AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


trois filles pour un gosse

Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Sakina

♦ Localisation : Shimotsuki

Feuille de personnage
Dorikis: 1470
Popularité: 42
Intégrité: 20

Lun 28 Aoû 2017 - 17:27

Je te le jure je l'ai vu hier il était immense.. Il a sorti la moitié de sa tête de l'eau mais je pense qu'il ne m'a pas vu à cause que j'avais un trop petit bateau! J'ai crus que j'allais y passer.

Arrête tes conneries j'habite ici depuis tout jeune je l'aurais aussi vu s'il existait vraiment.

Mais je te jure crois moi !!!


Je suis arrivée au petit village de Fushia sur l'île où l'un des plus grands criminels est née, Monkey D Luffy a trouvé le One Piece et de ce fait a traversé le monde en naviguant sur la route de tous les périls, Grand Line la plus grande mer de ce monde. Empocher la moitié du douzième de sa prime m'aurait remplis les poches et permis de rentrer chez moi pour habiter avec mon père comme avant. Mais tous les récits que j'ai entendus à son propos me donne le sourire, un des plus puissants des hommes venant d'une si petite île..

T'essayes de me rouler, une patate ne vaut jamais plus de vingt berrys pièces, surtout avec leurs petites tailles, miserable fermier.

Alors n'en prenez pas, votre campement mange toutes nos récoltes, les prix seraient pas si chère et les patates seraient bien plus grosses si vous mangiez pas autant, en plus avec ton statut t'es censé avoir de l'argent, donc vingt berrys qu'es ce que ça peut bien être pour toi, enfin je ne parle qu'aux gens qui ont faim donc salut!

Attend, attend, je vais t'en prendre dix mais franchement c'est du vole !


L'homme prend ses pommes de terre et jette deux cents berrys à la tête du marchand avant de regagner sa tente qui était non loin de là, pendant que le marchand ramasse humblement ses billets. Je me dirige vers le marchant pour quelques informations.

Bonjour, c'est des biens beaux légumes que vous avez là ! Je viens d'arriver sur l'île et je cherche un endroit où passer la nuit avant de parcourir l'île, vous pourriez m'indiquer le lieu le plus proche d'ici ?

Oui bien sur, il y en a par là et par là./dit l'homme en montrant la direction du doigt/ Mais ce ne sont pas des hôtels de luxe, juste des petites auberges. Pour le ''luxe'' il faut vous rendre à Goa.

Ah merci mais une simple auberge m'ira parfaitement ! A la prochaine merci pour les infos m'sieur !

Attends jeune fille un fruit ou un légume ça te tente pour garder la forme ?

Je me rapproche du stand avant de regarder son étalage, fruit ou légume ? Mes yeux tombent bizarrement de suite sur les tomates du marchand ce qui me remémore les quelques débats qu'il y a eu sur la nouvelle Ohara.

Je prendrais cette tomate et trois citrons hihi.

L'homme prépare ma commande en me disant le prix, c'est vrai que c'est pas donné et les marchandises sont pas forcement très mure, une semaine en plus sur leur arbre ne leur aurait fait que du bien, mais la transaction se fait avec sourire et je prends la route de l'auberge la plus proche en mordant dans ma tomate.

HUM Bastet ça c'est pour toi, t'as jamais goûté vu que tu n'étais qu'un chat mais en main je tiens ce que tout humain se doit de connaitre !!

Miaou

On arrive à l'auberge où le patron qui est très accueillant nous montre notre chambre à moi et mon chat, le petit-déjeuner peut être pris en bas entre six heures et neuf heures du matin nous explique-t-il. On a notre propre clé pour rentrer à toutes heures et le patron est disponible toute la journée tous les jours de la semaine, quoi de mieux ?

On ne reste pas longtemps dans la chambre, après avoir expliquée à Bastet qu'elle aura sa boisson d'humaine le soir et après avoir déposé mes affaires dans ma chambre, hormis mon arme et mes munitions, on reprend la route.

Je marche avec Bastet à mes côtés en ville, je lui parle en ayant que ses miaulements en retour mais pour un brifing j'ai pas besoin de plus, une oreille attentive suffit largement. Trouver la cible, la neutraliser et empocher les cinq millions de berrys chez les marines du coin.


Dernière édition par Sakina le Mar 29 Aoû 2017 - 7:52, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t19175-sakina-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t19251-fiche-sakina
avatar
Kardelya Koshin

♦ Localisation : East Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 950
Popularité: 25
Intégrité: -20

Lun 28 Aoû 2017 - 19:32

À défaut d'avoir les moyens d'avoir un appareil photo afin de prendre des clichés de l'île, j'ai la chance d'avoir une mémoire suffisamment développée, pour faire un plan mental de l'île dans ma tête.

D'abord, le village de Fushia dans lequel j'ai débarqué.
C'est un village très "basique", très tranquille, à l'image de Cocoyashi, où j'avais accompli une mission, il y a de cela presque un mois. Là encore, ce serait une destination idéale pour s'installer ou couler des jours heureux, si je n'avais pas eu des objectifs aussi dangereux et mortels à l'esprit, pour rythmer ma vie.
Après, Fushia avait gagné un certain essor démographique, suite à la révolte de Goa, orchestrée par un autre Révolutionnaire et qui a décimé une grande partie de la noblesse de la ville et plongé la ville, autrefois la plus riche des Blues, dans la misère et le chaos.

Juste entre Fushia et Goa, il y a un immense charnier du nom de Grey Terminal. Autrefois décharge des nobles de Goa, bastion révolutionnaire local, tout a été rasé par la Marine et on ne sent plus que la mort, à la place des souhaits de liberté des gens...
Les forêts environnantes sont devenues le seul refuge envisageable pour tous les exilés, qui préféraient sans doute la mort au fait de vivre à Goa. Pour les visiteurs extérieurs, Marines, civiles et autre, ces forêts sont de vrais coupe-gorges, refuges de nombreuses bandes de bandits.

Enfin, on a l'ombre d'une ancienne République noble, autrefois la plus riche et luxuriante, répondant au nom de Goa. Le symbole de richesse est devenu un symbole Révolutionnaire et est maintenant sous le contrôle Marine.

Concernant les présences Marines dans les environs, ça reste très limité. J'imagine que le Gouvernement Mondial a autre chose à faire de ses troupes que de les envoyer protéger une poignée de nobles, qui ont pour la plupart tout perdus.
Un mauvais pressentiment me faire penser que j'ai mis les pieds dans une sacrée poudrière, où les Marines et les quelques malfrats, révolutionnaires et autres personnes avides de sang, sont en chien de faïence, attendant le moindre faux pas, avant de se sauter à la gorge et de pulvériser cette petite île.

Pour ma part, je suis sur cette île pour espérer récupérer des informations. Parmi les quelques rumeurs sur cette île, il y a deux trois bruits qui courent sur la présence de partisans Tenryubito, plus  ou moins impliqués dans les affaires de ces derniers.
Je n'aime pas trop agir en étant guidée par de simples rumeurs, mais je préfère encore en avoir le cœur net et éviter de laisser filer un potentiel moyen de me rapprocher un peu plus de mon objectif final, à savoir dissoudre l'Ordre Tenryubito.

Une fois mon repérage terminé, je retourne à Fushia, allant récupérer une petit chambre à l'auberge, la plus simple et bon marché possible. J'ai passé l'âge de dormir dans des draps de soie, dans des matelas tellement moelleux que tu aurais l'impression de te noyer dedans. Le confort noble fait partie de mon ancienne vie et je dois passer à autre chose, avec les sacrifices nécessaires.
Je ressors de l'auberge, allumant une cigarette fixée sur mon fume-cigarette, tirant une taffe, avant de soupirer longuement, laissant la fumée partir au ciel, que j’observe un temps, évaluant la course du soleil... Il fera nuit dans deux trois heures... Inutile de commencer ma recherches d'informations aujourd'hui. Autant se reposer et entamer les recherches le lendemain, à tête reposée, après ma longue marche autour de l'île.

Tirant une nouvelle taffe de ma cigarette, j'entame ma petite ballade aux environs du village, tâchant de profiter un minimum de ses rares instants de calme.
Les gens gardent souvent de moi la première impression d'une personne très froide, distante et professionnelle, une femme aussi très sanguinaire et déterminée et qui n’hésite pas à abattre froidement et sans pitié ses cibles.
Il y a une part de vérité dans tout ça, mais le fait est que je sais aussi aspirer aux "breaks". Je sais pertinemment que ma position d'assassin et mes objectifs de se confronter à la plus puissante organisation noble du monde comporte ses lots de risques mortels.
Justement, parce que je sais que ma vie pourrait bien prendre fin à tout moment, je me réserve bien ces moments de calme, surtout avant les tempêtes dans lesquelles je suis souvent amenée à me jeter...
http://www.onepiece-requiem.net/t19993-kardelya-koshin#http://www.onepiece-requiem.net/t19997-kardelya-koshin
avatar
Sakina

♦ Localisation : Shimotsuki

Feuille de personnage
Dorikis: 1470
Popularité: 42
Intégrité: 20

Lun 4 Sep 2017 - 7:57

Nous voilà aux tentes, proche d'où j’ai acheté mes quelques fruits, en marchant j'entends des gens qui regrettent leur vie bourgeoise d'avant, je les comprends tout à fait ! Passer d'un petit château coquet à une tente doit être difficile. Mais je ne pense pas que des gens de haute naissance cacheraient un jeune bandit chez eux je décide donc d'aller dans la forêt à côté de la ville, d'après les rumeurs beaucoup de gens l'habitent et à mon sens ce serait la meilleure cachette pour une cible comme la mienne, je vois mal les marines aller taper la randonnée dans les bois avec tous les châteaux détruit qu'ils ont en ville, je me faufile entre les tentes en direction de cette forêt tout en espérant qu'il n'a pas été se cacher au terminal.

Après cinq minutes de marche entre les arbres la vraie chasse peut enfin commencer.

Bastet on va mettre plusieurs jours si on se sépare pas..


Bastet prend forme humaine et rétorque:

Pourquoi on se séparerait tu veux que je me perde ou quoi ?

Mais non raaa ! ! Tu saurais pas te perdre, vous les chats vous avez un radar dans la tête ou chez pas quoi qui vous ramène toujours à votre maison !

T'es sur ?

Bah ouai.

Je te crois pas j’ai jamais eu ça avant..

C’est sûrement que ça s'active seulement quand t'es perdue.

A bon tu penses ?

Aucun doute t’as rien à craindre...

J’ai quand même pas envie d'être seule trop longtemps...

