AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Sirup, à la recherche d'un bateau

avatar
Shirow Hackman

♦ Localisation : East Blue (Sirup)

Feuille de personnage
Dorikis: 750
Popularité: -2
Intégrité: -4

Jeu 5 Oct 2017 - 21:49

Sirup


Cela faisait maintenant 2 semaines que Camus et moi naviguions. Nous nous en sommes sortis tant bien que mal pour nous nourrir, mais il nous fallait vraiment un bateau où nous pourrions stocker à manger afin de bien survivre.

Ayant certaines connaissances en navigation, mon bras droit se débrouillait pour nous ramener à un village nommé "Sirup". Selon lui, il y aurait beaucoup de gosses de riches là-bas, et ces gens pourraient sûrement nous aider à nous concocter de quoi se déplacer sur l'eau.
En plus de ça, il paraît qu'il y aurait un trésor qui a été, par le passé, caché par une certaine Izya, et Camus voulait absolument mettre la main dessus, cela nous serait sûrement utile pour le voyage, donc j'acceptai son choix.

Malgré cela.. je n'avais pas l'impression d'être un bon capitaine. C'est vrai après tout, je n'ai pas spécialement de charisme contrairement à mon acolyte, et ma prestance était inexistante quand je me trouvais des dans situations embarrassantes... tandis que lui était toujours serein, il arrivait à gérer, à calculer et à analyser la situation, et ce depuis que je le connais. Son intelligence était admirable...

Il m'accosta du regard et me sortit de mes pensées :

-C'est bon Shirow, on y est ! On s'occupe d'abord de chopper un bateau, puis on essayera de nous dessiner un beau drapeau pirate. Ensuite, je propose de rechercher ce trésor qui fait tant parler de lui, si on ne le retrouve pas, ce n'est pas bien grave, mais ça m'intéresse vraiment.

Je fermai les yeux, baissai la tête et souriait, sa présence me rassurait.

[...]

Arrivés sur l'île, je pris mon sac d'une main et le posa sur mon épaule droite, à l'intérieur, il y avait des pommes de terre et du riz, c'était pour nous nourrir.
Faut dire qu'à part mon épée, j'avais aucun signe distinctif qui me trahirait sur mon identité de pirate ! Et encore... un pirate ça a un sabre, pas une épée...

Passons, nous étions sur une plage, et il y avait une longue pente menant à une forêt qui elle-même devait nous ramener au village.
Celle-ci me rendit nostalgique car quand j'étais petit, j'avais lu une histoire du célèbre auteur "Pandaman" qui disait que le très célèbre Monkey.D Luffy avait affronté un homme à lunette sur un lieu du genre, j'aimerais trop aller dans cet endroit sans déconner !! Mais peu importe, pour l'instant, c'était le bateau qui devait retenir mon attention, j'analysais et réfléchissais trop sur tout ce qui m'entourait, et ce n'était pas bon. Mon anxiété était présente alors qu'il n'y avait aucune raison spécifique pour que je stresse comme cela.

-Le village doit être au fond de cette forêt, me dit Camus, très calme, me montrant les lieux. [/color]

On avançait, il y avait quelques animaux, c'était sympa, mais mon attention n'était pas portée sur eux car j'avais l'impression d'être épié. Le regard de mon fidèle ami me fit comprendre qu'il ressentait également une présence, tout proche de là.

-Dégagez...

Je retournai ma tête mais ne vis personne, c'était une voix d'enfant qui tentait de nous aborder.

Plusieurs cailloux vinrent en direction de Camus à toute vitesse, et ce dernier n'avait rien vu.
Par réflexe je m'interposai et les arrêtai une par une avec une seule main. Mon ami me remercia et nous foncions vers l'endroit où l'opposant avait tenté de nous attaquer.

Camus accéléra et je le perdis directement de vue, ce bois était gigantesque, je n'arrivais pas à voir où je me situais par rapport à lui mais je courus aussi vite que possible afin de capter son attention et d'en retirer une réponse.

-Oye CAMUS ! T'es bien là ? Réponds ! criai-je, en vain.

Il aurait disparu ? Rah bordel... je me retrouvais à nouveau dans une situation périlleuse, et je m'avançai jusqu'à trouver le fond des lieux, un village était devant moi.

Je m'inquiétais énormément pour lui, il fallait que je le trouve, mais lorsqu'on était en mer, il m'avait demandé de rester toujours fixé sur l'objectif, même s'il lui arrivait quelque chose, et je ne m'attendais pas du tout à ce que cela se produise aussi tôt.

J'avançai le pas, me rapprochant de ce village, et il n'y avait personne, sauf un gamin, devant moi, qui était assis à côté d'un arbre et qui me regardait d'un air méfiant. Il avait une chevelure noire mais arborait une mèche brune et ses yeux étaient très clairs. Il m'aborda :

-Qui es-tu ? Un officier de la marine ?

