excuse à l'intention d'Adell et son pote escargot.
http://www.onepiece-requiem.net/t13186-gallena-scoronehttp://www.onepiece-requiem.net/t13291-maitrises-de-gallena-scor
avatar
Adell "Golden" Dandy

♦ Localisation : A la première place !
♦ Équipage : L'équipage du Roi Rouge.

Feuille de personnage
Dorikis: 4100
Popularité: -223
Intégrité: -170

Mar 5 Sep 2017 - 16:14

Pendant quelques minutes mon cerveau s'est éteint. On m'pose trop de question et j'ai clairement du mal à savoir si c'est Gall qui m'parle, ou l'autre. Luffy vient à mon aide, voulant expliquer ce qui m'est arrivé, physiquement parlant, mais il n'a pas le temps de sortir le moindre mot que déjà, des types aux loins beuglent sur ma copine et sa jumelle. Pourquoi qu'elles s'excusent ? C'pas d'leur faute. J'm'en vais régler ça à ma façon. Sans rien dire, je passe entre les deux blondinettes pour me placer devant le groupe, face aux nouveaux venus.
Poings sur les hanches, j'observe ces mecs qui s'approchent de plus en plus de nous, plus que quelques mètres. Et j'peux pas vous mentir, leur tenue vestimentaire me donne la nausée, j'vais vomir.
Alors que le p'tit bonhomme au cheveux noir, sans doute le Robert machin, s'apprête à ouvrir la bouche, je le coupe sec !

" Non, non. Désolé, ça va pas être possible. Hors de question que je discute avec des gens qui ont si peu de goût. "

Surpris, les cinq lascars reste bouche bée.

" Franchement miss, qu'est-ce que tu traînes avec ça ? T'as pas de fierté ?

- Je...

- Non, t'as pas le droit de me parler pour la peine !

- Mais pour qui tu te prends pétasse ? "

L'auteur de ces affreuses paroles, un grand chauve avec une cicatrice qui lui parcours tout l'crâne, me regarde avec l'envie de m'égorger. Mais pas longtemps, mon regard lui a fait plus peur.
D'un geboum presque invisible, je me propulse en face de l'homme et lui décroche un coup de genou dans l'estomac, si violemment qu'il s'envole cent mètres plus loin.

" On n'parle pas comme ça à une dame. "

Dressé au côté du nabot, presque en train de se chier dessus, j'lui lance un énorme sourire sadique. C'est à ce moment qu'un autre me saute dessus, barre en métal armée, prêt à frapper. Une main s'interpose, Gall. Ou l'autre, je sais plus bordel. La blondinette colle un coup d'coude dans le menton de son adversaire, qui a l'air le plus chevelu d'la bande, si on oublie la gonzesse. Désarmé et déséquilibré, ma coupine lui balance une petite balayette des familles. La chute de l'homme provoque un bruit lourd et sourd. Gros sac.
Luffy lui, s'est foutu dans sa coquille et la jumelle, ou Gall, l'envoie rouler dans l'tas. Je me recule de quelques pas pour éviter d'être prise dans le strike.

" Nooooooooooooooon ! Ma sandale ! "

Dans mon mouvement, je l'ai laissée glisser de mon pied et ce dernier a horreur de toucher un sol qui n'a pas été lessivé une centaine de fois, j'ose plus bouger... Tétanisée par la sensation affreuse qui parcours la plante de mes pieds.
Sortant la tête de sa coquille, Mushiwara voit alors sa capitaine en état de panique, il sait ce que ça annonce. Avant que l'ennemi ne se relève, le den den fonce attraper la sandale pour la remettre à mon pied, puis il me pose sur son dos.

" Exploses pas s'il te plait, exploses pas ! Self contrôle Adell ! Adieu la discretion sinon !

- Ma... Sandale... Pied... Par terre... Pas propre... Pas propre... Pas propre...

- Bordel ! J'vous laisse vous occuper d'eux, j'vais l'éloigner d'ici avant qu'elle rase le quartier.

- Vous irez nul pa... "

L'homme, le chevelu que Gall a déjà couché et qui s'est relevé entre temps, n'a pas l'temps de terminer ça phrase que ma blondinette de copine lui décolle une patate millésimale.
Sans mon état de choc, sûr que le bruit de sa mâchoire qui se brise serait parvenu à mes oreilles.
Luffy en profite alors pour me déposer dans une ruelle non loin d'ici, menant à un cul d'sac utilisé comme arrière boutique.
http://www.onepiece-requiem.net/t8284-royal-golden#103865http://www.onepiece-requiem.net/t8382-l-heritier-de-gold-golden#
avatar
Gallena Scorone
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : En mer

Feuille de personnage
Dorikis: 6186
Popularité: +553
Intégrité: 475

Mar 5 Sep 2017 - 19:17

- T'étais pas obligée d'y aller aussi violente Gina.
- Eh, je l'avais prévenu. Enfin pas lui mais son pote. Bah, de toute façon ils cherchaient les ennuis. Ils les trouvent.
- Oui mais bon ..
- Eh, regarde, j'ai été sympa. Je suis sûre qu'il aura pas besoin d'aller à l'hopital.

Et pour bien appuyer ses propos, Gianna attrape le gars à terre par ses longs cheveux, puis elle le soulève et lui donne quelques coups de poings supplémentaires dans la face.

- Gina !
- Une dernière pour la route.

*PAF*

- Voilà on peut y aller. D'ailleurs elle est passée où ?
- D'après la trace de salive de l'escargot, ils sont partis par là.
- Bien vu. On fait quoi, on va les rejoindre ?
- Vaudrait mieux. Je voudrais bien savoir qui est cette fille et pourquoi elle me connaît.
- Toi aussi t'as du mal à croire à son histoire ?
- On s'est assez cognés pendant nos entraînements pour que je sois certaine qu'Adell n'est pas une fille. Mais elle lui ressemble et a réussi à me reconnaître. Alors ...
- Ça pourrait pas être sa sœur ?
- C'est possible. Ou alors c'est une blague et Adell est caché dans un coin en train de se moquer de nous.
- Il en est bien capable.
...
- On y va ? Sinon on reste plantées là jusqu'à demain, on peut aussi.
- Non non, allons-y.

En se mettant en route, Gianna marche sur la main d'un de nos agresseurs. Je crois qu'elle a fait exprès, parce que quand il crie, elle se contente de sourire.

On arrive dans un cul-de-sac et s'y trouvent la fille Adell et l'escargot. La fille est en train de ... grogner ? Et râler mais en prononçant les mots très lentement comme s'ils avaient du mal à passer ses mâchoires. C'est une méthode originale de râler. C'est quasiment l'inverse de comment je fais moi. Et puis elle a l'air de produire comme des petites explosions de temps en temps. En lançant des cailloux contre le mur et en renversant des caisses qui traînaient derrière la boutique derrière laquelle on se trouve. Un paquet de bouteilles en verre vides se reverse et celles qui sont pas trop cassées se retrouvent à rouler par terre.
L'escargot tente de la calmer. Elle est vraiment en train de râler parce qu'elle a eu le pied qui a touché le sol ? C'est qu'un pavé. Et puis si elle voulait pas que ça arrive elle aurait mis de vraies chaussures qui tiennent en place. Je suis sûre qu'Adell, le vrai, il aurait pas été aussi chochotte. Il devait plutôt être du genre à manger de la terre. Même si je l'ai jamais vu faire, il mangeait plutôt des pommes en vrai. Mais en tout cas il réagirait pas comme ça, j'en suis sûre.
Ou alors si c'est Adell, il est tombé tellement fort sur la tête qu'il a perdu la mémoire et le cerveau. Même si côté cerveau, il était pas bien doté avant l'accident. Euh, hypothétique accident. Moi je pense plutôt que cette fille tente de nous embrouiller. Et elle y arrive bien. Ou alors je m'embrouille toute seule. J'y arrive bien aussi, d'habitude.

- Bon plutôt que piquer une crise pour un peu de poussière, si vous nous racontiez cette histoire ?
http://www.onepiece-requiem.net/t13186-gallena-scoronehttp://www.onepiece-requiem.net/t13291-maitrises-de-gallena-scor
avatar
Adell "Golden" Dandy

♦ Localisation : A la première place !
♦ Équipage : L'équipage du Roi Rouge.

Feuille de personnage
Dorikis: 4100
Popularité: -223
Intégrité: -170

Mar 5 Sep 2017 - 20:06

J'vais retourner au navire, me laver et j'viens raser cette putain de ville. Non mieux, je l'explose maintenant et j'vais me doucher après. Non, non, je peux pas me balader avec un pied sale, c'est inadmissible, impensable. Je le répète, j'ai un certain standing à tenir. Que vont dire les gens en voyant la grande reine des pirates avec les pieds noirs ? Hein ? Hein ?

" Je sais à quoi tu penses Adell, c'est pas super super. Pis pense à tout ce que tu ne pourras pas acheter si tu rases tout !

- Ne joue pas sur mes sentiments Luffy ! Ca m'énerve encore plus !

- Fais toi remarquer pour quelque chose de plus grand, pas parce que t'as marché sur un sol dégueu'. "

Ce con, sans l'vouloir, me fait repenser à mon objectif. Le chantier naval.
Vrai que si j'fais la conne, j'risque de vite me retrouver avec des troncs d'arbres dans les roues.
Allez ma belle, inspiiiiire, expiiiiiire, inspiiiiiire, expiiiiiire.

" Bon plutôt que piquer une crise pour un peu de poussière, si vous nous racontiez cette histoire ?

- Oh bordel, la conne !

- Gina !

- Bah quoi, c'est vrai non ? "

Inspire, expire, inspire, expire, inspire, expire... Je suis en harmonie avec moi même, je suis zen et en total sérénité. Pense à de belle chose Adell, allez. J'empoigne délicatement une des bouteilles vides tombées au sol, la place devant mon visage et je me met alors à observer mon reflet.
Qu'elle beauté ! J'illumine mes propres journées.
Comme de rien, je lâche la teille et me retourne vers mes trois acolytes, un sourire éclatant sur les lèvres.

" C'est de la faute à Reyson ! Il m'a transformé en meuf, parce que c'est la merde ces temps dans la pi...

- Adell !

- Dans la piscine, du coup, comme ça, j'ai des places plus facilement. C'est important pour ma peau de prendre régulièrement des bains de soleil, mais pas trop, les rousses ne doivent pas en abuser ! C'est discriminatoire... Mais la vie de marchande est épuisante, si je ne veux pas finir ridée avant l'heure, je dois prendre soin de moi !

- Ce beau gosse ! "

J'donne un coup d'coude à Luffy pour pas qu'il en rajoute, c'est nul certes mais, c'est la seule chose qui m'est venu a l'esprit. J'ai totalement oublié cette histoire, Gallena pense que je suis un simple marchand...
Vite, change de sujet.

" Et vous, qu'est-ce que vous foutez en blonde ?! Ca te va pas du tout ma chérie, ton teint de peau ne s'accorde pas à la blondeur de ta chevelure ! Tu es un peu bronzée, tu devrais opter pour un auburn voir acajou mais jamais, au grand jamais blond ou platine ! Le rose te vas même mieux. "

Sans attendre de réponse, je me met en route pour reprendre mon shopping. Avant d'arriver à la fin de la ruelle, je me retourne toujours aussi souriante, elles doivent me prendre pour une bipolaire les pauvres. Enfin bref, je leur lance à voix haute.

" Bon vous venez, on a encore plein de quartiers et de boutiques à visiter. Va falloir vous trouver d'autre vêtement, même si je t'aime bien Gallou, je peux pas me balader avec vous si vous portez cette accoutrement ! Zouuuh les filles ! Et euh, Luffy s'il te plait !

- S'il te plait ? Et bah dis comme ça... J'arrive ma douce capitaine.

- Ne te moques pas ! "

En riant, le Den den géant s'approche de moi pour me permettre de remonter sur son dos, c'est ça les meilleurs amis ! Je vais lui acheter un chapeau de paille pour la peine, il le mérite !
http://www.onepiece-requiem.net/t8284-royal-golden#103865http://www.onepiece-requiem.net/t8382-l-heritier-de-gold-golden#
avatar
Gallena Scorone
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : En mer

Feuille de personnage
Dorikis: 6186
Popularité: +553
Intégrité: 475

Mer 6 Sep 2017 - 11:57

- Bon .. je sais pas qui est ce Reyson, mais "Adell" a raison sur un point.
- Lequel ?
- Tu peux pas rester habillée comme une éleveuse d'escargots quand on se promène en ville. En plus t'en as jamais élevé, tu les vends juste.
- Toi aussi tu les vends.
- Mais moi je me suis changée avant de partir faire du shopping.
- D'ailleurs pourquoi tu voulais aller en ville au début ?
- Pourquoi je ..? Oh oui, c'était pour retrouver le Gros Dan. J'ai pas de nouvelles de lui depuis ce matin et personne ne l'a vu.
- T'espère tomber sur lui par hasard ?
- Disons que c'est l'idée que j'ai décidé de tenter. Parce que j'en ai pas d'autre pour le moment.
- D'accord ... et t'as quoi contre ma tenue ?
- Elle est bien pour jouer à la vendeuse. Mais on a besoin de davantage de fringues pour nous deux et tu peux pas porter ça pour la vie de tous les jours.
- C'est parce que tu m'as piqué mes habits de d'habitude.
- Ben oui. On a pas assez pour nous deux. D'où le besoin d'en acheter de nouveaux. Tu m'écoutes Gaëlle ?
- Oui .. bon.
- Allez on va les perdre de vue si tu traines. Même si cette fille est dingue, elle est là pour la même raison que nous. On va te relooker.
- Mais j'ai pas envie moi. Je m'aime bien comme je suis.
- Bah, c'est juste pour aujourd'hui. Tu pourras remettre tes vieilles frusques demain. Moi j'en aurais de nouvelles et pas toi, c'est tout.
- C'est censé me faire réagir ?
- Fallait tenter. Eh Adell, attends-nous !

Gianna s'élance pour les rattraper, la rouquine et Luffy l'escargot. Je reste à les suivre derrière, en faisant quand même attention à pas marcher dans la bave d'escargot.

Elles se mettent à discuter, une discussion qui s'anime très vite. Régulièrement l'une ou l'autre me jette un regard en souriant. J'aime pas ça. Ça sent le piège. Je sens que Gianna est contente. Elles doivent être en train de discuter de ce qu'elles vont me forcer à essayer comme habits si elles trouvent.

* * * * *

Elles étaient en train de discuter de ce qu'elles me forcent maintenant à essayer.

- Allez Gaëlle sort de la cabine.
- Non.

L'escargot Luffy est resté dehors de la boutique. Il était trop gros pour passer la porte et entrer. En même temps tant mieux, il aurait sali le sol sinon.

- Allez Gall t'as pas à avoir peur. Faut que tu nous montres de quoi t'as l'air.
- Si tu sors pas ... je sais pas ce que je vais faire mais tu vas pas aimer.
- M'en fiche. En plus c'est nul comme menace. Avec ce haut trop court mon nombril est complètement découvert. Et puis un short c'est censé arriver aux genoux, pas en haut des cuisses.
- Mais qu'est-ce que tu dis ? Bien sûr qu'il y en a des comme ça. Ça s'appelle un mini-short, d'abord. Et le haut c'est pour montrer tes formes qu'on l'a pris, te mettre en valeur. Fais pas ta timide, en plus il est très bien ton nombril.
- Mais ... t'en sais rien t'as jamais vu son nombril.
- Non mais c'est pour l'encourager.

- Y a trop de peau à l'air. Au moindre pet de vent je vais attraper un rhume mortel ... Je vous préviens, si vous vous moquez, je me changes et je rentre tout de suite au bateau.
- On se moquera pas, promis. Hein Adell ?
- Ouais ! T'inquiètes pas kopine. On fera que critiquer.
- T'as dit quoi Adell ?
- Euh ..
- Elle a dit : "On se contentera d'admirer".
- Ah .. bon .. j'ouvre la porte. Voilà. .. Vous en pensez quoi ?

