AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Pour 5 000 000B !

avatar
Sakina

♦ Localisation : Zaun

Feuille de personnage
Dorikis: 1852
Popularité: 42
Intégrité: 20

Ven 15 Déc 2017 - 13:07

Suna Land.

South Blue, Suna Land, Village de Toon, FB 1627.


Mes mains sont moites et la poignée de mon arme est chaude. Je rôde dans le coin depuis deux bonnes heures, tel un voleur de pacotille et Bastet a disparue, je suis entourée de poiscaille et j'ai franchement pas envie de rester plus longtemps ici. J'aurais du plus m'intéresser à cette foutue mission à la place de venir ici, les yeux fermés, dans cet endroit maudit.

Quelques jours au-par-avant :

Pulu, pulu pulu, pulu pulu pulu, pulu pulu pulu, pu Gatcha !

Allo... Allo... Je suis bien chez Hojimo Sakina ?

Oui, à qui ai-je l'honneur ?

Monsieur Calamar.

Je peux vous demander qui vous a donné le numéro de mon den den ? Peu de gens savent même que j'en ai un.

J'ai beaucoup de connaissances madame, on pourrait dire que j'ai les bras longs, hyuri, hyuri, hyuri !

Ok.. Je vous écoute, on sais jamais ?

Je vous appelle pour vous informer la présence d'un primé aux abords de l'île de Suna Land. À vrai dire, c’est mon voisin qui le cache et...

A combien s'élève sa prime ?

Cinq millions et je suis même prêt à vous donner deux millions de plus, si vous détruisez la maison qu'il occupe.

Bien ! Je peux être sur Suna Land dans deux jours, où peut-on se retrouver ?

Sur un des premiers rochers au nord de la petite île de Toon, vous pensez arriver vers quelle heure ?

À midi tapante ! À dans deux jours !

BASTET !! On se bouge, on doit trouver un bateau pour aller sur l'île de Toon !

Sept jolis millions de berrys ! L'idée de gonfler un peu plus ma richesse m'excite indubitablement, je suis incapable de rester sur place en sachant que sept millions de berrys sont à porter de mes mains. Quelques malheureuses minutes me suffisent à faire notre sac à moi et Bastet, les douilles sont dans le chargeur et Bastet est....

BASTET DEPECHE-TOI, TU FOUS QUOI, T'ES OÙ ?!?!?!???

ATTEND, J'ARRIVE !

Une longue minute à attendre plus tard, la porte s'ouvre. Bastet y sort vêtue seulement de son pantalon, avec en main deux hauts différents.

Tu crois que je dois mettre celui-là ou celui-là... OUUUUUUUUUUUU celui-là, pour aller avec mon jean ?

Le troisième choix de Bastet se trouvait sur le bout de sa queue, quelle absurdité ! La voir jouer à la poupée alors que j'avais déjà tout préparé me fait limite grogner de rage. Les sept millions nous attendent BON SANG ! Je jette le sac remplit de nos affaires à Bastet, qui encaisse avec son corps cette petite charge, en lui hurlant:

DEPECHE-TOI MAINTENANT ! CES BERRYS VONT PAS RESTER LA TOUTE LEUR VIE !

Bastet enfila un des hauts et après avoir payé l'hôtel nous voilà bien vite dehors, on se rend au port et nous mettons directement la main ou plutôt les pieds sur un bateau de voyage qui fait des aller-retour jusqu'à Suna Land.

Le trajet dure vingt-quatre heures, soit une journée à faire les cent pas, à trouver le temps long et à ne penser qu’à tout cet argent que ce soit éveillé ou endormis les berrys que je pourrais avoir à porter de main me semblent toujours bien réels. L'ancre est jetée et HOP on se retrouve sur les quais, un restaurant, un hôtel, quelques heures de sommeil, ZzZZzzzz, ZZzzZzz et mes yeux s'ouvrent enfin sur cette belle journée où je vais pouvoir me mettre sept millions en poche !!

Ça va Bastet t'as bien dormis ? T'es en forme aujourd’hui j'espère, hi, hi, hi, hi, hi, hi !

Super en forme et prête à lacérer n'importe quel ennemi !

Bien allons-y alors hi, hi !

Nous revoilà dans le port à demander de l'aide à d'autres marins, histoire qu'ils nous emmènent près de mon lieu de rendez-vous. Un homme, la trentaine, accepte de nous y emmener pour une modique somme et en une vingtaine de minutes nous voilà au lieu de rendez-vous, quelques minutes en avance, bien sûr !

Faudrait vraiment qu'on se trouve un bateau, ça en devient ridicule à ce point..

Je te le fais pas dire.