T’inquiètes ça va aller, il faut un début à tous. Si je trouve la cible je tire en l'air trois fois avec le même temps de pause entre les tirs. Si tu le trouves tu le neutralises et tu le ramènes à l'hôtel et surtout s’il y a un soucis sois pas bête et fuis d'accord ? Même si ce n'est qu'un gamin il a cinq cents mille sur sa tête !

La peur se voyait dans les yeux de Bastet mais il y avait aussi autre chose, derrière ses yeux gris pétillants d'un chagrin passager je pouvais voir qu'elle m'observait ou peut-être est-ce mon imagination, après ce court échange visuel elle regagne sa forme animal avant de partir du côté gauche d'un pas agile.

D'accord t'en fais pas, je vais part là alors.

Qu'en à moi je continue tout droit pendant cinq bonnes minutes avant de tomber sur un regroupement de sauvage ou "noble" d'après leurs dires, depuis que je suis sur cette île je me demande si je connais la bonne définition du mot noble... Ce groupe d'une quinzaine d'êtres vivaient dans une petite grotte leurs habits étaient troués de partout et sentaient la mort, après avoir rapidement inspecté les lieux à la recherche du jeune garçon je m'éloigne de ce foutus petit troupeaux ainsi que de cette odeur nauséabonde et regagne la forêt en allant par la gauche afin de passer la partie gauche de la forêt en battue avec Bastet.

Après une vingtaine de minutes à traverser les bois un son vient titiller mes oreilles, je continue ma marche de plus en plus vite enjambant les obstacles, le son est de plus en plus fort, c’est mélodieux et doux, c’est de plus en plus fort ! En une minute je pourrais l'entendre mieux j'en suis sûr ! !

Je tourne sur moi-même, le décore est arbreux et feuillus. Je m'en suis rendue compte vite, j'étais perdue. Mais une chose est sur cette mélodie je sais d'où elle vient et j'en suis pas loin, j'ai l'impression de sortir d'un rêve. La musique s’est arrêtée mais je me dirige quand même de sa provenance emplie de curiosités, à peine la marche reprise que quelque chose me gêne sur ma droite à quelques mètres, je n'y prête pourtant pas attention les premières secondes bien trop intriguée par ce son angélique. Pourtant cette chose me gêne belle et bien, l'intrigue que m’a fait ce bruit s'estompe sur la route en tout cas assez pour que je puisse détourner les yeux de celle-ci pour les tourner sur ma droite et voir une silhouette.

Musique hypnotique:
 


Dernière édition par Sakina le Dim 10 Sep 2017 - 12:40, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t19175-sakina-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t19251-fiche-sakina
avatar
Kardelya Koshin

♦ Localisation : East Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 950
Popularité: 25
Intégrité: -20

Lun 4 Sep 2017 - 13:20

Mes pas me portent vers la seule zone que je n'ai pas entièrement exploré: la forêt située à coté de Fushia. Bien dense et touffue, j'ai entendu deux trois choses dessus, au cours de mon exploration de l'île. Ce n'est pas la forêt du Mont Corbo, où règnent toutes les bandes de bandits de l'île ou même Grey Terminal, qui est devenue une zone sinistrée, avec son lot de dangers. La forêt dans laquelle je mets les pieds serait la plus calme de l'île et servirait de refuge à quelques anciens nobles de Goa. J'imagine que c'est un refuge comme un autre, au même titre que les quelques camps que j'ai pu apercevoir en périphérie du village de Fushia ou même de Goa elle-même.

En y repensant, je ne devrais pas être surprise de voir des nobles déchus rester, envers et contre tout, sur leur "terre natale". Ils doivent avoir la trouille de prendre la mer et de découvrir de nouveaux lieux inconnus. Peut-être pensent-ils que Goa va retrouver son âge d'or et qu'ils pourront tous retrouver leur gloire et leur richesse d’antan, ainsi que leur cage dorée, qu'ils appelleraient "maison"?

Je commence finalement mon exploration de la forêt, comme activité à faire, juste avant d'aller me coucher. Après tout, connaître une forêt bien dense et touffue comme celle-ci pourrait s'avérer utile, si je venais à fuir les autorités et que je devais trouver une cachette rapidement.
Je commence alors à faire un plan mental de la forêt dans ma tête, tandis que je suis le trajet le plus droit "possible", notant tous les virages que je devais prendrais, ainsi que certains points de repère, avec un arbre d'une forme particulière, un agencement de pierres étranges sur un coté de la route. Chaque détail peut avoir son importance et je préfère encore ne rien laisser au hasard, pour éviter toute mauvaise surprise ou tout simplement de me perdre à travers ce labyrinthe végétal.

L'odeur nauséabonde vient trouver mon nez avant que mes yeux trouvent la grotte. Beurk... C'est quoi cette immondice?!? Je suis plus ou moins habituée à la crasse des pires taudis que je peux croiser dans ma vie d'assassin Révolutionnaire itinérant... mais là, c'est encore un cran au dessus!
Je me force néanmoins à aller voir sur place et je tombe sur un groupe d'une quinzaine de personnes, vêtus de haillons et traînant la fameuse odeur de mort que j'avais sentie il y a peu.
Ils se disent être nobles... Encore heureux qu'ils me le disent, parce que sinon, je penserais juste avoir croisé la routé de simples clochards...
Je secoue doucement la tête, soupirant en laissant échapper un nuage de fumée d'entre mes lèvres, avant de poursuivre ma route, mains renfoncées dans mes poches, notant néanmoins dans ma tête le point de repère suivant: "grotte de clodos nobles". L'avantage de ce marqueur, c'est que j'aurais juste à suivre l'odeur.

Écrasant ma cigarette contre un rocher, je range le mégot dans un petit sachet, déjà rempli d'une dizaine de mégots, dans une poche de pantalon. Je balancerais le tout dans la première poubelle venue, plutôt que m'amuser à polluer un espace "naturel" comme cette forêt.
Reprenant ma route, un son me fait marquer un temps d'arrêt, alors que j'étudiais un peu mieux ce son à l'oreille... Une chanson? C'est bien le son le plus mélodieux qui m'est été donné d'écouter, depuis que j'ai posé les pieds sur cette île tiens...
Guidée par la curiosité, je m'avance vers le son, n'oubliant pas de noter mon parcours dans un coin de mon esprit.
Quelques minutes plus tard, un mouvement sur ma gauche attire mon attention... Je ne suis pas seule dans cette partie de la forêt. C'est encore trop loin et le fait que la nuit tombe peu à peu ne m'aide pas trop non plus à distinguer cette silhouette, mais je ne peux que constater le fait que l'inconnu et moi allons dans la même direction...

Finalement, le son s'arrêtant, mais suffisamment tard pour que je puisse me faire une idée de sa position approximative, je poursuis ma marche à travers cette forêt, prêtant toujours un coup d’œil furtif à cette silhouette à ma gauche.
Je joue avec le diable, à marcher aux cotés d'un inconnu, dans une forêt inconnue, à l'orée du soir, mais, je ne me fais guère de soucis. Si je me fais agresser, j'aurais mon passe-partout à porté de main: un bon coup de botte à talon renforcée dans les gencives.
À force de traîner à quelques mètres de distance, l'inconnue et moi finissons par se croiser sur le même chemin. Une jeune femme... Je ne saurais pas situer son âge, par rapport au mien, mais ça m'était plus ou moins égal. après, je serais plutôt partisane de désamorcer un éventuel conflit ou malentendu. Il ne faudrait pas non plus que j'attire inutilement l'attention des autorités sur moi, alors que je n'ai même pas eu le temps de débuter mes recherches d'indics sur l'île...

Tirant une taffe de ma cigarette, avant de l'expédier dans les airs, j'incline la tête vers l'inconnue:

-Hum... Bonsoir madame. Je ne m'attendais pas à trouver de la compagnie, au fin fond de cette forêt...
Après, il me semblerait que nous cherchions toutes les deux la même chose: l'origine d'un son bien mélodieux, mais aussi d'origine inconnue, je me trompe?


Autant mettre les choses à plat rapidement. Je n'ai pas de raisons de cacher de choses, si ce n'est ma recherche de contact dans le coin. On va se contenter de parler de cette histoire de son.
http://www.onepiece-requiem.net/t19993-kardelya-koshin#http://www.onepiece-requiem.net/t19997-kardelya-koshin
avatar
Sakina

♦ Localisation : Shimotsuki

Feuille de personnage
Dorikis: 1470
Popularité: 42
Intégrité: 20

Lun 4 Sep 2017 - 16:21

La silhouette  se met d'un coup à me parler, j'ai bien vu que c'était une blonde qui tentait de taper la causette mais qu'est-ce qu'une blondasse en costume vient faire dans cette forêt... Bastet ne doit  pas être loin si j'ai suivi la bonne direction elle a aussi dû être attirée par ce son.

-Hum... Bonsoir madame. Je ne m'attendais pas à trouver de la compagnie, au fin fond de cette forêt...
Après, il me semblerait que nous cherchions toutes les deux la même chose: l'origine d'un son bien mélodieux, mais aussi d'origine inconnue, je me trompe?


N'étant pas dans un lieu adéquat pour une rencontre, je glisse ma main sur ma hanche pour arriver sur mon pistolet. Sa présence ici est plus que bizarre, une fille en costume dans la brousse ça colle pas avec les pseudos bourges que j'ai vu dans le coin et les singes qui montent aux arbres..

Salut ! J'ai aussi entendu un son étrange en me baladant, mais à la base je cherche mon chat je ne l'ai plus vu depuis quatre, cinq jours donc je me suis dit que je pouvais jeter un oeil dans la forêt. T'es du coin ? Je ne t'ai jamais vu avant..

Tout à l'air bien chez cette blonde, de sa façon de parler bien trop respectueuse pour une gamine comme moi, à celle de s'habiller avec un costume tiré à quatre épingles, même sa chevelure est parfaitement lisse, bref. Je ne sais pas qui c'est et je m'en balance, je suis ici pour cinq millions, pas pour papoter avec une étrangère. Elle a l'air plus confiante que moi et reprend la marche sur la route de la mélodie, si elle marche devant pourquoi pas faire un bout de route avec.

T'as pas peur de te salir en costume ? On est quand même dans la brousse là.

Elle marche devant moi et bien que certains efforts me sont necessaires pour enjamber les obstacles qui se trouvent sur notre chemin, elle semble les passer aisément. Elle a le pas léger et une allure bien plus rapide que la mienne, je ne laisse pas la distance se creuser pour autant cette allure me fatigue mais on est plus très loin, je préfère prendre sur moi plutôt que de demander qu'elle ralentisse. Je veux pas avoir l'air ridicule face à une blonde..

Tu t'appelles comment ? Et tu viens d'où du coup ?