Je fronçai les sourcils en le regardant d'un air moqueur, ce petit croyait vraiment être intimidant ? D'ailleurs même pas un bonjour ou quoi, il était vraiment malpoli. Mais soit, il fallait que je mente, afin de gagner sa confiance. Bizarrement, j'avais l'impression qu'il me testait. Un soldat de la marine ne se fringuerait en aucun cas de la même manière que moi, et même un gosse devrait le remarquer.

-Euh... non, non, non ! Je suis un honnête mar-...

-Pourquoi as-tu une épée ? Je n'ai jamais vu un "honnête" marin qui aurait besoin d'utiliser un tel artifice pour se déplacer. De plus je ne t'ai jamais vu dans le coin, alors qu'il y a un tas de monstres marin aux alentours de l'île !  

Il marquait un point, mais j'étais sur le point de le prendre au tournant.

-C'est normal, je m'en sers pour me déf-...

-Ça suffit ! Ton regard te trahit ! Tu mens. Cela se voit très bien.

C'est qu'il était vraiment pas con. Je revins sur mes propos, juste au cas-où. J'applaudis et m'approchai du morveux avec un sourire bienveillant et une démarche qui fit penser que j'étais sûr de moi.

-Tu m'as percé à jour. Je suis bel et bien un officier de la marine et je cachais mon jeu car j'avais une ... mission top secrète ! J'aimerais avoir certains renseignements par rapport à quelque chose, mais il faudrait qu'on on discute en privé.

Il esquissa un sourire malsain, se leva et me serra la main.

-J'habite la forêt là-bas, pointa-il du doigt, et je pense que nous nous fichions des raisons qui me poussent à m'y isoler. Mais avant de m'accompagner, donne moi ton nom.

-Lionel Benckbeper dis-je, en guise de mensonge

-Très bien, quand à moi, mon nom est... Quicknes Ronan.

Je lui avais absolument rien demandé. C'était le trésor d'Izya que je visais.

Il me guida vers la forêt, il faisait très sombre, je marchai, pressant le pas pour tenir le même rythme que le petit. Il me fila un bonbon que j'avalai et qui avait un goût de Barbapapa, et je l'en remerciais en retour. Jusqu'ici, tout avait l'air de bien se passer, mais...
Ce dernier se rapprocha d'un arbre, il ramassa un bout de bois en forme de long poignard et me l'enfonça dans le ventre sans que je ne vois rien venir.
Je voyais flou, suffoquais et je compris tout de suite que ce qu'il m'avait tendu il y a 2 minutes était en fait une drogue.

Mes mouvements me paraissaient lents.

-Dégage de mon territoire, soldat de la marine.

Il déboucha l'arme de mon corps et me fit tomber à genoux. Cette fois il allait viser la tête, c'était fini pour moi, j'étais paralysé.
Au moment où le poignard allait entrer en collision avec mon crâne, je fermai les yeux, souris et levai la tête.

Comme si j'allais mourir...

Je me relevai et reculai un peu pour reprendre mes esprit, mais avant cela, je courrai vers mon adversaire, à une vitesse qui m'impressionna moi même, j'étais à moitié conscient. Le mioche se prist une patate de ma part dans sa joue et s'envola très loin de la distance qui nous séparait au départ. Il avait lâché son unique arme que je ramassais et que je jetai loin.

Je me remis en position de combat.

-C'est un combat d'homme maintenant, prépare-toi !! Je vais t'botter le cul ! hurlai-je avec une énorme difficulté qui était due à la blessure.

Je serrai les poings, emmagasinai toute l'adrénaline qui parcourait mon corps et fonçai tête baissée sur mon opposant, lui assénant des coups de poings très violents, jusqu'à l'assommer.

Ceci-fait, je perdis toute mes forces... et m'écroulai à ses côtés. Ma fatigue avait prit le dessus.


Dernière édition par Shirow Hackman le Mer 25 Oct 2017 - 16:33, édité 1 fois
avatar
Shirow Hackman

♦ Localisation : East Blue (Sirup)

Feuille de personnage
Dorikis: 750
Popularité: -2
Intégrité: -4

Dim 8 Oct 2017 - 18:40

Malon





Une femme ronflait, mais qu'est ce que c'était ?

J'ouvris les yeux dans un endroit inconnu... sur un lit, une chambre sans doute. Une femme, assise sur une chaise, était couchée à mon chevet, elle ronflait, mais c'est pas le genre de ronflement bien gros qui dégoûte hein ! Cela ressemblait plus aux ronronnements d'un chat... c'était mignon.

Elle bavait comme un bébé, bref, j'vous épargne les détails.

Je tentais de me lever du lit sans la brusquer, mais cela ne marche pas.
Elle leva la tête :

-Hein... oh ! Désolé, je crois bien que je me suis assoupie haha ! , dit-elle, embarrassée, se grattant l'arrière de la tête et fermant les yeux.

Elle était plutôt jolie franchement, mais j'avais clairement pas le temps, je devais me hâter et retrouver mon compagnon, le trésor et un bate....

*Tiens cette chambre est plutôt grande ? À mon avis je suis pas dans une propriété de base, elle a dû veiller sur moi pendant tout ce temps*

-Vous êtes riche ?

Elle me regardait, assise sur sa chaise, innocemment et répondit.

