AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Un coffre trop attrayant

avatar
Sakina

♦ Localisation : Zaun

Feuille de personnage
Dorikis: 2466
Popularité: 74
Intégrité: 23

Dim 21 Jan 2018 - 22:22

Prenez garde à vous demoiselle, restez sur vos gardes !

Ces mots sont bien encrés dans ma tête, surtout au moment de mettre pied-à-terre. Le capitaine m’a prévenu de ce qu'il se passait sur cette île remplit d'après lui à plus de quatre-vingts pour-cents de fous. Des fous qui n'hésitent pas à risquer leur vie pour prouver que c’est eux les plus forts dans leur domaine.. Une île basée sur la loi du plus fort ou les faibles qui n’ont pas su s'imposer finissent en bas de l'échelle sociale. La violence est aussi régulière que les certains défis lancés pour comparer plus ou moins amicalement la force respective d'un ou plusieurs individus. En sachant qu'il doit impérativement avoir un plus fort à la fin et qu'il n'y a pas souvent d'arbitre.

Tout le contraire de Tanuki ou tout est calme et ou les rumeurs les plus folles parlent souvent de tableaux. Vous l'aurez compris, c’est un sacré dépaysement ! Mais je me suis habillée pour l'occasion, mon pantalon en cuir préféré ainsi que mon petit veston de la même matière, les motifs de camouflage ont coûté bonbon à mon père. Ce sont des vêtements qui ont une grande valeur sentimentale et plus important, je me sens vraiment libre dans ces habits qui ne me gênent jamais dans mes mouvements. Par-dessus une grande cape à capuche noire cachant ma ceinture pleine de munition, mon douze coups et mon doux visage.

Je croise quelques personnes sur le quai brumeux, il se retourne tous sur mon passage me reluquant de haut en bas. Bastet me suis sous forme de chat, prête à respecter les consignes à la lettre en cas de pépins. Je marche quelques minutes dans le port croisant pas mal de marins, beaucoup ont l'air impressionnants et ont une certaine musculature. Les cicatrices et le regard menaçant qu'ils ont ne donne pas envie d'aller leur demander conseil sur l'hôtel à choisir ou le meilleur resto du coin.

Un homme avec les bras croisés se tient à une dizaine de mètres devant moi, la moitié de son visage est tatouée de symboles tribaux, le crâne rasé, une musculature bien travaillée, cachée par un marcel moulant ainsi que cet air dans le regard qui dit, je vais te faire chier. Ma main est déjà sur mon gun et mon doigt sur la gâchette. Moi qui pensais que ce style mystérieux me ferait passer plus facilement.

Hè, c’est quoi c’te façon de se cacher. Ici on n’aime pas les curieux et on aime bien savoir à qui on a à faire !

Ne pas aimer les curieux mais l'être ? Il faut être débile pour sortir une phrase comme ça..

Les quelques personnes alentours regardaient plus ou moins discrètement jusqu’à ce que ma réponse leur arrive aux oreilles.

T.. T'as dit quoi là ? Hè, on n’aime pas les gros malins ici, même si t'es une fille, je vais te faire passer un sale quart d'heure si tu recommences. Enlève ta capuche vite fait qu'on voit à qui on a à faire maintenant !

Ma vitesse de marche n’a pas changé et j'arrive à un mètre de lui Bastet se déplaçant devant moi depuis quelques pas, l'homme lève sa main jusqu’à arriver à hauteur de ma capuche. Mais avant qu'il puisse l'atteindre, ma compagne féline change de forme et agrippe le poignet et le cou de l'homme au marcel, plantant quelques centimètres de griffes dans sa chaire. Ma main et son gun sortent de ma cape au même moment et en moins d'une seconde le bout de mon canon vient se poser délicatement sur la tempe de notre rabats joie.

T’as affaire à des tueuses, écarte-toi.

L'homme s'exécute sans aucune résistance, quant à Bastet elle reprend sa forme initiale. Je range mon arme et les quelques personnes observant la scène retournent à leurs activités. Quelques minutes plus tard je suis enfin sortie du port, les gens ont l'air moins sur les nerfs en ville, ils ont toujours l'air d’y aller à fond mais moins de personnes prêtes attention à moi. J'arrive enfin à l'adresse qu'on m’a donné, prête à rencontrer mon débiteur de la journée.

Driiiiing !

La porte s'ouvre assez rapidement, un homme m'ouvre et je peux sentir qu'il est puissant, bien plus que le type au port. Son costume noir et ses lunettes de soleil rendent le personnage mystérieux et flippant en même temps.

Bonjour, Sakina je suppose ?

Oui c’est ça.

Bien suivez-moi, votre collègue est déjà là, on vous attendait. Le chat reste dehors c’est pas pour les bêtes ici.

Ok pas de soucis, tu restes ici Bastet, je reviens !

Collègue ? On m'a jamais dit que j'aurais un collègue... Je traverse un couloir blanc et totalement vide, j'arrive devant une porte qui semble légèrement blindée et l'homme en noir appuie sur un interrupteur à côté de la porte.

Biiiiiiiiiiip biip !

Entre Patrick, ne faisons pas patienter nos invitées plus longtemps !

La porte s'ouvre d'elle-même, si, si je vous jure, c’est la première chose que j'ai regardé une fois dans la pièce et personne ne l’a non plus refermé. Truc de fou. Bref, la décoration est assez originale, dans le fond un bureau avec une grande pile de dossiers, derrière celui-ci plusieurs tableaux avec toutes sortes de gribouillis dessus. Sur ma gauche une grande table remplit de fioles, certaines à moitié pleines, d'autres à moitié vides. Sur la droite une espèce d'armoire en verre avec des gants à enfiler qui pendouillent vers l'intérieur, sûrement pour les expériences les plus méticuleuses. Au milieu de la pièce un homme vêtu d'une blouse blanche tachetée de rouge se tient devant une table ou un corps humain semble se faire autopsier.

L'homme aux lunettes m'amène près de mon supposé partenaire. La trentaine, des poings américains à ces mains et des bouclettes noires de vingt centimètres en guise de cheveux. Il est clair que la chance est de mon côté, entre un mec qui opère un mort, un gars habillé tout en noir ou lui il y a une grosse différence. Et devoir passer la journée avec un scientifique fou non merci !

AAAAAAAAAAHHHHHHhh, je vous attendais ! Je peux enfin commencer à travailler, vous savez j'aime bien travailler en parlant, ou sur des gens avec qui j'ai parlé, je suis plus détendu et j'obtiens de meilleurs résultats, dur à expliquer hein !

L'homme prend des outils, un ressemblant à un ciseau et l'autre à une petite scie circulaire, il fourre le tous dans le torse de l'homme sans vie, quelques giclées de sang sortent mais l'homme en plein travail à l'air imperturbable et lui couper la parole dans ces circonstances semblent inimaginables.

Lui par exemple, c'était mon cuisinier depuis cinq ans et maintenant il se retrouve sur ma table et je vais devoir le couper en petits morceaux, mais ne parlons plus de ça pour le moment ! Je vous ai tous deux appelé pour une mission. Alors oui, pourquoi pas demander à Patrick ? Sur Zaun, les gens se connaissent et tout le monde sait que j'ai obtenu quelque chose de précieux, si j'envoie Patrick tout le monde verra la transaction, tendis que si des étrangers livrent ce colis à ma place, personne les soupçonnerait et c’est exactement ce que je cherche !

L’homme force, comme s’il voulait extraire quelque chose du corps sans vie qui bouge sous la violente manipulation du docteur. CRAA, CRAAAA , CRAAAAAC ! Il jette un petit bout de côte au sol et continue à travailler.

Maintenant un autre problème se pose, si des étrangers s'occupent de cette affaire, il est clair qu'il risque de me voler. Donc COMMENT les en dissuader. J’ai beaucoup réfléchi à cette question et la réponse la plus correcte que j’ai trouvé est celle-ci. Venez voir, approchez-vous !

Après un court échange visuel l'homme aux boucles et moi-même nous rapprochons du scientifique et du corps autopsié.

Attention mettez-vous un peu plus sur la droite.

À peine quelques pas sur la droite effectués, qu'une giclée de sang passe juste à côté de moi.

Bien, venez voir de plus près, ici derrière toutes ces côtes que j'ai pré-coupé, comme vous pouvez le voir se trouve son coeur. Patrick vient enlever ces côtes que j'ai incisé s'il te plait.

L'homme s'approche en restant muet et d'une poignet, attrape les côtes pré-coupées et les arraches du torse de l'homme, il se dirige ensuite vers une poubelle où il les jette et reprend une posture imposante, les bras croisés, la main dégoulinante de sang.

Merci Patrick. Donc le coeur ! Dit-il en poignant dans cette petite boule, qu'il y a dans le torse du corps.

C’est un des organes les plus vitaux du corps et il est indispensable à la survie d'un humain/ Dit-il en coupent plusieurs tuyaux qui le retiennent à la poitrine de l'homme.


Si on vous l'arrache, vous mourez. Et c’est un peu mon métier, arrachez les coeurs, ou plutôt ma vocation. Allez viens là mon beau, je vais t'appeler Siri toi. /L'homme jette le coeur sur un plateau chirurgical après lui avoir jeté un petit regard complice et se tourne vers nous.

Votre mission est simple, PATRICK amène le petit coffre !!...  Amenez ceci de l'autre côté de Zaun à mon ami et collègue Rusten qui a besoin de son contenu pour réaliser une expérience. Je ne vous ai pas choisi au hasard, Sakina vous êtes douée avec une arme à feu à ce qu'il parait. Ditos, vous c’est le corps à corps. Vu que j’ai déjà travaillé une fois avec vous, c’est vous qui porterez ce coffre jusqu’à destination.

Bien monsieur.

Le scientifique remet le coffret fermé avec deux cadenas à Ditos. Le sang de l'homme sur la table recouvre le coffre, ce qui le rend beaucoup moins attrayant, mais toujours assez pour éveiller ma curiosité. J'ai toujours pas dit un mot et j'ai pas l'impression qu'il attende de moi que je parle. Tant mieux. Nos deux hôtes font vraiment froid dans le dos et Ditos semble d'un enfant de cœur à côté de ces deux-là, même avec sa musculature et sa cicatrice qui traverse latéralement son visage.

L'homme nous donne un petit papier avec l'adresse de notre destination. Un dessin explicatif, et un mot d'encouragement.

Lettre du scientifique:
 


Nous voilà bien vite raccompagné dehors par Patrick toujours la main ensanglantée. CLAC la porte se referme derrière nous et on fait quelques pas, Bastet nous rejoint et Ditos prend parole.

Alors tu t'appelles Sakina, tu viens d'où ?

BEUOUAAAAAR !

Bruit d'une personne qui vomit.

Ça fait bizarre la première fois hein, surtout pour une femme j'imagine ! Mais il paye bien t'en fais pas. Dix millions chacun pour une simple escorte, c’est pas rien !

Après avoir essuyé ma bouche et avoir respiré un grand coup profondément, on reprend la marche.

Ouai c’est sûr, comment on fait alors, je te suis de loin ?

Non t'inquiètes pas ha, ha, s’il y a quelqu'un qui vient je l'éclate, t'as qu’à me laisser faire et regarder. Je lui ai dit que je pouvais le faire seul mais, il a préféré prendre une autre personne au cas ou on croise 420.

420, c’est qui ?

Une folle, je l’ai jamais vu mais, il parait qu'elle est assez forte, toute façon ça change rien, même si c’est elle qui vient, tu me laisses faire et tu regardes ok !

Ok, Ok.

Ditos semble être fier de sa force, les cinq premières minutes de marche, il les passe à me dire qu'il a pas besoin de moi et que seulement avec sa gauche il peut éclater n'importe qui sur Zaun alors qu'il est droitier. Il est ennuyant et franchement très hautin.


Pnj utilisés:
 


Dernière édition par Sakina le Mar 30 Jan 2018 - 17:39, édité 2 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t19175-sakina-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t19251-fiche-sakina
avatar
Hotaru


Feuille de personnage
Dorikis: 1300
Popularité: 35
Intégrité: 19

Lun 22 Jan 2018 - 16:21

Hotaru descend du bateau qui l’a mené sur Zaun. Le voyage n’a pas été de tout repos, elle a beaucoup stressé par sa mission en arrivant sur l’île. Et oui, notre rouquine a rejoint l’équipe de la brune au flingue et son chat humain.

Avec cinq minutes d’écart entre le duo et Ru, elle arrive sur le port, il n’y a que des marins et à la manière dont il la dévisage et dont ils ont regardé Sakina et Bastet avant elle, ils ne doivent pas apprécier les nouvelles têtes. Pour éviter qu’on la reconnaisse de trop par la suite et pour ne pas qu’elle reste ancrée dans les têtes des gens de l’île, elle s’est teint les cheveux couleur châtain. Elle a mis toutes les chances de son côté pour qu’on lui fiche un peu la paix.

Plantée comme un piqué sur la terre ferme pendant que Sakina et Bastet avance déjà à bonne allure, Hotaru sort de sa rêverie après s’être fait bousculer par un homme qui descendait du pont. Elle se rend compte qu’elle se fait distancer et se dépêche de rattraper son retard. De plus elle ne souhaite pas perdre son temps dans un port aussi lugubre.

Elle n’avait pas pensé chercher son père ici, mais lorsqu’elle avait étudié les Blues, elle avait rapidement lu ce que l’on racontait sur cette île. Des gens peu accueillant et qui aime se battre, la marine qui n’est pas vraiment présente et cet aire pourrit par la pollution, habituée à son aire pure, Hotaru a l’impression de ne pas respirer normalement, comme si elle allait suffoquer.

Contrairement à l'attirail de camouflage de Sakina, Hotaru a simplement opté pour des habits noirs et marrons, histoire de paraître naturelle, son katana camouflé dans son dos grâce à un manteau mi-long et sa petite dague dans l’une de ses chaussures. Elle porte aussi le collier de son père, on ne sait jamais, si quelqu’un le reconnait, il pourra peut-être lui en dire plus sur son père, même si ce n’est pas le but ici.

AH ! Déjà des ennuis ? Hum... J’ai intérêt à faire gaffe, au moins moi j’ai pas voulu me la jouer trop discrète...

Une dizaine de mètres plus loin Hotaru voit un marin en train de parler à Sakina et vue sa tête, il a l’intention de lui chercher des noises. La rouquine continue de marcher comme si de rien n‘était et bien vite elle voit que la brune prend le contrôle de la situation arme en main et toutes griffes dehors.

Les personnes autour regardent avec un petit intérêt la situation, si une bagarre se déclenchait, ça leur ferait un bon divertissement et un moyen de faire une pause dans leur travail. Hotaru remarqua qu’ils furent très déçu en voyant le gros colosse aux airs de bad boy mettre la queue entre les jambes pour laisser passer ses compagnes.

Pour éviter la même situation la rouquine bifurque légèrement et continu sa route. La ville n’est pas beaucoup mieux qu’au port moins de brumes, mais l’air n’est pas meilleur. Les gens semblent moins faire attention à Hotaru, peut-être parce qu’il y a plus de personnes et qu’ils sont tous très occupé, c’est vrai que sur les quais la moindre personne qui débarque a toutes les chances qu’on la repère.

Notre jeune sabreuse continu de suivre de loin ses amies, elle observe les gens qui l’entourent, ainsi que les habitations un peu délabré et remarque l’insalubrité de la ville dans laquelle ils vivent.

Quelle horreur, pas étonnant que les gens ont envie de se taper dessus et qu’ils soient si peu accueillant. La ville est sale, j’aimerais pas y vivre, clair que j’aurais pas mis les pieds ici, si j’avais pas été avec Sakina et Bastet.

Pour confirmer ses pensées, une bagarre se déclenche juste à côté d’elle, à une demi-seconde près, si elle ne s’était pas écartée grâce aux cries de rage d’un des deux adversaires, elle se ramassait un poing dans la figure. Elle ne savait même pas comment un tel combat avait pu se déclencher, mais entendant les gens autour d’elle, elle comprit que l’homme qui a frappé le premier possède une boutique d’arme à feux comme celui qu’il tabasse et que pour pouvoir obtenir plus de revenu et une meilleure boutique il doit prouver que c’est lui le plus fort.

Quoi de mieux que mettre son rival à terre voir hors jeu. Quelle idéaux saugrenue de prouver ses valeurs en tuant ses ennemis, quitte à se faire tuer. Hotaru ne s’attarda pas trop sur le combat pour ne pas perdre ses amies.

Dix minutes plus tard, elle arrive enfin à l’adresse et lorsqu’elle voit Sakina rentrer sans Bastet, elle est un peu étonnée. Elle décide de lui faire signe en sifflant une petite chansonnette que Bastet aimait bien entendre. La féline se hâtât de la rejoindre.

Bah qu’est-ce qui se passe ?

Rien, les animaux ont pas le droit de rentrer, de toute manière, elle doit simplement faire la réception du colis.

Ok, je retourne me mettre un peu plus loin, on sait jamais.

Bastet inclina la tête en signe d'acquiescement. La rue dans laquelle se trouve la rouquine ne comporte aucun bar, juste plusieurs maisons à intervalles différents. Heureusement pour elle, il n’y a personne, elle décide de se mettre contre le mur d’une maison, où elle distingue juste ce qu’il faut de la porte d’entrée de la maison ou se tient la féline.

Pendant ce temps, ru décide de lire le super livre que Papa Minoël lui a offert en plus du super dîné qu’elle a eu la chance d’avoir avec sa maman. Ce n’était pas du tout ça qu’elle avait pensé recevoir pour son Minoël mais bon c’est toujours mieux que rien et puis comme il n’a pas voulu lui donner un rond peut-être qu’avec ce manuel, la gestion pour les nuls, elle arrivera à mieux gérer pour gagner de l’argent et pleins d’autres choses.

Mais en voyant sa tête, il est clair que lire ce livre ne va pas être une partie de plaisir, ni encore d’appliquer ce qu’elle apprend.

Pouhhhh, c’est compliqué la gestion, en plus c’est chiant à lire. Moi qui me trouvais pas si mal organisée, bah j’ai l’impression de m’être gourée avec ce bouquin.

La rouquine complètement absorbée dans sa lecture, revient à la réalité quand elle entend la porte claquée. Elle lève la tête et voit Sakina ressortir avec un gros bras à ses côtés, elle la voit remettre tout son déjeuner du matin, cela mit un coup de stress à Hotaru. L’intérieur de cette maison n’a pas dû être des plus accueillante, elle ne voudra certainement pas y retourner pour avouer son échec et qu’elles repartent tranquillement avec le coffre. La mission n’allait pas être une partie de plaisir.
avatar
Sakina

♦ Localisation : Zaun

Feuille de personnage
Dorikis: 2466
Popularité: 74
Intégrité: 23

Mar 23 Jan 2018 - 10:21

Un jour il y avait quinze types devant moi, tu sais combien de coup j'ai dû mettre pour les calmer ?

Hum ?

Cinq, à chaque fois que je frappais dans le tas il y avait au moins trois gars qui tombaient. Je crois même qu'il y avait une ou deux meufs dans le tas mais bon, j'ai aucune pitié t’façon !

Ha ouai super, moi quand je touche quelqu’un, je le calme pas je le tus donc bon..

Éh, c’est moi qui raconte.. Puis c’est pas dur avec une arme à feu t’as franchement pas beaucoup de mérite, hormis la force qu'il faut pour lever ton arme je vois pas de quoi t'es fière. Enfin bon. Sinon l'autre jour j'ai rencontré trois hommes poissons et je les ai éclatés aussi, pourtant il parait qu'ils sont plus fort que les hommes, PFFFFFFFFF, foutaise j'ai juste dû leur mettre quelques baffes et après ils sont retournés dans leur putin de mer ces sales poiscailles.

J'espère que son ego est bien au-dessus de sa force sinon Hotaru va avoir du mal. J'ai pas envie de perdre ma couverture et me faire arracher le coeur par Patrick. Moi qui pensais avoir des doutes sur ce plan qui me place du côté des méchants... Je doute avoir des remords quand je vois les pauvres types avec qui je travaille... J’ai horreur des grandes gueules et rien que de l'entendre depuis deux heures là, j'ai envie de le buter, mais bon c’est le taf de la nouvelle. On va voir ce qu'elle vaut.