Dernière édition par Sakina le Dim 10 Sep 2017 - 17:43, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t19175-sakina-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t19251-fiche-sakina
avatar
Kardelya Koshin

♦ Localisation : East Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 950
Popularité: 25
Intégrité: -20

Lun 4 Sep 2017 - 17:34

Donc, en pleine forêt, presque à la tombée de la nuit, je me retrouve face à une jeune femme brune, alors que nous semblons suivre toutes les deux un son mystérieux.
Mon regard se porte sur sa main qui se pose près de sa hanche, emplacement tout trouvé pour un pistolet. Je ramène instinctivement ma jambe droite vers l'arrière, parée à me jeter sur l'inconnue, lui laissant néanmoins le bénéfice du doute.
J'imagine que, comme moi, elle peut sembler surprise de croiser la route d'une parfaite inconnue, en pleine forêt et qu'elle prend juste ses précautions, comme moi à l'instant même.

Je secoue la tête négativement:

-Non, je ne suis pas du coin. Je suis arrivée sur Fushia ce matin et je me contente de visiter l'île pour aujourd'hui, avant de rencontrer deux trois personnes pour demain.

Voilà, pour les raisons concernant ma venue sur l'île, elle devra se contenter de ça. J'ai été assez précise dans ma réponse, tout en simplifiant mes raisons au maximum. Moins de personnes sont au courant de ma présence sur l'île, mieux ça vaudra.
Je tourne rapidement la tête de droite à gauche. Je repensais à la fin de sa tirade. Un chat perdu? Je n'ai rien vu de tel, depuis mon arrivée dans cette forêt... Et donc, elle serait là depuis presque une semaine, au minimum?

-Concernant ce chat, je n'en ai pas croisé dans la forêt, désolée de ne pas pouvoir aider, concernant cette recherche.

Sur ces mots, on poursuit notre route vers le son mystérieux, moi me déplaçant quelques pas en avant, par rapport à la jeune femme.
Je tire une nouvelle taffe que j'expédie au ciel, réfléchissant un temps à la question incongrue de l'inconnue, avant de rigoler doucement:

-Oh non, je me préoccupe assez peu de la tenue de mon costume. S'il se salit, se déchire ou autre, tant pis, je m'arrange pour réparer. C'est juste que c'est quand même plus avantageux de donner une bonne première impression aux gens, en étant bien habillé.

L'interrogatoire se poursuit de nouveau, alors que nous progressions dans la forêt. Bien curieuse, la jeune demoiselle. J'imagine que ce doit être de son âge de poser des questions à tout-va, sur tout et n'importe quoi.

-Hum... Vous pouvez m'appeler Kardelya. Quant à la deuxième question... je n'ai pas de réponse très précise, mon île natale étant tellement minuscule et insignifiante qu'elle n'a même pas de nom. En plus, je l'ai quittée très jeune et j'ai oublié pas mal de choses dessus.
Et vous donc? Comment vous appelez-vous et d'où venez-vous?


Tandis que je posais cette question, mon regard se porte sur une étrange lueur orangée, plus loin devant nous... Un feu?
En m'avançant d'avantage, mon attention est attirée par un bruissement de feuilles, un peu plus sur ma gauche. Je lève la tête, remarquant alors une silhouette féline sur une branche:

-Ah... Ne serait-ce pas votre chat, à tout hasard?
http://www.onepiece-requiem.net/t19993-kardelya-koshin#http://www.onepiece-requiem.net/t19997-kardelya-koshin
avatar
Sakina

♦ Localisation : Shimotsuki

Feuille de personnage
Dorikis: 1470
Popularité: 42
Intégrité: 20

Mer 6 Sep 2017 - 7:42

-Hum... Vous pouvez m'appeler Kardelya. Quant à la deuxième question... je n'ai pas de réponse très précise, mon île natale étant tellement minuscule et insignifiante qu'elle n'a même pas de nom. En plus, je l'ai quittée très jeune et j'ai oublié pas mal de choses dessus.

Et vous donc? Comment vous appelez-vous et d'où venez-vous?


Moi haha je m'appelle Sakina, je viens de l'île de Tanuki. Je suis parti depuis un moment de chez moi voir d'autres horizons ! Ma maison commence à me manquer mais je ne regrette pas d'être partie.

Dis-je en pensant à tous mes berrys et à Bastet. Sans oublier les quelques rencontres sympathiques que j'ai faites pour le moment, quand j'étais sur mon île je côtoyais toujours les mêmes personnes, quelques voisins, mon père. Ca fait du bien de voir d'autre tête... En pleine marche, alors que je cherchais une autre question à lui poser Kardelya s'arrête nette, je fais de même et je m'aperçois qu'une lumière transperce le feuillage des quelques arbres qui se trouvent devant nous.

La luminosité n'est pas continue et dans une forêt ça ne peut être qu'un feu, sûrement un autre campement de clochards à aller inspecter mais bon il ne faut écarter aucune piste.

-Ah... Ne serait-ce pas votre chat, à tout hasard ?

La blonde regarde en hauteur sur la gauche, suivant son regard avec enthousiasme: je ne serais plus seule avec une étrangère dans les bois. Et interrogation: qu'est-ce que Bastet fou sur un arbre ? Mon regard tombe enfin sur "mon chat" ! Après un petit pas en arrière je reste immobile. Le temps semble passer lentement. Je peux voir Kardelya en train de me regarder et de pointer du doigt une panthère noire se trouvant sur une branche non loin d'elle, ses yeux scintillent dans l'obscurité et hormis son pelage cet animal n'a pas l'air d'avoir beaucoup de douceur en lui. Je n'en ai jamais vu de vrai avant mais je les imaginais bien plus petites et moins agressives, je ne sais pas si c'est juste une impression mais cette façon de se tenir et cette petite lueur dans les yeux, on dirait Bastet avant de se jeter sur une souris.

Après ce petit temps mort je saisis mon arme, dans la même seconde la bête bondit vers nous, la branche plis et craquelle sous le pois de son appuie, accompagnée d'un rugissement strident.


Dernière édition par Sakina le Dim 10 Sep 2017 - 12:17, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t19175-sakina-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t19251-fiche-sakina
avatar
Kardelya Koshin

♦ Localisation : East Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 950
Popularité: 25
Intégrité: -20

Mer 6 Sep 2017 - 20:05

Un long silence suit ma déclaration, concernant la silhouette féline postée à quelques mètres de nous. Je tourne la tête, interloquée par le mutisme de la jeune femme et je vois alors son mouvement vers l'arrière, tout en saisissant son pistolet.

Les rouages se connectent rapidement dans mon esprit, alors que la silhouette féline bondit sur nous, avec un rugissement. Une panthère?!? Sérieusement?!?
Le fauve se jette sur moi, alors que je lève brusquement ma jambe gauche, shootant violemment la panthère en plein sous le menton, lui faisant faire un vol plané, pour le faire s'échouer dans des buissons, alors que je me mets en position de combat.

-Bon, j'imagine que je peux déduire que ce n'est pas le chat que vous cherchez!

La panthère se redresse rapidement, s'ébrouant un temps, avant de grogner dans ma direction et de me foncer dessus, la gueule grande ouverte, sans doute pour chercher à me mordre.
Je fais un pas sur le coté droit, esquivant le crocs mais pas les griffes qui lacèrent mon torse, déchiquetant mon costume au passage, alors que je crie brièvement de douleur.
Je reprends ma posture de combat, ignorant la douleur cuisante qui emplissait mon ventre, prête à riposter au prochain assaut du fauve...
http://www.onepiece-requiem.net/t19993-kardelya-koshin#http://www.onepiece-requiem.net/t19997-kardelya-koshin
avatar
Sakina

♦ Localisation : Shimotsuki

Feuille de personnage
Dorikis: 1470
Popularité: 42
Intégrité: 20

Sam 9 Sep 2017 - 10:19

La blonde tient une posture combative, sa réaction a été rapide et précise ! Elle est bien plus forte que moi, comme cette panthère qui rôde devant nous, prête à lancer son troisième assaut. Plutôt impeccable maintenant troué, les déchirures qu’il y a dans le costume de la blonde laissent apercevoir les entailles qu’a infligées le félin durant son deuxième assaut. Je crains que cet estomac sur patte aura encore faim après avoir gobé cette fine blonde.

J’ai dans la main le moyen de mettre tout le monde d’accord avec seulement quelques pressions je suis fragile mais mes doigts eux sont sur entraînés. Je profite d’un duel de regard débutant entre la panthère noire et Kardelya pour porter l’animal en joue et tirer à trois reprises consécutives, les trois balles font mouches et percutent le flanc de son crâne. Ce belle animal n’aura souffert, le bruit des coups de feux ce dissipe, la panthère inerte au sol et les oiseaux des alentours prenant leur envole.

La blonde baisse sa garde et se tourne vers moi, tendis qu’une ombre s'immisce dans la lumière tamisée par les feuilles, sans elle je n’aurais sûrement pas vu le danger. Des bruits de pas se font entendre dans la zone éclairée, après un léger froncement des yeux mutuels, on s’approche des buissons qui nous séparent du feu de camp, tête la première entre les fines branches je découvre avec étonnement ma cible devant son feu de camp, hormis les quelques mètres carrés qu’il a rapidement aménagés pour passer la nuit, la zone est jonchée d’arbres et de buissons. Un piètre endroit pour installer un campement quand on vaut cinq millions.

Il nous regarde, se réchauffant au abord du feu. Je range mon arme dans son étuis et je vais dans ma poche, j’y sors son affiche de recherche avant de comparer les deux têtes, devant l’oeil observateur de mes deux congénères.

Mibu:
 

Il n’y a aucun doute possible, c’est lui ! Il a l’air plus vieux sur l’affiche mais ses grands yeux verts, ses cheveux volumineux mi-longs d’une teinte grise et ce regard drôlement innocent pour quelqu’un arborant une telle prime... Je me rends compte que j’ai fait tout ce chemin jusqu’à Est Blue pour un gosse, quelle tristesse.

Demain je visiterais l’île de l’ancien roi des pirates, comme ça je ne serais pas venu pour rien...

Je fourre l’avis de recherche en poche et passe le reste de mon corps de l’autre côté des buissons qui me séparent encore du jeune garçon, qui nous regarde depuis tout à l’heure.

Les coups de feux n’ont pas l’air de lui avoir fait peur, arrivée dans sa petite zone le jeune garçon coupe le silence.

Je peux vous aider ?

Comment ce gosse peut valoir cinq millions, j’en suis presque jalouse. Il a vraiment l’air d’un moustique inoffensif.. Enfin, en voyant Kardelya tout à l’heure j’ai bien vu que même un petit corps pouvait envoyer d’impressionnants coups de latte. Il faudrait peut-être que je me méfie.. Je dégaine rapidement mon arme et tiens le jeune en joue. C’est dur, très dur de viser un enfant avec une arme, enfin ça reste un criminel et si je ne prends pas mes précautions ça pourrait mal tourner pour moi.