* * * * *

On marche dans la rue pour aller à un autre magasin. Gianna et Adell sont en train de bavarder devant, pendant que je marche à côté de l'escargot qui porte quelques sacs. Elles ont pas pris grand chose pour elles, elles se sont concentrées sur moi. J'espère que c'est fini et qu'elles vont s'occuper d'elles maintenant. Je me suis en partie rechangée pour remettre ce que j'avais avant, parce que malgré ce qu'elles disent, j'ai pas envie de montrer mon nombril. J'ai gardé le minuscule short parce que je suis un peu curieuse de savoir si ça me générait pour courir. Mais j'ai remis mon tee-shirt que j'avais ce matin.
Tiens d'ailleurs il est quelle heure ? Un rapide coup d’œil vers le soleil me dit qu'il doit être aux alentours de midi.

- Dis .. Luffy, c'est ça ?
- Oui la miss, c'est mon nom.
- Euh .. j'ai jamais rencontré d'escargot qui parle. Je m'excuse si je peux paraître un peu bizarre.
- Tu leur as déjà parlé à ceux que tu connais ?
- Non, jamais.
- Ben voilà.
- Ah ?
- Non j'te fais marcher. La plupart des escargophones sont contents de manger des salades et transmettre les appels. Faut un modèle particulière pour être aussi beau et intelligent que moi.
- Ah bon ? Quel modèle ?
- Un mimo-denden, version Roi des Pi .. ctogrammes.
- Roi des Pictogrammes ?
- C'est une longue histoire.
- Je suis curieuse de l'entendre.
- Eh bien...

Alors qu'il allait commencer à raconter son histoire, Gianna et Adell se tournent vers nous.

- Eh Gaëlle, elle a l'air bien cette boutique t'en dis quoi ?
- On pourrait pas aller manger plutôt ? Je commence à avoir faim.
- Ouf, sauvé.
- On pourra aller manger après. Mais pas trop, si tu veux avoir un corps de rêve comme le mien faut faire gaffe à sa ligne.
- Qu'est-ce que la pêche vient faire ici ?
- Je croyais que c'était Gall ces blagues-là.
- Non elle elle fait pas exprès.
- Eh ! Allez plutôt voir cette boutique au lieu de dire des bêtises sur moi.
- Ah mais ...
- Gallou, tu viens toi aussi. On te laisse pas le choix.

Si je m'enfuis en courant, est-ce que ... non, elles risqueraient de me rattraper. En plus ça va me fatiguer et j'aurais encore plus faim après. Et si je m'arrête pour manger elles me rattraperaient encore plus facilement...

- D'accord, mais après on va manger.
- Ça maaarche.
http://www.onepiece-requiem.net/t13186-gallena-scoronehttp://www.onepiece-requiem.net/t13291-maitrises-de-gallena-scor
avatar
Adell "Golden" Dandy

♦ Localisation : A la première place !
♦ Équipage : L'équipage du Roi Rouge.

Feuille de personnage
Dorikis: 4100
Popularité: -223
Intégrité: -170

Jeu 7 Sep 2017 - 16:57

Tout ce cinéma pour finir en mini-short et remettre son vieux t-shirt, j'me demande si ils ont tous des goûts aussi chelou dans la marine. Sûrement que non, Gianna a presque les mêmes que moi. C'est quand même pas d'bol d'avoir deux filles qui embrassent la carrière de mouette. Pauvres parents, enfin, ça doit se valoir d'avoir un p'tit fils inconscient devenu pirate, capitaine pirate puis UNE capitaine pirate.
Wé y'a pas à dire, nos familles dansent sur un pied d'égalité niveau poisse.

Enfin bref, pour le moment, le plus important c'est d'compléter notre garde de robe. Que Gall ne soit pas de cette avis, on s'en tape, Gianna l'est elle ! Comment j'arrive à les différencier maintenant ? La râleuse, c'est Gallou. Celle qui pense comme moi, Gigi. C'pas plus compliqué.
C'est donc en grignotant une pomme, une survivante cachée dans mon chapeau, que la fine équipe se dirige vers un nouveau magasin. Plus on s'en approche, plus ma pomme diminue, plus j'me dis qu'ça va être la crise.
La dernière des dernières... J'ai mangée tout celles de ma cabine après avoir été féminisée par Reyson, t'sais la frustration tout ça, tout ça. Tout ça pour dire, que l'heure devient grave ! Si j'arrive à la faire durer le temps de fouiller cette boutique, j'peux sûrement arriver à en récupérer avant la fin du monde.
Fruit bloqué entre mes magnifiques dents blanches, j'dépose mes compagnons sur place, accélérant de plus en plus le pas. Dans l'esprit de Luffy, ceci ne peut expliquer que cela:

" Faut qu'on s'bouge ! C'EST LA DERNIERE POMMME !!! "

L'avantage de la situation, si on peut parler d'avantage quand une femme bombe est sûr le point de devenir de plus en plus désagréable, c'est qu'on peut assister à l'accélération du Giga Den Den... Qui n'en est pas une. Mais c'est toujours fun de voir la non différence. Mwah'ah'ah.
Alors que les jumelles marines me rejoignent rapidement, laissant Luffy souffler à l'entrée, elles assistent alors une scène haute en couleur. En l'espace de deux minutes, j'ai dû essayer une dizaine de vêtement, envoyer l'vendeur me chercher tel ou tel chose, le renvoyer chercher une bricole. Un peu apeuré par mon énergie débordante, l'homme tente un :

" Si vous voulez nous avons de...

- Enfoies ! "

Dis-je, mon reste de pomme encore dans la bouche.
Pas l'temps de t'écouter mon gaillard, y'a urgence.
Quinze minutes plus tard, me voilà avec autant de sac devant la caisse. Ne croyez pas que tout ceci est pour moi, j'ai juste décidée pour les deux autres, c'est beaucoup plus rapide ! J'ai qu'à récupérer ce qu'elles ne veulent pas, mwah'ah'ah.
J'paye rapidement en lâchant un "me'chi bian", l'vendeur à les yeux qui brillent devant l'sac de berry.
Sans demander mon reste, je donne les sacs destinés à Gall et Gianna puis, je passe les miens à Luffy qui attend impatiemment devant la boutique.

" T'as encore beaucoup de truc à me faire por.... ADELL ! Mais attends nous !

- Ché pas l'temps ! "

Mince, j'ai croqué dans la pomme sans l'vouloir, l'échéance se rapproche. Où sont ses cons d'épiciers ?
J'abandonne tout l'monde et disparais dans la foule au trot.

Une vingtaine de minutes plus tard, alors que les deux marines et l'escargophone recherchent par où la jeune et resplendissante rouquine, que je suis, est partie. Ils ne tardent pas à me voir arriver, traînant un gigantesque sac. Bien que j'le porte sur mon épaule, ce dernier frotte tout de même au sol.


" Si Ysolda apprend que...

- Je l'emmerde Ysolda, c'moi la boss !

- T'es pas sensée être plus aimable une fois que t'as récupérer tes fruits là ?

- Il n'avait pas de Golden ! "

Répond-je à mon ami, l'enfer se déchaînant dans mes yeux.

" Tu l'as quand même pas...

- C'est pas l'envie qui me manquait... Il avait des pinks lady alors j'lui ai pardonné.

- Ouufffff ! Tu veux un coup d'main ?

- Non ! Ca, je garde sur moi !

- T'peux m'en donner une au moins ? J'commence à avoir faim à vous attendre !
Non, non, c'bon j'en veux pas en fait.
"

Mon regard assassin suffit à lui faire changer d'avis. J'veux bien être gentille mais oh, y'a des limites. Et puis, comme l'ont remarquées les deux soeurs, mon paréo est déchiré... Cet enfoiré s'est accroché à l'échoppe du vendeur de pomme... C'est surtout ça qui m'énerve, les goldens ne sont qu'une excuse, la reine des pirates... Les vêtements déchirés... JAMAIS CELA NE DOIT SE SAVOIR !

" Arrêtez d'me regarder comme ça ! Foutez moi la paix, on ramène ça sur le navire et je vous paye à manger. MAIS ! Chut ! Pas un mot !

- J'suis pas chaud, chaud. Brelyna va croire que c'est l'un de nous qui a déchiré ta... "

BAM.
Je lui écrase mon pied dans le visage.
Puis je pars en direction du port, vexée comme un poux. Voir comme une armée de poux qui traîne un sac gigantesque.
http://www.onepiece-requiem.net/t8284-royal-golden#103865http://www.onepiece-requiem.net/t8382-l-heritier-de-gold-golden#
avatar
Gallena Scorone
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : En mer

Feuille de personnage
Dorikis: 6186
Popularité: +553
Intégrité: 475

Dim 10 Sep 2017 - 16:19

C'est allé trop vite pour moi. D'accord Adell il avait un problème avec les pommes déjà avant, mais à ce point ? C'est exagéré. Y a tout qui est exagéré avec cette fille.
Du coup j'ai pas tout à fait suivi, mais on est revenues au port et leur navire était juste à côté du notre et j'ai été invitée à manger, je crois.
C'est Luffy, l'escargot, qui nous a invité, Gianna et moi, à venir manger dans leur réfectoire. Leur bateau est assez gros pour en avoir un. Sur le brick qui nous sert de base à Citadelle, on se met sur le pont, pendant que certains dorment à la cale dans des hamacs, on a pas la place pour avoir une salle spécialement pour manger.
Ils sont assez nombreux sur leur bateau. Plus que sur le mien.
Bon le truc c'est que quand Luffy s'est retourné pour nous proposer de venir manger, Gianna était déjà partie ailleurs. J'ai expliqué à Luffy qu'elle a dit qu'elle avait quelque chose à faire et qu'elle nous retrouverait tout à l'heure.
En vrai, elles nous a laissé pour partir retrouver Godasse, comme c'était prévu avant qu'elle m'embarque dans son plan de refaire toute sa garde-robe et la mienne à l'occasion. Je sais qu'on est censées être la même Gallena, mais elle est plus .. très .. moins prudente ? Plus agressive, plus .. volontaire ? Je veux dire, elle .. en fait c'est moi comme j'étais avant d'avoir toutes ces responsabilités. mais en moins soucieuse d'elle-même, parce que je suis soucieuse pour nous deux. J'étais moins soucieuse avant, c'est sûr, mais si il lui arrive quelque chose ça m'arrive aussi, alors c'est normal que je m'inquiète, non ?
Je sais pas.
Du coup elle est partie et quand Luffy s'est retourné il restait plus que moi. Aussi je l'ai accompagner pour aller manger. Et on suivait Adell qui était partie presque au pas de course.

Quand on est arrivés au port, Adell était déjà devant son bateau, mais d'où on était on l'entendait aussi bien que si on avait été à côté. Et y avait une blonde sur le pont qui s'est mise à brailler aussi :
- Qui a déchiré le paréo de mon Adell ?!
Et les deux qui se mettent à crier pleurnicher hurler, puis elles se mettent à s'engueuler à propos de shopping qu'Adell était pas censée aller en faire ou en faire seule j'ai pas bien compris, ensuite les deux se jettent dans les bras l'une de l'autre en pleurant à grosses gouttes, je crois qu'elles pleurent surtout le pauvre bout de tissu, ou alors elles viennent de se réconcilier après la brouille express, puis le temps qu'on commence à monter à bord avec Luffy, Adell et sa pote Brelyna partent s'enfermer dans une cabine on aurait dit deux ouragans qui se mélangent pour former .. un gros ouragan. Et on continue de les entendre malgré la porte fermée.
...
Manger !
Ça sera toujours plus intéressant que le spectacle d'Adell et sa copine.

Nous sommes en train de manger, Luffy et moi, un genre de soupe aux pommes de terre dans nos assiettes. L'escargot en est à son quatrième bol et ne semble pas prêt de s'arrêter. Un suel me suffira, moi. Bon, deux. C'est que c'était une matinée fatigante.
Pendant qu'on mange, on discute. Imaginez que ça parle un peu la bouche pleine, je la raconte compréhensible pour tous.

- Tiens du coup Luffy, vous faites quoi ici ?
- On est venus manger c'te question.
- Ahah. Non je veux dire, à Citadelle.
- Oh. Eh bien .. on est v'nus y vendre des choses et en acheter. Puisqu'on est des marchands.
- Oui mais quoi ? C'est que vous êtes quand même nombreux sur votre bateau.
- C'est qu'on a beaucoup de marchandises. Pis pour s'protéger des pirates c'mieux d'être nombreux.
- J'comprends. C'est vrai que les pommes ça doit être très recherché. Mais j'suppose qu'avec un gros bateau comme ça vous avez pas que des pommes à vendre.
- Nan ! Nan ! On a aussi des oranges et des poires, mwhahahaha !
- En parlant de pirates, en venant ici on a croisé une fille qui chantait un truc du genre "Je suis un pirate, je tue je pille je massacre, c'est l'éclate" ... c'est .. courant chez vous comme chanson ?
- Oh. Heum .. fais pas gaffe. C't'une chanson de marins. C'est souvent un peu grossier.
- .. Je vois. Bah, de toute façon même si elle a été pirate ça me concerne plus.
- Comment ça ?
- J'étais dans la marine. Avant.
- T'es plus mouette ?
- C'est ce "qu'avant" veut dire ..
- Ah, ouais, dur. Comment ça se fait ?
- .. J'préfère pas en parler pour le moment. Puis j'ai trouvé un nouveau boulot et y a ma sœur avec moi alors c'est cool.
- Ahahahah, c'est sûr ! Quoiqu'ce soit ça peut pas être plus chiant qu'la marine.
- .. Oui.
- T'veux qu'on change de sujet ?
- Je préfère.
- Pas d'soucis. Eh cuistot, apportes-moi un nouveau bol, çui-ci est fini !

Pendant qu'un homme d'équipage sert pour la cinquième fois un plat à l'escargot, une femme, grande et rousse, la quarantaine, débarque dans le réfectoire. Elle se tient la tête une main sur le front et elle marmonne.

- Elle c'est  Ysolda, le vice-capitaine. Fin, celle qui remplace Adell quand elle est occupée à s'faire belle.
- D'accord. Mais sérieusement, de toi à moi, c'est vraiment Adell cette fille ? Qu'était un mec roux avant et tout ?
- .. évidemment. Qui veux-tu qu'ce soit ?
- Une imposteuse. Trice.
- Nan nan, c'bien elle. J'veux dire, c'bien lui. C'mon capitaine.
- J'ai du mal à y croire.
- C'est la réalité, c'tout.
- Mouais .. n'empêche avant il était pas aussi ...
- Belle ?
- M'bof. J'allais plutôt dire .. ..
- Fatiguante ?
- Oh Ysolda, tu te joins à nous pour l'repas ?
- Faites-moi une place. T'es qui toi ?

C'est à moi qu'elle s'adresse. Directe, autoritaire. Elle a plus l'air d'un capitaine que cette version d'Adell en a l'air. Pas que l'ancienne version en avait l'air, d'un capitaine. Mais il était moins .. il était quand même plus capitainable que l'actuelle.

- Je suis Ga..ëlle Sirmione, m'dame. C'est Luffy et Adell aqui m'ont invité à venir manger avec eux. Sauf qu'Adell semble un peu occupée, alors on mange juste nous deux.
- C'est une copine d'Adell, la renseigne aimablement Luffy l'escargot géant.
Ysolda reste à me regarder, sans rien dire. C'est .. bizarrement inconfortable. Ça me rappelle quand j'étais au BAN, avec certains des pires instructeurs. Par pire je veux dire qu'ils étaient durs pour rien, pas qu'ils étaient mauvais. Si ils croient que c'est la seule méthode d'enseigner ils se trompent, vu qu'il y en d'autres qui font très bien sans être aussi brutaux. Mais si c'est la seule qu'ils savent bien faire .. ben ils pourraient en apprendre d'autres, ça serait mieux et .. tiens, ça fait combien de temps qu'elle a arrêté de me fixer ? Mince, elle a dit quoi ? Concentration Gallena concentration.
- Très bien. Je te souhaite la bienvenue à bord Ga-ëlle. Luffy, elle compte rejoindre notre équipage ?
- Hein ? J'en sais rien moi j'pense pas.
- J'ai déjà un travail et un bateau. Mais merci.
- C'était pas une offre. Même si, si Adell décide de t'embarquer, j'aurais dû mal à la faire changer d'avis. Que nous deux on soit d'accord, ou non.
- Elle est ... inflexible ?
- Elle en fait qu'à sa tête tu veux dire. Pire qu'avant, comme tu disais quand je suis arrivée.
- Eh, dites pas trop de mal mon pote quand même.