Dit on est qu’à mi-chemin et j'ai un peu la dalle en fait, puis des toilettes seraient pas de refus. Ça te dit qu'on fasse une petite pause?

On peut pas mais j'ai aussi besoin de pisser, t’façon tant que j'ai le coffre en main il ne risque rien. Un sandwich ça te va ? Je te l'offre parce que j'ai plein de thunes aussi, normal vu que je suis balèze. Mes patrons me payent toujours bien !

Un sandwich, parfait !

Au moins il m'aura apporté un déjeuner gratos dans une petite sandwicherie bien typique sur une des places de Zaun, le patron est habillé avec un marcel blanc, un jean bleu, il a aussi un petit béret et dit venir de Parisse dans le nouveau monde. Il clame faire les baguettes mieux que personne d'ailleurs, c’est mis sur la vitrine de son bâtiment, "les meilleures baguettes au monde, chaudes et croustillantes". C’est lui qui fait les sandwichs, j'espère que le mien sera aussi bon qu'il le prétend.

On prend place à une table pour deux personnes et une petite femme forte sous une frange brune, avec un calepin en main, vient prendre notre commande.

Salut Mamz'elle ! Moi je veux deux sandwichs omelettes et deux sandwichs au poulet avec un supplément de poulet dans les deux s’te plait !

Bien, vous mangerez tout sur place ou on doit en emballer ?

Je mangerais tous vos petits sandwichs, un grand gaillard comme moi ça n'en fait qu'une bouchée ! Ah ! Et mettez nous aussi de l'eau.

Bien et vous ?

Moi un Dagobert s’il vous plait !

La serveuse s'éclipse aussitôt et Ditos va "pisser", quand à moi j'attends qu'il revienne pour aller au petit coin avec Bastet qui s’est merveilleusement tenue calme. Après une longue minute mon collègue revient des toilettes. Quant à moi j’y vais avec Bastet, quand j'arrive je suis bien heureuse de voir que les fenêtres sont déjà ouvertes. J’entre dans un des WC avec Bastet et..

Bon, le plan a changé comme t'as pu voir. Tu dois prévenir Hotaru qu'elle va devoir se battre contre une autre personne que moi, toi tu resteras avec Hotaru jusqu’à ce que je te dise le contraire. Tu te transformes que si Hotaru n'arrive pas à mener à bien sa mission. Compris ?

Oui on a assez répété, même si ça change un peu je vais gérer promis !

Le lieu de rendez-vous c’est toujours sur le quai, on se casse à l'instant ou on finit ce petit tour ! Même si le plan c'était que je retourne les voir en simulant que je me sois faite agresser, j’y retournerais pas. C’est des fous furieux et je compte bien garder mon coeur ! Tiens prends ce bout de papier et donne lui, vas-y fonce et fais gaffe à toi !

Ok ! Toi aussi !

Bastet vient coller sa frimousse à moi, après un léger câlin elle prend le bout de papier dans sa gueule et s'éclipse par la fenêtre rejoindre Hotaru, quant à moi, je retourne auprès du gardien de mon futur coffre. Les sandwichs sont déjà là et il ne m'a pas attendu pour commencer. Il en a plus que deux demis devant lui et semble se régaler. La première bouchée dans ce "Dagobert" est géniale, même si je peux facilement deviner ce qu'il y a dedans c’est un mélange bien pensé et ça se marie merveilleusement bien. Comme quoi les recettes les plus simples sont parfois les meilleures, la baguette n'est pas mauvaise non plus, même si c’est sûrement pas les meilleures au monde.

Ditos me parle mais, mon esprit a déjà dû développer un anti-Ditos qui bloque toutes les conneries qu'il débite, sûrement pour prévenir mon mal de crâne. Je suis assez excitée par la suite des événements, si tout se passe comme prévus j'aurais rien à faire et Hotaru se chargera de récupérer le coffre. Je devrais peut-être me prendre un dessert pour grignoter en regardant le spectacle... Non, faut pas déconner.

AHHH, j'arriverais pas au bout, ils sont terribles vos sandwichs chef !

Merci, héhéhéhé !

Bon t'es prête t’as fini ton sandwich collègue ? On peut reprendre la route j'ai encore pleins d'histoires cool à te raconter !

Cette façon d'exclamer toutes ses phrases, GRrrrr...

Oui je suis prête, allons-y.

Dans quelques pas tout commence, il pousse la porte et sort du bistro coffre en main, en saluant une énième fois le patron. J'ai bien fait de prendre ces petits biscuits sucrées, j'aime trop grignoter pendant des spectacles et celui-ci promet d'être grandiose, j'en ai marre d'entendre ses bouffonneries.

À peine la tête à l'extérieur que je cherche le meilleur endroit pour observer la scène, c’est une grande place ronde entourée de bâtiments, pas mal de magasins et pas mal de monde. Au milieu une cascade d'eau décorative de la forme d'un gros engrenage. Le mec qui m’a engagé aurait pas été aussi fêlé j'aurais eu aucun soucis à faire croire que je me suis faite agresser..
http://www.onepiece-requiem.net/t19175-sakina-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t19251-fiche-sakina
avatar
Hotaru


Feuille de personnage
Dorikis: 1300
Popularité: 35
Intégrité: 19

Mar 23 Jan 2018 - 21:06

Bon et bah c’est parti.

Hotaru commence à suivre le petit groupe devant, à bonne distance, avec une boule qui commence à se former dans son ventre. Ils sont en train de se diriger vers une place, l’homme aux cheveux noirs n’arrête pas de déblatérer toutes sortes de choses à Sakina, Hotaru ne peut pas vraiment entendre ce qu’il dit mais en le voyant raconter, on voit très bien qu’il s’y croit vraiment, avec tous ses gestes. Il semblerait même que Sakina ne peut pas en lâcher une.

Chose à part, Hotaru se demande quel va être la teneur du nouveau plan. C’était trop beau pour être vrai. À la base, elle devait simplement faire semblant de battre Sakina et puis c’est tout mais, là avec ce mec, c’est plus pareil, ça change tout.

Hotaru ne se sent plus aussi bien qu’au début, ça semblait si facile et un stress dont elle ne peut se départir c’est emparé de tout son être. La mission est de la plus haute importance pour Sakina. Si elle a bien compris la brunette, c’est une des missions qui lui tient le plus à coeur.

Elle les voit rentrer dans un bistro, sûrement pour combler le vide qui s’était formé dans l’estomac de Sakina et peut-être faire passer un nouveau message à Hotaru. Ce qu’elle espérait au plus profond d’elle, ne pas devoir affronter le gars et elle commença à s’impatienter, sa peur qui grandissante petit à petit. Cinq, dix minutes après qu’ils soient rentrés, la petite féline sort de derrière le restaurant pour aller rejoindre Hotaru qui s’était assise au bord de la fontaine, ses jambes tremblaient légèrement et elle ne se sentait pas très bien.

Bon, le plan a changé, tu dois battre Ditos en plus de Sakina et on se retrouve au port, moi je reste avec toi en cas de pépin, si tu as besoin d’aides je suis là. Pour l’instant il mange au restaurant, et quand ils sortent, bah, à l’attaque. Ah et tiens...

La rouquine, avec une goutte de sueur qui dégoulinait sur sa tempe, prend le petit papier que lui tend la petite chatte dans sa gueule. Elle le déplie pour découvrir un dessin explicatif qui résume la situation. En voyant ce gribouillis, elle ne put s’empêcher de rire, un rire nerveux qui ne la détendit absolument pas, Bastet, même sous sa forme animal montrait à la rouquine que c’était très sérieux. Chaque parcelle du corps de Hotaru est tendu à l'extrême quand elle pense à sa nouvelle mission, elle commence déjà à douter d’elle et ce n’est pas vraiment le moment.

C’est pas pour rigolé, Sakina te pardonnera difficilement si tu la fais passer à côté d’un trésor pareil !

Un peu plus de pression ça fait pas de mal...

Je sais... Je vais réussir...

Peu certaine de ce qu’elle vient de dire, Hotaru ne put s’empêcher de demander autre chose, peut-être pour penser une seconde à autre chose.

Il vous racontait quoi ?

Hum.. Il nous parlait de ses exploits de combats.

Ah.

La discussion s’arrêta nette. Ce n’était plus le moment de parler mais, de réfléchir. Hotaru ne voulait plus rien savoir, si c’est pour être encore plus déstabilisée qu’elle ne l’est déjà durant le combat, c’est vraiment pas la peine.

Bon s’il parlait vraiment de ses combats, soit il s’y croit beaucoup et il en fait des tonnes, soit c’est que du blabla. Dans tous les cas, ce que j’ai pu voir c’est qu’il fait du corps à corps, vu qu’il a des poings américains.

En attendant que Sakina et Ditos finissent de manger, Hotaru qui se sentait tellement vide, décida elle aussi de prendre un petit en cas, qu’elle portait dans un pend de sa veste. Tout en réfléchissant à un plan d’attaque, elle le partage avec Bastet qui se régale. Elle avait fait exprès de le faire au thon.

Elle qui n’aime pas être méchante, qui aime encore moins tuer, elle va devoir faire tout l’inverse de ses principes. Pour une première mission, c’est dur à encaisser.

Lorsqu’elle pique un peu d’eau de la fontaine pour s’essuyer la bouche, les mains et surtout se rafraichir les idées, elle voit ses adversaires sortirent de la petite sandwicherie. Elle décida d’observer son premier adversaire pour le peu de temps qui lui reste avant son affrontement. La manière dont il se tient, montre à Hotaru à quel point il est macho.

Peut-être qu’elle a une petite chance, après tout elle sait quand même se battre et s’être déjà battu contre des pirates n’a pu que la renforcer. Et puis être trop orgueilleux n’est pas la meilleure des choses, s’il la croit faible, si elle le trompe peut-être que ça pourrait l’aider à le battre.

Ditos est encore un train de faire la conversation, Hotaru trouve ça assez amusant car elle sait que Sakina doit en avoir par-dessus la tête et qu’elle essaye de tout faire pour l’oblitérer et surtout l’ironie de la chose c’est que c’est à elle qu’incombe la tâche de le faire taire.

Bon toute façon y a pas cinquante solutions...

Sans plus tarder Hotaru vient se positionner à quelques pas des deux. Ses jambes ont encore envies de trembler mais, elle les retient. Elle prend son courage à deux mains et essaye de donner de l’aplomb dans sa voix. Ditos s’arrête brusquement en entendant quelqu’un, qui semblerait l’appeler.

ÉH, LE MACHO... OUAI, TOI.

Il se tourne vers Hotaru, une fois qu’il eut repéré d’où venait la voix. Celle-ci crût qu’elle allait tomber à la renverse mais, elle tint bon malgré sa boule au ventre, ses jambes et toute l’eau qui était en train de fuir son corps.

Qu’est-ce que t’as toi, tu veux que j’te calme ??

Ouai, vas-y, je t’attends, je veux ton coffre.

Sale gamine, t’auras rien du tout, parce que je vais t’écraser en deux secondes. Il se tourne vers Sakina, fier et lui dit. Ha, ha, tu vas pouvoir m’admirer me battre et avec une seule main, en plus.

Ditos fait rouler ses muscles en s’approchant de la rouquine, le coffre dans la main droite, derrière lui Sakina se trouva un endroit d’où elle pourrait mieux admirer le spectacle, manifestement contente de ce qui allait bientôt se dérouler sous ses yeux. Hotaru de son côté s’apprête à affronter son adversaire, la gorge sèche.

Surprise qu’il ne donne pas le coffre à Sakina, la rouquine reprend un soupçon d’espoir et même s’il a des gros bras et donc, s’en doute de la force, ça ne fait pas tout. Hotaru jette son manteau par terre, pour une plus grande liberté de mouvement. Autour d’eux, quelques personnes se sont retournés pour voir le nouvel affrontement du jour.

Ditos ne perd pas un instant, tellement persuadé de la grande force qu’il a en lui et de ressortir vainqueur. Il ferme le poing de sa main gauche près à les abattre sur Hotaru et raffermi l’emprise de sa main droite sur le coffre. Les deux se ruent l’un sur l’autre et un crochet du gauche est envoyé par Ditos mais, Hoatru l’évite en passant entre ses jambes, une chance pour elle d’être petite rapide et lui grand et bien plus lent.

Cependant, contre toute attente lorsque Hotaru se retourne en dégainant son sabre toujours dans son fourreau, elle voit arriver sur elle un direct du gauche. Bien plus rapide que ce qu’elle croyait, elle arrive juste à lui faire perdre un peu de puissance en se protégeant comme elle peut. Elle glisse quand même vers l’arrière, à cause de la force du coup.
Toute l’adrénaline qu’elle sent monter en elle à cause de la peur, lui donne une poussé incroyable. Elle se jette littéralement sur Ditos et lui donne un coup droit dans le ventre avec son fourreau. Même si elle voulait se la jouer faible, il est bien trop résistant pour ne pas le faire saigner. Et si elle ne veut pas y prendre toute la journée, elle va devoir dégainer son sabre.

Repoussée encore une fois, elle fait tout pour rester en équilibre sur ses deux jambes. Son coup est assez puissant. Le souffle court, elle décide de passer à la vitesse supérieur, ça se voit déjà dans le regard du macho qu’il croit la dominer.

Même dans son école, on lui a appris que pour gagner une guerre, il ne faut pas se battre, ce n’est pas pour autant qu’on a omit de lui enseigner des techniques ancestrales de tous genres.

Si elle peut elle ne le tuera pas mais, elle va utiliser la technique des cent lames. C’est une technique ancestrale, qui destinait les sabreurs à infliger une centaine de coupures à leur adversaire, pour les faire souffrir. Ici Hotaru espère simplement qu’il va capituler. Ça ne lui plait pas de devoir en arriver là mais, elle sent tout le poids du regard de Sakina sur ses épaules.

La rouquine se re-concentre, elle essaye de respirer le plus profondément possible, malgré la petite boule au ventre qui est toujours présente.

Alors on s’attaque à plus fort que soit et on n’est même pas capable d’assumer. Ma pauvre...

Après avoir dit ces mots, Ditos se rut sur Hotaru, qui l’esquive lui infligeant sa première entaille au niveau de son poignet gauche lorsqu’il a voulu l’abattre sur sa figure. Surpris par ce petit revirement de situation, Ditos n’en démord pas moins, cependant, ce changement de situation lui déplait fortement.

Cette technique nécessite de se sentir légère comme une plume, pouvoir attaquer rapidement son adversaire et lui infliger le plus vite et le plus de petites coupes.

Le faire souffrir pour le mettre à terre, éviter de le tuer... Le faire souffrir pour le mettre à terre, éviter de le tuer...

Ditos a continué d’enchaîner ses coups, et Hotaru à le taillader. Il n’est plus en si bonne forme, son corps entier est rouge de sang, son sang. Hotaru lui a déjà infligé une cinquantaine de blessures. La tradition, si l’on puis dire, de cette technique est de compter le nombre d’entailles infligé à l’adversaire, un peu malsain mais, déjà qu’elle n’apprécie pas faire du mal, autant le faire à fond.

Pas aussi fort qu’il le disait, Ditos continu à se battre dans une rage folle. Il ne comprend pas comment une gamine peut l’humilier à ce point. De son côté Hotaru se demande quand est-ce qu’il va bien vouloir capituler. Le combat commence à durer bien trop longtemps. Et elle sent sur elle l’impatience de Sakina. Mais la rouquine fatigue aussi, elle s’est déjà pris quelques coups qui ne l’ont pas laissé indifférente.

Ditos est complètement essoufflé et il ne veut pas se faire évincer de cette manière, ni d’aucune autre manière, il commence sérieusement à fatiguer et devient moins rapide. Et de toute évidence il n’est pas aussi fort qu’il prétendait.

Je vais te tuer sale gamine.  
 
Hotaru sent bien que c’est bientôt la fin, pour lui de toute évidence et ça n’empêche pas le noeud de son ventre de s’en aller. Au contraire, elle est de plus en plus stressée à l’idée de devoir le tuer, étend donné qu’il ne veut pas lâcher prise et puis il ne faut pas oublier qu’elle doit encore faire semblant de battre Sakina.

Malgré toutes les coupures qu’il a sur lui, Ditos continu sans ménagement le combat. Obstiné par l’envie de garder le coffre de sa main droite, il arme son point gauche et l’envoie vers Hotaru, il serait facile de l’embrocher dans le dos mais ce serait un déshonneur pour une sabreuse.

Elle va de plus en plus vite et tourbillonne littéralement autour de Ditos, il donne ses coups de point dans le vide déstabilisé par la vitesse dont faisait preuve son adversaire. C’est lorsqu’il la croyait devant elle et qu’il voulut se retourner pour savoir où elle était, qu’elle arriva furtivement et rapidement face à lui et qu’elle lui planta son sabre en plein dans le coeur.

Son visage, son corps tout entier se crispa de surprise, de terreur et de douleur. Il tomba à genoux, elle retira son sabre de sa poitrine et s'affaissa dans un bruit lourd sur le sol. Elle se tourna vers la brunette qui regardait le spectacle depuis le début, assise sur le rebord de la fontaine.

La rouquine saisit la boîte que le gars avait fini par lâcher. Les quelques personnes autour étaient surpris de la tournure qu’avait pris le combat. Personne ne s’attendait à ce que ce soit la fausse châtain qui gagnerait. Et la place se fit un peu plus déserte.

Hotaru a le coeur qui bât tellement fort, qu’elle a l’impression que sa poitrine va exploser. La mission exigeait d’elle qu’elle tue, sans avoir le choix. Pour une première, c’était une première. Comment mieux commencer sa vie avec ses nouvelles amies que de cette manière. Elle en presque l’estomac complètement retourné et en plus ce n’est pas fini. C’est la partie a priori la plus simple maintenant.

C’est à ton tour maintenant.

Hotaru essaya de montrer de la confiance en elle, malgré l’acte qu’elle vient de commettre. Sakina se leva pour venir l’affronter. Elle sortit directement ses guns et visa la fausse châtain. À côté bien évidemment et elle a le temps d’esquiver mais, Hotaru a l’impression qu’elle la met encore à l’épreuve et qu’elle voudrait lui faire regretter le temps qu’elle a mis à battre se pauvre Ditos.

C’est néanmoins avec plus de facilité qu’elle s’approcha de Sakina, elle utilise son fourreau bien évidemment pour éviter de la tuer ou la blesser. Sa première simulation est un coup dans l’estomac, Sakina tomba de manière exagérée sur le sol, t-elle une grande actrice. Elle se releva avec une immense difficulté, et visa Hotaru, les balles la frôlèrent mais la rouquine ne prend pas peur pour autant, elle ne doute pas du doigter de sakina.

Elles enchaînèrent comme ça quelques coups chacune à leur tour, quand Hotaru a décidé d’en finir. Elle fit semblant de donner un coup extrêmement puissant. C’est dans une grimace et en se tenant le ventre que la brune tomba au sol à genoux. Elle eut un dernier regard de rage et s’affala par terre.

La foule se disperse, une fois que le combat était fini. Hotaru récupéra son manteau, elle fait signe à Bastet de la rejoindre. La petite chatte semblait heureuse du déroulement de la mission. Mais bizarrement Hotaru ne se sentait toujours pas mieux.

Quoi, ce serait tout, plus personne à affronter. Déjà fini, c’était pas aussi dur finalement...

Elles allaient partir, quand la rouquine regarda autour d’elle, pour retourner le plus vite possible vers le port. Son attention fût retenue par un personnage assez étrange. Il est en train de dormir debout, immense dans son habit rouge avec un bonnet et un énorme sac, à côté de lui. Il se réveilla d’un seul coup en hurlant. Hotaru en sursauta.

Le gros regarde tout autour de lui, sûrement un vilain cauchemar. Deux hommes masqués lui murmure à l’oreille en pointant la fausse châtain du doigt puis, son attention retombe d’un seul coup sur celle-ci. C’est alors que les filles remarquent que les seules personnes restantes sont d’étranges hommes, en train de les encercler. Ils possèdent tous des masques avec un sourire à faire froid dans le dos.    

Le noeud qui s’était formé un peu plutôt dans le ventre de Hotaru lui remonta jusque dans la gorge, à la limite de vomir.

Ça.. C’était pas prévu... Dit Bastet avec une petite hésitation, en chuchotant à l’intention de la rouquine.

Je crois que tu vas devoir m’aider.

Commence et on verra.

En disant ces mots, elle entend un projectile qui vient de passer à quelques centimètres de ses oreilles. Lancé avec une telle force et si vite, que le bruit n’était qu’un sifflement. Elle regarde en direction du gros avec son sac déjà remit sur son dos.

Aucun doute. Je vais encore devoir me battre. Il semble fort et pas très commode celui là en plus.

Elle se tient sur ses gardes, les espèces de jokers autour sont tournés vers elles et se rapprochent. Dans un seul et même mouvement, ils se jettent tous sur Hotaru. Elle s’empresse de daigner son katana, ça fait peur et elle n’a pas envie de crever.

Elle se défend comme elle peut, malgré le nombre de ses adversaires. Elle réussit à en mettre quelques-uns à terre, mort. Hotaru ne s’est pas retenu, elle les a littéralement embroché, sûrement à cause de la peur et du souvenir de son premier vrai combat contre des pirates.  

Face a un des hommes masqués en train d’échanger des coups, Hotaru se rend compte de la présence de l’ennemi le plus fort sur cette place, que lorsqu’elle se retrouve complètement assombrie par son ombre. Elle met son adversaire K.O et quand elle se retourne elle n’a pas le temps d’esquiver le poing énorme qui s'abat sur sa jolie figure. Le gros s’était approché d’elle avec toute la paresse du monde et elle ne s’en était même pas rendu compte. À présent elle est par terre, avec la tête qui tourne.
avatar
Sakina

♦ Localisation : Zaun

Feuille de personnage
Dorikis: 2466
Popularité: 74
Intégrité: 23

Ven 26 Jan 2018 - 21:53

Quelle fraîcheur dans l'air, cette fontaine tombe à pique, je pose mes fesses au bord de celle-ci avec mon petit sachet de biscuit dans ma main gauche, ils sont biens meilleurs que le sandwich, en même temps avec tout ce sucre c’est normal ! Je ne sais pas comment ils les font mais ce croquant extérieur et ce moelleux intérieur, quel régal ! J'ai presque envie d'en proposer à Bastet et Hotaru mais elles ont autre chose à faire après tout ! Puis ça mettrait en péril ma couverture.

Le combat commence, Ditos garde le coffre comme convenu et Hotaru commence le combat sans dégainer son sabre, encore cette histoire de non-envie de tuer ! Ça m'agace de voir ça, je pensais pourtant avoir été très clair avec elle sur le sujet ! Après quelques échanges elle daigne enfin, dégainer sa lame, la voir se débrouiller aussi bien me remplit de joie, je suis déjà à la moitié de mes biscuits, il faut vite que je les finisse avant que ce soit mon tour de me faire botter le cul.

Après l'avoir fait souffrir inutilement elle embroche ce fichu Ditos d'un coup de sabre, à mon humble avis ça aurait été plus sage de l'éliminer directement, et moins salissant ! C’est à mon tour, je me lève et on met notre petit manège en route, je m'étonne moi-même du superbe jeu d'acteur dont je fais preuve. Je finis au sol avec encore quelques balles dans le chargeur, tête tournée vers mes deux vraies coéquipières. J'ai du mal à ne pas sourire le coffre est dans les mains d'Hotaru ce qui veut dire qu'il est déjà plus ou moins à moi, je ferme les yeux pour ne pas sourire devant ce superbe petit coffret qui m'appartient enfin ! La dernière chose à faire est de se retrouver au port, pour ma part, j'ai plus qu’à attendre que certaines personnes viennent nous ''ramasser'' pour dire que j'ai perdu connaissance et filer avant que Patrick arrive. Avec tous les témoins je pense que ce fichu scientifique entendra parler de cette histoire et me laissera tranquille si je quitte Zaun !

Je me vois déjà trois ou quatre fois plus riche que ce que je ne le suis déjà, je pourrais très bien m'acheter un bateau et même un équipage pour ne plus rien avoir à faire et continuer d'augmenter ma richesse !!! Mais après quelques secondes au sol j'entends que tout n'est pas terminée, j'entrouvre les yeux pour voir Bastet et la rouquine entourées par un groupe d'individus d'une allure plus que douteuse. Je regarde la scène, le combat n’est pas encore terminé, les individus semblent venir d'un gang et un gros type les dirige. Hotaru se bat et arrive à en coucher quelques-uns quant elle se prend un gros coup et rejoint le sol, mon précieux coffre vol en l'air. Mes yeux ainsi que ma bouche s'ouvrent totalement devant ce spectacle qui m’est terrible, perdre un trésor ça ne m'arrive que rarement et je ne peux rester là à rien faire !

Je suis le petit coffre du regard et le vois tomber entre les mains d'un des hommes masqués, Bastet prend directement forme humaine et engage le combat contre le groupe en prenant l'homme qui a couché la rouquine comme première cible, elle saute à hauteur de sa tête et lui met un gros coup de griffes en plein visage avant de retomber au sol, l'homme ne semble pas ressentir de douleur et après quelques petites secondes le groupe qui ne s'attendait pas à cette transformation passa à l'attaque. Tous se ruèrent sur Bastet. Il est clair que je ne peux pas l'admettre, personne d'autres que moi peut la toucher que ce soit pour la cajoler ou lui faire mal, c’est ma chatte rien qu’à moi, et à plusieurs dessus il est clair qu'elle ne va pas en sortir indem !!!

Je me relève rapidement et prends mon arme en main, je vide mon chargeur sur ces horribles hommes masqués, pan pan pan pan pan pan pan pan clic ! Huit coups de feux, huit coups dans la tête, huit hommes à terre. Leur masque semble avoir arrêté les balles mais la puissance de mon gun est assez grande pour les avoir assommé au moins quelques minutes. Il reste trois hommes masqués debout sans compter le gros lard qui n’a toujours pas réagi aux coups de griffes assenés par ma petite féline. Il a juste ramassé le coffre qui était tombé à terre.

Hé elle est dangereuse elle !! Laissez la gamine à Papa on doit s'occuper de cette folle !

Les trois derniers hommes courent vers moi, je recharge rapidement mon arme et reprends en joue les trois bouffons qui sont à quelques pas de moi et qui s'arrêtent nettes à la vu de mon canon devant leurs yeux.

Rends-nous le coffre le gros, cette fois-ci je viserais pas leur tête mais leur coeur ! J’vais les buter putin !! File ce coffre à la fille devant toi !!

Un court silence s'installe, la place semble s'être rapidement vidée, sûrement à cause de toute cette violence. Je suppose que même pour les citoyens de Zaun c’est un peu trop. Ces quelques secondes semblent affreusement longues. Bastet tend une main au gros pour qu'il lui remette le coffre quand une voix féminine se fait entendre.

Qu’est-ce que vous foutez vous trois !!!! Tuez la !

La réaction des trois intéressés ne se fit pas attendre et tous les trois sautèrent sur moi, j'ai le temps de n'abattre que les deux premiers quand un coup de poing vient s'écraser sur mon doux visage déjà salit par la terre, ma tête se tourne sous le choc, je prends mon arme par le canon et envoie un coup de crosse monumental sur le visage du seul homme masqué encore debout qui tombe, tête la première contre le sol, ces enfoirés m'aura fait saigner de la bouche, sang que je crache sur le sol avant de chercher d'où vient cette voix.

TRINT !

Trint attrape le sac qu'il y a sur son dos de sa main libre et frappe Bastet d'un coup horizontal, ma compagne sort les griffes et tente de bloquer le coup de sac, s'accrochant par la même occasion à ce bout de tissus qui contient sûrement plusieurs objets durs.

Une ombre survole la place et vient se poser entre moi et Bastet, je reprends vite mon gun par le manche et tiens la nouvelle arrivée en joue, elle semble maigre et n'a pas vraiment une grande musculature, elle est plus petite que moi pourtant un petit cratère s’est formé à l'endroit de sa réception.

Trint tu joues à quoi débarrasse-toi de cette gamine sur ton sac ! Et toi lâche l'affaire tu...

PAN !

Comme je ne suis pas là pour parler je laisse l'honneur à mon arme de lui couper la parole en lui envoyant une balle pile entre les deux yeux, la tête de la fille roule vers l'arrière avant que sa bouche ne continue à émettre du son.

Tu ne fais pas le poids !

De son côté le gros frappe le sac au sol écrasant Bastet entre les pavés et son bagage. D'une seule main il a tant de puissance. Les cris de Bastet pénètrent mes entrailles, c’est inacceptable, une rage folle monte en moi, bien que je ne comprends pas comment cette fille n'est pas à terre dans son propre sang je change de cible et j'envoie quatre balles vers le gros lard qui a osé faire hurler de douleur ma chère Bastet. La première passe et touche le coffre qui s’en va de ses mains pour rejoindre le sol et les trois autres se voient bloquer par la fille qui se met sur leur trajectoire à une vitesse plus qu'incroyable. Cette fois je l'entends, le bruit des impacts de balles qui s'écrasent contre la peau de cette frêle jeune fille. Il y a bien trop de trucs que je ne comprends pas pour continuer ce combat...

Bastet ! Chope le coffre et barre-toi !!

Rapidement Bastet se relève et attrape le coffre avant de commencer à courir, il est clair que sa vitesse est hautement supérieure aux réactions du vieux qui semble être un peu en retard.

Trint bouge-toi ! Attrape-moi la gosse, moi je m'occupe de celle-la !

Je prends mon arme et tire toutes les balles qu'il me reste à diffèrent endroit de son corps qui marche tranquillement vers moi, les cinq munitions la touchent. Torse, ventre, épaule, jambe et la dernière dans la tête. Mais rien n’y fait, elle semble increvable ! Non, pire que ça, imblessable !!!!

C’est le moment de prendre mes jambes à mon cou ! Mais d'un petit bond elle arrive à un petit mètre de moi et m'envoie un coup de poing qui me fait voltiger jusqu'à l'endroit où j’étais assis pour assister au spectacle donné par Hotaru, là où je mangeais ces bons biscuits, j'ai encore leurs goûts dans la bouche, peut-être ai-je encore quelques restes entre les dents, ou peut-être serait-ce le sang qui dégouline de ma bouche qui me donne cette impression.

Je suis dans les vapes, j'ai encore les yeux ouverts mais tout semble floue, je vois qu'elle se rapproche de moi, je vois aussi le corps d'Hotaru inerte au sol et je sens l'eau de la fontaine qui coule dans mon dos jusqu'à mes fesses ainsi qu'une gêne au niveau de mes appuies, sûrement les débris du muret de la fontaine que je viens d'éclater qui me rentrent dans la peau.

La jeune fille se retourne vers son vieux compagnon.

T'es vraiment lent putin !! Viens ici arrête de lui courir après t'arrivera à rien !

Une grosse ombre rouge s'ajoute à celle de la fille, il est clair que je passe un mauvais quart d'heure, mon plan est un échec. Moi qui avais tout relégué à d'autres, me voici en pleine action, j'ai encore mon arme en main mais à quoi bon ? Elle est vide et mes tires ne semblent pas affecter cette nouvelle ennemie...

BON LE CHAT ! VIENS ICI OU ON TUE TA COPINE ! RENDS-MOI CE FRUIT ET TOUT SE PASSERA BIEN !

Un fruit, ça vaut dans les quatre-vingts millions ça. Haha j’étais persuadée que c'était le plus gros coup sur lequel j'ai travaillé..

Je me sens soulever par le cou par la grosse ombre rouge, j'ai peur, peur d'être fracassée contre le sol et mourir, peur qu'il serre et me décapite de ses grosses mains puissantes... Il aurait tant de possibilités pour mettre fin à ma vie, j'ai même plus la force de trembler, pleurer ou quoi que ce soit, je me sens impuissante et je le suis. Bastet dépêche-toi de rendre ce maudit fruit !

Pnj utilisés:
 


Dernière édition par Sakina le Mar 30 Jan 2018 - 17:43, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t19175-sakina-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t19251-fiche-sakina
avatar
Hotaru


Feuille de personnage
Dorikis: 1300
Popularité: 35
Intégrité: 19

Ven 26 Jan 2018 - 22:03

Hotaru entend une voix féminine annoncer une mise à mort, c’est sans doute ça qui a réussi à le tirer de son état de latence. Elle ne voit pas très bien autour d’elle, du rouge tapisse le sol et dès qu’elle esquisse le moindre mouvement sa tête se met à tourner.

M.. Mais qu’est-ce qu... passe...

La rouquine semble complètement perdu, elle ne sait même plus ce qui vient de lui arriver et dans quelle situation elle se trouve, tellement le coup a été dur à encaisser. Elle se donne quelques secondes pour que son corps se remette du choque, elle ferme les yeux. Lorsqu’elle les ré-ouvre, ses idées sont un peu plus claires.

Elle voit le corps de Ditos, celui qu’elle a battu et le corps de plusieurs hommes masqués, elle ne se souvenait pas en avoir vaincu autant et c’est à ce moment d’ailleurs qu’il y a un flou. Elle regarde de l’autre côté et elle le voit, une boule se reforme au creux de son ventre et sa tête commence à la relancer encore plus fort, comme si cet individu lui ré-infligeait une torture de plus. Une masse géante, rouge avec un sac sur son dos et juste un peu plus haut Sakina très mal en point.

C’est sûrement lui qui m’a frappé.

En regardant avec un peu plus d’attention elle remarque une jeune fille, elle ne l’avait pas vu tout à l’heure.

Purée c’est qui celle-la encore et c’est quoi se bordel...

Pour résumer, il n’y a plus d’hommes aux sourires tordus debout mais, il y a le gros lard et une fille dont elle ignore la force.

Qui est-ce qui a mis Sakina dans cet état. La rouquine penche pour le gros étend donné que c’est lui qui l’a mise à terre, de toute évidence. Mais en même temps pourquoi cette fille n’est pas couchée, elle semble dénuée de force et Sakina aurait pu lui tirer plusieurs balles.

C’est pas le moment de traîner, Hotaru se relève avec toutes les peines du monde, elle ne doit pas se faire remarquer, elle s’aide de son katana pour ne pas tomber de nouveau à terre. Toute l’attention est portée sur Sakina, il faut qu’elle en profite un maximum.

Une fois qu’elle est bien debout, elle fait quelques pas pour voir comment elle s’en sort, difficile mais pas impossible. À première vue elle n’est pas de taille contre ses ennemis, le mieux serait de fuir mais, il faut d’abord qu’elle récupère Sakina.

Rien que l’idée de s’approcher du gros lui fait perdre l’équilibre, ses jambes dansent la java, dans tous les cas, elle ne peut pas laisser sa coéquipière et elle a beau chercher Bastet du regard, elle ne la trouve pas.

Où est-ce qu’elle est passée...

Hotaru prend son courage à deux mains, de toutes façons même si cette mission aurait pu être facile les autres ne l’auraient pas forcement été et elle a décidé de les accompagner et de suivre leurs directives. Elle devait donc se montrer à la hauteur de leurs espérances.

Son katana bien en mains, elle court sur l’homme en rouge et lui fait une grande entaille sur tout son côté gauche du dos, de haut en bas. Lorsqu’elle s’attend à un cri déchirant, elle se demande si elle l’a bien touché, il lui semble voir du sang mais comme son habit est rouge, pas moyen d’être sûr.

Le gros tourne sa tête, il voit Hotaru qui se pétrifie, alors qu’elle croit qu’elle va se refaire coucher, il lâche d’un seul coup Sakina pour se gratter le dos et lorsqu’il ramène sa main face à lui, il voit le sang, son sang dégouliner de celle-ci.

AAAAAAAAAAAAARRRRRRRRRGGGGGGGGGG !!!!!!

Son cri est encore pire que ce qu’elle avait pu imaginer, néanmoins elle l’a touché et dans la foulée, a lâché Sakina comme elle l’espérait. Trop occupé à trifouiller dans son sac, Hotaru ne veut pas savoir ce qu’il va en sortir et se précipite sur Sakina. Elle essaye de la relevé, de la tirer dans tous les sens mais pas moyen de la faire bouger.

Allez aide-moi un peu, je peux pas te porter toute seule...

Quand elle finit par voir que la brune aussi à la figure complètement éclaté et que son corps ne répond plus de rien, elle sent une présence braquée sur elle. Elle relève la tête et voit la fille de tout à l’heure plus proche d’elle qu’elle ne le pensait, en train de la regarder de manière interrogative et hautin.

Je suis dans la merde jusqu’au cou... Et où elle est Bastet, bordel ? Toute façon pas moyen de faire bouger Sakina, je vais devoir les battre ou en tout cas les occuper en attendant de l’aide ou qu’elle retrouve ses esprits.

Impossible pour Hotaru de penser à s’enfuir, Sakina lui a déjà sauvé la mise une fois, elle se doit d’en faire autant même si cette idée lui donne des frissons et qu’elle a l’impression de perdre tous ses moyens. Une chose est sûre, même si elle est moins forte que ses adversaires, elle sait quand même se battre et elle peut au moins les retenir. Bastet ne se serait jamais enfui, elle va sûrement revenir aider sa maîtresse et par la même occasion la rouquine. D’ailleurs le coffre n’est plus là non plus, elle l’a peut-être mis en sûreté.

Mais pourquoi diable tout le monde veut ce maudit coffre ???

Intéressante situation... La fille se tourna vers l’homme en rouge mais celui-ci semblait trop occupé à réussir à poser son bandage. Bon on va vite finir ça je vais m’occuper de toi.

Hotaru pouvait très bien sentir que malgré son aspect de jeune et frêle jeune fille, elle ne faisait pas le poids, elle sentait comme un danger. Mais pour son équipe elle devra tenir aussi longtemps qu’elle le peut. Elle ne sait pas non plus comment elle se bat, à mains nues sans doute.

La jeune fille bondit d’un seul coup sur la rouquine, elle leva immédiatement son katana pour parer le coup qui lui venait dessus. Encore une pêche dans la figure et c’est fini, elle doit faire attention, ceci dit peut-être qu’à force d’être frappée elle pourrait ne plus rien ressentir.

Ses coups sont d’une telle violence qu’elle a du mal à les stopper, certains sont si fort qu’il la repousse malgré tout. Elle n’a pas vraiment le temps de lui mettre des coups de sabre, la fille est rapide et ne lui donne pas beaucoup de répit. Cependant les quelques-uns qu’elle a pu lui mettre, lui ont fait froid dans le dos.

Lorsque son sabre a touché sa chaire ce n’était pas comme d’habitude, elle a bien senti que la lame rentrait pas aussi bien, cette seule pensée d’ailleurs lui donne presque des haut-le-coeur et oui elle a dû rentrer sa lame dans la chaire de ses ennemis. C’est répugnant mais, l’idée qu’elle n’arrive pas à atteindre cette ennemie comme les autres l’a fait frémir.

Comment je vais faire, en plus on dirait qu’elle a même pas mal, elle crie même pas et elle me snobe littéralement. Et on dirait qu’elle est même pas fatiguée.

Hotaru n’arrive pas bien à maintenir la cadence et à cause de ça, elle commence à laisser passer quelques coups, ce qui ne l’arrange pas. Sa respiration est courte et rapide, elle a des sueurs froides et son coeur bat si vite, qu’elle à l’impression qu’il va sortir de sa poitrine.

Elle tente de la transpercer de part en part mais quand son sabre rentre même pas deux centimètres dans sa poitrine, il est tout de suite bloqué par quelque chose de dure, elle sent la pression sur son arme et la relâche immédiatement de peur de ne plus avoir de katana.

Cette fille est pas normale, je me demande même si c’est une vraie fille.

Elle sent sa lame se fragiliser de plus en plus, si ça continue il va peut-être céder, elle essaye de l’éviter en étend plus rapide. Cette approche pour lui résister fonction quelques minutes mais elle n’en peu plus et BIM. La fille lui donne un coup de poing en plein dans le ventre, Hotaru se sent propulsée en arrière, combien de coups de poings elle a bien pu se recevoir de toute sa vie elle ne serrait le dire mais, ce qu’elle sait, c’est qu’en plus d’être puissant, il était aussi très dur.

Son coup lui a donné l’impression d’une barre en fer droit dans son ventre. Son souffle est coupé, elle sent tous ses organes compressés vers sa colonne vertébrale. Quand elle essaye de reprendre sa respiration c’est douloureux et elle a l’impression de s’étouffer davantage.

Au loin Hotaru voit un espèce de tigre foncer vers elle à toute allure, sur le coup elle prend peur mais qui cela pourrait-il être à part notre chère petite féline qui montre enfin un autre visage d’elle au grand jour.
avatar
Sakina

♦ Localisation : Zaun

Feuille de personnage
Dorikis: 2466
Popularité: 74
Intégrité: 23

Mar 30 Jan 2018 - 17:31

changement de conteur:
 

~
Ma Sakina est à terre, je ne compte pas la laisser vous bégayer la fin de son histoire, d'ailleurs c’est impossible que ce soit sa fin ! Hors de question ! J’ai le coffre dans la gueule et je suis bien plus forte que j'en ai l'air. Puis c’est pas une aguicheuse avec un physique si parfait qui va mettre fin à quoi que ce soit ! Le gros tente de se mettre un pansement autour de son dos mais il a du mal à faire passer celui-ci autour de sa taille ! Il ne me voit pas arriver pourtant avec cette forme hybride je ne passe pas inaperçue, ma vitesse me surprend moi-même, c’est la deuxième fois que je me transforme dans cette horrible forme mais, c’est la première fois que je l'utilise en combat.

Je ne peux rien laisser passer ! Toucher à Sakina, la menacer, puis c’est du sang que je vois sortir de sa bouche ? Inacceptable ! Je suis obligée de désobéir à Sakina dans de telles conditions. Rien qu’à voir cette fille m'énerve, elle est si jolie et si forte en combat, c’est à elle que je voudrais ressembler. Elle a pas de stupides oreilles ou une queue qui virevolte dans tous les sens, quelle chance elle a d'être une simple humaine, quelle malchance elle a d'avoir touché à ma Sakina !

Je suis plus qu’à deux bonds de cette folle, Hotaru est à terre. Son aptitude au sabre lui a été inutile, elle devrait plus s'entrainer. Enfin au moins elle semble avoir mis le gros hors combat, c’est déjà pas mal ! J'envois le coffre vers elle et pousse sur mes pattes arrières pour atteindre mon ennemie. Mes deux mains avant sont pointées en direction du cou de la fille, je compte bien la décapiter pour tout ce qu'elle a fait. Manque de pot, ou plutôt d'entraînement j’ai mis beaucoup trop de puissance dans ce dernier bond et je suis bien trop haut comparé à ma cible. J'utilise ma queue pour quand même profiter un minimum de l'effet de surprise, je fais mouche et l'accroche au niveau de la nuque, ma vitesse diminue fortement et la tête de la jolie fille vient taper contre le sol qui se voit éclater sous l'impact du choc. Je retombe très habilement sur mes deux pattes arrières. Je suis satisfaite de cette petite improvisation. Maintenant elle doit être beaucoup moins jolie, hihihi !

Sakina !! Bande d'abrutis comment vous avez osé faire ça !

Elle a du mal à tenir sa tête droite, le Père Noël me regarde avec ses bandes en mains, Hotaru se tient le ventre avec le coffre à côté d'elle, elle aussi me regarde. Je me sens ridicule dans cette forme. Tous ces poils sur cette forme féminine... Je calme ma colère en mettant un bon coup de pied dans le ventre sur la fille qui a sa tête encastrée dans le sol.

BING

Ouloulou !!! Bon sang c’est dur ce machin !!!!

Archimée !!

La fille enlève sa tête du petit cratère, je suis extrêmement étonnée en voyant le peu de dégât que j'ai fait à ce joli minois. Elle saigne du nez et elle a la joue un peu éraflée, rien de plus, tout ça alors que je suis en train de me lécher naturellement le pied après m'avoir fait mal en la frappant. Je le remarque bien vite, le combat est loin d'être fini. Je repose mon pied au sol et me mets en garde.

Salope, comment tu oses me faire ça !! Tu vas tout casser !!!!

La réaction de la dite Archimée ne se fait pas attendre, elle lève son poing gauche et des petites lames en sortent, si elle veut un combat de griffes je suis sa femme... Ou son chat.. Enfin son hybride ! Elle m'envoie un coup de poing vers mon visage que j'esquive assez facilement vers son extérieur, je commence ma contre attaque, un violent coup de griffe de ma main droite sur son visage qui m’insupporte mais à ce moment je sens une emprise au niveau de ma queue. Sa main droite m'attrape et me fait tourner au-dessus de sa tête avant d'être envoyée sur Sakina qui amortit ma chute. Je suis rassurée de voir qu'elle a encore la force de crier, puis avec un peu de chance elle se souviendra pas de ça, ça pourrait me valoir quelques coups de crosses une fois sorti de ce pétrin dans le cas contraire.

HAHAHAHAHA, tu fais pas le poids, puis c’est quoi tous ces poils franchement, reviens par ici je vais te faire ressembler à un hérisson !!

Sous mes yeux, d'un coup les lames rentrent dans son poing et de l'électricité commence à sortir de celui-ci. Accompagné d'un cri et d'une certaine rage elle fonce vers moi brandissant cet horrible poing mutant en ma direction, mon instinct me pousse à m'écarter de la trajectoire, à peine fait je pense à Sakina qui me soutenait. Apparemment elle a encore la force de crier, quand je tourne la tête je la vois en train de bouger dans tous les sens, ça ressemble à une électrocution. J’aimerais pas être à sa place, pourtant j'aurais dû ! Je m'en veux pour le coup, lui faire encaisser ce coup qui m'était destiné ! Non, je lui en veux à elle qui esquisse un sourire du coin de ses lèvres avant d'éclater de rire !!!

HAHAHAHAAAHAHA, t'es venu la protéger ou tu veux la tuer toi-même c’est quoi ton projet HAHAHA !!!!! Tu m'éclates de rire sincèrement hahaha fiouuuuu...

Salope !!! Elle se fout de ma gueule en plus, le gros est encore en train de se soigner le dos, il a déjà fait deux tours avec cet immense bande médicinal. Il semble assez fier de lui et à chaque fois qu'il tente de faire passer la bande d'une main à l'autre ça attire mon attention, il semble avoir tend de mal à s'enrouler le bide.. Retour sur mon combat, ou j'en étais... À OUI SALOPE !!!! Je bondis vers elle en attrapant ses deux bras, elle fait quelques pas en arrière avant de tomber dos au sol, je suis entièrement sur elle et je la vois enfin grimacer. Je la tiens de toutes mes forces pourtant j'ai bien du mal à maintenir ses bras en places. J'ouvre ma bouche dans l'idée de lui bouffer la gorge mais mes crocs peinent à s'enfoncer. Elle crie et la force dans ses bras semble s'intensifier si bien que je me vois obligée de lâcher prise. À peine son libre arbitre retrouvé que son poing gauche se change encore une fois, des trous apparaissent et une odeur que je connais bien vient titiller ma truffe. Celle de poudre, du même genre qu'il y a dans les balles de Sakina, je recule vite ma tête et un torrent de bruits vient presque péter mes tympans.

RATATATATATATATATATA !!

Je prends ma forme féline pour esquiver cette rafale de balles et je bondis à trois petits mètres d'Archimée. C’est bien des balles qui sont sorties de son poing, c’est quoi ce pouvoir étrange ! C’est que ça commence à devenir dangereux, je vois Hotaru qui a sorti le fruit de sa boite. J'espère qu'elle a pas dans l'idée de le manger, on doit le vendre et si elle faisait ça, Sakina ne me pardonnerait jamais d'avoir laissé tout ce fric nous passer entre les pattes !

OHHHHH, t'es super mignonne en fait !!!!

Hum cette voix insupportable qui sort de ce joli visage que je déteste qui est sur les épaules de cette fine silhouette qui m'insupporte !! Qu’est-ce que...

Si j'étais sous forme humaine je serais sûrement rouge comme une tomate, même si ma forme humaine compte plus pour moi que ma forme féline, un compliment sur mon physique venant d'une si... D'une si... D'une si sublime fille... Peut-être veut-elle qu'on devienne coupine ?

De loin je t'avais pas bien vu tout à l'heure mais ta fourrure à l'air si douce !! Et tes gros yeux sont si meugnons !!!

Ah tu trouves, vraiment ??? C’est vrai que je suis assez craquante comme ça hihihihi !

Ouai je trouve vraiment, je blague pas sur le physique haha !!!

On pourrait pt’ête arrêter ce combat et devenir amie ? T’en dis quoi ??

C’est pas une mauvaise idée haha mais...

La jeune fille se rapproche de moi comme pas mal d'humains l'ont fait avant elle. L'envie de me caresser, après tout c’est vrai que je suis super mignonne pour une chatte !! Qui l’eût cru, un combat si acharné menant à une si grande amitié. Je nous vois déjà moi, Sakine, Hotaru et elle voguant à travers les mers vers des aventures toujours plus folles les unes que les autres, hihihihhii !

Mais t’as cassé un de mes yeux et je crois que mon taser est endommagé, ça coûte bonbon..

La fille me regarde avec un sourire et approche sa main de ma fourrure, telle la chatte que je suis, je baisse la tête pour qu'elle pose sa main sur moi et qu'elle la fasse glisser jusqu’à ma queue. Ce qui me procure un immense plaisir, une fois fait elle reprend parole.

Je peux pas te pardonner, ça coûte bonbon ces machins-là, sans compter le temps que ça m’a pris.

Je vois sa main mutante se serrer et venir sur mon visage à grande allure, je me glisse de son emprise et saute par-dessus son attaque avant de me remettre en hybride et de prendre quelques mètres de distance. Moi qui pensais m'être fait une nouvelle amie ! J'en suis bouleversée, je repense à tout ce qu’elle a fait à Sakina, c’est vrai que moi non plus je peux pas laisser passer ça ! Elle me le pardonnerait jamais.

T'es douée pour esquiver !

Je suis douée pour tout, ouai !

Elle lève sa main gauche et les petits trous de tout à l'heure réapparaissent, Ratatatata... Je cours et bondis partout pour esquiver, les impacts de balles me suivent mais je me rapproche de plus en plus d'Archimée jusqu’à arriver à une bonne distance où je lui attrape de mes deux mains ce maudit membre mutant, je ne peux pas lui laisser le temps de réagir. Après avoir fait un tour d'elle-même en lui tenant le bras, ses pieds se décollent du sol et de toutes mes forces je la fracasse dans la fontaine, non-loin de Sakina. Elle se relève aussitôt en s'essuyant le visage de l'eau qui ruisselle sur celui-ci.

AAAAAAH ! Trint, je vois plus rien occupe-toi du chat !

Elle a pourtant les yeux ouverts, l'eau est peut-être un de ses points faibles, enfin je dois profiter de cette situation, le gros est bien plus lent que moi je ne risque rien avec lui, je devrais achever Archimée mais j'aime pas l'eau ! J’ai jamais aimé l'eau.. Peut-être devrait-on fuir... Ça fait mal à la tête de réfléchir, normalement c’est le travail de Sakina, quand je me tourne vers Hotaru je la vois en train de regarder derrière moi avec frayeur, elle a le fruit en main. Bon !

Allez Sakina on se barre, Hotaru tu nous suis !

J'attrape Sakina par le col mais Hotaru ne bouge pas. J'espère qu'elle va pas faire le boulet alors qu'on a justement une échappatoire qui s'offre à nous.

Bastet derrière-toi.

Comment oses-tu toucher à notre chef de la sorte ! On ne va pas te laisser faire, JE SUIS ISAC BRIMA !!! Moi et mes potes on va t'allumer pour ce que t'as fait à notre boss !!!

Je me retourne et je vois les gens masquer de tout à l'heure. Je lâche Sakina qui semble presque inconsciente, je ne fais qu'une bouché de tous ces humains masqués qui se battent dans leur dernier hélant de courage, ma forme féline est vraiment destructrice. J'ai l'impression que ce ne sont que des mannequins de papiers mâchés qui se cassent à peine touchés. Ça dure une dizaine de secondes et les voilà tout recouchés pour un certain moment cette fois, mais quand je me retourne pour reprendre Sakina je vois Archimée qui semble de nouveau sur pied, on reprend ou on s'était arrêtée. Directement avec la cadence qu'on avait il y a deux petites minutes, elle semble folle de rage, et la voir comme ça m'apporte une grande satisfaction !

AAAAAAAAAAAAAHHH ! Je fais encore deux tours et je viens t'aider Archimée !!! Je peux pas laisser couler tout ce sang, j’ai horreur de voir mon propre sang tu le sais bien AAAAAHH !!!
~
http://www.onepiece-requiem.net/t19175-sakina-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t19251-fiche-sakina
avatar
Hotaru


Feuille de personnage
Dorikis: 1300
Popularité: 35
Intégrité: 19

Mar 30 Jan 2018 - 17:40

Hotaru regarde la scène qui se déroule devant elle, c’est incroyable elle trouve Bastet vraiment magnifique sous cette forme. Elle semble beaucoup plus forte mais, elle manque aussi d'expériences. Il lui semble se souvenir que lorsqu’elle l’avait entraîné au sabre elle lui avait dit qu’elle possédait une autre forme. Cependant en y repensant, la façon dont elle lui en avait parlé était avec un léger dégout. Si elle n’aime pas cette forme elle n’a pas dû souvent se transformer et s’entraîner par la même occasion.

Le combat est tendu et malgré sa nouvelle transformation ça ne semble pas vraiment arranger les choses, malgré tous les coups qu’elle a pu lui mettre cette fille semble indestructible.

Une fille qui tire des balles par des petits trous dans ses mains, c’est pas une fille ça. Bon mon ventre va un peu mieux, Bastet s’occupe de l'ennemi le gros est toujours occupé et Sakina au sol et OH......

Hotaru remarque enfin le coffre qui s’est échoué à côté d’elle. La tentation est trop forte il faut absolument qu’elle sache ce que contient ce coffre. Elle le prend et l'ouvre.

Ses yeux s’arrondissent en prenant le dit trésor dans sa main et elle comprend l'empleure du trésor.

**

Quelques jours avant, pendant le trajet en mer, en direction de Zaun. Lorsque le petit groupe se retrouve seul, elles en profitent pour discuter de leur futur gagne pain.

Dis c’est quoi que je vais devoir récupérer en fait ?

Je sais pas mais on me paye dix millions pour l'escorte, donc quelque chose qui va me rapporter un véritable petit pactole héhéhé !

Et tu penses pas que ça va être dangereux tout ça ?

On s’en fout, si tu suis ce que je t’ai dit y a pas de raison que ça n’aille pas, surtout que maintenant nous sommes trois !

Hotaru réfléchit et l’idée de faire cette mission qui a l’air si simple lui paraît vraiment étrange.

Mais si tu sais pas ce qu'il y a dans le coffre c’est peut-être pas une bonne idée.. Peut-être que tu devrais juste prendre les dix millions, c’est déjà une grosse somme après tout...

La chasseuse de prime semble réfléchir quelques instants avant de rétorquer.

Ecoute, je sais parfaitement pourquoi on va me donner ces dix millions. Mais est-ce que ça te regarde ? Ça c’est un autre point, ce que je te demande est pas compliqué et t’as nul besoin de savoir ce genre de détails. Je comprends ton stress, après tout c’est ta première fois avec nous... Je te rassure même si on dit que ça fait toujours mal la première fois, ici ça va bien se passer. Parole de Hojimo Sakina !

Ok, tu me rassures alors, merci en tout cas !

Merci pourquoi ?

De m'épargner les détails pour que je puisse me concentrer pleinement sur ma tâche.

Ho, de rien de rien. C’est le boulot d'un chef, superviser tout ça, tout ça, non ? Hahahahaa !!

La rouquine semble rassurée, Sakina aussi. Elle vient de voir que ses compétences d'actrice étaient pas si mal ! Le petit groupe reprend la discussion en parlant d'un autre sujet moins important lancée par la féline.

Vous pensez qu'il y a moyens d'avoir un verre de lait sur ce fichu bateau ?

Je sais pas, mais ça a pas vraiment d'importance. Le trajet dure à peine quelques jours.

La féline ouvre grand la bouche.

HEIN QUELQUES JOURS !!! C’est pas juste, je voudrais qu'on ai une nouvelle règle, il faudrait toujours avoir une bouteille de lait quand on quitte une île !

Pschitt !

Sakina tiens une bouteille de lait déboulonnée en mains, Bastet la regarde avec de grands yeux rond qui la rendent vraiment mignonne.

Allez, transforme-toi et bois, mais attention j'ai que celle-là pour tout le trajet !

Bastet ne perd pas une seconde et se métamorphose en humaine, elle prend la bouteille en main et commence à boire quelques gorgées. Le liquide descend jusqu’à la moitié et un grand soupir de satisfaction précède le remerciement de notre petite chatte. Cette situation apaise encore plus la rouquine qui voit que Sakina a bien tout sous contrôle, même les besoins vitals de sa plus fidèle amie dans un endroit comme celui-ci !

**

Bon qu’est-ce qu’on va faire maintenant, Sakina est obsédé par l’argent mais si ça se trouve elle voulait manger le fruit du démon, si s’en est bien un et je suppose que oui, et sûrement pour obtenir son pouvoir. Je m’y connais pas bien mais bon, je sais qu’il faut le manger et puis parti comme on est, toute façon on a perdu...

Ce n’est pas le moment de glander mais Hotaru doit réfléchir intensément pour ne pas faire de bêtise lorsqu’elle se rend compte que Bastet l’avait appelé, elle lui crie brièvement de faire attention à elle. Les ennemis se sont relevés et pour l’instant la seule en mesure de se battre c’est elle.

Alors si on procède par étape, je sais qu’il faut le manger, que Bastet possède déjà un de ses pouvoirs et qu’un détenteur ne peut pas en manger un autre. Donc je pense qu’il ne mettait pas destiné, non c’est clair. Du coup soit elle veut le manger soit le vendre mais elle devait savoir qu’il s’agissait d’un fruit du démon. Toute façon on va pas s’en sortir alors je pense que si Sakina était encore éveillée et qu’elle l’avait en main sur le point de mourir.

Elle regarde à tour de rôle le fruit et Sakina.

Comme ça on va bien les faire chier, si elle l’avale et j’aurais pas pris tous ses coups pour rien.

Hotaru prend les choses en mains ou plutôt la tête de Sakina dans sa main gauche et le fruit dans sa main droite et elle s’emploie à lui faire avaler se maudit fruit, qu’il n’en reste plus aucune miette. Elle le prend et le fourre directement dans sa bouche, elle pousse puis le retire.

Mais qu’est-ce que je fous, je vais l’étouffer, heureusement que la bouché qu’elle a eu dans la bouche était pas trop grande.

Hotaru change de tactique, elle pause le fruit et découpe des petits morceaux qu’elle broie et lui enfourne dans la bouche accompagnés d’un peu d’eau de la fontaine pour lui faire avaler le tout. La technique n’est pas des meilleures mais, elle prend sa tâche si au sérieux qu’elle réussit à faire avaler la totalité du fruit à Sakina.

Et puis si elle voulait pas le manger bah tant pis, ça ne lui fera qu’une capacité en plus à entraîner pour l’utiliser... Et elle aura l’estomac plein ça lui redonnera des forces au moins.

La rouquine était bien trop occupée à faire manger le fruit à Sakina et éviter de la tuer elle-même en l’étouffant, qu’elle n’avait pas vu l’homme en rouge qui avait fini son bandage et qui la regardait avec une telle fureur que s’il en avait le pouvoir il l’aurait pétrifié sur place.

Son regard devient oppressant et en relevant la tête, elle eut juste le temps de voir un objet non identifié lui arriver en pleine face suivit d’un autre en pleins dans les côtes.

Les objets étaient durs mais peu importe elle se relève sur ses coudes et regarde son adversaire.

Bien fait pour vous, vous avez plus rien à gagner maintenant...

En souriant légèrement Hotaru sent une entaille sur sa lèvre inférieure qui la stoppe, ça tire beaucoup trop et elle ne supporte plus la douleur. Le gros lard est littéralement rouge de colère en se faisant insulter de cette manière. Il prend son sac et commence à le faire tourner au-dessus de sa tête de plus en plus vite et de plus en plus fort.

Ça y est c’est la fin pour moi je vais me faire dégommer par un stupide Père Noël qui fait peur.

La rouquine ne ressent même plus cette boule au ventre qui l’avait dérangé jusqu’à présent. Le mal est fait et elle ne fait pas le poids face à cette bête devant elle. Elle n’est pas très fière d’elle, elle n’était pas vraiment prête à ce genre de mission, même ce genre de vie, elle aurait voulu avoir un mode d’emplois ou quelque chose.

Elle regarde Sakina, puis cherche Bastet des yeux, quand d’un coup la féline et la fille tombent juste à côté d’elle. Elle voit que Bastet s’attaque à ses yeux et elle semble déstabiliser, c’est sa seule chance. AU même moment le gros lard envoie son coup, Hotaru utilise toutes ses forces pour tirer Archimée et la mettre à sa place.

Le coup de son coéquipier est si fort qu’il l’envoie valdinguer de l’autre côté de la place sur un bâtiment qui s’effondre presque sous l’impact, complètement hébété par ce qu’il vient de se passer il n’a plus l’air de réagir.

Prend Sakina vite....

Bastet récupère vite Sakina sur son dos de gros félin, Hotaru peine à se relever, sûrement une de ses côtes fracturées, qui lui fait mal et la ralentit. Elles s’enfuient en courant dans la direction opposée de leurs adversaires et s'engouffre dans une ruelle.

Il est passé où le fruit ?

Je... Je... Fait manger... Sakina...

Hotaru a mis plus d’une minute à sortir ses mots en pleine cavale. Les yeux de la féline s’arrondirent.

Fau.. Dra... Dire...

Bastet s'engouffre dans une petite ruelle et tire la rouquine par le bras, le rythme de leur course ralentit et elles se mirent à marcher, Bastet regarde en hauteur et envoie la brune vers Hotaru.

Attends-moi là !

D’un bond elle saute à une vitre du premier étage, un coup de coude et hop voilà une échappatoire, elle redescend et fait monter Sakina, elle aide ensuite la rouquine à monter.
avatar
Sakina

♦ Localisation : Zaun

Feuille de personnage
Dorikis: 2466
Popularité: 74
Intégrité: 23

Ven 2 Fév 2018 - 17:18

~
Il faut juste faire attention au bout de verres sur le sol, sinon cette pièce est vraiment jolie ! Elle me rappelle un peu la chambre de Sakina en plus colorée et moins bordélique. Il y a un lit une place et des posters de beaux garçons sur le mur rosâtre de la chambre. Il y a aussi une grosse armoire qui m'intrigue, ma curiosité veut que j'aille l'ouvrir mais je dois d'abord m'occuper de Sakina. Elle est dans les vapes et il y a du jus de fruit mélangé à son sang qui coule encore de ses lèvres à son menton. Je reprends forme humaine avant de lui frotter un coup le visage avec un vêtement qui traîne sur le sol non-loin de nous.

Pourquoi tu lui as fait manger le fruit ???

Bah, bah elle le voulait non ? Puis si ça avait mal tourné, on se serait toutes les trois faites réduire en pièce pour rien..

Elle t'avait dit de prendre le coffre, pas de lui faire manger le contenu. Un fruit comme ça, ça vaut bonbon ! Elle va nous fracasser... Enfin, te fracasser ! C’est vrai après tout j’y suis pour rien.

Je me mens à moi-même et je le sais bien, quand elle est énervée elle s’en prend toujours à moi même si j'ai été sage toute la journée.. La rouquine me regarde bêtement couverte de blessures, et dire que je la couvrais et qu'elle n'avait qu’à partir avec le coffre et Sakina, je comprends pas comment une idée pareille a pu lui traverser l'esprit...

Donc on va lui dire quoi quand elle sera réveillée ? Quand elle nous demandera son trésor pour la consoler de tous ses bobos ? Ho le trésor ? Bah on te l’a fait manger, il était bon ??? PFFF !

Mais je savais pas.. Je pensais bien faire et puis si je l'avais pas fait peut-être que...

Elle s'arrête de parler, sûrement parce qu'elle voit qu'il y avait d'autre alternative. Le mal est fait, il faut trouver une solution à ce problème, une excuse imparable ! Un truc qui la calmerait direct une fois sorti de ce profond sommeil.... Je me penche sur la question pendant que Hotaru récupère et se calme de toute cette agitation.

JE SAIS !!! On va lui dire qu'ils nous ont battus après que la fille aille gobé le fruit d'un coup, après on a mis toute notre énergie restante à fuir avec elle pour rester en vie, vu que tout était perdu !

Mais elle finira bien par remarquer qu'elle a un pouvoir..

T’as une meilleure idée ??

Non pas vraiment, mais peut-être qu’il faudrait lui dire la vérité..

NON ! Hors de question ! Ou, tu le fais quand je suis pas là. Si c’est un pouvoir qu'elle aime pas elle risque de porter toute la faute sur moi.. Après tout, j'étais chargée de veiller sur toi pendant que tu veillais sur le coffre, donc bon..

Hum, je suis honorée de toute la confiance que vous m'avez accordé.. Donc elle voulait juste voler le fruit pour le revendre, franchement j'aurais jamais pensé à ça.

Bla bla bla bla ! On savait pas que c'était un fruit nous ! Tu as...

La porte de la chambre s'ouvre d'un coup, je sors mes griffes et je regarde qui nous dérange pendant que je tente d'engueuler Hotaru, je dois avouer que je suis pas très forte pour ça et que Sakina gère bien mieux que moi sur ce point. Mais un truc est sûr, je ne vais pas laisser quelqu'un venir me mettre des bâtons dans les roues pendant que j'essaye.

Vous êtes qui ?

Une jeune fille de plus ou moins quinze ans habillée d'une belle robe bleue à point blanc et des froufrous blancs eux aussi. Des cheveux blonds lisses lui descendent presque jusqu'aux fesses et son air inquiet me fait vite voir qu'il n'y a aucun danger. Je rentre mes griffes, bien contente de ne pas être tombée sur un adulte.

On est chasseuse de prime, on a eu quelques soucis et j'ai dû casser la fenêtre pour que ma copine puisse se reposer. Mais quand elle sera sur pied on te la remboursera et on partira d'ici, promis !

Hum, me rembourser la fenêtre, à vrai dire c’est à mes parents cette fenêtre. Je suis pas sûre que s’ils vous trouvent ici ils vous laissent squatter, mais vous avez de la chance ! Ils sont au travail, je peux toujours les appeler par den den par contre. Maintenant si je suis retenue ici pour une bonne raison, je suppose que je n'aurais pas le temps de les appeler..

La petite fille tend la main en finissant sa phrase. Je crois voir Sakina plus jeune mais en blonde, j'ai pas de mal à comprendre qu'elle veut plus de berrys que ce que va lui coûter la réparation de la fenêtre. C’est encore une gosse mais elle a le sens des affaires cette petite !

Bien !

Je glisse ma main dans les poches de Sakina pour trouver une des différentes poches où elle planque son argent, je sens une des liasses et je la sors, il doit y avoir suffisamment dans ma main pour calmer la fille, il faudra aussi lui cacher ça. Deux fautes la même journée ça pourrait coûter cher si elle l'apprend ! La fille a les yeux qui pétillent ainsi que sa bouche grande ouverte.

Tiens, tu dis pas qu'on t'a donné ça ok, même à cette fille qui dort ! Enfin, sur tout pas à cette fille qui dort !

Waaaa, c’est énorme !

HUmmmm, humm..

GRRR, je me crispe d'un coup ! Sakina fait des drôles de bruits, pourtant j'ai été le plus délicatement possible dans ses poches, mais serait-ce l'odeur de cette liasse !!!! Elle ouvre les yeux doucement en reniflant légèrement les alentours. Je m'empresse de prendre l'argent des mains de la fille et de lui fourrer en poche, juste après je fais un pas vers Sakina et me penche sur elle avec un sourire hésitant.

Ça va Sakina ? Bien dormis ?

ARG, le stress me fait dire n'importe quoi !!!

Tu veux bien nous ramener un peu d'eau s’te plait jeune fille !!!

Euh ouai clair, c’est pas peu cher payé j'arrive hahahaha !

Qu’est-ce qui s’est passé, j’ai un horrible goût en bouche, on est où ?

Euh euh euh, Hotaru va t'expliquer je vais aider la petite !!!

Depuis que je suis née je prends la fuite quand j'ai peur, c’est juste mon instinct qui parle. Je suis la fille et sors de la pièce laissant Hotaru se charger de ça. Si ça se met elle gère en mensonge ! Je me tourne vers elle avant de clapper la porte, je vois son regard qui semble me demander "pourquoi tu fais ça". Pour ma survie voyons ! À peine la porte claquée que je mets mon oreille contre pour entendre les explications qu'elle va donner.

Ouai, alors par ou commencer...

Déjà, pas par un truc compliqué, j'ai mal à la tête et j’ai l'impression que tout mon corps est endormi. Puis j'ai un goût dégueulasse en bouche bon sang !

Ah ça doit être ton sang justement, tu saignes un peu de la bouche et puis tu sais Archimée et le Papa Noël ils étaient super forts, vraiment c’est pas ta faute, ni la notre et puis..

Qu’est-ce que tu racontes, mon sang goûte pas du tout ça.

Sakina semble tâter du palet, ouai j'ai des oreilles de chat, c’est normal que j'entende ce genre de trucs à travers les portes !

Où est le coffre, j'aimerais le voir... Et c’est définitivement pas le goût de mon sang, même s’il y a un peu de sang vous m'avez foutu une boule puante dans la gueule ou quoi !?

Non non, tu as juste reçu un choc électrique et peut-être des graviers ou quelque chose dans la bouche..

Hum, bon le coffre ?

La fille m'amène une bouteille d'eau bien remplie, je lui prends et pousse la porte. Je vois mon futur bourreau les mains sur les yeux, toujours allongée au sol. Hotaru toujours assise contre un des murs, si elle commence à se douter de quelque chose je balance direct Hotaru !

Tiens de l'eau, bois ça va mieux aller après !

Sakina se redresse et prend la bouteille d'eau en mains, elle la renverse dans sa bouche et boit plusieurs gorgés recrachant la dernière sur le sol, suivie d'une petite toux qui donne l'impression qu'un de ses poumons va sortir. Une fois fini sa tête retombe sur le sol les yeux fermés.

Ça va pas j'ai la tête qui tourne, Bastet, aide-moi à m'asseoir..

J'aide ma chère Sakina, la voir dans un tel état me fait mal au coeur, mais ça me rassure d'un autre côté elle pourra difficilement s'en prendre à moi. Puis Hotaru se débrouille pas trop mal pour le moment, j'espère qu'elle va continuer à répondre à Sakina, j'ai pas envie de m’y coller. Une fois Sakina assise contre un mur la tête tombante vers l'avant elle reprit parole.

Bon je peux avoir ce coffre maintenant Bastet ?

HIIIII, pourquoi elle dit mon nom, elle aurait pas pu dire Hotaru ? Franchement !

Bah comme Hotaru l’a dit, ils étaient forts et Archimée l’a mangé, du coup on a fuit avec toi vu qu'il était trop tard !?

C’est vrai Hotaru l’a dit, Snif snif.. J'aurais au moins pu le vendre cinquante millions ce fruit j'en suis sûre... Pourquoi vous l'avez pas protégé, t'étais parti avec pourtant..

C’est vrai mais il allait te tuer si je leur ramenais pas, et on a tenté de nous battre mais la fille était bien trop forte...

Ok, je vois, c’est vrai qu'elle était forte... C'était quoi comme fruit vous avez eu le temps de voir le pouvoir qu'elle a eu ?

Non, t'es pas fâchée ?

Non, non. Vous vous êtes bien battue.. Vraiment bien, je vais dormir maintenant, ce lit c’est pour moi ? Met-moi dedans.. Et enlève moi tout ça s’te plait Bastet.

Ok !

J'enlève le cuir de ma Sakina et l'installe dans le lit. En la couvrant, j'ai presque envie de pleurer. Je ne m'attendais pas du tout à un compliment de ce style. Je l'installe dans le lit et j'en profite pour reprendre quelques billets dans une de ses autres poches, je dois payer sa chambre je présume. Sakina s'endort vite et la fille plus que contente de tous ses berrys nous installe à moi et Hotaru des couvertures sur le sol en guise de matelas et coussins. Elle nous promet qu'on ne sera pas dérangée et qu'elle préviendra ses parents pour la vitre dès qu'ils rentreront. Je m'occupe de fermer les rideaux pour avoir un peu d'obscurité, je bois quelques gorgés d'eau et je m'endors avec mes deux compagnes dans cette petite chambre rose.
~


Dernière édition par Sakina le Ven 2 Fév 2018 - 23:07, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t19175-sakina-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t19251-fiche-sakina
avatar
Hotaru


Feuille de personnage
Dorikis: 1300
Popularité: 35
Intégrité: 19

Ven 2 Fév 2018 - 18:33

C’est pas vrai, je lui ai menti en pleine figure, je vais faire quoi. Quand elle verra qu’elle possède un pouvoir, elle va pas se dire : «Wouhaa ! J’avais toujours ce pouvoir en moi sans même m’en être aperçu», mais plutôt : «Qui m’a fait bouffer ce fruit du démon c’est toi Hotaru» et qouik !

La rouquine s’est installée à côté de Bastet en lui tournant le dos et toute cette histoire est en train de lui retourner le cerveau. Elle s’empêche de bouger dans tous les sens et surtout de ne pas montrer à la féline à quel point tout ça la tracasse.

Elle a trop bien pris le fait qu’on est perdu le fruit, et en plus si son pouvoir est nul enfin qu’il ne lui plait pas, elle va me liquider en deux secondes...

Les pensées fusent dans la tête de Hotaru, elle n’est pas prête de s’endormir maintenant comme le font si bien ses compagnes et c’est par tous les moyens qu’elle tente de trouver une solution à son mensonge.

Bon toute façon tôt ou tard elle le sera, reste à savoir si se sera d’elle-même ou de ma bouche, vu que c’est moi qui ai fait la connerie et qui est dû lui mentir, je suppose que c’est à moi que revient la tâche de lui révéler la vérité aussi.


Elle réfléchit de longues minutes pour tenter de se sortir de ce pétrin et l’idéal se serait de trouver quelque chose avant que Sakina se réveille. Quand une lumière vint illuminer son cerveau cabossé.

Peut-être que je pourrais faire des recherches sur le fruit, vu que je l’ai eu en mains, je sais de quoi il a l’air. Comme ça s’il est cool je lui avoue qu’elle l’a mangé et lui révèle ses capacités et sinon elle le découvrira toute seule et j’espère jamais... Il doit bien exister des livres sur les fruits et tout le tralalala...

Toute cette réflexion lui donne un mal de crâne herculéen et c’est sans vraiment s’en rendre compte qu’elle s’endort. Elle aussi a accumulé beaucoup de fatigue à cause du combat mais, dans son cas, surtout à cause du stress qui continue de la ronger un tantinet.

La nuit est déjà tombée, Hotaru sort de son sommeil en sueur. L’image de Archimée en train de les suivre elle et ses deux amies dans son rêve lui donne encore des sueurs froides.

Elle sent tous ses muscles endoloris et surtout son ventre, le gros n’y est pas allé de mains mortes. Elle soulève son t-shirt pour en voir l’état, et l’aspect violacé qu’elle voit dessiné sur son ventre, lui indique qu’elle voit attendre un certain temps avant de n’avoir plus aucune séquelle.

Le combat un peu plutôt dans la journée a vraiment été rude pour notre «chasseuse de prime en herbe». Elle ne se sent pas de recommencer une telle chose mais après tout c’est une première fois et il faut bien rater quelques fois pour apprendre et s’améliorer.

Elle attend quelques instants pour s'habituer au noir ambiant, puis cherche Bastet. Elle semble se réveiller, sûrement à cause de la rouquine qui s’est réveillée un peu précipitamment et du fait de leur proximité. Quant à Sakina elle semble toujours endormie, quelle chance elle a eu d’avoir un lit, le sol a été bien dur pour Hotaru.
avatar
Sakina

♦ Localisation : Zaun

Feuille de personnage
Dorikis: 2466
Popularité: 74
Intégrité: 23

Ven 2 Fév 2018 - 23:06

~
Il fait déjà nuit, c'était quand même une belle journée hier, même si le combat était dur ça m’a défoulé, j’ai aucune idée de l'heure mais ça semble désert dehors, il n'y a quasi aucun bruit venant de l'extérieur, j'entends la respiration de Hotaru et Sakina alors qu'elles dorment toujours. Il y a une petite brise d'air dehors et quelques rayons lunaires passent entre les tentures de la fenêtre cassée. C’est calme, on entendrait une mouche voler mais il n’y en a pas. Je tends l'oreille pour voir si quelque chose se passe dans la maison mais pareil, aucun bruit. La fille a tenu parole et nous n'avons pas été dérangées. Je suis couchée sur le dos à regarder le plafond vide de tout décore, en y repensant j'ai toujours pas ouvert cette armoire qui m'intriguait tant, mais j'ai fait gaffe à la taille de la propriétaire de la chambre. Elle a plus ou moins la même silhouette que moi, je pense que je me servirais avant de repartir, j’ai besoin d'habits de rechanges.... BOUAAAAAA J’M'ENNUIE !!!!!!!! Je voudrais me transformer en chat et passer par la fenêtre faire une petite promenade mais je ne peux pas, si Sakina a besoin de moi à son réveil je veux être présente pour si elle a besoin de mon aide.. Après une bonne heure à regarder le plafond et à penser à ce que je vais faire quand Sakina se réveillera, je sens Hotaru à côté de moi qui bouge de plus en plus.

T'es réveillée ?

Malheureusement c’est la voix de Hotaru, du coup je peux pas encore me lever.. J'ai pas envie de réveiller Sakina, avec toutes ses blessures, elle a besoin de sommeil pour récupérer.

Oui, depuis une heure au moins.

Ho, pourquoi t'arrives pas à dormir ?

Si j’ai super bien dormis, mais là j'ai envie de bouger ! Puis un verre de lait ça me ferait pas de mal.

Ha je vois.. Dis tu crois pas qu'on devrait dire la vérité à Sakina, après tout elle a plutôt bien réagis non ?

Bizarrement oui, mais c’est pas une raison de l'énerver on doit partir d'ici encore et ça sert à rien qu'on se dispute tant qu'on n’a pas quitté cette île, même si Sakina pourrait penser le contraire, si on re-croise le chemin de nos deux ennemis d'hier ça risque de mal se passer..

T'as raison, mais je m'en veux de lui avoir menti...

La conversation terminée je me lève le plus silencieusement possible et je me dirige vers cette fameuse armoire, l'ouvre et commence à fouiller dedans pour trouver une tenue qui m'irait. Le combat contre Archimée m’a fait voir des habits qui mettaient le corps merveilleusement en valeurs. Même si moi j'ai une queue et des oreilles je pourrais tenter de m'habiller comme elle, donc je prends le truc le plus sexy de ce que j'ai sous la main. Un petit short en jean dans lequel je fais un trou pour être plus alaise et un t-shirt qui laisse mon nombril à découvert, toute façon sous forme de chat ça ne fera pas trop vulgaire hihih. Je regagne ma place et une bonne demi-heure après Sakina se réveille.
~

Changement de conteur:
 

Je m'étire et la couverture qu'il y a sur moi descend jusqu'à arriver au niveau de ma poitrine, il y a une brise désagréable et je trouve qu'il fait frisquet, j’y vois quasi rien hormis les deux filles qui me regardent allongées sur le sol. Je me lève et enfile mes habits que Bastet m'a enlevé hier, hier.. Des journées comme celle-là ne me manquent pas du tout, avoir perdu mon temps pour rien... Dix millions sous mon nez plus ce fruit... Rien que d'y penser ça m'énerve, mais bon je suppose qu'être en vie c’est pas si mal ! Ce qui me refait penser à Patrick..

Bon on doit bouger.

Sérieux on va déjà sortir ?? YOUPIEE !!

SSSHHHHHTT ! On est où ici déjà ?

Bastet m'explique la situation, après avoir trifouillé mes poches pour voir combien de berrys ce stupide chat qui ne sait pas compter a donné pour une fenêtre et une nuit dans une chambre une personne, je prends mon arme et lui offre un joli coup de crosse. Où il a fini ? Je ne sais pas, il fait trop noir mais ce qui est sûr c’est que j'ai touché !

Bon on doit bouger, j’ai pas envie de me faire choper par Patrick. Puis il avait l'air balèze ce type, Hotaru c’est ok tu sauras marcher jusqu'au port ?

Ouai niquel pour moi.

Je vais vers le dressing de notre hôte et me sers, il y a pas de raison avec tous les berrys que Bastet lui a donné je n'aurais aucun remord à lui prendre un pull à capuche pour Hotaru et une veste à capuche aussi pour moi que Bastet m'aide à trouver dans cette obscurité, le tout est d'être discret et de filer sur le premier bateau qui nous laisse monter à bord. Je regarde par la fenêtre cassée et vois qu'on est au premier étage. Je suppose que c’est Bastet qui nous a monté ici, je ne l'en savais pas capable mais c’est tant mieux. Il fait encore bien nuit et il faut en profiter pour partir. On rassemble nos affaires, Hotaru ouvre la fenêtre et saute. Elle a l'air d'avoir pas mal récupéré, je me sens incapable de sauter de si haut dans mon état, même si je vais mieux j'ai eu la tête qui a sacrement tourné quand je me suis levée, si je me réceptionne mal et que je me pète la cheville j'aurais l'air fine..

Bastet attend ! C’est toi qui m'as monté ici hein ? Donc fais-moi descendre.

Heu ok, tu te sens pas au top. Il me semblait bien en voyant ta tête..

La vision nocturne, quelle chance ! Dehors il fait clair avec la lune mais dans cette pièce c’est l'horreur. Elle me prend dans ses bras et je me tiens à son cou, un bond et hop nous voilà dans la rue. Plus désert tu meurs, on se déplace un peu et on tombe sur un bar avec des gens qui sont déjà bien pompettes, j'aperçois le patron à travers la vitre qui semble fan de rock and roll et dort sur son propre bar. Dehors un homme en train de vomir, après tout qui ne tente rien n’a rien.

Bonjour mon bon monsieur, on cherche le port vous sauriez m'indiquer la direction ?

L'homme se redresse et s'essuie la bouche avec le manche de sa chemise.

Et bin mtrois beunne deummmmme... C'est binsimmmmple fou prendre par là et BOUAAAAAA ! !

L'homme remet une couche de vomis sur le sol, encore bien qu'il a pointé une direction du doigt en nous parlant parce que j'ai rien compris.

On suit la direction et après une dizaine de minutes en ne croisant que des gens bien louches que je préfère éviter on tombe sur une plaque indiquant le port. Bientôt nous pourrons quitter cette fichue île, j'en ai le sourire aux lèvres ! Ce qui me réjouit ? Je sens mon coeur battre dans mon torse, ce qui veut dire qu'il est encore bien à moi pour le moment !

On arrive près de la rive, j'entends le fracas des vagues et sens l'air se rafraîchir, le soleil est encore loin de se lever tout semble parfait. J'entends même des gens qui travaillent, après tout, les ports ne dorment que rarement ! Mon coeur bat bien vite, mais je sais qu'une fois dans le bateau je serais en sécurité, je ne pense pas que Patrick commencera à fouiller tous les bateaux du port !

On passe une maison et enfin l'océan est à porter de vu, il y a plus d'activités que je l'aurais imaginé au port. Les marins, quel style de vie courageuse, travailler à ce genre d'heures pour un salaire souvent misérable haha.. C’est pas moi qui ferais ça.

Je regarde l'horizon de cette mer que moi et mon coeur nous sommes plus qu'impatiente de prendre mais j'aperçois une immense ombre, je m'arrête de marcher et fais quelques pas en arrière pour me remettre derrière l'habitation qui me cachait la vue sur la mer. Après quelques pas Bastet et Hotaru remarquent mon absence, font demi-tour et me rejoignent. J'en crois pas mes yeux, j'ai beau les frotter à chaque fois que je passe la tête pour regarder cette silhouette, je suis un peu plus sûre que c’est celle de Patrick.

Les filles.. On a un problème et il s'appelle Patrick, c’est le gros type juste là.
http://www.onepiece-requiem.net/t19175-sakina-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t19251-fiche-sakina
avatar
Hotaru


Feuille de personnage
Dorikis: 1300
Popularité: 35
Intégrité: 19

Sam 3 Fév 2018 - 23:20

En entendant les paroles de Sakina, Hotaru sentait qu’une nouvelle mission allait lui être confiée. Et pour se donner du courage, elle prit la parole pour prévenir les pensées de la brune.

Et bien, normalement il ne m’a pas vu et je me sentirai plus en sécurité si Bastet venait avec moi, donc en toute logique c’est à nous deux de gérer la situation. Il faut simplement trouver un bateau pour nous sortir de cette île et le tour est joué.

Sakina réfléchit à ce que venait de dire la rouquine, il faudra qu’elle lui donne l’argent ce qui ne lui plus pas beaucoup et cette idée lui en donna même des frissons.

On n’a pas vraiment le choix, je te file l’argent, t’auras que ça alors débrouille-toi pour trouver un bateau potable à ce prix. Toi Bastet à moins qu’il y ai un problème reste sous forme animal, si je peux éviter de payer ta place ça m’arrangerait.

Sakina appuya ses derniers mots en la regardant de manière intensive pour lui rappeler la somme astronomique qu’elle a versé à la jeune fille de l’appartement. De son côté Bastet se fit la plus petite possible, quant à Hotaru, elle compta cent mille berrys, cela lui semble pas mal, même trop mais elle n’ose pas commencer un débat.

Aller, viens Bastet.

Résignée par le devoir qu’elle a à accomplir, Hotaru se dirige comme si de rien n’était vers les marins en train de s’afférer devant leur bateau respectif. La rouquine est légèrement tendue et lorsqu’elle regarde d’un peu plus près le colosse dénommé Patrick, elle comprend que Sakina veuille quitter cette île et le plus vite possible d’ou cette somme d’argent.

Hum... Elle donne beaucoup d’argent pour un simple voyage quand même, je suppose qu’elle ne veut pas perdre de temps mais en y repensant, quand j’ai donné cours à Bastet elle m’a donné que cinquante mille berrys, ça veut dire que j’aurais pu gagner plus....

Après cette pensée futile et rapide, elle se re-concentra sur sa tâche, Patrick est colosse mais il n’a pas vu que la rousse est de mèche avec la brune donc il n’y a à première vu aucun danger et puis la féline ou la tigresse suivant la forme qu’elle prend est à ses côtés, c’est déjà un gros atout.

Hotaru a déjà étudié les îles lorsqu’elle avait encore en tête, de retrouver son père, objectif qu’elle a toujours mais en attente pour le moment. Donc si elle peut trouver dans tous ces bateaux une destination vers une île tranquille ça l’arrangerait et si en plus c’est une île qui l’avait fait rêver en lisant sa description, ce serait encore mieux. D’autant plus qu’un peu de repos pour tout le monde serait le bienvenue.

Bon bah on va commencer par celui-là...

Bonjour, excusez-moi je cherche un bateau qui pourrait me prendre comme passagère avec ce chat et une amie ?

Désolé ma p’tite mais le capitaine est allergique aux chats et même avec tout l’or du monde il ne voudrait pas que cette bête monte sur le bateau.

Le marin se retourna non-chalamment comme s’il venait simplement d’indiquer le chemin à la rouquine alors que pour elle, c’est une claque monumentale qu’elle vient de se prendre. Elle regarda Bastet qui avait l’air amusé par la honte que venait d’avoir Hotaru qui détourna le regard en quête d’un nouveau navire, d’une bonne destination et d’une tactique plus efficace pour filer d’ici le plus rapidement possible.

Cette île la rend vraiment nerveuse et l’idée que l’homme pour, on ne sait quelle raison lui tombe dessus lui fait peur et la met mal à l’aise. Surtout qu’elle a bien senti l’effrois de Sakina en le voyant.

Bon, bon, bon, il faut être plus ferme...

Hotaru essuya plusieurs défaites, ce n’est vraiment pas son truc, parler avec des marins et c’est très dommage que ce ne soit pas Sakina qui s’en soit occupée, celle-ci doit même sûrement se demander ce que la rouquine et Bastet sont en train de faire.

Bonjour, je cherche un bateau pour voyager avec une amie.

Heu, bah, heu oui, il faut voir avec le capitaine là-bas...

Hotaru tourna la tête vers le capitaine en question, assez baraqué et déjà d’un certain âge mais on voit bien qu’il est encore assez fort pour ne pas se laisser marcher sur les pieds. Elle s’approche de lui, la féline à côté, il est vêtu d’un pantalon bouffant d’une couleur foncée, incertaine étend donné la nuit qui est tombée depuis un moment. Il porte avec ça une chemise légèrement ouverte qui laisse découvrir un torse velu et une veste qui ne semble pas assorti au reste de sa tenue.

Pour ce qui est de sa tête, il a déjà une calvitie bien avancée et une barbe mal entretenue, voir pas entretenue du tout. Ses sourcils sont broussailleux et le regard qui se cache en dessous est dur et peu commode.

Aller, aller, courage avec un matelot aussi benêt dans son équipage, il ne doit pas être si vilain que ça...

Peu persuadée par ses pensées et peu confiante avec les quelques bateaux qu’elles ont déjà passé, elle s’approche de plus en plus de son interlocuteur. Elle resta néanmoins à un bon mètre d’écart face à lui et commença à lui parler.

Bonjour, je recherche un bateau qui pourrait m’emmener ailleurs, moi et une amie.

Et elle est où cette amie et y aura ce chat aussi ? Parce que j’ai pas l’intention d’attendre qui que ce soit ?

Hum, une petite chance qu’il nous emmène ?

Et bien, elle est dans un café pas loin, elle finit de faire ses affaires pour quitter l’île et je suis venu pour trouver notre transport et oui elle vient aussi.

Hum... Et combien je gagnerais à vous transporter tous les trois ? En sachant que je ne ferais aucun arrêt avant mon point d’arriver.

Et bien, ceci vous conviendrait ?

Hotaru sortit tous les berrys qu’elle possédait, elle aurait bien marchandé si elle avait su s’y prendre mais si c’est notre seule et unique chance de partir elle est prête à tout. Elle lui montra la somme d’argent, ne voulant pas lui mettre dans les mains, on n’est jamais trop prudent. Le capitaine prit connaissance de la petite fortune qu’il allait s’en doute gagner en emmenant deux filles et un chat.

Hum, il y a pas mal, ça me semble correcte mais je veux pas d'entourloupes et vu votre visage, j’aimerais savoir pourquoi vous êtes venu ici ?

Hotaru fût surprise et anxieuse, elle avait oublié les coups qui lui avaient sans doute marqués le visage, puisqu’elle n’avait pas pu se voir dans un miroir depuis. Elle devait trouver une excuse et vite. Pas besoin de dire la vérité et comme ça on évitera d’interpeller Patrick.

Et bien, pour ça c’est juste que je suis tombé au mauvais moment au mauvais endroit. Il y a une bagarre qui s’est déclenché et je suis assez maladroite et je me suis fait embarquer dedans. Vous connaissez bien la réputation de cette île je suppose. On est ici parce qu’on avait de la famille enfin, mon amie et on est venu récupérer ce qui lui revenait de droit.

Le coup de l’héritage, pitié qu’il me croit...

Elle n’aime définitivement pas ça, mentir n’est pas fait pour elle surtout lorsqu’elle ne se sent pas bien et que sa vie est potentiellement en danger.

Mouai, ok, bon va retrouver ta copine gamine et dépêchez vous de ramener vos fesses sur le bateau on part dans dix minutes.

Je crois qu’il m’a pas cru mais bon j’ai quand même une bonne tête c’est sans doute pour ça.

Ah et dites, il va où votre bateau ?

Sur Tanuki, toute façon vous avez pas le choix aller, à dans dix minutes.

Hotaru fit semblant d’aller chercher Sakina, il ne faut pas qu’elle éveille les soupçons du colosse qui est toujours posté sur le port en train de guetter l'apparition d’une belle fille brune.

Bon, vas chercher Sakina explique lui qu’on a un bateau qu’il va sur une île tranquille et que tout est réglé.

Zut j’ai pas payé, enfin au moins s’il part avant qu’on revienne, on n’aura pas tout perdu.

Bastet est vite parti chercher Sakina. Maintenant il est tant pour nous de trouver une solution pour aller rejoindre Hotaru dans dix minutes, assez court !
avatar
Sakina

♦ Localisation : Zaun

Feuille de personnage
Dorikis: 2466
Popularité: 74
Intégrité: 23

Dim 4 Fév 2018 - 10:50

Je sors ma tête et je regarde les deux filles s'éloigner, à peine ont-elles fait quelques pas que je me souviens de Patrick qui n'a pas voulu laisser passer Bastet, il est trop tard pour les rappeler ça rendrait les choses bien plus suspectes qu'autre chose. Elles vont de bateaux en bateaux, j’ai d'ailleurs un peu de mal à le comprendre. Cent mille berrys tous les capitaines devraient sauter sur l'occasion pour seulement deux passagères... Pendant ce temps Patrick guette les alentours et fait des aller retour à travers le port. Je remarque qu'il porte toujours ses lunettes de soleil, pourtant il fait bien sombre et même si la lune éclaire assez que pour avoir une vision correcte partout sur l'île, porter des lunettes à une telle heure pour chercher des personnes c’est un peu stupide. Mais bon je ne vais pas m'en plaindre !

Du côté d'Hotaru elle parle depuis deux petites minutes avec le capitaine d'un bateau, je suppose que c’est bon signe, bientôt je serais sortie d'affaire et je ne remettrais plus jamais les pieds sur Zaun ! Je ne sais pas si je vois correctement mais quand Patrick marche sur les quais dont certaines parties sont en bois, j'ai l'impression de voir la structure en bois trembler tellement il est grand et gros ! Gros, je parle de ses muscles bien sûr. Il a une silhouette de bodybuilder, l'espace d'un instant je l'imagine en train d'essayer de se toucher les deux mains. Je suis sûre qu'il doit galérer mais ça ne me fait pas rire parce que je sais que pour m'écraser il n'a besoin que d'une main..

Bastet se sépare de Hotaru ! C’est bon signe. Je redescends bien ma capuche, je me frotte un coup les mains et merde ! Mon arme, je ne l’ai pas rechargé depuis hier ! Je prends vite mes munitions et je les fourre dans mon calibre. Douze balles ça ne sera pas de trop pour coucher un grand gaillard comme lui. Je relève la tête pour voir ou en est Bastet. À quoi elle pense ? Je ne saurais pas vous le dire mais la voir passer sur le chemin où est Patrick me donne envie de la trucider ! Quelle inconscience. C’est un chat elle peut passer par où elle veut. Elle décide de passer juste devant Patrick, à voir la scène mon coeur bat de plus en plus vite. Jusqu'à ce malheur ou il s'abaisse et la remonte à auteur de son visage en la tenant entre son pousse et son index par la peau de son cou. Ce serait une autre personne qui prendrait MA Bastet comme ça, elle serait déjà morte, mais là c’est plus lui qui est capable de me tuer que le contraire. Surtout dans mon état.

Je tourne la tête vers la rouquine pour voir si elle regarde Bastet, elle pourrait la récupérer en feintant que c’est son chat mais elle regarde le bateau et parle avec un des marins !? Je peux pas lui en vouloir si elle fixe Bastet de tout le long ça aurait fait suspect.. Je m'abaisse et je ramasse une petite pierre, elle est un peu plus petite qu'un berry, ça fera l'affaire. Je sors mon corps de sa cachette et j'envois la pierre vers le grand Patrick, à peine lancé que je me re-cache derrière le mur en ne laissant sortir que ma tête.

Fiouuuuuuuu ! J'ai l'habitude des lancer vu qu’avant je faisais pas mal de boomerang, c’est pas la même chose mais mon poignet a tellement été entraîné qu'il en est devenu plus que précis. La caillasse va droit vers Patrick, ou plutôt c’est ce que je pensais voir avant qu'elle finisse sa course en plein dans la gueule de ma petite Bastet. Encore bien qu'elle a l'habitude de prendre sur la tronche et qu'elle a le crâne solide ! Le géant ne semble pas prêter attention à la pierre qui vient de frapper Bastet, cette fois je ne manquerais plus ma cible. Je reprends une pierre de la même taille, sors de ma cachette, prends la position set. Un peu comme si j'allais lancer une balle de baseball et je l'envois après trois petites secondes de concentration le plus fort possible vers le dos de Patrick. Je sais bien qu'une pierre de cette taille ne lui fera rien c’est plus pour le distraire qu'autre chose.

Je la vois aller tout droit vers le milieu de son dos, pile où je visais ! Je crois halluciner quand au dernier moment je la vois grandement dévier de sa trajectoire et PAF dans la gueule du chat.

Putin ! Le géant semble ne jamais les voir, quel manque d'attention, pourtant aucun doute Bastet les sent. Faut que j'arrête de faire la conne. Je ramasse une autre pierre, cette fois je vais l'envoyer vers Hotaru pour qu’elle vienne en aide à Bastet à la place de parler avec ce marin. Je me mets en position windup cette fois, peut-être celle-ci m'apportera plus de chance. Bien que normalement je n'en ai pas besoin de chance je rate rarement ma cible et échouer deux fois d'affiler me fout quelque peu en rogne... Peut-être serait-ce les blessures d'hier, après tout j'ai pas encore bien récupéré. Bref Hotaru est isolée, loin du géant et de Bastet. Tant qu'elle fait un peu de bruits près d'elle je suis sûre qu'elle va se retourner vers Patrick.

Je la lance et elle va dans la bonne direction, je me re-cache de suite derrière le mur et je suis la pierre du regard. Au beau milieu du trajet elle change de trajectoire et PAF en plein dans la gueule de Bastet. C’est quoi ce délire ! Par chance Hotaru se retourne au même moment vers Bastet, elle se déplace vers Patrick et en tendant bien l'oreille je l'entends lui parler.

Euh bonjour monsieur, excusez-moi mais c’est mon chat je pourrais le récupérer s'il vous plait ?

Patrick baisse la tête en direction de ma collègue la rouquine met sa main droite qui est encore libre vers son épaule gauche et en un instant envoie une puissante baffe du revers de la main vers Hotaru qui a le temps de sortir son katana et de bloquer l'attaque. Enfin, bloquer est un grand mot vu qu'elle se voit propulser sur la coque du bateau. Cette fois, j'ai pas besoin de tendre l'oreille pour entendre le bruit de l'impact entre la lame d'Hotaru et la main de Patrick. Le marin avec qui Hotaru parlait crie des ordres aux hommes qui sont près de lui, LEVEZ L'ANCRE. Même s’ils ont dit non à Hotaru je compte bien prendre ce bateau-là, plus le temps de trainer ! Je sors de ma cachette mon arme en main, en approchant de Patrick qui me tourne le dos je l'entends dire une simple phrase.

Où est Sakina, la chasseuse de prime ?

Bastet répond naturellement.

Miaouuuuw !

Je vais devoir t'écraser, il y a que Sakina que je dois ramener vivante.

Je suis là ! Lâche ce putin de chat !

Mon arme est braqué sur lui, juste entre ses deux yeux. J'aurais déjà tiré sur d'autres personnes mais au clair de lune comme ça, il est vraiment impressionnant et si je peux acheter ma liberté à la place d'énerver un colosse pareil, je suis prête à le faire. Puis il n'y a aucun doute que la fille qui m'a couché hier n'était pas une humaine normale, si c’est la même chose pour lui et que je tire... Je serais dans de beaux draps.

Vous devez me suivre chasseuse de prime.

Lâches le chat !

Patrick regarde Bastet et l'envoie avec une grande force vers où il avait envoyé Hotaru. Ma compagne féline ne peut s'empêcher de se transformer en humaine pendant le vol plané et de prendre parole.

AAAAAAAAAAAHHH, J’VAIS VENIR T'ECLATER BOUFFON C’EST QUOI CE MANQUE DE RESPECT D'OÙ TU M’TOUCHES ESPECE D'ENF....

Plouf, dans l'eau, je regarde la scène en laissant mon pistolet pointer vers le géant. Je suis rassurée de voir Hotaru qui vient en aide à Bastet qui a repris sa forme de chat en atteignant l'eau et qui était en train de se noyer, elles sont toutes les deux dans l'eau et Hotaru nage vers le bateau qui démarre. C’est parfait je vais pouvoir les rejoindre, si ce gars a le même corps que la fille je doute qu'il me suive à la nage, et s’il a un corps normal il sera mort d'une seule balle pour avoir touché à Bastet !

Ok je vais te suivre, mais j'ai pas besoin qu'on me tienne la main donc m'approche pas !

Je n'y vois aucun problème.

Ok, c’est cool alors... Euh je dois aussi récupérer mon sac qui est là-bas.

J'indique une direction vers l'opposer de la mer, il tourne sa tête et semble scruter les environs, je me demande encore comment il fait pour y voir en pleine nuit avec ses lunettes, mais je n'ai pas que cette pensée. C’est le parfait moment pour lui tirer une balle dans sa tronche et partir en courant !

Pan, le coup part je regarde le grand homme, déçus de ne pas le voir tomber, contrairement à la fille, je n'entends pas le bruit de l'impact. Je suis sûre d'avoir bien visé.. Mais pas le temps de rester planter là, je mets mon arme dans mon étui et je cours à toute vitesse vers l'océan.

HAHAHA tu sais même pas viser, HO !! RESTE LÀ ! J'AI ORDRE DE T'EMMENER CHEZ ARGILO !!!

Je suis bientôt sur le bout du chemin, je vais devoir continuer à la nage, le bateau n'est pas encore très loin avec un bon plongeon et quelques coups de jambes j'arriverais sans problème à le rejoindre et grimper dessus ! Hotaru et Bastet sont déjà à son bord et ont toutes deux les yeux fixés sur moi, Hotaru retient Bastet qui veut sûrement venir m'aider. Ne t'inquiète pas ma chère Bastet j'arrive ! À quelques pas du plongeon de délivrance je jette un oeil vers Patrick, à peine la tête tournée que je vois une lame de scie circulaire foncer vers moi.

AaAaAAaaAAaHhHHh !!!

AAAAAAAAAHHHHH!!!

L'esquive de folie que je viens de faire me sauve la vie, Patrick tend l'avant bras vers moi avec un trou à la place de sa main. Aucun doute c’est comme Archimée. Je dois vite filer, d'un côté je suis contente au moins il ne saura pas me suivre dans l'eau si tout ce corps est fait de métal. J'entends mes deux amies qui crient sur le pont, avec le bruit que Patrick fait en courant j'ai du mal à entendre ce qu'elles disent. Mais ne vous inquiétez pas les amies je suis là dans deux secondes ! Je mets mon pied gauche sur le bout du quai et fais un magnifique plongeon, pour vous dire, même un homme poisson aurait eu l'air d'un clown à côté de moi et une sirène aurait eu beaucoup moins la classe. C’est sûrement l'adrénaline qui m'a fait faire ce si beau plongeon ! Patrick qui te court après en t'envoyant des scies circulaires dans la face ça donne sûrement un certain style à la fuite !

Mais qu'est-ce qui se passe... Après avoir fait difficilement le premier mouvement des bras dans l'eau je me sens paralysée, je n'arrive plus à bouger et ma grâce qui était comparable à celle d'une sirène dans l'eau prend un tout autre visage. Là, on dirait de plus en plus un verre de terre qui est en train de se noyer... Je peine à garder l'air que j'ai en moi et elle s'échappe de plus en plus vite hors de ma bouche, je ne vois plus que ces bulles qui remontent à la surface, la lune qui ondule au-dessus des vagues de la mer. Je suis sur le dos, comme une espèce de poisson mort je comprends rien à ce qui se passe, j'aime pas les poissons... Mes yeux se ferment et je me sens m'endormir de plus... en plus......
http://www.onepiece-requiem.net/t19175-sakina-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t19251-fiche-sakina
avatar
Hotaru


Feuille de personnage
Dorikis: 1300
Popularité: 35
Intégrité: 19

Dim 11 Fév 2018 - 20:40

En deux secondes la situation vient de changer du tout au tout. Bastet s’est fait attraper par Patrick et c’est à ce moment que Hotaru se souvient qu’il avait vu la chatte. Elle le voit parler mais ne l’entend pas. La rouquine décide de s’approcher comme si de rien n’était et demande gentiment qu’on lui rende son chat mais l’homme qui se tient devant-elle, doit sentir quelque chose de suspect. Hotaru a des sueurs froides et ce type lui fait extrêmement peur. C’est sans prévenir qu’il lui donne un coup qu’elle réussit à parer avec beaucoup de mal. Dans leur malheur le bateau a lui aussi décidé de leur mettre des bâtons dans les roues en partant dès maintenant.

Merde, on est repéré, si on doit se battre on est vraiment dans merde. En plus le bateau qui se fait la malle sans nous ça va pas le faire. Je veux bien qu’il veut pas d’ennuis mais ça fait pas dix minutes là.

Sakina est obligée de sortir de sa cachette. Hotaru lui laisse gérer la situation quand elle voit Bastet éjecter dans la mer. Heureusement pour elle, qu’elle en sait un minimum sur les fruits du démon, elle se jette à sa suite pour tenter de la récupérer avant qu’elle ne se noie. La mer n’est pas très claire mais comme elle a sauté à une ou deux secondes d’intervalles, elle retrouve rapidement la petite chatte qui est en train de perdre ses dernières bulles d’air. Une fois en mains elle remonte le plus vite possible à la surface de l’eau, le bateau commence à bouger et les remous de l’eau rendent la nage difficile.

Elle lève les bras pour que Bastet puisse respirer la première quand elle voit enfin la surface, a quelques mètres elle aperçoit une petite échelle pour remonter sur le port. Les marins finissent tous juste de remplir les cargaisons que Hotaru se dépêche de monter sur la planche qui mène au bateau. Sur celui-ci elle examine Bastet qui s’est déjà re-transformée en mi-humaine, mi-chat. Toutes les deux échangèrent un regard en direction de Sakina lorsqu’elles entendirent une détonation.

Sakina est déjà en train de courir mais c’est trop tard leur moyen de transport à déjà quitté le port. D’un seul coup Hotaru voit Bastet prête à aller dans l’eau pour secourir Sakina. Elle la retient rapidement et quand elle l’a ramène près d’elle, elle voit du sang couler de son ventre. Les événements se déroulent bien trop vite pour Hotaru. Non seulement elle doit sauver Bastet qui vient de se prendre une balle d’on ne sait où mais en plus elle voit Sakina qui semble vouloir faire elle aussi un plongeon dans la mer pour rejoindre le bateau. Perdre ses amies en même temps alors que c’est sa première mission elle ne s’en remettrait jamais de toute sa vie.

RALENTISSEZ LE BATEAU, ON AVAIT CONCLU UN MARCHÉ.

Ça je peux pas gamine, je veux pas d’ennuis.

RALENTISSEZ LE TOUT DE SUITE SINON JE VAIS VOUS LASSEREZ LA GUEULE...

Pour accompagner ses paroles Bastet se transforma sous sa troisième forme et monta sur le capitaine qui tomba à terre. Terrifié par cet énorme félin, il cria à ses hommes de ralentir la cadence. Hotaru réfléchit vite, elle prend une corde en vérifiant qu’elle soit assez longue et l’attache au rebord du navire puis autour de sa taille. Sakina n’est déjà plus sur le port elle doit se dépêcher de la sortir de l’eau. En regardant par-dessus bord elle croit distinguer ce qui pourrait être les bulles d’air de Sakina qui s’échappe déjà de son corps.

Demande aux marins qu’ils vérifient quand je ressors de l’eau, pour me remonter avec la corde le plus vite possible.

Sans plus perdre de temps, elle saute dans la mer, et nage vers les dernières bulles qu’elle voit remonter, puis plus rien. Elle continue dans la même direction jusqu’elle aperçoive une masse sombre en train de couler. À sa hauteur elle distingue parfaitement Sakina qui a perdu connaissance et la remonte directement après s’être assurée de la tenir correctement. Heureusement que Sakina n’avait pas coulé plus loin car Hotaru sent la corde la tirer, elle pensait pourtant en avoir pris une très longue mais, peu importe. Pour une première mission elle était servi, elle apprend même à faire du sauvetage. Hotaru ne sait pas si elle s’y prend comme il faut mais de toute façon du moment qu’elle ne perd pas son amie en cours de route et qu’elle va relativement vite jusqu’à la surface cela devait être une bonne chose.

Elle ne s’empressa pas comme avec Bastet de lui sortir hors de l’eau la tête la première de toute façon Sakina a déjà avalé de l’eau et il faudra lui faire sortir tout ça. Elle dirigea son regard vers le rebord du navire et aperçu un marin qui se retourna aussitôt en croisant son regard probablement pour donner ses ordres aux autres et l’aider à le remonter. En moins de trois minutes Hotaru pu déposer Sakina sur le pont assise contre un des rebords. Sakina a vaguement perdu connaissance, ses sens sont brouillés et Hotaru doit lui faire recracher l’eau avalée. Elle lui tapa très fort dans le dos ce qui lui fit expulser celle-ci de ses poumons. Après l’avoir aidé et Sakina toussota quelques instants.

Hotaru sent quelque chose se dégager au creux de son ventre comme quand on laisse tomber un poids trop lourd, on est léger en une fraction de seconde. Mais Hotaru n’a pas pu tout lâcher car ce n’est pas encore fini. Elle regarde en direction du port et elle distingue la grosse silhouette de Patrick même sous la brume qui a recouvert celui-ci en peu de temps. Un deuxième soulagement pour Hotaru mais le pire reste à venir. Elle se tourne vers Bastet qui a perdu une bonne partie de son sang sur le capitaine.

Votre médecin et tout de suite. Bastet lâche-le, repose-toi !

J’vais l’étriper, on a faillit perdre Sakina à cause de lui ! Pourquoi je devrais lâcher ce rat à la place de le décapiter maintenant ?

Bastet le clouait au sol avec ses deux grosses pattes sur les épaules du capitaine, toutes griffes dehors prête à lui lacérer le cou au moindres mouvements.

Elle ne voulait guère obéir mais comme Hotaru dégainait son sabre pour reprendre le contrôle de la situation en mains, elle se relâcha un peu. Elle sentit aussi que la rouquine avait bien vite changé d’humeur et semblait être vraiment en colère. Une première pour la féline, elle qui pensait que cette fille n’avait aucun caractère. Bastet s’enleva complètement du capitaine dégouté d’avoir été recouvert de sang. Même si s’était Bastet la blessé, il avait l’air aussi blanc qu’elle. La vision du sang devait être une épreuve quasi insurmontable pour lui et il n’avait pas vraiment eu le choix. Cependant il ne semblait guère vouloir céder.

J’avais dit que j’voulais pas d’problèmes gamine et mon argent d’ailleurs.

C’est vrai l’argent quel andouille, enfin je sais pas à quoi il va ressembler après avoir été dans l’eau.

Hotaru sortit les berrys trempés de poche et lui balança à la figure.

Mais j’veux plus, après le foutoir que vous avez foutu et surtout pour ma chemise.

T’AURAS RIEN DE PLUS GROS PORT.

Sakina se releva avec son gun en mains, elle le pointait dans sa direction après avoir cherché sa fidèle compagne sur le navire. Son coeur se serra en voyant le petit trou dans son ventre. Une colère noire monta en elle, l’idée qu’elle puisse perdre Bastet était inimaginable. Elle se regarda partout autour d’elle en cherchant un flingue dans la main du coupable. Malgré qu’elle soit la seule ici en possession d’une arme, elle commença à hurler.

-QUEL EST LE POURRIT QUI A TIRE ?

Elle se retourna d’un seul coup vers Hotaru, aucune parole n’était nécessaire tellement le regard de Sakina était éloquent, elle voulait des explications et vite.

Je sais pas d’où vient la balle, tout ce que je peux te dire c’est que la seule détonation que j’ai entendu c’est la tienne quand tu as tiré sur Patrick…

Sakina n’y comprenait rien du tout en repensant aux petits cailloux qu’elle avait tenté de jeter sur Patrick mais en vain. Elle était furieuse et lorsqu’elle vit que le capitaine ne semblait toujours pas disposé à exaucer leur souhait elle braqua de nouveau son arme en pointant avec précision la partie qui se situe entre ses deux yeux.

Ramène le cul de ton médecin tout de suite sinon je te défonce le crâne.  

Malgré les menaces de la brune le capitaine devait sûrement croire que ce n’était que du blabla car pour essayer de se redonner un peu de consistance il expira un bon coup avant de vouloir se relever. La patience de Sakina était à son comble dans la lumière elle aurait sûrement été rouge de colère et lorsqu’elle pressa davantage la détente, CLIC CLIC… Dans un même mouvement Hotaru abattit son sabre juste au-dessus du cou du capitaine. Il redevint blanc comme un linge. La rouquine n’a pas été assez rapide sur les intentions de Sakina mais heureusement son arme était dans un piteux état, la poudre était complètement mouillée et cela n’ajouta que plus de colère à la brune. Elle vit néanmoins que la situation touchait autant Hotaru qu’elle et que Hotaru voulait se charger du capitaine. Pour la rouquine ce geste avait une tout autre signification, oui Bastet avait besoin d’un médecin, mais si Sakina venait à abattre le capitaine et que la blessure de Bastet venait bien de l’arme de sa maîtresse, elles auraient un plus gros problème, heureusement elles ont eu de la chance. Hotaru ne doute pas du talent de son amie mais elle a mangé un fruit du démon et elle ne connait absolument pas ses capacités. Et dans ce stress ambiant le capitaine cria finalement:

DOC, RAMÈNE-TOI, SOIGNE CETTE EUH... Il regarda de nouveau du côté des deux jeunes filles, il voudrait éviter d’être blessé aussi. CETTE FILLE, ET MAGNE-TOI.

Le médecin s’empressa de donner quelques consignes à deux marins. Ceux-ci se dirigèrent vers une trappe, après quelques minutes le temps que le Doc regarde la blessure de Bastet, ils revinrent avec une espèce de civière, le médecin leur ordonna de la déplacer doucement sur la civière. Lorsque les deux hommes s’apprêtèrent à l’emmener quelque part précédant le Doc, Sakina se mit en travers de leur chemin.

Pas d’entourloupe…

On va descendre pour être plus tranquille, de plus tout mon attirail se trouve en bas.

Le Doc semblait vraiment prendre son métier à coeur et Sakina ne l’intimidait pas le moins du monde enfin, en tout cas c’est ce qu’il donnait à voir. Il continua sa route Sakina sur ses talons, il n’était pas question que sa Bastet parte avec un inconnu, voir un charlatan. Il était peu probable que ce médecin face mal son travail étend donné qu’il avait l’air de vouloir la soigner.

Hotaru tu as la charge du capitaine, que ton sabre ne quitte pas son cou.

Cette dernière mission sembla à la rouquine une des plus simple car dans tous les cas, le bateau se dirigerait vers Tanuki et que le capitaine ne souhaite sûrement pas se faire tirer dessus ou tranché en deux. Elle voulut donner aux marins l’ordre de se manier mais en les regardant, elle vit qu’ils ne prenaient pas les choses à la rigolade et qu’ils s’activaient déjà chacun dans leurs tâches respectives pour faire avancer le bateau.  Hotaru attendra avec impatience le verdict du Doc, cette aventure lui aura donné du fil à retorde et beaucoup de stress. D’ailleurs elle aimerait beaucoup que ses cheveux retrouve sa teinte naturelle.  Ce n’est qu’après une bonne heure que le médecin remonta avec quelques griffures sur les bras pour annoncer que son travail était terminé et qu’il faudrait au moins le temps du voyage un repos mérité et obligatoire pour la petite chatte.
avatar
Sakina

♦ Localisation : Zaun

Feuille de personnage
Dorikis: 2466
Popularité: 74
Intégrité: 23

Mar 13 Fév 2018 - 18:35

J'ai comme un goût de pisse dans la gueule, de la pisse salée. J'avais jamais bu la tasse dans la mer et c’est pas agréable. Rien que de penser aux poissons qui l'habitent et que moi j'ai eu ça dans la bouche beurk ! Je suis en train de suivre ma Bastet qui est sur une civière en crachant un peu partout sur le pont, des crachats salés, dégueulasse et je comprends pas.. J'aurais envie de buter tout l'équipage pour choper le coupable mais j'ai besoin de ces nulosses pour partir d'ici. Patrick n’a même pas essayé de suivre...

Sakina..............

En moins d'une minute, enfin je crois. Me voilà quelque part dans la cale du navire, je ne sais même pas si on est à l'avant où à l'arrière. Je vois juste le sang sur le bout de chiffon que le docteur presse sur Bastet. Il la pose sur une ridicule table. Enfin une table normale mais Bastet mérite bien mieux, le doc a même pas de chemise blanche comme dans les vrais hôpitaux. Mais il semble se donner à fond, il coupe dans le t-shirt de Bastet même si on voyait déjà sa blessure avec ce t-shirt qui lui laissait son petit nombril à l'air libre.

Sakina.................

Le doc et les deux autres courent partout dans la pièce quand ils ne s'occupent pas directement de Bastet. Moi je ne peux même pas l'aider, même pas un peu. Je me sens si faible et si inutile. Je dois me reposer sur des clampins pour m'aider, pire pour aider Bastet qui souffre, j'ai l'impression de même pas pouvoir aller la caresser.

SAKINA !

Bastet me cause, j'ai presque les larmes qui me coulent des yeux, j'avais jamais imaginé possible le fait qu’elle puisse se prendre une balle.

Oui ? Tu veux quelque chose ???

Non, tout va bien t'en fais pas j'ai presque pas mal..

Elle ment ça se voit, surtout avec les grimaces qu'elle fait mais ce mensonge me montre qu'elle tente de me rassurer.. J'ai l'air si abattue que ça, je suppose que oui. Pourtant c’est à moi de l'aider dans un moment comme celui-là.. Pas à elle !

Tu... Tu as pas mal, bah t'es bien courageuse ! Mais ne t’inquiète pas je m’y connais un peu en médecine et une balle la c’est rien de trop grave... Hein doc ?

J’y connais rien mais je peux pas la laisser me réconforter alors que c’est à moi de le faire ! Si ce bouffon répond que c’est super grave je l'assomme sur la table?! Il pose son regard sur moi, je pense qu'il voit bien que j’y connais rien mais il joue mon jeu, fort heureusement pour lui d'ailleurs.

Oui oui, t'en fais pas gamine c’est une blessure superficielle, dans quelques jours t'auras une jolie cicatrise et on en parlera plus !

Tu vois, t’inquiètes ça va aller !

Je lui tends ma main et elle la prend en feintant un sourire. Je vois du coin de l'oeil le médecin qui prend une pince assez grande.

La balle est restée à l'intérieur, je vais devoir l'enlever, ça ne prendra pas plus d'une minute.

Je regarde le ventre de Bastet et le doc enlève le chiffon du trou et enfonce son indexe dedans, la réaction de Bastet ne se fait pas attendre elle sort les griffes et me troue la main jusqu’au sang, elle hurle mais ne se débat pas trop.

Trouver ! J'enfonce s’te pince et je te sors ça gamine !

Il retire son doigt plein de sang et enfonce la pince, les cris de Bastet continuent et après une dizaine de secondes à fouiller il ressort la balle qu’il jette dans un petit bol en fer. Alors que Bastet relâche un peu la pression sur ma main.

Voilà maintenant je v...

Fais ton taf, pas besoin de dire ce que tu vas faire tu fais plus peur qu'autre chose !

Je vois dans le regard du médecin qu'il ne prend pas trop mal ce que je dis et il continue en silence, il prend une aiguille où il attache un fil et commence à coudre Bastet, c’est une horreur. Rien qu’à voir le fil se déplacer dans sa peau me donne des frissons. Le sang coule de moins en moins et après une longue minute le médecin a entièrement refermé le trou, il verse un liquide qui sent l'accole sur la plaie et essuie le tout avec une serviette propre. Il s'en va de la table et se lave les mains, les deux autres font de même et Bastet commence à moins stresser tout comme moi d'ailleurs.

Ca va ??

Ouais ça va aller, j’ai pas trop envie de bouger pour le moment mais ça va aller. Dis le capitaine il a pas voulu t'attendre faut le corriger !

T'inquiètes pas pour le capitaine.. Dis-moi plutôt qui t’as tiré dessus.

Non, je sais pas qui m’a tiré dessus.

Tu sais pas, tu te fous de moi le coup vient de face, dis-moi.

Non !

Pourquoi ?

Parce que.. Je sais pas qui c’est et en vrai j'ai entendu que ton coup de feu à toi, rien d'autre.. J'ai eu mal juste après..

Dis pas de connerie, j’ai pas du tout tiré vers toi !

J'avais déjà jeté un oeil à la balle qui avait été retirée du corps de Bastet. C’est une des miennes, mais je ne peux me l'avouer.. Il doit forcement avoir une explication, un coup monté ou autre. Je ne comprends vraiment plus rien.

Je pense qu'il faudrait la laisser se reposer maintenant..

Ouais, enfin non, c’est moi la chef ici, c’est moi qui décide de ce qui doit se passer ou non. Amenez-la dans le dortoir du capitaine s’il en a un.

Oui il en a un, on fait de suite ça m’dame.

Les trois personnes montent et amènent Bastet dans une pièce qu'il y a sur le pont. Je prends la balle qu'il y a dans le bol en fer, il y a encore du sang dessus donc je l'essuie tout en suivant ma petite féline. Avant de passer la porte du capitaine je demande à Hotaru de prendre le den den du capitaine et de nous rejoindre. Elle passe la porte et me dit que le den den est dans le bureau, je regarde et comme c’est bien le cas je lui dis de fermer derrière elle.

Clap.

Je comprends pas pourquoi c’est ma cartouche que le gars a retiré du ventre de Bastet, je comprends pas et j'ai pas envie de comprendre. Bastet me dit qu'il y a eu qu'un coup de feu toi aussi, alors expliquez-moi ce qui se passe sinon je vais tuer tout cet équipage de bouseux pour calmer mes nerf, j’ai l'impression de rêver bordel, puis c’est quoi le délire de me noyer direct quand je plonge, je sais nager merde !

Le capitaine gueule sur son équipage, sûrement pour se calmer de cet affront fait sur son bateau, j'attends la réponse de Bastet ou Hotaru, les secondes semblent être des heures et j'ai bien envie de retourner sur le pont pour foutre une balle à ce mec qui braille, j’ai déjà assez mal à la tête comme ça avec tout ce qu'il se passe et c’est bien une des premières fois que j'ai du mal à regarder Bastet directement, ça ne peut pas être moi qui ai fait ça..
http://www.onepiece-requiem.net/t19175-sakina-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t19251-fiche-sakina
avatar
Hotaru


Feuille de personnage
Dorikis: 1300
Popularité: 35
Intégrité: 19

Jeu 15 Fév 2018 - 15:54

Hotaru se sent paniquée derrière toutes les interrogations de Sakina et en même temps soulagée de voir que Bastet s’en sortira. Elle l’avait entendu hurler et se demandait si tout se passait bien pour elle. Elle a besoin de repos et de calme, zéro stress. C’est maintenant que tout va se jouer, elles ne peuvent plus garder le secret qui entoure Sakina. D’autant plus que si c’est effectivement sa balle qui a transpercé Bastet elle va s’en vouloir énormément, bien qu’elle ne soit pas réellement fautive d’autant plus qu’aucunes d’elles ne savent quel pouvoir elle possède. Bastet commença à parler avec une petite voix engourdie de fatigue :

Hum, en fait…

Je vais t’expliquer… Hotaru coupa la féline dans son élan, elle préférait annoncer la vérité à Sakina. Je t’ai pas dit la vérité à propos du fruit, sur le moment ça m’a paru être une bonne idée et on faisait clairement pas le poids face à nos adversaires sur Zaun, alors pour pas tout perdre et… Hotaru vit que Sakina semblait commencer légèrement à s’agacer par ce discourt trop long. Et du coup je t’ai fait avaler le fruit du démon. J’ai bien vu à quoi il ressemblait mais je connais pas bien les fruits du démon, du coup je sais pas lequel tu as avalé.

La brune considéra Hotaru quelques instants, la rouquine ne savait plus vraiment ou se mettre et Bastet avait peur de se recevoir un coup de crosse bien qu’elle remarqua que Hotaru avait pris soin de ne pas mentionner que c’était elle qui avait suggéré de lui mentir. Comme Hotaru avait l’impression que le temps s’étirait en longueur elle s’empressa de rajouter :  

Je suis désolé, vraiment je croyais bien faire, je m’étais dit que quitte à mourir au moins ils n’auraient pas ce maudit fruit et…

Pourquoi ?!

Hotaru fut troublé par cette seule question, elle vit que Sakina était pensive, la tête baissée et elle ne savait pas quoi lui répondre. Quand elle se redressa Sakina regarda en face Hotaru et réitéra sa question de manière plus précise.

Pourquoi vous m’avez rien dit ?

Heu… Et bien je pensais que tu allais te mettre en colère à cause de ce que j’avais fait et je voulais trouver d’abord quel fruit je t’avais fait manger pour te le dire ensuite…

Hotaru se sentit bête en écoutant ce qu’elle venait de dire à Sakina et celle-ci se dirigea sans un mot vers la porte pour sortir. Bastet avait l’impression d’avoir commis une faute grave en aillant menti à sa maîtresse et elle se sentait si soulagée de voir que Hotaru voulait prendre toute la responsabilité sur ses épaules sans doutes pour qu’elle puisse se reposer et guérir le plus vite possible. Très courageux de sa part, elle qui vient d’arriver dans l’équipe et qui ne connait pas encore très bien Sakina.

Elle a besoin de réfléchir, ça change quand même quelque chose dans notre vie d’avaler un fruit du démon !

Hotaru décida de rester auprès de Bastet. Elle préférait veiller sur elle, si elle n’était d’aucune utilité ailleurs, au moindre problème elle pourrait aisément appeler le médecin. Après que Sakina fût parti, la rouquine resta pensive sur les derniers évènements qui venaient de se produire. Elle s’était assise contre le mur en face du lit de Bastet, les jambes étendu devant elle. Elle regardait vaguement ses pieds en réfléchissant.

Et merde ce qui est fait et fait, si elle veut elle se passera les nerfs sur moi et puis c’est tout, toute manière y a plus rien à dire.

Pour se mettre un peu de baume au coeur elle se mit à penser à la super petite île sur laquelle elle allait tomber. Elle avait lu qu’une des caractéristiques de Tanuki était l’élevage de moutons. Et pour elle s’il y a élevage, il y a air pure et ça elle en avait grandement besoin. Se sentir bien, pouvoir de nouveau respirer.

Le voyage devait durer un certain temps et finalement Hotaru s’est donné pour charge de s’occuper de Bastet, Sakina elle voulait en savoir plus sur son fruit et s’exerçait. La féline donna beaucoup de fil à retordre à la rouquine après un bon sommeil mérité, elle voulait déjà se lever en même que le soleil, à ce moment Sakina cria :

HOTARU RAMENE-TOI.

En l’entendant Bastet se calma immédiatement et se rallongea de plus, une blessure ça a besoin de temps pour guérir et ce n’est pas une nuit qui allait résoudre l’affaire. Tandis que Hotaru se demanda soucieuse ce que voulait la brune. Aussi Hotaru s’assura que Bastet reste dans son lit le temps qu’il faudrait.

Pour passer le temps à Bastet, Hotaru commença à lui parler de l’île et de ce qu’elle en savait sans lui demander si elle la connaissait. Bastet fût heureuse de lui apprendre qu’elle et Sakina venait en fait de cette île et que par conséquent ce n’était pas une terre inconnue pour les deux jeunes filles. Hotaru fût fascinée d’en apprendre davantage sur Tanuki et du coup encore plus pressée de pouvoir fouler le sol de celle-ci.  

Même si le capitaine n’avait pas été très coopératif, Hotaru se dit qu’elle avait vraiment bien choisi son bateau et sa destination. Un endroit de calme et de paix et un retour aux sources pour ses deux compagnes. Elle a peut-être commit des erreurs mais pour une première fois elle ne s’est peut-être pas si mal débrouillé.
avatar
Sakina

♦ Localisation : Zaun

Feuille de personnage
Dorikis: 2466
Popularité: 74
Intégrité: 23

Sam 10 Mar 2018 - 12:27

Je clape la porte derrière-moi, le capitaine du bateau en me voyant crie un peu sur l'équipage pour je ne sais quelle raison. Sûrement par peur d'être à nouveau corrigé pour rien. Parce que c’est bel et bien moi qui lui ai tiré dessus. Un fruit du démon, encore bien que je suis pas devenu mi-femme, mi-poisson avec un truc pareil... Ce serait ridicule qu'un fruit comme cela existe par contre, ne sachant plus nager.. C’est peut-être parce que je pense trop à Bastet, et tout ce que j'envoie ou tire va sur elle.

Je me balade sur le pont, à la recherche de quelques choses de petit et de préférence mou à lancer, je tombe sur un jeu de carte éparpillé sur le haut d'un tonneau, ça me semble parfait. J'en prends une et la lance dans la direction opposée à la cabine ou se repose Bastet, la carte fait un bout de chemin et d'un coup s'arrête, change de direction et part du côté de la cabine pour finir sa course dans une des petites fissures verticales du bois de la cabine. C’est incroyable, je re-tente l'expérience en pensant le plus possible à mon père, mais la deuxième carte s'installe elle aussi entre deux bouts de bois. Je regarde autour de moi et je vois les marins qui me regardent comme si j'étais une magicienne. Rien d'étonnant, je me verrais je ferais les mêmes gros yeux que ces nuls.

Je décide de m'éloigner des regards et de continuer cette petite expérience sur ce nouveau pouvoir. Je suis derrière la cabine du capitaine cette fois et devant moi j'aperçois au loin les lumières du port de Zaun. On s’est déjà bien éloigné et c’est tant mieux. Je prends la moitié des cartes que j'ai en main et les envoie côté mer, toutes sans exception changent de direction et viennent se planter sur la cabine du capitaine, j'aurais cru qu'elles m'auraient percuté mais bizarrement aucune ne m’a même éraflée.

Hum embêtant... Je pensais au moins autant à mon père qu’à Bastet, au moins la moitié aurait dû aller vers la mer. Ca doit être autre chose. Je pose une carte sur ma main et la regarde en pensant à Bastet, en pensant qu'elle doit y aller toute seule et d'un coup la carte s'envole et se plante dans la cabine du capitaine. C’est super étrange.

HUMMMMMMMM…

Après un long hum, de réflexion je prends une carte dans ma bouche et la crache, bizarrement elle tombe à terre.. J'aurais parié qu'elle fasse la même chose que les autres. J‘enlève donc ma chaussure et ma chaussette droite je bloque une carte entre le gros orteil et le grec orteil et la lance comme je peux, même réaction que la dernière qui tombe sur le sol. Je m'empresse de regarder à gauche et à droite pour voir si personne m'observe, ce serrait gênant et je me dépêche de recouvrir mon pied de ses biens. Le soleil commence à pointer le bout de son nez, je me suis déjà bien reposée et même si j'ai passé la moitié de la nuit à fuir je ne suis pas fatiguée, puis je saurais difficilement trouver le sommeil, avec toutes ces questions que je me pose sur mon pouvoir.

Mais d'un coup tout me semble logique, si c’est pas par la pensée, ça doit être par le toucher, après tout j'arrête pas de la caresser ma Bastet !

HOTARU ! VIENS ICI JE SUIS DERRIERE LA CABINE !

Oui qu’est-ce qui y a ?

Ca va ? T'as l'air inquiète, Bastet va bien ?

Oui elle va niquel, non t’inquiètes pas je vais bien aussi.

Ok, ça me soulage, dis je viens de faire quelques tests avec ces cartes que tu peux voir au mur et je voudrais bien que tu m'aides, j'ai réfléchi et je ne touche que Bastet, c’est peut-être par le contacte que mon pouvoir agis.. Donc je voudrais si tu es d'accord te toucher puis envoyer une carte pour voir ce qu'elle fait.

Pourquoi pas, après tout c’est moi qui t'aies fait manger le fruit, encore désolée…

Je préfère ne pas parler de ça maintenant, on parlera une fois arrivé sur Tanuki, ha et tu as très bien choisis ce bateau, ceci étant dit, commençons.

Je pose ma main gauche sur la joue d'Hotaru, j'aime pas trop le contacte avec d'autre personne mais je suis bien obligée.. Je prends une carte de cette même main et l'envoie par-dessus bord, d'un coup elle change de direction et s'en vas vers Hotaru qui l'attrape en plein vole.

Ouha incroyable.

Ouais et regarde un peu. Je jette les cartes de ma main droite par-dessus bord et toutes se plantent dans le mur à côté de celles déjà présentes. Je suis de nouveau étonnée moi qui pensais que ça irait sur Hotaru, je refais quelques tests et je comprends bien vite que chaque main à sa "cible".

Bien, je ne dois pas blesser plus Bastet que ce qu'elle est, donc vu que c’est toi qui m'a fait manger le fruit je vais mettre la main qui vise Bastet sur toi si ça ne te pose pas trop de problèmes, puis même si ça t'en pose en fait, quand on fait quelque chose il faut pouvoir l'assumer.. Tant qu'on en sait pas plus sur le fruit que j'ai mangé je tenterais de ne rien jeter, quand on sera sur Tanuki on ira à la bibliothèque, tu m'aideras à comprendre mon fruit, puis on parlera du plan que t'as décidé de changer en me faisant manger le fruit.

Ok j’y vois aucun inconvénient..

Je prends mon fusil et enlève les balles qui sont dans le chargeur, je les donne à Hotaru qui les jette à l'eau pour ne pas que je lui tire dessus ou sur Bastet sans le vouloir. Je suis impatiente d'accoster, de revoir mon île, de retrouver mon père et ce petit voleur de Pagu. Ils m'ont bien manqué tout ce temps. Puis un peu de vacances nous fera le plus grand bien, et ça me permettra de comprendre ce fruit pour repartir à la chasse... Ces chasses qui commencent à me fatiguer.. A chaque fois que je déprime je pense à tous ces berrys gagnés, ça me remet un peu d'aplomb, la route vers Tanuki va prendre un ou deux jours, il n'y a plus qu’à patienter.

Tu diras à Bastet qu'elle a interdiction de sortir de la cabine jusqu'à notre arrivée, elle doit se reposer et j'ai besoin qu'elle soit en forme pour que vous puissiez m'entraîner à utiliser ce fruit.

La rouquine part rejoindre Bastet. J'ai plus qu’à patienter quelques jours, je garde l'équipage à vu d'oeil au cas ou le capitaine voudrait se venger de cette violence gratuite mais vu la peur que j'ai vue dans ses yeux je ne pense pas qu'il va tenter quelque chose..
http://www.onepiece-requiem.net/t19175-sakina-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t19251-fiche-sakina
avatar
Hotaru


Feuille de personnage
Dorikis: 1300
Popularité: 35
Intégrité: 19

Sam 24 Mar 2018 - 12:54

Avec Bastet on s’est regardé lorsqu’on a commencé à entendre des petits coups secs sur la porte. Je croyais que quelqu’un toquait à la porte doucement de peur de se faire martyriser ou je ne sais quoi mais quand j’ai dit qu’il pouvait entrer, personne. Sakina s’entraîne sûrement. Peut-être que si son pouvoir envoie tout ce qu’elle projette sur Bastet, elle minimise le danger en envoyant des choses impossibles à traverser une porte.

Hotaru était préoccupée par toute cette histoire, dès qu’elles seraient arrivées sur l’île il lui faudra absolument trouver ce qu’elle a fait avaler à Sakina. D’ailleurs cette dernière appelle Hotaru ce qui n’ajoute que du plus à sa peur. Bastet la regarde s’en aller vers la porte, elle qui voudrait sortir de cette pièce à tout prix, elle est clouée au lit. Hotaru a été assez persuasive pour lui faire comprendre qu’elle regretterait de se lever de son lit temps qu’elle ne serait pas remise sur pied. La rouquine a de la ressource, elle n’a pas de frère ni de soeur, enfin à sa connaissance mais, elle a décidé que la petite féline serait tout comme. L’autorité de Hotaru est peut-être excessive, alors que c’est la nouvelle du groupe mais, Bastet apprécie néanmoins que l’on s’occupe d’elle comme ça, même si dans le fond elle aimerait que ce soit Sakina qui vienne la dorloter.

En sortant Hotaru vit tout un tas de cartes encastrées dans la porte. Elle ferma précipitamment la porte de peur que celles-ci foncent sur Bastet. La petite féline n’a pas besoin de se faire ennuyer par de stupides cartes. Hotaru se dirigea vers Sakina prête à recevoir sa punition, enfin prête… Pas si sûr.

J’espère qu’elle ne va pas en faire de trop, au moins le fruit ne l’a pas transformé en une bête hideuse.

Hotaru ne devait pas contenir sa peur aussi bien qu’elle le pensait car Sakina lui posa quelques questions sur son état, ce qui rassura quelque peu la rouquine puisqu’elle ne lui aurait pas parlé de cette manière si elle voulait la punir après ou alors l’idée qu’elle se faisait de la brune était erronée et Sakina serait une personne très vicieuse.

En fait Sakina lui explique rapidement les conclusions qu’elle a pu tiré avec le peu d’informations qu’elle a et elle voudrait simplement faire un test sur Hotaru, pour ça elle doit la toucher. Ce qui étonna un peu la rouquine qui avait vaguement compris que le contacte avec une autre personne l’ennuyait énormément.

Bon c’est moi qui vais passer à la casserole ça fait encore plus flipper. C’est horrible, elle aurait pu le faire sur un marin mais en même temps c’est un peu ma faute ce qui lui arrive et puis bon c’est aussi une preuve d’amitié si elle ose me toucher.

Hotaru rassembla tout son courage et accepta la demande de Sakina, elle n’a pas vraiment le choix de toute manière. Le contacte de la main de Sakina sur la joue de Hotaru est une gentille caresse douce et chaude. Elle ne connait pas bien Sakina et elle la trouve un peu « froide », au premier abord mais cette main qu’elle a posé sur son visage lui a fait changer d’avis du tout au tout. Sa main est fine et même si elle a dû prendre sur elle pour le faire, ce touché n’a pas paru à la rouquine remplit de dégoût, au contraire elle l’a trouvé chaleureux. Cependant la suite de l’expérience lui faisait quand même peur.

Sakina jeta des cartes, de la main qui avait touché la rouquine, par-dessus bord. Elles firent demi-tour pour se diriger vers Hotaru qui les récupéra au vole. Et de son autre main, celle qui avait touché Bastet, Sakina réitéra l’opération, elles s’enfoncèrent sur la porte.

Incroyable, on sait au moins que ce que touche Sakina se dirige par la suite vers sa « cible ». Enfin faut qu’on en sache plus quand même parce que si c’est comme ça, ça va être très dangereux si elle nous a touché et qu’elle a oublié…

D’un comme un accord Hotaru accepte que Sakina la touche avec ses deux mains, Bastet n’a pas besoin d’être plus blessée que ça et puis même si ça la terrifie d’être ainsi visé, elle va prendre ses responsabilités. Sakina lui donne même, toutes les balles de son chargeur qu’elle s’empresse, sans le montrer, de les jeter dans la mer. Sakina fera très attention à ses gestes et Hotaru aura pour seule mission de bien s’occuper de Bastet, ce qu’elle avait déjà commencé à entreprendre. Elle alla rejoindra Bastet et elle décida qu’elle resterait dans cette cabine le temps du voyage, au moins si Sakina lance des objets, peut-être que cette porte pourra la protéger.

Vivement qu’on arrive sur cette île, j’ai vraiment bien choisi en tout cas, Sakina est contente pour ça et puis il faudra faire des recherches pour arranger la situation ou en tout cas, qu’elle puisse contrôler son fruit en toute sécurité.
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1