C’est bien toi Mibu ?

Le jeune homme bascule la tête de haut en bas en se tournant vers nous pour nous faire face.

Ca pose un problème ?

De ma main libre je retourne prendre l’affiche chiffonnée que j’ai dans ma poche et lui lance.

Aucun, pourquoi tu vaux si chère t’as fait quoi ?

Mibu tourne sa tête vers les flammes, son visage change d’expression quelques secondes avant que ses lèvres se mettent à bouger. Un chant rythmé débute.

Hey gamin mon arme est chargée répond-moi !

Mes hanches ont déjà commencé à bouger, suivant le rythme que tenait Mibu. Agacée par l'indifférence que me porte le jeune primé, je lève mon pistolet en direction du ciel avant de tirer un coup de semonce, en tentant de reprendre ma pose menaçante le reste de mon corps commence lui aussi à se déhancher, après quelques balancements, me voilà prête à danser autour de ce magnifique feu de camp. Je jette mon arme dans les airs pour pouvoir pleinement me défouler mais au même moment le jeune garçon arrête son interprétation.


Dernière édition par Sakina le Dim 10 Sep 2017 - 17:42, édité 2 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t19175-sakina-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t19251-fiche-sakina
avatar
Kardelya Koshin

♦ Localisation : East Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 950
Popularité: 25
Intégrité: -20

Sam 9 Sep 2017 - 20:09

Abaissant mon centre de gravité au maximum, en me baissant et écartant doucement les jambes, je me prépare à tout et n'importe quoi venant de la part du fauve. Que ce soit pour contrer une nouvelle charge de la panthère ou même pour lui fondre dessus, je n'attendais plus qu'une faille dans la posture offensive du fauve... lorsque les coups de feu sont tirés.
Incrédule, je vois l'animal s'effondrer sur le coté, la tempe partiellement déchiquetée par trois balles de pistolet, tirées bien adroitement.

La tension de la bataille tombe rapidement, avant que les bruits de pas se fassent entendre, dans la direction de la lueur que j'avais pu voir, quelques instants plus tôt, juste avant l'attaque du "chat".
La jeune femme et moi-même nous avançons vers ce que je pense, avec certitude, être un campement. Je suis néanmoins d'avantage sur mes gardes, aussi bien par rapport au fait que des animaux dangereux pourraient encore traîner dans les environs et que les coups de feu ont clairement dû alerter les personnes du campement. Maintenant, ils sont au courant qu'il y a des gens armés dans les environs, un point assez préoccupant et handicapant, dans l'optique où on serait amenés à discuter avec eux.

Une fois une série de buissons passés, on se retrouve toutes deux devant un campement de fortune. Je hausse un sourcil, surprise de voir un jeune garçon, qui doit bien avoir la douzaine de printemps, installé devant le feu de camp. J'ai beau observer les environs, je ne vois personne d'autre à ses cotés... Très étrange comme rencontre, au beau milieu d'une forêt tellement touffue, au crépuscule.
Le problème, c'est que la suite va me plonger d'avantage dans l'incompréhension.
Le jeune commence à peine la conversation que la jeune femme emploie un ton assez agressif d'emblée, appelant le jeune homme par son prénom (je suppose que c'est son prénom en tout cas, vu que j'en ai aucune idée personnellement).
Elle sort alors un morceau de papier de sa poche et, en entendant ses propos suivants et en la voyant braquer une arme sur ce gosse, mon cerveau fait rapidement le calcul: j'ai traîné avec une chasseuse de primes qui vient chercher une prime!

Soudain, une mélodie, qui semble avoir quelques similitudes avec ce que j'ai déjà entendu, plus tôt dans cette forêt, est fredonnée par le jeune homme, qui semble complètement se moquer d'être braquée par une arme.
Je vois alors le corps de la chasseuse de primes réagir étrangement et suivre tout aussi bizarrement le rythme imposée par la chanson du jeune homme... et c'est mon corps qui suit quelques secondes plus tard, alors que j'ai l'impression de littéralement perdre le contrôle de mes propres gestes, mon corps se trémoussant au même rythme que la chasseuse de primes et de la mélodie fredonnée par le jeune homme! C'est quoi ce bazar?!? Et pourquoi j'ai l'impression d'avoir mis les pieds dans une drôle d'embrouille qui ne me concerne aucunement?!?

La chasseuse de primes tire un coup de semonce en l'air, menaçant comme il faut l'enfant au passage, avant d'envoyer valdinguer son arme dans les airs, pour une raison inconnue, alors que le jeune homme met fin à sa chanson. Mon corps m'est "rendu" alors instantanément, alors que je reprends difficilement une respiration normale, des gouttes de sueur perlant de mon front:

-Hoy... C'était quoi ce truc?

Je relève la tête vers la chasseuse de primes, l'affiche tombée à terre et le jeune garçon, ainsi que le pistolet tombé à terre... avant de fondre sur la chasseuse de primes, balayant brutalement ses jambes d'un coup de pied circulaire, visant à la faire tomber à terre, avant de poser mon pied droit sur son torse, appuyant assez fermement pour la maintenir à terre:

-Tu es folle?!? Dans quel asile on t'a appris à braquer les enfants comme ça?!?

Je porte mon regard vers l'affiche, tiquant sur la prime du jeune homme, ainsi que le prénom "Mibu", qui va de pair avec ce qu'a dit la chasseuse de primes.

-Bon... je vais retirer mon pied, te laisser te relever, pour que tu m'expliques toute cette histoire de fous. Quant à ton arme, tu la laisses se reposer dans l'herbe, tu n'auras besoin que de ta bouche pour parler.

Je tourne ensuite la tête vers le jeune homme:

-Quant à toi... Mibu, c’est bien ça? J'avoue être aussi très surprise par ta prime, bien trop élevée pour un enfant de ton âge.
Je serais tentée de poser la même question que cette chasseuse de primes, à savoir comment tu as pu faire ton compte pour avoir une prime à ton âge, encore plus une prime aussi grosse.


Je recule vers le centre du campement, écrasant le pistolet du pied gauche, gardant bien dans mon champ de vision Sakina et Mibu, aussi attentive au bruit environnant, dans l'éventualité où d'autres animaux auraient été attirés par le coup de semonce.

-De toute façon, on a tous intérêt à baisser d'un ton, que ce soit au niveau des coups de feu ou des chansons. On s'est déjà faits attaquer par des fauves et je préfère éviter de renouveler l'expérience.
Alors, on y va tout doux et chacun s'explique tranquillement, vu que personne n'a d'intérêt à tuer quelqu'un ici.


Cette dernière phrase s’adressait surtout à Sakina. Je connaissais deux trois choses sur les chasses à la prime, notamment le fait que ramener une cible vivante est plus avantageux que la ramener morte, concernant la récompense.
Après, je spécule beaucoup sur toute cette histoire de prime, alors je préfère encore laisser le temps de parler aux autres, histoire de coller les pièces du puzzle...
http://www.onepiece-requiem.net/t19993-kardelya-koshin#http://www.onepiece-requiem.net/t19997-kardelya-koshin
avatar
Sakina

♦ Localisation : Shimotsuki

Feuille de personnage
Dorikis: 1470
Popularité: 42
Intégrité: 20

Dim 10 Sep 2017 - 12:15

-Hoy... C'était quoi ce truc?

Sans doute de la magie !

Je tourne la tête dans tous les sens pour retrouver mon arme, elle est à quelques mètres de moi près du feu. Le jeune ne semble pas plus perturbé que ça par mes menaces, toujours en train de se réchauffer près des flammes.. Autant agir directement, de toute façon je ne vais pas tirer sur un gamin, quelques baffes pour le faire taire suffiront, j’aviserais après. Plein de courage, je me prépare à aller vers le gamin avant de me prendre une balayette de la blondasse pour atterrir sur mon dos. Comme si ça ne suffisait pas, elle maintient mon dos au sol d’une pression de son pied droit sur mon torse.

-Tu es folle?!? Dans quel asile on t'a appris à braquer les enfants comme ça?!?

Le pire c’est qu’elle est sérieuse, je ne serais jamais venu si j’avais su que c'était un gamin mais devant un primé aussi haut, il n’y a pas d'âge et on ne peut baisser sa garde. Bref me voilà au sol, en plus de me ridiculiser en me dominant de la sorte elle se met à me traiter de folle. J’ai plus qu’une envie, lui arracher sa crinière blonde pour qu’elle ait un peu de bons sens.

-Bon... je vais retirer mon pied, te laisser te relever, pour que tu m'expliques toute cette histoire de fous. Quant à ton arme, tu la laisses se reposer dans l'herbe, tu n'auras besoin que de ta bouche pour parler.

Et maintenant je vais devoir m’expliquer elle ne paye rien pour attendre! bien, je n’ai que la possibilité de jouer le jeu pour le moment.

-Quant à toi... Mibu, c’est bien ça? J'avoue être aussi très surprise par ta prime, bien trop élevée pour un enfant de ton âge. Je serais tentée de poser la même question que cette chasseuse de primes, à savoir comment tu as pu faire ton compte pour avoir une prime à ton âge, encore plus une prime aussi grosse.

La blonde relâche son pied de mon torse et s'éloigne, malheureusement elle a aussi repéré mon arme et va se tenir près d’elle. Je pourrais peut-être la récupérer. Mais c’est bien trop dangereux de commencer un combat avec cette fille en ayant ce gosse à côté, après un tel spectacle il lui porterait vite secours si je tente quelque chose..

Je me relève avec une douleur aux jambes, la blonde se tient en face de moi. Déterminée à prendre le contrôle de la situation en main, elle écrase mon arme de son pied avant de nous dire en me fixant du regard.


-De toute façon, on a tous intérêt à baisser d'un ton, que ce soit au niveau des coups de feu ou des chansons. On s'est déjà faits attaquer par des fauves et je préfère éviter de renouveler l'expérience.
Alors, on y va tout doux et chacun s'explique tranquillement, vu que personne n'a d'intérêt à tuer quelqu'un ici.


Je ne vois pas bien ce qu’elle cherche mais si c’est ma raison pour avoir pointé un gamin avec mon flingue elle est simple, je dois inverser la situation :

Kardelya réveille-toi, c’est un primé, il peut être dangereux même avec sa tête d’innocent! Réfléchis, cinq millions de Berrys !

Mibu tourne son regard vers la fille costumée et répond :

Je n’ai jamais fait de mal à personne et pour la prime ça ne te regarde pas ! Laissez-moi tranquille.