A ce moment de nouveaux cris résonnent depuis la cabine d'Adell. Ca ressemble plus à des cris de joie cette fois. Elles doivent avoir trouvé une jupe qui leur plait dans les trois milliers d'affaires qu'Adell a embarqué dans le dernier magasin.

- Elles me fatiguent.
http://www.onepiece-requiem.net/t13186-gallena-scoronehttp://www.onepiece-requiem.net/t13291-maitrises-de-gallena-scor
avatar
Adell "Golden" Dandy

♦ Localisation : A la première place !
♦ Équipage : L'équipage du Roi Rouge.

Feuille de personnage
Dorikis: 4100
Popularité: -223
Intégrité: -170

Dim 10 Sep 2017 - 19:43

" Celle là non ?

- Je sais pas, ça me boudine pas trop ?

- Tu déconnes ? J'serai pas amoureuse de ton toi masculin, je t'épouserai.

- Euh, merci... Meeeh... J'suis pas sûr que ça ai un sens ce que tu dis Bre'.

- Bah si ! Juste que j'suis fidèle !

- Meh... Laisses tomber ! Qu'est-ce que tu penses de se chemisier ?

- Parfait, il ira bien avec tes cravates. Mais mets ce haut avec. L'noir et blanc ça fait toujours fureur, pis ça va mettre en valeur tes... enfin tu sais... "

Dit-elle en devenant de plus en plus rouge, sans savoir où poser son regard.

" Hi'hi'hi'hi. Comment t'es touuuute gênée ! Tu veux encore faire croire que t'aimes que mon moi masculin ?

- Hein ?! Mais non, ça n'a rien à voir ! Allez, habilles toi là ! "

Les réactions de ma garde du corps m'amuse toujours, elles sont si... authentiques, ouais je crois que c'est le mot. Toujours fidèle à elle même. On s'ressemble beaucoup de ce point de vue.
Enfin bref, j'enfile un mini short en jean noir pour qu'il soit assorti à mon débardeur de la même couleur, par dessus je passe le fameux chemisier blanc puis, vient le tour de la cravate. J'ai envie de changer un peu, alors je prend la bleue nuit à rayures rouges, ce qui ne laisse pas Bre' de marbre.


Spoiler:
 

" Et bah. Ca c'est du changement.

- T'as vu, je me suis dit qu'un peu de...

- C'est ironique Adell-kun...

- Tcheuu ! Mais ça me va bien quand même non ?!

- Tout te va de toute façon, pourquoi tu poses cette question !

- Oooh c'est trop chou ! "

Je lui dépose un bisou sur le front et me dirige vers la porte toute guillerette, laissant trainer sur mon lit, un peu sur mon bureau, un peu sur le sol, une montagne de vêtements en vrac. Si ma tante voit ça... Tu peux être sûr que j'me retrouverai enfermée ici pour la fin de mes jours... Mais elle est pas là, alors on s'en tape hi'hi'hi. Suivie de prêt par Brelyna, j'sors de ma cabine et commence à arpenter les couloirs boisés du Roi des mers.


Pendant ce temps là, Luffy continue de dévorer tout ce qu'il peut, c'est à dire beaucoup de chose, devant le regard médusé de Gallena. Ysolda, quand à elle, se contente d'observer la scène en sachant pertinemment qu'un moment donné, ça va mal tourner. La raison ? La nouvelle demande de l'escargophone.

" Oh gros ! Il reste pas un poulet, ou une connerie comme ça ?

- Bah... euh... si... On a bien une dinde qui cuit là mais c'est...

- Vas y apporte !!

- Mais, c'est pas que j'veux pas... C'est le capitaine qui me l'a demandée avant que vous arriviez...

- Celui qui va la chasse perd ça place ! Allez, sinon j'dis que c'est toi qui l'a bouffé !

- C'est pas un peu vicieux ça ?

- Mais nooon ! "

A contre coeur, après avoir regardé la cuisson, sort la dinde du four. Il l'apporte sur la table et se tire le plus vite possible, ne voulant pas participer à cette mutinerie. Peu de temps après, un sourire illumine le visage d'Ysolda, celui de Gall se crispe... Derrières Luffy, deux personnes viennent d'entrer dans le réfectoire et en quelque seconde, l'une d'elle se jette les deux pieds en l'air en direction du Den Den.
A peine a t'il le temps de tourner la tête que mes deux semelles embrassent violemment le visage du mutin !

" C'EST A MOIIIIIIIIII !!! "

D'un petit saut périlleux arrières, je reviens au sol. Brelyna se trouve désormais à mes côtés, face à notre collègue affalé par terre.

" On mange sans moi ! C'est une mutinerie !

- Mais t'étais trop longue ! J'ai faim moi.

- Rien à foutre ! C'est mal élevé !

- Et quand tu dévalises les réserves, c'est pas mal élevé ?

- C'est pas pareil, c'est le privilège du capitaine ! "

La seconde rit, ce n'est jamais pareil quand il s'agit de moi, la question est débile en soit.
Je m'installe à côté de Luffy, ma garde du corps m'imite mais se place face à Gallena, qui se trouve à côté d'Ysolda. Même si je suis devenue une donzelle, la blonde continue de voir toute personne du même sexe qu'elle comme une rivale potentielle. Pas question que l'invité ne touche son Adell.
Sans gène, je tire le plat de dinde vers moi et commence à piocher dedans, à la main. C'est clairement dans ces moments là qu'on arrive encore à percevoir le mâle qui sommeil en moi, au grand dam des membres de l'équipage. Certes Brelyna et Ysolda sont des guerrières de Drum, des combattantes endurcie mais, la façon de manger d'Adell les désespèrent au plus haut point. Aucun savoir vivre quand il s'agit de bouffe.

" Hey, mon petit Kayle ! Tu peux m'apporter du jus d'pomme s'il te plaiiiiiiiiiiiiiiit~

- Tout de suite capitaine !

- Tu vois, ça c'est un bon matelot ! "

Dis-je en regardant Luffy qui ne peut se retenir de me tirer la langue, je lui rend la pareille. En lui collant une petite claque derrière la tête quand même. Puis, délicatement, avec un grand sourire, je me tourne vers ma Gallena.

" Alors ma belle, qu'est-ce que t'es venue foutre ici ? T'en a marre des mouettes ?

- Ouais, réponds ! Et pas d'entourloupe ! "

On regarde tous Brelyna d'un air interrogateur.

" Bah ouais quoi... Non ? Bon bah non. Mais quand même !

- Hmm. Mwé.

- Ne dis rien si c'est pour dire des âneries ma fille.

- Nyanyanya. "


Dernière édition par Adell "Golden" Dandy le Sam 23 Sep 2017 - 11:31, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t8284-royal-golden#103865http://www.onepiece-requiem.net/t8382-l-heritier-de-gold-golden#
avatar
Gallena Scorone
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : En mer

Feuille de personnage
Dorikis: 6186
Popularité: +553
Intégrité: 475

Mer 13 Sep 2017 - 17:44

- C'est ...

La mission. Penses à la mission Gallena.

- Je suis plus dans la marine. Ils étaient pas ce que je cherchais ... et eux n'avaient finalement pas besoin de moi. Ils voulaient de la discipline, de .. l'ordre. Apparemment se séparer de son unité pour aller se promener, comme ils l'ont appelé, ce n'est pas acceptable. Même si on a attrapé McInnocent pendant ce temps et sauvé une île, Adell.
D'ailleurs cette île, j'y suis retournée il y a pas longtemps. Les gens vont bien. M'sieur Suzuke notamment. .. J'y pense ! J'ai pas pris le temps de profiter de son restaurant ! Mince de zut je voulais et j'ai oublié !!
Mais quelle idiote je suis
, dis-je en me tapant le front. J'ai passé des jours là-bas, plusieurs, et je suis pas capable d'aller manger UNE FOIS dans un restaurant où je voulais aller manger alors que c'est le seul de l'île !
Bon.
Tant pis.
C'est fait.
- Faudra que j'y pense la prochaine fois que je passe dans le coin.
- Et maint'nant tu fais quoi ? Dis-le au lieu d'tenter de changer la conversation.
- Les interruptions ça rallonge le récit.
- Si t'allais droit au but au lieu de chercher à noyer le poisson j'aurais rien à interrompre.
- Navrée, mais ce n'est pas comme ça que je raconte. Mais t'es pas obligée de rester. Même si c'est toi qui voulait savoir.

La pote blonde d'Adell s'accroche au bras de son capitaine et me jette un regard sombre.
- Je pars pas et toi tu as pas dit ce que t'es venue faire ici.
- J'y venais. C'est pas compliqué en fait. Je me retrouve virée de la marine et sans boulot. Alors j'en ai trouvé un. Je vends des escargophones. Parfois d'autres trucs, surtout après avoir vidé ma cargaison d'escargot.
- Et ça rapporte suffisamment pour l'entretien, les salaires ?
- Oui m'dame Ysolda. C'est pas énorme mais c'est quand même quelque chose.
- Et pourquoi être venue à Citadelle ?
- Ouais Gall c'quand même marrant qu'on se soit retrouvées là. Je pensais pas te r'trouver ici, hihi.

Ah, Adell a fini de dévorer son repas et se joint à la conversation.

- L'île est ouverte alors que jusque-là chaque fois que j'en entendais parler c'était une forteresse-prison dont on sortait pas. Je me suis dit que si on se dépêchait, on pourrait faire de belles affaires en vendant aux civils, même si les militaires locaux sont déjà bien équipés.
- Et t'avais raison ?
- Mieux que d'habitude, pas aussi bien que j'en rêvais. On a bientôt écoulé notre stock.
- Et Gina ? me demande Luffy.
- Ben. C'est ma soeur.
- Non mais qu'est-ce qu'elle fait ici.
- Elle m'aide.
- Ouais elle est sympa ta sœur, elle fait pas tout le temps la gueule elle. Comment ça s'fait que tu m'aies jamais parlé d'elle quand on naviguait ensemble ?
- Avec ta tante, mademoiselle Pandora ?
- Ouais, tu m'as jamais parlé de ta sœur.
- Je t'ai parlé de mon frère ?
- ... Non, jamais.
- Ben voilà.
- Hein ? .. Ah, ta sœur avant c'tait ton frère ?
- Eh ?! Mais non ! Comment t'en es arrivée à ... oh pu..rée. Tu compliques tout Adell ! Tout !
- Dis pas du mal de mon capitaine la blondasse.
- Hihihi, merci copine. Mais toi aussi t'as les cheveux blonds.
- ... Rien à voir.
- N'importe quoi. Donc vous travaillez en tant que marchands itinérants avec votre sœur. Vous ne craignez pas les pirates ?
- Pas vraiment. On est assez nombreux à bord. Et puis, je viens de la marine quand même. Je sais me défendre.
- Ouais, sa soeur aussi. Vous les auriez vu dans la bagarre, de vraies furies.
- Pas tant que ça ...
- Attends quelle bagarre Adell ? Tu m'as rien dit à propos d'une bagarre.
- J'aimerais bien en savoir plus également.

Mère comme fille veulent en savoir plus. Brelyna, la copine d'Adell, semble inquiète pour lui. Pour elle. Pour Adell. Ysolda a l'air plutôt agacée, sans doute aussi qu'elle n'apprécie pas que son capitaine se fiche dans des ennuis. En même temps c'est plus Adell qui a agressé la bande qui voulait s'en prendre à Gianna et à moi, que eux qui l'ont agressée.

- Bah quoi ? Y a rien à en dire. Y a une bande de boloss qui ont voulu s'la péter pendant qu'on faisait notre shopping, mais zêtaient tellement trop mal habillés, surtout la gonzesse au milieu des gorilles. Avec Luffy et les filles on leur a appris la politesse la galanterie et à se faire marcher sur les doigts, c'tout.
- Adell, on avait dit de se faire discrets.
- Ça va, il a pas détruit une seule maison. Si j'avais pas été là pour le calmer vous auriez vu des explosions dans toute la ville. Il avait plus de pommes à manger, ahahahah.
- Ça fait depuis tout à l'heure que vous en parlez toi et Adell, mais ... ça se détruit pas comme ça une maison. C'est résistant.
- Ahahahahah. Quand Adell a plus de pommes, c'est pas une maison qui va résister à sa colère.

Je vois que les autres échangent des regards, elles ont l'air .. fières de ce que dit Luffy l'escargot. ... Non mais c'est pas possible, c'est pour me faire marcher. C'est pas Adell qui va raser des maisons. Déjà c'est pas possible. Ensuite ... ensuite c'est toujours pas possible !

Je fronce les sourcils et les regarde. J'aime pas qu'on se moque de moi. Et puis j'ai fini de manger depuis longtemps. Je me lève.

- Bien, je vous remercie pour le repas, mais je crois qu'il est temps pour moi de retourner sur mon navire. J'ai du travail. Et puis c'est le navire d'à côté, si vous avez besoin de moi. Ou voulez acheter des escargophones. Bonne journée.

J'espère que Gianna s'en sort. Qu'elle a retrouvé Godasse. Ou Dan. Ou les deux. J'espère qu'elle a retrouvé les deux. Et les bateaux qu'on cherche.
J'espère beaucoup de choses. Y a pas de mal à ça.

Ils sont bien gentils sur le bateau d'Adell, mais cette fille Adell m'agace, je suis pas sûre pourquoi. Que je sache ou pas, y a pas de doute sur la question. Elle m'agace.
J'espère que la prochaine fois qu'on se croise, ça sera de nouveau le garçon Adell. Il est moins agaçant. Même s'il est tout aussi bêta.
http://www.onepiece-requiem.net/t13186-gallena-scoronehttp://www.onepiece-requiem.net/t13291-maitrises-de-gallena-scor
avatar
Adell "Golden" Dandy

♦ Localisation : A la première place !
♦ Équipage : L'équipage du Roi Rouge.

Feuille de personnage
Dorikis: 4100
Popularité: -223
Intégrité: -170

Sam 28 Avr 2018 - 16:49

Cela fait déjà une bonne heure que la copine est partie, laissant derrière elle un tas d'interrogation et de confusion. Enfin, en ce qui concerne les trois autres. Moi, j'me pose pas d'question, c'est superflu et sa nuit à la douceur de ma peau... Mais ! Parce que j'aime mettre des mais en plus de les manger. T'as compris ? Hihi. Bref, j'peux pas m'empêcher de leur remonter les bretelles.

" N'empêche que vous avez fait fuir ma copine ! Avec vos questions là et vos moqueries !! Ca se fait pas, où est-ce que vous avez été élevés ? On s'en tape de ce qu'elle fout là, moi j'suis contente de la voir et ça me suffit. Alors pshut ! Ou j'vous latte la gueule ! "

On parle quand même de Gallou ! On en a vu des vertes et des pas mûres ensemble, j'lui fais une confiance aveugle, aucune différence entre mon équipage et la mouette. Même combat.

" Et puis c'est une super copine à tata aussi. Alors pshut ! Ou elle vous lattera la gueule aussi !

- N'empêche que ta soit disant copine, tu lui mens !

- C'pas mon idée ! C'est celle d'Etna ! J'lui dirai bien la vérité moi, qu'est-ce que ça change ? Elle est plus dans la marine de toute façon.

- Ah ! Tu y a cru toi ! J'en étais sûr et certaine que tu te laisserais avoir.

- OOOOOH VOUS M'EMMERDEZ !!! "

Je tape du poing sur la table, sans me rendre compte de la force que j'y met, et cette dernière s'effondre, brisée en deux.

" Si j'étais encore un mec, j'vous dirai bien que vous me les brisez sérieusement. C'est si dur que ça d'accepter que j'm'entende bien avec elle et qu'on soit copine ? J'en ai ras le bol de vous entendre mettre en doute chacune de mes paroles, si y'en a une qui veut qu'on s'explique c'est sur le pont, a grand coup de baffes dans la gueule ? Alors qui veut être le premier ? "

Un silence plein de tension et de terreur en guise de réponse... Bande de p'tit joueur !

" Bah alors, on vous entend plus les minables ?!

- Adell, on voulait pas....

