AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Ça Tombapik

Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Lun 30 Oct 2017 - 9:33

Un jour chiant comme un autre. Vendredi matin, jour du conseil. Comprenez par là que n'importe qui peut venir se plaindre de n'importe quoi devant le conseil, donc devant moi. Une obligation nécessaire pour rester aimer et au pouvoir. Il est 8h, on en est déjà à la seconde complainte. On est ici depuis 6h. En deux heures, on a entendu deux personnes. Et la file s'étend jusque dehors, bien au delà de l'horizon. Tout ça pour des trucs stupides en plus. Quelqu'un qui a volé des chèvres au propriétaire, et ce dernier se plaint. Je l'écoute d'une oreille tout en pensant à aller tuer quelques bébés phoques. Du moins, jusqu'à ce qu'il exige qu'on lui rembourse ce que ça lui a coûté. Là, je me relève de mon siège, prenant une posture droite et non plus avachie.

« Tu exiges ?
OUI !
Tu … exiges … quelque chose ?
… heu … enfin … je veux dire … oui. J'aimerais bien que …
Personne n'exige de moi quoi que ce soit. Mais tu as titillé mon intérêt. Répète ton histoire depuis le début. » Il recommence donc en tremblant un peu. Chacun sait que lorsque je m'intéresse à quelque chose, c'est généralement mauvais signe. Durant toute son explication, je laisse mon haki envahir l'île. Je veux ressentir ce qu'il ressent, vivre ce qu'il a vécu, savoir ce qu'il sait. Et s'il parvient à berner les fous du conseil, moi qui suis le roi des fous, je ne me laisse pas avoir. A peine a-t-il finit que je rends mon verdict. « Je t'accuse de non seulement faire perdre son temps au conseil, de lui mentir, de nous prendre pour des cons, mais aussi de tenter de l'arnaquer.
Quoi ? Moi ? Mais jamais je n*/
Tu insinues donc que je mens ?
Non non, jamais de l*/
Donc tu mentais avant, au sujet de ton histoire.
Non j*/
Tu mens maintenant ou tu mentais avant ? Ou les deux ?
Aucune j*/
Tu peux dire ce que tu veux, tu mens. Ton histoire, parce que oui, c'est une histoire, est montée de toute pièce.
Comment osez-vo*/
Tu es donc en train de me dire que si l'on va chez toi, on ne trouvera pas une chèvre caché dans ton placard secret derrière ton lit ?
Quoi ?! Je n'ai pas d*/
Très bien. Qu'on envoie des hommes chez lui et qu'on vérifie. Si j'ai tord, je te rembourse dix fois la somme. Mais quand on aura la preuve que j'ai raison, tu perdras ta tête. Tu es sûr de vouloir parier contre moi ? »

Il commence à suer à grosses gouttes. On le voit réfléchir, ou tenter. Il cherche comment se sortir de cette situation. C'est un menteur pris la main dans le sac. Manque de pot, je n'aime pas qu'on me mente et qu'on me fasse perdre mon temps. Il bafouille, puis s'enfuit. Mes hommes n'ont même pas le temps de le rattraper que mon poing traverse déjà sa cage thoracique. Il tourne la tête pour me voir derrière lui, puis devient inerte. Je sors de la salle jusque sur le parvis, et fais tomber le cadavre devant tout le monde.

« Une mise en garde à ceux qui me feraient perdre mon temps et me mentiraient. Je découvre toujours la vérité. Si vous venez me mentir, m'arnaquer, je vous conseille de repartir si vous voulez vivre. »

Puis je rentre en m'essuyant le bras sur un garde et sa tunique. Les heures passent et se ressemblent toutes. Des histoires de paysans, de pirates, d'arnaqueurs … Par chance, 18h sonne et c'est la fin. On remballe les plaintes dont on s'est occupés dans le tiroir qu'on ouvre jamais. Je m’apprête à partir quand le conseil me prend en embuscade.
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Lun 30 Oct 2017 - 9:33