Contre toutes mes attentes, alors qu’il aurait pu profiter de la situation pour faire quelque chose, le jeune garçon fait quelques pas vers les arbres, s’abaisse et prend une miche de pain qu’il vient déguster près de  son feu avec cette stupide blondasse à ses côtés.
http://www.onepiece-requiem.net/t19175-sakina-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t19251-fiche-sakina
avatar
Kardelya Koshin

♦ Localisation : East Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 950
Popularité: 25
Intégrité: -20

Dim 10 Sep 2017 - 19:12

La première réaction de Sakina est de pester de suite, me renvoyant de nouveau à cette histoire de prime. J'observe un temps le jeune garçon, qui se défend farouchement des accusations de la chasseuse de primes, avant de s'installer à coté de moi, commençant à grignoter une miche de pain.
Je ne sais trop quoi penser de la situation. Au départ, je voulais juste faire une simple balade en forêt, avant d'aller me coucher! Maintenant, je me retrouve prise entre un jeune fugitif et une chasseuse de primes surexcitée, avec une blessure au torse. Je l'avais presque oubliée tiens, cette trace de griffures sur mon torse laissée par la panthère qui nous a attaquées, juste avant d'arriver à ce campement.

Jugeant être suffisamment éloignée de Sakina, pour anticiper un assaut quelconque, je déboutonne et retire ma veste de costume, pour voir ma chemise blanche maculée de sang, les marques de griffure l'ayant déchirée.
Je n'hésite pas un instant et déboutonne et retire ma chemise, restant en soutien-gorge. J'arrache des bouts de chemise, avant d'en faire des bandelettes que je noue autour de mon torse, de manière à au moins arrêter le saignement. Je remets ensuite ma veste de costume, que je reboutonne ensuite.
Tout au long de l'opération, j'avais tâché de maintenir autant que possible le contact visuel avec Sakina, surveillant ses faits et gestes. Je veillais aussi à être attentive aux environs, au cas où une autre bestiole arriverait.

Soupirant, je sors une cigarette de mon paquet, avant de la fixer sur mon fume-cigarette, avant de l'allumer avec mon briquet, tirant une longue taffe et expédiant la fumée au ciel, épongeant d'une revers de la main la sueur perlant sur mon front. Bon sang, cette soirée est partie dans tous les sens et j'ai l'impression que c'est loin d'être fini...

Gardant le pistolet de Sakina prêt de moi, je récupère l'affiche tombée à terre, espérant trouver des réponses dedans.
Cinq millions pour cet enfant et il est même recherché "mort ou vif".
La mention "mort" me fait de suite effacer l'hypothèse que c'était un jeune noble recherché par ses parents. Son visage soigné, ses vêtements assez immaculés et même son apparence générale, peuvent laisser penser qu'il a un lien avec la noblesse.

-Hum... Les primes établies par le Gouvernement Mondial sont basées sur plusieurs critères.
Il y a pas seulement la puissance physique de représentée, mais aussi la dangerosité du primé. Dans le cas de cette dernière, le primé peut avoir tué, blessé, torturé des gens... Mais, il y a aussi la menace des informations: si le primé dispose d'informations menaçant quelqu'un de haut placé, ce dernier peut chercher à vouloir faire taire une source d'informations contraignante, si elle venait à se faire capturer par l'ennemi.
Il me semble que dans l'équipage de Luffy au Chapeau de Paille, il y avait une femme du nom de Nico Robin. Elle n'était pas primée pour sa puissance, mais parce qu'elle pouvait lire les Ponéglyphes et était en mesure de découvrir la vérité du "Siècle Manquant", volontairement dissimulé par le Gouvernement Mondial et qui avait donc tout intérêt à faire disparaître cette femme. Rien que pour cette connaissance, elle a eu une prime phénoménale, alors qu'elle était aussi jeune que Mibu...


Réfléchissant plus à voix haute qu'autre chose, je restais songeuse, laissant échapper un nuage de fumée de temps à autre de mes lèvres mi-closes.

-Je veux bien te croire, Mibu, lorsque tu dis n'avoir rien fais... Mais, le fait est que quelqu'un ayant un lien suffisamment important avec le Gouvernement Mondial, pour pouvoir influencer des primes, semble vouloir te neutraliser.
D'une manière ou d'une autre, tu as dû déranger quelqu'un dans ses affaires ou tu es un "témoin gênant" dans une affaire que le Gouvernement Mondial cherche à étouffer.
Alors? Peux-tu me dire, je te prie, ce que tu as fais dernièrement, qui sorte de l'ordinaire et qui t'as mis en contact avec le Gouvernement Mondial ou un de ses alliés?


Après un temps de réflexion, je regard le pistolet de Sakina dans ma main droite... avant de le balancer la chasseuse de primes, me plaçant ensuite aux cotés de Mibu, de manière à me placer entre lui et Sakina:

-Concrètement, je n'ai rien contre vous deux, que ce soit toi Mibu, parce que je ne m’intéresse aucunement à la chasse à la prime et que je n'ai pas spécifiquement besoin d'argent. Te concernant, Sakina, bien que je supporte pas la violence, je n'ai rien contre toi non plus, alors je te laisse le bénéfice du doute.
Cependant, si tu veux tuer Mibu, il faudra me passer sur le corps. Même blessée, je te garantis que je ne te laisserais pas l'emporter aussi facilement.


Tirant une nouvelle taffe et soupirant longuement, expédiant la fumée vers le feu de camp:

-Attends un peu... et cette histoire de chat, Sakina? Tu l'as inventée de toutes pièces ou c'est vrai?

L'idée d'une bestiole supplémentaire errant dans les bois ne m'attire guère, que ce soit chat, panthère ou autre.
Dans mon état, j'aurais bien du mal à gérer plusieurs fronts à la fois. C'est bien pour ça que j'ai choisi de rendre son arme à Sakina. J'ai pu voir comment elle se débrouillait avec une arme et je préfère encore avoir de l'aide, au cas où un autre fauve nous attaquerait. Et puis, je suis plus partisane du bénéfice du doute. Sakina a peut-être réagi excessivement tout-à-l'heure, suite au comportement assez désinvolte de Mibu, où encore de l'utilisation de son pouvoir, parce que je suis bien certaine que Mibu est derrière la perte de contrôles des corps de Sakina et moi.
http://www.onepiece-requiem.net/t19993-kardelya-koshin#http://www.onepiece-requiem.net/t19997-kardelya-koshin
avatar
Sakina

♦ Localisation : Shimotsuki

Feuille de personnage
Dorikis: 1470
Popularité: 42
Intégrité: 20

Mer 13 Sep 2017 - 21:48

Je profite du temps que prend Kardelya à penser ses plaies pour tenter d’en savoir plus sur ma ''cible" et puis, il fait bien meilleur près du feu. A peine arrivée à côté du jeune qu'il me tend un morceau de son pain. Je le prends et profite du peu de distance qui nous sépare pour bien observer le jeune garçon, aucune arme ne semble dissimuler dans ses habits. Je tourne la tête où il a été prendre la miche de pain. Il y a encore une autre miche, une bouteille d'eau et quelques noix et baies qu'il a dû trouver dans les alentours. A côté, une liasse de billet, pas bien épaisse mais assez pour quelques jours de bonnes nourritures. Je me mets de l'autre côté du feu pour l'avoir face à moi.

Merci, je m'excuse pour tout à l'heure. Je chasse pas les gamins normalement.

Le jeune continue à grignoter son bout de pain sans me répondre. C'est chiant les gosses mais bon, je suppose que je dois trouver autre chose.

Ta voix est impressionnante en tout cas !

La tête de Mibu se tourne dans ma direction, les joues gonflées de mies de pain et le regard attentif. Bien, parlons de ça !

C’est elle qui m’a fait venir jusqu'à toi, tu as un ton magnifique.

Merfi, ça f’est fentil.

Quant à la blonde elle parle toute seule en nous lançant quelques regards, elle vient nous rejoindre une tracée de fumée se formant sur son passage :

-Je veux bien te croire, Mibu, lorsque tu dis n'avoir rien fais... Mais, le fait est que quelqu'un ayant un lien suffisamment important avec le Gouvernement Mondial, pour pouvoir influencer des primes, semble vouloir te neutraliser.

D'une manière ou d'une autre, tu as dû déranger quelqu'un dans ses affaires ou tu es un "témoin gênant" dans une affaire que le Gouvernement Mondial cherche à étouffer.

Alors ? Peux-tu me dire, je te prie, ce que tu as fait dernièrement, qui sorte de l'ordinaire et qui t'a mis en contact avec le Gouvernement Mondial ou un de ses alliés ?


Hormis chanter je ne fais rien qui sorte de l'ordinaire mademoiselle. Je suis en forêt pour avoir un peu de tranquillité, pas pour répondre à un questionnaire.

Le jeune va à l'arbre ou se trouve ses biens et revient avec de l'eau.

-Concrètement, je n'ai rien contre vous deux, que ce soit toi Mibu, parce que je ne m’intéresse aucunement à la chasse à la prime et que je n'ai pas spécifiquement besoin d'argent. Te concernant, Sakina, bien que je supporte pas la violence, je n'ai rien contre toi non plus, alors je te laisse le bénéfice du doute.

Cependant, si tu veux tuer Mibu, il faudra me passer sur le corps. Même blessée, je te garantis que je ne te laisserais pas l'emporter aussi facilement.


Le pois de mon arme entre les mains me rassure, ce sentiment de force que me procure ce douze coups est immense. Je voudrais bien lui montrer que je suis aussi forte, histoire qu'il baisse d'un ton le poussin, mais je ne sais pas faire de simples bleus, elle m’a fait mal et je ne peux pas simplement me venger ce serait une bien trop lourde sentence. J'aurais jamais du me séparer de Bastet.. Cette situation gênante ne serait pas arrivée.

Concrètement je n'ai rien contre toi non plus, hormis le fait que tu m’as mis à terre, marché sur mon arme ainsi que sur ma personne.

Et pour le gosse, j’ai pas envie de faire la babysitter ni de trimballer sa dépouille dans cette forêt, ça ferait glauque...


-Attends un peu... et cette histoire de chat, Sakina? Tu l'as inventée de toutes pièces ou c'est vrai?

Kardelya se tient face à moi, je n'ai que perdu mon temps en venant ici, pourquoi en perdre plus, je décide de rentrer à l'hôtel ignorant la question de mon ancienne partenaire de marche. En me tournant je m'aperçois que la nuit est bien vite tombée, me balader seule dans une forêt avec des panthères dedans ça ne m'enchante pas plus que ça.

Ca vous dit qu'on continue la conversation sur la route de l'hôtel, je vous l'offre si vous savez pas où dormir.. Une douche te ferait pas de mal Mibu et toi nettoyer tes plaies ça pourrait être une bonne idée ?