- Vous vouliez pas quoi ? Me manquer de respect ou manquer de respect à Gall ? Quand on décide de l'ouvrir, on assume et parce qu'on a les moyens de le faire. Or, là. Vous ne l'assumez pas et vous savez que vous n'avez aucune chance contre moi, alors vous fermez vos bouches bizarrement. Si je n'avais pas besoin d'elle à Armada, croyez moi que je naviguerai avec Raven et que vous nettoierez le sol de la Main Rouge du soir au matin ! Bande d'ingrats ! "

Balançant un des morceaux de la table, d'un coup de pied, à l'autre bout de la pièce, je me retire du réfectoire. Ils m'ont fait honte devant ma meilleure amie, ils lui ont fait honte devant moi, je sais pas ce qui m'empêche de leur casser les dents. On m'a rarement vu dans une colère si noire, peut être lors d'une pénurie de pomme et encore. Voir partir Gallena ainsi m'a royalement vexée. J'ai l'impression d'avoir fait quelque chose de mal, même si au fond je sais bien qu'j'y suis pour rien.

Enfermée dans ma cabine, en train de grignoter une pomme et de gribouiller sur mon bureau, j'rumine le visage masqué par mes cheveux. Un bruit timide se fait entendre contre la porte, celle-ci finie par s'entre ouvrir doucement pour y laisser passer quelques mots.

" Euh. Ad', c'moi. J'ai un appel de Raven.

- Hmm. "

J'ai bien envie de lui dire de me la passer et de se tirer mais... C'est lui le Den Den.

" Que j'entende pas un mot. "

Timidement, l'escargophone géant entre dans la pièce et se dirige prêt de moi, profitant au passage pour décrocher. Même si le pauvre n'a rien fait de mal, j'en veux à tout le monde pour ce qu'il s'est passé et il le sait que trop bien.

" Capitaine ?!

- Raven, c'est un plaisir que d'entendre ta voix.

- Le plaisir est partagé Capitaine. Je vous recontacte, comme promis, car j'ai des nouvelles sur ce que tu m'as demandé.

- Ah ! Enfin on va pouvoir s'amuser !

- Hm, fort possible. C'est dans l'ancienne tour.

- J'ai pas vu de tour ici... T'es sûre ?

- Certaine, si tu ne l'aperçois pas c'est simplement parce qu'elle s'est effondré suite à l'assaut lancé par Red et ses hommes. Actuellement et officiellement, ce n'est qu'un chantier où l'on débarrasse petit à petit les gravas du bâtiment. En réalité, l'intérieur est déjà vidé, principalement dans la partie située proche de la mer.

- Ahaaaaaan !

- Et oui. C'était malin de planquer un chantier naval dans une ruine en chantier elle aussi.

- Du Red !

- En revanche, depuis la mort de votre mentor, nous n'avons plus tellement d'information sur ce qui se trouve à l'intérieur. Certes des navires mais nous n'avons aucune idée des forces en présence.

- Hmm. Et si on essayait de rencontrer celui que Red est venu soutenir ?

- Trop risqué, trop de facteurs inconnus et aléatoire. Il peut avoir retourné sa veste. T'as première idée est la meilleure. On y rentre en douce et on en ressort par la grande porte.

- Hey, vous prévoyez de faire quoi là au juste ? "

Un regard lancé vers le Den Den suffit à lui faire oublier sa question. toujours en griffonnant sur le bois de mon bureau, je continue.

" J'pense que seule, c'est mort. Il va falloir du monde pour bouger le colis.

- Malheureusement oui. Je ne pense pas que tu puisses déplacer un engin pareil toute seule. T'auras sûrement besoin d'Ysolda et d'une trentaine d'homme minimum.

- Hmm.

- Je suis avec toi Capitaine, je sais que tu mèneras à bien cette mission. Fais juste attention à toi s'il te plait, reviens nous vivante. La Main Rouge à besoin de son chef. Armada a besoin de ses chefs.

- T'inquiètes pas ma Raven. Je gère hihi. Prends soin de toi, n'hésites pas à me prévenir au moindre soucis. "

Je fais signe à Luffy de couper la communication, chose faite. Pourtant, il reste là, à me regarder bêtement. J'ai envie de le prendre dans mes bras, mon gros doudou escargophone, mais j'suis encore trop vénère. J'veux pas passer pour une faible.

" Qu'est-ce que t'as toi ?!

- Rien... Rien... Je m'inquiètes un peu. D'habitude, je suis toujours au courant de tout, là tu fais tes trucs sans nous consulter.

- Et ? Vous êtes mes supérieurs ? J'ai aucun compte à vous rendre.

- Non mais j'suis ton pote non ? Je pensais qu'on s'cachait rien... Tu sais que j'ai rien fait, à part essayer de te braquer ta dinde.

- Je sais...

- Mais alors pourqu...

- MAIS PARCE QUE J'SUIS VENER BORDEL !! C'PAS DUR A PIGER !

- Cries pas, cries pas, j'm'excuse, j'm'excuse... J'm'en vais... "

Ah bordel, le voir se retourner et s'en aller la mine si triste... Chose que l'on ne voit qu'une fois tout les milles ans... NON ! Je ne veux pas vivre sans son sourire !

" Luffy ! "

Dans un soupçon d'espoir, le giga den den se retourne, des étoiles dans les yeux, au bord des larmes.

" Restes !! ... S'il te plait... "

Son visage arbore à nouveau cette lumière de joie qui lui est si propre, la morve au nez casse un peu l'délire mais après tout. Qui s'en soucis ?

" Bien sur que je reste !

- Merci mon doudouuu~ ! "

Me laissant tomber sur les genoux, j'enlace mon ami gastéropode de toute mes forces. Tout deux laissant couler nos larmes sur la joue de l'autre.

" Désolé de m'en être prise à toi, elles m'ont rendues si furieuse que je n'arrivais pas à faire la part des choses.

- Ne t'inquiètes pas Ad', t'es déjà pardonnée ! J'espère que toi aussi, tu trouveras la force de me pardonner !

- Mais c'est déjà fait aussi Lufluf ! "

Soudain, comme si rien de tout cela n'est arrivé, je me redresse fièrement... M'essuyant le visage au passage. Les mains sur les hanches, je donne à mon compagnon ce qu'il veut.

" Red était impliqué dans la création d'un chantier naval clandestin ici, sûrement pour se faire une flotte. Depuis le temps, ils ont sûrement construis deux ou trois navires. Maintenant que je sais où ils sont, y'a plus qu'à aller les récupérer.

- Mais euh... Pourquoi ils nous les donneraient ?

- Ce qui est à Red est à moi.

- Et si ils ne sont pas de cette avis ?

- Je suis la reine des pirates ! On pirate !

- Mwahahahah, j'aime l'idée !

- Allez, on se casse en reconnaissance !

- J'vais chercher un gueuleton pour la route on se retrouve sur le pont !

- Vas y copain ! Bouyaaaah !

- Bouyaaaah ! "

Sortant comme des furies, la porte claque en s'ouvrant puis en se refermant, puis nous disparaissons dans les couloirs du Roi des mers, en route pour une nouvelle aventure totalement suicidaire !


Dernière édition par Adell "Golden" Dandy le Sam 5 Mai 2018 - 22:46, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t8284-royal-golden#103865http://www.onepiece-requiem.net/t8382-l-heritier-de-gold-golden#
avatar
Gallena Scorone
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : En mer

Feuille de personnage
Dorikis: 6186
Popularité: +553
Intégrité: 475

Mar 1 Mai 2018 - 21:28

Je suis Gianna Scorone, mais aussi Gallena Scorone, la clone de la vraie et si elle demande, sa meilleure moitié.
Comme annoncé, j'avais quitté les autres pour partir à la recherche de Godasse et du Gros Dan. L'un pour l'aider, l'autre parce qu'on avait plus de nouvelles depuis hier. Et que c'était quand même un peu inquiétant. Peut-être qu'il était ivre mort dans une taverne depuis hier, peut-être qu'il n'a plus son escargophone, mais tout de même, ça m'intrigue.
Je m'arrête à une échoppe le temps de manger rapidement, sans traîner. C'est bon, c'est même très bon, j'ai juste un peu d'autres préoccupations que manger.
Au moins je sais où se trouve Godasse. Reste à espérer qu'il s'y trouve encore. On sait pas, on sait jamais.

Avec mes lunettes de soleil, je me sens comme une star incognito. C'est normal, j'ai la classe. C'était une bonne idée d’entraîner Gallena pour faire les magasins. Elle fait la tête là, mais quand on sera redevenues une, elle s'y fera, à porter des vêtements plus confortables et plus variés que d'habitude. Je veux dire, j'ai rien contre notre tenue générale ou même contre l'uniforme de la marine, et il lui arrive de mettre des robes et tout, mais à moins que ça soit pour un déguisement, elle voudra jamais mettre une jupe courte ou un mini-short. Soit disant ça protège mal des griffures dans les buissons. Grande nouvelle Gallena, c'est pas censé servir à protéger des buissons.
Alala. Je nous aime bien, mais elle est quand même bizarre ma jumelle. N'empêche qu'on se posait moins de questions à nos débuts, ou avant d'être avec Angus, ou maintenant que je suis seule lieutenant d'une troupe de la 53éme. Troupe détachée, en voilà une invention. Je ne crois même pas avoir déjà rencontré notre commandant un jour. Tout ce que je connais, c'est son nom. Au moins comme ça je sais que ce n'est pas le lieutenant Ishumi.

Je commence à connaître le plan de la ville, à peu près. Je ne dois plus être bien loin de là où Godasse m'a dit qu'il était. C'était ce matin et il peut avoir bougé, mais je l'appellerais, rapidement. Tiens, j'aime bien ce bâtiment là. Il est plus joli que ses voisins.

* * * * *

Gallena prend la narration.

Je suis rentrée au vaisseau après avoir quitté Adell et son bateau, mais finalement j'ai rien à y faire. Je pourrais me changer, mais c'est pas nécessaire. Je pourrais .. je pourrais .... Je sais ! Je pourrais aller aider à chercher les bateaux qu'on cherche. Les chantiers navals, y en a pas un seul sur toute l'île. Pour une île militaire comme elle était avant, c'est quand même surprenant qu'ils puissent pas faire leurs propres bateaux. Mais on m'aurait dit si ça venait d'une autre île, non ? Les ordres c'était bien "aller sur Citadelle, trouver les navires et en réquisitionner un maximum". Alors, où est-ce qu'ils l'ont caché ? L'île est pas bien grande et couvre à peu près toute l'île. Tiens, comme à Shell Town en fait. Un bateau c'est gros, un hangar aussi. Des hangars, y en a pas beaucoup. Et on les a déjà tous explorés. Est-ce qu'ils ont pu cacher un hangar quelque part ? .... Non, à un moment faut pas chercher à creuser trop profond dans les idées. On doit juste pas avoir trouvé le bâtiment qui contient un arsenal à l'intérieur.
Je sais pas ce que je vais pouvoir faire que mes marines peuvent pas faire, mais ils ont encore rien trouvé et je suis chanceuse. Alors si ça se trouve je vais me promener et pouf, je vais trouver ce qu'on cherche ?!

Je remonte sur le pont, à temps pour voir que c'est agité. J'en vois deux courir sur la passerelle pour aller à terre, une qui remonte des fusils de la soute pour les poser en vrac contre le bastingage, des cages à escargophones renversées, trois types costauds habillés de gris qui courent sur les quais, plusieurs autres de mes marines qui sont autour du stand, lequel a été détruit, sans doute quand les types en gris ont jeté dessus ... le Gros Dan ? Inconscient, drogué ou mort, c'est bien lui, dans ses habits de "civil" d'hier. Je saute du brick pour rejoindre les gens.

- Qu'est-il arrivé ? Comment va t-il ?

Un de mes marines commence à ouvrir la bouche, en soulevant le chapeau de paille qu'il a sur le crâne. Pas de salut militaire andouille, c'est pas le moment de se faire repérer comme marines. C'est quoi son nom déjà ? Ah oui.

- Derllen, tu crois que c'est le moment de te recoiffer ?!
- Pardon capitaine ! Il va bien ! Dan va bien ! Il est juste dans les pommes. Bourré ivre mort, à l'odeur ! Ces types l'ont balancé, crié à Song que nous devions quitter l'île en vitesse et se sont barrés.
- Song tu confirmes ?
- Oui captain Gaëlle ! J'tenais la boutique quand ils ont débarqué avec Dan tenu par les épaules encadré par les deux plus costauds. L'autre m'a braillé un genre de menace, ils ont balancé Dan sur la table et se sont barrés en courant.
- Drôle d'idée. Ils veulent nous intimider ?
- Peut-être que Dan a trouvé quelque chose ?
- Peut-être. Lui ou un autre, et il était une proie facile ?

Song hoche la tête, il semble d'accord. Il demande :

- Possible captain. Voulez qu'on fasse quoi ?
- Remettez la table en place. Lumière, tu t'occupes de Dan. Quand il se réveille. Essayes de savoir ce qui lui est arrivé. Derllen, tu t'occupes de prévenir tout ceux qui ne sont pas ici de ce qui vient de se passer. Je ne veux plus personne qui se promène seul.
- A vos ordres. Et pour l'avertissement, on fait quoi ?
- On verra ce soir Song, quand tout le monde sera là. En attendant, je pars rejoindre Gina.
- Qui vous accompagne vous ? intervint Derllen.
- Je peux me débrouiller seule. Mais t'as raison, autant montrer l'exemple. Je vois pas Jeff, il dort encore ?

Derllen fait oui de la tête.

- Bon ben tu viens avec moi Derllen. Mitzu, t'es de corvée escargophone. Allez, on file.
- Ça marche capitaine.

* * * * *

La passe à Gianna.

Bon, la bonne nouvelle, c'est que j'ai retrouvé Godasse. La mauvaise nouvelle, c'est que moi aussi j'ai été retrouvée. Robert Trucmuchovitch, sa bande et apparemment ils sont plus nombreux maintenant ? Ça commence à faire beaucoup de barres en fer, dis-donc. Vingt personnes contre nous deux, je suis désarmée et sans pouvoirs. Ah, et nous sommes encerclés, sinon c'est trop facile.

- Tu sais Godasse ?
- Quoi donc Gina ?
- Tu aurais pu éviter les rues mal fréquentées.
- Très juste, j'y penserais la prochaine fois. Tu penses pouvoir t'en sortir ?
- Tu ne comptes pas participer ?
- Je vais faire de mon mieux.
- C'est ce qui compte mon vieux.
- Tu rêves la blondasse ! Ton pote a les foies et tes complices sont pas là. Tu vas regretter de pas être venue gentillement la première fois.
- Vous vous connaissez ?
- Je pense qu'ils veulent Gaëlle. Mais oui, ce type nous emmerde depuis ce matin.
- Ah oui, c'est pas Gaëlle qui le dirait ainsi.
- Ahah non, elle dirait "c'est des méchants qui nous embêtent".
- Vous nous dites si on vous emmerde hein.
- Maintenant que tu en parles, c'est bien le cas. Vous pourriez partir.
- Surtout que c'est quoi ce plan, des vagues plus grosses à chaque fois ? Des dialogues bidons ? Tu es cliché mon pauvre.
- ... je ... J'ai pas à me justifier ! Tout le monde, à mon signal, atta !
- Pugno Lunare !!

Le défaut, quand on veut faire le chef comme Robbie voulait, c'est la position. Celle à l'avant des troupes, c'est celle du héros, c'est celle du meilleur. C'est aussi la plus exposée, comme cet abruti vient de le démontrer grâce à mon aide. Ou c'est lui qui vient de m'aider, en restant stupidement en travers de mes pieds ?
Le Pugno Lunare, où je saute en l'air, je percute mes genoux contre un menton, ça arrête mon bond, je martèle le visage de mon adversaire. C'est relativement douloureux pour la victime, trop compliqué pour ce que ça vaut et absolument excellent pour le style. Doublé d'un Soru, il n'a pas eu le temps de voir venir. Tous ces efforts payent, Gallena.
Il tombe à terre sans avoir pu finir sa phrase, tandis que je reprends ma place d'une foulée, d'un Soru. Surpris, ses potes hésitent. Eh, c'est eux qui sont armés, pas moi. Je suis juste une fille blonde avec des lunettes de soleil et des fringues qui en jettent.

- Je crois que ce que votre chef essayait de dire, c'est : "À l'attaque".