-Euh... oui... vous-vous pouvez arrêter de me fixer comme ça ?

Elle rougissait.

-J'ai besoin d'un bateau, je suis prêt à tout pour que vous me le filiez, y'a moyen ?

*Elle est étrange cette fille, pourquoi elle rougit ? On ne se connaît même pas.*

-Eh... eh bien pourquoi p-...!

-C'est non !

Un gars intervient. Il était élégant mais rien qu'à première vue il était déjà énervant. Ses cheveux gris étaient attachés et parcouraient son corps, qui m'avait l'air très bien sculpté.

-Scélérat. Qu'est ce qui vous amène ici ?! Vous n'avez déjà point à faire ici et votre manque de galanterie m'horripile ! Veuillez respecter Mademoiselle Malon, ou votre vie en dépendra.  

*Elle s'appelle donc Malon ?*

Fallait que je m'assagisse si je voulais récupérer un bateau, elle avait faillit me dire oui à ce moment mais ce gars avait tout niqué !

-Okay, okay, désolé Malon, je m'excuse pour mon manque de respect... je ferais tout ce que vous voudrez, mais... en échange j'aimerais avoir un navire.  

Il me regardait d'un air frimeur, souriait et s'approcha de moi.

-Je te demanderais d'aller voir ailleurs.

Il me mit un coup de pommeau de son sabre sur ma blessure. Ça faisait un mal de chien !!!

-Fils de....

Mes genoux atteignirent le sol. J'étais en rogne et me tenai le ventre.
Je sautai sur lui mais il esquiva et m'asséna un puissant coup de genou au menton. Visiblement, je n'étais pas encore en état de me battre. La drogue avait toujours un effet et j'étais blessé, de plus les mouvements de ce type était trop rapides et inégaux, je pouvais rien faire face à un monstre de son acabit. C'était foutu d'avance, même si j'avais été en forme.
J'étais à terre.

La fille intervient.

-Qu'est ce qui te prend Gyro ?! Il ne t'a rien fait !!  

L'homme mit sa main gauche sur la poitrine, l'autre dans son dos et s'inclina.

-Je m'excuse Mlle Malon, mais cet homme, si je puis l'appeler ainsi n'a rien à faire dans une propriété de renom comme la nôtre. Il l'a déjà assez sali !

Il lui baisa la main, comme un prince. Mais cela la dégoûtait un peu.
Il pensait que cette fille était sa princesse et lui le prince. Mais c'était sûrement son majordome ou un truc comme ça.

Un enfant blond entra.

-Malon ! Un garçon aux cheveux bleus vient d'entrer dans notre dem... Gyro qu'est ce que tu fous ici ?! Et pourquoi notre invité est couché ?
Bon on s'en fout, juste viens !


Il repartit aussitôt.

*Eh un instant ? Ce gosse me ressemblait un petit peu. C'est pas normal. Il avait bien trop de traits qui me revenait et il me fait penser à.... non, il est mort, impossible que ce soit lui...*

-Un type avec une chevelure bleue ? C'est celui que je cherche !

Je sortis de la chambre, traversai le couloir en courant tant bien que mal, malgré ma blessure.
Arrivé à l'extérieur... il était là...

-Camus !!
Shirow ?!-

Grave content d'te revoir ! T'étais où ? J'ai trouvé un gosse à moitié mort dans les bois ! Il avait une mèche brune et des cheveux noirs et je lui ai volé ça ! Malheureusement, ça sera pas suffisant pour trouver de quoi naviguer...

Il me tendit une bourse de 100.000 berrys, j'étais choqué...

Malon nous rattrapa. Elle avait tout entendu.

-Vous êtes... des pirates ?

*Merde.*

Camus et moi nous sommes échangés un regard, chacun avait compris l'idée de l'autre.

-Hnf... ha... hahahahahahaha !!!!

Avec un regard démoniaque, je l'agrippai par le bras, la tirai vers moi et la jetai à Camus. Gyro venait d'arriver.

-J'étais sûr que vous étiez des malfrats. Crevez !

Camus me rendit Malon que j'attrapai direct, pour pas qu'elle ne soit blessée.

-Jle retiens, barre-toi de là, vite !

Je courrai tenant le bras de la demoiselle et me dirigeai vers le bois. Elle n'avait pas l'air de se défendre, tant mieux.
Camus était quelqu'un qui se défendait bien même quand la différence de niveau était semblable à un ravin, je lui faisais plus confiance qu'à moi-même.

-Ecoute... tu vas me suivre, sans faire d'histoire. J'ai vraiment pas le temps,
mais t'inquiète pas, je ne te ferais aucun mal, compris ?


Elle approuva de la tête et me fit même un petit sourire. Craquant.

Arrivé là-bas, je la posai sur un arbre histoire qu'elle se repose, lui tendit une gourde remplie d'eau qu'elle but sans hésitation.
Elle me regardait avec détermination.

-J'ai besoin de te parler. Shirow Hackman.

*Hein ? Elle connaît mon nom ?!*

Ça commençait à me faire flipper, que voulait-elle me dire ? Cette question me traversa l'esprit instantanément.