Qu’est-ce que je dirais pas comme connerie pour pas faire le chemin toute seule et puis je ne peux pas laisser partir cette fille comme ça.. Si j’ai juste à leur payer l'hôtel c’est rentable, cette forêt est bien trop flippante, surtout après cette histoire de panthère, demain je visiterais l'île avec Bastet il doit y avoir des choses sur l’ancien roi des pirates je suppose, ça peut être intéressant.

Bastet intègre le décore sortit d'un coin d'ombre, elle se tient à quatre pattes devant moi. Les yeux grands ouverts, face à elle je lui fais discrètement un geste de ma main libre pour lui faire comprendre que tout est OK, tout en remettant mon arme dans son étui.

Bastet !

Tant plus elle approche tant plus je voie qu'un truc cloche.

Qu’est-ce qui va pas ? Parle-moi.

Bastet me répond avec une voix pleine de chagrin.

Je m'étais perdue, j’ai eu peur muhhuhuhuhuuu mais tu avais raison, j’ai entendu une voix me guider ici à deux reprises, à mon avis je dois te considérer comme ma maison.. Je suis bien contente de t'avoir retrouvé !

Euh ouai sûrement, allé viens je vais te porter le début du chemin, t’inquiète maintenant ça va aller.

Au moins autant rassurer qu'elle par nos retrouvailles je voie une ombre emmenant de derrière moi grandir, c'est Mibu qui vient se mettre accroupis à côté de moi, émerveillée par Bastet.

Bon on y va vous me suivez ?
http://www.onepiece-requiem.net/t19175-sakina-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t19251-fiche-sakina
avatar
Kardelya Koshin

♦ Localisation : East Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 950
Popularité: 25
Intégrité: -20

Jeu 14 Sep 2017 - 1:03

La tension qu'il commençait à y avoir tout-à-l'heure semble commencer à descendre. Je ne peux cependant m'empêcher d'être très attentive, en voyant Sakina s'approcher de Mibu. Malgré le fait que le contact entre les deux semble plus ou moins établi, j'ai encore du mal...
C'est moi ou je m'implique trop dans cette histoire? C'est vrai qu'avec du recul, j'aurais aussi bien pu laisser Sakina s'occuper de cet enfant et on aurait poursuivi notre route; mais, au contraire, je m'en suis largement mêlé et j'ai choisi d'imposer mon rythme dans l'histoire. Je deviens peut-être trop sentimentale, depuis que je travaille chez les Révolutionnaires...

Au fait, un des problèmes majeurs dans l'histoire, c'est le fait que Mibu ne veuille pas répondre à la moindre de nos questions, à Sakina et à moi. Le problème, c'est que j'ai bien l'impression qu'il est sincère, en disant n'avoir rien fait de répréhensible... mais il a pourtant une prime bien conséquente, pour un jeune enfant qui n'a rien à se reprocher. J'ai du mal à réfléchir aussi posément, avec cette blessure qui me lance de temps à autre.

Je secoue vivement la tête, en réponse à Sakina:

-J'empiète clairement sur ce qui ne me regarde pas, j'en ai bien conscience Sakina, que d'une manière ou d'une autre, j'ai perturbé une de tes missions. Le problème, c'est qu'il y a certaines choses que je ne peux pas du tout laisser passer et la violence sur enfants en fait partie. J'ignore si tu es capable d'aller à ce genre d'extrémités, mais dans le doute, j'ai préféré agir en priorité.

Si la vie d'un gosse est en jeu, je peux difficilement faire abstraction, même si j'apprends que le gosse en question est primé.
La proposition de Sakina de bouger de là, pour aller à un hôtel, me va très bien. Je pense avoir fait le tour de cette forêt et une panthère me suffit pour la soirée et même la journée.

Je me lève en époussetant mon costume, plus par réflexe qu'autre chose:

-Cela me va tout à fait. Parler au milieu des fauves, en pleine forêt, ce n'est pas spécialement ma tasse de thé.
Et puis, j'ai assez traîné ici. J'ai deux trois choses à faire demain et je vais sûrement devoir rester un peu en convalescence, avec cette fichue griffure.


Grommelant quelque peu, je tire une nouvelle longue taffe de ma cigarette, expédiant la fumée au loin, dans un long soupir exaspéré.
Je déteste perdre du temps comme ça. Je ne parle pas de cette excursion en forêt qui se conclut d'une manière très étrange, mais bien des précieuses heures que je pourrais perdre demain, avec cette satanée blessure. Déjà que je ne sais pas où débuter mes recherches, j'ai bien besoin de perdre encore plus de temps, avec une blessure que j'aurais pu éviter, en me couchant directement à l'auberge.

Sur la route, une personne vient à notre rencontre et la première chose qui me fait tiquer, c'est sa posture, aussi semblable à celle de la panthère qui s'était jetée sur moi, tout-à-l'heure. La ressemblance est telle que je ne peux m'empêcher d’émettre un léger mouvement de recul, avant de voir Sakina engager naturellement la conversation avec ce qui s'avère être une femme-chat.

Incrédule, je choisis de ranger toutes ses infos invraisemblables dans un coin de ma tête, préférant remettre mes réflexions à demain.
Pour Mibu, j'ai encore pas mal de questions à lui poser, mais je pense que ça attendra aussi demain, quand tout le monde sera reposé.

Sur le trajet, je surveille Mibu du coin de l’œil, alors qu'il semble fasciné par la femme-chat. Bon, je dois admettre que je suis tout aussi intriguée que le jeune homme, à la différence que je sais dissimuler mon intérêt. Cette fille a une apparence bien humaine, mais certains de ses attributs, comme ses oreilles félines et son attitude prédatrice, lors de notre première rencontre, font vraiment penser à un fauve, telle que la panthère de tout-à-l'heure...
Ah, j'ai vraiment besoin de dormir...

Une fois en ville, je fais un crochet par l'auberge où j'étais allée cet après-midi, pour décommander ma chambre. Si Sakina propose une nuit à l'hôtel, je ne dirais pas non. Je pense que cette blessure se refermera mieux dans un bon lit, plutôt que sur la paillasse bon marché que je m'étais trouvé dans cette petite auberge.
Je rejoins ensuite la petite bande à l'hôtel.

-Bon, pour la suite du programme, que fait-on?
http://www.onepiece-requiem.net/t19993-kardelya-koshin#http://www.onepiece-requiem.net/t19997-kardelya-koshin
avatar
Sakina

♦ Localisation : Shimotsuki

Feuille de personnage
Dorikis: 1470
Popularité: 42
Intégrité: 20

Ven 15 Sep 2017 - 1:27

Bastet prend vite forme humaine devant l'excitation de Mibu, avant d'enlever la gouttelette qui pendouille à son oeil.

Non merci je sais marcher, tu as quel âge en fait ?

Dit ma compagnie féline au jeune garçon.

Treize ans et toi ?

Treize ans aussi !

Bastet ne connait pas son âge mais c’est vrai qu'elle pourrait avoir vers les treize ans, si c'était une humaine, je suis certaine de bien lui avoir montré la photo de notre cible, et là, elle fait ami-ami avec. Enfin je suppose qu'elle a besoin de ça. Toute sa vie elle n'a été qu'avec moi et mon père, j'avais déjà remarqué son enthousiasme le soir ou on mangeait sur la nouvelle Ohara , je pensais que c'était à cause de ses nouveaux pouvoirs mais on dirait qu'elle aime passer du temps avec d’autres personnes.

Les deux ''Jeunes'' parlent ensemble sur le chemin pendant que je repense à ce que Kardelya m'a dit :

-J'empiète clairement sur ce qui ne me regarde pas, j'en ai bien conscience Sakina, que d'une manière ou d'une autre, j'ai perturbé une de tes missions. Le problème, c'est qu'il y a certaines choses que je ne peux pas du tout laisser passer et la violence sur enfants en fait partie. J'ignore si tu es capable d'aller à ce genre d'extrémités, mais dans le doute, j'ai préféré agir en priorité.

Elle marche à quelques pas de moi. Je suis pensive depuis que Bastet nous a retrouvé, elle pourrait s'entraîner avec cette fille et sûrement me venger un petit peu par la même occasion.

A propos de Mibu, il vaut cinq millions de berrys bien sûr que j'en suis capable. Enfin t’as eu raison de m'arrêter mais tu m’as fait mal, à moi, mon porte monnaie et mon égaux.

Mais tu peux te rattraper si tu t'en veux ?

Hum?

La blonde tire une taf sur son porte cigarette, l'air suspicieux.

Bastet a besoin d'entraînement, si tu veux bien être sa partenaire, ça prendrait une ou deux heures max, ce serait cool je trouve et elle ira doucement avec ta blessure.

-J'imagine que c'est une juste compensation, par rapport à mon intervention dans tes affaires. D'accord, je donnerais à coup de main à Bastet pour son entraînement. Concernant le fait d'y aller mollo avec ma blessure, par contre, je ne peux pas accepter.

Si elle veut vraiment profiter de son entraînement, autant qu'elle y aille à fond dés le départ. Pour ma part, je tâcherais de passer outre cette blessure, pour me rendre utile au maximum à Bastet, pour l'entraînement.

Pour ma blessure, je gérerais comme je peux.


Si je dois profiter de ses remords pour me venger, c’est avec plaisir que je les utiliserais. Avec ses blessures le duel est déjà à moitié gagné !

On continue notre chemin jusqu'à arriver dans mon auberge. Ca fait déjà un petit moment que Bastet a repris sa forme de chat tout en continuant sa discussion avec le jeune garçon, le patron est encore au guichet prêt à répondre à nos attentes. La jeune blonde m’a laissé avec Mibu quelques minutes, ça fait du bien de ne plus se sentir épiée .

Bonsoir ! Cette fois, je voudrais vous prendre deux chambres d'une personne en plus.

Bonsoir, je suis désolée mais il ne nous reste qu'une chambre pour deux personnes ce soir.

Pas de soucis je la prends, et je vais régler ma chambre par la même occasion, c’est la dernière nuit que je passe ici.

Bien mademoiselle.

L'homme fait un calcule rapide avant de me donner l'addition et de nous guider à la seconde chambre.

Voilà la clé de la porte, je vous laisse, bonne nuit !

Le patron s’éclipse quant à Kardelya elle réapparaît.

-Bon, pour la suite du programme, que fait-on?

Je t'ai pris une chambre pour toi et Mibu, tiens voilà les clés, on se rejoint pour le petit-déjeuner demain matin vers huit heures si ça vous va ?

-C’est ok pour moi.

Bastet peut venir dormir avec nous ?

Bastet me regarde avec envie, je dois lui parler des évènements d'aujourd’hui et de ce que je voudrais bien qu'elle fasse subir à la blonde demain, mais bon je suppose que je dois dire oui, après tout c’est à Bastet de choisir...

C'est à elle de voir, j’ai rien contre l'idée..

Youpie !!!

http://www.onepiece-requiem.net/t19175-sakina-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t19251-fiche-sakina
avatar
Kardelya Koshin

♦ Localisation : East Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 950
Popularité: 25
Intégrité: -20

Ven 15 Sep 2017 - 15:20

Le fait de devoir rembourser une dette quelconque ne me pose en soi aucun problème. Cependant, dans cette optique actuelle, ça m'agace beaucoup de devoir mettre en suspens mes préparatifs pour demain, même si je sais bien que la réussite de ma tâche officielle se base sur des rumeurs très peu précises, sur une île dont je pense ignorer encore pas mal de choses.

Espérons au moins que la nuit à l’hôtel puisse être la plus reposante possible, surtout pour moi. L'idée de servir de partenaire d'entraînement pour une inconnue ne m'attire guère, surtout dans le contexte actuel où j'ai clairement autre chose à faire. Mais je dois bien trouver le moyen de résoudre mes dettes, histoire d'avoir enfin l'esprit tranquille et de me concentrer au maximum sur le travail.

Le fait d'apprendre que la dénommée Bastet partage notre chambre à Mibu et moi me fait grincer des dents, dans un premier temps, avant de hausser les épaules, comme pour dire "de toute façon, mon avis compterait pour du beurre". Mibu est bien trop curieux, par rapport à la femme-chat, pour refuser cette offre... et d'un autre coté, je serais aussi bien curieuse d'en savoir plus, que ce soit sur la jeune fille ou le jeune homme. Je n'ai qu'à laisser traîner l'oreille pour écouter leur conversation et glaner quelques informations, ce serait toujours ça de gagné.
La clé de la chambre en main, après avoir rapidement parlé de certains détails avec Sakina, je peux enfin aller me coucher, ou tout du moins m'allonger et ranger cette journée dans un coin de ma tête.

Comme je pouvais m'y attendre, la soirée fut consacrée entièrement à la conversation entre Mibu et Bastet, assis sur le lit double de la chambre, tandis que je "dormais" sur un lit simple, à l'autre bout de la chambre.
C'était surtout la femme-chat qui faisait la discussion et répondait aux questions de Mibu. J’apprenais au passage que cette fille était au fait un chat transformé par le pouvoir d'un fruit du démon et qu'elle accompagnait Sakina dans toutes ses chasses à la prime. Elles semblaient avoir pas mal baroudé à travers East Blue.
Du coté de Mibu, j'apprends bien peu de choses. Après, le fait de le voir poser constamment des questions sur tout et n'importe quoi, même des choses qui peuvent sembler tellement basiques, même pour un jeune garçon de son âge, ça montre bien qu'il a peu d'expérience concernant le monde et les Blues. Serait-il un réfugié de Goa, au même titre que la majorité des réfugiés de l'île de Dawn? Ou viendrait-il d'une île proche? Je ne saurais dire, vu qu'il ne semble pas vouloir donner de réponses précises, même à Bastet.

Vers minuit, je finis par me relever, observant un temps le duo d'enfants qui m'observait, avan de reprendre leur conversation.
Bon, je vais aller m'en griller une et sûrement dormir pou de bon cette fois. J'ai un entraînement assez ardu qui va m'attendre demain...

J'ouvre la porte de la chambre... pour me trouver nez à nez avec un homme, cheveux grisonnants, une tête ridée à faire peur, des vêtements usuels passe-partout... et un pistolet, à en juger par la détonation et la douleur aiguë qui me transperce l'estomac.

-Hors de mon chemin, femme. Je suis là pour le gamin.

Je titube quelques pas en arrière, les cris de Mibu et Bastet dans mon dos... avant de fondre sur l'homme, lui assénant un Returned Kick en pleine figure, entendant le craquement sinistre de sa mâchoire, alors qu'il est projeté en arrière, s'encastrant tête la première contre le mur.

-J'ai pas de "gamin" à t'offrir, juste des coups de pompe à la tronche, sale enflure.

Alors que je crachote du sang, un autre homme, ayant le même aspect que le premier, mais avec un cache-œil sur l’œil droit et paraissant à peine plus baraqué, apparaît à sa place, braquant de suite une arme vers Mibu et Bastet.
Je m'interpose de suite, lui lançant un regard haineux:

-Tires-toi ou je te donne le même traitement qu'à ton copain...

Réflexion qui me vaut une balle tirée dans la jambe gauche, me faisant tomber lourdement face contre terre, le sang commençant à maculer le sol, alors que j'entends l'homme recharger tranquillement son pistolet à silex.
http://www.onepiece-requiem.net/t19993-kardelya-koshin#http://www.onepiece-requiem.net/t19997-kardelya-koshin
avatar
Sakina

♦ Localisation : Shimotsuki

Feuille de personnage
Dorikis: 1470
Popularité: 42
Intégrité: 20

Sam 16 Sep 2017 - 18:07

Bastet se jette sur la porte qu'elle claque au nez du borgne, et se penche vers la blonde, perdue et ne sachant que faire.

T'as mal ? Je dois faire quoi, meurs pas !

Mibu arrive lui aussi à hauteur de Kardelya et appuie sur une de ses blessures à l'aide de son coussin. Les ronchonnements de l'homme se font entendre dans une bonne partie du bâtiment, jurant d'étriper toutes femmes qui se mettraient encore en travers de sa route.

Bastet retourne vers la porte pour maintenir celle-ci fermée avant d'entendre un autre coup de feux la percer. La balle laissant apparaître un trou sur la porte, un peu plus haut que la tête de la jeune fille qui lâche la porte et recule d'un ou deux pas.

D'où je suis, je vois ce vieux pas beau se préparer à ouvrir la porte, porte d'où s'écoule vraisemblablement le sang d'un des occupants de la pièce. Un autre homme que je ne saurais décrire pend, sa tête enfoncée dans le mur.

L'homme tourne son regard vers moi au bruit de ma porte, claquant contre le mur du couloir. Ses yeux sont vifs ainsi que ses gestes, plus animé par le stress qu'autre chose.

Pleine nuit et tu viens faire chier !

Son pistolet à silex rechargé, suit le regard de son seul oeil valide, pointant dans ma direction, vêtu d'un pyjama rose pastel avec écrit en grand papa t'aime, les cheveux en batailles et les yeux brillants de fatigue, j'avais déjà pris la précaution de m'armer avant d'aller voir ce qui causait tout ce raffut !

Une balle dans son avant bras droit lui fait lâcher son arme, la deuxième vient se loger dans son épaule gauche, son corps encaisse les coups comme un drapeau au vent. L'homme rejoint vite le sol, portant rapidement attention à son collègue, ses yeux changent d'expression passant du vif à l'apeuré.

L’agonie de l'homme comme ambiance, j'avance pied nu vers la porte de la chambre ou dort Bastet, m'attendant au pire, je l'ouvre et aperçois Kardelya au sol aidée de Mibu et Bastet se tenant à croupis à ses côtés. La boule que j'avais au ventre diminue autant que l'espace me séparant du trouble-fête borgne. Elle est dans un sale état, ma vengeance va devoir attendre, ou plutôt ils me l'ont volé, c’est moi qui les ai invité ici après tout. J'étais impatiente pour la journée de demain, impatiente de voir Bastet enfin pouvoir s'entraîner avec quelqu’un de sa taille ! Voir cette Kardelya face contre terre, j'étais aussi impatiente mais pas dans ces conditions. Ni dans son propre sang.

J'arrive à hauteur de l'homme qui m'explique qu'il est profondément désolé, il me demande sûrement la permission de partir. Mais je ne l'entends qu’à moitié, qu’à un quart.

Ce qui t'arrives, tu l’as mérité !

Plus du tout, la troisième balle sortant de mon flingue vient se loger entre l’œil et le cache-œil de ma victime, clôturant ses simagrées et mettant fin à sa vie. Je ressent une certaine satisfaction en moi, l'homme cadre n’a toujours pas bougé, même si j'aimerais voir à quoi ressemble un des bouffons qui a gâché ma nuit je le laisse encastré là et retourne dans la chambre où se trouvent mes trois compagnons de route, bien décidée à porter secours à cette blonde qui a pris une balle. Balle que Bastet n’a donc pas prise !

Quand je rentre dans la pièce, Mibu se sert toujours du coussin sur la blonde et Bastet est à côté d’eux, stressée mais prête à aider.

Ca va Kardelya ? Bouges pas, Mibu enlève le cousin. Bastet ouvres moi ça avec tes griffes, faut voir ses plaies.

J'attrape une couverture et essuie le sang pour y voir plus clair.
http://www.onepiece-requiem.net/t19175-sakina-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t19251-fiche-sakina
avatar
Kardelya Koshin

♦ Localisation : East Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 950
Popularité: 25
Intégrité: -20

Sam 16 Sep 2017 - 20:14

Face contre terre, j'entends de l'agitation autour de moi et je me force à tourner la tête sur le coté, pour voir Bastet claquer violemment la porte au nez de l'agresseur.
Une balle passe rapidement à travers la porte, frôlant de peu la femme-chat. Bon sang! S'il continue à tirer à l'aveugle, il risque de la blesser!
Crachotant de nouveau du sang, je grimace sous la douleur, tentant de me relever, lorsque quelque chose me plaque au sol. En tournant la tête, je vois Mibu presser un oreiller contre mon dos. Je peste rapidement:

-Ne t'occupes pas de moi, Mibu! Vas aider Bastet!

Le jeune garçon reste pétrifié, ses yeux allant de moi à Bastet et je pouvais bien lire la panique dans ses yeux. J'imagine qu'une personne à terre, baignant dans son sang et un acharné tirant dans une porte à deux mètres, ça ne doit rassurer personne, certainement pas un enfant.

J'entends alors du raffut derrière la porte, reconnaissant la voix de Sakina au milieu des fracas et des balles tirées à gauche à droite.
Le silence revient, aussi assourdissant que la brève bataille et agitation ayant eu lieu, il y a pas quelques instants... Qu'est-ce qui s'est passé bordel?!?

La chasseuse de primes déboule dans la chambre, observant rapidement les lieux, avant d'aller vers moi, donnant des directives à gauche à droite.

Je secoue vivement la tête, en entendant parler de griffes:

-Hoy, non attends! Je vais ouvrir ma chemise et remonter mon pantalon! Désolé, mais avec ce que je me suis pris, depuis la forêt, je ne veux plus entendre parler de griffes pour ce soir!

Je me retourne sur le coté gauche, ouvrant ma deuxième chemise de la journée, bien maculée de sang (mon budget vestimentaire semble bien chargé, pour cette mission), observant la plaie par balle, située sur l'estomac, quelques centimètres en dessous de la griffure de panthère, toujours bandée.
Avec plus de difficultés, j'arrive néanmoins à redresser mon pantalon, suffisamment ample pour éviter au tissu de frotter contre ma plaie.

Pour l'estomac, en repensant à la réaction de Mibu, concernant l'oreiller contre le dos, je me dis de suite que la première balle visant l'estomac a dû traverser et s'encastrer quelque part dans la chambre.
Pour la jambe, heureusement que mon pantalon de costume était assez ample et empêchait de définir exactement la silhouette de mes jambes. La balle du deuxième type a traversé de la chair et un peu de muscle au passage.
Concernant ma chute, j'ai des doutes. Peut-être que j'avais accumulé plus de fatigue que prévu et que le peu d'adrénaline de l'action m'a permis de me battre à fond. Cette balle aurait interrompu tout ça et m'aurait fait littéralement une chute de tension (et la chute du corps, par la même occasion).

Je fais un signe de tête à Mibu et Bastet:

-Ne sortez pas de la chambre. Ce n'est pas la peine que vous voyez le possible carnage dans le couloir. J'imagine que le personnel de l'hôtel et d'autres clients vont pas tarder à rappliquer.
Par contre, Mibu, il va vraiment falloir être franc avec nous, concernant les raisons de ta présence ici.
Ces types ont bien parlés d'un "gamin", en arrivant dans la chambre et non "d'une gamine" comme Bastet.
On ne pourra pas toujours te sauver la vie, si on n'est pas informés et renseignés comme il faut, surtout si on accumule ce genre de blessure et...


Je suis prise d'une violente quinte de toux, portant la main à ma bouche, la retirant avec un peu de sang sur la paume.
Foutue soirée... Quand je pense que je me suis ramenée ici sur des simples suppositions... Je ne sais pas si je commence à regretter ce choix ou si je suis de plus en plus intriguée par le mystère Mibu...
http://www.onepiece-requiem.net/t19993-kardelya-koshin#http://www.onepiece-requiem.net/t19997-kardelya-koshin
avatar
Sakina

♦ Localisation : Shimotsuki

Feuille de personnage
Dorikis: 1470
Popularité: 42
Intégrité: 20

Mar 19 Sep 2017 - 19:47

Bastet vas rassembler nos affaires maintenant ! Mibu rassembles vos affaires, à toi et Kardelya, je reviens.

Je sors de la pièce en même temps que Bastet qui regarde le décore du couloir, en voyant l'homme à terre elle fronce légèrement les sourcils avant d'aller dans la chambre rassembler nos biens. Je m'approche de l'homme cadre et fouille ses poches pour retrouver dans la poche intérieure de sa veste plusieurs affiches de recherche, dont celle de Mibu en haut de pile, je la prends avant de retourner dans la chambre de Kardelya.

Merci en tout cas, tu me fais penser à la sous amirale, un grande femme!

Dit le jeune garçon avant d'enlacer un court moment la blessée.

Kardelya on doit bouger d'ici c'était des chasseurs de primes.

Je montre l'affiche à Kardelya qui se tient devant moi, ce qui me fait remarquer que des écrits et dessins emplissent le verso de la feuille. Feuille qui me glisse des doigts pour arriver entre ceux de Kardelya.

-Tu as déjà une affiche je peux garder celle-ci?

Ok, on doit bouger maintenant.

Je te le fais pas dire.

Mibu prend les affaires qu’il y a dans la chambre, quant à moi je tente d'aider la blonde qui semble déterminée à faire le début du chemin sans aide, arrivée dans le couloir je m'adresse tranquillement à Bastet, pour voir où elle en est.

PUTIN BASTET DEPECHE SORS AVEC TOUS, ON T'ATTEND DEHORS, PREND LA COUVERTURE ! !

Certaine porte du couloir s'entrouvre et laisse apercevoir quelques regards curieux avant que les portes ne se re-clappent à notre passage. Kardelya se repose enfin sur nous au moment de descendre les marches, marches qui la refont tousser à tue-tête.

Arrivée en bas, la blonde reprend sa respiration.

-Attendez deux secondes!

Elle va vite dans sa poche pour sortir une cigarette et son porte cigarette, elle allume la flamme et tire sa première taf, la blonde inspirant la fumée j’ai l'impression de la voir revivre un léger moment avant que la toux ne la regagne, faisant sortir la fumée en vague.

PUH la blonde crache un peu de sang, Mibu observant la scène avec une tête qu'on ne lui connaissait pas encore, de suite, on reprend la route, suivie de la trainée de fumée que laisse échapper la cigarette à peine allumée.

Bastet nous rejoint avec nos affaires dehors et on y va, certaine personne nous voie sortir, au vu de leur réaction, il n'y a là que des civils. On rejoint la forêt tant bien que mal, dans l'obscurité on suit Bastet qui nous mène à travers bois et obstacle. Après quelques minutes, entre les toux et les quelques pauses pour que notre blessée reprenne son souffle, on tombe sur une grotte, endroit parfait pour passer la nuit.

Mibu c’est con mais je sais pas faire de feu, toi tu sais, vu qu'il y en avait un où on t'a trouvé ?

Oui, ok je m'occupe de ça.

Mibu s'en va ramasser quelques branches tombées à terre non loin de la grotte avec Bastet comme guide, le temps d'une allumette me suffit pour installer la couverture au sol, Kardelya se pause et gratte un autre bâtonnet pour rallumer sa cigarette. Après une longue taf, le bout rouge éclaire son visage :

-Je pense qu'on doit parler avec Mibu. J’aime pas prendre des balles pour rien.

Tout ce qui m’intéressait c’était sa prime de cinq millions, maintenant que j'ai fait une croix dessus il est tout à toi. Bien qu'entendre une mélodie venant de lui ne me déplairait pas..

Et tes blessures ça va ?
http://www.onepiece-requiem.net/t19175-sakina-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t19251-fiche-sakina
avatar
Kardelya Koshin

♦ Localisation : East Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 950
Popularité: 25
Intégrité: -20

Mar 19 Sep 2017 - 22:50

Les événements s’enchaînent très vite et malgré mes blessures physiques, mon cerveau fonctionnait à plein régime. Ces types sont clairement des chasseurs des primes et ils en avaient après Mibu.
J'ignore cependant s'ils sont les seuls en chasse ou si l'hôtel n'est pas cerné par d'autres chasseurs... Mais rester à attendre justement ça, ou même l'intervention des forces Marines n'est pas non plus la meilleure option, pas avec une prime à cinq million dans le groupe.

Je bloque complètement sur Mibu qui m'enlace d'un coup, me sortant une phrase qui me laisse aussi étourdie que perplexe. Les sentiments se bousculaient dans ma tête et je ne savais pas du tout quoi penser...
Un sous-amiral?!? Mibu aurait frayé avec des hauts-gradés de la Marine, d'une manière ou d'une autre?!?
Bon, à coté, je retenais aussi le compliment qu'il me faisait, le premier qu'il me faisait, depuis notre rencontre et, pour je ne sais quelle raison, ça me fait plutôt plaisir...

On sort rapidement de l'hôtel, alors que j'étais soutenue par mes trois compagnons. Une cigarette me déstresse quelque peu, mais la douleur reste toujours présente, picotant mon corps à certains endroits localisés, comme autant de brûlures et de démangeaisons... Il faut vraiment que je trouve le moyen d'avoir une nuit de repos, même de quelques heures. Je ne pourrais clairement pas gérer ses blessures, avec une nuit blanche en antécédent et il ne faudrait pas s'étonner que je m'écroule d'épuisement, au risque de ne jamais me relever.

On avance dans la forêt que l'on avait quitté deux trois heures plus tôt, trouvant une grotte pour s'abriter. Je ne perds pas de temps et m'allonge sur une couverture posée à même le sol. C'est toujours mieux que rien et la position allongée sur le coté m'est plus supportable que la position debout ou même assise.

Alors que je finis ma cigarette d'une main, j'observe l'avis de recherche de Mibu, avec des dessins au dos, qui ressemble à une carte. Le plan des îles visitées par les chasseurs de primes, et pourquoi pas par Mibu aussi? Peut-être que Mibu est traqué depuis le début? Début de quoi? Fuite? Enlèvement suivi d'une évasion?

Je parle rapidement à Sakina de mes inquiétudes, écoutant en retour sa propre tirade, grimaçant en tâtonnant prudemment mes blessures:

-Je vais devoir limiter mes mouvements, au moins pour la durée d'une bonne nuit de sommeil. J'ai pas mal de picotements éparpillés sur mon corps et ma jambe touchée me fait pas mal boiter.
Après, tout est plus ou moins pansé et si je reste tranquille quelques heures, ça devrait se calmer suffisamment pour que je n'ai plus à abuser de vos épaules, pour la suite.


Je me tus quelques instants, le temps que Mibu revienne et s'affaire avec son feu, avant de reprendre l'interrogatoire:

-Mibu, tu disais à l'hôtel que je ressemblais à une sous-amirale... De qui parles-tu et d'où peux-tu donc bien venir, pour côtoyer des gens ci-haut placés dans la hiérarchie Marine?
Mibu... encaisser des coups et des balles pour les autres, ça ne me dérange pas plus que ça, si je fais confiance en la personne concernée et si j'estime que la cause à défendre et noble et juste...
Le problème, c'est que tu as ma confiance en tant que personne, mais que ma confiance en tant que cause est très limitée, parce que j'ai l'impression que tu ne me dis pas tout...
Si je ne dispose pas des informations nécessaires Mibu, que tu les considère importantes ou non, je ne pourrais pas toujours te protéger.
Et, accessoirement, je ne pense pas avoir le niveau d'un sous-amiral et si je continue à encaisser ce genre de coups, je risque bien de ne pas pouvoir survivre.
Tu comprends, Mibu? Chez moi, la confiance ne se mérite pas seulement: elle doit aussi être mutuelle. Je t'ai accordé ma confiance, en te suivant, malgré ton silence, encaissant des coups et des balles pour toi. En retour, pourrais-tu au moins m'aider à te protéger, en répondant à mes questions?
D'où viens-tu? Qui est cette sous-amirale et quel est ton lien avec elle?


Il fallait vraiment arrêter de tourner en rond et régler toutes ces histoires de mystère. Sans informations sur Mibu, je ne pourrais clairement pas pouvoir gérer la situation efficacement (déjà que mes blessures actuelles ne m'aident pas, une désinformation serait bien la dernière chose à avoir).
http://www.onepiece-requiem.net/t19993-kardelya-koshin#http://www.onepiece-requiem.net/t19997-kardelya-koshin
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant