AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Un entraînement osé

Ragnar Etzmurt
Ragnar Etzmurt
♠ As de la révolution ♠

♦ Localisation : West Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 7920
Popularité: +877
Intégrité: -481

Ven 29 Déc 2017 - 20:25



Le lendemain de mon réveil, je décide d’exécuter les recommandations de Suelto. Pour cela, il faut que l’utilisation mon logia soit inutile. Et pour cela, il me faut un détenteur du haki. De préférence, un type qui ne soit pas là pour me tuer, plutôt pour me former. Je tenterai bien de retrouver mon bourreau mais le risque est trop grand. Qui, à disposition, maîtrise le haki ? Pas grand monde à bord de l’équipage, voire personne.

Une idée me vient.

La finale jouée contre l’ancien champion. Il maîtrisait parfaitement bien son haki. Retrouver l’un des types les plus puissants de cet endroit ne devrait pas être trop difficile. Il ne sera probablement pas très heureux de me voir, m’enfin. C’est pas comme si j’avais d’autres solutions. Je dois être confronté à la dure réalité et ce logia me restreint pas mal pour ça. L’ancien champion, hein ? Le meilleur endroit pour avoir des informations n’est autre que la taverne. L’avantage sur Dead End, c’est qu’on a l’embarras du choix.

La brise - assez fraîche - du matin qui vient basculer mes cheveux vers l’arrière, vient me rappeler que la journée commence à peine. Alors plutôt que d’aller dans les tavernes probablement fermées, je vais me diriger vers les commerces qui sont probablement en train d’ouvrir. Dire que tant de choses se passent ici. Des choses que le gouvernement ne peut que suspecter. Je suis bien ravi qu’une telle île existe. Et croyez-moi, ce type du gouvernement n’aura pas la chance de retourner chez lui et faire son rapport à ses supérieurs.

« - Bien l’bonjour mon brave ! dit un homme alors que je me figeais devant son étable de fruits et légumes. Qu’est-ce qui t’amène par ici à une heure si matinale ?
- La fraîcheur de vos produits, m’sieur. rétorqué-je en flairant une orange que je venais de saisir. Ces oranges me rappellent celles de Cocoyashi.
- Att… Attends, gamin. T’es en train de me dire que tu viens des mers bleues ?
- Tout juste.
- Ce voyage a dû être extrêmement éprouvant… Que tu sois en vie tient du miracle.
- J’ai probablement eu beaucoup de chances, oui. Et des compagnons de qualités.
- Tu ferais mieux de quitter cette île, elle n’est pas faite pour de jeunes voyageurs tels que toi.
- J’y compte bien. Avant ça, j’aimerais savoir où se trouve l’ancien champion de l’arène.
- Serais-tu fou mon grand ? Pourquoi vouloir trouver un type pareil ? Fuis ! insiste-t-il avec de grands gestes de bras.
- Ah ? Ne vous inquiétez pas, c’est moi qui l’ai destitué de son rang.
- Qu.. Qu… Quoi ?… QUUUUUUOOIIIIIII !!??? une voix terriblement aiguë s’en dégage.
- M’sieur. Vous n’pensez pas qu’il est un peu tôt pour ce genre de réaction ?
- Tu… Tu es Ragnar, l’As de la révolution ?
- En personne.
- Moi qui t’ai pris pour un simple touriste. dit-il en se grattant les cheveux, presque en s’excusant.
- Savez-vous où se trouve ce mec assez effrayant ?
- Tu le trouveras dans une des cavités les plus reculés de l’île? Là-bas, on dit qu’il ne vit qu’avec le stricte minimum, probablement une petite fabrication.
- Un ermite ? Intéressant.
- Paraît-il qu’il n’apprécie pas trop les visites. Je ne connais personne qui en soit revenu.
- J’repasserai vous prendre des fruits, n’vous inquiétez pas. D’ailleurs, j’peux vous en piquer pour la route ?
- Sers-toi mon brave, sers-toi… presque désespérément. »

Je me sers sur son étable, quelques oranges et pommes, puis je m’en vais le remercier généreusement. Une cavité reculée ? En m’y rapprochant suffisamment, je pourrais probablement le retrouver grâce à mon empathie. Il n’y a plus qu’à traverser toutes ces vieilles ruelles puantes, me rappelant étrangement mon passé de clochard où je longeais celles-ci en quête de nourriture. C’est probablement pour oublier ce passé que je les déteste à présent.

http://www.onepiece-requiem.net/t14066-ragnar-etzmurthttp://www.onepiece-requiem.net/t14120-ragnar
Ragnar Etzmurt
Ragnar Etzmurt
♠ As de la révolution ♠

♦ Localisation : West Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 7920
Popularité: +877
Intégrité: -481

Ven 5 Jan 2018 - 1:28



Je pénètre dans l’entre du monstre. Le lieu est effectivement à l’abri des regards indiscrets, je n’irais pas m’y balader personnellement. À quelques mètres d’ici se trouve bien quelque chose ressemblant à une petite cabane, et à l’intérieur de cette cabane, j’y entrevois une silhouette et ce qui ressemble probablement à un feu de cheminée. Il s’agit sans doute de son petit-déjeuner. J’approche sans trop me prendre la tête vers cette petite cabane et frappe à la porte. C’est alors qu’une voix assez puissante prend la parole et me met en alerte.

« - Que viens-tu faire ici, étranger ?
- J’ai b’soin de toi pour un p’tit service.
- Si je suis aussi loin de la ville, c’est justement pour ne rendre de service à personne d’autre que moi.
- Même pour celui qui t’a épargné lors de notre combat ?
- Ragnar ?… Il n’y a qu’un fou pour oser venir jusqu’ici. »

Je rigole comme un pauvre abruti embarrassé.

« - Que puis-je faire pour toi ? reprend-t-il rapidement.
- J’aimerais que tu m’entraînes à la maîtrise du haki.
- Hm ? As-tu réellement besoin de moi pour cela ?
- J’ai b’soin d’un mec suffisamment fort pour me donner la vision de la mort.
- T’es vraiment fêlé, Ragnar Etzmurt.
- C’pas comme ça que tu as fait ? demandé-je étonné, en me tenant le menton.
- Pas tout à fait. Pas du tout. J’étais en colère. Je voulais briser l’armure d’un mec, j’étais si en colère, j’avais une telle envie de le détruire, que mon poing est devenu plus solide que son armure. Après, j’imagine que ça varie d’une personne à une autre.
- J’avais senti la mort.
- Donc tu l’as éveillé ?
- Yep. Alors qu’un type allait justement me tuer.
- Je ne risque rien en trainant avec toi ?
- Nope. La personne doit être en convalescence grâce à un ami et aucune personne n’a été attaqué au sein de mon équipage. Ce type s’intéresse seulement à ma tête.
- Un chasseur de prime ?
- Je ne crois pas… Plutôt un agent du gouvernement.
- C’est le pire scénario possible. Au-delà de ta misérable prime, ce qui t’a donné la possibilité d’agir tranquillement, si le gouvernement te traque t’es foutu. Putain. Même sur Dead End on est pas en sécurité. dit-il énervé, presque effrayé, en tapant le mur.
- T’as peur ?
- J’étais révolutionnaire à l’époque. De nombreux amis se font tuer par ces types du gouvernement, alors j’ai tout quitté sans prévenir, laissé pour mort. On m’a traqué jours et nuits, c’était invivable. J’ai tenté de les affronter mais j’ai failli y perdre la vie, et je me suis planqué ici, incognito. »

Je comprends mieux ses craintes. Malgré ce qu’il m’annonce, je ne lui en veux absolument d’avoir quitté la révolution, c’est pour sa sécurité qu’il l’a fait. Cette situation n’est pas comparable à celle de cher Clotho… Son secret sera gardé et je ne compte pas l’éliminer. Notre secret n’est pas en danger.

« J’comprends. T’es d’accord pour m’entraîner et me permettre de mettre fin à la menace présente ici ? »

Il réfléchit quelques instants avant d’accepter. Il me double et me fait signe de lui suivre en-dehors de la cavité, afin de ne pas l’endommager. Il est vrai qu’elle reste son domicile malgré tout. Alors nous sortons juste devant, sur un terrain totalement basique, obscure du fait que nous sommes éloignés de la lumière, entouré des parois du volcans qui se rétrécissent ici.

« Bien. Je te propose de retirer tout ce qui n’est pas utile au combat à mains nues. »

De son côté, il retire intégralement son armure, à croire qu’il dort avec l’enflure. Et malgré tout, sa musculature est toujours aussi impressionnante. Je dépose tristement Divinité. Il m’explique qu’on va simplement se battre. Je peux utiliser mon logia, mon haki de l’empathie, mais à terme je me ferais probablement casser la gueule par ses poings. Il me précise qu’il ma sous-estimé lors d’une tournois, et que son armure est volontairement lourde, lesté, pour perfectionner ses aptitudes physiques. En d’autres termes, le type qui se tient devant moi et bien plus balèze que celui que j’ai affronté.

Il démarre une course un peu trop rapide à mon goût. Pour freiner celle-ci, je balance aussitôt un direct du droit en direction de son direction, alors que ce dernier balance son front concentré en haki contre mon poing, qui le repousse vers l’arrière. Sa course n’est en rien arrêté. Il profite de l’ouverture créée par son contre pour m’infliger à son tour un puissant direct du droit. Le coup me projette sur un ou deux mètres, laissant couler un filet de sang. Putain. Un coup de haki fait vraiment mal. Encore plus douloureux que celui de l’agent.

« Quatre… Trois coups comme celui-ci et tu seras hors-combat. dit mon entraineur, stoïque. »

Il n’est pas du genre à se vanter. C’est clairement pour m’envoyer un message. Dans trois coups, s’il était un adversaire, je serais probablement mort ou capturé. Je me relève alors tout doucement en essuyant la filet de sang. Comme je le pensais, il est bien trop rapide pour que je suis puisse anticiper ses mouvements comme je le voudrais. Le haki m’est presque inutile. Je ne parle même pas de mon logia.

Sans perdre un seul instant de plus, il revient à la charge. Je suis rapidement acculé par ses nombreux coups, que j’esquive in extremis à chaque fois, sauf que je recule sans arrêt. Je tente désespérément de le faucher pour le déséquilibrer, mon tibia fauche un mur qui ne bouge, je suis finalement celui qui est en déséquilibre. Deuxième poing dans le gueule, deuxième envol, je ressens les secousses dans ma tête. Ça secoue de plus en plus fort.

« Un dernier coup comme celui-ci, c’est ton équipage en plus de toi qui périssez ici. »

Ça commence à sérieusement me gonfler. Et en même temps il a raison. Merde ! D’un côté, j’enrage à l’idée d’être aussi inefficace. Et de l’autre, j’enrage à l’idée que dans une situation réelle, si un type me défonce, c’est mon équipage entier qui se défoncer derrière. Et dieu seul sait le nombre d’hommes dont je dispose actuellement pour cette mission particulière. Je n’en démords pas. Je me relève en essuyant une nouvelle fois ma bouche ensanglantée.

Il charge une énième fois.

Et là, le monde s’arrête autour de moi puis, l’instant suivant, je suis comme téléporté dans mes souvenirs. Jaya, sur le navire du supernova affronté, Maria, moi qui tombe à l’eau, avec comme seul souvenir les larmes de ma nakama. Puis toujours sur Jaya, maison de campement de Suelto, qui m’a piégé dans un trou rempli d’eau de mer, le regard meurtri par la disparition de son amie. Mes deux meilleurs amis anéantis par mes erreurs…

Retour à la réalité.

« Meeeeeeerde ! Noooon ! Pas encore ! hurle-je de toute mes forces, comme un abruti. »

J’imagine le supernova, Kitsuba Gobaku, qui me cause tous ces cauchemars. Alors je tape comme un abruti. Je pare ces attaques les unes après les autres, je tente de contre-attaquer… Je ne parviens pas à grand chose d’efficace malgré tout. Comme sur Jaya lors de notre affrontement, nos niveaux sont sensiblement identiques. Et pourtant, le temps d’un seul et unique déplacement, il prend l’ascendant sur moi et me fout une sacrée trogne.

Je m’écroule violemment au sol. Et bizarrement, je reprends mes esprits. Je revois mon coach du jour, torse-nu et massif, se tenant fièrement au-dessus de moi. Pendant tout ce temps là, j’imaginais combattre un type qui n’était pas lui. Depuis l’intégration de mon fruit maudit, j’ai des étranges capacités imaginatives… C’en est presque effrayant.

« - Ragnar. Là, lors de ce dernier échange, que s’est-il passé ? demande-t-il sérieusement.
- Euh. Bah j’pensais à un mec que je veux absolument démolir, avec l’envie d’empêcher qu’il détruise mes rêves et ceux de mes camarades…
- T’as trouvé la source de ton éveil. Ce type qui déclenche en toi une forte émotion et ceux à qui tu veux permettre de rêver. Tout le long de cet échange, tu as contré mes coups avec le haki de l’armement. »

Moi ? J’ai réellement fait ça ?

http://www.onepiece-requiem.net/t14066-ragnar-etzmurthttp://www.onepiece-requiem.net/t14120-ragnar
Ragnar Etzmurt
Ragnar Etzmurt
♠ As de la révolution ♠

♦ Localisation : West Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 7920
Popularité: +877
Intégrité: -481

Ven 5 Jan 2018 - 19:27



« C’est la première étape. Mais comme tu t’en doutes, on ne peut se contenter que de l’éveil. C’est trop irrégulier et tu es obligé d’aller dans tes derniers retranchements. Maintenant que c’est encore frais, on va enchaîner. »

Sans dire un mot, il se met face à un gros rocher et le fixe intensément. Et avec une facilité déconcertante, son bras droit tout entier se recouvre de haki, le plus naturellement possible. Je sais ce qu’il va faire, et pourtant, je reste ébahi par ce spectacle. Il arme son bras vers l’arrière, puis il enclenche une phase d’accélération, qui se finit contre ce gros rocher, à présent fendu en deux. Son bras en ressort indemne. Il se retourne vers moi.

« Maintenant, c’est à ton tour. Je ne te mettrais pas la pression. Comme je te le dis, c’est encore frais, alors ressens tes dernières, ressors naturellement ces sensations qui te rongent intérieurement. »

Aussitôt, je me mets face à un rocher, l’un parmi tant d’autres ici. J’arme mon bras et ferme les yeux. Allez savoir pourquoi, j’imagine que ce rocher est celui qui m’empêche d’accomplir mes desseins, et que si je ne deviens pas plus dur que celui-ci, c’est la fin de tout. Mon poing aussi solide que… Non. Plus solide que le rocher. Mon poing doit être celui qui porte tous les espoirs de mes camarades. C’est ça. C’est ça le secret.

J’ouvre de nouveau mes yeux en balançant ce direct du droit qui, sans aucune once de crainte dans mon regard, s’écrase violemment contre ce gros rocher. Deux possibilités : soit j’ai fendu le rocher en deux, soit ma main est broyée. Mais je ne ressens aucune douleur. Le nuage de fumée se dissipe tranquillement, et c’est mon poing enfoncé sur quelques centimètres de profondeur, recouvert de haki, que j’aperçois en pleine forme. La troisième possibilité est que je puisse utiliser le haki, mais pas à la puissance espérée.

« Bien. Comme tu le vois, y a du boulot. Si tu parviens à utiliser le haki régulièrement de cette manière, c’est déjà cool. Maintenant, il va bien évidemment falloir augmenter la puissance et la portée de ton haki. L’éveil est une chose, la régularité une autre, et la maîtrise encore une autre chose. »

Puis je le vois me regarder avec insistance.

« N’essaye surtout pas de lire en moi avec ton empathie ou je te tue. Détruis-moi ce rocher uniquement avec l’armement, et si possible en un minimum de coups. »

Reçu cinq sur cinq. Ma limite actuelle est d’un membre de mon corps à la fois, et pas totalement. Alors je me concentre quelques instants, j’inspire, j’arme mon poing, puis j’expire avant de frapper comme un malade. Parallèlement, j’effectue ce même travail mental sur l’imagination de mon poing et ce qu’il engendre sur les autres. Je frappe. Je frappe. Encore et encore, sans me soucier de ce qu’il y a autour. Je m’amuse même à changer de poing, à frapper avec mes pieds… Bon, c’est assez compliqué donc je le fais rapidement.

Et enfin… Le rocher est en miette. Je me remette plein de joie vers mon mentor, mais je comprends à son visage que ce n’est pas bon du tout. « 23 coups, c’est beaucoup trop. » qu’il me dit avec son intonation habituelle. Puis il fini par s’approcher de moi. Je ne sais pas ce qu’il attend de moi, je sens seulement la merde à plein nez. Je suis épuisé par cet entrainement, j’espère qu’il touche à sa fin parce que je vais réellement m’écrouler.

« Je vais te frapper. Un coup simple. Le but pour toi : parer ce coup en tapant dessus avec ton haki. Lorsque cela sera fait, tu pourras rentrer chez toi te reposer. »

C’est tout ? Ça m’a l’air relativement simple. Ce dernier arme simplement son poing, comme pour casser un rocher, puis il l’envoie aussi simplement vers moi. Du coup, plus rapidement, j’en fais autant. Je visualise mon poing dans ma tête - toujours avec ce processus - et tente de le parer en frappant à mon tour. La collision est assez impressionnante. Je sens une grande énergie émanant de son coup, si grande que je finis projeté d’un mètre en arrière.

« - Que s’est-il passé ? J’avais pourtant du haki aussi.
- Crétin… Le haki, c’est comme toute chose dans la vie, ça s’améliore. Crois-tu vraiment pouvoir affronter un amiral sous prétexte que tu as un haki ? Il t’écraserait comme une pauvre merde avec un seul doigt chargé en haki. Actuellement, tu es nul. Rentre. Va dormir. Réfléchis. Et là, tu pourras revenir demain matin. »

Sans me laisser le temps de répondre, il retourne dans sa grotte. J’en déduis que c’est réellement la fin de ce premier entrainement. C’est pas plus mal. Je récupère Divinité et je m’en vais à mon tour. Je suis complètement bousillé, c’était intense. C’est reparti demain pour une journée d’enfer.

http://www.onepiece-requiem.net/t14066-ragnar-etzmurthttp://www.onepiece-requiem.net/t14120-ragnar
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1