J'ai bien envie d'aller déjà jeter un coup d’œil dans la ville, mais on doit attendre notre contact, j’ai pas envie de le louper. Quant à toi, reste en chat au cas ou il se passe quelque chose et fait gaffe à pas glisser dans l'eau surtout.

Oui t’inquiètes, je ne peux mal !

Quelques minutes passent et très vite le silence entre moi et ma camarade s'installe. Alors que le doute s'immisce de plus en plus dans mon esprit sur la qualité de mon contact, un gros SPLUTSH venant de derrière, nous surprit toutes deux. Une silhouette d'homme se tenait devant nous dégoulinant d'eau de mer.

Bonjour, je suis monsieur Calamar, enchanté de vous rencontrer !

AHHHHHHHH !

Un des tentacules de ce véritable monstre se baladait devant moi, sûrement pour m'aspirer d'une de ces ventouses, hors de question que ça se passe comme ça. Terrifier j'attrape Bastet par la peau du cou et commence à m'enfuir le plus vite possible vers le village de Toon, l'homme poisson tente de me retenir par tous les moyens, ne se déplaçant sûrement pas assez vite sur la terre ferme, il use de parole, mais je suis plus intelligente et surtout trop effrayée pour m'arrêter sur ce qu'il dit.

MADAME Hojimo, c’est moi monsieur Calamar, revenez !!!

J’ai besoin de vous, aidez-moi, s'il vous plait !!!!

Nous voilà au centre du village, essoufflée par le sprint que je viens de faire, je suis penchée vers l'avant main droite sur la poitrine en train d'effectuer quelques grandes inspirations pour reprendre mon souffle, la peau de la nuque de Bastet toujours entre les doigts de ma main gauche.

Fiou, on a eu chaud t’as vu ce monstre... Encore bien qu'il ressemblait pas trop... À un poisson celui-là, c’est la première fois.... Que j'en vois un de si près, d'homme poisson.

Exténuée je finis tout de même par me redresser pour tomber nez à nez avec un groupe d'hommes et de femmes poissons.

AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHH !!!

Je prends mon gun en main toute en reculant de quelques pas avant de me retourner et de détaler comme un lapin vers un lieu moins poissonneux, observée par tous ces yeux de poiscailles, je cours à travers la ville jusqu’à ce que je trébuche, finissant par chance ma course dans du matériel de pêche. Profitant de ce bordel pour me cacher et récupérer mon souffle.

Des poissons qui pêchent des poissons........ Ils sont sérieux ? Bastet tu..

Abasourdie, je remarque l'absence de Bastet dans ma main gauche. Ce qui laisse place à d'horribles pensées.

Quelle horreur si ça se met je l’ai lâché dans l'eau ou un de ces méchants hommes poissons la mangée, qu’est-ce que je vais faire ici toute seule complètement prise au piège... Non, non il faut que je me ressaisisse, Bastet a besoin de moi, je dois faire quelque chose !

Après une lente respiration je m'extirpe de ma planque sans être vu et commence à chercher mon amie féline à travers cette maudite île.

Mes mains sont moites et la poignée de mon arme est chaude. Je rôde dans le coin depuis deux bonnes heures, tel un voleur de pacotilles et Bastet a disparue, je suis entourée de poiscailles et j'ai franchement pas envie de rester plus longtemps ici. J'aurais dû, plus m'intéresser à cette foutue mission à la place de venir ici, les yeux fermés dans cet endroit maudis.

Collée dos au mur je passe légèrement ma tête pour voir de l'autre côté et à cet instant, une présence vient s'ajouter à la mienne. Avec terreur je tourne D-O-U-C-E-M-E-N-T la tête vers cette personne, pour m'apercevoir que c’est Bastet sous forme humaine, en train de se curer les dents avec une arête. Le geste est rapide et remplis de haine, POC ! Un coup de poing sur le crâne bien mérité.

T'étais ou bordel, ça fait deux heures que je te cherche !

Je goûtais la cuisine de l'île, regarde cette arête, on pourrait presque en faire une épée !

Donne-moi ça, il faut qu'on dégage d'ici !

Mais pourquoi ils sont cool, en plus ils sentent super bon.

Conversation clôturée après ces sages paroles, je m'empresse suivie de Bastet, de rejoindre le bord de l'île côté nord-est, on peut y voir les montagnes russes de Suna Land, un endroit remplit que de gens qui me ressemblent !

Bastet tu vas te mettre en chat et grimper sur mon dos, puis tu m'agrippes bien le cou avec tes pattes.

T'es folle ! J’ai jamais aimé l'eau, je peux pas, on voit à peine l'autre côté !

T'inquiète je vais nous emmener là-bas, il faut pas qu'on reste ici, monte sur moi maintenant et on y va !

Après lui avoir presque supplié à genoux d'avoir confiance en moi, scène que j’ai donc décidée de couper au montage, elle grimpe sur mon dos et agrippât mon cou de ses petites pattes poilues !

Prête Bastet ? Tien-moi bien et garde un maximum ton corps hors de l'eau.

Prête !

L'eau froide m'arrive à la poitrine quand je commence à nager, Bastet s'affole un peu et sort rapidement les griffes comme je me l'étais imaginé. Je plonge entièrement dans l'eau, laissant ma petite collègue utilisatrice du Hito Hito no Mi perdre ses forces et une fois libérée de ses griffes, l'agrippe par la peau du cou pour la deuxième fois aujourd’hui. La nage fût longue, mon arme, mes habits et Bastet comme poids mais l'adrénaline me permit de faire la première bonne partie du chemin et l'envie des attractions que je voyais approcher pour me réconforter la deuxième.
http://www.onepiece-requiem.net/t19175-sakina-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t19251-fiche-sakina
avatar
Sakina

♦ Localisation : Zaun

Feuille de personnage
Dorikis: 1852
Popularité: 42
Intégrité: 20

Ven 15 Déc 2017 - 13:15

Le plaisir d'atteindre enfin la terre est énorme, après un si long trajet, qui plus est une plage de sables fins où il y a des petites caravanes revigorantes ! Je prends Bastet dans les bras en attendant qu'elle récupère et me dirige vers une caravane pour y commander deux grands verres d'eau et deux fois la spécialité de la caravane, des croustillons au miel enrobés de noix de coco. Ma jolie Bastet a eu peur, mais cette bonne friandise fait passer la petite rancoeur pour ce mauvais coup.

Je suis bien mieux sur cette île, du coup on a plus de mission et je ne dis pas que c’est impossible, mais je doute qu'il y ait des pirates ou autres hors-la-lois ici, qu’est-ce que tu en dis, on fait les attractions ?

Sérieux ? Ok ça a l'air cool !

Le soleil sèche vite nos affaires et il est seize heures quand on commence à regarder ce qu'on pourrait faire.

Regarde, là, un stand de tir !

Puh ! Facile, monsieur pour deux mille berrys, s'il vous plait !

PAN, PAN, PAN !

WAAAAA ! Tu peux avoir le plus gros nounours de l'échoppe !

Bien sûr, je suis une vraie bête hahaaha ! Bref, donnez mes points à ce gamin m’sieur, bonne journée !

Un peu plus loin.

Oh, regarde une épreuve d'agilité, il faut monter l'échelle sans qu'elle ne tourne, celle-là c’est pour toi ! Dix mille berrys de gain, ça nous payerait une partie de la soirée ça, ha, ha !

Bastet grimpe l'échelle aisément et à une vitesse qui semble épater les forains. En mettant les dix mille berrys dans sa poche, Bastet voit une montagne russe, la rapidité de ce truc est étonnante, on monte dedans et le voyage commence. Bastet crie de rire qu'en à moi la voir comme ça me remplit de joie, même si j’ai un peu peur dans ce petit train.

On continue nos petites aventures une bonne demi-heure, quand d'un coup le bruit d'un interphone se met en marche.

MESDAMES, MESDEMOISELLES ET MESSIEURS ! NOTRE CONCOURS QUOTIDIEN VA COMMENCER, AUJOURD’HUI UN LOT DE CINQ MILLIONS DE BERRYS À REMPORTER, POUR PLUS D'INFORMATIONS, RENDEZ-VOUS À NOTRE STAND !!!

On ne met pas longtemps à trouver la provenance de cette appâtante voix, devant le stand au moins deux cents personnes prêtent à joué le jeu du concours attendent, les gens se posent des questions sur le but du jeu et bien sûr le gain de cinq millions de berrys. La foule est épaisse et on peut trouver des jeunes comme des plus âgés.

C’est le destin, l'homme m'avait appelé pour cinq millions de berrys, je suis sûr que c’est un truc pour moi. Ça ne peut pas être du hasard !

Ah bon. Tu crois ?

Bien sûr, j'en suis certaine !!

BONJOUR, je vous demanderais un peu de silence et de calme s'il vous plait, je vais vous expliquer le but et les règles de ce concours ! Comme vous pouvez le voir à côté de notre stand aujourd’hui se trouve un grand courant d'eau, avec un virage à gauche et un virage à droite, cinquante barquettes se tiendront sur la ligne d'arrivé ! Au bout du chemin que vous devrez prendre à contre-courant, vous sera remis un foulard, une fois marquée vous devez faire le chemin inverse pour arriver sur la ligne de départ. Le but est de finir dans les cinq premiers, pour passer au tour suivant. Toutes sorties du bateau sera sanctionnées par une disqualification, donc veillez à bien tenir les poignées misent à votre disposition en cas de contact avec les autres barques et croyez-moi qu'il y en aura que ce soit sur le chemin du retour pour les plus rapides ou sur l'aller pour les plus lents !
HéEEe ! Bruit d'un homme reprenant son souffle.
Vingt mille berrys l'inscription c’est à payer devant votre barque ou un gilet de sauvetage vous sera prêté, une seule inscription est autorisée, vos biens peuvent être gardés loin de l'eau, ils seront gardés par moi-même ! N'hésitez pas à tenter votre chance pour repartir avec un vrai petit bijou de valeur, de cinq millions de berrys !!

N'ayant rien de spécial à déposer, je me rends avec Bastet vers une des cinquante premières barques.

Tu montes la première, ça va ne pas être bien compliqué, il faut juste ramer le plus vite possible et pas tomber à l'eau.

Pas tomber à l'eau. MAIS si je tombe, je vais me noyer !

Je suis sûr que t'es capable de monter sur une des barques qui te mettraient en difficulté pour pas tomber à l'eau non ? On parle de cinq millions là, je vais jouer aussi ! Je passe à la deuxième vague, ça ne sert à rien de jouer en même temps dans une épreuve comme celle-là. Si c’est une arme je la garde, sinon je le revendrais !

Les barques sont entourées d'une couche en caoutchouc pour amortir les chocs, ça promet d'être grandiose ! Bastet passe à la première vague, elle est mignonne comme tout dans ce gilet fluo, mais là, elle doit assurer, elle est pas bien sûr mais une fois installée, une rame dans chaque main elle me lance un petit regard guerrier, c’est bon signe et j'ai totalement confiance en elle ! Je m'éloigne un petit peu, pour mieux voir le parcours. Le courant est conséquent et ça va être fatigant, je suis pas une experte donc je m'installe de façon à pouvoir observer un maximum la course.

PAN !

Le coup de feux est tirée et tous les concurrents s'élancent. Une barquette se distingue rapidement des autres, à y regarder de plus près c’est Bastet qui tourne bizarrement en rond sur la ligne de départ, après quelques tours elle comprend le système et navigue enfin droit. Les autres concurrents sont au coude à coude, dix secondes devant mon stupide chat.

Arrivée au premier virage à gauche le groupe de droite se détache de celui de gauche, arrivé à la boucle quelques concurrents prennent de l’avance sur le premier groupe, qui navigue maintenant presque en sur place. Bastet quant à elle rattrape le dernier groupe en passant sur leur droite, plutôt aisément.

Je ne suis pas mise assez bien pour voir au-delà les concurrents, mais je peux très bien voir les formes de la piste. J'attrape un caillou et je la reproduis sur le sol rapidement, je dessine rapidement le courant et tente de trouver le meilleur passage. Tout me semble beaucoup plus claire, c’est pas juste une épreuve de force !

Un groupe de huit barques redescendent déjà, les participants sont au coude à coude et véritable surprise, Bastet se compte parmi ce groupe. Je regagne le départ pour l'accueillir, à mon arrivée elle est déjà sur le quai avec le résultat.

Alors ?

Troisième.

WAaaa bien jouée, t’as fait comment ??

Ha, ha ! Je suis plus douée que tu le crois, c’est tout !

Le ton de la phrase est quelque peu odieux mais, ses petits yeux de fouines qui partent sur la droite et sa queue qui forme un bâton de réglisse veulent tout dire ! Elle cache quelque chose.

Bien jouée, la victoire c’est tout ce qui compte !

À moi, j’ai décidé de prendre la barque la plus à droit possible, d'après mon dessin, le tracer du courant que je m'imagine et le fait que tout le groupe de droite c’est détaché du reste des gens si vite, les courants moins forts sont probablement à droite, sur la première ligne droite.

Toutes les barques sont à nouveau prisent pour ce départ. Les concurrents sont près à en découdre et même si certain sont la juste pour le jeu, d'autres feront tout leur possible pour gagner. De la ligne de départ, j'aperçois le courant fort qui a fait perdre du temps au groupe de gauche.

PAN !

Le départ est lancé, tout le monde rame du mieux possible. Mon manque de force me fait arriver en deuxième ligne du peloton, mais c’est pas plus mal ! Le courant étant réduit par les premiers. Arrivée au tournant ça devient plus facile de ramer, au même moment le groupe de gauche ralentit fortement et l'écart se fait comme à la course de Bastet. Je suis dans un groupe d'une quinzaine de barques formant le peloton de tête et un homme aux cheveux verts se démarque en prenant une autre trajectoire et part en tête.

Arrivé là où il a fait sa manoeuvre, je tente de faire la même chose, la rame de ma main droite bloquée dans l'eau et celle de la gauche moulinant à toute vitesse. Une fois le bon angle pris je recommence à ramer de la main droite et avec facilitée rattrape les premiers du peloton pour ensuite les dépasser et presque rejoindre l'homme aux cheveux verts.

Ça doit être un habitué de ce genre de jeux ou un navigateur, qui sait ! Je dois le suivre coûte que coûte, tant que je suis dans les cinq premiers c’est bon !

L'homme navigue et en suivant sa trajectoire ça me semble moins fatiguant d'avancer. Bien vite on arrive en haut du parcours et d'un Clip's notre petit foulard est accroché à notre barque, un demi-tour dans la barque et c’est reparti pour la descente, l'homme me devance toujours mais ne se presse pas et attend pendant une dizaine de seconde, je reste derrière lui et d'un coup il prend une vitesse considérable. Arrivée à son niveau, il arrive la même chose à ma barquette, je la sens aspirer par le courant, dans la première ligne droite et au début du virage on croise déjà les autres concurrents, mais on a une marge d'avance et le courant nous porte. Merci pour ce petit cours l'homme aux cheveux verts, grâce à toi j'ai plus de chance de remporter le concours !

Il arrive une quinzaine de secondes avant moi, il ne semble pas être fatigué mais moi non plus, deuxième me suffit amplement pour cette épreuve. Il est inutile de me fatiguer davantage, je préfère préserver mon énergie pour la dernière épreuve.

Bien joué Sakina !!

Bastet me saute dans les bras, le sourire aux lèvres. Ça fait plaisir d'être accueillis comme ça et ça peut se lire sur mon visage. Mais il est temps de parler stratégie maintenant, je demande à Bastet de me suivre dans un endroit un peu plus calme pendant que le prochain groupe fait sa course. Une fois installée, je fais le dessin de la piste sur le sol pour montrer la bonne trajectoire à Bastet, après mes explications ma tendre petite féline prend la parole et m'explique comment c’est déroulé sa course.

C'était vraiment horrible, j'étais dernière et au second tournant plus possible d'avancer, mais à ce moment-là une barque m’a percutée de face et l'homme est tombé dans mon embarcation, quant à moi j'ai rejoint la sienne qui continuait à avancer. Proche de la ligne d'arrivé, j'étais sûr d'avoir perdu mais j'ai vu l'écharpe et j’ai ramée jusqu’à la victoire !

Oy t’as triché quoi ? Pff bien jouée, tant que tu ne perds pas, ça me va parfaitement ! En plus ça n’a pas du être facile, t’as du mérite.

À bon, vraiment ?

Oui.

On rejoint la ligne de départ, quand les hauts parleurs se mettent en route.

La demi-finale se fera à dix-sept participants, les trois vainqueurs de cette course disputeront la finale pour remporter le fameux prix de cinq millions !!!

Bastet écoute ce qu'on va faire, tu vas te mettre un peu sur ma gauche au début, un moment je vais accélérer car le courant est moins fort comme je t'ai expliqué tout à l'heure, toi attends avant de prendre le courant et coupe la route au premier qui nous suivra, si tout ce passe bien, il devrait te pousser et tu devrais prendre un peu d'avance, oublies pas tant que t'es troisième c’est bon ! Mais avant le premier tournant, je dois être première et toi deuxième, ou le contraire.

Ok, en plus j’ai compris le truc sur la fin donc ça va mieux aller ! C’est parti !

Bastet et moi-même nous précipitons vers les barquettes de droite une fois celle-ci rentrée au port, juste à côté l'homme aux cheveux verts, sûrement l'un des concurrents les plus dangereux. Les gilets de sauvetages nous sont donnés et tous les concurrents sont près à en découdre !

Pan !

Je mets toute ma puissance dans cet avant dernier round, mon but étant de finir à deux contre un, pour la finale Bastet doit impérativement suivre le plan. Nous arrivons rapidement en tête du groupe de droite, qui se détache déjà de celui de gauche. Je suis la première à emprunter le meilleur contre-courant comme prévu, Bastet rame un peu sur le côté dépensent plus d'énergie, bizarrement l'homme aux cheveux verts semble rester en retrait, quant au troisième de la course il embarque quelques cinq secondes après moi sur le faible contre-courant.

Ramant à en perdre haleine, j'arrive déjà au début du deuxième virage, delà je vois Bastet qui coupe parfaitement la trajectoire au troisième et qui se fait pousser vers l'avant, prenant de l'avance sur l'homme aux cheveux verts, qui après l'élan du choc la rattrape drôlement vite.

J'arrive au-dessus et l'écharpe est attachée à la petite barquette, au moment de repartir je vois l'homme aux cheveux verts qui sort du dernier virage, il n'a pas l'air de ramer de toutes ses forces pourtant il me rattrape. J'arrive cependant sur le courant qui descend jusqu'à l'arrivée et comme je n'ai pas besoin d'être première je décide de me reposer, donnant seulement les coups de rames nécessaires pour bien prendre les virages. Je vois l'homme aux cheveux verts se rapprocher, ce qui me fait penser que je n’ai toujours pas croisé Bastet.

J'arrive à l'entrée du dernier tournant avant l'arrivée, j'observe toujours l'homme aux cheveux verts qui ne cesse de me rattraper quand un gros choc m'expulse presque de ma barquette, je déploie tous mes efforts possibles pour rester à bord, une fois une posture stable retrouvée, une voix familière vient titiller mes oreilles.

Woaa, Sakina t'es la première bien joué, en plus t’as tenu sur la barque on va gagner ensemble tu veux que je t'aide à ramer.

QUOIII !

Tout juste retournée, que j'attrape Bastet par son gilet et d'une main ferme envoie cette petite gamine sur la barque de mon poursuivant, l'homme aux cheveux verts !

NON, ON PEUT PAS, CHACUN SA BARQUETTE !

Mes talents de tireuse d'élite sont apparemment valables pour le lancer de chat stupide ! Que j’envoie, armée de son gilet de sauvetage à une allure considérable percuté l'homme qui se retrouve projeté hors de la barque.

Quelle petite idiote, il aurait peut-être fallu que je la balance à l'eau pour ne pas l'avoir sur le dos pendant la finale..

À peine cette pensée terminée qu'un vieil homme avec des cheveux gris, pour le peu qui lui en reste sur le caillou dépasse Bastet assez rapidement, chaque coup de rame qu'il donne, donne une incroyable accélération à sa barque, à peine dépasse-t il Bastet, qu'il regarde vers la ligne d'arrivé. En constatant qu'il est deuxième, il reprend une allure normale et me suis jusqu'à la ligne d'arrivé. Bastet arrive troisième et l'homme aux cheveux verts est éliminé, mais ce vieux aux huit tifs sur l’crâne me fait peur !
http://www.onepiece-requiem.net/t19175-sakina-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t19251-fiche-sakina
avatar
Sakina

♦ Localisation : Zaun

Feuille de personnage
Dorikis: 1852
Popularité: 42
Intégrité: 20

Ven 15 Déc 2017 - 13:26

Une pause nous est accordée pour reprendre notre énergie. Un petit sandwich aux oeufs et une petite tente avec une table nous est entièrement réservée a nous les finalistes.

Bon ok, ce sont des sandwichs aux oeufs sûrement fait par mémère et la table titube. Sans compter les trous dans la tente, encore bien qu'il ne pleut pas. Mais si on ne prend pas tout ça en compte, ça fait plaisir ! Le vieil homme vient manger son sandwich avec nous, à la table des finalistes et entame la conversation.

Bonjour, mesdemoiselles hé, hé ! Vous allez bien, moi c’est Henri !

Bien et vous monsieur ?

Bien aussi !

Bien, bien, dites-moi demoiselle, je navigue depuis longtemps et je manie les chaloupes comme personne, ces petites barques, c’est un jeu d'enfant pour moi vous comprenez ?

Si vous tentez de me provoquer pour que Bastet vous frappe et qu'elle se fasse disqualifier oui je comprend et j'hésiterais pas à lui donner l'ordre !

Hein ?

Dit ma charmante compagne d'un ton interrogatif avec une once d'incompréhension.

Non, c’est pas du tout ça, je veux juste vous donner la possibilité de gagner contre moi, hé, hé, hé, hé, hé, hé !

L'homme finit sa phrase en sortant un mouchoir et en le mettant devant son nez.

Je vous écoute ? Comment on pourrait faire, j’ai vu la puissance de vos coups de rame, elle est incroyable...

C’est simple, il suffit de faire, FLAP, FLAP !

Flap, flap ?

Flap, flap qu'est-ce que c’est ?

Toi t'es peut-être un peu jeune, mais vous mademoiselle, flap, flap !?

La fin de sa phrase accompagnée d'un mime, me laisse très bien imaginer ce qu'il entend par "flap, flap". Quelle foutu pervers, même pour de l'argent il est hors de question que ma poitrine vienne dorloter la tête d’un vieux crâne d'oeuf comme-lui !

PIF, PAF, POUF !

Avec ces coups sur la tête il y verra beaucoup moins claire ce vieux type, quelle arrogance, non mais t’as vu ça Bastet sérieusement !

La rage de vaincre ce vieux chnoque, je sors de la tente, frustrée et en même temps alimentée par cette envie de meurtre, je me dirige à nouveau vers un endroit isolé avec Bastet pour parler stratégie.

Faut même pas attendre d'arriver à la moitié du chemin pour couler ce vieux chnoque, j’ai un plan parfait ! Écoute-moi bien....

Chuchotement...

Tout ce qui compte, c’est gagné ! Bonne chance !

Nous voici sur la ligne de départ chacun pour la troisième fois, prêt a disputée notre dernière manche. Le forain commence le décompte dans le haut parleur, tous les spectateurs sont sur le départ pour voir le début et l'arrivée de cette finale.

Trois, deux, un... Partez, PAN !

Nous avons tous trois choisis la droite de la piste pour commencer, l'homme nous devance vite de quelques mètres, quant à moi je suis dernière, le plan l'oblige ! Le regard qu'il nous lance en rament est à la fois haineux pour les bosses sur la tête qu'on lui a faites et à la fois effrayant, comme quand un vieux pervers te déshabiller du regard.

Il entre dans le premier tournant, c’est là que le plan commence. Et c’est à Bastet de jouer !

MONSIEUR HEENNRIIIIIII !!! YOUHOU !! ATTENDEZ !

Le dégarnis ralentit avant de rétorquer à Bastet une fois plus proche.

Qu’est-ce qu’il y a fillette ?

Je sais que je suis jeune mais moi, je veux bien essayer de faire flap, flap, pour gagner...

Les joues rouges, un air enjôleur. Elle m'étonnera toujours, pourtant je l’ai jamais vu avec des chats mâles auparavant... L'homme a une réaction physique exagérée, devenant rapidement et entièrement rouge, tout en épongeant le sang qui coule hors de ses narines avec un petit mouchoir en tissu qu'il semble avoir toujours sous la main.

Euh oui, oui ok comment on fait après la course ?! Euh, euh... Maintenant ???

Bastet arrive déjà à hauteur de la barque de l'homme et le rejoint dans la sienne.

Maintenant !

Bastet prend le vieil homme par sa main qui tremblote d'excitation et tire pour qu'il se lève, l'homme satisfait par Bastet et son style félin, se laisse hypnotiser et à peine debout Bastet le jette à l'eau près de son ancienne barque. Elle attrape les rames et reprend la route à toute vitesse, quant à moi je double l'homme qui remonte de la barque de Bastet. Un cri de rage parvient jusqu'aux oreilles de tous les spectateurs!

NON, LES RAMES, C’EST PAS DU JEU DE JOUER AVEC UN PAUVRE VIEUX COMME ÇA !!!!

L'homme à peine monté dans la barquette de Bastet repart vers l'arrivée et se voit obligé d'abandonner la course. Je dépasse Bastet qui semble vouloir s'arrêter là, sûrement en sachant que la victoire est maintenant certaine. Je remonte paisiblement le courant suivant la trajectoire habituelle, le drapeau m’est remis et je me replace sur le courant descendant. Je me tourne dans ma barque de façon à voir les gens qui m'acclameront sur la ligne d'arrivé, quand au tournant, avant la dernière ligne droite, j'aperçois Bastet ramant à toute vitesse, seule sa tête est tournée vers moi. Elle est en plein dans ma trajectoire et le regard hostile qu'elle me lance, cet éclat dans les yeux ! J'ai plutôt intérêt à l'éviter et à la jeter à l'eau comme l'autre fois si elle tente quelque chose contre moi. J'ai pas ramé tout le chemin pour me faire voler la victoire par une tricheuse !

Avec difficulté je parviens à changer ma trajectoire mais Bastet semble chercher la collision à tout prix. Ma barquette va vraiment vite et le choque sera au moins aussi fort que tout à l'heure. Mais si elle veut finir à l'eau, je me ferais un plaisir de l'y envoyer !

Ma barque tape contre la sienne, moins d'une seconde plus tard, je l'entends déjà atterrir sur le pont de mon petit navire.

T'es sûr que tu veux jouer ce petit jeu là ? Tu peux encore retourner sur ta barque et retourner à la ligne de départ, je gagne la course donc tout est ok..

Non, t’as dit que la seule chose importante, c'était d'arriver première ! Je compte bien monter en haut du podium devant tous ces misérable humains, AH, AH, AH, AAH !

Elle a complètement débloqué, je la savais pas si joueuse que ça. Je dois agir et vite, contrairement à la dernière fois, elle se tient sur ses gardes, prête à se battre pour le contrôle de ma barque. Je me redresse et tente de la balayer de ma main droite, mais elle esquive en s'abaissant et se relève aussitôt pour se retrouver dans mon angle mort !

Perdu !

Bastet me pousse avec un grand sourire et PLOUF me voilà dans l'eau.

NNOOOOOOONNNN !!!!!!! Tu vas voir ce que je vais te faire quand je t'aurais mis la main dessus ! Espèce de ....

Bastet s'éloigne, mes injures l'accompagnant. Elle arrive sur la ligne d'arrivé et se fait accueillir par les quelques spectateurs restant et les organisateurs du concours, le vieil homme est déjà sur la troisième marche du podium en train de.... Dormir.. Une épreuve comme celle-ci a sûrement fatigué ses vieux muscles ! Une fois arrivée à la nage au début du concours un essuie met donné et les organisateurs m'emmènent moi et Bastet rejoindre le vieil homme.

Bastet est tout sourire, quant à moi je suis remplie de haine, j’ai mal aux bras à force d'avoir ramé et je suis toute mouillée. C’est pas l'envie qui me manque mais je ne peux pas me venger de suite, pas devant tous ces gens. Je mets les deux poings en poche et nous rejoignons enfin le podium où l'injustice de ce monde m’a fait finir sur la deuxième place. Une photo souvenir est prise et les lots nous sont enfin offerts !

Pour le troisième finaliste, un matériel de plongé complet qui lui permettra de rester sous l'eau autant qu'il le désire tant qu'il est chargé en air !!! Félicitations !

Pour la deuxième finaliste, pour la même pratique, un sub dial venant d'une île de Grand Line ! Ce coquillage vous permettra une autonomie d'une trentaine de minutes sous l'eau et se recharge simplement en le laissant à l'air !!! Félicitations !

Et pour la grande gagnante de ce concours !!!


Roulement de tambours tendis que deux, trois personnes du public huent Bastet, sûrement des victimes de l'épreuve, naturellement je me joins à eux ! Huant Bastet qui se tient juste à côté de moi sur le podium.

Voici un loge pose !!! Il vous permettra de naviguer sur la route de tous les périls !! Je parle de Grand Line bien sûr, grâce à ce petit bijou qui emmagasine le champ magnétique des îles de Grand Line naviguer sur la plus dangereuse des mers deviendra possible!!! Prenez garde à revenir en un seul morceau, si vous partez l'essayer, AH, AH, AH !!

Le concours est terminée ! Merci à tous les participants pour l'énergie que vous avez mise dans le jeu, la semaine prochaine il y aura d'autres lots aussi intéressant à gagner !! N'hésitez pas à venir jeter un coup d'oeil ! À bientôt et bonne fin de journée à tous !

Le rideau se ferme sur ses belles paroles.

J'en oublie même le sale coup de Bastet, autant d'effort pour de si petits lots... J'ai du mal à croire que ça vaut cinq millions de berrys ce petit truc. Sans parler du coquillage que j'ai entre les mains qui me semble affreusement banal, je vois vraiment pas comment je peux respirer avec ce truc..

Regarde Sakina j'ai un loge pose et pas toi !

Euh tien je te le prête si tu veux ?


Mon regard d'assassin calme Bastet bien vite, ce qui me gène c’est pas qu'elle soit arrivée première et moi deuxième, non, se sont les lots. Personne va vouloir me racheter ça cinq millions et j'ai juste l'impression d'avoir dépensé mon énergie pour rien. Sans parler de mes illusions sur le gros lot, qui était "soit-disant" pour moi..

On rejoint l'hôtel dans le calme le plus total, après le repas du soir, on rejoint notre chambre et je me couche, observant une dernière fois mon coquillage ''magique'' avant de fermer les yeux pour de bon.
http://www.onepiece-requiem.net/t19175-sakina-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t19251-fiche-sakina
avatar
Sakina

♦ Localisation : Zaun

Feuille de personnage
Dorikis: 1852
Popularité: 42
Intégrité: 20

Ven 15 Déc 2017 - 13:30


*Le lendemain matin*

Pulu pulu pulu, Gatcha!

Oui Sakina chasseuse de prime, vous venez de me réveiller, que puis-je faire pour vous ?

Mademoiselle Sakina, c’est monsieur Calamar, il y a eu un problème hier ? J’ai vraiment besoin de vous, on pourrait re-fixer un rendez-vous ?

Rien que l’entendre me glace le sang, en plus le matin ! Ils ont l’air dotés d’une intelligence eux aussi, enfin, je crois. Je dois absolument faire quelque chose contre cette phobie !!

Je suis désolée monsieur Cala.. monsieur. Je suis tombée malade et je suis à l'hôpital, je saurais plus m’occuper de votre voisin. Bonne journée, je dois vous laisser l’infirmière arrive !

Gatcha.

Ah j’ai réussi à combattre ma phobie, je suis assez fière de moi. Je voulais raccrocher de suite au début, ça aurait été mal polis !


Fier de moi, je retourne aux pays des rêves encore quelques heures...

ZZZzzzzz ZZZzzzzz
http://www.onepiece-requiem.net/t19175-sakina-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t19251-fiche-sakina
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1