Et tant pis s'ils hésitent encore, je pars à l'assaut. Entre les Sorus et les poings d'airs, mes attaques vont tellement vite que les gars sont hors de combats très vite. Pour les deux, trois filles, pas de pitié non plus. Elles sont venues avec ces types, elles en acceptent les risques. J'aimerais raconter une bataille dans le détail, une bataille épique, mais il y aurait trop de répétions dans les actions. Après tout, un coup de genou dans l'entrejambe, un coup de poing chargé d'air dans le torse, un coup de pied dans l'articulation du genou, au cinquième os brisé ça devient répétitif.
J'ai juste eu besoin de venir en aide à Godasse quand deux mecs un peu costauds s'en sont pris à lui. Un seul, je suis certaine qu'il pourrait gérer même sans arme, il est de l'élite après tout. Deux, c'est clairement un peu plus ennuyant, alors je suis sûre qu'il m'en voudra pas.
Moi non plus j'aurais pas aimé affronter plusieurs personnes à la fois si j'étais pas armée, avant d'avoir mon pouvoir, avant d'avoir le Soru. Maintenant ?
Maintenant, à regarder le dernier de nos agresseurs s’effondrer lentement, comme au ralenti, par terre, je vois que je suis devenu bien plus forte. Et en plus je peux être deux à la fois maintenant si j'ai besoin ? Mais amenez les deux adversaires, je les défonce moi, je les éclate, je les écrase ! Mouhahaha ! Je suis peut-être pas encore la plus forte. Mais je suis confiante. J'y arriverais un jour.
... Je me demande ce que ça vaut en combat, un amiral de la marine. Ils sont supposés être costauds quand même. Comme Bo .. Boïna ! Elle est devenue amiral non ? C'est vrai qu'elle était sacrément costaud, la colonel. Et elle est devenue amiral pas longtemps après.
Est-ce que j'ai une chance contre elle ?
....
Si elle est ivre, mourante et sa dernière main attachée dans le dos, peut-être.

- C'est fini ?
- Je crois. Bien joué Gina. Je suis impressionné.
- Merci Godasse, ça fait plaisir à entendre. Bon, je suis pas venue ici pour me battre, tu te doutes. On va se poser quelque part pour discuter ?
- Allons nous promener, plutôt.
- Ooh, si entreprenant ? On se connaît à peine. C'est bien un homme qui sait ce qu'il veut.
- Keuf. Keuf. Gina ! Capitaine !
- Ahahahah. C'est Gaëlle le capitaine, n'oublies pas.
- Je ne l'oublie pas. Mais ... en tout cas ce n'est pas une blague que vous devriez faire.
- D'accord, d'accord. Jolies chaussures au fait.
- Merci.

* * * * *

Retour à Gallena.

- Eh, toi, la blondasse ! Elle est où mon capitaine ?

Hein ? Je reconnais cette voix. Du coup c'est à moi que ça s'adresse ? J'ai les cheveux blonds en ce moment. Ça doit être à moi. Alors je me tourne.
C'est Brelyna, la copine dingue d'Adell fille. Mais pas plus dingue que l'Adèle hein. Elles sont bizarres ces deux filles. Du coup elle se dirige droit vers Derllen et moi. Elle a l'air mi-inquiète, mi-agressive, mi-ennuyée. Et comment elle m'a appelée ?

- Tu es blonde toi aussi.
- On s'en fiche. T'as vu Adell ?
- Pas depuis que j'ai quitté votre mess. Pourquoi ?
- J'ai pas à me justifier. Mais elle est partie sans dire où elle allait.
- C'est son problème non ?
- Non ! Et ça te concerne pas, c'est moi sa copine.
- ... Mais ... tant mieux pour toi. C'est votre problème, vas retrouver ta copine Adell, fiches-nous la paix.
- Mouais ... vous fichez quoi ici ?
- "J'ai pas à me justifier." Mais on part retrouver Gina. Ma sœur.
- Ok, je vous accompagne en attendant de retrouver Adell.
- Pourquoi faire, ça te concerne pas ?
- "J'ai pas à me justifier."

D'accord, j'ai marché droit dans le panneau.
Bon ben accompagnes-nous, blondasse.
Derllen se penche vers moi et me murmure un truc. Comme quoi il pense avoir entendu parler de cette fille et d'Adell. Qu'il me dira quand elle sera plus là.
Ben ... ok, si tu veux hein. Je vais pas te l'interdire.

* * * * *

Reprise par Gianna.

- Alors tu penses que ça serait dans cette tour ?
- C'est ce que l'ouvrier à que j'ai fait parlé m'affirme, en tout cas. Construire un chantier pareil tout en conservant l'apparence délabrée à l'extérieur, c'est pas simple. Sans compter les gens qui travaillent encore dedans. Il suffisait juste de trouver quelqu'un qui accepterait de parler. Plus il y a de personnes impliquées ...
- .. plus elles sont faciles à trouver. C'est une bonne cachette, ce n'est pas surprenant que personne n'y ait pensé avant.

Godasse et moi sommes dans une petite place de la ville. Un peu sombre, mais il y a de jeunes arbres au milieu. Ils ont dû être plantés après la révolution locale. L'important c'est qu'il y a du passage, du bruit, et nous avons vu sur la tour. Enfin ce qu'il en reste. Y a une bonne partie qui est détruite.

- Faut croire qu'on a donné un coup de pied dans la fourmilière. Vu ce que Mitzu nous a dit, le Gros Dan a pas eu une bonne journée.
- C'est probable. Faudrait qu'on entre à l'intérieur, pour s'assurer que c'est vraiment là.
- On attend pas la nuit ?
- Les mecs nous ont donné jusqu'à ce soir pour partir, non ?
- C'est ce que Mitzu a dit.
- Alors Godasse, si nous empruntons un de leurs vaisseaux, il faut le faire ce soir, pour leur faire plaisir.
- On veut vraiment leur faire plaisir ?
- Bien sûr que non. C'est pour ça qu'on le leur vole.
- Ta logique est implacable, Gina.
- C'est grâce à ces qualités que ma sœur est capitaine.
- ... Oui. Réellement implacable.

Nous quittons la place, direction la tour. Direction, je l'espère, le chantier secret. J'ai un bon pressentiment.
Ou peut-être qu'ils sont sur leurs gardes et vont tenter de nous faire prisonnier avant de nous faire boire de l'alcool toute la journée, comme ils ont fait avec Dan. Beurk. J'aimerais mieux pas.
http://www.onepiece-requiem.net/t13186-gallena-scoronehttp://www.onepiece-requiem.net/t13291-maitrises-de-gallena-scor
avatar
Adell "Golden" Dandy

♦ Localisation : A la première place !
♦ Équipage : L'équipage du Roi Rouge.

Feuille de personnage
Dorikis: 4100
Popularité: -223
Intégrité: -170

Dim 6 Mai 2018 - 15:41

Je la vois bien à présent, perchée sur le toit d'une des maisons côtières de Citadelle, cette colossale tour coupant littéralement la ville en deux aux endroits qu'elle traverse. Plus loin, sa cime se jette dans les eaux légendaire de Grand Line. J'espère seulement pouvoir aller le plus prêt possible de cette cime déchue, histoire que l'opération se fasse vite fait bien fait. Mais c'est pour ça que t'es là Adell, voir quel périmètre de sécurité a été établi sur le chantier. Ensuite, j'alerte Ysolda... Même si ça m'enchante vraiment pas. Et on fonce dans l'bordel !

" Alors, tu l'as trouvée ?

- Hein ?! Ah, euh, ouais ! Continues tout droit jusqu'au prochain carrefour, j't'y retrouve.

- Ok ! "

Ni une ni deux, je saute de mon point d'observation, à l'opposé de la route qu'emprunte mon collègue escargophone. On avance séparément et on se retrouve tout les quelques pattés de maison, enfin jusqu'à maintenant. Je parcours la rue longeant les rivages jusqu'à ce qu'un virage s'offre à moi, je m'y engouffre pour y retrouver plus loin mon compère.

" Y'a encore une p'tite trotte, j'irai plus vite toute seule. Vas voir Yso'. Tu sauras lui expliquer ?

- Ouais c'pas compliqué en fait. Juste, on se retrouve où ou comment ?

- Hmm... Dedans ?

- Qwah ?

- Bah tu m'connais, t'sais bien que j'vais pas avoir la patience d'attendre...

- Ah t'es chiante bordel !

- Allleeeez ! Ca va être cool, fais pas l'rabat joie !

- Bon, ok. Mais attends nous au moins avant d'essayer de braquer un navire.

- Promis ! Allez, a plus.

- Wé... Wé... "

Déterminé plus que jamais, je détale en direction du chantier naval en laissant mon collègue sur place. Bah j'me fais pas d'soucis, j'sais bien qu'ils vont me retrouver les doigts dans l'nez. C'mon équipage après tout.




*************


Portant nonchalamment ses deux haches sur l'une de ses épaules, Brelyna se contente de suivre Gall et c'type dont elle se fiche éperdument du nom, de sa vie et quoi que ce soit d'autre. D'ailleurs, la sauvage blonde se moque pas mal de la mouette, soit disant amie de sa capitaine, même si son instinct la pousse à la détester juste pour cette soit disant amitié. Soit disant, car la guerrière de Drum refuse de l'accepter.

" Et sinon, vous vous êtes des marchands ayant une particularité où vous restez assez polyvalent.

- On aime bien arracher la langue des mecs trop curieux, parait que ça se revend une putain d'somme dans l'nouveau monde.

- Désolé. C'était juste pour faire la conv...

- Te déranges pas. J'suis pas là pour ça.

- Ouais, bah d'ailleurs, t'es là pour quoi en fait ?

- J'vous l'ai dit, je cherche Adell.

- Pourquoi avec nous alors ?

- J'sais pas, vous êtes louche. L'genre assez louche pour qu'le capitaine se r'trouve mêlée à vos histoires. Et puis, j'ai pas à m'justifier.

- Technique intéressante.

- J'peux t'en montrer d'autre si tu veux...

- Bon on va s'calmer, sinon on va jamais réussir à communiquer.

- Tu m'donnes pas d'ordre la décolorée !

- Qui tu traites de décolorée ?

- Toi, tu trompes personne, j'sais bien que t'es pas une vraie blonde !

- De dieu !

- Mesdames ! S'il vous plait ! "




*************




Pendant que les copines s'amusent entre elles, moi, je longe tranquillement la tour du Tyran jusqu'à approcher d'un premier poste de sécurité. Raven s'est pas trompée, c'cool, j'ai failli douter. C'est donc à partir de là que les choses vont se corser. Dissimulée dans un bosquet non loin des ruines, j'observe attentivement les forces en présence. Cinq hommes armés de fusils, c'pas fameux. Est-ce que je tente de les sécher directement ? A la bien. Ou alors, j'les contourne. Non. On est pas des femmelettes ! Go !
Le bruit de la végétation sur mon passage intrigue.

" Qui va là ? "

Alors qu'ils m'aperçoivent leur fondre dessus, propulsée d'un geboum, je lui colle un violent uppercut dans l'estomac. Masquée par leur collègue, les gardes hésitent à tirer, pensant avoir trouvé une fenêtre l'un d'eux se décide. Trois balles trouent l'coffre de mon bouclier humain mais le temps que le corps tombe, j'envoie d'un grand coup de pied horizontal une lame d'air sur les quatre malheureux survivants. Cette dernière les fauchent ensemble, les envoyant s'écraser plus loin.

" Ils sont chiant à tirer sur tout ce qui bouge. On peut jamais s'infiltrer en paix. "

Époussetant mes vêtements, je reprend tranquillement mon avancé jusqu'au chantier naval.
Après avoir éliminée quelques groupes clairsemés ici est là, je me retrouve à la limite que j'ai estimée. Je dois continuer à l'intérieur de la tour à partir de maintenant, en espérant qu'elle ne soit pas sur protégée. Cela dit, c'est toujours mieux que de passer par là, limite y'a un mini campement et tout. J'dois bien être à une centaine de mètre, j'sais pas non plus si on me recherche, aucune alarme n'a sonnée... Où alors ils se la jouent discret pour pas alerter la population et tout et tout... Ouais, c'pas con, étouffer le problème dans l'oeuf qu'ils disent. Adossée à un muret crée par les débris de la tour, j'réfléchis à la suite des opérations. C'est alors qu'une vision m'est apparue, mais l'genre bien réel... Gina s'approche de ma position accompagnée d'un type, c'est pas bon, c'est pas bon... Bouge plus Adell, si tu bouges pas, elle te voit pas... Faites qu'elle m'ai pas vu !
Peu de chance puisqu'elle fonce droit sur moi à présent. Trouves une bonne histoire ! Trouves !
Se plaquant contre le muret à son tour, la jumelle de Gallou me demande directement.

" P'tain qu'est-ce que tu fous là ?!

- Bah et toi ?!

- Ah, bien, bravo. C'tout ce que t'as à dire ?

- Ces mecs ont des ba...bioles à moi ! Ils ont refusés de payer, c'est honteux !

- Et ? Tu veux faire quoi tout seule là ?

- Bah récupérer ce qui est à moi et... Mais attends ! Qu'est-ce que tu fais là toi ? C'est à ton tour gruge pas !

- On vient leur vendre des escargophones. Logique non ?

- Sans escargophone ?

- Bah en fait, ils nous ont pas payé nous non plus.

- Bravo Godasse. Franchement...

- C'est limite, mais parce qu'on est copine, j'chercherai pas plus loin. Bon, contente de vous avoir vu, faut que j'y retourne ! "

L'air de rien, je sors de derrière ma cachette pour avancer furtivement jusqu'à la prochaine, l'intérieur de la tour. Sous le regard interloqué de Gina et son collègue, je me met à tater l'édifice pour y trouver un endroit fébrile.
Là ! Je sers le poing et frappe contre la paroi.

BOUM

" Mince, j'suis toute plein d'poussière ! "

Je me dépoussière rapidement puis m'engouffre à l'intérieur de la tour, à la recherche des navires. Maintenant j'suis au moins sûr d'une chose, ils savent que je suis là.
http://www.onepiece-requiem.net/t8284-royal-golden#103865http://www.onepiece-requiem.net/t8382-l-heritier-de-gold-golden#
avatar
Gallena Scorone
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : En mer

Feuille de personnage
Dorikis: 6186
Popularité: +553
Intégrité: 475

Lun 7 Mai 2018 - 15:50

J'y crois pas, on se faufile entre les gardes, on passe à ça de se faire choper à trois reprises, on arrive enfin dans la zone de la tour qui nous intéresse et on tombe sur quoi ?
L'autre Adell qui démonte des sentinelles par deuzaine.
Bonsang. Et cette explosion, pas discrète du tout. On va se faire prendre avec cette idiote.

- On fait quoi Gianna ?
- Cette question. On la suit et vite avant que quelqu'un vienne.

Le trou va pas passer inaperçu longtemps, mais une fois à l'intérieur on aura plus de place. Et il y a forcément d'autres passages. Sinon on s'en fera un, avec l'aide de l'Adell. Je la vois pas ressortir par le même trou, trop bête pour ça.
L'avantage en notre faveur c'est que les locaux ont pas d'uniforme, ils sont juste armés. Si on volait des fusils, on pourrait facilement se faire passer pour des gardes de leur camp. Je sais pas, on va voir. On improvise, on s'adapte, on s'améliore.
Pour l'instant, Godasse et moi courons dans les couloirs/tunnels de la tour détruite, direction le centre. Là où doit se trouver l'arsenal où les navires sont assemblés, je pense.
Après faut pas se faire d'idées, la tour est grosse oui, mais pas si grosse que ça. Elle est pas giganormement grosse quoi.
Y avait pas de gardes à l'extérieur, les autres jours. Je me demande ce qui a changé. L'attaque de Gros Dan ? On a éveillé les soupçons avec nos questions ?
S'il y avait eu des gardes le premier jour, on serait venus directement voir à l'intérieur. Mais on croyait que c'était juste une ruine en cours de désassemblage.

Quelqu'un parle pas loin. Deux hommes. Le premier a l'air d'être malade, avec une voix toute rapeuse. L'autre sonne normal, un peu plus grave que la moyenne peut-être. Pas important. Nous ralentissons avant de nous rapprocher plus silencieusement, nous arrêtons près d'un angle de couloir.

- Vous avez attrapé l'intrus ?
- Pas encore patron, la rousse a fait explosé le sol quand une équipe était sur le point de la choper, leur a fait un bras d'honneur et a sauté deux étages plus bas. Le temps de descendre, elle s'était barrée.
- Bondiou, c'est pas bon du tout. Faites quelque chose.
- Qu'est-ce que vous suggérez ?
- Elle est pas venue seule. Contactez la capitainerie, arraisonnez le navire de ces fouineurs, foutez-les en prison qu'on les interroge !
- La rousse a été vue en leur compagnie, mais je crois qu'elle est arrivé sur un autre navire, aujourd'hui même.
- Alors ce sont des complices. Arraisonnez tous les vaisseaux qu'il faudra, mais débarrassez-moi de ces gêneurs !
- Bien.

Des pas, l'un d'eux se rapproche de nous. Godasse et moi avons juste le temps de nous planquer dans un autre couloir avant que l'homme ne passe. Nous attendons qu'ils soient partis avant de téléphoner au port, puis à Gallena. La situation va vite exploser.

- Dis-leur d'envoyer une section ici et que l'autre écarte le navire dans le port. Qu'ils fassent le tour pour stationner vers là où la tour touche l'eau.

Cette Adell est là pour les mêmes raisons que nous, et copain ou pas, marchands ou pas, s'il n'y a qu'un vaisseau, il est pour nous.

* * * * *

Ici Gallena et Derllen, qui venons d'être appelés par escargophone par l'équipe de Gianna et Godasse. Zut Adell, sérieusement ? Tout ce boulot pour ça ?! On devait agir de nuit, mais même ça ça va pas être possible avec toi. Imbécile. Bêta. Baka !

On a évité d'en dire trop, vu qu'on est en pleine ville et qu'on a la Brelyna qui nous colle aux fesses.

- Eh, c'tait à propos d'Adell ? Vous savez où elle est ?

Je soupire. Elle est lourde, agaçante et n'a rien à faire ici. Mais autant se servir d'elle pour confirmer les soupçons de Gianna.

- On sait où elle est. On peut te le dire. Mais y a un prix.
- Y a pas d'prix. Vous m'dites ou j'vous arrache la langue.
- Sans langue, on va pas pouvoir dire grand chose.
- Derllen, fermes-la, que je lui intime. En plus je voulais le dire moi ça. Grumpf.
Je regarde Brelyna dans les yeux, pas intimidée pour deux sous. Elle a une hache ? Et alors. Même désarmée, je parie que je pourrais la battre. Je pourrais utiliser mon pouvoir, mais ça risque de pas être très discret, et je suis pas censée l'utiliser. Je suis pas censée être Gallena, ici. Mais Gaëlle, une blonde qui n'a rien à voir avec Gallena la marine. Déjà que cette soi-disant Adell qui débarque et me reconnaît ... pas génial pour le déguisement, ça.

Je donne un ordre à mon marine, pendant que je porte tranquillement la main à .. mes .. couteaux .. mince, c'est vrai que les poches secrètes c'est Gianna qui les portait avant de faire du shopping. J'ai pas mes couteaux !!
Enfin, j'en ai seulement quatre. ... zut. Pas grave, je me débrouille.

- Si tu veux savoir où est Adell, tu as juste à nous dire pourquoi vous êtes ici.
- C'est tout ? Pff. Adell voulait v'nir faire du shopping, y a rien d'autre.
- Ben tiens. Vous êtes pas des marchands. On aurait gagné pas mal de temps si vous l'disiez dès le début.
- A s'poser que ça soit vrai, qu'est-ce que ça pourrait vous foutre ? Maint'nant, dis-moi où est Adell !

La hache brandie, voilà qu'elle a l'air menaçante cette fille. Je me laisse pas impressionner. Au moindre mouvement dans ma direction, je peux être dans son dos en deux Soru. Un couteau dans la nuque, ça réglerait définitivement son problème.
Évidemment que je ne vais pas faire ça, je ne veux tuer personne ! Même si on se fait passer pour des pirates qui se font passer pour des marchands d'escargophones. Mais si il fallait ... je pourrais.

- Elle est dans les ruines de la tour, à chercher des babioles et à faire exploser des murs, je ne sais pas comment exactement. Gina l'a croisée à l'entrée mais Adell a foncé seule de son côté.
- Dans la tour ? D'acc .. Eh mais attends, comment tu sais ça ? Qu'est-ce que cette Gina foutait là-bas ?
- Oh, on cherche nous aussi des "babioles" dans cette tour. On a rendez-vous avec des renforts avant d'y entrer, si tu veux nous accompagner. Sinon tu peux aussi foncer seule, tu serais pas une grosse perte. Fais juste gaffe aux sentinelles. Ça serait bête de te faire capturer.
- Ah ! Comme si c'était possible. Mais allez, j'vous accompagne. J'veux voir c'que vous pouvez faire.
- Oh, on s'est juste un peu entrainés .. Eh, c'était pas Luffy qui vient de passer dans cette rue ? L'escargophone géant. Il a l'air pressé.

Brelyna hausse les épaules. Luffy, escargot géant modèle roi des pi .. pictogrammes ? Oh non, je viens de comprendre ! Longue histoire mon oeil, y a pas un seul pictogramme dans l'histoire ! C'était pirate qu'il allait dire. Pourquoi il voulait pas le dire ? Sans doute parce qu'ils veulent cacher son modèle. Ou le mot pirate ?
Oh mince !! C'est des pirates ?! Adell est devenu pirate ?! Et une fille ?! Une fille pirate ?!
Non, non. Stop Gallena, ça n'a aucun sens. Du calme. Et la blonde à la hache te regarde bizarrement. Je fronce les sourcils. Sales pirates qui vont faire dérailler nos efforts. Je t'aime bien Adell, mais si tu fais foirer notre opération, ça va très, très mal se passer pour toi.

- ... Allez, on reste pas ici. On a rendez-vous aux alentours de la tour.

* * * * *

Ici Gianna, en direct de la tour évidée.
Bingo ! Deux beaux bateaux assemblés qui ne demandent qu'à gréer les voiles et jeter l'amarre. Et plusieurs autres en cours de construction, certains à l'eau, d'autres pas encore. C'est tout une flotte qui se prépare. On les a enfin trouvé. Les renseignements étaient bons ... sauf peut-être le propriétaire, on a pas d'infos à son sujet. De toute façon nos ordres sont clairs. Recherche et obtention. Destruction du reste.
La salle est grande, comme il le faut. Elle est éclairée, mais c'est pas super, ça vaut pas le soleil. Clairement une situation à notre avantage, malgré l'alerte renforcée ... et les boums sporadiques sans doute causés par Adell. On devrait pouvoir se faufiler sans problème.
Une grosse porte métallique couvre un mur de la tour, touchant le bassin. Si je ne me trompe pas, c'est par là qu'ils comptent sortir les navires.

Je me tourne vers Godasse.

- Prévenons Gallena de notre découverte, puis allons chercher la cabine de contrôle pour ouvrir cette porte. Comme ça ils s'emparent du navire, on ouvre la porte et on se barre sans perdre un instant.

Le marine hoche la tête et sort le petit escargophone de sa poche. On est équipés pour cette mission et tant mieux. Ils auront été bien utiles nos charmants mollusques téléphoniques.

* * * * *

Doombeast et sa section ? Mince, je m'attendais à Ranne. Doombeast est plus sérieux, moins fonce dans le tas, il aurait fait moins de bétises aux commandes du brick. J'espère que Ranne va pas tenter d'affronter les défenses portuaires toute seule. Elle en est capable cette ... sergent.
Bon, pas la peine de s'inquiéter, tout va bien se passer.

- Salut Ernest, pas trop de soucis pour venir ?

Il a un grand sourire, je pense que ça veut dire que si. Il le confirme presque immédiatement.

- Quelques-uns, mais pas longtemps.
- Tant mieux. Bon, le plan est simple, y a une entrée au bout de ce chemin, elle est gardée, on n'y va pas. Y a un trou par lequel Gina et Godasse sont entrés, il est gardé, on y va pas. Vous avez ramené ce que je demandais ?
- Sûr captaine, on les a volé en venant. Jung et Lumière transportaient le tout.
- Parfait. Alors suivez-moi, on va se faire notre propre entrée.
- Et elle ? demande Ernest "Doombeast"en désignant Brelyna du menton.
- Une invitée, elle veut voir à quoi ça sert d'avoir de l'entraînement. Ils connaissent pas chez elle.
- La ferme fausse blondasse.
- Moi aussi je t'adore. Tout le monde est prêt ? Pas de quartiers, tous ceux en haut sont des ennemis. Sauf nos potes bien sûr. Et la rousse. Vous inquiétez pas vous la reconnaîtrez direct si on la croise. Les Nœuds Coulants ?! A l'attaque !

C'est pas le nom que j'aurais choisi moi, mais c'est ce qu'on nous a dit d'utiliser comme nom pour l'opération. Je suppose que le CP aura fait courir l'une ou l'autre rumeur à notre sujet, histoire de détourner encore plus l'attention de la marine.

Couvrant rapidement la distance nous séparant de la tour, nous assommons les sentinelles des environs. J'aurais préféré utiliser des explosifs, mais niveau discrétion Adell nous fournit une diversion parfaite. Alors au lieu de faire péter un pan de mur pour nous frayer un passage, nous sortons simplement quelques pioches et masses.
Bien vite, la tour est percée et nous pénétrons à l'intérieur, armes au point.

- Par là, ordonnais-je en me lançant en tête, ayant une bonne idée d'où aller grâce aux explications de Gianna. Entre sœurs, on se comprend.
http://www.onepiece-requiem.net/t13186-gallena-scoronehttp://www.onepiece-requiem.net/t13291-maitrises-de-gallena-scor
avatar
Gallena Scorone
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : En mer

Feuille de personnage
Dorikis: 6186
Popularité: +553
Intégrité: 475

Lun 21 Mai 2018 - 14:15

Des couloirs, ambiance moite, les sols sont mouillés, il y a des flaques. Quelques gouttes qui tombent et font ploc, ploc. Pas beaucoup de lumière, mais un éclairage de loin en loin. Surtout des lampes, éparpillées dans les couloirs. Je parle de couloirs, mais il y a aussi des escaliers à moitié détruits. Et surtout, sur le côté. L'effondrement de la tour semble avoir transformé certains couloirs en cheminées et des passages ont été creusés dans certaines cages d'escaliers devenues couloirs, en détruisant le "bas" de la rampe.
Il y aussi d'autres couloirs, normaux ceux-là, souvent renforcés par des étais et des plaques d'acier. Comme nous courrons, la section de Doombeast, Ernest Doombeast et moi-même Gallena, nous ne sommes pas très discrets. C'est que nos pas résonnent dans ces couloirs.
A deux reprises, nous tombons sur des défenses, heureusement montées à la va-vite, mal organisées.
D'ailleurs, est-ce qu'on peut parler de défenses quand il n'y a même pas de barricade ? Parce que la première c'était juste une dizaine de gars dans un couloir, nous attendant quand nous déboulons d'un virage, le fusil prêt à tirer. Et tirer, ce fut fait. Ils ouvrirent le feu, nous aussi. Un instant, le bruit des fusils me rend presque sourde, à claquer, l'écho résonnant brutalement. Et les balles qui manquent leur cible et frappent les murs ou le sol n'aident pas à amener le silence. Le combat est fini en quelques secondes. Trois blessés pour nous. Morts ou blessés chez eux, personne ne tient plus d'arme. J'aime pas tuer les gens, mais c'est eux ou nous. Et je préfère vachement quand c'est nous qui nous en tirons en bonne santé.
Après m'être rapidement assurée que nos blessés ne l'étaient pas trop, qu'on leur prodigue rapidement des soins en plein champ de bataille, nous reprenons la course.
La seconde bagarre, il y avait une vraie barricade, avec deux bureaux et des chaises. Il semblerait qu'on soit pas arrivés du côté où ils nous attendaient, car qu'ils étaient en train d'escalader leur barricade pour se replacer de l'autre côté quand nous sommes arrivés. Avec des gens de chaque côté de la barricade et la moitié coincés dessus, inutile de dire que ce fut très simple pour nous de nous débarrasser de la majorité d'entre eux.
Et je n'ai pas besoin d'escalader la barricade pour la franchir, il suffit de sauter sans se cogner la tête au plafond. Une roulade au sol et quelques poings d'air plus tard, les derniers ennemis sont suffisamment distraits pour qu'on puisse se débarrasser d'eux. Un bon coup de crosse en pleine tête ..  outch, je crois que j'ai entendu le crâne d'un d'entre eux faire crak. J'espère que Derllen l'a pas tué.
Sinon tant pis .. dommage .. pirates.
Une nouvelle explosion retentit, suivie de plusieurs autres. Dans ces couloirs, je n'en suis pas sûre, mais ça a l'air de venir d'une mauvaise direction. Peut-être qu'Adell ne cherche pas les bateaux, au final ? Ou peut-être qu'elle s'est perdue.

Un peu après cette seconde embûche, nous déboulons sur une passerelle, plus haut que prévu. Il y a un escalier pour descendre, heureusement, mais ce n'est pas par là que nous aurions dû arriver d'après les explications de Gianna. Et puis il y avait encore trois virages et un escalier, normalement.
...
Je crois que je me suis perdue. Oh tant pis.

Plus bas, ça se met à crier. Je crois qu'on a déjà été repérés. Mince. Mes hommes échangent quelques tirs avec l'ennemi, puis on se replie en bon ordre dans le tunnel. Trop exposés sur cette passerelle. Des blessés en face. Chez nous aussi. Je n'apprécie pas ça. C'est même très désagréable, parce que je ne sais pas quoi faire.
Pas question d’appeler Gianna pour lui demander son aide, elle a besoin de discrétion.

* * * * *

Je viens de voir Gallena et son groupe débarquer par une passerelle. Mais c'est pas du tout bon ! Elle a pas compris mes explications très claires ou il y avait des groupes d'ennemis à éviter ? Ou alors ils sont pas entrés par le bon endroit et ils ont jamais réussi à trouver le chemin que je leur avais donné ? Nom de nom Gallena !
Et voilà, ils sont obligés de fuir, alors qu'on leur tire dessus. Mais leur diversion imprévue n'est pas inutile. Godasse et moi en profitons pour nous élancer jusqu'à la cabine contrôlant les portes. J'ouvre la porte, fout un énorme pain dans la face du gars à l'intérieur, puis profite qu'il soit trop surpris et cogné pour crier, je le balance à la flotte et .. mais pourquoi j'ai fait ça au juste ?
*Plouf*
Aaah, voilà qu'il fait du bruit ! Des gens se tournent vers le bruit et nous voient. Godasse et moi, mal protégés par le bois d'une cabine pourrave, nous mettons à tirer sans tarder. Pas besoin d'ordres, mon marine et moi avons la même idée en même temps. Il a des chaussures criardes, mais il a apparemment un cerveau. Tirer les premiers pour ne pas se faire tirer dessus. Ah, mais ils nous tirent aussi dessus, en se repliant. Et ils appellent !

Et c'est apparemment le moment que choisit Adell pour débarquer, de l'autre côté du bassin, dans une magnifique explosion ! Et il a encore détruit un mur ! Elle ! L'un et l'autre ! Adell quoi ! La discrétion c'était pas son fort la première fois qu'on a voyagé ensemble, mais ça a pas l'air de s'être arrangé dans sa tête. Mais ça va. Elle est plutôt marrante. Je sais pas comment un gars peut devenir une fille comme ça, et je suis sûre que c'était un gars, mais le résultat est amusant. Surtout vu comme il énerve Gallena. Hihihi.

Du coup j'ai profité de l'entrée triomphale d'Adell, qui fait tourner les têtes, pour décocher quelques poings d'airs vers les gardes les plus proches. Histoire de gagner du temps.
Tant pis pour l'ouverture discrète de la cabine. Godasse pousse la manivelle et on part s'installer derrière un mur de caisses pour s'en servir comme couvert tout en ayant vue sur quiconque tente de venir refermer la grande porte du bassin qui commence doucement, péniblement, lourdement à s'ouvrir en deux.

Ultra-plan pour qui en veut un:
 
http://www.onepiece-requiem.net/t13186-gallena-scoronehttp://www.onepiece-requiem.net/t13291-maitrises-de-gallena-scor
avatar
Adell "Golden" Dandy

♦ Localisation : A la première place !
♦ Équipage : L'équipage du Roi Rouge.