-Tu dois te demander comment je connais ton nom, n'est-ce pas ?

Elle ne bégayait même plus, je décidai de m'asseoir à côté d'elle.

-Dis-moi tout ce que j'ai à savoir.

-Tu t'es également demandé comment ça se faisait que Erwin avait des airs de famille avec toi ?

J'ouvris grand les yeux et tournai ma tête vers elle.

Qu... QUOI ?

-Shirow... ta mère est morte, elle a été violée et tuée par 5 officiers de la marine avant d'être exécutée à Loguetown. Erwin est issu de l'amour qu'il y a eu entre Bianca, ma soeur, et Zeldes, ton grand frère qui avait disparu 3 ans de l'île d'Intellibat, celle où tu es né.
Quant à nous deux, nous étions destiné à nous marier, mais mes jours sont comptés et cela est devenu compliqué. Ma mère est parti chercher, à l'aide de la dénommée Bianca, un médecin. Ils errent actuellement d'île en île pour cela. Quant au mouvement révolutionnaire dont ton père fait partie, ils sont allés te chercher une femme sur Alabasta car je risque de mourir avant notre union, et car tu étais déclaré disparu. Tu dois être le roi d'Intellibat, et depuis que tu y es parti, ce petit havre de paix que tu as connu est devenu un royaume, et Zeldes, ton aîné en est le roi. Cependant, il t'attend car un duel doit être effectué entre vous deux pour savoir qui mérite d'être à la tête du pays qui réunit Intellibat et ses contrées voisines.
Trois choses peuvent donc se passer : Soit on arrive à me trouver un médicament afin que je survive, ce qui est impossible malheureusement... soit je meurs et tu te trouve une autre femme qui sera la reine de ton pays, soit tu décides de rester en dehors de tout cela. Apparemment, tu es pirate, la situation risque de se compliquer.
Gyro est au courant de tout ça, mais il ne t'a pas reconnu contrairement à moi car il n'a pas eu le droit aux description d'Yluff.


Je commençais à me sentir mal.

-Tu.... tu mens ! Impossible ! Comment je peux avoir un père révolutionnaire et un frère à la tête d'un pays ? C'est contradictoire !

-Ton père est un grand homme. Il joue un double jeu. Tout cela est mis en place afin de renverser le gouvernement en se servant des informations de la prochaine Rêverie. Ces derniers ne connaissent pas encore vos liens familiaux, et c'est donc pour ça que tu n'as jamais eu de contact avec ton paternel. Ton frère, lui, l'a rencontré et ils ont parlé de l'opération. Cependant, le pouvoir doit être décerné au plus puissant, et la Vivre Card possédé par ces deux hommes indiquaient que tu étais vivant. Ils ne vont pas tarder à venir te chercher pour ta possible succession au titre de roi.

Les larmes coulèrent toutes seules.... je mis ma main devant la bouche, j'étais choqué. Ma blessure se réouvrit, je crachais du sang, me tenait les côtes et bougeai dans tout les sens, la folie avait prit le dessus.

Malon essayait de me contenir tant bien que mal, et je m'endormis sur ses genoux. Je pensais avoir pris l'ascendant en la prenant avec moi mais elle m'a chamboulé.


Dernière édition par Shirow Hackman le Lun 11 Déc 2017 - 19:54, édité 3 fois
avatar
Shirow Hackman

♦ Localisation : East Blue (Sirup)

Feuille de personnage
Dorikis: 750
Popularité: -2
Intégrité: -4

Mer 25 Oct 2017 - 18:42

[...]

Mes yeux s'ouvrirent, et mes bras étaient attachés. L'odeur était nauséabonde et m'empêchait de respirer. La saleté empreignait mes vêtements, je me demandais ce qu'on allait faire de moi.

J'avais été à la fois inquiet et énervé par tout cela. C'était sûrement Gyro qui m'avait appréhendé, son envie de surprotéger sa princesse avait sûrement prit le dessus et il avait, à mon humble avis capturer Camus tout en le séparant de moi. C'était quelque chose d'assez contrariant pour moi quand je me rappelai que j'avais exactement le même état d'esprit quand il s'agissait de mon équipage. Quant à Malon, elle devait sûrement être retournée dans sa chambre car l'amour que ressentait son majordome pour elle crevait les yeux. Il doit être sur la défensive maintenant, ne ne pourrions plus rien tenter.

Je repensais néanmoins, en fermant les yeux, même en m'inquiétant de la situation actuelle, de ce que Malon m'avait raconté. Mon désir le plus grand était avant tout d'attraper les 5 enculés qui avaient fait subir toutes ses choses à ma mère, et de leur faire connaître l'enfer.
À l'époque, je ne ressentais pas grand chose pour elle mais avec du recul, je me rappelai qu'elle ne voulait que mon bien, rien d'autre.

-Hé... Shirow !

Pourquoi devrai-je affronter mon frère aîné pour le trône ? Nous nous aimions plus que tout avant, maintenant je dois l'affronter pour l'évincer en tant que roi ? C'était inconcevable, mais l'envie d'en apprendre plus me rendait malade.

-Hého mec, réponds-moi !

D'ailleurs, je venais aussi d'apprendre mon fameux père était vivant, et apparemment il chercherait une femme pour moi... quelle ironie... ! Pourquoi s'inquiéterait-il pour mon cas ? Quel est son réel but ? Un révolutionnaire ? Laisse-moi rire.
Et me marier avec Malon ? Je ne la connais même pas bien, je sais même pas si je dois prendre son histoire pour argent comptant.

Une caillasse atterrit à toute vitesse sur mon front.... ça faisait mal.

-Tu te décides enfin à ouvrir les yeux ?!

C'était Camus, il souriait et était libre. Comment ça se faisait ? Il n'avait pas été appréhendé ?

-Ne te pose pas de question, je vais tout t'expliquer. Le combat que j'ai mené face à ce type n'a pas abouti. Nous avons négocié. Je lui ai demandé notre liberté contre la femme, et cela s'est fait sans aucun problème. On est ensuite allé en direction des bois, et on t'a retrouvé toi, étranglant la jeune fille avec le foulard là... tu étais méconnaissable, tu avais un regard de tueur et si on n'était pas intervenu... tu l'aurais probablement tué.
Je suis désolé mais on a dû te maîtriser à deux et t'enchaîner pour que tu ne bouges plus, j'ai vraiment pas compris ce qui c'était passé à ce moment là... tu étais changé. Cela a dû te consumer physiquement car tu as dormi deux jours.
Ceci dit, ils ont été sympa après cette histoire et m'ont hébergé, j'ai dû leur expliquer que nous ne leur voulions aucun mal en réalité.  


*Moi ? J'ai étranglé Malon ? Mais qu'est ce qu'il raconte ?*

Tout ça me faisait mal à la tête. Je suis devenu fou ou quoi ? Pourquoi aurais-je fais une chose pareil ? Et j'aurai dormi deux jours sans être éveillé par tout ça ?

-Ecoute-moi. Rien qu'à ton visage, j'ai l'impression que tu n'étais même pas conscient à ce moment. C'est pourquoi il faut que je te maîtrise désormais. Si tu sens que tu commences à perdre les pédales, je serais présent pour toi, c'est ma fonction de bras droit après tout non ?

Camus était vraiment un homme à qui je pouvais faire confiance. Son regarde me montrait que tout ce qui disait était vrai. Il avait beau me remonter le moral avec un sourire, ses yeux se baladaient parfois dans le vide. Etait-ce de la peur ? Ou une appréhension de la suite de nos aventure ? Je ne sais pas. Mais une chose est sûre, je ne voulais pas le perdre.

-Allez fais pas cette tête. Tout ça m'a motivé, si j'ai l'air d'avoir peur, dis-toi simplement que je suis inquiet pour toi, fais moi confiance. Et parle un peu ! J'ai l'impression de taper un monologue hahaha !

Il avait sans cesse ce faciès bienveillant, je ne pouvais pas le trahir. Mais il fallait que je lui réponde.

-Je suis désolé de t'avoir causé du souci, à toi comme à Malon. Quant à Gyro, je suis content qu'il ne t'ai pas vaincu. J'espère vraiment que tout se passera bien. Mais il y a encore un petit problème à régler.

Il fallait que j'aille directement au but, pas de mensonge dans une équipe.

-Allez, pas de souci, je t'écoute.

Toute l'histoire contée par Malon fut expliquée et j'approfondissais même en introduisant dans la discussion mon passé, mes tourments, et tout ça pour que l'homme qui était devenu mon unique ami comprennent mes remords. Il me regardait dans les yeux approuvait de la tête tout mes dires, son silence facilitait d'autant plus la chose, et quand j'eus fini l'histoire, il prit la parole.

-C'est compliqué comme une situation. Compte fait des événements sur Shell Town,
ça serait difficile de devenir roi tout en étant recherché, tu me suis ? Et puis comme elle te l'a dit, Malon est une femme fragile et malade, ce qui a l'air d'enchanter son majordome qui la garde rien que pour lui.


-Oui. Je ne veux pas devenir roi, je dois à tout prix partir sur Grand Line afin de dominer les mers avec toi, mais le centre du problème a l'air d'être présent sur East Blue.

-Mmh... en effet. De plus, ton père a l'air de se diriger vers Alabasta, il faudrait qu'on presse le pas en se trouvant un navire digne de naviguer jusque là-bas. Mais atteindre Grandline sans équipiers risque d'être une tâche compliquée malheureusement. Bon bref, on parle, on parle mais tu es toujours attaché. Laisse-moi te libérer.  

Il prit une clé de sa poche et ouvrit la cellule, me libéra des chaîne et me porta partiellement sur son dos, en mettant son épaule sous mon aisselle droite.

-J'ai parlé du bateau à la fille, et elle n'a pas dit non. Son majordome m'a garanti en privé que si nous voulions chopper  un navire, il fallait cesser de mêler sa petite à nos histoires.  

J'avais oublié quelque chose d'important. Quelque chose à laquelle j'ai oublié de penser durant mon réveil et qui était tout aussi important.

-Au fait... tu n'as pas vu un gamin blond, haut comme trois pommes qui avait une allure arrogante ?

-Ah ouais, j'en ai vu un. Au début il m'insultait de tous les noms car on avait kidnappé sa tante puis il s'est habitué à moi et m'a même dit qu'il voulait rencontrer son père un jour, et tuer Gyro, parce que ce dernier lui en a donné la mission... son histoire est incohérente, il m'sort qu'il n'a jamais vu son paternel et qu'il lui aurait dit de buter un gars qui n'a rien à voir avec tout ça...? Sérieusement ? *rire*
Mais bref, il était très sympa et je trouve qu'il te ressemblait un peu dans sa démarche.


-Ouais bah justement Camus. Ce petit n'est autre que...

-Vous êtes là les garçons ?

Ah. C'était Malon.
Suite à quelques timides regards échangés, nous gardâmes le silence, histoire d'éviter de dire des choses maladroites. Son visage me disait clairement quel avait besoin de nous pour quelque chose. Et elle se retourna donc du côté de Camus comme si elle savait que j'allais refuser sa demande. Ce devait être une requête impossible à accepter. Je n'étais pas paniqué, je faisais entièrement confiance à mon ami et cela était réciproque. La jeune fille s'approcha donc et ouvrit le dialogue.

-J'ai... j'ai envie de vous accompagner dans votre aventure. Je sais que je ne suis pas une combattante, et que je risquerais de vous poser quelques problème en matière de combat, mais j'ai des connaissances en médecine, je ne peux pas être un fardeau pour vous, ça vous serait même bénéfi...

-Dans ce cas utilise tes fameuses connaissances en médecine pour te soigner de ta maladie incurable. Nous n'avions pas le temps et de toute façon, Gyro ne voudra pas que tu partes d'ici, tu vas nous causer plus de problème qu'autre chose. Les mers sont dangereuse, ton état pourrait même empirer. Regarde le visage de Shirow, il pense la même chose.  

Ses yeux étaient larmoyants, elle ne voulait pas rester ici et se laisser mourir, et c'était compréhensible. Elle savait et nous affirma que Gyro ne voudrait pas quitter l'île et restera avec elle, et même si je n'aimais pas ce type, c'était rassurant.

-Dans ce cas, restez ici un jour de plus ! Je promets de demander aux cuisiniers de vous faire les meilleurs plats possible, et de vous laisser dormir dans les plus grandes chambres de la demeure !

Avant que je conteste, Camus prit la parole pour dire que c'était OK. Il argumenta en disant que je devais me reposer et que je ne pourrais de toute manière pas prendre la mer maintenant, et il veut faire le tour du port avec les charpentiers pour voir quel bateau lui conviendrait le mieux.

Suite à cette longue discussions, nous remontâmes à l'étage qui nous dirigeait direct vers le jardin. Après quelques échanges, on m'indiqua ou était la douche et je m'y hâtai afin d'être prêt pour manger, ce soir là.
Ceci fait, Gyro me donna des habits de rechanges que j'acceptai sans la moindre hésitation.

Je retournai en vitesse à la salle a manger qui était occupée par Camus, Gyro, Malon et Erwin et avalai mon assiette, il y avait de tout, et nous pouvions ne resservir, tout était très bon et je mangeai beaucoup plus que d'habitude pour me remettre de mon long sommeil. Il était 23H15. La jeune fille brisa, comme à son habitude, le silence. Elle demanda à Gyro si elle pouvait nous accompagner avec un regard illuminé. Il allait certainement refuser et je vis cela avec un peu de tristesse dans le regard. Bien évidemment, il dit "Non", d'un air agacé.
Je m'étais réveillé il y a maintenant 2 heures et m'endormir cette nuit ne serait pas tâche aisée. J'allais probablement faire une nuit blanche, c'était quasi-certain vu l'état dans lequel je me trouvais.  

Camus, qui était assis à côté de moi me mis un coup de pied discret dans la jambe en dessous de la table. Et il chuchota.

-Je crois qu'Malon en pince pour toi...!

Il me taquinait avec un sourire moqueur, ce qui me fait directement rougir.

-Ta gueule...

Erwin qui était également assis à côté de lui intervient, toujours discrètement.

-T'es en train de dire que Tata aime Tonton ? Va te reposer Camus...

Les yeux de mon compagnon s'ouvrirent très grand.

-T'as dit quoi là ?!

Comme il manquait de discrétion, Malon et Gyro l'entendirent crier. Bien évidemment.

-Un problème ?
-Non, non ! Rien !

Il fut gêné et me regarda comme si j'étais quelqu'un de suspect en fermant à moitié ses yeux.

T'as intérêt à m'expliquer ça cette nuit.

Erwin proposa en posant sa main sur l'épaule de Camus, de lui expliquer ce soir, dans leur chambre. Il lui dit qu'il n'y avait de toute manière que deux chambre de disponibles. Une a deux lit, et l'autre à un lit deux places. Malon avait appelé tous les meilleurs cuisiniers de son service pour nous, et forcément, les chambres s'en sont retrouvées remplies.

C'était fort embêtant, j'allais dormir dans la chambre à deux lits avec Camus, et ce dernier avait la fâcheuse habitude à ronfler, il m'avait déjà gonflé la tête lorsque nous étions sur une petite barque, mais cela allait puisque la nuit, quand lui dormait, c'était moi qui ramait, et vice versa.

Le repas fini, Camus marchait devant, dévalant les escaliers, suivi d'Erwin que je suivais moi-même. On s'approchait de la chambre.

-Eh tu fais quoi tonton ? Pourquoi tu nous suis ? Tu dors dans la chambre à un lit toi.
dit-il en me montrant du doigt la chambre où j'allais me coucher.

Hein ? Il était sérieux ?

-Sérieusement ? Donc j'ai tout le lit rien que pour moi ?

-Héhé t'inquiète !

J'étais refait ! J'avais un gros lit tout seul. Le simple fait de me rouler dessus me rendait fou de joie. Je pensais à cette longue nuit que j'allais passer dans une maison de personnes riches sur un lit qui a dû être plus cher que tout ce que j'avais eu depuis tout petit...

Je traversai donc le couloir et fonçai dans mon dortoir. La porte ouverte, je vis... Malon, en soutien-gorge, qui mettait son pyjama.

Je refermai la porte et une grimace se dessina sur mon visage.

-Euh... salut.

Elle rougissait et se mit accroupi, dans le but de cacher ses formes.

Qu...Qu'est ce que tu f-fais là ?!

Erwin avait tout prévu cet enfoiré. 5 ans et il arrivait à établir ce genre de stratégie. C'était réellement un surdoué, c'est indéniable.

-Je... en fait... Erwin est parti dormir avec Camus pour lui parler et je n'avais aucun endroit où dormir...  

Une chose me paraissait étrange. Hormis le fait que j'étais entré et qu'elle était presque à poil, il y avait quelque chose de bien plus dérangeant. Selon Camus, je l'aurait étranglé dans la forêt, mais elle n'avait pas l'air d'avoir peur de moi. C'était très étrange.
Me noyant dans mes pensées, je ne bougeai pas et la regardai. Celle-ci pensait que je m'attardais sur son corps et cria.

-Chut... tais-toi, je te promets que j'y suis pour rien ! Tu veux que Gyro me tombe dessus ?

-L... les chambres sont insonorisées.

Peu importe, je devais dormir avec elle, sur le même lit, et c'était très gênant pour moi. Je n'avais jusqu'ici jamais expérimenté ce genre de chose, et j'avais peur de la déranger.

-Bon, on va s'arranger. J'ai dormi deux jours d'affilés et je pète la forme, donc je te propose de me coucher par terre et toi sur le lit, comme ça personne ne dérange personne, ok ?

-C'est bon... tu peux monter sur le lit.

Elle était gênée mais ne voulait pas qu'un invité comme moi dorme mal. Elle se leva, se rhabilla en vitesse et me rejoint sur le lit.

Cela tombait très bien, je voulais absolument lui parler et lui demander pardon pour ce qui s'était passé dans le bois.
Elle me coupa dans mes paroles en me mettant le doigt sur la bouche, me dit que ce n'était pas grave si je n'étais pas conscient et s'approcha de mon visage, elle ajouta en disant qu'elle voudrait vraiment que notre mariage se fasse et m'embrassa fougueusement.
Sur le coup j'étais absent, je n'arrivais pas à décoller mes lèvres des siennes. J'étais devenu incontrôlable et me mit à califourchon sur elle. J'enlevai son t-shirt, dégrafai son soutien-gorge et je passai la nuit la plus longue de ma vie.
Après nos ébats, elle mit sa main sur ma joue et me dit sans hésiter « Je t'aime. »
Je ne pensais pas cela possible, mais je m'endormis sur le coup.

[...]


Dernière édition par Shirow Hackman le Lun 11 Déc 2017 - 20:04, édité 1 fois
avatar
Shirow Hackman

♦ Localisation : East Blue (Sirup)

Feuille de personnage
Dorikis: 750
Popularité: -2
Intégrité: -4

Mer 1 Nov 2017 - 18:54

Il y avait du beau temps, le soleil tapait fort et une petite brise parsemait le village. Tout était bon, semblait-il, pour débarquer de cette île et partir à l'aventure.  Cela faisait maintenant quelques heures que j'avais ouvert les yeux et que je me préparais à partir. La nuit fut très courte, mais je faisais constamment attention à Malon qui ne pouvait même plus se déplacer car la journée l'avait trop fatiguée. Son état n'était vraiment pas favorable et cela m'inquiétait au plus haut point.  Je n'avais pas l'intention de rester avec elle mais il fallait à tout prix que je m'impose dans le milieu marin et que je devienne quelqu'un d'important afin de revenir avant qu'elle ne meure. Avec Camus, nous avions besoin de nous ressourcer, de faire quelques provisions et pendant que celui-ci alla parler à un des charpentiers de la grande maison familiale, je fis mes adieux à tout ceux qui y vivaient. Ma prochaine destination était Logue-Town, j'avais envie de recruter quelques brigands afin d'agrandir mon équipage, mais j'étais conscient que ce ne sera pas une mince affaire, puisque mes critères étaient très stricts.

J'étais donc face à Erwin, Gyro et Malon.

-Bon... ben j'y vais. Je te promets de revenir Malon, tu entendras parler de moi même ici. Quant à toi Erwin, t'as intérêt à devenir un vrai bonhomme ! J'aimerais pouvoir te recruter plus tard, tu m'as compris ?

Dès que j'eus prononcer le nom de Malon, le regard de Gyro me scrutait. D'un air méfiant, son majordome me pista de haut en bas, et cachant le fait que j'étais mal à l'aise, j'évitais tout contact visuel avec lui.
Je ne voulais pas que ces adieux traînent en longueur, je me retournai pour m'en aller, levant la main comme signe d'au-revoir.
Au moment où je fis un pas dans la direction opposée, Gyro prit la parole avec une voix très grave.

-Il y aurait quelque chose entre vous et Mlle.Malon ?  

Je décidai de ne pas répondre à sa question. Ce type était réellement à fond sur sa demoiselle, et sa perspicacité touchait toujours dans le mille.
Malon le regarda très paniquée et baissant la tête, tout en rougissant, elle me sauta au cou, larmes aux yeux.

-C'est peut-être la dernière fois qu'on se voit, mais j'espère réellement que tu me reviendras avant que 2 ne s'écoulent...

Mon visage se crispa. Je voulais faire bonne figure et ne pas chialer mais ma tristesse se voyait tout de même.
Je la pris donc par les joues et l'enlassa devant tout le monde. Avant de repartir, je décidai de lui chuchoter quelque chose.

-Ecoute, d'ici 2 ans, il se pourrait que ce soit moi qui meurt au combat, tu le sais bien et je suis au courant que c'est cela qui t'inquiète le plus. Mais ne t'en fais pas, je survivrais. Et même si je ne deviens pas l'homme que je veux réellement être. Je te promets de remettre les pieds ici en un seul morceau.

Gyro s'approcha de nous et mit sa main sur mon crâne. Et d'un air condescendant il me fit ses adieux, à sa façon.

-J'espère bien que quand tu reviendras, tu nous trouveras mariés, elle et moi.

Je ris très fort. Ce type était vraiment fou. Mais nous savions tous qu'il avait beau séduire toutes les femmes de l'île, Malon restait indifférente à ses charmes.

Erwin, silencieux jusqu'à maintenant, courut vers moi et me mit un coup de poing dans la cuisse. Sur le coup je ne compris pas pourquoi mais il avait glissé quelque chose dans ma poche.

-Aïe ! Tain mais t'es malade ! Pourquoi tu fais ça ?  

Il me regarda et esquissa un sourire d'enfant. Il avait beau avoir 5 ans ce petit était vraiment un diable. Mais soit, je quittai la maison, et cette fois pour de bon.

Sur le chemin je pris ce qui était dans ma poche. À savoir un bout de papier. La lecture fut intense, les révélations qui étaient inscrites me rendirent bouche-bée.

Message d'Erwin a écrit:
Une fois que tu auras lu cela, je pense que tu voudras revenir à la maison,
mais ne t'en fais pas.
J'ai eu, de souvenir, des messages vocaux de mon père, disant que Gyro était le descendant d'un certain Crow, pirate bien connu. Il avait à la base, prévu de finir le boulot de son père et de voler tout nos biens mais se serait attaché à Tata.
Apparemment, notre arrière grand mère Kaya en aurait fait les frais.
Mais t’inquiète pas tonton, je vais le tuer d'ici la, et quand tu reviendras il ne sera plus la !
J'ai des souvenirs de quand j'étais petit.. fin bébé quoi ! Dans le ventre de ma mère ! Tu me croiras peut être pas mais c'est vraiment vrai hein ! De toute façon quand tu le rencontreras tu pourras lui demander ! Mais passe un bon voyage et deviens plus fort, on s'affrontera d'ici là !

PS : Gyro ne sait rien de mes plans mais je compte bien en finir avec lui dans les années à venir !

... c'était dingue. Sur le coup je voulais faire demi-tour mais même si son esprit d'enfant me fit douter au départ, je pensais tout de même qu'Erwin était quelqu'un de confiance. C'est sa mission de toute façon.

[...]

Arrivé sur le petit port derrière la grande demeure de Malon, je retrouvai mon ami, il était assis par terre, avait loué un bateau et attendait à ce qu'on le lui ramène.

Sans hésitation, je l'interpella, m'assis à côté de lui et lui montrai le message que j'avais lu il y a quelques minutes.

-Je le savais déjà, il m'a tout raconté cette nuit... son histoire est très crédible. Mais je pense aussi qu'il faut le laisser agir, il m'a prouvé cette nuit, par ses paroles que c'était quelqu'un de confiance.
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1