« Il faut qu'on parle, Clotho.
Ça peut pas attendre la semaine prochaine ?
Non. Tu risques de partir n'importe quand, alors on doit avoir la discussion avant. » Je me laisse retomber sur mon siège, dépité.
« Ok …
Tu n'es pas sans savoir que la guerre a un coût.
Coût que j'assume plutôt bien je crois.
Mais la guerre implique aussi des morts.
Logique.
Les guerres que tu vas mener vont amener beaucoup de morts. Plus que Rokade n'en a jamais eut. On a entendu que tu recrutais du monde. Comment tu les attire ?
Or, gloire, les trucs habituels quoi.
Les gens ici n'ont pas forcément envie de ça. Ils seront vite oubliés à tes côtés. Certains préféreraient une assurance qu'on se souviendra d'eux après.
Comment ça ?
S'ils avaient la certitude qu'on ne les oublie pas, beaucoup seraient prêt à te suivre.
Ah. Tu veux parler de pierres tombales et tout ?
Oui.
Donc si je promet qu'ils auront des pierres et tout, qu'ils ne seront pas oublié, ils me suivront ? Juste comme ça ?
Ce sont des pirates, des criminels à la base. Que veulent tout les criminels ? Pouvoir et gloire.
Comme les dragons célestes quoi. Ouais, mais j'ai pas les connaissances ni la volonté de faire ça.
Si tu veux pourtant avoir assez de monde, il va falloir que tu t'y mettes.
Non. J'vais créer une boutique à la place. Mes employés s'en occuperont pour moi.
… Ça doit être possible.
Bon, c'est tout ?
Oui.
Alors a la semaine prochaine. »

Je quitte la salle avec un soru. Hors de question de me faire harponner encore une fois, je rentre directement chez moi, dans mon petit manoir. Puis je réfléchis l'entreprise.
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Lun 30 Oct 2017 - 9:33

Le lendemain, après quelques recherches, on m'a indiqué quelqu'un capable de m'aider. Plusieurs en fait. Et comme j'ai la flemme de me déplacer, je les ai convoqué. Il est 9h, la sonnette retentit pour la première fois. La porte s'ouvre toute seule, ils rentrent tous en même temps. Je leur avait bien dit de ne pas sonner tant qu'ils n'étaient pas huit. Et je ne suis pas le genre de personne à qui tu veux désobéir. Ils ne savent pas pourquoi ils sont là. Ils sont inquiet. Je peux le sentir depuis l'autre pièce. Sans les avoir vu, je sais déjà à quoi ils ressemblent, s'ils sont droitiers ou gauchers ou ambidextres, anxieux ou détendus, prêt à s'enfuir ou faire face … On dit merci le haki pour toutes les infos. Ils avancent tremblant un peu jusqu'à me rejoindre dans l'autre pièce, le salon. Je les fait s'asseoir sur les canapés, puis je les détaille un par un.


Benkei
Dano
Komaro
Porteuses
Kisue


« Je vous propose d'aller droit au bu*/
On a fait quelque chose de mal ?
On risque un truc ?
Attendez, j'ai rien fait moi.
Nous non plus.
Je sais pl*/
Stop. Non, vous n'avez rien fait de mal. Ou alors je m'en fou. Vous êtes là parce que vous avez des compétences et un savoir particulier qui m'intéresse. Mais il est gâché actuellement. Vous savez comment je développe l'île petit à petit pour la rendre meilleure que je ne l'ai trouvé. Je vais ouvrir une boutique, et vos connaissances seraient utiles. Je veux ouvrir une entreprise qui va s'occuper de tout ce qui touche à la mort. Donc pierres tombales, service funéraire, embaumement … Vous êtes tous qualifiez, et j'aimerais vous offrir le job.
Et si on veut pas ?
C'est mignon que vous pensiez avoir le choix. Vous préférez peut-être vivre au jour le jour, volez pour survivre, tenter d'échapper aux criminels. Vous avez réussit jusqu'à présent. Mais combien de temps encore tiendrez-vous ? Vous n'en avez pas marre qu'on vous marche dessus, de devoir vous taire parce que vous ne valez rien ? Je vous offre l'occasion d'avoir une vie fixe, un salaire chaque mois, de pouvoir acheter une maison ou louer une grotte, une garantie de sécurité grâce à mon nom. Vous voulez vraiment refuser ça pour rester vivre dans la rue ? Je ne supporte ni les fainéants, ni les faignants. Si vous voulez du taff, il y en a pour vous.
Et si on refuse ?
… T'es assez grande pour deviner par toi même.
Tu vas nous tuer ?
Pourquoi toujours cette obsession pour la mort ? Vous savez quand même qu'il y a des sorts pires que la mort, hein ? Se faire éplucher le visage chaque jour par exemple, se faire grignoter vivant par des rats, se faire empoisonner puis guérir chaque jour. Il y a autant de méthodes pour faire souffrir que d'idées dans un cerveau, c'est infini. La seule limite, c'est l'imagination et les moyens. Je veux votre réponse d'ici le coucher du soleil ce soir. Vous pouvez partir.
Le salaire est de combien ?
Bien assez pour vivre tranquillement ici, crois moi. Imaginez que vous vous mettiez en colocation, vous économiseriez encore plus d'argent, et donc aurez plus d'économies pour faire des choses. Mais à vous de voir, bien sûr.
Bien sûr. Combien d'heures par semaine ?
Aucune idée. 9h à 12h, 14h à 18h, sept jours par semaine, pas besoin d'être tous présents. Mais vous êtes d'astreinte par contre.
Hein ?
Vous devez restez prêt à venir à la boutique en cas de besoin.
On est des esclaves donc ?
Non. Si un client pose une question précise sur une pierre tombale, que Komaro n'est pas là, la personne présente lui passe un coup de den den, elle renseigne le client et basta. Par contre, si le client veut absolument rencontrer un membre précis, il prend rendez-vous. Vous vous arrangez entre-vous pour les plannings. S'il faut revenir un jour de congé pour un client, vous le faîtes, et vous récupérez votre congé plus tard, ou plus tôt. Le client passe toujours avant, c'est lui qui apporte les sous. D'autres questions ?
On est … autonome ?
Oui. Vous rendez des comptes à mon comptable à la fin du mois, éventuellement à moi. Jusqu'à présent, c'est jamais arrivé. Sur les neuf boutiques que je possède, aucune ne me pose de problème, je n'ai pas interféré avec eux. Chaque employé peut me joindre pour un motif important. Si c'est juste pour changer la place des étagère, voyez-ça entre vous. Le conseiller, donc Benkei est responsable de la boutique en mon absence. Si vraiment vous avez un truc important et que vous ne pouvez me joindre, Polochon pourra vous aider. »

On discute encore pendant près d'une heure de tout et de rien. Je les sens plutôt emballé par l'idée. En même temps, je les sors de la rue, je leur offre un job, un toit au dessus de la tête, des amis, des contacts, et une protection contre les emmerdes. Ils seraient cons de refuser. Le soir, avant que le soleil ne disparaisse, j'ai mes huit réponses, toutes positives. Chouette. On va pouvoir passer à l'application du projet.


Dernière édition par Clotho le Lun 30 Oct 2017 - 9:34, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Lun 30 Oct 2017 - 9:33

Il reste à trouver le local, se mettre d'accord sur les offres, les prix … Le local, c'est le plus facile. Dès mon réveille le lendemain, j'achète une grotte, comme avec Mercos et Compagnie, et basta. Toutes les grottes se ressemblent de toute façon. Deux mètres cinquante de hauteur de plafond, 100m² de surface, granit partout autour. Avec mon sabre, je creuse et égalise les côtés, le plafond, je laisse des piliers pour soutenir le tout. Il y aura deux bureaux, tout petits, avec des tas de catalogues contenant les fleurs, les pierres tombales, les services … Et tout le matériel sera entretenu dans l'arrière boutique. Je laisse les employés aller acheter le matériel pour eux tout en leur donnant un budget chacun. Ils reviennent plus tard avec des meubles portés par des gros malabars. On discute des options, et je dis clairement dès le départ que les frais pour les locaux sont réduits de moitié. Et oui, je tiens à garder ma popularité sur Rokade intacte, voire augmentée même. Ça permet même aux pauvres d'enterrer leur morts dignement, ça montre que je reconnais les sacrifice de l'île faits pour moi et que leur vie à de la valeur à mes yeux. Rah, ce qu'il faut pas faire pour ces crétins … Abrutis de moutons. Mais bon, ça me fait des thunes et des suiveurs, donc je m'en plains pas.

Parce que chacun mérite qu'on se souvienne de lui.

Sous le nom, sur le devant de la boutique, je fais mettre un message voyant pour attirer plus de monde et attiser la curiosité. En même temps, chaque nouvelle boutique que j'ouvre est une attraction. On vient regarder les gens que j’emploie, ce que l'entreprise fait, si c'est légal ou pas … Je ne veux que le bien de cette île. Tant qu'elle me fait du bien du moins. Si un jour elle devient une épine dans mon pied, je la rase, purement et simplement, et je me servirai des restes des anciens habitants comme d'un fertilisant. Après avoir discuté plusieurs dizaines de minutes, on arrive à un service et des prix corrects, même divisés par deux pour les locaux. Il ne reste plus qu'à décorer. Ce soir, je fais l'annonce disant que la boutique ouvre dans deux semaines. Mes employés ont deux deux semaines maximum pour être opérationnels, décorer les locaux … Largement assez de temps. Il reste désormais à acheter ce qu'il faut pour les prestations offertes.

Citation :
  • Formule basique, pour les personnes n'ayant pas d'argent, la formule basique comprend uniquement l'accompagnement avec les conseillers, les maîtres de cérémonie et les marbriers. Les défunts sont juste posés dans un trou dans le sol, avec une croix en bois au dessus pour signaler l'emplacement. Pour 50 000.

  • Formule ordinaire, pour les personnes n'ayant pas beaucoup d'argent, la formule ordinaire comprend l'accompagnement avec les conseillers, les maîtres de cérémonie et les marbriers. Il s'agit de la formule la plus choisie. Les défunts ont un cercueil en bois léger, une croix en pierre est posée au dessus. Pour 100 000.

  • Formule haut de gamme, pour les personnes ayant de l'argent, la formule haut de gamme comprend l'accompagnement avec les conseillers, les maîtres de cérémonie, les thanatopracteurs et les marbriers. On accorde plus de soin au défunt qui est enterré dans un cercueil en bois de bonne qualité et possède une sépulture en marbre. Pour 500 000.

  • Formule riche, pour les personnes ayant beaucoup d'argent, la formule riche comprend tous les services de l'entreprise. Le défunt est traité avec respect. On propose même un accompagnement psychologique avec les conseillers. Les morts sont généralement dans des caveaux ou de belles sépultures qui durent des décennies. Pour 1 000 000.

  • Formules exceptionnelles, pour les personnes n'ayant pas beaucoup d'argent, la formule exceptionnelle comprend tous les services de l'entreprise avec un professionnalisme impressionnant. Cette formule est réservée aux rois, aux nobles très riches, aux amis personnels au patron, aux héros de guerre (dont les frais sont réduits de moitié). Le but est d'en jeter plein la vue avec quelque chose qui va durer des siècles. On met les petits plats dans les grands, on veut du sublime, du magnifique, rendre les autres jaloux ou pauvres. C'est à celui qui a la plus grosse sépulture. Pour 5 000 000.

Il nous faut donc différents matériaux, divers outils, plusieurs types et couleurs de fleurs … C'est à Benkei de s'occuper des fleurs. Il se rend donc dans une boutique qui vend des fleurs. Pas facile à trouver sur Rokade, je vous l'accorde. Dès qu'il entre, il demande ce qu'ils ont pour des funérailles. Il m'explique que chaque fleur à son langage, sa signification. Franchement, on s'en fou, des fleurs, c'est des fleurs. Les roses sont les reines des fleurs. Des roses sombres représentent l'amour profond. Le géranium évoque l'amour, la passion. Les gerberas incarnent l'amour profond. De plus, ils présentent l'avantage d'être résistants. La bruyère est le symbole des amours robustes et de la solidité. Le lys symbolise la pureté et l'innocence. Les roses claires symbolisent la sympathie. Des œillets qui sont le symbole du deuil et de la discrétion. Ce sont les fleurs idéales pour les simples connaissances du défunt. Les chrysanthèmes symbolisent l'éternité. Ils nécessitent peu d'entretien et fleurissent jusqu'aux premières gelées. Mais les couleurs comptent aussi … Les fleurs vives peuvent être choisies pour illustrer le caractère jovial du défunt. Le rouge, qui représente l'amour et la passion, est en général réservé au conjoint et aux intimes. Les couleurs pastels favorisent l'évocation de la nostalgie, de l'amitié. Les amis proches souhaitent avant tout prouver leur attachement et leur soutien à la famille. Le blanc symbolise la pureté, c'est pourquoi les fleurs blanches sont souvent utilisées lors d'obsèques d'enfants. Les fleurs artificielles durent plus longtemps que les fleurs naturelles. Les plus fragiles, en papier ou en soie, sont gardées quelques semaines, environ une année quand elles sont en plastique, ou plusieurs années pour les fleurs céramiques.

Mais c'est pas tout, la forme compte également. La couronne, forme la plus utilisée. On y adjoint un ruban portant un message en l'honneur du défunt. La couronne a une durée de vie plus longue qu'un bouquet traditionnel. En général, elle est composée de roses, de chrysanthèmes, de lys, etc. La raquette, destinée à recouvrir le cercueil, elle porte également un ruban en hommage au défunt. Elle est réalisée avec des roses, des lys, des gerberas, etc. Le devant de tombe, témoignage de sympathie à déposer sur le monument, c'est une pièce en hauteur. On y trouve des lys, des hortensias, des mufliers, etc. Le coussin de formes diverses (rond, carré, conique, plat, bombé, etc.). Ces bouquets sont généralement offerts par les amis moins proches. Le cœur est une forme particulière de coussin. Il est choisi en témoignage de l'amour porté au défunt. Je ne pensais pas qu'il y avait autant de trucs. Faut faire gaffe à tout, et ça me gave. Je ne suis plus le genre de type à s'inquiéter de tout, surtout pour des trucs aussi inutiles. Ils sont morts, ils ne verront jamais, à quoi ça sert de faire toutes ces simagrées alors ? A rien, on est d'accord. Mais bon, si ça permet que l'île me suivre encore plus, je fais un effort. Après tout, mes projets ont besoin de soutien. Benkei négocie pour la livraison des fleurs, leur prix … Il obtient un catalogue qu'il peut présenter aux clients et des échantillons gratuits en gage de bonne volonté. Pendant qu'on était au fleuriste, chaque employé de ma future boutique a joué son rôle, a été voir d'autres boutiques pour obtenir ce qu'il leur faut. Une fois rentré chez moi, je prend mon den den pour parler à l'île entière.
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Lun 30 Oct 2017 - 9:34

« Chers criminels de Rokade, j'ai une annonce à vous faire. Comme vous le savez, je développe l'île pour accroître nos richesses, notre potentiel de guerre. Je veux faire de ce repaire de brigands, de violeurs, de tueurs une véritable richesse. Je veux que plus personne ne vive dans la rue, qu'on puisse voir la pauvreté au premier abord. Mais surtout, je veux qu'on se souvienne de tous ceux qui ont affronté la tyrannie du gouvernement mondial, tous ceux qui bravement donné leur vie pour répandre la terreur sur les mers, tous ceux qui ont tenté de se faire un nom et qui ont péri sous les coups de marins, de chasseurs de prime ou du Cipher Pol. Avant, ils n'étaient que des inconnus par dizaine. D'ici deux semaines, les choses vont changer. J'ouvre ma boutique Tombapik, une entreprise de pompes funèbres. Ça veut dire que chacun pourra désormais avoir une tombe avec son nom, pour que personne ne l'oublie. Ça signifie que nos braves combattants ne resteront pas anonyme, même dans la mort. Ces héros qui combattent à mes côtés et qui donnent leur vie pour rendre ce monde un peu meilleur seront honorés bien après leur vie. Parce que chaque vie compte, parce que vous comptez pour moi et que je veux vous le montrer. Parce que c'est notre projet. Parce qu'ensemble, rien n'est impossible. »

Après quelques jours, le catalogue est fin prêt, les plannings sont rodés. Il ne nous reste plus qu'à recevoir les dernières marchandises. Rien d'autre à faire en attendant. Dans les jours qui ont suivit mon annonce, plein de gens sont venus me saluer, me remercier de faire ça … S'ils savaient à quel point je m'en fou d'eux en fait, ils changeraient d'avis rapidement. Quelques jours plus tard, la boutique est fin prête, elle peut ouvrir. En continuant comme ça, l'île va me manger dans la main.
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1