Feuille de personnage
Dorikis: 4100
Popularité: -223
Intégrité: -170

Lun 28 Mai 2018 - 19:55

Bordel, ça doit pourtant être simple de se diriger dans se bâtiment, c’est en long et  t’as maximum un étage et demi. Comment j’ai réussie à me foutre dans une situation pareil ? Je suis totalement perdue et j’ai aucune idée de par où je suis venue, enfin si par un des nombreux passage que je me suis fais… mais t’en as plus d’un par mur… souvent menant au même endroit… le mieux ? C’est que j’ai toute une ribambelle de types à mes trousses et ces cons veulent pas me lâcher. J’ai pas prise le temps de m’en débarrasser, trop occupée à trouver mon chemin.
Bon concentrons nous Adell, tu dois être à l’étage, faut logiquement redescendre, on construit pas un quai en haut. C’est débile. Quoi que l’idée de balancer les navires à la mer depuis un point surélevé, c’est carrément fun. Avec une rampe ou une catapulte mwahahahah. Soudain, débarquant de chaque côté du couloir où je me trouve, les hommes en charge de m’arrêter m'encerclent.

" Elle est ici, saisissez la !

- Ah désolé, je reste pas. "

Tout en leur faisant signe de la main, je fais exploser le sol sous mes semelles pour redescendre au rez de chaussée. Bon cette fois, j’ai eu le pied lourd. J’ai entraînée les pauvre bonhomme avec moi, enfin surtout avec les débris. Observant les gardes geindre, remuer ou comater sous les amas de pierres fraîchement écroulées, je me décide à reprendre ma route avant que ceux dont l’état le permet se relèvent. M’excusant tout de même lorsque je piétine involontairement les malheureux, on est pas des rustres quand même.
Enfin. Ce couloir a l’air vierge, pas de trace de mon passage mais, c’est un cul de sac. Sur quel mur je vais ouvrir une porte cette fois ci… des coups de feu provenant de ma droite m’offre un indice. Je pose délicatement mon index sur la paroi en pierre et ferme doucement les yeux.

Boum. "

Tout vole en éclats et lorsque la fumée retombe, de l’eau !

Bingo ! "

Et des hommes, de partout. Qui tire partout, de partout. Luffy a été plus rapide que ce que j’ai imaginée, l’équipage se débat déjà avec l’ennemi pour récupérer nos beaux navires. Quel professionnalisme !! Mais qu’est-ce qu’ils ont foutus de leur uniforme ? Ils sont tous sappés comme des bouseux…. Non attends, c’est pas mes hommes !!
Pendant que j'analyse la situation, mes poursuivants arrivent et commencent à m’encercler encore une fois, aider de leur collègues dont l’attention est à présent sur moi. Je m’en rend compte et sors bêtement un :

" Non mais je voulais pas déranger, continuez, faites comme si j’étais pas là. "


**********


Tranchant à tout va ce qui lui tombe sous la hache, Brelyna ouvre la marche avec Gallena. Bien qu’elles ne s’apprécient, elles forment un duo efficaces. L’équipage de ma copine sans tire pas mal aussi, dur la vie de vendeur d’escargophone. Ça a dû les forger. Enfin bref. Tout ça pour dire que les copines progressent bien sur leur passerelle, prouvant qu’elles sont aussi nulles en orientation que moi. Mwahahahah. C’est au milieu de celle-ci que ma garde du corps m'aperçoit, ne pouvant contenir ça joie et son excitation, la guerrière de Drum attrape l’épaule de Gallena et lui lance d’un bloc.

J’ai retrouver la capitaine. Luffy a dû prévenir les autres, tenez le coup encore un peu et on risque de bien rigoler. Sinon on se retrouve au paradis des guerriers ! À plus les bleus. "

Sans laissez le temps à son interlocuteur de répondre, la blonde saute par-dessus la passerelle pour se retrouver au milieu de la pièce et ainsi me rejoindre en enlevant un peu d’épaisseur au groupe m’encerclant. Beuglant quelques "Capitaine" sur le chemin.


********

Alors qu'on prend du bon temps, une personne fulmine en faisant les cents pas sur le pont du Roi des mers. La seconde de l'équipage du Roi Rouge lance des ordres à tout va, accompagnés de nombreux jurons. Ysolda arrête finalement sa marche, se retournant aussi brusquement, la rouquine tonne à l'un des matelots.

" Silence, tu t'occupes de rejoindre le capitaine et tu géreras l'extraction du navire, si il en reste un. Pigé ? "

L'intéressé hoche la tête en signe d'affirmation.

" Evidemment...

- J'peux montrer l'chemin.

- Tu vas ralentir le groupe.

- Hey s'pas coo... C'bon, c'bon, j'ai rien dit. "

Après avoir foudroyer le gastéropode du regard, Ysolda pris la direction de la cabine de pilotage d'un pas hâtif et furieux. Ordonnant sur le chemin qu'on charge les canons. Silence, de son côté, rassemble la moitié de l'équipage comme convenu, sans un mot (il faudra qu'il m'explique), et débarque à quai. Nous ne faisons plus du tout dans la furtivité mais peu importe, la trentaine d'hommes qui déferlent en direction de la tour en ruine ne comptent pas s'éterniser.
Le Roi des mers lève l'ancre.


********


En direct du fun, la Grande Adell !! Seule au milieu d'une foule en folie, je fais mine de tomber en avant pour finir par prendre appuis sur ma main droite.

" Golden Stooorm !! "

Et de la gauche, je propulse le bas de mon corps tout en pivotant, après avoir faucher un mec puis un autre, me voilà lancer telle une toupie. Un talon qui cueille un menton, une semelle qui écrase un nez, une jambe qui barre la route à des abdos, un pied qui balaye quelques chevilles...
Au bout de longues secondes ma rotation perd de la vitesse et je commence à retrouver une allure normal, pour finir par me stopper dans une sorte de grand écart.

" Wow, ça tourne toujours autant. "

J'ai même failli raté mon final, on a frôlé la loose.
Alors que je lève les yeux pour admirer les dégâts, ma blonde apparaît de nul part en prenant à revers l'ennemi, je l'aime cette meuf ! Toujours à l'heure. On dévore la distance qui nous sépare en dégommant ce qui se trouve au milieu. Nous nous serrons rapidement dans les bras pour reprendre ensuite notre position de combat.

" Ta copine est là, avec sa soeur. J'crois qu'elles veulent les navires.

- Comme nous. On partagera, t'es pas dac ? Toute façon, on est pas assez pour tous les faire naviguer !

- T'as un plan ?

- Ahahah. Mon plan c'était de trouver la tour et d'y rentrer. Là j'suis en total impro.

- Ahahah. Pourquoi je demande. On laisse tout ça à maman c'est ça ?

- Bah, on change pas une équipe qui gagne. En attendant la notre d'ailleurs, essayons de faire en sorte que les pauvres marchands s'en sortent vivant !!

- Ad... Sérieusement... des marchands...

- Bah quoi ?

- Rien, rien. Bon, bah euh on fonce dans le tas pour faire diversion du coup, comme d'hab ?

- Yep ! A moins que t'ai une idée. J'suis preneuse.

- J'prend ceux devant moi et toi ceux devant toi !

- Ok ! Go ! "

Gaiement nous nous relançons dans la mêlée, essayant de gagner du temps en attendant que l'équipage arrive.
http://www.onepiece-requiem.net/t8284-royal-golden#103865http://www.onepiece-requiem.net/t8382-l-heritier-de-gold-golden#
avatar
Gallena Scorone
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : En mer

Feuille de personnage
Dorikis: 6186
Popularité: +553
Intégrité: 475

Jeu 31 Mai 2018 - 21:25

Ici Gallena, la meilleure des meilleures, qui reprend le contrôle de l’histoire.
Woupsie, j’avais complétement oublié que Brelyna faisait pas partie de mes marines. Oui ben une fille qui fonce avec une hache quand nous on a des fusils,  c’est pas si distinctif que ça alors excusez-moi.
Quand elle se casse et nous traite de bleus, pendant que je me demande si elle sait qu’on est marines, Doombeast, mon sergent réplique du tac-au-tac :
- Fais gaffe à toi pied-plat !

J’attends qu’elle se soit suffisamment éloignée et je demande à Ernest "Doombeast" ce que ça veut dire, pied-plat.
- Comment tu sais pas ça .. c’est comme bleusaille, nouveau, bizut, novice, débutant, rookie, bleu-bite.
- Euh .. d’accord ..
- Tu connais aucun de ces mots ?
- Si .. si .. deux ou trois.

Eh, pourquoi tu me regardes comme ça désespéré ? C’est juste des mots, on s’en fiche d’où ils viennent et que je les connaisse ou pas. Allez, on retourne au combat.
J’ordonne à ceux qui portent encore des pioches de nous faire un trou dans le sol. Y a sûrement un couloir ou un espace en dessous, on va pouvoir descendre rapidement.
Dommage qu’on ait pas le matériel pour des explosifs, ça aurait été pratique et rapide. Un peu trop dangereux, quand même.


* * * * *


Tiens, voilà Adell. Et voilà une fille qui débarque le rejoindre en braillant. Est-elle de son équipage ? Probable. Mais ni moi Gianna, ni Godasse, ne pouvons leur venir en aide. Pas qu’elles en aient besoin, vu qu’apparemment malgré de nouveaux gardes arrivés à la suite d’Adell, les deux se débrouillent très bien toutes seules. C’est un massacre, avec des gens qui finissent à l’eau, à terre voire dans le mur. Et du sang qui gicle bien, pour ce que j’en vois.
Mais je peux pas rester regarder le paysage. De mon côté ce n’est pas une grande marée de vilains, mais ils sont quand même un certain nombre qui voudraient bien accéder à la cabine de contrôle de la porte. Leur dernière tentative a échoué, ils ont ouvert le feu pour nous forcer à baisser la tête, tandis que l’un d’entre eux courut en direction de la cabine. D’accord je pouvais pas sortir la tête pour lui tirer dessus, mais une fois qu’il arriva à notre niveau, le coureur se retrouva à découvert.
Deux poings d’airs plus tard, il se retrouva à la baille. Quelle journée. Dire que ce matin j’étais tranquille en train de bronzer. Je suis sûre que sans Adell on aurait pu finir toute cette affaire tranquillement, discrètement, et voler les navires avec bien moins de morts.


* * * * *


Pendant qu’on s’ouvre un passage, Doombeast tient à me dire un truc. Un truc à propos d’un certain Adell Golden Dandy et de sa prime. Adell, un pirate ? Mais non, ce sont des march ... et les pictogrammes sont une espèce de papillons ! Les indices s’accumulent. En fait sans m’dame Pandora pour le faire tenir droit, ça m’étonnerait pas que cet imbécile d’Adell soit devenu pirate. Et il serait devenue une fille parce que ... non ça j’arrive toujours pas à comprendre ce que ça vient faire dans l’histoire.

- Je suis toujours pas convaincue que ça soit le Adell que je connaisse, mais je suis d’accord que ceux-là sont des pirates. À supposer que ça soit le même et que tu aies raison pour la prime ... tu veux qu’on en fasse quoi ?
- C’est toi l’officier ici Gaëlle. La décision t’appartient.
- On .. on va voir comment ça tourne, d’accord ? Plus elles détournent l’attention loin de nous, mieux je me sentirais. Même si le plan a un peu dérapé, les Nœuds Coulants sont censés agir plus discrètement que .. je ne sais quel équipage Adell est censé être capitaine. On peut s’en servir comme diversion, peut-être.
- A tes ordres, captaine Nœud Coulant.
- Arr matelot, si vous creusez plus vite on aura vite fait d’enterrer nos coffres pleins de berries sur cette plage avant de repartir terroriser les quatre mers
- Ahah. A tes ordres captaine.

On perce un passage assez large, et chacun leur tour, mes marines déguisés en pirates déguisés en marchands sautent d’un étage. La pièce est condamnée, sans doute un reste de la tour d’origine. Mais si on creuse un niveau de plus, peu importe où on arrivera tant que c’est pas trop profond, on aura juste un mur à détruire sur le côté et on devrait être à peu près au niveau du quai. A deux, trois mètres près. C’est pas haut. Moins que si on sautait depuis la passerelle en tout cas.


* * * * *


Crucrucrucrucrucru ... Cluck. Crucrucru..

La porte qui continue à s’ouvrir fait un bruit d’engrenages et de métal, un peu comme un crucrugcrucrugcrucrug qui s’égrène sans fin. Enfin jusqu’à ce que la porte finisse de s’ouvrir en grand quoi.
Mais là, il y a eu un son anormal. Je regarde la porte, c’est une impression ou elle va plus dans le bon sens ? Comme si elle se refermait ?
Je regarde la cabine. Il y a un type dedans ! On a été tournés ! Il est trempé et il me jette un regard moqueur. Avant de lever le doigt le majeur dressé. C’est celui que j’ai balancé à la flotte ? Le coureur de tout à l’heure ? Bon sang Gianna, fallait y penser à ça.
Au moins il n’a plus de fusil. Il ne peut rien faire d’où il est. C’est sans doute pourquoi il se dit que ça serait une bonne idée de prendre un couteau pour venir me dire bonjour ? Sans doute veut-il faire diversion pour ses camarades, pendant que je tourne mon fusil vers lui. Je vise pendant qu’il se met à courir, quand soudain il fait un écart sur le côté, qui dérange ma visée. Il se tient le bras gauche, qui saigne soudainement. Godasse vient de tirer, mais le bras ça ne va pas le tuer ! Plus le temps de viser, je tire. Touche le torse, mais ça n’a pas l’air suffisant. Ce type est vraiment énervé ! Un autre tir de Godasse loupe. Il est sur moi !!!
Aussi dois-je quitter la caisse qui m’abrite afin de me glisser sous le côté gauche, mort, de ce garde. Je me redresse, lui file un coup de coude dans le bras douloureux, avant de lui prendre le bras droit et de le plier dans son dos, en clef. Sous la douleur, il ne pense pas à tenir son couteau qui ne lui aurait de toute façon servit à rien. L’homme trempé tente de me donner un coup de pied dans le tibia, je le désamorce en pliant plus fort. Avec ce type comme bouclier humain, ses camarades, qui s’étaient approchés, hésitent à nous tirer dessus. Godasse en blesse un et leur crie de dégager !
Ils hésitent, mais finissent par s’exécuter, reculant et tirant leur blessé avec eux.

Une fois qu’ils sont assez loin, je relâche celui que j’ai, avant de lui foutre un grand coup de pied dans les fesses pour le pousser. Et je me réinstalle derrière la caisse tout de suite après. Mince, j’ai oublié de remettre le levier de contrôle de la porte dans le bon sens ! Idiote idiote idiote !

- Vous ne nous volerez pas notre liberté ! s’écrie l’un de nos assaillants.

Hein ? De quoi ?
Godasse le dit avant que je transforme cette pensée en parole.

- De quoi tu causes ?!
- Vous venez voler notre cadeau à celui qui nous a rendu notre liberté ! On vous laissera pas faire.
- De quoi tu causes imbécile ? Il est crevé votre bienfaiteur ! Tué par Teach !
- Teach ? .. Comme si c’était possible ! Handicapé du crâne !
- Raclure de bidet ! Ça fait deux mois qu’il a clamsé ! Pouvez pas être au courant !
- Fausses nouvelles du gouvernement ! C’est pas des gosses de haies comme vous qui nous empêcheront de livrer en temps et en heure !
- Écoute si t’as le cerveau rongé par les mites j’y peux rien ! Mais les autres, vous allez jeter vos vies par loyauté envers un macchabée ?!

J’y pige plus rien à ce qu’ils disent moi. Trop de mots compliqués qu’il faudrait aller chercher le dictionnaire. Et puis c’est pas des insultes, c’est juste des mots qui se suivent pour faire genre c’est intelligent.
Au moins pendant qu’ils s’engueulent ils nous tirent moins dessus. Ça me laisse le temps de viser le levier, afin de tirer dessus pour le remettre dans le bon sens et faire se rouvrir la porte et ... en fait maintenant que je veux le faire moi au lieu de le lire dans un livre, je me rends compte que c’est très bête comme idée. Au mieux ça rebondit sur le levier, au pire ça le casse et ça sera encore plus embêtant pour utiliser la moitié restante de levier.
Idiots de livres qui donnent de mauvaises idées qui marcheront pas. Un poing d’air alors ? Non, le résultat serait le même.
Je sais pas quoi faire. Ça m’ennuie.

C’est quoi ces pacs pacs que j’entends ?


* * * * *


Enfin, nous voilà retour dans la grand salle de la tour, celle du chantier. Après les premiers coups de pioche, on élargit rapidement le passage et on débarque en force et proches du sol. Une quinzaine de gardes étaient là et plusieurs ont commencé à nous tirer dessus pendant qu’on se frayait un passage dans le mur. Nous avions l’avantage du couvert pour nous, aussi nous ouvrons le feu en réponse, tout en leur criant de se rendre.
Je ne sais pas combien on en tue et je ne veux pas le savoir. Surtout qu’on en achève les blessés les plus graves. Ceux encore en bon état, nous les faisons prisonniers, pour le moment.

Je vois Gianna qui se met à courir dans une cabine, avant que la porte n’arrête de se fermer et commence à se rouvrir. Pourquoi elle avait fait que la porte se referme ? On la veut ouverte. Peut-être qu’elle voulait éviter l’arrivée de renforts ennemis par la mer. Mais on a notre propre bateau.
Cette petite zone des quais est à nous. des gardes convergent vers nous, même si la plupart vont au casse-pipe chez Adell et Brelyna, ces deux folles sur l’autre "rive" du bassin. Elles commettent un massacre et une bonne diversion, mais elles vont finir par fatiguer.

J’ordonne qu’on embarque tous, ma section, Gianna, Godasse et les prisonniers, sur un des navires achevés. On a pas de raison de s’attarder ici, profitons que la plupart ne s’intéressent pas à nous.
... J’aurais aimé avoir mon bazooka, ça aurait bien aidé pour nettoyer notre côté du quai. Au moins il y a quelques canons à bord. Et les emplacements pour en mettre d’autres. Hum, pas si achevé que ça le bateau au final. J’espère qu’il ne fuit pas.

- Captain, on va pas pouvoir mettre les voiles si on se fait tirer dessus.

C’est pas faux, ce que me crie ce marine. Et on a personne qui s’ennuie, entre les prisonniers à surveiller et le navire à gréer.
Bon ben ...

- Gina, ça te dit de casser quelques gueules ?
- Tu rigoles ? Je suis née pour ça. Ou je le serais si j’avais pu choisir.
- Hihi. Allons-y alors.

Ma soeur jumelle clone et moi redescendons sur le quai, en sautant directement par-dessus bord. Marcher sur la passerelle c’est trop lent. Même y courir.
C’est la charge des Sorus, doublés de poings d’airs. Tu veux nous tirer dessus ? Impossible, on est déjà ailleurs ! Dans ton dos, souvent. Parfois pas. Surprise, c’était pour ton copain ce coup-là. Mais celui-ci est pour toi ! Et là tu me vois ? Pas de chance, ma soeur te voit toi ! Et maintenant t’es trop assommé pour voir quiconque ! Hihiahahaha.
Rapidement on dégage une partie des quais. Les gardiens du chantier ne peuvent plus tirer sur notre équipage, qui commence à essayer de faire tourner les roues à aube en place. Faut qu’on occupe la sécurité pendant ce temps.
Ils vont bien finir par tomber en panne de personnel, ils sortent bien de quelque part ces gens.
En attendant, faut continuer à faire diversion. Est-ce qu’on peut aider Adell ? Sûrement, aussi je lui crie :

- Blondasse à Pomme Explosive, vous voulez de l’aide ?!


Dernière édition par Gallena Scorone le Sam 9 Juin 2018 - 15:07, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t13186-gallena-scoronehttp://www.onepiece-requiem.net/t13291-maitrises-de-gallena-scor
avatar
Adell "Golden" Dandy

♦ Localisation : A la première place !
♦ Équipage : L'équipage du Roi Rouge.

Feuille de personnage
Dorikis: 4100
Popularité: -223
Intégrité: -170

Sam 9 Juin 2018 - 12:28

Alors que Brelyna se retourne pour envoyer bouler les jumelles, un homme en profite pour lui asséner un coup de sabre dans le dos, in extremis  je bloque  la lame avec mon avant bras.  Ça pique, mais heureusement, l'adrénaline atténue un peu la douleur, d'une corde à linge je repousse l'arme et sèche l'assaillant. Pas l'temps de souffler, deux autres me foncent dessus, je m'en débarrasse d'un pied sauté de toute beautey. Deux lames s'abattent dans mon dos, au tour de Brelyna de se sacrifier. La Douce bloque l'attaque de ses haches mais l'un des sabres voit sa trajectoire déviée sur sa jambe gauche, l'entaillant tout le long de la hanche. De rage, elle en décapite un et cisaille le deuxième dans un mouvement de tenaille. On commence à être submergé par tout ces blaireaux. Mais d'où sorte-t-il ? Le gouvernement actuel a tant de ressource que ça ? Tss. Il faut juste qu'on attende les renforts, encore quelques minutes.

Bruit de multiple coup de feu.
De l'ouverture béante d'où je suis arrivée, se déverse à présent une nuée noire, aussi noire que leur jolly roger.
Pas attendu si longtemps que ça en fait.
L'équipage du Roi Rouge fait s'abattre les balles sur l'ennemi, tandis que Silence balance une fumigène rouge prêt des portes. Quand celle-ci prend enfin de la densité, seulement quelques secondes, et s'engouffre à l'extérieur de l'édifice, un énorme tonnerre se fait entendre. Je reconnais ce bruit entre mille, c'est mon bébé ! Le légendaire Roi des mers !

La porte explose sous les canons d'Ysolda, par chance seul un boulet vint s'encastrer dans l'un des navires en construction, chanceux à bloc ! Les débris s'éparpillent autour de leur ancien emplacement, espérons qu'ils ne nous gênent pas pour sortir.
La confusion est à son paroxysme, j'en profite pour balayer les rangs ennemis d'une grande lame d'air, permettant ainsi à mon équipage d'entamer l'abordage du deuxième cuirassé en état.

" Chier ! J'ai cru qu'ils arriveraient jamais ses cons !

- On peut toujours compter sur Ysolda !

- J'espère qu'elle ne va pas trop nous en vouloir.

- Mais non t'inquiètes, on fait un truc cool là. "

Au large, sur le pont du Roi des mers, une femme attrape un mégaphone.

" LES FILLES, MAMAN EST LA ! "

On s'regarde et déclarons en même temps:

" On est morte ! "

" Mais nan, on contrôle la situation !

- Vous êtes encore vivantes vous...

- Oui merci de t'inqui... Oh attends, c'est mesquin ! "

Gall et Gina viennent de nous rejoindre. J'suis contente de les voir saines et sauves, mais j'me fais pas trop de soucis, Gallou sait taper ! J'le sais, on s'est souvent entraînée ensemble lors de notre voyage ensemble, avec tata. Pis on a éclaté McInnocent aussi ahah.

" Hey d'ailleurs, ça m'fait penser à Innocent Island ! Quand tout les zombimachinpoulpe nous courraient après ahah. Bon là c'est des gens normaux, mais c'est un peu l'esprit non ?

- Ouais j'avoue qu'on y est proche ! D'ailleurs, j'ai pas eu l'temps lors de mon dernier passage, d'aller voir monsieur...

- Ouais, ouais, désolé de vous couper mais y'a quelqu'un qui veut bien m'aider à repousser ces connards ?

- Oh oui zut, j'les ai zappé ! "

On reprend position en se plaçant en ligne, le but, couper l'accès à cette partie du quai. Pendant que Silence s'emploi à démarrer les moteurs de cette folie de Red.
On est fatiguées, Bré et moi même sommes blessées mais il faut qu'on tienne encore, comme toujours, c'est une bataille d'endurance. Le premier qui faiblit perd la partie. Par chance, l'ennemi est toujours aussi secoués par les nombreux événements qui viennent de surgir, on a l'avantage du moral. Et de la force !

" Admirez la toute puissance de mon jumeau à moi ! "

Je m'élance seule dans la mêlée tandis que Brelyna explique aux jumelles interrogatives:

" Elle parle de son fruit du démon en fait. Elle pense qu'il est une entité à part entière... De ce qu'on m'a expliqué en tout cas. Cherchez pas... "

Me tenant en équilibre sur mon bras intact, je fais un grand écart.

" Boum Boum Golden Storm ! "

C'est une toupie explosive qui se trouve à présent lancée au milieu des ennemis. L'enfer se termine au bout d'une trentaine de secondes. Je me suis assez modérée pour ne pas détruire, enfin pas trop, le sol mais j'y suis allez assez fort pour avoir éparpillée les rangs adverses et faire du vide autour de moi. Terminant sur les fesses, les effets de la fatigue, j'observe mon oeuvre.

" Fiiiouuuu, ça tourne quand même. "

Ma garde du corps, marchant vers moi, se saisie de mon bras valide pour me relever.

" Allez Capitaine, on a bientôt finie ! "
http://www.onepiece-requiem.net/t8284-royal-golden#103865http://www.onepiece-requiem.net/t8382-l-heritier-de-gold-golden#
avatar
Gallena Scorone
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : En mer

Feuille de personnage
Dorikis: 6186
Popularité: +553
Intégrité: 475

Dim 10 Juin 2018 - 19:10

Mais pourquoi elle a pas fait ça plus tôt ? Adelle s'est pas dit qu'elle pouvait se débarrasser de beaucoup de monde si elle les expulsait en explosant ? Ahlala, cette fille. Rien dans la tête, tout dans les poumons.
Je me tourne vers Gianna, nous échangeons un regard de "Non mais me demande pas à moi je sais pas non plus", avant de reprendre la bagarre. Poings, pieds, couteaux, on a de quoi faire. Les couteaux c'est Gianna. Elle se dit qu'ils nous poseront moins de problème s'ils sont morts ou blessés. Oui mais les autres vont vouloir les venger ! On va devoir tous les tuer à cause de ça. Pas que eux auraient de remords à s'en prendre à nous, hein. Mais quand même... c'est pas bien.

Entre deux attaques, Gianna y va de son commentaire.

- Elle est complètement barge
- Ah toi aussi tu trouves ? Tention, que j'ajoute en bondissant sur un type qui s'approchait d'elle avec un sabre. Je pose un pied sur sa tête, puis l'autre arrive, droit dans son visage. Je saute sur un autre pendant que le gars s'effondre. Vu le bruit, il a au moins le nez cassé.

- Ouais. Marrante hein. Mais barge. Tu crois qu'elle lui parle à son fruit du démon ?
- Sûrement. Mais j'suis pas sûre de voir le marrante, mais si tu dis. Brelyna, t'es d'accord ?! que je crie à la fangirl d'Adell.
- De quoi ?! Elle a pas dû nous entendre.
- On se demande si Adell est barge !
- Même si elle l'est, tu respectes, ok ?! C'est la meilleure ici ! De sa hache, elle fauche plusieurs types. C'est pas possible, même avec les renforts de l'équipage d'Adell y en a encore qui veulent se battre. C'est comme des cafards mais en pire.

Quoique, le flot semble se tarir ? Ah, oui. Ça s'accumule sur la passerelle à l'étage, plutôt. Faut croire qu'ils abandonnent l'idée du corps-à-corps. Ils se mettent à tirer sur le pont de "notre vaisseau", mais pas encore dans la mêlée où nous sommes nous autres. J'ai des marines qui ripostent, mais ils feraient mieux de s'affairer à faire partir le cuirassé en vitesse.

- On peut leur téléphoner pour leur dire de démarrer sans nous attendre ?
- J'ai pas d'escargophone là, et toi ?
- Zut, moi non plus. On crie très fort ou on va les rejoindre ?
- On court les rejoindre.
- Ok. Adell, on part rejoindre nos gars, fais gaffe à toi !
- Et à ton cul !
- Vraiment, Gianna.
- Prude.
- Andouille.
- Je serais à bord avant toi.

Elle part alors que je suis en train de fiche un coup de poing à un mec. C'est vraiment pas du jeu ça ! Ah mais elle fait le tour. A coup de Sorus, mais elle fait le tour. J'vais la surprendre. Je me tourne vers la rade et m'élance sur l'eau.
Astuce : on est dans un lieu plein de bateaux en construction
Astuce : ces bateaux sont dans l'eau une fois la coque achevée.
Astuce : je saute haut.
Conclusion : Je saute d'un bateau à l'autre pour rejoindre notre nouveau cuirassé, celui qu'on livrera à la marine.
Et me voilà arrivée la ..
- Preums !
Ah ben.
- Égalité.
- Eh ? Comment t'as fait ?
- J't'explique après. Qu'est-ce qu'on attend pour partir ?! La porte est ouverte ou elle est pas ouverte ? Faites partir ce cuirassé et en vitesse ! Et puis on a pas besoin de rester dehors avec les moustiques qui volent, tout le monde à l'intérieur !

Doombeast vient nous rejoindre après notre entrée dans les couloirs du vaisseau pour s'excuser. Pas d'excuses. Qu'on aille plus vite. Et tant qu'on y est, y a des munitions dans une tourelle ?
- Je crois pas non.
- Doombeast, pourquoi tu trahis tous mes espoirs ?
- Pardon chef. Pour un truc plus joyeux, si tout va bien on devrait avoir fini de chauffer les machines d'ici deux minutes.
- Et si tout ne va pas bien ?
Le Sergent d'Élite hausse les épaules.
- On mettra plus longtemps.

En attendant, j'explore l'intérieur du vaisseau, rapidement. C'est sympa. Très fonctionnel, très militaire. Et ça ressemble à certains cuirassés, comme celui où j'accompagnais le Colonel Boïna. Ah mais c'est Amiral maintenant non ? Du coup est-ce que ça veut dire qu'un Colonel c'est aussi fort qu'elle et que maintenant elle est encore plus forte, ou ça veut dire qu'elle était déjà aussi forte qu'un Amiral ? Et moi je me place où dans l'échelle ?
Au sommet bien sûr.
La cuisine est un peu petite. Faut croire que les gens mangent tour à tour. Pareil pour les cabines, ça manque de place. Donc tout à fait standard pour la marine. Soit les pirates sont des gens comme nous, soit le mec qui avait commandé ces bateaux est radin. Ils auraient pu lui faire une ristourne, vu l'importance de la commande. Peut-être qu'ils l'ont fait mais que c'était pas assez pour faire un navire plus grand avec des cabines plus grandes. Qui sait ? Pas moi.

Heureusement deux minutes, comme annoncé, c'est ce qu'il nous faut pour lancer la machine. Trois minutes plus tard, nous avons jeté à l'eau plusieurs mecs venus profiter que nous étions tous sous le pont pour essayer d'aborder NOTRE navire - par droit de conquête et confiscation des propriétés pirates -, passé la porte ouverte et maintenant bien abîmée, avant de rejoindre notre brick en pleine mer. On attendra d'être au calme pour transvaser les équipages, voire retirer tout le monde du brick et le tracter tranquillement.
Je crois que les boulets de canons qui s'écrasent autour de nous ne sont pas là pour fêter l'événement, après tout. L'île est toujours défendue, même si la tour principale a été détruite pour y cacher un chantier naval. Et si j'en crois ces voiles qui sont en train de passer la digue au loin, ils pourraient aussi envoyer des navires à notre poursuite. Je veux dire, ils en ont la possibilité. Vu qu'ils sont en train de le faire.

- On va se mettre hors de portée de l'île et attendre Adell. Histoire de conclure cette histoire comme il faut.
- Tu veux les affronter ? C'est des pirates après tout.
- On a pas le nombre pour nous et on est à côté d'un rivage hostile. Mauvaise idée. La prochaine fois peut-être. Là on va juste lui dire au revoir. Et lui faire porter le chapeau.
- Ahah, faisons ça.
- Faites-nous passer à côté du navire de m'dame Ysolda pendant qu'on s'écarte de l'île, ok les gars ? Je vais lui expliquer pourquoi on s'éloigne et qu'on les attend pour la bataille navale qui s'annonce.
- Elle est grande, elle le comprendra bien toute seule.
- Oh oui bien sûr. Mais autant faire preuve de politesse avec nos ainées.
Ma jumelle me répond avec un sourire en coin, elle me croit pas. - Bien sûr.
Je hausse les épaules. C'est pourtant vrai. C'est plus poli. Et c'est plus simple pour se coordonner.
http://www.onepiece-requiem.net/t13186-gallena-scoronehttp://www.onepiece-requiem.net/t13291-maitrises-de-gallena-scor
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant